AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-16%
Le deal à ne pas rater :
Promotion sur le kit d’entretien K&N pour filtre à air voiture et ...
15.37 € 18.40 €
Voir le deal

 The art of giving - Livia#2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keith Weddington
Keith Weddington
le coup de poignard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans en réalité
SURNOM : Keithounet, imprononçable, on sait
STATUT : Tellement sans famille et sans amis qu'il pionce sur son bureau en se faisant passer pour un workaholic alors que personne veut de lui en fait
MÉTIER : flic raté reconverti en prof uniquement pour les vacances scolaires et reluquer les étudiantes
LOGEMENT : dans une garçonnière avec zéro goût en déco juste à côté de l'université
The art of giving - Livia#2 Tumblr_olomisLGLx1vlcymso1_400
POSTS : 2595 POINTS : 710

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : The art of giving - Livia#2 Ezgif-3-24aa0247a14c
KEYDEN Ø Saw you today after so much time it felt just like it used to be. Talking for hours 'bout a different life surrounded us in memories. We were close, never close enough, where are we now? 'Cause if it's torn, we can stitch it up, don't rule it out

The art of giving - Livia#2 Ezgif-10
KEIDREA ØSaid I'm terrified but I'm not leaving I know that I must pass this test, So just pull the trigger


The art of giving - Livia#2 Ezgif-11
Les chasseurs de frimes Ø So no one told you life was gonna be this way, Your job's a joke, you're broke Your love life's D.O.A. It's like you're always stuck in second gear, When it hasn't been your day, your week, your month or even your year.


Marius#2 - Livia#2 - Edge#2 - Holden - Odessa#1 - Cassia#1 - Auden#1 - Joy#1 - Merry#1
RPs EN ATTENTE : Jacob - Amy#4
RPs TERMINÉS : Amy - Helena - Hayden - Leena - Siekeyneston - Byron - Edge- Zachary - Chevy - Marius - Amy#2 - Lisbeth - Dylane - Keidrea - Helena#2 - Livia - Wim - Liz - Jacob - Asher - Hayden#2 - Kieran - Lisbeth#2- Amy#3 - Noa - Helena#3 (FB)

Les chasseurs de frimes : Saül#1


- ABANDONNE- Ava - Ada - Eve - Loreley - Brianna - Jodie- Thea - Danika - Fb - - Leah - Loris - Dalina - Judith - Hayden UA - Dani - Dani#2 - (FB) Dani#3- Dani#4- Dani#6- Dani#8 Dani#7- Keithisy- Haley#1
AVATAR : Brett Dalton
CRÉDITS : P.
DC : Samuel Siede & Nate Weaver & Zach Cardell
PSEUDO : P. (Me) pour l'avatar + Ub (Loonywaltz)
INSCRIT LE : 16/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30439-shadows-of-my-past-life-keep-me-up-keith-weddington https://www.30yearsstillyoung.com/t30458-keith-weddington-it-s-a-new-day-it-s-a-new-life-for-me

The art of giving - Livia#2 Empty
Message(#) Sujet: The art of giving - Livia#2 The art of giving - Livia#2 EmptyDim 6 Déc - 22:11




The art of giving
@Livia Visconti & Keith Weddington"
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


Comment m’étais-je retrouvé à errer en plein mois de décembre dans les allées d’un centre commercial alors que la plupart de mes camarades de promo étaient en train de profiter de la chaleur, des plages et de l’été qui prenait notre ville ? Ah oui. Parce que j’étais un abruti qui avait oublié que dans moins de quarante-huit heures, j’étais convié à l’anniversaire de ma mère. Et que de ce fait, je me devais d’arriver avec un cadeau entre les mains. Il était bien loin le temps où un collier de pâtes pouvait suffire à satisfaire celle qui m’avait élevé comme son fils alors que nous ne partagions pas le même sang. Je n’avais jamais fait de différences, n’avais jamais ressenti le besoin de faire valoir ce point dans un quelconque conflit, étant pleinement conscient qu’elle n’y était absolument pour rien et que tout cet amour qu’elle m’avait offert, elle n’en avait pas été obligée.

Pourtant, malgré tout cela, j’étais incapable de trouver le cadeau qui lui ferait plaisir. Peut-être parce que cela faisait trop longtemps que je n’avais pas pris la peine de me rendre chez mes parents, me contentant de quelques messages et coups de fils de temps à autre ? Ou parce que tout simplement je détestais faire les magasins et réfléchir à cela. Déjà que faire des cadeaux pour Noël relevait de l’exploit, alors pour des anniversaires. J’avais traversé les allées d’une librairie, les devantures d’une bijouterie, les quelques stands d’électroménager à la recherche d’un super robot qui pourrait fabriquer en quelques secondes seulement un repas digne d’un quatre étoiles. En vain. Dépité par le temps que je venais de passer ou plutôt de perdre, enfermé, et pris d’un élan presque las, je m’étais contenté de m’arrêter prendre un peignoir que la vendeuse m’avait vendu comme le « plus doux et confortable de leur gamme » et des chaussons assortis. Le parfait équipement pour les dimanches pluvieux qu’elle passerait enfermée avec mon père. J’avais même pris un rouleau de papier cadeau scintillant, un sac et j’étais en train de traverser la galerie à vive allure, le tout calé sous le bras. J’avais terminé mes tâches et avec un peu de chance, il n’était pas trop tard pour rejoindre mon groupe et profiter des dernières vagues avant le coucher du soleil.

Je me faufilais entre les passants, effleurant certaines personnes avec le rouleau tandis que je m’excusais à demi-mots, voyant le bout de la galerie arriver rapidement, le tout avec le sentiment de liberté qui me prenait un peu plus. J’abaissais mes lunettes de soleil alors que je n’avais pas encore passé les portes battantes, me préparant d’avance au soleil extérieur. Et dans ce mouvement quelque peu maladroit, j’en vins à faire tomber les affaires récemment achetées au sol. Je jurais dans ma barbe, m’abaissant pour les rassembler en quatrième vitesse tandis que des jambes venaient de s’arrêter à ma hauteur, relevant un regard encore accroupi dans la direction de la personne qui se tenait face à moi. « Livia ? » demandais-je surpris de voir la jeune femme que j’avais laissé la dernière fois en proie aux doutes, dans son propre salon et de qui je n’avais plus de nouvelles depuis. « Qu’est-ce que tu fais là ? » demandais-je tandis que je me redressais afin de me tenir enfin debout face à elle. « Enfin je veux dire, pourquoi tu t’es arrêtée à ma hauteur hein… Je me doute que tu fais comme toutes ces autres femmes dans cet endroit, tu vas chercher à refaire ta garde-robe » ironisais-je en haussant les épaules. Je n’avais pas forcément prévu de passer plus de temps ici, ni même à faire la causette et pourtant je voyais son regard se poser sur ce que je tenais dans mes bras, m’arrachant un soupir. « C’est l’anniversaire de ma mère… Ce n’est pas pour une de mes nouvelles conquêtes, je te vois venir… » lui dis-je comme si j’éprouvais le besoin de me justifier vis-à-vis d’elle. Encore une fois.


code by bat'phanie


Life goes flashing by
by EXORDIUM.

The art of giving - Livia#2 Tkjz5H3
The art of giving - Livia#2 Bape0aa
The art of giving - Livia#2 72rEhYO
The art of giving - Livia#2 RpHpVCJ
The art of giving - Livia#2 UZtPGmC
Revenir en haut Aller en bas
Livia Oakheart
Livia Oakheart
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans.
STATUT : mariée depuis 2016 et maman d'un petit garçon prénommé gabriele, né en décembre 2017.
MÉTIER : propriétaire et gérante d'une épicerie bio, du nom de natura verde (logan city). auparavant attachée de presse.
LOGEMENT : #402 beachcrest road (bayside), un duplex à deux pas de la plage.
The art of giving - Livia#2 Aqvx
POSTS : 1127 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : italienne d'origine, son nom de jeune fille est visconti › arrivée en australie en 2009 › bénévole pour l'association fareshare › diagnostiquée d'un cancer du sein en décembre 2020, ne l'a pas avoué à tous ses proches › membre de l'association beauregard › doit débuter une chimio en mars 2021.
RPs EN COURS :
The art of giving - Livia#2 L1vt
FAMIGLIA › vitto #2 & nino #2i know your anger about the stories you told, they blacken my name, it doesn't make a difference at all. so stay, if only i could try to explain, then we'll have it all and must stop slipping away.

(09)
malleenia #2vitto #2nino #2ezra #2asherhannah
(FLASHBACKS)
ciankeith #2molly

RPs EN ATTENTE : cian #2 › nino #3 › malachi
RPs TERMINÉS :
The art of giving - Livia#2 E8693a7dfd3182a2453c110d8dd8a201

AVATAR : johanna braddy.
CRÉDITS : chevalisse (ava), tumblr (gifs), captain rogers (dessin), loonywaltz (ub), me (code signa).
DC : clyde wakefield.
PSEUDO : everdeen.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 28/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35967-livia-goodbye-blue-sky https://www.30yearsstillyoung.com/t32068-livia-clyde-set-a-fire-in-my-head-tonight https://www.30yearsstillyoung.com/t31074-livia-visconti https://www.30yearsstillyoung.com/t37465-livia-oakheart

The art of giving - Livia#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: The art of giving - Livia#2 The art of giving - Livia#2 EmptyMer 13 Jan - 0:00


Les fêtes de fin d’années avaient un goût particulier cette année, alors que Livia les passait pour la première fois sans ses parents. Elle n’avait que deux jours de congés, bien trop peu pour faire l’aller-retour en Italie, et ses géniteurs en avaient profité pour faire passer clairement le message selon lequel ils n’étaient pas réellement ravis qu’elle se soit exilée à l’autre bout du monde, fût-ce pour quelques mois seulement. Alors, ils en avaient conclu que l’évènement ne justifiait pas le voyage, et que le père de Livia était comme à son habitude bien trop occupé par son boulot pour prendre des vacances. La jeune femme avait accepté la sentence sans broncher, même si elle ressentait des émotions ambivalentes à ce sujet. Une part d’elle était plus attristée que jamais de voir que ses parents ne consentaient pas à certains efforts, même pour elle, mais elle était également plus libérée que jamais face à cette pression familiale qu’elle n’avait plus à subir maintenant qu’ils étaient loin d’elle. S’ils pensaient qu’elle serait de retour dans quelques mois, c’était simplement car elle ne leur avait pas encore annoncé qu’elle se plaisait réellement en Australie et songeait à chercher un boulot dans le coin après avoir validé son diplôme - précision qui attendrait après les fêtes, car elle ne voulait pas déclencher de discussion trop houleuse en cette période. Alors, à défaut de passer les fêtes avec ses parents, elle avait été invitée par une italienne, qu’elle avait rencontrée quelques mois auparavant, à se joindre à sa famille, ce qu’elle avait accepté avec plaisir - après tout, elle ne serait pas totalement perdue, et retrouverait un bout de ses traditions même à l’autre bout du monde.

Plutôt que de traîner sur la plage comme elle aimait tant le faire avec ses amis lorsqu’elle avait un tant soit peu de temps libre, elle prenait désormais très au sérieux la mission de trouver des cadeaux à offrir à ceux qui l’accueillaient si chaleureusement. Le centre commercial paraissait donc être la première option et la plus sûre, tandis que l’italienne était prête à éplucher chaque rayon de chaque magasin en quête des parfaites idées auxquelles elle avait déjà songé dans un coin de sa tête. Ce qu’elle n’avait pas prévu, en revanche, c’était de se retrouver nez à nez (ou plutôt pieds à nez) avec Keith, qu’elle avait vu faire tomber toutes ses affaires au sol avant même qu’il ne la remarque. “Livia?” A défaut d’avoir eu un comportement compréhensible envers elle, il se rappelait au moins de son prénom, c’était déjà ça. Livia peinait encore à faire sens des derniers mots que le brun lui avait adressés, ne sachant plus si elle devait le recontacter ou pas, et avait donc décidé de laisser quelques jours passer avant de prendre une décision - que le destin semblait désormais forcer. “Qu’est-ce que tu fais là?” “Comme toi j’imagine.” A en juger par le rouleau de papier cadeau qui avait roulé à ses pieds, les raisons de la présence de Keith ne laissaient pas vraiment part au doute. “Enfin je veux dire, pourquoi tu t’es arrêtée à ma hauteur hein… Je me doute que tu fais comme toutes ces autres femmes dans cet endroit, tu vas chercher à refaire ta garde-robe.” Ce petit sourire ironique et ce jeté d’épaules nonchalant, si agaçant, que semblait dire la moue de la blonde. “Je me suis pas arrêtée, c’est toi qui est tombé à mes pieds.Littéralement ou figurativement, c’était au choix, qu’elle aurait pu ajouter en s’amusant de lui à son tour alors qu’elle plissait les lèvres tout en haussant les sourcils alors qu’il se relevait enfin. Quant à sa seconde remarque, elle brûlait d’envie de le remettre à sa place, mais se contint de toutes ses forces pour ne pas s’agacer plus que de mesure. Elle était ici pour faire des cadeaux, mission dans laquelle elle avait toujours apprécié se plonger, et Keith ne saurait ruiner sa bonne humeur. “C’est l’anniversaire de ma mère… Ce n’est pas pour une de mes nouvelles conquêtes, je te vois venir…” “Ce qui est bien avec toi c’est que j’ai même pas besoin de t’accuser, tu le fais très bien tout seul.” Tendre le bâton pour se faire battre n’était peut-être pas la conduite à adopter alors même qu’ils marchaient mutuellement sur des œufs quant à ce qu’ils partageaient réellement, et ce qui était mené à continuer ou à être oublié. “Cela dit je me doute que c’est pas pour une conquête, parce qu’avec des charentaises je pense que tu la ferais fuir encore plus rapidement que la dernière fois où t’es parti de chez moi.” Et il savait exactement de quoi elle parlait, même si elle ne l’avait pas lancé sur le ton de l’accusation, préférant adopter une attitude passive-agressive.

@Keith Weddington


~ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Keith Weddington
Keith Weddington
le coup de poignard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans en réalité
SURNOM : Keithounet, imprononçable, on sait
STATUT : Tellement sans famille et sans amis qu'il pionce sur son bureau en se faisant passer pour un workaholic alors que personne veut de lui en fait
MÉTIER : flic raté reconverti en prof uniquement pour les vacances scolaires et reluquer les étudiantes
LOGEMENT : dans une garçonnière avec zéro goût en déco juste à côté de l'université
The art of giving - Livia#2 Tumblr_olomisLGLx1vlcymso1_400
POSTS : 2595 POINTS : 710

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : The art of giving - Livia#2 Ezgif-3-24aa0247a14c
KEYDEN Ø Saw you today after so much time it felt just like it used to be. Talking for hours 'bout a different life surrounded us in memories. We were close, never close enough, where are we now? 'Cause if it's torn, we can stitch it up, don't rule it out

The art of giving - Livia#2 Ezgif-10
KEIDREA ØSaid I'm terrified but I'm not leaving I know that I must pass this test, So just pull the trigger


The art of giving - Livia#2 Ezgif-11
Les chasseurs de frimes Ø So no one told you life was gonna be this way, Your job's a joke, you're broke Your love life's D.O.A. It's like you're always stuck in second gear, When it hasn't been your day, your week, your month or even your year.


Marius#2 - Livia#2 - Edge#2 - Holden - Odessa#1 - Cassia#1 - Auden#1 - Joy#1 - Merry#1
RPs EN ATTENTE : Jacob - Amy#4
RPs TERMINÉS : Amy - Helena - Hayden - Leena - Siekeyneston - Byron - Edge- Zachary - Chevy - Marius - Amy#2 - Lisbeth - Dylane - Keidrea - Helena#2 - Livia - Wim - Liz - Jacob - Asher - Hayden#2 - Kieran - Lisbeth#2- Amy#3 - Noa - Helena#3 (FB)

Les chasseurs de frimes : Saül#1


- ABANDONNE- Ava - Ada - Eve - Loreley - Brianna - Jodie- Thea - Danika - Fb - - Leah - Loris - Dalina - Judith - Hayden UA - Dani - Dani#2 - (FB) Dani#3- Dani#4- Dani#6- Dani#8 Dani#7- Keithisy- Haley#1
AVATAR : Brett Dalton
CRÉDITS : P.
DC : Samuel Siede & Nate Weaver & Zach Cardell
PSEUDO : P. (Me) pour l'avatar + Ub (Loonywaltz)
INSCRIT LE : 16/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30439-shadows-of-my-past-life-keep-me-up-keith-weddington https://www.30yearsstillyoung.com/t30458-keith-weddington-it-s-a-new-day-it-s-a-new-life-for-me

The art of giving - Livia#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: The art of giving - Livia#2 The art of giving - Livia#2 EmptyDim 17 Jan - 18:35




The art of giving
@Livia Oakheart & Keith Weddington
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆


S’il y avait bien une chose que je n’avais pas imaginé et surtout que j’aurais préféré ne pas voir se passer, c’était bien cela : Croiser Livia dans ce centre commercial, et tomber nez à nez avec elle. Je l’avais ignoré, du moins j’avais laissé le temps faire le nécessaire et laisser le fossé se creuser entre nous. C’était bien mieux comme cela, pour elle comme pour moi. Je n’étais pas prêt à m’engager, pas prêt à accorder toute mon attention à une seule femme, et elle non plus. Alors autant gagner du temps et s’appeler que lorsque l’on en avait réellement le besoin non ? Pensée stupide, mais que j’avais actuellement. Du moins jusqu’à ce que mon regard remonte sur celui de l’italienne qui se chargeait parfaitement de renvoyer la balle à chaque parole que je lui adressais, le tout sans me laisser de préambule. Je soupirais en me redressant, bien décidé à ne pas rester dans cette position plus longtemps tandis que j’haussais un sourcil, détaillant la jeune femme sous tous les angles. « Donc tu t’apprêtes à quitter l’endroit, mais tu sais que tu n’es pas dans la bonne direction ? » lui fis-je remarquer en indiquant d’un signe de doigts, la sortie qui se trouvait juste derrière elle. « Je ne t’en veux pas, le sens de l’orientation n’est pas le sens le plus développé chez les femmes. C’est juste la preuve ultime… Mais je peux te raccompagner, je ne voudrais pas que tu te perdes ! » ironisais-je alors qu’un léger sourire fier de ma remarque s’étendait sur mes lèvres. Bon, je me disais bien qu’en italienne qui se respecte, elle avait l’habitude du machisme ambiant des hommes. Mais mon sourire s’éteignait bien rapidement, mes sourcils froncés reprenant le dessus avec mon air bien plus sérieux. « Je ne suis pas tombé, ce sont mes paquets, nuances. » Fierté mal placée ? Probablement. « Mais si tu veux prendre tes rêves pour une réalité, il fallait peut-être me rappeler non ? » piquais-je la jeune femme d’un ton presque rancunier. Je soupirais en fermant les yeux, me rendant compte que l’idée de continuer à se lancer des remarques acerbes ne nous mènerait nulle part, et je levais une main dans sa direction en guise d’excuses silencieuses. J’étais en train d’expliquer à la jeune femme les raisons de ces cadeaux entre mes bras quand elle me renvoya – une fois de plus – sur les roses. J’entrouvrais la bouche, mais le seul son qui sortait fut un rire sarcastique. “Cela dit je me doute que c’est pas pour une conquête, parce qu’avec des charentaises je pense que tu la ferais fuir encore plus rapidement que la dernière fois où t’es parti de chez moi.” Je me stoppais, le regard s’assombrissant. Ne pas tomber dans la facilité de cet affront. Je respirais longuement, venant poser les paquets et les maintenant fermement contre la poitrine de la jeune femme pour qu’elle s’en saisisse. « Puisque Madame semble dire que mes goûts sont à revoir – tant en qualité de femmes que de cadeaux – tu n’as qu’à m’aider puisque c’est comme cela ! » ripostais-je, presque fier de la mettre au défi. « En même temps, si je suis parti rapidement de chez toi, c’est parce que toi, tu ne savais plus sur quel pied danser tu sais. L’indécision et les femmes… Heureusement que ma mère n’est pas comme toi ma parole… Je suis persuadé que charentaise ou non, elle , elle serait heureuse de me voir, tu vois ! » la piquais-je tout en me rendant compte qu’en réalité c’est que mon égo avait été blessé par nos dernières entrevues. « Alors on y va ou tu comptes me faire une scène dans le hall ? » lui demandais-je en lui laissant les paquets, glissant mes mains dans les poches avant de faire demi-tour et de repartir vers les galeries. « Garde ces charentaises, elles iront parfaitement à tes pieds quand tu mangeras tes soupes iophilisées en pleurant devant un soap opéra. » ironisais-je dans un clin d’œil malicieux. Je me retrouvais de nouveau à devoir supporter les magasins ET la présence de Livia, les deux conjointement. Pourvu que cela se déroule bien mieux que la première fois.


code by bat'phanie


Life goes flashing by
by EXORDIUM.

The art of giving - Livia#2 Tkjz5H3
The art of giving - Livia#2 Bape0aa
The art of giving - Livia#2 72rEhYO
The art of giving - Livia#2 RpHpVCJ
The art of giving - Livia#2 UZtPGmC
Revenir en haut Aller en bas
Livia Oakheart
Livia Oakheart
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans.
STATUT : mariée depuis 2016 et maman d'un petit garçon prénommé gabriele, né en décembre 2017.
MÉTIER : propriétaire et gérante d'une épicerie bio, du nom de natura verde (logan city). auparavant attachée de presse.
LOGEMENT : #402 beachcrest road (bayside), un duplex à deux pas de la plage.
The art of giving - Livia#2 Aqvx
POSTS : 1127 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : italienne d'origine, son nom de jeune fille est visconti › arrivée en australie en 2009 › bénévole pour l'association fareshare › diagnostiquée d'un cancer du sein en décembre 2020, ne l'a pas avoué à tous ses proches › membre de l'association beauregard › doit débuter une chimio en mars 2021.
RPs EN COURS :
The art of giving - Livia#2 L1vt
FAMIGLIA › vitto #2 & nino #2i know your anger about the stories you told, they blacken my name, it doesn't make a difference at all. so stay, if only i could try to explain, then we'll have it all and must stop slipping away.

(09)
malleenia #2vitto #2nino #2ezra #2asherhannah
(FLASHBACKS)
ciankeith #2molly

RPs EN ATTENTE : cian #2 › nino #3 › malachi
RPs TERMINÉS :
The art of giving - Livia#2 E8693a7dfd3182a2453c110d8dd8a201

AVATAR : johanna braddy.
CRÉDITS : chevalisse (ava), tumblr (gifs), captain rogers (dessin), loonywaltz (ub), me (code signa).
DC : clyde wakefield.
PSEUDO : everdeen.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 28/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35967-livia-goodbye-blue-sky https://www.30yearsstillyoung.com/t32068-livia-clyde-set-a-fire-in-my-head-tonight https://www.30yearsstillyoung.com/t31074-livia-visconti https://www.30yearsstillyoung.com/t37465-livia-oakheart

The art of giving - Livia#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: The art of giving - Livia#2 The art of giving - Livia#2 EmptyVen 26 Fév - 22:33


Donc tu t’apprêtes à quitter l’endroit, mais tu sais que tu n’es pas dans la bonne direction?” “Qu’est-ce qui t… te dit que je pars et que je n’arrive pas? Les mots auraient pu franchir la barrière de ses lèvres, si seulement le jeune homme n’avait pas saisi l’occasion au vol pour lui faire part une fois de plus d’une remarque de sa confection dont elle se serait bien passé. “Je ne t’en veux pas, le sens de l’orientation n’est pas le sens le plus développé chez les femmes. C’est juste la preuve ultime… Mais je peux te raccompagner, je ne voudrais pas que tu te perdes!” Le brun avait de la chance que son visage semble un peu trop parfaitement aligné aux yeux de l’italienne pour qu’elle ne s’amuse à le prendre pour un punching ball - chose qu’elle n’avait jamais faite avec personne, mais qui semblait particulièrement tentante à cet instant. A la place, elle roula des yeux excédés et grinça des dents tout en fronçant les sourcils, faisant clairement passer le message que ses mots n'avaient pas eu l’effet escompté, s’il avait lancé cela comme une plaisanterie. “Si j’étais toi je laisserais tomber les blagues sur l’orientation, ça marche pas avec les femmes.” Bien au contraire, et preuve en était - les brun semblait devoir se débrouiller tout seul avec ses paquets sans aide féminine aucune, si bien qu’il ne se débrouillait pas si bien et avait tout laissé tomber au sol alors que le papier cadeau s’était échappé quelques mètres plus loin. “Je ne suis pas tombé, ce sont mes paquets, nuances.” L’italienne n’était plus à une remarque emplie de mauvaise foi près, après tout. “Mais si tu veux prendre tes rêves pour une réalité, il fallait peut-être me rappeler non?” Livia ouvrit la bouche pour répliquer aussi sec mais se ravisa du mieux qu’elle pouvait pour ne pas tomber dans le piège d’une dispute qui ne les mènerait nulle part. Après toutes ces semaines à se courir après sans jamais réellement se retrouver, elle était fatiguée de ce jeu presque malsain qui s’était installé entre elle et le policier - si bien qu’elle prit sur elle pour tenter de se montrer un minimum mature, malgré la rancoeur qu’elle ressentait envers lui. Elle se contenta donc de le fixer d’un regard noir, l’air de lui signifier qu’il aurait également pu la rappeler... puis elle finit par craquer. “Dans tes rêves.” Il était bien trop agaçant pour l'avoir aussi facilement.

A bien y réfléchir, elle n’était pas certaine de vouloir faire partie de sa vie, puisque des charentaises semblaient être une de ses fameuses idées en matière de cadeaux. “Puisque Madame semble dire que mes goûts sont à revoir – tant en qualité de femmes que de cadeaux – tu n’as qu’à m’aider puisque c’est comme cela!” “Pas difficile de mieux faire que ça” lâcha-t-elle d’un ton ironique en lançant désabusé un regard aux chaussures qu’il tenait à nouveau dans ses bras. Cela ne signifiait pas le moins du monde qu’elle acceptait, mais plutôt qu’elle en profitait pour lui rappeler qu’il ferait bien de redescendre quelque peu en matière d’ego - contrairement à ce qu’il semblait croire, il ne maîtrisait pas tout. “En même temps, si je suis parti rapidement de chez toi, c’est parce que toi, tu ne savais plus sur quel pied danser tu sais. L’indécision et les femmes… Heureusement que ma mère n’est pas comme toi ma parole… Je suis persuadé que charentaise ou non, elle, elle serait heureuse de me voir, tu vois!” A nouveau, l’italienne leva un sourcil, presque amusée si seulement elle n’était pas aussi agacée par le ton du brun. “Tu me compares à ta mère là? Tu l’as déjà ignorée pendant des semaines elle aussi?” Après tout, il avait peut-être mieux fait de se tirer, s’il pensait qu’il s’agissait là d’une manière agréable de parler aux femmes. “Alors on y va ou tu comptes me faire une scène dans le hall?” “J’ai pas dit que je t’aidais, j'ai des cadeaux à faire aussi.” Elle en avait certainement le temps, mais bien moins l’envie. “Garde ces charentaises, elles iront parfaitement à tes pieds quand tu mangeras tes soupes lyophilisées en pleurant devant un soap opéra.” Piquée dans sa fierté, Livia s’arrêta net alors qu’elle amorçait un pas vers le centre du mall. Elle pouvait tenter de l’ignorer autant que possible, mais elle n’avait pas suffisamment oublié Keith pour que ses remarques ne l’atteignent pas, malheureusement. “T’as un putain de culot de me dire ça.” Elle avait bu des soupes lyophilisées, certes, et avait même regardé des soap opéra - peut-être même les deux en même temps, mais ce n’était pas vraiment la question. La raison pour laquelle elle avait fait cela, en revanche, se trouvait devant elle et n’avait aucun droit de lui rappeler l’état dans lequel son manque de respect l’avait mise. “Je ferai pas deux fois la même erreur, t’inquiète pas pour moi.” Lui donner plus d’importance qu’il n’en méritait, c’était bien ça l’erreur. Elle finit néanmoins par pointer ses cadeaux du menton. “Tu vas vraiment offrir ça à ta mère? Tu veux qu’elle te renie?” Puisque les hostilités étaient lancées, elle n’avait plus réellement de raison de se montrer faussement polie, elle non plus. “Si je fais en sorte qu'elle apprécie enfin un de tes cadeaux, j’y gagne quoi?” Livia n’avait jamais été du genre à fonctionner à l’appât, préférant aider les gens de gaieté de cœur, mais le cas de Keith était tout particulier. Même si, au fond d’elle, elle ne disait pas non à passer quelques instants supplémentaires à sa compagnie - quand bien même elle ne lui avouerait certainement pas.

@Keith Weddington


~ :
 


Dernière édition par Livia Oakheart le Jeu 11 Mar - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Keith Weddington
Keith Weddington
le coup de poignard
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 35 ans en réalité
SURNOM : Keithounet, imprononçable, on sait
STATUT : Tellement sans famille et sans amis qu'il pionce sur son bureau en se faisant passer pour un workaholic alors que personne veut de lui en fait
MÉTIER : flic raté reconverti en prof uniquement pour les vacances scolaires et reluquer les étudiantes
LOGEMENT : dans une garçonnière avec zéro goût en déco juste à côté de l'université
The art of giving - Livia#2 Tumblr_olomisLGLx1vlcymso1_400
POSTS : 2595 POINTS : 710

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : The art of giving - Livia#2 Ezgif-3-24aa0247a14c
KEYDEN Ø Saw you today after so much time it felt just like it used to be. Talking for hours 'bout a different life surrounded us in memories. We were close, never close enough, where are we now? 'Cause if it's torn, we can stitch it up, don't rule it out

The art of giving - Livia#2 Ezgif-10
KEIDREA ØSaid I'm terrified but I'm not leaving I know that I must pass this test, So just pull the trigger


The art of giving - Livia#2 Ezgif-11
Les chasseurs de frimes Ø So no one told you life was gonna be this way, Your job's a joke, you're broke Your love life's D.O.A. It's like you're always stuck in second gear, When it hasn't been your day, your week, your month or even your year.


Marius#2 - Livia#2 - Edge#2 - Holden - Odessa#1 - Cassia#1 - Auden#1 - Joy#1 - Merry#1
RPs EN ATTENTE : Jacob - Amy#4
RPs TERMINÉS : Amy - Helena - Hayden - Leena - Siekeyneston - Byron - Edge- Zachary - Chevy - Marius - Amy#2 - Lisbeth - Dylane - Keidrea - Helena#2 - Livia - Wim - Liz - Jacob - Asher - Hayden#2 - Kieran - Lisbeth#2- Amy#3 - Noa - Helena#3 (FB)

Les chasseurs de frimes : Saül#1


- ABANDONNE- Ava - Ada - Eve - Loreley - Brianna - Jodie- Thea - Danika - Fb - - Leah - Loris - Dalina - Judith - Hayden UA - Dani - Dani#2 - (FB) Dani#3- Dani#4- Dani#6- Dani#8 Dani#7- Keithisy- Haley#1
AVATAR : Brett Dalton
CRÉDITS : P.
DC : Samuel Siede & Nate Weaver & Zach Cardell
PSEUDO : P. (Me) pour l'avatar + Ub (Loonywaltz)
INSCRIT LE : 16/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30439-shadows-of-my-past-life-keep-me-up-keith-weddington https://www.30yearsstillyoung.com/t30458-keith-weddington-it-s-a-new-day-it-s-a-new-life-for-me

The art of giving - Livia#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: The art of giving - Livia#2 The art of giving - Livia#2 EmptyJeu 11 Mar - 19:28




The art of giving
@Livia Oakheart & Keith Weddington
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

Il y avait parfois des situations, des personnes et des périodes qui faisaient que j’avais tendance à réagir trop vite, trop fort, crachant chaque pensée sans en mesurer le poids et la portée. C’était ce que me provoquait actuellement la personne de Livia qui se tenait face à moi. Je l’appréciais autant que j’espérais la haïr au fond de moi. Et la contradiction de ce ressenti se traduisait par une envie de lui donner toutes les raisons pour la faire fuir avant que je ne finisse par réellement craquer de nouveau face à ce sourire qui m’avait séduit. J’osais encore espérer que cette tension était autant ressentie par cette dernière qu’elle ne l’était par moi actuellement. J’attendais chaque riposte de l’italienne avec impatience tant nous étions en train de nous adonner à un combat verbal au beau milieu de cette galerie commerciale. J’enchaînais les stéréotypes, j’enchainais les reproches en espérant la faire réagir. Je n’eus qu’un roulement d’yeux, un soupir détourné et un visage impassible face à moi. Mon regard observait de part et d’autre du corps de la jeune femme, en imaginant qu’au fond je finirais bien par partir, mes paquets sous le bras, frôlant son épaule ou la percutant, là était encore l’hésitation. Après tout, je n’avais plus à me faire passer pour le gendre idéal, elle qui avait découvert mes pires défauts en quelques instants seulement. “Si j’étais toi je laisserais tomber les blagues sur l’orientation, ça marche pas avec les femmes.” Je l’observais de bas en haut, ayant envie de riposter que pour que cela fonctionne il fallait encore avoir quelqu’un face à soi qui avait la faculté de comprendre cet humour. Puis je me souvenais que perdre son temps à expliquer une chose n’assurait pas forcément la bonne compréhension de celle-ci par autrui. Je préférais gagner du temps en ne ripostant pas, pour finalement en perdre en laissant s’échapper mes paquets, geste maladroit qui n’échappa pas à Livia qui semblait apprécier la facilité des reproches tout trouvés. Je la fusillais du regard, me mettant de nouveau sur la défensive, tandis qu’elle me rendait ce regard sans la moindre hésitation. Je m’attendais à devoir subir son silence, signe qu’elle s’était endurcie durant ces quelques temps, que j’avais probablement poussé la situation à son paroxysme et que je n’aurais plus la moindre chance, aussi infime soit-elle de la refaire céder à mes charmes. C’était jusqu’à ce que ces quelques mots ne s’échappent de ses lèvres, m’arrachant un large sourire en coin malgré la dureté du ton de la voix de Livia. « Ne t’inquiète pas, je fais toujours en sorte de transformer mes rêves en réalité. » ripostais-je dans un clin d’œil avant de changer de sujet pour lui laisser l’opportunité de repenser ces paroles à sa guise.

Mais a priori, Livia en avait décidé autrement, se contentant de pointer du doigt mes choix de cadeaux qui semblaient laisser à désirer selon ses dires. Je soupirais, posant mon regard sur les chaussons que je tenais entre mes mains, hésitant entre l’envie de lui jeter aux visages ces charentaises ou celle de repartir avec, ignorant l’intégralité de ces propos. Pourtant, tels deux aimants de même polarité, nous étions comme obligés de riposter mutuellement à chacun de nos propos, refusant de laisser le dernier mot à l’autre. C’était la rencontre entre le caractère enflammé de la jeune italienne et mon côté têtu qui faisait des étincelles actuellement. Et tandis que son visage trahissait chacun de ses ressentis tant sa communication non verbale était bien plus enrichie que ses quelques mots lâchés jusqu’à lors, je riais un peu plus en secouant la tête de droite à gauche quand elle envisageait que je pouvais la comparer à ma mère actuellement. « Non, je n’oserais jamais lui faire cet affront-là, je la respecte bien trop pour cela… Et quand je parle d’affront, je parle de la comparaison, pas de l’ignorance. Parce que c’est probablement l’unique femme qui avait de mes nouvelles quotidiennement tu sais ? » avouais-je sans me rendre compte que ces quelques mots pourraient servir de cartouches si l’italienne le désirait. « Pour être comparée à elle, il te reste encore pas mal de boulot Liv. » rajoutais-je fermement, comme un enfant protégerait sa mère des dangers extérieurs. Et malgré le fait que l’italienne acceptait de me suivre dans cet achat en partageant ses connaissances sur le sujet, je réussissais à continuer de la piquer, ayant saisi rapidement ses failles et ses faiblesses. Et comme un poison, je m’y immisçais sans le moindre regret. Pourtant je ne m’attendais pas de la voir se stopper, m’arrachant un mouvement de recul, surpris par ce volte-face que j’avais provoqué. Comment aurais-je pu oublier cette image de la jeune femme qui semblait dépitée de me voir repointer le bout de mon nez dans son salon ? “Je ferai pas deux fois la même erreur, t’inquiète pas pour moi.” Je souriais légèrement, mon regard planté dans le sien, me mordant sans me cacher, la lèvre inférieure. C’était indéniable, la voir réagir me plaisait même si cela ne le devrait pas. « C’est cela qui m’inquiète, que tu n’aies pas eu la lucidité de ne pas caractériser cela comme une erreur. Tu aurais pu penser que ce moment chez toi n’était qu’une mise au point. Je t’ai donné le temps de réflexion. Alors c’est simple de rejeter la faute sur autrui, estime toi heureuse que j’ai les épaules pour l’accepter. Elle est peut-être là ton erreur, que tu as commise deux fois. A toi d’y réfléchir ! » lui fis-je remarquer dans un calme impérial tandis que je suivais du regard son mouvement de menton.

Je me contentais d’hausser les épaules en guise de réponses à ses deux questions. « Tu ne peux pas comparer tes envies de cadeaux, avec ceux de ma mère… Elle ne voulait rien, si ce n’est que je vienne manger. Toi tu ferais dépenser des milliers de dollars j’en suis certain. » lui dis-je sans état d’âme avant de rire aux éclats face à cette tentative de chantage qu’elle venait de m’énoncer. « Qui te dit que d’une part tu réussiras ce pari ? » lui demandais-je en reprenant ma marche dans les allées que j’avais auparavant traversé avec l’espoir de les quitter le plus rapidement possible. « Et dans un second temps, je pourrais très bien ne pas te dire ce qu’elle en a pensé… Alors dans tous les cas, cette question semble connaître sa réponse avant l’heure : tu ne peux pas y gagner » repris-je en m’arrêtant devant la devanture d’une bijouterie, observant durant un instant les objets dans une hésitation non dissimulée. J’avais toujours trouvé que d’offrir ce genre de présents rendait les choses bien trop solennelles, même pour ma mère. Je détournais mon corps de la vitrine, tentant de reprendre la marche sans but que j’avais entrepris tout comme mes justificatifs auprès de l’italienne. « Et quel est l’intérêt de vouloir gagner quelque chose de quelqu’un que tu n’as pas rappelé ? Tu t’attends à ce que je te dise que je t’offrirais des excuses publiques au milieu de la ville ? » lui demandais-je en riant face à l’image que j’avais de l’instant énoncé qui me semblait ridicule. « Donc on fait quoi ? Tu me dis ce que tu attends de moi, et j’estime si le simple fait de m’aider à acheter des cadeaux que j’ai de surcroît déjà acheté, est suffisant ? Sinon il va falloir envisager un second service rendu...» lui proposais-je en tendant une main dans sa direction, un regard un peu plus doux posé sur elle, dans l’espoir de la faire céder par ce dernier. « Aller Liv… Tu ne peux pas dire non à quelques heures en ma compagnie, c’est ça ? Et attends… Tu as des cadeaux à faire pour ton nouveau petit-ami ? » demandais-je soudainement, pris d’un sentiment de jalousie que je n’avais pas encore connu vis-à-vis de cette dernière. Mais j’espérais simplement qu’elle ne le remarque pas. Elle avait assez de cartes en main pour mener la bataille que nous avions entamé.

code by bat'phanie


Life goes flashing by
by EXORDIUM.

The art of giving - Livia#2 Tkjz5H3
The art of giving - Livia#2 Bape0aa
The art of giving - Livia#2 72rEhYO
The art of giving - Livia#2 RpHpVCJ
The art of giving - Livia#2 UZtPGmC
Revenir en haut Aller en bas
Livia Oakheart
Livia Oakheart
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-trois ans.
STATUT : mariée depuis 2016 et maman d'un petit garçon prénommé gabriele, né en décembre 2017.
MÉTIER : propriétaire et gérante d'une épicerie bio, du nom de natura verde (logan city). auparavant attachée de presse.
LOGEMENT : #402 beachcrest road (bayside), un duplex à deux pas de la plage.
The art of giving - Livia#2 Aqvx
POSTS : 1127 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : italienne d'origine, son nom de jeune fille est visconti › arrivée en australie en 2009 › bénévole pour l'association fareshare › diagnostiquée d'un cancer du sein en décembre 2020, ne l'a pas avoué à tous ses proches › membre de l'association beauregard › doit débuter une chimio en mars 2021.
RPs EN COURS :
The art of giving - Livia#2 L1vt
FAMIGLIA › vitto #2 & nino #2i know your anger about the stories you told, they blacken my name, it doesn't make a difference at all. so stay, if only i could try to explain, then we'll have it all and must stop slipping away.

(09)
malleenia #2vitto #2nino #2ezra #2asherhannah
(FLASHBACKS)
ciankeith #2molly

RPs EN ATTENTE : cian #2 › nino #3 › malachi
RPs TERMINÉS :
The art of giving - Livia#2 E8693a7dfd3182a2453c110d8dd8a201

AVATAR : johanna braddy.
CRÉDITS : chevalisse (ava), tumblr (gifs), captain rogers (dessin), loonywaltz (ub), me (code signa).
DC : clyde wakefield.
PSEUDO : everdeen.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 28/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35967-livia-goodbye-blue-sky https://www.30yearsstillyoung.com/t32068-livia-clyde-set-a-fire-in-my-head-tonight https://www.30yearsstillyoung.com/t31074-livia-visconti https://www.30yearsstillyoung.com/t37465-livia-oakheart

The art of giving - Livia#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: The art of giving - Livia#2 The art of giving - Livia#2 EmptyLun 12 Avr - 16:08


Ne t’inquiète pas, je fais toujours en sorte de transformer mes rêves en réalité.” Le sourire en coin du brun tranchait avec la dureté des mots de l’italienne, qui savait pourtant que le simple fait d’avoir réagi à sa pique signifiait qu’elle n’était pas insensible à la manière dont il pouvait la titiller. Le comportement de Keith lui était resté en travers de la gorge, et même si les semaines avaient passé et qu’elle s’était faite à l’idée qu’il valait mieux prendre cela comme une expérience plutôt qu’une erreur, le voir tout sourire ironique devait elle la confortait néanmoins dans son idée que c’était restait en partie une erreur. Pire, une erreur dans laquelle une part d’elle avait bien trop envie de retomber alors qu’il la fixait comme ça, même si elle avait bien trop conscience qu’il ne cherchait là qu’à l’atteindre quand elle ne voulait pas lui faire ce plaisir. Le simple fait qu’elle soit encore devant lui à tenter de lui parler, alors qu’il aurait mérité qu’elle lui souhaite une bonne (mauvaise) journée et tourne les talons sans plus regarder en arrière, mettait déjà suffisamment en doute la crédibilité de ses paroles pour qu’elle se laisse en plus aller à un sourire, là où celui de Keith ne la laissait pourtant pas de marbre.

A la place, Livia fit ce qu’elle avait toujours fait de mieux - attaquer lorsqu’elle ne cherchait en réalité qu’à se défendre. “Non, je n’oserais jamais lui faire cet affront-là, je la respecte bien trop pour cela… Et quand je parle d’affront, je parle de la comparaison, pas de l’ignorance. Parce que c’est probablement l’unique femme qui avait de mes nouvelles quotidiennement tu sais?” “L’unique femme, hein?” Y avait-il vraiment besoin d’en rajouter davantage pour pointer du doigt ce que venait d’avouer le brun à demi-mot? Heureusement pour Livia, et malgré l’effet que pouvait encore avoir le brun sur elle, elle s’était définitivement défaite de l’idée qu’il puisse avoir quoi que ce soit de sérieux entre eux - et la situation actuelle ne faisait qu’entériner le fait que Keith n’était définitivement pas fait pour elle. “Pour être comparée à elle, il te reste encore pas mal de boulot Liv.” Boulot qu’elle n’avait aucune raison ni envie de fournir, comme son silence et ses sourcils froncés l’appuyaient alors qu’elle ne voyait son attachement envers le jeune homme que comme une erreur. “C’est cela qui m’inquiète, que tu n’aies pas eu la lucidité de ne pas caractériser cela comme une erreur. Tu aurais pu penser que ce moment chez toi n’était qu’une mise au point. Je t’ai donné le temps de réflexion. Alors c’est simple de rejeter la faute sur autrui, estime toi heureuse que j’ai les épaules pour l’accepter. Elle est peut-être là ton erreur, que tu as commise deux fois. A toi d’y réfléchir!” Se faire prendre au piège de ses bras n’avait peut-être pas été une erreur en elle-même, mais tenter de le contacter des jours durant sans le moindre signe de réponse en avait été une, là où cela aurait dû la convaincre qu’il ne méritait pas qu’elle fasse ces efforts pour lui. “C’est tout réfléchi.” Son ton était poli et elle s’était efforcée d’arborer une expression détachée, ne voulant pas lui donner la satisfaction de se relancer dans de grandes justifications qui ne feraient que les opposer davantage pour finir d’une manière potentiellement inattendue qui n’en resterait pas moins une mauvaise idée, et non pas une solution.

Du reste, Livia ne pouvait décemment le laisser repartir avec des charentaises qui n’auraient d’autre effet que de tirer un sourire faussement enjoué à sa mère, elle en était presque certaine. “Tu ne peux pas comparer tes envies de cadeaux, avec ceux de ma mère… Elle ne voulait rien, si ce n’est que je vienne manger.” “Je pense qu’il valait mieux choisir rien, alors.” “Toi tu ferais dépenser des milliers de dollars j’en suis certain.” Livia roula des yeux excédés, alors que Keith avait une nouvelle fois tout faux la concernant. “Tu me connais vraiment pas.” Ou alors, il prenait un malin plaisir à la suivre dans les allées en espérant qu’en plus de lui donner une meilleure idée de cadeau, elle supporterait ses commentaires désobligeants sans rien dire. Si ce petit jeu amusait au fond quelque peu l’italienne, elle n’était pas du genre à se laisser faire, et encore moins maintenant qu’elle se rendait compte qu’il n’y avait sûrement plus grand chose à sauver avec Keith. “Qui te dit que d’une part tu réussiras ce pari?” Un coup d'œil aux charentaises avait suffi - pouvait-on vraiment faire pire que ça? “Et dans un second temps, je pourrais très bien ne pas te dire ce qu’elle en a pensé… Alors dans tous les cas, cette question semble connaître sa réponse avant l’heure : tu ne peux pas y gagner.” “Tant pis alors.” Elle haussa les épaules et se détourna de lui, ne s’arrêtant à un mètre de lui que lorsqu’il se stoppa brusquement pour aviser du regard la devanture d’une bijouterie, ce qui tira un haussement de sourcils surpris à la jeune femme. Elle voulait prétendre n’en avoir rien à faire et abandonner la partie, mais il n’en était pas encore à ce stade et cela se voyait. “Et quel est l’intérêt de vouloir gagner quelque chose de quelqu’un que tu n’as pas rappelé. Tu t’attends à ce que je te dise que je t’offrirais des excuses publiques au milieu de la ville?Il n’avait pas rappelé, ou était-il suffisamment bête pour avoir oublié la première partie de l’histoire? “Si tu y tiens.” Son sourire s’était fait ironique à l’idée d’excuses publiques que ni lui ni elle ne se laisserait en réalité jamais aller à faire - du reste, Livia n’était pas du genre à apprécier de genre de déballage en public. “Donc on fait quoi? Tu me dis ce que tu attends de moi, et j’estime si le simple fait de m’aider à acheter des cadeaux que j’ai de surcroît déjà acheté, est suffisant? Sinon il va falloir envisager un second service rendu...” “Tu sais quoi, j’attends plus rien de toi.” Puisque des excuses n’étaient de toute évidence pas envisageables. “Je t’aide seulement pour t’éviter les remarques de ta mère qui se rendra compte que t’es terriblement célibataire lorsque t’arrivera avec tes charentaises.” Un tel manque de mauvais goût ne pouvait de toute évidence pas être féminin, qu’elle aurait été tentée de surenchérir si seulement elle voulait donner dans les blagues de mauvais goût à son tour. “Un bijou, ça lui plairait pas? Elle en met?” Si Keith s’était arrêté devant la bijouterie, ce n’était sûrement pas innocent. “Aller Liv… Tu ne peux pas dire non à quelques heures en ma compagnie, c’est ça?” En effet, elle ne pouvait pas dire non, comme sa moue teintée d’un léger sourire qu’elle tentait de dissimuler semblait l’avouer - en revanche, elle ne dirait pas oui à voix haute, c’était certain. “Et attends… Tu as des cadeaux à faire pour ton nouveau petit-ami?” “Ah non.” Le petit-ami en question n’existait pas, mais pour le simple plaisir de surfer sur une curiosité mal placée, ou mieux, une jalousie qui n’avait pas lieu d’être, l’italienne se reprit le plus naturellement du monde. “C’est déjà fait.

@Keith Weddington


~ :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

The art of giving - Livia#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: The art of giving - Livia#2 The art of giving - Livia#2 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

The art of giving - Livia#2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-