AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nelson Bannerman
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 29 ans
STATUT : Fiancé à Mabel depuis fin août, pour confirmer un amour incontestable. Pourtant leur couple ressemble à un funambule qui s'obstine à vouloir avancer. Dans ce rêve inachevé qui reste en suspens à chaque soir où il la rejoint dans leur lit
MÉTIER : Co-présentateur télévisé sur la matinale de 9 à 11h et sur un magazine de reportages société de 18h à 19h
LOGEMENT : Parkland Boulevard, n°41, Spring Hill
POSTS : 34 POINTS : 95

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS : De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel Zoey-Deutch-gifs-zoey-deutch-38385078-245-130
Mabel ÷ I cannot command winds and weather. We have recently done things we wouldn't be proud of, I mean foolish teenage mistakes. But when I look at you, it seems the world can forgive any of us for our sins. I believe in fate as you were my once in a lifetime, and now I won't stop making you my one in a time of life. We are engaged ; on something much bigger that will turn us into somewhat special. It's broken us inside and healing will be a long journey to overcome. We'll need time, we always did. For anything. For everything.
PSEUDO : Robbie18
AVATAR : Liam Hemsworth
CRÉDITS : iratze (avatar)
DC : Pas de schizophobia
INSCRIT LE : 13/10/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34553-hurts-like-hell-nelson

De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel Empty
Message(#) Sujet: De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel EmptyDim 1 Nov - 22:38





"Je ne reculerai que pour mieux sauter"

Mais n'oublie jamais que je ferais pour toi
Le premier, le second et le troisième pas
Kyo



Cette routine installée depuis des mois, bientôt des années, et qui n'a fait que s'accentuer de par les horaires de leurs métiers respectifs. Mabel occupée cinq jours sur sept sur des horaires de journée à l'école de Brisbane, tandis que Nelson s'absente en horaires décalés pour ne rentrer chez eux qu'après vingt heures, au moment du repas qui l'attend prêt ou presque, préparé par sa désormais fiancée. La nouveauté dans leur couplé depuis un peu plus d'un mois. Une décision prise sans trop de concertation, sur une folie passagère mais pourtant logique de leur vécu ensemble. Une décision sûrement hypothétique quant à leur avenir face aux écarts récents de chacun dans le dos l'un de l'autre. Mais pour l'instant tous deux s'y retrouvent et profitent de cette nouvelle étape franchie après la cohabitation débutée il y aura six ans dans un futur très proche. Une vie à venir qui ne semble pourtant pas réconcilier leurs agendas plutôt divergents qui ne les amène à se retrouver, en semaine qu'au delà de vingt heure, pour les fois où il ne traîne pas plus que de raison dans les studios à papoter avant de reprendre le chemin de leur appartement.

Ce soir c'est sans trop de retard, par rapport à l'heure où elle peut se douter qu'il débarquera à la maison, qu'il franchit le seuil de la porte près de laquelle il abandonné ses chaussures après avoir refermé à clé derrière lui. Il ne s'annonce pas mais ne cache pas son retour à quiconque serait présent sur les lieux. Veste accrochée au porte-manteau dans le hall, portefeuille et lunettes de soleil déposés sur la commode de l'entrée, il avance en chaussettes vers la cuisine où il se doute de l'activité de sa chère partenaire de vie. La monotonie leur a bien diminué le débit de paroles qu'ils pouvaient s'échanger quelques années en arrière, et c'en est très naturellement qu'ils en viennent à rompre le silence qu'une fois assurés de la lourdeur de ce dernier.

Ce qui lui fait sur un tard, habitué depuis 2017 à prendre les devants de manière très sporadique voire inefficace. Sa moitié goûte l'assaisonnement de la sauce qu'elle a prévu de servir avec le repas, la spatule en bois plongeant de ses lèvres dans la casserole chauffée à petit feu. À l'odorat et à la couleur de ce qui mijote, c'est bientôt cuit pour passer à table. Mais avant cela, il la retrouve avec son âme remise en question par des mois d'une infidélité qu'elle ignore dans son chef. Une sévère prise de conscience l'a ramené à revoir ses priorités et ses engagement dans son quotidien. D'où la demande en fiançailles. D'où cette tendresse qu'il tente de remettre à l'ordre du jour quand elle apparaît devant ses yeux et qu'il estime bon d'appliquer. C'est à cet instant que les mots sortent. Banals mais exprimés, de ceux qui manquaient depuis un petit temps dans leurs discussions. « Comment s'est déroulée ta journée ? », lui demande-t-il alors qu'il vient l'enlacer dans son dos pendant qu'elle continue de s'occuper des fourneaux. Pas de courtoise salutation, ils s'en passent volontiers pour gagner en efficacité dans la conversation. Mais le retour de ses lèvres sur la joue, quelque part entre mâchoire et pommette, de celle qui l'a toujours nourri. D'amour et de bons petits plats. Lui n'hésite plus à insister depuis qu'il veut redonner de l'intensité à cet amour qui périclitait bien trop amèrement jusque lors. Remettre une couche de fraîcheur à leur passion, leur dévotion. Telle est sa volonté de plus en plus affirmée qu'il commence à démontrer par de petites attentions chaque moment avec elle depuis la rentrée scolaire. Apprendre de ses erreurs et de ses manquements pour corriger le tir. Sentir le besoin de s'améliorer, autant que l'avidité de ce repas qui lui aguiche les narines. Pourtant il est si bien là avec sa belle dans ses bras qui finira par contre par lui annoncer la mauvaise nouvelle : celle qu'il faudrait éviter de manger froid, et par conséquent se détacher d'elle pour qu'elle puisse remplir leurs assiettes.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Mabel Findlay
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans (16/02/95)
STATUT : Fiancée depuis cet été. C'était censé raviver la flamme, redonner une jeunesse à un amour encore bien trop frais... Ça n'a pas eu l'effet escompté. Elle se retrouve enceinte d'un autre.
MÉTIER : institutrice, elle éduque les plus jeunes et les prépare au monde de demain.
LOGEMENT : un appartement (n° 41) à parkland boulevard, dans le quartier de spring hill.
De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel Tumblr_inline_pbpx9aCmlE1rooebp_540
POSTS : 16 POINTS : 60

RPs EN ATTENTE : Wim
AVATAR : zoey deutch.
CRÉDITS : zuz' (avatar)
DC : /
INSCRIT LE : 14/10/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34484-mabel-quiet-but-not-so-blind https://www.30yearsstillyoung.com/t34482-mabel-findlay

De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel Empty
Message(#) Sujet: Re: De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel EmptyLun 9 Nov - 2:31



Routine, routine, routine. Ce soir, elle est encore active dans la cuisine. Deux heures après être rentrée du boulot, quelques minutes avant qu’il ne rentre, comme tous les soirs, lui qui rentre de plus en plus tard ces derniers temps. La soirée sera sur le même ton que les précédentes et que les prochaines. Elle cogite alors qu’elle ajoute de l’assaisonnement à cette sauce qu’elle a pris soin de faire pour lui, parce qu’elle sait qu’il l’adore, parce que l’ennui du quotidien et les quelques embûches qui sont tombées sur leur chemin ne sont pas une raison d’arrêter de lui faire plaisir. Lui pour qui elle se sent mal, lui pour qui elle s’efforce d’être la fiancée parfaite quand elle sent parfois qu’elle n’en a plus la force, qu’elle n’a plus cette passion qui l’égayait encore il y a quelques mois.

Mais c’est comme ça. Les fiançailles étaient censées faire raviver la flamme, remettre le feu à la bougie de leur amour, qu’ils puissent s’aimer comme ils le faisaient au tout départ... Quand ils ont commencé à se voir derrière le dos de son frère, quand il l’a embrassée pour la première fois, quand ils ont mis le cap sur Brisbane en se disant que c’est là-bas qu’ils pourraient avoir cette vie ensemble dont ils rêvaient tant.

Désillusions, échecs et ennui. C’est ce qui leur est arrivé, ce qui est venu les hanter alors qu’ils vivaient cette idylle amoureuse qui est vite tombé aux oubliettes, laissant place à une routine qui la rend finalement malade. De l’amour, de l’envie et de la motivation, il y en a pourtant... mais il manque ce p’tit quelque chose qui leur est indescriptible sur lequel ils arrivent pas à mettre la main... Et ça commence doucement à mettre en morceaux cette vie de rêve qu’ils étaient pourtant parvenus à se bâtir, elle et lui.

Vingt heures passé, la porte d’entrée claque, et c’est ses bruits de pas qu’elle entend dans le hall d’entrée. Ses chaussures qui viennent s’allonger sur le tapis, sa veste qu’il vient ranger sur le porte-manteaux et ses clés qui remuent alors qu’il les pose sur la commode dans l’entrée. Un soupir, alors qu’elle remue doucement la sauce et vient porter la cuillère en bois à ses lèvres afin de goûter le résultat d’une certaine dose de travail. Pas assez salé... Une dose de sel, et c’est réglé. Si quelques grains de sel étaient eux-aussi capables d’adoucir leur relation, ce serait bien simple... ce serait bien.

« Comment s’est déroulé ta journée ? » Sa voix suave vient caresser ses tympans, aussi douce que ces bras qu’il passe autour d’elle. Premier toucher de la journée, premier contact. Le travail les empêche de se voir autant qu’ils l’aimeraient, Mabel aime penser que c’est l’une des raisons de cette chute de leur relation. « Comme d’habitude... La routine, Nelson. » Le quotidien qui se répète, une boucle. Métro, boulot, dodo. Mais elle fait de son mieux pour sauver les apparences, elle le fait toujours. Et même si c’est plus aussi beau que ça l’était avant, il reste l’homme avec qui elle a décidé de passer sa vie. C’est pas n’importe qui, Nelson... C’est pas ce crush d’adolescence qui lui a mis un râteau au collège, ni cet homme avec qui elle... Non, faut pas qu’elle y pense. Elle ne fait que ça, penser à Wim et chacune des étapes qui ont mené à sa situation actuelle, à ces premiers symptômes et à ce test qu’elle a mis au fond de la poubelle tellement ça l’a déstabilisée et désemparée. Garder les apparences. Sourire, faire comme si de rien n’était. « Et toi, alors... Ce projet dont tu me parlais, ça avance ? » Parce qu’à l’inverse de leur relation, sa vie professionnelle avance. Elle aimerait parfois qu’il mette autant d’efforts dans leur amour qu’il le fait derrière son pupitre à la télévision... mais c’est pas facile à demander.

« Est-ce que tu peux... » Elle lève les yeux, perdue dans ses pensées. « Les couverts. J’ai pas eu le temps de m’en occuper. » qu’elle lui demande en remuant les épaules, alors qu’elle attrape les maniques pour sortir le plat du four. Son plat préféré, un plat dont elle n’est pas amoureuse... mais ça doit lui plaire. Elle veut lui plaire, Mabel.

Les mains au chaud, elle se saisit du plat qu’elle vient poser sur un support au centre de la table de cuisine. Elle le laisse s’installer, comme d’habitude, puis remplit chacune des deux assiettes qui trônent l’une en face de l’autre. « Je me disais que t’aimerais bien... Comme avant. » Il n'y a bien que la nourriture qu'elle saura recopier à leur vie passée. La sauce qui va avec, et la voilà qu’elle s’installe à table quelques minutes plus tard pour un autre dîner. Ils chercheront à nouveau leurs mots, s’efforceront de redonner un peu de gaieté à un repas qu’ils voudront éviter de passer dans le silence... parce qu’il n’y a rien de pire que le silence.
Revenir en haut Aller en bas
 

De l'écume jusque sur nos paliers / Mabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-