AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Cdiscount :1 jouet acheté = 1 jouet offert
Voir le deal

 you started it all (olivia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Epstein
Jack Epstein
la vie de bohème
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 44 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où vous vous demandez.
STATUT : veuf depuis 5 ans, amoureux des femmes depuis toujours, inspiré par son parfum depuis peu.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, label indépendant de musique.
LOGEMENT : #257 (maison) Bayside avec Ellie, l’adolescente incomprise.
you started it all (olivia) Aa5814dafd37cf72f34301ad193ac499
POSTS : 1613 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 17 ans, Ellie. Une rebelle dans l’âme, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 5 ans. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Vieil hippie dans l’âme. 
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

you started it all (olivia) 3285db8a24ce38810e6bfa187e736820e2292161
EPSTEINS #2
I heard he called himself a jack of all trades, folks say he would beg, borrow, steal to pay his bills. Never was much on thinking, spent most of his time chasing women and drinking. I'm depending on you to tell me the truth ; papa was a rolling stone, wherever he laid his heart was his home.

you started it all (olivia) Tumblr_n1m8jgYILM1rbp7sqo2_250
JACKOLLY #3 (ua)
I have called you children, what is there to answer if I'm the only one? Morning comes in Paradise, morning comes in light. If there's anything to say, if there's anything to do, if there's any other way, I'll do anything for you.

you started it all (olivia) Tumblr_obulz8ABAc1thmf65o8_250
ELACK #10 (fb)ELACK #14
Loneliness, loneliness, it's such a waste of time when you're waiting for a voice to come. When you're all alone in your lonely room, and there's nothing left but the smell of her perfume.

you started it all (olivia) Tumblr_nw1y98Q28P1up42jgo3_500
JIVER #4
Was dressed in embarrassment, was dressed in white. If you had a part of me will you take your time? Even if I come back, even if I die. Is there some idea to replace my life if we ever make a mess?

you started it all (olivia) S-9dda6159bc5b4eaa3b55a7c38382be1fae79d8d2
JACKY #14JACKY #16
Is it cold when you're dreaming? Is it cold when you're under? And wanna roll back, roll back to yesterday.

you started it all (olivia) 4ef09d8ca842e1314ad4dea66948c608
CORACK #1
Down on the West Coast they got a saying, "If you're not drinking then you're not playing". But you've got the music, you've got the music in you, don't you?

Olivia (fb)Jaül #1Amos #3we need to have "the talk"MaxKelloan & friends #2Amos #2

10/05

RPs TERMINÉS : Street CatsClara #1SamKaneClara #2Sam #3 (au)Sam #2 (fb)TessIreneEvelynClarck #3AnwarFinnleyTess #2Kane #2LouAsherEvaEllie #1BaileyKyteAudenEva #2QuinnEllie #2ChristmapocalypseJillGabriel (fb)IsaacBailey #2RaeElack #1Jackolly #1Elack #2AmosROA - Jacky #3ROA #1ROA - jacky #4ROA - MartinROA - Mavy & Jackleen ROA - Mavy & Jackleen #2ROA - LoanROA - jacky #7chaos, édition girlsJackolly #2MaviRobin-Hope (fb)Gabriel (df)Elack #9MayJacky #13River (fb)Jackleen #5Elack #4 (fb)Elack #12River #3Jacky #15Elack #13
epsteins (fb)
PSEUDO : hub
AVATAR : joaquin phoenix
CRÉDITS : datura
DC : gin l'artiste, matt le frat boy, ariane la piquante & chloe le caméléon
INSCRIT LE : 04/03/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly https://www.30yearsstillyoung.com/t30268-two-of-us-on-the-run https://www.30yearsstillyoung.com/t34093-jack-epstein#1515994 https://www.30yearsstillyoung.com/t34092-jack-epstein#1515992

you started it all (olivia) Empty
Message(#) Sujet: you started it all (olivia) you started it all (olivia) EmptyMar 13 Oct 2020 - 17:31



La chorégraphie était la même, presque tristement apprise par coeur si on la regardait de l'extérieur. Il était là, accoudé au bar, à l'extrême gauche. Et elle, elle l'était tel un miroir de plus à l'extrême droite. Ce qui était extrême aussi, surtout, c'était la facilité avec laquelle ils avaient absolument perdu de vue qui que ce soit errait dans la pièce depuis déjà de longues minutes. Lui-même dirait qu'il n'a vu qu'elle à la seconde où elle est entrée, éternel charmeur incapable de faire autre chose que charmer, finalement. Et elle, elle semble penser à bien d'autres choses, elle semble perdue derrière le voile qui tinte son regard, tantôt redressé vers lui, tant perdu vers un point fixe qui n'a l'air de rien si ce n'est qu'il est à l'autre bout de la salle. Complètement inaccessible comme elle.

Il lui a envoyé un verre, la même chose qu'elle buvait d'abord, ne pas la sortir de sa zone de confort. Il se sentait comme le lourd de service à faire le premier pas quand bien même il en a fait des dizaines de premiers pas dans toutes ses années à vivre au gré du vent et de ses envies. Et quand les lèvres de la brune ont trouvé le verre qu'il avait fait servir pour elle, il avait décidé que la prochaine tournée, il serait un peu plus inventif. La même chose que lui? Comme s'ils étaient postés l'un à côté de l'autre et qu'il n'était pas le creep de service à lui dédier un sourire Les siens à elle, brefs mais présents, suggéraient qu'elle n'était pas si insensible que ça à ses charmes à lui. Même si qui que ce soit se rapprochant d'elle se voyait renvoyer sur le champ en sens inverse.

Quand il en vient à se lever pour aller lui proposer une clope de sortie et accessoirement une bouffée d'air frais - oh que l'offre est ironique - elle est disparue. Elle s'est noyée dans la foule ou elle s'est tirée, c'est selon, et il n'est pas plus froissé que ça Jack, il ne se dit que meilleure chance la prochaine fois. Probablement qu'il savait, qu'il y aurait une prochaine fois. Probablement qu'il s'y attendait, à la recroiser ici, un soir suivant et un autre après. Le piano en ambiance et son jazz nostalgique, eux, sont des arguments de poids pour qu'il vienne profiter du scotch de l'endroit sans avoir besoin de se justifier le moindrement du monde. Elle, elle semble vouloir fuir quelque chose, ou le nier le temps de quelques gorgées, de quelques soupirs. Ce soir, elle est là de nouveau. Et ce soir, il ne met pas de distance entre eux, quand il finit par aller s'installer au siège tout juste à coté du sien à elle. Le comptoir de bois vernis du bar est le seul témoin des oeillades qu'il lui dédie sans même se cacher.

« On oublie quoi, ce soir? » le voilà qui s'inclue même, dans le processus. Quel charmant personnage fait-il.


:l: :l: :l:
@olivia marshall










Revenir en haut Aller en bas
Olivia Marshall
Olivia Marshall
la loyauté partielle
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans. (06/01)
SURNOM : Olivia continue de résonner sobrement dans la bouche de son père. Liv est adopté par le plus grand nombre.
STATUT : mariée à Jacob depuis cinq ans. deux lignes parallèles n’étant jamais plus vouées à se croiser. elle s’emmêle à d’autres sans jamais s’attacher.
MÉTIER : inspectrice de police, unité criminelle de Brisbane. ancienne militaire de l’australian army.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. en coup de vent. avec son mari, souvent absent lui aussi.
you started it all (olivia) Xax02vTX_o
POSTS : 3322 POINTS : 45

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : flic borderline ; mère orpheline d’une petite fille depuis mars 2018 ; couple en perdition ; fume trop ; boit trop ; ancienne enfant battue ; ancienne militaire ; addict au sport ; diplômée en sciences politiques ; a toujours un paquet d’allumettes et un autre de chewing-gum à la menthe sur elle ; motarde ; passionnée de littérature ; possède une collection de bonnets et chapeaux ; a un chien de rhodésie, Loki ; père général et mère dépressive ; fière avant toute chose ; infidèle à son mari ; loyale à en mourir sinon ; rongée par le deuil.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (16/5) jacob (2) (3) ; jo (2) ; marius (1) ; thomas+ezra ; halsey (1) ; birdie (1) ; edge ; jack ; anastasia ; livakinauden ; raelyn (2) ; chloe (1) ; dz amos ; dm jacob ; dm amos

RPs EN ATTENTE : amos (6) ; kyte ; yasmine (3) ; hannah (2) ; halsey (2) ; charlie

RPs TERMINÉS : you started it all (olivia) Mrc0bcHg_o
jacob (1)we’re still alive but we’re barely breathing ; just praying to a god that we don’t believe in. please believe that i will find my way back to us.

you started it all (olivia) UFXXnjiQ_o
amos (1) ; (2) + raelyn ; (3) ; (4) (5)life cuts deep, let me help pick up the pieces. you're not alone, i'm by your side. don't you know, i'll walk through fire with you. no matter what, we’ll make it right.

seth ; joseph (fb. 1) (2) (3) ; lex ; yasmine (1) (2) ; dominic ; jo (1) ; blaze (1) ; hannah (1) ; anwar


AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : code signature (astra).
DC : non.
INSCRIT LE : 15/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28494-pathetic-fallacy-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28607-look-up-here-im-in-danger-o-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28667-olivia-marshall

you started it all (olivia) Empty
Message(#) Sujet: Re: you started it all (olivia) you started it all (olivia) EmptyVen 16 Oct 2020 - 1:41




Olivia Marshall & @Jack Epstein ✻✻✻ Je croisai le regard d’un homme au teint hâlé en face du bar et ne cillai pas, pas tout de suite. Il avait cet air, ce même air qui suffisait à lui conférer une assurance et une mécanique bien rodée, trop sans doute. Il venait ici avec une régularité qui n’aurait forcé que ma méfiance, s’étalait dans ce siège et parcourait du regard cette salle qui était devenu son jalon autant que son repaire. Il savait ses regards et ses approches, il savait les réactions et les rejets. J'ignorais ce qui m’avait menée ici en comparaison. Je m’étais engouffrée dans ce bar en sortant du commissariat comme une dernière halte avant la potence - celle de retrouver notre maison vide, Jacob en voyage d’affaires. Dehors, il pleuvait si abondamment qu’à travers les fenêtres enfumées et les spots tamisés, le bruit des véhicules passant dans l’avenue était à peine perceptible. Je n’avais pas besoin d’imaginer, je savais le crépuscule grisâtre tombant sur la ville, les terrasses couvertes se remplir et il me suffisait de me tourner pour surprendre les discussions animées et les éclats de plaisirs, tant qu’ils le pouvaient car ils le pouvaient, alors que je ne faisais que ressentir cette modulation dans l’atmosphère prête à déchirer mes chairs. Je continuais l’inspection, laissant mon regard s’attarder à présent sur cette femme à l’autre bout de la pièce, perdue dans un box trop grand pour elle, lisant ce qui ressemblait à un roman de genre à la lueur d’une bougie et de la lumière tamisée que les lampions au-dessus d'elle voulaient bien lui accorder. Sa posture était droite et gracieuse, ses lunettes à montures épaisses lui donnaient cet air sérieux ne seyant pas à l’endroit mais elle demeurait concentrée malgré tout, ignorante des regards masculins qu’elle attirait en se vouant ici à ce genre d’occupations d’ordinaire réservées à des lieux plus intimes. Ils la regardaient, oui, étaient nombreux à sembler désirer tenter leur chance.

À part lui, peut-être. Lui que j’avais déjà repéré un autre soir. Lui sur lequel je m’étais déjà arrêté, à qui j’avais déjà inventé une histoire, deviné un passé. Lui et ses yeux qu’ils forçaient aux miens, de l’autre côté de la pièce, brillants comme deux soleils noirs brûlant ma nuque que je lui présentais en prenant place au comptoir. Je relevai mon menton et étirai mon dos avant de tendre la main pour m’emparer du verre trônant devant moi, délaissé par le barman sans que je ne l’eusse commandé. Mon index dessina les nervures de son contour et je haussai les épaules en emmêlant mes cheveux. Je préférais lorsque les oiseaux de nuit demeuraient inconnus, lorsque tout restait à composer. Que devenait l’illusion de la nuit autrement ? Elle se perdait entre tous ces visages que nous continuions de voir inlassablement le jour. Mais lui survivait à mon indifférence, le mystère demeurant malgré les soirs s’enchaînant et son regard à peine insistant, pas trop, juste assez pour que je le lui rende. Il y revenait souvent, par ici, constant mais détaché, s’installant au bar comme l’on revenait chez soi après beaucoup d’absence. Et si la barrière entre lui et moi demeurait présente, son bois n’était pas épais, façonné de silence uniquement qu’il brisa pour la première fois.

« On oublie quoi, ce soir ? » Il savait déjà, alors. Que les nuits servaient à ça, et l’alcool aussi ; à tenter d’effacer les journées écoulées jusqu’à ce qu’elles finissent englouties dans le puits des verres, des espaces hors de toute mémoire. Il savait déjà que parfois, seul l’oubli permettait de continuer sa route sur un chemin de plus en plus sinueux. Son attention sur le profil que je lui présentais ne me fit pas encore lui accorder ce regard qu’il avait pourtant déjà obtenu, de loin. J’avançai deux doigts, soulevant le verre à quelques centimètres du bois verni avant de me résoudre à la porter à mes lèvres, fermant les yeux en sentant le liquide boisé et emmiellé raviver mon palais, s’écoulant dans ma gorge déjà érodée dont s’échappa ensuite ma voix, éraillée de nature. « Ce que je commence à te devoir, à force de boire les verres que tu continues de m’offrir. » On oubliait ça, oui ; je ne lui devais rien. Pas plus à lui qu’aux autres. Et pourtant, c’était vers lui que j’acceptais finalement d’incliner mon visage, l’observant sans le saluer, si ce n’était ce mince sourire mutin posé sur mes lèvres sans que je ne sache réellement pourquoi. « La première fois suffit à dissuader d’ordinaire. » La première fois où je décidais que ce ne serait pas ce soir, pas cette fois que je m’en voudrais à ne plus savoir me regarder, à ne plus vouloir me réveiller. Le premier rejet, le premier départ suffisait à ce qu’il n’y en ait pas d’autres, oui. J’étais beaucoup trop efficace, ils n’insistaient même plus. Déjà, les silhouettes s’éloignaient, les hommes se lassant vite, les visages pressés, agacés, détournés vers d’autres illusions. Avec lui, j’avais fait volte-face le premier soir, ma silhouette sombre se fondant dans la masse avant de retrouver l’extérieur. J’avais pourtant senti son regard me suivre encore longtemps comme l’on regardait ces oiseaux de mauvais augure tournoyer dans le ciel sans comprendre ce vers quoi leur bec tendait. Mais il n’avait pas l’air d’être de ce genre-là, plutôt de celui à se mouvoir au gré du vent, conciliant à ce qui l’approchait, souriant à ce qui s’éloignait. Peut-être ne l’avait-il pas ressenti, lui, le présage nébuleux.






solosands




Grasping for salvation.
How deep is too deep ? ☽ Black has depth. It’s like a little egress, you can go into it, and because it keeps continuing to be dark, the mind kicks in, and a lot of things that are going on there become manifest.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Epstein
Jack Epstein
la vie de bohème
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 44 ans (19/02)
SURNOM : Jack vient de Jackary, au cas où vous vous demandez.
STATUT : veuf depuis 5 ans, amoureux des femmes depuis toujours, inspiré par son parfum depuis peu.
MÉTIER : propriétaire de Bananas & Blow, label indépendant de musique.
LOGEMENT : #257 (maison) Bayside avec Ellie, l’adolescente incomprise.
you started it all (olivia) Aa5814dafd37cf72f34301ad193ac499
POSTS : 1613 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Est un passionné de musique, de tous les styles. ▲ S’est marié avec son high school sweetheart. ▲ L’argent lui brûle les doigts, constamment criblé de dettes. ▲ A une gamine de 17 ans, Ellie. Une rebelle dans l’âme, difficile à cerner. ▲ Canadien, emménagé à Brisbane depuis 5 ans. ▲ A l’oreille absolue. ▲ Très près de ses émotions, sensible, attentif. ▲ Fait confiance rapidement, prône la seconde chance. ▲ Vieil hippie dans l’âme. 
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

you started it all (olivia) 3285db8a24ce38810e6bfa187e736820e2292161
EPSTEINS #2
I heard he called himself a jack of all trades, folks say he would beg, borrow, steal to pay his bills. Never was much on thinking, spent most of his time chasing women and drinking. I'm depending on you to tell me the truth ; papa was a rolling stone, wherever he laid his heart was his home.

you started it all (olivia) Tumblr_n1m8jgYILM1rbp7sqo2_250
JACKOLLY #3 (ua)
I have called you children, what is there to answer if I'm the only one? Morning comes in Paradise, morning comes in light. If there's anything to say, if there's anything to do, if there's any other way, I'll do anything for you.

you started it all (olivia) Tumblr_obulz8ABAc1thmf65o8_250
ELACK #10 (fb)ELACK #14
Loneliness, loneliness, it's such a waste of time when you're waiting for a voice to come. When you're all alone in your lonely room, and there's nothing left but the smell of her perfume.

you started it all (olivia) Tumblr_nw1y98Q28P1up42jgo3_500
JIVER #4
Was dressed in embarrassment, was dressed in white. If you had a part of me will you take your time? Even if I come back, even if I die. Is there some idea to replace my life if we ever make a mess?

you started it all (olivia) S-9dda6159bc5b4eaa3b55a7c38382be1fae79d8d2
JACKY #14JACKY #16
Is it cold when you're dreaming? Is it cold when you're under? And wanna roll back, roll back to yesterday.

you started it all (olivia) 4ef09d8ca842e1314ad4dea66948c608
CORACK #1
Down on the West Coast they got a saying, "If you're not drinking then you're not playing". But you've got the music, you've got the music in you, don't you?

Olivia (fb)Jaül #1Amos #3we need to have "the talk"MaxKelloan & friends #2Amos #2

10/05

RPs TERMINÉS : Street CatsClara #1SamKaneClara #2Sam #3 (au)Sam #2 (fb)TessIreneEvelynClarck #3AnwarFinnleyTess #2Kane #2LouAsherEvaEllie #1BaileyKyteAudenEva #2QuinnEllie #2ChristmapocalypseJillGabriel (fb)IsaacBailey #2RaeElack #1Jackolly #1Elack #2AmosROA - Jacky #3ROA #1ROA - jacky #4ROA - MartinROA - Mavy & Jackleen ROA - Mavy & Jackleen #2ROA - LoanROA - jacky #7chaos, édition girlsJackolly #2MaviRobin-Hope (fb)Gabriel (df)Elack #9MayJacky #13River (fb)Jackleen #5Elack #4 (fb)Elack #12River #3Jacky #15Elack #13
epsteins (fb)
PSEUDO : hub
AVATAR : joaquin phoenix
CRÉDITS : datura
DC : gin l'artiste, matt le frat boy, ariane la piquante & chloe le caméléon
INSCRIT LE : 04/03/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t17209-jack-how-high-can-you-fly https://www.30yearsstillyoung.com/t30268-two-of-us-on-the-run https://www.30yearsstillyoung.com/t34093-jack-epstein#1515994 https://www.30yearsstillyoung.com/t34092-jack-epstein#1515992

you started it all (olivia) Empty
Message(#) Sujet: Re: you started it all (olivia) you started it all (olivia) EmptyVen 23 Oct 2020 - 16:05



Ce serait mentir de dire que le bar et toute sa salve de clients arrêtent d'exister lorsque Jack gomme la distance entre son siège à elle et celui qu'il n'avait jusqu'alors qu'investi. Le bar et sa salve de clients, ils n'existaient déjà plus lorsqu'il avait posé ses yeux sur elle la toute première fois, y'a des semaines de ça. Elle est seule et ne donne absolument pas l'impression de vouloir faillir à son habitude. C'est lui l'intrus, lui qui n'a rien à voir dans sa bulle. Il aurait bien pu continuer le petit manège qu'il avait lui-même instauré sans qu'elle n'accepte - ni ne refuse - il y a bien trop de soirées de ça pour que son égo s'en porte fier. Son égo d'ailleurs, qui n'en a absolument rien à battre du moindre rejet ou de la possibilité de, ambiante, dès lors qu'il apparaît près d'elle. Il n'a rien à perdre Jack, c'est ça la beauté de la chose de n'avoir rien à lui ou presque. Certains le verraient comme un drame, lui le voit comme la plus belle des marques de sa liberté.

« Ce que je commence à te devoir, à force de boire les verres que tu continues de m’offrir. » « J'ai toujours été du genre généreux, t'en fais pas avec ça. » il rigole, il le fait pour deux. Elle qui semble pousser dans un fin soupir l'exaspération dont il est stupidement inconscient. Elle a l'air de porter le poids du monde sur ses épaules mais il n'est définitivement pas là pour le lui rappeler, comprenant au moins dans tout ce discours que si elle évite la question c'est qu'elle a déjà oublié et que c'est ça, le mieux, pour elle. Passons. « La première fois suffit à dissuader d’ordinaire. » il hausse de l'épaule, éternel optimiste. On lui a appris jusque dans son ADN à donner des dizaines de secondes chances, Jack. La première impression n'a jamais taché sa perception de qui que ce soit, il est bien plus apte à voir le bon derrière quiconque qu'à lister ses tares. L'exercice est particulièrement amusant à faire au fin fond d'un bar où ils sont tous deux perdus sans véritable destination à dénicher. Qu'elle soit restée de glace n'a pas été un défi pour lui, pas plus qu'à l'habitude. Il ne forcerait pas, pourtant. Mais elle est tout de même toujours installée sur son tabouret. Il a réduit la distance - et elle n'est pas partie. « Généreux et un peu con. Ou idéaliste? Je sais jamais entre les deux. » qu'il précise. Son sourire creuse des rides d'amusement de parts et d'autres de son visage qui à lui seul aurait des dizaines d'histoires à raconter.

« Jack. » c'est cliché de se présenter n'est-ce pas? Ça l'est encore plus de lui tendre la main en se disant qu'elle risque bien plus de l'ignorer que de la serrer. Il sera pas à son premier refus de sa part à elle pourtant. À force il en a l'habitude. On dirait presque qu'il les cherche comme une forme d'auto-sabotage parfaitement mérité.  « Et toi, c'est Olivia, non? » oh le lourd. Son verre vient à ses lèvres, il est con là et pas idéaliste du tout, jusqu'à ce qu'il réalise à quel point la limite franchie est mince, trop pour que ce soit correct de laisser plus de secondes que celles déjà écoulées passer entre eux deux. « Personne a rien cafté, j'ai juste été intrusif une fois. » le barman n'est pas en cause, ni aucune des serveuses de l'endroit qui ont pourtant erré autour d'eux comme autant de visages familiers depuis leurs toutes premières altercations. Pour sa part, il ne l'a juste qu'entendue prononcer son prénom à un type qu'elle avait fini par remballer l'instant d'après. C'est peut-être le sort qui l'attend là de suite, ou dans quelques minutes tout au plus. Elle ne semble pas être aussi généreuse que lui pour le coup, du moins. Elle en aurait tous les droits.

Profitons de la maigre plage horaire qu'il leur reste, donc. « Alors on oublie tout court. » et il trinque, l'insolent. Le tintement de son verre à moitié vide sur celui à moitié plein d'Olivia sonne presque comme s'il les narguait. Elle est drôle, l'ironie.










Revenir en haut Aller en bas
Olivia Marshall
Olivia Marshall
la loyauté partielle
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-cinq ans. (06/01)
SURNOM : Olivia continue de résonner sobrement dans la bouche de son père. Liv est adopté par le plus grand nombre.
STATUT : mariée à Jacob depuis cinq ans. deux lignes parallèles n’étant jamais plus vouées à se croiser. elle s’emmêle à d’autres sans jamais s’attacher.
MÉTIER : inspectrice de police, unité criminelle de Brisbane. ancienne militaire de l’australian army.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. en coup de vent. avec son mari, souvent absent lui aussi.
you started it all (olivia) Xax02vTX_o
POSTS : 3322 POINTS : 45

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : flic borderline ; mère orpheline d’une petite fille depuis mars 2018 ; couple en perdition ; fume trop ; boit trop ; ancienne enfant battue ; ancienne militaire ; addict au sport ; diplômée en sciences politiques ; a toujours un paquet d’allumettes et un autre de chewing-gum à la menthe sur elle ; motarde ; passionnée de littérature ; possède une collection de bonnets et chapeaux ; a un chien de rhodésie, Loki ; père général et mère dépressive ; fière avant toute chose ; infidèle à son mari ; loyale à en mourir sinon ; rongée par le deuil.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (16/5) jacob (2) (3) ; jo (2) ; marius (1) ; thomas+ezra ; halsey (1) ; birdie (1) ; edge ; jack ; anastasia ; livakinauden ; raelyn (2) ; chloe (1) ; dz amos ; dm jacob ; dm amos

RPs EN ATTENTE : amos (6) ; kyte ; yasmine (3) ; hannah (2) ; halsey (2) ; charlie

RPs TERMINÉS : you started it all (olivia) Mrc0bcHg_o
jacob (1)we’re still alive but we’re barely breathing ; just praying to a god that we don’t believe in. please believe that i will find my way back to us.

you started it all (olivia) UFXXnjiQ_o
amos (1) ; (2) + raelyn ; (3) ; (4) (5)life cuts deep, let me help pick up the pieces. you're not alone, i'm by your side. don't you know, i'll walk through fire with you. no matter what, we’ll make it right.

seth ; joseph (fb. 1) (2) (3) ; lex ; yasmine (1) (2) ; dominic ; jo (1) ; blaze (1) ; hannah (1) ; anwar


AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : code signature (astra).
DC : non.
INSCRIT LE : 15/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28494-pathetic-fallacy-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28607-look-up-here-im-in-danger-o-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28667-olivia-marshall

you started it all (olivia) Empty
Message(#) Sujet: Re: you started it all (olivia) you started it all (olivia) EmptyVen 30 Oct 2020 - 19:26




Olivia Marshall & @Jack Epstein ✻✻✻ Il avait à peine marqué une pause avant d’entrouvrir ses lèvres et de laisser s’en échapper sa première saillie, plus douce que celle d’un autre, plus légère, presqu’innocente lorsque sa seule présence à mes côtés suggérait pourtant du contraire. Le fait qu’il n’y ait eu dans son souffle, ni hésitation, ni incertitude également. Simplement le mouvement de la respiration régulière ponctuant sa question, ses mots choisis avec soin pour se mêler à l’intonation qu’il devinait déjà mienne pour l’avoir entendue, les soirs d’avant, chasser des plus téméraires que lui. Des moins subtils aussi, il fallait le reconnaître. Il avait visé juste en outre et je trouvais cela presque étrange venant de l’homme que j’avais su observer sans en manifester le moindre indice, les autres soirs. Il paraissait voguer d’un tableau à un autre, d’une table à une autre, le regard rieur et le côté taiseux sauf s’il s’agissait de provoquer l’allégresse en retour. Il avait tout du genre à ne pas se méfier, son œil pétillant semblant découvrir les êtres l’entourant, s’attachant à leur enchantement sans jamais donner l’air pour autant d’ignorer leur part d’ombre et ce qu’ils pouvaient y cacher. Était-ce pour cela qu’il m’approchait finalement, ce soir ? Parce que je lui rendais la tâche plus ardue, que la mienne demeurait moins évidente, moins accessible que celle des autres ? Était-ce évident aux yeux des autres ou seulement aux miens que l’épopée qui paraissait être la mienne n’était que mensonge puisqu’elle ne me mènerait nulle part, errance plutôt que destination, oubli plutôt que renaissance ? Voyait-il aussi loin, après tout, ou étais-je la seule à avoir l’alcool songeur, l’enivrement didactique laissant à penser, d’un œil extérieur, que l’ivresse ne surviendrait jamais alors qu’il s’agissait précisément de ce que je recherchais. Pour oublier, disait-il déjà, coup de chance dans la déduction certainement lorsque, je persistais à le croire ou à le vouloir, ce furent plutôt la courbe de mon dos et mes bras nus se perdant sous mes mèches de cheveux délâchés qui avaient attiré son regard. Eux plutôt que le reste, tout le reste qu’il y avait à oublier, donc.

« J'ai toujours été du genre généreux, t'en fais pas avec ça. » J’autorisai tout de même à un sourire amusé de venir s’esquisser sur mes lèvres, consciente de ne prendre aucun risque en arquant légèrement un sourcil dans sa direction, réfutant par avance toute tentative de prétendre que cela se limitait à ça. « Généreux et un peu con. Ou idéaliste? Je sais jamais entre les deux. » Mais il insistait et je trouvais cela étrange de bien vouloir le croire, déjà. Lui et ce sourire dont il avait l’air de ne pas savoir se départir même s’il l’avait voulu, les ridules se dessinant sur la fine peau du coin de ses yeux comme des ailes de papillon venant se charger de le faire survivre même lorsque ses lèvres abandonnaient. « Il en reste encore, alors ? » Des idéalistes dans ce monde, je n’en voyais que des cadavres mais peut-être était-ce simplement parce que je me sentais l’un d’eux. Peut-être parce que cela impliquait de lire en ceux qui persistaient un courage et une détermination plutôt qu’une témérité facile à méjuger. « Ça fait de toi un survivant, sois pas si dur avec toi-même, ça empêche les autres de s’en charger.  » L’espièglerie prenait ses quartiers rapidement dans les inflexions de ma voix, celles que je présentais, toujours, avant que l’ironie plus amère ne gagne du terrain. Cela aurait été dommage de débuter ainsi, lorsque j’ignorais encore et étrangement ce que je désirais comme conclusion. « Jack. » Sa main appelant la mienne aurait pu souffler l’idée d’un sourire venant se former sur mon visage s’il n’était pas resté si discret et proche de l’imperceptible. « Jack. » Nous demeurions ainsi, conscients tous les deux de nous tenir aux frontières de l’assentiment ou des chausses-trappes de l’ajournement, du refus menant à sa fin ce qui n’aurait pas eu le temps de se profiler. Ce fut étrange lorsque, juste au moment où je pensais m’en contenter ce soir encore, où j’étais prête à consentir au rejet, à la décence, à la douleur de la raison, mes doigts trouvèrent tout de même les siens pour les serrer.

« Et toi, c'est Olivia, non? » Chauffée à blanc, elle semblait brûler déjà, la paume que je délaissais pour que la mienne retrouve mon verre. « C’est trop tard pour nier, apparemment. » Je faisais mine de plaisanter, la voix calme et ourlée de profondeur, mais ne s’agissait-il pas là de tout le souci de ma présence ? Trop tard pour nier être là, trop tard pour lui refuser mon nom, mon sourire, ce que cela impliquait. Trop tard pour avoir envie de tout reprendre et rebrousser chemin lorsque cela s’avérait plaisant de prétendre n’avoir rien d’autre à cacher qu’un prénom auquel je ne répondais plus autant qu’avant lorsque le surnom avait su depuis longtemps gagner mes faveurs et celles des autres. « Personne a rien cafté, j'ai juste été intrusif une fois. » Je me forçais à froncer les sourcils pourtant, simplement par désir de le voir se sortir de l’ornière créée par ses propres soins. Nous l’étions tous, intrusifs, mais il était le seul à prétendre s’en excuser en ce lieu où personne ne souhaitait s’arrêter pour regarder mais où tout le monde le faisait quoiqu'il en soit. « Alors on oublie tout court. » Son verre vint tinter contre le mien et le liquide mordoré du fond des deux tremblèrent un instant au point de paraître provenir du même contenant, de la même impulsion. Le sien paraissait vide pourtant, à côté du mien, et j’aurais pu m’employer à ce que l’égalité revienne par moi-même, le portant à mes lèvres de nouveau, mais je préférais reprendre : « T’es certain d’en avoir assez ? À deux, ça a quand même quelque chose de plus amusant. » Je répliquais simplement, le coup d’œil venant désigner son verre avant que je ne hausse les épaules, feignant de chercher l’approbation au fond de son regard. « Enfin, je crois que c’est ce que dirait un idéaliste. » Sur mes lèvres, vint voltiger un sourire amusé et délié, énigmatique certainement puisqu’ils l’étaient tous lorsque j’en ignorais moi-même la cause. « On pense à quoi, à la place ? » laissai-je finalement échapper, la candeur n’ayant pas la place de se loger dans mon regard puisque j’acceptais le on sans manquer de le souligner et que je n’étais pas sans ignorer que ne plus penser à rien, en réalité, était certainement ce qui se rapprocherait le plus de la pensée espérée, de celle qui nous sauverait.





solosands




Grasping for salvation.
How deep is too deep ? ☽ Black has depth. It’s like a little egress, you can go into it, and because it keeps continuing to be dark, the mind kicks in, and a lot of things that are going on there become manifest.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

you started it all (olivia) Empty
Message(#) Sujet: Re: you started it all (olivia) you started it all (olivia) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

you started it all (olivia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-