AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 It will never end - Alfie#1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathanael Weaver
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans, né le 21 juin 1972
SURNOM : Nate
STATUT : Veuf depuis le début de l'année, il n'est pas encore prêt à rouvrir son coeur, se consacrant pleinement à son nouvel investissement
MÉTIER : Fraichement propriétaire d'un club de Jazz à retaper - Anthropologue dans l'âme, ne l'oublions pas
It will never end - Alfie#1 Giphy
POSTS : 84 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 4/4

It will never end - Alfie#1 Ezgif-7-63a22dbd8a0e
Keaver Someone to face the day with make it through all the rest with, someone I'll always laugh with even at my worst, I'm best with you, yeah


Anwar#1 - Andréa#1 - Alfie#1 -Niamh
RPs TERMINÉS : Clyde - Jamie#1 - Penny - Clyde#2 - Swann#1
AVATAR : Idris Elba
CRÉDITS : P. (avatar) - Loonywaltz (UB)
DC : Keith & Sam & Zach
PSEUDO : P.
INSCRIT LE : 28/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35227-sweet-dreams-that-leave-all-worries-behind-you-nate-weaver https://www.30yearsstillyoung.com/t35351-nathanael-weaver-un-mec-gentil-point https://www.30yearsstillyoung.com/t35419-nathanael-weaver

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyJeu 10 Déc - 20:22



It will never end
@Alfie Maslow & Nathanael Weaver
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

Une journée de plus que Nate voyait se lever. Une journée de plus pour laquelle il allait faire le nécessaire pour faire le bien autour de lui. Un crédo qui lui tient à cœur depuis très longtemps. Et qu’il s’évertue à maintenir tant pour le bonheur d’autrui que pour le sien. Après tout, il s’était raccroché à celui-ci après le décès d’Emily. Il aurait pu prendre ce départ si soudain comme un échec. Lui qui avait remis en cause ses agendas parfois trop surchargés à l’époque pour épauler sa femme dans ce combat si vicieux, n’a pas gagné la guerre. Cette foutue maladie qui emporte encore trop de personnes au goût de Nate. C’est de là qu’était parti son envie de lever le pied avec l’université. C’est aussi à cause de lui qu’Alfie s’était retrouvé dans ce guet-apens en 2017. Et même si trois années s’étaient écoulées depuis l’évènement, Nathanaël ne réussissait pas à s’enlever de la tête qu’il en était le seul fautif. Et même s’il était d’un naturel protecteur, bienveillant et à l’écoute, tout était décuplé depuis ce temps envers Maslow.

Ce fût d’ailleurs avec le cœur étreint que Weaver avait regardé le nom de son ancien étudiant apparaître sur son portable. Un SMS. Depuis combien de temps ne s’étaient-il pas vus ? Weaver était pris dans une course folle à la suite du rachat de ce club et Alfie semblait aux yeux de Nate plutôt distant ces temps-ci. Nathanael avait pensé plus d’une fois lui écrire et comme bien souvent, la journée s’était passée sans que ce dernier ne puisse voir les heures défiler. Alors il n’avait pas perdu de temps pour répondre à Alfie. Parce que son message ne laissait place à aucun doute : il avait besoin de lui parler de quelque chose. Weaver confirma sa présence et les questions fusèrent à son esprit. Ce n’était généralement pas son genre, mais il s’agissait d’Alfie. Il n’y avait plus de généralités. C’était un cas fortuit.

Weaver était resté sur le qui-vive tout le reste de la matinée. Il s’était affairé au nettoyage qu’il avait prévu en se rendant au club tout en tournant régulièrement la tête en direction de l’entrée au cas où le jeune homme arrive plus tôt que ce qu’il avait prévu. En même temps, l’après-midi, c’était large. Malgré son inquiétude naissante, le sourire de Weaver n’avait aucunement disparu. Au contraire, il voulait se montrer rassurant et apaisant quand ce dernier pointera le bout de son nez. Alors Nate décida de se concentrer sur la musique environnante, et comme à chaque fois, se laissa emporter par cette dernière. Si ce n’est que son regard se releva que lorsque la grille vint grincer entre ses rails. Impatient d’entrevoir l’homme qu’il avait pris sous son aile, celui qui était devenu bien plus qu’un potentiel collègue ou étudiant mais plutôt quelqu’un que Weaver considérait comme un ami, il laissa son grattoir posé sur le haut de l’échelle, attrapant une serviette pendant aux alentours et s’approcha de l’entrée avec un sourire bien plus large. Nate actionna les clés et la grille se releva, attendant de pouvoir entrevoir le visage de Maslow, un sourire en guise de comité d’accueil. « Quelle surprise ! » riait Nate en lui offrant un signe de tête pour le laisser entrer, refermant derrière lui. « Cela fait longtemps Maslow ! » lui fit remarquer Nathanaël en gardant la serviette entre les mains. « Désolé, je suis dans les travaux, ne m’en veux pas si je ne te salue pas comme il se doit » continuait à ironiser Nate en passant devant le jeune homme pour aller couper la musique afin de retrouver un peu de calme et surtout accorder toute son attention à Alfie. « Tu vas bien ? » lui demanda Nate avant de s’adosser contre l’échelle pour lui faire face. « Tu es venu me filer un coup de main ? J’ai potentiellement un balai dans le coin qui ne demande qu’à être utilisé » souriait Nate en lui offrant un léger clin d’œil. S’il y avait bien une chose que Weaver avait compris avec toute l’expérience des années que la vie lui avait offerte, c’est que les confidences étaient bien plus simples quand l’esprit était occupé à autre chose.

« Sauf si tu n’es pas manuel, et dans ce cas-là, je pourrais te proposer de t’installer dans le sofa que je n’ai pas et que tu me parles des nouveautés dans ta vie » conclus Nate en croisant les bras comme il le faisait toujours quand il était prêt à écouter pleinement quelqu’un. Signe qu’il se concentrait sur les propos à venir. Qu’il se concentrait sur l’homme qui avait fait le déplacement jusqu’à ce club vide de vie.




code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
Alfie Maslow
le jardin du vice
le jardin du vice
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans (01.11).
SURNOM : alfie en est déjà un.
STATUT : récemment célibataire, rattrape le temps perdu en ne restant jamais plus de deux soirs dans les mêmes draps.
MÉTIER : anthropologue de formation ; consultant pour la justice et dans la santé, lecturer à l'université. détruit sa vie à temps plein, aussi.
LOGEMENT : au revoir la petite amie et la filleule, il dispose de l’apt. #95 à toowong pour lui tout seul, bien qu’il n’y soit que très peu.
It will never end - Alfie#1 Tumblr_ouy5lcZPVA1r27q3xo4_540
POSTS : 2235 POINTS : 190

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, le vrai (anthropologue de terrain) ≈ se déplace en skate ou vélo ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ impulsif, borderline, toxique, tout est un jeu pour lui ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis trois ans, il rêve de fuir à nouveau ≈ deux agressions en deux ans et un ptsd qui prend de plus en plus de place au quotidien ≈ addict, a replongé début 2020.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : It will never end - Alfie#1 32d2b6573f403138155d8d7f37ca8eddda957578
alfiana #7 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_pvwcka9G841r057rfo6_400
anabel ⊹ no matter how big and bad you are, when a six year old hands you a toy phone, you answer it.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_nwoy2qOjJq1qc354ro8_r2_250
alfly #3 & alfly #4 ⊹ y'know, i always try to settle you when i'm away 'cause we struggle sometimes, if it means that we get through.

It will never end - Alfie#1 C0ec8638c2904ff7730ce2be786099de91dbdd11
noralfie #5 ⊹ out of the blue, into the black. they give you this but you pay for that. once you're gone, you can never come back.

(11/06)lily & joseph (ua)joseph #5 (1994)halsey #1 (2012)nathanael #1tad #4maze #1jacob
RPs EN ATTENTE : jules #8 (fb) › caelan › diana #2 › casey › edward #2
RPs TERMINÉS : lily (1998)harvey #3 (2001)ariane #2 (2010) norah #2 (2015)stephen #1 (2017)evaariane #1 (& jules)leonardojoeyjules #1joseph & julesnorah #1tad #1harvey #1tad #2hassanharvey #2kanejules #2jules, leah & stephen jules #3joseph #2anwarjules #4alex #1dimitri joseph #3leah #1emmanorah #3elwynjules #5diana #1lily #2joseph #4norah #4jules #6edward

(abandonnés)
romy (au)james (1994)calie (2006)nadia eleonoralily stephen #2leah eirlystad #3leah #2
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : lannisters (ava), lgbtroybolton (gifs), loonywaltz (ub), jojo rabbit (dessin)
DC : le roux de secours (finnley coverdale) et les cicatrices de la mémoire (kieran halstead)
PSEUDO : leave
INSCRIT LE : 01/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light https://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it https://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow https://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyMar 15 Déc - 21:43



@Nathanael Weaver & ALFIE MASLOW ⊹⊹⊹ Pressure, pressure calls my name I think it's time that I should Push it back and entertain it. I measure, measure in my brain, All of the times that I've been Too afraid, it's time to change it.

L’année touche à sa fin et avec elle, les résolutions commencent à émerger. Il n’a jamais été un fervent client de celles-ci, Alfie, n’arrivant jamais à les tenir et n’ayant jamais compris l’intérêt de spécifiquement attendre janvier pour prôner des choses qu’il devrait avoir, en réalité, fait depuis longtemps. Mais cette année a été différente des autres sur de nombreux plans ; parce qu’elle a été tout bonnement insupportable. Les responsabilités temporaires qui devaient être les siennes se sont finalement ancrées jusqu’à faire partie de son quotidien ; ce même quotidien dans lequel il ne se retrouve plus et qu’il envisage de fuir depuis des mois. De nombreuses décisions sont restées en suspens à la suite de son agression et maintenant que celle-ci est supposée appartenir à l’histoire ancienne sous prétexte d’avoir mis un nom sur son bourreau, la vie reprend son cours et avec elle, ces mêmes choix qu’il a repoussés pour maintenir un semblant de sécurité. Ironique quand on sait qu’il s’est toujours épanoui dans l’impulsivité et l’adrénaline de la majeure partie de ses décisions, qu’il joue au faux calme par nécessité. Ce n’est qu’un autre indice de la manière dont il s’est éloigné de celui qu’il aurait voulu devenir, de celui qu’il était, en réalité. Il ne se retrouve plus, Alfie et seul son physique semble être familier lorsqu'il s’observe dans un miroir. Pour le reste, ce n’est pas lui, ce n’est plus lui et certains diront qu’il s’agit d’une crise de la quarantaine avec une avance considérable, il dira simplement que sa volonté de vivre la vie qu’il souhaite justifie de mettre un frein au rôle qu’il joue dans celle des autres.

À commencer par Jules. Ils n’ont pas encore eu cette conversation, mais l’un et l’autre n’est pas sans ignorer que cette relation va dans un mur. Non, pire, elle l’a frappé il y a bien longtemps et personne n’est venu à leur secours – pas même eux, ne daignant plus prétendre vouloir réparer les dégâts. Tout ce qu’ils peuvent faire, désormais, c’est de quitter les lieux au plus vite. Et sans surprise, c’est Alfie qui s’apprête à fuir le premier. De cette relation, mais surtout de ce pays. La nouvelle année approche à grands pas ; avec elle, de nouveaux projets, de nouvelles perspectives. Son arrêt maladie s’est terminé il y a quelques mois, le temps pour lui de faire à nouveau ses preuves, comme le débutant qu’il est redevenu. Mais il les a faites – ou plutôt, il n’a laissé le choix à personne de douter de celles-ci. Il n’a pas la patience pour repartir de zéro, Alfie et il a très vite imposé celui qu’il était aujourd’hui, avec ses lacunes et ses difficultés. Elles sont nombreuses ; il a inévitablement appris à les masquer. Les pertes de mémoire, la difficulté à suivre une conversation, la manière dont il se perd dans ses propres phrases, tout ça semble peu considéré par ses pairs. Son intelligence, bien qu’il puisse en douter, est toujours intacte. Sa motivation également. Deux éléments qu’il met en avant, plutôt que ses cauchemars dans lesquels il se plonge encore chaque nuit, cette colère qui bouillonne toujours plus dans ses veines et qui s’est exprimée sur Joseph et ce manque qui ne grandit plus parce qu’il a recommencé à le combler.

Plus rien ne va, dans ce sens. Pourtant, il n’a jamais été aussi heureux qu’en ces jours où il sait que sa vie va prendre un nouveau tournant, celui qu’il veut lui donner lui et personne d’autre. Un tournant déplorable, probablement, que d’autres auraient regretté de par l’accumulation des mauvais choix et d’une certaine tendance à l’impulsivité jetant aux ordures tout ce qu’il a construit ces dernières années. Mais ceux qui le connaissent intimement ne sont pas sans savoir que c’est très exactement dans le chaos qu’il s’épanouit le plus. On lui en a donné un avant-goût à la suite de ces agressions ; il a voulu réclamer la suite. Et il s’apprête à le faire, sans guère se soucier des autres, mais en ayant néanmoins la décence de les prévenir qu’il s’apprête à sortir de leurs vies et que s’ils sont tentés d’attendre encore quelque chose de lui, ils peuvent cesser dès aujourd’hui.  

Il obéit à Weaver quand sa main vient taper contre la grille pour attirer l’attention de celui qui est devenu un ami. Il patiente quelques instants, ses lèvres s’étirant elles-aussi pour répondre à son sourire, une moue moqueuse se lisant sur son visage à la réflexion de Nate. « Alzheimer, hein ? » Il questionne, moqueur, en faisant un signe de tête à l’égard de son aîné, se glissant avant que Weaver ne referme la grille. « Je m’en remettrai. » Il souligne avec un léger sourire. Phrases courtes, concises, assurément le bagout d’Alfie est aux abonnés absents depuis trop longtemps. « Déconne pas, ton affaire, ta merde. » Qu’il s’amuse, alors même qu’Alfie n’a pas hésité à proposer son aide – mais pas aujourd’hui, aujourd’hui les priorités sont autres. « Et toi ? Tu t’en sors ou t’envisages de t’exploser la tête contre un mur ? » La question lui est retournée sans qu’il n’ait daigné y répondre au préalable, un sourire plus carnassier se lisant sur son visage alors qu’il renchérit : « Si c’est le cas, je suis plein de bons ce-conseils. » Il hausse les épaules, s’agaçant de sa manière de buter encore sur certains mots évidents, mais cette frustration vite oubliée au profit de cet humour noir qu’il manie plus que jamais. Mais il n’est pas question que d’humour, alors que les cicatrices n’ont pas toutes disparues, autant qu’un certain bonheur envahit son cœur en songeant à la manière dont il a rendu la monnaie de sa pièce à Joseph quelques temps plus tôt. « Quelle manière de recevoir ses invités. » Invité qui s’est peut-être incrusté, mais là n’est pas le sujet. « Par où commencer... » Il se questionne avant de se tourner vers Nate. « Par la bière que tu m’as pas encore offerte ? » Il s’en amuse, Alfie, son sourire provocateur sur les lèvres. Mais cette fois, le regard en atteste ; il ne rigole plus depuis longtemps, Alfie, alors qu’il s’agira-là d’un moment qu’ils n’ont pas partagé depuis longtemps : se retrouver autour de l’alcool était prohibé pour le plus jeune, il n’y a encore pas si longtemps. Mais les choses changent et ce n’est que la pointe de l’iceberg.    



It will never end - Alfie#1 Spg7okK It will never end - Alfie#1 8XKLS6S
It will never end - Alfie#1 0ZiulDe
It will never end - Alfie#1 YtxTUla
It will never end - Alfie#1 FOO2y3e
It will never end - Alfie#1 335306globetrotter
It will never end - Alfie#1 480954teachers
It will never end - Alfie#1 908854lgbt
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Weaver
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans, né le 21 juin 1972
SURNOM : Nate
STATUT : Veuf depuis le début de l'année, il n'est pas encore prêt à rouvrir son coeur, se consacrant pleinement à son nouvel investissement
MÉTIER : Fraichement propriétaire d'un club de Jazz à retaper - Anthropologue dans l'âme, ne l'oublions pas
It will never end - Alfie#1 Giphy
POSTS : 84 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 4/4

It will never end - Alfie#1 Ezgif-7-63a22dbd8a0e
Keaver Someone to face the day with make it through all the rest with, someone I'll always laugh with even at my worst, I'm best with you, yeah


Anwar#1 - Andréa#1 - Alfie#1 -Niamh
RPs TERMINÉS : Clyde - Jamie#1 - Penny - Clyde#2 - Swann#1
AVATAR : Idris Elba
CRÉDITS : P. (avatar) - Loonywaltz (UB)
DC : Keith & Sam & Zach
PSEUDO : P.
INSCRIT LE : 28/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35227-sweet-dreams-that-leave-all-worries-behind-you-nate-weaver https://www.30yearsstillyoung.com/t35351-nathanael-weaver-un-mec-gentil-point https://www.30yearsstillyoung.com/t35419-nathanael-weaver

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyDim 20 Déc - 14:21



It will never end
@Alfie Maslow & Nathanael Weaver
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

Nathanaël n’avait pas eu d’enfants. Par le cours des choses, par des choix de vie et malgré tout, il s’était presque découvert un instinct paternel lorsque le jeune Alfie avait passé pour la première fois les portes de son amphithéâtre. Il s’était battu pour le jeune homme, et aujourd’hui, malgré une douce pointe de culpabilité qui venait parfois rendre amer Weaver, il était heureux de voir le jeune homme passer les grilles de son club de jazz. Parce qu’il était heureux que le temps et les diverses aventures qu’avaient traversé Alfie n’avaient en aucun cas anéanti les liens qui les unissaient. Et même si parfois Weaver souhaitait secouer le jeune homme – surtout quand ce dernier venait rajouter une couche sur son âge – il n’en restait pas moins bienveillant avec lui. Même si actuellement, un sourcil était en train de se redresser, et son regard interrogeait celui du jeune homme, presque déçu de son entrée en matière. « Tu n’as toujours pas reçu la collection 2020 des vannes à sortir non ? » riposta Nathanaël qui n’en manquait jamais une pour renvoyer la balle à Alfie quand il décidait de l’attaquer de face en matière de boutade. Nate détestait laisser une phrase du genre sans réponses même si parfois il prenait le risque que la discussion se détourne de son objectif premier pendant bien plus de temps qu’il n’en disposait réellement, Nathanaël préférait jouer sur la corde de la boutade avec Alfie, comme s’il se devait d’alléger la réalité quand ce dernier venait lui rendre visite.

Et même si Nathanaël roulait des yeux et lâchait un léger soupir quand il eut la confirmation qu’Alfie ne venait pas le voir pour l’aider, il pointa son index dans sa direction, le regard faussement menaçant, lui qui n’était pas capable d’hausser le ton en réalité. « Tu m’en dois une Maslow tu sais ? Je te ferais venir ici un dimanche matin, m’aider à finir de nettoyer… » ironisa Nate tandis qu’il finissait par refermer l’échelle qu’il laissa appuyer contre le mur tout en haussant les épaules, jetant un rapide coup d’œil aux premiers résultats qui n’étaient visibles que pour lui tant le chantier restait toujours un chantier en bonne et due forme. « Pour l’instant, je gère… Le jour où je compte m’exploser la tête, je tâcherais de te prévenir… J’apprends toute la routine d’un gérant d’un bar qui n’a pas encore ouvert ses portes… Mais je sais pourquoi je me lève le matin. » admettait Nate en croisant les bras contre son torse, un sourire un peu plus large. « Tu penses vraiment que je vais oublier que tu n’as pas répondu à ma question ? Tu ne serais pas venu me voir si tu ne voulais pas que je creuse un peu n’est-ce pas ? » demanda Nathanaël sans relever le fait qu’Alfie buter encore parfois sur quelques mots. Pourtant l’agacement du jeune homme lui n’était pas resté inaperçu et Nathanaël riait en l’entendant évoquer le manque d’hospitalité de son ancien professeur. Nate lui fit un signe de tête pour lui demander de le suivre, et prit la direction de son bureau, seule pièce approximativement en état pour recevoir une discussion entre les deux hommes.

Nate ouvrit la porte et resta sur le seuil de cette dernière, laissant Alfie entrer avant lui, tandis qu’il repoussait la porte légèrement, s’approchant d’un mini-top qu’il avait fait installer en attendant la réfection du comptoir. « Depuis quand tu bois en pleine après-midi ? » demandait Nate en sortant néanmoins deux bouteilles qu’il gardait en main tandis qu’il s’installait à sa place, derrière son bureau face à Alfie. « Tu as besoin de l’alcool avant pour m’expliquer la raison de ta venue, ou après pour oublier ce que tu m’auras dit ? » lui fit remarquer Nate tandis qu’il ouvrait néanmoins les deux bouteilles en avançant une en direction d’Alfie, le regard posé sur ce dernier pour voir quel choix il s’apprêtait à faire. Parce que Nate connaissait parfaitement Alfie et qu’il ne manquait pas de s’inquiéter pour ce dernier. Mais il ne pouvait le forcer à se livrer s’il n’en avait pas envie, et Weaver pouvait parfois se montrer bien plus silencieux qu’il ne le paraissait, perturbant généralement ses connaissances qui finissaient par craquer. Pourtant cette stratégie était à proscrire quand il était en présence d’Alfie. « On trinque à quoi ? » demanda Nathanaël en tendant sa bouteille en direction du jeune homme, un sourire aux lèvres. « Aux travaux qui n’ont pas encore débuté, et à ta présence dans mon bureau, c’est une merveilleuse idée. » finissait par trancher Weaver dans un clin d’œil tandis qu’il venait poser sa bouteille contre celle d’Alfie puis portant le goulot à ses lèvres, il en prit une gorgée avant de la déposer sur son bureau, se reculant de ce dernier, les bras croisés, interrogeant Alfie du regard. Il était peut-être temps qu’il lui explique la situation avant que Nathanaël n’envisage de creuser de lui-même sans savoir réellement ce qu’il pourrait y trouver. Parce que s’il laissait le choix à Alfie de lui livrer ce qu’il désirait réellement, Nathanaël savait qu’en fouillant par lui-même, il ne s’arrêterait qu’en ayant tout découvert, pour tenter de se rassurer sur l’état du jeune homme.

Un instinct protecteur.
Paternel avait-il dit ?


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
Alfie Maslow
le jardin du vice
le jardin du vice
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans (01.11).
SURNOM : alfie en est déjà un.
STATUT : récemment célibataire, rattrape le temps perdu en ne restant jamais plus de deux soirs dans les mêmes draps.
MÉTIER : anthropologue de formation ; consultant pour la justice et dans la santé, lecturer à l'université. détruit sa vie à temps plein, aussi.
LOGEMENT : au revoir la petite amie et la filleule, il dispose de l’apt. #95 à toowong pour lui tout seul, bien qu’il n’y soit que très peu.
It will never end - Alfie#1 Tumblr_ouy5lcZPVA1r27q3xo4_540
POSTS : 2235 POINTS : 190

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, le vrai (anthropologue de terrain) ≈ se déplace en skate ou vélo ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ impulsif, borderline, toxique, tout est un jeu pour lui ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis trois ans, il rêve de fuir à nouveau ≈ deux agressions en deux ans et un ptsd qui prend de plus en plus de place au quotidien ≈ addict, a replongé début 2020.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : It will never end - Alfie#1 32d2b6573f403138155d8d7f37ca8eddda957578
alfiana #7 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_pvwcka9G841r057rfo6_400
anabel ⊹ no matter how big and bad you are, when a six year old hands you a toy phone, you answer it.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_nwoy2qOjJq1qc354ro8_r2_250
alfly #3 & alfly #4 ⊹ y'know, i always try to settle you when i'm away 'cause we struggle sometimes, if it means that we get through.

It will never end - Alfie#1 C0ec8638c2904ff7730ce2be786099de91dbdd11
noralfie #5 ⊹ out of the blue, into the black. they give you this but you pay for that. once you're gone, you can never come back.

(11/06)lily & joseph (ua)joseph #5 (1994)halsey #1 (2012)nathanael #1tad #4maze #1jacob
RPs EN ATTENTE : jules #8 (fb) › caelan › diana #2 › casey › edward #2
RPs TERMINÉS : lily (1998)harvey #3 (2001)ariane #2 (2010) norah #2 (2015)stephen #1 (2017)evaariane #1 (& jules)leonardojoeyjules #1joseph & julesnorah #1tad #1harvey #1tad #2hassanharvey #2kanejules #2jules, leah & stephen jules #3joseph #2anwarjules #4alex #1dimitri joseph #3leah #1emmanorah #3elwynjules #5diana #1lily #2joseph #4norah #4jules #6edward

(abandonnés)
romy (au)james (1994)calie (2006)nadia eleonoralily stephen #2leah eirlystad #3leah #2
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : lannisters (ava), lgbtroybolton (gifs), loonywaltz (ub), jojo rabbit (dessin)
DC : le roux de secours (finnley coverdale) et les cicatrices de la mémoire (kieran halstead)
PSEUDO : leave
INSCRIT LE : 01/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light https://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it https://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow https://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyLun 28 Déc - 5:15


« Tu ne me l’as toujours pas envoyée. » Il répond instantanément, son sourire satisfait qui prend place sur ses lèvres. Nate le connaît depuis le temps, lui et sa volonté de constamment avoir le dernier mot, qu’il s’agisse d’un débat animé ou d’un échange banal. On pourrait presque croire qu’il s’agit-là d’une amélioration de son état, lui dont les mots lui manquent depuis des mois et qui, là où il pouvait enchaîner les phrases avec une aisance en toutes circonstances autant qu’avec une inutilité bien réelle il y a encore une année, s’est contenté du moindre effort au cours des derniers mois. Mais avec Nate le naturel semble reprendre sa place, une place pourtant laissée vacante depuis trop longtemps, un manque qu’il a suffisamment ressenti pour le convaincre d’abandonner la perspective de se retrouver sur le chemin de la guérison – car s’il y a une chose dont il est certain, c’est que la guérison ne lui semble pas plus favorable aujourd’hui qu’elle ne l’était lors de sa précédente agression. Mais Nate a cette capacité de faire ressortir le meilleur de lui ; et le Alfie tendu, agressif, impatient des dernières semaines semble s’effacer au contact de son aîné, dont l’effet cathartique est toujours aussi efficace. Peut-être parce qu’avec son mentor les choses sont plus faciles, peut-être parce que lui ne cherche pas à lui faire verbaliser certaines choses qu’il passe encore volontairement sous silence malgré les conséquences de celles-ci et peu importe si la raison derrière ce mutisme n’a rien à voir avec de la bienveillance et se base sur une culpabilité inavouée.

« Ah bon ? » Il enchaîne sur le même ton alors que ses mains se lèvent à hauteur de ses épaules dans un geste théâtral, feignant une innocence qu’il ne possède pas, mais une flemme, elle, bien réelle, quand il s’agit de prendre un balai pour donner un coup de main à son ami. Oh, dans d’autres circonstances il n’aurait pas hésité un seul instant, cet endroit appartenant peut-être à Weaver, mais ayant néanmoins déjà attiré l’attention d’Alfie, suffisamment pour qu’il le considère comme le sien par extension. À défaut de pouvoir se produire avec les Street Cats maintenant que les caprices de Lou et le départ de Tad ont sonné la fin du groupe, cet endroit représente sa dernière accroche avec l’univers musical, si important et pourtant si délaissé depuis peu. Et peut-être qu’il ne sera plus à Brisbane lors de l’ouverture officielle de ce club, pour autant Alfie compte venir en profiter lorsque l’occasion se présentera – et ce serait donc d’autant plus gratifiant d’avoir mis la main à la pâte en temps voulu. Mais ce n’est pas sa priorité aujourd’hui, pas tout de suite du moins, bien qu’il prenne le temps de demander des nouvelles quant à l’avancée du projet – non sans user d’un humour déplacé qui, il le sait, ne fera pas peur à son mentor. « Et je t’envie pour ça. » Qu’il souligne simplement par la suite, faisant d’une pierre deux coups quant au fait de ne pas lui avoir offert de réponse. « Je te demande pas de creuser. » Il reprend, sur un ton un peu plus ferme cette fois-ci. Ce n’est pas son genre ; et Dieu sait qu’il exècre ceux qui tentent d’obtenir des réponses qu’il n’a lui-même pas. Non, sa visite vise à l’informer de son prochain départ, plus que de lui demander une écoute attentive. « Tu as une idée de la date d’ouverture ? » Il reprend néanmoins, ne tentant cette fois-ci pas de détourner le sujet alors que sa question est une curiosité des plus sincères.  

« Depuis quand tu la joues mo-moralisateur ? » Là-aussi, la réponse est automatique, mais cette fois-ci cette virulence est vite regrettée alors que l’humour ne justifie plus ses réflexions. Seule son agressivité de plus en plus présente dicte ses commentaires et Alfie esquisse un sourire qui s’essaie à désamorcer son ton sec, une manière de s’excuser sans en formuler de véritables. « J’en sais rien, je déciderai après. » Il poursuit, se saisissant de la bouteille tendue par Nate. Pour oublier ce que je dis de façon générale lui semble en réalité être une bonne réponse alors qu’il n’aurait jamais été aussi exécrable avec son mentor en temps normal. Mais les mois passent, les souvenirs traumatiques restent et sa personnalité, elle, se module pour survivre. Levant sa bouteille en direction de celle de Nate, il acquiesce silencieusement à son toast, leurs deux verres se rencontrant dans un bruit aigu avant que le plus jeune ne porte le goulot à ses lèvres sans une once d’hésitation. « Je sais qui m’a fait ça. Le chapitre va être clos et moi je me casse d'ici dès que possible. » Qu’il finit par balancer sans avertissement préalable. Ça, cette agression qui a réveillé les traumatismes d’une première jamais véritablement acceptée. Ce chapitre se clôture, un autre s’ouvre ; si plus rien ne le maintient dans cette ville, c’est qu’il est temps de la fuir.

@Nathanael Weaver It will never end - Alfie#1 2954228499



It will never end - Alfie#1 Spg7okK It will never end - Alfie#1 8XKLS6S
It will never end - Alfie#1 0ZiulDe
It will never end - Alfie#1 YtxTUla
It will never end - Alfie#1 FOO2y3e
It will never end - Alfie#1 335306globetrotter
It will never end - Alfie#1 480954teachers
It will never end - Alfie#1 908854lgbt
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Weaver
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans, né le 21 juin 1972
SURNOM : Nate
STATUT : Veuf depuis le début de l'année, il n'est pas encore prêt à rouvrir son coeur, se consacrant pleinement à son nouvel investissement
MÉTIER : Fraichement propriétaire d'un club de Jazz à retaper - Anthropologue dans l'âme, ne l'oublions pas
It will never end - Alfie#1 Giphy
POSTS : 84 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 4/4

It will never end - Alfie#1 Ezgif-7-63a22dbd8a0e
Keaver Someone to face the day with make it through all the rest with, someone I'll always laugh with even at my worst, I'm best with you, yeah


Anwar#1 - Andréa#1 - Alfie#1 -Niamh
RPs TERMINÉS : Clyde - Jamie#1 - Penny - Clyde#2 - Swann#1
AVATAR : Idris Elba
CRÉDITS : P. (avatar) - Loonywaltz (UB)
DC : Keith & Sam & Zach
PSEUDO : P.
INSCRIT LE : 28/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35227-sweet-dreams-that-leave-all-worries-behind-you-nate-weaver https://www.30yearsstillyoung.com/t35351-nathanael-weaver-un-mec-gentil-point https://www.30yearsstillyoung.com/t35419-nathanael-weaver

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyDim 17 Jan - 12:57



It will never end
@Alfie Maslow & Nathanael Weaver
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

Nathanaël levait les yeux au ciel face à la réponse instantanée d’Alfie. L’ancien professeur savait pertinemment qu’il était inutile de poursuivre sur cette pente, le jeune homme face à lui désirant avoir le dernier mot. C’était l’analyse que Weaver avait effectuée après des mois et maintenant des années de pratique. Puis l’ancien professeur préférait cent fois entendre son ancien étudiant parler plutôt que de se muer dans un mutisme alarmant. Alors Nate leva les mains au ciel, acceptant la première défaite dans cette joute verbale. Il préférait faire son possible pour que le jeune homme se sente à son aise, même si cela signifiait pour Weaver de se muer dans un silence à son tour. C’était naturel cette capacité d’écoute qu’il avait en présence de son protégé. Tout comme celle qu’il avait de le taquiner. Weaver leva les yeux au ciel, croisant les bras contre son torse comme un père aurait pu le faire face à son fils dans l’attente qu’il admette une chose de lui-même alors que l’information était connue du patriarche. Puis l’air sérieux s’évapora, et un rictus finissait par se dessiner sur les lèvres de Nate. « Si tu comptes un jour venir consommer ici, il va falloir que tu puisses le mériter. Un coup de balai, c’est peu cher payé pour l’alcool que tu vas distiller ! » ironisa Nathanaël dans un clin d’œil. Parce qu’il savait pertinemment que cet endroit serait un QG pour les gens qu’il aime. C’était ça l’esprit qu’il voulait donner au club : un endroit chaleureux qui aurait toujours une porte ouverte pour les gens qui le demanderaient.

Il avait guidé Alfie vers son bureau, prenant soin de refermer la grille avant de quitter l’endroit. Weaver tenait absolument à ne pas être dérangé pour accorder l’entièreté de son temps au jeune homme qui le lui avait demandé. Silencieusement certes, mais Weaver savait que cette venue n’était pas hasardeuse. Et même si le ton ferme d’Alfie aurait pu en freiner plus d’un, Weaver ne lui en tenait pas rigueur, préférant une fois de plus ne pas rebondir sur l’information donnée, mais plutôt de répondre à Alfie directement. « Je n’en ai aucune idée… Quand les travaux auront commencé et seront terminés… J’aimerais vraiment que ce soit en Avril. Mais bon… On sait tous les deux que les livraisons de chantier à l’heure, c’est peu probable. Donc je ne veux pas me donner de faux espoirs. » admettait Weaver en déposant la bouteille face au jeune homme, la maintenant fermement entre ses mains, le regard braqué dans celui d’Alfie. « Depuis que je m’inquiète pour toi Alfie. Mais tu as raison, je suis mal placé pour cela, je m’en excuse. » conclut Weaver qui prenait le sourire du jeune homme en guise d’excuse mutuelle. Il allait l’accompagner, levant son verre tandis qu’il portait bien rapidement le goulot à ses lèvres pour venir en prendre une longue gorgée. Weaver n’avait pas lâché son regard du visage d’Alfie, sachant pertinemment qu’à tout moment, l’information fatidique pourrait lui échapper. Et il n’eut pas longtemps à attendre. Weaver inspirait longuement, posant sa bouteille sur le bureau avant de s’en reculer pour s’enfoncer dans son fauteuil, les bras croisés sous son menton. Il était en train d’analyser chacune des paroles – aussi courtes soient-elles – afin d’en tirer un maximum d’information sans avoir besoin de le questionner. Pourtant, il devait s’avouer cette fois-ci que la rationalité des propos était trop vague pour le lui permettre. Trois informations distinctes le tout dans une seule.

Il avait pris le temps d’y réfléchir, les minutes auraient pu paraître une éternité pour Alfie et Weaver en avait conscience. Mais il n’était pas du genre à répondre sur un coup de tête, Maslow le savait, et il voulait avoir les mots justes et raisonnables dès le départ. Car les cartouches se faisaient parfois minimes avec son ancien étudiant, et il ne voulait pas en rater une. Alors il se rapprocha enfin du meuble en bois, ses poignets posés dessus pour s’avancer vers ce dernier. Son regard était toujours rempli de bienveillance et sa voix toujours aussi calme. « Et si on reprenait Alfie dans l’ordre ? Tu peux bien faire ça pour le vieil homme que je suis non ? » lui demanda Weaver avant d’enchaîner, n’attendant pas l’accord verbal du dernier. « Je ne te demande pas de nom. Je ne veux pas de détails et tu le sais. Mais je veux juste que tu me garantisses Alfie, que cette clôture de chapitre, permets-moi de reprendre tes mots, ne t’entrainera pas dans l’illégalité ou vers le fond. Parce que je ne t’apprendrais rien en te disant que la violence ne résout rien… » demanda Weaver dans un sourire avant de reprendre, un index levé dans la direction du jeune homme. « Et où comptes-tu partir ? Pour quelles raisons ? Des études à mener ? » demanda Weaver qui avait potentiellement un doute sur ce point, sans se rendre compte que ces doutes s'étaient transformés en un tas de questions qu'Alfie pourrait mal prendre. Il craignait ce départ, le renvoyant bien trop rapidement aux souvenirs que le précédent pour lequel il avait encouragé le jeune homme s’était transformé en horreur pour ce dernier.



code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
Alfie Maslow
le jardin du vice
le jardin du vice
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans (01.11).
SURNOM : alfie en est déjà un.
STATUT : récemment célibataire, rattrape le temps perdu en ne restant jamais plus de deux soirs dans les mêmes draps.
MÉTIER : anthropologue de formation ; consultant pour la justice et dans la santé, lecturer à l'université. détruit sa vie à temps plein, aussi.
LOGEMENT : au revoir la petite amie et la filleule, il dispose de l’apt. #95 à toowong pour lui tout seul, bien qu’il n’y soit que très peu.
It will never end - Alfie#1 Tumblr_ouy5lcZPVA1r27q3xo4_540
POSTS : 2235 POINTS : 190

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, le vrai (anthropologue de terrain) ≈ se déplace en skate ou vélo ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ impulsif, borderline, toxique, tout est un jeu pour lui ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis trois ans, il rêve de fuir à nouveau ≈ deux agressions en deux ans et un ptsd qui prend de plus en plus de place au quotidien ≈ addict, a replongé début 2020.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : It will never end - Alfie#1 32d2b6573f403138155d8d7f37ca8eddda957578
alfiana #7 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_pvwcka9G841r057rfo6_400
anabel ⊹ no matter how big and bad you are, when a six year old hands you a toy phone, you answer it.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_nwoy2qOjJq1qc354ro8_r2_250
alfly #3 & alfly #4 ⊹ y'know, i always try to settle you when i'm away 'cause we struggle sometimes, if it means that we get through.

It will never end - Alfie#1 C0ec8638c2904ff7730ce2be786099de91dbdd11
noralfie #5 ⊹ out of the blue, into the black. they give you this but you pay for that. once you're gone, you can never come back.

(11/06)lily & joseph (ua)joseph #5 (1994)halsey #1 (2012)nathanael #1tad #4maze #1jacob
RPs EN ATTENTE : jules #8 (fb) › caelan › diana #2 › casey › edward #2
RPs TERMINÉS : lily (1998)harvey #3 (2001)ariane #2 (2010) norah #2 (2015)stephen #1 (2017)evaariane #1 (& jules)leonardojoeyjules #1joseph & julesnorah #1tad #1harvey #1tad #2hassanharvey #2kanejules #2jules, leah & stephen jules #3joseph #2anwarjules #4alex #1dimitri joseph #3leah #1emmanorah #3elwynjules #5diana #1lily #2joseph #4norah #4jules #6edward

(abandonnés)
romy (au)james (1994)calie (2006)nadia eleonoralily stephen #2leah eirlystad #3leah #2
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : lannisters (ava), lgbtroybolton (gifs), loonywaltz (ub), jojo rabbit (dessin)
DC : le roux de secours (finnley coverdale) et les cicatrices de la mémoire (kieran halstead)
PSEUDO : leave
INSCRIT LE : 01/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light https://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it https://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow https://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyVen 12 Fév - 20:06


La dynamique qu’Alfie instaure avec ceux qui l’entourent a toujours été régie par ses émotions du moment. Exécrable lorsqu’il était plus jeune et en phase de rébellion, le passage à l’âge adulte et aux nouvelles responsabilités liées à ses études avaient su le calmer quelques années ; suffisamment pour que Weaver entre dans sa vie à un moment où il prenait sur lui plus qu’il ne prenait plaisir à attaquer gratuitement les autres par simple frustration liée à son propre état d’esprit. Puis, il avait connu cette période compliquée durant laquelle il s’était laissé aller à des tentations dont il s’était tenu éloigné pendant de nombreuses années – si la période avait été courte, elle ne démontrait que de sa capacité à céder à l’appel des paradis artificiels pour éteindre ce cerveau qui ne cesse jamais de s’activer. Mais il avait repris le dessus ; il avait coché toutes les cases visant à faire de lui un véritable adulte : un boulot stable, une relation épanouissante, une vie de famille un peu forcée, mais pas dérangeante pour autant. Il s’était même engagé de plus en plus dans du bénévolat, signe que son égoïsme parvenait à être suffisamment mis de côté pour imaginer le faire disparaître à force de le reléguer au fond de la longue liste d’adjectifs visant à mettre en évidence sa personnalité. Et il y avait cru, Alfie, qu’il pouvait se satisfaire de cette vie banale à laquelle le commun des mortels rêve ; mais aussi prétentieux que cela puisse paraître, il n’est pas le commun des mortels. Les récents événements et plus particulièrement ses propres réactions à ceux-ci, n’ont fait que concrétiser cette idée. Alors oui, la dynamique qu’est celle qui l’unit aujourd’hui à Weaver est loin de ressembler à celle qu’ils ont construite ensemble par le passé – parce que l’état d’Alfie fait ce qu’il est aujourd’hui, un être rongé par la colère, la frustration, la rancœur autant que cette impulsivité qu’il ne contient plus et tant d’autres démons qui ne peuvent même pas être nommés par peur de se les voir enlever parce que la société a décidé qu’ils n’étaient définitivement pas acceptables. Mais qui est-il, pour écouter l’avis de cette société dans laquelle il ne trouve pas sa place ?

Il a néanmoins un détail qu’il ne peut enlever à son mentor – malgré la fermeté des propos d’Alfie, ce besoin d’avoir le dernier mot et le sérieux agacement qu’il peut provoquer autour de lui, il parvient à donner le change et à ne pas poursuivre dans l’escalade à la mauvaise foi lancée par Alfie. « Faire ta pub, c’est pas suffisant comme moyen de paiement ? » Qu’il se permet d’ironiser à son tour, avec un léger sourire – signe qu’il n’a pas totalement disparu, dans le fond et qu’il peut encore être cet être agréable quand il n’est pas rongé par le ressentiment. Mais il s’efface bien vite, cet Alfie, alors que son aîné veut fouiller sur un terrain auquel le plus jeune refuse de lui donner accès. Bien qu’il soit à l’origine de cette rencontre, ce n’est pas pour parler de ses états d’âme, mais des dernières avancées le concernant. Que Weaver s’estime chanceux, d’ailleurs, d’autres n’auront pas la même chance quand ils apprendront par des connaissances communes qu’Alfie a décidé de partir sans se retourner. « Je vais quand même invi-invoquer les esprits auxquels je crois pour te donner un coup de pouce. » Il s’en amuse presque, Alfie, un sourire sur les lèvres, façon pour lui de faire comprendre à son ami qu’il espère autant que lui qu’aucun aléa ne viendra interrompre ce projet. Mais le sérieux reprend très vite place sur son visage lorsqu’il s’agace du ton moralisateur de son mentor, retenant prisonnière entre ses mains cette bière dont les mains d’Alfie s’en sont également saisis. « Oui, tu peux t’en abstenir. » Il souligne, sans détour, le ton à nouveau ferme, les excuses vite balayées. Dans d’autres circonstances, jamais il n’aurait agi de telle façon face à celui qui lui a tant apporté, mais aujourd’hui, ce sont d’autres choses qui lui apportent le soutien que Weaver avait pu lui offrir par le passé ; et de ces apports naît des conséquences, dont une agressivité exacerbée. Un geste sec pour reprendre cette bière qu’il ne tarde pas à porter à ses lèvres ; là-aussi est le signe que d’autres apports remplacent peu-à-peu la stabilité qu’il s’était créée avec le temps et qu’il ne cesse d’envoyer valser au quotidien. Le fautif est vite identité ; il porte les traits de son meilleur ami et si Alfie évoque l’issue de ce chapitre, il n’en dévoile pas les détails. Le brun fronce les sourcils à la question de son ami, retenant un commentaire qui aurait plus lorgné du côté de la méchanceté que de la moquerie amicale ; il subsiste encore quelques bribes d’estime pour Weaver, qui justifie de ne pas l’envoyer balader comme il le voudrait. « C’est pas mon genre. » Il se contente de répondre avec son sourire carnassier. Ce n’est pas son genre, pas tel que Weaver le connaît, mais beaucoup de ceux qui peuvent se vanter de comprendre son fonctionnement ont surtout été berné par le trentenaire lui-même, qui s’est forgé une image qui ne lui a jamais correspondu et qui explose peu-à-peu. « J’ai trop à perdre dans cette histoire. » Et c’est exactement pour cela qu’il a réagi comme il l’a fait. Parce que tout allait bien, depuis trop longtemps, parce qu’il n’est pas habitué à autant de stabilité et qu’il a paniqué, Alfie et qu’envoyer balader tous ses repères lui semble être la réponse appropriée à toutes les difficultés qu’il traverse actuellement. « Au Brésil, sur mandat de l’ONU. Toujours les mêmes questions de droits des peuples autochtones. Et je t’apprends rien en disant qu’avec Bolsonaro au pouvoir, ils sont piétinés bien comme il faut. » Il ponctue sa phrase d’un haussement d’épaules las. Il se doit de l’être ; il s’est convaincu de l’être du moins, pour ne pas écouter cette peur qui le ronge un peu plus de l’intérieur chaque jour qui l’approche du grand départ. Parce que lors du précédent, le pays était peut-être différent, mais le contexte était similaire et il ne peut s’empêcher de superposer les deux autant qu’il n’arrive pas à s’enlever de l’esprit que l’issue sera la même, alors que rien n’indique que cela puisse être le cas. Mais cette idée est là, bien présente, bien ancrée au fond de lui ; elle ne l’a en réalité jamais quitté depuis trois ans, il a seulement réussi à la faire taire avant d’avoir à s’y confronter de manière aussi brutale – le problème, c’est que c’est avec cette même brutalité qu’il pense pouvoir régler ses difficultés, Alfie.

@Nathanael Weaver :l:



It will never end - Alfie#1 Spg7okK It will never end - Alfie#1 8XKLS6S
It will never end - Alfie#1 0ZiulDe
It will never end - Alfie#1 YtxTUla
It will never end - Alfie#1 FOO2y3e
It will never end - Alfie#1 335306globetrotter
It will never end - Alfie#1 480954teachers
It will never end - Alfie#1 908854lgbt
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Weaver
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans, né le 21 juin 1972
SURNOM : Nate
STATUT : Veuf depuis le début de l'année, il n'est pas encore prêt à rouvrir son coeur, se consacrant pleinement à son nouvel investissement
MÉTIER : Fraichement propriétaire d'un club de Jazz à retaper - Anthropologue dans l'âme, ne l'oublions pas
It will never end - Alfie#1 Giphy
POSTS : 84 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 4/4

It will never end - Alfie#1 Ezgif-7-63a22dbd8a0e
Keaver Someone to face the day with make it through all the rest with, someone I'll always laugh with even at my worst, I'm best with you, yeah


Anwar#1 - Andréa#1 - Alfie#1 -Niamh
RPs TERMINÉS : Clyde - Jamie#1 - Penny - Clyde#2 - Swann#1
AVATAR : Idris Elba
CRÉDITS : P. (avatar) - Loonywaltz (UB)
DC : Keith & Sam & Zach
PSEUDO : P.
INSCRIT LE : 28/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35227-sweet-dreams-that-leave-all-worries-behind-you-nate-weaver https://www.30yearsstillyoung.com/t35351-nathanael-weaver-un-mec-gentil-point https://www.30yearsstillyoung.com/t35419-nathanael-weaver

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyVen 26 Fév - 11:16



It will never end
@Alfie Maslow & Nathanael Weaver
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

Même s’il n’avait pas de doctorat en psychologie, Nathanaël avait la chance d’avoir depuis longtemps une capacité innée de compréhension et d’adaptation, engourdie par ses années de voyages, de recherches. Alors bien sûr, devoir faire preuve d’adaptabilité face à son ancien élève n’était plus si rare pour l’ancien professeur, même si cela signifiait devoir subir ces pincements au cœur à chaque fois qu’il repensait à l’homme qu’il avait vu naître et qu’il avait détruit par pur égoïsme. Un jour, bien entendu, cette partie de conversation serait abordée avec Alfie. Mais Nate était le plus à même de juger bon du moment pour cela. Et à en voir le visage fermé, les réponses sarcastiques comme si rien ne s’était passé. Pourtant Weaver savait pertinemment que toute cette volonté inébranlable pour masquer la réalité cachait un mal bien plus profond. Et par respect pour l’homme qui se trouvait face à lui, Weaver ne voulait pas remuer le couteau dans ses plaies, préférant lui faire confiance comme souvent, acceptant qu’il se livre à son rythme du moins quand il le faisait. Alors oui, parfois Nate regrettait presque leur relation passée, à défaut d’avoir un Maslow bavard face à lui. Mais il aurait été un bien piètre ami et mentor s’il l’avait laissé dans cette situation et s’était contenté d’avancer sans regarder sur le bas-côté où s’était arrêté Alfie. Et même si parfois il se sentait démuni, il n’abandonnerait pas. Et cette idée là lui arracha un léger sourire, son index caressant sa lèvre inférieure, geste qu’il faisait systématiquement comme un automate quand il était plongé dans ses pensées.

Il aurait pu décrocher un soupir en entendant le jeune homme riposter comme souvent, et le combat verbal n’avait aucunement lieu d’être. Pourtant, il se contenta de cesser son geste de l’index, croisant les doigts sous sa mâchoire tout en l’observant en silence le cours d’un instant. « Je m’en contenterais si je ne peux pas obtenir autre chose… Mais j’espère que tu es aussi doué en publicité qu’en anthropologie ! » lui fit remarquer Weaver alors qu’il semblait presque soulagé de voir que l’ironie faisait toujours partie du vocabulaire de son ancien élève. L’ancien professeur y vit un signe, une brèche dans laquelle il tentait de s’immiscer. Erreur quasi-fatale, signe d’un surplus de confiance inadapté. Et comme un retour de boomerang, Alfie lui fit comprendre que le terrain sur lequel Weaver tentait de s’avancer était miné. Et même si le visage de Nate ne laissait rien transparaître, il sentait de nouveau son cœur se serrer. Il préférait pourtant rebondir sur l’invocation d’esprit dont faisait allusion Maslow, riant légèrement, même si le cœur n’était pas à l’ouvrage. « Depuis quand tu crois à ce genre de pratique ? » souligna Nathanaël pour l’obliger à parler. Parce que s’il y a bien une chose que Weaver n’avait pas oublié, c’est que les voyages changeaient les hommes, les mœurs et les âmes. Et il lui était arrivé à lui-même, de croire à l’impossible, lui l’homme de raison. Raison qu’il avait d’autant plus perdu par ses propres actes. Alors il se contentait de donner quelques conseils à Alfie, dans l’espoir que ses actes ne soient pas motivés par une impulsivité qu’il pourrait un jour où l’autre regretter. Et malgré l’inquiétude naissante, malgré ses interrogations claires et ne laissant aucune chance au quiproquo, Maslow s’illustrait encore par sa faculté à détourner l’objet principal de l’appréhension de Weaver, ne le rassurant pas pour autant.

Nate se reculait de la table, venant simplement de s’apercevoir qu’au fur et à mesure de la discussion, il s’était approché d’Alfie comme un homme tente de s’approcher et s’accrocher à la vérité. « J’ai trop à perdre dans cette histoire. »  Il soupira, haussant les épaules tout en acquiesçant avant de conclure dans le plus grand calme et sans aucune once de jugement. « Et rien à y gagner. » La voix de Weaver ne laissait plus place à la riposte cette fois-ci. Il ne voulait pas continuer sur ce chemin et même s’il commençait à douter du fait qu’Alfie lui-même accepte d’en rester ici, il ne retournerait pas sur ce terrain glissant de son propre chef. Son ancien étudiant n’était pas prêt à entendre et écouter ses conseils, il préférait les réserver lorsque l’heure sera venue. C’était cela, les premiers signes de sagesse non ? Il acquiesça en entendant que son cadet prendrait sous peu la destination du Brésil, non pas pour rassurer Weaver, qui – même s’il n’avait pas mis le pied sur le terrain depuis le début de la maladie d’Emily – savait pertinemment le danger que cela pouvait représenter. Il ne montra pas son inquiétude, réfléchissant rapidement avant de venir boire une longue gorgée de bière, son regard toujours posé dans celui d’Alfie. « Tu pars pour combien de temps ? J’espérais que tu serais là pour l’inauguration du club… » admettait-il en haussant les épaules comme pour marquer le fait que cela n’était pas important en soi avant de reprendre. « Tu sais, le Brésil n’a pas attendu Bolsonaro pour commencer à piétiner les droits des peuples autochtones. Rien qu’avec l’arrivée de Lula au pouvoir, l’engrenage était lancé… Et malheureusement, comme un peu partout en Amérique Latine, tu penses avancer pour l’égalité des droits et tu finis par te rendre compte qu’à quelques milliers de kilomètres plus loin, le même combat est à mener. » conclut Weaver, pris d’une passion soudaine qu’il pensait lui-même enfouie depuis tout ce temps où l’Université était restée loin de lui. Mais chassez le naturel et il revient au galop. « Nous savons toi comme moi, Alfie, qu’une fois ce mandat terminé, un autre t’attendra. Et c’est quelque chose que j’admire chez toi… Mais j’aimerais également t’admirer pour le fait que tu penses à toi par moment et que tu aies mis de côté l’idée que la brutalité vaut discussion » conclut-il avant de se lever, ouvrant la porte de son bureau tout en l’intimant d’un signe de tête. « Je te fais visiter ? Au fait, Anwar est venu me rendre visite il y a quelques jours. » lui apprit Weaver, voulant observer la réaction du jeune homme à l’entente du nom d’une de ses connaissances. Voilà qu’il devait repartir dans un round d’observation sans savoir quel Maslow l’attendrait à l’arrivée. C’était le prix à payer pour ses erreurs passées et son envie de prouver son amitié voilà tout.


code by bat'phanie


A smile doesn’t always stand for a perfect life.
by EXORDIUM.


It will never end - Alfie#1 IOG0m7u
It will never end - Alfie#1 FCp4D84
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
Alfie Maslow
le jardin du vice
le jardin du vice
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans (01.11).
SURNOM : alfie en est déjà un.
STATUT : récemment célibataire, rattrape le temps perdu en ne restant jamais plus de deux soirs dans les mêmes draps.
MÉTIER : anthropologue de formation ; consultant pour la justice et dans la santé, lecturer à l'université. détruit sa vie à temps plein, aussi.
LOGEMENT : au revoir la petite amie et la filleule, il dispose de l’apt. #95 à toowong pour lui tout seul, bien qu’il n’y soit que très peu.
It will never end - Alfie#1 Tumblr_ouy5lcZPVA1r27q3xo4_540
POSTS : 2235 POINTS : 190

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, le vrai (anthropologue de terrain) ≈ se déplace en skate ou vélo ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ impulsif, borderline, toxique, tout est un jeu pour lui ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis trois ans, il rêve de fuir à nouveau ≈ deux agressions en deux ans et un ptsd qui prend de plus en plus de place au quotidien ≈ addict, a replongé début 2020.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : It will never end - Alfie#1 32d2b6573f403138155d8d7f37ca8eddda957578
alfiana #7 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_pvwcka9G841r057rfo6_400
anabel ⊹ no matter how big and bad you are, when a six year old hands you a toy phone, you answer it.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_nwoy2qOjJq1qc354ro8_r2_250
alfly #3 & alfly #4 ⊹ y'know, i always try to settle you when i'm away 'cause we struggle sometimes, if it means that we get through.

It will never end - Alfie#1 C0ec8638c2904ff7730ce2be786099de91dbdd11
noralfie #5 ⊹ out of the blue, into the black. they give you this but you pay for that. once you're gone, you can never come back.

(11/06)lily & joseph (ua)joseph #5 (1994)halsey #1 (2012)nathanael #1tad #4maze #1jacob
RPs EN ATTENTE : jules #8 (fb) › caelan › diana #2 › casey › edward #2
RPs TERMINÉS : lily (1998)harvey #3 (2001)ariane #2 (2010) norah #2 (2015)stephen #1 (2017)evaariane #1 (& jules)leonardojoeyjules #1joseph & julesnorah #1tad #1harvey #1tad #2hassanharvey #2kanejules #2jules, leah & stephen jules #3joseph #2anwarjules #4alex #1dimitri joseph #3leah #1emmanorah #3elwynjules #5diana #1lily #2joseph #4norah #4jules #6edward

(abandonnés)
romy (au)james (1994)calie (2006)nadia eleonoralily stephen #2leah eirlystad #3leah #2
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : lannisters (ava), lgbtroybolton (gifs), loonywaltz (ub), jojo rabbit (dessin)
DC : le roux de secours (finnley coverdale) et les cicatrices de la mémoire (kieran halstead)
PSEUDO : leave
INSCRIT LE : 01/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light https://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it https://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow https://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyJeu 11 Mar - 23:06


« Je m’en contenterais si je ne peux pas obtenir autre chose… Mais j’espère que tu es aussi doué en publicité qu’en anthropologie ! » Cette fois-ci, c’est un rire sincère qui s’échappe d’entre ses lèvres alors que son regard glisse sur son ancien mentor. « Que des qualités, aucun défaut. » Il souligne en faisant glisser ses mains pour se désigner avec une certaine arrogance. Cet humour n’a pas été le sien depuis de nombreuses semaines, la faute à un esprit bien trop préoccupé pour s’encombrer de telles futilités, au désarroi de ses proches qui n’écopent plus que d’une agressivité de moins en moins contenue en lieu et place des plaisanteries insouciantes qu’il maîtrisait à la perfection il n’y a pas si longtemps. Pourtant, il a l’impression que cela fait une éternité qu’il n’a pas glissé une phrase aussi anodine avec un ton qui l’est tout autant, tout étant dorénavant propice à l’agacement, même les conversations avec ceux qu’il considère comme son cercle proche – qui, il est vrai, évolue en fonction de ses envies, de ses humeurs et d’autres facteurs qui ne font qu’accentuer son manque de fiabilité. Weaver peut pourtant se vanter d’être l’une des exceptions à la règle, un repère dans sa vie qu’il a peut-être délaissé par moment (comme c’est le cas actuellement), qu’il a parfois repoussé, mais qu’il n’a jamais oublié ou reléguer au passé. Il a toujours eu une place, parfois plus importante, parfois plus discrète, mais il peut se vanter d’être quelqu’un dans l’univers composé d’insignifiants qui gravite autour d’Alfie.

Et pourtant ; aucune place n’est jamais vraiment acquise avec le plus jeune, en démontre le simple constat de son mentor qui braque aussitôt Alfie, son sourire qui disparaît, sa légèreté qui s’envole, les relents d’une personnalité modifiée par des artifices qui se rappelle à lui en un claquement de doigts. « Depuis quand tu crois à ce genre de pratique ? » Ses sourcils se froncent alors que ses épaules se haussent, un soupir qui vient parfaire le tout au moment de répondre à Nate. « Depuis toujours. » Depuis enfant, depuis qu’il a remplacé la religion imposée par ses parents par une spiritualité qui lui est propre, née de questionnements d’enfants, concrétisée par l’expérience d’un adulte. Il croit qu’ils ne sont pas seuls sur terre, il croit à une puissance supérieure, il croit aux esprits – seulement pas comme on lui l’a inculqué, c’est certain. Mais il y a un autre monde et c’est peut-être le seul point commun qu’il partage avec ses parents. « Quand je te dis que ton âge te rattrape. » Il nuance néanmoins avec un sourire en coin ; définitivement, ce constat ne sera que plus accentué encore en vue de l’erreur dont vient de se rendre coupable Weaver, qu’Alfie a eu la décence de ne pas souligner plus que de raison parce qu’il a menti, plus tôt, parfois, certains ont le bénéfice d’une place acquise, quoi qu’ils puissent faire pour ne plus la mériter.

Néanmoins, l’anthropologue n’est pas venu jusqu’ici seulement pour se moquer de l’âge avancé d’un mentor bientôt au placard – c’est la prochaine étape de ses lourdes plaisanteries – mais surtout pour lui informer d’un départ envisagé, précipité pourrait-on dire, concrétisé par les dernières révélations quant à cette agression qui a eu un plus grand impact qu’il ne veut bien l’admettre. Parfois, il tend à oublier que Weaver le connaît depuis suffisamment longtemps pour l’avoir suivi dans chacune des périodes de sa vie, de cette tentative d’être un élève modèle, à celle de plusieurs mises en garde de son université qui ont failli lui coûter sa carrière avant même d’être diplômé, aux moments de doutes et de faiblesse qui auraient pu mettre à mal celle-ci une fois les certifications obtenues. Il l’a vu souriant, à l’aise, provocateur, arrogant, dans le doute, en manque et tant d’autres choses encore ; témoin privilégié d’une vie qu’il cache même à son plus proche entourage. Alors il n’est pas surprenant qu’il l’imagine avide de vengeance, autant qu’il n’est pas surprenant qu’il voit parfaitement juste – mais ça, Alfie ne le dira pas. Ce chapitre n’est pas clos, car même si l’agression dont il s’est lui-même rendu coupable à l’égard de Joseph semble supposer une finalité, dans les faits il n’en sera rien tant qu’il ne l’aura pas décidé. Les blessures physiques sont acquises ; les psychologiques ne le sont pas encore et Joseph doit payer au même prix que lui pour son acte – alors il compte s’amuser encore un peu avec son ami avant de ne plus le trouver suffisamment divertissant pour lui accorder le moindre intérêt. Mais il est celui qui doit à l’origine de ces actions ; et non un quelconque intermédiaire comme la police que Weaver pourrait informer s’il avait une idée des desseins de son ancien élève. « Et rien à y gagner. » Il se trompe et si Alfie aime avoir raison peu importe la situation ; aujourd’hui il veut bien passer pour plus stupide qu’il ne l’est pour conserver son secret. « La paix. » Il rétorque, presque philosophique ; oui, la fuite est une solution adéquate pour bénéficier de cette paix qu’il a sacrifié depuis trop longtemps. Ne reste plus qu’à savoir de quoi il parle exactement ; s’il daigne enfin accepter ses tourments, ou s’il s’agit seulement de sa volonté de n’avoir plus aucun compte à rendre à personne. « Tu pars pour combien de temps ? J’espérais que tu serais là pour l’inauguration du club… » Il pince les lèvres ; il doit admettre que Weaver marque un point sur ce coup-là, conscient qu’il le décevra s’il se fait invisible ce jour-là, son égoïsme qui lui dicte pourtant qu’il ne pourra pas lui en vouloir si la finalité de sa fuite puisse l’aider. Il laisse néanmoins le plus âgé reprendre la parole, ses yeux qui se lèvent. « Ton argument n’est pas recevable, je commençais à peine à toucher au terrain quand Lula a quitté le pouvoir. » Alors s’il croit que cela est susceptible d’avoir du poids, il se trompe. « Le truc, c’est que si l’on commence tous à avoir un discours comme le tien, jamais rien ne sera fait. » Il ajoute, un peu surpris du discours de Weaver qu’il ne connaissait pas aussi pessimiste. « Si même toi tu sembles croire que ça n’a pas de sens, où va le monde. » Il tente de modérer avant de poursuivre. « Je vais partir, Weaver. Six mois, peut-être plus. Peut-être que je vais enchaîner sur un autre mandat, c’est probable et c’est même exactement ce que je veux, parce que là, j’ai ma place. » Et pas dans cette foutue ville qui ne lui apporte rien de bon depuis que Jules l’a obligé à se vouloir sédentaire. Il reprend lui-aussi ses droits ; alors dans la continuité, autant aider d’autres à en faire de même. « On fait de merveilles par Zoom, maintenant. » Qu’il souligne comme excuse à son absence à l’inauguration du club. Il semble froid, pourtant il aurait adoré être présent ; mais le terrain est plus important et Weaver est à même de comprendre ça. « Allez, pour me faire pardonner, je veux bien peindre un mur. » Se levant comme une acceptation à l’invitation de Nate, il hausse les épaules à la mention du nom d’Anwar. « Ah ? Et t’as réussi à lui refiler le sale boulot, à lui ? » Il interroge, non sans humour, avant de préciser. « On a pas vraiment l’occasion de se voir, ces derniers temps. » La faute à des circonstances déplorables, qui n’entachent en rien son affection pour le policier, mais qui mette à mal son aisance vis-à-vis de celui-ci.

@Nathanael Weaver :l:



It will never end - Alfie#1 Spg7okK It will never end - Alfie#1 8XKLS6S
It will never end - Alfie#1 0ZiulDe
It will never end - Alfie#1 YtxTUla
It will never end - Alfie#1 FOO2y3e
It will never end - Alfie#1 335306globetrotter
It will never end - Alfie#1 480954teachers
It will never end - Alfie#1 908854lgbt
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Weaver
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans, né le 21 juin 1972
SURNOM : Nate
STATUT : Veuf depuis le début de l'année, il n'est pas encore prêt à rouvrir son coeur, se consacrant pleinement à son nouvel investissement
MÉTIER : Fraichement propriétaire d'un club de Jazz à retaper - Anthropologue dans l'âme, ne l'oublions pas
It will never end - Alfie#1 Giphy
POSTS : 84 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : 4/4

It will never end - Alfie#1 Ezgif-7-63a22dbd8a0e
Keaver Someone to face the day with make it through all the rest with, someone I'll always laugh with even at my worst, I'm best with you, yeah


Anwar#1 - Andréa#1 - Alfie#1 -Niamh
RPs TERMINÉS : Clyde - Jamie#1 - Penny - Clyde#2 - Swann#1
AVATAR : Idris Elba
CRÉDITS : P. (avatar) - Loonywaltz (UB)
DC : Keith & Sam & Zach
PSEUDO : P.
INSCRIT LE : 28/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35227-sweet-dreams-that-leave-all-worries-behind-you-nate-weaver https://www.30yearsstillyoung.com/t35351-nathanael-weaver-un-mec-gentil-point https://www.30yearsstillyoung.com/t35419-nathanael-weaver

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptySam 20 Mar - 17:16



It will never end
@Alfie Maslow & Nathanael Weaver
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

« Que des qualités, aucun défaut. » Weaver observait le jeune homme, un sourcil froncé tandis qu’il ne pouvait s’empêcher de secouer la tête de droite à gauche, presque désespéré de voir que tantôt son ancien étudiant maniait la répartie et l’humour comme à l’ancien temps, tantôt il se murait dans un silence glacial, se retrouvant face à un mur que Nathanaël était en incapacité de faire tomber. Cette gymnastique était parfois éreintante, parfois surprenante, et la sensation de marcher sur un fil tendu dans le vide prenait de plus en plus de place dans l’esprit de Weaver. Il attendait l’instant où tout pourrait partir en vrille, pendu aux lèvres d’Alfie comme un démineur serait fixé sur le cadran du minuteur. Et même si l’âge et l’expérience de Nate rendait la chose bien plus naturelle que cela l’était réellement, la crainte elle ne partait réellement jamais de l’ancien professeur. Il avait bien trop pris l’habitude de devoir gérer les sautes d’humeur d’Alfie sans le lui reprocher, mettant tout cela sur ses expériences passées. Il s’en adaptait et pourtant aujourd’hui cela sonnait pour lui comme l’apothéose de son état, sentant la limite parfois bien trop frêle pour l’en protéger lui-même. Et pour l’une des rares fois de son existence, Weaver se demandait si ses mots sauraient être suffisants pour le ramener à la réalité et sur un chemin de rédemption.

Avançant des remarques ponctuées de longs silences, Nate notait mentalement toutes réactions du jeune homme. Il en était tellement obnubilé qu’il en oubliait de faire attention aux mots choisis, aux tons employés et à sa communication non-verbale. Il ne lui fallut qu’une seule petite erreur de discours pour que Maslow ne s’en imprègne, que son regard s’assombrisse et que le verdict tombe comme un couperet. « Excuse-moi… » Le ton de Weaver s’était empli d’inquiétude que le sourire d’Alfie ne put chasser. Il aurait voulu lui expliquer que cela faisait longtemps – trop longtemps à son sens – qu’une discussion de la sorte ne les avait pas animés. Mais cela venait à ramener à la conscience de son ancien élève, le fossé qui les séparait en réalité, quand bien même il se contentait d’un pas l’un vers l’autre en toute circonstance. Et même si parfois Nathanaël aurait eu toutes les raisons de faire la fine bouche sur ces avancées hasardeuses et hésitantes qu’effectuait Alfie en venant lui livrer, brut de décoffrage, ses intentions primaires, il se raisonnait en se rappelant que ceux-ci étaient en réalité une victoire pour son cadet. Mais toutes les victoires n’étaient pas bonnes à célébrer. Et une victoire remplie de violence et ayant comme moteur la simple avidité de vengeance du jeune homme, ne méritait pas célébration aux yeux de Weaver. « La paix. » Nathanaël se contenta de réfuter d’un signe de tête cette explication, ne préférant pas rajouter une quelconque parole derrière, son geste parlant de lui-même. Weaver détestait le conflit, la violence et son âme pacifiste se révélait être bien plus forte que sa raison parfois. Il était impensable pour lui de trouver la paix dans ce genre de démarche si auparavant, Alfie n’avait pas fait la paix avec lui-même. Mais il était certain également que peu importe les paroles qu’il pourrait lui apporter, le jeune homme se devait de faire ses propres expériences et ses propres conclusions. N’était-ce pas cela le but de la vie et la façon dont murissait un homme ?

Weaver sentit son cœur se serrer quand Alfie se contenta de riposter à chacune de ses remarques par la négative, sentant son impulsivité prendre le dessus. « Si même toi tu sembles croire que ça n’a pas de sens, où va le monde. » Weaver posa son regard dans le sien, le fixant longuement, ses doigts croisés sous son menton. « Il est bon de voir que malgré tout, tu n’as pas perdu la raison… » lui fit remarquer Weaver dans un rictus, ne cachant pas sa peine malgré tout. « Mais ce que je voulais te faire comprendre avant tout, avant d’évoquer la situation actuelle du Brésil, c’est qu’il est bien trop aisé pour toi de t’enfoncer dans le travail. Noyer le poisson. Et quand ta mission sera terminée, une autre se présentera… » reprit Nate dans un soupir, lui rappelant ses années passées. Depuis la maladie d’Emily, il n’avait plus mis le pied sur le terrain. Et les années s’étaient écoulées sans que l’envie ne soit réellement là. Il voulait transmettre ses connaissances, ses convictions, dans l’espoir de trouver un jour, une personne aussi animée qu’il ne l’était à son plus jeune âge. Son regard toujours ancré dans celui d’Alfie s’adoucissait au fur et à mesure que ses pensées le ramenaient à cette conclusion : Il avait presque réussi sa tâche avec le jeune homme. « Tu te méprends Alfie. » reprit-il à la volée quand le plus jeune sous-entendait le fait de ne pas être à sa place ailleurs qu’en exercice. « Tu auras toujours ta place ici. Une place nouvelle peut-être. Mais fais-moi le plaisir de réfléchir à cela : Combien de temps pourras-tu fuir autour de cette Terre avant qu’un jour où l’autre tes pas te ramènent ici, face à tes propres démons ? »  Le silence que laissait Nathanaël volontairement commençait à s’alourdir, et malgré le fait qu’il semblait impossible qu’Alfie ne soit présent physiquement pour l’inauguration du club, Weaver ne voulait pas se montrer impacter par cette absence. Il s’en voulait suffisamment de venir botter dans les châteaux de cartes qu’avait construit Alfie sur d’autres points. « Et bien écoute, je te mettrais en zoom depuis le comptoir, c’est ta place préférée non ? » ironisait Weaver pour tenter de détendre l’atmosphère tandis qu’il finissait sa bière d’une traite, se levant dans un seul et même geste en suivant Alfie.

« Toi ? Peindre ? Ne déborde pas sur le plafond ok ? Sinon tu te verras contraint de revenir un samedi matin pour refaire le plafond ! » le taquinait Weaver en venant poser sa main sur son épaule, l’entraînant avec lui sous son air paternel, le même qu’il arborait à l’époque avec lui. « Et bien écoute, il est entré pensant que le club était squatté… Donc c’était assez drôle de le voir rougir au fur et à mesure que je rentrais dans son jeu ! » lui expliquait Nathanaël en l’amenant dans la pièce principale du club, attrapant une enveloppe avec les plans qu’avait reçu Jamie et qu’il lui avait transmis il y a quelques jours. « Tiens regarde le rendu… C’est sympa non ? Avec ces petites briques, les néons, le côté intimiste, et ce long comptoir qui traverse l’étendu du club. La sur la scène, les sonos encastrées pour un son à 360 dans tout l’établissement… » lui expliquait Weaver en tournant les quelques photos tirées des dernières idées validées. « Oui, Anwar a bien voulu enlever la vieille tapisserie… Le gros œuvre c’est bien ça détend… » ironisait Nate avant de lui tendre un pinceau propre. « C’est les portes qui sont sur les tréteaux qu’il faut finir… On en a une chacun, ça t’évitera d’avoir envie de me repeindre le visage va… » riait Nathanaël comme à son habitude alors qu’il commençait lui-même à peindre. « Et pour quelle raison tu n’as pas l’occasion ? Vos emplois du temps respectifs sont trop chargés ? Ou tu n’en as pas l’envie et tu repousses à chaque fois ? » demanda de but en blanc Weaver, sans la moindre once de jugement dans sa voix. Non il cherchait à comprendre les motivations principales de ce dernier. « Dans tous les cas, je suis content de passer du temps avec toi… Même si tu es toujours aussi agaçant parfois, toi et ton petit sourire en coin… Mais bon, c’est pour ça que je t’ai choisi, et je ne regretterais pas cela… » admettait Weaver dans un large sourire, comme s’il espérait que le temps d’un instant, les choses soient redevenues comme avant. Et c’est sur cet espoir qu’il s’appuierait pendant les six prochains mois. Celui qu’un jour, Alfie revienne en lui disant qu’il avait raison sur un point, et que sa place était ici.


code by bat'phanie


A smile doesn’t always stand for a perfect life.
by EXORDIUM.


It will never end - Alfie#1 IOG0m7u
It will never end - Alfie#1 FCp4D84
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
Alfie Maslow
le jardin du vice
le jardin du vice
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-six ans (01.11).
SURNOM : alfie en est déjà un.
STATUT : récemment célibataire, rattrape le temps perdu en ne restant jamais plus de deux soirs dans les mêmes draps.
MÉTIER : anthropologue de formation ; consultant pour la justice et dans la santé, lecturer à l'université. détruit sa vie à temps plein, aussi.
LOGEMENT : au revoir la petite amie et la filleule, il dispose de l’apt. #95 à toowong pour lui tout seul, bien qu’il n’y soit que très peu.
It will never end - Alfie#1 Tumblr_ouy5lcZPVA1r27q3xo4_540
POSTS : 2235 POINTS : 190

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, le vrai (anthropologue de terrain) ≈ se déplace en skate ou vélo ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ impulsif, borderline, toxique, tout est un jeu pour lui ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis trois ans, il rêve de fuir à nouveau ≈ deux agressions en deux ans et un ptsd qui prend de plus en plus de place au quotidien ≈ addict, a replongé début 2020.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : It will never end - Alfie#1 32d2b6573f403138155d8d7f37ca8eddda957578
alfiana #7 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_pvwcka9G841r057rfo6_400
anabel ⊹ no matter how big and bad you are, when a six year old hands you a toy phone, you answer it.

It will never end - Alfie#1 Tumblr_nwoy2qOjJq1qc354ro8_r2_250
alfly #3 & alfly #4 ⊹ y'know, i always try to settle you when i'm away 'cause we struggle sometimes, if it means that we get through.

It will never end - Alfie#1 C0ec8638c2904ff7730ce2be786099de91dbdd11
noralfie #5 ⊹ out of the blue, into the black. they give you this but you pay for that. once you're gone, you can never come back.

(11/06)lily & joseph (ua)joseph #5 (1994)halsey #1 (2012)nathanael #1tad #4maze #1jacob
RPs EN ATTENTE : jules #8 (fb) › caelan › diana #2 › casey › edward #2
RPs TERMINÉS : lily (1998)harvey #3 (2001)ariane #2 (2010) norah #2 (2015)stephen #1 (2017)evaariane #1 (& jules)leonardojoeyjules #1joseph & julesnorah #1tad #1harvey #1tad #2hassanharvey #2kanejules #2jules, leah & stephen jules #3joseph #2anwarjules #4alex #1dimitri joseph #3leah #1emmanorah #3elwynjules #5diana #1lily #2joseph #4norah #4jules #6edward

(abandonnés)
romy (au)james (1994)calie (2006)nadia eleonoralily stephen #2leah eirlystad #3leah #2
AVATAR : brandon cutie pie flowers
CRÉDITS : lannisters (ava), lgbtroybolton (gifs), loonywaltz (ub), jojo rabbit (dessin)
DC : le roux de secours (finnley coverdale) et les cicatrices de la mémoire (kieran halstead)
PSEUDO : leave
INSCRIT LE : 01/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light https://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it https://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow https://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 EmptyMer 14 Avr - 19:04


« Excuse-moi… » Pinçant les lèvres en guise de réponse avant de laisser sa main frapper l’air pour lui signifier que ce n’est pas important, Alfie réalise que, comme souvent depuis peu, l’agressivité a pris le dessus sur la provocation. Car provocateur, il l’a toujours été, Nate n’a pas à s’en surprendre ; bien au contraire. L’élève qui débarquait souvent à la bourre à ses cours, qui n’hésitait pas à lever la main par simple plaisir de lancer un débat ou de contredire un autre étudiant, celui qui rendait des travaux volontairement provocateurs pour obliger l’enseignant à sortir de sa zone de confort, c’était lui et finalement, les choses n’ont pas beaucoup changé, si ce n’est que Nate lui a donné sa chance là où d’autres lui ont fermé les portes les unes après les autres. Alors, oui, la provocation n’est pas vraiment une surprise : c’est inscrit dans son code génétique. Et si à certains moments de sa vie, Alfie l’a mise de côté pour tenter de se conformer à ce que la société pouvait bien attendre de lui, il ne peut pas dire que cet aspect-là disparaisse bien longtemps. À l’inverse, l’agressivité n’a jamais été une composante de sa personnalité, sauf dans ses moments les plus sombres. Il prend bien trop de plaisir à contredire les autres et à les voir s’emmêler dans des excuses et des justifications toutes plus ridicules les unes que les autres pour les tuer par le biais d’une violence verbale ou physique qui mettraient un terme à ce combat intellectuel duquel il ressort souvent vainqueur. Oh, il peut se montrer dur, parfois imbuvable, mais jamais cruel – presque jamais. Cette cruauté, lorsqu’elle s’exprime, est bien souvent dirigée à son encontre ; tant mieux, ça ne fait qu’une victime, consentante qui plus est. Il sait que ce constat pourrait prêter à rire pour avoir parfois volontairement embarqué d’innocentes âmes dans ses idées folles, parfois déplaisantes, souvent avec conséquences, mais il s’accroche à cette vérité : ils ont toujours été consentants. Où serait le plaisir d’obliger quelqu’un à faire quelque chose ? Quelle satisfaction pourrait-il en tirer ? Non, assurément, les noyer avec lui, les emmener sur un chemin qu’ils n’auraient jamais pensé emprunter de leur plein gré est un plaisir bien trop important pour qu’il s’en passe. Alors non, dans cette logique des choses, l’agressivité n’a pas sa place. Pourtant, il vient de l’offrir à un Nate qui n’a rien demandé. Simple perte de contrôle, effet tardif des substances ou rancœur jamais digérée ? Il l’ignore et il ne préfère pas en penser, se concentrant sur les réflexions de son ami qui, finalement, ne font qu’accentuer cette hostilité à l’égard d’un mentor qui n’en mérite pas tant – mais ce serait connu s’il savait se raisonner.

La paix, c’est ce qu’il recherche. Et en vue de son métier, on pourrait presque croire à un discours de miss, quelque chose de motivationnel visant à justifier son désir de parcourir le monde : il voudrait faire le bien autour de lui. Mais si cela a été une motivation, jamais totalement innocente, à cet instant ça n’est pas la principale. Il veut simplement s’éloigner de cette ville qui ne lui apporte (littéralement) que des cauchemars, qui se joue de lui depuis son retour, où ses repères sont brouillés et ses racines inexistantes. Il veut fuir, en d’autres termes, même si ce terme n’est, selon lui, pas approprié. On peut effectivement mettre en évidence une volonté de fuir les problèmes, mais il y a surtout une envie de vivre ailleurs, de vivre autre chose : la fuite n’est pas la seule motivation derrière son besoin d’évasion, c’est surtout son incapacité à rester en place qui le convainc d’en arriver là, alors s’il y trouve son compte, son bonheur même, c’est loin d’être une simple fuite et le terme n’a pas lieu d’être. « Il est bon de voir que malgré tout, tu n’as pas perdu la raison… » Heureux que tu puisses le constater, Weaver. « Mais ce que je voulais te faire comprendre avant tout, avant d’évoquer la situation actuelle du Brésil, c’est qu’il est bien trop aisé pour toi de t’enfoncer dans le travail. Noyer le poisson. Et quand ta mission sera terminée, une autre se présentera… » L’agressivité ne vaut pas la provocation, que le plus jeune tente de se raisonner. « C’est tout ce que j’espère. » Qu’il préfère souligner avec un large sourire visant, justement, à l’insupporter sans en devenir mauvais. Il préfère ne pas entendre cette histoire de noyer le poisson, mais d’exposer des faits : bien sûr qu’il espère qu’une nouvelle mission se présentera et qu’il pourra reprendre le cours de sa vie comme il espérait la mener avant que Jules ne décide de faire d’eux l’illusion de la famille nucléaire. Weaver sait qu’il ne vit que pour le terrain et que le travail de recherche, n’est qu’à un côté qu’il accepte s’il peut bouger ; mais jamais, ô jamais il n’aimerait en faire son activité principale. Il en souffrirait bien plus qu’il n’en souffre à l’heure actuelle, alors qu’il est clair que toute cette situation n’est que temporaire ; justement, les choses vont bientôt bouger, qu’il le veuille ou non. « Tu te méprends Alfie. » Relevant le regard vers Weaver, il attend la suite. « Tu auras toujours ta place ici. Une place nouvelle peut-être. Mais fais-moi le plaisir de réfléchir à cela : Combien de temps pourras-tu fuir autour de cette Terre avant qu’un jour où l’autre tes pas te ramènent ici, face à tes propres démons ? » Balayant cette affirmation d’un geste de la tête, il esquisse un léger rire (forcé). « C’est un peu extrême pour parler de mes parents, tu crois pas ? » Les seuls qui aient justifié, pendant longtemps, qu’il revienne de temps à autre dans cette ville. Mais face à la nouvelle déception qu’il va leur provoquer, l’assurance que, de toute évidence, il ne changera jamais, il peut déjà rayer cela de la liste. La fin de son couple avec Jules mettant définitivement un terme à tout ce qui serait susceptible de le faire revenir ici. « Qu’est-ce que tu en sais, d’ailleurs, t’es pas à ma place je te rappelle. » L’agressivité n’est finalement pas contenue plus longtemps ; est-ce que Weaver veut réellement parler d’être à sa place quand lui a cédé la sienne ? Il tente de modérer ses propos en évoquant cette inauguration qu’il manquera, justifiant l’usage de nouvelles technologies pour ne pas être totalement absent. « Et bien écoute, je te mettrais en zoom depuis le comptoir, c’est ta place préférée non ? » Levant sa bière en guise d’approbation, il finit par rester muet pour finalement accepter de l’aider dans les travaux, si cela peut permettre à son ami de ne pas s’enfoncer plus longtemps dans des discours philosophiques qui visent à l’obliger à viser sa propre introspection.

« Toi ? Peindre ? Ne déborde pas sur le plafond ok ? Sinon tu te verras contraint de revenir un samedi matin pour refaire le plafond ! » Esquissant un léger rire, cette fois-ci sincère, il hausse les épaules. « On trouve de la main d’œuvre bon marché pour réparer nos conneries, aujourd’hui. » En réalité, il serait capable de revenir un samedi si nécessaire, mais il est plus drôle de prétendre le contraire en évoquant cette entreprise qu’il serait susceptible de payer pour racheter ses erreurs. « Et bien écoute, il est entré pensant que le club était squatté… Donc c’était assez drôle de le voir rougir au fur et à mesure que je rentrais dans son jeu ! » Heureux que son ami soit conscient de la mauvaise idée de poursuivre sur le terrain précédent et permettant ainsi de dérider cette conversation. « J’espère que tu l’as bien traumatisé. » Il souligne en haussant les épaules, l’amitié vache à la Alfie. « Tiens regarde le rendu… C’est sympa non ? Avec ces petites briques, les néons, le côté intimiste, et ce long comptoir qui traverse l’étendu du club. La sur la scène, les sonos encastrées pour un son à 360 dans tout l’établissement… » Jetant un coup d’œil attentif aux plans sous ses yeux, il les fait défiler en commentant : « Je suis pas le plus doué pour projeter les choses, mais ouais, ça a de la gueule. » Il avoue, sincère, avant d’ajouter, plus sérieux : « Ça va être un endroit magnifique. Emily sera très fière. » Car il n’est pas sans savoir la raison derrière cet achat, d’apparence, compulsif et il peut confirmer que la veuve de Nate appréciera le résultat ; il n’y a pas plus bel hommage. Elle sera fière, car il ne doute pas qu’elle observe l’avancée, alors inutile de parler au conditionnel. « C’est les portes qui sont sur les tréteaux qu’il faut finir… On en a une chacun, ça t’évitera d’avoir envie de me repeindre le visage va… » Haussant à nouveau les épaules, il accentue une moue triste. « Tu viens de réduire en poussières mon seul intérêt à t’aider. » Vraiment, quel dommage. « Et pour quelle raison tu n’as pas l’occasion ? Vos emplois du temps respectifs sont trop chargés ? Ou tu n’en as pas l’envie et tu repousses à chaque fois ? » Levant les yeux au ciel face à l’honnêteté toujours plus franche (et déplaisante) de Nate, il finit par dire : « un peu des deux. » Il n’a aucune envie d’avoir le droit à une leçon de morale quant à son silence suite à l’accident de Norah, supposément une amie, mais Alfie n’a pas à se justifier de son comportement ni de ses décisions. Il n’a absolument pas l’assurance qu’Annie aurait pu tenir un discours ainsi, mais dans le doute, il préfère l’imaginer. « Dans tous les cas, je suis content de passer du temps avec toi… Même si tu es toujours aussi agaçant parfois, toi et ton petit sourire en coin… Mais bon, c’est pour ça que je t’ai choisi, et je ne regretterais pas cela… » Alfie a un pincement au cœur à cette idée, s’interrogeant quant au fait que si Weaver savait tout ce qui se trame dans sa tête, il n’aurait certainement pas le même discours. « De toute façon, c’est trop tard pour me rendre, maintenant. » Il s’amuse, comme si Weaver était un père en plus d’être un mentor. Et finalement, ce n’est pas totalement faux, même s’il ne l’a jamais verbalisé. Dans tous les cas, il est trop tard pour qu’il se plaigne de cet étudiant, il a obtenu son diplôme, il n’y a pas de marche arrière qui soit possible. « Merci, Weaver. » Qu’il conclut avant de se mettre à l’ouvrage. Il y a plein de choses qu’il voudrait dire, une rancœur qui ne cesse de grandir, des leçons qu’il voudrait lui faire ravaler, mais il ne le fera pas, Alfie, parce que quitte à partir sans jamais revenir, il parvient à se raisonner pour partager l’essentiel ; s’il peut mener à bien ce projet, c’est parce que Weaver, un jour, lui a dit oui quand d’autres s’en tenaient au non. Alors il peut bien accepter quelques remontrances et opinions qu’il ne partage pas.

@Nathanael Weaver :l:



It will never end - Alfie#1 Spg7okK It will never end - Alfie#1 8XKLS6S
It will never end - Alfie#1 0ZiulDe
It will never end - Alfie#1 YtxTUla
It will never end - Alfie#1 FOO2y3e
It will never end - Alfie#1 335306globetrotter
It will never end - Alfie#1 480954teachers
It will never end - Alfie#1 908854lgbt
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

It will never end - Alfie#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: It will never end - Alfie#1 It will never end - Alfie#1 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

It will never end - Alfie#1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: redcliffe :: at nate's jazz club
-