AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits – Français
14.90 €
Voir le deal

 the wolf in a cage › rudy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alma Gutiérrez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt quatre ans. 10/06/1996
SURNOM : alma c'est assez court.
STATUT : tout juste célibataire et le coeur en miettes.
MÉTIER : secrétaire chez mecanor en semaine et serveuse au death before decaf en extra depuis peu.
LOGEMENT : un appartement au n°10 victoria avenue, dans le quartier de redcliffe.
the wolf in a cage › rudy 0a5489cb7fa2b4b8c5bae9633df0cd12
POSTS : 517 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : son plus grand regret est de ne pas avoir pu continuer ses études en sciences politiques, d'avoir vu sa carrière s'essouffler avant même d'avoir commencé.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : the wolf in a cage › rudy Ae9750cbfb9cd14e430e1e51db9b327b92c53a75
rudy › feels like i was wrong about you. from idol to demon, brother you're nothing to me now.

eveavacharlie #fbezradanika

RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens.

(palevioletred)
PSEUDO : symphonie.
AVATAR : camila mendes.
CRÉDITS : blitz (avatar) dropyourdesign (gif) loonywaltz (ub)
DC : lena edwards.
INSCRIT LE : 16/09/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t33860-no-place-like-home-alma https://www.30yearsstillyoung.com/t33955-underwater-lena-alma https://www.30yearsstillyoung.com/t33957-alma-gutierrez#1507092 https://www.30yearsstillyoung.com/t34955-alma-gutierrez#1573423

the wolf in a cage › rudy Empty
Message(#) Sujet: the wolf in a cage › rudy the wolf in a cage › rudy EmptyDim 27 Sep - 16:00



the wolf in a cage
@Rudy Gutiérrez & Alma Gutiérrez

Vide. C'est la sensation qu'elle avait eu, Alma, en voyant les larmes couler sur les joues de sa mère, la peur dans ses yeux. Elle l'avait déjà vu triste ou inquiète, mais jamais comme ça. Pas dans ses souvenirs, du moins. Mais ces larmes là, elles étaient particulièrement douloureuses, et la brune le voyait bien. Elles étaient pour Rudy, son cher fils adoré malgré toutes ses bavures, malgré son côté sombre, malgré ses erreurs. Elles étaient pour le fils qu'elle a toujours privilégié à ses autres enfants, son premier né, sa fierté. Lui, qui venait d'être incarcéré pour coups et blessures. La déception était telle que Maritza était tout bonnement détruite, incapable de comprendre pourquoi c'est à elle que l'on infligeait ça ; pourquoi son bourreau était celui qu'elle chérissait depuis vingt six longues années. Cela faisait déjà deux semaines qu'on avait prévenu les Gutiérrez que leur aîné était en garde à vue pour avoir envoyé un pauvre homme à l'hôpital, en sang. Et cela faisait maintenant quelques jours qu'on l'avait envoyé officiellement derrière les barreaux. Quelques jours que plus rien ne semblait fonctionner normalement. Quelques jours que la vie semblait s'être éteinte dans les yeux de leur mère. Quelques jours que la détresse avait prit possession d'Alma qui n'avait aucune idée de comment bien agir. Pourtant, c'était son crédo. Faire de son mieux pour tout le monde ; faire de son mieux pour les autres. Depuis qu'ils avaient eu la nouvelle, Alma n'était pas retournée en cours. Elle passait son temps à la maison pour prendre soin des siens, là où était sa place, là où lui n'était plus. Mais elle savait, Alma, qu'elle devait aller le voir en prison. Elle savait qu'elle aurait besoin de cette confrontation pour réaliser, qu'elle aurait besoin de cet instant pour décider qu'il ne valait plus la peine de s'inquiéter pour lui - car dans son esprit, la jeune femme avait déjà bien trop de choses à penser, de peines à gérer. C'est donc un beau matin qu'elle prit la décision, sans le dire à personne, d'aller voir son cher frère. Rien n'était préparé, la mexicaine ne savait même pas réellement pourquoi elle s'y rendait - elle avait, à vrai dire, songé à ne jamais aller au parloir. Mais elle su immédiatement quoi lui dire lorsque leurs regards se croisaient, lorsqu'il fut installé en face d'elle. Ça y est, t'es enfin à ta place. Elle le savait, Alma, qu'un jour elle viendrait voir son frère derrière une vitre. Qu'un jour elle le verrait dans cette tenue qu'on ne voit que dans les films, qu'un jour Rudy serait hors de portée, enfermé dans un monde parallèle. Elle le savait et pourtant elle le détestait d'être là, de l'autre côté de la vite, de derrière les barreaux. Elle aurait pu se sentir compatissante et inquiète pour lui, son grand frère qu'elle a tant adulé, qu'elle suivait partout, qu'elle aimait plus que tout. Mais la seule chose qu'elle réussissait à ressentir envers lui à cet instant précis se résumait au mépris, au dégoût. T'as détruit maman. T'es fier ? La cruauté qui ressortait de sa voix était amplifiée par son regard qui le fusillait. Elle voulait lui faire du mal, le faire culpabiliser de ses actes irréfléchis, de l'abandon qu'il venait de faire subir à la famille. Elle qui était si douce d'habitude, si aimante avec ses proches, était méconnaissable tant ses craintes la rendaient amer. Alma savait bien à quel point le regard de sa mère comptait pour Rudy et malgré ça il n'avait fait que la décevoir encore et toujours pour arriver au point culminant de cette nuit où il avait totalement craqué. Cette nuit où ses nerfs avaient lâché, où il s'était défoulé sur un inconnu innocent pour les beaux yeux d'une fille qui ne lui avait jamais rien apporté de bon.



the wolf in a cage › rudy 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rudy Gutiérrez
Rudy Gutiérrez
la case prison
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-huit ans, il en enlèverait bien deux, pour récupérer ses années derrière les barreaux (11/03).
SURNOM : rude, comme son mode de vie.
STATUT : l'cerveau vide, les yeux vides, le compte vide, le cœur vide.
MÉTIER : serveur dans le restaurant de caleb, il a son ancien dealer comme collègue ; carter.
LOGEMENT : il squatte l'appartement crasseux et désordonné de raphael depuis quelques temps ; il s'dit presque qu'il préférait sa cellule.
the wolf in a cage › rudy Tumblr_inline_plrxdbZcRt1w014yu_540
POSTS : 547 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : the wolf in a cage › rudy Tumblr_niy0caAbdt1qa4jiro7_250
erika (scénario libre) dans l'univers y a des milliards de vies, sur terre sept milliards d'êtres humains, peut-être trois milliards de filles mais c'est toi qu'j'veux. t'es obsédée par le vide et j'déteste ton mode de vie et puis t'as ta part de vices mais c'est toi qu'j'veux

the wolf in a cage › rudy Ae9750cbfb9cd14e430e1e51db9b327b92c53a75
alma FB un frère, une petite sœur pour voir à l'horizon. reste les murs porteurs pour tenir la maison, pour surmonter ses peurs ou vaincre ses démons

the wolf in a cage › rudy Tumblr_inline_nuir16wgXV1szaa83_400
lena#3 FB #4 nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil, maint'nant pars loin de moi, une larme cachée dans l’œil. notre histoire n'aurait jamais pu f‌inir dans le calme et la tendresse, je te déteste comme cette phrase qui dit qu'c'était trop beau pour être vrai

the wolf in a cage › rudy 98eca0253c133371d4b7bfe15e022a04ca8e5e75
raphael #4 amorce de sourires et de bombes et du mal qu'on se donne. c'est toi contre moi ; on s'y retrouve, on s'y perd. c'est toi contre moi ; on se révolte, on se soumet. mets-toi contre moi ; la guerre encore, on s'y fait. mets-toi contre moi, pourvu qu'on reste les meilleurs ennemis du monde

10/10 › calebcartercarter#2 FBbirdiedanikajill
PSEUDO : beaulafolie.
AVATAR : jaime lorente.
CRÉDITS : solas (ava).
DC : jacob copeland & reese galloway.
INSCRIT LE : 13/07/2020

the wolf in a cage › rudy Empty
Message(#) Sujet: Re: the wolf in a cage › rudy the wolf in a cage › rudy EmptyMer 30 Sep - 21:50



Quand le policier lui a passé les menottes et lui a dit qu’il avait le droit de garder le silence, il a fermé les yeux. Il a pensé que c’était la seule chose à faire, que rien d’autre ne le délivrerait de son sort : que s’il ne regardait pas la scène, que s’il s’aveuglait lui-même, il finirait par l’oublier. Ses mains étaient liées dans son dos mais si ça n’avait pas été le cas, il se serait également bouché les oreilles. Pour ne rien entendre, pour ne pas savoir, pour ne pas comprendre. Une petite voix lui disait qu’il l’avait cherché, qu’il le méritait, qu’il allait enfin être là où il devait être depuis de longues années. Une autre lui murmurait que tout allait bien se passer, qu’il s’en sortirait, qu’il y grandirait. C’était un diable et un ange, restait à savoir lequel portait les cornes, lequel arborait des ailes blanches et une auréole au-dessus de la tête, restait à savoir lequel il voulait écouter et croire. La première nuit, il a fermé les yeux sans réussir à trouver le sommeil. C’était la première fois qu’il découchait pour être ailleurs qu’à l’une de ses soirées, ailleurs qu’auprès de Lena, ailleurs que là où il voulait réellement être. Il avait déjà passé une nuit en cellule, auparavant, mais il l’avait désiré : c’était un défi et il avait réussi à suffisamment agacer le policier pour être emmené au poste. Le soir d’après, ses amis de l’époque lui avaient payé une tournée, chacun leur tour. Il savait qu’il n’aurait pas droit à cette récompense, le lendemain, qu’il allait revivre cette soirée, encore et encore, pendant des semaines, des mois entiers. Il savait que sa mère était seule, entourée mais seule, qu’elle était très certainement en train de le pleurer comme s’il avait perdu la vie. S’il devait avoir un sens à sa vie, il venait effectivement de le bafouer : tout pour la famille, c’était ce qu’il s’était juré il y a des années, déjà, ce qu’il essayait de constamment appliquer. Il avait échoué, et rien ne pourrait jamais rattraper ses erreurs. Il s’en voulait, énormément, mais ce n’était que le premier soir.

Quelques jours. Ça fait quelques jours qu’il est ici. Plusieurs nuits, trop de matins. Il ne sait pas combien exactement : il a arrêté de compter dès le deuxième soir. Il a plus de deux ans à rester dans cette cellule – ou dans une autre du même bloc – et il sait qu’il finira, un jour ou l’autre, par perdre le compte. Il préfère s’éviter cette déception dès les premiers jours, il n’en tirera dans tous les cas aucune fierté : qu’il dise avoir passé deux ans ou 730 jours derrière les barreaux donnera le même résultat, personne ne l’en félicitera. Pourtant, on pourrait lui dire qu’il a été courageux. Pour l’heure, il se sent l’être. Il avance dans les grands couloirs du pénitencier, peu sûr de l’affrontement vers lequel on le mène. Alma désire le voir. C’est sa première visite, il sait déjà que ce sera sa dernière. Ils n’avaient rien à se dire quand il était libre, ce n’est pas maintenant qu’ils vont se découvrir des points en commun. Il arrive dans la grande pièce où les visiteurs et les prisonniers se retrouvent, protégés physiquement par une vitre, accablés psychologiquement par des paroles. Rudy sait qu’il existe un autre endroit où les rencontres se font et que là-bas, rien ne les sépare. Il n’a pas encore le droit d’y mettre les pieds, son incarcération est trop récente, ils ont dit qu’il est trop dangereux pour les autres, pour lui-même également. Il s’assoit en face d’Alma, aucune émotion ne traverse son visage, il en va de même pour sa sœur. Ça y est, t’es enfin à ta place. Elle n’attend pas avant de l’attaquer. Les visites sont courtes, souvent écourtées, et elle semble avoir le cœur lourd, les lèvres brûlantes de reproches. T’as détruit maman. T’es fier ? Il ferme les yeux. Comme lors de son arrestation. Il ne veut pas faire face à cet aveu-là. Il ne supporte pas l’idée d’avoir blessé sa mère. Elle mérite mieux qu’un fils comme lui, il le sait, il l’a toujours su. Et dès qu’il le pensait trop fort, elle le rassurait et lui disait qu’elle avait le meilleur des garçons. Il refuse que les autres commencent à remarquer qu’il avait raison, finalement. Il refuse qu’elle finisse par l’admettre, elle aussi. Il rouvre les yeux et le cauchemar n’est pas terminé. Elle est toujours là, en face de lui, elle attend qu’il se défende, qu’il réponde. Si elle veut être mauvaise, il le sera aussi. Il aura fallu que j’me retrouve ici pour qu’on te remarque enfin, t’en es heureuse ? Alma vit dans son ombre depuis toujours. Au début, il l’adorait. Ensuite, il voulait s’en débarrasser. Aujourd’hui, il aimerait qu’elle cesse d’exister, qu’elle disparaisse. Profite, c’est ton heure de gloire auprès de maman, après j’reprendrai ma place. Parce que sa place ne se trouve pas ici mais dans la maison familiale. Ces derniers temps, il avait la fâcheuse habitude de l’abandonner au profit de l’appartement de Lena. Mais ce sera terminé à sa sortie, tout comme sa relation avec elle. Tu peux t’permettre de briller que parce que j’dérape, Alma, mais si j’étais resté dehors, on aurait continué d’croire que tu vaux rien. C’est pas très classe d’se vanter de forces qu’on a pas face à la faiblesse d’autres. Il hausse ses épaules et s’enfonce dans son siège. C’est tout c’que tu voulais m’dire ? Il ne se laissera pas marcher dessus. Que ce soit dehors ou dans une cellule, il reste le grand frère, la figure d’autorité qu’elle ne sera jamais.

@Alma Gutiérrez :l:



 
- - un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau free hugs et un flingue dans le même coffre    
Revenir en haut Aller en bas
Alma Gutiérrez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt quatre ans. 10/06/1996
SURNOM : alma c'est assez court.
STATUT : tout juste célibataire et le coeur en miettes.
MÉTIER : secrétaire chez mecanor en semaine et serveuse au death before decaf en extra depuis peu.
LOGEMENT : un appartement au n°10 victoria avenue, dans le quartier de redcliffe.
the wolf in a cage › rudy 0a5489cb7fa2b4b8c5bae9633df0cd12
POSTS : 517 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : son plus grand regret est de ne pas avoir pu continuer ses études en sciences politiques, d'avoir vu sa carrière s'essouffler avant même d'avoir commencé.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : the wolf in a cage › rudy Ae9750cbfb9cd14e430e1e51db9b327b92c53a75
rudy › feels like i was wrong about you. from idol to demon, brother you're nothing to me now.

eveavacharlie #fbezradanika

RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens.

(palevioletred)
PSEUDO : symphonie.
AVATAR : camila mendes.
CRÉDITS : blitz (avatar) dropyourdesign (gif) loonywaltz (ub)
DC : lena edwards.
INSCRIT LE : 16/09/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t33860-no-place-like-home-alma https://www.30yearsstillyoung.com/t33955-underwater-lena-alma https://www.30yearsstillyoung.com/t33957-alma-gutierrez#1507092 https://www.30yearsstillyoung.com/t34955-alma-gutierrez#1573423

the wolf in a cage › rudy Empty
Message(#) Sujet: Re: the wolf in a cage › rudy the wolf in a cage › rudy EmptySam 17 Oct - 21:46


the wolf in a cage
@Rudy Gutiérrez & Alma Gutiérrez

Les deux Gutiérrez, désormais en face l'un de l'autre, bataillaient chacun de leur côté pour ne laisser transparaître aucune émotion sur leurs traits. Rudy était sans conteste plus doué à ce jeu là que la jeune femme qui ne pouvait qu'essayer de faire comme son aîné. Malgré tout ses efforts, ses traits étaient clairement tendus par la colère qu'elle pouvait ressentir envers lui ; par l'angoisse de ne pas savoir ce qui allait pouvoir se passer pour ceux qui ne se retrouveraient pas à l'abri du quotidien derrière les barreaux comme lui. A peine arrivée qu'elle l'avait piquée, qu'elle essayait déjà de lui faire du mal au travers de ses mots et il n'attendit pas une seconde avant de répondre d'une manière tout aussi cruelle, tout aussi dure. Il aura fallu que j’me retrouve ici pour qu’on te remarque enfin, t’en es heureuse ? Non, clairement, aucune émotion qui pouvait la traverser à ce moment là ne pouvait s'apparenter à de la joie. Sa bouche se crispait, Alma bataillait pour ne pas hausser le ton, pour ne pas fondre en larmes non plus. Profite, c’est ton heure de gloire auprès de maman, après j’reprendrai ma place. Il continuait sur cette voie, après tout à ce stade l'attaque était la seule défense qu'il restait au brun, aucune excuse ne pourrait plus le sauver à présent. Tu peux t’permettre de briller que parce que j’dérape, Alma, mais si j’étais resté dehors, on aurait continué d’croire que tu vaux rien. C’est pas très classe d’se vanter de forces qu’on a pas face à la faiblesse d’autres. Les yeux de la mexicaine fusillaient toujours plus son frère du regard, plus ses mots étaient durs et plus la haine qui s'était immiscée en elle grandissait à son égard. C’est tout c’que tu voulais m’dire ? Alma déglutit avant de reprendre la parole. Un instant elle cru qu'elle ne réussirait pas à rouvrir la bouche pour en laisser sortir du son, mais elle ne pouvait pas se permettre de montrer ses faiblesses à Rudy, pas après ce qu'il venait de lui dire. Je me suis dit aussi que ça te ferait plaisir de revoir ta sœur préférée une dernière fois avant deux ans de solitude. Parce qu'il valait mieux être claire tout de suite ; elle ne reviendrait pas une deuxième fois. Ce qui ne serait pas dit aujourd'hui ne le serait jamais, ou pas avant la sortie de Rudy en tout cas - plutôt jamais, en réalité, Alma prendrait dans tous les cas le soin d'enfouir tous les non dits bien au fond de son esprit pour ne jamais y repenser, un talent qu'elle développait depuis de nombreuses années désormais. Son ton était plus ironique que jamais, mais bien sûr, il était inutile de le préciser. Tout son regard le criait. Après tout, c'est de Rudy lui même qu'Alma avait appris la définition du mot sarcasme, et en étant à ses côtés elle avait sans doute appris cette discipline auprès du meilleur dans ce domaine. Sérieusement, j'aimerais comprendre ce qui t'es passé par la tête. Tu m'dois au moins ça. Il refuserait sûrement de donner de quelconques explications sur ses actes, lui même sans doute n'avait aucune idée de ce qui lui était passé par la tête au moment où ses poings s'étaient défoulés sur ce pauvre innocent qui passait par là. Pourtant il fallait qu'elle essaie de comprendre, la brune, pour quelle raison il avait agit ainsi ; pour quelle raison elle devrait se retrouver à gérer toute leur famille brisée. Elle méritait de savoir pour quelle idiotie elle risquait de gâcher sa vie, ses études, ses relations, l'avenir qu'elle s'était construit.



the wolf in a cage › rudy 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

the wolf in a cage › rudy Empty
Message(#) Sujet: Re: the wolf in a cage › rudy the wolf in a cage › rudy Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

the wolf in a cage › rudy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-