AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -30%
HAUCK Lit parapluie Dream N Play
Voir le deal
29.39 €

 beautiful day (dalina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jesse Gibson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 49 ans depuis peu, le fantôme de la cinquantaine pèse lourd sur sa conscience.
SURNOM : Certains l'affublent de son initiale J.
STATUT : divorce amer qu'il regrette mais qu'il sait entériné.
MÉTIER : autrefois écrivain à succès qui cherche à se refaire une santé.
LOGEMENT : #406 Beachcrest Road, Bayside.
POSTS : 206 POINTS : 315

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il se rend sur la tombe de sa fille tous les lundis, même heure, avec le même bouquet.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : birdie ~ ariel ~ dalina ~ ginny ~ may ~ mia ~ maggie ~ auden ~ gregory
PSEUDO : Wallaby
AVATAR : Eric Bana
CRÉDITS : praimfaya, sial, nightwish
DC : /
INSCRIT LE : 27/07/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t32531-the-poet-and-the-pendulum-jesse https://www.30yearsstillyoung.com/t32790-and-they-say-that-a-hero-can-save-us-jesse#1451806 https://www.30yearsstillyoung.com/t32793-jesse-gibson#1451823

beautiful day (dalina) Empty
Message(#) Sujet: beautiful day (dalina) beautiful day (dalina) EmptyLun 3 Aoû 2020 - 13:14


2016 ~ - ft. @Dalina Mora. C’était un grand jour pour l’écrivain Jesse Gibson. Un énième roman à son compteur, ce dernier sortait aujourd’hui. Quoi de mieux que de faire une séance de dédicaces en guise de promotion ? Les critiques étaient unanimes, c’était de loin son meilleur roman. Il n’avait pas démérité, il avait fait des recherches sur le terrain, avait fait un travail d’investigateur pour pondre ce roman qui mettait une nouvelle fois en scène Lachlan Mitchell, son personnage fétiche. Tout lui souriait. Il n’avait jamais été aussi heureux. S’il ne cessait de sourire, il ne remarquait pas les petits détails qui pouvaient entraver à son bonheur. Sa femme regrette qu’il ait à faire de la promotion dans le monde entier. Si Lana l’encourage toujours à poursuivre ses rêves, égoïstement, elle souhaiterait que son mari soit plus présent. Il n’aime pas être dérangé quand il écrit, et une fois son livre publié, il s’en va. Mais ils n’on pas la même vision des choses. Ce matin, sa séance de dédicaces est à dix heures, dans une nouvelle galerie qui célèbre son ouverture. Il n’a pas eu le temps de se renseigner quant à la dite-galerie, mais il se promet de faire un geste en arrivant. Il a toujours aimé l’art, l’homme. Sous toutes ses formes. Sa femme adorait la photographie par exemple. Sa femme quitte la maison pour le travail, soulagée de ne pas avoir à s’occuper de sa fille ce matin qui est particulièrement grincheuse au lever. Elle dépose un bref baiser sur les lèvres de son mari, lui souhaitant bonne chance, et disparait pour rejoindre son cabinet vétérinaire. Jesse lui, pose son journal qu’il vient de finir de feuilleter et crie à l’attention de sa fille qu’il est heure d’y aller. Sachant qu’elle ne s’est pas levée à temps, il lui a préparé un petit-déjeuner qu’elle mangera dans la voiture, comme la plupart du temps. Sa fille faisait face à la puberté, et parfois il avait du mal à ne pas la reprendre de volée sur certaines choses, mais aujourd’hui, il était bien trop heureux d’ajouter une nouvelle pierre à son édifice, et il la dépose devant son établissement scolaire, lui souhaitant bonne journée et se rendant à la galerie.

Il y a un monde fou. C’est un vrai succès et pas seulement pour le livre. Il découvrit avec surprise que la jeune femme qui a ouvert sa galerie n’est autre qu’une artiste dont il a acheté des tableaux par le passé pour égayer certaines pièces de la maison de Bayside. Dalina Mora. Après deux longues heures à prendre des photos avec bon nombre de fans et d’écrire des dédicaces personnalisées en plus de quelques discussions passagères sur les possibilités d’une suite ou de quelques plaisanteries auxquelles il rit parfois un peu forcé, il se lève, prenant sa pause déjeuner, invitant les irréductibles à faire de même plutôt que de patienter inutilement dans la file. Il prend alors le temps de se balader dans les allées pour regarder les tableaux, tombant à nouveau sur la jeune artiste et propriétaire de la galerie, qu’il accoste bien plus chaleureusement que les politesses faites à son arrivée ce matin. « C’est un beau succès pour l’ouverture de votre galerie Mademoiselle Mora. » Il lui offre un sourire, et même s’il n’est pas à l’origine de cette collaboration assez inattendue pour lui, il tient à lui montrer sa gratitude. « Je vous remercie de m’avoir permis de lancer mon tout nouveau roman ici. Je ne sais pas si vous préférez le faire de façon officielle ou non, mais sachez que j’aimerais vous faire un don de vingt-cinq mille dollars. » Il marque une pause, posant un regard bienfaisant sur elle. « Ce n’est pas grand-chose, mais j’espère que ça contribuera à votre succès. J’ai toujours apprécié vos tableaux, ils ornent toujours mes murs d’ailleurs. » Il y aurait probablement un partenariat à faire, mais il fallait qu’il en avertisse son assistante des relations publiques pour qu’elle voie ce qui était faisable. Il avait un tas de questions à lui poser. De la retrouver ici était une bonne surprise, ça avait une saveur victorienne dans le Queensland.



☽☽ I am the several endings, the pain of the slow evil of an unsung life. Decades, make them matter, myriad tales shall befall on you before the even ballad of our stay.

Revenir en haut Aller en bas
Dalina Mora
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 printemps ensoleillés.
SURNOM : Dali. Oui, comme Salvador. Et Amora aussi. Non, pas comme la moutarde.
STATUT : Célibataire, essaye d'oublier jour après jour le calvaire qu'elle a vécu pendant 4 longues années. Elle a néanmoins réussi à se sortir des griffes de ce prédateur.
MÉTIER : Propriétaire de sa propre galerie d'art, où elle y expose peintures et photographies.
LOGEMENT : #11 Sherwood Road, à Toowong.
POSTS : 518 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : +
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 7/8 : Adam x Auden #2 x Ginny x Jax x Jesse x Keith x Louisa
RPs EN ATTENTE : Anastasia #2
RPs TERMINÉS : Anastasia x Auden x Jill x Jordan x Zachary
PSEUDO : Raiden
AVATAR : Stephanie Cayo
CRÉDITS : Made by myself.
DC : Pas de schizophrénie naissante.
INSCRIT LE : 20/07/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t32416-tout-effacer-d-un-coup-de-pinceau-dalina https://www.30yearsstillyoung.com/t32518-la-vie-d-artiste-dalina

beautiful day (dalina) Empty
Message(#) Sujet: Re: beautiful day (dalina) beautiful day (dalina) EmptyVen 14 Aoû 2020 - 14:26


@Jesse Gibson

Aujourd'hui est possiblement le jour le plus important et le plus stressant de ma vie. Mais positif quoi qu'il arrive. Aujourd'hui je célèbre l'ouverture de ma galerie, après plusieurs mois de travail, de labeur, de difficultés. Il ne faut absolument pas que je sois en retard. Pour cela, j'avais eu la bonne idée de mettre trois réveils différents, avec des piles de secours au cas où. Et bien m'en a pris, car au réveil, j'ai eu la désagréable surprise de voir que les plombs avaient sauté en plein milieu de la nuit. Super, ça commence bien. Les yeux grands ouverts, je file rapidement réveiller Ana qui dormait encore. D'ordinaire tendre et patiente, ce n'était pas le cas ce matin. D'un baiser rapide sur le front, je somme à ma petite princesse de vite se lever pour aller déjeuner. Les rituels sont toujours les mêmes, sauf que ce matin, je m'active à la vitesse de la lumière. Ce qui est complètement irrationnel, car je me suis levée à la même heure que d'habitude. Je prépare le même repas que d'habitude, je vais mettre vingt minutes à me préparer comme d'habitude... Bref, tout comme d'habitude. Mais le stress de voir enfin mon rêve se réaliser et ouvrir ma propre galerie, dans laquelle les gens vont venir pour contempler mes toiles, était quelque chose de grandiose. Fort heureusement, aucun imprévu supplémentaire à déclarer, et c'est quasiment une heure plus tard que j'arrive sur les lieux, ma fille déposée à l'école. Un coup d'oeil à ma montre me permet de voir que je suis en avance, mais vu la foule qui commence à s'amasser devant les portes, il y a fort à parier que la campagne de publicité lancée sur les réseaux sociaux avait porté ses fruits. Et puis j'avais un atout formidable dans ma manche. Il y a quelques années, j'ai fait la connaissance d'un écrivain, Jesse Gibson, qui avait adoré mes toiles, et j'ai repris contact avec lui il y a quelques mois pour lui proposer de venir faire une séance de dédicaces le jour de l'ouverture. J'ai d'ailleurs été très surprise quand je l'ai accueilli ce matin, il ne semblait pas m'avoir reconnue. Bon, ce n'est pas bien grave.

La matinée bat son plein, et il est vrai que c'est un franc succès. Objectivement, les gens viennent surtout pour Jesse et son nouveau livre. Mais, la peinture et l'écriture n'étant pas si éloignées que cela, la foule ne part part, et prend le temps d'arpenter les quelques allées de la galerie. Faisant mon travail de propriétaire, je déambule également à travers les gens, écoutant leurs remarques, leurs compliments, parfois leurs critiques. Si j'ai pu apporter un petit quelque chose à ces gens à travers mes toiles, la mission est remplie. Quelques minutes avant de fermer les portes afin que nous puissions aller nous restaurer, une femme d'une quarantaine d'années vient à ma rencontre pour me demander si l'une de mes toiles était à vendre. Un peu surprise, mais ravie, je lui emboite le pas jusqu'à tomber sur le tableau en question. L'une de mes premières peintures à Brisbane, un tableau représentant la ville lors d'un lever de soleil hivernal, avec une dualité entre la fraicheur des rues et la chaleur apportée par le soleil naissant. Je me souviens très bien l'avoir peint, je n'avais de cesse de répéter que ce soleil était cette nouvelle vie s'offrant à moi, dans une nouvelle ville, bien loin de tout ce que je venais de quitter à Melbourne. L'affaire se conclut rapidement, car dans l'excitation, je ne prends même pas la peine de négocier le prix proposé, qui avec le recul, était peut-être un peu bas par rapport à ce que je pouvais en tirer. Tant pis. Mais le meilleur restait à venir.

Une fois les portes fermées, Jesse vient à ma rencontre. Visiblement, me voir me promener toute la matinée lui a permis de se rappeler qui j'étais. Il avait raison de dire que cette ouverture est un franc succès, vu les dizaines et dizaines de personnes qui sont venues. Et peut-être pareil dans l'après midi. Je prends donc la peine de le remercier d'avoir accepté mon invitation. Il est vrai qu'il y a une réelle différence de notoriété entre lui et moi, sa venue étant bien plus bénéfique à mon travail que l'inverse. Et après avoir échangé quelques banalités, il me propose une contribution financière afin d'aider la galerie. Je crois rêver. Et puis vient la suite avec les compliments sur mes toiles. Je me sens terriblement gênée, car je n'étais pas du tout prête à ce qu'il puisse me donner un si gros coup de pouce. Et en plus de cela, l'invitation que je lui ai donné n'était pas du tout pour recevoir un chèque derrière. Je lui souris, un peu gênée.

- Monsieur Gibson, je suis terriblement gênée... Votre présence est déjà un très beau geste, alors me proposer cette aide... J'en serai honorée.

Mais comme je ne suis pas le genre de personnes qui profite des gens sans rien faire en retour, il était normal que moi aussi, je fasse un geste.

- Je ne saurai comment vous remercier. Quoique, il y a quelques toiles dont je suis plutôt fière que j'aimerai vous montrer. Si l'une ou plusieurs d'entre elles vous plaisent, vous pouvez repartir avec, cela me ferait très plaisir.


beautiful day (dalina) 383200artist
beautiful day (dalina) EV8FyP7
beautiful day (dalina) NCLDdV8
beautiful day (dalina) MGSbLAu
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Gibson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 49 ans depuis peu, le fantôme de la cinquantaine pèse lourd sur sa conscience.
SURNOM : Certains l'affublent de son initiale J.
STATUT : divorce amer qu'il regrette mais qu'il sait entériné.
MÉTIER : autrefois écrivain à succès qui cherche à se refaire une santé.
LOGEMENT : #406 Beachcrest Road, Bayside.
POSTS : 206 POINTS : 315

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il se rend sur la tombe de sa fille tous les lundis, même heure, avec le même bouquet.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : birdie ~ ariel ~ dalina ~ ginny ~ may ~ mia ~ maggie ~ auden ~ gregory
PSEUDO : Wallaby
AVATAR : Eric Bana
CRÉDITS : praimfaya, sial, nightwish
DC : /
INSCRIT LE : 27/07/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t32531-the-poet-and-the-pendulum-jesse https://www.30yearsstillyoung.com/t32790-and-they-say-that-a-hero-can-save-us-jesse#1451806 https://www.30yearsstillyoung.com/t32793-jesse-gibson#1451823

beautiful day (dalina) Empty
Message(#) Sujet: Re: beautiful day (dalina) beautiful day (dalina) EmptyMer 19 Aoû 2020 - 15:46


Jesse Gibson est un amateur d’art sous toutes ses formes. S’il se réalisait dans l’art des mots, il appréciait l’art pictural, cinématographique et la sculpture. Il pouvait passer des heures dans un musée, d’autant plus que l’art faisait écho à la culture qu’il possédait de nombreuses civilisations ayant dévoré tout un tas de livres depuis sa plus tendre enfance. A partir du moment où il y avait de l’inspiration, il se plaisait à essayer de s’imaginer ce qui était passé par la tête de la personne qui avait réalisé une œuvre. Il avait toujours mis un point d’honneur à décorer sa maison pour la rendre plus attrayante, pour que parfois quand les conversations s’enlisent, les yeux se perdent sur les murs et un autre sujet de conversation apparaisse pour relancer les discussions. Pour lui, l’art permettait à l’humain de s’exprimer, de vivre, d’attester de son temps. Aussi, il lui parait important à chaque visage qui se présente pour une dédicace ou une photo, voire une précommande de livre, de mentionner la galerie et d’en faire la promotion, en se plaisant à en faire l’éloge pour que les gens qui ont du temps à accorder à l’art, puissent s’en imprégner. Il n’en retire rien, il ne fait ça que pour aider la demoiselle qui a tout mis en œuvre pour faire de ses rêves une réalité. La matinée passe à une telle allure que le natif de Melbourne se retrouve presque exténué quand on lui propose enfin de prendre sa pause déjeuner. Gibson n’est cependant pas de ceux qui vont se mettre dans un coin pour s’affaler et manger un burger. Il préfère occuper son temps intelligemment, et n’étant pas certain de pouvoir apprécier la galerie le soir venu car il ne voudrait sous aucun prétexte abuser du temps de la jeune Mora qui mériterait également son repos après une telle journée, il en profite pour aller à sa rencontre.

Il aime l’endroit, c’est une certitude. Il espère qu’elle rencontrera un franc succès dans les jours, les mois et les années à venir. Si lui n’avait pas plus à y gagner en organisant sa séance de dédicaces ici, il se dit que c’est tout aussi appréciable que dans une librairie, il suffit juste d’adapter la logistique concernant l’achat des livres, qui pour le coup avait été fait via une plateforme internet et qui permettait ensuite de venir retirer son dû. Il est ravi d’avoir rencontré des centaines de personnes qui fidèles lecteurs, étaient peut-être également des amateurs d’art. Quand l’écrivain propose à Dalina de contribuer au démarrage de la galerie, il ne le fait pas pour son image. Son agent lui dégote déjà suffisamment de contrats dans ce but. Il croit réellement en la jeune Mora et c’est la raison pour laquelle il supprime aussi toutes les politesses qui puissent exister entre eux. « Appelez-moi Jesse, je vous en prie. » Il n’a pas besoin des convenances. Elle a l’air plus que gênée de son offre, et tandis qu’elle met en exergue l’honneur qu’il lui fait, il lui répond en toute humilité. « C’est la moindre des choses. Vous savez, si les gens qui peuvent se le permettre faisaient tous un geste pour aider une autre personne à réaliser ses rêves, le monde ne s’en porterait que mieux. » Il fait partie des chanceux qui ont été mis sur la voie de leur objectif principal par une rencontre qui avait changé sa vie. Son professeur à l’Université de Melbourne lui avait tout appris, et il le regrettait tellement. Un homme admirable qui avait cru en son potentiel et qui avait fait de lui le représentant de la littérature policière down under. Il s’amusa de la contre-offre de Dalina qui lui proposait de lui faire don de tableaux en échange de son chèque proéminent. Cela lui arracha un sourire. « Je vois que vous êtes partisane du troc plutôt que du don. J’accepte votre offre avec plaisir et je vous suis. » Il était curieux d’en découvrir davantage. Tandis qu’il lui emboite le pas, Jesse, qui n’est pas avare de conversation, choisit alors d’en apprendre davantage sur les raisons qui l’ont poussée à ouvrir sa galerie ici plutôt qu’à Melbourne, ville dont elle est originaire et qui est encore très chère aux yeux de l’homme de lettres. « Pardonnez ma curiosité, mais qu’est-ce qui vous a amenée à venir vous installer à Brisbane ? L’Australie parait bien petite à mes yeux désormais. » Cette remarque il la fait car il n’aurait jamais cru que des années plus tard, il retrouve la prometteuse jeune artiste-peintre sur qui il était tombé par hasard dans la capitale de l’état du Victoria. Si lui n’avait déménagé que parce que Lana avait souhaité se rapprocher de sa famille et ouvrir son cabinet à Brisbane, les raisons de la venue de Dalina ici pouvaient être nombreuses.



☽☽ I am the several endings, the pain of the slow evil of an unsung life. Decades, make them matter, myriad tales shall befall on you before the even ballad of our stay.

Revenir en haut Aller en bas
Dalina Mora
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 printemps ensoleillés.
SURNOM : Dali. Oui, comme Salvador. Et Amora aussi. Non, pas comme la moutarde.
STATUT : Célibataire, essaye d'oublier jour après jour le calvaire qu'elle a vécu pendant 4 longues années. Elle a néanmoins réussi à se sortir des griffes de ce prédateur.
MÉTIER : Propriétaire de sa propre galerie d'art, où elle y expose peintures et photographies.
LOGEMENT : #11 Sherwood Road, à Toowong.
POSTS : 518 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : +
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 7/8 : Adam x Auden #2 x Ginny x Jax x Jesse x Keith x Louisa
RPs EN ATTENTE : Anastasia #2
RPs TERMINÉS : Anastasia x Auden x Jill x Jordan x Zachary
PSEUDO : Raiden
AVATAR : Stephanie Cayo
CRÉDITS : Made by myself.
DC : Pas de schizophrénie naissante.
INSCRIT LE : 20/07/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t32416-tout-effacer-d-un-coup-de-pinceau-dalina https://www.30yearsstillyoung.com/t32518-la-vie-d-artiste-dalina

beautiful day (dalina) Empty
Message(#) Sujet: Re: beautiful day (dalina) beautiful day (dalina) EmptyJeu 20 Aoû 2020 - 12:33


@Jesse Gibson

Si il y a bien une chose qui me marque chez cet homme, c'est cette bonté, cette positivité qu'il dégage. Je ne peux qu'être d'accord avec son discours, un peu idéaliste par moments, mais pourtant tellement vrai. Un peu d'entraide entre les habitants de cette planète et elle ne s'en porterait que mieux. Même si dans le cas présent, ce n'est pas une simple entraide, mais un véritable coup de main que me donne Jesse. En passant en revue dans mon esprit toutes les personnes qui se sont intéressés à mon travail, il est de loin celui qui y croit le plus. Je ne sais pas vraiment ce qui lui plait dans ce que je fais, si c'est les techniques utilisées, les thèmes abordés, les messages véhiculés... Ces compliments sont en général assez évasifs, bien que sincères. Après avoir ri à sa plaisanterie sur le troc, je lui propose de me suivre vers les toiles évoquées quelques secondes auparavant. Visiblement curieux, Jesse me pose quelques questions afin de mieux connaitre l'artiste que je suis, mais également la femme que je suis. Cependant, lorsque vient la question fatidique du "pourquoi Brisbane ?", je ne peux empêcher ma machoire de se crisper et mes poings se serrer. J'essaye de contrôler ma réaction au maximum, il ne doit pas voir que c'est un sujet sensible pour moi. Un sourire poli mais forcé se dessine sur mon visage, à la recherche d'une jolie pirouette me permettant d'éluder la question.

- Melbourne n'est pas aussi chaleureuse et bienveillante que Brisbane, de mon point de vue. Et puis se lancer dans une nouvelle vie a été un challenge particulièrement positif pour moi.

Mes doigts se croisent, espérant que cette réponse un peu passe partout ne le fera pas revenir sur le sujet. A-t-il vraiment besoin de savoir ce qui m'a poussé à quitter Melbourne ? A vrai dire, avec un passé plus léger, il est fortement possible que j'aurais pas pris la décision de partir. J'avais des amis, de la famille à proximité, une situation convenable... Mais bon, parfois la vie se montre froide et cruelle avec les gens, leur infligeant un lot de souffrance quotidien, ne leur proposant que peu d'alternatives. Par chance, ou par détermination, j'avais réussi à trouver la force de caractère nécessaire pour faire mes bagages et partir loin de cet enfer. Après quelques temps à Brisbane, le traumatisme est pourtant toujours la, tapi dans l'ombre, prêt à surgir à n'importe quel instant. Un instant comme je suis en train de vivre, alors que la plaie que j'ai sur le coeur n'est toujours pas refermée. Je prends les commandes de la conversation à partir du moment où j'arrive devant les toiles évoquées. Il y en a quatre, toutes des paysages, à différents moments de la journée. Je lui présente ma préférée du moment, une toile que j'ai peinte il y a quelques semaines, en pleine forêt lors du crépuscule se couchant sur la végétation. L'image avait quelque chose d'apaisant, de relaxant. Je lui montre ensuite les trois autres, et après avoir fait un petit topo sur ce qu'elles représentent, je laisse à Jesse quelques minutes d'observation. L'occasion pour moi d'en découvrir un peu plus sur lui également.

- Et vous, vous écrivez depuis longtemps ? C'est vrai ce que l'on dit, que les écrivains mettent une partie d'eux dans leurs livres ?


beautiful day (dalina) 383200artist
beautiful day (dalina) EV8FyP7
beautiful day (dalina) NCLDdV8
beautiful day (dalina) MGSbLAu
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Gibson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 49 ans depuis peu, le fantôme de la cinquantaine pèse lourd sur sa conscience.
SURNOM : Certains l'affublent de son initiale J.
STATUT : divorce amer qu'il regrette mais qu'il sait entériné.
MÉTIER : autrefois écrivain à succès qui cherche à se refaire une santé.
LOGEMENT : #406 Beachcrest Road, Bayside.
POSTS : 206 POINTS : 315

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il se rend sur la tombe de sa fille tous les lundis, même heure, avec le même bouquet.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : birdie ~ ariel ~ dalina ~ ginny ~ may ~ mia ~ maggie ~ auden ~ gregory
PSEUDO : Wallaby
AVATAR : Eric Bana
CRÉDITS : praimfaya, sial, nightwish
DC : /
INSCRIT LE : 27/07/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t32531-the-poet-and-the-pendulum-jesse https://www.30yearsstillyoung.com/t32790-and-they-say-that-a-hero-can-save-us-jesse#1451806 https://www.30yearsstillyoung.com/t32793-jesse-gibson#1451823

beautiful day (dalina) Empty
Message(#) Sujet: Re: beautiful day (dalina) beautiful day (dalina) EmptyLun 31 Aoû 2020 - 18:39


L’homme n’a pas conscience que sa question anodine peut être un vrai crève-cœur pour une personne comme elle, et ce n’est que lorsqu’il entend les premiers mots qu’elle prononce qu’il sait qu’il a mis les pieds dans le plat sans le savoir. Sa réponse est évasive, manque de précision et c’est l’effet qu’elle recherche. Elle évite savamment la raison qui l’a poussée à s’installer ici, et Jesse ne s’en offusque pas pour autant, il ne s’agissait là que d’un moyen pour en savoir plus sur la jeune Mora. Il peut comprendre que le vécu de chacun n’est pas le même. Lui avait toujours adoré Melbourne, c’était chez lui, il y avait tout connu là-bas, sauf la naissance d’Ava. Depuis 1997 qu’il était basé à Brisbane, il ne le regrettait pas car c’était un sacrifice fait pour sa femme, mais Melbourne lui manquait parfois, pour Fed Square ou encore la grande bibliothèque du centre-ville. Il trouvait cependant aussi son compte à Brisbane, et il esquissa un sourire alors que Dalina lui confiait que son choix s’était avéré payant, mais il ne posa pas plus de question sur son passé et Melbourne. « Le climat est bien différent aussi, on a rarement froid à Brisbane, tandis qu’à Melbourne, les quatre saisons sont bien marquées. » Ava se plaignait souvent du froid hivernal quand ils rendaient visite à la famille Djordjevic pour l’anniversaire de l’un ou de l’autre. Il admirait le choix audacieux qu’elle avait fait, parce qu’elle n’avait pas seulement quitté ses repères, mais s’établir et se proposer comme créatrice dans un nouvel état qu’était le Queensland c’était un sacré pari. Ca lui donnait encore plus de satisfaction d’avoir cherché à l’aider elle plus qu’une autre. Elle en voulait, et quelque part cette motivation transparaissait dans son travail. « Vous pouvez être fière de vous en tout cas. » Jesse pouvait s’estimer plus que chanceux. Tout lui avait souri dans la vie, que ce soit dans les études, dans le monde professionnel et l’écriture que dans sa vie personnelle, ayant une femme aimante et une fille merveilleuse. Alors qu’elle lui présente sa toile préférée, les yeux de l’écrivain s’illuminent. Elle le subjugue, elle évoque ce qui lui est cher dans son pays, la nature, l’immensité et les choses simples dont on se délecte. Les couleurs semblent parfaitement s’accorder avec celles de la chambre d’Ava, et il sait déjà qu’il va l’emporter avec lui en fin de journée. « Je comprends pourquoi il s’agit de votre préférée. Je serais honoré de vous la prendre et d’en faire cadeau à ma fille. » L’adolescente lui balancerait probablement que c’était son seul moyen pour l’empêcher de coller des posters sur le mur, sans lui dire qu’elle la trouvait belle. C’était sa façon à elle de s’émanciper de ses parents. Les trois autres n’ont pas le même charme à ses yeux, mais il y trouve un même sentiment : la relaxation, le calme, et il se perd quelques instants dans chacune d’entre elle, avant que Dalina ne le tire de ses songes et qu’il reporte son attention sur elle. C’est une plaisanterie qui s’extirpe d’entre ses lèvres : « J’écris depuis le cours préparatoire ! » Ce n’est pas un mensonge, l’enfant qu’il a été a toujours été passionné par l’écriture et la lecture. « J’ai toujours écrit, mais j’ai publié mon premier roman il y a presque dix-neuf ans. Ca ne me rajeunit pas tout ça ! » Il laissa un rire prendre possession du silence de la galerie. Et il reprend ensuite sur le sujet qu’elle aborde, non sans réfléchir. « Je pense qu’on met une partie de soi dans toute création. Ca ne veut pas dire qu’on trouve nécessairement une part de la personnalité de l’écrivain ou l’artiste, parce qu’on peut être un tas de personnes différentes si on le souhaite. Il suffit de choisir ce que l’on montre au monde. Mon personnage principal ne me ressemble pas, et pourtant je peux dire qu’il fait partie de moi en quelques sortes. » Ce n’était pas très clair, c’était plutôt philosophique et il ne savait pas s’il pouvait lui poser le même type de question, alors il se contenta de demander : « Vous en pensez quoi ? » Ils allaient finir par passer leur pause déjeuner à disserter mais ça ne dérangerait l’écrivain qui se délectait des conversations ouvertes.



☽☽ I am the several endings, the pain of the slow evil of an unsung life. Decades, make them matter, myriad tales shall befall on you before the even ballad of our stay.

Revenir en haut Aller en bas
Dalina Mora
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 printemps ensoleillés.
SURNOM : Dali. Oui, comme Salvador. Et Amora aussi. Non, pas comme la moutarde.
STATUT : Célibataire, essaye d'oublier jour après jour le calvaire qu'elle a vécu pendant 4 longues années. Elle a néanmoins réussi à se sortir des griffes de ce prédateur.
MÉTIER : Propriétaire de sa propre galerie d'art, où elle y expose peintures et photographies.
LOGEMENT : #11 Sherwood Road, à Toowong.
POSTS : 518 POINTS : 200

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : +
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 7/8 : Adam x Auden #2 x Ginny x Jax x Jesse x Keith x Louisa
RPs EN ATTENTE : Anastasia #2
RPs TERMINÉS : Anastasia x Auden x Jill x Jordan x Zachary
PSEUDO : Raiden
AVATAR : Stephanie Cayo
CRÉDITS : Made by myself.
DC : Pas de schizophrénie naissante.
INSCRIT LE : 20/07/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t32416-tout-effacer-d-un-coup-de-pinceau-dalina https://www.30yearsstillyoung.com/t32518-la-vie-d-artiste-dalina

beautiful day (dalina) Empty
Message(#) Sujet: Re: beautiful day (dalina) beautiful day (dalina) EmptyMer 9 Sep 2020 - 21:26


@Jesse Gibson

A en juger par l'attitude de Jesse devant le tableau, ce visage à la fois concentré et ébahi, je comprends que le choix de lui présenter cette création plus qu'une autre est le bon. C'est fou comme cet homme croit en moi, en mon talent, en ma motivation. Il est vrai que cela est déjà arrivé par le passé que des personnes apprécient mon travail. Mais de là à se sentir presque transcendé devant une toile, c'est une première. Le fait qu'il l'offre à sa fille me fait monter une petite larme aux yeux, car je sens que dans sa démarche, il n'y a pas un écrivain. Seulement un père, désireux de donner le sourire à sa progéniture. A titre personnel, je crois beaucoup aux vertus de l'art pour l'éveil des enfants, jeunes ou moins jeunes. Une toile peut véhiculer un message, une émotion, un effet... Un véritable catalyseur.

Il y a un véritable entrain de sa part à répondre à mes questions. Visiblement, il a ce désir de me connaitre au moins équivalent à ce désir de se faire connaitre. Sait-on jamais, peut-être qu'un jour il ne sera plus seulement mon bienfaiteur. Celui qui m'a permis de lancer définitivement ma carrière. Car vu le montant du chèque signé ajouté aux nombres de visiteurs assurés, on peut aisément dire que ce démarrage est complètement réussi. Les choses évoluent. Le monde évolue. Dans quelques mois, dans quelques années, je le verrai peut-être comme un ami, quelqu'un de proche, dont je connaitrais les qualités et les défauts sur le bout des doigts. Je ne peux m'empêcher de sourire lorsqu'il parle de son âge. Effectivement, après un rapide calcul, je comprends que Jesse est bien plus vieux que moi, et qu'il y a quasiment vingt années qui nous séparent. Il pourrait être mon père. C'est sacrément amusant comme détail. Son côté paternel prendrait-il le dessus lorsqu'il s'agit de moi ? Cette hypothèse n'était pas dénuée de sens en tout cas. Ses paroles résonnent comme une douce mélodie. Il n'y a pas à dire, il maitrise aussi bien l'écrit que l'oral. Chaque mot sonne juste, chaque idée est simple, concise. J'ai l'impression de revivre des cours du lycée, lorsque l'enseignant nous demandait si la liberté de penser nous autorise à penser n'importe quoi. Il y a quelque chose de très profond dans ces propos, car il est vrai que quelque part, notre oeuvre nous appartient, donc elle fait partie de nous. Après la question est de savoir si on veut que nos oeuvres nous ressemblent ou non. Et il est vrai que je n'avais jamais pensé à cela sous cet angle.

- Votre point de vue est vraiment intéressant, et j'admire votre logique. D'un point de vue personnel, ce sont mes idéaux qui vont définir le cadre de mon oeuvre. Je suis très engagée sur le thème de la nature, que je trouve absolument magnifique, et que l'homme n'a de cesse de souiller. Jamais vous ne me verrez peindre un portrait par exemple. Si je peins une ville, elle sera sublimée par le coucher de soleil en arrière plan.

Il était appréciable d'avoir quelques minutes de répit avant de repartir au combat. Car c'est exactement comme ça qu'est cette journée. Un véritable combat. Marcher dans les allées, renseigner les gens, écouter leurs critiques, vérifier que tout se déroule au mieux... Mais je ne m'en plains pas. Je suis enfin en selle, prête à vivre ma vie d'artiste. Après avoir disserté encore un peu avec Jesse, je jette un oeil à ma montre pour m'apercevoir qu'il reste encore du temps avant de s'y remettre. Le feeling passe bien avec mon bienfaiteur, alors je me laisse tenter par une question un peu plus personnelle.

- Donc, vous avez une fille. Vous avez une femme également je suppose ? D'autres enfants ?

Spoiler:
 


beautiful day (dalina) 383200artist
beautiful day (dalina) EV8FyP7
beautiful day (dalina) NCLDdV8
beautiful day (dalina) MGSbLAu
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

beautiful day (dalina) Empty
Message(#) Sujet: Re: beautiful day (dalina) beautiful day (dalina) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

beautiful day (dalina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-