AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -48%
-48% sur Logitech G935 Casque Gamer Sans Fil – ...
Voir le deal
99 €

 twisted up like a slipknot (kyte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia Marshall
Olivia Marshall
la loyauté partielle
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans. (22/03)
SURNOM : Olivia continue de résonner sobrement dans la bouche de son père. Liv est adopté par le plus grand nombre.
STATUT : ensemble depuis seize ans, mariés depuis six. séparés depuis peu mais ça lui semble déjà peser comme une éternité.
MÉTIER : inspectrice de police, unité criminelle de Brisbane. ancienne militaire de l’australian army.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. en coup de vent, toujours. peut-être plus pour longtemps, d’une façon ou d’une autre.
twisted up like a slipknot (kyte) AriBfHyd_o
POSTS : 4761 POINTS : 235

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : flic borderline ; mère orpheline d’une petite fille depuis mars 2018 ; couple en perdition ; fume trop ; boit trop ; ancienne enfant battue ; ancienne militaire ; addict au sport ; diplômée en sciences politiques ; a toujours un paquet d’allumettes et un autre de chewing-gum à la menthe sur elle ; motarde ; passionnée de littérature ; possède une collection de bonnets et chapeaux ; a un chien de rhodésie, Loki ; père général et mère dépressive ; fière avant toute chose ; infidèle à son mari ; loyale à en mourir sinon ; rongée par le deuil.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (12/5) jacob (5) (7) ; jack ; kyte (1) ; liam (1) ; yasmine (3) ; charlie ; joseph (4) ; erika ; amos (6) ; dz amos ; dm jacob (4)

RPs EN ATTENTE : hannah (2) ; birdie (2)

RPs TERMINÉS : twisted up like a slipknot (kyte) Mrc0bcHg_o
jacob (1) (2) (3) (6)we’re still alive but we’re barely breathing ; just praying to a god that we don’t believe in. please believe that i will find my way back to us.

twisted up like a slipknot (kyte) DwN4zB6I_o
amos (1) (2) + raelyn (3) (4) (5)life cuts deep, let me help pick up the pieces. you're not alone, i'm by your side. don't you know, i'll walk through fire with you. no matter what, we’ll make it right.

twisted up like a slipknot (kyte) JZ1QzRWm_o
erikacall it a clan, call it a network, call it a tribe, call it a family : whatever you call it, whoever you are, you need one.

twisted up like a slipknot (kyte) NlGKqpev_o
josephwhat will mess you up most in life is the picture of how it was supposed to be.

twisted up like a slipknot (kyte) VIJ0fBl1_o
charlierespect is earned, honesty is required, trust is gained, loyalty is returned.

seth ; joseph (fb. 1) (2) (3) ; lex ; yasmine (1) (2) ; dominic ; jo (1) (2) ; blaze (1) ; hannah (1) ; anwar ; anastasia ; marius (1) ; halsey (1) ; raelyn (2) ; birdie (1) ; edge ; livakinauden ; chloe (1) ; thomas+ezra ; dm amos


AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : code signature (astra). ub (loonywaltz)
DC : non.
INSCRIT LE : 15/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28494-pathetic-fallacy-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28607-look-up-here-im-in-danger-o-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28667-olivia-marshall

twisted up like a slipknot (kyte) Empty
Message(#) Sujet: twisted up like a slipknot (kyte) twisted up like a slipknot (kyte) EmptyDim 6 Déc - 14:49




Olivia Marshall & @Kyte Savard ✻✻✻ Trois têtes pivotèrent dans la lumière de mes phares, de manière si synchrone qu’elles eurent l’air un instant d’appartenir au même corps ne tardant pas à rebrousser chemin d’un seul élan, le pas faussement nonchalant mais les sens aux aguets. Aux dernières heures de la nuit, l’arrivée d’un véhicule de ce côté-là de la ville n’inspirait généralement guère confiance, le fléau difficile à discerner tant ceux-ci étaient diverses. Qu’il s’agisse de deals illicites, d’échanges de mauvais procédés, de règlements de compte en préparation, ou pire, d’opérations policières, tous inspiraient aux plus censés l’instinct de s’en éloigner sans chercher à en deviner le réel statut. Le moteur éteint ne fit pas grande différence tant ce dernier vrombissait silencieusement et j’entrouvris la fenêtre, retrouvant les soupirs brûlants que les prémices de l’été continuaient d’exhaler sur la ville assoupie. Cela paraissait pire par ici, le skatepark désaffecté aux arrières de la plage amplifiant l’ambiance de préau étouffant sans que je ne songe pourtant à descendre du véhicule sans tarder. Le dos calé au fond du siège conducteur, je laissais mon regard dépasser les quarters gauchis et fendus et autres rampes de lancement dont l’ensevelissement partiel sous le sable progressant n’était plus qu’une question de mois, mon attention portée aux installations lointaines semblant se recueillir sous le voile des ténèbres à peine troué, à intervalles réguliers, par l’éclairage public de l’autre côté de la rive. Délaissés pour la plupart, l’un de ces bancs semblait pourtant accueillir une silhouette allongée, distinctive au loin par les seules fluctuations de sa chevelure vaporeuse et noire de jais. Je plissais les yeux, me saisissant de nouveau du cliché plié dans ma poche, captation d’une caméra de sécurité gondolée d’avoir voyagé entre d’aussi nombreuses mains, encore humide de la dernière averse de fin de saison. L’effort avait payé finalement, et l’omerta de la rue rompue entre les lèvres tremblantes de l’une de mes sources, l’odeur aigrelette de l’alcool entourant ses propos sans qu’il ne montre pourtant la moindre hésitation quant à l’identité de l’homme que je lui présentais en photo. Le seul témoin de ma scène de crime, et mon élément le plus tangible à vrai dire lorsque les deux autres branches de la sainte trinité tant espérée par n’importe quel inspecteur - celles des indices matériels et aveux compromettants - demeuraient, pour l’instant, résolument décharnées.

L’affaire, pourtant vieille de quelques jours, se retrouvait d’ores et déjà classée parmi les prioritaires, nécessitant ainsi d’émailler les journées et autres nuits de rapports constants à l'attention de ce qui semblait être la hiérarchie tout entière. La surprise n’en était pas une pour les équipes dépêchées sur la scène en question, les plaisanteries faciles interrompues, l’indifférence blasée oubliée un instant, la concentration grave et immédiate face au corps découvert. L’orifice semblant avoir été causé à bout portant - la balle tirée de si près que la bourre de la cartouche était toujours logée en son sein - et la calcination pourtant quasi-totale du corps ne suffisant pas à masquer les plaies béantes le parcourant avaient dissuadé qui que ce soit du moindre échange de blagues grasses pourtant communes en ces occasions. Cela se passait ainsi généralement, l’idée de détendre l’atmosphère n’effleurant plus personne lorsque les traits et le corps figés par la raideur mortifère semblaient si jeunes, adolescents à vue d’œil. Le cortège d’horreurs soudainement plus si routinier, la déchirure plus lancinante entre les clans ; ceux qui l’infligeait et l’abandonnait à son sort au cœur de ce hangar abandonné contre ceux en charge de les retrouver. J’avais à peine sourcillé pourtant, acceptant l’enquête, une de plus, lorsque toutes paraissaient de toute façon dramatiquement ancrées au sein de ce qui ne pouvait être désigné autrement que par l’irréversible, l’irrémédiable, l’intolérable. Cela l’était à mes yeux pour tout un tas de raisons n’ayant pas besoin d’être nommées. Cela l’était aux yeux du procureur sur mon dos depuis l’affectation pour tout un tas d’autres sur lesquelles je m’arrêtais à peine, sachant pertinemment que ma réaction ne serait pas la bonne, certainement pas la plus diplomate, lorsque je m’y risquerais finalement. L’affolement gagnant ceux de son espèce à la moindre affaire sortant du lot était monnaie courante : des cadavres honnêtes ou des vermines qui ne manqueraient à personne ; des suspects établis, et du milieu de préférence ; des témoins légitimes et consciencieux se présentant avec crainte et ponctualité au commissariat pour répondre aux questions de formalité ; voilà ce qu’ils désiraient. Voilà ce que je ne possédais pas lorsque mon seul témoin ne bénéficiait pas de la clémence du procureur, sans-abri sans identité, seul zoom de son visage entre mes doigts pour l’avoir exposé aux caméras de sécurité encerclant l’entrée de la scène de crime. Celle sur laquelle il s’était rendu, les raisons de cette folie encore méconnues mais ne jouant pas en sa faveur aux yeux de la hiérarchie désireuse d’annoncer le plus rapidement, et publiquement, possible une arrestation en bonne et due forme.

Aurais-je pu me vanter en affirmant m’être battue pour préserver son identité des yeux du grand public que je m’en étais ôté l’occasion, ne daignant tout simplement pas les informer d’une quelconque avancée de ma part à ce sujet, la confiance et la naïveté depuis longtemps égarées concernant leur discrétion. À mon sens, l’inconnu, ne l’étant plus totalement, me devait presque des remerciements, son visage passé à cela d’être imprimé et affiché en quatre par trois sur tous les panneaux publicitaires de la ville si cela leur aurait permis d’enorgueillir leurs résultats auprès des hautes sphères. L’idée m’arracha un soupir désabusé certainement, amusé peut-être, tant la perspective me paraissait à peine exagérée. Je remontais finalement la fenêtre du véhicule, mon briquet à essence tournoyant à un rythme cadencé entre mes doigts sans que je n’y prête garde, l’actionnant machinalement de temps à autre, la gerbe d’étincelle jaillissant une seconde avant d’être aspirée par les filtres sertis du mécanisme. Quelques minutes encore et je finis par faire clinquer la sécurité de ma ceinture, ajustant dans mon dos la crosse de mon arme, le regard toujours vrillé sur l’homme n’ayant pas l’air d’avoir bougé un cil. Pour l’avoir observé la veille déjà, l’endroit semblait lui être privilégié et ses habitudes plutôt ancrées pour le marginal que l’on m’avait vanté. Le vieux fou du fond des docks ; c’était comme ça, à vrai dire, qu’on me l’avait décrit. Et si cela aurait pu m’aviser si ce n’était de m’entourer davantage, du moins de prévenir de mon intention de l’approcher ce soir, il n’en fut rien sans que cela ne surprenne personne et ce fut seule que je retrouvais le bitume sous mes chaussures, traversant le terrain abandonné, le pouce effleurant une dernière fois la pierre du briquet avant de héler : « Par ici. » Le briquet s’élança dans les airs la seconde d’après, sous l’impulsion de la paume de ma main, et atterrit dans celle de l’homme dont la cigarette inanimée entre les dents serrées avait attiré mon attention. « Brigade criminelle. Je ne vous veux pas d’ennui. » commençais-je sobrement, à quelques mètres désormais de celui recherché depuis plusieurs jours. « Mais vous pourriez m’aider à démêler les miens. » Je présentais à peine l’insigne suffisamment visible accroché à ma ceinture, son regard l’ayant déjà attrapé sans grande surprise, reconnaissant ici le premier instinct des êtres condamnés à voir le soleil poindre à l’horizon chaque matin, après une nuit passée dehors.






solosands




How deep is too deep ? ☽ Black has depth. It’s like a little egress, you can go into it, and because it keeps continuing to be dark, the mind kicks in, and a lot of things that are going on there become manifest. And you start seeing what you're afraid of.

Revenir en haut Aller en bas
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
twisted up like a slipknot (kyte) Tumblr_owkxbcPPRl1vmgnjho2_500
POSTS : 646 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Olivia » Alex [3] » Robin [d.z.] » Robin [d.m.]

twisted up like a slipknot (kyte) Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Dep. Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie [1868]


▼ ▼ ▼

twisted up like a slipknot (kyte) Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

twisted up like a slipknot (kyte) Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

twisted up like a slipknot (kyte) Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Joseph [2] » Robin [70's] » Phoenix » Jack [f.b]

Je ne prends que 4 RPs à la fois
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schyzophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
PSEUDO : Whitefalls
INSCRIT LE : 04/06/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back https://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

twisted up like a slipknot (kyte) Empty
Message(#) Sujet: Re: twisted up like a slipknot (kyte) twisted up like a slipknot (kyte) EmptyMer 30 Déc - 20:19




twisted up like a slipknot

Kyte Savard & @Olivia Marshall

Ses pas claquent contre les dalles inégales de ciment fissuré, résonnent entre les coques rouillées de navires abandonnés et containers éventrés. Le cœur lourd et les poches légères, Kyte traîne sa carcasse jusqu’aux limites de la ville. Les coudes appuyés contre une barre de fer rongée par la corrosion, il braque ses yeux d’aigle sur l’horizon brumeux pour voir le jour crever dans le ciel et y déverser une mare de sang rose-orangée. Une bourrasque fraîche vient mordre son visage et l’odeur de l’iode remplace celle de l’alcool et de kebab qui imprègne les ruelles graisseuses en début de soirée. Deux doigts appuyés contre sa tempe meurtrie, il laisse l’astre dégouliner sur sa peau froissée, éclabousser son lieu de perdition comme pour conférer un sursaut de pureté à ce tableau déchu. Jusqu’à ce que la nuit ne tombe comme un voile sur Brisbane et engloutisse avec elle les dernières volutes d’espoir qui flottaient encore dans les embruns de l’océan. Il fait durer l’instant jusqu’à ce que la lassitude engourdisse ses vieux os puis s’arrache à la rambarde avec un soupir. Ses semelles usées foulent le béton humide, le traînent jusqu’à son banc de prédilection, un tas de bois moisi à la peinture écaillée par le temps et les gens. La main s’égare dans sa poche, les doigts effleurent le papier sec d’une cigarette récupérée au détour d’une gare, grappillée à un passant pressé qui préférait se délester d’un peu de tabac plutôt que de sa monnaie. Une moue approbatrice au coin des lèvres, le canadien hausse les épaules, fait glisser le bâtonnet sous ses narines frémissantes, inspire l’arôme fumé et boisé à défaut de pouvoir se l’allumer. Les yeux rivés sur la voute étoilée, il glisse la clope entre ses lèvres asséchées, aspire l’air nocturne à travers le filtre pour la beauté du geste, l’esquisse d’un souvenir.

Au loin, le ronronnement d’un moteur, une porte qui claque, des bruits de pas. Bande sonore de la ville à laquelle Kyte ne prête plus la moindre attention. Voilà bien longtemps qu’il s’est habitué à ces sons réguliers, comme on apprivoise ceux d’une vieille maison. « Par ici. » Une voix s’élève parmi les grincements lointains de la taule par-delà le port et brise ainsi la mélodie de sa routine. Une voix de femme. Belle, mélange de douceur et de fermeté. Jeune, bien qu’abimée par des années trop rudes ou la fumée de cigarettes consumées pour les oublier. Une voix à l’image de celle qui la porte. Il a relevé les yeux par réflexe, attrapé au vol le petit objet qu’elle lui lance. Les gestes encore affutés en dépit du grand âge, de l’hésitation tatouée dans sa musculature atrophiée par la malnutrition et une hygiène de vie sacrifiée sur l’autel de sa liberté. Effleurant du pouce le dessin gravé dans le métal brossé qui porte encore la chaleur de sa paume, il la regarde s’avancer d’un pas assuré quoi que chargé de prudence. Il ne la blâme pas. Rares sont les âmes qui s’attardent autour de lui par ces temps. Plus rares encore celles qui cherchent à s’en approcher, surtout en ces lieux déserts, à la nuit tombée. Seules d’insolentes naïves s’y risqueraient, ça ou des camées désespérées au point de laisser leurs doigts tremblotants s’aventurer dans le fond de ses poches trouées, des fois qu’elles y trouveraient un sachet de poudreuse ou quelques calmants pour panser leurs âmes lacérées. Mais qu’vient donc faire une jolie d’moiselle d’ton genre dans un quartier pareil ? Il n’a pas le temps de poser la question qui lui brûle les lèvres que la réponse fuse déjà, satisfait sa curiosité et glace son sang tout à la fois : « Brigade criminelle. Je ne vous veux pas d’ennui. » Les traits se durcissent, la méfiance gravée partout dans les rides qui se creusent entre ses sourcils sombres et au coin de ses lèvres craquelées. Pas d’ennui, mon cul ouai. Dans son corps, un tressaillement. Décharge d’adrénaline qui l’implore de se carapater. Le corps se redresse en position assise, les épaules se tendent. L’espace d’un soupir, il ne songe plus qu’à fuir ; évalue ses chances. Elle est plus jeune que lui, mais il connaît les docks comme sa poche. Elle est surement armée, mais il aurait sans doute le temps de bondir avant qu’elle dégaine, de se ruer derrière l’un des blocs de béton ou container oublié en priant pour que la balle morde la taule plutôt que sa chair. Il aurait pris le risque sans hésiter si elle n’avait pas ajouté : « Mais vous pourriez m’aider à démêler les miens. » A défaut de confiance, c’est un éclat de curiosité qui allume son regard pâle comme un glacier, justement éclairé par les phares d’une voiture tournant au loin, dans la zone industrielle de l’autre côté du fleuve. Les yeux plissés, il la toise silencieusement, jauge sa patience, teste son cran. Calme, droite dans ses bottes au milieu de ce cimetière urbain, un air décidé sur son visage aux traits trop réguliers pour ce foutu métier, elle attend. Intrigué, il décide de la croire pour le moment. Le nez pointé vers les nuages effilés, il inspire la nuit en faisant glisser le capuchon de son briquet, approche la flamme de son visage sans la quitter des yeux. Et elle ne bronche toujours pas. Bon sang, elle s’doute de rien la môme.    

Une bribe de satisfaction retrousse le coin de ses lèvres et le malfrat allume sa clope entre ses grandes mains desséchées. Le papier s’embrase et projette sa lumière orangée sur son visage, puis l’embout rougeoyant s’ajoute aux étoiles nocturnes. Kyte tire sur la cigarette, aspire la fumée qu’il savoure derrière ses paupières fermées, referme le briquet d’un mouvement de poignet. « Belle pièce. » Qu’il lance en le faisant sauter dans sa paume avant de l’y cloîtrer. Un pli entre ses sourcils froncés, il se cale plus confortablement contre le dossier de son banc défoncé. Les jambes croisées, les bras confortablement écartés, il redresse le menton pour l'interroger. « T’es pas là pour m’coffrer. Tu t’serais pas adonnée à c’te p’tite mise en scène en attendant d’voir la cavalerie débarquer. » Il observe, se trifouille songeusement la barbe, se prête allègrement au jeu. « Tu t’es pas non plus égarée. Tu sais qui j’suis, et t’es venue m’parler parce qu’tu sais exactement c’que tu veux en tirer. » C’est dans son ton assuré, dans son regard qui ne flanche pas. Il la sent posée, réfléchie, expérimentée. Elle connait la rue presque comme si elle y évoluait. Et pourtant il y a dans son corps une rigidité, une droiture qu’il reconnait et lui rappelle une autre femme de sa trempe, une autre justicière masquée. Le parallèle ne fait qu’attiser davantage ses questionnements et sa curiosité. « Alors quoi, quoi ? » Il s’impatiente presque, sait pourtant qu’il ne lui laisse pas l’espace de s’exprimer. Impatient de connaître la raison de sa présence ; animé surtout par l’envie de la deviner. « Un salaud d’ta brigade t’a pelotée ? Tu rêves de l’voir crever mais tu veux pas t’mouiller ? T’as pas confiance en la justice alors tu t’dis que j’pourrais m’en charger ? » La provocation toujours, prêcher le faux pour obtenir le vrai. Gratouiller la peau jusqu’à découvrir les fissures par lesquelles s’engouffrer. Une envie de détruire ou bien de guérir, il sait jamais trop avant d’y avoir succombé et de sentir dans son cœur la solidarité d’une peine partagée. Un soupir gonfle sa poitrine et lui échappe tandis qu’il secoue la tête d’un air navré. « Désolé ma belle, j’sais pas c’qu’on t’a dit sur mon compte mais j’mange pas d’ce pain-là. » Il conclut avec un haussement d’épaules en lui renvoyant son briquet. « Merci pour le feu, mais j’peux rien pour toi. » Car il a beau aimer jouer avec la flamme, l’expérience lui a appris à reconnaître les situations qui s’embrasent comme un ballot de paille en été. Et Kyte, il n’a pas la moindre envie de finir calciné. Les sourcils se froncent, le pouce et l’index s’appuient contre les paupières pour en chasser une image funeste, l’odeur âpre de la souffrance, la silhouette écharpée, si fragile que ses os semblaient sur le point de se briser. « Pis j’vais t’dire un truc moué... » La voix s’élève, rauque d’une émotion contenue et déjà oubliée. Il s’éclaircit la gorge, braque ses yeux dans les iris couleur feuillage qui l’observent encore. « Tu ferais mieux d’filer tant qu’tu le peux encore. Fait pas bon être flic et encore moins une go dans l’coin ces temps-ci. » Moitié menace, moitié mise en garde. Parler cryptique chargé d’un message que seule une oreille avertie pourra comprendre. Car à l’abri des regards, une rumeur serpente dans les ruelles mal famées de Brisbane, murmure les sinistres desseins des gangs qui gangrènent la ville et se disputent les quartiers clefs à la lueur des lampadaires comme des lupanars. Une guerre secrète, guerre discrète qui les suit parfois jusqu’aux docks, où les cargaisons de drogues s’échangent sous le couvert de la nuit. Lié par les mêmes valeurs et enchaîné par le code qui les a forgés, Kyte observe leurs allées et venues sans se mêler de leurs méfaits. Spectateur distant du théâtre des horreurs que leurs ripostes insensées amène jusque dans son petit havre de paix. Mais elle… sûr et certain qu’ils la repèreraient, avec son allure austère et son visage trop soigné. Et s’ils la trouvaient, ils n’en feraient qu’une bouchée. Comme ils ont fait avec cette petite demoiselle frêle au corps décharné, jolie fleur sauvage à peine éclose et déjà fanée, piétinée par la violence des hommes et leur insatiable avidité.

(c) oxymort




there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Marshall
Olivia Marshall
la loyauté partielle
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans. (22/03)
SURNOM : Olivia continue de résonner sobrement dans la bouche de son père. Liv est adopté par le plus grand nombre.
STATUT : ensemble depuis seize ans, mariés depuis six. séparés depuis peu mais ça lui semble déjà peser comme une éternité.
MÉTIER : inspectrice de police, unité criminelle de Brisbane. ancienne militaire de l’australian army.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. en coup de vent, toujours. peut-être plus pour longtemps, d’une façon ou d’une autre.
twisted up like a slipknot (kyte) AriBfHyd_o
POSTS : 4761 POINTS : 235

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : flic borderline ; mère orpheline d’une petite fille depuis mars 2018 ; couple en perdition ; fume trop ; boit trop ; ancienne enfant battue ; ancienne militaire ; addict au sport ; diplômée en sciences politiques ; a toujours un paquet d’allumettes et un autre de chewing-gum à la menthe sur elle ; motarde ; passionnée de littérature ; possède une collection de bonnets et chapeaux ; a un chien de rhodésie, Loki ; père général et mère dépressive ; fière avant toute chose ; infidèle à son mari ; loyale à en mourir sinon ; rongée par le deuil.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (12/5) jacob (5) (7) ; jack ; kyte (1) ; liam (1) ; yasmine (3) ; charlie ; joseph (4) ; erika ; amos (6) ; dz amos ; dm jacob (4)

RPs EN ATTENTE : hannah (2) ; birdie (2)

RPs TERMINÉS : twisted up like a slipknot (kyte) Mrc0bcHg_o
jacob (1) (2) (3) (6)we’re still alive but we’re barely breathing ; just praying to a god that we don’t believe in. please believe that i will find my way back to us.

twisted up like a slipknot (kyte) DwN4zB6I_o
amos (1) (2) + raelyn (3) (4) (5)life cuts deep, let me help pick up the pieces. you're not alone, i'm by your side. don't you know, i'll walk through fire with you. no matter what, we’ll make it right.

twisted up like a slipknot (kyte) JZ1QzRWm_o
erikacall it a clan, call it a network, call it a tribe, call it a family : whatever you call it, whoever you are, you need one.

twisted up like a slipknot (kyte) NlGKqpev_o
josephwhat will mess you up most in life is the picture of how it was supposed to be.

twisted up like a slipknot (kyte) VIJ0fBl1_o
charlierespect is earned, honesty is required, trust is gained, loyalty is returned.

seth ; joseph (fb. 1) (2) (3) ; lex ; yasmine (1) (2) ; dominic ; jo (1) (2) ; blaze (1) ; hannah (1) ; anwar ; anastasia ; marius (1) ; halsey (1) ; raelyn (2) ; birdie (1) ; edge ; livakinauden ; chloe (1) ; thomas+ezra ; dm amos


AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : code signature (astra). ub (loonywaltz)
DC : non.
INSCRIT LE : 15/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28494-pathetic-fallacy-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28607-look-up-here-im-in-danger-o-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28667-olivia-marshall

twisted up like a slipknot (kyte) Empty
Message(#) Sujet: Re: twisted up like a slipknot (kyte) twisted up like a slipknot (kyte) EmptySam 9 Jan - 9:42




Olivia Marshall & @Kyte Savard ✻✻✻ Le parallèle ne devait pas être fait, ou à l’aide des plus grandes précautions, sous peine de choisir les mauvaises armes, de partir du mauvais pied, de perdre l’avantage avant même que celui de la surprise ne m’ait encore bénéficié. Associer celui qui n’avait rien à perdre à celui qui était démuni revenait à comparer le silence au vide, l’obscurité au néant, le rejet de la mort à la volonté de vivre et si les comparaisons m’étaient possibles, je prenais garde à ne jamais faire l’erreur de les confondre. L’homme n’avait pas tressailli à mon interpellation, le geste vif et le regard méfiant, empli pourtant d’une curiosité qu’il tenta à peine de dissimuler. Celle-ci comblée, le sursaut apparut, la défiance plus prégnante et le qui-vive évident. Qu’avait-il à gagner à rester dans les parages ? Pas grand-chose de prime abord, je ne tenterais pas de lui faire miroiter l’inverse ; à quoi bon, lorsque la seule expression de mon visage et moirures de mon insigne sous les éclats de la lune se chargeaient déjà de lui souffler qu’il avait, à l’inverse, tant à perdre. Son anonymat, pour commencer. Sa tranquillité d’esprit, par la suite, lorsque je n’hésiterais plus un seul instant à influer sur son statut, transformant ce dernier de personne d’intérêt à suspect principal ; les fuyards jamais bien vus aux yeux de la justice, les timorés nullement estimés aux miens, inflexibles. Feindre d’abattre mes cartes aux prémices de l’échange ne requérait de ma part aucun effort particulier. Je m’y soumettais sans qu’aucune contrariété ne s’éveille encore en moi à l’idée d’inverser les rôles et de quémander sa parole. Était-il du genre à la libérer aisément ou à en mesurer la portée ? Je ne demandais qu’à le découvrir, l’esprit attisé à l’idée de jouer avec le sien. Un chuintement familier et je cillais, une fois, saluant le choix qu’il semblait avoir fait, la flamme jaillissante et illuminant ses cernes marqués. « Belle pièce. » La senteur familière du tabac ne tarda pas à envelopper nos deux silhouettes, l’aura bleuâtre comme une traînée liant nos deux regards, fixes et attentifs, le mien jaugeant autant que le sien semblait juger, déjà. « Je sais. J’y tiens. » Ma voix calme s’élevant en quelques syllabes promptes et précises ponctua le nouveau pas en sa direction, la sincérité apparente puisque celle-ci donnerait le ton de nos premiers échanges, il le fallait. J’y tenais, en effet, aux arabesques du Rising Sun perceptibles en relief du métal brossé, emblème aux valeurs lointaines mais jamais oubliées, plus qu’à l’usage premier de l’objet dont je ne me servais jamais, lui préférant mes allumettes, jamais délaissées. J’y tenais sans que cela ne se manifeste réellement, mes sourcils refusant de se froncer en voyant l’objet disparaître au creux du poing serré de l’individu, accordant plutôt l’entièreté de mon attention au menton qu’il vint relever, le nuage de fumée tourbillonnant entre nous avant de se dissiper, mimant la mort d’un ectoplasme ; donnait-il le thème volontairement de ce qui allait suivre ?

« T’es pas là pour m’coffrer. Tu t’serais pas adonnée à c’te p’tite mise en scène en attendant d’voir la cavalerie débarquer. » J’inclinais le visage dans sa direction, le regard à la fois distrait et presque malicieux, alors que je consentis d’un geste de main, lui accordant la parole. « Vous d’abord. Mon tour, ensuite. » Au jeu des devinettes, lequel d’entre nous se montrerait le plus adroit ? Je ne le sous-estimerais pas, pas sans avoir au préalable palper l’étoffe qui était la sienne, le laissant ainsi au silence de sa réflexion puisque c’était celle-ci que je désirais mesurer. Curiosité, vilain défaut de l'esprit redresseur. L’envie de savoir si oui ou non un Homme a tué est l’une des passions les plus actives et insatiables de l’âme policière. L’extrait, vulgairement réinventé, du Dictionnaire du Diable ondoyait éternellement dans les méandres de mon esprit, sur l’instant de nouveau, mon statut rendu plus poétique qu’il ne l’était réellement par ces mots inspirés, ne pouvant ainsi rien faire d’autre que me plaire, invariablement. « Tu t’es pas non plus égarée. Tu sais qui j’suis, et t’es venue m’parler parce qu’tu sais exactement c’que tu veux en tirer. » Un pas de nouveau et un sourcil venant s’arquer, lui donnant ceci, au moins, comme indice saluant son discernement bien qu’il ne semblait guère en avoir besoin. L’énigme en question était donnée cela dit, presque enfantine ; la solitude ceignant ce genre d’endroits aux dernières heures de la nuit inhérente à un point tel que la briser, comme je le faisais ici, ne pouvait être rien d’autre que prémédité, intéressé. « Alors quoi, quoi ? » N’allait-il pas y venir de lui-même ? Seul un idiot s’y risquerait ; ou un innocent. Les autres, je les importunais, ceux-là qui m’évitaient et fuyaient le regard sondeur dont je ne me décidais pas à les épargner, mon insistance faisant l’effet d'une crécelle pourtant taiseuse. « Un salaud d’ta brigade t’a pelotée ? Tu rêves de l’voir crever mais tu veux pas t’mouiller ? T’as pas confiance en la justice alors tu t’dis que j’pourrais m’en charger ? » « Vous pourriez ? » l’interrompis-je cette fois-ci, feignant la curiosité, flegmatique pourtant, le provoquant à mon tour en le suivant sur la voie qu’il venait d’emprunter, celle qui le mouillait enfin et que je ne comptais pas laisser m’échapper, même ironiquement.

« Désolé ma belle, j’sais pas c’qu’on t’a dit sur mon compte mais j’mange pas d’ce pain-là. » J’acquiesçai silencieusement, retenant un soupir que je marquais volontairement, presque déçue. Ce fut mon profil que je lui présentais finalement, mon regard se levant vers le ciel en même temps que mes épaules se haussèrent. « Le vieux Bunk de Norman Park a déjà eu le même discours. Que vous étiez rangé, que vous aviez raccroché ... Rien d’autre que du bon à dire à votre sujet. J’espère que ça rattrape le fait qu’il ait vendu votre spot en échange de quelques billets. » Mes yeux plissés ne lui étaient pas dédiés, les étoiles pleuvant à mitraille au-dessus de nos têtes semblant réclamer mon attention alors que ma voix se fit distraite, mon esprit comme rappelé aux côtés du vieux Bunk en question, sa voix forte, ses gestes amples. Celui-là même qui avait paru s’en vouloir, réellement, à l’idée d’amener son lot de problèmes à un vieil ami, qui avait dû juger que je n’en étais pas finalement, laissais-je ainsi entendre. « Je le connais depuis un moment, il ne peut rien me refuser. » Je connaissais ses faiblesses surtout, n’hésitant pas à en jouer, les remords au placard tout comme les siens y avaient été relégués à l’idée de pouvoir renflouer son stock de liqueurs et autres eaux-de-vie. Un bruissement sur le côté me fit tendre la main, la paume vers le ciel pour accueillir mon bien à l’aveugle, mes sourcils froncés cette fois-ci, pressentant les mots avant qu’ils ne surviennent. « Merci pour le feu, mais j’peux rien pour toi. » Qu’avais-je demandé, déjà, pour que le refus surgisse si vite ? Rien, sans surprise, pas plus qu’il n’y avait de cette dernière dans la fragilité de l’instant soudainement révélée, l’évanescence de l’échange comme dans un rêve, un dont il ne serait pas obligé de se souvenir le lendemain s’il n’arrivait pas à vivre avec, un que je me chargerais d’assimiler à sa place pour recréer ce qui avait meurtri, punir ceux qui avaient infligé.

« Pis j’vais t’dire un truc moué... » Un fil d’argent dans la gorge que je ne pris pas le risque de rompre, mon visage vint se tourner vers le sien pour accrocher son regard, empli de ce qu’il ne voulait plus voir. « Tu ferais mieux d’filer tant qu’tu le peux encore. Fait pas bon être flic et encore moins une go dans l’coin ces temps-ci. » La menace dissonait, altérée par ce qu’il ne parvenait pas à dissimuler dans la gravité de son timbre, dans ses mots porteurs de sens et de douleur, à chacune de leur syllabe. L’humanité circulant tout à coup heurtant peut-être un autre, plus sensible ou plus novice, me fit à peine broncher alors que je laissais un sourire imperceptible marquer le creux de ma joue. « On se connaît à peine, vous vous inquiétez pour moi. » J’ironisais d’une tranquillité cassante, anormalement mélodieuse. Les mèches de cheveux emmêlées par l’iode ambiant, je les dégageais finalement d’un haussement d’épaules en rejoignant le banc, la tranche du dos comme assise, les pieds sur le bois écaillé. « Inutile vraiment, ce serait une perte de temps. » Sous le jeu de mes doigts, une nouvelle flamme rougeoya dans la pénombre d’une teinte d’agonie, s’éteignant finalement pour rejoindre toutes les autres, mortes, souvenirs incendiés que nous étions deux à porter. « Vous en avez manqué, déjà. Il y a de ça dix jours. » Ce n’était pas lui qui en avait manqué, à vrai dire. Ce n’était pas lui mais ses seize ans à elle ; si peu à côtoyer la vie, à s’agiter dans le vide, à éclore sans apprendre. Ça n’était pas moi non plus par ailleurs et je taisais le reste sans peine, laissant silencieuse la futilité des sentiments pour choisir les mots justes et sagittaux qui toucheraient peut-être autre chose, chez lui. « À moins que ça n’ait été rien d’autre que volontaire, d’arriver juste après. La cavalerie toujours en retard, tout juste bonne à vérifier si la fille respire encore, si elle n’aurait pas besoin d’aide, finalement. » Dieu sait qu’elle en aurait eu besoin, elle que je pouvais imaginer hurler à la clémence du premier, désillusionnée quant à l’existence d’une quelconque pitié dans les rangs de ceux d’en bas. « Ou juste à temps. Pourquoi, au juste ? » Je m’humectai les lèvres avant de les entrouvrir de nouveau, mais aucun son ne sortit immédiatement. Mes pupilles se dilatèrent et cherchèrent une réponse parmi les nuages, en vain. « Qu’elle ne parte pas seule ? » Elle l’avait été toute sa vie, son dossier l’avait confié, décrivant à mon œil l’une de ces fleurs délicates et immuables, s’entrouvrant à la nuit tombante puis se recroquevillant aussitôt le jour levé. Se réfugiant dans les endroits sombres et mortifères de la ville, ceux qui ressemblaient à son cœur, fille de l’ombre que la clarté faisait fuir, que l’aurore avait finalement emporté. Mon tour touchait à sa fin, les devinettes s’épuisant. Une dernière réponse, pourtant, vint claquer sur mon palais en retrouvant finalement son regard d’un cillement dans la pénombre environnante. « Pour finir le travail, peut-être. C’est votre truc, apparemment. » C’était ; pardon. À sa provocation répondait la mienne, cette dernière ne prenant rien de l’allure d’un tâtonnement pourtant, tout de celle d’une allégation sur laquelle je n’hésiterais pas à statuer, sans frisson de sa part.  



solosands




How deep is too deep ? ☽ Black has depth. It’s like a little egress, you can go into it, and because it keeps continuing to be dark, the mind kicks in, and a lot of things that are going on there become manifest. And you start seeing what you're afraid of.

Revenir en haut Aller en bas
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
twisted up like a slipknot (kyte) Tumblr_owkxbcPPRl1vmgnjho2_500
POSTS : 646 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Olivia » Alex [3] » Robin [d.z.] » Robin [d.m.]

twisted up like a slipknot (kyte) Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Dep. Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie [1868]


▼ ▼ ▼

twisted up like a slipknot (kyte) Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

twisted up like a slipknot (kyte) Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

twisted up like a slipknot (kyte) Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Joseph [2] » Robin [70's] » Phoenix » Jack [f.b]

Je ne prends que 4 RPs à la fois
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schyzophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
PSEUDO : Whitefalls
INSCRIT LE : 04/06/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back https://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

twisted up like a slipknot (kyte) Empty
Message(#) Sujet: Re: twisted up like a slipknot (kyte) twisted up like a slipknot (kyte) EmptySam 30 Jan - 22:26




twisted up like a slipknot

Kyte Savard & @Olivia Marshall

Inconsciente ou insensible, la brune laisse les mises en garde couler sur sa peau sans pénétrer son cœur. « On se connaît à peine, vous vous inquiétez pour moi. » Sa voix chante presque, l’ironie creuse un pli mutin sur sa joue, marque son visage austère d’une note adorablement enfantine. A voir comme elle manie le sarcasme comme une arme, Kyte doute qu’elle en ait conscience. Il hausse les épaules, balaie l’air devant lui, chasse la remarque comme la fille qui l’a prononcée. Mais elle ne tourne pas les talons. Pire, elle fait un pas vers lui encore, se hisse à ses côtés sur le banc. Pas besoin d’échanger la moindre parole ; elle annonce le jeu et il en connait les règles. En refusant de fuir, elle s’approprie le territoire, s’y installe même en hauteur, fait comprendre à ce vieux clochard acariâtre que rien ne pourra la déloger de sa tour. L’affront l’irrite, l’interpelle, l’intrigue. Il a toujours aimé les femmes de caractère, celles qui sentent le danger à plein nez. Il devrait fuir celle-là avec plus d’entrain encore que les autres et il le sait. Mais il ne bouge pas lui non plus, défend son bout de terrain et peut-être aussi quelques bribes d’honneur. Dans ses yeux, une lueur de défi. Dans son cœur, l’espoir de piquer son intérêt quelques instants encore. Qu’importe l’image qu’elle voudra bien projeter sur sa pomme pourvu qu’il cesse d’être un fantôme et continue d’exister dans l’ambre vert de ses yeux. « Inutile vraiment, ce serait une perte de temps. » Il perd le fil, hausse un sourcil interrogateur, se laisse distraire par la flamme élusive qui danse entre ses mains trop fines pour un métier si rude. Il y a comme une tristesse dans l’air quand elle s’éteint, bouffée par la glace de ses prochaines paroles. « Vous en avez manqué, déjà. Il y a de ça dix jours. » Voilà longtemps déjà qu’il ne compte plus les jours, les années, les mois. Quand on vit en dehors des sentiers tracés par la société, on se rend vite à l’évidence : tout ça n’a pas le moindre intérêt à part pour te foutre un coup d’grisaille en constatant que le temps file entre tes doigts et se referme sur ta gueule comme du sable mouvant. Alors il ne compte plus, non. Pourtant il sait d’instinct à quel jour elle fait allusion, sent la scène de crime se tailler un chemin dans leurs tripes à coup de poignard. Ainsi donc, voilà l’information que le vieux Bunk lui a vendue. Peut-être qu’il errait du côté des docks ce soir-là, à la recherche d’une jeunesse sacrifiée, prête à réclamer les petits comprimés mal coupé qu’il refile sous le manteau. Peut-être qu’à la lueur grésillante de l’éclairage public, il a reconnu sa silhouette familière ; décidé dans la foulée de vendre leur amitié en l’échange de quelques billets. Bah, faut bien qu’il vive. Comment lui en vouloir après tout, quand il aurait fait la même chose pour sauver sa propre peau. Qu’importe au fond, du moment qu’il peut se concentrer sur le pourquoi du comment, imaginer les tournants et les panneaux qui ont permis à la brune de remonter le chemin jusqu’à la planque qu’il occupe. Du moment que ses pensées à lui restent sur ces sentiers sinueux et ne retournent pas à cette fameuse nuit. Que ses naseaux ne s’emplissent pas de l’odeur âpre de fer, de mort et de pisse. Que ses yeux ne replongent pas dans les orbes terrifiés qui semblent le supplier de faire quelque chose, n’importe quoi, pour l’aider à raccrocher la vie qui s’échappe et qui la fuit. « À moins que ça n’ait été rien d’autre que volontaire, d’arriver juste après. La cavalerie toujours en retard, tout juste bonne à vérifier si la fille respire encore, si elle n’aurait pas besoin d’aide, finalement. » Les paroles l’y ramènent pourtant. Dure, accusatrices. Sa voix résonne à ses oreilles, supplications étranglées, mots hachés par les gargouillis quand le liquide sombre s’échappe de ses lèvres si pâles pour aller mourir sur sa joue. Ses doigts à lui, poisseux de l’essuyer inlassablement à l’aide d’un vieux mouchoir imbibé pour surtout ne pas la toucher, retenir un peu de sa dignité. « Ou juste à temps. Pourquoi, au juste ? » Elle questionne, impitoyable, sa voix comme une lame qui tranche le silence, éventre la nuit, éteint les étoiles. Les lèvres pincées, Kyte fixe ses mains sèches, jointes entre ses genoux sur lesquels il s’appuie pour ne pas courber l’échine. Car il ne sait pas pourquoi au fond. C’était stupide, il aurait dû ignorer les cris et continuer son chemin. Ils n’en seraient pas là en cet instant. La bleue serait pas venue fouiner dans les recoins de sa vie comme de sa conscience s’il s’était contenté de détourner le regard et rebrousser chemin. Seulement il n’avait pas pu, pas quand tout dans son corps lui gueulait de la rejoindre. En dépit des ombres encore présentes qui s’attardaient autour de leur proie, ceux-là même qu’il ne s’est pas gêné pour menacer de son poing levé. En dépit des caméras, des voitures qui tournaient à l’angle de l’autre côté de la rive, des sirènes lointaines hurlant à la lune. Il n’avait pas fui, non. Et si c’était à refaire, il le referait. « Qu’elle ne parte pas seule ? » Il se redresse, une protestation dans la gorge qu’il ravale dans un soupir. « P’t-être bien, ouai. » Il souffle sans chercher à nier sa présence sur les lieux du crime. Trop occupé à échapper aux images du passé pour penser à se préserver de l’avenir. Les raisons lui reviennent en même temps que les émotions qui l’ont retourné ce soir-là. Il s’était traîné jusqu’à elle pour faire fuir les charognards et dissuader les prédateurs de revenir. Pour voir s’il restait pas quelque chose à sauver. Pour qu’elle soit pas seule quand le gouffre béant de la mort chercherait à l’aspirer. Pour que le dernier visage qu’elle voit avant de s’éteindre ne soit pas celui qui l’a déchiquetée. Pour qu’elle sente sur son front la caresse d’une larme et puise dans son cœur l’esquisse d’un regret. Pour que dans ses derniers souffles enfin elle inspire un semblant de sécurité. Il l’avait gardée longtemps dans ses bras. Bien plus qu’il n’aurait dû. Serré contre lui et bercé son corps inerte, son visage se mêlant aux souvenirs de tant d’autres auprès de qui il était arrivé trop tard, ou juste à temps. Il avait chanté des mélodies funèbres que seul le bitume pouvait entendre, hurlé la rage qu’elle n’avait plus et pleuré sa jeunesse volée. Il avait caressé l’idée de l’enterrer pour lui offrir un peu de dignité, s’était résigné à l’abandonner dans son sillage pour qu’on puisse la retrouver. Alors il avait fini par se relever, glissé un centime durement gagné dans la gueule avide de la cabine téléphonique, lancé un appel d’urgence aux condés. Puis il avait attendu, planqué dans un buisson, surveillant la tendre enfant jusqu’à ce qu’ils débarquent et referment sur elle le nylon noir dans un zip sinistre. « Pour finir le travail, peut-être. C’est votre truc, apparemment. » Les poils se hérissent sur ses bras, les sourcils se froncent, la colère enfle dans sa gorge. Froide, calme, menaçante. « Pas une fille. Pas une enfant. » Il siffle entre ses dents, secoue la tête, se détourne d’un geste sec. L’émotion brouille la raison. Assez pour le trahir, annoncer clairement sa présence sur les lieux du crime en révélant un détail que la brigadière n’a pas partagé : l’âge précoce de la victime. Il se fiche pas mal de tous ces autres péchés qu’il sous-entend, ceux-là même qui ne l’empêchent jamais de dormir la nuit. Pas autant du moins que les regrets liés à ses nombreux manquements. Cette putain de malédiction qui le suit à travers les hivers et les océans. Ce coup du sort qui s’arrange pour qu’il n’arrive jamais à temps. « Alors c’pour ça qu’t’es là. » La curiosité remplacée par la lassitude s’évade dans un ricanement amer. « T’as pas d’piste. Juste les dires d’un vieux dément qu’m’a foutu sur ton enquête pour s’faire un peu d’argent. » Un sourire sans joie froisse son visage, creuse des rides au coin de ses yeux iceberg. Deux doigts plantés sur sa tempe, il secoue la tête, rigole sans un son, braque son regard sur les chaînes d’une grue qui se balancent au grès du vent. « Et tu d’demandes si j’fais l’suspect idéal. S’tu peux m’placarder ça sur la gueule. Filer un os à ronger au procureur qui t’colle au cul pour lui dégoter un coupable. » Il grogne, se racle la gorge, crache par terre avec dédain. « Un crime de plus, un crime de moins, au fond tu t’fiches pas mal d’savoir qui l’a fait, hein ? Du moment qu’en taule y’a un pourri qui paie. » C’est déjà ce qu’il s’est passé il y a des années de cela, en Norvège. C’est vrai qu’une fois il l’a cognée, sa Lenore. Après qu’elle lui ait balancé le fer à repasser dans la gueule il avait pas eu la bonté d’âme de retenir son poing pour calmer un peu sa furie, non. Alors sûr qu’on l’avait vue en ville avec les bleus parsemés sur son beau visage enneigé. Sûr qu’on avait jasé, aussi. Sûr qu’après leur divorce et leur réconciliation passionnée, après une engueulade de plus et la baraque qui a cramé, on s’est dit qu’il avait tout du parfait suspect. Qui aurait cru, après une énième dispute que les voisins faisaient semblant de ne pas écouter, qu'il était allé faire un tour à moto pour se calmer. Que c’est seulement en revenant qu’il avait vu flammes dépassant de la cime des arbres au loin derrière la forêt. Que même s’il avait accéléré, roulant à fond sur les chemins de montagne accidentés, il était arrivé trop tard. Ou juste à temps. Pour découvrir sa môme dans le jardin, le regard hanté, braqué sur la maison en flammes pendant que dans ses yeux c’est leur futur, présent et passé qui s’effondraient. Pour récupérer le corps de sa femme, même pas calciné. Les poumons remplis de la fumée qui l’avait étouffée. Cette putain de fumée qu’il sent toujours dans l’air chaque nuit. Qui brûle son cœur de ce genre de douleur que même la liberté ne peut apaiser. « Alors ça f’ra toujours une raclure d’moins dans les rues, ouai. Pis j’dois bien l’mériter pour que’que chose après tout, ça j’peux pas l’nier. » Haussement d’épaules, la désinvolture pour cacher le dépit et la morsure de ses regrets. « Mais en attendant  l’vrai coupable y court toujours. Prêt à s’vanter, libre de r’commencer. » Il inspire le silence et un peu de la fumée qu’il recrache dans la nuit, se cale plus confortablement contre le bois craquelé, cherche le regard de celle qui représente encore un mystère à ses yeux. « Alors dis-moi ma jolie, quand t’sais tout ça... comment c’est qu’t’arrives à dormir la nuit ? »

(c) oxymort




there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Marshall
Olivia Marshall
la loyauté partielle
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans. (22/03)
SURNOM : Olivia continue de résonner sobrement dans la bouche de son père. Liv est adopté par le plus grand nombre.
STATUT : ensemble depuis seize ans, mariés depuis six. séparés depuis peu mais ça lui semble déjà peser comme une éternité.
MÉTIER : inspectrice de police, unité criminelle de Brisbane. ancienne militaire de l’australian army.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. en coup de vent, toujours. peut-être plus pour longtemps, d’une façon ou d’une autre.
twisted up like a slipknot (kyte) AriBfHyd_o
POSTS : 4761 POINTS : 235

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : flic borderline ; mère orpheline d’une petite fille depuis mars 2018 ; couple en perdition ; fume trop ; boit trop ; ancienne enfant battue ; ancienne militaire ; addict au sport ; diplômée en sciences politiques ; a toujours un paquet d’allumettes et un autre de chewing-gum à la menthe sur elle ; motarde ; passionnée de littérature ; possède une collection de bonnets et chapeaux ; a un chien de rhodésie, Loki ; père général et mère dépressive ; fière avant toute chose ; infidèle à son mari ; loyale à en mourir sinon ; rongée par le deuil.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (12/5) jacob (5) (7) ; jack ; kyte (1) ; liam (1) ; yasmine (3) ; charlie ; joseph (4) ; erika ; amos (6) ; dz amos ; dm jacob (4)

RPs EN ATTENTE : hannah (2) ; birdie (2)

RPs TERMINÉS : twisted up like a slipknot (kyte) Mrc0bcHg_o
jacob (1) (2) (3) (6)we’re still alive but we’re barely breathing ; just praying to a god that we don’t believe in. please believe that i will find my way back to us.

twisted up like a slipknot (kyte) DwN4zB6I_o
amos (1) (2) + raelyn (3) (4) (5)life cuts deep, let me help pick up the pieces. you're not alone, i'm by your side. don't you know, i'll walk through fire with you. no matter what, we’ll make it right.

twisted up like a slipknot (kyte) JZ1QzRWm_o
erikacall it a clan, call it a network, call it a tribe, call it a family : whatever you call it, whoever you are, you need one.

twisted up like a slipknot (kyte) NlGKqpev_o
josephwhat will mess you up most in life is the picture of how it was supposed to be.

twisted up like a slipknot (kyte) VIJ0fBl1_o
charlierespect is earned, honesty is required, trust is gained, loyalty is returned.

seth ; joseph (fb. 1) (2) (3) ; lex ; yasmine (1) (2) ; dominic ; jo (1) (2) ; blaze (1) ; hannah (1) ; anwar ; anastasia ; marius (1) ; halsey (1) ; raelyn (2) ; birdie (1) ; edge ; livakinauden ; chloe (1) ; thomas+ezra ; dm amos


AVATAR : Sophia Bush
CRÉDITS : code signature (astra). ub (loonywaltz)
DC : non.
INSCRIT LE : 15/01/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t28494-pathetic-fallacy-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28607-look-up-here-im-in-danger-o-liv https://www.30yearsstillyoung.com/t28667-olivia-marshall

twisted up like a slipknot (kyte) Empty
Message(#) Sujet: Re: twisted up like a slipknot (kyte) twisted up like a slipknot (kyte) EmptyDim 7 Fév - 18:00




Olivia Marshall & @Kyte Savard ✻✻✻ Prendre de la hauteur comme flâner avec flegme, s’imposer au décor comme le réinventer sans ciller, le passage en son sein bientôt confus pour ceux à qui j’imposais ma présence, imaginaire peut-être lorsque je m'édictais pourtant, et pour un temps donné, ultime possesseur des lieux. Cela avait tout d’un jeu aux règles nébuleuses, l’imprécis de ces dernières justement dont je tâchais de m’emparer dès les premiers instants, trop consciente qu’aux suivants, l’adversaire du moment risquait de se rendre compte posséder autant de cartes entre ses mains que celles dissimulées entre les miennes pour qu’il ne puisse les compter. Celui-là semblait méfiant par ailleurs, lucide et bien plus éclairé que ce à quoi je m’étais attendue aux dires de la source m’ayant menée jusqu’à son banc. Je n’en laissais rien paraître pour autant, notant les informations dans un coin de ma tête, procédant aux ajustements du discours s’écoulant d’entre mes lèvres, attentive aux nouveaux éléments que ses réactions révélaient, que ses regards trahissaient, dont son corps témoignait. Sa vie dans la rue transpirait par ses pores, sa silhouette se mariant au paysage que je pouvais toujours prétendre mien sans jamais réussir à l’incarner tel que lui. Les saillies s’échappant tranquillement du rebord tranchant de mes lèvres, je l’observais tout de même se mouvoir et se fondre, s’agiter à certains instants sans jamais donner l’impression inverse que celle de flotter dans l’espace environnant, décalé mais à sa place, toujours. Les âmes de la rue me paraissaient reconnaissables au premier coup d’œil, rares étaient celles néanmoins semblant fouler le sol comme il le faisait ; comme s’il y était bien, comme s’il ne le redoutait pas. Comme s’il lui appartenait depuis longtemps déjà. Était-ce ainsi qu’il s’était déplacé, ce jour-là aux abords des docks ? S’était-il contenté de demeurer en retrait, conscient tout de même que là était sa place, décidant par sa non-intervention de qui méritait vivre et de qui avait à périr ? Ce ne fut pas contre cette pensée encore celée qu’il s’opposa pourtant, le dos tendu sous la tension d’une décharge n’ayant pas eu lieu, pas encore, sans que cela ne m’empêche pour autant de prêter attention à ce qui semblait valoir la peine de briser la sécurité de son silence. « P’t-être bien, ouai. » Il ne niait pas alors, m’épargnais même d’avoir à inviter les preuves au sein de mon récit, se contentant de la parole pourtant facile à débouter d’un de ses compagnons de rue. La sincérité, louable ailleurs, me maintenait en alerte dans ces conditions-là, consciente des écueils pouvant se cacher en une coopération trop assurée. Sa présence sur les lieux confirmée à demi-mots, ne me restait plus à présent qu’à en deviner les raisons, modelant les règles du jeu à ma guise, lui accordant le bénéfice du doute ici et l’accusant du contraire, là.

Alors quoi, avait-il interrogé. Alors quoi, le relançais-je : l’odeur du sang l’avait-elle attiré sans qu’il ne sache y résister ? Il ne serait pas le premier, laissait ainsi sous-entendre l’œillade que je lui lançais, feignant l’absence de tout jugement si, par stupidité, un éclat d’orgueil venait à traverser ses prunelles. Il ne serait pas le dernier non plus, à contrôler ses pulsions primitives, l’humanité à fleur de peau, l’animalité ancrée au plus profond malgré tout et ne demandant qu’à reprendre ses droits lorsque le sang semblait couler aux alentours, celui des autres de préférence. « Pas une fille. Pas une enfant. » gronda-t-il sans attendre, la vérité transperçant l’émail de ses dents menaçant de se fendre à les grincer sans pitié. Il existait de ces jeux auxquels certains n’acceptaient plus de jouer, ou plus de bon cœur, et je devinais la nausée étant la sienne à l’image que je dépeignais, sillage d’un courroux demeurant pourtant bâillonné. « Des standards, donc. Je peux respecter ça. » Je répliquais sur le même ton, refusais encore de changer de fusil d’épaule et de me départir du sarcasme régnant en maitre dans chacune de mes intonations. Je notais pourtant les aveux de ses réactions, les confessions de son corps abîmé par autre chose que le temps. Je prêtais attention à l’émotion et la colère d’années révolutionnaires n’ayant servi à rien, ce jour-là. « Alors c’pour ça qu’t’es là. T’as pas d’piste. Juste les dires d’un vieux dément qu’m’a foutu sur ton enquête pour s’faire un peu d’argent. » De ses yeux plissés et le souffle fumant, je le discernais fixer le lointain. L’imaginais peut-être désireux de retrouver l’instant précédent, celui où il n’avait rien d’autre à faire que de distinguer, dans les constellations, l’aigle de l’ourse, le scorpion du taureau. « Oh, j’en ai une. Elle risque de ne pas vous plaire. » Je me contentais, à l’inverse, de jouer de nouveau du cliquetis du briquet à la flamme ravalée avant même d’exister ; le reste de mes paroles refoulé, laissant la place aux siennes qui ne demandaient qu’à sortir désormais, brûlantes à force d’avoir été contenues, un rire silencieux et désabusé comme première salve de lave. « Et tu d’demandes si j’fais l’suspect idéal. S’tu peux m’placarder ça sur la gueule. Filer un os à ronger au procureur qui t’colle au cul pour lui dégoter un coupable. » Il se trompait, le dédain étant le sien semblant traverser mes propres veines à l’entente de ce qu’il avançait sans que je n’en manifeste encore le moindre indice, me contentant de plisser les yeux, le regard rivé vers la mer, plate et sans reflet. « Un crime de plus, un crime de moins, au fond tu t’fiches pas mal d’savoir qui l’a fait, hein ? Du moment qu’en taule y’a un pourri qui paie. » En était-il un, par essence ? Faisait-il partie de ceux que je pourrais imaginer jeter en pâture dans la gueule d’un système qui n’attendait que cela, un coupable pour quelque chose, pour quoique ce soit à défaut du crime dont nous parlions aujourd’hui. Je maintenais mes lèvres closes, le silence pour l’enjoindre à continuer, trop consciente de l’hypocrisie à laquelle je ne désirais pas me plier sur l’instant. La nécessaire pour défendre l’industrie qu’il dénonçait âprement, celle du meurtre en continuel et perpétuel essor, celle du travail à la chaîne imposé pour répondre à la rentabilité souveraine, gangrenant ce milieu comme tous les autres. Il le savait et moi aussi, nos emplacements sur la chaîne alimentaire à deux pôles opposés toutefois.

« Alors ça f’ra toujours une raclure d’moins dans les rues, ouai. Pis j’dois bien l’mériter pour que’que chose après tout, ça j’peux pas l’nier. » Il ne voulait pas être sauvé, n’est-ce pas ? À quoi bon, sa vie réduite d’elle-même à une seconde de survie, une esquisse de vide dans l’éternité. Une existence entière enterrée avec des secrets bouillonnants derrière ses lèvres gercées, des regrets affleurant à la surface de sa peau asséchée. Combien de temps, déjà ? Combien de temps, encore, à se débattre avec ce qu’il semblait pourtant vouloir enfouir, à essayer de mettre des mots sur ce qui le hantait, à n’en pas douter ? Il ne voulait pas, non, être sauvé d’une culpabilité portée en bandoulière depuis plus d’années qu’il ne m’était capable d’imaginer ; ne voulait pas plus tomber pour ce dont il ne serait jamais damnable. « Mais en attendant l’vrai coupable y court toujours. Prêt à s’vanter, libre de r’commencer. » Je pouvais deviner ses pupilles se dilater sous les faibles rayons de la lune, les miennes froides et minces comme des billes que je lui accordais de bon gré, l’affrontement silencieux ne durant sûrement que quelques secondes, un temps fou, avant qu’il n’inspire légèrement, que la réalité s’insuffle à nouveau dans mes veines, et qu’il n’incline la tête pour se défaire de la dernière de ses énigmes. « Alors dis-moi ma jolie, quand t’sais tout ça... comment c’est qu’t’arrives à dormir la nuit ? » Plus autant qu’avant. Plus aussi bien qu’avant, lorsque j’y parvenais encore. Plus réellement, ou jamais ce qu’il fallait, depuis quelques années, ces dernières se lisant sur mon visage aux traits tirés et au regard assombri de cernes et de souvenirs semblant y être incrustés. Cela n’avait rien à voir avec ce qu’il soupçonnait néanmoins, rien à voir avec ce qu’il tentait de réveiller en moi et je me contentais d’arquer un sourcil en redressant mon dos, la réplique convenue, musique à mes oreilles à force d’être répétée : « Comme un bébé. » Le mensonge maîtrisé désormais, l’aveu de faiblesse réprimé comme tous les autres, plus facilement encore lorsque les raisons de mes insomnies demeuraient loin, si loin, de la conversation tenue. Le monde agonisant et les idéaux saignant les pavés de la ville n’en faisaient pas partie ; tant pis si cela en disait autant sur moi que ce que je désirais taire. « Une raclure est une raclure et quand une autre de cette espèce finit par y passer, ça ne perturbe en rien mon sommeil que de faire tomber la première me passant sous la main, pour un meurtre ou un autre… » Ma voix vint se perdre dans la houle environnante, l’ambiguïté volontaire, le sibyllin étudié ; la sincérité sous-jacente néanmoins lorsqu’il s’agissait d’assumer vouloir les coincer, eux qui ne méritaient pas d’attendre l’Enfer auquel je ne croyais pas pour payer d’un crime un jour commis, et le choix à l’aveugle si le délit en question ne nécessitait pas autre chose. « Mais une fille, un enfant ? » Mes sourcils se froncèrent cette fois-ci, sans que je ne cherche à retenir quoique ce soit des affres que cela éveillait en moi de reprendre les mots qui avaient été les siens, l’image que nous avions tous deux en mémoire. Elle en était une encore, d’enfant, il avait raison. Et à la découverte de son corps mutilé, je n’avais pu empêcher mes pensées de se tourner vers ma fille, mes pupilles renversées derrière mes paupières résolument closes.

Je soupirais en les rouvrant, laissant mes doigts courir dans le revers de ma veste, en extirpant finalement la pellicule froissée que je posais à plat sur le banc. « Ma piste, c’est vous. » Sur le cliché, son visage reconnaissable malgré ses traits déformés par l’effroi de la scène dont il cherchait à s’enfuir et ses joues suantes sur lesquelles se reflétait encore la danse du feu de l’horreur d’arrière-plan. Ce n’était pas la seule image pourtant que je possédais de lui et je me désintéressais de celle-là simplement pour faire défiler les autres sur mon téléphone, l’index presque las d’en constater le nombre. « Sous tous les angles, même les moins flatteurs. On aurait pu penser qu’à force de traîner dans le coin, vous auriez appris à déceler les caméras. » Elles entouraient les lieux, impossibles à manquer. « Pourtant, c’est votre visage sur les lieux du crime et en gros plan que vous offrez à tous ceux qui n’attendent que ça. » Trouver le suspect exemplaire, en faire le coupable idéal, puis passer aux autres pour gonfler les chiffres, contenter les uns, glorifier les autres. « Vos principes ne tiendront pas la route face à eux. Pas plus que tout ce à quoi vous êtes déjà en train de penser en regardant ces photos pour m’expliquer à quel point le scénario dont vous seriez l'acteur principal ne tiendrait pas la route. Il n’y a rien qui ne puisse être arrangé par une histoire bien ficelée qu’il ne me reste plus qu’à raconter. » J’en avais déjà le début, le milieu et la fin, deux corps en pièces centrales, le calciné apparaissant devant mes yeux sur l’écran lumineux, et le sien derrière les barreaux auquel je ne me résignais pas, ou pas encore. À la photo de la victime, je lui préférais finalement celle de la vie, le visage frais de la jeune femme et témoin d’une jeunesse désormais volée que je lui présentais alors, n’attendant pas qu’il s’empare de l’appareil pour le poser sur le bois, lui aussi. « Mais ce que je veux moi, c’est la vraie, pas celle qui arrangera tout le monde. » Ça n’avait jamais été dans mes priorités après tout, d’arranger le monde. Qu’il ne s’y méprenne pas pour autant, ça ne l’était pas davantage de l’arranger lui, tout innocent soit-il. C’était elle, qui comptait. C’était elle qui avait compté, pour lui aussi, je l’espérais encore.




solosands




How deep is too deep ? ☽ Black has depth. It’s like a little egress, you can go into it, and because it keeps continuing to be dark, the mind kicks in, and a lot of things that are going on there become manifest. And you start seeing what you're afraid of.

Revenir en haut Aller en bas
Kyte Savard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 58 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup ça me vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue. Membre fondateur de l'ALF, s'il faut s'identifier à une association.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.
twisted up like a slipknot (kyte) Tumblr_owkxbcPPRl1vmgnjho2_500
POSTS : 646 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme sanglant et hors la loi l’ont rendu paranoïaque. Pour calmer son délire de persécution, il a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Olivia » Alex [3] » Robin [d.z.] » Robin [d.m.]

twisted up like a slipknot (kyte) Uww1
» WANTED DEAD OR ALIVE ft. Bloody Gaby & Dep. Winchester [1868]
» LES RÔDEURS DE L'AUBE ft. Hassan le marin [1868]
» LA BRUTE ET LE TRUAND ft. Bosie [1868]


▼ ▼ ▼

twisted up like a slipknot (kyte) Lu6i
BLY » A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi et regarder la vie tant qu'y en a. Te raconter la terre en te bouffant des yeux, te parler de ta mère un p'tit peu. Et sauter dans les flaques pour la faire râler, bousiller nos godasses et s'marrer.

twisted up like a slipknot (kyte) Lku5
JAIMIE » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi, regarder le soleil qui s'en va. Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous, te dire que les méchants c'est pas nous. Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.

twisted up like a slipknot (kyte) Tumblr_lwkwvqUyVh1qc4bg8o4_250
ROBIN » A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'il en a. Te parler du bon temps qu'est mort ou qui reviendra en serrant dans ma main tes petits doigts. Et entendre ton rire qui lézarde les murs et qui sait surtout guérir mes blessures.

RPs EN ATTENTE : Joseph [2] » Robin [70's] » Phoenix » Jack [f.b]

Je ne prends que 4 RPs à la fois
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Avatar: schyzophrenic » Sign: Okinnel » Gifs: tumblr
DC : Jaimie la louve et Aisling la paumée
PSEUDO : Whitefalls
INSCRIT LE : 04/06/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back https://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

twisted up like a slipknot (kyte) Empty
Message(#) Sujet: Re: twisted up like a slipknot (kyte) twisted up like a slipknot (kyte) EmptyMer 10 Mar - 21:05




twisted up like a slipknot

Kyte Savard & @Olivia Marshall

Elle ne cille pas. Belle et terrible comme l’ultime nuit d’automne avant l’hiver. Douce en apparence. Dangereuse et dévastatrice dans ses ténèbres glaciales si on ose prendre le risque de la sous-estimer. « Comme un bébé. » L’assurance résonne dans sa voix douce, rauque d’avoir trop fumé ou trop gueulé après les incompétents qui encombrent son service. La réponse flotte entre eux, contraste avec les cernes sombres estampillés sous ses yeux d’ambre, le pli soucieux au coin de ses lèvres, le néant qui bouffe son regard. Une sincérité évidente pourtant, implacable. Si la flamme de l’idéalisme a un jour brûlé dans le cœur de cette femme, voilà longtemps qu’elle s’est éteinte sous les cendres de ses déceptions. « Une raclure est une raclure et quand une autre de cette espèce finit par y passer, ça ne perturbe en rien mon sommeil que de faire tomber la première me passant sous la main, pour un meurtre ou un autre… » Une intuition que ses paroles viennent à la fois confirmer et infirmer. Ainsi, peu importe qui elle enfermera derrière les barreaux… pourvu que son crime soit à la hauteur du châtiment. Ma foi, c’t’une logique en soi. Une logique qui l’intrigue. Une logique qu’il peut respecter. Une logique qui lui donne quand même sérieusement envie de se carapater. « Mais une fille, un enfant ? » Ses mots reprennent les siens, ses doux sourcils se froncent, son visage se contracte et laisse filtrer une douleur si pure, si humaine que pendant un fragment de soupir, ils semblent la partager. Mélancolie éphémère, dont il ne reste pas la moindre trace quand elle rouvre les yeux. Ses mains fouillent dans sa veste, tirent quelques papiers froissés qu’elle plaque entre eux comme des munitions. « Ma piste, c’est vous. » Et c’est bien lui, là. Bec d’aigle reconnaissable et regard hanté, les joues creusées par son dernier séjour derrière les barreaux, les bouclettes graissées par la puanteur enflammée qu’il a dû traverser pour rejoindre la môme. C’est lui aussi sur l’écran de son téléphone, son reflet capturé dans les petits pixels ostentatoires qui défilent et se mélangent jusqu’à lui donner la nausée. « Sous tous les angles, même les moins flatteurs. On aurait pu penser qu’à force de traîner dans le coin, vous auriez appris à déceler les caméras. » Sois pas triste ma belle, j’peux poser pour ton objectif s’tu tiens tant à avoir un beau souvenir de moi, qu’il voudrait plaisanter. Mais dans sa poitrine, le cœur s’emballe, cogne contre les côtes comme pour s’en échapper. Dans ses paumes moites, la sueur afflue au même rythme que l’adrénaline pulse dans son sang. Il n’aurait jamais dû rester ici après cet incident. Il aurait dû retrouver le couvert de la nature sauvage et s’y terrer jusqu’à être libre de foutre le camp. « Pourtant, c’est votre visage sur les lieux du crime et en gros plan que vous offrez à tous ceux qui n’attendent que ça. » Il devrait l’assommer, là. Prendre son arme, l’allonger sur le banc et la menotter aux planches. Prendre un peu d’avance surtout et disparaître entre les entrailles bétonnées des docks défoncés. Pourtant, il ne bouge pas, l’écoute fanfaronner face aux nombreux clichés. Et une pensée le traverse : si elle savait qui t’es… si elle était là pour Interpol, elle ne serait pas tranquillement installée à te parler. C’est cette pensée qui lui cloue le cul sur les lattes de bois ébréchées, le pousse à l’écouter quelques instants encore, l’exhorte à retrouver son calme. Pour une raison qui lui échappe, la brigadière semble laisser entendre qu’elle est la seule à avoir connaissance de ces clichés. Comme si ses collègues n’attendaient pas sagement en embuscade derrière chaque buisson ou encore terrés dans une vieille camionnette défoncée, les oreilles soudées à leur casque pour enregistrer les moindres grésillements qui s’échapperaient du micro qu’elle porte sous ses vêtements. Mais si elle prend toutes ces précautions, si elle tente le dialogue au lieu de l’éclater par terre pour lui passer les menottes… c’est qu’elle n’a pas conscience d’avoir Kyte Savard en face d’elle. Autrement, elle l’aurait arrêté sur le champ. Et pas pour avoir traîné au mauvais endroit, au mauvais moment. No questions asked. « Vos principes ne tiendront pas la route face à eux. Pas plus que tout ce à quoi vous êtes déjà en train de penser en regardant ces photos pour m’expliquer à quel point le scénario dont vous seriez l'acteur principal ne tiendrait pas la route. Il n’y a rien qui ne puisse être arrangé par une histoire bien ficelée qu’il ne me reste plus qu’à raconter. » Merde alors, peut-être bien qu’elle pense juste avoir serré un clochard un peu naïf après tout…

Le système nerveux se régule, les yeux s’écarquillent pour feindre l’innocence incarnée. « J’suis sacrément dans la panade, pas vrai ? » Il grommelle parce qu’il l’est, mais surtout si elle s’amuse à faire les liens entre le rigolo sur les photos et l’écoterroriste mondialement recherché. Il esquisse un sourire contrit pour jouer le jeu, pour gagner du temps, pour la tester. Un sourire qui s’efface dès lors qu’elle fait glisser devant ses yeux la dernière photo. Le portrait de la petite avec ses grands yeux encore pétillants de vie, tout pleins de ces douleurs adolescentes qui l’ont poussée à s’aventurer si loin de son lit, pour flirter avec le vide et rencontrer ses démons bien après la tombée de la nuit. Ses grands yeux gris, ses cheveux corbeau, ce look un peu gothique à mèche en version miniature qui croit dire je suis différente mais qui hurle je suis si seule. Il n’a plus envie de rire, d’éluder, de plaisanter. Il n’ose toucher le téléphone, n’ose s’en détourner. Et avant même que les mots s’échappent de ses lèvres, il sait qu’il lui doit la vérité, rien que la vérité, toute la vérité. « Mais ce que je veux moi, c’est la vraie, pas celle qui arrangera tout le monde. » Un sourire triste au coin des lèvres, il hoche la tête, vaincu. « Des standards, donc. J’peux respecter ça. » A son tour de lui resservir sa réplique comme elle l’a fait avant lui. Comme pour sceller entre eux un accord dont ils esquissent ensemble les termes encore flous. « La vérité pourra pas la ramener, mais la p’tite… elle mérite au moins ça. » Il finit par grogner en désignant son reflet du menton, un pli amer au coin de ses lèvres gercées. Son regard cherche celui de la brigadière, le glacier se fond dans l’ambre verte, en quête de réponses aux questions qu’il n’ose formuler. Il a envie de lui faire confiance, mais tout dans sa nature le pousse à se méfier. Il connaît les flics et leurs stratégies douteuses, sait qu’une parole d’apparence sincère peut cacher un piège qu'ils ne laissent entrevoir que lorsqu’il est déjà trop tard. Balance ton prochain pour éviter la taule. Crève par sa main si t’as osé briser la loi du silence. Une fois coincé dans cet engrenage complexe, y’a plus le moindre espoir. Quoi que vous fassiez, la justice ou la rue finiront par vous déchiqueter. « Mais qu’est-ce qui m’dit qu’tout ça c’pas une tactique pour m’coffrer ? » Il finit par demander, les plissés yeux sondant encore les profondeurs insaisissables de ses iris dans la pénombre. « Au fond, qu’importe l’histoire que j’vais t’raconter : si d’autres que toi ont vu ces photos, j’pourrais aussi bien déjà être derrière les barreaux. » Car il veut croire en sa sincérité, mais connaît les rouages moisis de sa profession, la politique qui gangrène le système et ce besoin de trouver un coupable à balancer à la presse au plus vite pour apaiser les esprits échauffés, tourmentés par le destin tragique d’une enfant à qui le monde entier a fait défaut. Un gros titre imprimé pour rassurer la populace, remède placebo, baume factice qui ne guérit qu’en apparence les balafres que ces faits divers creusent dans la tranquillité des bonnes gens. Mais dans cette foutue société, on préfère toujours un beau mensonge plutôt qu’une affreuse vérité. Et lui, avec ses airs de clochards crado et son visage capturé aux côtés de la gosse agonisante, il offre l’exutoire parfait à leur besoin de justice galvaudée et de châtiment. « Enfin, disons que j’suis prêt à prendre le risque de t’croire… » Les paroles lui échappent sans qu’il les ait prévues. Sans qu’elles le surprennent pour autant. Quel autre choix a-t-il après tout ? Il est trop tard pour filer. Trop tard pour souhaiter avoir été plus discret. Au fond c’est quitte ou double, s’il rentre dans son jeu, il pourrait peut-être bien s’en tirer. Reste ce criss de micro… Parce qu’il a vu dans les prunelles de la brigadière brûler le feu de la justice, et c’est à ces seules oreilles qu’il accepte de confier de quoi tailler le glaive qui lui permettra de la donner. Pas aux petites bites qui lui laissent prendre tous les risques en allant chercher la vérité auprès d’un clodo. Amusé, il secoue la tête et un sourire de défit étire ses lèvres, fait briller une rangée de dents jaunies, petites étoiles moisies qui s’ajoutent à la nuit. « J’sais pas toi, mais j’me sens d’humeur aquatique. On fait trempette dans l’fleuve et j’te raconte tout c’que tu veux savoir depuis les eaux. Deal ? » Une envie de la tester un peu, de voir jusqu’où elle est prête à aller pour montrer patte blanche. Une occasion pour tous les deux de se mettre à nu et signer un pacte de confiance à l’ancienne, comme ça se faisait dans le pays de sa femme Norvégienne. Mais plus que tout cela, c’est l’occasion de vérifier qu’elle n’a pas un micro planqué entre les seins si elle décide de se déshabiller… ou bien de niquer la mécanique si par malheur elle décidait de jouer la carte de la pudeur. Dans tous les cas, cette baignade au clair de lune sera pour lui l’assurance que les mots qu’ils échangent ne resteront jamais plus que des murmures soufflés à la surface huileuse des eaux sombres du port abandonné.

(c) oxymort




there are no more barriers to cross

All I have in common with the uncontrollable and the insane, the vicious and the evil, all the mayhem I've caused and my utter indifference toward it. But even after admitting this there is no catharsis, my punishment continues to elude me and I gain no deeper knowledge of myself; no new knowledge can be extracted from my telling. This confession has meant nothing. » okinnel.

:creepy::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

twisted up like a slipknot (kyte) Empty
Message(#) Sujet: Re: twisted up like a slipknot (kyte) twisted up like a slipknot (kyte) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

twisted up like a slipknot (kyte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city
-