AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 SMIDY#5 • I'll be there

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deborah Brody
Deborah Brody
la touche à tout
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (26.02)
SURNOM : Deb, Debbie, parfois Brody (ou Jessica Rabbit).
STATUT : Avec Camil, une véritable amitié est née mais en ce qui concerne les sentiments amoureux, ils ne lui sont pas destinés.
MÉTIER : Petite-amie officielle de Camil aux yeux du monde depuis janvier 2020.
LOGEMENT : Appartement au #151 à Oxlade Drive (Fortitude Valley) avec Joseph.
SMIDY#5 • I'll be there  210410115056813543
POSTS : 8595 POINTS : 30

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : A Brisbane depuis l'été 2016. Avant ça, elle a toujours vécu à Dublin en Irlande. • Elle a un frère (Benjamin) et une sœur (Rebecca) tous les deux plus âgés qu'elle. • Elle vient d'une famille très catholique mais elle est athée. • C'est une touche à tout. • Elle a donné naissance à un petit garçon le 20 avril 2017 qu'elle a mis à l'adoption. Ses parents n'ont jamais été mis au courant. • Elle fuit les responsabilités. • Elle n'a jamais eu de relation longue bien qu'elle soit un véritable cœur d'artichaut.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

SMIDY#5 • I'll be there  Bf037a688f7393ffd069ec5e98290faa
KEEDY – Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme, est un sentiment qui manque à l'amour, la certitude.

SMIDY#5 • I'll be there  Hytv
SMIDY – Un jeu de crétins? Peut-être bien, mais c'était notre jeu!

SMIDY#5 • I'll be there  B31947752de73ce698ad35deab78ecc3
DODY – One night can make a difference.

2019 – Mitchell#2Wren#2Wren#UA
2020 – Wren#3Isaac#UACamil#5Jax#2
2021 – Camil#6Svetlana#1Joseph#6

RPs TERMINÉS :
2018 –
Joseph#1Ben#1Vitto#1Kane & Wren#1
2019 – Elwyn#1Mitchell#1Austin#1Allie & Nino#1Camil#1Raelyn#1Raelyn & Joseph#2Joseph#2Raelyn#3One shotJoseph#3Calie#1Camil#2Adorjan#1Joseph#4
2020 – Camil#3Camil#4 (& Sixtine#1)Joseph#UAJoseph#5Jax#1

SMIDY#5 • I'll be there  210409010729916750

AVATAR : Daisy Lowe.
CRÉDITS : cocaïne (ava) • missdaisylowe (gif) • bat'phanie (code sign) • Joseph (haricots et navet)
DC :
PSEUDO : Cocaïne.
INSCRIT LE : 28/11/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t22389-acid-candy-d-brody https://www.30yearsstillyoung.com/t37713-notebook-d-brody https://www.30yearsstillyoung.com/t22582-deborah-brody#918039 https://www.30yearsstillyoung.com/t22593-deborah-brody https://rpgressource.tumblr.com/

SMIDY#5 • I'll be there  Empty
Message(#) Sujet: SMIDY#5 • I'll be there SMIDY#5 • I'll be there  EmptyVen 6 Nov - 18:55


La journée avait été courte et à la fois très longue. Comme c’était prévu dans son contrat avec Camil, à défaut de réellement travailler, elle se devait de se montrer citoyenne et investie. Elle avait donc passée sa journée dans une maison spécialisée pour personnes âgées à rendre visite aux plus délaissés. Aucun paparazzi pour témoigner de sa présence mais elle s’en fichait, elle savait que cette visite se saurait du grand public au moment voulu et sincèrement, ce n’était pas plus le plus important. La journée avait été longue parce qu’elle s’était retrouvée face à la solitude de ces gens laissés pour compte, face à la maladie aussi, souvent dégénérative. Pourtant, elle avait été courte parce qu’elle en redemandait encore. Les sourires, leur bienveillance envers elle, les histoires racontées, les instants de rire aussi avec le personnel soignant. Des instants de vie qu’elle se ferait un plaisir de réitérer comme elle leur avait promis. En attendant et en dépit de la soirée bien avancé, elle ne se dirigeait pas vers chez elle mais bel et bien chez Camil. Ça ne l’étonnait que peu qu’il lui demande à lui parler à cette heure-ci. C’était un homme très occupé, d’autant plus depuis que tout s’accélérait pour ses projets. Il n’était pas rare qu’il demande à la voir après ses journées chargées, une fois qu’il était au calme chez lui. C’était donc sans appréhension qu’elle trouvait une place où se garer proche de chez lui.

Quelques pas dans la rue, un bonsoir accompagné d’un sourire poli à Kuparr, le gardien de la résidence qui avait, dorénavant, l’habitude de la voir passer les portes. L’’ascenseur lui octroyait une petite pause dont elle profitait pour retirer ses talons dès maintenant et reposer ses pieds douloureux. Ses talons en main, elle traversait le couloir de l’étage, tapant quelques coups contre la porte de l’appartement avant d’entrer dans ce dernier. C’était une petite habitude qu’ils avaient prise : quand il lui demandait de passer, il laissait toujours la porte ouverte pour lui permettre d’entrer. « Camil ? C’est Debbie. » Comme d’habitude, elle laissait ses chaussures à l’entrée. L’appartement des Smith n’avait plus de secret pour elle, elle s’avançait donc sans crainte vers le salon de celui-ci. « Ah ! Te voilà. » son enthousiasme transperçait sa voix. Ce n’était que trop rarement que Deborah était de mauvaise humeur. Elle faisait donc le tour du canapé pour s’asseoir à ses côtés, constatant une bouteille de vin sur la table basse. « Depuis quand tu commences à fêter quelque chose sans moi ? » Si seulement elle savait… et elle s’en rendait vite compte quand elle posait enfin ses iris sur le visage de Camil, visiblement défait et pas seulement par la fatigue. « Hey… est-ce que ça va ? » soulignait-elle d’un geste tendre en posant sa main sur son épaule pour réellement capter son attention.



this is about love
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : officiellement surpris en plein bécotage avec debbie brody lors de la soirée du nouvel an. officieusement très satisfait de sa petite mise-en-scène.
MÉTIER : ancien directeur du cabinet du maire de brisbane (a démissionné fin mars). a de fortes ambitions politiques, et compte les concrétiser prochainement.
LOGEMENT : vit avec sa sœur au 525, water street (spring hill).
SMIDY#5 • I'll be there  Original
POSTS : 761 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : deborah #4 ; hassan #2 ; ivy #2 ; deborah #5 ; lexie #2 ; calen
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : unknown ; avatar : cocaïne.
DC : baby bishop, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t28144-camil-smith https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

SMIDY#5 • I'll be there  Empty
Message(#) Sujet: Re: SMIDY#5 • I'll be there SMIDY#5 • I'll be there  EmptyDim 15 Nov - 0:34


Si Sixtine n’était plus là, alors son monde n’avait plus lieu d’être, voilà la conclusion à laquelle il était arrivé après des jours et des jours de réflexion. Ils vivaient ensemble depuis tellement longtemps, maintenant. Ils avaient développé une relation parfaite, où la confiance qu’ils plaçaient l’un en l’autre était primordiale. Ils formaient un duo soudé, quelque peu atypique — même si les binômes familiaux n’étaient pas rares, il était rare qu’ils concernent un frère et une soeur, surtout avec un écart d’âge si grand. Camil avait une confiance aveugle en sa petite-soeur, que ce soit dans le domaine professionnel ou personnel, et cette dernière le lui rendait bien. Ils se couvraient mutuellement, s’assuraient d’écarter les obstacles qui se présentaient sur le chemin de l’autre, et se confiaient volontiers l’un à l’autre. Ils étaient un tout, une entité.


Il était assis sur son canapé depuis de longues minutes, les jambes repliées sous son fessier. Son téléphone portable traînait sur la table basse qui était face à lui, et il regardait l’écran s’illuminer régulièrement sans être en capacité de réagir. Des appels, des notifications de mail, des textos ; qu’importe, puisque tout cela pourrait très prochainement prendre fin. Mais avant de prévenir ses collaborateurs les plus proches, il avait pris soin de demander à Deborah de passer dans la soirée. Il ne lui avait imposé aucun horaire — à quoi bon, de toute façon ? Il ne risquait pas d’aller se coucher dans la minute. Il ne dormait plus depuis des jours, et les cernes sous ses yeux se creusaient chaque jour davantage. Et ça ne risquait pas de s’améliorer de si tôt : Sixtine devrait prochainement être opérée. Deborah, qui venait d’arriver, n’en avait pas conscience. Comme toujours, elle fit preuve de politesse, de gentillesse et d’engouement. Elle ne lésinait pas sur les efforts — un talent que l’Américain lui reconnaissait volontiers — mais qui malheureusement ne suffirait pas, cette fois-ci.


Il pencha légèrement la tête, et bloqua la main de Debbie entre son épaule et sa joue. Bien sûr que non, ça n’allait pas. Et il n’était pas sûr que ça aille à nouveau un jour, à vrai dire. Mais pouvait-il vraiment lui dire ? Pouvait-il se montrer complètement honnête, alors qu’il n’était pas directement concerné par les tourments qui monopolisaient toute son attention ? S’il savait que Sixtine et Deborah entretenaient de bonnes relations, il ne connaissait pas pour autant leur degré de proximité. Sa soeur lui en voudrait-elle d’avouer son secret ? Et en même temps, comment justifier les décisions radicales qu’il avait en tête ? Il n’avait jamais caché son ambition dévorante, et il abandonnait tout du jour au lendemain ? Ça n’avait aucun sens, aucune logique. Il était perdu. Alors, foutu pour foutu, l’Australien libéra la main de Debbie et vint poser les siennes sur les joues de la jeune femme. Il fondit aussitôt sur sa proie, sans lui laisser le temps de réagir. Ses lèvres épousèrent les siennes avec habitude, et Camil ne dissimula pas son empressement. Il avait besoin de plus : de contact, de chaleur, de tendresse. Et, par dessus tout, il avait besoin d’oublier. Il se pencha sur sa prétendue compagne, posa une main inquisitrice sur son genou dénudé, et délaissa sa bouche au profit de son cou. Sans réfléchir. Machinalement. Mécaniquement. En fait, il n’était pas du tout à ce qu’il faisait : il n’agissait que par automatisme, sans la moindre envie. Comment avait-il pu en arriver là ? Quelques jours auparavant, il était encore attiré par Deborah. Et pourtant, aujourd’hui, son désir était réduit à néant. Sa libido ? Inexistante. Et sa morale et son bon comportement envers l’Irlandaise ? Envolé. Il était en train de se conduire comme un goujat avec elle, et elle méritait bien mieux que ça. Il se redressa brusquement, et retira ses mains des hanches de son officielle. « Excuse-moi. » Murmura-t-il, avant de baisser le regard. Il se sentait honteux, ridicule. « Excuse-moi. » Répéta-t-il avant de se redresser, et de commencer à faire les cent pas dans son salon, les bras croisés derrière la nuque. « J'aurais pas dû. »

@Deborah Brody


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

I only think in the form of crunching numbers, In hotel rooms, collecting page six lovers, Get me out of my mind, Get you out of those clothes, I'm a liner away From getting you into the mood One night and one more time Thanks for the memories.
Revenir en haut Aller en bas
Deborah Brody
Deborah Brody
la touche à tout
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (26.02)
SURNOM : Deb, Debbie, parfois Brody (ou Jessica Rabbit).
STATUT : Avec Camil, une véritable amitié est née mais en ce qui concerne les sentiments amoureux, ils ne lui sont pas destinés.
MÉTIER : Petite-amie officielle de Camil aux yeux du monde depuis janvier 2020.
LOGEMENT : Appartement au #151 à Oxlade Drive (Fortitude Valley) avec Joseph.
SMIDY#5 • I'll be there  210410115056813543
POSTS : 8595 POINTS : 30

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : A Brisbane depuis l'été 2016. Avant ça, elle a toujours vécu à Dublin en Irlande. • Elle a un frère (Benjamin) et une sœur (Rebecca) tous les deux plus âgés qu'elle. • Elle vient d'une famille très catholique mais elle est athée. • C'est une touche à tout. • Elle a donné naissance à un petit garçon le 20 avril 2017 qu'elle a mis à l'adoption. Ses parents n'ont jamais été mis au courant. • Elle fuit les responsabilités. • Elle n'a jamais eu de relation longue bien qu'elle soit un véritable cœur d'artichaut.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

SMIDY#5 • I'll be there  Bf037a688f7393ffd069ec5e98290faa
KEEDY – Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme, est un sentiment qui manque à l'amour, la certitude.

SMIDY#5 • I'll be there  Hytv
SMIDY – Un jeu de crétins? Peut-être bien, mais c'était notre jeu!

SMIDY#5 • I'll be there  B31947752de73ce698ad35deab78ecc3
DODY – One night can make a difference.

2019 – Mitchell#2Wren#2Wren#UA
2020 – Wren#3Isaac#UACamil#5Jax#2
2021 – Camil#6Svetlana#1Joseph#6

RPs TERMINÉS :
2018 –
Joseph#1Ben#1Vitto#1Kane & Wren#1
2019 – Elwyn#1Mitchell#1Austin#1Allie & Nino#1Camil#1Raelyn#1Raelyn & Joseph#2Joseph#2Raelyn#3One shotJoseph#3Calie#1Camil#2Adorjan#1Joseph#4
2020 – Camil#3Camil#4 (& Sixtine#1)Joseph#UAJoseph#5Jax#1

SMIDY#5 • I'll be there  210409010729916750

AVATAR : Daisy Lowe.
CRÉDITS : cocaïne (ava) • missdaisylowe (gif) • bat'phanie (code sign) • Joseph (haricots et navet)
DC :
PSEUDO : Cocaïne.
INSCRIT LE : 28/11/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t22389-acid-candy-d-brody https://www.30yearsstillyoung.com/t37713-notebook-d-brody https://www.30yearsstillyoung.com/t22582-deborah-brody#918039 https://www.30yearsstillyoung.com/t22593-deborah-brody https://rpgressource.tumblr.com/

SMIDY#5 • I'll be there  Empty
Message(#) Sujet: Re: SMIDY#5 • I'll be there SMIDY#5 • I'll be there  EmptyLun 18 Jan - 2:16


Un geste tendre que Camil voulait prolonger, un instant suspendu où Deborah captait toute sa détresse sans être capable d’en déterminer la source. Elle ne le forcerait pas à parler mais ça n’empêchait pas son regard de chercher le sien et d’être interrogateur. Elle avait envie de lui dire qu’elle était là pour lui mais n’était-ce pas déjà évident ? Sa présence sur le canapé, sa main qui s’était naturellement retournée contre sa joue pour la balayer tendrement de son pouce. Evidemment qu’elle était là pour lui. Depuis le temps qu’ils faisaient semblant d’être un couple, elle avait amplement eu le temps de s’attacher réellement à lui comme à un ami. Elle se souciait naturellement de son état, loin d’être normal. Il était fatigué, sans aucune once de joie sur le visage, sans un seul mot passant le seuil de ses lèvres et pourtant avec ce besoin de contact qui semblait presque viscéral à cet instant. L’état dans lequel il se montrait, elle ne le connaissait pas et elle n’était pas à même de savoir comment réagir face à cela. Est-ce qu’elle devait l’interroger ? Juste se taire et le laisser se livrer ? C’était lui qui lui avait demandé de passer après tout, c’était bien qu’il avait besoin d’elle dans un sens, pour parler ou simplement en étant présente.

Ce dont, en revanche, elle ne s’attendait pas, c’était bien la tournure que prenait son envie de la voir. A peine lui libérait-il la main, qu’il entourait son visage des siennes pour mieux venir l’embrasser. D’abord interdite parce que surprise par le geste si soudain, elle ne tardait pas à répondre au baiser, ses mains se glissant sur ses avant-bras, presque comme pour l’empêcher de s’échapper. Il n’avait pas pipé mot et elle ne se rendait compte de rien. Contrairement à lui, Debbie continuait de ressentir cette tension sexuelle qui était présente entre eux depuis le début et principalement son envie souveraine de l’assouvir. Elle chatouillait ses reins, éveillait davantage ses sens quand le blond quittait ses lèvres pour s’aventurer dans son cou, sa main curieuse contre son genou provoquant de délicieux frissons. Nul doute qu’elle avait envie de lui, comme c’était le cas depuis longtemps. Trop longtemps parce que ça finissait par l’aveugler, à l’instar de ses paupières qui s’étaient naturellement fermées sous l’assaut de ses baisers à la naissance de son décolleté. Aveugle face au mal-être de l’Australien qui finissait par se manifester et leur exploser en pleine figure. Plus rien. La chaleur de son corps si proche du sien avait disparue, ne laissant derrière elle qu’un courant d’air de regrets rapidement exprimé par le principal concerné. Il se confondait en excuses. C’était pourtant son attitude qui parlait davantage que ses mots. Cette façon qu’il avait de ne pas la regarder, la manière dont il se redressait avant de faire les cent pas dans le salon. Elle comprenait rapidement que ce baiser fiévreux n’avait été qu’un moyen de défense contre ses pensées, une belle utopie pour les évincer. Raté.

« Ne t’inquiètes pas, ce n’est pas grave, il n’y a pas de mal. » Parce qu’elle aurait pu lui en vouloir sur l’instant, parce qu’elle aurait aisément se braquer à l’idée qu’il l’ait fait venir juste pour se défouler, oublier ou autre chose. Elle aurait pu ne retenir que ça et lui en vouloir de l’avoir envisager mais elle n’était pas comme ça, encore moins quand il s’agissait de faire face à la détresse de ses amis. Sa réaction avait été nulle, certes, elle n’allait pas dire le contraire mais il n’agissait pas de façon normale alors elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Elle ne lui en tenait tellement pas rigueur qu’à l’instant où il passait assez proche du canapé, elle se mettait debout sur ce dernier et tentait le bras vers lui, attrapant l’une de ses mains pour l’attirer elle. « Viens là. » Naturellement plus grande que lui, elle profitait de cette situation physique trop rare pour l’envelopper de ses bras, presque comme pour le cacher aux yeux du monde dans une étreinte pleine de compassion et de chaleur humaine. Un instant volé au temps, l’horloge semblait avoir arrêté sa course quand elle ouvrait enfin ses lèvres. « Je ne sais pas ce qu’il se passe et je ne sais pas si tu souhaites en parler ou non mais tu sais que si c’est le cas, je suis toute ouïe pour toute la nuit s’il le faut. » L’une de ses mains dans sa nuque, elle la balayait, une nouvelle fois, de son pouce parce qu’elle avait cette sensation qu’il était tendu et qu’il avait juste besoin de ça, à ce moment précis, pour se détendre, pour relâcher une pression invisible mais tellement palpable dans l’air. Le détendre, juste ça : « Et si tu as pas envie de parler, je suis aussi libre toute la nuit pour qu’on se bourre la gueule jusqu’à pas d’heure mais une seule bouteille sera pas suffisante, je te préviens. » Une petite plaisanterie et surtout un léger sourire attentionné. Simplement une façon de lui faire savoir que peu importe quelle option il allait choisir, elle était là pour lui. Là pour lui comme une amie parce qu’au fond, c’est qu’il voulait à lui demandant de venir, pas vrai ?



this is about love
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : officiellement surpris en plein bécotage avec debbie brody lors de la soirée du nouvel an. officieusement très satisfait de sa petite mise-en-scène.
MÉTIER : ancien directeur du cabinet du maire de brisbane (a démissionné fin mars). a de fortes ambitions politiques, et compte les concrétiser prochainement.
LOGEMENT : vit avec sa sœur au 525, water street (spring hill).
SMIDY#5 • I'll be there  Original
POSTS : 761 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : deborah #4 ; hassan #2 ; ivy #2 ; deborah #5 ; lexie #2 ; calen
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : unknown ; avatar : cocaïne.
DC : baby bishop, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t28144-camil-smith https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

SMIDY#5 • I'll be there  Empty
Message(#) Sujet: Re: SMIDY#5 • I'll be there SMIDY#5 • I'll be there  EmptyMar 9 Fév - 19:00


Il hésita à répondre à son invitation, mais la gentillesse dont elle fit preuve parvint à le convaincre. Il avait envie de goûter, pendant une seconde, à un moment de douceur. Il se laissa donc happer par la chaleur de sa prétendue petite amie, tandis qu’elle refermerait ses bras autour de ses épaules. « Deborah… » Murmura-t-il après de longues secondes de silence, après avoir niché la tête dans le creux de son cou. Il ne savait pas vraiment s’il avait prononcé son prénom dans le but d’initier un semblant de conversation, ou si ces trois syllabes n’avaient été qu’un moyen de manifester son profond désarroi Tout, dans ses gestes, dans sa voix, dans son attitude, laissait supposer que quelque chose ne tournait pas rond. Tout, absolument tout, trahissait l’incertitude et la fragilité qui l’animaient. Il n’avait plus rien du vantard confiant, du séducteur acharné, du vautour volant autour de sa proie. Camil avait perdu tout sa superbe, et il se montrait sous un angle nouveau — un angle qui, il le savait, le rendait vulnérable. Ses adversaires politiques, s’ils le voyaient dans cet état, se feraient un plaisir de l’abattre sur le champ. « Sixtine est malade. » Finit-il par lâcher, incapable de garder ce secret pour lui plus longtemps. Il avait besoin de s’en délivrer, au moins partiellement. Il pensait que ça lui ferait du bien ; malheureusement, il n’en était rien. Ces quelques mots ne faisaient que rendre sa maladie plus réelle encore. Il ne s’étendit pas davantage ; si sa soeur voulait en parler à la brune, elle le ferait directement.


S’il avait d’abord été hésitant quant au fait de prévenir Deborah en priorité, à ce moment précis, il ne regrettait pas une seule seconde de l’avoir fait. Depuis que Sixtine lui avait appris sa maladie, il avait tourné comme un lion en cage. Dans sa tête, les mêmes questions revenaient sans cesse : pourquoi elle ? Pourquoi si jeune ? Pourquoi les médecins ne se montraient pas plus rassurants et plus volubiles ? Avaient-ils conscience de quelque chose qu’ils préféraient garder pour eux ?  Quelles étaient réellement les chances, pour sa petite-soeur, de remarcher un jour ? De survivre à cette opération délicate ? Sixtine payait-elle les mensonges que les Smith s’étaient évertués à proférer, tout au long de ces dernières années ? Le karma avait-il quelque chose à voir dans tout ça ? Tant de questions auxquelles il n’aurait jamais la moindre réponse. S’apitoyer sur son sort jusqu’à ce que mort s’en suive lui semblait être un besoin, une nécessité, mais il devait avant cela être au clair avec son entourage. « Je ne vais pas pouvoir continuer tout ça. » Avoua-t-il à voix haute, alors que ses mains passaient de son dos au creux de ses reins. Il exerça une légère pression sur le corps voluptueux de Deborah, perdu dans une quête de réconfort et de tendresse. Un geste de pure possessivité, pour la retenir encore un peu et lui permettre de se souvenir — se souvenir que, hier encore et contrairement à aujourd’hui, il avait tout. Et tout ça, c’était elle, c’était lui, mais c’était surtout eux. Leur mascarade avait été amusante et divertissante, même pour lui. À vrai dire, il avait même pris un certain plaisir à jouer la comédie — il faut dire que la compagnie de Deborah n’avait rien de désagréable. Ils avaient appris à se connaître, avaient ri en faisant du shopping, s’étaient montrés tactiles devant les photographes et avaient flirté plus que de raison. Camil ne garderait que de bons souvenirs de cette coopération, mais il devait y mettre un terme. « Tu peux reprendre ta liberté dès ce soir. »  Murmura-t-il, sa tête se décollant pour la première fois de son cou. Il leva les yeux vers elle et remarqua qu’elle avait légèrement froncé les sourcils. Surprise, sans doute, d’entendre de pareils mots s’échapper des lèvres de celui qui était, finalement, son employeur. Sans trop savoir comment, il trouva la force d’esquisser un maigre sourire. « Tu pourras dire à qui veut l’entendre que je n’ai pas été un homme bien avec toi. » De toute façon, il en était persuadé, personne ne serait surpris. Alors, à quoi bon tenter de trouver une justification à leur soudaine séparation ? Il y a quelques jours à peine, ils s’affichaient main dans la main, plus rieurs et complices que jamais. L’Irlandaise avait rempli son contrat à la lettre, à la perfection même. Il saurait s’en souvenir. « Ça n’a plus d’importance, de toute façon. » Cette phrase là, il se l’était répétée des centaines et des centaines de fois. Hier encore, il pensait que l’avenir lui appartenait. Le chemin à parcourir pour accéder à des nouvelles strates du pouvoir était encore long, mais aucun obstacle ne se dressait sur son chemin. Il allait gagner, il le savait déjà. Et puis, finalement, l’impensable était arrivé. Et tout ce qui constituait l’essentiel de ses journées n’avait désormais plus lieu d’être. En une heure, tout avait été balayé par une discussion-tempête. Il inspira profondément, comme pour s’imprégner une dernière fois de l’odeur vanillée — à moins que ce ne soit autre chose ? — de sa meilleure comparse. Ses lèvres se posèrent avec une douceur inégalée sur sa peau laiteuse, s’autorisant par-là une ultime caresse. « Je ne veux pas te retenir plus longtemps. » Déclara-t-il finalement, au bout d’un temps qu’il ne parvenait pas à quantifier. Et pour qu’elle ne passe pas une seconde de plus à le regarder d’un air abattu, il préféra broder. Mentir, pour éviter que la pitié ne vienne envahir les traits familiers de sa désormais ex petite amie. « J’ai eu une dure journée, et j’ai besoin de me reposer. » Jolie façon de congédier quelqu’un à qui on a expressément demander de venir. S’il avait été un peu plus malin, et surtout un petit peu plus lucide, il aurait veillé à ce que ses gestes ne viennent pas contredire ses paroles. Parce qu’à l’instant même où il lui demandait de partir, les doigts de sa main droite s’étaient refermés sur le poignet de Deborah.

@Deborah Brody


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

I only think in the form of crunching numbers, In hotel rooms, collecting page six lovers, Get me out of my mind, Get you out of those clothes, I'm a liner away From getting you into the mood One night and one more time Thanks for the memories.
Revenir en haut Aller en bas
Deborah Brody
Deborah Brody
la touche à tout
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Trente-trois ans. (26.02)
SURNOM : Deb, Debbie, parfois Brody (ou Jessica Rabbit).
STATUT : Avec Camil, une véritable amitié est née mais en ce qui concerne les sentiments amoureux, ils ne lui sont pas destinés.
MÉTIER : Petite-amie officielle de Camil aux yeux du monde depuis janvier 2020.
LOGEMENT : Appartement au #151 à Oxlade Drive (Fortitude Valley) avec Joseph.
SMIDY#5 • I'll be there  210410115056813543
POSTS : 8595 POINTS : 30

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : A Brisbane depuis l'été 2016. Avant ça, elle a toujours vécu à Dublin en Irlande. • Elle a un frère (Benjamin) et une sœur (Rebecca) tous les deux plus âgés qu'elle. • Elle vient d'une famille très catholique mais elle est athée. • C'est une touche à tout. • Elle a donné naissance à un petit garçon le 20 avril 2017 qu'elle a mis à l'adoption. Ses parents n'ont jamais été mis au courant. • Elle fuit les responsabilités. • Elle n'a jamais eu de relation longue bien qu'elle soit un véritable cœur d'artichaut.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :

SMIDY#5 • I'll be there  Bf037a688f7393ffd069ec5e98290faa
KEEDY – Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme, est un sentiment qui manque à l'amour, la certitude.

SMIDY#5 • I'll be there  Hytv
SMIDY – Un jeu de crétins? Peut-être bien, mais c'était notre jeu!

SMIDY#5 • I'll be there  B31947752de73ce698ad35deab78ecc3
DODY – One night can make a difference.

2019 – Mitchell#2Wren#2Wren#UA
2020 – Wren#3Isaac#UACamil#5Jax#2
2021 – Camil#6Svetlana#1Joseph#6

RPs TERMINÉS :
2018 –
Joseph#1Ben#1Vitto#1Kane & Wren#1
2019 – Elwyn#1Mitchell#1Austin#1Allie & Nino#1Camil#1Raelyn#1Raelyn & Joseph#2Joseph#2Raelyn#3One shotJoseph#3Calie#1Camil#2Adorjan#1Joseph#4
2020 – Camil#3Camil#4 (& Sixtine#1)Joseph#UAJoseph#5Jax#1

SMIDY#5 • I'll be there  210409010729916750

AVATAR : Daisy Lowe.
CRÉDITS : cocaïne (ava) • missdaisylowe (gif) • bat'phanie (code sign) • Joseph (haricots et navet)
DC :
PSEUDO : Cocaïne.
INSCRIT LE : 28/11/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t22389-acid-candy-d-brody https://www.30yearsstillyoung.com/t37713-notebook-d-brody https://www.30yearsstillyoung.com/t22582-deborah-brody#918039 https://www.30yearsstillyoung.com/t22593-deborah-brody https://rpgressource.tumblr.com/

SMIDY#5 • I'll be there  Empty
Message(#) Sujet: Re: SMIDY#5 • I'll be there SMIDY#5 • I'll be there  EmptyDim 11 Avr - 1:20


Avait-elle vraiment besoin de lui dire qu’elle était là ? De toute évidence, non, ce n’était pas nécessaire. Niché entre ses bras, son prénom au bord des lèvres, Camil n’était pas bien et elle l’avait compris en quelques secondes. Ils commençaient tant à se connaître que c’était évident pour elle que quelque chose n’allait pas et que ce quelque chose était très important. Rien ne terrassait Monsieur Smith, il était plus fort que ça. Alors stratégiquement, pour lui faire comprendre qu’elle était prête à tout entendre et à être présente pour lui pour le reste de la nuit – et plus s’il le demandait, c’était à son bon vouloir – elle resserrait légèrement son étreinte, comme si elle cherchait à lui transmettre de la force pour parler et très certainement un peu de paix dans un cœur trop tourmenté. Tourmenté par la maladie de sa sœur qu’il venait de lui dévoiler sans quitter ses bras, caché aux yeux du monde, peut-être pour ne pas se montrer trop cassé par cette nouvelle, trop vulnérable quand bien même il n’y avait que Deborah pour le regarder. Dans l’instant, elle ne savait pas vraiment quoi dire, coincée entre l’idée qu’il avait peut-être envie d’en parler sans savoir le faire et celle qu’au contraire, il lui disait le principal sans vouloir développer. Elle n’allait pas lui demander si c’était grave, bien sûr que ça l’était pour que ça le mette dans cet état et c’était assez pour transcrire une inquiétude et de la tristesse dans les traits de la brune. Avec Sixtine, même si c’était naturellement moins intense qu’avec son frère, Deborah avait développé de la complicité avec elle, comme une petite sœur qu’elle n’avait jamais eue finalement dès lors qu’elles étaient amenées à se fréquenter. Elles n’avaient pas besoin de se voir tous les jours pour avoir la sensation de s’être quittées la veille à chaque entrevue. C’était devenu naturel pour elles et forcément, apprendre qu’elle était malade ne pouvait pas mettre en joie Debbie. Néanmoins, elle ne se permettait pas d’étaler ses états d’âme sur l’instant, déjà parce qu’elle n’était pas de ce genre et surtout, Camil passait en premier. Il était le plus toucher dans la situation et il était celui à réconforter, celui à qui il fallait insuffler de l’espoir pour ne pas le voir s’écrouler.

Le blond ne lui laissait pas le temps de le faire. Dès l’instant où il prononçait l’idée de ne pas pouvoir continuer, le doute était venu titiller les pensées de Deborah et elle a eu à peine le temps d’y réfléchir, qu’à contrario de ses mains possessives, il prononçait des mots on ne peut plus clairs. Instinctivement ses sourcils s’étaient froncés d’incompréhension et de surprise aussi. Au fond, elle se doutait ce qu’il voulait dire, elle avait tout simplement du mal à croire que ça puisse être possible. Il abandonnait tout et notamment ce eux qui représentait une importance capitale dans la suite de sa carrière et c’était surtout ça le problème. Elle comprenait qu’il renonçait à ses projets en politique, qu’il envoyait tout balader parce que sa sœur était malade et qu’en tant que grand frère, elle n’en doutait pas une seconde, il souhaitait être là pour elle au lieu d’avoir la tête prise ailleurs. Deborah ne pouvait que comprendre, elle qui était elle-même très famille, elle qui était venu en Australie parce que la confiance qu’elle avait en son frère était inébranlable. Bien sûr qu’elle comprenait mais elle n’était pas d’accord pour autant. « Tu racontes n’importe quoi. » avait-elle à peine le temps de dire lorsqu’il sous entendait qu’elle pourrait raconter ce qu’elle voudrait si des journalistes venaient à lui demander la raison de leur séparation. Bien sûr qu’elle n'irait jamais dire qu’il était mauvais avec elle non seulement parce qu’elle était bien assez douée pour inventer autre chose si c’était vraiment son désir de tout arrêter mais en plus de ça, et surtout, c’était complètement faux. Elle avait même rarement fréquenté un homme aussi gentil envers elle. Elle ne voyait pas l’intérêt de ternir ainsi son image même si visiblement l’homme n’en avait plus rien à faire et qu’il finissait même par l’inviter à s’en aller alors que son récent baiser contre sa peau et sa tendance à s’accrocher à elle disaient tout le contraire.

Sans aucune hésitation, elle hochait négativement la tête, portant sa main libre à son visage, l’obligeant ainsi à l’affronter, captant son regard du sien. « Je pense pouvoir dire sans me tromper que je te connais assez pour savoir que tu ne veux rien de tout ça. Tu ne veux pas tout abandonner, tu t’y sens obligé. Tu ne veux pas que je m’en aille non plus, tu es juste déboussolé et trop peu habitué à dire ce que tu ressens. » Un sourire compatissant traversait son visage, un court instant, parce qu’elle refusait qu’il puisse croire qu’elle le prenait en pitié, c’était faux. « Je suis ton amie, Camil… ou en tout cas, pour moi, tu es mon ami et je pense sincèrement que tu m’as fait venir parce que tu as besoin d’en parler avant tout. » Avant de tout balancer, avant de croire que tout est terminé sans même laisser une petite chance à la parole de se libérer et peut-être de le soulager et de lui mettre les idées au clair. « Je suis pas celle qui va chercher à te convaincre de ne pas prendre cette décision si c’est vraiment ce que tu souhaites mais il est pas question pour moi de quitter cet endroit sans en parler avec toi, sans chercher à t’aider, à soulager ta peine, tu comprends ça ? Je ne veux pas que tu regrettes ensuite parce que tes émotions ont pris le dessus et qu’il est trop tard. » Pendant une fraction de seconde, elle haussait une épaule, persuadée des dires qui allaient suivre. « Je suis peut-être pas la première à te le dire, peut-être même que ça va t’énerver d’entendre encore ça mais je la connais assez pour savoir que ce n’est pas ce que ta sœur voudrait, que tu abandonnes tes projets. » Elle ne lui dira pas parce qu’elle ne souhaitait pas le blesser mais dans son esprit c’était clair : Sixtine était malade et elle ne serait sûrement pas en capacité de guérir s’il lui faisait porter, malgré lui, cette culpabilité qui risque de la ronger. Parce qu’elle-même avait eu son frère entre la vie et la mort il y a quelques années, elle connaissait les émotions vives qui traversaient Camil et parfois, elles étaient trop vives pour prendre sur l’instant les bonnes décisions, elle était bien placée pour le savoir.

@Camil Smith



this is about love
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : officiellement surpris en plein bécotage avec debbie brody lors de la soirée du nouvel an. officieusement très satisfait de sa petite mise-en-scène.
MÉTIER : ancien directeur du cabinet du maire de brisbane (a démissionné fin mars). a de fortes ambitions politiques, et compte les concrétiser prochainement.
LOGEMENT : vit avec sa sœur au 525, water street (spring hill).
SMIDY#5 • I'll be there  Original
POSTS : 761 POINTS : 110

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : deborah #4 ; hassan #2 ; ivy #2 ; deborah #5 ; lexie #2 ; calen
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : unknown ; avatar : cocaïne.
DC : baby bishop, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t28144-camil-smith https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

SMIDY#5 • I'll be there  Empty
Message(#) Sujet: Re: SMIDY#5 • I'll be there SMIDY#5 • I'll be there  EmptyHier à 22:33


« Non. » Répondit-il aussitôt, sans même chercher à comprendre pourquoi elle réagissait de la sorte. Pensait-il qu’il mentait ? Qu’il cherchait un moyen de se débarrasser d’elle ? Il n’en avait jamais eu l’intention. Et même lorsqu’il l’avait appelée tout à l’heure pour lui demander de passer, il ne savait pas du tout à quoi ressemblerait leur conversation. Ni même comment il allait réagir. Il connaissait les problèmes de santé de Sixtine depuis toujours, et il savait que sa petite soeur était particulièrement suivie à ce sujet. Elle était sérieuse et vigilante. Mais ça n’avait pas suffi ; le crabe l’avait à nouveau pincée. Plus fort et plus sournoisement que les médecins n’avaient pu le prévoir. « Tu comprends pas, Deb. » Laissa échapper le politicien en fermant les yeux pendant une fraction de seconde. Il fallait qu’il tienne bon, il fallait qu’il soit fort. Il ne pouvait pas s’écrouler — pas maintenant en tout cas. Pas devant Deborah, et encore moins au cours des prochaines semaines, lorsqu’il serait aux côtés de sa petite soeur.


« A quoi bon ? » Demanda-t-il en haussant les épaules, alors que son interlocutrice lui suggérait de parler. De se confier. Un exercice auquel l’Américain ne se prêtait jamais, désireux de garder pour lui ses plus sombres secrets et ses peurs les plus grandes. Camil était un solitaire, qui s’était construit tout seul. Il parviendrait donc à s’en sortit tout seul ; il n’y avait pas de raison. À moins que, cette fois-ci, le fardeau ne soit trop lourd à porter. « En parler, ça ne changera rien au fait que ma soeur est malade. » Il faisait l’autruche, et il le savait pertinemment. Il bottait en touche, pour gagner du temps et éviter de parler de ce qui lui faisait mal, de ce qui le terrorisait. Camil , à l’instar de la plupart de ses collègues en politique, n’était pas courageux. « Regretter ? » Répéta-t-il en fronçant les sourcils. Cette idée était à des années lumières de son esprit. Quand il avait décidé de tout arrêter, en dépit des retours excellents qu’il avait eu jusqu’à maintenant, il n’avait jamais songé à l’après. Soudainement, et bien que l’Irlandaise ne soit pas rehaussée sur des talons, Deborah ne lui paraissait plus si petite que cela. Au contraire ; Camil avait presque l’impression qu’elle grandissait, prenait de l’ampleur, alors que lui se tassait au fur et à mesure que les mots s’échappaient de sa bouche.


« Ma soeur… » Commença-t-il d’une voix éteinte. Sa soeur, qui d’ailleurs n’était pas réellement sa soeur. Sa nièce, en réalité. Dire qu’il allait devoir prévenir son frère de la récidive de la maladie de Sixtine lui donnait envie de se jeter par la fenêtre. Mais c’était son rôle, son devoir. En acceptant d’accueillir Sixtine en Australie, l’aîné des Smith avait promis au reste de la famille de les tenir informés. Des bonnes nouvelles, comme des mauvaises. Il avait promis de veiller sur elle, d’être présent en dépit de son emploi du temps chargé. Il avait cru y être parvenu. Mais l’ordonnance médicale, puis la discussion qu’il avait eue avec sa cadette lui avait appris qu’il s’était fourvoyé. Elle n’allait pas si bien, en réalité. Et ça n’allait pas aller en s’améliorant. « Ma soeur ne sait pas ce qu’elle dit. » Finit-il par murmurer en secouant la tête. « Elle est têtue et obstinée et… » Il se tut, parce qu’il comprit que sa soeur n’était pas très différente d’une personne qu’il connaissait bien : lui-même. « Si je n’arrête pas cette course infernale et qu’elle… » Meure, mais c’était bien trop difficile à dire. C’était inenvisageable, pour Camil. Ça rendait la maladie, et sa dangerosité, beaucoup trop réelle. La situation était tellement injuste ; il aurait tout donné pour être à sa place. « Qu’elle n’est plus là, je m’en voudrais éternellement de ne pas lui avoir consacré tout mon temps. » Jusqu’à la dernière minute, jusqu’à la dernière seconde. « Tu comprends ? » Demanda-t-il, alors qu’il collait sa paume sur la main de Deborah, qui n’avait jamais quitté sa joue. Il pressa légèrement dessus, espérant que ce geste suffirait à lui transmettre un peu de chaleur, un peu de réconfort. « Les prochaines semaines ne vont pas être faciles à vivre, et je m’en voudrais de t’imposer ça. » Confia l’Américain à voix basse.


@Deborah Brody


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

I only think in the form of crunching numbers, In hotel rooms, collecting page six lovers, Get me out of my mind, Get you out of those clothes, I'm a liner away From getting you into the mood One night and one more time Thanks for the memories.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

SMIDY#5 • I'll be there  Empty
Message(#) Sujet: Re: SMIDY#5 • I'll be there SMIDY#5 • I'll be there  Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

SMIDY#5 • I'll be there

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-