AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-43%
Le deal à ne pas rater :
Souris Gaming sans fil Logitech G903 LIGHTSPEED
84.99 € 149.99 €
Voir le deal

 girls, interrupted ☽ jill (fb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente cinq voyages autour du soleil.
SURNOM : rob, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, la petite fée, allons-y gaiement !
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage feuillu, bordélique et charmant à logan city avec martin, ariel et les petites créatures velues recueillies en chemin. vous êtes les bienvenues !
girls, interrupted ☽ jill (fb) 3r92
POSTS : 5458 POINTS : 75

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline abandonnée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, loupnatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : phoenix (fb) ☽ gaby (fb) ☽ aisling 2phoenix 2martin 2arieljill (fb) ☽ jordanmaxaisling 3jameson 6matt 2 ☽ gaby 4 (fb) ☽ gaby 5

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger
RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ jesse
PSEUDO : birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

girls, interrupted ☽ jill (fb) Empty
Message(#) Sujet: girls, interrupted ☽ jill (fb) girls, interrupted ☽ jill (fb) EmptyMar 4 Aoû 2020 - 3:56




girls, interrupted
Welcome to where time stands still, no one leaves and no one will. Moon is full, never seems to change, just labeled mentally deranged. Dream the same thing every night, I see our freedom in my sight.

J'avais juste prévue de passer en coup de vent, juste le temps de prendre quelques affaires en pleine nuit et puis m’enfuir sur la pointe des pieds pour rejoindre mes potes et mon petit copain et tailler la route direction Big Day Out, Gold Coast. C’était l’aventure du siècle, la première où on irait tous ensemble et puis The Prodigy, NOFX et System Of A Down y jouait alors vous comprenez, je pouvais pas manquer ça, je pouvais pas ! Tant pis pour Clinton qui s’était mit en tête de me priver de sorties quelques jours plus tôt pour une raison qu’il s’était bien gardé de partager. J’étais tellement surexcitée que j’avais du mal à m’empêcher de rigoler quand je suis arrivée au cinquième étage en essayant de faire le moins de bruit possible, nonobstant je m’étais bien vite rendu compte que tout le monde était déjà réveillé dans l’appartement. On les entendait depuis le couloir. Les éclats de voix, les éclats de verre, Clinton qui hurlait comme un possédé et le petit Jacob qui pleurait « mais j’ai rien fait, j’ai rien fait ! ». J’avais foncé dans le tas comme un boulet et il m’avait envoyé valser sur le côté avec une première gifle, et puis une deuxième pour apprendre à revenir. Mme Clinton hurlait elle aussi avec ses mains sur ses oreilles, Jacob était roulé en boule en essayant de se protéger la tête avec ses bras. Je savais pas quoi faire « Hope…  » il fallait que je fasse quelque chose « Hope. » alors j’ai fais ça…

Claquement de doigts. J’ai relevé les yeux vers le vieux monsieur aux tempes grises en face de moi. « Pourquoi ne réponds-tu pas, Hope ? » Je l'avais pas entendu. « C’est Robin… en fait. » « Hope, as-tu pensé au cauchemar que tu faisais vivre à tes parents ? » « C'est pas mes parents et je voulais juste - » « Pourquoi penses-tu que tu es là, Hope ? » « Bah j'espérais que vous me le diriez justement ! j'ai dit pour essayer de le faire un peu sourire et parce que c'était vrai mais il a pas souri. Mauvaise réponse. Essaie encore. Parce que Clinton a pété les plombs » « C’est pourtant toi qui as - et je lis le rapport - ‘abattu à plusieurs reprises une chaise pliable sur le crâne et le dos de Harold Clinton’. N’est ce pas ? » « Il voulait pas arrêter » « Hum. » il a dit avec l’air de celui qui a tout vu tout compris alors qu’il avait rien vu et qu’il comprenait encore moins. « Pourquoi es-tu si en colère, Hope ? » « Mais je suis pas en colère d’habitude ! Enfin parfois mais seulement quand les gens sont méchants quoi… » « Hum. Méchants. » il a dit encore en noircissant quelques lignes de plus dans son petit carnet et je me suis pincée les lèvres en me redressant pour essayer de lire. « M’oui, c’est une façon de se dédouaner, hmm ? Prendre de la distance par rapport à ses actions. Comme ça rien n’est jamais vraiment de ta faute, n’est ce pas ? » « Mais j’ai pas dit que - » « Pourquoi cette couleur de cheveux ? Est-ce une envie de provoquer, de faire peur, de repousser les garçons, peut-être ? » Cette fois j'ai éclaté de rire. Mais apparement c'était pas la bonne réponse non plus. J'avais envie de dire que faire peur avec les cheveux roses fallait le faire quand même et puis merde ça faisait quoi mais lui apparement il aimait pas et donc c'était un symptôme d'une grave maladie sûrement. « Tu prends de la drogue ? De la marijuana ? » et du LSD et des taz et de tout ce qui me passe sous la main mais « Vous savez j’suis jeune, j'récupère vite, c’est pour rigoler. C’est quoi le rapport ? » « Hum. » il a répété sans se lasser visiblement et cette fois j’ai roulé des yeux en soupirant. Geste qui n’a pas échappé à son œil d’aigle perfide aussi ouvert qu’une porte de prison et il a encore griffonné quelques mots sans queue ni tête sûrement en soupirant à son tour comme si le poids du monde était sur ses pauvres épaules. « Vous en avez rien à faire de ce que je dis en fait, hein ? Pourquoi vous écoutez pas quand je parle ? Pourquoi vous dites que je dois parler et quand je parle vous écrivez juste dans votre p’tit carnet à la con ! Vous écrivez quoi en plus ? C’est sur moi, j’ai le droit de voir ! J’veux voir ! » « Bien, on va s’arrêter là pour aujourd’hui. » il a conclu tout fermé tout contrôlé et je m’attendais presque à ce qu’il sorte un petit talki walki de sa blouse blanche et qu’il dise « Mayday mayday homme à terre, on a une patiente instable aux cheveux roses, j’ai besoin de renfort, FAITES VITE » mais il m’a juste envoyé vers la porte. J’étais presque déçue. Mais libre ! Enfin, aussi libre qu’on peut l’être dans un hôpital psychiatrique…

J’avais pas tout de suite compris, au début, quand ils m'avaient attrapé et que ma tête s’était retrouvée par terre dans le coton entourée de bottes. Ensuite je m’étais réveillée attachée entre quatre murs blancs très hauts terriblement tristes et alors ils s’étaient tous étonnés quand j’avais commencé à crier à me débattre à me jeter contre les murs à pleurer. Ils avaient échangé milles regards entendus, et comme ça mon sort était scellé. Adieu le monde, les potes, Big Day Gold, les pattes d’eph orange et la liberté. Bonjour l’HP, les p’tits cachets et les pyjamas bleus tout laids.

Je m’étais souvent demandé comment c’était dans un hôpital psychiatrique, si c’était vrai que les patients étaient des poètes incompris de la société et que les médecins étaient les vrais givrés du ciboulot qui leur trifouillaient le cerveau pour faire des expériences abjectes comme dans l’histoire de Stokley. Mon côté romantique voulait y croire. Je pensais pas que j’aurais l’occasion d’enquêter depuis l’intérieur un jour. Et peut-être que la réalité était un peu plus nuancée, n’empêche que pour l'heure y avait quand même la totale, laissez moi vous présentez : de toutes heures, y avait les dames en blouse blanche qui rôdaient partout et qui étaient toujours prêtes à assommer quiconque n’était pas assez robotiques à leur goût, y avait aussi les p’tits cachets dans les gobelets en carton (on se serait vraiment cru dans les années 50s pour le coup), il y avait cette vieille cabine téléphonique très charmante et je me disais que dés que je trouverais une pièce, je l’utiliserais, c’est sûr ! Le matin on se levait tôt, toujours, sans aucune raison. Pas le droit aux visites, on pouvait quand même recevoir des lettres. Malheureusement personne ne m’écrivait... (mais je perdais pas espoir et continuais de demander tous les matins, sait-on jamais !) Oh et puis bien sûr on avait le droit au petit pyjama bleu tout laid, donc, et aux p'tits sacs aux pieds assortis, pour une classe intergalactique assurée. Pour détendre l’atmosphère, j’avais cru bon de plaisanter en disant « super entre l'uniforme de l'école, celui des travaux communautaires et de la détention juvénile, c'est exactement ce qu'il manquait pour égayer ma collection ! », mais ça les avait pas trop fait rigoler et encore ils avaient noircis quelques lignes de plus… gaffeuse, gaffeuse, gaffeuse.

Chez les habitués, y avait des gens vraiment chouettes aussi. Comme Ulrich, ce vieux monsieur à l'étage au dessus du mien qui berçait toujours tendrement sa poupée dans ses bras, et sa voisine, une petite dame qui s’asseyait souvent par terre les pieds en l’air et personne ne l’embêtait pour ça. Je les aimais bien. Il y avait aussi cette mamie qui me trottait souvent après et se mettait à m’écraser les pieds à répétition avec des yeux méchants avant de repartir en trottant sans rien dire. Elle, je l’aimais pas beaucoup. Je m'étais faite une copine aussi, Suzie, avant qu’elle se fasse transférer. Elle avait des bigoudis, ressemblait à Frenchy de Grease et elle rigolait tout le temps alors je rigolais moi aussi, même si je savais pas pourquoi. Ensuite des infirmiers bien intentionnés m'avaient dit qu'elle avait brûlé le visage de sa fille de 5 ans avec un fer à repasser et j'avais fait semblant d'être au courant, comme si je m’en fichais. En vrai c’était hyper flippant et je m’en fichais pas du tout mais je l'ai aussi aimé encore plus fort, mic mac émotionnel. Ensuite elle était partie et la vie est redevenue monotone. Et puis il y avait Jonas, de la 704, qui, l’autre soir s’était mit à hurler à s’en péter la voix «  MON LIT EST EN FEU MON LIT EST EN FEU » alors bien sûr j’avais foncé dans sa chambre avec mon petit verre d’eau à la main pour lui renverser sur la tête et arrêter les flammes qui l’accabler mais ensuite je m’étais faite tirer par les oreilles parce que j’étais une « fauteur de trouble qui tyrannisait les autres patients ».

Ils comprenaient rien, ça c’est sûr, ils comprenaient rien à rien. Me demandait encore et encore pourquoi je pensais que j’étais là et voulait rien savoir quand je répondais. Si je prenais de la drogue pour m’amuser j’étais forcément une junkie et il y avait une histoire sombre derrière. Si je griffonnais un chat ils remarquaient perspicacement que j’avais dessiné un œil (deux mêmes, mais bon) et alors ça y allait pour « humm » songeurs. Si j’essayais de remonter un peu de moral des troupes et commençait à peindre un grand arc en ciel aux milles couleurs sur un des murs blanc de l’hôpital on me plaquait au sol en hurlant au scandale et au rapport, bref - ils comprenaient rien, non.

Heureusement, dans tout ça, il y avait la musique - mon walkman que Blaze m’avait apporté en douce un jour, avec quelques compil cassettes de son cru et alors je pouvais me perdre dans les solos de guitare enflammés de Pink Floyd et dans les envolée lyriques de James Hetfield, je pouvais me dandiner dans les couloirs sur « Under Pressure » de Queen en m’agitant comme si j’avais un aspirateur dans les mains, Freddie Mercury style, et alors c’était comme si j'étais un peu libre, moi aussi. Jusqu'à hier soir… où une chose épouvantable s’est passé… Un type en blouse est entrée dans ma chambre (jusque là rien n'anormal, ils ouvraient régulièrement les portes la nuit, disaient « contrôle » en nous braquant une lampe torche sur le tronche et puis ils repartaient. Exactement comme dans Girl Interrupted. J’ai jamais compris ce qu’ils contrôlaient d'ailleurs, peut-être qu’on soit pas entrain de dormir sur le ventre si cette semaine il fallait dormir sur le côté…) bref, il est rentré, mais c'était pas pour contrôler, c'était pour vociférer que j’écoutais trop fort, qu’on m’entendait jusque dans le couloir et d'un coup il a arraché mon casque de mes oreilles et a grimacé en disant que ce n’était pas étonnant que je ne « guérisse pas » avec « une musique comme ça ». J’ai essayé de plaisanter en disant qu’il en fallait pour tous les goûts en tendant les doigts pour récupérer mon bien mais il a rien voulu entendre - ils veulent jamais rien entendre. Quand il a prononcé ce mot « con-fi-squé » en écartant bien chaque syllabe, je sais pas ce qui m’a pris, j’ai senti toute la chaleur quitter mon corps et alors mon sang n’a fait qu’un tour : je me suis jetée sur lui comme une rugby girl, le propulsant sur le sol dans le couloir et je me suis mise à lui griffer frénétiquement le visage comme un écureuil enragé en criant : « NON ! FASCITE ! TU PEUX PAS M’EMPECHER D’ÉCOUTER FREDDIE MERCURY ! TU PEUX PAS FAIRE CHIER À CE POINT ! TU PEUX PAS TU PEUX PAS TU PEUX PAS TU PEUX - » c’est comme ça que je me suis faite privée de musique définitivement. Aiguille. Tête dans le coton. Noir complet.

Et puis ça a recommencé. Réveil aux aurores, comme tous les matins, sauf que ce matin n’était comme aucun autre avant, car cette fois, je n’avais pas ma musique bien-aimée pour m’accompagner. C'est sûr ça allait m'aider à aller mieux ça, bande de crevards ! Et ainsi persuadée que je ne pourrais alors plus jamais retrouver le sourire, le cœur meurtri, l’âme en peine, j’ai longé les murs blêmes des longs couloirs austères plein de peinture collante et de portes d’un vert délavé et accablé, direction le réfectoire comme demandé. Ça sentait encore la pharmacie partout, même ici, bon appétit. Mais de toute façon, je n’avais pas faim. (Sortez les violons je vous pris.)

Et puis d’un coup, mes prunelles pâles se sont posées sur une silhouette élancée à l’autre bout de la cafétéria et mon regard s’est rallumé. La silhouette, c’était Jill. Cette fille aux cheveux bruns et mirettes flamboyantes, aux immenses sourires contagieux et aux coups de gueule pareil ! Pleine d'esprit, pleine d'émotions, elle avait déboulé comme une tornade dans l'hôpital hier, semblait toujours prête pour un coup de génie (ou une connerie (ce qui en revenait souvent au même)) et avait déjà enchanté ma vie au passage. En quelques heures à peine on s’était créé un langage codé que nous seules comprenions et aujourd’hui plus que jamais j’allais en avoir besoin. Aussi sec, j’ai traversé le réfectoire à grandes enjambées et sans m’arrêter pour prendre la « nourriture » j’ai marché tout droit sur Jill : « Les vautours m’ont sucré Freddie, j'vais faire une razzia dans leur QG, j’ai un plan mais j'vais sûrement avoir besoin de tes talents de diversion, t'en es ? » j’ai lancé en guise de salutations tout en m’asseyant à côté d’elle, les yeux partout. Pour le coup, si on nous écoutait, on nous aurait peut-être mit une camisole de force, mais ça j’y pensais pas. Ensuite mon regard s’est arrêté sur le porridge gluant dans son assiette et le petit morceau de pain mal décongelé à côté et j’ai secoué la tête avant de plonger mon regard dans le sien, très sérieuse : « Jill, si j’te partage un secret, tu promets de pas le répéter ? » et puis, finalement sans attendre sa réponse j’ai sorti un cookie tout émietté (mais très bon !) de ma poche et délicatement je l’ai déposé devant elle sur son plateau repas avec un sourire sur les lèvres et des fossettes dans les joues, tout contente de moi. « Tiens, c’est meilleur, promis ! » Tomber sur une nana comme Jill ici, c'était comme tomber sur un troupeau de licornes, c’était magique, et elle méritait bien tous les cookies du monde entier.

birdiesnow


:
 



my soul is painted like the wings of butterflies. fairytales of yesterday will grow but never die. i can fly, my friends.

Spoiler:
 


Dernière édition par Robin-Hope Berry le Dim 9 Aoû 2020 - 23:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jill McGrath-Fitzgerald
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans et née le 4 mai 1988
SURNOM : Jillian Adélaide Louise si vous demandez à ses parents, ils sont apparemment fier de ces prénoms, mais elle ne répond qu'à Jill en général.
STATUT : Il aura fallu un accident de voiture pour qu'elle se rende compte qu'elle avait envie de recoller les morceaux.
MÉTIER : Mère qui n'a pas les épaules assez large pour assumer ce nouveau rôle.
LOGEMENT : A un appartement avec son frère, passe bien plus de temps chez Bailey depuis son accident.
girls, interrupted ☽ jill (fb) A64b7a3e9ecc9a64e4f4623dd63b4270
POSTS : 5331 POINTS : 2625

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née à Brisbane*A passé de nombreuses années à Londres où elle a obtenu son diplôme d'architecte et surtout fait la fête*Deal depuis qu'elle est adolescente mais ne pratique plus depuis qu'elle a fait une overdose fin 2019*Est amoureuse et en couple avec l'ex mari de soeur : Bailey*Schizophrène qui ne se soigne pas*Plusieurs séjours en psychiatrie à son actif*Joue du piano, chante et dessine, c'est une artiste dans l'âme*Indépendante, refuse d'être entretenue et veut se débrouiller par elle-même*A fait le tour du monde après avoir obtenue son diplôme
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
girls, interrupted ☽ jill (fb) 200w
JAILEY Jailinny#2 (fb) - Jailey#33 - Jailey#43
You tell me I lost it, And tell me I'm off, I won't fight with you girl, Know that you're right and know that I'm wrong. 'Cause I lost the game, I can't get lower, 'Cause your pain it's taking over.

girls, interrupted ☽ jill (fb) KxI4
JILLER
If the world was ending, you'd come over right ? The sky'd be falling and I'd old you tight. And there wouldn't be a reason why we would even have to say goodbye.
Pete#2 (fb) - Pete#5

girls, interrupted ☽ jill (fb) 8dpc
EZRILL UC
Ezra#8 (fb) - Ezra#8

girls, interrupted ☽ jill (fb) Ab4ffbaf31b8bcdad80c0acc49e33256
JINN UC
Finn#2 (fb) - Finn#3 - Finn#4

girls, interrupted ☽ jill (fb) Tumblr_inline_p7g0ylJJr01sccn28_540
SCARLIAN
Scarlett#2 - Scarlett#3

girls, interrupted ☽ jill (fb) 5f9d2b4455d08fccc9ff7f763330a3f3
DORILL
Dorill#1(fb) - Dorill#3

girls, interrupted ☽ jill (fb) Hvu5
MCGRATH FAMILY McGrath sisters#14 - McGrath sisters#16 (fb) - Matt&Pete
ticking time bomb


Gabriel#1 - Mia (fb) - LOST - Louisa - Noa UA - Saül (UA) - Liam&Ginny (UA) - Mia&Ginny (fb) - Liam&Ginauden(fb) - Clyde - Ellie (fb) - Robin-Hope - Anwar - Ariane#2 - Rudy - Knox - Ciara - Leslie






RPs EN ATTENTE : Dimitri#2 - Siloë
RPs TERMINÉS : cf fiche de liens

à mettre dans la fiche :
Jailey#42 - Ezra#7
PSEUDO : Jill McGrath
AVATAR : Emmy Rossum
CRÉDITS : Gypsoline (avatar) loonywaltz (usebar)
DC : Jet, la douce Molly, Yelahiah & Ivy
INSCRIT LE : 27/07/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25365-jill-est-de-retour https://www.30yearsstillyoung.com/t30456-jill-jeremiah-molly-yelahiah-ivy https://www.30yearsstillyoung.com/t25559-jillian-mcgrath https://www.30yearsstillyoung.com/t25513-jill-mcgrath

girls, interrupted ☽ jill (fb) Empty
Message(#) Sujet: Re: girls, interrupted ☽ jill (fb) girls, interrupted ☽ jill (fb) EmptyMar 4 Aoû 2020 - 22:18



Elle déteste cet endroit Jill. Elle est ici parce qu’elle fait des terreurs nocturnes depuis qu’elle est enfant. Ses parents lui ont dit que si elle continuait de hurler elle allait passer pour une folle, et que les fou allaient tous dans les hôpitaux psychiatriques parce que personne ne les voulaient en liberté. Les parents McGrath ont toujours eu le don de rassurer leurs enfants. Et elle a essayé Jill, vraiment, elle a tenté de ne plus hurler la nuit mais elle ne contrôle pas ce genre de choses. C’est Matt qui la calme à chaque fois, c’est le seul à être capable de faire ça. Mais Matt n’est pas avec elle maintenant qu’elle est enfermée dans cette chambre aseptisée. Elle n’a pas sa place ici, et elle le fait comprendre aux médecins. Elle ne parle pas et passe son temps à essayer de s’échapper. Elle a demandé beaucoup de choses pour rendre son séjour plus plaisant. Elle voulait une télévision ou un minitel. Un tourne disque pour pouvoir écouter Queen et des chansons sorties de Grease ou de West Side Story. On s’occupe comme on peut dans ce genre d’endroit. Elle a même essayé de voler un walkman, ou de monopoliser le lecteur cassette dans la salle de détente qui n’en a que le nom. Il y a un Drive in dans le parking à côté de l’hôpital mais elle ne voit rien Jill, elle peut juste entendre ce qu’il se passe de loin. Elle rêverait de s’échapper pour regarder un film aussi pourri que Scream ou Massacre à la tronçonneuse. Elle n’est pas facile à effrayer Jill. Mais elle se contenterait de Breakfast at Tiffany’s ou même d’un vieux film en noir et blanc, tout est mieux qu’ici de toute manière.

Elle regarde le plafond pendant une seconde avant d’entendre quelqu’un débarquer vers elle dans la cafétéria, elle espère qu’il y aura un peu d’action. “J’en suis toujours tu le sais.” Robin est aussi tarée qu’elle, et c’est possible qu’elle déteste encore plus cet endroit que Jill. “Je te partage le mien et tu me partage le tien.” Elles seront d’égal à égal, et Jill a besoin de lui raconter ce qu’elle a déjà fait quand la blonde n’était pas encore ici. “Quand j’étais ici au début, je me suis retrouvée seule dans ma chambre pendant plus de 24 heures sans pouvoir sortir parce que ce con de James avait fermé la porte à clef. Je le déteste, c’est vraiment le pire de tous les surveillants. Je suis entrée dans son bureau et j’ai réussi à prendre les clefs, j’ai tenté d’ouvrir plusieurs portes pour trouver la sortie et au bout d’environ 15 minutes j’ai réussi. J’étais pieds nus et en chemise de nuit à essayer de me cacher derrière les arbres pour pouvoir m’enfuir. Et j’étais à deux doigts d’être au bon endroit, mais ce con m’a rattrapé. Il m’a fait jurer de rien dire alors tu te tais.” Et c’est à son tour maintenant de raconter le sien de secret. “J’espère bien !”



girls, interrupted ☽ jill (fb) 1thrvMD
girls, interrupted ☽ jill (fb) DukhMfv
girls, interrupted ☽ jill (fb) NRNT4jj
girls, interrupted ☽ jill (fb) Z32Kvjw
girls, interrupted ☽ jill (fb) 8conP1m
girls, interrupted ☽ jill (fb) OHoUPYP


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente cinq voyages autour du soleil.
SURNOM : rob, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, la petite fée, allons-y gaiement !
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage feuillu, bordélique et charmant à logan city avec martin, ariel et les petites créatures velues recueillies en chemin. vous êtes les bienvenues !
girls, interrupted ☽ jill (fb) 3r92
POSTS : 5458 POINTS : 75

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline abandonnée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, loupnatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : phoenix (fb) ☽ gaby (fb) ☽ aisling 2phoenix 2martin 2arieljill (fb) ☽ jordanmaxaisling 3jameson 6matt 2 ☽ gaby 4 (fb) ☽ gaby 5

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger
RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ jesse
PSEUDO : birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

girls, interrupted ☽ jill (fb) Empty
Message(#) Sujet: Re: girls, interrupted ☽ jill (fb) girls, interrupted ☽ jill (fb) EmptyDim 9 Aoû 2020 - 23:46




girls, interrupted
Welcome to where time stands still, no one leaves and no one will. Moon is full, never seems to change, just labeled mentally deranged. Dream the same thing every night, I see our freedom in my sight ☽ @Jill McGrath-Fitzgerald

« J’en suis toujours tu le sais » Elle a même pas hésité une seconde, elle a même pas demandé quel était le plan foireux, elle a juste accepté direct avec tout l’aplomb et l’intrépidité qui la caractérisait et je l’adorais pour ça. Enfants terribles, on formait un duo impossible jamais à court de stratagèmes douteux qu’on trouvait tout à fait brillants et on hésitait pas à se rebiffer contre ce système qui nous volait nos libertés ! Quand elle a raconté son secret j’ai ouvert tout grands les yeux et les oreilles. Mazette, pourquoi ce détraqué de James l’avait séquestré pendant 24h ? Pourquoi il lui avait fait promettre de rien dire ? J’ai secoué la tête en fronçant les sourcils : « Quel gros creep ! D’où il te fait promettre quoi que ce soit, clairement c’est lui qui est en tort ! » J’ai secoué encore la tête et je me suis passée les mains sur le visage en finissant dans mes cheveux pour remettre mes grosses boucles blondes-roses en arrière « Si ça peut t’rassurer j’lui ai refais le portait hier, c’est lui qui a volé mon walkman… enfin j’crois » (avec leur petite blouse blanche et ma colère ils se ressemblaient tous). Refaisage de portrait qui m’avait d’ailleurs valu un rapport et je devais à présent me rendre dans le bureau d’Hannibal Lecter (aka Dr. JeComprendRienMaisJenPensePasMoins (aka notre psychiatre Dr. Christan (il a beaucoup de noms ouai))), mais il pouvait se brosser, aucun regret. Enfoiré de James, la mission de sa vie c’était clairement de pourrir la nôtre, je le détestais encore plus maintenant qu’il s’en était pris à Jill. « Mais on va pouvoir se venger encore plus si tu veux parce que… » un sourire mutin a creusé des fossettes dans mes joues tandis que je me penchais vers mon amie en baissant la voix pour lui partager à mon tour mon secret : « L’autre nuit je marchais dans les couloirs pour aller chercher de la peinture dans la salle de dessin tu vois, il faisait complètement noir j’avais juste la lampe torche et d’un coup j’ai entendu des pas alors j’ai camouflé la lumière comme je pouvais et y a eu des bruits genre « wiiiuuwiiiu » et alors j’ai jeté un coup d’œil et il y avait un type qui longeait les murs avec un truc dans la main genre détecteur de champ magnétique ou je sais pas et puis d’un coup y a un infirmier qui lui a foncé dessus en mode ‘qu’est ce que vous faites là, vous êtes pas censé être là blablabla’ et le gars se débattait en mode ‘je suis journaliste, vous ne pouvez pas cacher la vérité éternellement’ et tout c’était trop bizarre alors quand ils sont partis je me suis rapproché et j’ai vu que c’était devant la chambre 304, et ensuite directement après c’était la chambre 306 et… genre… elle est où la chambre 305 t’sais ? Fin bref aucun rapport mais sur la route j’ai chopé les épingles que Jessy se met dans les cheveux et depuis j’peux aller dans n’importe quel bureau n’importe quand y compris celui d’Hannibal et… j’tape dans sa collection d’cookies. » joignant le geste à la parole, j’ai d’ailleurs sortie le deuxième cookie qui trainait au fond de ma poche et j’ai croqué dedans, fière de ma rébellion. « On commence par quoi ? Opération commando dans l’bureau d’Hanni pour l’walkman et les cookies ? Furetage autour de la chambre hantée ? Ou va direct mettre d’la colle dans le gel hydroalcoolique de James ? »

birdiesnow




my soul is painted like the wings of butterflies. fairytales of yesterday will grow but never die. i can fly, my friends.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jill McGrath-Fitzgerald
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans et née le 4 mai 1988
SURNOM : Jillian Adélaide Louise si vous demandez à ses parents, ils sont apparemment fier de ces prénoms, mais elle ne répond qu'à Jill en général.
STATUT : Il aura fallu un accident de voiture pour qu'elle se rende compte qu'elle avait envie de recoller les morceaux.
MÉTIER : Mère qui n'a pas les épaules assez large pour assumer ce nouveau rôle.
LOGEMENT : A un appartement avec son frère, passe bien plus de temps chez Bailey depuis son accident.
girls, interrupted ☽ jill (fb) A64b7a3e9ecc9a64e4f4623dd63b4270
POSTS : 5331 POINTS : 2625

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née à Brisbane*A passé de nombreuses années à Londres où elle a obtenu son diplôme d'architecte et surtout fait la fête*Deal depuis qu'elle est adolescente mais ne pratique plus depuis qu'elle a fait une overdose fin 2019*Est amoureuse et en couple avec l'ex mari de soeur : Bailey*Schizophrène qui ne se soigne pas*Plusieurs séjours en psychiatrie à son actif*Joue du piano, chante et dessine, c'est une artiste dans l'âme*Indépendante, refuse d'être entretenue et veut se débrouiller par elle-même*A fait le tour du monde après avoir obtenue son diplôme
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
girls, interrupted ☽ jill (fb) 200w
JAILEY Jailinny#2 (fb) - Jailey#33 - Jailey#43
You tell me I lost it, And tell me I'm off, I won't fight with you girl, Know that you're right and know that I'm wrong. 'Cause I lost the game, I can't get lower, 'Cause your pain it's taking over.

girls, interrupted ☽ jill (fb) KxI4
JILLER
If the world was ending, you'd come over right ? The sky'd be falling and I'd old you tight. And there wouldn't be a reason why we would even have to say goodbye.
Pete#2 (fb) - Pete#5

girls, interrupted ☽ jill (fb) 8dpc
EZRILL UC
Ezra#8 (fb) - Ezra#8

girls, interrupted ☽ jill (fb) Ab4ffbaf31b8bcdad80c0acc49e33256
JINN UC
Finn#2 (fb) - Finn#3 - Finn#4

girls, interrupted ☽ jill (fb) Tumblr_inline_p7g0ylJJr01sccn28_540
SCARLIAN
Scarlett#2 - Scarlett#3

girls, interrupted ☽ jill (fb) 5f9d2b4455d08fccc9ff7f763330a3f3
DORILL
Dorill#1(fb) - Dorill#3

girls, interrupted ☽ jill (fb) Hvu5
MCGRATH FAMILY McGrath sisters#14 - McGrath sisters#16 (fb) - Matt&Pete
ticking time bomb


Gabriel#1 - Mia (fb) - LOST - Louisa - Noa UA - Saül (UA) - Liam&Ginny (UA) - Mia&Ginny (fb) - Liam&Ginauden(fb) - Clyde - Ellie (fb) - Robin-Hope - Anwar - Ariane#2 - Rudy - Knox - Ciara - Leslie






RPs EN ATTENTE : Dimitri#2 - Siloë
RPs TERMINÉS : cf fiche de liens

à mettre dans la fiche :
Jailey#42 - Ezra#7
PSEUDO : Jill McGrath
AVATAR : Emmy Rossum
CRÉDITS : Gypsoline (avatar) loonywaltz (usebar)
DC : Jet, la douce Molly, Yelahiah & Ivy
INSCRIT LE : 27/07/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25365-jill-est-de-retour https://www.30yearsstillyoung.com/t30456-jill-jeremiah-molly-yelahiah-ivy https://www.30yearsstillyoung.com/t25559-jillian-mcgrath https://www.30yearsstillyoung.com/t25513-jill-mcgrath

girls, interrupted ☽ jill (fb) Empty
Message(#) Sujet: Re: girls, interrupted ☽ jill (fb) girls, interrupted ☽ jill (fb) EmptyLun 21 Sep 2020 - 23:08



Jill s’ennuie dans cet hôpital. Elle ne sait même pas vraiment ce qu’elle fait ici d’ailleurs. Tout ça à cause de quelques terreurs nocturnes et ses parents qui n’aiment pas être réveillés la nuit par leur propre fille terrifiée. C’est dans l’hôpital qu’elle fait des terreurs nocturnes désormais, les nuits où elle dort. Mais elle ne parle pas aux psychologues et se débrouille pour n’ingérer aucune pilule que les médecins lui prescrivent. C’est mieux comme ça, et, heureusement pour elle, elle s’est trouvée une amie complètement folle capable de la suivre dans des conneries dangereuse qui égayent leurs journées. Elle parle de son secret et elle rit grâce au remarques de Robin. Elles détestent le même type, qui ne déteste pas ce con qui se croit tout permis seulement parce qu’il a toutes les clefs de ce foutu hôpital ? Jill tend sa main pour faire un high five avec la blonde. Elles vont les rendre fou et Jill adore cette idée. “Quel connard.” Elles doivent l’insulter au moins 10 fois par jour celui là.

Jill a raconté son histoire et c’est au tour de Robin de le faire. Jill réagit au fur et à mesure, elle rit, écarquille les yeux et regarde le cookie que la jeune fille sort de sa poche avec envie. “Ok donc obligé on fait les trois.” Ce n’est pas négociable, Jill s’ennuie terriblement aujourd’hui et elle va passer sa journée à essayer de détruire ce type qu’elles détestent ensemble. “S’il se fait pas virer on aura qu’à l’accuser d’agression sexuelle.” Même adolescente Jill n’avait aucune limite. “J’ai très envie de cookies pour le petit déjeuner.” Et, visiblement, la blonde n’en a pas pris assez pour deux. “La colle dans le gel hydroalcoolique ça les occupera pendant qu’on trouvera la chambre bizarre.” Elles en ont pour la journée à s’occuper et Jill en est plus que ravie. Elle se lève, prête à commencer cette journée de folie.



girls, interrupted ☽ jill (fb) 1thrvMD
girls, interrupted ☽ jill (fb) DukhMfv
girls, interrupted ☽ jill (fb) NRNT4jj
girls, interrupted ☽ jill (fb) Z32Kvjw
girls, interrupted ☽ jill (fb) 8conP1m
girls, interrupted ☽ jill (fb) OHoUPYP


:rainbow: :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

girls, interrupted ☽ jill (fb) Empty
Message(#) Sujet: Re: girls, interrupted ☽ jill (fb) girls, interrupted ☽ jill (fb) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

girls, interrupted ☽ jill (fb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-