AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Valise rigide à roulettes pivotantes ...
Voir le deal
43.48 €

 Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keith Weddington
Keith Weddington
le coup de poignard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Keith, c'est suffisament court pour ne pas nécessiter de surnom
STATUT : célibataire endurci
MÉTIER : (2012- Mai 2018) Ancien lieutenant des affaires criminelles. // (Depuis Septembre 2019) reconverti en professeur de sciences et de psychologies
LOGEMENT : Toowong, #16 sherwood road
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Brett-dalton-gif-hunt-7
POSTS : 610 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Eve - Leah - Hayden - Leena - Chevy - Byron - Ada - Wim - Loris - Marius - Dani#4 - Loreley - Dani#5 (FB) - Edge - Jacob - Siekeyneston - Keidrea#1 - Dani#6 - Jodie - Livia - Helena#2
RPs EN ATTENTE : Lisbeth-Jacob
RPs TERMINÉS : Dani - Dani#2 - (FB) Dani#3-Amy - Helena - ABANDONNE- Ava
PSEUDO : P. (Me) pour l'avatar + Ub (Loonywaltz)
AVATAR : Brett Dalton
CRÉDITS : P.
DC : No
INSCRIT LE : 16/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30439-shadows-of-my-past-life-keep-me-up-keith-weddington https://www.30yearsstillyoung.com/t30458-keith-weddington-it-s-a-new-day-it-s-a-new-life-for-me

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyLun 20 Avr 2020 - 17:02




Les blagues les plus courtes sont les meilleures
@Leah Baumann & Keith.
Je n'avais pas hésité une seule seconde lorsque mon commandant m'avait appelé il y a un mois pour me demander si je pouvais me rendre disponible en cette journée particulière pour les forces de l'ordre de Brisbane. L'idée - conjointe à celle des pompiers - de permettre le temps d'une journée d'ouvrir les portes des casernes pour attirer du monde dans les rangs respectifs mais également des fonds pour ces derniers ne pouvait qu'être louable. Et même si je ne portais plus l'uniforme à l'heure actuelle, je restais au fond de moi lié à cette entité qui m'avait éduqué, fait grandir et que je chérissais depuis mon plus jeune âge. Alors c'était une évidence de me rendre disponible pour rendre tout ce que j'avais pu recevoir pendant toutes mes années de services. J'étais comme un enfant la veille de Noël rien qu'à l'idée de pouvoir remettre un pied dans ce contexte qui me manquait, sans se mentir. Même si je m'épanouissais parfaitement dans mon nouveau rôle, me découvrant une fibre pédagogique que je ne me connaissais pas, je ne pouvais pas nier que l'adrénaline de l'action qui avait été ma dope pendant des années ne me manquait pas.

C'est donc au guidon de mon fidèle destrier que je pointais le bout de mon nez à l'adresse que l'on m'avait communiqué, l'invitation imprimée dans ma main serrée comme si mon graal risquait à tout les coups de s'envoler. La caserne était déjà revêtue des couleurs de Brisbane, les barnums étant installés tout comme les plans d'organisation et de visites mis en place. J'avais accepté de faire part de ma présence si je pouvais mettre en valeur le cursus universitaire dans lequel j'enseignais maintenant, chose qu'on ne me refusa pas. Je m'avançais donc vers le poste d'accueil, brandissant mon précieux billet tout en saluant le sergent qui était de garde d'un léger sourire. "Bonjour, Keith Weddington, je suis envoyé par la brigade criminelle.." m'arrêtais-je en posant le document sur le rebord en verre, le glissant dans sa direction avant de reprendre. "Je suis sur le stand d'informations pour la matinée.." rajoutais-je tandis qu'il observait attentivement le document, me tendant un badge d'entrée que je me contentais de mettre autour du cou en le récupérant. "Vous êtes au stand E4, au fond de la caserne juste avant l'entrée de la simulation d'incendie, vous serez avec Baumann"me répondit-il tandis que je suivais du regard ses indications.

Je le remerciais d'un mouvement de tête, prenant le chemin indiqué tout en laissant glisser mes lunettes de soleil sur le bout du nez, prenant le temps d'observer chacun des stands que je traversais ou de saluer chacune des personnes que je croisais. Rien ne pourrait venir ébranler mon bonheur d'être présent pour cette journée ! Une fois devant le stand où se trouvait un gros panneau indiquant "E4" sur la toile, je le contournais, déposant mon blouson en cuir sur l'une des chaises présentes avant d'ouvrir la mallette que j'avais ramené. Je déposais de petits prospectus sur la table, installant certains formulaires d'entrée à l'école de police ou d'inscription à l'université, observant également la place vide à côté de la mienne pour vérifier que j'avais équitablement réparti la place disponible. Je ne connaissais pas ce fameux Baumann et je restais à l'affût de la moindre personne qui pouvait s'approcher du stand. J'ai dis que rien ne pouvait venir ébranler ma journée ? Balivernes... Mon corps se raidit de toute part lorsqu'une silhouette que je reconnaissais et que j'aurais voulu à tout prix éviter s'approcha d'un pas déterminé. Ma mâchoire se serra sans état d'âmes, et sans même saluer celle qui venait de s'approcher à une distance quelques peu déraisonnable de mon stand (et comme à l'habitude), je la fusillais du regard. "Le service de table, c'est au stand restauration." crachais-je simplement sans demi-mesure. Il y avait quelque chose chez elle que je ne pouvais expliquer, mais dès que mon regard la croisait, je ne réussissais pas à m'empêcher de lui lancer ce genre de remarques. Et à en croire l'uniforme qu'elle portait, sa vie de barmaid devait être derrière elle. Rabattant sans aucune délicatesse le haut de l'attaché case pour le fermer, je le fis glisser sous la table, décidant de lui faire face, les bras croisés sur mon torse. "A moins que tu ais cru qu'il s'agissait d'un carnaval et que tu te sois déguisé ? Je t'aurais plutôt vu en... en rien en réalité." conclus-je une légère moue perplexe inscrite sur mes lèvres. Et, malheureusement pour moi, mon regard vint se perdre sur son badge où trônait son nom: Baumann. D'ailleurs, je ne pus m'empêcher de rire de façon purement ironique en prenant le temps de relire le nom de cette dernière. "Il doit y avoir une caméra cachée quelque part, c'est impossible qu'ils nous aient mis sur le même stand..." poursuivis-je en contournant la table, me laissant tomber sur la chaise que j'avais réservé, me frottant la nuque tout en lâchant un soupir d'exaspération.

Le rêve de cette journée était en train de se transformer en cauchemar.
code by bat'phanie


Dernière édition par Keith Weddington le Jeu 28 Mai 2020 - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Fraîchement séparée, pas encore prête à se jeter dans une nouvelle histoire.
MÉTIER : Pompier à la caserne de Brisbane.
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley. En colocation avec Lucia qui est à l'origine de ce trio qu'elles forment avec Eirlys, cette fille aux cheveux multicolores que Leah n'a pas encore trop bien réussi à cerner.
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1592214097-tumblr-0b0e7c6bf525d844ef68aaa37796955b-e05ab2b8-250
POSTS : 5426 POINTS : 85

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Véritable garçon manqué incapable de se tenir devant un match de rugby - sportive et boxeuse avérée - souffre d'un cruel manque de confiance en elle qu'elle camoufle à merveille par des réparties cinglantes - pense avoir enfin trouvé sa voie en intégrant les soldats du feu.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1590660838-omyq
When we were young we were the ones
The kings and queens oh yeah, we ruled the world
We smoked cigarettes man no regrets
Wish I could relive every single word

Loreah#1

[ 7/10 ]

TommeahJuleahLuceah#4KeithAlfeah#2Molly


Univers alternatifs: Lenah-DZRaeleah-DZRaeleah-DSTC-DS
RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12Lehen#14Lehen#13Matteo #1LonnieLehen#16Lehen#15JulianaLehen#18Lehen#14Raelyn (Fb)Lehen#19LeneLeomy#1Lehen#20Cambodge#2Lehen#21HarveyRaelyn-DFLullabyLenah#2Lehen#22AlexCambodge#3Lehen26Romeah#2Jules#2Lonnie#2Raeleah#2HadèsLenah#3LuceahNoleahNoleah#2Leanie#3RosaleahLuceah#2AlexeahAlfeahLuceah#3


RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Bazzart
DC : Hannah et Halsey
INSCRIT LE : 07/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyMar 28 Avr 2020 - 11:06




Les blagues les plus courtes sont les meilleures
Sa réintégration au sein des pompiers avait été la bouffée d’air frais dont Leah avait eu besoin pour se sortir de l’enfer qui avait été le sien durant les derniers mois. Peu à peu, la vie avait repris son cours, mais ça n’était pas pour autant que la brune avait été capable de redevenir totalement elle-même, bouffée par la colère et la tristesse qui faisaient désormais partie d’elle, qu’elle le veuille ou non. Quitter Logan City avait été un déchirement autant qu’un soulagement, et la colocation qu’elle avait rejointe lui avait permis de concentrer son esprit sur autre chose que ses propres démons. Sans le savoir, Lucia lui permettait de focaliser son attention ailleurs et rien que pour ça, la petite brune avait gagné toute l’affection qu’elle aurait pu donner à une sœur – si elle en avait eu une. Et lorsqu’elle n’était pas occupée à s’immiscer dans la vie de la jeune Whitemore, elle passait la plupart de son temps à la caserne, soit à s’entraîner, soit à se mettre au vert pour participer aux interventions. La jeune femme avait accumulé énormément d’heures supplémentaires, mais elle s’en fichait bien ; ça tenait son esprit occupé. Et comme si le destin avait décidé de lui donner un coup de pouce supplémentaire, Leah fut réquisitionnée – elle aurait de toute façon accepté même si ça n’avait pas été le cas – pour participer à une journée portes ouvertes au sein de la caserne qui était destinée à accueillir de nouveaux bénévoles ainsi que de lancer une campagne de recrutements supplémentaires tout en mettant en place une levée de fond ayant pour but d’acheter de nouveaux uniformes. Autant dire que les buts de cette journée étaient nombreux et que la brunette était à fond derrière chaque évènement tenu au sein de cette caserne qu’elle considérait désormais comme sa seconde maison, toujours prête à donner de son temps lorsque cela était nécessaire. Son chef l’avait assignée à un stand d’information pour la matinée, et ça lui convenait plutôt bien. Leah était l’exemple parfait de la reconversion professionnelle et elle parlait avec plaisir de ce qu’elle considérait davantage comme une vocation que comme un simple travail ; elle se l’était simplement découverte sur le tard, à l’aube de la trentaine. La brunette s’était donc rendu l’esprit léger à la caserne, ravie de pouvoir rencontrer du monde et avoir une journée un brin différente des autres. Elle avait salué ses collègues, embarqué le badge qu’elle avait mis autour de son cou avant de se diriger vers le stand auquel elle avait été assignée. « Tu seras pas toute seule, on travaille par paire aujourd’hui. Et je pense qu’il est déjà arrivé. » Lui avait indiqué son collègue, ce à quoi elle avait répondu par un simple haussement d’épaules avant de disparaître dans un petit sourire. Seule ou pas, ça ne changerait pas grand-chose à sa vie. Elle était bien évidemment loin de s’imaginer avec qui elle allait se retrouver coincée pour la journée, sans quoi elle aurait probablement tourné les talons sans demander son reste. Occupée à vérifier les numéros de stand afin de repérer le sien dans les méandres de la caserne qui s’était transformée en véritable labyrinthe, elle ne repéra pas immédiatement la silhouette de la personne déjà présente qui elle, ne la manqua pas. "Le service de table, c'est au stand restauration." Cette voix. La brune releva lentement le nez en direction de Keith, ne pouvant retenir la moue dépitée qui fit son apparition sur son visage ; une réaction incontrôlée qui en disant long sur ce qu’elle pensait de son interlocuteur. Mais qu’est-ce qu’il foutait ici. "A moins que tu ais cru qu'il s'agissait d'un carnaval et que tu te sois déguisé ? Je t'aurais plutôt vu en... en rien en réalité." Leah haussa un sourcil dans sa direction, l’air mauvais, s’avançant en direction du stand où il semblait déjà avoir pris ses marques – il s’y était même étalé – avant de passer une main fatiguée sur son visage, comprenant déjà la situation tordue dans laquelle ils se retrouvaient. C’était lui qui avait désigné pour tenir le stand avec elle, c’était bien sa veine. De tous les habitants de Brisbane, il avait fallu que ça tombe sur Keith. Finalement, le destin ne l’avait peut-être pas aussi à la bonne qu’elle le pensait. « On peut savoir ce que tu fais ici ? J’ignorais que tu t’étais découvert une part d’altruisme dans ta petite personne. » Elle fronça une nouvelle fois les sourcils lorsqu’il laissa son regard se perdre sur son badge, réalisant probablement ce qu’elle avait déjà compris depuis quelques secondes. Un rire s’échappa de ses lèvres tandis que l’ironie de la situation s’imposait également à lui et elle leva les yeux au ciel en s’approchant pour déposer ses affaires, sans lui décrocher un regard de plus. "Il doit y avoir une caméra cachée quelque part, c'est impossible qu'ils nous aient mis sur le même stand..." « Et pourtant. » Siffla-t-elle en observant un œil distrait les prospectus qu’il avait étalé sur la table. « C’est pour ça que t’es là ? Pour faire ta propagande ? » Évidemment qu’il y avait des intentions cachées là-dessous, elle ne devrait pas être étonnée. Ils ne s’étaient pas vus depuis un moment, et pourtant il lui prouvait en quelques mots qu’il n’avait absolument pas changé. Toujours le même petit con.


Spoiler:
 




code by EXORDIUM. | imgs by tumblr






Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 895480membre
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah ODELaCc
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EdSuEye

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Keith Weddington
Keith Weddington
le coup de poignard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Keith, c'est suffisament court pour ne pas nécessiter de surnom
STATUT : célibataire endurci
MÉTIER : (2012- Mai 2018) Ancien lieutenant des affaires criminelles. // (Depuis Septembre 2019) reconverti en professeur de sciences et de psychologies
LOGEMENT : Toowong, #16 sherwood road
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Brett-dalton-gif-hunt-7
POSTS : 610 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Eve - Leah - Hayden - Leena - Chevy - Byron - Ada - Wim - Loris - Marius - Dani#4 - Loreley - Dani#5 (FB) - Edge - Jacob - Siekeyneston - Keidrea#1 - Dani#6 - Jodie - Livia - Helena#2
RPs EN ATTENTE : Lisbeth-Jacob
RPs TERMINÉS : Dani - Dani#2 - (FB) Dani#3-Amy - Helena - ABANDONNE- Ava
PSEUDO : P. (Me) pour l'avatar + Ub (Loonywaltz)
AVATAR : Brett Dalton
CRÉDITS : P.
DC : No
INSCRIT LE : 16/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30439-shadows-of-my-past-life-keep-me-up-keith-weddington https://www.30yearsstillyoung.com/t30458-keith-weddington-it-s-a-new-day-it-s-a-new-life-for-me

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyMer 29 Avr 2020 - 11:29




Les blagues les plus courtes sont les meilleures
@Leah Baumann & Keith.
Je n’étais pas de ceux qui croyaient en une quelconque religion, mon esprit rationnel prenant trop souvent le dessus, déformation professionnelle oblige. Malgré une éducation relativement stricte où la foi était évoquée, je n’avais jamais réellement accroché à ce genre de discours, préférant me fondre dans un mutisme profond et imaginer ce que serait ma vie professionnelle future. Alors peu importe de quel côté les gens pouvaient pencher, peu m’importait les croyances en tout genre, je restais cartésien. Du moins c’était ce que je m’efforçais de penser, assis la, face à la table de stand tandis que chacune des pores de ma peau hurlaient au scandale en sentant la serveuse s’approchait de moi. Car oui, malgré l’uniforme qu’elle portait, elle resterait simplement une serveuse à mes yeux. Baumann… Rien qui ne rimait avec Karma malgré tout.

Ha, le karma… Qu’avais-je bien pu faire dans mes jours passés pour mériter aujourd’hui de subir cela ? Toute joie avait disparue et je m’aperçus à la tête renfrognée de Leah qu’elle aussi, semblait redescendre rapidement sur terre. Et un aller-retour pour l’enfer ! Si une quelconque divinité voulait me faire comprendre que j’avais peut-être – et je dis bien peut-être – dépassé les bornes avec elle, c’était peine perdue. C’était instinctif, presque animal, comme un lion traquant sa proie, je ne pouvais lâcher autre chose qu’une verve acérée quand je l’apercevais. Mais s’il y avait bien une chose que j’avais oublié, c’était la répartie sans faille dont elle pouvait faire preuve. Et même si d’autres personnes auraient pu lui accorder un léger sourire, une mine surprise et la féliciter presque d’avoir su répondre à ma remarque, je n’en fis point. Comment vouliez-vous que je la félicite tandis qu’elle était en train de presque me fusiller du regard ? Impossible non… « Je ne sais pas, j’ai vu la porte ouverte, je me suis dit : Tiens donc Keith, si tu allais supporter la Barbie de service ? » ripostais-je sèchement avant d’hausser un sourcil à la seconde partie de sa remarque. Altruiste ? Découverte ? C’était trop, je ne pus m’empêcher de lui rire au nez. Enfin rire était un bien grand moi, c’était surtout une preuve de sarcasme. « Mais rassures toi, il n’y a qu’avec toi que mon égoïsme apparent prend le dessus… Mais je ne savais pas que derrière un bar on t’avait appris les notions de dévouement… Vu l’état de tes services, je doute de ta bienveillance vis-à-vis de tes clients réguliers. » Touché – Rendu. Non je n’allais pas couler, pas aujourd’hui.

Mais quelle ne fût pas ma surprise quand je l’aperçus rire, elle aussi à son tour. Leah Baumann était elle capable de ce geste-là ? A priori oui, mais tout comme moi, ce n’était pas un rire de joie. Au moins un point commun entre nous au milieu de ce lot de différences. Je croisais mes bras contre mon torse, la toisant du regard tandis qu’elle se rabattait sur les prospectus que j’avais amené. Que pouvait-elle trouver à redire à l’instruction et la possibilité d’étudier dans ce domaine ? Ah oui, l’acte de propagande. Niant d’un signe de tête en continuant de rire – jaune je ne le cache pas – j’attrapais un des prospectus tout en lui tendant, ouvert face à elle. « Tu connais ça toi, les bancs de fac, les cours en amphi, la joie d’apprendre ? Ou tu t’es instruite accoudée au comptoir à lever le coude ? » Vil et bas, certes mais je continuais avant même qu’elle ne riposte. « Quant à ma propagande , je peux t’affirmer qu’elle sera tournée vers une toute autre opinion que celle que tu imagines… » Je laissais quelques instants de silence, observant la place que je lui avais laissée et qu’elle ne semblait pour l’instant pas vouloir occuper, sans me surprendre réellement. « Ils ont envoyé la grande gueule de service pour tenter de rameuter du monde dans leur rang ? Sauf si en réalité, ils espèrent simplement que de t’apercevoir les ferait fuir… Ca doit être ça oui… » conclus-je en la montrant du doigt de bas en haut. « Mon café doit être servi à onze heures et je prendrais un hot-dog accompagné de ketchup » poursuivis-je tout en commençant par m’étirer, venant de me rendre compte que tout mes membres s’étaient raidis en l’apercevant dans mon champ de vision. « Tu craqueras avant la fin de la matinée, crois moi Leah ».

Ce n’était pas une menace non. C’était une promesse.

code by bat'phanie


l'homme que je suis
J'assume tout crois moi et si j'avais le choix, je ne changerais rien du tout. Non rien du tout. ▬

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Tkjz5H3
Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Fraîchement séparée, pas encore prête à se jeter dans une nouvelle histoire.
MÉTIER : Pompier à la caserne de Brisbane.
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley. En colocation avec Lucia qui est à l'origine de ce trio qu'elles forment avec Eirlys, cette fille aux cheveux multicolores que Leah n'a pas encore trop bien réussi à cerner.
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1592214097-tumblr-0b0e7c6bf525d844ef68aaa37796955b-e05ab2b8-250
POSTS : 5426 POINTS : 85

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Véritable garçon manqué incapable de se tenir devant un match de rugby - sportive et boxeuse avérée - souffre d'un cruel manque de confiance en elle qu'elle camoufle à merveille par des réparties cinglantes - pense avoir enfin trouvé sa voie en intégrant les soldats du feu.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1590660838-omyq
When we were young we were the ones
The kings and queens oh yeah, we ruled the world
We smoked cigarettes man no regrets
Wish I could relive every single word

Loreah#1

[ 7/10 ]

TommeahJuleahLuceah#4KeithAlfeah#2Molly


Univers alternatifs: Lenah-DZRaeleah-DZRaeleah-DSTC-DS
RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12Lehen#14Lehen#13Matteo #1LonnieLehen#16Lehen#15JulianaLehen#18Lehen#14Raelyn (Fb)Lehen#19LeneLeomy#1Lehen#20Cambodge#2Lehen#21HarveyRaelyn-DFLullabyLenah#2Lehen#22AlexCambodge#3Lehen26Romeah#2Jules#2Lonnie#2Raeleah#2HadèsLenah#3LuceahNoleahNoleah#2Leanie#3RosaleahLuceah#2AlexeahAlfeahLuceah#3


RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Bazzart
DC : Hannah et Halsey
INSCRIT LE : 07/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyLun 18 Mai 2020 - 11:29



   
   Les blagues les plus courtes sont les meilleures
   
Cette journée était supposée être beaucoup de chose pour Leah, mais elle n’avait pas imaginé un seul instant que celle-ci prendrait surtout des allures de calvaire, ça non. Au contraire, la brune s’attendait à passer la journée en compagnie d’un de ses collègues, à s’amuser tout en expliquant la cause aux différents visiteurs qui viendraient se perdre à leur stand. Mais à la place, la jeune femme allait se coltiner l’une des personnes qui l’irritait le plus au monde – après Raelyn Blackwell, évidemment. Leah cherchait encore à comprendre comment une telle chose avait pu arriver, mais Keith ne mit pas bien longtemps à rebondir en faisant ce qu’il faisait de mieux ; l’agresser. La brunette n’avait jamais vraiment compris ce qu’il lui voulait depuis le temps, mais elle était passée du stade de l’indifférence à celui où elle se sentait obligée de le remettre en place dès qu’il ouvrait la bouche, presque par automatisme. Cela remontait à des années déjà, lorsqu’elle avait commencé au MacTavish ; le brun faisait partie des habitués – à son grand désarroi – et l’avait très rapidement prise en grippe, sans qu’elle ne puisse jamais mettre le doigt sur le problème. Au fil des mois, elle avait fini par en déduire qu’il était justement complètement con et elle avait cessé de s’inquiéter de ce qu’il pouvait dire ou faire. Leurs joutes verbales allaient parfois très loin, et Keith faisait partie des rares personnes capables de la faire sortir de ses gonds pour de bon. Cela faisait bien longtemps qu’ils ne s’étaient plus vu, et le hasard avait décidé de s’en mêler en rectifiant ce qui était pourtant une très bonne nouvelle aux yeux de la jeune femme. « Je ne sais pas, j’ai vu la porte ouverte, je me suis dit : Tiens donc Keith, si tu allais supporter la Barbie de service ? » La Barbie de service ? C’était nouveau ça ? « T’avais plus d’imagination dans mes souvenirs, tu te ramollis avec le temps. » Lança-t-elle sur un ton acerbe avant de croiser les bras en haussant un sourcil dans sa direction. « Personne t’a demandé de me supporter cela dit, libre à toi de faire demi-tour et d’aller emmerder quelqu’un d’autre. » Elle se fendit d’un petit sourire en coin, tandis que lui laissait s’échapper un petit rire sarcastique. « Mais rassures toi, il n’y a qu’avec toi que mon égoïsme apparent prend le dessus… Mais je ne savais pas que derrière un bar on t’avait appris les notions de dévouement… Vu l’état de tes services, je doute de ta bienveillance vis-à-vis de tes clients réguliers. » Cela aurait pu la toucher, si seulement elle n’avait pas tourné la page de ses années en tant que barmaid depuis quelques mois maintenant. Depuis, elle avait souffert bien pire que quelques piques acérées à son égard ; il allait en falloir plus pour qu’elle se démonte face à lui. « Ça t’a pas empêché de revenir, cela dit. » Rétorqua-t-elle en penchant légèrement la tête sur le côté, pointant du doigt le fait qu’il ait continué à se pointer chaque fois qu’elle travaillait – surprenant pour quelqu’un qui avait la critique aussi facile. Lentement, elle fit le tour de la table où il avait déjà déposé ses affaires et laissa son regard se perdre sur les prospectus qu’il avait étalés un peu partout, comme si cela était la chose la plus importante à mettre en avant aujourd’hui. Sérieusement. « Tu connais ça toi, les bancs de fac, les cours en amphi, la joie d’apprendre ? Ou tu t’es instruite accoudée au comptoir à lever le coude ? » Elle avait connu, oui, mais n’avait pas été suffisamment convaincue par le concept. Pas assez pour obtenir son diplôme, en tout cas. « Quant à ma propagande , je peux t’affirmer qu’elle sera tournée vers une toute autre opinion que celle que tu imagines… » Elle attrapa l’un des feuillets pour prendre connaissance de son contenu, sans se départir de son sourire ironique alors qu’il mettait en doute ses capacités intellectuelles avec une aisance qui en déconcerterait plus d’un. « C’est toi qu’on a choisi pour enseigner la psychologie ? Sérieusement ? » Elle éclata de rire en secouant la tête, redéposant le prospectus sur la table avant de se débarrasser de sa veste et de la poser sur une des chaises, marquant ainsi son espace sous le regard moqueur de Keith. Elle était encore chez elle ici, aux dernières nouvelles. « Ils ont envoyé la grande gueule de service pour tenter de rameuter du monde dans leur rang ? Sauf si en réalité, ils espèrent simplement que de t’apercevoir les ferait fuir… Ca doit être ça oui… » Elle leva les yeux au ciel et s’installa finalement, loin de se laisser intimider par le brun. « Mon café doit être servi à onze heures et je prendrais un hot-dog accompagné de ketchup » Seigneur. La journée allait être longue. « Je suis pas ton larbin de service, et fais attention à ta façon de t’adresser à moi. » Parce que si un jour sa maison prenait feu, pas sûr qu’elle se dépêche pour aller aider à l’éteindre. Au contraire, elle risquerait même d’observer la scène de loin avec un petit sourire satisfait. Assise sur sa chaise, elle s’empara du programme afin d’observer ce qui l’attendait pour le reste de la journée ; cette séance informative ne durait que jusque onze heure et demie, un supplice qui prendrait fin avant midi donc. Après, elle serait débarrassée de lui et elle pourrait à nouveau oublier son existence et retourner à la sienne. « Tu craqueras avant la fin de la matinée, crois moi Leah » Elle releva le nez dans sa direction, un petit sourire étirant le coin de ses lèvres. « C’est ça. T’as vraiment que ça à faire, hein ? Ta vie est à ce point pathétique pour que ressentes le besoin d’emmerder ton monde ? » La brune soupira légèrement. « Oublie que je suis là, parle de ton cours à qui tu veux et moi je m’occupe du côté réellement intéressant de ce stand. » Oui parce que, elle cherchait encore à comprendre l’intérêt de sa présence ici.


   
Spoiler:
 
   




   
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   




Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 895480membre
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah ODELaCc
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EdSuEye

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Keith Weddington
Keith Weddington
le coup de poignard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Keith, c'est suffisament court pour ne pas nécessiter de surnom
STATUT : célibataire endurci
MÉTIER : (2012- Mai 2018) Ancien lieutenant des affaires criminelles. // (Depuis Septembre 2019) reconverti en professeur de sciences et de psychologies
LOGEMENT : Toowong, #16 sherwood road
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Brett-dalton-gif-hunt-7
POSTS : 610 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Eve - Leah - Hayden - Leena - Chevy - Byron - Ada - Wim - Loris - Marius - Dani#4 - Loreley - Dani#5 (FB) - Edge - Jacob - Siekeyneston - Keidrea#1 - Dani#6 - Jodie - Livia - Helena#2
RPs EN ATTENTE : Lisbeth-Jacob
RPs TERMINÉS : Dani - Dani#2 - (FB) Dani#3-Amy - Helena - ABANDONNE- Ava
PSEUDO : P. (Me) pour l'avatar + Ub (Loonywaltz)
AVATAR : Brett Dalton
CRÉDITS : P.
DC : No
INSCRIT LE : 16/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30439-shadows-of-my-past-life-keep-me-up-keith-weddington https://www.30yearsstillyoung.com/t30458-keith-weddington-it-s-a-new-day-it-s-a-new-life-for-me

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyLun 18 Mai 2020 - 18:34



Les blagues les plus courtes sont les meilleures
@Leah Baumann & Keith.
J’hésitais encore à faire demi-tour, trouvant n’importe quel prétexte pour quitter les lieux, ne pas honorer ma participation à cette journée qui se voulait conviviale et bonne enfant, juste pour ne pas à avoir à supporter Leah. Je me demandais même si ce dédain qui me prenait à chaque fois que je la croisais n’était pas signe d’une blessure plus profonde de mon passé. Ce serait probablement intéressant d’en causer deux mots à une psychologue peut-être.  J’avais beau réfléchir, je ne voyais pas par quel biais il serait possible d’un jour apprécier cette jeune femme. C’était… physique oui. Irritant, et physique. Sa voix, son rire, son sarcasme, sa façon de croiser ses bras et d’hausser un sourcil. Oui, j’avais pris le temps d’analyser le moindre faits et geste. Il valait mieux que je sois armé pour riposter à chacune de ses attaques… Bien sûr que je n’étais pas le seul à attaquer l’autre ! Par manque de chance – ou pour ma plus grande joie – elle avait la capacité de riposter. Doublement énervant. C’était d’ailleurs pour cela que j’avais remis les pieds plus d’une fois au MacTavish. Je voulais avoir le dernier mot, par pur égocentrisme, trouvant inadmissible qu’une femme puisse l’avoir face à moi.

Cet amour pour la rhétorique qui n’en était plus quand l’alcool s’en imprégnait était idem entre elle et moi. La réciprocité faisait peur à voir. A tel point que bien souvent, on me suppliait de ne pas faire des miennes quand je proposais une virée dans son bar. Si seulement ces gens savaient que j’avais établi mes quartiers, juste dans le but de pour pouvoir l’emmerder… Mais c’était à une autre époque… Pourquoi me forcer à m’infliger cela aujourd’hui ? Alors que j’avais décidé d’être rangé, de me calmer et de me racheter une conduite après cette seconde chance offerte par la vie… Non ça c’était simplement une excuse pour les faibles. Il n’y avait pas de seconde chance, pas de rédemption, simplement l’envie de vivre une vie tranquille. Tout comme j’avais imaginé cette journée qui tournait au fiasco total. La voilà encore en train de riposter… Je penchais la tête en arrière, un rire forcé m’échappa, que je stoppais net face à son ton acerbe, mon regard planté dans le sien. « Pourtant ta mère ne disait pas la même chose la nuit dernière ! » ripostais-je tout en esquissant un sourire narquois. Oui c’était petit de s’attaquer de la sorte. Mais après tout, je n’allais pas prendre la peine de sortir le grand jeu face à elle. « Allez demander quelqu’un d’autres alors que je peux profiter de ta jovialité toute une matinée ? Plutôt mourir ! L’idée de t’emmerder me fait assez jubiler comme cela pour te faire cet honneur ! » lui avouais-je en attrapant mes lunettes de soleil que j’avais initialement posé sur la table pour venir les installer sur mon nez.

C’était fou comment les souvenirs de ces moments passés dans ce bar me ramenaient à une vie que je voulais oublier. Ces soirées où Andréa décidait de sortir après une dure journée, les sorties improvisées qui se finissaient en fermeture du MacTavish… Puis mon passe-temps favori. Elle. Oui, elle n’avait pas tort, cela ne m’avait pas empêché de revenir, bien au contraire. J’étais comme un enfant à qui on apprenait que le repas du soir était sponsorisé par le grand clown à la perruque rouge. Je jubilais presque d’avance quand je poussais les portes de ce pub. Un peu moins en étant contraint de passer de longues heures, installés à ses côtés, je l’avouais. Je ne prenais même pas la peine de lever un regard vers elle tandis qu’elle feuilletait le flyer confectionnait par les soins de l’Université de Brisbane afin de faire la publicité de ce cursus dans lequel j’enseignais. Même si je ne jouissais pas des diplômes requis, je possédais une expérience indéniable qui était inconnue de Leah. Je suivais du regard le mouvement de la veste qu’elle venait de poser sur sa chaise. « Si tu avais bien lu, il y a marqué criminelle derrière le terme psychologie. Tu serais étonnée de savoir qu’en plus de vouloir te rentrer dedans, j’aurais toutes les qualités requises pour effacer la moindre des traces. » ironisais-je pour la mettre en garde.

Faire attention à ma façon de s’adresser à elle ? Depuis quand je prenais en compte ses menaces ? Je ne l’avais jamais fait et ne le ferait probablement jamais. Alors je décidais de relever mes lunettes, tournant mon regard noir dans sa direction. « Sinon quoi Baumann ? Tu vas venir avec tes petits poings m’en coller une ? Tu vas tenter de m’empoisonner durant la journée ? Ou tu vas te rouler en boule sous la table, suppliant le ciel d’arrêter cette torture ? » demandais-je en levant un doigt à chaque proposition que j’énumérais avant de reprendre. « Puis je suis ravi d’apprendre que ta petite personne se résume à être mon monde. En quel année tu as pris tes fantasmes pour réalité ? » lui demandais-je tandis que je saluais d’un signe de tête d’anciens collègues, un sourire bien plus franc sur les lèvres que celui que je pouvais adresser à la jeune femme. Je tournais la tête une fois de plus en l’entendant soupirer. « Je ne sais pas qui de nous deux a la vie la plus pathétique. Si c’est moi qui ressens le besoin de t’emmerder ou toi qui espère encore pouvoir rivaliser… » conclus-je tandis que j’attirais ma chaise à proximité d’elle, entrant dans son espace vital.

« Le côté réellement intéressant ? Celui d’aller chercher les petits chats en haut des arbres ? Ou d’aller aider les mamies en panique lorsqu’elles sont tombées dans un supermarché peut-être » fis-je mine de réfléchir tandis que ma main vint se poser sur le dossier de sa chaise, approchant mon visage du sien, sans aucune gêne. « Comment voudrais-tu que j’oublie que tu sois là, ne serait-ce que ton parfum m’irrite… » dis-je en passant un bras par-dessus elle pour venir attraper le programme de la journée. Façon la plus facile pour attraper ce papier ? Non. Faire tout pour l’emmerder ? Absolument. Je pris donc le temps pour me reculer de son corps, chaque seconde étant probablement un supplice pour elle, tandis que j’ouvrais le prospectus. « Une heure et demie à te supporter… J’espère qu’ils distribueront une médaille d’honneur pour avoir risqué ma vie au profit de la ville… » soupirais-je en reposant le prospectus sur ses jambes par dépit.



code by bat'phanie


l'homme que je suis
J'assume tout crois moi et si j'avais le choix, je ne changerais rien du tout. Non rien du tout. ▬

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Tkjz5H3
Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Fraîchement séparée, pas encore prête à se jeter dans une nouvelle histoire.
MÉTIER : Pompier à la caserne de Brisbane.
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley. En colocation avec Lucia qui est à l'origine de ce trio qu'elles forment avec Eirlys, cette fille aux cheveux multicolores que Leah n'a pas encore trop bien réussi à cerner.
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1592214097-tumblr-0b0e7c6bf525d844ef68aaa37796955b-e05ab2b8-250
POSTS : 5426 POINTS : 85

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Véritable garçon manqué incapable de se tenir devant un match de rugby - sportive et boxeuse avérée - souffre d'un cruel manque de confiance en elle qu'elle camoufle à merveille par des réparties cinglantes - pense avoir enfin trouvé sa voie en intégrant les soldats du feu.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1590660838-omyq
When we were young we were the ones
The kings and queens oh yeah, we ruled the world
We smoked cigarettes man no regrets
Wish I could relive every single word

Loreah#1

[ 7/10 ]

TommeahJuleahLuceah#4KeithAlfeah#2Molly


Univers alternatifs: Lenah-DZRaeleah-DZRaeleah-DSTC-DS
RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12Lehen#14Lehen#13Matteo #1LonnieLehen#16Lehen#15JulianaLehen#18Lehen#14Raelyn (Fb)Lehen#19LeneLeomy#1Lehen#20Cambodge#2Lehen#21HarveyRaelyn-DFLullabyLenah#2Lehen#22AlexCambodge#3Lehen26Romeah#2Jules#2Lonnie#2Raeleah#2HadèsLenah#3LuceahNoleahNoleah#2Leanie#3RosaleahLuceah#2AlexeahAlfeahLuceah#3


RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Bazzart
DC : Hannah et Halsey
INSCRIT LE : 07/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyJeu 28 Mai 2020 - 12:20



       
       Les blagues les plus courtes sont les meilleures
       
Non content de débarquer à son stand dans le but de lui pourrir la journée, il fallait en plus qu’il relance les hostilités quelques secondes à peine que leurs regards se soient croisés. Autant dire que la brune avait déjà les nerfs à vif, mais il était évidemment hors de question qu’elle lui donne la satisfaction de perdre le contrôle devant lui alors qu’ils se trouvaient sur son lieu de travail. Encore une fois. Quelques années auparavant, c’était au MacTavish que se jouaient leurs joutes verbales, à croire qu’il avait tout simplement pour but de la faire virer. Ça, ça n’aurait rien eu d’étonnant. « Pourtant ta mère ne disait pas la même chose la nuit dernière ! » Un sourire étira un peu plus ses lèvres et Leah lui jeta un regard mauvais, dépitée par tant de bassesse. Est-ce que cela méritait vraiment une réponse ? Non. « Allez demander quelqu’un d’autres alors que je peux profiter de ta jovialité toute une matinée ? Plutôt mourir ! L’idée de t’emmerder me fait assez jubiler comme cela pour te faire cet honneur ! » Parfait. Elle était réellement coincée avec lui donc, puisqu’il ne semblait toujours pas avoir acquis la moindre notion de bon sens depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vu, ce qui était à la fois regrettable et pas très étonnant à la fois. « T’es vraiment pas net comme mec. » Lança-t-elle en secouant la tête de gauche à droite, décidée à s’installer malgré tout là où elle considérait être son territoire. C’était elle qui œuvrait comme pompier, lui n’était qu’un accessoire qu’on lui avait fourni pour distraire les autres et amener une autre dimension à cette journée. Laquelle d’ailleurs ? Un rapide coup d’œil aux prospectus étalés sur la table lui indiqua qu’il s’agissait d’un cursus de psychologie – criminelle, mais elle ne s’arrêta pas sur ce détail, trop amusée face à l’ironie de la situation. Keith qui enseignait la psychologie. Elle se serait bien mise à rire aux éclats, histoire d’enfoncer le clou, mais elle ne tenait pas à attirer une attention non-désirée sur elle. Nul doute que ça arriverait tôt ou tard de toute façon, après tout ils lui avaient collé le pire acolyte pour cette journée. « Si tu avais bien lu, il y a marqué criminelle derrière le terme psychologie. Tu serais étonnée de savoir qu’en plus de vouloir te rentrer dedans, j’aurais toutes les qualités requises pour effacer la moindre des traces. » « Me rentrer dedans ? J’aimerais bien voir ça. » Oui parce qu’avec Leah c’était très simple ; plus on la menaçait, et plus elle allait loin dans la provocation. Autant dire que ça n’était pas forcément l’attitude à adopter, mais elle ne changerait plus à son âge. « Si tu ne péris pas dans un incendie avant. » Rétorqua-t-elle dans un petit sourire narquois. Non pas qu’elle ait des tendances pyromanes – sauf en cuisine – mais pour Keith elle était prête à faire une exception. « Sinon quoi Baumann ? Tu vas venir avec tes petits poings m’en coller une ? Tu vas tenter de m’empoisonner durant la journée ? Ou tu vas te rouler en boule sous la table, suppliant le ciel d’arrêter cette torture ? » Il serait bien étonné de savoir ce dont elle était capable avec ses petits poings. « Puis je suis ravi d’apprendre que ta petite personne se résume à être mon monde. En quel année tu as pris tes fantasmes pour réalité ? » Ah. Il pouvait bien parler de fantasme, dans ses souvenirs, c’était lui qui avait tenté une approche. Pas l’inverse. Ceci étant dit, ce passage brumeux de leur relation demeurait quelque chose qu’elle ne souhaitait pas remettre sur le tapis, même s’il méritait de se faire clouer le bec. « Je ne sais pas qui de nous deux a la vie la plus pathétique. Si c’est moi qui ressens le besoin de t’emmerder ou toi qui espère encore pouvoir rivaliser… » Il décida soudainement de s’installer à côté d’elle, rompant ainsi la distance qu’elle avait sciemment voulu mettre entre eux, à son plus grand désarroi. « Clairement, c’est toi qui a décidé de passer la journée sur mon lieu de travail. Encore. Je pense donc que la question ne se pose pas. » Elle haussa les épaules et recula sa chaise de quelques centimètres, espérant ainsi ne pas respirer le même air que lui, mais c’était bien évidemment impossible ; elle était coincée. « Le côté réellement intéressant ? Celui d’aller chercher les petits chats en haut des arbres ? Ou d’aller aider les mamies en panique lorsqu’elles sont tombées dans un supermarché peut-être. » Un sourire étira les lèvres de la brune. « Je te signale quand même que tu es entrain de critiquer la profession exercée par la majorité des gens ici. Alors à ta place, je la fermerais. » Parce qu’elle n’hésiterait pas une seule seconde à appeler ses collègues, histoire que Keith puisse leur expliquer sa vision des choses. Nul doute qu’il se raviserait à la seconde où il verrait de quel bois se chauffaient ces pompiers qui allaient chercher les petits chats en haut des arbres « Comment voudrais-tu que j’oublie que tu sois là, ne serait-ce que ton parfum m’irrite… » Lança-t-il en agissant à l’opposition de quelqu’un qui serait irrité par sa présence, s’avançant davantage pour s’emparer du programme de la journée, obligeant Leah à serrer les dents pour ne pas le pousser hors de son espace vital. « Alors rends-nous service à tous les deux et retourne à ta petite vie de professeur bien rangée. » Elle se fendit d’un nouveau sourire, déterminée à ne pas lâcher le moindre centimètre de terrain. « Une heure et demie à te supporter… J’espère qu’ils distribueront une médaille d’honneur pour avoir risqué ma vie au profit de la ville… » Le prospectus atterri sur ses jambes et elle leva les yeux au ciel, s’en emparant à son tour par acquis de conscience – histoire de vérifier ses dires. Et il avait raison, la matinée dédiée aux informations ne durait qu’une heure et demie, après quoi ils pourraient se séparer et ne plus jamais avoir à se revoir. « Parce que tu sais ce que c’est toi de risquer sa vie ? Laisse-moi rire. » Elle leva une nouvelle fois les yeux au ciel et se releva lorsqu’elle aperçu les premières personnes se diriger vers les stands – et donc vers eux. De la distraction, enfin.


       
Spoiler:
 
       




       
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


       




Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 895480membre
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah ODELaCc
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EdSuEye

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Keith Weddington
Keith Weddington
le coup de poignard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Keith, c'est suffisament court pour ne pas nécessiter de surnom
STATUT : célibataire endurci
MÉTIER : (2012- Mai 2018) Ancien lieutenant des affaires criminelles. // (Depuis Septembre 2019) reconverti en professeur de sciences et de psychologies
LOGEMENT : Toowong, #16 sherwood road
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Brett-dalton-gif-hunt-7
POSTS : 610 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Eve - Leah - Hayden - Leena - Chevy - Byron - Ada - Wim - Loris - Marius - Dani#4 - Loreley - Dani#5 (FB) - Edge - Jacob - Siekeyneston - Keidrea#1 - Dani#6 - Jodie - Livia - Helena#2
RPs EN ATTENTE : Lisbeth-Jacob
RPs TERMINÉS : Dani - Dani#2 - (FB) Dani#3-Amy - Helena - ABANDONNE- Ava
PSEUDO : P. (Me) pour l'avatar + Ub (Loonywaltz)
AVATAR : Brett Dalton
CRÉDITS : P.
DC : No
INSCRIT LE : 16/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30439-shadows-of-my-past-life-keep-me-up-keith-weddington https://www.30yearsstillyoung.com/t30458-keith-weddington-it-s-a-new-day-it-s-a-new-life-for-me

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyJeu 28 Mai 2020 - 20:33



Les blagues les plus courtes sont les meilleures
@Leah Baumann & Keith.
Parfois donner de sa personne ne signifiait pas accorder de son temps et de sa patience non. C’était prendre sur soi et accepter ce qui semblait être impensable. C’est ce que je compris en la voyant débarquer face à moi. Mon cœur était tiraillé entre la planter sur place, appeler mon ancien boss et lui présenter mes plus plates excuses pour cet empêchement imprévu – quel doux hasard – qui m’empêchait de rester plus longtemps à cette journée portes ouvertes. L’inconvénient, c’est que cela ne me correspondait pas, moi qui étais toujours carré sur mon emploi du temps. J’avais donc choisi de respecter ma parole, ma loyauté envers mes anciens frères d’armes et cette occasion rêvée de présenter la formation que j’enseignais. Malheureusement, il y avait l’imprévue. Elle. Celle qui trouvait toujours le moyen de me contredire, de répartir ou rétorquer et de ne jamais accepter de ne pas avoir le dernier mot. Aussi têtue qu’elle, je n’avais pas encore trouvé d’un point de vue féminin… Mais nous étions si identiques que tout nous opposait. Un doux paradoxe à nous voir nous donner en spectacle. Car ni l’un ni l’autre ne semblaient perturbés par le passage qui commençait à s’effectuer face à notre stand, bien trop obnubilés par ce que l’autre avait à dire. Il était impensable que je laisse une possibilité de victoire à Leah. Plutôt me retrouver de nouveau au milieu d’une rafale de balles…

Un léger rictus se dessina sur mes lèvres lorsque je l’entendis me parler netteté… Une idée saugrenue me traversa l’esprit et je lâchais un léger rire en y pensant, ne voulant finalement pas libérer le fond de ma pensée. Plutôt la laisser croire que je me fous d’elle plutôt que de partager cette idée. « Tu penses vraiment avoir le dessus ? C’est bien, être tête brûlée pour un pompier, c’est le comble non ? Tu voudrais voir ça ? Tu ne prendrais pas tes jambes à ton cou cette fois-ci ? Parce que je te signale que les états d’âme et toi, ça fait deux… A tel point que la fuite tu connais pour l'avoir déjà pratiqué quand les mots ne sortent plus… Mais bon si Madame désire réellement voir ça, il suffit de demander… Je pourrais presque exaucer tes vœux. »  Lui proposais-je sur un air de défi avant de rire à sa remarque d’incendie. « C’est donc vrai le complexe du héros ? Le pompier-pyromane… C’est bien, tu seras le cas pratique de mes cours théoriques… De quoi revenir te voir tiens donc ! » ironisais-je en accentuant sur le verbe employé. Bien entendu que je l’avais vu vouloir s’éloigner comme si la distance était une nécessité entre nous pour éviter de s’entre-tuer. Mais c’était mal me connaître. « Tu serais bien trop malheureuse si je n’étais pas là pour illuminer tes jours sombres… » ironisais-je avant de me redresser, m’adossant contre ma chaise. Je me contentais d’acquiescer à ses remarques sur ma présence entre ses murs et sur mes précédentes allusions sur les actes des pompiers. Je n’en pensais pas le moindre mot, ayant un profond respect pour cette profession mais je ne pouvais pas lui avouer, une fois de plus. Je souriais d’un air narquois, l’observant du coin du regard tandis que je ne pris pas la peine de répondre à une seule autre de ses pics. Un acte de faiblesse ? Non pas le moindre du monde, j’attendais qu’il y ait assez de monde pour pouvoir la ridiculiser encore plus.

Je la suivais du regard, me levant à mon tour, pour venir m’approcher avec un grand sourire des personnes s’approchant. J’étais à l’opposé de ce que je pouvais être avec elle, chaleureux, sympathique, avenant, bienveillant. Tout le contraire de ce qu’elle avait la chance d’apercevoir. Je distribuais des prospectus, récoltant quelques pré-inscriptions aux journées portes ouvertes de l’université et je me rendis compte que le passage incessant avait été plus que chronophage, l’heure et demie étant presque terminée… Impossible, je n’avais pas pu l’emmerder plus qu’initialement et comme une sensation d’inachevée me prit aux tripes. Je finissais de ranger mes derniers tracts, refermant ma sacoche avant de m’approcher d’elle, venant me caler simplement derrière son dos sans attirer le moindre soupçon de mon rapprochement. « Madame a fini sa propagande ? Venez nous rejoindre et vous récupèrerez une famille ? Mon dieu cette combinaison jaune… » « Weddington ? Baumann ? » je me tournais vers la voix qui venait de m’interrompre, presque vexé de ce manque total de timing, acquiesçant à mon nom. « On aurait besoin de vous… Un binôme pour une course d’obstacles… enfin un concours entre la police et la caserne… Et il nous manque une personne de chaque pour finaliser le tout… » demanda le jeune flic que je ne connaissais point mais qui semblait être envoyé par les organisateurs de la journée. Je baissais mon regard en direction de ma tenue qui n’était vraiment pas en adéquation, chose qu’il sembla percevoir. « On a tout ce qu’il faut… Débardeur, short… Si ce n’est que ça… » lâcha-t-il tandis que je grimaçais. Si seulement il n’y avait que ça…

Puis je me tournais vers Leah, le regard habité par l’esprit de compétition qui m’avait terriblement manqué ces dernières années. Et sans même regarder le jeune homme, je lui donnais mon accord. « Nous serons là. » dis-je sans prendre la peine de laisser Leah répondre. Je compris rapidement que je venais de faire un heureux bien plus qu’une heureuse et je lui adressais un léger rictus, fier de la prendre au dépourvue. « Tu veux peut-être concourir face à une femme ? Je ne voudrais pas te ridiculiser… » lui dis-je ne manquant aucunement de confiance en moi alors que je me savais physiquement incapable. J’espérais surtout qu’elle abandonne avant la course, ne m’obligeant pas à le faire. « A moins que tu veuilles déclarer forfait… risquer sa vie tu connais ça ? Non ? Dans ce cas, prend part à la course à mes côtés, tu comprendras la signification de ces termes… » lui dis-je sans ciller. Je poussais ma tentative d’intimidation au maximum, étant ma seule échappatoire. « Je vais aller me changer… J’espère que tu ne partiras pas cette fois-ci… Sinon je finirais par croire que… tu ne vaux rien. » lâchais-je en tournant les talons, rejoignant les vestiaires où se trouvait notre inquisiteur qui me tendait la tenue promise. Je sentais mon cœur battre la chamade, l’appréhension me prendre. D’autant plus quand, en sortant, j’aperçus Leah prête à courir. Je m'approchais d'elle, presque au ralenti, conscient de tenter de gagner du temps. J'observais les alentours et fût surpris d'être devenu la nouvelle attraction de ces portes ouvertes.

J’étais probablement fini, mais bien trop fier de moi pour me l’avouer. Advienne que pourra, pourvu que mon corps ne me lâche pas.


code by bat'phanie


l'homme que je suis
J'assume tout crois moi et si j'avais le choix, je ne changerais rien du tout. Non rien du tout. ▬

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Tkjz5H3
Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Fraîchement séparée, pas encore prête à se jeter dans une nouvelle histoire.
MÉTIER : Pompier à la caserne de Brisbane.
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley. En colocation avec Lucia qui est à l'origine de ce trio qu'elles forment avec Eirlys, cette fille aux cheveux multicolores que Leah n'a pas encore trop bien réussi à cerner.
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1592214097-tumblr-0b0e7c6bf525d844ef68aaa37796955b-e05ab2b8-250
POSTS : 5426 POINTS : 85

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Véritable garçon manqué incapable de se tenir devant un match de rugby - sportive et boxeuse avérée - souffre d'un cruel manque de confiance en elle qu'elle camoufle à merveille par des réparties cinglantes - pense avoir enfin trouvé sa voie en intégrant les soldats du feu.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1590660838-omyq
When we were young we were the ones
The kings and queens oh yeah, we ruled the world
We smoked cigarettes man no regrets
Wish I could relive every single word

Loreah#1

[ 7/10 ]

TommeahJuleahLuceah#4KeithAlfeah#2Molly


Univers alternatifs: Lenah-DZRaeleah-DZRaeleah-DSTC-DS
RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12Lehen#14Lehen#13Matteo #1LonnieLehen#16Lehen#15JulianaLehen#18Lehen#14Raelyn (Fb)Lehen#19LeneLeomy#1Lehen#20Cambodge#2Lehen#21HarveyRaelyn-DFLullabyLenah#2Lehen#22AlexCambodge#3Lehen26Romeah#2Jules#2Lonnie#2Raeleah#2HadèsLenah#3LuceahNoleahNoleah#2Leanie#3RosaleahLuceah#2AlexeahAlfeahLuceah#3


RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Bazzart
DC : Hannah et Halsey
INSCRIT LE : 07/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyMar 9 Juin 2020 - 15:46




Les blagues les plus courtes sont les meilleures
La brunette était venue pour passer une journée calme, entourée de ses collègues, loin de ses pensées sombres qui avaient souvent tendance à prendre le pas sur la réalité… Et puis il avait débarqué avec son air supérieur et ses boutades à deux balles, et même si ça lui permettait effectivement de se changer les idées, ça n’était pas exactement la façon dont elle avait prévu de passer la journée. « Tu penses vraiment avoir le dessus ? C’est bien, être tête brûlée pour un pompier, c’est le comble non ? Tu voudrais voir ça ? Tu ne prendrais pas tes jambes à ton cou cette fois-ci ? Parce que je te signale que les états d’âme et toi, ça fait deux… A tel point que la fuite tu connais pour l'avoir déjà pratiqué quand les mots ne sortent plus… Mais bon si Madame désire réellement voir ça, il suffit de demander… Je pourrais presque exaucer tes vœux. » Keith devait probablement lui tenir rigueur de la façon dont les choses s’étaient déroulées entre eux la dernière fois qu’ils s’étaient vu, mais elle s’en fichait bien. Il était hostile à son égard depuis qu’il avait posé les yeux sur elle et qu’il s’était rendu compte qu’une femme était capable de lui rendre la pareille sans se mettre à fondre en larmes et pour ça, elle ne s’excuserait jamais. La brune avait été élevée avec trois grands frères, autant dire qu’elle avait été mise à l’épreuve à peu près toute son enfance – et même après – et que ce n’était pas Keith Weddington qui parviendrait à la faire chanceler pour si peu. Cet aspect misogyne de sa personnalité la rendait chèvre et elle était intimement persuadée qu’il la prenait de nouveau en grippe parce qu’il ne s’imaginait pas qu’elle puisse réellement faire partie des pompiers. Pourtant, la jeune femme n’avait plus rien à prouver à personne, et encore moins à lui. « Monsieur a été blessé dans son ego ? » Un fin sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle appuyait volontairement là où ça faisait mal, bien loin d’avoir envie de trouver un terrain d’entente avec lui. Il y avait déjà des années que cette possibilité s’était envolée, et il ne lui donnait pas vraiment envie d’arranger les choses. Au contraire, son côté impulsif lui donnait presque envie d’aggraver le tableau, histoire qu’il comprenne qu’elle n’en avait rien à faire de ses états d’âme. « C’est donc vrai le complexe du héros ? Le pompier-pyromane… C’est bien, tu seras le cas pratique de mes cours théoriques… De quoi revenir te voir tiens donc ! » Elle fit un geste fatigué dans sa direction. « Ne t’embête pas avec moi, je suis sûre qu’il y a plus intéressant à étudier… Et si ce n’est pas le cas, ton cours fait vraiment peine à voir. Pas étonnant que tu doives te traîner jusqu’ici pour trouver des étudiants. » Elle haussa les épaules en esquissant une petite moue à son intention. « Tu serais bien trop malheureuse si je n’étais pas là pour illuminer tes jours sombres… » Alors ça, c’était tout l’inverse. « Ça m’épatera toujours, le mal que tu te donnes pour venir « illuminer mes jours sombres ». D’autant que t’es pas très doué. » Elle fronça le nez avant de s’en aller et de se concentrer uniquement sur les personnes qui s’arrêtaient à leur stand et qui lui procurait une pause agréable, loin du brun et de ses piques acérées. Il y avait beaucoup de monde, à tel point qu’ils ne virent pas le temps passer et qu’une fois la foule dispersée, ils réalisèrent que l’heure et demie s’était écoulée. Elle rassembla ses affaires sans un mot, pressée de quitter ce stand et son autre occupant, tandis que ce dernier lui lançait un « Madame a fini sa propagande ? Venez nous rejoindre et vous récupèrerez une famille ? Mon dieu cette combinaison jaune… » qui lui fit lever les yeux au ciel. Elle s’apprêta à lui répondre, quand une autre voix s’éleva derrière eux, l’empêchant de rétorquer avec froideur. « Weddington ? Baumann ? » Elle hocha la tête, haussant un sourcil dans sa direction. Quoi encore ? « On aurait besoin de vous… Un binôme pour une course d’obstacles… enfin un concours entre la police et la caserne… Et il nous manque une personne de chaque pour finaliser le tout… On a tout ce qu’il faut… Débardeur, short… Si ce n’est que ça… » Non, non, et non. Il n’était pas question qu’elle passe encore une minute de plus avec ce… « Nous serons là. » Pardon ? Elle croisa son regard et nota qu’il était déjà entrain de s’imaginer la battre. La brunette plissa les yeux un instant avant de se retourner vers leur interlocuteur. « Aucun problème. » Il ne devait pas se rendre compte qu’elle était pour ainsi dire dans une forme olympique et que pour la battre, il allait pouvoir se mettre à courir déjà maintenant. « Tu veux peut-être concourir face à une femme ? Je ne voudrais pas te ridiculiser… A moins que tu veuilles déclarer forfait… risquer sa vie tu connais ça ? Non ? Dans ce cas, prend part à la course à mes côtés, tu comprendras la signification de ces termes… » Leah secoua la tête d’un air amusé. « Tu regrettes déjà de m’avoir défiée, et tu as bien raison. C’est toi qui va te ridiculiser, pas moi. » La jeune femme doutait de beaucoup de choses dans la vie, mais concernant ses capacités physiques, elle débordait d’assurance. Et pour cause, elle s’entraînait plusieurs fois par semaine et ce depuis des années… Ce n’était pas une course d’obstacle contre un professeur avachi qui allait lui donner des sueurs froides. « Je vais aller me changer… J’espère que tu ne partiras pas cette fois-ci… Sinon je finirais par croire que… tu ne vaux rien. » Elle ne prit pas la peine de répondre, tournant déjà les talons pour se rendre dans les vestiaires où se trouvait son casier – il y avait toujours des affaires de sport qui traînaient dans celui-ci – afin de se changer elle aussi pour mettre quelque chose de plus confortable. Quelques minutes plus tard, elle était déjà prête, attendant que Keith ne se montre afin d’en finir une bonne fois pour toute. Enfin, il arriva et elle leva un sourcil dans sa direction. « Je savais pas que tu avais une passion pour l’humiliation, tu aurais mieux fait de rentrer chez toi. » Elle haussa les épaules et s’avança du côté de l’équipe des pompiers, se positionnant au même niveau que lui dans l’équipe de la police. Ça allait être drôle.


Spoiler:
 




code by EXORDIUM. | imgs by tumblr






Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 895480membre
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah ODELaCc
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EdSuEye

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Keith Weddington
Keith Weddington
le coup de poignard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Keith, c'est suffisament court pour ne pas nécessiter de surnom
STATUT : célibataire endurci
MÉTIER : (2012- Mai 2018) Ancien lieutenant des affaires criminelles. // (Depuis Septembre 2019) reconverti en professeur de sciences et de psychologies
LOGEMENT : Toowong, #16 sherwood road
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Brett-dalton-gif-hunt-7
POSTS : 610 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Eve - Leah - Hayden - Leena - Chevy - Byron - Ada - Wim - Loris - Marius - Dani#4 - Loreley - Dani#5 (FB) - Edge - Jacob - Siekeyneston - Keidrea#1 - Dani#6 - Jodie - Livia - Helena#2
RPs EN ATTENTE : Lisbeth-Jacob
RPs TERMINÉS : Dani - Dani#2 - (FB) Dani#3-Amy - Helena - ABANDONNE- Ava
PSEUDO : P. (Me) pour l'avatar + Ub (Loonywaltz)
AVATAR : Brett Dalton
CRÉDITS : P.
DC : No
INSCRIT LE : 16/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30439-shadows-of-my-past-life-keep-me-up-keith-weddington https://www.30yearsstillyoung.com/t30458-keith-weddington-it-s-a-new-day-it-s-a-new-life-for-me

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyVen 12 Juin 2020 - 9:46



Les blagues les plus courtes sont les meilleures
@Leah Baumann & Keith.
J’étais en train de m’avancer vers la ligne de départ, le cœur battant la chamade. Quelle idée de laisser parler mon mélange d’égocentrisme et d’impulsivité pour me retrouver dans une position que je savais ne pas assumer. Je ne savais même pas si c’était pour l’impressionner ou pour me prouver à moi-même que j’étais encore capable de concourir à ce genre de course. J’aurais voulu prendre mes jambes à mon cou, partir à l’opposé pour un quelconque prétexte absurde. Et l’idée même que mon portable ne sonnerait pas pour m’annoncer mon départ soudain sur une enquête me prit aux tripes. C’était fini ce temps là où je pouvais être sauvé par le gong. J’avais remarqué ce regard compétiteur et sûr d’elle qui avait habité Leah lorsque j’avais accepté l’invitation en nos deux noms. Ce regard que je souhaitais voir taire après cette course qui me semblait interminable plus je m’approchais du parcours. J’arrivais enfin à sa hauteur, la toisant de haut en bas avant de faire une mine presque satisfaite de la vue que m’offrait sa tenue de sport. Après tout, je restais un homme et je savais avouer lorsque je croisais de jolies femmes. Et Leah en faisait partie même si mon égo m’empêchait de le prononcer. Pourtant ce fût de l’appréhension qui venait se loger dans mon esprit en la sentant aussi affûtée qu’une lame tranchante. Et même si je restais plutôt bien entretenu malgré l’arrêt total d’activité physique depuis des années, je n’étais pas au plus haut de mes capacités. Et j’avais beau vouloir montrer le contraire, je savais que cette course était à double tranchant. Tout comme ses mots qui résonnaient dans mon esprit. Humiliation. « On en reparle sur la ligne d’arrivée… » répondis-je simplement en faisant volte-face pour rejoindre les rangs des policiers qui semblaient impatients de me voir prendre part. Comme si le fait de me voir sur une ligne de départ, la fin d’une histoire qui avait marqué les esprits de bon nombre d’entre eux. Le flic laissé pour mort qui revenait en activité… Douce utopie. Je restais longuement immobile face à l’horizon, observant le parcours qui se dessinait à nous. Une échelle de corde accrochée à un portique qui était bien entendu suivie d’une fosse de terre, deux haies hautes très probablement d’un mètre, puis des fils barbelés laissant deviner une partie de parcours où nous allions devoir ramper avant d’arriver face à un mur en béton à escalader. Rien qu’à observer ce bout de parcours, j’étais déjà essoufflé. Pourtant mon visage ne laissait rien transparaître. Je tentais même de tourner le regard vers Leah en espérant voir une pointe d’inquiétude. En vain.

Je m’avançais vers la ligne, me frottant les mains avant de m’agenouiller, le regard focalisé sur l’épreuve qui m’attendait. Je n’entendais même pas la voix du commandant qui avait la charge d’arbitrer le duel. Je n’avais qu’une envie, c’était de mettre tout le monde d’accord et de faire taire la jeune femme. Instinctivement, mon corps se redressa au coup de feu qui sonnait le départ, démarrant sur les chapeaux de roues pour mon plus grand étonnement. Je n’accordais pas le moindre regard à Leah et je m’élançais vers l’échelle, agrippant les premières cordes avant de passer le haut de la poutre, me laissant retomber de l’autre côté sans trop de difficultés, si ce n’était cette douleur naissante à l’épaule qui venait de me prendre au moment de grimper. J’en faisais fi et repartais en direction du second obstacle, sentant Leah à ma hauteur. Nous étions aux coudes à coudes et je tentais d’accélérer, sentant mes poumons brûler de mille feux, mon souffle court. Il était impossible que j’aie déjà atteint le maximum de mes possibilités, et je décidais de pousser un peu plus la machine, agrandissant mes foulées pour sauter par-dessus les haies sans trop de difficultés sur le moment, sentant simplement mes jambes légèrement flancher à la réception. Rien d’alarmant, continues. m’encourageais-je mentalement en continuant de courir, me jetant au sol pour ramper comme à mes bons souvenirs. Plus je tentais d’avancer, plus je sentais mon corps tirer la sonnette d’alarme, mes bras se raidissant sous le poids de mon corps qui glissait sous les barbelés avec difficultés. Je sortais de l’obstacle, ma vision brouillée, mon souffle court et le début d’un halètement s’échappant de mes lèvres. Je continuais d’avancer, ne réussissant plus à distinguer les formes qui se trouvaient face à moi, sentant simplement mes jambes avancer sans même que je ne les guide. Ma tête me tournait, sentant ma bouche s’asséchait et des nausées me prendre aux tripes. Je tentais de m’élancer vers le mur face auquel je me tenais, sentant mes phalanges accrocher le béton froid du mur. Je tentais de me hisser, apercevant vaguement la fin du parcours qui nous attendait par-dessus le mur, avant que je ne bascule en arrière, sentant mon corps rendre les armes. Je me laissais tomber de tout mon poids, totalement inconscient, étalé sur le parcours que je ne terminerais pas.

Bien souvent, les limites sont faites pour être franchies. Sauf dans le cas de limites physiques où le subconscient rappelle à l’ordre les esprits effrontés tel que le mien. Je ne savais pas dire si ce passage à vide avait duré une fraction de secondes ou dix longues minutes. J’étais totalement désorienté lorsque mes yeux se rouvrirent, allongé au sol, les jambes surélevées, à l’abri des regards probablement indiscrets dans ce qui me semblait être le hangar de la caserne. Je tentais de me redresser d’un sursaut, prenant conscience de ce qui s’était réellement passé. La course, les obstacles et Leah. La panique s’installa dans mon regard et quand je tentais de me redresser, je sentais mon corps refuser de m’obéir, me laissant retomber dos contre le sol dans un grognement de douleur. Instinctivement je me massais l’épaule, conscient que j’avais pris des risques totalement inutiles quand j’aperçus la jeune femme un peu plus loin dans la pièce, grognant en la voyant s’approcher de moi. « Ne dis rien… » la suppliais-je presque à voix basse, tandis que mon regard se détournait du sien, honteux. « Tu es ravie je suppose… Tu as gagné, tout va bien, tu vas pouvoir te pavaner… » rajoutais-je en me faisant pivoter pour m’asseoir, dos à elle. J’étais de ceux qui n’acceptaient pas être vus dans un tel état de faiblesse. L’idée même qu’elle puisse penser que ce malaise était le résultat d’un état de forme peu entretenu m’hérissait le poil. Mais je restais silencieux, ne voulant pas m’apitoyer sur mon sort ni même faire pleurer dans les chaumières. Je me redressais lentement, prenant le temps de me situer de nouveau avant que mes jambes ne se mettent de nouveau à flageoler, m’obligeant à me soutenir à la première chose qui me tombait sous la main : Leah. Je m’accrochais fermement à son épaule, le souffle court et la tête basse, fermant les yeux quelques instants avant de la lâcher, me reculant d’elle en prenant la direction des vestiaires. « Je ne sais pas qui je dois remercier de m’avoir sorti du parcours… Mais remercie ton collègue de ma part… Puis je suppose que c'était probablement la dernière fois que l'on se voyait... Tu garderas la meilleure des images...» dis-je calmement, dans un rire attristé, me rattrapant contre le mur qui se trouvait à côté de moi. Je restais immobile une fois de plus, conscient que même si je voulais fuir rapidement de ses remarques acerbes, je n'en avais pas la capacité. « Vas-y, marre toi... Ce sera bien mérité tu me diras...»

J’étais bien loin de l’animosité du matin, je n’étais plus que l’ombre de moi-même, la réalité m’ayant ramené sur terre. Et comme bien souvent face à cette réalité, je fuyais, au risque de devenir bien trop sérieux et morose face à cette personne qui au fond, se fichait éperdument de ce que j'étais.


code by bat'phanie


l'homme que je suis
J'assume tout crois moi et si j'avais le choix, je ne changerais rien du tout. Non rien du tout. ▬

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Tkjz5H3
Revenir en haut Aller en bas
Leah Baumann
Leah Baumann
la rescapée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans (08/01)
SURNOM : Bau. Ses frères l'ont toujours appelée comme ça, puis les amis... Même ses parents à la fin.
STATUT : Fraîchement séparée, pas encore prête à se jeter dans une nouvelle histoire.
MÉTIER : Pompier à la caserne de Brisbane.
LOGEMENT : 303 Doggett Street, Fortitude Valley. En colocation avec Lucia qui est à l'origine de ce trio qu'elles forment avec Eirlys, cette fille aux cheveux multicolores que Leah n'a pas encore trop bien réussi à cerner.
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1592214097-tumblr-0b0e7c6bf525d844ef68aaa37796955b-e05ab2b8-250
POSTS : 5426 POINTS : 85

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Véritable garçon manqué incapable de se tenir devant un match de rugby - sportive et boxeuse avérée - souffre d'un cruel manque de confiance en elle qu'elle camoufle à merveille par des réparties cinglantes - pense avoir enfin trouvé sa voie en intégrant les soldats du feu.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 1590660838-omyq
When we were young we were the ones
The kings and queens oh yeah, we ruled the world
We smoked cigarettes man no regrets
Wish I could relive every single word

Loreah#1

[ 7/10 ]

TommeahJuleahLuceah#4KeithAlfeah#2Molly


Univers alternatifs: Lenah-DZRaeleah-DZRaeleah-DSTC-DS
RPs TERMINÉS : Stephen (FB)MaximilienStephen/DFLehen#4Lehen#5Carter#2Stephen#2AdamLehen#6Lehen#7CarterLehen#8ChadnaLehen#9KaneLehen#10ItziarAsherLehen#11Lehen#12Lehen#14Lehen#13Matteo #1LonnieLehen#16Lehen#15JulianaLehen#18Lehen#14Raelyn (Fb)Lehen#19LeneLeomy#1Lehen#20Cambodge#2Lehen#21HarveyRaelyn-DFLullabyLenah#2Lehen#22AlexCambodge#3Lehen26Romeah#2Jules#2Lonnie#2Raeleah#2HadèsLenah#3LuceahNoleahNoleah#2Leanie#3RosaleahLuceah#2AlexeahAlfeahLuceah#3


RP Abandonnés:
 

AVATAR : Chloé Bennett
CRÉDITS : Bazzart
DC : Hannah et Halsey
INSCRIT LE : 07/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t21284-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21340-if-you-can-make-me-smile-i-ll-remember-you-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21758-leah-baumann?highlight=leah+baumann https://www.30yearsstillyoung.com/t21900-leah-baumann?highlight=leah+baumann

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EmptyLun 22 Juin 2020 - 16:10




Les blagues les plus courtes sont les meilleures
Une fois sortie des vestiaires, Leah n’avait pas tardé à repérer Keith qui s’était lui aussi changé en vue de la course qui les attendait. La brune avait brièvement entendu parler des détails de l’organisation de cette gentille compétition, et elle savait qu’ils n’y avaient pas été de main morte. En même temps, chaque métier représenté aujourd’hui exigeait une certaine discipline physique et c’était pour cette raison que la course d’obstacle avait été savamment préparée dans le but de les mettre à l’épreuve ; la facilité, c’était pour les mauviettes. Galvanisée par l’idée de concourir contre le brun et de lui faire perdre cet air arrogant qu’il arborait dès qu’elle était dans les parages, la jeune femme s’était avancée avec un sourire et un air sûr qui n’avait rien d’une façade. Si intérieurement Leah s’effritait à vue d’œil, physiquement elle était en pleine forme. « On en reparle sur la ligne d’arrivée… » Mouais. Elle l’observa partir l’espace d’un instant avant de hausser les épaules et de partir rejoindre son équipe à elle, encourageant les autres alors qu’elle était la première à commencer. Il s’agissait d’un chrono, ce qui voulait dire que si elle assurait, elle donnait déjà un bon départ à ses collègues et… elle ferait mordre la poussière à Keith, ce qui était un bonus à la victoire. Ils se mirent tous les deux en position, s’ignorant tandis que leurs regards se posaient déjà vers la fin du parcours du combattant qui se dressait entre eux et la ligne d’arrivée. Les muscles tendus à leur maximum, le cœur battant un rien trop vite, Leah attendit que le signal de départ retentisse avant de démarrer à toute vitesse, bien décidée à en découdre avec lui. Autant dire que ces obstacles n’avaient rien d’une partie de plaisir, mais la brune était suffisamment entraînée que pour les passer sans trop de mal, serrant les dents en réalisant qu’elle était au coude à coude avec le brun pendant une bonne partie du parcours. Elle continua de se donner à fond, donnant tout ce qu’elle avait pour parvenir à se hisser victorieuse de cette course contre lui, mais une fois arrivés au pied du mur qu’il fallait passer pour arriver au bout, elle entendit un bruit sourd tandis qu’elle s’élançait pour prendre appui sur la surface lisse afin de l’escalader. Surprise, elle s’interrompit dans son geste et se laissa glisser le long de la paroi en réalisant que Keith s’était effondré sur le sol et qu’il était désormais inconscient. « Mais c’est quoi ce bordel ? » Marmonna-t-elle en se laissant tomber à côté de lui et en posant deux doigts contre son cou afin de sentir s’il avait un pouls – il ne manquerait plus que ça ne soit pas le cas, mais heureusement, il était encore vivant – avant de se reculer et de laisser ses collègues masculins le mettre sur pieds et le transporter dans un endroit plus calme. Les bras croisés, elle se tourna vers l’un des policiers faisant partie de l’équipe de Keith et haussa un sourcil dans sa direction alors qu’elle l’entendait marmonner avec un autre partenaire sur l’état de santé de brun. « Vous saviez qu’il était sujet aux malaises et vous l’avez laissé faire cette stupide course ? » Lui demanda-t-elle, cherchant à comprendre ce qu’il venait de se passer. « Depuis qu’il s’est pris cette balle, il n’a plus jamais été au mieux de sa forme. Mais je suis pas son père, c’est lui qui a voulu le faire. » Rétorqua-t-il avant de s’éloigner, laissant la brunette rassembler les pièces du puzzle alors qu’elle se dirigeait vers l’endroit où ils avaient emmené cet abruti de Weddington. « C’est bon, je vais jeter un œil sur lui. Vous pouvez aller faire cette course à ma place, ça ne va pas nous empêcher de leur mettre une raclée. » Argua-t-elle avec un petit sourire en coin, laissant ses collègues sortir avant de faire son entrée dans la pièce et de fermer la porte derrière elle, soupirant en le voyant dans cet état. Quel con. Elle s’avança vers la fenêtre qui donnait vers l’extérieur, observant quelques secondes les autres participants avant de se tourner dans sa direction tandis qu’il reprenait doucement connaissance dans un petit gémissement. « Ne dis rien… » Lança-t-il tandis qu’elle amorçait une approche dans sa direction, la faisant stopper net en haussant un sourcil perplexe. « Tu es ravie je suppose… Tu as gagné, tout va bien, tu vas pouvoir te pavaner… » Seigneur, en plus d’être un abruti, il était stupide. Un abruti stupide, c’était bien sa veine. « C’était une course en équipe, et on était les premiers à se lancer. D’autant que j’ai pas terminé le parcours, je te signale que tu nous as fais une belle frayeur là-dehors. » Lança-t-elle en secouant la tête, dépitée. Il tenta de se relever et la brunette se retint tout juste de faire un geste dans sa direction pour l’aider, comprenant qu’il avait sa fierté à fleur de peau suite à ce qu’il venait de se passer. Ah, les hommes. Ceci étant dit, il perdit une nouvelle fois l’équipe et elle se rapprocha d’un pas, lui permettant de se rattraper in-extremis à son épaule – ce qui lui fit une nouvelle fois serrer les dents, mais pas pour les mêmes raisons – avant de prendre l’impulsion nécessaire pour se détacher d’elle et se diriger vers les vestiaires. « Je ne sais pas qui je dois remercier de m’avoir sorti du parcours… Mais remercie ton collègue de ma part… Puis je suppose que c'était probablement la dernière fois que l'on se voyait... Tu garderas la meilleure des images. Vas-y, marre toi... Ce sera bien mérité tu me diras... » Leah leva une nouvelle fois yeux au ciel. « Arrête un peu de jouer aux cons, tu viens de t’effondrer en plein milieu d’un effort physique et la seule chose qui t’inquiètes, c’est ma réaction ? Tu penses vraiment que j’ai envie de rire ? » Elle fronça les sourcils. « Tes collègues m’ont dit que tu t’étais pris une balle et toi, tu te lances dans un parcours pareil comme s’il s’agissait d’une promenade de santé. Tout ça pour quoi, hein ? » Pour essayer de lui prouver qu’il valait mieux qu’elle ? Si tel était le cas, c’était encore pire que ce qu’elle pensait. « Qu’est-ce que tu cherchais à prouver en agissant ainsi Keith ? » Il était temps qu’elle comprenne ce qu’il avait à se comporter de la sorte avec elle, qu’elle mette des mots sur ces agissements qui n’avaient aucun sens à ses yeux.


Spoiler:
 




code by EXORDIUM. | imgs by tumblr






Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah 895480membre
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah ODELaCc
Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah EdSuEye

:l::
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty
Message(#) Sujet: Re: Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Les blagues les plus courtes sont les meilleures - Leah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: fire station
-