AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 leckie² + bambi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marcus Leckie
Marcus Leckie
le pilier
le pilier
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans
SURNOM : Mac
STATUT : Pas intéressé
MÉTIER : Directeur marketing @Michael Hill Int.
LOGEMENT : appartement 306 dans un immeuble fancy de Water Street, en plein centre ville
leckie² + bambi 44a8a758bab4b2dab586cafaacb79a5e24432ec8
POSTS : 67 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Extraverti, sociable, pile électrique et bout-en-train, il est l’ami de tout le monde et de personne à la fois ; ses véritables proches se comptent sur les doigts d’une main. Cache un naturel sensible et réservé sous sa carapace. Eternel célibataire, terrorisé par l’amour, il considère qu’une relation demande trop de temps et d’énergie. Homosexuel assumé, il a tendance à cocher toutes les cases du stéréotype. Particulièrement proche de ses sous. La famille reste la valeur la plus importante à ses yeux. Il a emménagé à Brisbane pour rejoindre sa soeur en 2017.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 4/5

leckie² + bambi JCjJCaI
Leckie Family
Norah - Caelan
Forget the violence, Forget the world
I see you smiling, I'm lost for words


leckie² + bambi 0f4ffe8ba1e6a08edd45cf643e8be02b
Michael Hill Int.
Yele - Saül

PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : Daniel Brühl
CRÉDITS : loonywaltz
DC : Jamie, Lou & Kelly
INSCRIT LE : 02/09/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t33676-mac-assassinate-me-with-a-smile-again https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-jamie-lou-kelly-marcus-i-feel-safe-in-the-5-am-light

leckie² + bambi Empty
Message(#) Sujet: leckie² + bambi leckie² + bambi EmptyDim 13 Sep - 21:47



► BAMBI
@Norah Lindley & MARCUS LECKIE

Maybe I can figure out why I haven't been much myself And I feel like my friends are being put through this hell I'm feeling

Cet hôpital était un véritable labyrinthe. Comment diable faisait donc Norah pour s’y retrouver lorsqu’elle travaillait ici chaque jour ? Marcus n’en était pas à sa première visite, cela ne l’empêchait pas de se perdre dans ces couloirs tous aussi identiques les uns que les autres à ses yeux. Il s’arrêtait à chaque secrétariat pour demander son chemin, traversait les services, sans que rien ne semble même vaguement familier. Il lui sembla revenir sur ses pas plus d’une fois. Jusqu’à ce qu’enfin, il atteigne la chambre de sa soeur. Vitrée tout du long, il était impossible de passer à côté. Impossible également de réprimer le pincement au coeur qu’il ressentit en la voyant encore clôitrée au fond de ce lit. Elle se reposait. Il avait bien le temps pour un café. Celui que proposait la machine au bout du couloir, dans la salle d’attente, était pour ainsi dire à peine buvable ; cependant, Mac ne fit pas la fine bouche, principalement parce qu’aller chercher un café digne de ce nom impliquait de sortir de l’hôpital et qu’il craignait de se faire avaler par le dédale jusqu’à la nuit. Le jus de chaussette cela serait, donc, et pour ne pas perturber le sommeil de Norah, Mac s’installa auprès d’autres patients et visiteurs -notamment cette vieille femme qui lui légua le magazine qu’elle venait de terminer après qu’ils aient parlé du temps, du trafic, des informations et échangé des astuces pour garder des chaussures aussi brillantes que celles que le brun avait aux pieds. Elle visitait son mari, dans une chambre voisine de celle de Norah. Il n’osa pas demander ce qui était arrivé. Il lui adressa simplement un sourire de compassion lorsqu’elle fut appelée par le médecin.

Marcus emporta le magazine dans la chambre de Norah lorsqu’il eut terminé son café. Il s’assied non loin du lit, du côté de la fenêtre. Page après page, il survolait les articles sans vraiment faire attention à leur contenu ; la distraction le tenait éloigné de la tentation de dévisager sa soeur, constater une énième fois les dégâts faits par l’accident sur son visage et son corps, se réciter la liste de ses blessures comme s’il la connaissait par coeur. Il ne voulait pas la réveiller non plus et prenait pour acquis qu’il était tout à fait possible qu’elle n’ouvre pas les yeux d’ici à ce qu’on lui demande de partir. Cela ne le dérangeait pas. La chance fut de son côté cependant, et sa soeur émergea doucement. Mac la devina s’étirer au froissement du drap. Tout naturellement, il ne lui adressa qu’un coup d’oeil et un léger sourire, comme s’il lisait au milieu du salon chez leurs parents, comme si l’hôpital n’existait pas autour d’eux, ni les tubes, ni la machinerie. “Tu savais qu’on pouvait fabriquer des baskets à base de vieux pneus de nos jours ?” fit-il, l’air distrait. Il n’avait pas lu l’article à ce sujet, seulement le titre, comme tout le reste. “Fascinant.” Il s’en fichait.

Ses divagations laissaient à Norah le temps de se réveiller -et peut-être de s’amuser des maigres pitreries de son frère qui tentait si fort de dédramatiser la situation à chacune de ses visites. Finalement, il referma le magazine et le posa sur le côté. Mac retrouva son sérieux, sans perdre ce rictus tendre qui animait ses lèvres dès qu’il se trouvait en sa présence ; il se pencha vers le lit et posa une main délicate et encourageante sur l’épaule de sa cadette. “Comment tu te sens aujourd’hui, Nor’ ?” Voilà seulement une poignée de jours qu’elle était sortie de ce coma dans lequel elle avait été plongée une fois arrivée à l’hôpital. Il était toujours difficile pour Marcus de digérer toute la situation, lui qui s’était toujours donné pour mission de faire en sorte qu’il n’arrive rien au reste de la fratrie. Cela était fort plus aisé lorsqu’ils étaient tous plus jeunes, dans la modeste Laidley. Mais ils avaient grandi. Désormais adultes, les problèmes et les maux avaient grandi avec eux.






I'll be your medicine if you let me Give you reason to get out of bed Sister, I'm trying to hold off the lightning And help you escape from your head

leckie² + bambi KGscut4
leckie² + bambi NJB97Z9
leckie² + bambi IUJCx06

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Norah Lindley
Norah Lindley
les histoires de fantômes
les histoires de fantômes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (15.09.1984)
SURNOM : Beaucoup l'appellent Nono, ses collègues ont toujours adoré l'appeler par son nom de jeune fille "Leckie".
STATUT : veuve depuis 2016.
MÉTIER : infirmière en service de réanimation. fait régulièrement des remplacements dans d'autres services, histoire d'arrondir les fins de mois.
LOGEMENT : #57, logan city (depuis décembre 2018)
leckie² + bambi F8b932903ea20e9cb47664a5b78a4f396d7534da
POSTS : 1924 POINTS : 525

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : mère de deux enfants, Julie, née en 2009 et Aidan, né en 2015 + excellente pâtissière + force tranquille, sait gérer les urgences avec sérénité + a un frère jumeau et deux frères aînés + sort à peine du deuil de son mari + adore les histoires de fantômes + franche, n'hésite pas à recadrer (plus ou moins correctement) lorsque c'est nécessaire + plus discrète depuis le décès de son mari
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : alfie #4 + yasmine #6 + mitchell #3 + tommy #2 + jules #2 + august + jamie #2 + + maze (9/10)

leckie² + bambi JCjJCaI
THE LECKIE
caelan + marcus

leckie² + bambi Tumblr_inline_oj8p1yQHPW1tvu499_400
noranwar + uc
anwar #4 + anwar #5

leckie² + bambi 2dbcf801b9eb6ae7f883b2df38e134e4a22f0302
noralfie + uc
RPs EN ATTENTE : alfie (au)
PSEUDO : black arrow
AVATAR : rebecca ferguson
CRÉDITS : avatar : black arrow
DC : joanne keynes
INSCRIT LE : 20/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23231-norah-got-a-long-way-to-go https://www.30yearsstillyoung.com/t23260-norah-you-re-everybody-s-angel-in-disguise#941816 https://www.30yearsstillyoung.com/t23341-norah-lindley

leckie² + bambi Empty
Message(#) Sujet: Re: leckie² + bambi leckie² + bambi EmptyLun 14 Sep - 21:00


Andrew Thompson, médecin chef du service de réanimation, avait pour habitude d'entrer sans trop de problèmes dans les chambres de ses patients lors des visites. Quand il s'agissait d'entrer dans celle de Norah, il se devait de prendre une profonde inspiration avant de s'approcher d'elle. Ils travaillaient ensemble depuis des années et voilà qu'elle était devenue l'une de ses patientes. La guérison était lente, les plaies prenaient du temps à guérir et il était de notoriété commune dans le monde médical que les fractures de côtes, ou tout autre traumatisme touchant la cage thoracique, étaient particulièrement douloureuses. Le plus difficile était de les soulager. "Les douleurs, aujourd'hui, comment ça va ?" lui demanda-t-il en rentrant alors dans la chambre, jetant un coup d'oeil sur les différents dispositifs médicaux qui entouraient le lit. Le moindre mouvement était pénible, dès qu'elle toussait, la douleur était telle qu'elle en avait les larmes aux yeux. Mais elle ne s'en lamentait pas. Comme pour le reste, elle minimisait au possible. "Rien d'insurmontable." souffla-t-elle, sachant très bien ce qu'Andy ferait si elle lui disait que chaque respiration lui était difficile. "Mouais." dit-il d'un ton peu convaincu. Il n'était pas dupe. "Qu'est-ce que tu fais ?" demandait Norah en voyant son ami se rapprochant des pompes à perfusion. "J'augmente la morphine de dix milligrammes par vingt-quatre heures." Norah levait les yeux. "C'est pas nécessaire." "Je pense que ça l'est. C'est ça ou on te remet sous kétamine." "Dans le deux cas, je serai shootée. Je passe plus de temps à dormir qu'autre chose." Et au fond, ce fait rassurait plus d'une personne dans son entourage. Elle qui était sujette à des insomnies depuis des mois désormais, semblait rattraper un retard particulièrement conséquent. "C'est peut-être que justement, t'en as besoin." Malgré les blessures apparente, le teint de Norah était moins livide qu'il n'avait pu l'être avant son accident. Son mauvais état était justifié, les plaies se soignaient, mais l'apaisement de son âme commençait avant tout par des nuits (et des journées, en l’occurrence), bien reposantes. L'effet de la morphine ne fut pas immédiat, mais lorsque c'était le cas, Norah sombrait à nouveau. Un sommeil sans rêve, pour une fois. Qu'est-ce qu'elle aurait aimé rêver de Frank, à nouveau, ou de leur voyage de noces en Afrique du Sud. Mais rien de tout ça. Le réveil fut assez difficile. La bouche pâteuse, la vue un peu brouillée et la tête lourde étaient un mélange de sensations très désagréables. Il lui fallait plusieurs dizaines de secondes avant de bien vouloir émerger et se rendre compte de la présence de son frère aîné dans la chambre. Il avait sa propre manière de dire bonjour à sa soeur et celui lui permit de lui arracher un faible sourire. "Fascinant, vraiment ?" lui fit-elle remarquer avec amusement. Elle ne le voyait pas s'intéresser aux baskets de si près, qu'importe les matériaux utilisés pour leur confection. Elle passait une main sur son visage, ce qui lui permit de se rappeler qu'elle avait toujours l'oxygène sous le nez, et l'oxymètre sur le doigt. Sa tête pivotait vers Marcus, installé pas loin de la fenêtre de la chambre. La jeune femme lui était reconnaissante de ne pas être collé à son chevet à lui demander toutes les trente secondes si elle avait besoin de quelque chose et à lui remettre l'oreiller ou les draps sans qu'elle ne demande quoi que ce soit. Il restait lui-même, bien qu'il devait probablement dissimuler son inquiétude derrière le masque qu'il portait au quotidien. "Dans le gaz." répondit-elle en fermant ses paupières lourdes pendant quelques secondes. "Ils ont encore augmenté la morphine parce qu'ils pensaient que j'avais encore mal. C'est de la bonne, vu le temps que je passe à dormir." Norah levait brièvement les yeux au ciel; ce n'était pas en augmentant les doses d'analgésique qu'elle voyait le bout de son hospitalisation, en service de réanimation, du moins. Augmenter la morphine n'était pas signe d'une évolution positive, et ça l'agaçait. Difficile pour Norah d'accepter le fait que sa guérison et réadaptation allait prendre plusieurs mois. "T'en fais pas, je survivrai." lui dit-elle en lui esquissant un sourire. "J'ai hâte qu'on mon débarrasse de toute la plomberie, là." dit-elle en faisant référence à ses perfusions et drains divers. Il était inquiet, tout le monde l'était. "Tu devras encore me supporter quelques années." De l'ironie et un peu de légéreté, c'était ce dont elle avait besoin. Elle savait qu'à un moment donné, il y aurait les policiers qui débarqueraient l'interroger, que le médecin légiste planchait sur les lésions qu'il avait listé à l'arrivée aux urgences. Et quand les inspecteurs sur l'affaire allaient apprendre qu'elle était la veuve d'un autre policier, l'affaire deviendrait personnelle. Norah connaissait le tableau. "Et toi, tu survis avec les enfants ?" Ils lui manquaient terriblement. Mais ils ne méritaient certainement pas à voir leur mère tous les jours à l'hôpital dans cet état. Bien sûr qu'ils étaient venus, cependant limités à pouvoir lui faire un câlin, à moins de lui faire atrocement mal. "Si tu n'arrives pas à canaliser l'énergie d'Aidan, tu peux investir dans de nouvelles baskets à base de vieux pneus. Il use les siennes à très grande vitesse. Ca et le fait qu'il grandisse à toute vitesse font que j'ai un budget annuel assez faramineux en chaussures." reprit-elle d'un air taquin. Elle plaisantait bien sûr; jamais n'irait-elle demander à son frère de payer de quoi habiller ses enfants. Mais c'était une réflexion qu'elle s'était faite, et l'une des premières choses qu'elle devra faire dès qu'on la laissera rentrer à la maison. Elle avait hâte. Norah avait beau se sentir un peu planer, cela ne l'empêchait de retrouver un peu de son sens d'humour. La brune la voyait, l'inquiétude bien dissimulée sous les traits de son frère. Il la cachait très bien, peut-être que les deux autres frangins n'y voyaient que du feu, mais pas elle. A vrai dire, elle-même ne savait pas si elle se sentait bien ou pas. L'esprit à moitié anesthésié n'arrivait pas à mesurer l'ampleur de sa tristesse, ni la gravité de son accident. Elle n'avait quasiment plus aucun souvenir de ce dernier, cela dit. Norah prit la main de son frère dans la sienne et la serrait tendrement. "Je suis contente que tu sois là."


Revenir en haut Aller en bas
Marcus Leckie
Marcus Leckie
le pilier
le pilier
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans
SURNOM : Mac
STATUT : Pas intéressé
MÉTIER : Directeur marketing @Michael Hill Int.
LOGEMENT : appartement 306 dans un immeuble fancy de Water Street, en plein centre ville
leckie² + bambi 44a8a758bab4b2dab586cafaacb79a5e24432ec8
POSTS : 67 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Extraverti, sociable, pile électrique et bout-en-train, il est l’ami de tout le monde et de personne à la fois ; ses véritables proches se comptent sur les doigts d’une main. Cache un naturel sensible et réservé sous sa carapace. Eternel célibataire, terrorisé par l’amour, il considère qu’une relation demande trop de temps et d’énergie. Homosexuel assumé, il a tendance à cocher toutes les cases du stéréotype. Particulièrement proche de ses sous. La famille reste la valeur la plus importante à ses yeux. Il a emménagé à Brisbane pour rejoindre sa soeur en 2017.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 4/5

leckie² + bambi JCjJCaI
Leckie Family
Norah - Caelan
Forget the violence, Forget the world
I see you smiling, I'm lost for words


leckie² + bambi 0f4ffe8ba1e6a08edd45cf643e8be02b
Michael Hill Int.
Yele - Saül

PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : Daniel Brühl
CRÉDITS : loonywaltz
DC : Jamie, Lou & Kelly
INSCRIT LE : 02/09/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t33676-mac-assassinate-me-with-a-smile-again https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-jamie-lou-kelly-marcus-i-feel-safe-in-the-5-am-light

leckie² + bambi Empty
Message(#) Sujet: Re: leckie² + bambi leckie² + bambi EmptyMer 23 Sep - 22:46


► BAMBI
@Norah Lindley & MARCUS LECKIE

Maybe I can figure out why I haven't been much myself And I feel like my friends are being put through this hell I'm feeling

Le faible sourire de Norah était amplement suffisant pour encourager son frère à retarder le retour au sérieux de la situation. “Absolument.” il assurait au sujet de ces idiotes de chaussures dont il n’avait cure, et il savait qu’elle n’y portait pas plus d’intérêt que lui. Mais prétendre avait toujours été son jeu préféré -celui auquel il jouait encore avec Jules et Aidan- et un moyen particulièrement efficace d’oublier les tracas, de regarder ailleurs. Bien entendu, il n’avait pas l’intention de prétendre que Norah avait bonne mine et qu’il ne se rongeait pas les sangs pour elle. Il ne venait pas pour l’arracher du lit et la mettre dans un fauteuil roulant afin de dévaler les couloirs comme des enfants. L’état de sa cadette ne le permettait pas. Mis succinctement au courant de la plus récente évolution de son traitement, Mac garda son sourire naturel conserver l’optimisme de la pièce entière. “Tu crois que tu peux en faire passer en douce ?” il demanda à propos de la morphine dont le dosage semblait rendre Norah soucieuse ; immédiatement, il allégeait le sujet, le détournait, prétendait qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter -pour taire les murmures de ses propres inquiétudes. Lui ne pouvait jamais donner la moindre impression de se laisser abattre. Tel était son rôle auprès d’elle, bien qu’au fond, c’était Norah qui le rassurait à chaque fois qu’elle s’amusait de ses plaisanteries de bas vol. “J’espère bien te supporter jusqu’au jour où on s’engueulera pour la télécommande à l’hospice.” soufflait-il en frôlant son épaule avec son pouce dans un geste tendre.

La garde des enfants avait été un sujet épineux entre Mac et Anwar dont il n’aurait pas souhaité lui permettre de s'immiscer dans ce drame une seule seconde par sa présence. Le policier alimentait déjà le souvenir du fantôme de Frank auprès de Julie et Aidan, leur rappelant que lui, il n’était plus là, contrairement à son co-équipier. Co-équipier incapable d’attraper celui qui avait tué leur père. Après un événement pareil, comment pouvait-il être celui qui les rassurerait quant à l’état de leur mère ? Mac avait rongé son frein. Les enfants semblaient plus cléments que leur oncle au sujet d’Anwar. “La question c’est est-ce que moi je survis ou est-ce que tes enfants sont encore vivants sous notre garde ?” demanda Marcus comme si le doute était possible ; après tout, il n’avait pas d’enfants à lui, aucune intention d’en avoir un jour, et il n’avait jamais eu la responsabilité de son neveu et de sa nièce à ce point. Il était en territoire inconnu, un brin intimidant même, mais les habitudes bien ancrées des enfants, leur discipline et l’effort commun de leurs tuteurs temporaires rendait cette parenthèse vivable. “Ils vont bien. Ils tiennent le choc.” reprit l’australien avec plus de sérieux. L’énergie d’Aidan n’était pas un challenge pour Marcus qui, lui-même, n’en manquait pas. “Ou mieux, je peux lui faire faire lui-même ses propres chaussures à base de vieux pneus.” il suggéra en réponse à la plaisanterie de Norah comme s’il venait de mettre au monde l’idée la plus ingénieuse jamais proposée depuis la mort de Bill Gates. C’était sa nièce pour laquelle Mac se faisait le plus de souci. Elle qui s’était vue dans l’obligation de grandir plus vite que prévu afin de soutenir sa mère après de décès de Frank, elle qui s’était donné la mission de prendre soin de son frère -et leur oncle était le mieux placé pour comprendre cette pression qu’elle se mettait à son jeune âge. “En vérité, j’ai l’impression que c’est pour Jules que c’est le plus difficile. L’espace d’un instant… elle a vraiment cru qu’elle finissait orpheline.” La fillette était renfrognée, par moments. Elle semblait en vouloir au monde entier par moments, tout en ayant conscience que les choses ne dépendaient pas du contrôle de qui que ce soit. L’accident n’était pas de la faute de Norah, mais parfois, elle réagissait comme si tel était le cas, comme si elle lui en tenait rigueur d’avoir failli les laisser à son tour. “Mais je suis sûr qu’elle se sentira mieux dès que tu seras de retour à la maison.” se reprit Marcus afin de ne pas paniquer sa soeur. C’était une passade, il en était certain. L’effet du choc, de la peur. Julie digérait les événements à sa manière. S’en soucier pouvait attendre que Norah sorte de l’hôpital. Délai dont le brun n’avait pas idée de la durée. “J’espère que ce n’est pas la morphine qui te fait dire ça.” répondit-il avec un rire. Il serait délicatement sa main à son tour. Elle n’avait pas idée d’à quel point il aurait pu lui retourner l’exacte même phrase, à quel point lui aussi, il était heureux qu’elle soit là.






I'll be your medicine if you let me Give you reason to get out of bed Sister, I'm trying to hold off the lightning And help you escape from your head

leckie² + bambi KGscut4
leckie² + bambi NJB97Z9
leckie² + bambi IUJCx06

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Norah Lindley
Norah Lindley
les histoires de fantômes
les histoires de fantômes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (15.09.1984)
SURNOM : Beaucoup l'appellent Nono, ses collègues ont toujours adoré l'appeler par son nom de jeune fille "Leckie".
STATUT : veuve depuis 2016.
MÉTIER : infirmière en service de réanimation. fait régulièrement des remplacements dans d'autres services, histoire d'arrondir les fins de mois.
LOGEMENT : #57, logan city (depuis décembre 2018)
leckie² + bambi F8b932903ea20e9cb47664a5b78a4f396d7534da
POSTS : 1924 POINTS : 525

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : mère de deux enfants, Julie, née en 2009 et Aidan, né en 2015 + excellente pâtissière + force tranquille, sait gérer les urgences avec sérénité + a un frère jumeau et deux frères aînés + sort à peine du deuil de son mari + adore les histoires de fantômes + franche, n'hésite pas à recadrer (plus ou moins correctement) lorsque c'est nécessaire + plus discrète depuis le décès de son mari
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : alfie #4 + yasmine #6 + mitchell #3 + tommy #2 + jules #2 + august + jamie #2 + + maze (9/10)

leckie² + bambi JCjJCaI
THE LECKIE
caelan + marcus

leckie² + bambi Tumblr_inline_oj8p1yQHPW1tvu499_400
noranwar + uc
anwar #4 + anwar #5

leckie² + bambi 2dbcf801b9eb6ae7f883b2df38e134e4a22f0302
noralfie + uc
RPs EN ATTENTE : alfie (au)
PSEUDO : black arrow
AVATAR : rebecca ferguson
CRÉDITS : avatar : black arrow
DC : joanne keynes
INSCRIT LE : 20/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23231-norah-got-a-long-way-to-go https://www.30yearsstillyoung.com/t23260-norah-you-re-everybody-s-angel-in-disguise#941816 https://www.30yearsstillyoung.com/t23341-norah-lindley

leckie² + bambi Empty
Message(#) Sujet: Re: leckie² + bambi leckie² + bambi EmptyDim 4 Oct - 15:28


Le fait que Norah n'avait pas eu à s'inquiéter un seul instant de la prise en charge de ses enfants était pour elle un véritable soulagement. Elle avait la chance d'être très bien entourée. Pour ses proches, il était tout simplement devenu évident de prendre soin d'eux, ils le faisaient plus par plaisir que par obligation. Ils avaient tous les deux des tempéraments qui avaient besoin d'être compris, mais ils n'en étaient pas moins des enfants bien élevés. Ils étaient faciles à vivre globalement, pas trop compliqués en terme d'alimentation. Qui plus est, ils ressentaient une adoration conséquente par rapport à leurs oncles et Anwar, il n'était donc pas étonnant qu'ils les écoutent comme il se doit. Ils comblaient naturellement le vide qu'il y avait en terme de figure paternelle depuis la disparition de Frank. La belle brune avait alors l'impression que c'était bien plus équilibré que si elle avait été véritablement seule. "Alors, tu viendras avec moi." dit-elle alors avec un sourire satisfait. Cela allait être une sortie comme une autre, mais toute occasion était bonne à prendre pour passer du temps avec son grand frère. Il prenait son rôle d'oncle très au sérieux et n'était absolument pas plaintif. Une responsabilité qui lui était tombé dessus du jour au lendemain. Sa capacité d'adaptation et d'imprévus n'était plus à débattre. "Mais en contrepartie, elle aura sûrement besoin de trouver un coupable. Quelque chose ou quelqu'un sur qui projeter cette colère là." pensait Norah à voix haute, les yeux rivés sur son frère. "Et là, le ou la coupable est aussi en fuite. Ca va la contrarier." Elle savait que Marcus vivait bien plus mal qu'elle le fait que l'on ait toujours pas mis la main sur l'homme qui avait tué Frank. Une injustice qui restait encore irrésolue. Alors, si, en plus, on ne mettait pas la main sur le conducteur fou. "Tu sais si ça se passe bien, à l'école ?" lui demanda-t-elle finalement. "Tu as eu des retours de sa maîtresse ?" Norah ne serait pas surprise si sa fille semblait plus distraite, plus en difficulté même si elle était de nature très studieuse et rigoureuse. Personne ne pouvait lui reprocher d'être un peu à côté de la plaque, depuis quelques semaines. Malgré la détresse de sa petite soeur, Marcus tenait toujours à être la figure forte, l'épaule contre laqelle elle pouvait s'appuyer. Même si la voir dans cet état inhabituel avait de ce qu'il y a de plus perturbant, il croyait en elle, en sa capacité de remonter la pente, qu'importe le temps que cela prendrait. Touchée par l'émotion qu'il dégageait de son regard brillant, Norah levait sa main pour la caresser tendrement la joue. "Eh bah alors..." dit-elle d'un air attendri. "Moi qui pensais ne réussir qu'à t'émouvoir en me mariant ou en ayant des enfants. J'en prends bien note." Marcus était plus sensible qu'il ne voulait l'admettre. Il ne montrait pas cette facete de lui à tout le monde, loin de là. Norah se sentait privilégiée d'y avoir droit. Mais son regard humide n'était que la preuve combien ces mots n'étaient que trop peu dits entre eux, même si l'affection et leur attachement étaient évidents. Parfois trop évidents peut-être, si bien qu'on en oubliait de le verbaliser. "Si je le clamais haut et fort, tu aurais deux jaloux derrière qui tenterait de te voler la vedette." plaisantait-elle. "Et tu en jubilerais beaucoup. Pendant longtemps." Parmi les nombreuses taquineries qui avaient marqué son enfance, Norah avait perdu le compte du nombre de fois où ses frères lui demandaient qui étaient son préféré. Un sujet de chamailleries parmi tant d'autres. Si elle l'avait voulu, elle les aurait mené du bout du nez. Malgré les sourires, Norah revenait assez facilement sur tous ces sujets qui l'inquiétaient, qu'il s'agisse de sa guérison ou de tout ce qu'elle devrait faire en parallèle : gérer les factures, toute l'administration qui concernait son accident... Tout le monde voulait qu'elle s'accorde du temps pour elle, mais pour elle, rester clouée au fond d'un lit sans pouvoir faire grand chose n'était pas très contributif à sa sérénité d'esprit. "Je veux pas devenir un fardeau." souffla-t-elle d'une voix enrouée. Non seulement Norah était une personne assez fière et indépendante, elle se refusait aussi d'être catégorisée dans les personnes qui abusaient bien trop de la gentillesse et de la générosité de sa famille sous prétexte qu'elle était veuve, et désormais mère célibataire. Elle estimait que ce n'était pas une excuse et s'était donnée comme objectif de savoir tout gérer toute seule. Ce qui était, en soit, inhumain. Il n'y avait donc rien de surprenant qu'elle finisse par souffrir de ce surmenage qui avait durant presque quatre ans. Alors que des sillons de larmes s'étaient formés sur ses joues, la jeune femme tentait de trouver un minimum de contenance en inspirant calmement. Même si respiration était tremblante. "Merci." souffla-t-elle, la gorge serrée. Ce mot là sortait très régulièrement lorsque ses frères ou Anwar venaient la voir. Elle ne savait pas comment montrer autrement combien elle leur était reconnaissante. "Je vous revaudrai ça, c'est promis." Que ce soit en affection ou en une montagne de pâtisseries faits-maison, Norah ne comptait pas tout prendre comme acquis. Encore une fois, l'aîné des Leckie détournait la conversation de façon humoristique et parvint ainsi à faire rire sa petite soeur. Rire était douloureux, mais faisait toujours un bien fou à son moral. Mac assumait pleinement son homosexualité, mais il n'était pas vraiment en recherche de l'âme-soeur. "Pourtant, il y a de quoi faire, par ici. Il y a moyen que tu trouves ton bonheur. A moins que ce ne soient nos tenues que tu trouves trop tue-l'amour ?" dit-elle d'un ton taquin.  Norah n'était vraiment pas du genre à jouer les entremetteuses ou à forcer les choses pour que son grand frère fasse un jour la rencontre de sa vie. Elle observait, évaluait, et se faisait une idée de son côté. Mais... Il n'était pas impossible qu'elle donne un petit coup de pouce au Destin. Juste une légère impulsion. Elle ne ferait rien de plus. Marcus se suffisait à lui-même. Il y avait tant à découvrir sur sa personne qu'il était impossible de s'en lasser. "Je ne te pensais pas adepte des ménages à plusieurs." ajoutait-elle d'un air plutôt taquin. Il faisait bien ce qu'il voulait de sa vie sexuelle. "Mais j'ai compris ce que tu voulais dire." Sa voix était plus calme, plus posée. Le message était passé. Anwar n'avait eu de cesse de lui dire qu'elle devait le pied. Là, l'accident le lui imposait, et même si elle n'y pouvait rien, peut-être qu'il s'agissait d'un dernier message d'alerte. Ca l'avait secoué, elle allait prendre du temps à s'en remettre autant physiquement que mentalement, mais il n'y avait parfois rien de mieux que ça pour se reprendre correctement en main. Et cela signifiait alors qu'il fallait accepter l'aide des autres et ne pas la considérer comme une faiblesse. "Du coup, je vais être chouchoutée comme il se doit une fois que je serai rentrée à la maison ?" demanda-t-elle avec exagération. "Des petits plats faits maison, des massages de pieds, ce genre de trucs ?" Elle sourit, amusée. Jamais ne se permettrait-elle d'abuser de leur présence à ce point-là. "Si ça me permet de vous avoir tous les trois à la maison, moi ça me va."




Dernière édition par Norah Lindley le Ven 23 Oct - 0:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marcus Leckie
Marcus Leckie
le pilier
le pilier
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans
SURNOM : Mac
STATUT : Pas intéressé
MÉTIER : Directeur marketing @Michael Hill Int.
LOGEMENT : appartement 306 dans un immeuble fancy de Water Street, en plein centre ville
leckie² + bambi 44a8a758bab4b2dab586cafaacb79a5e24432ec8
POSTS : 67 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Extraverti, sociable, pile électrique et bout-en-train, il est l’ami de tout le monde et de personne à la fois ; ses véritables proches se comptent sur les doigts d’une main. Cache un naturel sensible et réservé sous sa carapace. Eternel célibataire, terrorisé par l’amour, il considère qu’une relation demande trop de temps et d’énergie. Homosexuel assumé, il a tendance à cocher toutes les cases du stéréotype. Particulièrement proche de ses sous. La famille reste la valeur la plus importante à ses yeux. Il a emménagé à Brisbane pour rejoindre sa soeur en 2017.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 4/5

leckie² + bambi JCjJCaI
Leckie Family
Norah - Caelan
Forget the violence, Forget the world
I see you smiling, I'm lost for words


leckie² + bambi 0f4ffe8ba1e6a08edd45cf643e8be02b
Michael Hill Int.
Yele - Saül

PSEUDO : loonywaltz
AVATAR : Daniel Brühl
CRÉDITS : loonywaltz
DC : Jamie, Lou & Kelly
INSCRIT LE : 02/09/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t33676-mac-assassinate-me-with-a-smile-again https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-jamie-lou-kelly-marcus-i-feel-safe-in-the-5-am-light

leckie² + bambi Empty
Message(#) Sujet: Re: leckie² + bambi leckie² + bambi EmptyDim 18 Oct - 18:14


► BAMBI
@Norah Lindley & MARCUS LECKIE

Maybe I can figure out why I haven't been much myself And I feel like my friends are being put through this hell I'm feeling

S’occuper de son neveu et de sa nièce n’était pas de tout repos, même en répartissant la charge avec ses frères et Anwar, mais cela était loin d’être une corvée, ni pour Mac, ni pour eux. C’était de l’organisation, de l’énergie supplémentaire, des concessions ; pour un homme qui appréciait sa zone de confort et sa tranquillité tel que lui, le brun ne se sentait cependant pas plus bousculé que cela. Tout en valait la peine, à ses yeux, ne serait-ce que pour sentir sa cadette plus en paix et sereine à l’idée que ses enfants soient entre de bonnes mains durant sa convalescence. L’esprit vif et libre d’Aidan n’était pas un véritable problème pour Marcus ; le petit garçon était une forte tête, mais lui pouvait l’être plus encore. Les débordements d’énergie étaient canalisés par des batailles de couvertures, des forts en oreillers, des sabres lasers imaginaires. Seules les articulations de l’australien lui rappelaient régulièrement qu’il n’avait plus la souplesse adéquate pour toute cette agitation. “Nah, je voudrais pas te voler cette carte, t’en auras besoin une fois sortie d’ici.” répondit-il à Norah qui lui suggérait de faire le tour des clubs sportifs avec son fils afin d’avoir la paix de temps en temps. Le sport était un excellent moyen d’épuiser le bonhomme une heure ou deux, et Mac était certain que ce plan machiavélique de parent fatigué serait tout particulièrement utile à sa soeur fraîchement sortie de l’hôpital. Et avec toutes les activités existantes qu’elle pouvait tenter de faire découvrir à Aidan, c’étaient des semaines de lente remise en forme, physique et mentale, dont elle bénéficierait ainsi et dont elle aurait bien besoin. Julie s’avérait être un challenge tout autre, et alors que son frère éprouvait physiquement leurs tuteurs, la jeune fille, elle, vivait la situation de manière plus cérébrale. Loin de lui l’envie d’être porteur de mauvaises nouvelles et d’ajouter du souci à la liste que Norah devait déjà se faire dans un coin de sa tête, mais il paraissait important aux yeux de Mac de lui fait part de l’état d’esprit de sa nièce. Elle aurait le temps de son séjour à l’hôpital pour faire le tour de la question, trouver quoi dire à sa fille et comment gérer la situation ; de son côté, Jules sera peut-être passée à autre chose d’ici là. “Elle l’est, confirmait le brun à propos de la maturité de la fillette. Et c’est pour ça qu’elle comprendra que tout ça n’est pas de ta faute.” Il en était certain, malgré son jeune âge, Jules saurait faire la part des choses en fin de compte.

Tentant de faire sourire Norah et de dédramatiser l’aspect si froid et solennel de cette chambre d’hôpital, Marcus ne s’attendait pas à ce que sa soeur se fasse si morose. Pourtant, elle avait le temps de se refaire le film de son accident, de songer aux conséquences désastreuses qu’aurait pu avoir celui-ci, et sur la chance qu’elle avait d’être toujours en vie. Lui ne voulait pas y penser ; seulement aller de l’avant, se projeter dans un moment où les choses seraient de retour comme un avant, comme si rien ne s’était passé. Il voulait croire que ce serait simple, de mettre tout ceci derrière eux, comme si les événements n’étaient pas un rappel cinglant que la mort gravitait autour d’eux depuis un moment. Et cela lui brisait le coeur, derrière son visage calme, son regard tendre et son air doux, d’entendre les craintes de sa soeur, de réaliser une fois de plus qu’il aurait pu la perdre. Il persistait à garder ce sourire délicat au coin des lèvres, ce rictus rassurant qui montrait qu’il ne fléchirait pas face à toutes ces peurs et ces bouleversements, qu’il demeurerait solide quoi qu’il arriverait. “Eh bien je ne suis pas contre un éloge de temps en temps, fit-il en haussant les épaules, reniflant discrètement alors que l’émotion de sa soeur le contagiait d’un regard un peu plus humide. Si l’accident t’inspire pour clamer à quel point je suis le meilleur frère du monde, je t’en prie, ne te retiens surtout pas de dire ce que tu as sur le coeur.” Il n’avait pas besoin de mots pour que Norah traduise son affection, mais il devait admettre qu’il aimait le son de sa voix lorsqu’elle lui rappelait la solidité de leur lien fraternel.

S’il lui arrachait un sourire, ceux-ci s’envolaient rapidement. La pression était forte sur les épaules de la mère au repos forcé, et l’anticipation du retour à la vie normal se faisait sentir alors que les jours de convalescence s’allongeaient. Néanmoins, Norah s’était trop souvent persuadée qu’elle devait mener sa barque seule, comme si le décès de son mari lui avait donné quelque chose à prouver, à elle ou au reste du monde. Qu’elle pouvait porter sa vie de famille et professionnelle à bouts de bras, qu’elle n’était plus au bout du rouleau comme autrefois, la fragile veuve qui ne tenait plus sur ses jambes, écroulée sous le poids de sa peine. Et Mac comprenait que son état de faiblesse actuel la renvoyait à pareil sentiment de désoeuvrement, de faiblesse, comme si elle n’avait pas assez prouvé, comme si tout était à refaire. “Hé, ne t’en fais pas, d’accord ? Ce n’est pas comme si tu étais toute seule pour gérer tout ça. Tu peux compter sur nous.” lui assurait-il, espérant que cela ne traverse pas la tête de sa soeur d’une oreille à l’autre sans être réellement pris en considération. Après tout, il ne pouvait pas la forcer à demander de l’aide ou accepter celle qui lui était proposée, mais il pouvait lui rappeler toutes les mains tendues qui s’offraient à elle, cette chance dont elle bénéficiait de ne pas être esseulée. “Profite donc d’avoir la chance d’avoir trois beaux hommes viriles prêts à tout faire pour tes beaux yeux. Dieu sait que j’aimerais pouvoir en dire autant.” qu’il ajouta de son air le plus taquin. Tous les niveaux de lecture de ses paroles parfaitement assumés se lisaient dans le pétillement de ses yeux.






I'll be your medicine if you let me Give you reason to get out of bed Sister, I'm trying to hold off the lightning And help you escape from your head

leckie² + bambi KGscut4
leckie² + bambi NJB97Z9
leckie² + bambi IUJCx06

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

leckie² + bambi Empty
Message(#) Sujet: Re: leckie² + bambi leckie² + bambi Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

leckie² + bambi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st vincent's hospital
-