AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -39%
PNY – SSD Interne – CS3030 – 1To ...
Voir le deal
119.99 €

 I always know you'll catch me when I fall (jacob)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marius Warren
Marius Warren
le syndrome de l'aîné
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-quatre ans (11/11/1976)
SURNOM : jamais enclin aux surnoms, ton prénom est rarement écorché.
STATUT : célibataire, un coeur verrouillé dont une brunette a trouvé la clé commençant petit à petit à le déverrouiller.
MÉTIER : professeur d'histoire de l'art à l'University of Queensland.
LOGEMENT : loft numéro 613 sur water street (spring hill).
I always know you'll catch me when I fall (jacob) Tumblr_inline_p82bjhF45R1t12zb5_250
POSTS : 1475 POINTS : 1180

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : aîné et fils adoré d'une fratrie de quatre enfants, un rôle qui te pèse toujours aujourd'hui ● tu détestes le sport à l'exception du surf, tu es un citadin élitiste et tu le revendiques ● tu dessines et peins depuis ta plus tendre enfance, ta spécialité réside dans les aquarelles ● tu as étudié à Paris en 2002 pendant un an, ville où tu es revenu t'exiler en 2016 ● tu as une nièce de onze ans pour qui tu déplacerais des montages, elle est le trait d'union entre ton frère et toi. ● de retour à Brisbane en janvier 2018 ● ta loyauté est sans faille, la trahir ne rend ta rancoeur que plus tenace.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : I always know you'll catch me when I fall (jacob) 03wc
malleen ❥ I've been spending the last couple years thinking all love ever does is break and burn and end but with you in my life I watched it begin again

liammaytommy.3jacob.2 (fb)greg, noa & colleenjustine (fb)ciaramalleenia.2kayacolleen.7keith.2joanne.4rüyacolleen.8

RPs EN ATTENTE : allan.3 ● ginny ● scarlett.3 ● auden.4 ● beth.4 ● dani ●

RPs TERMINÉS : (2020) colleeneveallancolleen.2jodieauden.2 (fb)bethliviajoanne.2colleen.3malleeniacolleen.4allan.2beth.2jacobjoanne.3colleen.5jodie.2tommy.2keith (fb)olivia (fb)colleen.6scarlett.2auden.3beth.3 (fb)
(2019) evelynjoannequinn (fb)justinetommyauden (fb)scarlettpaul

PSEUDO : mollywobbles, #emma.
AVATAR : michael fassbender.
CRÉDITS : floyd (avatar), tumblr (gifs), siren charms (signature), loonywaltz (ub), bleeding_light (crackship), Captain Rogers (dessin).
DC : jessian reed & ilaria mackenzie.
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26175-pride-and-prejudice-marius https://www.30yearsstillyoung.com/t26247-marius-sense-and-sensibility https://www.30yearsstillyoung.com/t30996-marius-warren

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Empty
Message(#) Sujet: I always know you'll catch me when I fall (jacob) I always know you'll catch me when I fall (jacob) EmptyDim 27 Sep - 9:13



Passant une main sur ton visage, tu prends une grande respiration en essayant d’oublier le mal de crâne qui accapare toutes tes pensées. Tu es assis sur un banc en bois, pas un poil confortable mais tu le mérites. Comment as-tu pu déraper pour en arriver là ? Attendre que cela passe, attendre que l’on te laisse appeler un proche pour venir te récupérer. Tu sais qu’on ne te laissera pas partir tout seul ce qui est ridicule pour un homme de quarante-trois ans mais tu l’as cherché. Tu finis par fermer les yeux et tu t’assoupis quelques heures. C’est le bruit d’ouverture de la cellule qui te réveille en sursaut. Tu regrettes presque de t’être réveillé quand ton mal de tête revient en force et que tu sens ta bouche pâteuse. Tu sais aussi que tu as d’autres traces, les traces de ton héroïsme idiot et qui se traduisent par des bleus et une légère coupure sur ta joue que l’on t’avait désinfecté en arrivant au commissariat la veille. Tu regardes l’horloge et tu vois qu’il est six heures du matin. Le policier de garde te dit que tu peux appeler quelqu’un pour venir te récupérer et te donne également le montant que tu vas devoir débourser pour sortir de là en ne gardant de cette aventure qu’un mauvais souvenir. Tu te diriges donc vers le téléphone et tu composes sans hésiter le numéro de Jacob. Il n’y a que lui que tu te vois appeler pour venir te chercher. Si tu fais ça à Beth, elle allait te tuer et tu n’as nullement envie que Scarlett ait ce genre d’information pour t’enquiquiner pendant des années. Une sonnerie, puis deux, puis trois, tu commences à penser que Jacob ne répondra jamais quand finalement, tu entends le son de sa voix, encore endormie. « Jacob c’est Marius. J’aurais besoin d’une faveur. Tu peux passer me chercher au commissariat avant d’aller bosser ? » Malheureusement, tu ne peux qu’imaginer la tête de Jacob à cette demande, tu aurais donné beaucoup pour la voir. Sans surprise, il commence à s’inquiéter, tu peux l’entendre dans sa voix mais tu vois le policier s’impatienter alors tu lui dis : « Rien de grave t’en fait pas. Je t’expliquerai quand tu seras là. Merci. » Il a dû comprendre car il n’insiste pas et te promet d’arriver au plus vite. Tu raccroches et le policier te raccompagne dans la cellule où tu as passé la nuit, t’offrant quand même un verre d’eau. Alors que tu le bois comme si tu buvais un nectar précieux, tu ne peux t’empêcher de repenser à la soirée de la veille, à tous les évènements qui ont fait que tu te retrouves ici, ce matin …

Te retrouver face à August Wells avait été un choc. Persuadé que l’ex-mari de Colleen était en Angleterre, tu n’avais pas considéré sa venue en Australie comme une possibilité. Et même si c’était le cas, tu n’avais pas pensé le rencontrer. Cette rencontre avait été brutale mais pas parce qu’il avait appris que tu fréquentais son ex-femme. Non … Il avait apparemment dans l’idée que tu faisais des avances à sa fille, que tu te montrais insistant envers elle, bref, que tu avais un comportement déplacé. Vu que seule Lou pouvait lui avoir dit une chose pareille, vraies ou fausses, ces accusations pouvaient te coûter très cher s’il décidait de te poursuivre. A tes yeux elles n’avaient aucun fondement mais tu savais que dans le climat actuel, tu serais mis au bûcher avant de pouvoir te défendre. L’idée de perdre ta carrière, ta réputation, tout ce que tu avais construit dans ta vie et la seule chose que tu avais réussi était terrifiant. Te dire que tout cela tenait aux humeurs d’une adolescente à qui tu n’avais pas donné ce qu’elle voulait, c’était déconcertant et tu l’avouais, tu avais peur. Alors une fois la journée terminée, tu t’étais rendu dans un bar près de chez toi pour essayer d’oublier. Entre les accusations de monsieur Wells, la présence de Colleen auprès de ton frère dans cette émission de série à la noix, tu n’avais vraiment pas grand chose à quoi te raccrocher. Si, il y avait Moïra mais elle passait la soirée et la nuit chez Beth pour une soirée entre filles, tu la récupèreras au collège demain en fin de journée.  Alors que d’habitude tu t’arrêtes, tu enchaînes les verres sans les compter. Tu ne sais pas vraiment ce que tu cherches car tu sais que l’alcool n’efface pas les peines ni les peurs mais sur le moment, cela te fait du bien. Tu te demandes pourquoi tu as arrêté de boire comme ça. La soirée s’étire et touche à sa fin. Tu n’as parlé à personne, peu intéressé des demoiselles venant tenter leur chance. C’était bien la dernière chose que tu comptais faire ce soir, ton esprit embrumé d’images de Colleen qui te manquait cruellement depuis son départ. Seule la certitude qu’elle vivait une belle aventure te permettait d’avancer. Après avoir payé, tu avais pris la direction de la sortie. Tu n’avais fait que quelques mètres quand tu vis une jeune femme essayer de repousser un homme qui essayait clairement de la plaquer contre le mur. Tu observais la scène quelques secondes, ton cerveau embué ayant du mal à se mettre en marche mais les « Non » et les « Lâche-moi » résonnaient dans la rue assez fort pour que tu n’hésites pas plus longtemps. T’approchant d’eux, tu posais ta main sur l’épaule de l’homme en lui disant : « Lâche-la, elle t’a dit qu’elle ne voulait pas de toi. » Tu essayais de paraître aussi autoritaire qu’avec tes élèves mais il faut avouer que tu ne fus pas surpris que l’homme te bouscule. Tu vis le coup partir mes tes réflexes n’étaient pas ce qu’ils étaient et tu pris le coup en pleine figure. Tu avais toujours détesté la violence, refusant d’y recourir mais à cet instant précis, tu aurais aimé être capable de rendre des coups correctement. Oh tu te défendais comme tu pouvais mais ce n’était pas bien concluant. Des sirènes de police se firent entendre et l’homme décampa soudainement. Déboussolé, tu t’accroupis avant de ne pouvoir retenir un haut le coeur qui te fit vomir dans le caniveau. Tu avais mal partout et tu pouvais entendre la jeune femme discuter avec les policiers. Tu ne fus pas surpris qu’ils t’amènent, si ce n’est que parce que tu devais puer l’alcool. Tu te souviens du sourire reconnaissant de la jeune femme et au final, c’était certainement le plus important.

La porte de la cellule se rouvrit et le policier te dit que ton ami était là. Hochant la tête, tu te levais et c’est avec un soulagement non dissimulé que tu vis Jacob dans l’entrée du commissariat. Tu réglais les formalités administratives avant d’aller le rejoindre. « Merci d’être venu, désolé de t’avoir sorti du lit. » Lui dis-tu sincère. Tu savais que tu allais devoir t’expliquer, que cela ne te ressemblait pas mais il arrive à tout le monde de déraper des fois non ?


@Jacob Copeland :l:


- - anything that is successful is a series of mistakes

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Udv22bR
I always know you'll catch me when I fall (jacob) DqM3eSK
I always know you'll catch me when I fall (jacob) EIhyBXy

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Copeland
Jacob Copeland
le calme après la tempête
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans, la tempête qui s'abat sur lui ne s'est toujours pas calmée pour autant. (13/11)
SURNOM : jake pour les plus proches, monsieur copeland pour les autres.
STATUT : marié à Olivia, désespérément seul. père d'une petite fille décédée en mars 2018.
MÉTIER : agent immobilier ; le grand patron, à la tête de dizaines d'agences australiennes et d'une vingtaine dans le monde.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill, toujours en mouvement : le quartier des affaires, ça lui correspond bien à lui et à sa femme. la maison est plus souvent vide qu'autre chose, même la nuit.
I always know you'll catch me when I fall (jacob) 0e2a462e6790e433d01841b94ae624f122d1aa57
POSTS : 1728 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : I always know you'll catch me when I fall (jacob) Mrc0bcHg_o
olivia #2, #3 et pour revivre nos souvenirs, j'ai même aussi frôlé ta peau. oh, dis-moi, regarde-moi. je ne sais plus comment t'aimer, ni comment te garder. parle-moi, oh parle-moi. je ne sais plus pourquoi t'aimer, ni pourquoi continuer. tu es là, mais tu es si loin de moi

beaucoup trop/10 › byron #2 FBivykieran & elias ROAkeith FBbirdieavamarius#2 FBlivakinauden
univers alternatifs › victoire DMava#2 DMolivia#4 DMlivake & amelyn DZ
RPs TERMINÉS : shhhht.
PSEUDO : beaulafolie.
AVATAR : justin hartley.
CRÉDITS : olivia (ava), sirens charms (signa), captain rogers (dessin), loonywaltz (ub), olivia (crackship).
DC : rudy gutiérrez & reese galloway.
INSCRIT LE : 10/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30309-garde-le-sourire-plus-rien-n-est-grave-jacob https://www.30yearsstillyoung.com/t30446-nos-desirs-font-desordre-jacob#1338384 https://www.30yearsstillyoung.com/t33208-jacob-copeland#1468072

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Empty
Message(#) Sujet: Re: I always know you'll catch me when I fall (jacob) I always know you'll catch me when I fall (jacob) EmptyLun 5 Oct - 10:19



Une sonnerie. Jacob ouvre un œil, regarde l’heure sur son réveil et se retourne sur lui-même, agacé que quelqu’un vienne le tirer de ses rêves. Il n’y a que lorsqu’il est endormi que tout semble se dérouler correctement. Dans ses pensées les plus profondes, sa vie n’est pas catastrophique : June est toujours là, Olivia n’est jamais absente et ils forment la famille qu’ils étaient, qu’ils devraient être. Une deuxième sonnerie. Sa femme est toujours à ses côtés et, pour une fois, ce n’est pas son cellulaire à elle qui vient les tirer de leur sommeil, c’est celui de Jacob. Il profite de cet instant où elle est encore à moitié endormie pour la regarder, quelques secondes. Depuis trop longtemps maintenant, il a pour habitude de se réveiller seul, de se préparer seul et de partir au travail seul. Avant, il pouvait la regarder dormir aussi longtemps qu’il le désirait, boire son café en la contemplant et l’embrasser avant de s’en aller. Tout a changé après le départ de June, même les réveils. Une troisième sonnerie. Il se retourne à nouveau et attrape son téléphone pour appuyer sur le bouton vert. Oui ? Il a la voix rauque, endormie. Jacob c’est Marius. J’aurais besoin d’une faveur. Tu peux passer me chercher au commissariat avant d’aller bosser ? Les mots de son comparse de toujours se bousculent dans son crâne. Une faveur, le commissariat. Il fronce les sourcils et regarde l’heure une nouvelle fois. Il est bel et bien six heures, il ne s’était pas trompé. Il comprend qu’il a très certainement passé la nuit là-bas, mais ça ne ressemble pas à son ami. C’est étrange, ça l’inquiète. Que… Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Je m’habille et j’arrive, oui, bien sûr. Rien de grave t’en fait pas. Je t’expliquerai quand tu seras là. Merci. Je fais vite. La tonalité de sa voix dégage une promesse qu’il ne mentionne pas. Il jette un nouveau regard à Olivia et sort du lit, hors des draps. Un frisson le parcours entièrement, il n’aime pas être pressé par le temps, il n’aime pas qu’on l’appelle sans que ce soit prévu à l’avance : il a la désagréable sensation d’être en retard, constamment. Le blond ne prend pas le temps d’expliquer la situation à sa femme – elle ne semble pas avoir envie de le faire quand elle est appelée au commissariat à des heures déraisonnables, alors il ne lui doit rien. Il va se préparer dans la salle d’eau : costume obligatoire, cravate parfaitement attachée, anneau serré à l’annulaire. Et au fil de la préparation, il passe de Jacob à monsieur Copeland. D’un simple homme au grand patron. Comme un super-héros, il vient d’enfiler son déguisement de la journée.

Il se gare devant le commissariat quelques minutes après l’appel de Marius. La preuve que cet homme est son meilleur ami et qu’il ferait n’importe quoi pour lui est qu’il n’a pas pris le temps de boire un café, ce matin. Lui qui semble réellement addict à la caféine a fait un effort surhumain – selon lui – et mériterait une bonne récompense. Quelques viennoiseries d’une pâtisserie française, un bon café noir, un massage peut-être. Il sourit en pensant à ses bêtises alors qu’il pousse la porte de la grande bâtisse, prêt à retrouver son camarade. Les policiers s’activent déjà, en ces lieux, tandis que l’agent immobilier repère Marius à quelques pas de lui, en train de remplir quelques papiers. Il ne tarde pas à le rejoindre et Jacob s’applique déjà à le détailler. Il porte les vêtements de la veille, ses cheveux sont ébouriffés et il a une mine affreuse. Merci d’être venu, désolé de t’avoir sorti du lit. Jacob hausse ses épaules à cette remarque. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, n’est-ce pas ? Il regarde rapidement autour d’eux. Peut-être pas à ceux qui se lèvent tôt pour venir ici, mais ça aura un impact positif sur ma journée. Il n’en doute pas – enfin, ça en aura un quand il aura bu un café. Il y a quelque chose à payer, d’autres papiers à remplir ? Il lui demande, prêt à le faire à sa place. Il a de quoi, et il sait que si les rôles étaient inversés, Marius volerait également à son secours. Je me dis qu’on peut aller s’installer en terrasse, quelque part, prendre un petit déjeuner et… tu me raconteras tes exploits. Là, il commence à sortir le ton – et le discours – du grand frère, moralisateur. Même s’il est le plus jeune des deux, même Marius a toujours été le plus droit du duo. Parce que s’il s’est retrouvé ici, c’est qu’il a fait quelque chose qu’il ne fallait pas. Et Jacob connaît son passif avec l’alcool, il sait qu’il peut déraper, il sait qu’il ne doit pas en abuser. Vu sa tête – et l’odeur – il a dépassé les limites hier soir. Tous les indices sont là, il n’attend que de sincères aveux, une promesse de ne pas recommencer et de futures preuves d’une future sobriété.

@Marius Warren :l:


- - like a cat, without a care. roaming freely, through the streets. you could find him in amongst the pigeons, in the square, but he won't see the sun again for years to come. he's broken out in love

I always know you'll catch me when I fall (jacob) XgwB6KT
I always know you'll catch me when I fall (jacob) YgwNqZq
I always know you'll catch me when I fall (jacob) ZgwNwWJ
I always know you'll catch me when I fall (jacob) UgwNekU
I always know you'll catch me when I fall (jacob) TgwNrlG
Revenir en haut Aller en bas
Marius Warren
Marius Warren
le syndrome de l'aîné
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-quatre ans (11/11/1976)
SURNOM : jamais enclin aux surnoms, ton prénom est rarement écorché.
STATUT : célibataire, un coeur verrouillé dont une brunette a trouvé la clé commençant petit à petit à le déverrouiller.
MÉTIER : professeur d'histoire de l'art à l'University of Queensland.
LOGEMENT : loft numéro 613 sur water street (spring hill).
I always know you'll catch me when I fall (jacob) Tumblr_inline_p82bjhF45R1t12zb5_250
POSTS : 1475 POINTS : 1180

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : aîné et fils adoré d'une fratrie de quatre enfants, un rôle qui te pèse toujours aujourd'hui ● tu détestes le sport à l'exception du surf, tu es un citadin élitiste et tu le revendiques ● tu dessines et peins depuis ta plus tendre enfance, ta spécialité réside dans les aquarelles ● tu as étudié à Paris en 2002 pendant un an, ville où tu es revenu t'exiler en 2016 ● tu as une nièce de onze ans pour qui tu déplacerais des montages, elle est le trait d'union entre ton frère et toi. ● de retour à Brisbane en janvier 2018 ● ta loyauté est sans faille, la trahir ne rend ta rancoeur que plus tenace.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : I always know you'll catch me when I fall (jacob) 03wc
malleen ❥ I've been spending the last couple years thinking all love ever does is break and burn and end but with you in my life I watched it begin again

liammaytommy.3jacob.2 (fb)greg, noa & colleenjustine (fb)ciaramalleenia.2kayacolleen.7keith.2joanne.4rüyacolleen.8

RPs EN ATTENTE : allan.3 ● ginny ● scarlett.3 ● auden.4 ● beth.4 ● dani ●

RPs TERMINÉS : (2020) colleeneveallancolleen.2jodieauden.2 (fb)bethliviajoanne.2colleen.3malleeniacolleen.4allan.2beth.2jacobjoanne.3colleen.5jodie.2tommy.2keith (fb)olivia (fb)colleen.6scarlett.2auden.3beth.3 (fb)
(2019) evelynjoannequinn (fb)justinetommyauden (fb)scarlettpaul

PSEUDO : mollywobbles, #emma.
AVATAR : michael fassbender.
CRÉDITS : floyd (avatar), tumblr (gifs), siren charms (signature), loonywaltz (ub), bleeding_light (crackship), Captain Rogers (dessin).
DC : jessian reed & ilaria mackenzie.
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26175-pride-and-prejudice-marius https://www.30yearsstillyoung.com/t26247-marius-sense-and-sensibility https://www.30yearsstillyoung.com/t30996-marius-warren

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Empty
Message(#) Sujet: Re: I always know you'll catch me when I fall (jacob) I always know you'll catch me when I fall (jacob) EmptyMer 14 Oct - 8:42



Le nom de Jacob avait été le seul nom qui t’était venu à l’esprit pour venir te sortir du merdier dans lequel tu t’étais fourré. Pourtant, tu savais à quel point il n’aimait pas que tu l’appeler sans prévenir, que tu le prennes au dépourvu. Jacob avait toujours été une créature d’habitude, quelqu’un qui n’aimait pas l’improvisation. Malheureusement pour lui comme pour toi, la situation dans laquelle tu te trouvais n’étais pas une situation que l’on anticipe. Tu trouvais cela assez comique que tu n’aies jamais été amené au commissariat quand tu avais des problèmes avec l’alcool et que tes actes t’importaient pas. Par contre maintenant que tu avais mis cela derrière toi, le seul soir que tu te tournais vers l’alcool pour oublier ta journée, tu enchaînais les conneries … En vérité, tu savais dès le départ que te diriger vers ce bar en sortant de l’université était une mauvaise idée. Mais cela faisait longtemps que tu n’avais pas cédé à une mauvaise idée et Colleen ne pouvait pas te rassurer, ne pouvait pas t’assurer que ta fille ne lui avait jamais dit que tu avais un comportement déplacé avec elle. L’idée de perdre ta carrière sur des rumeurs te terrifiait profondément. Ta carrière était la seule constante dans ta vie, tu l’avais construite avec amour, entretenue au fil des années et l’idée que tout puisse s’écrouler comme un château de carte te terrifiait. Le problème en réalité n’était pas que tu avais bu, non, le problème était que tu t’étais retrouvé dans une bagarre. Il ne te tardait pas de devoir raconter cela à Jacob, toi qui lui avais toujours dit que la violence ne résolvait rien et que tu n’aurais jamais besoin d’apprendre à te battre. L’oeil au beurre noir que tu avais ce matin était la preuve que tu avais été un bel idéaliste … Tu n’avais pas été les séparer avec l’envie de te battre mais tu ne pouvais pas juste passer à côté de cette jeune femme qui était clairement en train de se faire agresser. Tu n’étais peut-être pas l’homme le plus courageux de Brisbane mais tu avais des choses que tu ne pouvais pas accepter. Tu espérais que la raison pour laquelle tu t’étais retrouvé dans cette bagarre et donc au commissariat de bon matin te sauverait un peu aux yeux de Jacob. Le soulagement avait été total quand il t’avait assuré qu’il serait bientôt là pour venir te chercher. Tu espérais qu’il ne se faisait pas de soucis parce que si tu étais au commissariat c’était simplement pour décuver sinon ils t’auraient laissé partir il y a bien longtemps. On finit par te sortir de cette cellule de dégrisement et te rendre tes affaires avant de t’amener dans l’entrée du bâtiment où t’attend Jacob, toujours pas totalement réveillé mais les traits inquiets. Tu le remercies d’être venu, tu lui en étais réellement reconnaissant. « Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, n’est-ce pas ? Peut-être pas à ceux qui se lèvent tôt pour venir ici, mais ça aura un impact positif sur ma journée. » Un sourire amusé se dessine sur ton visage. Tu t’en veux d’autant plus de l’avoir fait venir ici en sachant qu’Olivia travaillait dans ce bâtiment et qu’il ne devait pas y venir de gaité de coeur. Tu ne savais pas si sa femme était chez eux, ici ou ailleurs et tu n’allais pas le demander. Tu doutais que les choses aient changé depuis votre dernière conversation. « Il y a quelque chose à payer, d’autres papiers à remplir ? » Tu hoches la tête, malheureusement, vous n’étiez pas dans un établissement qui laissait partir tout le monde sans vérifier. Passant une main sur ton visage, tu lui répondis : « C’est de ta signature que j’ai besoin, le reste je m’en occupe. » Le prix à payer pour ta liberté était minime. Une centaine de dollars pour compenser la gêne occasionnée à ces policiers de nuit. Tu t’étais assez excusé et tu avais discuté avec certains une fois que tu avais un peu décuvé. Ce serait une expérience. Tu tends ta carte bleue à la secrétaire avant de lire le papier qu’elle te met sous les yeux et de le signer. Tu donnes le stylo à Jacob ensuite. « Je me dis qu’on peut aller s’installer en terrasse, quelque part, prendre un petit déjeuner et… tu me raconteras tes exploits. » A l’évocation d’un petit déjeuner, tu sens ton ventre grogner. Oui, il faut que tu manges quelque chose, tu ne vas pas tenir longtemps sinon. Tu as dormi un peu cette nuit mais tu n’as pas assez dormi et tu as besoin d’un café pour raconter à Jacob tes exploits. Une fois le papier signé, tu récupères ta carte bleue et vous sortez dans la rue. L’air est frais alors que l’hiver est là à Brisbane. « Je ne dis pas non à un petit-déjeuner. Merci encore. » Tu es sincère. C’est étrange mais ce soir les rôles sont inversés. C’est toi qui dois être sauvé, pas Jacob. Peut-être que c’est mieux ainsi, tu n’en sais rien. « Je t’avoue que j’étais loin de penser que je me réveillerai dans un commissariat en me levant hier matin. La journée avait pourtant bien commencé … » Dis-tu en soupirant alors que vous arrivez sur la terrasse d’un café, une terrasse ensoleillée. « L’ex-mari de Colleen est passé me voir à l’université hier soir alors que je finissais mon cours. » Finis-tu par dire après plusieurs minutes de silence. Il fallait bien commencer quelque part et ce quelque part, c’était le commencement. « Il est venu me voir pour me parler de sa fille avec laquelle j’ai apparemment un comportement déplacé. Il n’a pas hésité à me faire comprendre qu’il pouvait réduire ma carrière à néant en un claquement de doigts alors que moi, je pensais que ce problème était réglé depuis des mois … » Tu fermes brièvement les yeux avant d’ajouter : « Et Colleen est injoignable dans le bush australien … » Tu l’as amère, elle te manque terriblement depuis son départ pour Race of Australia mais jamais autant qu’à cet instant précis.


@Jacob Copeland :l:


- - anything that is successful is a series of mistakes

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Udv22bR
I always know you'll catch me when I fall (jacob) DqM3eSK
I always know you'll catch me when I fall (jacob) EIhyBXy

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Copeland
Jacob Copeland
le calme après la tempête
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans, la tempête qui s'abat sur lui ne s'est toujours pas calmée pour autant. (13/11)
SURNOM : jake pour les plus proches, monsieur copeland pour les autres.
STATUT : marié à Olivia, désespérément seul. père d'une petite fille décédée en mars 2018.
MÉTIER : agent immobilier ; le grand patron, à la tête de dizaines d'agences australiennes et d'une vingtaine dans le monde.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill, toujours en mouvement : le quartier des affaires, ça lui correspond bien à lui et à sa femme. la maison est plus souvent vide qu'autre chose, même la nuit.
I always know you'll catch me when I fall (jacob) 0e2a462e6790e433d01841b94ae624f122d1aa57
POSTS : 1728 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : I always know you'll catch me when I fall (jacob) Mrc0bcHg_o
olivia #2, #3 et pour revivre nos souvenirs, j'ai même aussi frôlé ta peau. oh, dis-moi, regarde-moi. je ne sais plus comment t'aimer, ni comment te garder. parle-moi, oh parle-moi. je ne sais plus pourquoi t'aimer, ni pourquoi continuer. tu es là, mais tu es si loin de moi

beaucoup trop/10 › byron #2 FBivykieran & elias ROAkeith FBbirdieavamarius#2 FBlivakinauden
univers alternatifs › victoire DMava#2 DMolivia#4 DMlivake & amelyn DZ
RPs TERMINÉS : shhhht.
PSEUDO : beaulafolie.
AVATAR : justin hartley.
CRÉDITS : olivia (ava), sirens charms (signa), captain rogers (dessin), loonywaltz (ub), olivia (crackship).
DC : rudy gutiérrez & reese galloway.
INSCRIT LE : 10/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30309-garde-le-sourire-plus-rien-n-est-grave-jacob https://www.30yearsstillyoung.com/t30446-nos-desirs-font-desordre-jacob#1338384 https://www.30yearsstillyoung.com/t33208-jacob-copeland#1468072

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Empty
Message(#) Sujet: Re: I always know you'll catch me when I fall (jacob) I always know you'll catch me when I fall (jacob) EmptyMar 27 Oct - 17:51



C’est de ta signature que j’ai besoin, le reste je m’en occupe. Il hoche son visage de haut en bas. Ils ne sont pas dans un film, Marius n’est pas un grand délinquant et il n’y a aucune caution trop importante à payer. Heureusement, bien que Jacob aurait très certainement dépensé jusqu’à son dernier centime pour empêcher son ami de retourner derrière les barreaux. Une cellule de dégrisement reste une cellule et le blond n’apprécie pas l’idée qu’il ait pu se retrouver là, seul, toute une nuit. Il est certain qu’il ne mérite pas un traitement comme celui-ci, qu’il doit y avoir une erreur, qu’il y a une justification correcte derrière toute cette histoire. Il regarde son ami tendre sa carte bleue à la secrétaire, puis signer les papiers qui officialisent sa sortie d’ici. Jacob prend le stylo et signe à son tour avant de repousser la feuille vers la dame, un sourire crispé sur les lèvres. La paperasse terminée et les affaires de Marius récupérées, les deux hommes peuvent s’en aller et c’est tout naturellement que Jacob lui propose de prendre un petit déjeuner ensemble. Ça leur permettra de discuter de quelques sujets laissés en suspens depuis un petit bout de temps et, surtout, d’enlever le point d’interrogation énorme qu’il y a sur la soirée d’hier soir. Comme à son habitude, Jacob veut tous les détails, les uns après les autres. Je ne dis pas non à un petit-déjeuner. Merci encore. Il se retient un « c’est normal » car non, ça ne l’est pas. De lui venir en aide, peut-être. De venir le sortir du commissariat, un peu moins. Tu aurais fait la même pour moi. Même si je pense que, si un jour je termine par ici, je me fais tuer en rentrant à la maison… Il se demande réellement quelle serait la réaction d’Olivia si elle apprenait que son mari s’était fait arrêter. En étant soi-même policier, ça doit être honteux. Il met cette question dans un coin de sa tête : là où il range toutes les interrogations stupides qu’il ne posera jamais car, justement, jugées trop stupides pour sortir de la bouche de Jacob Copeland. Il n’empêche que ça le ferait bien marrer. Je t’avoue que j’étais loin de penser que je me réveillerai dans un commissariat en me levant hier matin. La journée avait pourtant bien commencé… Ils marchent dans les rues froides de Brisbane et rejoignent rapidement une terrasse, sur laquelle ils s’installent tous deux. Il fait un signe à la serveuse à l’intérieur pour lui indiquer qu’ils comptent passer commande et se concentre à nouveau sur le discours de Marius. L’ex-mari de Colleen est passé me voir à l’université hier soir alors que je finissais mon cours. Il grimace, il imagine déjà le pire : s’il s’est battu avec l’ex de la femme qu’il fréquente – ou qu’il veut fréquenter – il ne risque pas de gagner de points. Il ne commente pas, il écoute. Il est venu me voir pour me parler de sa fille avec laquelle j’ai apparemment un comportement déplacé. Il n’a pas hésité à me faire comprendre qu’il pouvait réduire ma carrière à néant en un claquement de doigts alors que moi, je pensais que ce problème était réglé depuis des mois… Et Colleen est injoignable dans le bush australien… Jacob inspire profondément, puis soupire longuement. Les hommes peuvent faire ou dire n’importe quoi quand leur fierté est atteinte. Il sait de quoi il parle, enfin, il croit. Est-ce que le problème a été réglé avec Colleen ou la petite était impliquée également ? Parce qu’il sait qu’une explication et des excuses entre parents n’impliquent pas forcément l’enfant dans le débat : peut-être que pour elle, l’histoire était encore d’actualité et qu’il était important d’en parler à son père. Tu sais que tu n’as jamais rien fait de mal avec elle, Colleen le sait également. Il ne reste plus qu’à le convaincre mais, à mon avis, il s’agit plus d’une jalousie concernant la mère qu’une réelle menace par rapport à son enfant. Il se pince les lèvres. Donc… peu importe ce que tu vas dire ou faire pour prouver ton innocence, t’es coupable dans tous les cas. Il est loin d’être rassurant et il le sait. La serveuse arrive et leur demande ce qu’ils souhaitent commander. Un café et un assortiment de viennoiseries, s’il vous plaît. Il attend que Marius passe sa commande à son tour et que la serveuse s’en aille pour reprendre la discussion. Toute cette histoire ne m’explique pas pourquoi tu as fini ta nuit dans une cellule. Il veut la suite de l’histoire, comprendre ce qu’il s’est passé pour ensuite, potentiellement, lui tendre sa main et lui proposer son aide. Jacob n’a rien à voir avec le monde de l’éducation mais il est un homme influent malgré tout, sa parole vaut quelque chose et son ami n’a pas intérêt à l’oublier. S’il a besoin de son soutien, il l’aura.

@Marius Warren :l:


- - like a cat, without a care. roaming freely, through the streets. you could find him in amongst the pigeons, in the square, but he won't see the sun again for years to come. he's broken out in love

I always know you'll catch me when I fall (jacob) XgwB6KT
I always know you'll catch me when I fall (jacob) YgwNqZq
I always know you'll catch me when I fall (jacob) ZgwNwWJ
I always know you'll catch me when I fall (jacob) UgwNekU
I always know you'll catch me when I fall (jacob) TgwNrlG
Revenir en haut Aller en bas
Marius Warren
Marius Warren
le syndrome de l'aîné
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-quatre ans (11/11/1976)
SURNOM : jamais enclin aux surnoms, ton prénom est rarement écorché.
STATUT : célibataire, un coeur verrouillé dont une brunette a trouvé la clé commençant petit à petit à le déverrouiller.
MÉTIER : professeur d'histoire de l'art à l'University of Queensland.
LOGEMENT : loft numéro 613 sur water street (spring hill).
I always know you'll catch me when I fall (jacob) Tumblr_inline_p82bjhF45R1t12zb5_250
POSTS : 1475 POINTS : 1180

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : aîné et fils adoré d'une fratrie de quatre enfants, un rôle qui te pèse toujours aujourd'hui ● tu détestes le sport à l'exception du surf, tu es un citadin élitiste et tu le revendiques ● tu dessines et peins depuis ta plus tendre enfance, ta spécialité réside dans les aquarelles ● tu as étudié à Paris en 2002 pendant un an, ville où tu es revenu t'exiler en 2016 ● tu as une nièce de onze ans pour qui tu déplacerais des montages, elle est le trait d'union entre ton frère et toi. ● de retour à Brisbane en janvier 2018 ● ta loyauté est sans faille, la trahir ne rend ta rancoeur que plus tenace.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : I always know you'll catch me when I fall (jacob) 03wc
malleen ❥ I've been spending the last couple years thinking all love ever does is break and burn and end but with you in my life I watched it begin again

liammaytommy.3jacob.2 (fb)greg, noa & colleenjustine (fb)ciaramalleenia.2kayacolleen.7keith.2joanne.4rüyacolleen.8

RPs EN ATTENTE : allan.3 ● ginny ● scarlett.3 ● auden.4 ● beth.4 ● dani ●

RPs TERMINÉS : (2020) colleeneveallancolleen.2jodieauden.2 (fb)bethliviajoanne.2colleen.3malleeniacolleen.4allan.2beth.2jacobjoanne.3colleen.5jodie.2tommy.2keith (fb)olivia (fb)colleen.6scarlett.2auden.3beth.3 (fb)
(2019) evelynjoannequinn (fb)justinetommyauden (fb)scarlettpaul

PSEUDO : mollywobbles, #emma.
AVATAR : michael fassbender.
CRÉDITS : floyd (avatar), tumblr (gifs), siren charms (signature), loonywaltz (ub), bleeding_light (crackship), Captain Rogers (dessin).
DC : jessian reed & ilaria mackenzie.
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26175-pride-and-prejudice-marius https://www.30yearsstillyoung.com/t26247-marius-sense-and-sensibility https://www.30yearsstillyoung.com/t30996-marius-warren

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Empty
Message(#) Sujet: Re: I always know you'll catch me when I fall (jacob) I always know you'll catch me when I fall (jacob) EmptyLun 2 Nov - 8:08


C’est déjà bien assez humiliant comme ça de devoir réveiller Jacob au petit matin pour qu’il vienne te sortir d’une nuit en cellule de dégrisement, tu n’allais pas en plus lui faire payer le prix de ta sortie. Enfin, humiliant était un bien grand mot. La seule chose que tu regrettais c’était d’avoir cédé à l’appel de la bouteille. Pour le reste, tu n’avais aucun regret. Aucune femme ne devrait se faire agresser dans la rue et peu importe si cela laissait des traces sur ton visage pendant quelques temps, tu savais que tu avais bien agis. Tu savais aussi que Jacob aurait payé n’importe quelle somme pour te sortir de ce commissariat parce que tu aurais fait la même chose à sa place. Vous n’ajoutez rien, tu signes le premier papier, tu paies et Jacob signe le dernier. Et voilà, c’est tout, tu es de nouveau libre. C’est une drôle de sensation et pendant quelques secondes tu penses à ton frère qui a passé plus d’un an en prison au Canada. Vous n’en parliez jamais mais c’était bel et bien quelque chose qui lui était arrivé. Tu ne savais toujours pas exactement quel crime il avait commis, un problème d’argent apparemment mais bon, cela n’avait plus d’importance aujourd’hui. Alors que vous sortiez du commissariat, Jacob te dit : « Tu aurais fait la même pour moi. Même si je pense que, si un jour je termine par ici, je me fais tuer en rentrant à la maison… » Un sourire amusé se dessine sur ton visage alors que tu imaginais l’accueil que lui réserverait Olivia s’il rentrait après un court séjour au commissariat. Si cela avait été lui, des collègues l’auraient forcément prévenue avant que Jacob ne sorte de toute manière. Mais tu te demandais si ces derniers temps elle pouvait se permettre de lui aire une quelconque remarque … Tu ne répondis donc rien à Jacob, le laissant à la place te questionner sur ce qui avait fait que tu étais arrivé à passer la nuit derrière les barreaux. En tout vérité, tu trouvais la punition légèrement excessive mais bon, la loi est ce qu’elle est et tu t’y pliais comme les autres. Tu lui parlais donc de ce qui avait fait dérailler cette journée, la visite de l’ex-mari de Colleen à l’université. Jacob t’écouta, surpris bien évidemment mais pas très longtemps. « Les hommes peuvent faire ou dire n’importe quoi quand leur fierté est atteinte. Est-ce que le problème a été réglé avec Colleen ou la petite était impliquée également ? » La fierté d’August Wells ? Non, ce n’était pas sa fierté qui avait été atteinte parce qu’il ignorait que Colleen et toi vous étiez autre chose que des inconnus. Tout comme sa fille l’ignorait. Ce n’était pas sa fierté qu’il était venu défendre mais plutôt sa fille et son intégrité. Et non, le problème était bien loin d’être réglé. Tu secoues la tête alors que Jacob continue : « Tu sais que tu n’as jamais rien fait de mal avec elle, Colleen le sait également. Il ne reste plus qu’à le convaincre mais, à mon avis, il s’agit plus d’une jalousie concernant la mère qu’une réelle menace par rapport à son enfant. Donc… peu importe ce que tu vas dire ou faire pour prouver ton innocence, t’es coupable dans tous les cas. » Tu étais coupable que s’il apprenait que tu voyais Colleen et tu comptais bien garder cette information pour toi pour l’instant. D’ailleurs, ni elle, ni toi n’aviez posé de mots sur ce que vous faisiez exactement alors c’était bien mieux comme ça pour l’instant. « Vu que sa fille est celle qui lui a raconté que j’avais un comportement déplacé, j’ose espérer qu’il va aller lui en toucher deux mots. Sa fierté n’a rien à voir là-dedans, il ne sait rien pour Colleen et moi, sa fille non plus. Non, il voulait me montrer qu’il protègerait sa fille envers et contre tout. J’ignorais que je faisais parti des choses dont elle devait être protéger. » Cela ne lançait pas vraiment les choses sous les meilleurs auspices pour Colleen et toi car tu savais que s’il fallait choisir, Colleen choisirait toujours sa fille. Tu n’avais plus qu’à espérer qu’elle n’ait pas à choisir en réalité. « Et Colleen est injoignable pour les prochaines semaines, elle tourne une émission de télé-réalité. » Finis-tu par dire à Jacob. Tu étais à peu près certain que celle-là il ne l’avait pas vue venir parce que toi non plus, tu n’avais pas été préparé à cette nouvelle de la part de la jeune femme. Mais tu respectais son choix, c’est juste qu’en plus de te manquer terriblement habituellement, elle te manquait doublement désormais. La serveuse arrive et Jacob passe sa commande. Tu en fais de même commandant un verre d’eau et un grand café. Tu aurais bien pris une aspirine mais cela attendra un peu. « Toute cette histoire ne m’explique pas pourquoi tu as fini ta nuit dans une cellule. » Tu t’appuies contre le dossier de ta chaise en soupirant : « Non en effet … » Tu passes une main sur ton visage en fermant les yeux. Gosh … Cette soirée avait été une soirée de l’enfer en fait. rouvrant les yeux, tu pris une grande inspiration avant de poursuivre : « J’étais pas dans les meilleures dispositions en rentrant et je me suis arrêté dans un bar. Quand j’en suis sorti plusieurs heure plus tard, j’étais ivre mais je comptais bien rentrer tranquillement chez moi. Ce que j’aurais fait si je n’avais pas vu une jeune femme se faire agresser à quelques mètres de l’endroit où j’allais commander mon Uber. Je ne pouvais pas ne rien faire alors je suis allé l’aider mais tu me connais, la violence et moi ça fait deux. Des policiers faisaient leur patrouille et sont arrivés alors que cela faisait quelques minutes que j’essayais de me défendre. Disons que si je n’avais pas été ivre, je serai reparti chez moi après une déposition. » Dis-tu simplement en terminant ton histoire. Tu avais toujours refusé d’accompagner Jacob dans ses cours de boxe alors maintenant, tu en payais le prix … « Voilà à quoi ça mène de vouloir aider les jeunes femmes alors qu’on ne sait pas se battre. » Dis-tu avant de soupirer. « Mais je ne le regrette pas, je n’aurais pas pu me regarder en face si je n’avais rien fait. » Maintenant quand tu te regarderas dans le miroir tu y verras les traces de cette bagarre mais cela ne sera l’histoire que de quelques jours, voire quelques semaines tout au plus.


@Jacob Copeland :l:


- - anything that is successful is a series of mistakes

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Udv22bR
I always know you'll catch me when I fall (jacob) DqM3eSK
I always know you'll catch me when I fall (jacob) EIhyBXy

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

I always know you'll catch me when I fall (jacob) Empty
Message(#) Sujet: Re: I always know you'll catch me when I fall (jacob) I always know you'll catch me when I fall (jacob) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

I always know you'll catch me when I fall (jacob)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-