AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
Précommande Assassin’s Creed Valhalla sur PS5 au meilleur prix
54.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -17%
WD – My Passport 2To Noir – Disque dur ...
Voir le deal
79.62 €

 just pass me the bitter truth ♡ aisling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 6WzQerNN_o
POSTS : 1419 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [7/5] aisling | f.b #1aisling [r.a.]caridlinglily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
just pass me the bitter truth ♡ aisling Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : gabriel, le manager • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptySam 1 Aoû 2020 - 21:05




just pass me the bitter truth
For a moment I can wait, it's a fight I guess I'll never know. For a moment I can wait, I'm holding onto hope. And I know you're stoned, I can see it, the struggle's getting old. For a moment I can wait. So don't say it's over, waiting here while you get sober. I'm never gonna let you go, I'm never gonna let you go. • sober, bad wolves

Avec un toc étouffé, la bille blanche emboutit l’une des billes colorées, qui roule sur la table et tombe dans la poche du coin. Un sourire satisfait aux lèvres, Sid se redresse en évaluant d’un œil critique l’évolution du jeu pour planifier son prochain coup. « C’est pas drôle si tu les empoches toutes au premier tour. » Il cesse de contempler la table et concentre plutôt son attention sur sa compagne de la soirée, une jeune femme à la crinière de feu et au nez saupoudré de taches de rousseur qu’il a rencontrée au bar et qui l’observe maintenant d’un regard amusé, nonchalamment appuyée sur sa queue. Sans la quitter des yeux, il contourne la table pour s’approcher de la bille blanche. « T’as peur de perdre ? » fanfaronne-t-il en haussant un sourcil inquisiteur. C’est qu’ils ont gagé que le perdant payerait la prochaine tournée et il est absolument certain de gagner. Malgré les années qui ont passé, il n’a rien oublié des conseils bourrus que Bear ne pouvait s’empêcher de lui prodiguer chaque fois qu’ils disputaient une partie sur la table à moitié déglinguée des Wild Devils. Sous l’œil aiguisé du vieux motard, il était devenu un redoutable joueur de pool, capable de battre presque tous ses adversaires, à l’exception de son mentor. Au début de sa carrière, alors qu’il ne gagnait que quelques dollars pour ses tatouages d’apprenti, ce talent lui avait souvent permis d’arrondir ses fins de mois. Car l’apprentissage de Bear ne s’était pas limité aux règles du jeu. Il lui avait aussi montré comment repérer le pigeon parfait dans un bar bondé, endormir sa vigilance en commettant des erreurs de débutant pendant une partie ou deux, puis parier sur l’issue d’une dernière partie, la remporter haut la main et s’éloigner en comptant fièrement ses billets. C’pas une arnaque, gamin, si z’étaient un peu moins bourrés ou un peu moins cons, s’feraient pas baiser. Sans grande surprise, ce n’est pas toutes les victimes qui acceptaient sans broncher la morale douteuse du motard et ce petit stratagème avait valu à Sid suffisamment de batailles et de bannissements temporaires pour qu’il sache que ce n’était probablement pas l’idée du siècle. Ça ne l’empêchait pas de recommencer pour autant. Pour l’argent que ça lui rapportait, mais aussi pour le rush d’adrénaline que ça lui procurait. Au fil des années, il s’est néanmoins assagi et, s’il se contente aujourd’hui de paris aux enjeux nettement moins élevés, ça ne l’empêche pas de continuer à prendre le jeu très au sérieux.

Les sourcils froncés par la concentration, il louche sur la bille blanche et prépare soigneusement son coup. Juste au moment où il va frapper, une présence inattendue le frôle et le déconcentre totalement. La bille part dans la direction opposée de ce qu’il avait prévu et va heurter le rebord de la table avant de s’immobiliser. En poussant un soupir découragé, le tatoueur se redresse et se tourne vers sa partenaire de jeu, qui lui renvoie un air faussement innocent. « Quoi ? J’voulais voir ta technique de plus près… » Une moue dubitative aux lèvres pour camoufler son amusement, Sid s’écarte de la table. « C’est ça, oui. Semblerait qu’c’est à toi de jouer maintenant, » lui dit-il en s’appuyant à son tour sur sa queue dont il a posé le bout sur le sol. « Semblerait, oui… » Elle accroche son regard avant de s’éloigner en roulant des hanches vers le bout de la table, bien consciente qu’il ne la quitte pas des yeux jusqu’à ce qu’elle se penche pour préparer son coup. Avec un tressaillement, il finit par se détacher de sa contemplation et se détourne pour attraper son verre de bière, non sans avoir remarqué le sourire en coin malicieux qui s’est étiré sur ses lèvres joliment dessinées. D’un coup précis et efficace, elle empoche une première bille. En la regardant s’exécuter, Sid constate qu’il l’a sous-estimée : elle est une bien meilleure joueuse qu’elle ne l’avait laissé entendre au bar avant de lui proposer une partie. Avec une pointe de satisfaction, il note qu’il devra bel et bien mériter sa victoire et son verre gratuit après tout. Elle réussit à capturer quelques billes de plus avant qu’une fausse manœuvre ne mette fin à son tour.

La partie est serrée. Bientôt, il ne leur reste plus qu’une bille chacun à empocher en plus de la noire. « J’y arriverai jamais, » se lamente la jeune femme en observant le jeu. Ça fait déjà quelques minutes qu’elle essaie de trouver l’angle qui lui permettra de capturer sa dernière bille. Le problème, c’est qu’elle est appuyée contre le rebord de la table et que celle de Sid est placée directement dans la seule trajectoire qui pourrait lui permettre de l’empocher. « T’as qu’à sauter par-dessus la mienne. » Il noie dans sa gorgée de bière l’éclat de rire qui menace de franchir ses lèvres devant le coup d’œil exaspéré qu’elle lui lance. « Mais oui, évidemment ! » D’humeur généreuse, le tatoueur dépose sa bière sur le petit comptoir qui longe le mur de leur section. « J’te montre si tu veux… » Deux grands yeux verts se braquent sur lui tandis qu’il s’avance et vient se placer derrière elle, un peu plus près que véritablement nécessaire pour effectuer la manœuvre qu’il veut lui montrer. « Ça ira mieux si tu regardes en avant, » blague-t-il tandis qu’elle continue à le bouffer du regard. Les joues de la jeune femme se teintent de rose, mais elle obéit au conseil et se détourne. Sid fait courir ses doigts sur la peau nue de son bras, du coude au poignet, pour attraper sa main dans la sienne. « Tout c’que t’as à faire, c’est de placer ta main gauche comme ça… » Il guide ses doigts, les positionne de façon à créer un espace stable entre le pouce et l’index où elle pourra appuyer la queue. Il enroule ensuite sa main droite autour de celle de la jeune femme, qui tient le bâton. « L’idée, c’est de frapper un coup sec au centre de la bille. » Il mime le mouvement une fois, puis deux, pour illustrer son propos. « Prête ? » lui souffle-t-il à l’oreille. Elle hoche la tête. Guidé par Sid, le mouvement qu’ils esquissent à l’unisson a l’effet escompté. La bille blanche saute proprement par-dessus celle du tatoueur et catapulte la dernière bille rayée dans le trou avant de s’immobiliser juste à côté de la noire. La jeune femme pousse un petit cri de joie et relève la tête vers Sid. Leurs visages ne sont plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre et l’air semble tout à coup se solidifier entre eux, chargé de la tension avec laquelle ils flirtent depuis le début de la soirée. « Tu vas perdre. » Il esquisse un sourire amusé. « Tant pis. » Le jeu ne lui semble plus aussi sérieux tout à coup.

Car ils viennent de se lancer dans un autre jeu et l’invitation silencieuse est suffisamment claire pour qu’il se penche lentement vers la jeune femme. Au moment où leurs lèvres allaient s’effleurer, une musique stridente retentit dans l’atmosphère feutrée du bar et Sid fige sur place, car il a aussitôt reconnu les notes aiguës de l’affreuse chanson électro qu’Aisling a programmée comme sonnerie personnalisée dans son téléphone. Chaque fois qu’elle l’appelle, il se dit qu’il devrait sérieusement la remplacer par quelque chose de plus sain pour ses oreilles. Cependant, le souvenir du rire cristallin et sincère qu’elle a laissé échapper en voyant sa tête la première fois qu’il l’a entendue l’en empêche. Pendant une fraction de seconde, il songe à ignorer l’appel. Ce n’est sûrement rien de grave. Après tout, elle est sobre depuis quelques mois déjà. Si ça se trouve, elle veut simplement savoir s’il est libre ce soir et il est définitivement occupé. Mais l’heure tardive de cet appel le remplit d’une angoisse qu’il connaît trop bien et qui refuse de se laisser amadouer. Alors, en poussant un imperceptible soupir, il s’écarte de la jolie rousse avec une moue désolée. « J’te laisse finir la partie, j’dois absolument le prendre. » En faisant quelques pas de côté, il sort son portable et glisse son index sur l’écran pour répondre. « Allô ? » Un court silence l’accueille au bout de la ligne avant que la voix d’Aisling ne lui parvienne. « Sid… ? C’est moi… » Son estomac se remplit de plomb en fusion, se tord douloureusement d’inquiétude. Il reconnaît son intonation hésitante, ses mots pâteux. Il sait ce qu’elle va lui dire, c’est une conversation qu’ils ont eue d’innombrables fois et qu’il aurait tout donné pour ne jamais avoir à revivre. Son amie n’est pas totalement cohérente, mais elle réussit tout de même à lui demander de venir la chercher et à lui donner le nom de l’hôtel où elle est. Heureusement, il connaît l’endroit et ce n’est pas très loin du bar où il se trouve lui-même. « Bouge pas, j’serai là dans une quinzaine de minutes, okay ? » Au bout d’un laborieux silence, elle acquiesce. Il raccroche et range son téléphone dans la poche de son jean avant de passer une main lasse sur son front.

Résigné, il s’approche lentement de la table. Sa partenaire de pool, qui vient d’empocher la bille noire, se retourne vers lui et esquisse une petite danse de la victoire en scandant « J’ai gagné ! T’as perdu ! » d’un ton joyeux. Son enthousiasme fond toutefois comme neige au soleil devant l’air sérieux de Sid. Elle l’interroge du regard et il se mord la lèvre avant de finalement avouer qu’il doit s’en aller. « J’suis désolé, j’ai… un truc à régler. » Elle baisse les yeux, repousse une mèche rousse derrière son oreille. « Oh… C’est dommage. » Dommage, oui, car ils savent tous les deux qu’ils ne se reverront pas. La minuscule fenêtre d’opportunité qui s’était ouverte pour permettre à leurs vies d’entrer en collision vient de se refermer brusquement. Elle se trouvera bien quelqu’un d’autre avec qui passer la nuit, ou alors elle rentrera seule chez elle pour se remettre de cette petite déception. Sid, lui, ira une fois de plus repêcher Aisling du gouffre dans lequel elle est tombée. Il suppose que ça lui évitera au moins cette impression bizarre qui le prend de plus en plus souvent aux tripes. Celle de ne pas être avec la bonne personne. Celle qui, parfois, imprime derrière ses paupières closes une silhouette aux cheveux noirs qui lui est beaucoup trop familière plutôt que celle de son amant du moment. Celle qui fait naître au fond de sa poitrine une culpabilité acide. Revenue de son dépit, la rousse traverse l’espace qui les sépare pour venir nouer ses bras autour du cou du tatoueur. Par réflexe plus que par envie, il pose une main au bas de son dos et se perd dans les iris verts où brille une lueur taquine. Elle l’embrasse délicatement, avec toutefois la passion de celle qui ne veut pas totalement laisser passer sa chance. « J’espère qu’elle est jolie, » murmure-t-elle toute contre sa bouche avant de rompre le contact et de s’éloigner vers le bar. Cette fois, Sid ne la suit pas des yeux.

Il tourne plutôt les talons. Le cœur lourd, il sort de l’établissement et traverse la nuit fraîche jusqu’à sa voiture. Il sentait à peine l’effet engourdissant de la bière qu’il a avalée, mais l’appel d’Aisling aurait certainement suffit à le faire dégriser. Le trajet jusqu’à l’hôtel lui semble horriblement long. Il doit s’arrêter à presque tous les feux de circulation sur l’avenue qui relie les deux quartiers, ce qui lui laisse beaucoup trop de temps pour se concentrer sur les questions sans réponse qui tournent dans sa tête. Qu’a-t-elle pris ? Dans quel état lamentable la trouvera-t-il ? Est-ce la première fois qu’elle consomme depuis la soirée catastrophe où elle a failli faire une overdose ? Si ce n’est pas le cas, comment a-t-il pu être aveugle au point de ne pas se rendre compte qu’elle avait de nouveau sombré dans ses vieilles habitudes ? Et surtout, comment devrait-il réagir devant cet échec ? L’estomac noué d’appréhensions, il est tellement distrait qu’il ne remarque qu’à la dernière seconde le seul parking libre sur la rue bondée et qu’il doit s’y reprendre à deux fois pour réussir à garer sa voiture dans l’espace étroit. Les mains crispées sur le volant, il s’oblige à inspirer profondément jusqu’à ce la panique étourdissante qui circule dans son système se soit suffisamment résorbée pour chasser le tremblement qui veut agiter ses membres. Il ne peut pas céder à ses inquiétudes. Il doit se montrer fort et solide, comme il l’a toujours été par le passé. Malgré ses bonnes résolutions, il ne peut s’empêcher de faire tinter nerveusement son trousseau de clés dans sa paume tandis qu’il se dirige vers l’hôtel. Entre deux marmonnements indistincts, il a cru comprendre qu’Aisling se trouve sur le toit de l’immeuble. Sans se préoccuper de la porte principale, il contourne directement le bâtiment à la recherche d’un escalier de secours. Il repère assez rapidement la structure de fer forgé qui gruge la façade de brique comme un lierre industriel.

Les poumons en feu d’avoir grimpé les marches quatre à quatre, il rejoint finalement le toit. Plié en deux, les mains appuyées sur ses cuisses, il reprend son souffle en balayant les environs du regard. Il aperçoit presque aussitôt Aisling, mais son soulagement est rapidement tempéré par la scène qui se déroule devant ses yeux et lui glace le sang. Allongée sur le sol de ciment, elle se débat mollement contre l’emprise d’un homme qui la retient comme s’il essayait de l’empêcher de se relever. Sa fatigue complètement oubliée, il s’élance dans leur direction. Malgré la petite voix de la raison qui lui souffle que l’homme en question est certainement Bonnie, il l’attrape par le col de son haut et l’arrache de sur Aisling. Pendant quelques secondes, il a l’impression de soulever une poupée de chiffon grandeur nature avant que Bonnie ne réussisse à se ressaisir et retrouve l’équilibre. Son regard un peu décalé, ses gestes mous et lents font comprendre au tatoueur qu’il a participé à la même débauche qu’Aisling et décuplent sa colère. « Mais qu’est-ce que tu fous bordel, t’es pas supposé être son ami ?! » l’invective-t-il en le secouant sans ménagement. Visiblement peu impressionné par la fureur du nouveau venu, Bonnie enroule ses doigts maigres autour de la main qui le retient prisonnier et exerce une pression paresseuse comme pour la convaincre de lâcher prise. « Je sais de quoi ça a l’air et c’est pas ça, » explique-t-il d’un ton beaucoup trop calme considérant la situation précaire dans laquelle il se trouve. « Je pensais qu’elle allait encore essayer de se foutre en bas du toit. » …quoi ?! Abasourdi, Sid le relâche bêtement tandis que ses bras retombent mollement le long de son corps.

Il essaie de comprendre ce que Bonnie vient de lui dire, mais c’est le vide intersidéral dans ses pensées. Il n’arrive plus à former la moindre idée cohérente. Et puis l’image du corps brisé et désarticulé de son amie baignant dans une mare de sang sur le trottoir s’impose à son esprit fragmenté par l’horreur. D’un coup, le vide se condense et se comprime, devient un trou noir qui aspire tout sur son passage et ne laisse plus la place qu’à un seul mot, comme un cri du cœur muet. Aisling ! D’un coup d’épaule dépourvu de délicatesse, il repousse Bonnie pour l’écarter de son chemin, et, sans plus se préoccuper de lui, se précipite vers la jeune femme. Il s’agenouille à ses côtés, se penche au-dessus d’elle. « Leen ! » Elle essaie de s’asseoir et il glisse un bras derrière son dos pour la soutenir. De sa main libre, il tapote doucement ses joues pour essayer de la ramener à lui. Naturellement, les vieilles habitudes lui reviennent. Le calme se fait dans son esprit et son cœur en débandade ralentit. « Comment tu te sens ? » Il repère un petit sachet de pilules qui gît sur le sol à côté d’elle. Il l’attrape, observe un instant les bonbons toxiques et colorés. « C’est de l’ecstasy ? Combien t’en as pris ? » Il a toujours détesté cet espèce d’interrogatoire froid qu’il lui fait passer chaque fois qu’il vient la tirer de ce genre de situation. Seulement, il n’a pas le choix. Parce qu’avant les soins, la douceur et le réconfort, il doit savoir si elle est en danger. Mais au lieu de la voix d’Aisling, c’est celle de Bonnie qui retentit quelque part sur sa gauche. « Elles sont à moi, elle me les a vendues. » Un soupir exaspéré accroché aux lèvres, le tatoueur se tourne vers Bonnie, qui observe la scène d’un œil détaché, une main dans la poche de son pantalon et l’autre qui pointe vers le sachet que Sid tient toujours. C’est vraiment le moment tu penses ? « Alors prends-les et tire-toi, t’en as assez fait pour ce soir. » Il est injuste et il le sait. En quelque part, il devrait probablement le remercier d’avoir empêché Aisling de sauter plutôt que de lui en vouloir de ne pas l’avoir empêchée d’avaler ces foutues pilules. Mais la vérité, c’est qu’il n’en a rien à foutre. Pour l’instant, la seule chose qui importe, c’est Aisling. Après avoir lancé un regard dédaigneux à Bonnie, il ramène son attention sur son amie, repousse tendrement une mèche derrière son oreille tandis qu’elle lève un regard vitreux vers lui. Oh Aisling…




I know it's right.
when you fall in love, you lose control, you can't hang on and you can't let go. when you find the one, you hold on tight, you weather every storm till the sun shines. even when it hurts, there's no regret, and every breath you give, is one you get. • when you fall in love, andrew ripp.

just pass me the bitter truth ♡ aisling 2MiNnPz
just pass me the bitter truth ♡ aisling KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
just pass me the bitter truth ♡ aisling 34yp
POSTS : 1062 POINTS : 100

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 9 mois.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [f.b.1]Sid [r.a.] Sid & CaroRobin [2]Robin [3]Laoise

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [roadtrip] ♡ Phoenix [3] ♡ Lou ♡ Clément ♡ Ginny

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 2Ldgfbo
Robin & Phoenix ♡ [1]
Phoenix ♡ [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptyLun 3 Aoû 2020 - 4:50



Just pass me the bitter truth
Sid & Aisling

Lonely, another day. Drowning, please save me, I am struggling in my own daydream. I know I can't live much longer, hear the angels sing. Tonight is the night I die. Believe me, believe me when I say; Tonight is the night I die.
Le téléphone retombe et le temps s’étire, se dilue dans le trou noir qui s’ouvre dans sa poitrine. La main sur l’asphalte froid et rugueux, les yeux braqués sur les étoiles, elle se laisse gagner par la sensation d’engourdissement qui lui grignote les membres et le cerveau. « C’est bon, t’es calmée ? » La voix de Bonnie traverse le brouillard, lui parvient comme à retardement. Elle hoche la tête sans savoir à quoi elle acquiesce, convaincue pourtant qu’il s’agit de la bonne réponse. La pression sur ses jambes disparaît quand il se redresse pour la libérer. Une pointe d’angoisse la transperce et elle cherche à le retenir, terrifiée à l’idée de tomber dans le vide étoilé. Mais Bonnie l’ignore, roule sur le côté. Elle reste étalée sur le dos, soudée au béton qui durcit autour de son corps, l’enveloppe pour la maintenir immobile dans cette prison urbaine où Sid finira inévitablement par la retrouver. Sid ! Son essence envahit son esprit, pluie parfumée d’images et de sensations colorées. Passé et futur se confondent dans un tourbillon mélodieux, brouillent ses souvenirs, confondent ses sens. L’a-t-elle seulement appelé ? Est-il venu rien que pour l’abandonner ? Non ! Ses yeux se fixent sur la lumière grésillante d’un lampadaire, offrent une fenêtre à son esprit pour se reconnecter à son environnement. Autour d’elle, la nuit est calme. Une mini étoile rougeâtre brûle dans le noir, accrochée aux lèvres de Bonnie qui veille distraitement sur elle. Quelque part dans le voile opaque de ses pensées, une déduction s’impose : s’il est toujours là, c’est que Sid n’est pas encore arrivé. Oh non. Oh non, non, non. Le cœur s’affole, bat brutalement contre ses côtes, menace de briser ses os de verre. Faut pas qu’il me trouve comme ça, plus jamais, j’avais promis ! Son regard vacille, rebondit sur le vide dans une danse effrénée. J’suis trop conne, trop conne, trop conne ! Le désespoir, la honte, la peur remplacent insidieusement le bien-être qui tente de résister dans ses veines. Dans un sursaut de conscience, elle s’arrache au bitume. Le toit se morcelle, résiste, tente de la retenir en son sein. Mais elle doit fuir. Ce lieu déserté, cet instant suspendu, ce sentiment de culpabilité, cette vie gâchée. Ses prunelles dilatées par les drogues s’accrochent à la rambarde qui l’appelle d’un chant sirupeux, lui promet la douceur d’un linceul immaculé. Elle n’a pas le temps d’esquisser le moindre geste pour la rejoindre qu’un poids la plaque au sol, une voix l’exhorte au calme. La panique déferle dans ses veines avec la même violence que sa détresse. « Tu comprends pas… faut pas… j’en peux plus. » Sa délivrance lui échappe, sombre dans le tsunami qui englobe tout sur son passage, l’aspire dans ses vagues vertigineuses, noires et gluantes. Elle voudrait se débattre mais n’a plus la force de lutter. Ni pour se libérer d’Ambroise, ni pour affronter l’existence de souffrances à laquelle elle se croit destinée. Ses poignets s’agitent entre eux. Gestes lents, saccadés, maladroits, mal maîtrisés. L’eau brille dans ses yeux, ruisselle le long de ses joues, dessine de petites cascades en encre chinoise sur sa peau nacrée.

La marée gluante s’infiltre dans ses narines, circule sous sa peau et remplit ses poumons jusqu’à l’étouffer. Elle enfle et enfle encore, assez pour avaler Bonnie qui disparaît brusquement avec elle. Troublée, Aisling prend une profonde inspiration, laisse ses doigts errer paresseusement sur la peau de son ventre dénudé. Une voix menaçante gronde dans l’obscurité, l’arrache à la spirale terrifiante dans laquelle elle s’enlisait. C’est encore Sid qui pourfend son chaos pour l’en protéger. Et puisque plus rien ne la retient sur ce sol défoncé, c’est à son tour d’y mettre un terme pour le libérer. Elle plante ses griffes dans cette idée fixe qui fourmille dans ses bras, paralyse sa peur, rassemble l’énergie nécessaire pour l’exécuter. Elle tente de se relever mais son corps engourdi la trahit. Un million d’insectes grouillent sous sa peau, rongent ses nerfs, tressautent dans ses muscles effilés. Poupée de chiffon, elle tangue jusqu’à ce qu’une grande main glisse dans son dos et l’écarte du béton sur lequel on l’a abandonnée. « Leen ! » La voix vibre dans ses membres, envoie un frisson brûlant de long de son échine. Une main chaude sur sa joue humide, des petites claques secouent le puzzle de ses pensées pour tenter de les recoller dans le bon ordre. Elle fronce les sourcils, essaie d’accrocher son regard mais ses prunelles s’accrochent à son genou, éclat de peau pâle contrastant avec son jean noir. « Comment tu te sens ? » Les mots coulent en elle ; chassent l’angoisse et la remplacent une vague de bien-être. Elle se laisse submerger, ravie et légèrement étonnée. J’me sens bien. Tu m’fais toujours sentir incroyablement bien. Elle lui communique sa découverte avec toute la force de son esprit, convaincue qu’il lira la réponse dans l’énergie palpable qu’ils échangent. Et si les relents poisseux de sa douleur lorgnent encore sous cette couche éphémère d’euphorie, Aisling refuse de les laisser s’évader vers Sid. Un petit mensonge pour les protéger de l’atroce vérité. Lui d’une déception. Elle des conséquences. Sa mâchoire se crispe, spasmes incontrôlés dont elle n’a pas conscience. Un froissement agréable se fait entendre, mélodie tentatrice qui louvoie jusqu’à ses oreilles tandis que le sachet coloré remplace le genou devant ses yeux. Envoûtée, elle tend doucement la main, effleure les bonbons étincelants, se trahit aussitôt. « C’est de l’ecstasy ? Combien t’en as pris ? » Un frisson désagréable la traverse sous l’assaut de ses mots glacials. C’est fini. Il sait. Il a compris. Elle se sent démunie, mise à nue par son regard qui semble transpercer ses vêtements et fouiller son âme. Les mains maladroitement repliées contre sa poitrine, elle fronce les sourcils et fait un effort pour se souvenir. Lentement, elle compte sur ses doigts : Un, deux, trois… non, deux et demi ? « J’te jure pas tant qu’ça… J’comprends pas… j’comprends pas pourquoi ça m’retourne comme ça. » Le timbre lui paraît mou, lointain, éthéré. Ses mots proviennent-ils seulement de sa gorge ? Elle ne sait déjà plus qui les a prononcés. Un éclat de voix tonne et les bonbons disparaissent. Un éclair de panique la traverse, contracte ses muscles en un tressaillement angoissé, seulement dissipé par la main qui effleure tendrement son visage. Une caresse pour l’apaiser tandis qu’à l’intérieur la bataille se poursuit, et c’est la lumière qui reprend du terrain.  

Encouragée, Aisling relève lentement les yeux, cligne des paupières tandis que Sid semble lui apparaître pour la première fois. Mais qu’est-ce que t’es beau… Avec sa peau d’ange qui scintille dans le noir, ses grands yeux d’un bleu sombre miroitant comme le ciel criblé d’étoiles. C’est dans ces puits de compassion liquide qu’elle veut se perdre à jamais. Dans cette immensité qu’elle brûle de se fondre jusqu’à s’évaporer. Eblouie, elle lève mollement les mains pour caresser son visage, sursaute comme si elle s’y brûlait. Et pourtant sa peau est si froide, si douce sous la sienne. « T’es vraiment là… » Elle murmure, lèvres entrouvertes, pupilles dilatés par les substances qui puisent dans ses dernières réserves de sérotonine pour les déverser sans doser dans son système détraqué. Fascinée, elle retente délicatement l’expérience, effleure ses pommettes hautes, dessine le contour de sa mâchoire, savoure la texture veloutée de sa peau glacée sous ses doigts brûlants, s’égare sur ses lèvres pleines qu’elle meurt d’envie de réchauffer. Tenter le coup pour ne pas avoir de regrets. C’est la voix de Bonnie qui lui parvient, souffle l’idée comme un serpent tentateur. Un frémissement inconnu la traverse, éveille un besoin trop longtemps ignoré, refoulé, réprimé. Avec un soupir languissant, elle ramène une main contre ses propres lèvres, y applique une pression hésitante pour les connecter dans cet instant hors du temps comme de la réalité ; sans risques ni répercussions. Ses yeux ne quittent la bouche sensuelle de Sid que pour se perdre dans son regard. Le trouble qui y tournoie lui fait comme une décharge électrique. Pour moi peut-être, mais pas pour lui. Car malgré l’épais brouillard qui lui engourdit l’esprit, Aisling a douloureusement conscience de la sobriété de son ami. C’est dans ces ondes colorées et voluptueuses qui émanent d’elle et tendent désespérément vers lui, seulement pour se heurter aux parois de son aura comme autant de vagues se brisent contre les falaises de son Irlande natale. Il ne la suivra jamais dans ce voyage sensoriel, son esprit barricadé contre la tentation colorée de ses petits cachets. Un tremblement parcourt son corps tandis qu’elle renoue brutalement avec la réalité, se rappelle la limite à ne jamais dépasser, la promesse bafouée, la blessure infligée, l’espoir éventré. Sa main retombe brutalement sur le sol râpeux, mais Aisling ne sent même pas sa peau fine se déchirer sur les aspérités. « J’ai essayé, j’te jure que j’ai essayé. » Elle couine tandis que les battements de son cœur s’accélèrent et se désordonnent. Elle ne connaît que trop bien cet instant où les derniers sursauts de bonheur se noient dans le néant qui attendait patiemment dans l’ombre. La marée remonte, visqueuse, terrifiante. La main d’Aisling tâte frénétiquement le béton à la recherche d’un dernier cacheton, remède empoisonné pour tenter de repousser l’inévitable quelques heures encore, renouer avec la sensation exquise qui commençait à peine à l’effleurer. Un gémissement terrifié s’échappe de ses lèvres quand elle comprend que le sachet a disparu avec Bonnie. Désespérée, elle attrape la main de Sid et la presse contre sa poitrine comme on serre peluche tandis que son corps ondule doucement pour se bercer. « J’veux pas redescendre… J’veux pas redescendre… J’veux pas redescendre. » Elle scande d’une voix désincarnée. « Me laisse pas redescendre... Oh non... Sid, me laisse pas redescendre... » Ses yeux accrochés à ceux du tatoueur le supplient de la repêcher, l’arracher une fois encore à la mer d’angoisse qui ne demande plus qu’à l’engloutir. Et la petite voix à l’intérieur lui répète que c’est le prix à payer. La première conséquence d’une longue lignée. Un acte de contrition pour tenter d’absoudre son péché.  
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

just pass me the bitter truth ♡ aisling 763064237:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 6WzQerNN_o
POSTS : 1419 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [7/5] aisling | f.b #1aisling [r.a.]caridlinglily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
just pass me the bitter truth ♡ aisling Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : gabriel, le manager • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptySam 15 Aoû 2020 - 4:28




just pass me the bitter truth
For a moment I can wait, it's a fight I guess I'll never know. For a moment I can wait, I'm holding onto hope. And I know you're stoned, I can see it, the struggle's getting old. For a moment I can wait. So don't say it's over, waiting here while you get sober. I'm never gonna let you go, I'm never gonna let you go. • sober, bad wolves

Deux cachets. Peut-être trois. Ça aurait pu être pire. Sid scrute le visage d’Aisling à la recherche du moins signe de danger. À mesure qu’il l’observe, l’adrénaline redescend et son corps se détend. Car elle n’a pas l’air particulièrement mal en point. Certainement moins que la dernière fois où elle a consommé. Clairement défoncée, elle flotte quelque part entre le rêve chimique et la réalité édulcorée, mais elle ne semble pas au bord du malaise. Rassuré, il tente d’accrocher son regard vacillant, y parvient après quelques efforts. Les traits d’Aisling se contractent puis se détendent, se peignent d’un émerveillement démesuré qui fait naître une sensation étrange au fond de l’estomac de Sid. C’est qu’elle l’observe presque comme si elle le voyait pour la première fois ou qu’elle avait une œuvre d’art devant les yeux. Lentement, elle tend la main vers lui. Même s’il s’y attendait, il tressaille de surprise quand ses doigts fins effleurent sa joue. « T’es vraiment là… » Le cœur battant, la bouche un peu sèche, il hoche doucement la tête. La réponse semble suffire à Aisling, qui poursuit son exploration timide. Le temps se suspend tandis qu’elle caresse avec une tendresse presque obscène le visage du tatoueur, erre sur l’arête de sa mâchoire, remonte vers ses lèvres dont elle trace distraitement le contour sans qu’il ne réussisse à l’en empêcher malgré le mélange de gêne et de culpabilité qui s’est niché dans sa poitrine. Car il sait trop bien que c’est la drogue qui parle. Il la voit partout. Dans ses pupilles tellement dilatées qu’elles ont presque totalement englouti les iris bleu-gris. Dans ses gestes mous et incertains malgré son assurance. Dans les étoiles factices qui brillent au fond de ses yeux. Elle n’agirait jamais de cette façon sans l’ecstasy qui pulse dans ses veines et Sid en est cruellement conscient. Ça ne l’empêche pas de regretter la délicieuse brûlure de ses caresses quand elle disparaît, comme une étoile filante qui lui aurait glissé entre les doigts. Fasciné, il suit des yeux sa main qui vient de quitter ses lèvres pour venir se poser sur les siennes, les relie l’un à l’autre d’un fil invisible. Dans son brouillard, est-elle consciente de la signification à peine cachée de ce geste ?

Il l’ignore et il ne le saura sûrement jamais, car au même instant, l’ambiance jusqu’alors passablement légère tourne au vinaigre. La main d’Aisling retombe et râcle le sol du bout des phalanges tandis que ses grands yeux s’arrondissent d’effroi. « J’ai essayé, j’te jure que j’ai essayé. » Le cœur en miettes, vaguement désemparé, Sid la regarde fouiller le sol à tâtons à la recherche des cachets que Bonnie a emportés. Dans son esprit, le passé se mélange au présent et le souvenir émacié d’Adele se superpose à la silhouette d’Aisling. Elle s’avance vers lui, tient à peine sur ses jambes trop maigres, perd presque pied avant de réussir à s’accrocher à son cou. Elle essaie de concentrer son regard malade, flouté par la drogue, sur lui. « C’trop dur Sid. J’ai essayé, mais c’trop dur, t’comprends ? » Maladroitement, elle effleure sa joue du revers de la main. « C’trop dur, » murmure-t-elle tandis qu’il l’aide à s’étendre sur le canapé. Aisling le ramène à la réalité en s’emparant de sa main. Elle s’y accroche comme un noyé à une bouée, la serre presque douloureusement contre sa poitrine soulevée par ses inspirations saccadées et pleines d’angoisses. « J’veux pas redescendre… J’veux pas redescendre… J’veux pas redescendre… » Il a mal de la voir dans cet état. Comme il aimerait posséder le pouvoir d’effacer toute sa souffrance d’un coup de baguette ! Mais c’est impossible et cette impuissance le torture depuis des années. « Me laisse pas redescendre… Oh non… Sid, me laisse pas redescendre… » Le regard suppliant d’Aisling le perturbe profondément, assez pour qu’il regrette presque de ne pas avoir gardé un ou deux bonbons toxiques. C’est tout ce qu’il lui faudrait pour engourdir son mal un peu plus longtemps et repousser l’inévitable retour au présent. Dégoûté que cette idée lui ait traversé l’esprit, il serre les dents et durcit son regard. « Faut qu’tu redescendes, Leen. T’as pas le choix. » Parce qu’accepter de la laisser flotter dans son néant bituré, c’est aussi accepter que cette rechute est la fin, qu’il n’y a plus d’espoir. Et il refuse catégoriquement de croire que tout est perdu.

Néanmoins conscient de s’être montré un peu brusque, il se radoucit et offre à son amie un petit sourire qui se veut réconfortant. « Mais t’es pas toute seule, okay ? J’suis là avec toi, jusqu’au bout. » Guidé à la fois par l’instinct et l’expérience, Sid sent que ce dont elle a besoin en ce moment, c’est d’être rassurée et accompagnée dans son brutal retour à la réalité. Alors il s’assoit à côté d’elle sur le ciment inconfortable, glisse une jambe repliée dans son dos pour lui offrir un appui et passe l’autre par-dessus les siennes. Il enroule son bras autour de ses épaules et l’attire délicatement vers lui jusqu’à ce qu’elle soit appuyée contre son torse. « On va rester ici encore un peu. » Il veut attendre qu’elle ait commencé à purger l’ecstasy de son système, qu’elle ait un peu retrouvé ses esprits et qu’elle soit capable de redescendre sans perdre pied dans l’escalier. Mais au-delà de tout ça, il repousse aussi l’inévitable discussion qui se profile à l’horizon. Car il sait trop bien qu’une fois qu’elle aura à nouveau les deux pieds sur Terre, ils devront parler de ce qui s’est passé. Il lui demandera si Bonnie disait la vérité, si elle a vraiment voulu se jeter en bas du toit. Et il craint sa réponse. Pour endormir ses angoisses et les siennes, il la berce tendrement en chantonnant tout bas une mélodie sans nom et sans paroles. Peu à peu, elle se transforme, prend la forme d’une chanson qu’ils connaissent trop bien tous les deux. Bientôt, il murmure les paroles à l’oreille d’Aisling en se laissant couler sans retenue dans le mélange sirupeux d’images et d’émotions qu’elles lui évoquent. « ’Cause I lost it all… » L’impuissance, le désespoir. La certitude d’avoir échoué. « Dead and broken, my back’s against the wall… » L’impression d’être coincé, englué dans un présent qui ne cesse de se répéter, de ne pouvoir ni se tourner vers l’avenir, ni revenir en arrière. « Cut me open, I’m just trying to breathe, just trying to figure it out… » La volonté de briser le cycle, de changer, d’aller mieux. Celle, aussi, d’avancer à l’aveuglette, les bras tendus vers on ne sait trop qui ou quoi, dans l’espoir que cet ailleurs sera meilleur. « Because I built these walls to watch them crumbling down… » Le réflexe de se réfugier derrière les murs de la forteresse qu’il a construit pour se protéger. Le mélange d’espoir et de terreur à l’idée qu’un jour quelqu’un réussira à les traverser et à voir derrière le masque. « I said, “Then I lost it all”. Who can save me now? » La certitude immuable, vibrante, ancrée quelque part tout au fond de lui, qu’il saura la sauver. Et ce murmure discret mais infatigable qui affirme qu’elle fera la même chose pour lui, même s’il est convaincu qu’il n’a pas besoin d’être sauvé. « I believe that we all fall down sometimes… » Malgré sa voix étranglée et sa gorge nouée, il s’oblige à continuer. « Can’t you see that we all fall down sometimes? » Ce n’est ni un pardon, ni une absolution qu’il lui offre en murmurant ces paroles au creux de son oreille. Il essaie simplement de lui dire qu’il comprend, qu’il sait à quel point ce qu’elle a tenté de faire est difficile. Qu’il sait aussi qu’elle a véritablement essayé et qu’elle essaiera encore. Il ne lui en veut pas vraiment d’avoir échoué. En quelque part, il s’attendait à ce que ça arrive. Et il est convaincu qu’un moment de faiblesse ne définit pas l’ensemble de la lutte, tout comme une bataille perdue ne détermine pas l’issue de la guerre.




I know it's right.
when you fall in love, you lose control, you can't hang on and you can't let go. when you find the one, you hold on tight, you weather every storm till the sun shines. even when it hurts, there's no regret, and every breath you give, is one you get. • when you fall in love, andrew ripp.

just pass me the bitter truth ♡ aisling 2MiNnPz
just pass me the bitter truth ♡ aisling KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
just pass me the bitter truth ♡ aisling 34yp
POSTS : 1062 POINTS : 100

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 9 mois.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [f.b.1]Sid [r.a.] Sid & CaroRobin [2]Robin [3]Laoise

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [roadtrip] ♡ Phoenix [3] ♡ Lou ♡ Clément ♡ Ginny

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 2Ldgfbo
Robin & Phoenix ♡ [1]
Phoenix ♡ [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptySam 22 Aoû 2020 - 2:54



Just pass me the bitter truth
Sid & Aisling

Lonely, another day. Drowning, please save me, I am struggling in my own daydream. I know I can't live much longer, hear the angels sing. Tonight is the night I die. Believe me, believe me when I say; Tonight is the night I die.
Des volutes d’incertitude ondoient puis se solidifient dans le regard de Sid. La distance qu’il met entre eux s’élève comme une muraille. Froide, impénétrable, terrifiante. L’angoisse enfle dans la poitrine d’Aisling, se fond en un tremblement glacial qui la transperce de part en part. « Faut qu’tu redescendes, Leen. T’as pas le choix. » Les mots claquent, durs. Ils lacèrent son cœur et sa chair. La ramènent brutalement sur terre. La culpabilité, la peur et la tristesse remplacent l’euphorie dans ses veines, dissolvent le bien-être, dévorent les derniers sursauts de volupté qui l’enveloppaient encore. Ces émotions la rongent, creusent le vide qui la remplit doucement, si effrayant que même le sourire de Sid ne parvient pas à le dissiper. Dévorée par la honte, elle se détourne. Ses yeux errent vers un mégot esseulé, encore tâché de son rouge à lèvres, souvenir obscène de la débauche à laquelle elle s’est abandonnée. J’aurais jamais dû l’appeler. J’le savais bien la dernière fois qu’il en pouvait plus. Il va partir. Il va m’laisser. Se barrer. M’détester. L’air se fait plus rare dans ses poumons, s’emmêle dans sa gorge sous la forme de hoquets étouffés. « Mais t’es pas toute seule, okay ? J’suis là avec toi, jusqu’au bout. » Il lui murmure comme s’il lisait dans ses pensées, se glisse contre son corps, réchauffe son cœur de cette promesse qui pénètre le brouillard ; rallume un espoir qu’elle refoule par peur de trop y croire. Poupée désarticulée, elle se laisse manipuler, déplacer, attirer dans une étreinte qu’elle est certaine de ne pas mériter, entre ses bras comme un bouclier qui la protègent et la soutiennent depuis bien trop d’années. Les hoquets se muent en sanglots silencieux, contractent ses poumons de l’intérieur, brûlent ses yeux de larmes sèches qui refusent de dévaler ses joues. Ses mains quittent le sol, agrippent le t-shirt de Sid juste sous son col. Le tissu semble rêche, presque douloureux sous ses poings tremblants, appuyés contre la poitrine du tatoueur. « On va rester ici encore un peu. » Elle hoche doucement la tête, prie pour que un peu se transforme en toujours, que le temps se fige autour d’eux et qu’elle n’ait jamais à affronter sa déception ou ses questions. Elle voudrait rester éternellement dans l’équilibre précaire de cette bulle qu’il lui offre. Terrifiée à l’idée de la voir éclater pour la renvoyer au cœur de ce combat avorté qu’elle n’a plus la force de mener, elle effleure du bout des doigts l’idée d’abandonner. J’ai essayé après tout. J’y arrive pas, c’est trop dur, autant sombrer. Se dissoudre dans l’infini extatique de ses cachets, partir si loin qu’elle ne pourra jamais raccrocher la réalité, disparaître parmi les étoiles et simplement cesser d’exister. Elle est fatiguée. Sid l’est lui aussi. Elle l’entend dans sa voix, le lit sur ses traits contractés d’inquiétude, le ressent dans cette tension qu’il n’exprime jamais mais tend les muscles de son corps enroulé autour du sien. Le désespoir la ronge et Aisling se laisse glisser sans résister. Puisqu’il faut redescendre alors autant s’y  perdre à jamais. Mais à travers la douleur qui engourdit ses membres et compresse son cœur, la voix de Sid s’infiltre doucement pour faire un baume sur ses peurs. Vaguement apaisée, elle se laisse bercer par les vibrations basses de son timbre chaleureux et le balancement délicat de son corps qui l’entraîne avec lui. Elle se concentre sur la mélodie distante et familière, les mots d’abord hésitants qui se forment dans le creux de son oreille, font couler en elle un flot d’émotions contraires. « ’Cause I lost it all… Dead and broken, my back’s against the wall… » Les paupières closes, Aisling noue ses bras autour du cou de Sid. Elle se presse tout contre sa poitrine, seulement satisfaite quand les battements de son cœur semblent effleurer le sien. Réfugiée dans son étreinte sécurisante, elle espère échapper à la nuit sans lune qui cherche à l’avaler… mais peut-être aussi atténuer la détresse qui émane de son ami, répondre à cet appel à l’aide qu’il n’a pas conscience de lui envoyer ni elle de recevoir. « Cut me open, I’m just trying to breathe, just trying to figure it out, because I built these walls to watch them crumbling down… » Sa voix basse et profonde s’harmonise parfaitement avec la chanson, fait une trame continue dont elle s’efforce de suivre le fil pour tenter de retrouver le chemin vers la surface. « I said, “Then I lost it all”. Who can save me now? » Les paroles éveillent en elle un mélange de nostalgie et de tendresse, de douceur et de tristesse. Elles enflent dans sa gorge et coulent enfin le long de ses joues. Larmes brûlantes, gluantes, mais purifiantes surtout. Car elle sait bien tout au fond que Sid ne l’abandonnera pas, qu’il fera même tout ce qui est en son pouvoir pour qu’elle continue de combattre son addiction et les démons qui l’y enchaînent. Et cette certitude l’apaise et l’effraie tout à la fois tant elle craint de le trahir en baissant les bras. « I believe that we all fall down sometimes… can’t you see that we all fall down sometimes? » Le cœur serré par les émotions qu’elle décèle dans sa voix, Aisling risque un coup d’œil vers son visage hanté, torturé par les blessures de son passé qu’elle ne cesse de raviver. Honteuse, elle se détourne pour qu’il ne puisse lire le trouble dans son regard, fixe la croix inversée tatouée sur son biceps sans la voir. Les dernières notes flottent autour d’eux, bientôt englouties par le néant qui s’épand insidieusement en elle et dans lequel Aisling craint de s’enliser sans cette mélodie. Timidement, sa voix s’élève à son tour. Basse, rauque d’avoir trop chanté aux étoiles, trop lutté dans la nuit. « But I was blind, I couldn’t see the world that’s right in front of me. » Les conséquences désastreuses de chaque mauvaise décision, l’aveuglement volontaire dont elle fait preuve depuis des années pour refuser de voir sa condition. La réalité brutale et froide de ces derniers mois sans le filtre coloré de son poison. Découvrir enfin que la drogue n’est pas son plus gros problème mais le remède bancal qu’elle a trouvé pour s’anesthésier à défaut de trouver une meilleure solution. « But now… I can. » Sa voix se brise et le chant se mue en un murmure. Démunie face au bordel incommensurable qu’elle a semé dans son existence, Aisling ne sait plus si elle mérite une seconde chance. Et la sobriété lui paraît presque plus inatteignable encore maintenant qu’elle sait à quoi s’attendre et comme il est facile d’échouer.  « Because I lost it all, dead and broken my back’s against the wall... »  Elle met dans ce couplet toutes les chaînes qui la retiennent, les erreurs qui la hantent et cette angoisse paralysante de ne plus savoir comment en sortir, réparer les dégâts causés, se reconstruire pour enfin avancer. Elle voudrait tout effacer, rembobiner ; les drogues, les danses, le club, son arrivée en Australie, le premier joint en Angleterre, le ferry de Dublin à Holyhead, le train partant de Belfast, ses escapades sur les toits de son quartier sous un ciel toujours gris, la bière chipée à la fin des concerts, les bombes qui pleuvaient comme la pluie, la guerre, l’horreur, la peur, les cris. Le néant enfin, la chaleur rassurante de l’enveloppe maternelle, les sons distendus qui lui parvenaient sans doute depuis la membrane protectrice de sa peau, là où son existence chaotique aurait dû être avortée avant même d’avoir commencé. La caresse légère de la main de Sid sur son bras nu la ramène brutalement à lui dans un sursaut protestataire. Non ! Je l’aurais jamais rencontré sinon ! Cette idée lui déplaît plus que n’importe quelle autre. La gorge nouée, l’irlandaise comprend qu’elle serait prête à refaire toutes ces erreurs et affronter toutes ces douleurs pourvu qu’elles mènent jusqu’à lui. Car elle ne peut concevoir un monde dans lequel son destin n’est pas lié à celui de son meilleur ami. Et rien ne la terrifie davantage que de l’imaginer s’éloigner, rompu d’avoir trop lutté, éreinté par ses promesses vides et son incapacité à se relever. « Who can save me now? » Les bras de Sid se resserrent autour d’elle comme pour répondre à son murmure étranglé. Vannée, elle se laisse bercer sans opposer la moindre résistance. Les mots meurent sur le bout de ses lèvres gercées mais la chanson continue de résonner dans son cœur où la voix de Sid se mêle à celle du chanteur. L’instant présent lui échappe à nouveau, emporte avec lui toute notion du temps et de l’espace. Ils s’y abandonnent, blottis l’un contre l’autre sur le ciment inconfortable, jusqu’à ce qu’une bourrasque l’arrache à sa torpeur dans un sursaut, ouvre la porte à de nouveau tremblements qui agitent son corps éprouvé par les drogues et la déshydratation. « Sid ? » Elle croasse d’une petite voix. « J’suis désolée. » désolée, désolée, désolée. « J’pensais vraiment que j’y arriverais... » Sa mâchoire se contracte encore, résidu écœurant des substances qui empoisonnent son sang. Elle voudrait s’en purifier, les arracher de ses veines et de ses tissus pour ne plus ressentir leur influence néfaste, leur marée noire ignoble, leurs mensonges visqueux. « C’était stupide, j’aurais dû l’savoir que j’pourrais pas… qu’j’aurais pas la force. » J’suis trop faible, trop faible, trop faible. L’air lui paraît si froid contre sa peau brûlante, et ses membres si douloureux dans cette position précaire. Avec des gestes à la fois lents et maladroits, elle se redresse légèrement. A défaut de pouvoir rester sobre, elle voudrait avoir la force de s’éloigner de Sid, le libérer de son engagement et de la peine qu’elle lui inflige. Mais au lieu de ça, elle enfouit son visage dans le creux de son cou, effleure sa peau du bout des lèvres sans oser les appuyer davantage. « J’voulais pas t’appeler… j’aurais tellement voulu pas t’décevoir. » Elle souffle d’une voix chargée de désespoir tandis qu’un nouveau frisson parcourt son corps. Aisling prend soudain conscience de sa soif, la fatigue intense qui lui barre le front ; les fourmillements qui tressautent sous sa peau, exacerbent chaque sensation. Les sons lointains pulsent dans ses tympans, une pression sourde broie ses tempes, les lumières trop vives agressent sa rétine, et chaque pli de ses vêtements lui lacère sa peau. Tout contact rendu insupportable par son organisme détraqué, sauf la pression délicieuse du corps de Sid toujours enveloppé autour du sien. « J’sais plus quoi faire... » J’en peux plus, j’ai plus la force de lutter. Il avait l’air si heureux de voir qu’elle tenait, si serein au cours de ces dernières semaines de sobriété qu’elle n’a pas le cœur à lui dévoiler entièrement le fond de sa pensée. Et pourtant, elle craint qu’il ne l’ait déjà deviné à son ton abattu, son regard qui le fuit, cette promesse suspendue qu’elle n’ose renouveler.
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

just pass me the bitter truth ♡ aisling 763064237:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 6WzQerNN_o
POSTS : 1419 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [7/5] aisling | f.b #1aisling [r.a.]caridlinglily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
just pass me the bitter truth ♡ aisling Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : gabriel, le manager • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptyJeu 27 Aoû 2020 - 4:32




just pass me the bitter truth
For a moment I can wait, it's a fight I guess I'll never know. For a moment I can wait, I'm holding onto hope. And I know you're stoned, I can see it, the struggle's getting old. For a moment I can wait. So don't say it's over, waiting here while you get sober. I'm never gonna let you go, I'm never gonna let you go. • sober, bad wolves

Affaiblie, empreinte de lassitude, la voix de Sid s’est transformée en un murmure qui finit par mourir sur ses lèvres. Lentement, Aisling relève les yeux vers lui. Leurs regards s’effleurent timidement avant qu’elle ne se détourne. Le silence est assourdissant, rempli d’un bourdonnement aussi désagréable qu’étourdissant. Les années ont passé; il a grandi, muri, vieilli. Pourtant, quelque part tout au fond de son esprit, dans le coin sombre où il l’a relégué, se trouve encore le gamin terrifié qu’il était à l’époque où il s’occupait d’Adele. Il ne s’habituera jamais à l’impuissance nerveuse qui lui coule dans les veines ou à la terreur glaciale qui plante ses griffes dans ses tripes chaque fois qu’il se retrouve dans cette situation. Le calme instable qui s’est établi autour d’eux nourrit ses idées noires, lui permet de contempler la fin macabre vers laquelle ils se dirigent indubitablement, ce scénario catastrophe qui le hante et le fait vibrer d’une panique incontrôlable. Il ne peut tout simplement pas supporter l’idée de perdre une autre personne qui lui est chère de cette façon. Désarmé, déchiré, il se raccroche tant bien que mal à la chaleur d’Aisling pour empêcher la peur de l’avenir de miner le présent. Tant qu’il peut voler à son secours et la tenir ainsi contre lui, il peut encore la protéger d’elle-même et des autres.

Douce et inégale, vaguement tremblotante mais étrangement juste, la voix de son amie s’élève à son tour entre eux, le repêche et l’ancre dans son abîme tout à la fois. « But I was blind, I couldn’t see the world that’s right in front of me. But now… I can. » Son chant fait naître une émotion douce-amère, difficile à identifier, dans la poitrine du tatoueur. « Because I lost it all, dead and broken my back’s against the wall… » Perceptible, tangible, la douleur d’Aisling se colle à celle de Sid et le réconforte étrangement. Dans son esprit, leurs voix se mélangent et s’harmonisent. Ces paroles, elle les ressent aussi au plus profond de son être, il en est convaincu. Parce qu’il y a cette douleur sourde qui lui étrangle le cœur et qui lui donne presque envie de laisser couler quelques larmes. Il lève plutôt les yeux vers le ciel, regrette du même souffle que les lumières orangées de la ville occultent les étoiles. Il voudrait se perdre dans la voie lactée, flotter sans attache dans l’espace jusqu’à se noyer dans l’océan de petits points lumineux qui scintillent comme tout autant de clins d’œil invitants. Est-ce cet échappatoire qu’Aisling trouve dans ses petits cachets ? Il suppose que oui. Sans doute qu’elle cherche à couper le fil qui la rattache au sol et l’ancre à la réalité. En quelque part, il la comprend. Ce n’est pas l’envie qui lui manque à lui aussi de pourchasser un monde meilleur, un monde dans lequel sa douleur serait enfin endormie. En même temps, il ne peut s’empêcher de lui en vouloir. Si lui doit souffrir continuellement, rester fort malgré la colère et la peine qui le grugent de l’intérieur, pourquoi Aisling aurait-elle le droit de s’évader ? Pourquoi sa mère avait-elle le droit de s’absenter dans sa propre tête pour ignorer le mal qu’elle causait à son fils qui l’aimait encore en dépit de tout ce qu’elle lui faisait subir ?

À nouveau, la voix d’Aisling s’élève. Brisée. Faible. Presque inaudible. « Who can save me now? » Touché, il resserre sa prise sur elle. J’veux croire que j’peux encore y arriver… Le silence reprend ses droits, un peu moins lourd, un peu moins insupportable cette fois. L’immensité du ciel lui donne le vertige, tout comme le toit en béton qui s’étale autour d’eux. Alors il se réfugie derrière ses paupières et essaie de s’ancrer au présent pour ne pas se laisser rattraper par les souvenirs qui le talonnent. Il a du mal à le faire, toutefois, et quand la jeune femme l’interpelle mollement, il sent presque leur souffle tiède sur sa nuque. « J’suis désolée. » Il déglutit mais ses excuses lui restent en travers de la gorge et lui laissent une amertume écœurante au fond de la bouche. C’est qu’elles raniment le fantôme de centaines d’autres murmures déphasés qui lui ont autrefois lacéré le cœur tout autant que celui-ci. « J’pensais vraiment que j’y arriverais… » J’y croyais aussi… Mais était-ce vraiment le cas ? Il aime se dire que oui. Il veut croire qu’il a véritablement foi en son amie et en sa capacité à rester sobre. Ce soir, pourtant, il doute. Comment savoir s’il n’a pas seulement pris ses désirs pour des réalités ? Il ne peut nier que ça lui faisait un bien fou de se dire qu’ils ne se retrouveraient plus jamais dans une telle situation. Elle, en larmes et honteuse d’avoir voulu toucher les étoiles. Lui, mort d’inquiétude et impuissant. Et s’il avait simplement décidé de se bercer d’illusions ? « C’était stupide, j’aurais dû l’savoir que j’pourrais pas… qu’j’aurais pas la force. » Il devrait essayer de la réconforter ou de la rassurer. Lui dire qu’elle est bien assez forte pour y arriver, quoi qu’elle puisse en penser. Cependant, il ignore s’il saurait trouver les mots pour le faire et encore moins l’assurance qui les transformerait en vérité absolue plutôt qu’en phrases toutes faites.

Comme piquée par son silence, elle se redresse. Veut-elle s’échapper de son étreinte ? Peut-être, mais si c’est le cas, les forces manquent à son corps de poupée de chiffon et elle se laisse retomber contre Sid, son visage enfoui dans son cou. Il refuse de se concentrer sur la chatouille inconfortable de son souffle contre sa peau et sur la caresse agréablement timide de ses lèvres, mais surtout sur cette impression étrange et profondément malvenue qu’il a de serrer contre lui la bonne personne pour une fois. Il se focalise plutôt sur Aisling et le reste de ses lancinantes confidences. « J’voulais pas t’appeler… j’aurais tellement voulu pas t’décevoir. » Est-il déçu ? Difficile à dire. Il ignore si, dans les circonstances, ils pouvaient vraiment s’attendre à un résultat différent. T’avais beau t’raconter des histoires, tu savais très bien que c’est c’qui allait arriver. Et comme ça se répétera encore et encore… « J’sais plus quoi faire. » Il y a chez Aisling un abattement qu’il n’avait jamais perçu auparavant, pas même ce soir fatidique où elle a frôlé l’overdose de si près qu’elle a décidé de tenter la sobriété. D’un coup, les paroles de Bonnie ressurgissent du fond de son esprit où elles tournaient en boucle, se superposent cruellement à la vision d’horreur du corps éclaté sur le bitume de son amie qui a dansé devant ses yeux tout à l’heure. Mais cette fois, elle ne fait naître aucune panique chez Sid. Sournoisement, ses émotions ont peu à peu battu en retraite, se sont retranchées derrière un mur impénétrable en ne laissant derrière qu’un vide cotonneux et dangereusement familier. Il ouvre les yeux, penche la tête vers Aisling. Son visage est toujours dissimulé dans son cou, de sorte qu’il ne voit que la courbe de son épaule dénudée et sa chevelure sombre. Distraitement, il mordille l’anneau à sa lèvre inférieure en fixant la peau laiteuse. « Continuer… C’est tout c’que tu peux faire. Tout c’qu’on peut faire, » souffle-t-il d’une voix désincarnée. C’est la seule issue qui s’offre à eux. Essayer d’avancer, peu importe la souffrance, peu importe les difficultés. S’acharner à patauger dans la boue et la merde en espérant trouver un semblant de terre ferme auquel se raccrocher. « T’relever et continuer… C’est pas parce que t’es tombée qu’tu dois accepter de t’arrêter. » Son intonation se fait plus prudente, plus hésitante. « À moins que… » La gorge nouée, il comprend brusquement dans quelle direction il se dirigeait à tâtons, la question vers laquelle il se tournait sans même en avoir vraiment conscience. « À moins qu’ça soit de ça qu’t’as envie ? T’arrêter ? » Il passe une langue rêche sur ses lèvres, tente par réflexe d’avaler sa salive asséchée comme si elle avait le pouvoir de déloger les mots qui s’accrochent à sa gorge. « Arrêter de souffrir ? De lutter ? De… vivre ? » Dis-moi qu’j’ai tort. Dis-moi qu’Bonnie déconnait. Mens-moi s’il le faut. J’t’en supplie…




I know it's right.
when you fall in love, you lose control, you can't hang on and you can't let go. when you find the one, you hold on tight, you weather every storm till the sun shines. even when it hurts, there's no regret, and every breath you give, is one you get. • when you fall in love, andrew ripp.

just pass me the bitter truth ♡ aisling 2MiNnPz
just pass me the bitter truth ♡ aisling KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
just pass me the bitter truth ♡ aisling 34yp
POSTS : 1062 POINTS : 100

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 9 mois.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [f.b.1]Sid [r.a.] Sid & CaroRobin [2]Robin [3]Laoise

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [roadtrip] ♡ Phoenix [3] ♡ Lou ♡ Clément ♡ Ginny

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 2Ldgfbo
Robin & Phoenix ♡ [1]
Phoenix ♡ [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptyMer 2 Sep 2020 - 4:10



Just pass me the bitter truth
Sid & Aisling

Lonely, another day. Drowning, please save me, I am struggling in my own daydream. I know I can't live much longer, hear the angels sing. Tonight is the night I die. Believe me, believe me when I say; Tonight is the night I die.
Les yeux rivés sur les irrégularités du ciment, Aisling guette une réponse qui tarde à se faire entendre. Dans le fond, elle ignore ce qu’elle attend de Sid, ni si elle espère quoi que ce soit. Qu’il s’énerve peut-être, l’engueule et lui fasse comprendre à quel point elle a merdé, comme elle ne vaut rien, plus rien du tout à ses yeux. Qu’il la serre contre son torse et caresse ses cheveux, embrasse son front et lui promette que tout finira par s’arranger. Qu’il efface ses douleurs comme ses erreurs, l’autorise à se redresser, lui insuffle la force de croire qu’elle en est encore capable. C’est d’ailleurs ce à quoi il finit par se résoudre d’un ton hésitant : « Continuer… C’est tout c’que tu peux faire. Tout c’qu’on peut faire. » Son cœur se contracte d’un espoir fébrile en entendant ce mot. On. Malgré la douleur qui engourdit ses doigts, elle agrippe entre ses poings serrés le tissu sombre du t-shirt de Sid, ferme les yeux et presse un peu plus son front dans le creux de son cou. « T’relever et continuer… C’est pas parce que t’es tombée qu’tu dois accepter de t’arrêter. » Mais malgré tous ses efforts, son ami lui échappe. Elle l’entend à sa voix chancelante, au manque de fermeté de ces mots qu’il souffle sans conviction. T’y crois plus toi non plus. Une douleur aigue se faufile sournoisement entre ses côtes et transperce sa poitrine alors qu’elle relâche mollement son étreinte. T’as pas le droit de plus croire en moi Sid, t’es le seul qu’il me reste encore… Les dents plantées dans sa lèvre inférieure, elle goûte au sang qui perle sur ses lèvres asséchées par les drogues et le rouge à lèvre bon marché presque entièrement élimé. « À moins que… » L’air se solidifie entre eux et le temps semble se suspendre comme pour laisser un doute glacial enfler dans la gorge de Sid, couler jusqu’à ses lèvres, se déverser sur Aisling et infiltrer ses os. « À moins qu’ça soit de ça qu’t’as envie ? T’arrêter ? » Rongée par la culpabilité, l’irlandaise baisse obstinément les yeux, son visage dissimulé par le rideau protecteur de son épaisse frange noire. Car elle ne peut nier y avoir pensé plus d’une fois, sans vraiment oser se l’admettre. Dans le fond, elle flirte avec le vide et danse avec les étoiles sur les toits escarpés des villes anonymes depuis sa plus tendre enfance. Un travers destructeur que les blessures et les années n’ont fait qu’empirer. Alors timidement, la réponse se creuse une place en elle, quitte l’ombre protectrice de son inconscient pour montrer son visage funeste à la lumière. J’crois bien qu’oui… Comme s’il sentait qu’il vient de plonger au cœur du mal qui la ronge, Sid poursuit son interrogatoire. Impitoyable, imperturbable. « Arrêter de souffrir ? De lutter ? » Les lèvres pincées pour tenter de retenir les sanglots qui se bousculent dans sa gorge, Aisling accueille ses terribles hypothèses d’un hochement de tête, puis un deuxième. Et c’est étrange comme cet aveu lui semble aussi effrayant que libérateur. « De… vivre ? » Alarmée par la douleur et l’angoisse qu’elle perçoit dans la voix rauque de son ami, elle n’ose toutefois confirmer sa sinistre intuition et relève les yeux pour tenter de croiser son regard. Hanté, distant et suppliant tout à la fois. Une vague de froid la traverse et ses muscles se crispent pour tenter de réchauffer son corps las, brisé, fatigué.

Est-ce qu’elle veut arrêter de vivre ? L’idée de sombrer dans cet abysse insondable la paralyse de terreur, mais pas autant que la perspective d’endurer encore et encore la souffrance perpétuelle de son existence. Au fond, Aisling s’est abandonnée depuis longtemps déjà, se contente de survivre aux journées mornes qui se succèdent, effleure parfois l’espoir qu’un accident imprévu l’arrache à cette mélancolie qu’elle traîne partout avec elle. Une erreur stupide, un tournant tragique, le genre qui interrompt brutalement le cours du destin et effacerait son avenir pour n’imprimer qu’un souvenir fané dans la mémoire de ceux qui l’ont connue. Y’aurait-il seulement quelqu’un pour la pleurer ? Le visage torturé de Sid lui fait penser que oui. Tirée de son fantasme morbide et déstabilisée par la douleur à peine dissimulée qu’elle lit dans son regard, Aisling fronce légèrement les sourcils. Sa main se lève maladroitement, flotte un instant devant sa mâchoire contractée comme pour y glisser sa paume, frôle du bout des doigts la peau gelée avant de prendre brutalement conscience de son geste. « J’voudrais arrêter d’te faire mal surtout. » Sa main retombe mollement sur le sol tandis qu’elle détourne les yeux. Ce serait mieux pour tout l’monde si j’disparaissais, tu comprends ? Plus de douleur, plus de culpabilité, plus de combats perdus d’avance ni cette terreur lancinante qui détraque son système nerveux, la réveille en sueur et tremblante de peur au plus noir de la nuit. Plus d’inquiétude pour lui, de sommeil sacrifié à trop de sauvetages en vain. Juste une tristesse amère mais passagère qui finira bien par s’évanouir avec le temps pour laisser place à quelque chose de plus beau, de plus sain. Une sérénité que Sid mérite et ne pourra jamais trouver tant qu’elle le retient de ses chaînes qui l’entraîne avec elle dans son inexorable chute. Tant qu’elle vampirisera son attention au point de faire foirer toutes ses relations. Harley l’autre fois. Une inconnue ce soir, dont le souvenir rougeâtre marque encore les lèvres du beau brun. Le cœur en vrac, Aisling détourne vivement les yeux pour cacher son trouble, honteuse de reconnaître la jalousie trop familière qui vient se nicher dans sa poitrine chaque fois qu’une autre femme goûte à son fruit défendu. J’serai jamais heureuse. J’arriverai jamais à rester sobre. J’sers à rien et j’en peux plus. J’te jure que j’en peux plus… mais j’veux pas qu’tu sombres avec moi. Les aveux impatients se bousculent contre ses lèvres qui capitulent et s’ouvrent pour les libérer ; mais Aisling les scelle fermement, ébranlée par l’angoisse pénétrante qui ronge le regard de Sid. « Tu… tu t’es jamais dit qu’ta vie serait plus simple si tu m’connaissais pas ? » Elle demande plutôt d’une voix éteinte, érodée par son manque d’assurance. Effarée qu’il ne se soit pas encore fait cette réflexion, elle avance à tâtons, persuadée que l’idée lui sera plus supportable s’il en vient lui-même à cette conclusion. « Si tu m’avais laissée partir, ce soir-là… » Elle le revoit encore comme si c’était hier. Ses grands yeux océan, ses cheveux noirs en bataille et son sourire charmeur, l’éclat de stupéfaction qui avait voilé son regard quand elle s’était mise à paniquer, ses mains tremblantes fouillant son sac à la recherche d’une issue. La façon dont il avait refusé de laisser le sien s’échapper tandis qu’il scellait leur destin d’un seul mot empreint de cette assurance tranquille qui l’avait immédiatement fait sentir en sécurité : reste. Et elle était restée. Des jours, des mois, des années. Jusqu’à largement dépasser l’invitation qui lui avait été accordée. Elle s’était nourrie de son amitié. Avait pris et pris encore sans jamais redonner. Rien, pas même l’espoir d’un jour s’en sortir et se sevrer. « …si j’étais restée qu’un souvenir anonyme dans la foule d’un concert ? » Une anecdote qu’on raconte à son coloc avec un haussement d’épaule amusé. T’sais pas quoi, j’ai croisé une sacré tarée ! Une rencontre éphémère et aussitôt oubliée. Ouai, ce serait mieux si j’disparaissais… Elle songe confusément, comme si s’éteindre maintenant pouvait aussi lui permettre de changer le cours du temps. Une tragédie d’une certaine beauté, tout comme ces paroles qui se fraient instinctivement un chemin jusqu’à son cœur et qu’elle se garde bien de chanter. Même artiste, différente chanson, empreinte d’une tristesse qui n’a d’égale que sa résignation. I can't put it back together. No, I won't put it back together. This is where it ends.
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

just pass me the bitter truth ♡ aisling 763064237:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 6WzQerNN_o
POSTS : 1419 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [7/5] aisling | f.b #1aisling [r.a.]caridlinglily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
just pass me the bitter truth ♡ aisling Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : gabriel, le manager • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptyJeu 10 Sep 2020 - 6:51




just pass me the bitter truth
For a moment I can wait, it's a fight I guess I'll never know. For a moment I can wait, I'm holding onto hope. And I know you're stoned, I can see it, the struggle's getting old. For a moment I can wait. So don't say it's over, waiting here while you get sober. I'm never gonna let you go, I'm never gonna let you go. • sober, bad wolves

Chacun des signes d’assentiment d’Aisling est tombé comme une sentence. En retenant son souffle, Sid attend qu’elle lui confirme le pire, qu’elle hoche une fois de plus la tête et lui annonce ce qu’il redoute d’apprendre. Mais elle reste immobile, emmurée dans un silence révélateur qui, plutôt que de le soulager, creuse un peu plus la douleur qui a pris racine dans sa poitrine. Même le regard bleu-gris de son amie qui croise enfin le sien ne lui offre aucun réconfort. Assombris par la nuit qui les entoure, ses iris d’ordinaires si clairs ressemblent à des étangs d’encre. Le tatoueur plonge dans leur lisse obscurité, se laisse couler tout au fond tandis que son corps entier se tend comme pour rejeter en bloc la pénible vérité qu’elle a failli révéler. Il tressaille en sentant le bout de ses doigts frôler timidement sa joue. À peine s’est-il habitué à la douceur triste de ce contact qu’il disparaît déjà, en même temps que ses prunelles d’encre qui le fuient. « J’voudrais arrêter d’te faire mal surtout. » Ce n’est pas ce qu’il s’attendait à entendre. Il fronce les sourcils, enfonce machinalement ses dents dans la pulpe de sa lèvre inférieure. La douleur soudaine redonne vie à ses pensées engluées. Pour ça, faudrait que t’arrêtes de t’détruire à petit feu à l’intérieur. Parce que c’est ça qui m’fait mal, t’sais. D’te voir souffrir et d’rien pouvoir y faire. Mais dans le silence qui s’étire, inconfortable et inquiétant entre eux, il n’ose l’avouer. Pour éviter, peut-être, de faire porter à la jeune femme un poids trop lourd pour ses épaules. Ou par crainte de voir une fois de plus ses espoirs déçus par ces promesses qu’elle contourne soigneusement depuis ce soir fatidique où elle a levé le voile sur ses problèmes pour la première fois.

Il est presque soulagé de ne plus avoir à chercher mollement le courage de parler quand la voix d’Aisling s’élève, timide et maladroite : « Tu… tu t’es jamais dit qu’ta vie serait plus simple si tu m’connaissais pas ? » Une boule d’incrédulité en travers de la gorge, il sent enfler en lui une colère qu’il n’avait pas vue venir. Comment t’oses me demander un truc pareil ? Comme si leur amitié ne valait rien. Comme s’il pouvait l’effacer simplement en souhaitant revenir en arrière. Et qu’est-ce qui t’fait croire que j’voudrais revenir en arrière, hein ? Insensible à la détresse que sa question a provoquée chez Sid, elle poursuit, implacable : « Si tu m’avais laissée partir, ce soir-là… si j’étais restée qu’un souvenir anonyme dans la foule d’un concert ? » Accablé, il ferme les yeux, porte une main lasse à son front qu’il masse du bout des doigts. L’obscurité de ses paupières ne lui est toutefois d’aucun secours. Elle lui offre plutôt l’écran parfait pour se concentrer sur ses souvenirs. Il revoit la silhouette d’Aisling. Elle était assise sur son tabouret au bar, il l’avait entraperçue entre deux mouvements de foule. Du même souffle, il renoue avec la pulsion viscérale qui avait guidé ses pas vers elle, la ressent aussi violemment que s’il y avait goûté la veille. Il avait été incapable d’y résister à l’époque et il en serait tout aussi incapable aujourd’hui. Même s’il voulait lâcher prise, baisser les bras, abandonner Aisling à son sort, il sait trop bien que ça lui serait tout simplement impossible.

Alors il s’accroche, comme il se raccrocherait à la moindre brindille pas trop fragile susceptible de freiner sa chute avant qu’il ne s’écrase lamentablement au sol. Il inspire profondément comme si ça pouvait lui redonner la force qui lui manque et ouvre les yeux. « Non. » Cette fois, il y a toute la conviction du monde qui vibre dans sa voix. « Même si on s’était vus qu’un moment, je t’aurais pas oubliée. Si t’étais partie, j’pense qu’il y aurait toujours eu un petit bout de moi qui se serait demandé pourquoi. » Il ne sait comment décrire cette connexion qu’il a ressentie presque sur le champ, encore moins expliquer d’où elle vient. En quelque part, il se dit qu’ils se sont trouvés, tout simplement. « Ma vie serait pas meilleure sans toi, Leen. » La mâchoire serrée, il tente d’étouffer la colère qui anime en partie ses prochaines paroles, sans pour autant totalement s’empêcher de durcir le ton. « Et pis même si c’était le cas, il est trop tard pour ça, tu crois pas ? J’t’ai retenue et t’es restée… Et maintenant, nos vies sont comme ça. » Il lui montre son index et son majeur entrecroisés pour illustrer son propos. Qu’ils le veuillent ou non, qu’ils essaient d’y échapper ou pas, leurs destins sont irrémédiablement entremêlés, pour le meilleur et pour le pire. « Et on y peut rien… » À contre-cœur, il rompt l’étreinte, s’écarte juste assez pour poser ses mains sur les épaules frêles de la jeune femme et la repousser. Une fois de plus, il plonge son regard dans le sien. Il s’oblige à tolérer le brouillard de came qui lui parasite les iris et la rend si lointaine, presque étrangère. « J’sais pas c’que tu crois, mais j’te jure que je m’en remettrais jamais si… si j’devais te perdre. » Il presse délicatement ses épaules comme si ce geste affectueux pouvait donner plus de force à ses paroles ou lui communiquer la pointe de désespoir qui le ronge. « T’es pas un problème que j’tolère ou un poids qui m’empêche d’avancer. Si j’te veux dans ma vie, c’est que t’es mon amie… » Saisi d’un trop-plein d’émotion, il baisse la tête. Les yeux rivés sur les poings d’Aisling qui sont toujours crispés dans le tissu de son t-shirt, il cherche le courage de terminer son plaidoyer. « Et moi j’ai besoin de mon amie, » souffle-t-il enfin au bout d’un moment de silence, la voix éraillée par l’angoisse.




I know it's right.
when you fall in love, you lose control, you can't hang on and you can't let go. when you find the one, you hold on tight, you weather every storm till the sun shines. even when it hurts, there's no regret, and every breath you give, is one you get. • when you fall in love, andrew ripp.

just pass me the bitter truth ♡ aisling 2MiNnPz
just pass me the bitter truth ♡ aisling KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
just pass me the bitter truth ♡ aisling 34yp
POSTS : 1062 POINTS : 100

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 9 mois.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [f.b.1]Sid [r.a.] Sid & CaroRobin [2]Robin [3]Laoise

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [roadtrip] ♡ Phoenix [3] ♡ Lou ♡ Clément ♡ Ginny

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 2Ldgfbo
Robin & Phoenix ♡ [1]
Phoenix ♡ [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptyDim 4 Oct 2020 - 4:53



Just pass me the bitter truth
Sid & Aisling

Lonely, another day. Drowning, please save me, I am struggling in my own daydream. I know I can't live much longer, hear the angels sing. Tonight is the night I die. Believe me, believe me when I say; Tonight is the night I die.
Le froid coule sous sa peau quand il ferme les yeux, hérisse le duvet qui recouvre ses bras, se fraie un chemin désagréable le long de sa nuque. This is where it ends. Disque rayé, les paroles tournent en boucle dans sa tête, mélodie distordue par ses pensées brouillées. Un calme factice l’enveloppe, engourdit ses nerfs, l’insensibilise à la tornade d’angoisses qui menace de la terrasser, lui donne l’impression de flotter hors de ce corps qu’elle ne cesse d’abandonner. Détachée, elle suit avec fascination les mouvements de Sid, guette les expressions qui se peignent sur son visage torturé. La danse de ses longs doigts sur la peau pâle de son front, le pli de contrariété qui se dessine entre ses sourcils froncés et au coin de ses lèvres pincées, l’appel d’air dans ses poumons, le frémissement de ses paupières avant qu’il n’ouvre enfin les yeux. Ses pupilles se rétractent en accrochant son regard, dévoilent une nuance de bleus si purs, cœur de glacier entouré d’un voile de nuit, qu’elle en a le souffle coupé. «  Non. » Non ? Les sourcils froncés d’incompréhension, Aisling raccroche laborieusement le fil de leur conversation, n’en saisit pleinement le sens qu’en se concentrant sur ses prochaines paroles. « Même si on s’était vus qu’un moment, je t’aurais pas oubliée. Si t’étais partie, j’pense qu’il y aurait toujours eu un petit bout de moi qui se serait demandé pourquoi. » Une moue butée sur ses lèvres craquelées, l’irlandaise secoue doucement la tête, repousse cette idée, refuse surtout de la laisser dissiper le brouillard confortable dans lequel elle s’enfonçait. J’ai rien d’spécial Sid. Bien sûr qu’tu m’aurais oubliée. Et tu m’oublieras, j’te le promets. Mais le doute qui le grugeait quelques instants plus tôt a déserté son ami, remplacé par un aplomb qui la déstabilise quand il lui assène le fond de la pensée. « Ma vie serait pas meilleure sans toi, Leen. » Mais si ! Mais si ! Elle s’obstine, terrifiée par l’espoir féroce et destructeur que ses affirmations font naître dans sa poitrine. Comme s’il sentait sa résistance, il serre la mâchoire, durcit son regard. « Et pis même si c’était le cas, il est trop tard pour ça, tu crois pas ? J’t’ai retenue et t’es restée… Et maintenant, nos vies sont comme ça. » Sa voix gronde, fait trembler ses défenses, menace de les traverser. Son serment se fraie à travers les brèches, meurtrit sa chair, infiltre ses plaies comme pour mieux les refermer. Penaude, elle se détourne pour échapper à la tempête qui fait rage dans ses yeux océan, comme à la promesse esquissée de leurs destins entrecroisés. « Et on y peut rien… » Toi peut-être pas, mais moi oui. J’devrais partir. Plus laisser mes conneries et les drogues consumer ta vie. Elle s’acharne une dernière fois, s’accroche à sa sinistre résolution avec autant de force que ses doigts protestent, resserrent leur prise sur le t-shirt de son ami.

Mais au même moment il s’écarte. La distance qu’il creuse entre eux bloque sa respiration et ravive son angoisse. Le cœur agité d’un tremblement inégal, elle tente de le retenir, n’en trouve pas la force. Alors elle s’abandonne à la morsure de ses doigts qui s’enfoncent dans la chair tendre de ses épaules et l’ancrent dans le présent, y puise le courage de soutenir son regard tourmenté. « J’sais pas c’que tu crois, mais j’te jure que je m’en remettrais jamais si… si j’devais te perdre. » La douleur qui imprègne sa voix déchire le voile faussement protecteur derrière lequel elle se repliait, sème le doute dans son esprit. Mais Sid, j’te fais tellement de mal… En dépit de ses protestations, Aisling sent sa funeste délivrance lui échapper. Car elle voit bien à sa détresse qu’il en est persuadé. Un sanglot resserre sa poitrine, remonte le long de sa gorge, contracte subtilement les traits de son visage. Et la clarté insensible dans laquelle elle barbotait se mue en une marée noire de questionnements prête à l’engloutir. Pendue à ses lèvres pour y échapper, Aisling est frappée par le désespoir qui hante ses yeux pâles et la tristesse résignée de son affection qu’elle n’a jamais aussi peu méritée. « T’es pas un problème que j’tolère ou un poids qui m’empêche d’avancer. Si j’te veux dans ma vie, c’est que t’es mon amie… » Son aveu l’ébranle, coule tout au fond de son cœur pour y combler un besoin inavoué. C’est que depuis leur rencontre, elle s’efforce de tempérer ses espoirs comme ses sentiments. Pour ne pas en souffrir. Pour ne pas le faire fuir. Car s’il répond toujours présent, lui offre une stabilité sans faille qu’elle n’a jamais connu avant, Sid ne laisse que rarement transparaître ce qu’il ressent. Alors elle se contente de savourer chaque instant passé en sa compagnie, sans rien attendre ni espérer. Ni la promesse d’une affection partagée ; ni la sécurité d’un mot pour définir leur amitié. Il est son meilleur ami, son phare scintillant dans la nuit noire, le dernier rempart qui s’érige entre elle et ce qui cherche à la détruire. Elle se complait dans le rôle de la pote invisible, la coiffeuse d’appoint, toujours prête à rappliquer et partager sa pizza s’il se sent seul en soirée. Qu’importent les sentiments confus qui refusent d’être ignorés, jamais elle n’oserait demander davantage. Convaincue de ne pouvoir prétendre à cette place qu’elle rêve pourtant d’occuper. Terrifiée, peut-être, d’être confrontée à un Sid bouleversé par le chaos qu’elle sème dans sa vie, déchiré comme ce soir par cette pulsion qui la détruit. « Et moi j’ai besoin de mon amie. » Sa voix brisée l’achève, remplace son angoisse et ses idées noires par une bouffée d’affection qui la désarme. « Oh, Sid... » Elle ignore ce qu’elle a bien pu faire pour mériter son amitié, ignore pourquoi ce sont ces mots qui pénètrent le brouillard et viennent à bout de ses dernières défenses et du dessein funeste qu’elle effleurait.

Sans qu’elle puisse les retenir, des larmes brûlantes luisent dans ses yeux et dévalent la pente de ses joues, y dessinent de nouvelles rigoles pâles dans l’encre séchée de son mascara. Ses doigts engourdis ne libèrent les pans de son t-shirt que pour remonter fébrilement jusqu’à son col. Ses bras glissent sur le tissu sombre, se nouent derrière sa nuque, le retiennent de toutes ses forces contre son corps, contre son cœur. Le visage enfouit dans le creux de son cou, elle étouffe ses sanglots comme au premier jour, relâche un peu de la tension accumulée au cours de la soirée. « J’suis tellement tellement désolée ! J’voulais pas… j’pensais… » Elle hoquette, s’étouffe sur ces mots qui résonnent comme un écho. Ont-ils déjà franchit ses lèvres ce soir ou se mélangent-ils au souvenir d’autres voyages édulcorés qu’elle purge comme à chaque fois, tremblante et en larmes malgré la protection de ses bras. A supplier de pardonner, de croire en elle une dernière fois, même s’ils savent tous les deux qu’elle échouera. « J’étais tellement sûre d’avoir tout foiré, qu’tu voudrais plus jamais m’reparler… J’l’aurais pas supporté, j’te jure jamais… je- » Un soupir saccadé coupe sa respiration et le flot paniqué de ses paroles alors qu’elle renoue avec l’angoisse terrifiante qui se tapissait dans l’ombre. Celle qui la pousse à danser avec le vide, un peu trop loin des étoiles. « J’donnerais n’importe quoi pour être l’amie qu’tu mérites. Faut m’croire t’sais ? C’est juste que… j’y arrive pas… j’me déteste d’pas y arriver ! J’suis pas… » assez bien pour toi. Elle ferme les yeux, se noie dans sa déception et ses sanglots. La honte qui lui colle à la peau souffle encore son venin mensonger, aussitôt chassé par les paroles de Sid qui vibrent dans son cœur : J’te jure que je m’en remettrais jamais si j’devais te perdre. Elle ignore ce qu’il voit en elle, mais l’idée de lui infliger une ultime blessure dont il pourrait ne pas se relever l’effraie plus encore que celle d’emprunter le chemin laborieux qu’elle cherchait à quitter. « Mais si tu veux pas que j’parte alors j’partirai pas. » Elle souffle d’une voix sourde, rauque d’avoir trop pleuré. Pas comme ça, pas comme ce soir. « J’te l’promets. » Elle voudrait lui promettre tellement plus, s’y refuse par crainte de manquer encore à sa parole. Car pour rester dans la vie de Sid, Aisling doit affronter la lente agonie de sa propre existence, et elle n’est pas certaine d’y parvenir sans le confort factice des drogues pour réguler ses émotions volatiles. Dans son corps endolori, la souffrance et la peur empoisonnent son sang et son esprit ; lui font oublier les moments de joie sereine qu’ils ont partagés ces derniers mois, leurs instants de complicité, l’espoir fébrile qu’ils commençaient à nourrir après quelques semaines de sobriété. Une affliction qu’elle ne pourra chasser qu’avec une autre dose, encore et encore, jusqu’à ce que la dernière emporte avec elle son dernier souffle de vie. Mais alors j’aurai manqué à ma promesse, pas vrai ? Peut-être qu’au fond j’étais jamais destinée à te rester…

Le dilemme tourne dans son esprit mais reste sans réponse. Car un coup de feu déchire l’air, lacère ses pensées et vient se loger dans le ciel où il explose en mille étoiles scintillantes. Le sang d’Aisling se solidifie dans ses veines, ses membres se chargent d’adrénaline et la panique l’arrache à l’étreinte protectrice de Sid en un sursaut. Le visage déformée par une peur viscérale, elle recule maladroitement sur le ciment inégal qui blesse ses paumes, érafle ses jambes nues. Son passé éclabousse son présent, le goût ferreux du sang envahit sa bouche, la poudre à canon âpre assèche ses narines. Ses yeux écarquillés voient à peine les délimitations du toit, se perdent dans une effrayante immensité de couleurs qui s’étendent et se mélangent, prennent la forme d’anciennes terreurs déformées par les substances toxiques et les années. La peur au ventre, elle se redresse, cligne des yeux pour chasser la pluie noire qui imprègne ses vêtements secs et glace ses os brûlants. Elle tangue sur ses jambes trop longues, cotonneuses, la peau pâle couverte d’hématomes fraîchement imprimés. Hagarde, elle cherche une issue sans en trouver, se jette au sol contre le mur de briques d’une cheminée pour éviter les nouveaux tirs imaginaires qui sifflent à ses oreilles, éclatent dans la nuit noire, illuminent sa planque d’une pluie de paillettes colorées. Sa tête lui tourne, les néons de la ville agressent sa rétine, rappellent le faisceau des lampes torches dans l’obscurité de sa chambre, le claquement des bottes militaires dans les escaliers de bois, sa peluche éventrée, les coups de couteau dans son matelas. Les yeux fermés, les bras enroulés autour de ses mollets, elle se berce doucement pour se rassurer. La main qui presse délicatement son épaule lui arrache un cri étranglé qu’elle ravale honteusement en reprenant contact avec la réalité. Elle n’est pas dans sa chambre, encore moins en Irlande. Et malgré la déflagration des feux d’artifices qui peignent encore le ciel obscur, elle n’est pas en danger. Ces sensations et ces odeurs n’existent que dans sa mémoire, lui parviennent à travers une porte qui ne devrait plus exister, enfoncée par son organisme détraqué. Tout va bien. J’suis en Australie, à Brisbane, avec Bonnie. Et elle a merdé. Merdé si fort que Sid ne doit jamais la retrouver. « J’peux pas rester ici. » Elle bredouille sans regarder l’écossais, le corps résistant contre la pression douce mais insistante qu’il exerce sur ses épaules pour tenter de l’attirer contre sa poitrine. « Sid... faut pas qu’il m’trouve comme ça Bonnie… Faut qu’tu m’amènes loin d’ici. »  
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

just pass me the bitter truth ♡ aisling 763064237:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 6WzQerNN_o
POSTS : 1419 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [7/5] aisling | f.b #1aisling [r.a.]caridlinglily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
just pass me the bitter truth ♡ aisling Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : gabriel, le manager • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptyMar 13 Oct 2020 - 5:24




just pass me the bitter truth
For a moment I can wait, it's a fight I guess I'll never know. For a moment I can wait, I'm holding onto hope. And I know you're stoned, I can see it, the struggle's getting old. For a moment I can wait. So don't say it's over, waiting here while you get sober. I'm never gonna let you go, I'm never gonna let you go. • sober, bad wolves

Miraculeusement, ses paroles semblent se frayer un chemin dans l’esprit embrumé d’Aisling. Un instant, elle reste figée de stupeur avant qu’une émotion indéchiffrable ne traverse ses grands yeux qui ont retrouvé un peu de leur lumière habituelle. « Oh, Sid… » murmure-t-elle. D’un coup, les larmes montent et elle vient se blottir contre lui, la tête enfouie dans son cou pour les dissimuler. Par habitude, sans même vraiment s’en rendre compte, Sid la berce doucement tandis qu’elle étouffe ses pleurs contre sa peau. « J’suis tellement tellement désolée ! J’voulais pas… j’pensais… » J’sais, Leen. Je sais. Dès l’instant où il a découvert la nature exacte des démons qui hantent Aisling ce soir, il a espéré s’être trompé, qu’il s’agissait de paroles en l’air, lancées sans véritable intention, tout en sachant très bien que ce n’était pas le cas. Ses excuses font naître un soulagement douloureux dans sa poitrine. Car si constater qu’elle ne cherchait pas à le blesser l’apaise un peu, il souffre de constater qu’elle croyait vraiment qu’il pourrait l’oublier aussi facilement si elle devait disparaître. Surtout, il comprend à retardement qu’il n’aurait probablement pas dû attendre qu’elle lui confesse à demi-mots son envie de mourir pour lui dire de vive voix qu’elle compte pour lui. Il a toujours cru que c’était une évidence, que l’amitié spéciale qui les unit en était une preuve suffisante. Visiblement, il se trompait. « J’étais tellement sûre d’avoir tout foiré, qu’tu voudrais plus jamais m’reparler… J’l’aurais pas supporté, j’te jure jamais… je- » Une tristesse lourde comme une chape de plomb s’abat sur ses épaules, le pousse à recourber l’échine pour envelopper son amie un peu plus fort  dans son étreinte, comme pour lui faire comprendre qu’il n’est pas près de s’en aller. « J’donnerais n’importe quoi pour être l’amie qu’tu mérites. Faut m’croire t’sais ? » J’te crois, Leen. J’te crois. Car il sait à quel point elle fait des efforts. Il voudrait seulement lui faire comprendre qu’elle est déjà à la hauteur de leur amitié, qu’elle n’a pas besoin de devenir quelqu’un d’autre pour mériter son affection et que, s’il essaie de l’encourager à adopter des habitudes plus saines, c’est qu’il veut l’aider, pas la changer. « C’est juste que… j’y arrive pas… j’me déteste d’pas y arriver ! J’suis pas… » Le reste de sa phrase se noie dans une cascade de sanglots supplémentaires. La mâchoire serrée, les paupières pareilles pour ne pas laisser le champ libre aux émotions troubles qui ne demandent qu’à être extériorisées, il tourne son visage vers le ciel nocturne. Une fois de plus, il fait face à l’impuissance qui lui encrasse les veines dès qu’ils se retrouvent dans une situation semblable à celle-ci. Il voudrait tellement pouvoir en faire plus. Malheureusement, il a cruellement conscience qu’il y a des limites à ce qu’il peut lui offrir et que tout ne dépend pas seulement de sa volonté à lui. « Mais si tu veux pas que j’parte alors j’partirai pas. J’te l’promets. » J’partirai pas, c’est si vague comme promesse. Ça peut vouloir dire j’reste avec toi et ce soir, j’irai pas m’écraser sur le bitume; peut-être même ni demain, ni après-demain, ni aucun autre jour, bien que rien de l’empêche de vouloir dire aussi mais peut-être demain, après-demain ou n’importe quel autre jour. En dépit de cette imprécision anxiogène, Sid sent le poids qui lui comprimait les poumons s’alléger un peu. La partie n’est peut-être pas gagnée, mais elle n’est pas perdue pour autant non plus.

Ses réflexions sont interrompues par un bruit d’explosion. Surpris, le tatoueur ouvre les paupières. Le ciel s’est illuminé d’un bouquet d’étincelles colorées qui retombent déjà en pluie d’étoiles filantes au-dessus de leur tête. Le souffle coupé par ce spectacle inattendu, il le dévore du regard. Malheureusement, son émerveillement est de courte durée. Dans ses bras, Aisling se tortille violemment. Elle parvient à se détacher de son emprise et le repousse si brutalement qu’il en perd presque l’équilibre. Paniquée, elle tente de s’éloigner. Ses longues jambes s’agitent dans tous les sens, ses talons s’enfoncent mollement dans le béton pour l’aider à se propulser. La bouche entrouverte comme si elle voulait crier sans que le moindre son ne s’échappe d’entre ses lèvres desséchées, elle halète de terreur. Hébété par la scène absurde qui se déroule devant ses yeux, Sid s’est redressé sur ses genoux. De peine et de misère, elle se relève et tangue, en équilibre précaire comme si elle était suspendue sur un fil au-dessus de l’abîme, toujours perdue dans une vision d’horreur à laquelle Sid est désespérément imperméable. Inquiet pour elle, effrayé à l’idée qu’elle puisse se blesser sérieusement si elle s’écrasait au sol, il tend la main dans sa direction sans oser la toucher. Contre toute attente, elle tient bon, juste assez longtemps pour trouver refuge au pied d’une cheminée contre laquelle elle se presse, petite silhouette tremblante et recroquevillée sur elle-même, illuminée par les flashes des feux d’artifice qui enflamment encore le ciel et baignent le tableau d’une lumière surréaliste.

Sous l’angoisse épaisse qu’il ressent, Sid est terrifié. Il n’a jamais vu Aisling dans cet état. C’est la première fois qu’elle perd aussi rapidement et complètement le contact avec la réalité. Le cœur battant, il s’approche lentement d’elle comme il s’approcherait d’un animal blessé. Mais elle ne le voit pas. Les yeux fermés, le visage tordu d’effroi, elle se berce pour éloigner les images qui la hantent. En retenant son souffle, il ose finalement tendre la main vers elle. Aussi délicatement que possible, il la pose sur son épaule dans l’espoir d’attirer son attention. Elle pousse un gémissement effrayé qui tord désagréablement le cœur de Sid. La gorge nouée, il s’oblige toutefois à maintenir le contact dans l’espoir qu’il réussira à l’ancrer dans la réalité. Miraculeusement, ça semble fonctionner. Ses tremblements s’atténuent légèrement, son souffle saccadé reprend un rythme un peu plus régulier. Après un moment, elle réussit même à retrouver sa voix. « J’peux pas rester ici. » Soulagé de la voir redescendre, le tatoueur tente de l’attirer contre sa poitrine pour lui offrir l’un de ces câlins rassurants qu’elle recherche toujours après ce genre d’épisode. Mais elle résiste, une moue vacillante aux lèvres. « Sid… » Rassuré de constater qu’elle est bien de retour avec lui, il sent une partie de la tension qui lui serrait encore les épaules se relâcher. Il déchante pourtant rapidement : « Faut pas qu’il m’trouve comme ça Bonnie. Faut qu’tu m’amènes loin d’ici. » Le soupir de soulagement qu’il allait pousser se bloque dans sa gorge. Le cœur en miettes, il baisse la tête, passe une main un peu lasse sur son front. Un instant, il est tenté de jouer le jeu, de l’entraîner vers l’escalier en se faisant passer pour Bonnie. Cependant, il se doute bien que la supercherie ne durerait pas longtemps. Et puis, il y a ses paroles, qu’il n’arrive pas à se sortir de la tête. Il doit une fois de plus lui rappeler qu’il n’a aucunement l’intention de l’abandonner. Quoi qu’il arrive et quoi qu’elle fasse. Il le lui a promis après tout. « Tu sais… ça serait pas la première fois qu’il te trouverait comme ça, pas vrai ? » Du bout de la langue, il humidifie ses lèvres sèches en soupesant ses prochaines paroles. « Et il est toujours resté. Il t’a jamais abandonnée. Pourquoi ça serait différent cette fois-ci, hmm ? » Sa voix l’a trahi. Lentement, Aisling relève la tête. Son regard cherche timidement le sien, rempli d’une certaine confusion. Il lui adresse un sourire un peu triste en repoussant derrière son oreille une mèche folle malmenée par sa crise de panique. « Bonnie est parti depuis longtemps, Leen, » l’informe-t-il d’une voix douce.

Une lueur de compréhension s’allume dans ses yeux gris et le rassure. « Viens, on rentre. » Il glisse un bras dans son dos, lui offre son autre main pour qu’elle s’y accroche. Sa peau est froide sous ses doigts et il fronce les sourcils. « T’es toute glacée, » souffle-t-il d’un ton vaguement réprobateur en l’aidant à se relever. Aisling n’est pas totalement stable sur ses longues jambes, mais ce n’est rien d’impossible à gérer. Surtout, ils n’ont pas vraiment le choix. Délicatement, Sid l’entraîne vers l’escalier. « On va y aller lentement, d’accord ? Me lâche surtout pas. » Il attend qu’elle ait acquiescé d’un hochement de tête avant d’entamer leur descente. Une marche à la fois, un petit pas hésitant après l’autre, ils passent d’étage en étage et finissent par toucher le sol. Soulagé d’avoir réussi à franchir cette épreuve sans casse, le tatoueur guide la jeune femme en direction de sa voiture. Il déverrouille la portière, aide son amie à s’installer dans le siège passager et à attacher sa ceinture. Il combat l’envie de faire courir un pouce tendre sur sa joue et se redresse plutôt. Après avoir contourné le capot, il se glisse à son tour dans la voiture. Une fois engagé sur la rue, il donne sans hésiter la main à Aisling pour qu’elle puisse se raccrocher à quelque chose concret. Le silence vaguement inconfortable qui a envahi l’habitacle lui laisse le temps de réfléchir. Les événements de la soirée tournent en boucle dans son esprit. Lentement, une solution émerge des volutes d’émotions désagréables qui ondulent dans ses tripes. Une dizaine de minutes plus tard, quand il se gare dans son parking désigné, il a pris sa décision.

En dépit de la lenteur de l’ascenseur, ils rejoignent assez rapidement l’appartement de Sid. Le tatoueur guide la jeune femme jusqu’au canapé, à nouveau porté par la routine qu’ils ont fabriquée ensemble. Mais cette fois, plutôt que d’aller chercher la trousse de premiers soins rangée sous l’évier de la cuisine pour soigner les éraflures et les petites coupures qui tachent sa peau de porcelaine, il s’installe directement sur la table basse. Assis face à son amie, il prend délicatement ses mains entre les siennes. Il sait ce qu’il doit faire et pourtant, il n’en a pas particulièrement envie. Après avoir longuement inspiré pour trouver le courage de se lancer, il serre tendrement les mains d’Aisling. « Leen, regarde-moi. » Il attend patiemment qu’elle relève les yeux et que son regard s’ancre fermement au sien avant de continuer. « J’ai toujours voulu respecter tes limites et je t’ai jamais obligée à rien, mais… cette fois-ci, j’ai pas le choix. » La gorge un peu nouée, il se demande comment elle accueillera la décision qu’il s’apprête à lui présenter. « Demain matin, j’te ramène au centre où t’as été la dernière fois. » Il déteste l’idée de l’abandonner aux portes d’un centre de désintox et de la confier aux soins de parfaits inconnus, mais il sait aussi que c’est la seule solution qu’il leur reste. Les lèvres pincées, il expire lourdement, cherche les mots qui causeront le moins de dommage au cœur fragile de son ami. « T’as besoin d’aide que j’suis incapable de t’donner. Ce qui s’est passé ce soir, c’est trop grave… J’sais que ça sert à rien d’forcer quelqu’un qui en a pas envie à s’en sortir, mais j’crois sincèrement que tu veux réussir. Et je sais qu’tu peux y arriver. » Du pouce, il caresse le dos de sa main tandis qu’un sourire un peu trop chevrotant pour être totalement naturel se dessine sur ses lèvres pleines. « Mais t’imagines pas que j’essaie d’me débarrasser de toi, hein ! Tu pourras toujours m’appeler si tu t’sens un peu seule et j’serai là pour venir te chercher quand tu sortiras, okay ? » Un peu à contre-cœur, il rompt le contact rassurant qui les unissait. La main droite levée à la hauteur de leurs visages, il croise l’index et le majeur. « Parce qu’on est comme ça toi et moi. »




I know it's right.
when you fall in love, you lose control, you can't hang on and you can't let go. when you find the one, you hold on tight, you weather every storm till the sun shines. even when it hurts, there's no regret, and every breath you give, is one you get. • when you fall in love, andrew ripp.

just pass me the bitter truth ♡ aisling 2MiNnPz
just pass me the bitter truth ♡ aisling KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
just pass me the bitter truth ♡ aisling 34yp
POSTS : 1062 POINTS : 100

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 9 mois.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [f.b.1]Sid [r.a.] Sid & CaroRobin [2]Robin [3]Laoise

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [roadtrip] ♡ Phoenix [3] ♡ Lou ♡ Clément ♡ Ginny

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 2Ldgfbo
Robin & Phoenix ♡ [1]
Phoenix ♡ [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptyDim 1 Nov 2020 - 22:59



Just pass me the bitter truth
Sid & Aisling

Lonely, another day. Drowning, please save me, I am struggling in my own daydream. I know I can't live much longer, hear the angels sing. Tonight is the night I die. Believe me, believe me when I say; Tonight is the night I die.
Ses ongles rongés enfoncés dans la chair de ses bras, Aisling se raccroche à la douleur pour rester dans le présent et ne pas se laisser aspirer dans l’eau trouble de son passé. Emmène-moi loin d’ici Bonnie, je t’en prie… La main chaude serre toujours son épaule tremblotante, lui apporte un réconfort inattendu. Tu fais chier Ash’. Qu’il finira par lui lancer avec un soupir résigné avant de la tirer d’un coup sec pour l’arracher au sol. Parce qu’il a beau consommer autant de merdes qu’elle, l’écossais ne tombe jamais aussi bas, connait exactement la frontière à ne pas dépasser pour éviter de sombrer. Cette limite, Aisling ne l’a jamais eue. Dès qu’une substance lui fait miroiter quelques instants de bonheur artificiel, elle les absorbe sans compter, les étire comme s’il n’y avait pas de lendemain ; peut-être d’ailleurs pour le repousser éternellement et ne jamais avoir à l’affronter. Elle ne sait pas profiter, pas doser, et finit toujours en boule sur le pavé, le corps tremblant et déconnecté, à attendre qu’une bonne âme veuille bien la récupérer. Une bonne âme aux yeux clairs et à la voix douce et profonde, si enveloppante qu’il lui semble l’entendre en cet instant. « Tu sais… ça serait pas la première fois qu’il te trouverait comme ça, pas vrai ? » Mais justement Bonnie ! C’est arrivé trop d’fois déjà et j’avais promis de pas recommencer, j’avais promis ! Il ne doit pas savoir, pas cette fois. Et pourtant, elle donnerait n’importe quoi pour se fondre contre son corps, se blottir dans la chaleur protectrice de ses bras, sentir sa main caresser ses cheveux tandis qu’il lui répète encore et encore que tout ira bien, qu’elle doit juste dormir pour reprendre des forces, qu’elle ira mieux demain, que ce sera un autre jour, un autre combat. Elle le souhaite si fort que son cerveau défoncé remplace les intonations de Bonnie par celles de son meilleur ami, comme il lui avait fait imaginer le tir des mitraillettes dans la nuit noire quelques instants plus tôt. Mais Sid est pas là. Y’a que Bonnie. Y’a que moi. Concentrée pour s’ancrer dans la réalité, elle sursaute presque quand son timbre chaleureux s’élève à nouveau. « Et il est toujours resté. Il t’a jamais abandonnée. Pourquoi ça serait différent cette fois-ci, hmm ? » Cette fois, la teneur de ses paroles la fait douter. Car aussi intelligent soit-il, Bonnie n’est pas vraiment du genre à se soucier si ouvertement de ses sentiments, ni à trouver avec tant de précision les mots qu’elle a tant besoin d’entendre. Pas comme Sid… Désorientée, Aisling fronce les sourcils et relève prudemment la tête. Son regard chancelant remonte le long du jean déchiré au genou, détaille le perfecto qu’elle connait trop bien, effleure le visage marqué par l’inquiétude, les yeux rongés de tristesse, le sourire vacillant. C’est dans ses traits empreints de lassitude qu’elle trouve la réponse à sa question : Parce qu’avant j’essayais pas. Alors tu pouvais croire que si j’décidais d’arrêter, j’y arriverai. Mais maintenant… tu vas bien voir que c’est pas vrai, que j’suis un cas désespéré. Un long frisson la parcourt quand ses doigts brûlants effleurent la courbe de son oreille, lui font perdre le fil de ses pensées. « Bonnie est parti depuis longtemps, Leen. » Sa voix douce balaie les derniers doutes, la ramène prudemment à lui. « Oh… » Elle murmure d’une petite voix songeuse. Les souvenirs se recollent dans son esprit fragmenté alors que des bribes de leur conversation lui reviennent. Leur étreinte surtout, qui en dit plus que n’importe quelle promesse. J’ai merdé, j’ai merdé si fort que j’aurais dû en crever. Mais Sid m’a retrouvée. Il m’a pas laissée, il s’est pas énervé… et il est resté.

La gorge nouée, elle tend mollement la main dans sa direction, effleure le cuir froid de sa veste comme pour se convaincre qu’il est réellement à ses côtés, qu’elle ne barbotte pas dans le scénario bancal d’un rêve édulcoré. Pourquoi tu restes, Sid ? La question danse sur sa langue et meurt sur ses lèvres avant de les franchir. Une nouvelle pluie d’étoiles sanguinolentes embrase le ciel, luit dans les yeux de son ami avec une telle intensité qu’elle doit fermer les siens pour ne pas être éblouie. « Viens, on rentre. » Il décide au même moment. Un bras s’enroule autour de sa taille. Fort, stable, rassurant. L’étreinte de sa paume autour de sa main est si brûlante que tout son corps en frissonne, comme si elle prenait brutalement conscience d’être frigorifiée. « T’es toute glacée. » Ses sourcils sont froncés, son ton vaguement contrarié. Comme si de tous ses méfaits, voilà celui qu’il devait lui reprocher. Touchée par sa douce sollicitude, Aisling referme délicatement ses doigts autour des siens, tente de maîtriser le coton qui a remplacé ses jambes pour ne pas être trop lourde et inutile quand il l’aide à se relever. « T’à l’heure, c’était toi. » Elle souffle, esquisse un sourire de côté. Elle peut presque ressentir la texture froide et veloutée de son visage, délicate comme de la neige sous la peau sensible de ses doigts, quand les drogues chauffaient son système comme un four à bois. Maintenant, c’est lui qui lui transmet sa chaleur, sa peau comme une bouillotte contre laquelle Aisling voudrait se blottir jusqu’à trouver le sommeil. Mais Sid a d’autres idées, un plan auquel elle ne peut qu’adhérer. « On va y aller lentement, d’accord ? Me lâche surtout pas. » Concentrée sur sa tâche, elle se laisse entraîner dans les escaliers. Un pas à la fois, un bloc bétonné après l’autre. Encore une descente qui lui semble durer une éternité. Une descente qu’ils affrontent à deux, et finissent par vaincre au prix de nombreux efforts. Un portail grince et une odeur pesante se colle à la paroi de ses poumons quand ils remontent la rue. Un mélange de graisse et de friture qui lui tourne la tête et lui donne la nausée. Encore un pas, puis un autre. La puanteur se dissipe et l’air nocturne s’infiltre en elle pour la purifier. Comme tant d’autres soirs avant celui-là, Sid appuie Aisling contre sa voiture le temps de déverrouiller la portière. Comme tant d’autres soirs toujours, elle attend, lutte mollement contre la force qui l’attire inévitablement vers le sol, tente de maintenir droite sa tête qui dodeline sous l’influence des drogues, de l’alcool, de la fatigue ou des trois. Jusqu’à ce qu’il l’attire à nouveau contre lui, l’installe sur le siège, attache sa ceinture. C’est dans cet espace clos qu’elle respire enfin librement, la nuque reposée contre l’appuie-tête, les yeux fermés pour ne pas avoir à affronter ce monde qui tourne trop vite pour elle. La voiture s’abaisse légèrement quand il s’installe à ses côtés, les clés tintent quelques secondes avant que le moteur ne s’enclenche. Sensations familières, sons rassurants. La main de Sid se retrouve dans la sienne sans trop qu’elle sache comment. Ses doigts se referment autour d’elle, la retiennent avec la même force teintée de désespoir qui refusait de lâcher sa peluche avant qu’on ne la lui arrache. Elle n’a pas la moindre foutue idée de l’endroit où il compte l’amener et elle s’en fiche. Car Aisling lui voue une confiance aveugle, et ne sait même plus à quel moment elle a rendu toutes ses armes en face de lui. A quel moment elle a compris qu’il n’abuserait jamais de sa vulnérabilité, ni ne ferait rien qui puisse la blesser. Mais moi j’te fais du mal, Sid. J’arrête pas d’te décevoir. Encore et encore et encore et encore et encore…

Elle flotte encore dans un brouillard opaque, bercée par sa litanie coupable, quand le calme revient dans l’habitacle. Un vent d’angoisse lui compresse les poumons quand elle le sent s’éloigner pour contourner la voiture, puis s’efface aussitôt qu’il réapparaît à ses côtés. Pour la soutenir quelques minutes encore ; jusqu’à l’ascenseur, le long du couloir, le temps d’ouvrir la porte et de l’entraîner vers le canapé. Dès qu’elle pénètre à l’intérieur de son appartement, Aisling sent les dernières défenses de son système la lâcher. Elle est si soulagée d’être de retour ici, le seul endroit au monde où elle se sent en sécurité, qu’elle doit lutter contre une étrange envie de pleurer. C’est dans l’éclairage tamisé, l’obscurité rassurante de ses murs, le désordre si familier, l’odeur agréable qui l’enrobe et qu’elle associe à son ami. Au lieu de ça, elle se laisse installer entre les coussins, tire une couverture douce contre son corps pour s’y blottir le temps que Sid revienne, un thé bouillant à la main pour la distraire pendant qu’il soigne ses plaies. Mais ce soir, il ne bouge pas. Assis en face d’elle, il prend ses mains dans les siennes. La douceur rassurante de cette caresse fait naître une pointe d’inquiétude dans sa poitrine. Y’a un truc qui cloche. C’est pas comme d’habitude. Pourquoi c’est pas comme d’habitude ? Sa longue inspiration et la pression délicate qu’il exerce autour de ses paumes ne font que renforcer son anxiété, qu’elle essaie de réguler en fixant leurs mains liées. « Leen, regarde-moi. » Décontenancée, elle répond à l’appel de sa voix, relève timidement la tête jusqu’à ce que ses yeux rencontrent ceux de Sid et y puise la force de s’y ancrer. « J’ai toujours voulu respecter tes limites et je t’ai jamais obligée à rien, mais… cette fois-ci, j’ai pas le choix. » Ses sourcils se froncent légèrement alors qu’elle peine à saisir le sens de ses paroles. Puis son cœur loupe un battement, avant de repartir au quart de tour. Paniquée, Aisling braque un bref regard vers la porte. Elle voudrait s’arracher à ses mains, fuir dans le couloir, s’enfermer dans sa chambre jusqu’à ce qu’il reprenne ses esprits. Mais elle reste figée sur place, incapable de réagir comme de respirer, l’esprit hanté par trop de scénarios qui l’effraient. Mais t’as mal compris c’est pas possible il peut pas vouloir dire… ça. « Demain matin, j’te ramène au centre où t’as été la dernière fois. » L’éclaircissement dissipe aussitôt ses peurs infondées. D’abord soulagée, Aisling se détend contre le dossier du canapé sans prendre  la peine d’analyser la teneur de ce qu’il a décidé. Ce n’est que lorsque Sid élabore le fond de sa pensée qu’elle comprend les conséquences du plan qu’il vient de lui dévoiler. « T’as besoin d’aide que j’suis incapable de t’donner. Ce qui s’est passé ce soir, c’est trop grave… » Une pluie glaciale gèle ses membres de l’intérieur tandis qu’elle le dévisage, interdite, déchirée par un sentiment de trahison à la limite du supportable. T’en peux plus, ça y est. Tu m’as dit qu’ça arriverait jamais… mais j’savais bien qu’c’était pas vrai. « J’sais que ça sert à rien d’forcer quelqu’un qui en a pas envie à s’en sortir, mais j’crois sincèrement que tu veux réussir. Et je sais qu’tu peux y arriver. » Honteuse, Aisling détourne les yeux pour ne pas avoir à affronter la lueur d’espoir vacillante qui s’est rallumée dans le regard de son ami. Je sais pas Sid… je sais plus… La caresse de son pouce est presque douloureuse, mais pas autant que la vision déchirante du sourire qui tremble sur ses lèvres alors qu’il lui promet : « Mais t’imagines pas que j’essaie d’me débarrasser de toi, hein ! Tu pourras toujours m’appeler si tu t’sens un peu seule et j’serai là pour venir te chercher quand tu sortiras, okay ? » Elle voudrait hocher la tête pour le rassurer, répondre à son sourire, se blottir dans l’étreinte de ses bras, savourer sa promesse renouvelée, éponger ses pleurs dans le tissu de son t-shirt. Elle voudrait hurler, l’implorer de ne pas l’abandonner là-bas, s’échapper jusqu’à errer sans but dans les ruelles glaciales, les bras croisés contre sa poitrine et le visage baigné de larmes impétueuses. Mais elle reste comme paralysée, sonnée par cet avenir qui semble s’écrire sans elle, abattue par ces efforts qu’elle n’a plus la force de fournir.

Ses poumons se compressent lorsque Sid lui échappe. Hébétée, elle suit d’un air absent le mouvement de sa main qui se lève devant son regard, croise deux doigts comme il l’a fait plus tôt sur le toit. Son ton est presque solennel quand il lui répète cette promesse qu’elle refuse de croire et a pourtant désespérément besoin d’entendre : « Parce qu’on est comme ça toi et moi. » Un frisson glacial parcourt son échine, l’arrache à sa transe et l’anime brutalement. La gorge nouée, les sourcils froncés, elle secoue la tête comme pour tout repousser. « Non… non, non, non, Sid tu comprends pas. » Elle souffle d’une petite voix paniquée. Comme pour remonter le temps, elle reprend jalousement sa main dans les siennes, la retient captive entre ses doigts comme des serres.  « C’est rien. C’est rien du tout, okay ? J’sais plus c’que j’ai dit mais j’suis sûre que c’était n’importe quoi… » Elle plaide, la voix hachée, pressée, entrecoupée. « C’est toujours comme ça la descente faut pas t’inquiéter c’est pas grave c’est- » Elle se coupe brutalement, le corps parcouru d’un long frisson plus désagréable encore que le premier. Ses pupilles trop dilatées se plantent dans les yeux de son ami, refusent de lâcher prise alors qu’elle rassemble le courage de lui avouer qu’elle a déjà renoncé : « J’veux pas retourner là-bas. J’ai essayé. J’te jure que j’ai essayé ! Mais j’suis pas assez… J’ai pas- » Elle s’interrompt encore et se détourne, incapable de soutenir son regard, terrifiée à l’idée de le décevoir. « J’crois… j’crois qu’j’ai plus la force de tout recommencer. » Voilà quelques jours qu’elle se débat avec ce lourd secret, s’efforce de résister alors qu’elle sent sa volonté flancher. La rechute de ce soir était prévisible, presque inévitable. Une main tendue pour l’entraîner sur un chemin miné mais rassurant, la replonger au cœur de ce chaos qu’elle connait. Ses lèvres pincées pour les empêcher de trembler, elle se réfugie sous le rideau sombre de sa frange. Ses yeux tombent sur leurs mains toujours entrelacées, une vision qui renforce encore un peu sa culpabilité. Les doigts tremblants, elle écarte doucement les siennes pour le libérer, fait disparaître ses poings dans les mailles élargies de ses manches trop longues. J’ai besoin des drogues pour rester dans ta vie, tu comprends ? Sans elles, j’saurais pas être ton amie… sans elles, j’sais même plus qui j’suis. La brume s’est presque dissipée dans ses prunelles quand elle se redresse et laisse son regard errer sur le visage du tatoueur. Elle remonte l’angle contracté de sa mâchoire, glisse sur les pommettes hautes, résiste à l’appel de ses yeux et plonge plutôt vers ses lèvres, détaille le souvenir écarlate qui tâche encore son piercing. Délicatement, elle tend une main vers l’anneau métallique, s’immobilise et la laisse retomber avant de l’avoir effleuré. « Elle était jolie ? » Elle demande d’une petite voix songeuse, étonnée de ne rien ressentir, rien ressentir du tout. « Mince alors, j’ai vraiment un timing pourri… » Ses lèvres esquissent un petit sourire contrit, ses yeux accrochent les siens pour les fuir aussitôt. J’suis désolée de te pourrir la vie. Elle espère qu’à force, il ne va pas finir par croire qu’elle fait exprès de tout faire foirer avec ses potentielles petites amies. Car malgré les sentiments qui la rongent, Aisling n’est pas certaine de vouloir en faire partie. Elle qui se sent déjà indigne de leur amitié refuse tout bonnement d’imaginer qu’elle pourrait éveiller en lui ce genre d’intérêt. Et même si c’était possible, elle n’est pas certaine de le vouloir. Au fond, elle préfèrerait presque l’entendre confirmer son intuition, voir ses yeux s’illuminer alors qu’il lui parlerait d’une fille parfaite pour lui, une fille qui lui ferait oublier le chagrin causé par le départ de Harley. Ce n’est plus tard que la jalousie déchirante viendra la torturer. Quand elle parviendra à percer le voile opaque de ses angoisses et de sa culpabilité. Quand il dormira tout contre elle et que l’épuisement la maintiendra éveillée. Quand, les yeux fixés sur le plafond de sa chambre, elle essayera de l’imaginer ; tourmentée par cette question qui la hante régulièrement depuis des années. Mais qu’est-ce qu’elle a, qu’est-ce qu’elle a de plus que moi ?    
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

just pass me the bitter truth ♡ aisling 763064237:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
just pass me the bitter truth ♡ aisling 6WzQerNN_o
POSTS : 1419 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [7/5] aisling | f.b #1aisling [r.a.]caridlinglily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

just pass me the bitter truth ♡ aisling Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
just pass me the bitter truth ♡ aisling Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : gabriel, le manager • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling EmptyLun 9 Nov 2020 - 5:25




just pass me the bitter truth
For a moment I can wait, it's a fight I guess I'll never know. For a moment I can wait, I'm holding onto hope. And I know you're stoned, I can see it, the struggle's getting old. For a moment I can wait. So don't say it's over, waiting here while you get sober. I'm never gonna let you go, I'm never gonna let you go. • sober, bad wolves

Le calme auquel Aisling a réussi à s’accrocher jusque là disparaît d’un coup, comme si la promesse implacable que Sid vient de prononcer était la goutte qui a fait déborder le vase. « Non… non, non, non, Sid tu comprends pas, » gémit-elle en s’emparant de sa main. Les yeux exorbités, elle la serre si fort entre les siennes que ses ongles s’enfoncent dans la peau du tatoueur, comme pour la décorer de dix demi-lunes rougeâtres. « C’est rien. C’est rien du tout, okay ? » Incrédule, le tatoueur fronce les sourcils. Mais comment tu peux dire que c’est rien ? Tu voulais mourirsauter. Il retient toutefois les remontrances qui veulent jaillir derrière la barrière de ses dents serrées pour ne pas perturber encore plus Aisling, qui continue à s’enfoncer dans son angoisse. « J’sais plus c’que j’ai dit mais j’suis sûre que c’était n’importe quoi… C’est toujours comme ça la descente faut pas t’inquiéter c’est pas grave c’est- » Il pourrait presque la croire. Le problème, c’est que depuis le début de leur amitié, il a été témoin des dizaines de fois du retour abrupt à la réalité qui suit immanquablement les envolées chimiques de la jeune femme. Or, ce soir quelque chose cloche. Car, si elle flirtait métaphoriquement avec le vide chaque fois que ses cachetons la faisaient planer, elle n’a jamais été tentée de se jeter en bas d’un toit auparavant. Peut-être qu’elle minimise volontairement la gravité de son geste ou peut-être qu’elle était trop dans les vapes pour se souvenir de ce qu’elle lui a confié, mais ça n’a pas vraiment d’importance, au fond. Son insouciante inconscience a nourri la boule d’émotions en fusion qui est venue se nicher entre les côtes du tatoueur, mélange tourbillonnant de colère, de tristesse et d’inquiétude qui réduit en fumée les derniers doutes qu’il aurait pu avoir sur le bien-fondé de sa décision.

Replié derrière sa froide résolution, il est imperméable à la supplication qui se lit dans les grands yeux gris d’Aisling. « J’veux pas retourner là-bas. J’ai essayé. J’te jure que j’ai essayé ! Mais j’suis pas assez… J’ai pas- » Elle se tait brusquement. Il veut l’obliger à soutenir son regard, mais elle se détourne déjà, emportant avec elle la honte et la douleur qui lui tordent le visage. Dans cette fuite, il devine déjà la vérité qu’elle n’a pas encore annoncée mais qui finira inévitablement par s’échapper de ses lèvres. « J’crois… j’crois qu’j’ai plus la force de tout recommencer. » Il encaisse le coup sans broncher. En prenant sa décision, il savait déjà qu’il devrait se battre pour deux. Quelque part, il se doutait bien qu’il aurait non seulement à lutter contre le courant mais aussi contre Aisling elle-même. Ça ne lui fait pas peur. S’il doit la porter jusqu’au bout, il le fera, peu importe les efforts que ça lui demandera.

Comme une fleur qui fane, la jeune femme se replie sur elle-même. Elle relâche son emprise sur la main de Sid, rompt le contact rassurant qui les unissait. La gorge nouée, Sid l’observe. Il voudrait la serrer tout contre lui, la bercer doucement en lui murmurant des paroles réconfortantes, lui dire que tout ira bien et y croire. Mais ça lui est impossible. Car ce qui ressemblait autrefois à de la naïveté se transformerait forcément en aveuglement aujourd’hui. Le moment est venu de regarder la réalité en face, même si elle est moche et terrifiante. La mâchoire serrée, il se mordille l’intérieur de la joue pour se distraire de l’envie de griller une clope, cherche plutôt un moyen de mettre en mots tout ce qu’il ressent. Le silence s’éternise assez entre eux pour convaincre Aisling de relever la tête, peut-être par curiosité, parce que la tempête qu’elle imaginait sûrement déclencher avec sa révélation ne s’est pas abattue sur elle. Elle semble presque sobre, presque elle-même tandis qu’elle balaie son visage du regard, une lueur indéchiffrable au fond des yeux, jusqu’à ce que quelque chose finisse par attirer son attention.

Les sourcils vaguement froncés, elle tend la main vers lui. Un instant, Sid pense qu’elle veut effleurer à nouveau ses lèvres et il doit faire un effort conscient pour réprimer le mouvement de recul qui veut animer son corps. S’il s’explique mal pourquoi, il sent qu’il ne supporterait pas de sentir une fois de plus ses doigts explorer délicatement son visage. Heureusement, elle ne termine pas son geste et sa main retombe mollement entre eux. « Elle était jolie ? » Elle était… pas toi. Mal à l’aise, il repousse cette pensée aussi vite qu’elle est apparue. Les lèvres pincées, il cherche plutôt à comprendre comme elle a su qu’il était en compagnie d’une fille avant qu’elle ne l’appelle, sans arriver à résoudre le mystère. « Mince alors, j’ai vraiment un timing pourri… » La vérité, c’est que la jolie rousse est déjà allée se fondre dans la masse informe de souvenirs où finissent tôt ou tard toutes ses conquêtes d’un soir. Le résultat aurait été le même s’il n’avait pas volé au secours d’Aisling. Même si, l’espace d’une nuit, il aurait trompé la solitude, il se serait quand même retrouvé le cœur et les mains vides au petit matin. Mais il n’a pas envie d’expliquer tout ça à son amie, pour ne pas réveiller le fantôme d’Harley qui flotte encore entre eux parfois, mais aussi à cause de cette pudeur inhabituelle qui le dissuade depuis toujours de parler de ses relations éphémères à Aisling. « C’était personne, » se contente-t-il donc de souffler.

À son tour, il penche la tête. Ses avant-bras appuyés sur ses cuisses, il fixe le sol en espérant y trouver la clé qui lui permettra de mettre de l’ordre dans ses pensées. Il doit la convaincre de donner une autre chance à la sobriété, mais il ignore comment réinsuffler en elle l’espoir et la confiance qui lui font cruellement défaut ce soir ou lui faire comprendre qu’il essaie seulement de l’aider. Du pouce, il trace songeusement la courbe inférieure de sa lèvre, s’arrête juste avant l’anneau qui en décore le coin. « Tu veux vraiment abandonner ? » lui demande-t-il distraitement, comme s’il réfléchissait à voix haute. Les sourcils froncés, il relève les yeux vers elle. La réponse est écrite partout sur son visage. Peu surpris, il hoche lentement la tête. « T’as le droit. J’peux pas t’empêcher de foutre ta vie en l’air. » Pour une fois, il n’essaie pas d’atténuer son ton mordant. En inspirant profondément, il fixe un regard morne sur ses mains croisées devant lui. « Mais avant, tu vas retourner au centre. Et tu vas suivre la thérapie. Après, tu feras c’que tu veux. » C’est la première fois qu’il se montre aussi intransigeant avec elle et se risque à lui soumettre un quelconque ultimatum. D’habitude, il privilégie plutôt l’encouragement et la douceur que la force et il a conscience qu’il risque gros en changeant de tactique. Au fond, c’est quitte ou double : s’il réussira peut-être à la convaincre d’entrer en désintox, il risque tout autant de la faire fuir et de se réveiller demain dans un appartement vide. Et même si elle accepte d’aller suivre le programme, il doute que ça soit une bonne chose qu’elle le fasse en ayant toujours sur son épaule le petit démon qui lui souffle que c’est la dernière étape à franchir avant de pouvoir succomber pour de bon à l’appel des paradis artificiels. Lentement, il se redresse, comme s’il combattait un poids sur ses épaules qui s’acharne à lui faire courber l’échine. Par réflexe, il cherche le regard d’Aisling, plonge dans ses nuances de bleu et de gris qu’il connaît si bien. « J’t’ai aidée des dizaines de fois, j’t’ai soignée aussi souvent. J’me suis occupé de toi sans jamais rien te demander en retour. Sauf ce soir. Si tu le fais pas pour toi, fais-le pour moi. Parce que si on échoue, si j’dois te perdre, j’ai besoin d’savoir que j’ai tout essayé. » Il se dégoûte de jouer cette carte pour la manipuler, se déteste d’utiliser l’affection qui les unit et tout ce qu’il a fait pour elle comme levier pour la faire plier. Et pourtant, en dépit de ces techniques discutables, il a l’intime conviction d’agir pour le bien d’Aisling. Il espère seulement qu’elle saura le lui pardonner.




I know it's right.
when you fall in love, you lose control, you can't hang on and you can't let go. when you find the one, you hold on tight, you weather every storm till the sun shines. even when it hurts, there's no regret, and every breath you give, is one you get. • when you fall in love, andrew ripp.

just pass me the bitter truth ♡ aisling 2MiNnPz
just pass me the bitter truth ♡ aisling KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: just pass me the bitter truth ♡ aisling just pass me the bitter truth ♡ aisling Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

just pass me the bitter truth ♡ aisling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-