AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-14%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Galaxy Buds Pro – Écouteurs sans fil avec réduction de ...
136.60 € 159.64 €
Voir le deal

 It's not too late for two lost souls ♡ Sid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Vpg5
POSTS : 1166 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptySam 12 Sep 2020 - 23:55



it's not too late for two lost souls
Sid Sinner & Aisling Rose

We're always running away and we don't even stop to think about it. The worlds in our hands. They don't need to understand. We do it our own way, no matter what they try to say about about it. We've got our own plans, they don't need to understand
Les basses vibrent dans le studio, rythment ses mouvements fluides, résonnent contre les parois de son cœur. Concentrée sur sa performance, l’irlandaise se cambre au son des accords de guitare, exécute avec souplesse et précision l’enchaînement de sa chorégraphie. La musique fourmille sous sa peau, se coule dans ses muscles forgés par la danse, l’arrache aux petits tracas du quotidien et la plonge dans une sérénité que rien ne peut égaler. Ni le baiser des drogues, ni celui des hommes. Là-haut dans les airs, toutes ses sensations semblent magnifiées. La caresse acérée de ses rubans, l’adrénaline qui pulse dans ses veines, la morsure de sa tenue en latex, la chaleur des flammes qui rougeoient plus bas sur la scène et réchauffent sa peau pâle. Quand vient l’heure du bouquet final, elle se hisse adroitement encore plus haut, flirte avec le vide jusqu’à ce que la musique la rattrape. Là, le visage incliné vers l’arrière, Aisling se laisse couler le long des rubans de tissu, dévale la pente vertigineuse pour s’arrêter à moins d’un mètre du sol, les jambes en grand écart, le corps lascivement enroulé dans l’étoffe soyeuse. Les autres Dragon Fire crachent leur ultime flamme dans un dernier souffle. Un sourire peint sur ses lèvres vermeilles, la danseuse tient la pause et tente de contrôler sa respiration jusqu’à ce que les dernières notes résonnent sur le plateau. « Cut! » Seulement alors ses muscles se détendent et l’air circule à nouveau dans ses poumons tandis qu’elle se laisse glisser au sol. « Ash darling that was per-fect. » Lui lance Corey, leur réalisateur d’appoint pour la matinée. Un sourire satisfait aux lèvres, Aisling se libère de ses tissus et le remercie d’un hochement de tête espiègle. « It better be, cause I’ll bruise me skin if I have to do this fall one more time. » En réalité, elle le ferait si c’était nécessaire. Qu’importent les blessures, du moment que le résultat est à la hauteur de leurs espérances. Dernière recrue de la troupe, elle estime qu’elle doit encore faire ses preuves et ne supporterait pas de décevoir ses co-équipières. « I wouldn’t do that to you babe. » Il réplique avec un clin d’œil charmeur avant de se tourner vers les autres. « Alright ladies, that’s a wrap! » La petite équipe prend un instant pour s’applaudir et Aisling se joint joyeusement au mouvement. La démarche sautillante, elle retrouve les filles sur le côté de la scène et en profite pour les serrer dans ses bras. Ça ne fait que quelques mois qu’elle les a rejointes, mais les Dragon Fire l’ont déjà accueillie comme faisant partie de la famille. Moins habile quand il s’agit de manier les flammes, la petite dernière occupe la partie aérienne de la scène tandis que les autres embrasent l’estrade en jouant avec le feu. « The new season is gonna be awesome! » S’exclame Katya, leur leader. « Dude I can’t wait for the world to see our new show! » Bien connues sur Los Angeles et la région, les Dragon Fire ne manquent pas d’ambition ; et cette vidéo, c’est tout ce qui leur manquait pour présenter efficacement leur travail et espérer se faire booker par les plus gros festivals rock et métal cet été. Le cœur en fête, Aisling frétille d’excitation à l’idée de se rapprocher de cette scène musicale. Bercée par le rock depuis l’adolescence, elle se sent bien plus à l’aise dans ce milieu que coincée entre deux pilotes éméchés lors des conventions automobiles où il lui arrive de danser. Et je pourrai peut-être en profiter pour approcher quelques managers, voir si mes morceaux peuvent les intéresser…

Mais chaque chose en son temps. Pour l’instant, elle doit surtout libérer le plateau rapidement. Trop contente de pouvoir enfin s’extirper de ses vêtements de scène, Aisling attrape ses affaires et file sous la douche. La brûlure de l’eau détend ses muscles contractés par l’effort et la débarrasse de l’huile dont elle avait enduit son corps pour donner à sa peau un effet irisé. Elle ne touche pas à son maquillage en revanche. Le jour est encore jeune, elle pourrait aller faire un tour du côté d’Hollywood. Un sourire ravi aux lèvres, elle s’enroule dans sa serviette en rêvassant à sa journée, se voit déjà traîner un peu chez les disquaires ou trouver l’inspiration pour ses prochains costumes au détour des friperies alternatives qui pullulent dans le quartier. Une fois sèche, elle enfile ses bas de résille, son mini short en jean gris, le débardeur coupé par ses soins pour dévoiler la peau tendue de son ventre et les Dr. Martens dont elle ne se sépare jamais. Après avoir passé une main dans sa chevelure pour arranger sa frange, elle se faufile à l’extérieur et retrouve les autres filles qui discutent tranquillement à l’entrée du studio avant de se séparer. « I hate waking up early… » Grommelle Gina, une clope entre ses doigts fins et le front barré de fatigue. « You shouldn’t have gone to bed then. » La taquine Aisling avec un petit sourire de côté en fouillant dans les poches de son perfecto pour en tirer un paquet de cigarettes. « Damn right I shouldn’t have. Fuck. Sleeping two hours is worse than not sleeping at all. How d’y’all look so fresh? » L’irlandaise hausse les épaules et glisse une sèche entre ses lèvres rouges. « Took a pill at 8; slept like a baby ‘til 5 and woke up way fresher than usual. » La flamme s’allume devant son visage, vient lécher le bout de papier pour l’embraser. Aisling inspire la fumée, savoure la brûlure dans ses poumons avant de la recracher. « You and your fucking pills… » Mais l’irlandaise ne l’écoute déjà plus. Elle n’a pas envie d’entendre une fois encore l’avis de Katya sur la question, et comment il vaut mieux éviter de s’enfiler ces cachetons avant de léviter à cinq mètres au-dessus du sol ; qu’un accident est vite arrivé, qu’elle a besoin d’être en pleine conscience, tout le temps. Pas envie de répéter non plus qu’elle gère, sait exactement quand prendre la dernière dose avant de pouvoir s’envoyer dans les airs sans risquer d’y planer. Son attention vogue plutôt vers le plateau animé en face de celui qu’elles viennent de quitter. Mecs en cuir pareil, mais ambiance plus pro que ce à quoi elle est habituée. Vu le nombre de techniciens qui s’agitent pour pousser les flight cases dans l’antre sombre du bâtiment, la production doit avoir un sacré budget. Rien à voir avec les Dragon Fire, qui ont dû se contenter de louer leur studio à prix bradé comme il n’était disponible que deux heures en début de matinée avant qu’une régie publicitaire ne s’y installe pour la journée. Surement aussi que leur réalisateur est un type rodé, pas un étudiant en école de ciné prêt à accepter une paye médiocre en l’échange de quelques baisers. Elle se demande si c’est le type qui fait les cents-pas en passant des coups de téléphones enragés ou bien celui qui harangue les techniciens et gueule ses instructions à qui veut bien les entendre.    

« What’s going on you reckon? » Elle lance en désignant la scène du menton. « Bad luck. Heard one of the leads didn’t show up. » S’empresse de l’informer Corey en s’installant contre le mur à ses côtés. « No way! » Les yeux écarquillés, elle secoue la tête. « Some people… they really don’t know how lucky they are. » Si elle avait la chance de décrocher un rôle sérieux, Aisling ne la laisserait certainement pas passer. Elle est venue à Los Angeles pour ça après tout. S’épanouir artistiquement, goûter un peu à la gloire et au succès. Dans la musique idéalement, mais elle ne dirait pas non à quelques pirouettes sur un écran. « Yeah, damn right… anyway, you doing anything today? » Distraite par son nouveau jeu, qui consiste à essayer de deviner quel type de production l’équipe en face s’apprête à filmer, Aisling ne repère pas l’invitation dans sa question et répond innocemment : « Nothing special, was thinking about going to town and then Venice. » Un silence gêné lui répond, accentué par le ricannement moyennement discret de Gina. Les sourcils légèrement froncés d’incompréhension, Aisling reporte son attention sur Corey et sent une vague de malaise lui serrer la gorge quand elle remarque sa soudaine timidité. Oh non, read the vibe bro, j’suis clairement pas intéressée… Mais il s’en fiche et comme tant d’autres avant lui, tente sa chance tandis que l’irlandaise se détourne furtivement. « Listen Ash, I’d love to hang out... get to know you better. Fancy grabbing a cup or something? » Avant qu’elle n’ait le temps de répondre quoi que ce soit, un coup de coude vient se loger dans ses côtes. « Be kind to the guy, I’m pretty sure you’re the reason he agreed to shoot our video. » Les taquine lourdement Gina avec un clin d’œil appuyé. « Oh come on that’s not true! I mean not entirely true! » Réplique aussitôt l’intéressé, bon joueur et visiblement peu enclin à réaliser que son attirance n’est pas partagée. Aisling laisse échapper un petit rire gêné, cherche à toute allure un moyen de l’évincer sans le vexer. Ce serait p’t-être plus simple de coucher avec lui vite fait et d’espérer qu’ça lui passe l’envie d’me rappeler… C’est souvent le cas après tout, les mecs veulent rarement reprendre une bouchée de ce à quoi ils ont déjà goûté.  « Yeah, why the hell not. » Elle s’entend répondre comme de l’extérieur. Il est pas dégueulasse après tout… puis on lui doit bien ça. Un cacheton et ça ira. Elle ne remarque ni le petit geste de victoire de Corey, ni le sourire ravi de Gina, qui leur présage une romance depuis le début, car une voix forte fend le brouillard dans lequel elle s’enfonçait pour se frayer un chemin jusqu’à ses oreilles. Une voix qu’elle reconnaîtrait en mille pour l’avoir écoutée pendant des heures, blottie dans ses draps, une paume appuyée contre ses écouteurs. Le cœur au bord des lèvres, Aisling relève instinctivement la tête dans la direction de l’homme au timbre rocailleux et ses poumons se compressent à l’instant où ses yeux obtiennent la confirmation visuelle de ce qu’elle avait déjà deviné sans oser trop y croire. « Oh my god… that’s Sid Sinner. » Elle laisse échapper dans un souffle. Abandonnée, la cigarette pend au bout de ses doigts où elle continue de se consumer, le filtre tinté du baiser rougeâtre de ses lèvres. Aisling n’y prête pas la moindre attention, trop occupée à reluquer le musicien qui vient de rejoindre le plateau d’un pas décidé. Troublée, elle constate qu’il est exactement comme elle l’a toujours imaginé. Grand et élancé, sa silhouette mise en valeur par un sens de l’esthétique poussé, il dégage un charisme tinté de mystère qui ne manque pas de la fasciner. « Who? » S’étonne Corey en suivant son regard. « Wait… is that the guy from Skeleton Reflection? » Intervient Katya, une main placée en visière devant ses yeux d’ambre. « Yes! » Réplique Aisling dans un couinement moyennement maîtrisé tandis que ses ongles s’enfoncent nerveusement dans le cuir de sa veste. C’est qu’à l’adolescence, elle aurait tout donné pour pouvoir le rencontrer, lui dire comme ses chansons l’ont sauvée en l’inspirant à suivre son cœur au-delà des sentiers rigides auxquels son enfance à Belfast la prédestinait. D’autres désirs l’animent désormais, comme celui d’échanger quelques mots, lui faire signer n’importe quelle partie de sa peau (pourquoi pas mes seins) et obtenir une photo. Mais son air revêche la dissuade d’effectuer le moindre pas dans sa direction et elle dépérit en comprenant qu’accorder un peu de son temps à une fan est probablement la dernière chose qu’il a envie de faire en cet instant. Pour autant, elle n’arrive pas à se détacher du chanteur, s’imprègne de la vision qu’offre sa silhouette assurée une seconde encore… une seconde de trop. Car il s’immobilise à l’entrée de son plateau, examine les environs comme s’il cherchait quelque chose. Quand il se retourne, leurs regards s’accrochent avant qu’Aisling n’ait le temps de se détourner. Incapable de se soustraire à l’examen de ses yeux pâles comme la glace, elle frémit lorsqu’ils glissent le long de son corps, remontent jusqu’à son visage, menacent de la transpercer. Et comme elle l’a trop souvent rêvé dans les scénarios médiocres qu’elle inventait il y a de cela des années, Sid Sinner jette son mégot sur le côté et ses yeux dans les siens, il traverse la distance qui les séparait.  
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 5GFNypov_o
POSTS : 1463 POINTS : 60

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 29/02/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyMar 15 Sep 2020 - 0:47




it’s not too late for two lost souls
We all start with the beautiful: hope, pride and love. It's never meant to feel so difficult, your dreams become your drug. I'll give you something to believe in, I'd rather fail than never try. Broken pieces will fall apart, promises will tear down the trust. Find a reason to give your heart and I'll find a reason for us. • Broken Pieces, Andy Black

Le cul posé en équilibre sur le bord du siège d’un tabouret en bois vaguement instable, Sid relit avec attention la version finale du script que le réalisateur a laissée sur le petit comptoir de sa loge. De temps en temps, il griffonne une note plus ou moins lisible dans la marge. Les Skeleton Reflection ayant retenu les services de Jimmy à quelques reprises par le passé, ce n’est pas la première fois qu’ils travaillent ensemble, et il a entièrement confiance en lui et en son talent. Ça ne l’empêche pas d’avoir une vision bien claire de ce qu’il veut et le réalisateur le sait. Ce n’est pas un hasard si le document s’est retrouvé entre ses mains. Les sourcils froncés par l’effort, il relit le passage qu’il vient de parcourir sans en avoir compris la moindre phrase. Depuis la veille, un feeling désagréable lui grignote l’estomac. Il a beau essayer de se raisonner, de se dire que c’est seulement son trac habituel qui se manifeste, l’agaçant pressentiment ne semble pas près de disparaître. Something’s not right. De peine et de misère, il atteint finalement le dernier paragraphe, sans pour autant arriver à le décoder, car, au même moment, la porte de la loge s’ouvre à la volée. Surpris, Sid tourne la tête vers l’imposante silhouette en costard-cravate qui vient d’entrer. Il se détend rapidement en reconnaissant son manager. La démarche nerveuse, les bras croisés, il fait les cents pas à l’entrée de la loge comme un lion en cage. Sourcil haussé, le chanteur l’interroge silencieusement. What the hell? Enfin, Peter cesse de tourner en rond et s’arrête brusquement pour faire face à Sid. Une grimace d’inconfort sur ses traits juvéniles, il passe une main maladroite sur son crâne dégarni. « We seem to have a slight problem. » No shit, Sherlock. Avec un petit rire, il pivote sur son tabouret. Les jambes étendues devant lui, il croise les bras. « Yeah, I figured. What’s going on? » Le manager soupire lourdement. « You wouldn’t remember the lead girl’s real name by any chance? » Confus, Sid plisse les yeux. Il ne s’attendait pas exactement à ce que la conversation s’oriente vers la blonde peroxydée qui a été engagée pour jouer dans le clip avec lui. « I dunno… Brittany or something? I don’t fucking remember, man. All I know is she’s one of Andrew’s blond bimbo and you booked her a couple weeks ago. » Sid ne s’était d’ailleurs pas gêné pour protester contre son embauche. Ce n’est pas la première fois qu’il a le bonheur de travailler avec l’une des Barbies blondes d’Andrew et il n’a aucune patience pour ces filles au talent douteux qui s’amusent à jouer les idiotes parce qu’elles sont convaincues que ça les rend plus sexy. « Yeah, about that… » Un ricanement nerveux s’échappe des lèvres de Peter, qui évite soigneusement le regard du chanteur. « So she’s the problem… Let me guess, she won’t do the topless scene? It’s fine, it’s not like we absolutely need her to take off her shirt. » Après tout, il n’est pas le genre de mec désagréable à invoquer sa « vision artistique » pour forcer une fille à se déshabiller contre son gré. Un soupir d’envie au bord des lèvres, le manager secoue la tête. « No it’s not that. I wish it was though, » marmonne-t-il dans sa barbe blonde. « She… uh… didn’t show and she’s not picking up. We have no clue where she is. »

Pendant de longues secondes, Sid dévisage son manager jusqu’à ce que le sens de ses paroles se fraient finalement un chemin dans son cerveau. Quand il percute enfin, il se lève d’un bond, sans égard pour son tabouret qui vacille dangereusement derrière lui. « You’ve got to be kidding me! How the fuck am I only hearing about this now? We’re supposed to start filming in half an hour! » Peter lui décoche une œillade exaspérée en enfonçant ses mains dans les poches de son pantalon. Ses épaules haussées et sa posture défensive lui donnent un peu l’air d’une tortue qui tente de rentrer dans sa coquille, mais ne réussissent pas à amadouer Sid, qui lui renvoie un regard courroucé. « I didn’t tell you because I knew you’d react like this. Plus we thought she might’ve been stuck in traffic or something. » Fair enough, I guess. Les bouchons de circulation sont, après tout, le fléau de Los Angeles et tous ses habitants sont restés coincés quelque part sur la route au moins une fois dans leur vie. Il fait donc un effort conscient pour se radoucir légèrement avant de reprendre la parole. « Can Andrew send us someone else at least? » Après une courte hésitation, Peter finit par hocher la tête. « I checked, all his girls are busy apparently. » Les mains posées sur ses hanches, Sid essaie d’obliger son cœur qui se débat violemment dans sa poitrine à se calmer. I knew it! I knew something was gonna wrong! Il aurait dû se fier à son instinct dès le début et insister pour trouver quelqu’un d’autre. Mais il a fait confiance à son manager, qui lui a assuré que les filles qui bossent pour l’agence d’Andrew sont des professionnelles fiables, contrairement aux actrices ratées qu’ils auraient trouvées en faisant un casting call public comme Sid l’avait proposé. So much for reliability.

À travers le tissu fin de son t-shirt, ses doigts s’enfoncent inconfortablement dans la chair tendre de ses flancs, mais la douleur sourde l’aide à rester ancré dans le présent et à ne pas sombrer dans le magma de colère et d’angoisse qui tournoie en lui. Les yeux plissés, il observe Peter un instant. « You better fix this Pete. It’s your mess and I’m not wasting a full day of filming because of it. » Malheureusement, il connaît assez bien son manager pour discerner dans son regard une lueur de découragement : il est à court d’idées. Le chanteur lève alors les yeux au ciel en hochant la tête. « I guess I’ll just have to fix it myself, huh? » Sans attendre de réponse, il sort en coup de vent de la loge, bousculant au passage d’un coup d’épaule son manager qui lui bloquait le chemin. Ce dernier laisse échapper un grognement agacé. « Come on Sid, don’t be like that! » Mais le chanteur l’ignore et s’éloigne sans se retourner. Il doit passer sa frustration d’une façon ou d’une autre et il préfèrerait éviter de la décharger sur Peter. Autrefois, il se serait probablement défoulé sur un bout de mur ou du matériel abandonné quelque part. Aujourd’hui, il se contente de fouiller à tâtons dans la poche de sa veste pour trouver son paquet de cigarettes en se dirigeant vers le plateau de tournage. Il vient de glisser une clope entre ses lèvres quand Jimmy l’interpelle et presse le pas pour venir à sa rencontre. « Pete told you? » Il échange le paquet pour un zippo argenté sur lequel est gravé un crâne décharné et le mot Sinner en écriture cursive, un cadeau de sa sœur qu’il traîne depuis sa première tournée avec les Skeleton. « Yeah. » Jimmy lui offre une moue désolée. « Sorry dude, I know it sucks. You gotta tell me though, are we pulling the plug on this thing? ‘Cause if we are, I have to tell the techs. » L’air embêté, il retire la cigarette coincée entre ses lèvres et passe une main dans sa chevelure déjà relativement ébouriffée. « No, keep going. We’ll figure something out. » Le réalisateur hoche la tête, l’air sérieux et peut-être vaguement dubitatif. Puis un grand sourire lui fend le visage et il ramène une claque amicale sur l’épaule de Sid. « Sure thing dude! » Il retourne ensuite à son set up, laissant le chanteur seul avec ses pensées.

La tête penchée vers l’avant, il allume enfin sa clope. En observant distraitement le ballet des techniciens sur le set, il inspire profondément la fumée grisâtre, savoure avec bonheur le rush de nicotine qui vient partiellement délier ses nerfs en boule, sans pour autant réussir à chasser totalement ses inquiétudes et sa frustration. Ce premier album solo, c’est l’occasion pour lui de sortir de la zone confortable dans laquelle il évolue depuis quelques années avec les Skeleton Reflection et d’explorer de nouvelles avenues créatives avec tout ce que ça comporte de risques : son plus doux, plutôt pop-rock que heavy metal, paroles hautement personnelles inspirées de son vécu, look plus léché que celui qui l’a fait connaître… Si le projet l’emballe, il est aussi terrifié à l’idée de sauter dans le vide en solitaire, lui qui a l’habitude de pouvoir compter sur l’appui de ses quatre bandmates pour faire face à un potentiel échec. Ce clip devait être l’outil parfait pour promouvoir l’album, faire tourner Paint It Black un peu partout, dévoiler pour la première fois le côté « sensible et vulnérable » de Sid Sinner (selon les paroles exactes de Peter) et vendre des billets pour la série de concerts qu’il donnera dans quelques mois à Warp Tour à l’occasion de sa première tournée solo. Et maintenant, en dépit de tous ses efforts et de la planification prudente de l’équipe de production, la réussite du projet est plus ou moins en jeu à cause d’une connasse irresponsable et incapable d’honorer un contrat qu’elle a signé… et pour lequel elle aurait été très bien payée, gracieuseté des boss de la maison de disques qui ne lésinent pas à la dépense, convaincus que le nom de Sid Sinner suffira à faire vendre des albums, peu importe la qualité de la musique. No pressure, it’s just your whole career on the line! Même la clope ne réussit pas à lui apporter la sérénité à laquelle il aspire. Vaguement découragé, il se creuse la tête pour essayer de trouver une solution. Ils n’ont plus trop le temps de revoir le concept du clip pour réécrire l’histoire, mais avec un peu de chance, Peter réussira à trouver une remplaçante pour le tournage. Autrement, ils peuvent tout de même filmer les scènes où il est seul à l’écran, histoire que la journée ne soit pas un gaspillage total de temps et d’argent pour tout le monde. Ils n’auront plus qu’à refaire une demi-journée de tournage plus tard, une fois qu’ils auront trouvé une nouvelle star. And we’ll do it my way this time, songe-t-il sombrement. Ce n’est pas l’idéal, notamment parce que ça retardera certainement la sortie du clip et décalera par conséquent toutes les activités subséquentes du calendrier de promotion, mais c’est mieux que rien.

Cette conclusion le tranquillise suffisamment pour que les sentiments négatifs qui menaçaient de l’étouffer dans les loges redescendent. Il s’avance un peu, balaie le plateau du regard à la recherche de Jimmy, avec qui il veut partager les conclusions qu’il a tirées. Mais le réalisateur n’est plus là. Sid songe qu’il est sûrement allé voir Peter et s’apprête à faire la même chose quand l’impression désagréable d’être épié vient lui chatouiller la nuque. Après presque dix ans passés dans l’œil du public, il a développé comme un sixième sens qui lui permet de reconnaître ce sentiment particulier, sans toutefois arriver systématiquement à déterminer s’il s’agit de fans prêts à se déchaîner ou simplement de gens intrigués par son look. Curieux, il se retourne vivement et scrute les environs. Il repère rapidement le petit groupe qui l’observe, debout à l’entrée du plateau d’en face. En dépit de la distance, son regard accroche immédiatement celui de la fille qui se tient au centre de la petite troupe. Après quelques secondes de flottement, il se désintéresse de sa chevelure foncée et de ses traits fins. Sans la moindre gêne, il erre plus bas, surfe sur ses courbes attrayantes, à peine dissimulées par son mini-short et son crop top, longe ses jambes fines, puis remonte paresseusement pour profiter de la vue en sens inverse. Sexy. Le musicien tire sur sa clope et hausse un sourcil appréciateur en recrachant la fumée. Ce n’est que lorsque leurs regards se croisent à nouveau qu’une idée un peu folle lui traverse l’esprit. Sans trop y réfléchir, il jette son mégot et l’écrase sous son talon avant de s’avancer d’un pas décidé vers l'inconnue, qui l’observe de ses grands yeux de biche, comme figée sur place. I guess she knows who I am… Il camoufle son amusement derrière le demi-sourire charmeur qu’il lui adresse. « Would you happen to be free today? We’re filming a music video and the girl who was supposed to star in it left us hanging. » Contre toute attente, c’est une voix masculine un peu nasillarde qui lui répond, quelque part sur sa droite : « Well actually, we’re supposed to grab coffee together, so… » Pour la première fois depuis que la jeune femme a piqué son intérêt, il se détourne d’elle et darde un regard glacial sur le gamin maigrichon qui vient de s’immiscer dans la conversation. Il fait moins le fier maintenant que le chanteur braque toute son attention sur lui et il semble presque se ratatiner sur lui-même. « I don’t remember talking to you. » Le gamin ouvre la bouche, se ravise et la referme presque aussitôt avant de piquer du nez pour contempler le bout de ses chaussures et le sol en béton.

Thought so. Satisfait, Sid ramène son attention sur la jolie inconnue. « Walk with me? » lui propose-t-il. Elle hoche frénétiquement la tête avant de lui emboîter le pas. Ensemble, ils retournent vers le plateau d’où est arrivé Sid. Jimmy est revenu, accompagné de Peter, et les deux hommes discutent avec animation, debout au centre de la chambre à coucher factice. Avec aplomb, le chanteur s’immisce dans la conversation en s’éclaircissant bruyamment la gorge. Peter se tait brusquement. Puis, d’un même mouvement, le manager et le réalisateur se tournent vers eux. « I’ve just solved our problem. » Un grand sourire aux lèvres, Sid passe un bras autour des épaules de l’inconnue, qui est restée timidement un ou deux pas en retrait, pour l’encourager à s’avancer. Peter lui jette à peine un coup d’œil avant de braquer ses yeux bruns sur son client. « Who’s she? » Le musicien se mord le bout de la langue pour s’empêcher de souligner exactement à quel point la question lui paraît idiote, mais il lance tout de même un regard passablement explicite à son manager. What d’you think? « Our new lead, obviously. Well, if she wants to be. » Il tourne la tête vers la brune. Elle semble toujours un peu dépassée par les événements, mais pas forcément en désaccord avec l’idée. Après tout, elle l’a suivi, ce qui suppose tout de même un certain intérêt pour sa proposition. « Can she even act? » demande le manager d’un air dubitatif. « I’m sure she can. Right? » Nouveau coup d’œil en direction de l’inconnue qui, cette fois, hoche la tête. « See! » Visiblement, Peter n’est toujours pas convaincu. Avec un soupir, Sid libère les épaules de la jeune femme et croise les bras comme si ça pouvait maximiser son assurance. « Honestly, who fucking cares if she can act or not? She’s got the right look, she’s free for the day and she’s here. That’s more than we can say about your girl, isn’t it? » Jimmy laisse échapper un petit ricanement qu’il s’empresse de camoufler maladroitement en toux derrière son poing plaqué contre sa bouche. « He ain’t wrong there, Pete, » finit-il par articuler. « I’m sure she’ll do just fine. That is, if she wants the job, of course. » Satisfait d’avoir l’appui de son réalisateur, le chanteur hoche la tête et se tourne une fois de plus vers la jolie brune. « So, are you in…? » Il s’interrompt brusquement en constatant que, si elle l’a probablement reconnu, lui n’a aucune idée de qui elle est. « What’s you name again, darling? » lui demande-t-il par politesse, mais aussi pour satisfaire la curiosité qu’elle a involontairement éveillée chez lui.




Just kiss me in the dark
Since you came back, I see things differently and this love came so easily. We were talking in the dark, but its so clear to me, I adore you 'cause you don't care where I came from. Just kiss me in the dark while my lips are numb. And I love, every inch of you and then some, and then some, and then some. • and then some, arkells

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2MiNnPz
It's not too late for two lost souls ♡ Sid KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Vpg5
POSTS : 1166 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyJeu 8 Oct 2020 - 18:31



it's not too late for two lost souls
Sid Sinner & Aisling Rose

We're always running away and we don't even stop to think about it. The worlds in our hands. They don't need to understand. We do it our own way, no matter what they try to say about about it. We've got our own plans, they don't need to understand
Prisonnière de son regard de glace, Aisling n’ose se détourner tandis qu’il traverse l’allée goudronnée de sa démarche assurée. A l’intérieur, les théories se bousculent et se succèdent à un rythme effréné. Il me confond avec une meuf qu’il connait. Il va m’envoyer chier pour l’avoir fixé. Il a perdu un pote et espère qu’on l’a vu filer. Il a plus de clopes et veut en taxer. Ignorant la trépidation qui émane de son cœur et se diffuse dans ses membres tendus, elle essaie de se préparer à toutes les éventualités pour lui répondre de façon attrayante et détachée. Sauf que c’est le silence radio dans son esprit. Car Sid Sinner s’est arrêté juste devant elle et une lueur d’amusement brille au fond de ses yeux vifs. « Would you happen to be free today? We’re filming a music video and the girl who was supposed to star in it left us hanging. » Qu’il lui lance sans prendre la peine de se présenter, un sourire irrésistible au coin de ses lèvres relevées. Wait, what? Chamboulée par la présence du chanteur, Aisling a tout juste le temps de comprendre le sens de sa demande que Corey se fait une mission d’y répondre à sa place : « Well actually, we’re supposed to grab coffee together, so… » Les yeux arrondis d’horreur, elle braque un regard paniqué en direction du réalisateur comme pour le supplier de la fermer. Mais il ne lui accorde pas la moindre attention, trop occupé à toiser le musicien comme s’ils étaient les seuls commanditaires de son destin. « I don’t remember talking to you. » Un charisme naturel vibre dans sa voix enveloppante, soulage Aisling avec la même efficacité qu’il pousse Corey à abandonner la partie en courbant l’échine. L’irlandaise n’arrive pas à se sentir mal pour lui. Pas quand les yeux de Sinner reprennent les siens en otage pour la libérer de son engagement à moitié consenti et lui offrir l’opportunité de sa vie. « Walk with me? » Elle n’a pas à réfléchir cette fois-ci, hoche vivement la tête sans trop croire à sa chance. La réponse semble lui convenir, car il fourre ses mains dans les poches de son perfecto et repart aussi promptement qu’il est venu. Pas encore tout à fait remise de la scène qui vient de se dérouler, elle reste plantée là, du moins jusqu’à ce que la claque contre son flanc (témoignage amical de Gina) et le « Go get it girl » de Katya l’arrachent à sa torpeur comme au mur qui la soutenait. Et alors qu’elle rattrape à petits pas vifs ses grandes enjambées, un sourire de joie pure se peint sur son visage tandis qu’une pensée troublante lui traverse l’esprit. I sure wouldn’t mind letting him decide of my fate.

Impressionnée par le ballet des techniciens qui s’affairent autour d’eux, elle le suit à travers le dédalle de l’immense studio jusqu’à ce qu’ils rejoignent deux types à la mine préoccupée. Aisling reconnaît ceux qui avaient attiré son attention en s’affolant devant le hangar quelques minutes plus tôt. Intimidée, elle reste un peu en arrière quand le chanteur les coupe en pleine conversation pour annoncer avec une certaine fierté : « I’ve just solved our problem. » Le petit sourire amusé qui se dessinait sur ses lèvres à l’idée d’être sa solution d’appoint se fige tandis que ses yeux s’égarent sur le décor intime qui les entoure et le lit défait, terriblement évocateur. Arrachée à sa contemplation par le bras qui s’enroule autour de ses épaules, elle se laisse guider jusqu’aux deux hommes qui la détaillent désormais avec un intérêt marqué de scepticisme. « Who’s she? » Lance finalement le plus petit des deux, une lueur dubitative sur son visage poupin. Consciente que c’est là sa chance de se présenter avec professionnalisme, Aisling réalise avec horreur qu’une seule pensée occulte toutes les autres et se résume à : Oh my God he just touched me shoulder. Complètement inutile, elle écoute plutôt le chanteur répondre d’un ton flegmatique. « Our new lead, obviously. Well, if she wants to be. » Avec l’impression de flotter dans une autre dimension l’irlandaise accroche son regard sans oser trop y croire. I’ve never wanted anything more intensely. Pas entièrement convaincu, leur interlocuteur se désintéresse d’elle pour dévisager Sinner d’un air plaintif. « Can she even act? » Dude, chill. It’s a music video. It’s not like you need an A-list actress or anything. Elle lui dirait bien qu’une modèle est même préférable, qu’elle saura user de son corps et de ses expressions pour exprimer une image forte sans avoir recourt à la moindre parole. Mais elle n’ose pas, terrifiée à l’idée que son petit coup de bluff lui fasse passer ce rôle sous le nez. « I’m sure she can. Right? » Le tatoué vient puiser une réponse dans son regard, et elle confirme son intuition d’un hochement de tête qu’elle espère confiant. « See! » Voyant que l’autre hésite encore, le chanteur relâche ses épaules (too fucking bad) et plaide sa cause avec une assurance doublée d’impatience : « Honestly, who fucking cares if she can act or not? She’s got the right look, she’s free for the day and she’s here. That’s more than we can say about your girl, isn’t it? » Les lèvres pincées, Aisling dévisage intensément les deux hommes et une pointe d’espoir pourfend sa poitrine quand un sourire complice s’étire sur les lèvres de celui qui était jusqu’alors resté silencieux. « He ain’t wrong there, Pete, I’m sure she’ll do just fine. That is, if she wants the job, of course. » Un sursaut de victoire agite son cœur et elle relève un visage rayonnant vers Sinner en sentant son regard se poser sur elle. « So, are you in…? » La danseuse ouvre la bouche pour lui répondre, quasiment certaine de parvenir à articuler une réponse cette fois-ci, mais s’interrompt face à la lueur de curiosité qui s’allume dans ses yeux pâles. « What’s you name again, darling? » Tâchant de ne pas se laisser déconcentrer par le sourcil incroyablement sexy qu’il vient subrepticement de relever, elle prend une légère inspiration pour s’encourager. « Aisling… name’s Aisling. » Elle se lance, les yeux dans les siens. « I can act, » elle ajoute précipitamment à l’intention du dénommé Pete, dont elle s’efforce d’accrocher le regard avant de reporter toute son attention sur le chanteur « and I’m yours for the day if that’s where you want me… » Une légère rougeur brûle ses pommettes quand le sourire amusé qu’il esquisse lui fait prendre conscience du double sens de ses paroles. « I mean I’m free. » Jesus Christ Aisling, get your shit together! Pour éviter de déraper une fois encore, elle s’éclaircit la gorge et se tourne vers les deux autres pour leur annoncer : « I’m in, totally. »  

S’en suit un moment de flottement, durant lequel les trois hommes s’interrogent du regard, jusqu’à ce que tous convergent vers Pete. Les bras croisés, la mine renfrognée, il finit par capituler. « Fine. » Il soupire en écartant les bras, comme pour se dédouaner de cette décision qui lui échappe complètement. « Jimmy, get them on set. Let’s do a photoshoot… see if they have any chemistry. » Il tranche d’une voix monocorde en se massant le sinus. Jimmy, qu’Aisling soupçonne être le réalisateur ou le directeur artistique, opine et s’éloigne pour interpeller un technicien. Visiblement rassuré de voir les choses s’enclencher, Pete se désintéresse de son collègue et reporte son attention sur sa nouvelle recrue. « How old are you, dear? » Surprise par la question, la brune fronce légèrement les sourcils. Elle hésite à se vieillir un peu, mais panique à l’idée qu’il découvre la supercherie en préparant son contrat et soit tenté de le résilier. Alors elle se résout à dire la vérité en espérant qu’ils ne la trouveront pas trop jeune pour le projet. « Almost 21. » Like… in about eleven months. Pete esquisse une moue cryptique, mais la réponse le satisfait assez pour qu’il pousse l’entretien un peu plus loin. « And… you an actress? » Comprenant qu’il cherche surtout à se rassurer sur sa décision, Aisling décide de passer sous silence le fait qu’il s’agit de sa première véritable production. « You could say that… » Elle répond plutôt. I’ll be whatever you need me to be for this to happen. « I’m a model. But if it can make you feel any better about hiring me, I just finished filming an ad. » Don’t worry Pete, I’m used to the camera. Et si elle en croit le rougissement qui s’étale sur ses joues rebondies, il se pourrait même qu’il soit un peu plus familier avec son travail qu’il ne le laisse paraître. « Well… do your thing then. » Il marmonne avant de s’éloigner pour s’installer sur une chaise un peu en retrait ; la laissant seule avec Sid Sinner pour la première fois depuis qu’il est venu la cueillir sur le rebord de la chaussée. Insidieux, le trac qui louvoyait discrètement dans ses veines pulse jusqu’à son cœur et explose dans sa poitrine. Devrait-elle le remercier ? En profiter pour lui glisser qu’elle est fan de sa musique depuis des années ? Ou bien se la jouer cool et détachée, comme elle le fait habituellement autour des musiciens venus la voir danser ? Fuck Ash, now isn’t the time for mind games. Déterminée à se montrer à la hauteur de cette opportunité, elle laisse ses sentiments de côté et se concentre sur le plus important : lui témoigner sa gratitude et se renseigner sur le rôle qu’il entend la voir jouer. Seulement elle a tout juste le temps d’accrocher son regard et d’entrouvrir les lèvres pour le remercier que Jimmy apparaît entre eux, armé d’un énorme appareil photo sur lequel Aisling ne peut s’empêcher de lorgner. Imagine the quality of my sets if I owned a lens like this. « Alright, let’s get you two in front of that wall. »

Réflexe hérité de son expérience face à la caméra, la modèle analyse rapidement le décor pour tenter d’y puiser quelques bribes d’idées. Hélas, ce n’est qu’une surface relativement neutre, un mur de briques pâles à la peinture ébréchée. Aucun détail auquel se raccrocher pour attiser son inspiration, ni rien pour lui indiquer quelle essence privilégier. Pour repousser l’angoisse qu’elle sent émerger, Aisling passe rapidement en revue dans sa mémoire les clips de ses groupes de rock préférés et liste les rôles féminins dont elle se souvient. Il y a la vamp’ sexy et souvent sadique dont les sombres desseins servent surtout à torturer le chanteur au sens propre comme figuré ; la bimbo écervelée sacrifiée sur l’autel du lifestyle sex drugs and rock ‘n roll pour faire perdurer le fantasme à l’agonie d’une époque révolue où l’industrie flambait ; ou encore la survivante un peu badass qui s’érige contre la société et à laquelle les fans peuvent s’identifier. Aren’t you leaving out another possibility? La gorge nouée, elle repense au lit défait, à leur alchimie que Pete veut absolument vérifier. Se pourrait-il que Sinner l’ait repérée pour jouer le rôle de sa petite amie ? ohmygod ohmygod ohmygod… Consumée par ses théories, Aisling ne reprend contact avec la réalité que lorsque la morsure des pierres usées dans son dos lui indique qu’elle se trouve sur le set. Sans qu’elle sache trop comment, son perfecto a quitté ses épaules et repose tranquillement sur une chaise de production par-dessus celui du chanteur. « You guys ready? » Lance Jimmy en s’occupant des derniers réglages. Par réflexe, la modèle cherche le regard de son partenaire et un calme étrange l’envahit. « I’m ready. » Elle confirme à l’intention du photographe, sans pouvoir se soustraire à l'intensité qui émane de ses grands yeux couleur glacier. S’ils veulent s’assurer qu’elle est capable de prétendre avoir de l’attirance pour lui, ils vont être servis. Car Aisling n’a pas à jouer. Pas quand elle a passé son adolescence à soupirer devant les magazines qu’elle n’achetait que pour lire ses interviews et collectionner les posters des Skeletons qu’elle planquait sous son lit. Sid Sinner n’a qu’à prendre sa main dans la sienne pour électriser le sang dans ses veines et faire le vide dans son esprit. Le set, les techniciens, l’œil critique du manager qui lui dévore la nuque… tout disparaît tandis qu’elle s’offre au chanteur comme à la caméra. Au début, elle se laisse guider par l’énergie presque palpable qui émane de lui. Masculine, rebelle, irrésistible. Elle la canalise, s’y soumet pour mieux s’y accorder. Après quelques clichés elle s’autorise à explorer différentes intensités en harmonie avec la dynamique qu’il a instaurée. « That’ll do. » La voix de Jimmy l’arrache un peu trop brutalement au rêve dans lequel elle planait. Une expression indéchiffrable sur son visage, il s’éloigne de son écran et lève le menton en direction de Pete qui s’approche sans un mot. Nerveuse, Aisling plante ses dents dans sa lèvre inférieure et se détache de Sid avant qu’il ne remarque ses mains moites. Comme s’il n’attendait que ça pour se libérer, le chanteur rejoint les deux autres à grandes enjambées et se penche par-dessus leurs épaules pour regarder l’écran. Les ongles enfoncés dans la chair de ses bras nus, la jeune femme reste appuyée contre le mur, essaie de lire leurs expressions, n’y parvient pas, aveuglée par le feu des projecteurs encore braqués sur elle. « They look good. » Finit par décider Pete après une intense délibération mentale. « Yeah. » Jimmy semble presque aussi soulagé qu’elle, probablement heureux de pouvoir sauver sa journée de tournage cruellement menacée. Sans plus attendre, il se redresse et fait signe à une assistante d’approcher. « Get her a script and send her to hair and makeup. » Une expression de panique se peint aussitôt sur les traits de Pete qui se redresse en levant les mains comme pour faire un arrêt sur image. « Whoa whoa whoa! Wait a minute! Shouldn’t you be doing a screen test or something? See how she looks and moves on film? »
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 5GFNypov_o
POSTS : 1463 POINTS : 60

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 29/02/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptySam 24 Oct 2020 - 1:25




it’s not too late for two lost souls
We all start with the beautiful: hope, pride and love. It's never meant to feel so difficult, your dreams become your drug. I'll give you something to believe in, I'd rather fail than never try. Broken pieces will fall apart, promises will tear down the trust. Find a reason to give your heart and I'll find a reason for us. • Broken Pieces, Andy Black

La jolie fille n’est pas muette après tout. « Aisling… name’s Aisling, » se présente-t-elle d’une voix flutée et teintée d’un accent que Sid n’arrive pas totalement à identifier avant de tourner légèrement la tête vers Pete. « I can act. » Sid risque un coup d’œil en direction de son manager. Sans grande surprise, il ne semble pas particulièrement vendu à l’idée. Conscient que l’énerver aurait sûrement pour effet de le pousser à s’entêter, le chanteur ravale son envie de lever les yeux au ciel et ramène plutôt son attention sur la jeune femme. « And I’m yours for the day if that’s where you want me… » Oh, is that so? ‘Cause I can think of a few places where I wouldn’t mind having you… Profondément amusé, il camoufle la teneur de ses pensées derrière un sourire éloquent. Un instant, il se demande si elle avait conscience du double-sens caché derrière sa réponse. La délicate rougeur qui se peint sur ses joues lui faire croire que non, mais qu’elle s’est rendu compte à retardement de ce qu’elle lui proposait à demi-mots. D’ailleurs, elle se reprend avec empressement, comme pour éclaircir tout malentendu potentiel. « I mean I’m free. » Peut-être accentué par sa gêne, l’accent chantant que Sid a perçu devient plus pur, presque coupant, quand elle confirme : « I’m in, totally. » Il hoche la tête, satisfait. « Good. » Les bras toujours croisés, Sid pivote vers Pete, qui les observe d’un air maussade. Le silence s’allonge et s’éternise au même rythme que la patience déjà ténue du chanteur s’étiole. Enfin, il craque. « Well? » Avec un soupir à fendre l’âme, le manager rend les armes. « Fine. Jimmy, get them on set. Let’s do a photoshoot… see if they have any chemistry. » S’il se retient de crier victoire, Sid laisse néanmoins éclater un sourire triomphant sur ses lèvres. Ce n’est pas la première occasion qu’il doit convaincre Pete du bien-fondé d’une idée et, à chaque fois, il a l’impression d’être un gosse qui tente de convaincre ses parents de lui acheter le jouet dernier cri dont il a envie. « How old are you, dear? » Et, comme tout parent qui tente par tous les moyens de gérer une crise, Pete pense à tout, surtout à ce genre de détails qui échappent parfois à Sid. Comme l’âge de sa nouvelle partenaire. Il lui lance un coup d’œil à la dérobée. C’est vrai qu’elle a l’air plutôt jeune. Nerveux comme il est, Pete l’a sûrement remarqué sur le champ. Mais pour une fois, il a raison de poser ses questions. Better make sure she’s of age before I kiss her on camera.

Il y a comme un soupçon d’hésitation sur le visage de la jeune femme quand elle répond : « Almost 21. » Sid n’est pas con. Ce ton pas totalement naturel, c’est celui qu’il employait lui-même à son arrivée à L.A., alors qu’il tentait de faire croire à des patrons potentiels qu’il était majeur dans l’espoir de se trouver un boulot. Elle n’a sûrement pas menti autant que lui – après tout, ça serait un peu idiot : elle doit bien savoir qu’ils vont vérifier ce qu’elle leur dit – mais il ne serait pas particulièrement surpris d’apprendre qu’elle a légèrement embelli la vérité. Quoiqu’il en soit, il s’en fout un peu. Du moment où elle a bel et bien vingt ans, tout est en règle. D’ailleurs, Pete semble passablement satisfait lui aussi puisqu’il enchaîne avec une autre question. « And… you an actress? » Pour cacher l’agacement qui se peint certainement sur son visage, il se détourne et fait mine de chercher Jimmy dans l’énorme hangar. Il comprend que son manager a un boulot à faire, mais il ne peut s’empêcher de trouver ses questions incroyablement inutiles. À quoi bon insister autant sur ce détail en particulier? Idéalement oui, il aurait mieux valu qu’ils engagent une fille qui a de l’expérience dans ce genre de projet. Mais dans les circonstances, ils sont déjà chanceux d’avoir trouvé quelqu’un. Ils ne vont tout de même pas faire la fine bouche quand c’est le seul moyen dont ils disposent pour éviter de gaspiller complètement cette journée de tournage. Au moins Jimmy semble d’accord avec lui là-dessus.

Même s’il fait mine d’être absorbé par sa recherche, il ne perd rien de la conversation. En vérité, il est vaguement impressionné par l’aplomb avec lequel Aisling répond aux questions de Pete et tente de le convaincre qu’il prend la bonne décision en l’engageant. Il n’aurait pas pensé qu’une telle assurance se cachait sous ses airs de grande gamine timide. Enfin, le manager semble satisfait : « Well, do your thing then. » Thank fuck! Le blond costaud s’éloigne déjà en traînant les pieds et Sid se serait sûrement moqué gentiment de lui si les yeux clairs de la jeune femme ne le retenaient pas prisonnier. Un sourcil légèrement haussé, il attend qu’elle se décide à parler. Malheureusement, Jimmy vient interrompre la conversation avant même qu’elle n’ait commencé. Son appareil photo en main, un air professionnel et sérieux sur le visage, il s’arrête à peine le temps de leur lancer une directive : « Alright, let’s get you two in front of that wall. » Sans vérifier que sa partenaire le suit, il lui emboîte le pas. Le mur n’a rien d’extraordinaire. Ce n’est qu’un assemblage de grosses briques de béton recouvertes d’une peinture beige qui s’écaille par endroit, mais c’est un fond bien neutre et juste assez grunge pour leur servir de décor. En passant à côté de l’une des chaises de réalisateur qui traînent par-là, il abandonne son perfecto. Puis, adossé contre la brique, il attend qu’Aisling vienne le rejoindre et se permet de détailler sa silhouette fine tandis qu’elle s’approche et vient se placer à côté de lui. « You guys ready? » Le chanteur hoche la tête et la jeune femme confirme elle aussi qu’elle est prête. Le visage tourné vers elle, il lui tend la main.

Les photoshoots sont probablement la partie de son métier qu’il aime le moins. Même dix ans plus tard, il redevient immanquablement ce gamin un peu maladroit qui apprenait à poser. Chaque fois, il doit se réchauffer un peu pour arriver à se sentir à l’aise. Il préfère de loin tourner les clips. Grâce à la musique qui le guide et à l’histoire qu’il tente de raconter, il arrive plus facilement à oublier l’œil de la caméra pointé sur lui. Poser en compagnie d’Aisling lui paraît pourtant étrangement naturel. Ce talent pour s’offrir à l’objectif, elle l’a manifestement maîtrisé. She did say that she’s a model. Guess she wasn’t lying. Pour la première fois, il ressent une certaine curiosité, se demande à quoi ressemble ses photos habituelles. Sans qu’il ne sache qui d’elle ou de lui a initié le mouvement, ils se tiennent maintenant face à face. Sans la moindre hésitation, il glisse sa main sur sa taille dénudée par son débardeur découpé. Elle lui répond en posant la sienne dans son cou, ses doigts effleurant sa nuque. Fasciné par l’aisance avec laquelle elle répond à ses suggestions sans qu’ils n’aient à échanger le moindre mot, il est surpris par la voix de Jimmy qui s’immisce brutalement entre eux. « That’ll do. » Les mains d’Aisling disparaissent aussitôt, emportant avec elles les dernières bribes de la transe étrange qui l’avait envahi. Ne restent plus que la lumière froide des néons et les éclats de voix entre Pete et Jimmy qui flottent jusqu’à eux. En quelques enjambées, il a rejoint leur petit groupe et se penche lui aussi au-dessus de l’écran. Il se doutait que les photos seraient bonnes, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elles soient aussi bonnes. Il n’est pas un expert, mais il a l’impression qu’Aisling et lui crèvent carrément l’écran. « Whoa… » souffle-t-il. « Yeah, » répond laconiquement Jimmy. Moins dithyrambique, Pete y va d’un « They look good » qui, pour une fois, semble presque convaincu. « Yeah, » réplique une fois de plus Jimmy. Puis, comme s’il venait tout juste de capter le sens du commentaire de Pete, il s’anime d’un coup. Il interpelle une assistante qui se tenait en stand-by tout près d’eux. « Get her a script and send her to hair and makeup, » ordonne-t-il en pointant Aisling de l’index. Sid hoche la tête, soulagé de voir qu’ils se lancent enfin dans des préparatifs utiles pour le tournage.

Sa joie est néanmoins de courte durée. L’air catastrophé, Pete s’agite : « Whoa whoa whoa! Wait a minute! Shouldn’t you be doing a screen test or something? See how she looks and moves on film? » Visiblement incertaine, l’assistante fige sur place à quelques pas d’Aisling, qu’elle s’apprêtait à entraîner vers les loges. Pour sa part, Jimmy tourne un regard mi-incrédule, mi-fatigué vers le manager. Sid ne donne même pas à son réalisateur l’occasion de protester. « You, do like he said, » aboie-t-il en direction de l’assistante avant de tourner un regard orageux vers le blond. « What more do you want Pete? We’re wasting time because of all this bullshit! » Visiblement agacé par l’attitude de son chanteur, le manager ne se laisse pas démonter pour autant. « Sid, you have to understand- » Mais Sinner n’en a rien à faire de ses explications et il l’interrompt sans la moindre pitié. « No, I don’t! We tried it your way and everything almost went to shit. » Il souffle lourdement par les narines, dans l’espoir vain qu’expulser une grande quantité d’air le calmera un peu. « I don’t even get why you’re making such a big deal out of this. For fuck’s sake, that Brittany girl is an influencer who sells weird detox products to dumb people on Instagram! She’s not exactly Meryl Streep, is she? » Conscient de s’être un peu trop emporté, il ferme les yeux et inspire profondément. « Look, I’m sorry but we’re doing this my way now. At least we’ll have something to show for it, even if it’s shit. » Du reste, il est convaincu que le résultat final du clip sera au moins aussi bien que les photos. Il a senti à la façon dont Aisling et lui interagissaient que leur travail donnerait quelque chose d’intéressant. « Alright, alright. » Visiblement excédé, Pete croise les bras et hausse les épaules. « Fine, you win. Let’s do it. But it better be as good as you think it’ll be ‘cause it’s you who’ll have to explain to the bosses why we’re doing it all over again if it isn’t. » Satisfait d’avoir enfin obtenu une reddition sans conditions, Sinner soutient son regard, un sourire juste assez narquois aux lèvres. « Oh it’ll be as good as I say. C’mon Pete, don’t you know me by now? » Car, s’il est indéniablement arrogant, son instinct le trompe rarement. « Besides, I got a good feeling about her, » lance-t-il en tournant les talons. Ce commentaire arrache un reniflement amusé à Pete. « Yeah, I’m sure it’s you and not your dick that has a good feeling about her. » Le ricanement de Jimmy le suit bien après qu’il ait envoyé par-dessus son épaule un doigt d’honneur à son manager et à son réalisateur en s’éloignant.

En théorie, il est déjà passé par la station hair and makeup, mais il y retourne quand même. D’abord, pour permettre à Sharon et à son équipe de vérifier que ses mésaventures matinales n’ont pas trop ruiné son look, mais surtout pour retrouver sa partenaire qui devrait y être depuis quelques minutes. Il s’arrête un instant devant un mur recouvert de petits casiers et sort de l’un d’eux un vieil iPod nano noir et une paire d’écouteurs. Un peu plus loin, Aisling est installée sur l’une des chaises, en face de l’énorme miroir qui recouvre presque la totalité du mur. Le nez plongé dans sa copie du script pendant que Sharon s’active autour d’elle comme une fourmi ouvrière, la jeune femme ne semble pas remarquer son arrivée. Ce n’est pas le cas de la grande blonde qui lui sourit, les yeux pétillants. « How did you find her? She’s so prettyyyyyyy! » lance-t-elle de sa voix nasillarde et un brin éraillée par la cigarette. Émerveillée, elle passe ses doigts manucurés dans les courts cheveux noirs, les ébouriffe légèrement comme pour évaluer le matériel dont elle dispose. « Dunno, I guess I just got lucky. I was smoking and there she was, lurking at me from the other side of the street, » répond-il, un sourire taquin au coin des lèvres en croisant le regard vaguement embarrassé d’Aisling, qui a enfin levé le nez de son script. Délaissant un instant sa modèle, Sharon s’approche de lui, une moue critique sur ses lèvres peintes d’un rose criard. Sid n’a jamais compris comment une femme qui affectionne autant les couleurs douteuses arrive à produire des looks potables chez les autres, mais elle est la maquilleuse en chef sur les sets des Skeleton depuis des années et le résultat à la caméra a toujours été excellent. Les sourcils froncés, elle attrape entre le pouce et l’index l’une des mèches qui tombent sur son épaule. « Seriously honey, you shouldn’t be able to pull off that weird messy half-mullet thing you’ve got going on, but somehow it’s working. » Sid rigole, amusé par sa franchise. « Yeah well, it’s all a matter of confidence I guess. » Elle libère la mèche captive en hochant la tête. « Yeah, you got a lot of that, sugar, but that face doesn’t hurt either. » Elle retourne se placer derrière Aisling et reprend son travail. « Patricia’ll be here in a few minutes. She’s just gone to get a smoke. She’ll fix you right up while I work on cutie pie here. » Il hoche la tête pour signifier son accord.

À son tour, il s’approche, vient s’appuyer contre le comptoir face à sa partenaire, les doigts recourbés sur le rebord de la coiffeuse. « You got your phone on you? » Aisling fait signe que oui, une lueur de confusion dans le regard. « Give it. » La main tendue, il attend un instant avant de constater que la confusion sur son visage s’est muée en une surprise doublée d’un malaise. Oh yeah, she’s new at this. Right. « Don’t worry, I’ll put it in a locker over there and you’ll get the key. It’s just that we don’t wanna risk getting anything leaked. » La dernière chose dont il a besoin, c’est que le nouveau single soit coulé sur un site alternatif quelconque. Même s’il y aura certainement une close de non divulgation dans le contrat que Pete fera signer à Aisling, Sid préfère encore lui éviter totalement la tentation d’enregistrer quelque chose qu’elle ne devrait pas avoir en sa possession. Elle lui tend finalement son petit sac chauve-souris. En échange, il lui passe l’iPod et les écouteurs. « We’re filming a video for a new song from my solo album. It won’t be out for another couple of weeks. You’re the first one to listen to it outside from my team. » À la façon dont elle l’a reconnu, il a compris qu’elle était probablement une fan. Il se doute donc qu’elle sera heureuse d’avoir accès au morceau en avant-primeur et, considérant qu’elle l’a tiré d’un très mauvais pas en acceptant de tourner le clip, il est heureux de pouvoir lui offrir ce petit plaisir. La laissant à son écoute, il va placer le sac dans l’un des casiers. Comme promis, il rapporte la clé avec lui et la place sur le comptoir en face d’Aisling. Il s’installe ensuite dans la chaise d’à côté pour attendre le retour de Patricia. Incapable de s’en empêcher, il jette des coups d’œil furtifs à la jeune femme par le biais du miroir. Elle a fermé les yeux, sans doute pour mieux se concentrer sur le morceau. Il en profite pour essuyer ses paumes étonnamment moites sur son jean. S’il adore le processus de création, il déteste profondément l’incertitude angoissante qui vient avec le partage de sa musique. L’attente est pénible. Même s’il sait que la chanson ne dure que quatre minutes, ça lui paraît beaucoup plus long. Dès qu’Aisling ouvre les yeux et retire un écouteur, il lui pose la question qui le taraude : « What did you think? » Il s’intéresse sincèrement à la réponse qu’elle pourrait lui donner. Inconsciemment, il se prépare à une critique cinglante. Il s’oblige pourtant à garder un visage parfaitement neutre tandis qu’il la fixe d’un regard perçant. No point in looking desperate.




Just kiss me in the dark
Since you came back, I see things differently and this love came so easily. We were talking in the dark, but its so clear to me, I adore you 'cause you don't care where I came from. Just kiss me in the dark while my lips are numb. And I love, every inch of you and then some, and then some, and then some. • and then some, arkells

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2MiNnPz
It's not too late for two lost souls ♡ Sid KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Vpg5
POSTS : 1166 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyJeu 12 Nov 2020 - 19:18



it's not too late for two lost souls
Sid Sinner & Aisling Rose

We're always running away and we don't even stop to think about it. The worlds in our hands. They don't need to understand. We do it our own way, no matter what they try to say about about it. We've got our own plans, they don't need to understand
Debout contre le mur rugueux, Aisling sent son cœur s’emballer de joie comme de trac quand elle comprend avoir réussi cette mise à l’épreuve. Une jeune femme apparaît pour l’arracher à l’éclairage vif des projecteurs. Tiffany, si elle en croit le badge qui décore sa poitrine. Pressée de se plonger dans les préparatifs familiers pour tamiser sa nervosité, l’irlandaise s’apprête à la rejoindre quand la voix de Pete la stoppe dans sa lancée. Déterminé à prendre toutes les précautions, le manager insiste maintenant pour la voir en mouvement. Par réflexe, Aisling cherche Sinner du regard et tente de déceler sur ses traits ce qu’il attend d’elle. La réponse claque aussitôt : « You, do like he said. » Son ton est décisif, autoritaire. Assez du moins pour convaincre l’assistante qui se remet aussitôt en mouvement. that’s hot. Elle ne peut s’empêcher de penser, incapable de se détacher de son visage charismatique, même quand Tiffany  place une main dans son dos pour l’entraîner vers les loges. « Come now, they’ll lose it if we don’t start filming soon and we’ve got a lot to do to get you ready. » Aisling acquiesce distraitement, sans toutefois pouvoir s’empêcher de jeter un coup d’œil par-dessus son épaule. Les paumes levées devant lui, Pete essaie de convaincre son artiste qu’il ne souhaite pas entraver les rouages de sa production. « Sid, you have to understand- » La dernière chose qu’elle voit avant de quitter la pièce est l’expression orageuse de Sinner alors qu’il déverse sa frustration sur son manager. « No, I don’t! We tried it your way and everything almost went to shit. I don’t even get why you’re making- » Le reste de sa diatribe se perd, étouffée par la distance qui se creuse entre eux. Pour tenter de contrôler la nervosité inexplicable qui s’épand un peu plus en elle à chaque pas, Aisling enfonce ses doigts dans la chair de son bras gauche, s’étonne de ne pas rencontrer le cuir usé de son perfecto. « I forgot my jacket! » Stoppée net dans son avancée, la danseuse regarde autour d’elle d’un air paniqué. Mais elle n’a pas le temps d’esquisser le moindre geste ni de revenir sur ses pas car Tiffany la retient d’une voix ferme : « Don’t worry about it, I’ll fetch it for you. » Soucieuse de ne pas donner à Pete une raison de regretter sa décision, Aisling se mordille l’intérieur des joues pour ne pas émettre la moindre protestation. Car elle a douloureusement conscience du risque que prend Sinner en insistant pour l’embaucher et elle n’a pas l’intention de le décevoir. Alors elle attrape plutôt la liasse de feuilles que lui tend l’assistante et se concentre sur le flot de ses paroles. « You’re playing Sinner’s love interest. You have a tumultuous relationship. Think love and hate, push and pull, intense and destructive. » Sa voix monocorde et le pli amer qui retrousse le coin de ses lèvres finement soulignées interpellent Aisling. Assez du moins pour qu’elle se demande si la jeune femme s’est elle-même blessée en voulant s’essayer à cette danse dévastatrice entre les bras du chanteur. or maybe I’m just fucking paranoid. « Everything you need to know is in here. » Du bout de ses ongles manucurés, elle tapote le script et s’arrête devant les loges. « I’m gonna need an ID to draw up your contract. Try and go through your scenes while Sharon works on your look. »  

Aisling a tout juste le temps de fouiller dans son sac pour lui remettre son passeport qu’une grande blonde au maquillage passablement ostentatoire l’accueille avec un immense sourire et l’installe sur une chaise. « Make yourself comfy darling, I’ll be right with you. » Après avoir pressé affectueusement son épaule, la maquilleuse retourne à l’entrée des loges où Tiffany s’empresse de la briefer sur son identité et le bras de fer qui s’exerce entre Sinner et son manager. Profitant de cet interlude, la modèle entreprend de parcourir les colonnes qui composent son script. La première découpe le morceau seconde par seconde tandis que les envolées lyriques de la deuxième lui font croire qu’il s’agit des paroles. Résistant à l’envie dévorante de se laisser séduire par la prose de Sinner, Aisling se concentre sur la troisième, où sont détaillées les séquences de film associées. Des scènes adroitement ficelées, insufflées de passion comme de complicité, de douleur et de doutes mêlés. Elle voudrait savourer chacune des images que ces mots lui évoquent, s’immerger dans son univers pour se l’approprier, mais le temps lui manque et l’empressement brouille sa pensée. there’s so many of them, I’ll never have time to read it all before we start shooting! Un vent de panique fait trembler le papier entre ses doigts fébriles. Agrandis par l’angoisse, ses yeux sautent d’une case à l’autre sans savoir à laquelle se raccrocher. Le grincement d’un tabouret fait vriller ses nerfs à vif et Aisling sursaute en découvrant le visage de Sharon à quelques centimètres du sien. « You okay there love? » Une main plaquée contre son cœur, l’irlandaise secoue doucement la tête. « Shit, sorry… I’m a wee bit jumpy. » Elle bafouille en se pinçant les lèvres pour dissimuler son embarras. Une lueur de compréhension remplace la surprise dans le regard chaleureux de la maquilleuse. « Don’t worry sweetheart. He’ll get his way. He always does. » oh does he now? Ses paroles nonchalantes éveillent une palpitation bien trop familière qui réchauffe sa poitrine de l’intérieur et peint ses pommettes d’une couleur rosée. Aisling s’efforce de l’ignorer et se concentre plutôt sur les gestes précis de Sharon qui s’applique à mélanger différents fonds de teint pour reproduire le plus fidèlement sa carnation de porcelaine. « I hope so. I hope he’s right, too. » Elle souffle du bout des lèvres sans oser révéler la nature des doutes qui la rongent. L’impression de ne pas être assez préparée pour le rôle complexe qu’il lui réserve, la crainte que son chanteur préféré ne se souvienne d’elle que comme la cruche qui a fait foirer toutes ses prises. « Oh, I’m sure he is. » Visiblement habituée à gérer les émois des jeunes artistes qui passent entre ses mains, Sharon s’applique à estomper son incertitude comme chaque irrégularité qui viendrait brouiller son teint. « Kid’s got flair, you know? Always did. Even when he had nothing to his name but sheer ambition! » Le sourire nostalgique qu’elle esquisse est contagieux, et bientôt Aisling sent ses lèvres s’étirer à son tour. « Yeah, I got no trouble picturing that. » Elle revoit l’expression conquérante qu’il arborait en couverture du magazine Kerrang! qu’elle n’avait acheté que pour lui. Se souvient le sentiment de fierté inexplicable qui l’avait envahie face à l’assurance inhumaine qui irradiait sous la couche de peinture bariolant ses traits fins tandis qu’il brandissait le best international newcomer award que les Skeletons venaient de remporter. « Listen, I’ve known him a long time and it’s no surprise he wants to work with you… given his fondness for aesthetics and all. » Une lueur malicieuse dans le fond de ses yeux d’ambre, Sharon appuie délicatement son indexe sur le bout du nez d’Aisling comme pour ponctuer le compliment qu’elle lui offre. « I mean look at your features! Oh, my god you’re delicious. I’m gonna have sooo much fun painting you! » Surprise par son geste et touchée par ses paroles, la modèle laisse échapper un petit rire espiègle et relâche ainsi une partie de la pression qui s’exerçait sur ses poumons. « …but first, let’s smudge that face of yours. » Wait, what ? Le sourire de gratitude qui s’étirait sur ses lèvres se fige tandis que ses yeux fixent avec inquiétude la palette dont s’est emparée la maquilleuse. « S-smudge my face? » Elle répète naïvement, un peu déphasée. « For your crying scenes baby, the black dots on your script. » Abaissant les yeux vers le papier, Aisling comprend soudain à quoi servent les couleurs de la dernière colonne. Le rouge pour la passion, le noir quand ils se déchirent. damn you Sinner, you really decided to throw me in at the deep end, didn’t you? elle songe en prenant conscience des scènes émotionnellement chargées dans lesquelles ils comptent la jeter sans le moindre échauffement.  

« How did you find her? She’s so prettyyyyyyy! » La voix de Sharon la tire de sa contemplation, et si son cœur s’emballe dans sa poitrine, ce n’est pas à cause des doigts qui se glissent dans sa chevelure, soupèsent les mèches brunes et bleues mélangées. « Dunno, I guess I just got lucky. I was smoking and there she was, lurking at me from the other side of the street. » La voix basse glisse en elle, se faufile le long de son échine, étreint délicieusement son être. Les paroles, en revanche, froissent sa gorge d’un embarras dont elle se serait bien passée. « I was not, I… it’s just- » Elle bredouille sans conviction en relevant timidement les yeux. Leurs regards s’accrochent dans le miroir, et la lueur de malice qui brille dans celui de Sinner l’apaise aussitôt. nevermind, I totally was, elle songe en se pinçant les lèvres pour retenir le petit rire gêné qui cherche à lui échapper. Insensible à leurs frivolités, Sharon s’arrache à la coiffeuse et se plante sous le nez du chanteur pour l’examiner soigneusement. « Seriously honey, you shouldn’t be able to pull off that weird messy half-mullet thing you’ve got going on, but somehow it’s working. » Une mine désapprobatrice froissant ses traits, elle saisit une mèche de sa tignasse sauvage qu’elle fait tourner entre ses doigts. Amusée par son audace, Aisling réalise que la maquilleuse est la seule à s’être permis ce genre de familiarité avec lui depuis qu’il l’a cueillie à la porte du hangar. « Yeah well, it’s all a matter of confidence I guess. » Toujours cette force tranquille qui le caractérise, cette confiance qui se fiche pas mal d’être challengée ni ce que les autres pourraient en penser. C’est ce charisme qui l’a fascinée quand elle n’était qu’une ado paumée, effrayée par ses rêves et ce qu’elle aurait à sacrifier si elle devait les pourchasser. Sa détermination sans faille qui lui a donné envie d’y croire, insufflé l’espoir de s’accrocher, le courage de traverser l’atlantique plutôt que d’abandonner, de tracer comme lui son chemin hors des sentiers battus… jusqu’à ce qu’ils finissent par s’entrecroiser. « Yeah, you got a lot of that, sugar, but that face doesn’t hurt either. » yeah, there’s that too. Un sourire mutin aux lèvres, Aisling laisse ses yeux errer sur le visage de Sid. Avec ses traits harmonieux, son regard perçant et la silhouette élancée qui sied à son look punk-rock, il peut se permettre des extravagances qui n’iraient à personne d’autre. Les doigts de Sharon quittent la chevelure du chanteur pour retrouver celle d’Aisling, décrétant au passage qu’il ne coupera pas à une retouche. Visiblement peu perturbé par la nouvelle, il acquiesce et comble la distance qui les séparait pour venir s’appuyer contre le rebord de sa coiffeuse. Sa proximité fait remonter d’un cran la nervosité de l’irlandaise. Avec un pincement au cœur entre la joie et la panique, elle réalise qu’il restera probablement à ses côtés jusqu’au début du tournage. and how on earth am I supposed to focus on my script if you’re stabbing me with those icy eyes of yours?!

« You got your phone on you? » Ses sourcils délicatement froncés à peine dissimulés par une courte frange effilée, Aisling l’interroge du regard avant de finalement confirmer d’un hochement de tête. « Give it. » L’espace d’un instant, elle se demande s’il essaie d’obtenir son numéro de la manière la plus maladroite qui soit. Déstabilisée par la main qui apparaît devant ses yeux, elle suit le chemin tracé par l’encre qui décore son bras et mène à son visage. Comme s’il prenait soudain conscience de sa confusion, ses traits s’adoucissent tandis qu’il explique : « Don’t worry, I’ll put it in a locker over there and you’ll get the key. It’s just that we don’t wanna risk getting anything leaked. » and there I thought you were asking for me number… « Sure I get it. » Un peu vexée malgré elle, Aisling attrape son petit sac chauve-souris et le ferme soigneusement avant de le lui remettre. Le chanteur s’en empare et lui tend un iPod en échange. « We’re filming a video for a new song from my solo album. It won’t be out for another couple of weeks. You’re the first one to listen to it outside from my team. » Leurs doigts s’effleurent quand elle referme les siens sur le petit boitier noir pour le placer dans sa paume avec des gestes presque cérémonieux. « For real? » Une réserve prudente, tant elle peine à réaliser le tour incroyable que prend sa journée comme sa vie. Une pudeur qui s’effrite face au mélange indescriptible d’excitation, de gratitude et d’angoisse qui enfle dans sa poitrine et luit dans ses yeux gris. « Oh, my god… thank you. » for giving me this chance. for trusting me with your life’s work. for letting me be a part of it today. Elle voudrait lui dire tout ça, mais les mots se bousculent dans sa gorge et meurent sur ses lèvres. Car déjà il s’éloigne avec son sac, la laissant seule avec sa précieuse chanson. Le cœur s’emballe quand ses doigts fébriles glissent délicatement les écouteurs dans ses oreilles. En lançant la lecture, elle ne peut s’empêcher de se demander si ce sont ceux de Sinner. Déconcentrée par la présence du chanteur, les mouvements de Sharon et les battements erratiques de son cœur, elle entend à peine les premières notes. Frustrée, Aisling se réfugie derrière ses paupières dans l’espoir d’occulter le monde extérieur et ainsi noyer l’excitation nerveuse qui déferle dans ses veines. Après une profonde inspiration pour apaiser ses sens, elle remet le morceau au début et augmente le volume. D’abord timides, les instruments sinuent délicatement jusqu’à elle. Peu à peu, ils enflent pour former une trame mélodieuse avec laquelle la voix profonde de Sinner s’harmonise à la perfection. Habituée à ses rugissements enragés, Aisling s’étonne de la douceur rocailleuse de son timbre. Bercée par son chant, l’irlandaise laisse ses paroles émouvantes se frayer un chemin jusqu’à son cœur, tisser la connexion qui lui laissera entrevoir son univers l’espace d’une chanson. Bientôt, elle ne sent même plus les doigts de Sharon qui décoiffent ses cheveux, comme si elle refusait la moindre trame concrète qui pourrait la raccrocher à la réalité. La voix passionnée de Sinner coule en elle, diffuse une douce chaleur dans ses veines, remplace ses doutes par un irréductible espoir. Sa passion et la beauté de son histoire la transportent jusqu’au dernier murmure, que le silence recouvre d’un voile noir. Il lui faut quelques secondes pour émerger et retrouver le contact avec la réalité avant de se résoudre à ouvrir les paupières. Son cœur manque un battement quand ses yeux tombent en plein dans ceux du chanteur. Une main appuyée contre sa poitrine, elle a tout juste le temps de retirer un écouteur que déjà il lui demande : « What did you think? » La question la déstabilise, raccroche trop brutalement un mode de pensée analytique sur lequel elle n’est pas certaine de pouvoir le suivre. Elle a pourtant souvent espéré le rencontrer et pouvoir enfin lui révéler ce que sa musique représente à ses yeux. Seulement, elle n’aurait jamais imaginé le faire dans de telles circonstances, ni devoir lui fournir un avis sur un morceau qu’elle vient de découvrir. Sa voix s’élève timidement, ses paroles estompées par un léger froncement de sourcils. « Honestly? I didn’t think… not really. But I felt. A lot. » En face, Sinner la dévisage si intensément qu’elle craint de ne rien pouvoir ajouter. Incapable de s’arracher à l’emprise de son regard glacier, c’est dans l’incertitude qu’elle semble y déceler qu’Aisling trouve le courage de préciser : « It’s different… different good! Passionate. Sort of dark and deep, melancholic yet full of hope… stirring and soothing at the same time. Very… you. » La voix bute, hésitante. Les doigts virevoltent devant sa poitrine comme pour traduire ce ressenti si intime que les mots semblent incapables d’exprimer. Et malgré tout, elle s’y essaie. « It’s beautiful and… I dunno, intimate? It kinda made me wish I was in love. » L’aveu lui échappe sans qu’elle puisse le retenir. Les lèvres pincées, elle se défile et baisse les yeux avant de pouvoir lire la réaction sur ses traits, prie pour que la caresse du pinceau sur ses pommettes camoufle la rougeur qu’elle sent s’y étaler.

Elle n’a pas le temps de s’en soucier davantage car une main boudinée apparaît devant ses yeux et plaque un document sur la coiffeuse avec assez de force pour la faire sursauter. Son regard terrifié se mue en léger soulagement quand elle reconnaît les traits de Pete. « Here’s your contract and release form, dear. » Il annonce sans préambule en lui tendant un stylo argenté. Rien qu’en lisant la première ligne, Aisling sent sa tête lui tourner : I, Aisling Hayes, hereby grant to Sid Sinner and Universal Music Group the right to photograph me, record my voice and performances, and to use my picture, silhouette and other reproductions of my physical likeness in connection with the music video entitled ‘Paint It Black’. « I need you to write your initials here… and here… and I’m gonna need your signature here. » Du bout du doigt, le manager indique les emplacements concernés en tournant rapidement les feuillets qu’il résume d’une voix monocorde. Cession des droits d’image, clause de non divulgation, accord de consentement pour les scènes d’amour, rémunération bien au-delà des standards habituels de la profession… l’équipe de Sinner ne laisse rien au hasard. Clairement, il s’agit du contrat le plus professionnel qui lui a jamais été présenté. Ignorant si elle est censée lire chaque page avec attention ou bien signer au plus vite pour ne faire perdre de temps à personne, l’irlandaise s’efforce de parcourir rapidement chaque section dans les grandes lignes, jusqu’à ce que l’une d’entre elle attire son attention. « Er, Pete? It says here that I can’t talk about the shooting except for promotional purposes… what does it mean? » Le manager se penche par-dessus son épaule, grommelle le passage à toute vitesse pour se le remémorer puis s’empresse de balayer l’air devant son visage comme pour faire disparaître ce jargon juridique sans la moindre importance. « Oh that’s nothing to concern yourself with, really. Just some insurance that you won’t go and brag about the whole thing on social media. Not that I think you’d do it. I mean I don’t know it’s not like I know who you are or anything. » La rougeur discrète qui s’étale sur ses joues contredit ses paroles, tout comme l’empressement avec lequel il s’éclaircit la gorge avant de se reprendre : « Anyway… it just means you can’t go telling the world you were filming a music video with Sid Sinner here before the release unless we arrange for an interview or ask you to share promotional content on your page. Is that clear? » Un peu déçue mais pas tellement surprise par toutes ces précautions, Aisling hoche la tête. « Yeah, clear as rock. » Au fond, ça ressemble bien à Sinner, tout ce mystère. C’est même un des ingrédients propres à son groupe, et ce qui lui a valu la fidélité de ses fans en faisant monter leur curiosité avant chaque sortie d’album. N’empêche qu’elle aurait adoré poster des photos de la journée, prendre une selfie avec son chanteur préféré, filmer quelques bribes de sa première expérience sur un véritable tournage. Pas forcément pour les partager, mais pour se souvenir que tous ces moments ont bien existé. maybe they’ll post a few stills that I can hold onto after the release. Elle songe en apposant sa signature sur le document que Pete récupère jalousement. « Oh! I almost forgot... Here’s your passport. British, huh? » Il hausse les sourcils, ses lèvres esquissant un sourire entre timidité et connivence, comme s’il était tout content de ne pas être le seul détenteur d’un passeport britannique sur ce plateau. « Irish. » Elle corrige, un réflexe qu’elle regrette aussitôt en voyant l’air contrit du manager. « Guess we both had to escape the Queen, aye? » Elle se rattrape alors avec un clin d’œil complice qui semble le rassurer. Quelle importance après tout ? Aisling refuse de laisser le conflit qui a rythmé son existence profaner sa vie qu’elle réinvente en Californie. Sa bonne humeur retrouvée, l’anglais semble sur le point d’ajouter quelque chose quand Sharon lui coupe le sifflet. « Wrap it up Pete, I gotta finish her look. » « Fine! » Il soupire en roulant des yeux. « I’ve gotta go make some copies anyway. » Comme pour se donner du courage, il donne une petite claque sur le papier avant de disparaître aussi promptement qu’il est arrivé.

Aisling le suit un instant du regard, puis ses yeux convergent naturellement vers Sinner. Les paupières fermées et la tête légèrement inclinée, le chanteur prête son visage aux mains expertes d’une jeune femme au look soigné qui retouche méticuleusement son maquillage. Profitant de cette distraction inespérée, l’irlandaise remet discrètement ses écouteurs et relance la musique en plongeant dans son script. Cette fois, elle s’intéresse uniquement aux séquences pour lesquelles Sharon achève de la préparer. Comparant les temps qu’indiquent l’iPod avec les secondes inscrites dans la première colonne, elle s’imprègne des descriptions pour tenter de les visualiser. La musique délie ses blocages, transforme les mots en images, lui fournit la clef pour comprendre la vision du réalisateur et laisser les scènes prendre vie dans son imagination. Inspirée, elle récupère le stylo que Pete a oublié et griffonne en marge les émotions qui la traversent, ses questions et ses idées. Lorsque la chanson touche à sa fin, elle a terminé. Soulagée, Aisling retire ses écouteurs juste à temps pour entendre Patricia soupirer de satisfaction en contemplant son œuvre. « All done here handsome. I just wish you’d let me trim that hair though… » Visiblement aussi peu convaincue que Sharon par sa coiffure, la maquilleuse glisse ses doigts dans les mèches désordonnées du chanteur pour tenter de les arranger. « For what it’s worth… I think it looks hot. » Aisling ne peut s’empêcher d’intervenir, un sourire semi rêveur au coin des lèvres. Car si elle adorait la mèche touffue de ses débuts, la mohawk effilée qu’il arbore depuis quelques temps insuffle à sa dégaine une touche death-rock et rebelle qu’elle trouve absolument irrésistible. Leurs regards se croisent à nouveau dans le miroir, se sondent avec une intensité qui la trouble et la désarme. Elle le soutient pourtant, pince les lèvres pour retenir un sourire mutin avant de se défiler. « You know, I’ve always dreamt of being a part of something like this. Your song… the whole concept, it’s just- » Ses yeux retombent sur le script et Aisling s’éclaircit la gorge pour se donner le courage de continuer. « Thank you for taking a chance on me. I’ll do my best not to let you down. » Les mots lui échappent avec une étrange facilité, emportent avec eux une partie de l’anxiété qui l’étreint depuis qu’il est venu lui parler pour la subtiliser. Encouragée, elle prend une légère inspiration, relève la tête et cherche à nouveau son regard sans plus se soucier du miroir. « Speaking of which… what sort of energy do you have in mind for my part? Cause the script depicts her sort of cold and explosive, but the vibe I get from the song is... I don’t know; it felt more sensual and emotional to me. » Inquiète à l’idée de s’être montrée trop téméraire, l’irlandaise s’interrompt et plante ses dents dans sa lèvre inférieure avant d’ajouter un peu précipitamment : « I mean, in the end I’ll do whatever you feel is right. I just want to make sure we’re aligned. »
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 5GFNypov_o
POSTS : 1463 POINTS : 60

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 29/02/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyMer 2 Déc 2020 - 1:02




it’s not too late for two lost souls
We all start with the beautiful: hope, pride and love. It's never meant to feel so difficult, your dreams become your drug. I'll give you something to believe in, I'd rather fail than never try. Broken pieces will fall apart, promises will tear down the trust. Find a reason to give your heart and I'll find a reason for us. • Broken Pieces, Andy Black

Aisling n’avait pas l’air de s’attendre à ce qu’il lui demande son opinion. Les sourcils légèrement froncés, elle semble soupeser ses mots avant de répondre. « Honestly? I didn’t think… not really. But I felt. A lot. » Même si ce n’est pas le genre de commentaire auquel il s’attendait, il se sent étrangement encouragé par cette première impression. Si elle a ressenti autant d’émotions dès la première écoute, c’est qu’il a réussi à créer quelque chose de solide avec les paroles et la mélodie. « It’s different… different good! » précise-t-elle avec un peu d’empressement, comme si elle avait peur de le vexer. Loin de lui déplaire, sa remarque le rassure. C’est qu’en posant cette question à la jeune femme, il cherchait confusément à prendre le pouls de son public en même temps. Comme si sa réaction pouvait lui donner un avant-goût de ce que ses fans penseront de cette nouvelle exploration musicale dans laquelle il s’est lancé. « Passionnate. Sort of dark and deep, melancholic yet full of hope… stirring and soothing at the same time. Very… you. » Il se retient de hausser les sourcils de surprise à l’idée qu’elle associe ce mélange complexe d’émotions à sa personnalité. Il ne devrait pourtant pas trop s’en étonner. Après tout, il construit soigneusement depuis des années le personnage qu’il incarne sur scène et derrière lequel il se replie pour protéger farouchement certains aspects de lui-même. Et si ce nouvel album solo lui est profondément personnel, il n’était pas prêt pour autant à se dévoiler complètement. Il y a donc insufflé juste assez de fiction, juste assez de Sinner pour lui permettre de conserver cet anonymat émotionnel et sécurisant. « It’s beautiful and… I dunno, intimate? It kinda made me wish I was in love. » Cette révélation, soufflée du bout des lèvres, le déconcerte tellement qu’il en reste muet. Un certain soulagement fleurit dans sa poitrine quand le regard d’Aisling se détourne de son visage. Perturbé sans trop savoir pourquoi, il se mordille l’intérieur de la joue en suivant dans le miroir la silhouette de Pete, qui approche comme pour lui éviter d’avoir à répondre quelque chose.

Avec sa délicatesse coutumière, le manager plaque la liasse de papier qu’il a apportée avec lui sur le comptoir devant Aisling, la faisant sursauter au passage. C’mon Pete, stop sneaking up on people for Christ’s sake. Il se retient seulement de soupirer bruyamment parce que Patricia vient d’apparaître à côté de lui, vêtue d’un chic ensemble jupe-veston qui détonne dans le décor, surtout à côté du corset brodé que porte Sharon par-dessus sa blouse blanche à manches courtes. Une moue curieuse aux lèvres, elle observe le visage du chanteur. « I’m surprised you didn’t ruin your make-up more considering how you were stomping around set all morning. » En haussant les épaules, Sinner s’installe plus confortablement dans son fauteuil pour lui permettre de travailler. « Well I remembered not to rub my eyes this time. » Même s’il y a des années qu’il porte du maquillage pour les shoots ou les concerts, il oublie encore fréquemment le mascara et le crayon qui définissent son regard jusqu’à ce qu’il remarque les traces noires sur ses mains après s’être frotté les yeux. Heureusement, comme Sharon a l’habitude de lui dire, you pull off the hungover raccoon look surprisingly well.

Pendant que Patricia s’affaire autour de lui, lui indique d’une main délicate comment et quand tourner la tête, il suit d’une oreille distraite la conversation entre Pete et Aisling. Même si la jeune femme parcourt rapidement les paragraphes avant de les signer, ça paraît évident pour Sid qu’elle ne les lit pas vraiment. Il ignore si c’est parce qu’elle leur fait confiance puisqu’ils travaillent de toute évidence avec un label réputé ou si elle est toujours aussi imprudente dans sa façon de gérer sa carrière. Il est bien placé pour savoir à quel point on peut se retrouver dans la merde en ne lisant pas le contrat en détail et l’envie de mettre la jeune femme en garde le démange. Not your problem, man, lui souffle une voix qui ressemble étrangement à celle de Pete. De toute façon, il l’a peut-être jugée un peu trop sévèrement, car elle vient de s’arrêter pour éclaircir un point. Celui des photos, évidemment. Même si elle le camoufle assez bien pour que le manager, trop occupé à expliquer d’une voix toute pleine d’embarras qu’il sait qu’elle n’irait pas se vanter d’avoir tourné avec eux, même s’il ne la connaît pas (what the fuck is he on about?), ne s’en rende pas compte, Sinner est certain de voir passer une ombre de dépit sur son visage. Il la comprend, au fond. Elle vit le fantasme de n’importe quelle groupie et elle n’aura même pas l’occasion de le raconter à qui que ce soit avant que le clip ne soit lancé. Il ne se fait pas non plus d’illusion pour autant : les filles avec qui elle traînait plus tôt vont certainement entendre parler de ce qui s’est passé, il en est convaincu.

La fin de la conversation lui apporte la réponse à la question qui l’intriguait depuis le début. L’accent si particulier qu’il entendait sans le reconnaître est donc un accent irlandais. Le reste de leur échange se perd dans le babillage incessant de Patricia. Sinner se laisse sombrer dans son monologue, transforme sa voix en une trame sonore à laquelle il ne porte que vaguement attention. Les yeux fermés, il profite de cet instant de quiétude. Malgré lui, le dernier commentaire d’Aisling lui revient en tête. It kinda made we wish I was in love. Elle est assurément plus courageuse que lui. Tomber amoureux, c’est bien la dernière chose dont il a envie. Il a déjà donné, n’a aucunement l’intention de retomber dans ce piège douloureux. Nothing in the cage of my ribcage, got no heart to break, like it that way, nothing in the cage of my ribcage, emptiness is safe, keep it that way, comme il chante sur un autre refrain qui, même s’il camoufle le cynisme des paroles sur un rythme dansant, est sûrement celui qui reflète le mieux ses pensées sur l’album. Ça ne l’empêche pas d’être satisfait de voir qu’Aisling a pu s’identifier à la chanson et y trouver un message qui lui ressemble. S’il cherche depuis ses débuts à réécrire son histoire en musique, il n’a jamais vraiment voulu la communiquer, préférant plutôt créer une toile tissée d’émotions dans laquelle son public peut se reconnaître comme elle l’a fait.

Il renoue avec la réalité lorsque Patricia lui annonce qu’elle a terminé son travail. En sentant ses doigts courir dans ses mèches, il devine ce qu’elle va lui dire avant même qu’elle n’ait ouvert la bouche. Il n’est d’ailleurs pas déçu : « I just wish you’d let me trim that hair though… » Il secoue aussitôt la tête, fait signe que non. « Nope, no way. No one touches the hair. » À en juger par son air vaguement découragé, Patricia n’est pas convaincue. Cependant, une alliée imprévue s’impose dans la conversation, en la personne d’Aisling : « For what it’s worth… I think it looks hot. » Les lèvres pincées pour camoufler son amusement, Sinner agite la main en direction de la danseuse. « See, fans love it. It’s got to stay. » Il n’écoute qu’à moitié le marmonnement de capitulation de Patricia, captivé par le regard d’Aisling qui soutient le sien et dont l’intensité fait couler un frisson d’anticipation le long de son échine. « You know, I’ve always dreamt of being a part of something like this. Your song… the whole concept, it’s just- » Il la sent profondément sincère. Elle n’essaie pas de le flatter ni de dissimuler ce qu’elle ressent. Son honnêteté est rafraîchissante dans un univers aussi hasardeux que celui du show-business, où les faux-culs et les gens qui sont prêts à tout pour avancer leur carrière sont légion. « Thank you for taking a chance on me. I’ll do my best not to let you down. » Touché, il lui offre un sourire en coin. « I’m sure you won’t. » Les paroles creuses n’ayant jamais été son fort, il est sincère lui aussi. Parce qu’au-delà du talent qu’elle possède ou non, il est évident que la réussite du projet lui tient à cœur.

Encouragée, peut-être, par sa remarque, elle pivote légèrement dans son fauteuil. Leurs regards se croisent, libérés de la froide emprise du miroir. Une lueur réfléchie brille dans celui d’Aisling. « Speaking of which… what sort of energy do you have in mind for my part? Cause the script depicts her sort of cold and explosive, but the vibe I get from the song is... I don’t know; it felt more sensual and emotional to me. » Elle a raison, mais la précision de son analyse surprend vaguement le chanteur. Le personnage est effectivement dépeint comme une femme froide et explosive, un iceberg prêt à se transformer en volcan à la moindre provocation. Il ressemble à celle qui lui a inspiré la chanson, celle pour qui il a tout essayé sans que ça ne soit jamais assez, celle qui a mis le feu à ce qu’il restait de leur relation et l’a regardée brûler sans lever le petit doigt pour arrêter le brasier. Cependant, il n’a aucunement l’intention de révéler à Aisling à quel point elle a visé juste. « I mean, in the end I’ll do whatever you feel is right. I just want to make sure we’re aligned. » Il se permet de l’observer d’un œil curieux un instant de plus, intrigue par le mélange de timidité et d’aplomb qu’il a remarqué à quelques reprises depuis qu’il l’a rencontrée. Enfin, il hoche la tête. « That makes sense… Honestly, she can be whatever you think she should be. Trust your gut, I think you’re on to something. » Il se lève, content de pouvoir étirer un peu ses longues jambes, balaie au passage du revers de la main un nuage de poudre translucide qui est tombé sur son jeans pendant que Patricia fixait son fond de teint. « Just follow my lead and I’ll follow yours. Like we did for the photoshoot. » Il est certain qu’elle a ressenti elle aussi l’espèce de push and pull qui guidait leurs mouvements alors qu’ils posaient pour l’objectif. S’ils retrouvent cette même énergie pendant le tournage, il est convaincu qu’ils feront des étincelles. « Come on, we have to find you new clothes. The girl who was supposed to shoot today is shorter than you, but I think they’ll be able to find something that fits you. » Aisling sur les talons, il traverse la pièce. De l’autre côté les attendent deux rayons de vêtements, un masculin et un féminin, bien plus fourni, ainsi que deux paravents et une costumière à l’air impatient qui refourgue sans cérémonie des vêtements à Sid avant d’entraîner la jeune femme avec elle.

Laissé à lui-même, il disparaît derrière l’un des paravents et se déshabille pour enfiler un jean noir déchiré (very revolutionary and so different from what I was already wearing) et un t-shirt simple, qu’il passe avec toutes les précautions du monde par-dessus sa tête pour ne pas réduire à néant les efforts de Patricia. Quand il ressort quelques minutes plus tard, ses vêtements originaux soigneusement pliés sous le bras, Aisling est toujours cachée derrière son propre paravent. Pete en profite pour s’approcher, les mains enfouies dans les poches de son pantalon. Sinner se méfie aussitôt : il connaît bien cet air faussement nonchalant et sait qu’il précède généralement les échanges désagréables. What now? « Looking good… We’re almost ready to shoot I see. » En abandonnant ses vêtements sur une chaise, le chanteur hausse un sourcil comme pour lui demander où il veut en venir. « Yeah, what about it? » finit-il par répondre. « Look, I wanted to tell you… If she… uh… doesn’t want to do something, don’t push it, okay? She signed the contract but we’re not exactly… following the rules here. » Ce n’est pas la première fois que Pete lui sort une ânerie pareille, mais il en reste bouche bée chaque fois. You really think I’d make her do something she didn’t want to do? « Really, Pete? » Il n’essaie même pas de cacher le mélange d’incrédulité et de condescendance qui vibre dans sa voix. « Thanks but I’m pretty sure I know the basics of consent, contract or not. I think I’ll manage to avoid traumatizing her. » Le manager a au moins le bon goût d’avoir l’air embarrassé par sa maladresse. Il soupire lourdement, passe une main gauche sur sa nuque avant de finalement lui offrir un petit sourire désolé. « I know, I know. Just thought I’d mention it. It’s kind of my job, right? » Sinner s’avance vers lui pour lui tapoter amicalement l’épaule. « Right… You just have to chill out a bit man or you’re gonna melt under all that stress. It can’t be good for you. » Sur ces entrefaites, Aisling émerge à son tour de derrière son paravent. Les vêtements que lui a trouvés la costumière lui vont comme un gant. S’il se retient de justesse de balayer sa silhouette d’un regard appréciateur, c’est simplement pour éviter de donner à Pete encore plus de munitions pour le faire chier. L’air un peu timide, elle s’avance vers eux. « Ready to argue? » lui demande-t-il tandis que leur trio se déplace en direction du plateau. Au moins, ils se lancent d’abord dans une scène plus soft que celle où un Sinner frustré et en colère doit frapper le mur à quelques centimètres de la tête d’Aisling. Ça ne sera sûrement pas totalement aisé de se lancer directement dans des scènes aussi intenses pour autant.

Jimmy les attend déjà sur le plateau, où il aboie encore quelques commandes à l’intention des techniciens qui finissent de préparer l’espace de tournage pour la première partie. En les voyant arriver, il leur adresse à peine un signe de tête avant de commencer à les diriger vers leur position de départ. « Aisling, you’ll stand here. Use whatever’s there to make it look like you’re cooking, » indique-t-il en pointant du doigt le comptoir placé au centre des caméras dans l’espace cuisine. « Sinner, you’ll come around from the back, try to grab her waist and hug her. She pushes you away, you’re annoyed but you go for it again. She pushes you again, a bit harder. Then you argue. Ready? » Le chanteur hoche la tête. « Let’s roll. » Du coin de l’œil, il remarque l’air figé d’Aisling. Il reconnaît bien le trac qui lui agite probablement l’estomac et il pose sa main sur son avant-bras dans un geste qui se veut réconfortant. « You’ll do just fine, darling. It’s not so different from what you do for your photoshoots. » Sur ces paroles encourageantes, il s’éloigne vers l’endroit que lui a désigné Jimmy et s’y installe en attendant le signal pour s’avancer vers sa partenaire.




Just kiss me in the dark
Since you came back, I see things differently and this love came so easily. We were talking in the dark, but its so clear to me, I adore you 'cause you don't care where I came from. Just kiss me in the dark while my lips are numb. And I love, every inch of you and then some, and then some, and then some. • and then some, arkells

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2MiNnPz
It's not too late for two lost souls ♡ Sid KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Vpg5
POSTS : 1166 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyDim 27 Déc 2020 - 23:44



it's not too late for two lost souls
Sid Sinner & Aisling Rose

We're always running away and we don't even stop to think about it. The worlds in our hands. They don't need to understand. We do it our own way, no matter what they try to say about about it. We've got our own plans, they don't need to understand
Sinner ne répond pas immédiatement. Embarrassée, Aisling se force à relever les yeux vers son visage pour tenter de lire sur son expression si elle est allée trop loin avec ses suggestions. Mais il n’y a pas le moindre éclat de colère dans ses yeux iceberg. Juste une vague perplexité mêlée d’une pointe d'intérêt. Pour autant, ses poumons ne se desserrent véritablement que lorsqu’il finit par hocher la tête. « That makes sense… Honestly, she can be whatever you think she should be. Trust your gut, I think you’re onto something. » Flattée par sa remarque, Aisling sent un petit sourire, mélange de satisfaction et de timidité, se dessiner sur ses lèvres. Si elle ne regrette pas de lui avoir partagé son intuition, la réponse vague du chanteur ne lui fournit guère d’indication et la crainte d’interpréter ce rôle clef complètement de travers menace toujours de lui ronger les entrailles. « Just follow my lead and I’ll follow yours. Like we did for the photoshoot. » Comme s’il avait senti son inquiétude, Sinner balaie aisément ses doutes en lui rappelant la fluidité avec laquelle leurs énergies se sont alignées lorsqu’ils se sont retrouvés ensemble sous l’œil de la caméra pour la première fois. Elle avait eu l’impression qu’un courant invisible circulait entre eux, guidait les mouvements de leurs corps qui se répondaient sans avoir besoin de la moindre consigne pour s’abandonner à une danse instinctive dont ils écrivaient ensemble les pas. so you felt it too, aye? Rassurée par cette perspective, Aisling sent une étrange chaleur crépiter dans sa poitrine et peindre ses joues d'une couleur rosée. Elle soutient pourtant son regard, incapable de détourner ses yeux qu’il semble retenir en otage. « Sounds like a plan. » Elle répond avec un sourire entendu, agrémenté d’un petit hochement de tête. « Come on, we have to find you new clothes. The girl who was supposed to shoot today is shorter than you, but I think they’ll be able to find something that fits you. » D’un pas décidé, il traverse la pièce pour rejoindre l’espace d’essayage situé contre le mur opposé. Soucieuse de ne pas lui faire perdre son temps, Aisling se lève d’un bond et sautille à sa suite pour rattraper ses grandes enjambées. Un peu impressionnée par son engagement dans le projet, elle ne peut s’empêcher de se demander s’il est toujours aussi réfléchi et organisé, du genre à anticiper les échéances sans avoir besoin d’un manager pour tout superviser à sa place. Au fond, ça correspondrait à ce qu’elle a pu lire à son sujet. Sid Sinner, the ambitious and charismatic creative force behind Skeleton Reflection. En d’autres termes, rien à voir avec les autres musiciens avec lesquels Aisling a pu collaborer jusqu’alors et qui passent leur temps à boire sans jamais rien gérer, comme si s’intéresser à autre chose que la musique, l’alcool ou la baise planterait un pieu dans leur crédibilité et soi-disant créativité.

L’air peu commode de la styliste interrompt le cours de ses pensées. N’ayant visiblement rien perdu des derniers événements, elle expédie rapidement Sinner derrière un paravent, les bras chargés de vêtements qu’elle a choisi pour lui. « Follow me. » Sans être particulièrement acéré, le ton est sans équivoque, aussi Aisling s’exécute sans demander son reste. « You’re much taller than anticipated. Good for the camera. Bad for me. Let’s see… » Habituée à ce petit rituel pour l’avoir vécu de nombreuses fois avant ses photoshoots, l’irlandaise la suit entre les rayons en essayant de ne pas se formaliser de cette irritation qui ne lui est pas vraiment destinée. Du reste, elle sait bien que la costumière finira par trouver une tenue adaptée à ses mensurations, somme toute relativement standard dans l’industrie. « You’ve got a great body, we need to enhance that… Ah! Yes. Yes. High waisted skinny jeans. Black. Paired with something softer, something that moves… » Un sourire un peu amusé au coin des lèvres, Aisling regarde la styliste lui tourner autour comme un vautour en tapotant ses lèvres fines. Brusquement, un éclair d’illumination agrandit ses yeux bruns et elle vole vers le rayon féminin pour fouiller frénétiquement parmi une multitude de tenues qui glissent sur la barre métallique avec un petit crissement strident. Elle revient précipitamment vers l’actrice d’appoint et empile le tout dans ses bras en lui désignant une petite cabine d’essayage. « Go on then, we don’t have all day! » Les lèvres pincées pour contenir un début d’agacement, Aisling la remercie de son ton le plus professionnel et disparaît derrière le rideau. Enfin dissimulée aux yeux de tous, elle s’appuie contre la paroi lisse du mur, prend une profonde inspiration et s’autorise un petit soupir. it’s ok. they’re all stressed out about the other girl not showing up and being behind schedule. I’ve just got to do my job and not waste any more of their time. no pressure. Un souffle discret lui échappe et l’irlandaise ferme un instant les yeux pour chasser la pointe d’anxiété qui la traverse avant de s’arracher à la surface rassurante du mur. Elle s’extirpe de ses fringues et enfile précautionneusement sa tenue pour ne pas abîmer son maquillage ni sa coiffure. Une fois vêtue, elle prend un instant pour s’observer dans le miroir. D’une matière douce et moulante, le jean noir que la styliste a choisi pour elle épouse le galbe de ses longues jambes et met en valeur sa taille fine, tout comme le cropped top fluide et un peu ample qui découvre discrètement sa peau au moindre déhanchement. Une veste à carreaux oversized complète ce look et ajoute une note déstructurée tout en offrant de belles opportunités de mouvement. Profitant du petit interlude dont elle dispose, Aisling en teste quelques un face au miroir pour s’habituer aux vêtements et noter la manière dont ils bougent sur son corps afin de reproduire les gestes les plus esthétiques une fois devant la caméra. Rassurée par ce rituel, elle fait glisser le rideau et s’aventure à l’extérieur, ses vêtements repliés contre sa poitrine à défaut de savoir quoi en faire. La styliste apparaît de nulle part pour l’en décharger et admirer sa création. Ses grognements semblent approbatifs, mais Aisling n’y prête pas la moindre attention cette fois, trop occupée à chercher des yeux son partenaire à l’écran.

Elle le repère bientôt, debout à l’entrée de la pièce, une main placée sur l’épaule du manager qu’il tapote amicalement. Et si les yeux de ce dernier glissent sans grande discrétion sur ses courbes, ceux de Sinner restent profondément ancrés dans les siens. Vaguement déstabilisée par l’intensité de son regard, la danseuse les rejoint d’un pas hésitant ; soucieuse de ne pas les interrompre en pleine discussion, répugnant à leur faire perdre leur temps s’ils n’attendaient qu’elle. Fort heureusement, ils semblent plutôt contents de la voir arriver, aussi Aisling oublie sa nervosité pour apprécier la façon dont les vêtements choisis par la costumière soulignent la silhouette élancée de son chanteur préféré. man your fans are gonna love this look. Elle ne peut s’empêcher de penser, terriblement satisfaite de le découvrir en avant-première. « Ready to argue? » La plaisanterie tranquille lui rappelle un peu brutalement les implications bien réelles qu’elle avait momentanément oubliées. Les bras croisés contre sa poitrine comme pour se protéger d’un froid imaginaire, Aisling lui jette un coup d’œil furtif. Les sourcils délicatement froncés, son attention focalisée sur le set qui se dresse devant eux, Sinner joue distraitement avec le piercing qui orne sa lèvre inférieure du bout de sa langue. quite frankly I’d much rather be kissing you. Elle songe avec une pointe d’amusement, puis sent son cœur manquer un battement en se souvenant que c’est justement au programme de l’après-midi. oh my god I’m gonna make out with Sid Sinner! Un peu étourdie par cette réalisation qu’elle n’avait pas tout à fait mesurée, elle passe une main fébrile à la base de sa gorge pour faire glisser son pendentif le long de sa chaîne argentée. « Ready as I’ll ever be. » Elle répond d’un ton qui se veut léger alors qu’ils atteignent le plateau, espérant ainsi maintenir à distance la nervosité qui menace de la submerger. Elle a tout juste le temps de prendre connaissance du décor qui se dresse autour d’eux que Jimmy l’entraîne au centre de la cuisine factice, jusqu’à un plan de travail moderne de style industriel. « Aisling, you’ll stand here. Use whatever’s there to make it look like you’re cooking. » Il lui lance avec la confiance du type qui connaît le script par cœur et sait exactement ce qu’il lui reste à faire pour honorer le projet. lucky bastard. Sans prêter la moindre attention à son hochement de tête fébrile, le réalisateur la contourne pour s’attaquer au chanteur : « Sinner, you’ll come around from the back, try to grab her waist and hug her. She pushes you away, you’re annoyed but you go for it again. She pushes you again, a bit harder. Then you argue. » Elle écoute ces quelques consignes avec plus d’attention qu’elle n’a jamais prêté aux sermons qui hantaient les dimanches de son enfance. Pour autant, les notes de son script se brouillent dans sa tête et la scène se mélange à toutes celles qu’elle a tenté de mémoriser pendant que Sharon la maquillait. « Ready? » absofuckinglutely not! Les mains tremblantes, elle essaie de relire en vitesse la scène pour se rafraichir la mémoire et tente désespérément de retenir son script quand Tiffany le lui arrache sans aucune autre forme de procès. oh god, what have I gotten myself into? I’m no actress, I can’t do this! Une paume se pose sur son avant-bras et la fait sursauter. Chaude et électrisante tout à la fois, la caresse inattendue l’arrache pourtant à sa panique avec autant d’efficacité que la voix de Sinner coule en elle pour chasser le trac qui rongeait ses nerfs. « You’ll do just fine, darling. It’s not so different from what you do for your photoshoots. » Touchée par sa sollicitude, Aisling hoche subrepticement la tête et lui adresse un petit sourire. Les yeux à demi-cachés sous sa courte frange effilée, elle le regarde s’éloigner tandis qu’une crainte inhabituelle perturbe sa quiétude retrouvée. « Not sure you’d say that, had you seen my work. » Elle souffle d’une voix ou se mêlent une touche malice et une légère appréhension. Car il n’a jamais vu la moindre photo d’elle, Aisling en est persuadée. Elle sait toujours quand les hommes se gorgent de cette intimité factice sous la forme de pixels ou de papier glacé ; le reconnaît à leur regard qui se dérobe de honte ou convoite lascivement ses courbes comme si elle n’était rien de plus qu’un objet de désir, un bel artifice avec qui se montrer, une poupée qu’ils se devaient de soumettre et posséder. Et il n’y a rien de tout ça dans celui de Sinner, rien qu’une vague lueur d’incertitude ou perce une pointe de curiosité. Troublée par son intérêt et peu encline à l’idée de se dévoiler au milieu du plateau, la modèle secoue délicatement la tête pour lui signifier de laisser tomber pour le moment avant de se détourner. Du reste, le petit reniflement mi amusé, mi embarrassé que laisse échapper Pete ne fait que confirmer l’intuition qui l’a poussée à révéler que ses photoshoots ne sont peut-être pas ce que le chanteur imaginait. don’t worry Sinner, I’m sure he’ll clear that up for you soon enough.

« Quiet on set! » Même si ce rappel à l’ordre ne lui est pas directement destiné, Aisling pince légèrement les lèvres et place ses mains sur le plan de travail. Alors que l’assistante réalisatrice vérifie les derniers réglages avec l’équipe de son et de caméra, l’irlandaise fixe la planche à couper et laisse les détails de la scène lui revenir. Girlfriend and Sinner were chilling in bed. She got annoyed and went to the kitchen. He follows her, tries to hug her, they argue. Les premières notes de la chanson emplissent le silence et la mélodie forme une trame à laquelle se raccrocher, un guide pour l’aider à se mettre dans la peau de son personnage et en comprendre l’essence. Sa détresse, alors qu’elle essayait de profiter de la présence de l’homme qu’elle aime avant qu’il ne lui soit arraché par les aléas de sa vie nomade. Et comme la fermeté de ses mains sur son corps et la douceur de ses lèvres contre sa nuque n’ont fait que creuser la distance qu’elle sentait inévitablement grandir entre eux et menace sournoisement de les déchirer. Sa maigre tentative d’échapper à la douleur de cette incertitude en retrouvant dans sa cuisine le mirage d’une routine qui lui sera bientôt arrachée.  « Camera rolling! » « ACTION! » Lorsque la voix de Jimmy retentit dans le hangar, Aisling est prête. Sans plus le moindre regard pour les caméras, elle s’empare d’un couteau aiguisé et tranche ses tomates avec des gestes secs. Gros plan sur ses mains. Les tremblements de stress qui circulent encore dans ses veines transmettent à la perfection la blessure qui ronge les nerfs de son personnage tandis qu’elle écrase plus qu’elle ne dépose les lamelles inégales sur le pain grillé. La caméra change d’angle, remonte jusqu’à sa taille que les grandes mains de Sinner recouvrent de leur chaleur. Focus sur son visage. Ignorant le frémissement agréable que ce contact fait courir le long de son échine, Aisling peint une expression blessée sur ses traits pour illustrer la souffrance infligée par cet amour qu’elle craint de perdre à chaque départ en tournée. Et pourtant, en cet instant, il est encore là, bien réel même si ça ne durera pas. La caméra zoom out pour capturer une vue d’ensemble. Incapable de lutter, Aisling se détend un instant dans les bras du chanteur, mais le petit calendrier placé bien en évidence sur le frigo l’empêche de profiter de l’étreinte en lui rappelant cette échéance qui l’effraie. Qu’en dépit de ses efforts pour le retenir, il finira toujours par lui échapper. Alors elle remonte une épaule nerveuse, se dérobe, lui file entre les doigts pour retourner à sa préparation, enfouir ses angoisses comme elle recouvre ses sandwichs d’une tranche de pain qu’elle écrase du plat de sa main. Dans son dos, Sinner refuse de se laisser abattre, enroule plutôt un bras autour de sa taille pour la ramener tout contre son torse. Elle tressaille, stoppe son geste, ferme les yeux pour se recomposer. Derrière ses paupières, l’angoisse et la douleur implosent et se transforment en colère. Avec humeur, elle jette le couteau sur le plan de travail. Insert sur l’objet qui rebondit juste à côté de la main tatouée de son partenaire. fucking hell that was close I hope he’s got insurance for that…

« CUT! » La voix de Jimmy la fait sursauter. « Aisling, what was that? » Comprenant que cette incursion dans monde réel a influencé sa performance, la modèle se mordille la lèvre inférieure. « I’m sorry, I got distracted… can I do this again? » Elle voudrait se retourner pour adresser une petite grimace d’excuse à Sinner et jauger sa réaction mais elle n’a pas le temps d’esquisser le moindre geste car le réalisateur décrète aussitôt : « No, the knife thing was great, we’ve got this on camera. Pick up from there. ACTION! » Plutôt que de chercher à contrôler sa nervosité, Aisling décide de la canaliser pour tenter de faire émerger la colère qu’elle est censée incarner. Le cœur en proie à trop d’émotions volatiles, elle fronce les sourcils et se retourne dans son étreinte. Le calme se fait dans son esprit à l’instant où ses yeux rencontrent ceux de Sinner. Une étrange intensité en émane, une lassitude empreinte d’un genre de supplication, déposées comme une couche de magma solidifié sur la lave en fusion qui boue sous la surface. Un verni de calme qu’elle se doit de briser. Il ouvre la bouche pour désamorcer le conflit, mais elle ne lui en laisse pas l’occasion. Les mains appuyées contre sa poitrine, Aisling tend les bras pour le forcer à faire un pas en arrière et creuser la distance entre eux. « CUT! » oh crap, what have I done now? La réponse fuse aussitôt : « I need more anger from you Aisling, try pushing him harder. » Un peu déstabilisée par ce retour, l’irlandaise hoche la tête et se remet aussitôt en place. « Sure, no problem. » La caméra s’éloigne, le bras de Sinner retrouve sa place autour de sa taille. Aisling profite de cette seconde prise pour leur fournir une nouvelle expression, des fois qu’ils aient besoin de variété pour faciliter le montage. Le visage empreint de découragement, elle se retourne pour lui faire face. A nouveau, leurs regards s’affrontent et elle coupe court à sa tentative de réconciliation pour le repousser. Le corps de Sinner recule avec une petite secousse, visiblement pas assez dramatique au goût du réalisateur.  « CUT! » Dépitée, Aisling pince les lèvres et adresse un regard désolé à son partenaire. Dans sa tête, les injonctions assurant qu’une femme se doit d’être toujours délicate et la peur de trop bousculer son chanteur préféré se heurtent à ce qu’on lui demande d’accomplir pour le bien du projet. Comme s’il sentait sa confusion, Jimmy les rejoint sur le set et pose ses mains sur ses épaules. « Listen, I know it’s hard given you didn’t have a chance to rehearse before shooting but you can relax, you’re doing great. I just need you to reach a bit further inside. You love the guy but right now you also hate him. You can’t stand his touch and you want to hurt him. I need to feel that alright? And don’t be afraid to really push him. You’re a tiny chick, he’s a big guy. He can take it, right Sin’? » Un rare sourire au coin des lèvres, Jimmy se retourne pour illustrer son propos et écrase brutalement ses paumes contre la poitrine de Sinner pour le repousser avec une force exagérée qui menace de le faire basculer en arrière. Les yeux écarquillés de surprise, Aisling pince les lèvres pour retenir le petit rire nerveux qui cherche à lui échapper. Vaguement indécise, elle relève un regard interrogateur vers le chanteur comme pour lui demander : that okay with you? Comme s’il lisait dans ses pensées, ce dernier hoche la tête d’un air décidé, et Aisling est presque certaine de déceler une lueur d’encouragement dans le fond de ses yeux clairs. « Yeah okay, I’ll give it a go. »

Le silence reprend ses droits dans le hangar, bientôt suivi par la musique qui les enrobe à nouveau. Aisling laisse la voix basse couler dans ses veines, puise dans ses vibrations mélancoliques les bribes d’une tristesse destructrice qui vient altérer subtilement ses traits. Quand elle fait volteface, les caméras et techniciens se fondent dans un brouillard qui semble tout avaler. Tout à l’exception de Sinner et de l’étrange tension qui se tisse entre eux alors qu’ils plongent dans le regard de l’autre. Le souffle court, Aisling a bien trop conscience de la morsure du plan de travail dans son dos et de la pression légère de son corps contre le sien. Un déchirement inattendu s’éveille en elle, la force à renouer avec d’anciennes déceptions, ravive les braises d’espoirs vains et trop souvent lacérés. Comme il serait tentant de se laisser dériver à l’infini dans l’océan de ses yeux ; de succomber au remède factice de son étreinte et s’abandonner à la passion qui se répand comme un feu sauvage entre eux. Ses yeux glissent vers les lèvres du chanteur comme si elle luttait contre l’envie de l’embrasser, un tiraillement qu’elle ressent bien trop intensément pour avoir à le jouer. Toujours placées au creux de ses hanches, ses paumes enveloppantes semblent la brûler. How long are you leaving this time? Is this why you’re here tonight? To mend for the things you’ll do when you’re out there? Les craintes se bousculent dans sa gorge au point de l’étouffer. Incapable de les exprimer, elle laisse ses doutes et ses reproches danser au fond de son regard hanté. Will you think of me when you’re holding them in your arms? Ces questions sans réponses ouvrent une plaie béante qu'elle ne sait rafistoler. Alors à défaut, elle laisse les peurs et la douleur de sa passion destructrice se déverser sur lui, infliger à son cœur des entailles qu’au moins ils pourront partager. Or will you only remember my face when you wake up in the morning, lonely and empty as you lay next to the nameless girl you shagged the night before? Face à face, ils se toisent. Sous sa frange sombre, les yeux d’Aisling se teintent d’un gris orageux parsemé d’éclairs. Les mains plaquée contre sa poitrine, elle se repousse de toutes ses forces pour s’arracher à son étreinte.
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 5GFNypov_o
POSTS : 1463 POINTS : 60

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 29/02/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyLun 15 Fév 2021 - 23:28




it’s not too late for two lost souls
We all start with the beautiful: hope, pride and love. It's never meant to feel so difficult, your dreams become your drug. I'll give you something to believe in, I'd rather fail than never try. Broken pieces will fall apart, promises will tear down the trust. Find a reason to give your heart and I'll find a reason for us. • Broken Pieces, Andy Black

« Not sure you’d say that, had you seen my work. » What’s that supposed to mean? Un sourcil haussé, Sinner ne quitte pas Aisling des yeux. Perplexe, il scrute son visage pour tenter d’interpréter malgré la distance les émotions qui passent sur ses traits fins. Il y voit de l’embarras, peut-être. Autre chose aussi. Quelque chose de plus sombre, qui ressemble dangereusement à… de la tristesse ? Elle a piqué sa curiosité et elle le sait. D’un hochement de tête sobre, elle lui rappelle que ce n’est pas le moment de creuser la question. Pas quand ils sont le centre d’attention d’une bonne trentaine de personnes et qu’ils sont sur le point de commencer à filmer. Get your shit together, Sinner. You can figure this out later. Il remise donc ses interrogations dans un recoin de son esprit, bien décidé à y revenir plus tard, et se concentre sur les voix qui rythment le plateau et annoncent enfin le début du tournage. « ACTION! » La tête inclinée vers le plan de travail, Aisling se met à massacrer une pauvre tomate à grands coups de couteau maladroits. Pendant quelques secondes, Sid observe la scène pour se plonger dans la tête de son personnage. Puis, animé d’une désagréable fébrilité, il s’approche d’elle. Une main prudente posée sur sa taille dénudée, il se penche comme pour poser un baiser sur sa tempe. Incertain que la marque d’affection soit appréciée, il interrompt son geste juste avant que ses lèvres ne frôlent sa peau. D’un coup d’épaule maussade, elle le repousse. Même s’il sait qu’elle ne fait que suivre le script, la rebuffade le blesse plus que prévu. Devant ses yeux, la chevelure noire et bleue se fond dans de longues mèches blondes, et la fiction se mêle à la réalité jusqu’à ce qu’il ne sache plus vraiment où commence la scène et où se terminent ses souvenirs. Tendrement, il entoure la taille fine de son bras pour serrer la jeune femme contre sa poitrine. Quoi qu’elle en pense, sa chaleur et sa tendresse lui manqueront pendant les longues semaines de tournée. Il voudrait le lui dire clairement, réussir à chasser ses peurs et ses inquiétudes. Sauf qu’il ignore comment faire. Il n’est pas doué pour communiquer son affection, il ne l’a jamais été. No matter what I do, it’s never good enough for you. Elle se tend contre lui, refuse dans un silence glacial son étreinte. Elle balance sans délicatesse son couteau sur le comptoir sur lequel il rebondit avec un désagréable bruit métallique. Sinner ne peut pas voir son visage, mais il sait que les grands yeux verts lancent des éclairs. « CUT! » Alors que la lame tranchante qui ricochait à quelques centimètres à peine de sa main ne l’a pas perturbé, la voix de Jimmy le fait sursauter. What the fuck? Le cœur battant, il constate qu’il s’est laisse prendre au jeu au point d’avoir presque oublié où il se trouvait.

Tout à coup, la chaleur du corps d’Aisling toujours pressé contre le sien lui semble profondément désagréable. Son étreinte se relâche, il esquisse un mouvement de recul pour se séparer d’elle. Une fois de plus, la voix de Jimmy traverse le brouillard, le ramène à l’ordre. « No, the knife thing was great, we’ve got this on camera. Pick up from there. ACTION! » The show must go on. Il raffermit sa prise, elle se retourne entre ses bras. Vaguement désorienté par les iris gris, il ouvre la bouche. Pour dire quoi ? Aucune idée. S’excuser peut-être, même si ça ne changera rien. Les mains de la jeune femme se posent sur son torse, le repoussent mollement. La voix de Jimmy claque une fois de plus dans le hangar : « CUT! I need more anger from you Aisling, try pushing him harder. » Ils reprennent place une fois de plus. Sid glisse son bras autour de la taille de la jeune femme. Il est soulagé quand elle se tourne à nouveau vers lui. Face à face, il a moins de mal se souvenir qu’ils jouent la comédie. Car, si ses yeux brillent de colère, l’incertitude qui y tournoie aussi fait redescendre la tension et l’ancre dans le présent. Avec un peu plus de conviction que la première fois, elle plaque ses mains sur sa poitrine. Il a beau faire un pas en arrière pour accentuer le mouvement, il est convaincu que ça n’aura pas été suffisant pour satisfaire Jimmy et il n’est pas surpris de l’entendre crier « CUT! » une fois de plus. Le voyant approcher, Sinner fait un pas de côté pour lui laisser le champ libre devant Aisling. Il ne la connaît peut-être pas beaucoup, mais il a déjà eu le trac assez souvent pour reconnaître les dommages qu’il cause chez les autres. Il lance un regard appréciateur à son réalisateur en le voyant poser ses mains sur les épaules de sa partenaire, confiant qu’il saura trouver les mots pour la guider et l’amener à donner le meilleur d’elle-même. Depuis le début de sa carrière, le chanteur a déjà eu l’occasion à plusieurs reprises de profiter de ses encouragements. En plus de son talent manifeste pour créer de jolies images à la caméra, c’est sa façon de motiver et d’inspirer ses acteurs sans jamais les faire sentir mal d’avoir de la difficulté à jouer une scène qui l’a propulsé au rang de réalisateur officiel de Sid Sinner et des Skeleton Reflection. « And don’t be afraid to really push him. You’re a tiny chick, he’s a big guy. He can take it, right Sin’? » Le chanteur n’a pas le temps de répondre : le réalisateur s’est tourné vers lui d’une pirouette souple et, sans la moindre hésitation, il le repousse de toutes ses forces. Surpris, Sinner manque de perdre l’équilibre et doit reculer de quelques pas pour éviter de s’écraser lamentablement au sol. Asshole! songe-t-il avec affection. Malgré la démonstration, Aisling n’a pas l’air totalement convaincue. Elle lui lance un regard rempli de doutes et il tente de l’encourager silencieusement en hochant la tête. Bring it on sweetheart, give me all you have. Son assurance tranquille semble avoir l’effet escompté, car elle finit par acquiescer. « Yeah okay, I’ll give it a go. » Ils reprennent chacun leur place, Jimmy sur sa petite chaise de réalisateur en bois, Aisling devant le comptoir et Sid derrière elle, son bras à nouveau enroulé autour de sa taille.

Cette fois quand elle se retourne, son incertitude a disparu. Son regard brûlant d’amertume et de chagrin percute de plein fouet celui de Sinner. Le temps se suspend, l’atmosphère se charge d’une électricité crépitante. Le souffle court et les tripes nouées, il attend. Il s’en veut de la faire tant souffrir, de ne pas être celui qu’elle mérite, de ne savoir lui offrir que des blessures et des déceptions. Il accepte avec soulagement la morsure de ses paumes qui s’enfoncent dans sa chair pour le repousser avec violence. Sous l’impulsion, il recule. Les bras ballants, il soutient son regard. Sa moue remplie de mépris et de dégoût fait couler un froid profondément désagréable dans sa poitrine. Elle fuit. Désemparé, il laisse sa douleur se transformer en colère parce que c’est plus facile de lui en vouloir et de rejeter la faute sur elle que de faire face à ses propres faiblesses. Les poings serrés, la mâchoire crispée, il fronce les sourcils et fait un pas en avant, l’attrape vivement par le coude pour la retenir. Wait… Stay Elle s’immobilise. Son regard glisse vers ses doigts rempliés autour de son bras, remonte et se pose sur le visage de Sinner. Elle se dégage brutalement, les prunelles orageuses. How did we get here? Une fois de plus, elle se détourne. Il la laisse s’échapper malgré la colère qui enfle en lui. That’s what you always do, isn’t it? Il s’élance vers elle, réussit de justesse à la rejoindre et à lui bloquer le chemin avant qu’elle n’atteigne la porte de l’appartement. Set the world on fire then run away cause you can’t fucking stand to watch it burn. Elle tente de le contourner, il tend le bras pour l’en empêcher. Il fait un pas en avant, elle recule. Ils répètent cette petite danse à quelques reprises, jusqu’à ce qu’Aisling se retrouve coincée entre lui et le mur. Un bras tendu pour l’empêcher de fuir, il pose une main tendre sur son épaule, la presse délicatement comme si ça pouvait suffire à lui faire comprendre son désespoir. We can’t fix this, we can’t fix us, if you keep running every time I try to get closer to you. Insensible à ses pensées et se sentant sans doute prise au piège, elle se dégage d’un brusque coup d’épaule et essaie une fois de plus de s’échapper. Par réflexe, il tend l’autre bras pour l’en empêcher. « Stop running! » De frustration, il frappe du plat de la main le mur, juste à côté de sa tête. « For once. Please. » Défait, il plonge enfin dans le regard vertgris. Il s’attendait à y trouver de la rage, mais il ne rencontre que la peur. Une peur beaucoup trop pure et viscérale pour être feinte et qui le replonge brutalement dans la réalité. « CUT! That was great, guys! » La voix de Jimmy les fait sursauter tous les deux. Une main plaquée sur sa poitrine, la jeune femme ne le quitte pas des yeux. Il se rend compte qu’il la surplombe encore et s’empresse de faire un pas en arrière pour lui donner un peu d’espace et lui permettre de reprendre son souffle. « You’re okay, darling, » murmure-t-il, radouci. « Are you with me now? » Soulagé de voir un éclat de vie regagner son visage jusqu’alors vacant, il lui sourit. Avant qu’elle n’ait pu répondre, Jimmy reprend : « We’ll do it again. Aisling, this time try to look more pissed off and less like a terrified rabbit. Are you guys ready? » Les lèvres tordues en une moue incertaine, le chanteur fronce légèrement les sourcils. Il ne sait pas trop ce qui vient de se passer, sinon qu’il a visiblement un peu trop poussé la note, et il se demande s’ils ne devraient pas prendre une courte pause avant de reprendre. Le teint blême d’Aisling finit de le convaincre. « Give us a sec, » lance-t-il par-dessus son épaule à son réalisateur. Il ramène ensuite son attention sur sa partenaire. « That got real intense real fast, I know. » Comme tout à l’heure, il ressent l’impulsion quasi incontrôlable de la toucher. Il n’hésite qu’une seconde ou deux avant d’y céder et de poser sa main sur le bras de la jeune femme. « Do you need a breather before we do the retake? » Prenant brusquement conscience que, dans les circonstances, il risque de lui sembler plus envahissant que réconfortant, il laisse retomber sa main le long de son corps. What the hell’s going on with you dude? Get a grip!




Just kiss me in the dark
Since you came back, I see things differently and this love came so easily. We were talking in the dark, but its so clear to me, I adore you 'cause you don't care where I came from. Just kiss me in the dark while my lips are numb. And I love, every inch of you and then some, and then some, and then some. • and then some, arkells

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2MiNnPz
It's not too late for two lost souls ♡ Sid KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Vpg5
POSTS : 1166 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyDim 28 Fév 2021 - 22:12



it's not too late for two lost souls
Sid Sinner & Aisling Rose

We're always running away and we don't even stop to think about it. The worlds in our hands. They don't need to understand. We do it our own way, no matter what they try to say about about it. We've got our own plans, they don't need to understand
Un froid désagréable s’infiltre dans ses poumons, sinue le long de ses veines, glace son cœur. Les yeux dans les yeux, ils se toisent en silence. Elle abhorre cette distance que son geste a creusée entre eux. Elle le hait d’avoir une telle emprise sur ses émotions, se déteste plus encore de ne pouvoir y résister. C’est une lassitude infusée de colère qui se peint sur ses traits alors qu’elle se détourne et se dérobe. La fuite pour ne pas se dévoiler. La fuite pour l’ébranler et le forcer à la retenir. Pour évaluer à la violence de sa poigne combien il la désire encore. La scène terminée, le set reprend forme en même temps que la réalité. La caméra s’éloigne de son visage, mais Aisling ne lui accorde pas la moindre attention, consciente de devoir rester dans la peau de son personnage et continuer son mouvement jusqu’au prochain CUT de Jimmy. La main de Sinner agrippe son coude et la force à s’immobiliser. Elle a beau savoir que c’est dans le script, l’irlandaise sent son cœur se serrer. he’s moving onto the next scene, I’ve just got to follow his lead. Méfiante, elle fixe la morsure de ses doigts dans sa chair, remonte lentement jusqu’à son visage pour lui lancer un regard orageux où perce un éclair de défi. You really think you can keep me here? D’un geste sec, elle s’arrache à son étreinte, récupère son sac à main sur le canapé et traverse le salon factice. Des pas décidés retentissent derrière elle et l’irlandaise sent son système nerveux s’emballer. “Get back here ya little slut, we not fookin’ done ya hear me?!” Les doigts crispés autour de ses affaires, elle essaie de ne pas se laisser perturber. La porte lui paraît si proche et pourtant si éloignée. Elle tend une main pour l’atteindre mais une ombre se dresse devant elle et son corps a un mouvement de recul. La tête obstinément baissée, elle essaie de le contourner mais un bras sorti de nulle part lui barre le passage. Le dessin familier de ses tatouages l’arrache à l’angoisse visqueuse qui s’épand insidieusement dans ses tripes et elle puise dans l’encre sombre le courage de relever les yeux vers son partenaire. he’s just doing his job. Elle songe pour se rassurer tandis qu’il fait un pas vers elle. Tout comme elle essaie de faire le sien, malgré les bribes de passé qui viennent éclabousser son présent. Les souvenirs fanés et distordus par les années dessinent un éclat malsain dans ses iris pâles alors qu’il la force à reculer jusqu’à ce qu’elle se retrouve aculée contre le mur. it’s all in your fucking head. Les paupières fermées, elle prend une inspiration pour se recomposer. Quand son regard fouille celui de Sinner, il n’y a plus la moindre trace de cette froide menace, ni des pupilles si dilatées qu’elles semblaient engloutir tout le bleu de ses iris. Que les vestiges d’une colère qui déjà se fond dans un désespoir si pur qu’il la trouble. it’s really personal for you, isn’t it? La paume qui presse son épaule est si tendre qu’elle doit lutter contre l’envie de s’y abandonner, afin de trouver dans cette marque de tendresse le réconfort dont ils semblent tous les deux avoir besoin. Consciente de la caméra toujours braquée sur son visage, Aisling durcit ses traits et se dégage brutalement pour se défiler une fois encore. Si elle s’attendait à voir son bras se dresser en travers de son chemin, le claquement de sa voix brisée la prend de court. « Stop running! » La main qui s’abat contre le mur à quelques centimètres de son visage la fait tressaillir. Le souffle coupé et les yeux agrandis par la peur, elle replie maladroitement ses bras contre sa poitrine, les paumes tournées vers lui comme pour se protéger. « For once. Please. » Le timbre profond et suppliant de son chanteur préféré la surprend assez pour pénétrer le brouillard de souvenirs brisés qui l’enveloppait. La gorge nouée, elle relève timidement le menton, battant des cils comme pour parer au coup qui peut encore tomber. Et la douleur torturée qui bouffait ses yeux bleus iceberg fond en une sorte d’incrédulité.  

« CUT! That was great, guys! » La voix s’immisce brutalement dans leur intimité et les fait sursauter. Une main fébrile plaquée contre son cœur, Aisling observe nerveusement Sinner qui la retient toujours prisonnière. Comme s’il prenait soudain conscience de sa posture dominante, il s’écarte d’un bond. Elle respire mieux, malgré le froid qui s’insinue dans ses membres. Pour le chasser, l’irlandaise replie fébrilement ses bras autour de son corps et se caresse distraitement l’épaule. « You’re okay, darling. Are you with me now? » La voix basse coule dans ses veines, diffuse une chaleur agréable dans sa poitrine et la douceur de son sourire l’ancre à nouveau dans la réalité. Elle a tout juste le temps de lui répondre d’un petit hochement de tête que Jimmy reprend avec enthousiasme : « We’ll do it again. Aisling, this time try to look more pissed off and less like a terrified rabbit. Are you guys ready? » god I’m such a lame actress I can’t even deliver a simple performance with no bloody line. Honteuse d’avoir été aussi secouée par la scène qu’ils viennent de tourner, elle ouvre la bouche pour s’excuser mais son partenaire la devance d’un ton assuré : « Give us a sec ». Les lèvres pincées, elle sonde le regard du chanteur, vaguement inquiète à l’idée de l’avoir déçu et déterminée à recevoir ses critiques dans l’espoir de pouvoir se rattraper. Mais elle n’y trouve pas le moindre reproche. Seulement une pointe de compassion qui la déstabilise presque plus encore que la réminiscence d’anciens drames que le script l’a poussée à rejouer. « That got real intense real fast, I know. » Il lui confie d’une voix douce en plaçant sa main sur son bras. You could say that… Elle songe avec un petit sourire. « Do you need a breather before we do the retake? » Sa paume est douce, chaude. Si rassurante qu’elle doit lutter contre l’envie de le retenir quand il la laisse retomber le long de son jean. Embarrassée, elle se passe une main sur le visage et prend une petite inspiration avant de relever les yeux vers lui. « Shit… I shouldn’t have let it get to me like that. I’m sorry, I don’t know what happened, I- » it just feels a bit too familiar for me too… Les mots dansent sur sa langue mais elle les retient et se pince les lèvres avant de se détourner. Frustrée de ne pas parvenir à exprimer les émotions qui tournoient encore en elle. Consciente que ses expériences passées n’ont pas leur place entre eux, et encore moins dans cette production qu’elle refuse de retarder davantage. it’s your shit, deal with it. Quand ses yeux rencontrent à nouveau ceux de Sinner, son regard compréhensif fait comme un baume sur son cœur. Il a déjà apaisé tant de ses douleurs par le passé en lui offrant à travers ses textes et sa voix un abri où se réfugier pour panser ses plaies. Elle veut croire que cette fois encore il parviendra à lui insuffler la force de bâillonner ces vieux démons qu’elle ne pensait plus retrouver. « I’m okay. » Elle lui assure avec un petit sourire agrémenté d’un hochement de tête déterminé. « Thank you… » Sans qu’elle sache trop comment, ses doigts trouvent ceux de Sinner, pressent délicatement sa paume, se dérobent aussitôt.

« I’m ready. » Elle lance alors à l’intention de Jimmy, dont l’air vaguement déconcerté se reflète peut-être avec plus d’intensité encore sur le visage poupin de Pete. Il n’a pas le temps d’annoncer la reprise du tournage qu’une voix féminine résonne dans le hangar. « I’ll just be a minute! » Armée de sa trousse de maquillage, Sharon fait irruption sur le set et se précipite vers Aisling, bousculant presque Sinner dans son empressement. « I gotta make sure she’s camera ready! » Derrière elle, Patricia en profite pour entraîner le chanteur un peu à l’écart, armée d’un énorme pinceau et d’une poudre translucide. yeah better make sure I look good at least… « You’re doing great sweetheart. » Comme si elle avait lu dans ses pensées, la maquilleuse s’empresse de la rassurer en tamponnant un peu de poudre sur son front, son nez et son menton. « Kid looks intimidating but he won’t ever hurt you. It’s acting, you can trust him. » Mordillant l’intérieur de ses joues, Aisling jette un coup d’œil dans sa direction et se détourne avant que leurs regards ne puissent se croiser. « I know... » Elle réplique en se dandinant d’un pied sur l’autre, vaguement embarrassée. C’est que Sharon ne devrait pas avoir à lui rappeler les bases de sa performance. Qu’il s’agisse de musique ou de comédie, au fond c’est la même chose que dans ses danses : elle ne brûle pas réellement de désir pour les hommes qui paient pour la voir se dévoiler. L’important, c’est qu’ils y croient. Et au cours des dernières années, elle est passée maître dans l’art de faire semblant. and yet, being so close to him, everything feels so… real. « Okay now she’s ready! » S’enthousiasme la maquilleuse en donnant un dernier coup de pinceau sur le bout de son nez. Pinçant les lèvres pour contenir un petit rire surpris, Aisling la remercie d’un regard brillant d’émotion. Ravi, Jimmy s’anime en un sursaut et gueule quelques indications à son assistante puis aux caméras avant de se tourner vers ses acteurs. « So we’ll take it from the moment you both stand in the Kitchen. Aisling, you escape his grip and then Sinner, you start chasing her through the flat and you move onto the fight scene, alright? Remember I need to see your anger shine through! » Ignorant les battements erratiques de son cœur, Aisling hoche la tête. « Yeah, noted. » Et comme ça, ils reprennent place sur les petites croix en ruban adhésif indiquant leur position sur le sol. Les paupières fermées, elle essaie de rattraper le fil de la scène pour se reconnecter à l’état émotionnel qui animait son personnage avant que sa propre expérience ne vienne tout bouleverser. Elle a tout juste le temps de prendre une profonde inspiration que déjà le silence se fait et la voix résonne sur le plateau : « And… ACTION! »

La main de Sinner se referme autour de son coude. Ses yeux fixent les doigts tatoués, remontent le long de son bras, se braquent sur son visage. Leurs regards s’affrontent. Celui du chanteur se charge de questions, puis de colère. Une fois de plus, elle s’arrache à son étreinte et fait volte-face pour atteindre la porte de l’appartement factice. La passivité comme une lame affutée, comme si rien de tout cela ne lui importait. Il la talonne aussitôt et ses pas résonnent dans son dos. Son cœur s’emballe dans sa poitrine, mais son expression reste de marbre. Plutôt que de ployer sous la violence de ses émotions, elle se nourrit de sa rage et de sa frustration, de sa colère comme de sa confusion. Elle s’enivre de cette énergie qu’il dirige enfin vers elle et lui donne l’impression d’être importante à ses yeux. Watch me walk away from you. Feel it deep inside. That’s the wound you infilct upon me everytime you leave. Everytime I see you with one of them. Ses doigts effleurent la poignée de la porte mais il lui barre le passage. Les sourcils froncés, elle le bouscule d’un coup d’épaule pour le contourner. Son bras se dresse aussitôt devant elle et sa stature imposante la force à reculer. Ses yeux s’embrasent de fureur comme pour fondre la glace des siens. « Get the fuck out of my way. » La voix coupante ricoche contre l’armure qu’il a érigée, les paroles se perdent dans l’air qui s’amenuise entre eux alors qu’il fait un pas de plus pour combler la distance qu’elle s’obstine à creuser. Elle perd du terrain, et bientôt la morsure du plâtre dans son dos lui arrache un petit soupir saccadé. Plaquée contre le mur et soumise à sa volonté, Aisling sent un désir ardent se répandre dans son bas-ventre. he said ‘look more pissed off’ not ‘horny af’, elle se rappelle brusquement à l’ordre alors qu’il presse délicatement son épaule. Le souffle court, elle balaie son visage et brave son regard. Les yeux du chanteur reflètent sa frustration, son désespoir, et une tristesse si brute qu’elle lui serre le cœur. Dans les siens flambent la colère et la douleur, ainsi qu’une pointe de folie qui pourrait bien la consumer toute entière. Elle voudrait lui hurler ses craintes, le supplier de la rassurer, mais quelque part au cours de leur relation, la confiance s’est brisée et ses promesses lui sembleraient vide de sens désormais. Dans le chaos des émotions volatiles qui font irruption en elle, la souffrance qu’ils s’infligent s’impose comme l’ultime passion qu’ils peuvent encore partager. I don’t wanna talk about my pain, but I want you to make it all go away. I don’t wanna ruin our last night together but I need to feel how much you care, that I’m making you crazy, that you’d do anything for me. And I don’t know how to get that fix without driving you mad, without feeling in your anger all of the things you don’t know how to say either… Elle se doit d’entretenir les braises de sa colère pour sentir dans la violence de son désespoir qu’il tient encore à elle. Alors plutôt que de baisser les armes, elle se dégage sèchement, tente d’échapper à son étreinte comme elle voudrait échapper à l’emprise qu’il exerce sur son cœur. Sa grande main se plaque contre le mur, son bras tatoué lui barre encore le passage. Un feu instable rougeoie dans le fond de ses yeux ternis par la rancœur lorsqu’elle les plante dans ceux de Sinner. You may be used to getting your way but you can’t fix this. You can’t fix us. We’re broken. Les lèvres du chanteur se pincent en une mince ligne, la frustration crispe les traits harmonieux de son visage et l’orage éclate sur la banquise de ses yeux. Son épaule se contracte et sa paume s’écrase contre le mur juste à côté de son visage. You broke us. Le corps tremblant d’adrénaline et les traits figés, ils s’affrontent silencieusement. La poitrine d’Aisling se lève et s’abaisse au rythme de sa respiration saccadée. « CUT! » Le cri s’infiltre à travers le voile qui les enrobait, dissipe la tension qui crépitait encore entre eux. « Well… that was powerful. Fantastic performance guys! » Les traits d’Aisling se détendent en même temps que ceux de Sinner, tandis que quelques timides applaudissements retentissent dans le hangar. Un petit sourire de fierté au coin des lèvres, elle relève les yeux vers son partenaire. Le regard complice qu’ils échangent fait naître une chaleur agréable dans sa poitrine et colore ses joues pâles. « You know this whole “I’ll push you against the wall” thing is way too sexy for any woman to hold onto her anger… right? » Elle le taquine en laissant courir ses doigts le long du col de son t-shirt. Puis, se rappelant brusquement où elle se trouve, Aisling laisse retomber sa main le long de son corps et se mordille nerveusement la lèvre inférieure. « Any idea how many more times we're expected to rip each other to shreds before we get to passionately make up? » Elle demande d’un ton léger pour tenter de cacher la pointe d’appréhension qui louvoie encore en elle. please tell me we wrapped the toughest scenes…  
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 5GFNypov_o
POSTS : 1463 POINTS : 60

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : rena (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 29/02/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyMer 10 Mar 2021 - 23:01




it’s not too late for two lost souls
We all start with the beautiful: hope, pride and love. It's never meant to feel so difficult, your dreams become your drug. I'll give you something to believe in, I'd rather fail than never try. Broken pieces will fall apart, promises will tear down the trust. Find a reason to give your heart and I'll find a reason for us. • Broken Pieces, Andy Black

Après un court moment de flottement, Aisling incline la tête et passe une main lasse sur son visage. « Shit… I shouldn’t have let it get to me like that. I’m sorry, I don’t know what happened, I- » Même si elle ne termine pas sa phrase, il croit comprendre ce qu’elle essaie de lui dire : que pour elle aussi, le passé et le présent se sont mélangés jusqu’à ce qu’elle se perde dans les méandres de ses mauvais souvenirs. Il tente de croiser son regard, mais elle se détourne. Les sourcils légèrement froncés, il ne peut s’empêcher de se demander à quels moments douloureux de sa vie cette scène intense faisait écho. S’il ne s’étonne plus vraiment de cette curiosité qu’elle semble éveiller tout naturellement chez lui, il est surpris de constater à quel point les scénarios désagréables qui lui viennent à l’esprit le dérangent. Why do you care? You don’t even know her. Machinalement, il plaque sa main contre sa cuisse, se concentre sur la texture rêche du denim de son jean sous ses doigts pour lutter contre l’envie de la poser à nouveau sur le bras de la jeune femme. Finalement, elle revient plonger timidement son regard dans le sien. Dans les grands yeux bleu gris, plus aucune trace des émotions négatives qui ont failli l’engloutir. Qu’une dose de quelque chose qui ressemble dangereusement à de la gratitude et qui provoque un pincement douloureux entre les côtes du chanteur. « I’m okay. Thank you… » souffle-t-elle en glissant ses doigts entre les siens un bref instant. Surpris par la façon dont son cœur tressaute dans sa poitrine malgré la délicatesse et la brièveté du contact, il hoche distraitement la tête. Perturbé par l’énergie étrange qui circule entre sa partenaire de jeu et lui, il se secoue un peu pour tenter de se remettre les idées en place avant de reprendre le tournage. « I’ll just be a minute! » Traversant le brouhaha généralisé, la voix de Sharon rebondit désagréablement sur les murs en carton de l’appartement factice. Sa trousse en main, elle s’impose sur le plateau et repousse Sinner d’une main autoritaire pour s’approprier la place qu’il occupait à côté d’Aisling. What the hell? Why’s everyone pushing me around today? « I gotta make sure she’s camera ready! » Il ne la croit qu’à moitié. Depuis le temps qu’ils travaillent ensemble, il a vu les maquillages de Sharon résister à des conditions de travail nettement plus intenses que leur petite dispute sans couler ou s’effacer. Sinner a reconnu dans ses yeux noisette cet éclat férocement protecteur qu’elle dirige encore de temps en temps vers lui même s’il ne ressemble plus vraiment au gamin maigrichon qu’elle a rencontré il y a des années. Il est certain qu’elle s’inquiète plutôt du bien-être mental de sa nouvelle protégée que de l’état de son make-up.

Patricia, qui est sûrement de mèche avec elle, est sortie de nulle part et l’attrape par le bras pour l’éloigner de quelques pas, suffisamment loin pour que seules des bribes de la conversation entre Aisling et Sharon lui parviennent. Hissée sur la pointe des pieds malgré ses talons pour atteindre le visage du chanteur, elle trempe son immense pinceau dans le pot de poudre qu’elle a apporté avec elle. « She really seemed spooked. It’s good that Jim stopped you when he did. Even though he has zero fucking clue that even happened. » La fin de sa phrase aurait pu être mordante si son ton n’avait pas été rempli d’une affection un peu exaspérée qui rappelle à Sinner que la maquilleuse a été en couple pendant quelques années avec le réalisateur. Jimmy ne lui a pas révélé tous les détails de leur séparation, mais il sait qu’ils sont restés bons amis et qu’ils travaillent encore très souvent ensemble, comme aujourd’hui. « He’s so focused on details that sometimes he misses the big picture, y’know? » Le chanteur pousse un reniflement amusé. « No kidding. It’s part of what makes him so good at his job though. » Par-dessus l’épaule de Patricia, il observe discrètement Sharon et Aisling qui rigolent ensemble. Il ignore ce qu’elle a pu dire à la jeune femme, mais cette dernière a retrouvé des couleurs et semble d’humeur plus légère. « Okay now she’s ready! » lance finalement Sharon, suffisamment fort pour que tout le monde l’entende. « You too, handsome, » lui annonce Patricia avec un sourire après avoir balayé du revers de la main quelques grains de poudre qui s’étaient égarés sur son t-shirt noir. « Thanks. » Tandis que les maquilleuses battent en retraite pour retrouver leur place en bordure du plateau, Sinner et Aisling retournent dans la cuisine. Les pieds ancrés sur la croix en ruban noir collée sur le plancher, il se surprend à espérer que le tournage de cette scène se termine rapidement. Il craint de replonger trop loin dans les émotions sombres que la musique évoque chez lui. We should’ve launched Stay Alive instead of this fucking song. Un peu maussade, il tente de se concentrer sur les directives de Jimmy pour chasser son trac bizarre.

Il voudrait croiser le regard de sa partenaire (pour s’assurer qu’elle va bien, pas parce que ça l’ancrerait de voir qu’elle flippe un peu elle aussi) mais elle a fermé les yeux. Alors il essuie discrètement ses paumes sur son jeans pour éviter qu’elles soient moites lorsqu’il agrippera le bras d’Aisling, puis il inspire profondément. Enfin, il se sent prêt, juste comme Jimmy fait signe aux caméras de recommencer à tourner. « And… ACTION! » Aisling veut s’éloigner, il la retient. Elle s’immobilise, fait couler un regard presque dégoûté sur ses doigts qui se sont accrochés à son coude. Quand ses yeux limpides croisent les siens, ils sont si froids et distants qu’il se sent glacé de l’intérieur. Elle se dégage brusquement, lui lacère impitoyablement le cœur en même temps. Une colère sourde s’allume dans sa poitrine, le propulse vers l’avant. Déterminé à l’empêcher de fuir, il allonge le pas et fait volte-face devant elle pour lui bloquer le chemin. Comme suspendu dans une boucle temporelle, il revit une énième fois le cocktail d’émotions désagréables qu’il a fini par associer à ses yeux moqueurs et à sa moue méprisante. Le visage est différent, plus doux que dans ses souvenirs, mais il reconnaît la hargne qui brûle dans ses prunelles. Alors il se durcit le cœur et serre la mâchoire. « Get the fuck out of my way, » lui crache-t-elle au visage comme une insulte. Il devrait l’écouter, la laisser partir. Mais plus tôt que de reculer, il fait un pas en avant, s’impose sans pitié dans son espace. Il ne devrait pas accepter d’être le seul à se battre, pas plus qu’il ne devrait pas sacrifier toute son énergie pour sauver une relation vouée à l’échec depuis longtemps. Pourtant, il est incapable de reprendre le contrôle de son cœur sanguinolent, incapable de le déchirer pour l’arracher aux griffes acérées qu’elle a plantées dans sa chair. Alors il fait un autre pas en avant au lieu d’un pas en arrière, la retient prisonnière au lieu de la laisser s’échapper. Désespéré, il tente une dernière approche. Il presse délicatement son épaule, met dans ce geste toute la tendresse qu’il lui reste, les dernières miettes d’affection qui n’ont pas encore été dévorées par le brasier qui menace de les engloutir. Why would you do that to me? Why won’t you let me in? Why do I always end up hurting you when I only want to love you? Insensible à ses supplications silencieuses, elle se dégage une fois de plus. Une fois de trop. Where did we go wrong? Seul le claquement sec de sa paume qui s’écrase contre la brique creuse du mur lui répond. Le bruit le ramène à la réalité, à son souffle haletant et au corps de sa partenaire, qui est presque plaqué contre le sien. Brusquement, la scène lui semble chargée d’une tension totalement différente de l’animosité qui les faisait vibrer quelques secondes plus tôt. Plus volatile. Plus agréable aussi. « CUT! » Il sursaute violemment. Fucking hell! Il avait totalement oublé les caméras et les projecteurs, les techniciens, Jimmy, Pete et tous les autres employés qui travaillent sur le plateau.

La voix du réalisateur leur parvient, vibrante de satisfaction. « Well… that was powerful. Fantastic performance guys! » Sinner pousse un soupir de soulagement, heureux d’apprendre qu’ils n’auront pas à rejouer la scène une fois de plus. Aisling semble partager son opinion, à en juger par le sourire furtif qui s’étire sur ses lèvres. « You know this whole “I’ll push you against the wall” thing is way too sexy for any woman to hold onto her anger… right? » minaude-t-elle en traçant du bout des doigts le col de son t-shirt. Un sourire mi-moqueur, mi-charmeur s’étire sur les lèvres du chanteur. Yes, that’s rather the point darling. Déjà, la main d’Aisling retombe, son expression charmeuse remplacée par un air vaguement songeur. « Any idea how many more times we’re expected to rip each other to shreds before we get to passionately make up? » En dépit de son ton léger, il perçoit un soupçon de sincérité dans ses paroles qui lui confirme qu’elle préfèrerait elle aussi passer à autre chose. Il n’en laisse toutefois rien paraître et se penche plutôt légèrement vers elle, comme s’il allait lui confier un secret qui n’est destiné à personne d’autre qu’elle. « That does sound a lot more fun, doesn’t it? » souffle-t-il en haussant un sourcil suggestif. Du regard, il trace la courbe appétissante de ses lèvres rosées. Yeah, that would be way better than fighting… En songeant aux heures de tournage qu’il leur reste encore et au vernis de professionnalisme qu’ils doivent maintenir, il s’oblige néanmoins à s’écarter, libérant par le fait même la jeune femme de son emprise. Juste à temps d’ailleurs, puisque Jimmy s’approche déjà d’eux, Pete sur les talons. Malgré ses bras croisés et son air relativement neutre, le chanteur capte parfaitement le sens caché derrière le hochement de tête pointu que lui lance son agent. Keep it in your pants Sinner. Les lèvres pincées, il soutient son regard, l’affronte jusqu’à ce que Pete baisse finalement la tête pour jeter un coup d’œil faussement intéressé à son portable. Satisfait d’avoir gagné cette bataille silencieuse, il se recentre sur son réalisateur, qui discute avec Aisling. « You did great, really. You’re a natural. » Un sourire moqueur placardé sur le visage, il se tourne vers le chanteur. « You’re not bad either. We might still be able to make an actor out of you. » Les sourcils froncés, Sinner porte une main à sa poitrine, l’air faussement blessé. « Ouch, that hurts dude. » Visiblement peu perturbé par sa réaction, Jimmy ricane. « What can I say, you sing better than you act. » Il appuie sa remarque d’un haussement d’épaules nonchalant, puis reprend son sérieux. « We’re almost done the first part, we just need to do the solo scenes. Sin’ will go first, and then it’ll be your turn Aisling. » C’est à ce moment qu’une tornade aux cheveux foncés apparaît devant eux, les bras chargés de vêtements. Sans hésiter une seconde avant de les interrompre, la styliste tend un débardeur blanc habilement déchiré et une oreillette à Sinner. « That’s for you. Put it on. Keep the jeans. » Elle n’écoute qu’à moitié ses remerciements, trop concentrée sur Aisling, dont elle observe la tenue d’un œil critique en fouinant dans la pile de vêtements qu’elle a apportés avec elle. Avisant une chaise un peu en retrait, il s’en approche et pose le débardeur que Janet lui a donné sur le dossier. Après avoir glissé l’oreillette dans la poche de son jean, il retire prudemment son t-shirt et l’échange pour le débardeur qu’il enfile tout aussi délicatement pour ne pas abîmer son maquillage.

Quand il émerge du col trop large, Sharon se tient debout devant lui, une bouteille de gel à la main. « Sit down, kid. I gotta make you look even more disheveled if you can believe it. » Un sourire amusé au coin des lèvres, il obéit et s’installe pour lui permettre d’atteindre facilement sa chevelure. « I swear I left the scissors in the dressing room, » promet-elle en contournant la chaise pour se placer derrière lui. « Duh, you can’t do anything now that we’ve started filming. » Son petit ton insolent lui vaut une claque amicale derrière le crâne qui lui arrache un ricanement. Bientôt, les doigts fins courent dans sa crinière, ébouriffent savamment quelques mèches ou en placent d’autres. « You were right to pick her, you know? You look insanely good together. Everyone will believe you’re actually a couple, » dit-elle en tirant affectueusement sur une mèche pour ponctuer sa suggestion. « I guess so. It’s good for business. » En dépit de son ton léger, elle doit avoir senti l’avertissement dans sa voix car elle ne pousse pas plus loin le sujet, qu’elle sait sensible, et il lui en est reconnaissant. I don’t need your meddling matchmaking now. Il revoit le regard plein de séduction de la jeune femme, ses joues rosées, son corps tendu, si près du sien. We’re already playing with fire. « There, that should do it. It looks like a sexy bird’s nest. » Ses mains se posent sur ses épaules, les pressent affectueusement. « You’re ready. » Il lève le menton pour l’observer à l’envers et lui sourit. « Thanks Sharon. » Pour toute réponse, elle lui tapote l’épaule et il se lève pour aller rejoindre Jimmy. L’appartement factice a été remplacé par de nouveaux décors : une petite scène décorée du logo de Sid Sinner et de lourds rideaux de velours noirs, un corridor rattaché à la scène qui sert de coulisses et, enfin, une chambre d’hôtel générique jonchée de bouteilles d’alcool plus ou moins vides.

Du coin de l’œil, il remarque Aisling qui s’est changée ainsi que Sharon et Patricia qui discutent avec elle en fouillant dans leur trousse de maquillage. « Where d’you want me? » Penché sur une caméra que lui tend un technicien pour vérifier un réglage, le réalisateur pointe la scène. « We’ll do the concert shots first. You’ll start “backstage”. » Il se redresse. « You’re sad, you miss your girl a lot, so you mope around a bit, then you come on stage when the music starts and we’ll have you lip-synch the song like you’re singing it live for a concert. Got it? » En glissant en place l’oreillette qu’il vient de sortir de sa poche, le chanteur hoche la tête avec assurance. « Yep. » De toutes les scènes, c’est assurément celle qui sera la plus facile à tourner parce qu’elle lui demande essentiellement de faire ce qu’il préfère : chanter devant un public… même s’il est plutôt non-existant pour l’instant. Il grimpe sur le plateau et se plante sur la croix en ruban dans les coulisses en attendant que Jimmy lui donne le signal. « ACTION! » Se glissant dans la peau du personnage, il fronce les sourcils, se penche sur le portable qu’il vient de sortir de sa poche. L’écran s’éclaire. No new message. Évidemment. Ils ne se sont presque pas parlé depuis leur dispute. Il lui envoie régulièrement des textos pour la tenir au courant de ses déplacements et de la progression de la tournée, mais elle lui répond rarement et, quand elle le fait, c’est avec des messages courts et froids qui lui donnent l’impression désagréable de s’adresser à un robot. Un technicien s’avance et lui fait signe qu’il doit monter sur scène sous peu. Avec un hochement de tête distrait, Sinner lui tend le téléphone. Le technicien repart comme il est venu. Les mains sur les hanches, il se tourne vers la scène, le regard collé au plancher dans l’espoir d’y trouver la clé qui calmera le tumulte d’émotions qui lui comprime la poitrine. Ce n’est que lorsque les premières notes de musiques retentissent sur scène qu’il réussit vraiment à s’ancrer dans le moment présent et à faire le vide dans son esprit torturé. Machinalement, il ajuste son oreillette et s’élance enfin sur scène. Un sourire factice aux lèvres, il salue son public invisible. Les mains enroulées autour du micro sur pied, il tente de se laisser porter par la musique et d’ignorer le sens cruel des paroles, qui lui rappellent tout ce qu’il a abandonné quand il est parti et tout ce qu’il craint de perdre. Mais c’est trop difficile et il finit par accepter qu’il sera plus facile de se laisser sombrer. C’est lorsqu’il cesse de lutter contre ce qu’il ressent qu’il arrive enfin à toucher à la passion qui l’anime habituellement sur scène. Perdu dans les volutes d’émotions, il chante avec son cœur et ses tripes. Every time I lose a fight and I’m dying to be right, I just paint it black so you remember: this won’t last forever, it’s just another night. It’s just another night. L’intensité de la musique diminue, mais Sinner reste immobile, les yeux fermés, les jointures blanchies par la rigidité de sa prise sur le micro. « CUT! That was great Sin’! » Satisfait, il se détend et passe une main dans sa chevelure ébouriffée. En descendant de la petite scène, il retire l’oreillette et la glisse à nouveau dans sa poche.

Il croise aussitôt le regard plein d’étoiles d’Aisling. Amusé, il hausse un sourcil en repoussant du bout de la langue le piercing qui décore sa lèvre inférieure. Liked what you saw, darling? Le son désagréable de Jimmy qui s’éclaircit la gorge rompt brutalement la magie du moment. « Not to distract you or anything, but we’re still behind schedule. You can play eye footsie later. » Vaguement embarrassé d’avoir été pris en flagrant délit, Sinner plisse les yeux et lui offre pour la deuxième fois de la journée un doigt d’honneur bien senti. Visiblement peu impressionné par la réaction du chanteur, Jimmy se contente de hocher la tête en pointant de l’index la chambre d’hôtel. Malgré tout, Sinner obéit docilement à la consigne silencieuse. « Improvise with what you see laying around. You want to look as miserable as possible. Don’t forget to throw the bottle at the wall at some point. » Debout au milieu de la pièce, il laisse son regard errer sur les canettes de bière vide et les bouteille d’alcool qui jonchent les meubles. « Act drunk and disorderly, got it. » Pris d’une inspiration soudaine, il retire son débardeur et le lance en boule au pied du lit. « I’m ready. » Jimmy hoche la tête et le silence se fait sur le plateau. « ACTION! » D’un démarche mal assurée, il traverse la pièce jusqu’à atteindre le petit bureau sur lequel se trouve une bouteille de whisky qui n’a pas encore été totalement vidée de son nectar ambré. Il dévisse maladroitement le bouchon, glisse le goulot entre ses lèvres et boit une longue rasade. Au lieu de la chaleur de l’alcool, c’est la saveur sucrée-acidulée d’un thé glacé de mauvaise qualité qui lui agresse les papilles, mais quand il laisse la bouteille retomber, il s’essuie la bouche du revers de la main en grimaçant comme si le liquide lui avait vraiment brûlé la gorge en descendant. Sur des jambes toujours un peu instables, il rejoint le lit et se laisse lourdement tomber sur le rebord du matelas. Un coude appuyé sur la surface moelleuse pour conserver son équilibre, il tend le bras vers la table de chevet pour prendre son portable. L’écran s’allume. No new message. Le visage de Sinner se tord de tristesse tandis qu’il porte à nouveau la bouteille à ses lèvres. D’une main un peu tremblante, il compose un numéro, colle le portable à son oreille. Pick up, pick up, pick up… Au bout du fil, la sonnerie est remplacée par le bip impersonnel de la messagerie et la voix désincarnée qui récite le numéro qu’il a tenté de joindre. Fuck. Avec un mouvement d’humeur, il lance le portable sur le lit. Il se lève, abandonne la bouteille sur la table de chevet et se traîne à nouveau jusqu’au bureau, où il tire une clope du paquet qui tient compagnie aux détritus. Machinalement, il la porte à ses lèvres. La flamme du briquet en lèche le bout jusqu’à ce qu’il s’embrase. Il tire une latte, emplit ses poumons de la fumée, puis la recrache. Incapable de rester immobile trop longtemps, il erre dans la pièce tandis que la cigarette pend au bout de son bras, oubliée. Il finit par l’écraser violemment dans le cendrier quand elle menace de lui brûler le bout des doigts. Avec un soupir, il récupère le téléphone sur le lit et la bouteille sur la table de chevet. No new message. Cette fois, c’est la colère qui se peint sur ses traits. Why do I fucking bother? You don’t give a shit, why should I? Agité, il compose à nouveau le numéro, fait les cents pas en buvant des gorgées nerveuses de whisky. You have reached 313-555-4834… Enragé par le silence à l’autre bout du fil, il gesticule et gueule dans le récepteur, le visage tordu de frustration, jusqu’à ce que ça ne lui suffise plus. D’un mouvement ample et étonnamment précis, il balance la bouteille de whisky contre le mur. Le verre explose en mille morceaux, ne laissant derrière qu’une flaque de liquide ambré qui s’écoule lentement sur le plâtre. La poitrine soulevée par son souffle saccadé, Sinner observe le carnage d’un regard morne. Did I do that? Enfin, il s’anime et revient une fois de plus se percher sur le rebord du matelas. L’échine courbée, les coudes appuyés sur ses cuisses, il enfouit son visage dans ses mains. Accablé, il finit par se redresser et passer une main lasse dans sa crinière en bataille, le regard fixé sur le sol recouvert de tapis. « CUT! That was amazing! It’s a wrap for you Sin’, we have everything we need for now. » Émergeant de son personnage, il se lève, à nouveau parfaitement sobre et en contrôle de ses mouvements. « Thank fuck! » Il récupère son débardeur abandonné et l’enfile rapidement, sans trop se préoccuper de son maquillage cette fois. « I don’t think I could drink another sip of iced tea without being sick, » blague-t-il en venant rejoindre le réalisateur derrière la caméra.




Just kiss me in the dark
Since you came back, I see things differently and this love came so easily. We were talking in the dark, but its so clear to me, I adore you 'cause you don't care where I came from. Just kiss me in the dark while my lips are numb. And I love, every inch of you and then some, and then some, and then some. • and then some, arkells

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2MiNnPz
It's not too late for two lost souls ♡ Sid KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
It's not too late for two lost souls ♡ Sid Vpg5
POSTS : 1166 POINTS : 120

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
It's not too late for two lost souls ♡ Sid 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid EmptyMar 23 Mar 2021 - 0:34



it's not too late for two lost souls
Sid Sinner & Aisling Rose

We're always running away and we don't even stop to think about it. The worlds in our hands. They don't need to understand. We do it our own way, no matter what they try to say about about it. We've got our own plans, they don't need to understand
Une lueur d’intérêt s’allume dans les yeux de Sinner quand il se penche vers elle, haussant un sourcil espiègle. « That does sound a lot more fun, doesn’t it? » Les vibrations de sa voix profonde font comme une caresse à laquelle Aisling a désespérément envie de s’abandonner. you have no idea… Ses lèvres esquissent un sourire conquis, attirent le regard du chanteur qui glisse jusqu’à elles et se teinte d’envie. Le souffle court, elle laisse le sien errer sur ses traits fins, suivre le chemin des mèches sombres balayant ses pommettes hautes, l’angle attrayant de sa mâchoire, l’éclat discret de son piercing. Ils sont si proches, elle n’aurait qu’à se hisser sur la pointe des pieds pour effleurer délicatement ses lèvres et l’inviter à l’embrasser. Mais avant qu’elle n’ait le temps d’esquisser le moindre geste, il s’écarte. Une bouffée d’air climatisé s’engouffre dans l’espace qu’il libère, dispersant les dernières volutes de l’agréable tension qui se tissait entre eux. Troublée, Aisling replie ses bras contre sa poitrine pour s’empêcher de frissonner. Le claquement énergique de pas sur le sol de l’appartement factice lui rappelle brusquement qu’ils ne sont pas seuls et lui fait regretter l’épaisse frange derrière laquelle elle avait l’habitude de dissimuler son embarras quand elle était ado. how could I forget their existence…? A en juger le regard que Pete adresse à Sinner, le manager se pose sensiblement la même question. Les lèvres pincées pour contenir son amusement, elle se tourne plutôt vers Jimmy, dont le sourire sincère trahit sa satisfaction… et laisse entendre qu’il n’a rien remarqué du flirt éhonté de ses acteurs. « You did great, really. You’re a natural. » Le compliment la touche et vient ajouter une teinte de plaisir sur ses pommettes brûlantes. « That’s ‘cause I have an inspiring partner. » Elle réplique avec un sourire où se mêlent taquinerie et sincérité. Par réflexe, elle cherche à accrocher son regard, mais Sinner est concentré sur le réalisateur, qui s’est visiblement mis en tête de l’asticoter : « You’re not bad either. We might still be able to make an actor out of you. » Amusée par leur dynamique, Aisling les observe en silence avec l’étrange impression d’assister en direct à l’un des behind the scenes que le label du chanteur partage parfois dans le but de promouvoir ses nouveaux projets. get a grip girl, you’re in it. « Ouch, that hurts dude. » somebody should film that, fans would go mental over it… Elle ne peut s’empêcher de penser en voyant Sinner plaquer dramatiquement une main contre sa poitrine. Une tâche dont elle se serait volontiers acquittée, s’ils n’avaient pas pris la précaution de lui retirer son téléphone portable. « What can I say, you sing better than you act. » well duh, his singing’s basically perfect, it’d be impossible to top. « We’re almost done with the first part, we just need to do the solo scenes. Sin’ will go first, and then it’ll be your turn Aisling. » Un éclat d’appréhension la ramène brutalement à la réalité en lui rappelant toutes les scènes avec lesquelles elle n’a pas encore eu le temps de se familiariser. La gorge nouée par un trac étrange, elle parvient toutefois à hocher la tête et accueille avec un certain soulagement la distraction apportée par l’arrivée de la styliste. « That’s for you. Put it on. Keep the jeans. » Elle glapit en s’insinuant entre eux pour remettre un t-shirt soigneusement plié entre les mains de Sinner avant de darder son regard perçant sur Aisling pour la détailler de bas en haut. « This won’t work. » D’une main nerveuse, elle désigne la tenue dont elle l’a affublée moins d’une heure auparavant puis fouille frénétiquement dans la pile de vêtements qui déborde de ses bras. « Yes, good. Wear this and nothing else. » Vaguement surprise, Aisling tend la main pour récupérer ce qu’elle lui tend. « Sure, thanks… » Elle réplique en considérant le tissu sombre avec curiosité avant de relever les yeux, seulement pour s’apercevoir que la styliste est repartie aussi furtivement qu’elle est arrivée.

Un sourire amusé aux lèvres, Aisling la suit un instant du regard avant de ramener son attention sur Sinner qui s’est éloigné de quelques pas. Avec une pointe de déception, elle constate qu’il a déjà troqué son t-shirt noir pour un débardeur blanc habilement déchiré dont la texture souple souligne discrètement sa musculature élancée. you’re here to work, not to drool over his abs. Elle se rappelle durement à l’ordre en jouant avec les pans du tissu qu’elle tient entre ses mains, sans trop savoir si elle est censée l’enfiler immédiatement. « You can change over here. » L’informe Patricia en volant à son secours pour l’entraîner derrière un paravent placé un peu à l’écart. « Oh, thanks. » La maquilleuse lui adresse un sourire compréhensif avant de s’éloigner, laissant Aisling se dépatouiller avec l’interrogation qui la titille depuis qu’elle a reçu sa nouvelle tenue : and nothing else…? Un éclair de compréhension la frappe lorsqu’elle déplie le tissu pour dévoiler un t-shirt de groupe déchiré. Ou, pour être plus précise, le t-shirt ribcage que portait Sid Sinner lors de sa dernière tournée avec les Skeleton Reflection. Un clin d’œil bien pensé que les fans du groupe ne manqueront pas de remarquer. Fascinée, elle effleure le col détendu du bout des doigts, à moitié convaincue qu’il s’agit d’une réplique. you know it’s not. Son cœur battant la chamade, elle ôte son haut, son jean et son soutien-gorge pour enfiler le débardeur déchiqueté par son chanteur préféré. L’étoffe légère et assouplie par le temps épouse chacun de ses mouvements alors qu’elle se redresse pour s’observer dans le miroir. oh my god, I’m wearing Sid Sinner’s shirt… Elle s’emballe en regardant le vêtement retomber négligemment sur ses cuisses, découvrant ses longues jambes fuselées parsemées de tatouages sombres. Du reste, elle comprend pourquoi la styliste insistait pour qu’elle ne porte rien en dessous : outrageusement déchiré de chaque côté, le t-shirt dévoile la peau pâle de ses flancs jusqu’à sa taille ainsi que l’éclat discret de la citation gravée sous sa poitrine. Aisling la remarque à peine, trop habituée à sa présence pour songer à s’inquiéter de ce que penserait le parolier s’il découvrait ses mots encrés dans sa peau. Obnubilée par la suite du tournage, elle enfile plutôt ses Dr Martens et se fraie un chemin jusqu’à l’assistante réalisatrice. « Tiffany? » Le sourire qu’affichait la jeune femme se fige sur son visage alors qu’elle se retourne. « Do you need something? » Essayant de ne pas se laisser perturber par ce ton à la fois poli et étrangement distant, Aisling s’éclaircit la gorge. « I was just hoping I could get a look at my script to prepare for my solo scenes. » Une lueur de compréhension s’allume dans le regard de la blonde. « Oh, sure! » Adoucie, elle s’éloigne de quelques pas pour fouiller dans une pile de documents sur la petite table qui lui sert de bureau.  « There you go. » Elle lui lance avec un petit soupir en lui remettant les papiers. Aisling les attrape avec un sourire reconnaissant mais ses remerciements restent bloqués dans sa gorge. Car l’expression de l’assistante se fige et ses yeux s’égarent sur son t-shirt, glissent jusqu’à ses jambes. Le rictus plissant le coin de ses lèvres est bref, mais assez explicite pour que l’irlandaise regrette de ne pas avoir gardé son jean. Son examen terminé, Tiffany se désintéresse d’elle mais son message ne pourrait pas être plus explicite : no need to be so diligent, you’re just eye candy. Perturbée, Aisling essaie d’ignorer le pincement désagréable qui s’est logé entre ses côtes. Elle ignore pourquoi cet échange la retourne autant. Elle a l’habitude, dans le fond, que les gens forgent leur opinion sur son apparence sans lui laisser la moindre chance d’entrouvrir les lèvres. Elle en joue même parfois, consciente que la plupart des hommes préfèrent traiter avec une jolie poupée frivole qu’ils pourront façonner selon leurs désirs. Pour une raison qui lui échappe, elle sent pourtant que ça la détruirait de constater que son chanteur préféré ne la considère que comme un bel ornement. Si tôt convoitée, si vite oubliée.

Sans qu’elle sache trop comment, ses pas la ramènent sur le plateau. Le cœur un peu lourd, elle laisse son regard errer sur le ballet des techniciens sans trop savoir où se mettre en attendant ses prochaines prises. Ses yeux repèrent la station de maquillage juste à temps pour voir Sharon libérer un Sinner à la chevelure délicieusement sauvage. he’s not like that. Le souvenir de leurs interactions se fraie un chemin dans son esprit, la façon dont il a voulu savoir ce qu’elle pensait de sa chanson, son intérêt sincère alors qu’elle lui partageait son intuition et la liberté qu’il laisse à son interprétation. Réconfortée, l’irlandaise sent un sourire attendri étirer ses lèvres alors qu’il incline la tête vers l’arrière pour remercier la maquilleuse, une expression irrésistiblement taquine sur sa frimousse espiègle. he’s adorable, elle songe, ses craintes momentanément oubliées. Quand elle rejoint la station, le chanteur l’a déjà quittée pour retrouver Jimmy sur le set, remodelé afin de ressembler aux loges d’une salle de concert. Elle ne peut s’empêcher de l’observer à la dérobée tandis qu’il inspecte le décor comme pour s’en imprégner et vérifier que chaque détail correspond à sa vision créative. he’s driven, smart as hell, respectful… Suivant son regard, Aisling se laisse distraire par les murs jonchés d’affiches, les lourds rideaux de velours noir, les instruments scintillants et le backdrop marqué du logo de Sid Sinner qui confèrent au décor une impression troublante de réalisme. Et avec ce maquillage charbonneux et son look recherché, le chanteur semble sur le point de bondir sur les planches sous les acclamations du public. and incredibly hot. « That alright with you sweetie? » La voix de Sharon la tire de sa contemplation. Sans avoir la moindre idée de ce qu’elle lui a proposé, Aisling approuve par principe pour éviter d’agrandir le sourire gentiment moqueur creusant deux fossettes dans ses joues rebondies. « That way you’ll be able to go through your scenes while he’s filming. » C’est en la voyant fouiller dans sa trousse qu’Aisling comprend la stratégie de la maquilleuse : s’occuper de son apparence maintenant pour ne pas la déconcentrer une fois qu’elle sera plongée dans son scenario. « Sounds perf’. » Elle réplique avec un sourire poli, les mains enroulées autour de la liasse de papier qu’elle brûle de déplier. Visiblement ravies d’avoir retrouvé un canevas à décorer, les artistes l’installent sur une petite chaise de tournage pour retoucher sa coiffure et son maquillage. « Janet really went for the distressed look with that shirt. Think I should give her bed hair? » L’air songeur, Patricia glisse ses doigts dans ses cheveux pour les ébouriffer du bout des ongles. « Make it slightly grunge but don’t overdo it. » Décide Sharon après l’avoir considérée un instant. « We should keep the sexy-messy look for the afternoon. » Le clin d’œil lourd de sous-entendus qu’elle lui adresse plonge la modèle dans un profond embarras compensé par une agréable dose d’anticipation. Sans s’en soucier le moins du monde, la maquilleuse joint le geste à la parole et rectifie délicatement son teint tandis que Patricia se charge de la décoiffer subtilement. En quelques minutes à peine, elles ont terminé. « All done here beautiful. We’ll let you dig into those scenes. » Annonce Sharon en pressant amicalement son épaule. « Thanks a lot. » Elle réplique avec un sourire avant de plonger dans sa copie du scénario sans même chercher à vérifier son apparence, confiante que le résultat sera à la hauteur des attentes de Sinner comme du réalisateur. Cette fois, elle n’a aucun mal à identifier les deux scènes pour lesquelles elle doit se préparer. Empruntant le stylo trônant sur la pile de dossiers que Pete a abandonné derrière lui sur sa chaise, Aisling marque les scènes qu’elle vient de terminer et parcourt rapidement les prochaines afin de noter en marge les émotions qu’elles lui évoquent. despair, sadness, withdrawal, regret, anger, fear. Une fois encore, son personnage lui apparaît comme teinté d’une mélancolie abyssale, relativement éloignée de la froideur calculatrice décrite par les commentaires du réalisateur. Prenant une inspiration pour repousser le doute qui la ronge, Aisling s’arrache à son script et cherche Sinner des yeux, tente d’évaluer si elle a le temps de courir jusqu’à lui pour s’enquérir hâtivement de sa vision avant que le tournage ne reprenne. Mais déjà la voix de Jimmy résonne dans le hangar : « ACTION! »

Debout dans les loges, le chanteur semble aussi contrarié que lorsque leurs regards se sont croisés pour la première fois. Ses yeux pâles fixent l’écran de son téléphone portable, trahissent l’espoir fébrile d’y découvrir un message indiquant qu’elle est prête à briser le silence qui les sépare depuis leur dispute et son départ. Ses sourcils froncés durcissent son visage, trahissent les ravages de l’insupportable incertitude qu’elle laisse planer entre eux. Intriguée, Aisling ne peut s’empêcher de se demander si cette scène est une invention du réalisateur ou s’inspire de l’expérience du chanteur. who the fuck would be mad enough to ghost him? Elle n’a pas le temps de creuser davantage la question, car un roadie surgit de nulle part pour envoyer le chanteur en direction des escaliers menant à l’estrade. Comme tout à l’heure, Sinner enchaîne les scènes sans la moindre interruption, ce qui ne semble guère perturber Jimmy. Derrière son écran, le réalisateur suit attentivement ses mouvements à travers diverses caméras habilement placées pour capturer chaque subtilité de sa performance. Avec un certain intérêt, Aisling se dit que c’est probablement une façon d’oublier qu’il se trouve sur un plateau de tournage pour rester au plus près des émotions de son personnage. Une méthode au caractère immersif qui n’a pas manqué de la déstabiliser, même si l’irlandaise doit admettre qu’elle lui a aussi permis de se connecter à l’expérience de son personnage avec plus d’intensité que jamais auparavant. and somehow I feel like it was the same for you… Les yeux rivés sur le sol, le chanteur semble osciller à la lisière entre deux mondes, jusqu’à ce que les premiers accords de Paint It Black résonnent dans le hangar et le happent dans la musique. La fiction et la réalité se confondent dans l’esprit d’Aisling, qui manque de défaillir quand il s’élance enfin sur la petite scène. Le cœur battant, elle doit fournir un effort conscient pour ne pas bondir hors de son siège et crier d’extase quand il enroule ses grandes mains autour de son micro et le porte à ses lèvres. Sa voix emplit l’espace, envoie un frisson le long de son échine. Là-bas sous les projecteurs, son regard se fait insondable, comme s’il mettait le plus de distance possible entre lui et sa chanson. Quand vient le premier refrain, le froncement discret de ses sourcils effrite sa carapace infranchissable. Ses mains raffermissent leur prise autour du micro, son corps perd la rigidité calculée qui contenait ses mouvements. Il ne se contente plus d’interpréter sa chanson, il la vit. Comme chaque fois qu’elle l’a vu en concert, Aisling est saisie par l’énergie incandescente et la passion qui émane de lui pour circuler jusqu’à son audience. Palpable, elle s’infiltre dans ses veines et pulse dans son cœur comme pour y insuffler la force et la persévérance qui lui font parfois défaut. Et en cet instant, après l’intensité de l’expérience qu’ils viennent de partager, l’irlandaise a l’impression qu’il ne chante que pour elle. Une sensation enivrante qui la trouble au plus profond de son être. Son script oublié sur ses genoux et une main effleurant distraitement son cœur, Aisling ondule au rythme languissant de la mélodie jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse dans un murmure. Le silence retombe sur le plateau et le chanteur s’immobilise, le front appuyé contre son micro et le visage incliné vers les planches sombres. Elle entend à peine la voix du réalisateur annonçant la fin de la prise, captivée par la performance de son idole qui redescend tranquillement de scène. Comme elle l’a trop souvent rêvé, leurs regards se croisent et s’accrochent. Celui de Sinner luit d’un éclat séducteur auquel son cœur répond par une palpitation enthousiaste tandis qu’une douce chaleur se répand dans sa poitrine. Attirés par un éclat métallique, ses yeux glissent vers les lèvres du chanteur. L’agilité de sa langue jouant avec son piercing éveille une onde de désir que le réalisateur s’empresse de dissiper : « Not to distract you or anything, but we’re still behind schedule. You can play eye footsie later. » Les joues rouges d’embarras, Aisling place une main devant ses lèvres pour dissimuler son amusement tandis que Sinner lui répond d’un doigt d’honneur bien placé.

La plaisanterie de Jimmy lui rappelle qu’elle devrait probablement profiter de cet interlude pour se replonger dans ses propres scènes afin d’éviter de leur faire perdre davantage de temps quand viendra son tour de passer devant la caméra. « Act drunk and disorderly, got it. » Seulement dès que la voix de Sinner s’élève depuis le décor maussade de la petite chambre d’hôtel impersonnelle à l’exception des cadavres de bouteilles jonchant sa moquette usée, elle se retrouve incapable de se détourner. Car le chanteur attrape les pans de son débardeur pour le faire remonter par-dessus ses épaules, dévoilant les reliefs discrets de sa musculature nerveuse et les tatouages sombres encrés dans sa peau pâle. now why would you torture me like that, Sinner? Elle songe avec une pointe d’amusement, ses dents taquinant la pulpe de sa lèvre inférieure avec envie. Le silence se fait sur le set et le chanteur courbe l’échine. L’étincelle de désir qui rougeoyait en elle fond dans un relent de compassion alors qu’il titube jusqu’au bureau pour empoigner une bouteille d’alcool entamée qu’il porte à ses lèvres. Les gestes sont mornes, saccadés, dénués de vie comme d’envies. Ses pas le ramènent jusqu’au lit sur lequel il s’échoue, le corps las et fatigué, l’esprit embué mais pas assez pour oublier la douleur qui lancine son cœur, celle qui enchaîne son regard au petit écran diffusant sa lueur bleutée sur ses traits tirés depuis la paume de sa main. L’expression absente et vaguement irritée se teinte d’une tristesse si profonde qu’Aisling sent son cœur se comprimer. Elle voudrait le rejoindre et lui arracher cette bouteille, enfouir ses doigts dans ses cheveux en désordre et le serrer contre sa poitrine. Lui murmurer que tout ira bien et que cette nana ne le mérite pas. Lui faire oublier sa souffrance à travers la douceur de ses mots, la langueur de ses lèvres et la chaleur de son corps s’il le faut. Déconcertée par la puissance des émotions qu’il éveille si facilement en elle, Aisling se tortille sur sa chaise et jette un petit coup d’œil alentour pour vérifier que personne n’a surpris son trouble. Mais sur le plateau, techniciens et maquilleuses ont tous les yeux fixés sur la scène, où Sinner balance son portable désespérément muet sur le matelas avant de se relever. Nerveux, les doigts fouillent un paquet cartonné, glissent une clope entre ses lèvres. Elle n’y pend que le temps pour lui de l’allumer et en tirer une bouffée presque désespérée tandis que ses pas le ramènent vers le lit et ce téléphone qui ne sonne jamais. nothing can make it better, does it? Ni la célébrité, ni l’alcool, ni la nicotine. Un malaise désagréable grignote ses tripes alors que des émotions fantômes lui reviennent, bribes d’un passé qu’elle pensait enseveli à jamais. Des journées sombres étirées en autant de nuits déchirantes, quand rien ne pouvait apaiser le vide qui la rongeait. Rien, en dehors des paroles du chanteur qui déversaient en elle leur flot d’encouragement et nimbaient la déchirure d’une couche d’espoir en donnant un sens à sa douleur. your songs were there for me when nobody else was. but has anyone ever been here for you? Sur ses traits délicats, la mélancolie cède place à la frustration, lui rappelle qu’il est en plein tournage, que le téléphone qu’il porte à son oreille n’est probablement connecté à aucune ligne et les émotions qu’il interprète tout aussi factices. and yet his pain seems so real. La réalisation la frappe alors que sa voix tranche le silence. Sa colère vibre dans la pièce, explose contre l’iPhone, se diffuse le long de son bras et projette la bouteille d’alcool qu’il serrait dans son poing contre le mur de la chambre d’hôtel. Le bruit mat et le crissement des éclats prennent Aisling par surprise. Dans sa poitrine, son cœur tressaute et s’emballe. you’re ok. it’s ok. you’re in L.A. Elle se répète, les doigts plantés dans la chair de ses cuisses. Sinner s’immobilise et sa respiration se calme. L’énergie nerveuse qui l’avait envahie se disperse lentement alors qu’il retrouve sa place au bout du matelas. La gorge nouée, elle le regarde enfouir son visage entre ses mains, agripper la racine de ses cheveux, ses yeux hantés rivés sur le sol constellé de débris coupants. « CUT! That was amazing! It’s a wrap for you Sin’, we have everything we need for now.  »

L’intervention de Jimmy dissout la scène comme la sensation de malaise qui lui rongeait les tripes. Pour une fois, elle est plutôt soulagée d’entendre sa voix éclater dans le studio. Ça semble aussi être le cas de Sinner qui se redresse aussitôt, le corps souple et agile, une expression cynique sur ses traits détendus. Toute trace de l’indescriptible solitude effacée… ou enfouie. « Thank fuck! » Il jure en attrapant son t-shirt pour l’enfiler. « I don’t think I could drink another sip of iced tea without being sick. » Sa voix est légère alors qu’il quitte le plateau pour se rapprocher de l’endroit où se trouve le réalisateur, à quelques mètres de la chaise sur laquelle Aisling est encore perchée. « Yeah? It showed a little. » Le taquine ce dernier, un sourire un brin moqueur au coin des lèvres. « Don’t listen to him, that was heart wrenching. » Intervient l’irlandaise en sautant sur ses pieds pour les rejoindre, dans l’espoir de pouvoir toucher deux mots au chanteur afin de vérifier qu’il est en adéquation avec son interprétation de la prochaine scène. Hélas, Jimmy reste confortablement installé derrière sa caméra et ne donne pas l’impression de vouloir aller se dégourdir les pattes. « She’s right, I’m fucking with you pal. You did good. » Il plaisante en filant une claque amicale sur l’épaule du beau brun. « Aisling, you’re on. » Les joues un peu rosées, elle se dandine d’un pied sur l’autre, ouvre la bouche pour dire : actually, I was hoping I could borrown Sinner for a sec… Mais le regard réjouit de Jimmy et les œillades intéressées de Sharon qui les observe en douce depuis sa station de maquillage la font changer d’idée. « So… iced tea, eh? And here I was hoping a few sips might take the edge off my nerves. » Moins assurée qu’elle ne l’espérait, sa voix chevrote et s’effrite sur la fin de sa plaisanterie. « Nah, you won’t need any of that dear. Better stay clear minded throughout the day! » Intervient Pete d’un ton un peu nerveux en agitant sa main potelée devant son visage comme pour chasser cette idée saugrenue au plus vite. « Here, give me your script and follow Jimmy. » Vaguement décontenancée, Aisling lui remet ses papiers froissés et griffonnés avant d’emboiter le pas du réalisateur. Il la guide jusqu’à une petite chambre à la décoration résolument punk rock dotée d’une touche féminine, certainement pour imiter les goûts d’une jeune femme à laquelle les fans de Sid Sinner pourraient s’identifier. works for me. « So, Sinner’s been gone for about a week and you’re home alone. You miss him, but you’re still hella mad and refuse to take his calls. What I need from you here is a few melancholy close-ups balanced with some wide shots. Once you’re done, remember to throw your phone or the framed pic at the mirror, alright? » Les bras enroulés autour de sa poitrine pour tenter de camoufler un peu sa nudité, Aisling essaie de faire coïncider les informations que lui apporte le réalisateur avec la compréhension qu’elle se fait de son personnage. « Yeah, I think I can roll with that. » Elle confirme avec un petit hochement de tête. Un sourire encourageant aux lèvres, Jimmy tapote le bois noir de la coiffeuse pour clore la discussion et retourne s’installer derrière son écran de contrôle aux côtés de Sinner. Seule sur le set, Aisling ne peut s’empêcher de lancer un coup d’œil dans leur direction. Comme lorsqu’il l’a repérée pour la première fois, le regard iceberg du chanteur semble la transpercer. you couldn’t have gone go out for a smoke now could you? Plus déstabilisée qu’elle ne le voudrait par sa présence derrière la caméra, elle se détourne et prend une profonde inspiration pour tenter de tempérer les battements erratiques de son cœur. it’ll be like a photoshoot. you got this, elle s’encourage en grimpant sur le matelas au milieu des draps défaits. « Hey, do you think you can play the song during my takes? » Elle demande timidement, prise d’une inspiration en se souvenant que ses meilleures séances photos se déroulent toujours en musique. « Yeah, sure. Tiffany’ll set it up. You ready? » Un sourire qu’elle espère confiant aux lèvres, Aisling hoche la tête. « Ready as ever. » En dépit de la nervosité qui court encore dans ses veines, elle trouve un certain ancrage dans la sensation de l’étoffe sous ses paumes, plus encore dans la voix qui s’élève pour l’enrober comme tant d’autre fois auparavant et l’aider à renouer avec son personnage. « ACTION! »

La solitude s’engouffre par tous les pores de sa peau et rien ne peut la déloger de son cœur. Ni les séries insipides qui défilent sur son ordinateur, ni les verres que ses amis l’encouragent à avaler pour l’oublier. L’esprit vide, elle enlace ses jambes et laisse son regard errer vers les arbres par-delà sa fenêtre, une joue appuyée sur ses genoux repliés. Elle n’ose plus écouter de musique, terrifiée à l’idée de laisser sa voix s’infiltrer en elle par mégarde. Elle se replie dans son antre, tient le monde à distance pour ne pas s’écrouler sous le poids des craintes qui la rongent. Le téléphone vibre sur la table de nuit et elle s’en empare d’une main tremblante. Insert sur ce nom qu’elle redoute autant qu’elle espère. Elle brûle de décrocher, de laisser sa voix l’envelopper et assoupir ses doutes. Mais elle refuse d’oublier les photos qu’elle voit sans cesse défiler, les grappes de filles qui se pendent à son cou après chaque concert et qu’il marque avec certainement bien plus qu’un simple sharpie. Ses dents se plantent dans ses lèvres pour les empêcher de trembler, mais elle ne peut contenir les larmes qui débordent de ses yeux et glissent le long de ses joues, entraînent avec elles le mascara comme une rivière d’encre. Elle le déteste d’avoir une telle emprise sur elle, de ne pas la laisser l’effacer. Elle se déteste plus encore de succomber invariablement à son charme, d’avoir tant besoin de lui, d’être coincée dans cet engrenage qui lui génère tant de souffrances. D’être incapable de s’arracher à cette relation qui est sa raison de vivre comme le terreau de sa douleur. Son regard las accroche le cadre trônant sur sa table de nuit. Leurs corps appuyés contre un muret de briques blanches, leurs mains enlacées comme pour se promettre de ne jamais se séparer. Mais la fissure scindant le verre en son milieu et ses grands yeux glaciers semblent désormais la narguer. my god he’s so fucking hot I need that pic. La vibration du téléphone au creux de sa main la fait sursauter, chasse la pensée furtive pour l’ancrer dans la scène qu’elle est en train de tourner. Sid Sinner called and left one message. Son pouce effleure l’écran, flotte au-dessus du bouton menant à la messagerie. So hear me out and don't give up. The world is ours and with our love, we're in this together. Elle va craquer, porter l’appareil à son oreille, écouter la mélodie de mensonges sirupeux, s’accrocher à ses promesses vides pour croire quelques instants encore qu’elle est la seule pour lui et qu’il lui reviendra. Qu’ils pourront enterrer cette dispute sous un voile noir, que cette déchirure cicatrisera. Not anymore, I’m done letting you play with my heart. Le visage crispé de douleur, elle balance son portable dans le miroir avant de sentir sa volonté flancher. L’écran vole en éclats, l’appareil rebondit sur le tapis duveteux, taille de longues fissures dans la vitre qu’il vient de percuter. Hébétée, Aisling relève lentement les yeux vers la glace craquelée. Elle ne reconnaît plus la femme morcelée qui la dévisage depuis son reflet. « CUT! Aisling, that was brilliant! We’ll roll onto the next scene. Janet! Get her set up. »

Le corps encore parcouru de tremblements, l’irlandaise n’ose se relever par peur de s’effondrer. Ses souvenirs sont trop proches de la surface, ses émotions trop intenses pour lui permettre de s’apaiser. Elle aurait besoin de sortir fumer une cigarette, ses écouteurs enfoncés dans ses oreilles, la voix de Sinner s’écoulant dans ses veines pour en chasser l’anxiété. Ou mieux encore, qu’il l’enveloppe de sa présence et lui répète encore que tout va bien, qu’elle est avec lui. Leurs regards se croisent. Ses sourcils se froncent légèrement, et l’éclat d’une seconde, il semble esquisser un mouvement. Mais déjà la styliste se dresse entre eux et l’arrache à son champ de vision. « Come with me. » Elle tonne d’un ton autoritaire contre lequel Aisling n’ose pas argumenter. La petite brune l’entraîne dans la pièce attenante, une salle de bain équipée d’une baignoire profonde remplie d’un liquide noir et scintillant. « Here. Take off your shirt and put this on. » Elle ordonne en lui tendant un petit soutien-gorge couleur chair sans bretelles. « Then, into the bath you go. Don’t wet your hair. » Sans un mot de plus, la costumière disparaît derrière un paravent qu’elle tire derrière elle pour lui offrir un peu d’intimité. A l’abri des regards, Aisling s’exécute et dépose délicatement le t-shirt sur le dos d’une chaise comme le préconisait son script. Le soutien-gorge sans bretelles s’enfonce inconfortablement dans sa peau et mord sa chair. « I think it's too small… » Elle proteste d’une petite voix, mais la styliste fronce les sourcils. « It doesn’t matter. It won’t show under the water. Get into the bath now. » Comprenant qu’il est inutile d’argumenter, Aisling s’exécute et enjambe le rebord de la baignoire. L’eau est agréablement tiède. Pas assez chaude pour lui embrouiller l’esprit mais tout juste ce qu’il faut pour être confortable. Pour ne rien gâcher, une odeur florale et sensuelle s’en dégage. « Are you ladies ready? » S’enquiert Jimmy depuis son poste de l’autre côté du mur factice. D’humeur taquine, Aisling esquisse un sourire mutin. « I could stay here all day. » Un crissement désagréable répond à sa plaisanterie et l’équipe de tournage apparaît à nouveau en face d’elle. it’s fine, it’s nothing I haven’t done before. Elle songe pour dissiper la désagréable sensation de vulnérabilité qui rampe sous sa peau à l’idée d’être ainsi exposée aux yeux de tous. L’air vaguement inconfortable, Jimmy s’approche maladroitement pour lui donner quelques indications. Il s’arrête à quelque pas de la baignoire, ses yeux ne s’attardant jamais trop longtemps dans sa direction et toujours au niveau de son visage. Une prudence qui la rassure et fait naître une pointe de tendresse dans sa poitrine. dude, if all directors were like you, my job would be much easier. « This scene is purely for aesthetics. Keep the mellow energy you had in the bedroom and try to give us a few angles and facial expressions to choose from. When the song comes to an end, let yourself slide under the water. Got it? » Du coin de l’œil, Aisling repère les cameras que deux techniciens installent autour d’elle. Une à l’épaule et l’autre en hauteur, probablement pour filmer sa disparition sous l’eau. « Yeah, that should be a piece of cake. » Elle plaisante avec une pointe de sincérité. Visiblement soulagé, le réalisateur retourne se poster derrière son petit écran de contrôle aux côtés du chanteur. Cette fois-ci, Aisling s’abstient soigneusement de regarder dans leur direction, pour éviter à son teint de porcelaine de virer au rose framboise en réalisant pleinement que Sinner est aux premières loges pour la regarder barboter à moitié nue dans un bain. « ACTION. » Les yeux rivés sur le plafond, elle passe une main dans ses courts cheveux noirs et bleus. Son maquillage coule sous ses yeux, dessine des lignes sombres sur sa peau pâle, témoin discret des larmes qui ont ravagé son visage. No matter where you are, I won't leave you behind. Ses doigts effleurent l’eau de nuit, créent des petites ridules à sa surface pour en troubler le calme apparent. Lèvres pincées, elle ferme les yeux, se passe une main sur le visage, étale plus encore les vestiges de son rouge à lèvres et de son mascara, laisse sa nuque reposer contre le renflement en céramique. Even on a final day, when you cannot find your way, I just paint it black. C’est le signal. Ses yeux gris grand ouverts, elle se laisse peu à peu sombrer sous l’eau noire et scintillante qui la recouvre tout entière. So you remember, this won’t last forever… Retenant sa respiration, elle flotte quelques instants dans cette nuit aqueuse, le temps que sa surface redevienne parfaitement lisse. Puis elle se redresse dans un sursaut pour reprendre son souffle, une main agrippée sur le rebord de la baignoire, l’autre palpant fébrilement son cou. Le calme de façade érodé par un tressaillement de survie, un frisson d’espoir, une pointe persistante d’affection que même la noirceur inquiétante de l’eau n’est pas parvenue à étouffer. It’s just another night… just another night.

« CUT! That’s a wrap for you Aisling. You’re a gift from above! Thank you everyone, let’s take a quick break before we move onto the last scene before lunch. » Des applaudissements retentissent et les caméramans quittent le plateau en s’étirant le dos. Armée d’un peignoir, Sharon se précipite sur elle tandis que Janet semble plus intéressée par la perspective de récupérer le t-shirt qu’elle lui a prêté quelques instants plus tôt. « Are you ok darling? That’s quite a few intense scenes in a row, huh? » Elle demande en se penchant vers elle, les sourcils froncés de sollicitude. « That’s… the least you can say. » Un petit rire nerveux s’échappe de ses lèvres avant qu’elle ait pu le retenir, et bientôt c’est son corps tout entier qui se met à trembloter dans l’eau devenue trop fraîche, comme si toute la tension qui s’y était accumulée depuis la fin de son premier tournage à l’aube avait soudain décidé de se déverser dans ses veines sous l’impulsion de la compassion que la maquilleuse lui témoigne. « Aw, come now beautiful let’s get you out of here. » Sans se faire prier, Aisling s’extirpe de la baignoire et enfile le peignoir que lui tend habilement Sharon de façon à dissimuler sa presque nudité aux yeux du reste de l’équipe de tournage. « I feel like a rockstar. » Elle plaisante en s’enroulant dans l’étoffe duveteuse et terriblement confortable. Un luxe auquel elle pourrait très facilement s’habituer, et pour lequel elle n’hésitera pas à travailler d’arracher pieds. « That’s cause you are one. Here sweetpie, let’s get you dried up a little. » Tout en parlant, Sharon place une main entre ses omoplates et la ramène d’un pas assuré vers la station de maquillage, à quelques pas de l’endroit où Sinner et Jimmy discutent avec animation en se repassant quelques images capturées au cours des dernières heures. « You do know she’ll get wet again in a matter of minutes, right? » Blague ce dernier, lui rappelant par la même occasion le thème de la scène qui viendra clore la matinée et marquera leur réconciliation intense et passionnée sous la pluie. Pour la première fois depuis qu’elle s’est glissée dans cette fichue baignoire, Aisling laisse son regard s’aventurer vers le chanteur et un sourire espiègle tente de se frayer un chemin sur ses lèvres alors qu’une plaisanterie résolument peu professionnelle lui traverse l’esprit. he sure has that effect on me… « Enjoying the view? » Elle le taquine en désignant du menton le petit écran, sans tout à fait parvenir à déterminer quelle scène ils étaient en train d’étudier. Intriguée, elle place ses paumes sur le dossier de sa chaise et se penche légèrement par-dessus son épaule pour déjouer les reflets. Sa silhouette prend forme sous ses yeux, mélancolique, affublée d’un t-shirt résolument trop grand dénudant ses jambes. « You really didn’t make this whole thing easy for me, you know? » Le sérieux trahi par un froncement de sourcils s’adoucit tandis qu’un petit sourire empreint de timidité s’étire au coin de ses lèvres. « I mean, t’was a bit hard to find a valid reason why any chick in her right mind wouldn’t answer your damn calls… so I hope you didn’t mind me going a little off script with the crying and all. »  
Pando + whitefalls



you're in my veins
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

It's not too late for two lost souls ♡ Sid 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty
Message(#) Sujet: Re: It's not too late for two lost souls ♡ Sid It's not too late for two lost souls ♡ Sid Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

It's not too late for two lost souls ♡ Sid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: univers alternatifs
-