AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Abonnement 12 mois Nintendo Switch Online
Voir le deal
15.99 €
Le Deal du moment : -43%
Platine vinyle DENON DP-300F NOIR
Voir le deal
199.99 €

 (halloway) time is movin' so slow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kieran Halstead
Kieran Halstead
le paumé de service
le paumé de service
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans (14.07). on évite le sujet, merci.
SURNOM : ils ont compris qu’il ne mordait pas ; ils abusent allégrement de « kiki ».
STATUT : plonge à corps (et cœur) perdu dans les relations les plus destructrices possibles. c’est ainsi qu’il a appris à être aimé, alors c’est normal d’avoir aussi mal, pas vrai ?
MÉTIER : illustrateur freelance, enseignant d’arts visuels et récemment dessinateur de presse pour le courier-mail. pas sa plus grande fierté, mais ça éponge les dettes.
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv), première expérience en solo. verdict ? il déteste ça.
(halloway) time is movin' so slow Tumblr_oebod6eLf01ry7lwro1_500
POSTS : 955 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : placé en foyer, proche des familles qui l’ont élevé, considère qu’il a une infinité de parents et frères/sœurs ≈ souffre de cette absence d’identité propre ≈ réservé, maladroit, optimiste, vit dans un monde imaginaire ≈ vient de quitter sa fiancée, prend le mauvais rôle de cette rupture, soulagé malgré sa phobie de la solitude ≈ essaie de reprendre confiance en lui, de renouer avec ses proches, de retrouver sa place ≈ préfère la compagnie des pop et des jeux vidéo aux humains ≈ du talent au bout des doigts, aucune motivation d’en faire quelque chose ≈ trop mou, trop paresseux, trop paumé.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (halloway) time is movin' so slow Nhc1JWP
halloway ⊹ i sat alone, in bed till the morning, i'm crying, "they're coming for me" and i tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.

(halloway) time is movin' so slow Aqgz
kieve ⊹ she's so magnetic, you know she's so magnetic. she pulled you 'round, you try to push away, you know she'll pull you back again.

(halloway) time is movin' so slow 629bc353b5f562bc657a76bc213bffd286bc1244
kivy ⊹ stroke my head and i'm fine, it's really simple, i'm feeling good, i feel myself and i'm feeling understood.

(halloway) time is movin' so slow C9ln
kieyer ⊹ close your eyes and think of me and soon i will be there to brighten up even your darkest night. you just call out my name and you know wherever i am i'll come running, to see you again.

ichabod (2001)keith (2019)dylanejessalynelias #6elias #7 & ava #1ava #2projet xraphael #3raphael #4mollyanastasialenarheailaria

(19/06)
(c'est à peu près la même chose, non ?)

(halloway) time is movin' so slow Giphy
miran ⊹ if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe.

RPs EN ATTENTE : tommy › rudy › victoria › helena › scarlett › clyde › lucia #2

(halloway) time is movin' so slow Gif?url=https%3A%2F%2Fimages.hellogiggles.com%2Fuploads%2F2016%2F08%2F18063659%2Frelationship-1
autumn ⊹ people said i'd be dead from the sorrow that i felt when you left, but i lived, ain't that nice ?
RPs TERMINÉS : raphael (2015)hannah (2019)eve #1raphaeleve #3lucia #1

abandonnés
miranmavihalseylexfiona

(halloway) time is movin' so slow Kx4f
RACE OF AUSTRALIA
lancementelias #1birdie & eliasjacob & eliasivy #1grace, isaac & eliassienna, gregory & eliassujet communivy #2eve #2élimination s1lancement s2elias #2ivy #3sienna #1elias #3suite s2elias #4elias #5team grisy
AVATAR : dan bb smith.
CRÉDITS : warlock (ava), robertsheehan, kylsimmons (gifs), cham & padawan & bleeding_light (crackships), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale) et la pile électrique (alfie maslow).
INSCRIT LE : 01/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29377- https://www.30yearsstillyoung.com/t29503- https://www.30yearsstillyoung.com/t29523- https://www.30yearsstillyoung.com/t30784-kieran-halstead

(halloway) time is movin' so slow Empty
Message(#) Sujet: (halloway) time is movin' so slow (halloway) time is movin' so slow EmptyLun 26 Oct - 20:57




@REESE GALLOWAY & KIERAN HALSTEAD ⊹⊹⊹ and it won't stop killin' me now, yeah, i'm broken, hollowin' out, just an empty shell of a house when you're not around, i got poison pumped in my veins.

SEPTEMBRE 2019.

Il déteste le silence, elle le sait. Ils ont donc passé le trajet dans le mutisme le plus complet.
Il n’aime pas la sentir loin de lui, elle le sait. Elle a donc évité sa main à chaque fois qu’il l’a approchée de la sienne.
Il ne supporte pas les murs d’un hôpital, elle le sait. Elle a donc insisté pour qu’il l’accompagne.

Assis sur cette chaise inconfortable depuis plus d’une heure, dans une salle d’attente où l’on évite soigneusement les regards des autres pour s’éviter d’y lire une souffrance à l’effet miroir, Kieran tape du pied tout en ancrant son regard dans le sol, ce qui contraste avec l’envolée qu’ont pris ses pensées depuis qu’il est seul. Elles lui échappent, comme trop souvent, mais, surtout, elles le torturent sans-cesse. Et depuis qu’il a posé le pied dans cet hôpital, une question ne cesse d’être projetée dans sa boîte crânienne, alors que de nombreux scénarios essaient d’y répondre, en l’empêchant de se concentrer et de parvenir à suivre le fil de ses propres pensées.

Comment ?
Comment en sont-ils arrivés là ?
Comment en est-elle arrivée là ?
Comment a-t-il pu être aussi aveugle ?
Comment a-t-il pu laisser faire ?
Comment a-t-il pu rester aussi impassible ?

Si la flagellation se veut particulièrement dure depuis quelques heures, elle a en réalité commencé il y a des semaines, si ce n’est des mois. Elle a commencé au moment où il a compris qu’il avait un rôle prédominant dans cette histoire, elle s’est accentuée lorsqu’il a réalisé qu’il ne s’était pas donné les moyens de devenir un simple spectateur, elle s’est concrétisée quand il a admis qu’il en était un acteur des plus impliqués.

Autumn se fait interner et il doit porter cette responsabilité.
Mais comment ?  

Il tente de voir les choses comme elles sont ; et comme un exercice qui rendrait la promesse de l’aimer dans la santé comme dans la maladie encore plus sincère au moment où il sera amené à réellement la formuler. Ils se sont aimés dans la santé, ils doivent désormais apprendre à composer avec la maladie et Kieran n’a pas le droit de fuir. Il n’a pas le droit, alors même que ces quelques heures loin d’Autumn ont permis au nœud dans son estomac de disparaître. C’est parce qu’il la sait prise en charge par des professionnels qu’il se sent rassuré, c’est parce qu’elle est la personne la plus importante à ses yeux qu’il est aussi soulagé qu’elle puisse avoir le droit à l’aide qu’elle mérite, c'est tout, il n'y a pas d'autres explications possibles. Et ils vont s’en sortir. Elle quittera cet hôpital dans quelques semaines et ils pourront continuer les préparatifs de leur mariage, ils pourront être angoissés jusqu’à l’arrivée du grand jour. Impatients. Ils sont impatients, mais l’excitation d’un tel événement vient toujours avec un peu d’appréhension, n’est-ce pas ?

La poche de son pantalon vibre et Kieran en sort son téléphone pour y lire l’annonce du départ de Reese qui ne devrait pas tarder à les rejoindre. Ce nœud vient à nouveau nouer ses tripes, simplement parce qu’il ignore comment gérer les choses, Kieran, quoi d’autre ? Il n’a pas réussi avec sa fiancée, comme doit-il le faire avec son frère ? Il a la responsabilité de lui parler, parce qu’il serait terriblement lâche qu’il laisse la jeune femme puiser dans le peu d’énergie qu’elle possède pour expliquer le déroulement des prochaines semaines à ce frère dont elle est si proche. Ça la détruirait d’avoir à se confronter à lui, à assumer son regard alors qu’elle lui fait part de ses faiblesses. Pour avoir eu le malheur de montrer les siennes au sein du clan Galloway, il sait à quel point elles sont mal acceptées, balayées sous le tapis, oubliées aussitôt formulées. Impensables et impossibles que d’être pareille loque, si l’on reprend les propos du patriarche, auquel Autumn n’a pas encore voulu se confronter. Oh, il sait très bien quel discours celui-ci tiendra, qui se mélangera aisément avec celui de sa famille : c’est lui qui l’a affaiblie. C’est son erreur et il devrait s’affairer à tenter de la réparer au lieu de rester ainsi prostré sur une chaise des plus inconfortables.

Mais il ne fait rien, Kieran, le regard toujours ancré dans le sol, les coudes posés sur ses genoux. Il n’a pas relevé la tête au moment où un dénommé Burton lui a marché sur le pied pour rejoindre son médecin, il n’a pas relevé le bonjour de la petite voix fluide qui a rejoint cette salle de l’angoisse quelques minutes plus tôt, il n’a pas même pris le temps de tapoter sur son téléphone pour répondre à Reese. Il n’a rien fait ; ni aujourd’hui, ni auparavant.

Il n’a rien fait et voilà où elle en est.
Les échanges de leur dernière dispute, celle qui a mené à cette crise si violente qu’il n’a eu d’autres choix que d’appeler son médecin pour savoir que faire lui reviennent en mémoire. En réalité, les propos échangés deux jours auparavant n’ont jamais quitté son esprit, bien trop frais, bien trop blessants pour qu’il ne les autorise à s’échapper. Ils n’ont cessé de le tourmenter, jour et nuit, accentuant ses traits fatigués par des mois d’anxiété constante, par cet état dépressif dans lequel il a plongé sans se soucier d’emporter Autumn avec lui contre sa volonté. Elle était luminaire, pourtant, Autumn, avant de le rencontrer. Elle l’était encore il y a quelques mois, elle était rayonnante au moment d’annoncer leurs fiançailles. Des fiançailles qui visaient à lui donner un nouvel objectif à défaut d’en trouver des concrets. Une excuse bancale, à laquelle il a cédé sous son impulsion en sachant pertinemment que ça ne pouvait prendre la forme d’une solution ; comment cela peut-il être possible alors que lui-même ignore la source du problème ? Il lui suffirait pourtant de se regarder dans un miroir s’il se fie aux vérités qui sont sorties de cette dernière dispute – et peut-être qu’il en a parfaitement conscience, mais qu’il a préféré se voiler la face durant tout ce temps. C’est ce qu’il a compris au cours de cet échange. C’est ce qu’elle lui a dit à de nombreuses reprises au cours des derniers mois ; mais il a fallu qu’elle soit au bord de la falaise pour qu’il se décide enfin à l’empêcher de sauter et admettre qu’il avait poussé le défi trop loin. Elle a approché cette falaise pour le suivre, il s’est dédouané comme toujours et l’a laissé seule au bord du précipice, comment peut-il se plaindre d’être dans cette position aujourd’hui ?

Elle a raison, elle a raison depuis des mois et il se déteste d’avoir mis autant de temps à le comprendre. S’il l’avait écouté plus tôt, ils n’en seraient pas là. Elle n’en serait pas là. Ils seraient toujours dans leur jolie petite maison de Glenvale, à rêver de projets communs. Le mariage, puis l’enfant aurait naturellement suivi le cheminement de leurs priorités. Mais pour cela, encore aurait-il fallu qu’il revoit les siennes ; et qu’il cesse de se laisser porter par la jeune femme. Elle avait mis du temps à le confronter à ses erreurs et le constat n’en est que plus douloureux, parce qu’il est terriblement réel. Il ne s’est jamais donné les moyens de ses ambitions, Kieran. Il vit à ses crochets parce qu’il n’arrive pas à faire décoller sa carrière et qu’il a – étonnamment, comme elle l’a souligné – trop de fierté pour accepter tout ce qui ne relève pas du rêve de gosse. Mais il n’est plus un enfant, Kieran et là-aussi elle avait raison. Il ne peut plus vivre avec des étoiles dans les yeux et accepter la dureté de la réalité. Au-delà de ça, il doit surtout apprendre à composer avec le présent et cesser de ressasser un passé sur lequel il n’a jamais eu d’emprise. Ils étaient supposés être heureux tous les deux, ça aurait dû lui suffire au lieu de persister à vouloir trouver des réponses à cette question restée en suspens depuis son enfance ; qui est-il ? Car c’est dans sa quête de vérité qu’il s’est perdu Kieran et qu’il l’a perdue par la même occasion. Et maintenant, il est trop tard pour espérer réparer ce qu’il a brisé.

Il l’a brisée et il ne sait même pas comment. Mais il l’a brisée, c’est la seule certitude. Parce que c’est celle de la jeune femme, alors forcément qu’elle a raison.

Le téléphone vibre à nouveau et Kieran est obligé de se confronter à cette réalité qu’il fuit perpétuellement. Il laisse échapper un soupir, balaie de sa manche trop longue les larmes qui se sont frayées un chemin le long de sa joue, quitte la pièce sans adresser un regard à qui que ce soit. Il déambule dans les couloirs tel un robot dont la mécanique aurait été parfaitement réglée. Le pas est assuré, contrastant avec son regard vide, qui passe en revue celle tant crainte – uniquement parce qu’il s’agit d’avoir à être le porteur des annonces désagréables, rien d’autre. « Reese ! » Qu’il l’interpelle de sa voix mal assurée, pressant le pas pour atténuer les quelques mètres qui les séparent. Ses bras viennent naturellement encerclés la silhouette de son beau-frère ; il a toujours été tactile, Kieran et cette situation plus que jamais exige de trouver du réconfort où l’on peut. Libérant la silhouette de Reese après quelques secondes, il finit par replacer ses lunettes de l’index avant d’expirer bruyamment dans une tentative de trouver du courage (qu’il ne possède pas, alors à quoi bon chercher, comme le dirait si bien papa Galloway). « Elle est avec les médecins. Elle-elle signe un peu de paperasse ou... je sais pas. Je sais pas, peut-être qu’elle leur explique les choses, je... » Il hausse les épaules, peu au courant – et là, elle peut le blâmer à raison, il reste particulièrement distant. « Elle voulait être seule. » Comme elle le souhaite depuis des semaines, alors qu’elle ne cesse de verbaliser son omniprésence à lui. Alors il a respecté son souhait, se mettant volontairement en retrait, trop naïf pour y voir les préjudices que cela pourrait amener. « On pourra la voir après. » Mais qu’elle prenne son temps surtout. « Comment... comment tu vas ? » Qu’il questionne, conscient que cette situation n’est pas facile pour l’aîné Galloway. Parce que si l’état d’Autumn devenait préoccupant pour tout son entourage, aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer que les choses prennent une tournure aussi dramatique, aussi rapidement. Ni la principale concernée, ni son frère, encore moins Kieran qui n’aurait pas pensé que cette dispute d’il y a quelques jours marquerait un tel tournent, autant pour elle que pour lui. Le début d’une forme d’emprisonnement pour la jeune femme, le début d’un goût de liberté pour le trentenaire, au prix d’un physique et d’un psychisme aussi épuisés que marqués. Mais si c’est le prix à payer, qu’il en soit ainsi.


(halloway) time is movin' so slow OCO9Xmnx_o

(halloway) time is movin' so slow 383200artist
(halloway) time is movin' so slow 480954teachers
(halloway) time is movin' so slow EIhyBXy
(halloway) time is movin' so slow QqLqwzn
(halloway) time is movin' so slow WwvEdsJ
(halloway) time is movin' so slow NZd8ug4
(halloway) time is movin' so slow Cn4FJZV
(halloway) time is movin' so slow XXVvg8f
Revenir en haut Aller en bas
Reese Galloway
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : la trentaine bien entamée et parfaitement assumée : trente-six ans (27 septembre).
SURNOM : ne vous embêtez pas, vraiment.
STATUT : en couple avec Talia depuis huit ans, père depuis deux fois moins de temps. parfaitement heureux avec elles.
MÉTIER : policier patrouilleur, il sillonne la ville chaque jour pour que tout le monde puisse se sentir en sécurité.
(halloway) time is movin' so slow Tumblr_ootw942XW21uflhrto5_400
POSTS : 15 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (halloway) time is movin' so slow Tumblr_pvhbbyWwHz1xfq869o2_540
talia fais-moi une place au fond d'ton cœur, pour que j't'embrasse lorsque tu pleures. je deviendrai tout fou, tout clown, gentil pour qu'tu souries, j'veux qu't'aies jamais mal, qu't'aies jamais froid. et tout m'est égal, tout, à part toi

(halloway) time is movin' so slow Nhc1JWP
halloway dry your eyes 'cause it won't work this time, i already dried mine, and i won't drown in yours. go wash your hands, but you can't change your past, those stories ain't shit now, you don't mean it i'm sure. too many bones inside your closet you thought you buried deep, but they never let me get a minute of peace, how do you sleep?
PSEUDO : beaulafolie.
AVATAR : boyd holbrook.
DC : jacob copeland & rudy gutiérrez.
INSCRIT LE : 13/10/2020

(halloway) time is movin' so slow Empty
Message(#) Sujet: Re: (halloway) time is movin' so slow (halloway) time is movin' so slow EmptyDim 8 Nov - 23:52


Il claque la porte de la voiture et assure à son partenaire qu’il n’en aura que pour quelques minutes. Tu n’as pas plus de temps à lui accorder ? Il pense avoir une bonne excuse, il accepte de se la fournir à lui-même pour ne pas culpabiliser : il travaille. Il lui semblait que toutes les autres étaient justes, également, qu’elles étaient valables. Il se trompait autrefois, est-ce également le cas aujourd’hui ? Est-ce qu’il vient lui tendre sa main ou lui donner un coup de pied pour la pousser encore plus profondément dans le gouffre ? Et si la question ne devrait pas se poser, la réponse, elle, devrait être évidente. Alors pourquoi ne l’est-elle pas, Reese ? Il inspire profondément, souffle longuement. Il n’est pas prêt mais ses pieds s’exécutent et le mènent à l’intérieur. Des visages se tournent en sa direction, des regards le fuient – l’uniforme fait toujours cet effet-là. Ses yeux se posent sur le sol et suivent les lignes du carrelage pour monter jusqu’au bureau de l’accueil. Tu n’as que quelques mots à prononcer. Il recherche Autumn Galloway. Elle est arrivée aujourd’hui. Il est son frère. Quelques mots qui restent coincés dans sa gorge, qui ne sortiront jamais puisque la voix peu confiante de Kieran vient le délivrer. Reese ! Il n’a jamais été aussi heureux d’entendre sa voix. Il n’a jamais été aussi content de le voir. Il n’a jamais autant eu besoin de cette étreinte qu’il lui offre quand il arrive à sa hauteur ; le blond lui rend d’un bras, il l’enroule autour de ses épaules durant de longues secondes. Le temps de celles-ci, il n’a pas besoin de se – de le – questionner, il n’a pas besoin d’être inquiet, il n’a pas besoin d’exiger de la voir. Il peut juste se rassurer, lui, égoïstement. Elle est avec les médecins. Elle-elle signe un peu de paperasse ou… je sais pas. Je sais pas, peut-être qu’elle leur explique les choses, je… Elle voulait être seule. Elle a besoin de toi. On pourra la voir après. Il hoche doucement son visage pour assimiler les – quelques – informations que Kieran peut lui fournir. Ils pourront la voir après. C’est tout ce qu’il peut retirer de ce premier échange avec son beau-frère. Du reste, il ne sait rien. Du reste, il ne semble pas vouloir s’impliquer davantage. Comment… Comment tu vas ? Il entrouvre sa bouche mais aucun son ne sort. Ce n’est pas ses mots qu’il cherche, c’est ce qu’il ressent : il n’y a rien de plus que du vide, là-dedans. J’en sais rien. Il avoue, finalement. Je suis policier et j’ai été incapable d’ouvrir les yeux sur ma propre sœur. Lui qui s’était juré de la protéger du reste du monde n’a pas imaginé une seule seconde que sa pire ennemie serait elle-même, que ses propres démons pourraient la mener à sa perte.

Tu as été laxiste. Comment pourrait-il le nier ? Ce qui devait ressembler à une passation est devenu un abandon. Il croyait bien faire en la laissant entre les mains de Kieran. Il pensait qu’ils réussiraient à prouver à son père qu’il avait tort, qu’ensemble, ils trouveraient un équilibre en s’appuyant l’un sur l’autre. Il s’était éloigné d’eux volontairement. Il avait fermé les yeux sur tout ce qui pouvait l’alerter autrefois pour les laisser expérimenter, se blesser, se relever. Pourquoi ne se relève-t-elle pas ? Il secoue son visage et regarde autour de lui, il ne cherche rien en particulier. Il veut fuir ce qu’il ne maîtrise pas. Pourquoi s’est-il relevé, lui ? Ses yeux se posent sur Kieran. Et toi, comment tu vas ? Il l’a accompagnée jusqu’ici. Si elle s’en sort, ce sera grâce à lui. Si elle est là, ce n’est pas à cause de lui. C’est à cause de toi. Pourquoi en serait-il autrement ? S’il n’avait pas volontairement porté des œillères, s’il avait gardé toute attention sur elle et son comportement, rien de tout cela ne serait arrivé. Il était le seul capable de la contrôler, le seul qui réussissait à la maîtriser. Tu penses qu’on pourra bientôt la voir ? Il jette un coup d’œil à sa montre. J’ai pas énormément de temps devant moi, on m’attend. « On » s’en sort parfaitement sans lui et il le sait. « On » est déjà parti depuis longtemps, il a redémarré la voiture avant même que Reese pénètre dans l’établissement – ce dernier l’a entendu, ce dernier sait qu’il n’est pas attendu. « On » lui a rappelé qu’il a le droit de prendre un jour de repos, « on » lui a presque ordonné de le faire et de prendre soin de lui, soin des siens. Tu ne peux pas te défiler. Il est coincé ici. Pour éviter cette sensation d’emprisonnement, le blond avance de quelques pas en direction d’une machine à cafés. Celle-ci s’active toute la journée pour donner à des excités une dose dont ils n’ont pas besoin mais qui semble les apaiser – c’est le cas de Reese, ici, très certainement celui de Kieran. Il insère quelques pièces et fait un signe de tête à son beau-frère pour qu’il choisisse ce qu’il désire consommer. Quelque chose semblait anormal dans son comportement ? L’inspecteur qu’il n’est pas et qu’il ne sera jamais prend le dessus, dans cet échange. Il a besoin de réponses, il a besoin de se plonger dans les souvenirs d’un autre pour raviver les siens, pour retrouver ce qu’il a manqué. Je crois qu’on voyait tous que quelque chose clochait mais qu’on ne s’inquiétait pas réellement parce que ça a toujours été comme ça, avec elle. Il connaît Autumn depuis plus longtemps que Reese – depuis toujours, en fait. Elle vit chaque émotion à son maximum. Si quelque chose lui fait plaisir elle devient la plus heureuse des femmes, si quelque chose la blesse elle se plonge dans une tristesse inconsolable. Il porte son gobelet à ses lèvres, ses pensées fusent, ses neurones s’activent. Il analyse son propre récit. Mais je pensais que c’était révolu, avec toi. Elle avait l’air de prendre la vie différemment, vous aviez l’air en adéquation. C’était une surprise pour Reese qui ne pensait pas que ce couple était fait pour durer. Comme son père, il avait imaginé que c’était une blague et que sa sœur se servait de Kieran pour obtenir quelque chose. Il ne voyait pas ce qu’elle lui trouvait, il ne voyait pas ce qu’il pouvait lui apporter. Le temps a fait que le blond a changé d’avis, petit à petit, il voyait très bien ce qu’était son beau-frère pour sa cadette : de la normalité, une routine, un calmant. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Il demande. Quel inspecteur, quel beau travail. Il veut que l’interrogé lui mâche le travail, il veut qu'il lui expliquee ce qu’il n’arrive pas à comprendre. Il lui manque trop d’éléments, il n’a pas assez d’indices et surtout, il est bien trop impliqué pour faire la part des choses. Autumn est coupable, Autumn est innocente. Il ne sait pas encore dans quelle case il a envie de la ranger. Il ne sait pas encore s’il est capable de l’accepter entre ces murs, s’il est capable d’accepter qu’elle a dérivé à ce point-là, s’il est capable d’accepter de ne pas avoir su lui venir en aide plus tôt.

@Kieran Halstead :l:



 
- - two kinds of trouble in this world, living, dying. i lost my power in this world and the rumors are flying, and i go insane like i always do. and i call out your name, she's a lot like you    
Revenir en haut Aller en bas
Kieran Halstead
Kieran Halstead
le paumé de service
le paumé de service
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans (14.07). on évite le sujet, merci.
SURNOM : ils ont compris qu’il ne mordait pas ; ils abusent allégrement de « kiki ».
STATUT : plonge à corps (et cœur) perdu dans les relations les plus destructrices possibles. c’est ainsi qu’il a appris à être aimé, alors c’est normal d’avoir aussi mal, pas vrai ?
MÉTIER : illustrateur freelance, enseignant d’arts visuels et récemment dessinateur de presse pour le courier-mail. pas sa plus grande fierté, mais ça éponge les dettes.
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv), première expérience en solo. verdict ? il déteste ça.
(halloway) time is movin' so slow Tumblr_oebod6eLf01ry7lwro1_500
POSTS : 955 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : placé en foyer, proche des familles qui l’ont élevé, considère qu’il a une infinité de parents et frères/sœurs ≈ souffre de cette absence d’identité propre ≈ réservé, maladroit, optimiste, vit dans un monde imaginaire ≈ vient de quitter sa fiancée, prend le mauvais rôle de cette rupture, soulagé malgré sa phobie de la solitude ≈ essaie de reprendre confiance en lui, de renouer avec ses proches, de retrouver sa place ≈ préfère la compagnie des pop et des jeux vidéo aux humains ≈ du talent au bout des doigts, aucune motivation d’en faire quelque chose ≈ trop mou, trop paresseux, trop paumé.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (halloway) time is movin' so slow Nhc1JWP
halloway ⊹ i sat alone, in bed till the morning, i'm crying, "they're coming for me" and i tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.

(halloway) time is movin' so slow Aqgz
kieve ⊹ she's so magnetic, you know she's so magnetic. she pulled you 'round, you try to push away, you know she'll pull you back again.

(halloway) time is movin' so slow 629bc353b5f562bc657a76bc213bffd286bc1244
kivy ⊹ stroke my head and i'm fine, it's really simple, i'm feeling good, i feel myself and i'm feeling understood.

(halloway) time is movin' so slow C9ln
kieyer ⊹ close your eyes and think of me and soon i will be there to brighten up even your darkest night. you just call out my name and you know wherever i am i'll come running, to see you again.

ichabod (2001)keith (2019)dylanejessalynelias #6elias #7 & ava #1ava #2projet xraphael #3raphael #4mollyanastasialenarheailaria

(19/06)
(c'est à peu près la même chose, non ?)

(halloway) time is movin' so slow Giphy
miran ⊹ if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe.

RPs EN ATTENTE : tommy › rudy › victoria › helena › scarlett › clyde › lucia #2

(halloway) time is movin' so slow Gif?url=https%3A%2F%2Fimages.hellogiggles.com%2Fuploads%2F2016%2F08%2F18063659%2Frelationship-1
autumn ⊹ people said i'd be dead from the sorrow that i felt when you left, but i lived, ain't that nice ?
RPs TERMINÉS : raphael (2015)hannah (2019)eve #1raphaeleve #3lucia #1

abandonnés
miranmavihalseylexfiona

(halloway) time is movin' so slow Kx4f
RACE OF AUSTRALIA
lancementelias #1birdie & eliasjacob & eliasivy #1grace, isaac & eliassienna, gregory & eliassujet communivy #2eve #2élimination s1lancement s2elias #2ivy #3sienna #1elias #3suite s2elias #4elias #5team grisy
AVATAR : dan bb smith.
CRÉDITS : warlock (ava), robertsheehan, kylsimmons (gifs), cham & padawan & bleeding_light (crackships), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale) et la pile électrique (alfie maslow).
INSCRIT LE : 01/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29377- https://www.30yearsstillyoung.com/t29503- https://www.30yearsstillyoung.com/t29523- https://www.30yearsstillyoung.com/t30784-kieran-halstead

(halloway) time is movin' so slow Empty
Message(#) Sujet: Re: (halloway) time is movin' so slow (halloway) time is movin' so slow EmptyDim 22 Nov - 17:25


D’ordinaire, la vision de son beau-frère lui aurait procuré un soulagement immédiat ; des Galloway, il est bien celui dont il se sent le plus proche après Autumn, bien qu’il soit également celui qui ne contredit pas le patriarche lorsque ce dernier souligne les défauts du dessinateur, celui qui acquiesce silencieusement lorsqu’Autumn s’y met elle-aussi, parfois, pour que les réprimandes soient suffisamment nombreuses pour lui servir de leçon et amorcer un changement dans son comportement devenu trop déplaisant pour celle qui partage sa vie. Malgré son silence, Kieran s’est toujours senti soutenu par Reese, une affection tacite entre les deux hommes qui en demeure néanmoins sincère. Reese a pris le rôle du grand frère qu’il n’a jamais eu ; qu’il a recherché en Ichabod, en Clyde, sans jamais que ceux-ci ne parviennent à satisfaire les attentes du plus jeune – pire encore, qu’ils se transforment en véritables bourreaux pour Kieran. Mais Reese a inversé la tendance et est devenu, par la force des choses, ce modèle masculin qu’il n’a jamais eu, ce porteur de bons conseils qu’il écouterait quand bien même il lui suggère de foncer droit dans le mur. Il est devenu un roc, un être essentiel dans son quotidien, un point d’ancrage ; plus que jamais il aurait dû l’être aujourd’hui face à l’épreuve qui les chamboule tous.

Pourtant, plus que jamais, Kieran fuit le regard de son beau-frère et aurait préféré ne jamais le croiser dans de telles circonstances.

Ce n’est pas tant lié au fait qu’évidemment ni l’un l’autre ne peut supporter le mal-être qui ronge l’une des personnes qui leur est le plus chère que le simple fait de ne pas réussir à lui parler – qu’est-ce qu’il y a à dire ? La situation a dégénéré, il a laissé la situation dégénérer à ce point-là et Kieran ne parvient pas à se le pardonner autant qu’il peine encore à l’accepter. Pourtant, Reese serait le seul à même de comprendre la tornade d’émotions qu’il traverse péniblement depuis quelques jours ; mais il sait aussi qu’il sera le premier à prendre parti et qu’il ne peut tolérer de perdre son beau-frère comme il perd sa fiancée.

Il l’interpelle, il babille pour oublier que le décompte s’est activé et qu’il sera forcé d’être à nouveau dans la même pièce qu’elle, qu’il devra à nouveau lui faire face malgré la crainte qui ronge son estomac. Il le questionne pour ne pas se poser cette même question à laquelle il n’a pas de réponse ; Reese est intelligent, Reese répondra pour deux.

Reese les renvoie à leurs erreurs, surtout.

« Je vis avec elle et j’ai été incapable de le voir. » Il tente, avec hésitation, pour le rassurer. Il n’a pas voulu le voir. Il n’a pas voulu voir la détresse dans laquelle elle se plongeait, elle le plongeait. Il voulait tant croire à son happy end qu’il a toujours passé sous silence la moindre de leurs difficultés, des siennes personnellement, alors qu’elle n’a jamais cessé de les pointer du doigt ; il aurait dû l’écouter, il aurait dû faire mieux, il aurait dû être meilleur. Pas parce qu’elle n’a eu de cesse de le demander, mais aussi parce qu’il le voulait. Et cette volonté, c’est ce qui lui manque toujours comme elle l’a longtemps souligné, c’est ce qui ne transparait pas chez lui et qui semble complètement existant ; peut-être a-t-elle raison et qu’il est si lâche, si insignifiant, si conciliant qu’il préfère se nourrir du malheur des autres plutôt que d’avoir à réagir.

Et toi, comment tu vas ?
Il pose la question tant redoutée et Kieran reste muet. J’ai envie de hurler. J’ai envie de la frapper, j’ai envie de la détester, j’ai envie de l’aide, j’ai envie de partir, j’ai envie de rester. J’ai envie de comprendre, j’ai envie de m’excuser, j’ai envie qu’elle s’excuse, j’ai envie de crier au monde ce qu’elle m’a fait, j’ai envie d’assumer ce que j’ai fait. J’ai envie qu’elle se sauve, j’ai envie de me sauver.
« Ça va. » Il répond avec un sourire. Franc, sincère, probablement déplacé, peu importe ; c’est l’œuvre de son éducation, ce sourire qui doit masquer son mal-être, ce sourire automatique qui lui cause bien des tourments parce qu’il ne prend jamais rien au sérieux.

« Oh. » Je t’en supplie, Reese, ne me laisse pas seul avec elle. « Je comprends, le boulot, tout ça. » Non, tu ne peux pas comprendre, Kieran, vu que tu n’as pas de boulot, vu que tu ne sais pas ce que ça fait de gagner sa vie, vu que tu vis aux crochets des autres pour masquer ton manque d’ambition et qu’il serait temps que tu grandisses un peu. Faites-la taire. Elle n’est pas à ses côtés et pourtant sa voix ne cesse de raisonner. Faites-la taire, je vous en supplie. « Je ne sais pas, euh... tu peux aller leur demander, peut-être ? » Proposition déguisée pour ne pas avoir à le faire lui-même, parce que tu te caches toujours derrière les autres, Kieran. « Mais j’espère que tu pourras la voir avant de partir. » J’espère que tu pourras la calmer, l’apaiser. Parce qu’il n’y a que Reese qui soit en mesure de le faire, que Reese qui puisse, à cet instant, lui assurer un moment de quiétude.

Ses pas suivent docilement ceux de son beau-frère alors qu’il appuie sur le bouton de la machine pour demander un chocolat chaud – t’es un gamin, Kieran. Mais ses muscles sont trop tendus pour qu’il puisse boire quoi que ce soit d’autre, ils le sont encore plus lorsque Reese poursuit les interrogations. Il parle et Kieran écoute ; parce que Reese dicte la conversation, parce que Reese accentue le poids de ses fautes.

Tout semblait anormal dans son comportement.
Mais tout était excusable. Et l’est encore.
Son bonheur exacerbé, sa tristesse inconsolable.
Sa colère incontrôlable.  

« Je-j’ai pas l’impression. J’en sais rien. » Il ne sait pas grand-chose, aujourd’hui, Kieran, alors qu’il se détache complètement de la situation. « Pas à ce point. » Qu’il souligne, un peu plus dur, accusateur sans même le vouloir. « Je le pensais aussi. » Et c’est le plus terrible des échecs, de ne pas lui avoir suffi. De réaliser qu’il ne suffira jamais, pas comme il est du moins et qu’il pourra espérer être à la hauteur qu’après les nombreuses leçons infligées par la jeune femme. « J’en sais rien. » Il poursuit, toujours dans l’incompréhension. Il n’a pas de réponses aux questions de son beau-frère, il n’est même pas sûr d’en avoir pour les siennes. « Si je le savais, on en serait pas là. » Elle n’en serait pas là. Elle l’a dit ; elle a forcément raison. « Elle veut pas me le dire. » Si, elle ne cesse de le faire, il ne veut simplement pas la croire. « T’auras peut-être plus de succès quand tu la verras. » Parce que tu dois la voir, Reese, tu dois la calmer avant que je sois seul avec elle. « Elle a juste... elle a juste pété un câble. » Les mots sont mal choisis ; mais ce n’est pas étonnant venant de quelqu’un qui a le même vocabulaire qu’un gosse. « Elle était pas bien, elle était vraiment pas bien. » Elle était incontrôlable. Elle m’a fait peur, elle a outrepassé les limites, Reese, si tu savais. « Elle a déjà été comme ça ? » Elle a déjà touché ce point de non-retour, elle a déjà enchaîné les crises d’une telle violence ? Ou est-ce qu’elle a raison et que je suis l’unique responsable de celles-ci ?


(halloway) time is movin' so slow OCO9Xmnx_o

(halloway) time is movin' so slow 383200artist
(halloway) time is movin' so slow 480954teachers
(halloway) time is movin' so slow EIhyBXy
(halloway) time is movin' so slow QqLqwzn
(halloway) time is movin' so slow WwvEdsJ
(halloway) time is movin' so slow NZd8ug4
(halloway) time is movin' so slow Cn4FJZV
(halloway) time is movin' so slow XXVvg8f
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(halloway) time is movin' so slow Empty
Message(#) Sujet: Re: (halloway) time is movin' so slow (halloway) time is movin' so slow Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(halloway) time is movin' so slow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps
-