AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -11%
Réduction -34% sur la caméra sport DJI ...
Voir le deal
249.99 €

 and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isobel Pérez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans
SURNOM : elle se surnomme elle-même iso quand elle se parle toute seule
STATUT : célibataire, se remet doucement d'une rupture de fiançailles
MÉTIER : réalisatrice de films pour adultes éthiques et féministes, mais toujours prête à développer son art
LOGEMENT : #23 james street, FORTITUDE VALLEY. C'est tout nouveau, elle habite seule dans ce joli duplex après une dizaine d'années de vie à deux
POSTS : 52 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : joueuse amateur de football › si vous l'avez déjà entendu rire une seule fois, vous pourrez la reconnaître sans la voir pour le reste de votre vie › végétarienne › bélier ascendant scorpion ›
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 1 | Grace | 3 | Raelyn | 4 | Halsey | 5 | Tabitha | 6 | Jimena
PSEUDO : marie
AVATAR : zoë saldana
CRÉDITS : moi-même et google
DC : nope
INSCRIT LE : 24/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29794-meet-isobel-elle-fait-des-films-plutot-sympa-si-vous-savez-pas-quoi-regarder#1308285 https://www.30yearsstillyoung.com/t29846-isobel-perez-lost-it-to-trying#1310838 https://www.30yearsstillyoung.com/t29854-isobel-perez https://www.30yearsstillyoung.com/t29856-isobel-perez

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty
Message(#) Sujet: and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa EmptyLun 30 Mar - 18:37


Geisa vient à la maison ce soir. Isobel en est ravie, elles ne sont pas beaucoup vues ces dernières semaines. Isobel est très – trop – occupée à gérer son nouveau projet, et Geisa doit elle aussi être débordée par le travail. À vrai dire, ce serait présomptueux de la part d’Isobel que de dire qu’elle sait ce qu’il se passe dans la vie de Geisa ces temps-ci. C’est pourquoi elle profite de cette fin de semaine, où le travail est fixé jusqu’à ce que la prochaine débute, pour demander des nouvelles. Et voilà qu’une soirée film-pizza se prévoit à l’improviste. Elles ont dit 19h30, pour avoir le temps de prendre l’apéro, et il sera bientôt 19 heures.

« Qu’est-ce que... », Isobel fronce les sourcils alors que ses doigts pleins de pâte tentent en vain de faire défiler les étapes de la recette sur son portable. Dans sa cuisine américaine, de la musique en fond, Isobel prépare – tente de préparer serait plus exact – une pizza. Elle a décidé que ce soir elle préparait le repas de A à Z. Elle avait bien déjà du essayer de faire une pizza maison, mais cela devait remonter un peu, auquel cas elle se serait rappeler de l’échec que c’était sûrement et elle l’aurait commandée, sa pizza. Munie de ses ustensiles de cuisine dont elle ne s’était jamais servie – c’était son ex qui avait récupéré tout ce qu’elles possédaient pour cuisiner puisque bon, des deux il n’y avait qu’elle qui savait faire, et Isobel avait dû tout racheter quand elle avait emménagé dans cet appartement, en fin d’année – elle s’agite dans tous les coins de la cuisine. Elle avait choisi l’appartement en partie à cause de celle-ci, car elle était grande et entièrement rénovée, et que c’était sûr et certain qu’elle allait lui donner envie de se mettre aux fourneaux. Mais elle lui servait finalement peu, si ce n’est pour faire chauffer l’eau des pâtes.

Lorsque la pâte de la pizza est prête et qu’il ne s’agit plus que de la laisser reposer, Iso se fait un thé et part fumer une clope sur son balcon. Le soleil est encore bien haut dans le ciel, inondant son appartement de lumière grâce aux grandes baies vitrées. Elle baisse les yeux et voit le monde dans les rues, ce qui l’apaise particulièrement. Elle n’aime pas le silence, il semble mettre sur pause ses idées, il l’endort, l’anesthésie. Le son de la chanson qui joue sur ses enceintes se mèle de façon peu harmonieuse à celui du bar en face de chez elle. Elle laisse les fenêtres grandes ouvertes lorsqu’elle entre et vient s’avachir dans son canapé. Elle n’aime pas ses moments d’entre deux où elle n’a plus assez de temps pour se mettre au travail, mais où il faut attendre encore un peu avant l’arrivée de Geisa. Que faire ?

Elle allume sa télévision, qui ne lui sert réellement qu’à regarder Netflix sur un plus grand écran que celui de son ordinateur. Elle fait défiler sa liste et repère un drame dont on lui a plusieurs fois parlé, Mustang. Elle se dit qu’elle proposerait bien à Geisa, ça pourrait lui plaire. Puis elle décide, tant qu’à faire, de passer ce coup de fil pour le boulot, à cette meuf, Grace, qui doit travailler pour elle dès les prochains jours.


Dernière édition par Isobel Pérez le Mar 31 Mar - 23:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty
Message(#) Sujet: Re: and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa EmptyLun 30 Mar - 23:47




(isobel & geisa)
☆☆☆



Une main à la taille, l'autre sur le front, Geisa était comme à son habitude exténuée par sa nouvelle journée de travail. Elle se frotta doucement les yeux avant d'enlever sa blouse de docteur et de la laisser dans l'armoire, conçue pour, dans son bureau. Quelle immense fierté depuis quelques mois d'être enfin reconnue comme psychiatre et non plus comme interne. Elle avait enfin son bureau, rien qu'à elle, avec son nom écrit dessus. Une joie immense la traversait. Cependant maintenant psychiatre à temps plein, elle voyait depuis six mois ô combien son quotidien avait changé et ô combien elle se tuait à la tâche à l'hôpital depuis sa certification. Les cas s'enchaînaient et on lui confiait maintenant ses propres patients si bien qu'elle n'avait plus beaucoup de temps pour elle. En avait-elle déjà eu? Mais qu'importe son métier la rendait heureuse et grâce à ce dernier elle s'épanouissait pleinement. Aider les gens, leur venir en aide, tenter de tout faire pour les soulager, c'était bien ce pourquoi elle était née. C'était plus qu'une vocation, c'est un appel c'était ça et rien d'autre. Son deuxième prénom, avec le temps, c'était devenu “Psychiatre”. Pourtant elle en avait essuyé des périodes difficiles, de fortes périodes de doute où elle avait cru perdre la tête tant tout cela la submergeait. Elle ne comptait plus les coups de pieds de certains patients, les menaces ou tout simplement en général les patients qui se débattaient quelques fois: lorsqu'elle était interne, tout cela était flagrant, elle était souvent en premier ligne des excès de violence de certains patients. Maintenant docteur, elle l'était beaucoup moins, dans le sens où les infirmières étaient par exemple plus souvent proches des patients qu'elle ne l'était. Mais elle se rappelait très bien, d'être rentrée chez elle avec des bleus sur le corps. Elle était bien heureuse de ne plus avoir à endurer cela. Le plus dur était maintenant mental, psychologique. Le comble pour une psychiatre. Mais pourtant il fallait dire la vérité. Il était très difficile de laisser son métier au vestiaire. Comment laisser sa vie professionnelle au travail? Son métier était bien trop intense pour l'oublier une fois chez elle ou en dehors. Un travail à l'hôpital quel qu'il soit marque à vie. Elle essayait depuis quelques années de ne pas se laisser trop affectée mais c'était une véritable épreuve de la vie. Cependant, ce soir, elle avait bien prévu de ne pas laisser son travail lui gâcher la soirée et d'en parler le moins possible. Personne n'a envie d'avoir les détails de ce qu'elle voit tous les jours puis de toute façon, elle était tenue au secret professionnel. Ce qui se passe à l'hôpital reste à l'hôpital. Ce soir, elle allait passer la soirée avec son amie Isobel, une beauté implacable. Comment en pas être subjuguer par le charme de cette mexicaine? Elles s'étaient rencontrées en soirée, et le courant était directement et naturellement passé entre les deux jeunes femmes au caractère bien trempé. L'australienne avait été frappée par l'intelligence et la force de son amie de trente huit ans. Et ce que Geisa aimait beaucoup était débattre avec elle, la plus âgée avait toujours des arguments très intéressant si bien que même quand elles n'étaient pas d'accord, Geisa prenait plaisir à l'écouter et leurs avis divergents n'affectaient en rien leur relation. Geisa d'un pas déterminé passa tout d'abord chez elle se rendre un peu plus présentable pour essayer d'être à la hauteur de sa copine. Arrivée dans sa rue, la Highland Terrace, Geisa bondit vers sa porte, heureuse de retrouver son chez-elle tant apprécié. Son nid, sa caverne, sa grotte, son cocon. Elle posa son sac dans l'entrée avant d'entamer de se déshabiller une fois la porte fermée. Elle n'avait qu'une envie, se prélasser sous l'eau brûlant, comme pour tenter d'effacer de sa peau, l'odeur de son lieu de travail. Avant qu'elle ne puisse s'en rendre compte il était déjà presque dix neuf heures passées. Elle se dépêcha donc de se préprarer, un pantalon ample et un haut à manche longue feront très bien l'affaire. En un claquement de doigt elle avait enfilé son blouson et se dirigeait déjà vers l'arrêt de bus de son quartier, en direction du duplex de son amie, à Fortitude Valley. Elle avait exactement dix neuf minutes de bus. Elle avait hâte de rejoindre son amie, elles ne s'étaient pas vues depuis quelques temps, toutes les deux overbookées. A part des petits messages qui traînaient par là, elles n'avaient pas pu discuter pleinement. Ce soir était la bonne occasion en plus Geisa avait déjà le ventre qui criait famine. Cette petite soirée film-pizza allait lui ravir les papilles. Surtout que Isobel avait promis une pizza faite maison, de quoi encore plus séduire et appâter l'australienne.  Le matin, avant de travailler, Geisa était passée dans un des bottle shops de la ville pour acheter une bouteille de vin. Elle n'allait quand même pas venir chez quelqu'un les mains vides! Le trajet passa plutôt vite, Geisa avait été hypnotisée par sa voisine de siège qui jouait à un jeu sur son téléphone. Curieuse? Pas du tout. Geisa était une vraie fouine, dès qu'elle pouvait mettre son nez quelque part elle le faisait. Une fois arrivée à bon port, Geisa descendit du bus et entreprit de marcher jusqu'au logement de son amie. Elle n'avait que quelques minutes encore pour rejoindre celle qui devait sûrement déjà l'attendre. Elle avait déjà deux minutes de retard. Bon, Isobel lui pardonnera son léger retard. Après quelques minutes de marche, et une chute évitée de justesse à cause d'un trottoir fourbe. Geisa sonna devant la porte de son amie. Quand la porte s'ouvrit, Geisa sortir son plus beau sourire et tendit la bouteille de vin. « Contente de me voir? ». Son nez fut alors directement attirée par l'odeur de la pizza, bonté divine, elle allait tomber en pâmoison devant cette odeur. « Je vais tout dévorer. »
Revenir en haut Aller en bas
Isobel Pérez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans
SURNOM : elle se surnomme elle-même iso quand elle se parle toute seule
STATUT : célibataire, se remet doucement d'une rupture de fiançailles
MÉTIER : réalisatrice de films pour adultes éthiques et féministes, mais toujours prête à développer son art
LOGEMENT : #23 james street, FORTITUDE VALLEY. C'est tout nouveau, elle habite seule dans ce joli duplex après une dizaine d'années de vie à deux
POSTS : 52 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : joueuse amateur de football › si vous l'avez déjà entendu rire une seule fois, vous pourrez la reconnaître sans la voir pour le reste de votre vie › végétarienne › bélier ascendant scorpion ›
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 1 | Grace | 3 | Raelyn | 4 | Halsey | 5 | Tabitha | 6 | Jimena
PSEUDO : marie
AVATAR : zoë saldana
CRÉDITS : moi-même et google
DC : nope
INSCRIT LE : 24/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29794-meet-isobel-elle-fait-des-films-plutot-sympa-si-vous-savez-pas-quoi-regarder#1308285 https://www.30yearsstillyoung.com/t29846-isobel-perez-lost-it-to-trying#1310838 https://www.30yearsstillyoung.com/t29854-isobel-perez https://www.30yearsstillyoung.com/t29856-isobel-perez

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty
Message(#) Sujet: Re: and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa EmptyMer 1 Avr - 14:23


Après un coup de fil vite expédié à sa nouvelle collaboratrice, Isobel repart en cuisine afin de finir la préparation de ses pizzas. Elle n’est pas sûre d’avoir bien réussi la pâte, celle-ci a une texture qui lui paraît peu appropriée, mais c’est trop tard. Trop tard pour commander, s’entend : elle a déjà promis à Geisa qu’elle aurait le droit à un repas fait maison ce soir. De bonne humeur après cet appel qui concrétise d’autant plus ce nouveau projet qui se profile, elle étale généreusement la sauce tomate sur les deux ronds de pâte. Qu’est-ce qu’on met sur une pizza, sinon ? Elle sort des olives noires, de la mozzarella et du basilic. C’est tout, elle se dit, surtout parce que ça lui a déjà demandé un effort suffisant.

La musique désagréable de sa sonnette retentit alors qu’elle est sur internet à la recherche de studios adaptés à son boulot. C’est-à-dire peu, ce qui ne facilite pas ses affaires. Beaucoup de personnes ne veulent en effet pas tourner chez elles. Elle met cependant ça dans un coin de sa tête alors qu’elle ouvre la porte à son amie. Celle-ci lui tend une bouteille de ce qui semble être un bon vin, d’un air guilleret. « Contente de me voir? », lui demande Geisa et Iso lui sert une moue ironique « bof, je t’avoue qu’après avoir fait ces pizzas je me les garderais bien pour moi toute seule ». Geisa a l’air fatiguée, ça se voit à ses traits tirés et son teint, d’habitude si lumineux, est ce soir assez terne. Malgré la charge de travail assez impressionnante qu’elle doit supporter ces temps-ci et dont elle a touché deux mots à son amie, Geisa est visiblement ravie d’être ici et Isobel est touchée de cet effort. « S’il te plaît non, j’ai faim aussi. Cela dit, ne te laisse pas trop avoir par l’odeur, visuellement elles ne la valent pas trop ». Elle contourne le bar qui sépare la cuisine du salon, alors que Geisa part en direction du balcon, et ouvre la bouteille de vin d’un coup sec. Elle sert deux généreux verres, et tend l’un d’eux à Geisa lorsqu’elle la rejoint.

Alors qu’elles trinquent (« santé ! »), elles entendent un petit miaulement venir de la mezzanine, où se trouve la chambre d’Isobel. Celle-ci rigole en voyant le regard surpris de Geisa se poser sur elle. « Tranquille, c’est le chat de la voisine, je dois le garder ce week-end. Je sais même plus son nom. Ni celui de la voisine d'ailleurs ». La petite boule de poil descend difficilement les marches de l’escalier en colimaçon et vient traîner dans leurs pattes. « Me regarde pas comme ça, évidemment qu’elle me paie ». Geisa sat bien qu’Isobel n’est pas du genre à rendre service pour le plaisir. C’est d’ailleurs un de leur désaccord les plus tendus : là où Geisa est une personne altruiste et qui a ce besoin d’aider les gens, Isobel pense avant tout à elle-même. Elle est même persuadée que c'est nécessaire pour quiconque souhaite vivre paisiblement.

« Ça va bien au travail ? T’as l’air morte de fatigue ». Elle a l’impression d’avoir mille trucs à lui raconter et ne sait pourtant pas par où commencer. Elles s’étaient beaucoup rapprochées depuis sa rupture, et cela lui a fait étrange de si peu communiquer pendant plusieurs jours. Toutefois, Isobel sait que son amie a du mal à gérer le niveau d’investissement avec lequel elle se plonge dans son travail. Ce n’est peut-être pas une bonne idée de lui encombrer l’esprit avec ça ce soir. « Enfin on peut parler d’autre chose, si tu préfères ». Moi par exemple; j'ai pleins de trucs à raconter moi.

@Geisa Summers and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa 873483867
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty
Message(#) Sujet: Re: and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa EmptyJeu 2 Avr - 23:57




(isobel & geisa)
☆☆☆



Geisa mourrait de faim, si bien que si Isobel ne lui avait pas fait à manger ce soir, elle aurait dévoré son amie en moins de deux. Ses horaires n'étaient pas toujours très adaptés pour avoir un rythme de vie et de repas équilibré, si bien que la brune était bien heureuse d'avoir un très bon métabolisme et un bon transit. Même si durant ces longues études de médecine, le stress l'avait un peu maltraitée, elle était toujours stressée mais beaucoup moins. Les études étaient finies, elle pouvait relâcher la pression. Et ce soir, elle allait encore plus relâcher la pression, pour une soirée entre fille netflix and chill, enfin, connaissant la mexicaine, netflix et potins. Geisa se doutait que cette dernière avait pleins de choses à lui raconter! Comme à son habitude, surtout que les deux jeunes femmes n'avaient pas vraiment beaucoup échangé ces derniers temps. Manque de temps, mais c'est bien pour cela que Geisa était là ce soir, pour se raconter les nouvelles dans leur vie respective. Geisa était vraiment heureuse de voir son amie, c'était un peu une bulle d'oxygène pour elle. Et dieu seul sait qu'elle en avait grand besoin. Une petite soirée toute tranquille était tout ce dont elle avait besoin. Une soirée en discothèque l'aurait totalement achevée, elle n'était pas du tout en forme pour danser toute la nuit en buvant des mojitos à la pelle. Le visage rayonnant d'Isobel mit du baume au coeur de Geisa, la voir lui redonna de la force pour ce soir. Elle ne pouvait pas se permettre de s'endormir sur l'épaule de son amie ce soir, alors elle allait juste profiter du moment et s'amuser avec elle en se racontant pleins d'histoires. Elle espérait même que tard dans la nuit, elles puissent se raconter des histoires effrayantes ou paranormales. Geisa adorait cela, cela lui rappelait son enfance et les nombreuses histoires que son père lui rappelait. Petite, elle était toujours fascinée par cela. Si bien que même médecin et croyant à la science, pour elle le paranormal était un mystère et elle n'arrivait pas vraiment à trouver des explications à chaque fois. Et cela la fascinait énormément. Les deux amies s'étaient dirigées naturellement vers le balcon, elle devait avoué qu'Isobel avait une très jolie vue dans son duplex dans ce quartier de Fortitude Valley. Geisa avait quant à elle opté pour une maison dans un cadre beaucoup plus calme à Toowong. Geisa avait préféré prendre une maison, elle avait besoin d'espace, de différentes pièces, d'un coin solitaire. Elle se sentait mieux dans une maison que dans un appartement. Durant ces études, elle avait toujours eu des appartement et elle n'aimait pas du tout, certes il y a moins d'espace à nettoyer mais elle se sentait tout de suite et très vite prise au piège et mal à l'aise. Allez savoir ce qu'il ne tournait pas rond dans la tête de la psychiatre. Elle se concentra quelques instants sur son amie; elle était toujours aussi belle, comme si le temps n'avait pas d'effet sur elle. Elle saisit le verre de vin que son amie lui tendait, puis elles trinquèrent à leur santé. Soudain un miaulement attisa la curiosité sans faille de Geisa. Depuis quand Isobel avait un chat? Elle fit les gros yeux lorsque son amie lui expliqua qu'il s'agissait en fait d'une sorte de babysitting pour le week end. Elle pouffa de rire lorsqu'Isobel mentionna le fait qu'elle était payée pour cela. "Je me disais bien aussi, c'était trop beau pour être que tu sois touchée par la grâce".. Même s Geisa était souvent contrariée par l'individualisme dont faisait preuve son amie, elle n'avait pas envie de relancer ce débat. Elle préférait s'amuser de cela et profiter de sa soirée à peine commencer. Elle but une gorgée de son vin, hm, il était délicieux, elle avait bien choisi l'heureux élu. A croire que Geisa avait meilleur goût en vin qu'en homme. Lorsqu'Isobel mentionna la fatigue, Geisa la regarda en vache pour riche. "Dis que j'ai une sale tête toi" Puis elle lui sourit avec bienveillance, pour lui montrer qu'elle rigolait même si elle se doutait que son amie l'avait pris en rigolant. "T'as raison , en ce moment je travaille beaucoup et les cas sont assez difficiles. Donc oui, j'aurais pleins d'autres moments pour penser au travail." Elle ne travaillait pas le lendemain, c'était bien pour cela qu'elles s'étaient programmées cette petite soirée. Geisa pouvait prendre le temps qu'elle voulait, demain elle n'allait pas enfiler sa blouse de docteur. "Parle-moi plutôt de toi, ma vieille". Geisa adorait taquiner son amie sur son âge, rien de bien méchant, juste une petite pique pour la taquiner. "Ca se voit à ta tête que t'as des trucs à me dire. promis ce soir, je suis ton amie, pas une psy." dit-elle en levant les mains en l'air en signe de défense. Il fallait aussi qu'elle raconte à son amie, ses péripéties pour arriver ici, elle avait se casser une jambe avant d'arriver, à cause d'un fichu trottoir. Mais toute ouïe, elle regarda son amie, prête à écouter ses grandes aventures.


@Isobel Pérez and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa 2523491165
Revenir en haut Aller en bas
Isobel Pérez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans
SURNOM : elle se surnomme elle-même iso quand elle se parle toute seule
STATUT : célibataire, se remet doucement d'une rupture de fiançailles
MÉTIER : réalisatrice de films pour adultes éthiques et féministes, mais toujours prête à développer son art
LOGEMENT : #23 james street, FORTITUDE VALLEY. C'est tout nouveau, elle habite seule dans ce joli duplex après une dizaine d'années de vie à deux
POSTS : 52 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : joueuse amateur de football › si vous l'avez déjà entendu rire une seule fois, vous pourrez la reconnaître sans la voir pour le reste de votre vie › végétarienne › bélier ascendant scorpion ›
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 1 | Grace | 3 | Raelyn | 4 | Halsey | 5 | Tabitha | 6 | Jimena
PSEUDO : marie
AVATAR : zoë saldana
CRÉDITS : moi-même et google
DC : nope
INSCRIT LE : 24/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29794-meet-isobel-elle-fait-des-films-plutot-sympa-si-vous-savez-pas-quoi-regarder#1308285 https://www.30yearsstillyoung.com/t29846-isobel-perez-lost-it-to-trying#1310838 https://www.30yearsstillyoung.com/t29854-isobel-perez https://www.30yearsstillyoung.com/t29856-isobel-perez

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty
Message(#) Sujet: Re: and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa EmptyDim 5 Avr - 20:51


Isobel n’a jamais eu de difficultés à se faire des amis. Déjà, parce qu’elle est avenante, en plus d’être jolie et pas trop bête. Elle n’est pas la meuf la plus drôle du monde, mais elle a de la conversation, elle a toujours des trucs à raconter, donc on pourrait dire que oui, c’est plutôt quelqu’un de sociable. Toutefois, au fur et à mesure qu’elle faisait des choix pour son avenir, elle s’est rendue compte qu’il ne suffisait pas d’avoir l’air sympa pour se faire des amis. En l’occurrence, pas facile de se faire des amis quand on travaille dans la pornographie. Au delà de l’aspect un peu bizarre de la chose sur lequel la plupart des gens arrive à passer, se pose la question de pouvoir exprimer ses envies, ses projets. C’est ici que s’inscrit la difficulté. Isobel adore parler de son taf, il mêle ses deux passions : la réalisation, l’art cinématographique et parler de sexe. Pas de manière perverse – et c’est bien là que se pose le problème de l’ouverture d’esprit de ses potentiels futurs amis – mais comme d’une activité belle, de fusion, profondément humaine. Alors oui, devenir pote avec Isobel, c’est accepter de se taper des discours en long en large et en travers sur la pornographie, et ça tout le monde n’y est pas prêt. Elle comprend, bien sûr, mais c’est vrai que ça réduit les cercles de potentialités. Cela explique également son acharnement dans son travail : au moins, quand elle bosse, elle sait qu’elle peut en parler autant qu’elle veut, les gens eux aussi sont en plein dedans alors ils sont bien plus réceptifs. Toutefois, lors de sa rencontre avec Geisa, elle avait été surprise de la facilité avec laquelle celle-ci avait accepté son métier et la laissait en parler. Isobel ne sait toujours pas si cela l’intéresse vraiment ou si c’est par gentillesse, politesse, ou peu importe ce que l’on est censé faire entre amis, quoi. Peut-être par intérêt professionnel aussi, après tout Freud se butait bien à trouver du sexe dans chaque recoin de l’esprit humain.

« D’accord, c’est comme tu le sens. Peut-être que t’aura envie d’en parler après quelques verres », elle sourit, « mais je ne vais pas te forcer ». Elle rigole quand son amie voit à travers elle. « C’est vrai que j’ai des choses à te raconter. Je vais commencer par la nouvelle sympa ». Elle lui parle de ce projet qu’elle a en tête depuis quelques semaines et qui devrait se concrétiser en début de semaine prochaine. « Ça serait pour travailler sur les fantasmes, mêler des scènes à des face cam où les personnes parlent, un peu comme un reportage… J’aimerais bien repartir sur une dimension un peu documentaire, tu vois ? ». Elle ne peut cacher son excitation. Chaque seconde où elle mentionne ce projet paraît l’en éloigner, la rendant toujours plus impatiente. Elle sait aussi que cela va lui prendre énormément de temps, « voilà pourquoi on ne s’est pas trop vues ces derniers temps… Je travaillais beaucoup sur ce projet et puis, ça va être compliqué les prochaines semaines aussi ». Elle accompagne ses paroles d’une moue déconfite. Elle se doute que son amie ne lui en veut pas, elle qui est dans le même cas, mais elle préfère s’expliquer. D’autant plus que la dernière fois qu’elles se sont vues, les choses ont un peu dérapées entre elles…. Or elle ne veut pas que Geisa pense que cela à quoi que ce soit à voir avec le fait qu’elles ne se soient pas vues ces derniers temps, même si elle n’a pas envie d’en parler frontalement non plus. Penser à cela met mal à l’aise Isobel. Pas qu’elle le regrette, mais elles n’en ont pas vraiment discuté ni avant ni après, ça s’est un peu fait comme ça. D’ailleurs, peut-être que c’est mieux ainsi.

Et puis, il y a plus urgent, bien que dans ce cas-ci également, elle ne sache pas de quelle manière commencer à s’expliquer. « Il y a… autre chose dont j’aimerais te parler ». Elle n’en a encore parlé à personne, de peur d’inquiéter. « Il y a une personne qui m’harcèle un peu. Ça a commencé par des insultes mais bon, ça je fais avec ». C’est une meuf ni blanche ni hétérosexuelle, et en plus réalisatrice de films porno. On ne fait pas pire pour exciter les machos conservateurs un peu fêlés. « Mais là récemment, ça s’est transformé en menaces assez flippantes et… Rien de grave ! » précise-t-elle en voyant la tête de son amie, « du moins pour l’instant, t’inquiète. Je pense que… Enfin, je préférais prévenir quelqu’un et… enfin désolée de t’imposer ça ». Elle termine sa tirade par un sourire gêné.

@Geisa Summers and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa 873483867
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty
Message(#) Sujet: Re: and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa EmptyLun 13 Avr - 22:50




(isobel & geisa)
☆☆☆



Geisa avait toujours été très intriguée par la métier de son amie Isobel. C'était la première qu'elle avait rencontré une personne de ce milieu. Une personne travaillant dans la pornographie et le contenu pour adultes ne courraient pas les rues, ou du moins n'en parlaient pas beaucoup. Mais Isobel en avait directement parlé et Geisa avait été quelque peu désarçonnée par le métier de son amie. Elle ne s'y attendait pas. Depuis aussi loin qu'elle s'en souvienne, Geisa avait toujours eu un avis mitigé sur ce monde de films pour adultes. Et aussi car ce thème, mine de rien, revenait souvent en psychiatrie. Certains cas chez des patients avaient révélé un lien entre leurs troubles et l'addiction et le visionnage de ce genre de films. Mais Geisa avait une grande ouverture d'esprit et avait été fasciné par les dires de son amie sur son métier, et surtout sa vision des choses, de la sexualité et l'engagement fort dans ces œuvres. La vision des choses d'Isobel avait réconcilié Geisa et les films pour adultes. Puis son amie était tout simplement passionnée et passionnante ce qui rendait Geisa complétement mordue pour l'écouter. Geisa avait toujours hâte d'entendre son amie lui parler de son métier. Au début Geisa avait simplement été curieuse d'entendre le point de vue d'Isobel mais maintenant elle pouvait l'écouter pendant des heures parler de son univers et de son métier. Geisa était toujours fascinée par l'imagination débordante et les idées novatrices de son amie. Cette idée de documentaire sur les fantasmes était très intéressante, si bien que Geisa n'avait pas pu s'empêcher d’acquiescer le regard admiratif, invitant la plus âgée à poursuivre dans les détails du projet. Parler de ce genre de sujets était toujours plus intéressant que de parler des patients ou du quotidien hospitalier de Geisa. Si, cela pouvait être intéressant d'un point de vue psychiatrique mais souvent Geisa avait peur que cela soit trop complexe ou trop médical pour pouvoir en parler avec des personnes. Puis surtout le plus important était le secret médical, elle ne pouvait pas vraiment parler de ses patients et de ce qu'ils vivaient. "Ton projet a vraiment l'air très intéressant. Ne t'en fais pas, je préfère te savoir travailler sur des projets comme cela même si on ne se voit pas souvent." Geisa tourna la tête quelques instants pour saisir son verre de vin, déjà entamé, pour le porter à sa bouche. Les deux jeunes femmes ne s'étaient pas revus depuis quelques temps, et Geisa était heureusement de savoir que le travail en avait été la raison et non pas ce qu'il s'était passé entre elles. Un moment d'égarement, ou simplement une envie soudaine. En tout cas les choses avaient dérapé entre les deux amies et aucun n'avoir réussi à en parler et mettre le sujet sur la table. Même si Geisa était un personne frontale, elle savait se taire lorsqu'elle ne sentait pas prête pour en parler. Ce moment devait surement resté silencieux pour ne pas mettre aucune des femmes mal à l'aise.

Les mots de la mexicaine firent lever les yeux de Geisa soudainement vers Isobel. Geisa était choquée de ce que lui racontait son amie Isobel. Comment ça une personne s'amusait à harceler et menacer Isobel. Et surtout Geisa se demandait depuis combien de temps cela se passait, et donc depuis combien de temps Isobel gardait tout cela pour elle. Des menaces, des insultes, du harcèlement n'étaient jamais à prendre à la légère. Il s'agissait d'une atteinte grave qui méritait une punition et personne sur terre ne méritait d'être la cible de choses aussi infondées. Et surtout pas Isobel, qui diable sur Terre s'en prenait aux amis de Geisa, s'attirait les foudres de cette dernière. Le sang chaud de Geisa ne fit qu'un tour dans ses veines. "Comment ça rien de grave? Isobel! Bien-sûr que c'est grave et encore plus quand cela te concerne" dit-elle en élevant un petit peu la voix, soucieuse pour son amie. Elle se calma un peu et prit une voix plus douce. "Dis-moi plutôt depuis combien de temps cela dure et aussi si tu le sens, quels sont les propos de cette personne?". Geisa était vraiment énervée de ce qui arrivait à son amie. Mais elle essayait d'être la plus douce possible pour rassurer son amie et ne pas trop lui faire sentir son énervement. Geisa espérait ne jamais savoir qui faisait vivre cela à son amie. Car elle ferait vivre à cette personne un véritable enfer. "Tu sais que je suis là pour toi, tu aurais du m'appeler tout de suite. J'aurais été là pour toi." reprit Geisa. Attentive à l'histoire de son amie.


@Isobel Pérez and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa 2523491165
Revenir en haut Aller en bas
Isobel Pérez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans
SURNOM : elle se surnomme elle-même iso quand elle se parle toute seule
STATUT : célibataire, se remet doucement d'une rupture de fiançailles
MÉTIER : réalisatrice de films pour adultes éthiques et féministes, mais toujours prête à développer son art
LOGEMENT : #23 james street, FORTITUDE VALLEY. C'est tout nouveau, elle habite seule dans ce joli duplex après une dizaine d'années de vie à deux
POSTS : 52 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : joueuse amateur de football › si vous l'avez déjà entendu rire une seule fois, vous pourrez la reconnaître sans la voir pour le reste de votre vie › végétarienne › bélier ascendant scorpion ›
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : 1 | Grace | 3 | Raelyn | 4 | Halsey | 5 | Tabitha | 6 | Jimena
PSEUDO : marie
AVATAR : zoë saldana
CRÉDITS : moi-même et google
DC : nope
INSCRIT LE : 24/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29794-meet-isobel-elle-fait-des-films-plutot-sympa-si-vous-savez-pas-quoi-regarder#1308285 https://www.30yearsstillyoung.com/t29846-isobel-perez-lost-it-to-trying#1310838 https://www.30yearsstillyoung.com/t29854-isobel-perez https://www.30yearsstillyoung.com/t29856-isobel-perez

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty
Message(#) Sujet: Re: and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa EmptyLun 20 Avr - 20:02


En voyant la réaction de Geisa, Isobel se dit qu’elle n’a peut-être pas eu l’idée du siècle en décidant de lui parler de cette affaire. Pourtant, il lui a tardé d’en faire part à quelqu’un. Une inconnue dans un bar, ça ne compte pas. Isobel est bavarde. Elle aime parler d’elle, elle aime déblatérer sur ce qui la concerne, et ça lui a coûté de garder ça pour elle. Mais elle sait aussi qu’elle peut parfois dramatiser, sans forcément s’en rendre compte ni forcément le vouloir. Surtout que face à elle, Geisa est beaucoup plus terre à terre, beaucoup plus réfléchie. Elle va sûrement réagir comme il se doit dans ce genre de situation, alors que pour l’instant, Isobel tente encore de ne pas trop la prendre au sérieux. Elle le prend à cœur, c'est certain, mais peut-être qu'en parler rend ça trop... réel. « Pas longtemps. Ça va ça vient. J’ai du recevoir quatre ou cinq lettres. Elles ne sont pas… Affreuses ». Elle ne sait pas comment les définir. Elles sont pleines des banalités sexistes, sexuelles, comme elle en voit déjà partout, rien de nouveau sous le soleil. « Les premières, c’était juste des trucs sales, genre pour me mettre mal à l'aise ou me dégoutter tu vois. C'était plus gênant pour lui que l'inverse ». Elle sourit un peu jaune, un peu méchamment. Il ne sait pas à qui il a à faire. Il lui fait pitié au fond. Elle se ressert un verre. Elle commence à sentir l’effet de l’alcool. « A ce qu’il voulait me faire se sont ajoutées au fil des lettres des petites phrases du style « tu verras, quand je t’attendrais devant ta porte en pleine nuit et que tu ne pourras pas fuir » ou « pense à fermer la fenêtre de ton balcon ». Sur la dernière, il a écrit « c’est pour bientôt ». Je me demande s’il habite près d’ici ou ne vient que pour déposer les lettres ».

Elle sourit à Geisa et pose sa main sur son avant bras. « Je te remercie. Et je te promets de te tenir au courant les prochaines fois. Mais je suis plus énervée et frustrée de ne pouvoir rien faire ». Elle n’avouera pas qu’elle a peur. Sûrement que Geisa le sait et le voit. Elle n’a pas peur de mourir, elle a peur de l’inconnu. Elle n’aime pas n’avoir aucun visage ni aucun nom à mettre sur ces lettres. Il ne s’agit peut-être que d’un misogyne de dix-neuf ans qui est dans l'incompréhension que les femmes le rejettent, alors qu’on lui a toujours dit qu’elles lui appartenaient. Si elle avait ce genre d’information, elle n’aurait plus peur, et alors ce qu’il a entreprit ne serait plus une réussite. Pour l’instant, il gagne et ça l’énerve. La seule raison d’avoir vraiment peur serait qu’il s’agisse d’un déséquilibré violent. Elle fait parle de cette théorie à son amie : « ça ne court quand même pas les rues, non ? ». Elle aimerait en tout cas s’en persuader.

Maintenant qu’elle a vidé son sac, et qu’elle caresse sereinement le chat qui est venu se loger sur ses genoux, elle n’a plus envie de parler de ça. Elle se sent un peu fatiguée. « Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose, s’il te plaît ? Raconte moi un peu ce qu’il y a de neuf dans ta vie. Si tu en as une en dehors du travail, bien sûr ». Elle rigole gentiment. Pendant que son amie lui parle, elle se dirige vers la cuisine et sort les pizzas du four, alors que celui-ci vient de sonner. Elles sont plutôt appétissantes et elle est fière d'elle. Elle les dispose sur des assiettes et les apportent là où elle sont assises: « regarde-moi ça! ». Sa bouche se fend en un large sourire et c'est comme si cette conversation houleuse n'avait jamais eu lieu.

@Geisa Summers and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa 873483867
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty
Message(#) Sujet: Re: and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

and it feels like I'm dancing alone | avec Geisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: logements
-