AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – 3 Appareils – 1 an (clé ...
4.99 €
Voir le deal

 (edge & jo) baby i'm back by popular demand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jo Carter
Jo Carter
le rossignol muet
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (03.11.95)
SURNOM : jo en est déjà un, elle n'en a pas besoin de plus. certains se risquent à l'appeler little miss sunshine, on ne sait pas ce qu'ils sont devenus (just kidding) (really?)
STATUT : célibataire. c'est pas la peine d'espérer, t'es pas assez bien pour elle
MÉTIER : fût un temps, elle aurait répondu chanteuse. ce temps est révolu puisqu'aujourd'hui, elle fait partie de la team de choc de l'electric playground. passion : servir des cocktails sur du ariana grande remixé en repoussant les mains baladeuses (nope)
LOGEMENT : #421 carmody road, toowong, avec sa grand-mère, ava
(edge & jo) baby i'm back by popular demand HE1bBXfn_o
POSTS : 172 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : 6éme enfant et unique fille des carter ◦ chanteuse née, pianiste acharnée, recrutée jeune pour faire partie du groupe managé par son père baptisé six times motown ◦ diva sur les bords ◦ eyebrows on fleek, lipstick classic ◦ demi-finaliste de the x factor aussie ; la rançon du succès sans le succès ◦ proche de sa mamie malade d'alzheimer, ruinerait la vie de quiconque oserait lui faire du mal ◦ gros ego, proportionnel à la taille de ses boobs ◦ estime mériter mieux que tout le monde, c'est important d'y croire ◦ pas la peine de lui donner ton prénom #dontcare ◦ pro du bingo ◦ jazz 4ever
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(edge & jo) baby i'm back by popular demand WWim3N9r_o
ROMAN ◦ i'm doing good i'm on some new shit been saying yes instead of no i thought i saw you at the bus stop i didn't though i hit the ground running each night i hit the sunday matinée you know the greatest films of all time were never made i guess you never know never know and if you wanted me you really should've showed
(edge & jo) baby i'm back by popular demand 3Cz6hJhc_o
NICKY ◦ you say i'm stubborn and i never give in i think you're stubborn 'cept you're always softening you say i'm selfish i agree with you on that i think you're giving i think way too much in fact i say we've only known each other one year you say pff i've known you longer my dear i like to sit on chairs and you prefer the floor favouritism ain't my thing but in this situation i'd be glad to make an exception


RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : jorja smith
CRÉDITS : ©ssoveia (av&gifs sign&profil) ◦ ©siren charms (code sign) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : evelyn pearson & yasmine khadji
INSCRIT LE : 07/02/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28932-jo-it-s-a-me-myself-kinda-attitude https://www.30yearsstillyoung.com/t29075-jo-you-know-i-m-no-good https://www.30yearsstillyoung.com/t29918-jo-carter#1313857 https://www.30yearsstillyoung.com/t29815-pro-fm-the-electric-pla

(edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty
Message(#) Sujet: (edge & jo) baby i'm back by popular demand (edge & jo) baby i'm back by popular demand EmptyJeu 2 Juil - 11:31




≈ ≈ ≈
{baby i'm back by popular demand}
crédit/ (jaifkncourtney) ✰ w/ @Edge Price

Un énorme souffle fila des lèvres rouge sang de Jo. Après avoir appliqué une dernière couche de mascara par-dessus les épaisses pattes d'araignées de ses – déjà trop longs – faux cils, elle songea à la pluie drue ruisselant au dehors, et qu'elle entendait se répercuter en écho régulier – tap, tap, tap – tout contre la vitre de la salle de bain. Peut-être aurait-elle dû changer de tenue, envisager de se couvrir davantage. Mais l'ensemble crème qu'elle portait en ce tout début de soirée, toute saucissonnée dans à peine quelques centimètres de tissus qu'elle baissa sur ses cuisses bronzées, puis qu'elle remonta sur sa poitrine compressée en jetant un dernier coup d'œil à son reflet, sa perruque à la coupe effilée encadrant un visage de poupée fraîchement sorti de la fabrique, lui seyait à merveille. Non, même la pluie ne parviendrait pas à lui faire changer son fusil d'épaule, et puis quoi encore ; elle était pimpée comme jamais, ça aurait été dommage. Pourtant, une pensée lui effleura vaguement l'esprit quand, sur le départ, elle rassembla tout son attirail, puis qu'elle enfila enfin son manteau et récupéra son téléphone portable : si seulement elle avait pu rester à la maison avec Nana, emmitouflée dans la sécurité du nid douillet qu'elles formaient toutes les deux. Au lieu de quoi, le service qu'elle avait accepté de rendre à Mac en échange de quelques billets de plus à la fin du mois, elle devait l'accomplir – préférablement avec le sourire, mais ce n'était pas obligatoire, alors elle ne se forcerait pas évidemment. Elle entra dans le salon, talons cliquetant sur le sol en vieux marbre du couloir, et se pencha pour déposer un baiser sur le front fripé de sa grand-mère qui s'endormait déjà, qui lui souhaita néanmoins une bonne soirée.
Et si elle n'y mettait pas du sien, perpétuel état d'esprit qui allait avec ses travers de diva qu'elle n'avait pas hésité à dégainer en préparation de la grande fête qui se profilait, ce n'était toutefois pas la mer à boire. Mac lui avait vendu l'anniversaire d'un pote à lui avec l'entrain d'un marchant de tapis, extrapolant l'ambiance et les animations en la suppliant d'accepter d'en faire partie. T'auras juste à chanter, bébé lui avait-il en se jetant à ses pieds, les mains jointes en une prière qui avait duré des heures. El Boss de l'Electric Playground avait appris par l'ami d'un ami que la petite Jo Carter avait du coffre ; comme dirait l'autre, le contraire l'aurait rendu malade vu les pare-chocs qu'elle se traînait. Elle n'avait pas démenti à la fin, bien trop heureuse de le tenir par les valseuses suffisamment de temps pour obtenir ce qui lui permettrait de gâter Nana. Un plaisir coupable qu'elle avait fait durer, parce que Malcolm était aussi pathétique que tous les autres bonhommes de cette planète, tous convaincus de pouvoir obtenir gain de cause avec des promesses.
En l'occurrence ici, ça avait fonctionné. De toute façon, à quoi ça lui aurait servi de nier qu'elle avait ce talent-là ? Certes, elle ne chantait plus aussi régulièrement qu'avant, choisissant savamment les moments où elle daignait déverser sur les gueux du coin le miel qu'elle avait dans la voix, mais elle n'avait pas perdu de sa superbe en restant sur la réserve, effrayée par l'éventualité qu'on lui vole son don pour le tordre jusqu'à le dessécher. En fait, il se trouvait que, par-delà la mine contrainte et forcée qu'elle se donnait en sortant de chez Nana, elle était excitée comme une puce à l'idée de passer la soirée à dévaler les couplets comme d'autres dévalaient de la gnôle bon marché.
Enfin ça, c'était avant de s'apercevoir de l'étendu du déluge qui tombait sur Brisbane à ce moment-là. Ses doigts se resserrent autour de son téléphone portable, le temps qu'elle lance un regard peu amène à l'ensemble de la rue noyée sous les eaux. Josephine remonta sa capuche bordée de fausse fourrure en se forçant à lever les yeux sur un ciel chargé de tant de choses qu'il laissa échapper une plainte sous la forme d'un coup de tonnerre ; et elle aussi se plaignit, retenant un grognement entre ses dents droites lorsqu'elle songea au chemin qu'elle devait parcourir pour se rendre jusqu'à l'abribus du coin de la rue, et la suite du chemin qu'elle devrait faire à pied jusqu'à l'Electric Playground. Putain de sale temps… son brushing était parfait et ses talons étaient trop hauts pour le sprint – puis franchement, si elle se lançait dans un effort aussi considérable que celui-ci, elle était persuadée que les jumeaux, emprisonnés dans son bustier Dieu seul savait comment, s'échapperaient de son décolleté, alors autant éviter. Très subrepticement, elle caressa l'idée de traverser la rue pour aller sonner chez les Hurley, mais plutôt crever la bouche ouverte que d'admettre avoir besoin que Nicky se sorte les doigts de là où il les avait fourrés pour qu'il lui prête mains fortes. Un nouveau regard vers le ciel ; elle était sûre que son maquillage fondrait, la couche était épaisse, le chantier avait pris un temps fou, assez pour qu'on la remarque sous un éclairage de spectacle. Elle soupira, baissant la tête sous son immense capuche qu'elle finit par replacer du bout des doigts, transie sous son coin de perron humide, les doigts recroquevillés autour de son téléphone.
Son téléphone. Ses yeux sombres s'éclairèrent. C'était quoi déjà son nom, à l'autre-là ? Elle fronça le haut du nez en tchipant, déverrouillant son écran d'un doigt surplombé par un ongle aussi long qu'acéré, toute à l'étude de son répertoire téléphonique. Les yeux plissés, elle s'énerva à moitié sur son écran tactile, l'affublant tout un chapelet d'insultes made in Josephine Ophelia, quand elle se souvint ; elle ne se laissa pas le temps de s'attarder sur l'idée que ça faisait des mois qu'il lui devait un service et qu'à part pour se rancarder sur son tableau de chasse, elle ne s'était pas échinée à faire amie-ami avec lui. C'était le deal. Et puis il lui semblait que Denzel n'avait pas émis de date de butoir à propos de leur petit arrangement, et l'occasion était parfaite. Un léger sourire, un peu carnassier quand elle repensa à leur seul unique vrai échange, se dessina de biais sur son visage parfaitement figé par la poudre et les ombres. Elle tapa vite et bien sur son écran, bercée par la mélodie de la pluie battante qui la fit très brièvement frissonner, tandis qu'elle lui envoyait un texto sans politesse qui disait :

Time to shine, dickhead. J'ai rendez-vous à 21h et j'ai besoin d'un chauffeur. Tu te souviens que tu me dois trois faveurs ?
Je te donne un quart d'heure pour te pointer, sinon je te retrouverais et t'as pas envie de savoir ce que je te ferais. J'aimerais dire que je fais des menaces en l'air mais…
#421 Carmody Road à Toowong. Pose pas de questions, je te dirais pas de mensonges. See ya.


Elle n'avait plus qu'à croiser les doigts en regardant les minutes défiler, le regard perdu dans l'emphase de la pluie qui tombait à intervalles réguliers.


    - - if i'm shinin' everybody gonna shine, i was born like this don't even gotta try, i'm like chardonnay get better over time, heard you say i'm not the baddest bitch you lie.

    :sing::
     
Revenir en haut Aller en bas
Edge Price
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (12.04.85)
SURNOM : edge est déjà ton surnom, on t'appelle aussi par ton nom de famille et seuls quelques privilégiés ont le droit au prénom complet, Edgerton, sans que tu ne grinces des dents
STATUT : I wanna drown in the depth of you
MÉTIER : ancien photographe judiciaire (2012-2020), tu es officiellement sans emploi depuis juillet, tu es à la recherche d'inspiration
LOGEMENT : tu vis dans une maison à toowong (#45) avec Paul, ton cousin et colocataire officiel mais cela ne t'empêche pas de faire quelques détours pour squatter le canapé de ton infirmière préférée
(edge & jo) baby i'm back by popular demand ZQiOem4
POSTS : 472 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : fils unique • originaire de Melbourne • a été élevé par une mère comptable, tu n'as jamais connu ton père • la boxe était ton amour de toujours, tu aurais même pu passer pro, tu as raccroché suite à un mauvais combat de rue (Nov 2019) • photographe de métier, que personne ne prenne de photos à l'IPHONE devant toi, tu le prends très mal • ancien grand buveur, tu es sobre depuis Déc 2019 et tu fais tout pour le rester • grand fan des voyages, tu as les photos qu’il faut pour le prouver • incapable de rester sur place, le sport reste ta passion • fier propriétaire d’une Mustang de 1969
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
paul#4the dudes
keithsohan#3
jo#2charlie#5priadji#12
———

(edge & jo) baby i'm back by popular demand 3Zx7cso
priadji • you just don't know how beautiful you are and baby that's my favorite part. you walk around so clueless to it all like nobody gonna break your heart. It'll be alright babe, see, me, I got you covered...

(edge & jo) baby i'm back by popular demand HTb4meb
price family • father, father, unforgivable... this is my house, you made it personal, its always trouble when they go too far, nobody mention my familia.

(edge & jo) baby i'm back by popular demand UArnFlT
charlie • baby, don't you know all o'them tears gon' come and go...baby you just gotta make up your mind, we decide it. we’re gonna be alright.
RPs TERMINÉS : (fiche de liens)
PSEUDO : malibu
AVATAR : ricky whittle
CRÉDITS : malibu (av & code sign), ssoveia ♥ (gif profil & sign), sharaabeys (gif) & mays (gif)
DC : lara pearson & nicholas hurley, les artistes
INSCRIT LE : 26/06/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24693-i-am-a-sinner-who-s-probably-going-to-sin-again https://www.30yearsstillyoung.com/t24719-edge-nobody-made-me-but-the-main-streets https://www.30yearsstillyoung.com/t29722-edge-price

(edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty
Message(#) Sujet: Re: (edge & jo) baby i'm back by popular demand (edge & jo) baby i'm back by popular demand EmptySam 11 Juil - 22:19




≈ ≈ ≈
{baby i'm back by popular demand}
crédit/ (jorjuhs/tumblr) ✰ w/ @Jo Carter

Si tu avais le moindre doute sur ta capacité à pouvoir t’occuper pendant quelques heures, maintenant que tu n’as plus de boulot et dans un sens plus de responsabilités… tu as réalisé l’affreuse vérité, Edgerton Samuel Price n’est définitivement pas fait pour ne pas avoir d’emploi. Et tout ce qui t’a fallu pour réaliser tout ça c’est quelques jours, juste quelques jours passés entre les murs de ta maison et l’appartement de Yasmine pour réaliser que peut-être, cette pause, ici, dans Brisbane n’est pas la meilleure idée que tu aies eue. Mais si, tu avais besoin de quitter ton boulot, t’éloigner de la station de police et raccrocher pour de bon était une étape importante pour toi, pour pouvoir aller de l’avant et ne plus être aux prises avec des vieux démons. Le genre de démons qui t’accompagnent souvent pendant tes rendez-vous chez ta thérapeute et qui te font douter d’absolument tout. Sauf que tu as pris la bonne décision. Mais ne rien faire ne te réussit pas pour le moment. Tu fais très bien semblant, et la seule personne qui peut prétendre savoir que cela t’affecte un minimum est Yasmine. Même si... même si devant la brune tu as répété que tu avais vraiment besoin de vacances et que vous devriez juste choisir une destination au hasard et partir pour un week-end, quelques semaines, toute une vie… avant de changer de sujet de conversation. Parce que tu vas bien, et qu’il va te falloir un certain temps d’adaptation avant de vraiment pouvoir savourer ce repos bien mérité. Ce qui n’est pas encore le cas.
Pour le moment, tu te contentes d’aider Paul avec sa nouvelle recherche de domicile, d’embêter encore plus le reste de ta famille, surtout Camille et essayer de te détendre. Ce qui est un nouveau concept pour toi. Surtout maintenant que tu es sobre. Il y a quelques mois de cela tu aurais sans aucune hésitation ouvert une bouteille de whisky pour te caler devant ton écran de télévision et rattraper toutes les séries Netflix que tu regardes toujours avec un temps de retard. Mais plus maintenant et décidemment pas dans cette vie-là. Cela ne serait pas très raisonnable et irait à l’encontre de tout tes efforts de ces derniers mois. Pas de Paul dans ton domicile ce soir, ton cousin a ses propres plans pour la soirée et il s’est éclipsé il y a quelques heures en te disant d’être sage. Pas de possible câlins auprès de Yasmine non plus, l’infirmière étant occupée avec son propre boulot pour ce soir, chose que tu peux respecter. Et tu ne vas pas non plus te pointer à l’improviste chez elle pour la surprendre, tu pourrais te faire surprendre par une certaine rouquine qui aurait d’autres plans pour toi. Et avec cette pluie qui s’est abattue sur Brisbane, tu ne peux pas te lancer dans un jogging improvisé… Ce sera donc une soirée tranquille, sur ton canapé, à zapper entre les chaînes, à siroter de la limonade, à ignorer la pluie et la partie de ton cerveau qui voudrait te faire remarquer que tout ceci est très ennuyeux. Et qu’au moins avec un verre d’alcool entre les mains, tu ne verrais pas le temps passer.
Tu chasses cette pensée bien loin, très loin, appuyant avec une vigueur certaine sur les boutons de la télécommande pour te distraire et pour trouver quelque chose de décent à regarder et pour te distraire plus de cinq minutes. Ton téléphone se manifeste à ce moment précis et tu peux dire que tu n’as jamais été aussi heureux d’entendre le bruit d’une notification. Une partie de toi espère, un peu naïvement, qu’à l’autre bout de la ville, Yasmine aura senti une partie de ta détresse et qu’elle saura trouver les bons mots… un souhait complètement ridicule, tu le sais très bien, tu en as parfaitement conscience mais ta curiosité est plus que piquée à vif quand tu ouvres le dernier message que tu as reçu. Et tu éclates de rire, vraiment, en voyant les mots et le message composé par Jo. Tu ne pensais pas qu’elle te contacterait pour te sortir de ta torpeur et te donner une bonne raison de te bouger mais… ce n’est pas comme si tu avais une meilleure offre pas vraie ?


I’m coming but only because I have decided it. Me, myself and I. On my own. And because I am bored and free.
So, you got yourself a ride.


Tu tapes ta réponse rapidement, probablement trop rapidement, déjà sur tes deux pieds, te dirigeant déjà dans ta chambre histoire de trouver une chemise propre. Tu en profites également pour vraiment envoyer un message à Yasmine, lui souhaitant une soirée un peu tranquille -enfin, aussi tranquille que possible vu son métier- et lui préciser que tu vas servir de chauffeur à une amie à qui tu dois une faveur. Tu précise bien dans ton message qu’il s’agit d’une amie et que tu comptes uniquement jouer les chauffeurs et c’est tout.  Oui, le message est long au possible et peut-être que cela ressemble presque à un semblant d’excuse ou des explications de trop, mais vu votre dernière presque-dispute, tu sais qu’être honnête est la meilleure chose à faire. Histoire d’éviter toute confusion possible, surtout si Jo et Yasmine se rencontrent un jour. Tu marques une pause devant ton miroir en imaginant la scène, boutonnant ta chemise, avant de te dire que non, pour ton bien et celui de Yasmine, cela n’arrivera jamais. Jamais-jamais. Cette résolution en tête, tu attrapes tes clefs de voitures, un parapluie et il ne te faut que quelques minutes pour te diriger vers l’adresse indiquée et tu es bien content de te trouver dans ta voiture et pas dehors. Tu repères Jo, facilement, très facilement vu l’ensemble qu'elle porte et tu arrêtes ton véhicule à quelques mètres de la brune, baissant la vitre pour la fixer.
"Oh … C’est ce genre de rendez-vous là ?" Ta façon détournée de lui faire un compliment ? Quelque chose comme ça. Mais elle n’a vraiment pas besoin que tu flattes son ego, tu es sur et certain qu’elle s’est vue, sait exactement à quoi elle ressemble alors…. "Ton prince charmant n’avait pas de carrosse ? Peut-être que tu devrais penser à en changer." La pique te vient facilement, mais tu es très content de ton trait d’humour, tu joues déjà les chauffeurs, personne n’a dit que tu devais être silencieux ou moins drôle que d’habitude. "Je dis ça, je dis rien." Tu ponctues ta phrase par un clin d’oeil avant de poursuivre : "Heureusement pour toi qu’on habite dans le même coin de la ville, sinon c’était mort." Parce qu’une quinzaine de minutes n’est décidemment pas assez de temps pour se faire un chemin sous ce déluge, tout en restant prudent. Jo doit s’estimer heureuse, parce que tu n’as pas de plan pour la soirée et parce que tu avais vraiment, vraiment besoin d’une distraction histoire de ne pas rester dans ta propre tête. "Au fait, je vais bien hein… puisqu’on sait tous les deux que tu ne vas pas poser la question. Et dis-moi…. tu as un parapluie pour faire les quelques mètres qui te séparent de l’intérieur très confortable de ma voiture ou …?"



can you see me? if i ask, it's because i doubt and if i ask again it's just for the casual reminder. reminder that i'm me, that you're you. so take me picture and remind me.
Revenir en haut Aller en bas
Jo Carter
Jo Carter
le rossignol muet
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (03.11.95)
SURNOM : jo en est déjà un, elle n'en a pas besoin de plus. certains se risquent à l'appeler little miss sunshine, on ne sait pas ce qu'ils sont devenus (just kidding) (really?)
STATUT : célibataire. c'est pas la peine d'espérer, t'es pas assez bien pour elle
MÉTIER : fût un temps, elle aurait répondu chanteuse. ce temps est révolu puisqu'aujourd'hui, elle fait partie de la team de choc de l'electric playground. passion : servir des cocktails sur du ariana grande remixé en repoussant les mains baladeuses (nope)
LOGEMENT : #421 carmody road, toowong, avec sa grand-mère, ava
(edge & jo) baby i'm back by popular demand HE1bBXfn_o
POSTS : 172 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : 6éme enfant et unique fille des carter ◦ chanteuse née, pianiste acharnée, recrutée jeune pour faire partie du groupe managé par son père baptisé six times motown ◦ diva sur les bords ◦ eyebrows on fleek, lipstick classic ◦ demi-finaliste de the x factor aussie ; la rançon du succès sans le succès ◦ proche de sa mamie malade d'alzheimer, ruinerait la vie de quiconque oserait lui faire du mal ◦ gros ego, proportionnel à la taille de ses boobs ◦ estime mériter mieux que tout le monde, c'est important d'y croire ◦ pas la peine de lui donner ton prénom #dontcare ◦ pro du bingo ◦ jazz 4ever
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(edge & jo) baby i'm back by popular demand WWim3N9r_o
ROMAN ◦ i'm doing good i'm on some new shit been saying yes instead of no i thought i saw you at the bus stop i didn't though i hit the ground running each night i hit the sunday matinée you know the greatest films of all time were never made i guess you never know never know and if you wanted me you really should've showed
(edge & jo) baby i'm back by popular demand 3Cz6hJhc_o
NICKY ◦ you say i'm stubborn and i never give in i think you're stubborn 'cept you're always softening you say i'm selfish i agree with you on that i think you're giving i think way too much in fact i say we've only known each other one year you say pff i've known you longer my dear i like to sit on chairs and you prefer the floor favouritism ain't my thing but in this situation i'd be glad to make an exception


RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : jorja smith
CRÉDITS : ©ssoveia (av&gifs sign&profil) ◦ ©siren charms (code sign) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : evelyn pearson & yasmine khadji
INSCRIT LE : 07/02/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28932-jo-it-s-a-me-myself-kinda-attitude https://www.30yearsstillyoung.com/t29075-jo-you-know-i-m-no-good https://www.30yearsstillyoung.com/t29918-jo-carter#1313857 https://www.30yearsstillyoung.com/t29815-pro-fm-the-electric-pla

(edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty
Message(#) Sujet: Re: (edge & jo) baby i'm back by popular demand (edge & jo) baby i'm back by popular demand EmptyVen 17 Juil - 12:15




≈ ≈ ≈
{baby i'm back by popular demand}
crédit/ (jaifkncourtney) ✰ w/ @Edge Price

Si pour certain, l'opportunisme était un vice, pour Jo, profiter d'autrui était un mode de vie qu'elle ne rechignait pas à suivre pour y trouver son compte. Elle n'avait aucun problème à utiliser la bonne volonté de son prochain pour obtenir ce qu'elle cherchait, et ce sans éprouver la moindre gêne, et encore moins de culpabilité. Elle avait beau se débrouiller seule la plupart du temps, lorsqu'on lui offrait l'occasion de profiter des autres, elle ne boudait pas son plaisir ; mais jamais pour des choses importantes, ou qui requéraient une confiance aveugle en l'heureux élu. Elle avait compris que la notion du service rendu se limitait souvent au strict minimum chez ceux qu'elle côtoyait, et ça lui allait très bien d'un certain côté. C'était vrai, principalement parce qu'elle ne tenait pas à rendre la pareille à qui que ce soit. Elle ne faisait pas partie de ces gens qui se montraient reconnaissants. A vrai dire, si elle avait voulu jouer au Bon Samaritain, elle aurait donné la clef de son âme à Jésus, ou une connerie de ce genre ; ce n'était pas le cas, elle était aussi ingrate que caractérielle, inutile d'attendre un peu de reconnaissance de la part de Josephine. Dans ses, de plus en plus, rares moments de lucidité, Ava le lui reprochait, de ne pas savoir dire merci correctement, de préférer rouler des yeux devant une main tendue, et sans aucun doute que si elle avait encore été en possession de tous ses moyens, elle aurait trouvé la force de lui faire plus régulièrement la leçon à ce sujet. Quelque part, dans les trésors d'imagination des parents désespérés, traînait une légende qui disait qu'il n'était jamais trop tard pour apprendre la gratitude. Sauf que comme toutes les légendes, celle-ci se basait sur des histoires à dormir debout que Jo n'avait plus l'âge de sagement écouter.
Encore moins aujourd'hui, alors que des trombes d'eau tombaient sur sa ville d'adoption. Son téléphone, qu'elle tenait toujours dans le creux de sa main, projeta une lueur qui la fit sourire d'avance. Il aurait pu attendre plus d'une minute pour lui répondre, à croire qu'il attendait ce moment depuis des lustres. Oh, quelle triste vie, Denzy. C'était si chou, d'autant qu'il essayait de lui faire avaler que c'était son emploi du temps vide qui l'obligeait à répondre à l'engagement tacite qu'ils avaient passé quelques longs mois plus tôt. Sure, Jan. Même derrière un écran de téléphone, il était prévisible… mais ce n'était pas un problème, tant qu'il ne mettait pas des plombes pour débouler devant chez elle, elle lui pardonnerait de ne pas savoir cultiver le mystère entourant l'attitude qu'il se donnait pour paraître moins niais qu'il l'était vraiment.
Satisfaite, elle finit par empocher son téléphone, fourrant ses deux mains dans ses poches par la même occasion. Une pause dans ses mouvements, induite par la manière dont elle se laissa distraire par l'écoulement du ciel chagrin de ce début de soirée, et elle porta ses yeux sur la rue qu'elle habitait, la tête protégée par le toit du charmant perron de sa grand-mère, et par sa capuche bordée de fausse fourrure. Elle n'avait jamais été du genre assez mélancolique pour trouver un paysage détrempé poétique. Josephine, elle trouvait juste ça dégueulasse ; les traînées de boue, les odeurs émanant du sol, et la désolation du cadre flétri par le poids de l'eau qui imposait sa loi sans demander l'avis de quiconque. C'était d'une tristesse contagieuse, tellement que ses paupières constamment mi-closes de blasement – ou était-ce la faute au poids de ses faux-cils, personne ne le savait vraiment – se réduisirent un peu plus tandis qu'elle s'empêchait de penser à la morosité qui se répandait devant elle à ce moment-là. Quelque part à des milliers de kilomètres d'ici, loin, très loin de l'Australie, ses frères profitaient de la clémence de la météo pour poursuive l'existence paisible qui était la leur. Et alors qu'elle ne pensait jamais trop à eux, ayant eu l'impression d'avoir assez vécu à leur contact pour ne plus jamais avoir à se languir de leurs mauvaises habitudes, leurs caractères serviles et leurs fossettes, elle eu l'impression qu'ils lui manquaient.
Nope. Ce n'était pas un bon plan de songer aux fils Carter maintenant. Ca ne l'était jamais de toute façon, de se dire qu'ils n'avaient pas cherché à l'encourager dans ses rêves de carrière en tant que chanteuse professionnelle, jugeant son abandon du groupe comme une trahison qu'ils lui avaient fait payer en restant à distance toutes ces années. Ils avaient le même sang, c'était à peu près tout ce qui les liaient, ça et le rythme dont ils avaient hérité à la naissance – une carte pour les anniversaires, des appels chronométrés et parfois, échappant à leur vigilance entre deux banalités, des récits d'anecdotes… en grandissant, les enfants Carter étaient devenus des inconnus les uns pour les autres. Et puis, les garçons avaient toujours été les fils de leur père. Ils avaient toujours préféré suivre ses ordres et le dernier en date, c'était de considérer Little Miss Sunshine comme l'ingrate qu'elle avait toujours été. Cette fois, Jo ne rechignait par à leur rendre la monnaie de leur pièce en ne s'échinant pas à pleurer sur ce qu'ils avaient perdu tous les six. Pendant que la pluie s'intensifiait, elle se somma d'arrêter d'y penser.

Elle y parvint plus facilement que prévu, puisqu'une Mustang s'arrêta devant chez elle. Elle releva la tête, un sourire en coin perçant l'écran humide de la pluie qui n'en finissait plus "Pourquoi ça m'étonne pas." lança-t-elle en répondant à l'ouverture de la vitre de la voiture pour visualiser la frimousse d'un Edge tassé derrière le volant. Pourquoi s'imposait-il cette torture, Dieu seul avait "C'est ça que tu vends comme un carrosse ? Un cliché, ouais." Pour ne pas dire une déception, elle qui aurait prévu de se la donner dans un 4X4 aux jantes étincelantes, elle allait devoir forcer son boule dans le siège étriqué de la voiture de kéké de son chauffeur ; ingrate jusqu'au bout, tout à fait "Oh, pardon. J'oubliais que les gens qui n'ont pas de style pensent que si on s'habille correctement, c'est forcément dans l'espoir de finir à l'horizontal. J'ai pas besoin de ça, ta gueule." lui répondit-elle en s'élançant pour rejoindre le véhicule du jeune homme en piétinant sur ses talons hauts, les mains accrochées aux bords de sa capuche qu'elle baissa, laissant une bouffée de parfum sucré précéder son mouvement, une fois installée sur le siège passager.
Un grognement s'échappa de ses lèvres rouges, un grognement vite avalé quand elle tourna enfin la tête vers Denzel "T'as raison, je m'en tape. Roule, chauffeur, j'aime pas être en retard." Ils n'avaient pas établi qu'ils devaient faire la causette, aussi boucla-t-elle sa ceinture en se tortillant sur son siège tout petit avant de tourner la tête vers le jeune homme qu'elle finit par fixer, le menton rentré, traduction d'une authentique surprise que son profil lui laissa "Première question, c'est quoi cette allure ?" Elle le pointa d'un ongle pointu, faisant un aller-retour entre le bas de son visage et son front. Le choc était saisissant. Elle avait beau prétendre ne pas garder un souvenir retentissant de leur dernière conversation, elle avait pourtant une vue très nette de l'image que renvoyait Edge à cette époque-là. Ce n'était pas déplaisant à l'œil cela dit, tous ces cheveux, tous ces poils… ça la força tout de même à lui demander "Deuxième question, l'hibernation se passe comme tu veux ? Attends… t'as grossi, nan ?" Et elle tendit la main pour venir pincer son abdomen sans faire dans le détail, juste parce que c'était toujours mieux de vérifier par soi-même, et que ce petit tâtonnement rapide, plein de mauvaise foi, lui fit opiner du chef avec appréciation à l'instant où elle ajouta "C'est la barbe qui fait penser que… mais ça va, toujours complète, la tablette de chocolat." Le chef's kiss qui suivit fût de trop. Mais tout était toujours de trop avec Jo, on s'y faisait.


    - - if i'm shinin' everybody gonna shine, i was born like this don't even gotta try, i'm like chardonnay get better over time, heard you say i'm not the baddest bitch you lie.

    :sing::
     
Revenir en haut Aller en bas
Edge Price
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (12.04.85)
SURNOM : edge est déjà ton surnom, on t'appelle aussi par ton nom de famille et seuls quelques privilégiés ont le droit au prénom complet, Edgerton, sans que tu ne grinces des dents
STATUT : I wanna drown in the depth of you
MÉTIER : ancien photographe judiciaire (2012-2020), tu es officiellement sans emploi depuis juillet, tu es à la recherche d'inspiration
LOGEMENT : tu vis dans une maison à toowong (#45) avec Paul, ton cousin et colocataire officiel mais cela ne t'empêche pas de faire quelques détours pour squatter le canapé de ton infirmière préférée
(edge & jo) baby i'm back by popular demand ZQiOem4
POSTS : 472 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : fils unique • originaire de Melbourne • a été élevé par une mère comptable, tu n'as jamais connu ton père • la boxe était ton amour de toujours, tu aurais même pu passer pro, tu as raccroché suite à un mauvais combat de rue (Nov 2019) • photographe de métier, que personne ne prenne de photos à l'IPHONE devant toi, tu le prends très mal • ancien grand buveur, tu es sobre depuis Déc 2019 et tu fais tout pour le rester • grand fan des voyages, tu as les photos qu’il faut pour le prouver • incapable de rester sur place, le sport reste ta passion • fier propriétaire d’une Mustang de 1969
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
paul#4the dudes
keithsohan#3
jo#2charlie#5priadji#12
———

(edge & jo) baby i'm back by popular demand 3Zx7cso
priadji • you just don't know how beautiful you are and baby that's my favorite part. you walk around so clueless to it all like nobody gonna break your heart. It'll be alright babe, see, me, I got you covered...

(edge & jo) baby i'm back by popular demand HTb4meb
price family • father, father, unforgivable... this is my house, you made it personal, its always trouble when they go too far, nobody mention my familia.

(edge & jo) baby i'm back by popular demand UArnFlT
charlie • baby, don't you know all o'them tears gon' come and go...baby you just gotta make up your mind, we decide it. we’re gonna be alright.
RPs TERMINÉS : (fiche de liens)
PSEUDO : malibu
AVATAR : ricky whittle
CRÉDITS : malibu (av & code sign), ssoveia ♥ (gif profil & sign), sharaabeys (gif) & mays (gif)
DC : lara pearson & nicholas hurley, les artistes
INSCRIT LE : 26/06/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24693-i-am-a-sinner-who-s-probably-going-to-sin-again https://www.30yearsstillyoung.com/t24719-edge-nobody-made-me-but-the-main-streets https://www.30yearsstillyoung.com/t29722-edge-price

(edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty
Message(#) Sujet: Re: (edge & jo) baby i'm back by popular demand (edge & jo) baby i'm back by popular demand EmptyDim 26 Juil - 21:56




≈ ≈ ≈
{baby i'm back by popular demand}
crédit/ (jorjuhs/tumblr) ✰ w/ @Jo Carter

La première phrase qu’elle a pour toi ? Une remarque sur ta voiture, bien évidemment et si d’habitude, tu le prends comme une atteinte personnelle quand on décide de lancer une pique contre ta voiture, ton bébé pour les moments où tu es tout seul ou avec Yasmine, pas cette fois-ci. La pique a l’effet inverse, tu ne fais que sourire, t’y attendant vraiment et sachant que Jo trouvera dix milles remarques à faire sur toi, ta personne, ton apparence, ta voiture et tes goûts musicaux pendant tout le trajet. Donc si elle commence par le plus évident c’est soit qu’elle est très fatiguée, soit qu’elle ne tient pas vraiment à arriver en retard, peu importe les raisons, tu t’y attendais et quand la deuxième pique tombe, la jeune femme trouvant finalement refuge dans ton véhicule, tu roules des yeux aussi, quelques secondes, seulement pour sourire davantage l’instant d’après. Bien des choses ont changé dans ta vie en l’espace de quelques semaines, quelques mois même et tu n’as eu le contrôle que sur peu de choses au final. Pas une sensation que tu affectionnes particulièrement, Yasmine peut probablement en témoigner mieux que quiconque et pourtant, tu es content de te trouver là, exactement au point tu en es. Il est tout de même rassurant de se dire que certaines choses ne changent pas et que Jo est fidèle à elle-même et qu’elle ne se soucie absolument de rien. Ou plutôt que rien ne parvient à l’atteindre.
Une chose que tu peux apprécier, tout comme son répondant et son talent, oui vraiment c’est un talent, à toujours trouver quelque chose à dire et avoir le dernier mot. Certains pourraient trouver cela agaçant ou fatiguant, mais pas toi, définitivement pas toi, tu te comportes de la même manière par bien des façons et c’est bien pour cela que tu te tournes vers elle, battant des cils de façon un peu trop appuyée, la gratifiant d’un simple : "Aw… tu m’as manqué aussi." sur un ton mielleux et hypocrite à souhait. Avant d’enfin redémarrer ton véhicule, et ce même si ce n’est pas un carrosse à la hauteur de la princesse qui vient de poser son royal fessier dans le siège passager. Elle s’attendait à quoi ? Que tu viennes la chercher en limousine ? Un cliché plus que déplacé et pas vraiment le genre d’efforts que tu fais… pour une simple amie, décidément pas. Elle te jauge, tu peux le sentir dans l’habitacle de la voiture et l’espace réduit qui vous sépare et tu manques de lâcher le volant quand Jo décide d’envahir ton espace personnel, sa main se perdant au niveau de tes abdos. Ou c’est le fait qu’elle mentionne une éventuelle prise de poids qui t’a fait voir rouge ? Ou est-ce les deux ? Tu ne sais pas ce qui est pire dans tout ça, ça ou le fait qu’une certaine Khadji n’apprécierait vraiment pas de te savoir dans cette position-là ? Surtout pas vu votre dernière dispute, et la nature de l’échange ni même le moment qui a précédé toute cet échange-là. "Hey... Le consentement ça existe chérie, demande d’abord." Que tu lâches, non que tu grognes, en direction de la brune, insistant bien sur les deux derniers mots, avant de reprendre le contrôle du véhicule et de vous guider vers la sortie du quartier.
Tu sais très bien que si les rôles étaient inversés, elle ne le prendrait certainement pas aussi à la légère mais tu décides de laisser filer en ne lui donnant qu’un simple avertissement. Avertissement qui est lourd de sens et tu t’adresses de nouveau à Jo quand vous vous arrêtez à un feu rouge, jetant un bref coup d’œil à ton propre reflet dans le rétroviseur. Et jugeant ta barbe comme très appropriée. Et Yasmine ne s’en plaint pas, et franchement ? C’est le seul avis qui compte quand ton apparence physique est concernée. "Et pour te répondre, je n’ai pas grossi. Du tout. Donc, devine qui a l’air stupide, non seulement parce qu’elle fait des suppositions complètement fausses mais qu’en plus elle essaye de body-shamer les gens ? Toi, et ça ne te va pas super bien au teint." Et non, tu ne le précises pas parce que tu es quelqu’un de complètement superficiel et que tu ne passes pas autant de temps à faire de l’exercice pour qu’on t’accuse à tort d’avoir grossi… Non. Ce genre de remarques ne t’atteint pas. Du tout. Tu redémarres la Mustang en lâchant une longue inspiration, marmonnant un bref : "Il me faut une adresse par contre…" réalisant que tu ne sais même pas où tu la conduis, mais ayant parfaitement conscience qu’elle te le fera savoir si tu prends la mauvaise direction. Parce que si ce n’est pas pour un rendez-vous, pourquoi autant d’effort ? Peut-être une soirée entre amis ? Dans le fond, tu te fiches bien de connaître les détails de la soirée de Jo, c’est juste parce que tu es curieux et que tu as beaucoup, beaucoup de temps devant toi.  
Et que tu devrais sans doute lui parler de Yasmine ou pourquoi tu viens de réagir de cette façon-là il y a quelques secondes de cela. "Et merci pour les compliments, tu n’es pas la seule à apprécier." Pas la seule du tout, que tu te dis intérieurement, un sourire rayonnant sur le visage en songeant à Yasmine. "Non, je ne faisais pas référence à… comment est-ce que je peux dire ça en ne restant pas poli ? Les quelques fois où tu m’as aidé à ne pas me retrouver tout seul avec ma main droite ? Yeah, let’s go with that." Quand tu y penses, ça a l’air de remonter à une décennie et pas quelques mois, et pourtant, c’est bien le cas. Comme quoi, il peut s’en passer des choses et il est possible de changer. Est-ce que tu as des regrets ? Pas vraiment, tu réalises maintenant à quel point tu as perdu ton temps et à quel point chaque aventure et chaque moment passé en compagnie d’une autre était juste un moyen de te distraire et de ne pas songer aux mots de Yasmine. Où la façon dont vous aviez laissé les choses. Pour ne pas faire face au reste et te dire que tu n’es décidément pas fait pour être dans la vie de la brune ou juste la côtoyer. Un aller-retour à l’hôpital plus tard et il a été facile de tout remettre en perspective. Donc oui, pour Jo, tu dois avoir l’air d’une personne complètement différente.
"Bref, je suis rangé, pour de bon, j’ai une copine et tout. Je sais que tu ne m’as pas demandé mais tu ne peux pas juste tâter la marchandise, je sais, t’es déçue." Tu fais l’annonce à ta manière, parce que tu es toi tout simplement et parce que ne pas le mentionner serait encore plus bizarre qu’autre chose. "Mais bref, tu t’en fiches de ma petite vie… est-ce que j’ai au moins le droit de te demander comment tu vas ?" Parce que dans le fond, tu ne sais pas quel genre de relation vous avez, et la décrire comme une amie et plus facile à faire que de décrire les vraies circonstances de votre rencontre. Pour ce soir, au moins, tu lui sers de chauffeur, à Jo de décider si c’est assez pour en révéler plus ou être un minimum honnête, quoi qu’elle décide, tu ne la forceras pas à en dire plus.



can you see me? if i ask, it's because i doubt and if i ask again it's just for the casual reminder. reminder that i'm me, that you're you. so take me picture and remind me.
Revenir en haut Aller en bas
Jo Carter
Jo Carter
le rossignol muet
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (03.11.95)
SURNOM : jo en est déjà un, elle n'en a pas besoin de plus. certains se risquent à l'appeler little miss sunshine, on ne sait pas ce qu'ils sont devenus (just kidding) (really?)
STATUT : célibataire. c'est pas la peine d'espérer, t'es pas assez bien pour elle
MÉTIER : fût un temps, elle aurait répondu chanteuse. ce temps est révolu puisqu'aujourd'hui, elle fait partie de la team de choc de l'electric playground. passion : servir des cocktails sur du ariana grande remixé en repoussant les mains baladeuses (nope)
LOGEMENT : #421 carmody road, toowong, avec sa grand-mère, ava
(edge & jo) baby i'm back by popular demand HE1bBXfn_o
POSTS : 172 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : 6éme enfant et unique fille des carter ◦ chanteuse née, pianiste acharnée, recrutée jeune pour faire partie du groupe managé par son père baptisé six times motown ◦ diva sur les bords ◦ eyebrows on fleek, lipstick classic ◦ demi-finaliste de the x factor aussie ; la rançon du succès sans le succès ◦ proche de sa mamie malade d'alzheimer, ruinerait la vie de quiconque oserait lui faire du mal ◦ gros ego, proportionnel à la taille de ses boobs ◦ estime mériter mieux que tout le monde, c'est important d'y croire ◦ pas la peine de lui donner ton prénom #dontcare ◦ pro du bingo ◦ jazz 4ever
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(edge & jo) baby i'm back by popular demand WWim3N9r_o
ROMAN ◦ i'm doing good i'm on some new shit been saying yes instead of no i thought i saw you at the bus stop i didn't though i hit the ground running each night i hit the sunday matinée you know the greatest films of all time were never made i guess you never know never know and if you wanted me you really should've showed
(edge & jo) baby i'm back by popular demand 3Cz6hJhc_o
NICKY ◦ you say i'm stubborn and i never give in i think you're stubborn 'cept you're always softening you say i'm selfish i agree with you on that i think you're giving i think way too much in fact i say we've only known each other one year you say pff i've known you longer my dear i like to sit on chairs and you prefer the floor favouritism ain't my thing but in this situation i'd be glad to make an exception


RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : jorja smith
CRÉDITS : ©ssoveia (av&gifs sign&profil) ◦ ©siren charms (code sign) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : evelyn pearson & yasmine khadji
INSCRIT LE : 07/02/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28932-jo-it-s-a-me-myself-kinda-attitude https://www.30yearsstillyoung.com/t29075-jo-you-know-i-m-no-good https://www.30yearsstillyoung.com/t29918-jo-carter#1313857 https://www.30yearsstillyoung.com/t29815-pro-fm-the-electric-pla

(edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty
Message(#) Sujet: Re: (edge & jo) baby i'm back by popular demand (edge & jo) baby i'm back by popular demand EmptyMer 29 Juil - 16:56



≈ ≈ ≈
{baby i'm back by popular demand}
crédit/ (jaifkncourtney) ✰ w/ @Edge Price

Ce qu’il y avait de fort agréable avec Denzel, c’était qu’elle n’avait pas besoin de faire semblant d’être un minimum civilisée. Certes, elle ne s’en donnait pas la peine d’habitude non plus, et ce avec qui que ce soit - à l’exception d’Ava qui réussissait à canaliser ses envolées lyriques d’un regard, bien qu’elle se laissait parfois cueillir par l’excellente répartie de sa petite-fille -, elle tachait tout de même de rester dans les limites du raisonnable lorsqu’elle était en société, réfrénant ses rhétoriques les plus salées pour ne pas choquer l’assemblée. La moitié du temps, c’était peine perdue puisque chassez le naturel, il revient au galop ; ce dicton avait été inventé pour Josephine Ophelia, c’était un fait. Néanmoins avec le jeune homme, elle n’avait pas à courber l’échine face aux convenances.
Peut-être que c’était parce qu’ils ne se connaissaient pas dans le fond, et qu’à part avoir partagé un moment sympathique sur son lieu de travail, ils ne s’étaient pas sentis obligés de faire un suivi rapproché pour devenir plus que des âmes vagabondes qui s’étaient croisées au détour d’un club bondé. Quelque part, ça faisait peser moins de pression sur leurs très rares échanges, de savoir qu’ils n’attendaient rien l’un de l’autre, si ce n’était une bonne dose de cynisme. D’ailleurs, elle n’attendit pas une seconde de plus pour faire ce qu’elle savait faire de mieux, c’est-a-dire la mauvaise tête.
Jo lui répondit, juste après avoir tâté la dureté de ce qu’il cachait sous ses vêtements - ses abdos et rien d’autre, évidemment "Consentement, body-shamer… on dirait que quelqu’un a ouvert un dictionnaire depuis la dernière fois, bravo." Pas qu’elle le trouvait particulièrement stupide, ils n’avaient pas assez été dans le fond des choses pour qu’elle se rende compte si sa matière grise était aussi dense que la masse graisseuse qu’elle le soupçonnait d’avoir gagné au cours des derniers mois. Mais hey, il fallait bien qu’elle lui trouve des défauts, à monsieur muscles. Avec cette tête-là, ça devenait encore plus difficile qu’autrefois, mais elle se garda bien de faire un autre commentaire à ce sujet, se calant à nouveau dans le siège étriqué du véhicule du jeune homme en portant son regard rieur sur la route qu’il emprunta sans attendre davantage, se rancardant simplement sur la meilleure direction à prendre pour la mener à bon port "Prends vers Fortitude. Je dois aller à l’Emporium Hotel, et garde-toi de me faire remarquer que je suis sapée comme si je m’apprêtais à faire la passe de ma vie." l’arrêta-t-elle, une main aux ongles longs et pointus abattue dans l’espace qui les séparait "On me la fait au moins trois fois par semaine. C’est pas digne de ton humour, même s’il est pourri… donc abstiens-toi, merci." Un hochement de tête, un regard dans sa direction, et elle s’intéressa à nouveau au déluge qui s’abattait en dehors du cocon de la voiture d’Edge.

Avec ses deux mains, elle lissa les deux côtés de ses cheveux en carré lorsqu’il reprit la parole. Elle haussa les sourcils avec l’air de ne pas avoir besoin qu’on lui balance une telle évidence - elle n’était pas stupide, elle "Je me doute que je suis pas la seule à apprécier, papa ours. Je croyais qu’on avait déjà établi que t’étais le type de tout le…" Là, elle se mit à rire avec goguenardise, ne terminant pas sa phrase à l’instant où il mentionna leur dernière rencontre "C’est mon devoir de te rappeler que c’est pour ça que t’es là, Denzy. Si mes souvenirs sont bons, c’est comme ça que t’as terminé la soirée la dernière fois qu’on s’est vus." La déroute du jeune homme à cette époque l’avait fait sourire pendant un certain temps avant que ce dernier ne passe, et qu’elle finisse par ranger cette soirée dans sa boîte à souvenirs mentale. Ils avaient passé un bon moment, mine de rien… enfin à en juger par la manière dont il s’était fait rabrouer par la jeune femme qu’il avait courtisé sous ses conseils, Jo avait passé un meilleur moment que lui, mais là n’était pas la question.
Elle tourna la tête dans sa direction, restant un court instant à attendre qu’il termine son laïus avant de rire un peu plus fort quand il lui annonça que quoi, il était casé ? No fucking way. Elle fit mine de compréhension toutefois, un peu comme les maîtresses qui font l’effort de vouloir saisir ce que leur raconte leurs élèves sans pour autant comprendre un foutu traître mot. Des yeux, elle suivit la courbe de son profil, cramponné à son volant, quand elle lui dit "Hum ouais, moi aussi j’ai trouvé l’âme-soeur, tu sais." commença-t-elle en guettant sa réaction par-dessous la barrière de ses longs faux-cils noir carbone, disséminant son cheminement de pensées au fur et à mesure qu’elle avait du mal à vraiment déterminer s’il plaisantait ou pas ; parce que dans quel monde ce type-là, qui laissait une illustre inconnue choisir ses conquêtes sans même craindre qu’elle fasse le mauvais choix, pouvait être en mesure de se ranger après plusieurs mois ? "Il s’appelle Pablo. Un sacré numéro, un bon coup aussi, si tu veux mon avis… il fonctionne avec deux piles, et il se met en veille tout seul quand on oublie de l’éteindre." Ça arrivait parfois, hein. Elle leva les mains devant elle pour se protéger du jugement du jeune homme, continuant sur sa lancée avec le ton qui était le sien ; dépourvu de toutes nuances, tant elle paraissait constamment blasée "Hey juge pas, c’est infatigable ces machins-là… pas comme vos trucs à vous autres, là." De l’index, elle pointa l’entrejambe de son chauffeur sans élégance. Mais encore une fois, là n’était pas la question, n’est-ce pas.
Le rire qu’elle lâcha à nouveau s’amenuisa en même temps que son sourire. Elle posa sur lui un nouveau regard pendant qu’une moue où on percevait nettement le dégoût s’affichait sur son visage de poupée beaucoup trop maquillée "Attends, t’es sérieux en vrai ? Qui est assez inconscient pour se laisser convaincre que c’est une bonne idée ?" En même temps, il avait de bons arguments ; mais la nana en question devait avoir de sacrés problèmes pour envisager Denzel comme une solution viable sur le long terme, c’était clair. Josephine avait assisté à ses méthodes de drague, l’inconsciente, pour ne pas dire l’abrutie, devait vraiment avoir de piètres exigences pour s’être laissée séduite par… hum, hum, cela dit, se dit-elle en changeant d’expression pour les observer plus longtemps, lui et ses poils faciaux, et peut-être le renflement qu’elle percevait au niveau de ses bras tendus pour mieux tenir son volant, si elle accordait peu d’importance à la finesse d’esprit, autant dire qu’elle avait tiré le gros lot. Sans nul doute qu’elle devait faire des envieuses, la mystérieuse copine d’Edge. D’ailleurs, et ce pendant un instant trop court pour être perçu, elle se demanda quel genre de magie elle pouvait avoir en elle pour avoir réussi à si bien le dompter qu’il se sentait obligé de parler d’elle sans qu’on ne lui ait rien demandé ; ouais, elle devait être bonne, c’est tout ce qu’elle réussi à se dire pendant qu’elle se tournait complètement vers le jeune homme, une main chassant une nuée invisible de bestioles devant son propre nez. Ainsi, elle repoussa la question qu’il lui posa juste après "On s’en carre de comment je vais." fit-elle, agressive, et ses yeux se plissèrent aussitôt "Tu peux pas balancer une info de ce genre en t’attendant à ce que je rebondisse pas dessus, c’est le scoop de l’année." Le silence se fit alors dans l’habitacle, et ses yeux se plissèrent plus fort. Jo essaya encore de savoir s’il était sérieux ou non - une, deux, trois secondes… elle lui lança brusquement, statuant sur son cas avec le ton des experts, la tête opinant négativement quand elle se réinstalla convenablement dans son siège,  sans aucune délicatesse, faisant tressauter la voiture qui roulait à bonne allure "Tu mens, je te crois pas."


    - - if i'm shinin' everybody gonna shine, i was born like this don't even gotta try, i'm like chardonnay get better over time, heard you say i'm not the baddest bitch you lie.

    :sing::
     
Revenir en haut Aller en bas
Edge Price
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans (12.04.85)
SURNOM : edge est déjà ton surnom, on t'appelle aussi par ton nom de famille et seuls quelques privilégiés ont le droit au prénom complet, Edgerton, sans que tu ne grinces des dents
STATUT : I wanna drown in the depth of you
MÉTIER : ancien photographe judiciaire (2012-2020), tu es officiellement sans emploi depuis juillet, tu es à la recherche d'inspiration
LOGEMENT : tu vis dans une maison à toowong (#45) avec Paul, ton cousin et colocataire officiel mais cela ne t'empêche pas de faire quelques détours pour squatter le canapé de ton infirmière préférée
(edge & jo) baby i'm back by popular demand ZQiOem4
POSTS : 472 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : fils unique • originaire de Melbourne • a été élevé par une mère comptable, tu n'as jamais connu ton père • la boxe était ton amour de toujours, tu aurais même pu passer pro, tu as raccroché suite à un mauvais combat de rue (Nov 2019) • photographe de métier, que personne ne prenne de photos à l'IPHONE devant toi, tu le prends très mal • ancien grand buveur, tu es sobre depuis Déc 2019 et tu fais tout pour le rester • grand fan des voyages, tu as les photos qu’il faut pour le prouver • incapable de rester sur place, le sport reste ta passion • fier propriétaire d’une Mustang de 1969
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
paul#4the dudes
keithsohan#3
jo#2charlie#5priadji#12
———

(edge & jo) baby i'm back by popular demand 3Zx7cso
priadji • you just don't know how beautiful you are and baby that's my favorite part. you walk around so clueless to it all like nobody gonna break your heart. It'll be alright babe, see, me, I got you covered...

(edge & jo) baby i'm back by popular demand HTb4meb
price family • father, father, unforgivable... this is my house, you made it personal, its always trouble when they go too far, nobody mention my familia.

(edge & jo) baby i'm back by popular demand UArnFlT
charlie • baby, don't you know all o'them tears gon' come and go...baby you just gotta make up your mind, we decide it. we’re gonna be alright.
RPs TERMINÉS : (fiche de liens)
PSEUDO : malibu
AVATAR : ricky whittle
CRÉDITS : malibu (av & code sign), ssoveia ♥ (gif profil & sign), sharaabeys (gif) & mays (gif)
DC : lara pearson & nicholas hurley, les artistes
INSCRIT LE : 26/06/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24693-i-am-a-sinner-who-s-probably-going-to-sin-again https://www.30yearsstillyoung.com/t24719-edge-nobody-made-me-but-the-main-streets https://www.30yearsstillyoung.com/t29722-edge-price

(edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty
Message(#) Sujet: Re: (edge & jo) baby i'm back by popular demand (edge & jo) baby i'm back by popular demand EmptyLun 3 Aoû - 13:53




≈ ≈ ≈
{baby i'm back by popular demand}
crédit/ (jorjuhs/tumblr) ✰ w/ @Jo Carter

Tu manques d’éclater de rire, vraiment, quand Jo te demande si tu as ouvert un dictionnaire depuis votre dernière interaction. Il est clair que tu n’étais pas très regardant à l’époque et qu’elle aurait absolument tout se permettre en ta présence et même avec toi. Tu ne l’aurais pas mal pris, bien au contraire. Alors quoi ? Tu es un homme changé maintenant ? Non, ce n’est pas vraiment ça, la vérité est un peu plus compliquée que cela, et il ne s’agit pas vraiment d’un changement complet pour toi. Dans le fond, tu as toujours su que ton propre comportement était un peu trop borderline, sauf que tu te trouvais toujours des excuses, des circonstances atténuantes, ou alors tu partais avec un verre d’alcool à la main histoire de te dire qu’au final… tu n’étais pas tant responsable que cela au final. Oui, c’était un bon moyen de te mettre la tête dans le sable, de faire l’autruche, littéralement, et tu as tout simplement arrêter de le faire. Histoire de pouvoir te regarder en face et pas que… et puis tu sors littéralement avec un dictionnaire vivant, quoi que, ce n’est pas la meilleure description que tu peux faire de Yasmine. Pas du tout d’ailleurs et tu pourrais probablement parler de la brune pendant des heures et des heures et tu le fais probablement auprès de tes proches et qui veut bien t’entendre… mais tu ne te vois pas le faire dans la seconde ou dans l’habitacle de la voiture ou… même auprès de Jo.
Quelque chose te dit que ce n’est pas le bon public, pourtant c’est toi qui as ramené Yasmine sur le tapis, histoire d’arrondir les angles et pas autre chose. "Oh tu as beaucoup d’estime pour mon humour, faut vraiment pas..." Que tu ajoutes sur un ton railleur parce que tu peux le faire et tu es content quand elle te donne une direction générale et même une adresse finale. Tu lèves un sourcil intéressé, l’interrogeant simplement du regard, te demandant si tu dois t'inquiéter ou non. Non, tu ne feras pas de remarques sur sa tenue, si tu le faisais, ce serait uniquement pour complimenter la jeune femme. Au pire tu pourrais faire une très mauvaise blague et lui dire qu’elle a l’air de la maitresse de quelqu’un de très important, mais cela serait de très mauvais goût. Et oui, tu crains un peu à ce que Jo pourrait te faire subir pour une telle remarque. A toi ou pire encore… ton véhicule. "Et moi faire une remarque ? Je n’aurais jamais osé. Jamais. Je me contente juste de le penser très, très fort, tu as des miroirs chez toi et puis tu es une grande fille de toute façon donc…" Donc, elle ne saura pas à quel point tu es drôle. Toi, tu savais déjà que c’était une cynique dans l’âme, ce qui ne va pas de paire avec sa plastique ou son sourire.
Tu supposes pour le dernier point, ce n’est pas comme si tu avais véritablement vu Jo sourire devant toi, éclater de rire et se moquer de toi oui, mais ce sont deux choses complètement différentes… pas vrai ? La preuve le rire qu’elle vient de lâcher en parlant de sa vie visiblement très remplie et celle de son compagnon qu’elle doit garder dans sa table de chevet. Franchement ? Tu aurais pu te passer de ce genre de détails mais tu sais que les créatures de ton espèce ne se gênent pour partager ce type de ragots, généralement lourds à souhait, alors qu’elle fasse ce qu’il lui plaise, tu serais très mal placé pour la juger. Tu le sais. "Encore une fois, je ne suis pas là pour juger, pense juste à acheter des nouvelles piles, de temps en temps. Histoire de ne pas trop t’ennuyer ou de te retrouver bloquée en plein milieu de la nuit, ça serait vraiment dommage." En revanche, tu ne savais pas que tu devais la convaincre que si, Yasmine est bien réelle. Ton regard froncé alterne entre la route, le rétroviseur et Jo et tu sais que sa curiosité est piquée à vif et qu’elle ne s’attendait certainement pas à ce que tu en révèles autant. Oh lord, your day was more boring than mine. Voilà ce que tu penses automatiquement, tandis qu’un léger silence s’installe entre vous deux et à un nouveau feu rouge, quand elle reprend la parole, pour t’accuser, à tort en plus, c’est ton tour de rire. La fixant comme si elle venait de dire la chose la plus stupide du monde. C’est le cas.
"… Okay ? Je ne vois pas pourquoi c’est si difficile que cela à croire, et tu m’expliques pourquoi je mentirais sur ce point-là ?" Au moment où tu poses la question, où les mots franchissent tes lèvres, tu as automatiquement ta réponse. Parce que c’est ce que font les autres, pas vrai ? S’inventer des vies de toute pièce, enjoliver certains détails pour ensuite tout dénier le jour suivant. Ouais, ou pas. "J’ai pas 15 ans, je n’essaye pas de t’impressionner entre deux cours oh et… contrairement à ce que tu sembles penser, je me moque totalement de ton opinion." Sincère ? Tu l’es totalement et peut-être que tu n’es pas obligé de sourire autant, mais tu pourras survivre si Jo pense que tu es un menteur fini. Ton ego massif s’en remettra, tu en es quasiment certain… "Je veux dire t’es drôle, tu as l’air d’avoir une charmante personnalité mais ton avis ne va pas trop m’empêcher de dormir la nuit tu vois… Et je sais que la réciproque est vraie, donc..." Si tu pouvais, tu la gratifierais d’une légère tape sur l’épaule, tu ne le fais pas, tu te contentes d’hausser les épaules et de redémarrer le véhicule, prenant plus de précaution nécessaire à cause du temps. Et que si Madame la Princesse voulait vraiment arriver à l’heure, elle t’aurait contacté un peu plus tôt. "Et qu’est-ce que tu veux savoir, comment elle s’appelle ? Ses rêves ? Ses envies ? Ses mensurations ? T’auras la réponse à aucune de ces questions-là." Parce que tu ne sais pas vraiment ce qu’elle pourra faire de ce genre d’information-là et que tu ne veux même pas imaginer Jo et Yasmine dans la même pièce. Du tout. Cela serait marrant pour deux secondes, avant que Jo ne se mette à faire ce qu’elle fait de mieux… l’ouvrir bien entendu. Et cela n’arrivera pas.
"Faut juste que tu saches que je ne suis pas disponible, je suis rangé pour de bon et okay je te l’accorde, peut-être qu’elle n’est pas saine d’esprit mais moi non plus donc…" Où est-ce que tu allais avec cette phrase-là ? Excellente question. Ton esprit a dérivé sur Yasmine encore une fois, et le fait que oui, tu sois vraiment chanceux de l’avoir dans ta vie et à tes côtés de manière générale. Tu ne sais pas vraiment pourquoi elle se soucie de toi, de ton sort et de ce qui pourrait t’arriver. Tu ne l’expliques pas, il n’y a aucune logique derrière tout ça, Yasmine le fait tout simplement, et pour toi, c’est largement suffisant. Mais, parce que tu sais que cela ne sera pas suffisant pour Jo, et parce qu’avouons-le, c’est bien dans ta nature de frimer un peu, tu ralentis légèrement, pour tout simplement sortir ton téléphone portable de ta poche et le donner à Jo. "Here have fun." Tu doutes qu’elle soit capable de débloquer le smartphone, mais elle pourra observer ton fond d’écran à loisir. Fond d'écran qui n’est autre qu’une photo de Yasmine, prise par tes soins. "Et avant que tu rajoutes quoi que ce soit, j'ai pris cette photo-là, donc, range tes remarques pour toi Miss."



can you see me? if i ask, it's because i doubt and if i ask again it's just for the casual reminder. reminder that i'm me, that you're you. so take me picture and remind me.
Revenir en haut Aller en bas
Jo Carter
Jo Carter
le rossignol muet
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans (03.11.95)
SURNOM : jo en est déjà un, elle n'en a pas besoin de plus. certains se risquent à l'appeler little miss sunshine, on ne sait pas ce qu'ils sont devenus (just kidding) (really?)
STATUT : célibataire. c'est pas la peine d'espérer, t'es pas assez bien pour elle
MÉTIER : fût un temps, elle aurait répondu chanteuse. ce temps est révolu puisqu'aujourd'hui, elle fait partie de la team de choc de l'electric playground. passion : servir des cocktails sur du ariana grande remixé en repoussant les mains baladeuses (nope)
LOGEMENT : #421 carmody road, toowong, avec sa grand-mère, ava
(edge & jo) baby i'm back by popular demand HE1bBXfn_o
POSTS : 172 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : 6éme enfant et unique fille des carter ◦ chanteuse née, pianiste acharnée, recrutée jeune pour faire partie du groupe managé par son père baptisé six times motown ◦ diva sur les bords ◦ eyebrows on fleek, lipstick classic ◦ demi-finaliste de the x factor aussie ; la rançon du succès sans le succès ◦ proche de sa mamie malade d'alzheimer, ruinerait la vie de quiconque oserait lui faire du mal ◦ gros ego, proportionnel à la taille de ses boobs ◦ estime mériter mieux que tout le monde, c'est important d'y croire ◦ pas la peine de lui donner ton prénom #dontcare ◦ pro du bingo ◦ jazz 4ever
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
(edge & jo) baby i'm back by popular demand WWim3N9r_o
ROMAN ◦ i'm doing good i'm on some new shit been saying yes instead of no i thought i saw you at the bus stop i didn't though i hit the ground running each night i hit the sunday matinée you know the greatest films of all time were never made i guess you never know never know and if you wanted me you really should've showed
(edge & jo) baby i'm back by popular demand 3Cz6hJhc_o
NICKY ◦ you say i'm stubborn and i never give in i think you're stubborn 'cept you're always softening you say i'm selfish i agree with you on that i think you're giving i think way too much in fact i say we've only known each other one year you say pff i've known you longer my dear i like to sit on chairs and you prefer the floor favouritism ain't my thing but in this situation i'd be glad to make an exception


RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
PSEUDO : ssoveia
AVATAR : jorja smith
CRÉDITS : ©ssoveia (av&gifs sign&profil) ◦ ©siren charms (code sign) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : evelyn pearson & yasmine khadji
INSCRIT LE : 07/02/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28932-jo-it-s-a-me-myself-kinda-attitude https://www.30yearsstillyoung.com/t29075-jo-you-know-i-m-no-good https://www.30yearsstillyoung.com/t29918-jo-carter#1313857 https://www.30yearsstillyoung.com/t29815-pro-fm-the-electric-pla

(edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty
Message(#) Sujet: Re: (edge & jo) baby i'm back by popular demand (edge & jo) baby i'm back by popular demand EmptyMer 5 Aoû - 17:09



≈ ≈ ≈
{baby i'm back by popular demand}
crédit/ (jaifkncourtney) ✰ w/ @Edge Price

Une fois lancée, difficile d’arrêter Josephine Ophelia. Edge aurait dû le savoir, témoin privilégié de sa propension à en faire des caisses en toutes circonstances, et tout ça gratuitement en plus de ça. Elle faisait indéniablement partie de ces gens qui se disaient imprévisibles, tempête orageuse en plein été, une comparaison heureuse quand on voyait le temps qu’il faisait dehors à ce moment-là, mais qui avait une façon d’interagir avec les autres si spécifique que ce n’était pas difficile de savoir exactement sur quel terrain elle allait se perdre pour continuer la conversation. Tous les deux, ils n’avaient échangés qu’une seule fois, mais il y avait fort à parier que le jeune homme n’ignorait pas que la provocation était son pêché mignon. Tellement que, loin d’être impressionnée par la rhétorique de son chauffeur du soir, elle rétorqua sans même cligner des yeux "Oh, t’en fais pas pour moi." Laissant sa tête s’incliner pour que l’arrière puisse toucher l’appui-tête de son siège, elle poursuivit sur le même ton "Dieu nous a donné dix doigts, c’est pas seulement pour faire beau. Mais merci de ton égard, ça me touche." On se serait passé des détails, Jo.
Mais est-ce qu’elle en avait vraiment quelque chose à faire, de choquer son auditoire ? Absolument pas, il y avait plus intéressant à penser à maintenant, et ce n’était sûrement pas l’idée que s’il continuait à pleuvoir comme vache qui pisse, ils finiraient probablement par se noyer. Non, Denzel lui donna l’occasion de se détourner de ses propres paroles, lui annonçant la rupture récente de son célibat. Oh. Cette information la plongea dans un déni qu’elle expliqua en se reposant mentalement sur le souvenir qu’elle avait gardé de leur soirée partagée à l’Electric Playground.
Outre le fait qu’il lui avait paru un peu plus tolérable que les autres mâles de l’assemblée, plus tolérable que les autres mâles qu’elle croisait sans arrêt, s’en remettant à des principes de consentement et de bonne conduite envers les jeunes femmes qui se trouvaient dans la foule amassée au centre du dancefloor endiablé par les goûts musicaux pourris de Ray, il avait néanmoins renoué avec les travers de son espèce en la laissant intervenir dans la manière dont il finirait la soirée - plus précisément en la laissant intervenir pour savoir avec qui il la finirait. Qui faisait ça dans la vraie vie, si ce n’était les goujats de la pire catégorie ?

Un sourcil arqué si précisément qu’il semblait avoir été ajouté après coup, elle se sentit obligée de lui rappeler que, au-delà du foin qu’elle faisait de sa révélation, gardant cependant une mine blasée pour ne pas ruiner sa réputation de je-m’en-foutiste, elle avait toute les raisons du monde de croire qu’il se foutait royalement de sa gueule.
"Hum, j’sais pas… parce que t’as littéralement accepté que je parte à la pêche aux thons pour toi, la dernière fois qu’on s’est vus ?" Toujours dans la finesse verbale. Il ne fallait pas attendre de Josephine qu’elle se montre plus nuancée dans ses propos ; au contraire, elle ne se rendait même plus compte des horreurs qu’elle disait tant elles lui venaient naturellement, un peu comme la voix mélodieuse qui s’échappait de sa gorge quand elle consentait à en user pour chanter. Elle grimaça sans se cacher, roulant des yeux par la même occasion en explicitant le fond de sa pensée "Dans le genre dernier mec que j’aurais imaginé capable de faire ça tout seul et sur le long terme, je te réserve la première position - déso, j’ai pas de médaille sur moi." La deuxième position, et la troisième, et toutes les suivantes d’ailleurs. Le toupet du gars, pensa-t-elle en l’écoutant parler comme un daron de quatre enfants - comme quoi, se faire pousser une barbe de plusieurs centimètres, ça vous faisait vous exprimer comme un sage de pacotille ; encore un peu, et il lui parlait par énigme. Cette. Blague.
Sans attendre, elle sauta sur l’occasion pour démonter un peu plus sa défense, les yeux fichés sur le pare-brise ruisselant de pluie par intermittence "Tu te moques de mon opinion, tu t’es quand même senti obligé de me parler de ta copine alors que je t’ai juste demandé comment t’allais." Elle en avait tellement rencontré des types qui se savaient si sensible aux femmes et à leurs charmes qu’ils préféraient assurer leurs arrières en prévenant leur proie pour que les torts soient partagés s’ils venaient à se faire piquer ; comme ça, ça revenait à la tronche des pauvres filles qui se retrouvaient dans un triangle amoureux et qui récoltaient des étiquettes aussi diverses et variées que l’était le vocabulaire fleuri des femmes trompées du monde entier. Franchement. L’opinion qu’elle avait d’Edge avait beau être indéfinie pour le moment, leurs rapports restant basés sur du strict minimum, elle se dit qu’il parlait comme les types en question.
Une déception qu’elle fit passer en étirant sa réflexion sans se faire prier, le menton rentré, mais le regard slalomant toujours entre les trombes d’eau du dehors "T’as cru quoi, que j’allais te sauter dessus donc t’as assuré tes arrières en brandissant la carte canard ? Coin, coin." Elle était jeune Jo, assez pour trouver ce genre de choses beaucoup trop drôles. Elle ne rit pas toutefois, poursuivant sur le même ton "Je te l’ai déjà dit, t’es mignon, et +100 pour les poils et les kilos en trop, mais… j’ai d’autres standards, donc." Les blancs beaucoup plus grands qu’elle avec une fossette au menton et des skills de fermier slash chanteur à minettes ? Si on vous le demande, vous n’aurez qu’à faire comme elle, et dire que c’est un mensonge.
Entrecoupant les paroles du jeune homme par les siennes, elle laissa échapper les prémices de sa prochaine salve avec un léger rictus au coin de ses lèvres peintes en rouge sang "Commençons par ses mensurations. C’est sûrement ce qui t’a mené à elle, autant partager ton expérience pour que je m’imagine la scène… le reste hein, trop peu pour moi." Elle y croyait toujours à peine au fait que le jeune homme était maintenant assez rangé pour ne laisser ni rien ni personne le mettre en porte-à-faux à propos de son passé pas très reluisant. En silence, elle se demanda si la supposée copine d’Edge - l’inconsciente, l’abrutie - était au courant qu’avant elle, il ne rechignait pas à se porter volontaire pour tester les talents d’entremetteuses, pour ne pas dire autre chose, d’une illustre inconnue. Josephine aussi était une femme, elle savait dans quelle mesure elles autres acceptaient le passé de leur cher et tendre - à sa place, elle aurait sans aucun doute détourné les talons en sachant ce genre de choses ; parce qu'il avait beau descendre tout droit du Mont Olympe, ça ne faisait pas tout non plus. Denzel paraissait loin d’être fiable.
Elle se laissa distraire par sa propre réflexion, mais se réinséra très vite dans la conversation quand il apposa sa conclusion. Jo se tourna vers lui, remuant sur son siège pour mieux le voir "Aww. T’entends ça ?" Elle pointa le plafond du doigt pour le mettre sur la piste d’un son quelconque, mais à part la battement de la pluie sur le toit du véhicule, rien n’était à signaler. Et c’était normal, c’était juste pour ménager son effet "C’est le bruit de mon coeur qui se brise en mille morceaux. Tu viens de ruiner tous mes espoirs, moi qui rêve de toi la nuit… je vais devoir m’en remettre à Pablo. Hoooow fucking sad." Et évidemment, les commissures de ses lèvres suivirent le mouvement de sa supposée tristesse, s’affaissant doucement.
Quand alors il lui tendit son téléphone portable qu’elle alluma d’un doigt déterminé "Eww, ugly." fit-elle en voyant le visage de l’heureuse élue qui, se rappela-t-elle en se retenant de sourire, qu’elle ressemblait étrangement à la femme qu’elle avait désigné comme la prochaine entrée du tableau de chasse d’Edge. Etonnamment, elle ne profita pas de son avantage pour l’enfoncer un peu plus, restant un instant à observer le cliché qu’elle fit disparaître en activant la veille de l’appareil. Elle garda le téléphone dans la main "Je veux pas dire, mais elle a l’air… gentille." Etait-ce un compliment ? "Dans le genre insupportablement gentille, je veux dire… qui te donnerait un rein par pur esprit de gentillesse, et pas pour se donner bonne conscience." ajouta-t-elle précipitamment, bien obligée de se rendre à l’évidence et d’accepter enfin la nouvelle.
Elle médita une seconde, penchant la tête sur le côté en empruntant une mine de concentration qui se fissura lorsque, se replaçant face au pare-brise, elle reprit "Mais en même temps… elle sort avec toi, ça fait qu’elle doit avoir un truc qui cloche quelque part quand même, et j’aimerais bien savoir quoi." En tout cas, ça n’avait rien de physique, c’était une certitude - sauf si elle cachait une excroissance louche à un endroit tortueux, mais ça, elle ne préférait pas le savoir. Au lieu de quoi, elle réactiva l’écran du téléphone du jeune homme pour y rejeter un oeil et salua secrètement les beaux sourcils qu’elle avait pour elle… ce qui lui fit d’ailleurs reprendre, d’une voix un peu plus posée "C’est pour elle les poils, avoue." Mais elle ne lui laissa pas tellement le temps de lui répondre, elle préféra retomber dans ses travers, et tendre vers la bravade gratuite pour mieux lui demander sur le ton de la conversation, sa voix se teintant de faux accents d’innocence qui ne lui allaient définitivement pas "Et sinon, elle sait que t’es du genre à te taper la première qui passe juste pour combler l’ennui, ou… ?"


    - - if i'm shinin' everybody gonna shine, i was born like this don't even gotta try, i'm like chardonnay get better over time, heard you say i'm not the baddest bitch you lie.

    :sing::
     
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty
Message(#) Sujet: Re: (edge & jo) baby i'm back by popular demand (edge & jo) baby i'm back by popular demand Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(edge & jo) baby i'm back by popular demand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: logements
-