AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -43%
Souris Gaming sans fil Logitech G903 LIGHTSPEED
Voir le deal
84.99 €

 Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sawyer Harding
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (16.07.83)
SURNOM : Tom pour certains plaisantins, Dodgers pour ceux qui la savent fan de baseball
STATUT : De "en couple" à "célibataire" en passant par la case "autrefois fiancée"
MÉTIER : Policier investigateur en cybercriminalité
LOGEMENT : Elle a perdu le fiancé, mais elle a gardé la maison et le chien au #234 princess street (logan city)
Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Migo
POSTS : 42 POINTS : 5

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle a perdu ses parents dans un accident de voiture à l'âge de 10 ans et a ensuite écumé les familles d'accueil <> Son ex-fiancé l'a quittée car ils ne pouvaient pas avoir d'enfants <> Fan inconditionnelle de baseball, elle est sportive et adore prendre des bleus pour son équipe <> Elle part voir le monde dès qu'elle en a l'occasion <> Elle est claustrophobe. Evitez de l'enfermer dans un placard et tout devrait bien se passer <> Elle ne refusera jamais de tendre la main à quelqu'un qui en a besoin
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Ri03
Kieyer - Family cares about you. Not what you can do for them. Family is there, for the good, bad, all of it. They got your back. Even when it hurts. That’s family. They say you can’t protect your loved ones forever. Well, I say screw that. What else is family for?

Joseph - Jordan - Jesse - Tom Sawyer
RPs EN ATTENTE : Hassan
AVATAR : Kate Siegel
CRÉDITS : astra (sign), loudsilence (avatar)
DC : Maze Crawley
INSCRIT LE : 30/10/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34566-the-rest-is-confetti https://www.30yearsstillyoung.com/t34781-sawyer-harding

Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Empty
Message(#) Sujet: Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse EmptySam 07 Nov 2020, 04:37



 
There's a time that I remember, when I did not know no pain, when I believed in forever, and everything would stay the same. Now my heart feel like December when somebody say your name 'cause I can't reach out to call you, but I know I will one day

27 ans. Cela faisait 27 ans que les parents de Sawyer avaient eu cet accident de voiture. Et chaque semaine depuis 27 ans, la jeune femme veillait à venir au moins une fois se recueillir sur leur tombe. "Se recueillir"…elle n’avait jamais aimé ce terme à vrai dire. Ce mot avait, à raison, une connotation morbide qu’elle n’appréciait pas. Elle ne venait pas sur la tombe de ses parents pour les pleurer, elle l’avait suffisamment fait lorsqu’elle était plus jeune. Non, aujourd’hui elle venait pour leur parler, leur raconter ce qui se passait dans sa vie. C’était une discussion à sens unique mais avec le temps elle était parvenue à se convaincre que d’une manière ou d’une autre, les informations qu’elle leur délivrait arriveraient jusqu’à leurs oreilles. Occasionnellement, elle leur écrivait des lettres qu’elle posait ensuite, sans adresse d’expédition et sans retour possible à leur expéditeur. Elle ne se faisait pas d’illusion et se doutait que ses courriers devaient finir au fond d’une poubelle, mais cela lui faisait du bien. Elle avait l’impression de pouvoir continuer de communiquer avec eux, comme s’ils étaient partis en voyage. Un voyage qui s’éternisait malheureusement.
«  Bref, inutile de vous préciser que je vais devoir passer dans une pharmacie acheter un énième flacon de désinfectant. » Ce jour-là, alors que Sawyer était en train de leur raconter son énième cascade lors d’un entraînement de baseball, son œil fut attiré vers un homme non loin d’elle. Grand, ténébreux, s’approchant certainement de la cinquantaine, et ayant un elle-ne-savait-quoi de très intriguant. Etant donné la fréquence à laquelle elle venait, il lui arrivait souvent de recroiser des visages et elle n’y prêtait en général guère attention, les saluant simplement poliment. Mais cet homme-là, elle le croisait bien plus régulièrement que n’importe qui d’autre et une sorte de mystère avait fini par entourer sa présence dans ce cimetière. Pourtant, elle n’avait jamais osé jeter un coup d’œil à la tombe qu’il visitait. Elle considérait que cela relevait de l’ordre du privé, au même titre que fouiller dans le téléphone portable de quelqu’un ne se faisait pas. Tenter de savoir qui il avait perdu serait revenu à s’immiscer dans sa vie sans qu’il ne l’ait demandé. Et si passer de familles d’accueil en familles d’accueil et être en permanence entourés de nombreux enfants avaient bien appris quelque chose à Sawyer, c’était que l’intimité était quelque chose d’extrêmement important que personne n’avait le droit de bafouer. Son regard resta fixé encore quelques secondes sur cet inconnu avant qu’elle ne finisse par secouer la tête pour sortir de ses pensées. Elle jeta un dernier coup d’œil à la tombe de ses parents avant de déclarer simplement : « A la semaine prochaine pour la suite de mes péripéties. Je vous aime. » Elle tenait toujours à finir ses visites avec ces trois mots. Car c’était précisément ces mots-là qui lui manquaient cruellement. Elle aurait donné cher pour pouvoir les entendre le lui dire encore une fois, et pouvoir leur répondre. Un sourire nostalgique sur les lèvres, Sawyer fit demi-tour pour rentrer chez elle. Sa main droite cherchait distraitement les clés de sa voiture dans la poche de son manteau. Ses doigts trouvant enfin l’objet désiré, elle les sortit de sa poche sans remarquer qu’elle venait de faire tomber du même coup au sol son badge de travail.  
code by EXORDIUM.


Spoiler:
 


 
❝ her outward affect was bright❞ and capable, and that was no illusion, but equally real was the yawning pit of exhaustion inside her. >> It's kids like us who’ve been through more than other kids. We’re tougher than other kids. We’re great builders. We make ourselves really safe. And no one ever gets in.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Gibson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 49 ans depuis peu, le fantôme de la cinquantaine pèse lourd sur sa conscience.
SURNOM : Certains l'affublent de son initiale J.
STATUT : divorce amer qu'il regrette mais qu'il sait entériné.
MÉTIER : autrefois écrivain à succès qui cherche à se refaire une santé.
LOGEMENT : #406 Beachcrest Road, Bayside.
POSTS : 269 POINTS : 280

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il se rend sur la tombe de sa fille tous les lundis, même heure, avec le même bouquet.
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS : birdie ~ ariel ~ dalina ~ ginny ~ may ~ lana ~ madeline ~ auden ~ gregory ~ caroline ~ alice ~
RPs EN ATTENTE : robin ~ mia
RPs TERMINÉS : RPs TERMINES


RPs ABANDONNES
maggie ~ mia
PSEUDO : Wallaby
AVATAR : Eric Bana
CRÉDITS : praimfaya, sial, nightwish
DC : /
INSCRIT LE : 27/07/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t32531-the-poet-and-the-pendulum-jesse https://www.30yearsstillyoung.com/t32790-and-they-say-that-a-hero-can-save-us-jesse#1451806 https://www.30yearsstillyoung.com/t32793-jesse-gibson#1451823

Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Empty
Message(#) Sujet: Re: Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse EmptyMar 10 Nov 2020, 03:23


Comme à son habitude, Jesse Gibson avait une nouvelle fois pris la direction du cimetière. C’était son rendez-vous hebdomadaire depuis plus de quatre ans maintenant. Rien ne l’y ferait déroger. La fleuriste qui se trouvait à cinq minutes du cimetière l’attendait presque de pied ferme, elle savait très bien ce qu’il allait lui demander comme composition. Peu loquace pourtant, il repartait en lui offrant un sourire discret avant de se garer devant le cimetière et de s’encombrer d’un sac en bandoulière chargé de livres et d’outils afin de débroussailler la tombe pourtant impeccable. Il cherchait la perfection. Généralement, lorsqu’il déambulait dans les allées, il ne prêtait pas forcément attention aux gens qui l’entouraient, se contentant de discrètes salutations. L’écrivain pourtant habitué aux événements mondains et autres rassemblements publics, faisait profil bas, restait dans sa bulle. Ce moment, il n’appartenait qu’à lui et à sa fille. D’ailleurs, rares étaient les personnes qui lui avaient adressé la parole. Cette fois pourtant, il remarqua un regard posé sur lui au loin, comme si on l’accompagnait en silence. Osant détourner la tête, pris par ce sentiment étrange, il croisa le regard d’une jeune femme aux cheveux aussi foncés que les siens, quoique ceux de l’écrivain étaient maintenant légèrement grisonnants. Il l’avait déjà vue, c’était une certitude. L’instant fut bref, mais il reporta son attention sur sa route. Empruntant toujours les mêmes allées pour rejoindre la tombe d’Ava, il déposait son sac à son pied, désherbait légèrement, se débarrassait des fleurs de la semaine passée, et mettait en place les nouvelles, avant de sortir de sa besace un des bouquins qu’il lirait à sa fille. Il lui parlait comme s’il venait de la rejoindre à un café. Et aujourd’hui, la lecture serait De Grandes Espérances de Charles Dickens. Après un long moment à lire, il termina son récit : « Ce fut pour moi une mémorable journée, car elle opéra en moi de grands changements. Mais il en est de même pour n'importe quelle vie. Imaginez qu'on fasse disparaître une seule journée choisie avec soin, et voyez comme le déroulement en eût été différent. Arrêtez-vous un instant, lecteur de cette page, et songez à la longue chaîne de fer ou d'or, d'épines ou de fleurs, qui ne vous aurait jamais enserré si le premier maillon ne s'en était trouvé forgé au cours de quelque mémorable journée. » C’était ironique tant cette tirade prenait du sens pour lui. Il lâcha un soupir et acquiesça : « Tu sais très bien quelle journée j’aurais voulu effacer Ava… Et je crois que tu aurais choisi la même. » Murmurant sa révérence pour la journée, l’homme reprit ses affaires et s’enquit à rentrer chez lui, après cette lecture fructueuse qui lui donnait le vague à l’âme. Ce n’est que lorsqu’il s’approcha du parking qu’il reconnut la dame brune dont il avait croisé le regard un peu plus tôt. A ses pieds, gisait un badge. Il avança alors pour s’en saisir, découvrant qu’elle faisait partie des forces de l’ordre. Ramassant l’objet, il interpella la demoiselle : « Pardonnez-moi, je crois que vous avez fait tomber ceci. » Il chercha à esquisser un sourire mais ce fut presque une grimace curieuse et maladroite qu’il lui offrit. « Vous êtes experte en cybercriminalité ? » se vit-il la questionner, alors que sa curiosité avait atteint des sommets. Il secoua la tête se confondant en excuses : « Veuillez m’excuser, Jesse Gibson, j’écris des polars. » C’était bel et bien la première fois ces temps-ci qu’il se présentait sous son nom d’écrivain.

@Sawyer Harding



☽☽ The desert is calling the emptiness of space. The hunger of a lion is written on your face. A maniac's new love song, destruction is his game, I need a new direction cause I have lost my way.

Revenir en haut Aller en bas
Sawyer Harding
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (16.07.83)
SURNOM : Tom pour certains plaisantins, Dodgers pour ceux qui la savent fan de baseball
STATUT : De "en couple" à "célibataire" en passant par la case "autrefois fiancée"
MÉTIER : Policier investigateur en cybercriminalité
LOGEMENT : Elle a perdu le fiancé, mais elle a gardé la maison et le chien au #234 princess street (logan city)
Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Migo
POSTS : 42 POINTS : 5

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle a perdu ses parents dans un accident de voiture à l'âge de 10 ans et a ensuite écumé les familles d'accueil <> Son ex-fiancé l'a quittée car ils ne pouvaient pas avoir d'enfants <> Fan inconditionnelle de baseball, elle est sportive et adore prendre des bleus pour son équipe <> Elle part voir le monde dès qu'elle en a l'occasion <> Elle est claustrophobe. Evitez de l'enfermer dans un placard et tout devrait bien se passer <> Elle ne refusera jamais de tendre la main à quelqu'un qui en a besoin
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Ri03
Kieyer - Family cares about you. Not what you can do for them. Family is there, for the good, bad, all of it. They got your back. Even when it hurts. That’s family. They say you can’t protect your loved ones forever. Well, I say screw that. What else is family for?

Joseph - Jordan - Jesse - Tom Sawyer
RPs EN ATTENTE : Hassan
AVATAR : Kate Siegel
CRÉDITS : astra (sign), loudsilence (avatar)
DC : Maze Crawley
INSCRIT LE : 30/10/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34566-the-rest-is-confetti https://www.30yearsstillyoung.com/t34781-sawyer-harding

Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Empty
Message(#) Sujet: Re: Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse EmptyJeu 12 Nov 2020, 02:25



 
There's a time that I remember, when I did not know no pain, when I believed in forever, and everything would stay the same. Now my heart feel like December when somebody say your name 'cause I can't reach out to call you, but I know I will one day

Comme souvent après ses visites au cimetière, Sawyer restait perdue dans ses pensées durant quelques minutes. Il s’agissait-là de rares instants durant lesquels elle s’autorisait à laisser un peu de place à la nostalgie en se remémorant des souvenirs heureux avec ses parents. Au fond d’elle-même, elle craignait de finir par oublier un jour leurs visages. Leurs expressions, leurs intonations…elle se rendait bien compte que, même en faisant marcher sa mémoire, tout devenait lentement plus flou avec les années. Elle savait pertinemment qu’elle ne les oublierait jamais complètement et qu’elle pourrait toujours se replonger à loisir dans ses albums photos. Pourtant son cœur ne pouvait s’empêcher de se serrer quelque peu à la fin de chacune de ses sorties hebdomadaires. « Pardonnez-moi, je crois que vous avez fait tomber ceci. » Surprise par cette interpellation qui vint la sortir de ses pensées, elle ne put s’empêcher de tressauter légèrement avant de se retourner vers l’homme qui venait de lui adresser la parole. Elle mit quelques secondes supplémentaires avant de réagir, ne s’attendant pas à se retrouver nez à nez avec l’homme mystérieux qu’elle avait observé un peu plus tôt. Son regard glissa finalement de son visage vers sa main et l’objet qu’il lui tendait. De par son métier, Sawyer avait appris à contrôler ses émotions et à ne rien laisser paraître. Rares étaient les personnes qui pouvaient détecter et interpréter correctement ses humeurs. En revanche, même si cela ne se voyait pas de prime abord, cela ne l’empêchait en rien de ressentir la même chose que tout le monde. Et présentement, elle sentit son cœur accélérer en découvrant qu’il lui tendait son badge des forces de l’ordre. Son cerveau venait de penser à mille et une chose à la fois, à commencer par : que ce serait-il passé s’il ne l’avait pas interpellée pour lui rendre son badge ? comment aurait-elle justifié la perte de celui-ci ? quelles sanctions risquait-elle pour un tel manque de professionnalisme ? Elle ne pouvait qu’être soulagée d’être tombée sur quelqu’un d’attentif et de suffisamment honnête pour lui avoir rendu le précieux sésame. « Merci beaucoup. » Sa main se tendit pour récupérer l’objet et elle ne put s’empêcher d’esquisser un léger pincement de lèvres en entendant la question suivante. « Vous êtes experte en cybercriminalité ? » Elle ne possédait bien sûr pas une identité secrète digne d’un agent 007. Ses proches, ses amis, tous savaient quel métier elle exerçait. En revanche, cela ne signifiait pas pour autant qu’aller crier au premier inconnu rencontré qu’elle travaillait dans le domaine ô combien sensible de la cybercriminalité. Elle se méfiait souvent des nouvelles personnes qu’elle rencontrait. Mais étant donné les circonstances, il lui paraissait difficile de mentir à présent. « Heu…oui, effectivement. Une experte qui laisse visiblement tomber de précieux objets au beau milieu d’un cimetière. » Elle s’en voulait et avait accentué le mot "experte" tout en affichant une légère grimace, preuve que présentement elle ne se considérait pas vraiment experte de quoique ce soit. « Veuillez m’excuser, Jesse Gibson, j’écris des polars. » Elle l’observa une nouvelle fois, comme tentant de le décrypter et de détecter un quelconque comportement suspect. Ses cours de sociologie et de comportement humain ne lui auraient jamais autant servi qu’aujourd’hui. Il lui semblait sincère. Elle se détendit quelque peu en se disant que si les rôles avaient été inversés, elle aurait certainement fait preuve de la même curiosité, surtout s’il était vraiment auteur de romans policiers. « Le hasard fait bien les choses parfois, j’imagine ? » Quelles étaient les chances pour qu’un policier investigateur et un auteur de polars se rencontrent ainsi ? Sawyer esquissa un léger sourire, comme pour excuser la potentielle austérité qu’elle avait pu laisser transparaître jusqu’à présent. « Enchantée Jesse. Sawyer Harding…experte en cybercriminalité du coup, mais je ne vous apprends rien. » Elle replaça son badge dans la poche de son manteau, notant mentalement de le laisser dans la voiture lors de sa prochaine sortie au cimetière. Son sourire se fit un peu plus franc alors qu’elle ajoutait : « Vous venez vraiment de me sauver la mise sur ce coup là. Je n’ose pas imaginer la tête de mes supérieurs si j’avais dû leur annoncer que j’avais perdu mon badge en arrivant au travail demain matin… » Elle n’avait toujours pas idée de tout ce qu’elle aurait pu risquer, mais elle était persuadée qu’un simple merci n’était probablement pas à la hauteur du potentiel cirque professionnel qu’il venait de lui éviter.  
code by EXORDIUM.




 
❝ her outward affect was bright❞ and capable, and that was no illusion, but equally real was the yawning pit of exhaustion inside her. >> It's kids like us who’ve been through more than other kids. We’re tougher than other kids. We’re great builders. We make ourselves really safe. And no one ever gets in.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Gibson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 49 ans depuis peu, le fantôme de la cinquantaine pèse lourd sur sa conscience.
SURNOM : Certains l'affublent de son initiale J.
STATUT : divorce amer qu'il regrette mais qu'il sait entériné.
MÉTIER : autrefois écrivain à succès qui cherche à se refaire une santé.
LOGEMENT : #406 Beachcrest Road, Bayside.
POSTS : 269 POINTS : 280

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il se rend sur la tombe de sa fille tous les lundis, même heure, avec le même bouquet.
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS : birdie ~ ariel ~ dalina ~ ginny ~ may ~ lana ~ madeline ~ auden ~ gregory ~ caroline ~ alice ~
RPs EN ATTENTE : robin ~ mia
RPs TERMINÉS : RPs TERMINES


RPs ABANDONNES
maggie ~ mia
PSEUDO : Wallaby
AVATAR : Eric Bana
CRÉDITS : praimfaya, sial, nightwish
DC : /
INSCRIT LE : 27/07/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t32531-the-poet-and-the-pendulum-jesse https://www.30yearsstillyoung.com/t32790-and-they-say-that-a-hero-can-save-us-jesse#1451806 https://www.30yearsstillyoung.com/t32793-jesse-gibson#1451823

Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Empty
Message(#) Sujet: Re: Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse EmptyMer 18 Nov 2020, 09:18


Jesse ne savait même pas ce qu’il venait chercher ici en venant voir sa fille toutes les semaines. Du réconfort certainement, car depuis 2016, le pardon avait sûrement été accordé, même s’il se flagellait et s’en voudrait jusqu’à la fin de ses jours. Le mot accident ne voulait plus faire partie de son vocabulaire. On lui avait trop rabâché qu’il était l’assassin de sa princesse. Lui raconter des histoires sur sa tombe, lui qui n’en écrivait plus, était devenu son unique talent dans son quotidien morne et fade. Le temps fort de ses semaines. Peut-être était-ce réconfortant de voir qu’il n’était pas le seul à souffrir d’une peine immense, à voir tous ces gens venir se recueillir, comme si la vie n’avait plus rien d’attrayant. Il enviait les gens qui allaient de l’avant, qui étaient capables de se reconstruire malgré un enchainement de drames, malgré la perte d’un être plus que cher. Lui qui avait toujours été focalisé sur sa personne, son succès, sa vie de famille, tout ce qui ne concernait que lui, se voyait presque avoir de la compassion pour ces gens. La demoiselle qui avait fait tomber son badge en faisait partie. Il ne connaissait ni son histoire, ni ses drames vécus, mais il ne pouvait s’empêcher d’éprouver un sentiment de partage. La perte d’un être cher donnait un caractère commun à tous ces gens qui visitaient le cimetière. Il ne pouvait s’empêcher de leur créer une histoire d’ailleurs. La vieille dame qui venait toujours à l’ouverture, elle avait perdu son amour de toujours, et lui rendait visite depuis maintenant plus de soixante ans. Le jeune homme qui lui venait toujours d’un air hagard, il avait perdu son petit frère lors d’une bagarre qui avait mal tourné, et il cherchait un moyen de lui faire justice. Tout ceci, l’aidait dans son processus de création même si c’était assez morbide d’envisager la détresse des vivants. Ca dépassait la fiction. La jeune femme confirmait son métier, non sans sarcasme, toujours confuse d’avoir laissé tomber son précieux sésame sans s’en apercevoir. « Ca arrive à tout le monde. » Jesse minimisait, car c’était lui qui avait fait cette trouvaille. Il n’aurait fait que la retourner à son lieu de travail si elle était partie avant qu’il ne puisse l’intercepter. Jesse crut bon de se présenter, et il fut agréablement surpris de l’attitude de la jeune femme, qui à aucun moment, ne cilla quand il prononça son patronyme. Il était ravi de bénéficier un peu d’anonymat pour une fois. Perspicace, elle semblait se dire que leur rencontre tombait bien, pour lui évidemment, plus que pour elle qui n’aurait probablement rien à apprendre d’un écrivain en mal d’inspiration. « Il faut croire. Si j’avais su que vous travailliez dans ce domaine, je serais peut-être venu vous importuner plus tôt. » Il plaisantait. Jamais il ne se serait permis de l’importuner, surtout pas dans un tel lieu. Ce n’était pas de la timidité, mais plutôt de la décence, du respect. « Enfin, honnêtement, si vous n’aviez pas fait tomber votre badge, je ne crois pas que je vous aurais adressé la parole. » Et pourtant, il était habitué des endroits où il fallait faire bonne figure, faire office de mondanité quand l’écrivain voulait se terrer seul chez lui. L’experte en cybercriminalité portait donc le nom de Sawyer Harding. Il imprimait ce nom dans son esprit. Elle pourrait presque être un personnage de roman tant son nom sonnait juste aux oreilles du presque cinquantenaire. Il se permit d’ailleurs de tourner la conversation à son avantage dans un sourire bienveillant. « Au contraire, je pense que vous avez beaucoup de choses à m’apprendre. » La curiosité de Jesse, cette soif intarissable d’apprendre pouvait parfois paraitre envahissante, mais c’était ainsi qu’il s’était construit et que ses romans se voulaient aux frontières du réel. La reconnaissance de la brune le toucha et il s’en amusa presque alors qu’elle envisageait une certaine scène, formulée dans le cas où l’écrivain n’était pas intervenu. « Encore faut-il pouvoir rentrer dans le service sans badge… » Ajouta-t-il comme suggestion. Il avait presque l’air de créer un chapitre. C’était une drôle de sensation de se baser sur sa propre expérience, d’habitude, il évitait de se mêler à ses romans. Autre étrangeté de la part de l’homme, fut la proposition qui s’en suivit. « Je doute que vous ayez le temps de discuter présentement, mais peut-être pourriez-vous m’en dire plus sur vous et votre métier à l’occasion ? » Il saisissait l’opportunité qui lui était offerte de moderniser sa chasse à l’homme au travers du monde de la révolution numérique.

@Sawyer Harding



☽☽ The desert is calling the emptiness of space. The hunger of a lion is written on your face. A maniac's new love song, destruction is his game, I need a new direction cause I have lost my way.

Revenir en haut Aller en bas
Sawyer Harding
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (16.07.83)
SURNOM : Tom pour certains plaisantins, Dodgers pour ceux qui la savent fan de baseball
STATUT : De "en couple" à "célibataire" en passant par la case "autrefois fiancée"
MÉTIER : Policier investigateur en cybercriminalité
LOGEMENT : Elle a perdu le fiancé, mais elle a gardé la maison et le chien au #234 princess street (logan city)
Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Migo
POSTS : 42 POINTS : 5

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle a perdu ses parents dans un accident de voiture à l'âge de 10 ans et a ensuite écumé les familles d'accueil <> Son ex-fiancé l'a quittée car ils ne pouvaient pas avoir d'enfants <> Fan inconditionnelle de baseball, elle est sportive et adore prendre des bleus pour son équipe <> Elle part voir le monde dès qu'elle en a l'occasion <> Elle est claustrophobe. Evitez de l'enfermer dans un placard et tout devrait bien se passer <> Elle ne refusera jamais de tendre la main à quelqu'un qui en a besoin
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Ri03
Kieyer - Family cares about you. Not what you can do for them. Family is there, for the good, bad, all of it. They got your back. Even when it hurts. That’s family. They say you can’t protect your loved ones forever. Well, I say screw that. What else is family for?

Joseph - Jordan - Jesse - Tom Sawyer
RPs EN ATTENTE : Hassan
AVATAR : Kate Siegel
CRÉDITS : astra (sign), loudsilence (avatar)
DC : Maze Crawley
INSCRIT LE : 30/10/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34566-the-rest-is-confetti https://www.30yearsstillyoung.com/t34781-sawyer-harding

Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Empty
Message(#) Sujet: Re: Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse EmptyJeu 26 Nov 2020, 11:01



 
There's a time that I remember, when I did not know no pain, when I believed in forever, and everything would stay the same. Now my heart feel like December when somebody say your name 'cause I can't reach out to call you, but I know I will one day

De par ses études et son métier, Sawyer avait cette fâcheuse tendance à observer les gens pour tenter de déterminer quelle était leur histoire et ce qu’ils pouvaient potentiellement tenter de cacher, voire enfouir au fond d’eux. La plupart du temps, elle savait se montrer assez discrète dans son observation. Mais occasionnellement, elle se retrouvait à fixer son interlocuteur en se questionnant intérieurement sur son passé et son présent, et ne se rendait compte qu’au bout de longues secondes que ce comportement pouvait paraître étrange et en déranger plus d’un. C’est exactement ce qui se produisit cette fois-ci alors qu’elle observait les traits du visage de l’auteur. On pouvait voir qu’il avait traversé son lot d’épreuves et bien que Sawyer ne cherchait jamais à connaître les raisons de la présence des visiteurs du cimetière, au fond d’elle elle ne pouvait s’empêcher de se demander si la présence de Jesse dans ce lieu avait un quelconque lien avec ces potentielles épreuves qu’elle devinait sur son visage. « Ca arrive à tout le monde. » Cette remarque eut le mérite de la faire enfin sortir de ses pensées et de sa contemplation maladroitement intrusive. Elle secoua légèrement la tête de gauche à droite, comme pour reprendre ses esprits et afficha un léger sourire. Il se montrait bien plus compréhensif que ses supérieurs ne l’auraient été s’ils avaient eu vent de cette malheureuse histoire de badge. « Il faut croire. Si j’avais su que vous travailliez dans ce domaine, je serais peut-être venu vous importuner plus tôt. » Son sourire s’étira un peu plus, amusée par sa plaisanterie. « Enfin, honnêtement, si vous n’aviez pas fait tomber votre badge, je ne crois pas que je vous aurais adressé la parole. » Cela lui semblait probable en effet. Ils s’étaient croisés à plusieurs reprises et n’avaient jamais choisi de s’adresser la parole avant cela. Il était fort possible qu’ils seraient restés à jamais de parfaits inconnus l’un pour l’autre si le destin et la maladresse de Sawyer n’avaient pas décidé de jouer un rôle dans leur rencontre. La jeune femme choisissait ses croyances. Un dieu ? Très peu pour elle. En revanche elle était persuadée que si des destins finissaient par se croiser et parfois s’entremêler, c’était qu’il devait y avoir une raison à tout cela. « Heureusement que j’ai fait tomber mon badge alors. » Cette phrase pouvait sembler bien mystérieuse pour qui ne la connaissait pas. Derrière ces quelques mots transparaissait simplement sa sincère curiosité à découvrir ce que cette rencontre pouvait bien leur réserver. « Au contraire, je pense que vous avez beaucoup de choses à m’apprendre. » Le fait qu’il ait retourné ses mots de cette façon était habile et elle ne put que s’en amuser, un sourire en coin apparaissant sur ses lèvres. Toutefois elle n’était pas convaincue par cette affirmation pour autant. Un auteur de romans policiers ? Il devait certainement avoir suffisamment d’imagination et d’inspiration pour exercer ce métier et vivre de sa passion sans l’aide de personne. « Je ne sais pas…j’imagine que vous devez vous documenter avant d’écrire vos livres, non ? » Pourrait-elle vraiment lui apporter plus d’informations que celles qu’il devait déjà avoir recueillies ? Il y avait fort à parier pour qu’elle ne fasse que répéter ce qu’elle avait appris en cours quelques années auparavant, à défaut de pouvoir parler des affaires qu’elle avait suivies. Bien sûr son expérience permettrait d’aborder tous ces sujets sous un prisme nouveau, mais elle ne saurait même pas par quoi commencer. Son métier fascinait souvent les autres, et elle était fascinée par ce domaine d’activité tout autant qu’elle en était passionnée. Pourtant, elle peinait souvent à parler de tout cela. Tiraillée entre la certitude qu’elle devait éviter d’évoquer certains sujets de par la clause de confidentialité qu’elle avait signée, et l’envie de parler de ce qu’elle faisait. Tout cela rendait souvent son discours confus et maladroit. Et comment est-ce qu’un tel discours pouvait bien être exploité par un auteur ? « Encore faut-il pouvoir rentrer dans le service sans badge… » Elle afficha une légère grimace avant de laisser un rire lui échapper. « Bonne déduction, effectivement. » Elle s’imagina un instant attendre bêtement devant l’entrée, dans l’espoir que l’un de ses collègues la laisse entrer avec lui le temps qu’elle trouve une solution à toute cette histoire, ou un mensonge suffisamment crédible. Elle n’était pas la plus inventive des personnes dans ce genre de situations. « En tant qu’auteur, vous ne seriez pas capable de m’inventer un mensonge digne de ce nom que je pourrais potentiellement ressortir à mes supérieurs si la situation venait à se reproduire ? » Non pas qu’elle souhaite que cette situation se reproduise. Elle était même prête à trouver une façon d’arrimer fermement son badge à son corps nuit et jour pour être certaine de ne plus jamais risquer de le perdre. « Je doute que vous ayez le temps de discuter présentement, mais peut-être pourriez-vous m’en dire plus sur vous et votre métier à l’occasion ? » Son sourire s’effaça un instant de son visage sous le coup de la surprise. Elle ne s’attendait pas à une telle proposition mais semblait la prendre très au sérieux malgré tout. Elle jeta un coup d’œil derrière elle et constata que le café qui se trouvait de l’autre côté de la rue semblait ouvert. Elle esquissa un rapide mouvement de la main dans cette direction avant de se retourner à nouveau vers Jesse. « Je n’ai rien de prévu dans l’immédiat à vrai dire. Donc si vous n’avez pas un livre à écrire de toute urgence, je peux vous proposer un café ? » Elle lui devait au moins ça ne serait-ce que pour le remercier. Par ailleurs, elle ne pouvait s’empêcher de se demander si elle avait déjà eu l’occasion de lire l’un de ses livres. Sawyer était une grande lectrice mais elle ne retenait jamais les auteurs qu’elle avait lus. Tout comme elle adorait écouter de la musique mais était bien incapable de citer spontanément le nom des artistes dont elle possédait des CD. Et ce café lui semblait l’occasion rêvée pour lui poser également quelques questions et satisfaire sa curiosité.
code by EXORDIUM.


Spoiler:
 


 
❝ her outward affect was bright❞ and capable, and that was no illusion, but equally real was the yawning pit of exhaustion inside her. >> It's kids like us who’ve been through more than other kids. We’re tougher than other kids. We’re great builders. We make ourselves really safe. And no one ever gets in.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Empty
Message(#) Sujet: Re: Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Cheers to the wish you were here, but you're not - Jesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: toowong cemetery
-