AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 let me look at the sun (august)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Livia Visconti
Livia Visconti
la famille décomposée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans.
STATUT : célibataire, maman d'un petit garçon né en janvier 2017 et séparée de cameron depuis mars 2019.
MÉTIER : propriétaire et gérante d'une épicerie bio, natura verde (logan city).
LOGEMENT : #402 beachcrest road (bayside), un petit duplex à deux pas de la plage.
let me look at the sun (august) 200
POSTS : 684 POINTS : 270

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : italienne, s'est installée en australie à vingt-trois ans ≈ craint souvent de renvoyer le stéréotype d'une maman parfaite et d'une femme accomplie, alors que ce n'est pas si simple ≈ rongée par le regret de n'avoir eu qu'un fils, elle qui rêvait d'une famille nombreuse.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
let me look at the sun (august) Dddg
cameron#1 (fb) & #2 › if i walk down this hallway tonight, it's too quiet, so i pat through the dark and call you on the phone. push your old numbers and let your house ring, till i wake your ghost.

let me look at the sun (august) Htap
visconazzetti familyvitto #1 & nino #2 › i know your anger about the stories you told, they blacken my name, it doesn't make a difference at all. so stay, if only i could try to explain, then we'll have it all and must stop slipping away.

(10 + 1) vitto #1augustginnymalleenia #2 › nino #2 › cameron #2
(fb) ciankeithezracameron #1
(ua) amos

RPs EN ATTENTE : malachi › josh #2.
RPs TERMINÉS :
let me look at the sun (august) Tumblr_odtzp2IYXQ1qdhps7o1_500
(2020) mariussimoncharlievictoiremalleenia #1joshnino #1jesscarlisle
AVATAR : alicia vikander.
CRÉDITS : eunoia (ava), tumblr (gifs), captain rogers (dessin), loonywaltz (ub), me (code signa).
DC : clyde.
INSCRIT LE : 28/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29904-livia-leave-all-my-ghosts-behind https://www.30yearsstillyoung.com/t32068-livia-clyde-set-a-fire-in-my-head-tonight https://www.30yearsstillyoung.com/t31074-livia-visconti

let me look at the sun (august) Empty
Message(#) Sujet: let me look at the sun (august) let me look at the sun (august) EmptyLun 6 Juil - 16:32



AUGUST & LIVIA
Let me look at the sun
Now you're moving on and you say you're alone
Suspicious that this string is moving your bones
We are the fire, we see how they run
See how they run, lift me higher, let me look at the sun


Si la question lui avait été posée, Livia aurait bien été forcée d’avouer qu’elle prenait davantage de temps que d’habitude pour se préparer. Elle qui affectionnait le maquillage naturel et les tenues dans lesquelles elle n’avait passé ni des sommes astronomiques, ni un temps fou à les choisir, traînait pourtant dans la salle de bain depuis bien trop de temps pour que cela soit tout à fait justifié. Loin d’elle l’idée de vouloir se pomponner au point de ne plus se ressembler, mais elle avait envie de prendre le temps, pour une fois, de soigner sa coiffure qu’elle avait relevé en un chignon élégant dont quelques mèches éparses s’échappaient soigneusement. Son visage dégagé, elle avait entrepris de tracer les courbes de sa bouche d’un coup de rouge à lèvres qui reflétait un vieux rose qu’elle affectionnait beaucoup. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas pris la peine de soigner ainsi son apparence, même si aux yeux de beaucoup, son maquillage ne différait pas tant de celui qu’elle arborait habituellement à l’épicerie – tout en finesse et en discrétion, les maîtres mots de la demoiselle qui ne cherchait jamais vraiment à se faire remarquer. Pour autant, elle avait voulu marquer l’occasion, invitant ce soir-là chez elle un homme qu’elle avait appris à apprécier au fur et à mesure de ses passages à l’épicerie. Celui qui s’était au départ imposé comme un client sympathique et curieux d’en apprendre davantage sur la cuisine (cela se sentait clairement qu’il n’avait jamais beaucoup pratiqué, mais l’intention y était désormais), avait fini par attirer son attention au-delà du simple regard qu’elle posait sur ses clients. Elle n’avait pu s’empêcher de lui attribuer un certain charme, à ses tâches de rousseur et sa manière de s’exprimer qui trahissait une certaine éducation et une culture qui ne pouvaient que l’impressionner. Même plus jeune, elle n’avait jamais réellement été attirée par les ‘bad boys’, comme certaines de ses amies pouvaient les nommer, et avait toujours préféré se tourner vers des hommes au charme plus mature, plus distingué. Non pas qu’elle soit particulièrement cultivée au-delà de ses centres d’intérêts, mais elle avait besoin de s’entourer de personnes avec qui elle pouvait entretenir de réelles conversations.

Alors, bien malgré elle et sa réserve habituelle, elle avait un jour nonchalamment proposé à ce fameux client d’échanger ‘cuisine’ autour d’un café, ce qui l’avait ensuite menée à le taquiner gentiment en lui précisant qu’elle espérait bien goûter à sa cuisine, lorsqu’il aurait fait quelques progrès. Si le roux n’avait malheureusement pas pu l’inviter car il logeait apparemment à l’hôtel pour l’instant, elle avait alors suggéré – sans réfléchir plus que de mesure à la signification d’une telle invitation – qu’il lui emprunte sa cuisine le temps d’un repas. Lorsqu’elle avait réalisé qu’elle s’était un peu trop avancée et qu’il ne l’appréciait peut-être pas tant en retour, elle s’était mordu les lèvres et avait détourné la tête, honteuse. Cependant, et contre toutes attentes, il avait accepté son invitation et lui avait promis de faire des efforts pour lui préparer un repas décent, ce à quoi elle avait rit de bon cœur. Quelques jours plus tard et après avoir couché Gabi qui semblait s’être facilement endormi, elle se retrouvait donc à se préparer avec minutie devant son miroir, prenant sans doute trop à cœur cette soirée. Il ne s’agissait que d’un repas, et elle en avait absolument conscience. A dire vrai, elle ne s’attendait à rien de plus que quelques heures de bonne entente et de détente entre la compagnie de cet homme, mais cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas ressenti ces picotements de hâte à l’idée qu’il passe la porte de chez elle. Depuis sa séparation l’année passée, elle avait eu bien trop de changements à gérer pour espérer réellement refaire sa vie de sitôt, ou ne serait-ce que rencontrer quelques personnes et voir où cela pourrait bien la mener. Ce n’était pas faute d’y avoir été poussée par ses amies, mais elle n’avait jamais voulu se relancer dans le bain, du moins pas de manière sérieuse. Plus d’un an après, désormais, elle sentait enfin que sa vie commençait à se stabiliser et qu’elle était sur la pente ascendante d’un nouveau départ. Elle avait renoué timidement avec Vitto, son demi-frère qu’elle pensait ne jamais revoir, et avait même recroisé Nino. Ces derniers mois lui souriaient, son quotidien s’apaisait, et l’épicerie tournait mieux que jamais. Trop beau pour être vrai, auraient dit certains, mais Livia étaient de ceux qui ne souhaitaient pas penser aux futures retombées avant que celles-ci ne soient vraiment amorcées.

Toute sourire, elle était donc allée ouvrir à August, qu’elle avait chargé de décider de lui-même ce qu’il comptait bien cuisiner ce soir – elle voulait bien lui prêter sa cuisine, mais c’était lui qui avait proposé de cuisiner pour elle, alors elle comptait bien le laisser se débrouiller dans le choix de la préparation. Même si elle s’attendait bien à devoir l’aider, et se serait d’ailleurs sentie bien mal de le laisser se débrouiller seul, toujours bien trop partante pour venir en aide aux autres lorsqu’elle le pouvait. Elle l’avait donc salué, cet inconnu qu’elle avait pourtant l’impression de commencer à connaître – si elle savait. Une fois à l’intérieur du loft, elle s’était retournée vers lui, les sourcils arqués en une expression de curiosité non voilée. « Qu’est-ce que tu nous as prévu ? » D’humeur joueuse, elle avait ajouté sur le ton de plaisanterie. « J’ai de grandes attentes. » Que cela ne soit pas mal interprété, avait-elle tout de suite pensé. Quoi qu’elle puisse faire, elle ne pouvait s’empêcher d’être parfois une boulette ambulante, à vouloir être trop enthousiaste.
@August Wells


~ :
 


Dernière édition par Livia Visconti le Jeu 27 Aoû - 20:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
August Wells
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-huit ans. (02/12/81)
SURNOM : Dr Wells.
STATUT : Célibataire, divorcé.
MÉTIER : Chirurgien orthopédiste et traumatologue.
LOGEMENT : Récemment arrivé à Brisbane, il crèche à l’Emporium Hotel en attendant de s’installer.
let me look at the sun (august) XXA9KPVL_o
POSTS : 90 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Anglais pure souche, né à Londres ♦ arrivé à Brisbane en mai 2020 ♦ vient d’un milieu très chrétien, traditionaliste et machiste ♦ père d’une fille de dix-huit ans dont il est très fier ♦ séparé de la mère de sa fille depuis un an, après dix-sept années de mariage ♦ grand séducteur, a été un mari infidèle pendant des années ♦ a suivi une psychothérapie pour réfréner son narcissisme et son penchant dominateur suite à une prise de conscience ♦ élitiste et très instruit ♦ bourreau de travail, passionné par son métier ♦ possède un très fort ego et un esprit de compétition féroce.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : Livia, Marius, Norah, Colleen
RPs EN ATTENTE : Nea
AVATAR : Eddie Redmayne
CRÉDITS : loonywaltz (userbars)
DC : None.
INSCRIT LE : 21/06/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t31893-you-were-my-cure-but-i-was-your-disease https://www.30yearsstillyoung.com/t31943-august-never-have-i-dealt-with-anything-more-difficult-than-my-own-soul https://www.30yearsstillyoung.com/t32005-august-wells

let me look at the sun (august) Empty
Message(#) Sujet: Re: let me look at the sun (august) let me look at the sun (august) EmptySam 11 Juil - 16:25



Pendant que tout le monde à l’hôtel s’apprêtait pour prendre place dans le très chic restaurant qui dominait les hauteurs du palace, August avait décidé ce soir-là de dévier légèrement de ses habitudes mondaines. Loin de la terrasse avec piscine, de la vue imprenable qu’elle offrait sur Brisbane ou encore des délicieux cocktails exotiques que l’on y dégustait, il s’était laissé tenter pour une fois par un tout autre genre de soirée. Ce genre de soirée assez atypique dans son existence parfaitement millimétrée pour qu’il ressente le besoin de gamberger en amont. Devant le miroir de la salle de bain de la suite cossue dans laquelle il logeait, le rouquin s’était contenté d’un savant coup de peigne avant de prendre le temps de s’éterniser à contempler son propre reflet. Le défier d’un regard hostile, à l’image d’un véritable ennemi. L’homme d’avant face à celui de maintenant, en conflit permanent. Si d’autres investissaient toute leur énergie à soigner leur coiffure et choisir les meilleurs atours pour leur rencard, sa façon à lui de se préparer était davantage de l’ordre psychologique. Ce n’était pas qu’il avait peur de ne pas être à la hauteur, loin de là. August s’était toujours senti très à l’aise au contact des femmes, même si cela faisait des mois qu’il n’en avait plus véritablement approché une. Après le départ de Colleen, l’acharnement de ses anciennes maîtresses à essayer de prendre la place de son ex-épouse l’avait excédé jusqu’à l’explosion, si bien qu’il avait fini par toutes les mettre à la porte avec pertes et fracas. Étonnamment, cette solitude qu’il s’était imposé avait été une première bouffée d’air frais salvatrice pour ses poumons encore saturés des cendres de son mariage parti en fumée, et depuis, il ne s’était plus rien passé. Cela lui avait permis de prendre un certain recul sur sa vie. Le même recul auquel il devait recourir ce soir-là, devant son miroir, pour se persuader que ce petit rendez-vous innocent derrière les fourneaux avec la jolie épicière ne mettait pas en péril sa virilité. Car c’était bien ça qui le tracassait, inconsciemment, malgré sa détermination à s’affranchir de la prison dans laquelle son père l’avait enfermé. Il avait beau essayer tous les jours de les noyer dans le siphon des chiottes, ses démons avaient la peau dure.

Cependant, au-delà de l’expérience sociologique inédite que cela pouvait représenter pour lui qui avait toujours considéré que la cuisine était le rôle inhérent des femmes au sein d’un foyer, il la trouvait charmante, cette Livia. Aussi simplement que cela. Outre le fait qu’elle était une très belle femme et que ce simple constat ne laissait jamais August totalement indifférent, elle s’était montrée aimable et serviable lorsqu’il s’était arrêté dans son épicerie pour y faire ses emplettes et demander quelques conseils rudimentaires. Il lui en était assez reconnaissant pour y être retourné à plusieurs reprises, avec de nouvelles questions à chaque fois. Son intérêt soudain pour la cuisine n’avait été pourtant qu’éphémère, s’étant à l’origine manifesté un jour où la mauvaise humeur et les maux de tête avaient eu raison de son envie de sortir au restaurant – où il broyait du noir en se remémorant les plats délicieux que lui préparait Colleen lorsqu’ils étaient encore mariés, et dont le talent n’avait pas son pareil. C’était ainsi que l’idée lui était venue subitement d’improviser une cuisine sauvage dans sa suite d’hôtel, au moyen d’un four à micro-ondes et d’une cafetière dont il avait détourné l’utilité première pour y cuir ses ingrédients. Et à raison de ses visites répétées à l’épicerie pour approvisionner le réfrigérateur, l’invitation était tombée de manière tout à fait inattendue au détour d’un échange de banalités, et il l’avait accepté en toute spontanéité. Les jours suivants, il s’était tout de même résolu à ne pas passer pour un charlatan devant la belle brune en faisant l’effort de recueillir recettes, tutos et autres conneries sur des blogs et des chaînes YouTube de ménagères de moins de cinquante ans – non sans un certain embarras. Malgré le vif intérêt dont il avait fait preuve à chacune de ses visites chez l’épicière, il n’en demeurait pas moins que la cuisine n’était pas vraiment sa tasse de thé. Mais il s’était engagé, et un homme digne de ce nom ne revient pas sur ses engagements. Du reste, il devait bien reconnaître qu’il n’aurait pas accepté l’invitation si celle-ci ne l’enthousiasmait pas.

Dès qu’il fut prêt, il quitta sa suite en abandonnant derrière lui sa noirceur et son tranchant pour revêtir la peau de l’homme charmant qu’il incarnait à la perfection quand il le voulait, en bon caméléon social qu’il était. Il avait fait le nécessaire pour soigner son apparence, comme toujours. Sa chevelure rousse coiffée dans un désordre organisé, un pull sobre en cachemire bleu nuit par-dessus une chemise blanche, des richelieus bien cirés et une montre hors de prix au poignet, le tout enveloppé d’une légère brume de parfum musqué. Lorsque son hôte lui ouvrit sa porte, c’est un sourire à la fois énigmatique et enjôleur qui vint auréoler son visage piqué de taches de rousseur avec un naturel frappant. Était-il vraiment naturel ou préfabriqué pour l’occasion, ça, l’histoire ne le dit pas. Toujours est-il que Livia, quant à elle, était absolument radieuse, avec cette coiffure qui mettait superbement son visage en valeur, et ce rouge aux lèvres qui se mariait à merveille à son teint légèrement halé. August avait l’œil pour ces détails-là. Par ailleurs, elle semblait être d’humeur taquine, et il n’aurait aucun mal à rentrer dans ce petit jeu s’il le fallait. « Eh bien, heureusement que j’ai apporté de quoi me faire pardonner si jamais mes compétences culinaires ne sont pas à la hauteur de tes grandes attentes, miss Visconti » qu’il répondit à ses mots avec une lueur de provocation dans le regard, en lui délivrant une bouteille de vin rouge soigneusement sélectionnée. Pour lui, il n’était jamais question de venir les mains vides. En plus d’avoir emporté tous les ingrédients dont il avait besoin dans une glacière qu’il avait achetée pour l’occasion, il avait pris le temps de chercher un vin qui s’accorderait au mieux avec le repas qu’il avait prévu, et s’était même débrouillé pour dénicher un Grand Cru de Bourgogne auprès d’un caviste français. La bouteille lui avait coûté une somme non négligeable et sans doute excessive pour un simple rendez-vous sans arrière-pensée, mais August avait été habitué trop tôt aux saveurs raffinées des meilleurs millésimes pour que ses papilles expertes puissent s’accommoder d’une piquette. Il était donc toujours prêt à y mettre le prix, en toutes circonstances. Et puis, quel manque de respect cela aurait été envers son hôte s’il lui avait apporté un vin médiocre en guise de présent. « J’aurais voulu m’essayer à des spécialités de mon pays, mais il paraît que la cuisine britannique ne fait pas l’unanimité. Alors j’espère que tu aimes les plats épicés, car il y a de l’indien au menu » déclara-t-il avec légèreté, et une assurance dans le verbe qui laissait malgré tout transparaître une certaine confiance en lui. « Je vais tout de même essayer de ne pas faire trop bien, ce serait embarrassant que l’élève dépasse le maître aussi rapidement. N’est-ce pas ? » fit-il d’un ton espiègle mêlé de désinvolture, sans vraiment se prendre au sérieux dans son propos. Il était conscient du fait qu’il n’allait peut-être pas non plus faire de miracle et qu’il pourrait difficilement atteindre en si peu de temps le niveau de quelqu’un de beaucoup plus expérimenté, comme l’était sans doute Livia, puisqu’il n’avait jamais eu l’occasion de se mettre sérieusement à la cuisine jusqu’à présent. Ni l’envie, par ailleurs. La jeune femme ne l’ignorait pas, il avait été assez transparent sur ce point, et pour le coup, le fait de le reconnaître n’ébranlait pas le moins du monde sa très haute estime de lui-même. Mais fidèle à son fort ego et à son esprit de compétition qui ne connaissait aucune frontière, il ne pouvait se résoudre à se placer dans une position dévalorisante, encore moins devant une femme. « Tu me montres la cuisine ? » demanda-t-il enfin, tout sourire. Quel remarquable comédien.


@Livia Visconti


encumbered forever by desire and ambition, there's a hunger still unsatisfied, our weary eyes still stray to the horizon though down this road we've been so many times.

≡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Livia Visconti
Livia Visconti
la famille décomposée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans.
STATUT : célibataire, maman d'un petit garçon né en janvier 2017 et séparée de cameron depuis mars 2019.
MÉTIER : propriétaire et gérante d'une épicerie bio, natura verde (logan city).
LOGEMENT : #402 beachcrest road (bayside), un petit duplex à deux pas de la plage.
let me look at the sun (august) 200
POSTS : 684 POINTS : 270

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : italienne, s'est installée en australie à vingt-trois ans ≈ craint souvent de renvoyer le stéréotype d'une maman parfaite et d'une femme accomplie, alors que ce n'est pas si simple ≈ rongée par le regret de n'avoir eu qu'un fils, elle qui rêvait d'une famille nombreuse.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
let me look at the sun (august) Dddg
cameron#1 (fb) & #2 › if i walk down this hallway tonight, it's too quiet, so i pat through the dark and call you on the phone. push your old numbers and let your house ring, till i wake your ghost.

let me look at the sun (august) Htap
visconazzetti familyvitto #1 & nino #2 › i know your anger about the stories you told, they blacken my name, it doesn't make a difference at all. so stay, if only i could try to explain, then we'll have it all and must stop slipping away.

(10 + 1) vitto #1augustginnymalleenia #2 › nino #2 › cameron #2
(fb) ciankeithezracameron #1
(ua) amos

RPs EN ATTENTE : malachi › josh #2.
RPs TERMINÉS :
let me look at the sun (august) Tumblr_odtzp2IYXQ1qdhps7o1_500
(2020) mariussimoncharlievictoiremalleenia #1joshnino #1jesscarlisle
AVATAR : alicia vikander.
CRÉDITS : eunoia (ava), tumblr (gifs), captain rogers (dessin), loonywaltz (ub), me (code signa).
DC : clyde.
INSCRIT LE : 28/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29904-livia-leave-all-my-ghosts-behind https://www.30yearsstillyoung.com/t32068-livia-clyde-set-a-fire-in-my-head-tonight https://www.30yearsstillyoung.com/t31074-livia-visconti

let me look at the sun (august) Empty
Message(#) Sujet: Re: let me look at the sun (august) let me look at the sun (august) EmptyDim 2 Aoû - 21:36



Livia manqua de se mordre la lèvre après s’être adressée à August de manière quelque peu présomptive, sans tenir compte du fait qu’il n’était aux dernières nouvelles qu’un client - avec lequel elle avait échangé par plusieurs fois, certes, mais un client tout de même. Habituellement très professionnelle, la brune avait fait un écart en proposant à August de cuisiner ensemble - car c’était sans doute ce qui allait arriver, même si la tâche était en principe celle du rouquin - écart qu’elle venait de creuser un peu plus en s’adressant à lui d’une manière qui avait très clairement dépassé le cadre professionnel. Il n’était pas rare que l’italienne se fasse quelque peu dépasser par son enthousiasme, que son honnêteté s’empressait de relayer, avant qu’elle ne réalise qu’elle ferait parfois mieux de tourner sa langue sept fois dans sa bouche pour ne pas se retrouver à pincer les lèvres de remords ensuite.

Fort heureusement pour elle, August semblait être un homme des plus charmants - loin de se formaliser de sa remarque, il la fixa d’un air provocateur maîtrisé à la perfection, tout en lui tendant une bouteille. « Eh bien, heureusement que j’ai apporté de quoi me faire pardonner si jamais mes compétences culinaires ne sont pas à la hauteur de tes grandes attentes, miss Visconti » Il dégageait une assurance naturelle qui avait grandement participé à éveiller une lueur d’intérêt dans le regard de Livia la première fois qu’il était venu lui demander conseil. Sa faculté de manier le verbe avec une telle aisance avait rapidement intrigué la jeune femme, qui n’avait pas tardé à se faire une opinion plutôt positive de cet homme qui dégageait un savoir-être qu’elle appréciait particulièrement. Alors que la brune regardait, intriguée, l’étiquette de la bouteille qu’il venait de lui tendre, ses yeux s’écarquillèrent de surprise. Sans posséder des connaissances exhaustives sur le sujet, elle était amatrice de rouge depuis suffisamment d’années pour reconnaître les bonnes bouteilles - sans mentionner le fait que ses origines européennes lui étaient tout spécialement utiles en la matière, car elle n’avait toujours vu que les meilleurs vins traîner sur la table des dîners en famille. Elle n’eut pas le temps de balbutier quelques remerciements - la bouteille avait dû lui coûter une certaine somme, ce qui la gênait presque - qu’il enchaîna, tout sourire. « J’aurais voulu m’essayer à des spécialités de mon pays, mais il paraît que la cuisine britannique ne fait pas l’unanimité. Alors j’espère que tu aimes les plats épicés, car il y a de l’indien au menu » La remarque tira un doux rire à la jeune femme, qui ne s’attendait pas à ce choix des plus originaux, mais qui ne pouvait qu’être une fois de plus surprise par cet homme qui semblait se montrer plein de ressources. « Avec un choix de vin pareil, la soirée est déjà moitié réussie » lâcha-t-elle en lui livrant un sourire espiègle, tout en laissant son regard traîner sur la glacière qu’il tenait encore à la main. « Et le pari sur le choix du menu aussi, je ne cuisine pas souvent indien donc je ne devrais pas être trop difficile dans mon jugement. » Lorsqu’elle regardait le rouquin ainsi habillé, représentant le style le plus anglais qu’elle ait pu croiser en Australie depuis son arrivée, elle ressentait presque une pointe de nostalgie - comme toujours lorsqu’elle rencontrait quelqu’un venait du vieux continent, quand bien même leurs pays respectifs possédaient une culture en réalité relativement éloignée éloignée.

Cependant, la nostalgie était assourdie par la classe qu’il dégageait, ce qui ne rendait que plus grandes les surprises qui s’accumulaient. Si elle avait dû cuisiner elle-même et faire le choix du menu, elle n’aurait jamais osé lui proposer de manger indien, car elle n’aurait pas imaginé qu’il s’agisse de sa cuisine de prédilection, mais elle validait ce choix pourtant risqué. « Je vais tout de même essayer de ne pas faire trop bien, ce serait embarrassant que l’élève dépasse le maître aussi rapidement. N’est-ce pas ? » Malgré son sourire taquin, il ne faisait pas de doute qu’August dégageait un certaine confiance en lui - et rien pour que cela, Livia savait par avance qu’elle avait intérêt à aimer le repas qu’il avait prévu, qu’elle le pense sincèrement ou non. « Ne parle pas trop vite, j’attends déjà de voir si tu ne te coupes pas un doigt en même temps que les légumes. » Il voulait la chercher, il allait la trouver. Si elle le connaissait mieux, elle aurait presque pu lui filer en douce ses pires poêles et casseroles, celles dont elle devait se débarrasser mais n’avait pas encore eu le courage de faire car tout pouvait encore servir même si la moitié des ingrédients s’y accrochaient. Malgré tout, elle était trop bonne joueuse pour y songer réellement - même s’il suffirait qu’il se moque un peu trop d’elle pour qu’elle revienne sur son choix. « Tu me montres la cuisine ? » Sans plus attendre, elle lui indiqua le reste de l’appartement d’un geste de la main, tandis qu’elle se dirigeait vers le comptoir pour y déposer la bouteille. La table était déjà mise, car l’italienne ne manquait jamais à ses devoirs d’hôtes les plus basiques, et elle pencha la tête en direction des verres à vins déjà parfaitement alignés à côté des couverts. « Le vin est strictement réservé au repas, ou tu es prêt à te rajouter une difficulté supplémentaire en l’ouvrant tout de suite ? » Ce n’était qu’une simple question qui dissimulait bien évidemment une provocation, mais elle accepterait avec grande humilité qu’il se montre très classique quant à la finalité de la boisson. En attendant, Livia entreprit d'ouvrir les tiroirs qui contenaient tous ses ustensiles de cuisine - bien trop nombreux pour l'utilité qu'elle en avait réellement, mais elle avait toujours été bien trop tentée pour tous les gadgets existants lorsqu'il s'agissait de cuisine. Elle leva un sourcil interrogateur en direction d'August, qui n'avait sans doute pas la moindre idée du nom de la moitié de ces choses - restait à savoir s'il l'avouerait, néanmoins. « Quasiment tout est ici, s'il te manque quelque chose n'hésite pas. » L'interrogation était purement rhétorique, même si son sourire radieux vendait très bien son innocence feinte. « En revanche j'espère quand même que ton palais d'anglais est aussi peu habitué aux épices que le mien, et qu'il n'y a pas dix piments à l'intérieur de la glacière. » Auquel cas elle pourrait lui attribuer la réussite de cette soirée, mais par k.o. du juge.
@August Wells


~ :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

let me look at the sun (august) Empty
Message(#) Sujet: Re: let me look at the sun (august) let me look at the sun (august) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

let me look at the sun (august)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: logements
-