AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -28%
Disque dur SSD interne 1 To Samsung 870 QVO ...
Voir le deal
78.99 €

 are you lost in the world like me? • raph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Billy Stewart
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans, né le 3 juillet 1995.
SURNOM : billy, ça ressemble déjà à un surnom même si ça n'en est pas un.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : plongeur, étudiant, hackeur à temps partiel.
LOGEMENT : un appartement un peu trop petit pour deux personnes situé au 180 oxlade drive, fortitude valley
are you lost in the world like me? • raph 257bac9a95c3b020a0331cfb9d9e6da2
POSTS : 181 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il prend de petits contrats dénichés sur le Web, le genre de petites enquêtes pas totalement légales mais pas trop graves non plus et parfaitement inoffensives pour qui sait se cacher sous de multiples couches de sécurité. • Il a le permis, mais il déteste conduire. Il se déplace donc partout en skateboard et il est un fidèle abonné du réseau d’autobus de la ville. • Il aime bien faire la fête, boire et fumer un peu d’herbe, surtout quand ce sont les autres qui offrent. D’ailleurs, lui faire consommer une bonne quantité d’alcool est le seul moyen sûr de le convaincre de danser.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [2/3] jeanraph
RPs EN ATTENTE : jess
AVATAR : alex lawther.
CRÉDITS : savage (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t35344-i-fear-i-m-on-an-island-in-an-ocean-full-of-change-o-billy

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptyMer 16 Déc - 4:04





( are you
lost in the world
like me? )

w/@Raphael Elly


« Tiens l’empoté, c’pour toi ! » J’en ai pas particulièrement envie, mais je relève la tête quand même. Comment résister quand on est si gentiment interpellé ? Un sourire arrogant sur sa gueule de poisson mort, Mike laisse tomber aussi bruyamment que possible une énorme pile de pots bien sales à ma station. Je plisse le nez de dégoût, pousse un soupire inaudible dans le vacarme de la cuisine. « Trop gentil… » Mon marmonnement irrité se perd aussi dans le chaos qui nous entoure. Pas que ça change grand-chose : même s’il m’avait entendu, Mike se serait fait un plaisir de m’ignorer. Il préfère se traîner à nouveau jusqu’à son comptoir où des burgers déjà froids attendent leur garniture. Rapidement lassé du spectacle de sa démarche dolente, je retourne à ma tâche. J’en ai déjà plein le cul et y’a à peine une heure que mon quart de travail a commencé. Le resto est anormalement occupé pour un mercredi après-midi alors la cuisine tourne à plein régime pour répondre aux commandes. Je plonge à nouveau les mains dans l’eau brûlante. Le bout de mes doigts me picote désagréablement. Je devrais sûrement porter les affreux gants en caoutchouc jaune que le patron m’a gracieusement offert, mais ils me rendent encore plus maladroit que d’habitude. Et comme il m’a aussi fait gentiment comprendre qu’à la prochaine assiette que je réduis en miettes, c’est ma carrière de plongeur qui finira à la poubelle avec les éclats de porcelaine, j’essaie de minimiser les risques. C’est pas que mon job me plaise particulièrement, mais il suffit à payer mon loyer et à me donner un peu d’argent de poche. Et puis, ça me demande peu d’effort mental. Quand personne me dérange, je réussis presque à oublier que j’ai les bras enfoncés jusqu’aux coudes dans un bouillon de savon et de restes de cuisine. Pendant que je nettoie mécaniquement les bols, les assiettes, les paniers à frites et les ustensiles recouverts de saleté et de traces de doigts graisseuses, je rêvasse et je suis à peu près tranquille. J’ai ma petite routine : laver et rincer, empiler les morceaux jusqu’à ce que mon tas de vaisselle propre soit à peu près aussi stable qu’un château de cartes puis les ranger à leur place en louvoyant entre les chefs qui, à voir le sérieux avec lequel ils m’engueulent quand je les empêche de travailler, croient cuisiner dans un resto étoilé plutôt que dans un diner miteux.

L’eau est froide et sale alors j’enlève le bouchon pour la laisser s’écouler lentement. J’en profite pour m’étirer, les bras levés vers le plafond. Mon cou, lui, en profite pour craquer en signe de protestation contre l’évier trop bas qui nous oblige à nous pencher tout le temps. Une pile d’assiette bien serrée entre mes doigts engourdis, je me lance sur le champ de bataille, louvoie de mon mieux entre les cuistots qui circulent dans tous les sens dans la cuisine. Ça me fascine, cette façon qu’ils ont de se déplacer comme une machine bien huilée. J’ai souvent l’impression d’être le grain de sable qui tombe dans l’engrenage et cause une panne. Mais pas cette fois. Par un petit miracle, je réussis à rejoindre l’étagère où sont rangées les assiettes sans trop de mal. Les mains à nouveau libres, je reviens sur mes pas. Par habitude, je balaie la salle à manger d’un regard morne, dans l’espoir d’apercevoir quelque chose d’intéressant. Quelque chose qui ne serait pas une tache de ketchup ou des miettes mouillées. Mais je ne vois jamais rien qui pique ma curiosité. Enfin, sauf aujourd’hui. Parce qu’il y a bien un visage mince, surmonté d’une tignasse blonde, qui m’interpelle directement. Je m’arrête net, convaincu que mes yeux me jouent des tours. Pourtant, j’ai bien vu : c’est Raphael. J’ai bêtement envie de me cacher pour pas qu’il me voie, ce qui est quand même très con vu qu’il ignore que j’existe. C’est alors qu’un poids lourd entre violemment en contact avec mon dos et me projette vers l’avant, m’arrachant à ma transe surprise. C’est Mike, évidemment. Il n’a pas pu s’empêcher de me rentrer dedans avec toute la délicatesse d’une auto tamponneuse. « Qu’est-ce qu’tu fous l’empoté ? Avance ! » Je me le fais pas dire deux fois. Pris d’une soudaine impulsion, je bondis vers l’avant. « J’vais prendre ma pause ! » que je lance par-dessus mon épaule. Sans attendre d’avoir obtenu la permission pour disparaître, je sors de la cuisine. Je me dirige tout droit vers la table de Raphael. Installé dans une banquette, il observe son menu d’un air vaguement dépité. « Si j’étais toi, j’prendrais les frites. » Je ne savais pas quoi dire, j’ai pas trop réfléchi, j’ai dit la première chose qui m’est passée par la tête. Quand il relève le nez, je me rends compte à retardement de mon air débraillé. Avec mes mèches frisottées par l’humidité ambiante de la station de plonge, mon tablier taché de gras, mes mains rougies et mon front luisant de sueur, je ne ressemble vraiment à rien. Surtout pas à un serveur. Embarrassé, je déglutis en me tordant nerveusement les doigts. « Le reste est pas vraiment comestible, » que j’ajoute maladroitement, comme si ça allait magiquement résoudre toutes les questions qui flottent dans le regard confus de mon demi-frère.


† Nothing's good, the news is bad, The heat goes on and it drives you mad. Scornful thoughts that fly your way, you should turn away 'Cause there's nothing more to say.



Dernière édition par Billy Stewart le Ven 15 Jan - 4:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Elly
Raphael Elly
le dilemme
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-neuf ans mais coincé dans le corps d'un adolescent qui en a pas profité assez. 11 décembre 1992.
SURNOM : Raph, Rafi pour ceux qui aiment les surnoms qui se terminent avec une voyelle.
STATUT : Il n'a pas beaucoup de qualités, Raphael, mais il est patient.
MÉTIER : Send Help. S.O.S.
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv) - Contraint à emménager avec Kieran et Molly à cause de la perte de son emploi, il passe maintenant vingt heures par jour à les fuir tous les deux. C'est pas si mal de dîner dans sa chambre.
are you lost in the world like me? • raph 332a4a79fd1f10f44344e47a4efc69f0430e3cee
POSTS : 3482 POINTS : 180

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Ça ne m'intéresse pas.
PETIT PLUS : Artiste dans l’âme mais perdu à l’extérieur • ne danse que très rarement devant un public et prétend avoir envie d’une carrière internationale • élevé par deux pères trop peu sévères qui lui ont permis de faire tout ce qu’il désirait • impulsif et compétitif, c’est assez facile de réveiller le brasier en lui • gay refoulé en admiration devant les femmes • style vestimentaire très aléatoire, prône les couleurs par-dessus tout • socialement handicapé, un malaise sur deux jambes.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : are you lost in the world like me? • raph Rdm0
HALLY [5] • Feeling dizzy.

are you lost in the world like me? • raph T61e
Billy [1] • It's like I was missing something.

Ivy - Ana&Kiki - James
RPs TERMINÉS : Mirael - Dianael - Swann [lettres FB] - Swann [2] - Ginny [2][FB] - Rady - Rady [2] - Laoise - Adèle - Jess - Mirael [2] - Hally - Hally [2][FB] - Adelina - Sage - Max - Ellie - Rady [3][FB] - Danika - Dianael [2] - Swann [2] - Gafi - Penny - Hally [3] - Rady [4] - Channing - Hally [4] - Jean - Rory

AVATAR : George Mackay.
CRÉDITS : Harley pour le gif de profil, Orion pour la signa.
DC : Jo le raton et Archie le varan.
PSEUDO : Mapartche.
INSCRIT LE : 06/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29466-dancing-my-way-in-raph https://www.30yearsstillyoung.com/t29501-five-little-steps-raphael#1291750 https://www.30yearsstillyoung.com/t29500-raphael-elly https://www.30yearsstillyoung.com/t32279-raphael-elly

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptyLun 21 Déc - 16:20





( are you
lost in the world
like me? )

w/@Billy Stewart


Il n’a pas l’impression que son foie a totalement terminé le travail depuis hier soir. Il a oublié de respecter ses limites en termes de consommation d’alcool et, le pire dans tout ça, c’est qu’il était seul chez lui devant la télévision quand il a terminé la bouteille de vin bon marché en l’espace d’une heure. Il n’est pas un grand fêtard, Raphael, mais parfois il a besoin de se mouiller un peu la bouche pour que le temps passe plus vite. Le goût du vin rouge n’est pas son préféré mais il n’a pas envie de le vomir, c’est déjà ça.

Sa tête tourne légèrement tandis qu’il déambule dans les rues déjà réveillées de Brisbane. Le soleil est au milieu du ciel, juste au-dessus de sa tête, indiquant midi. Il n’a pas mangé depuis plus de quatorze heures (si on ne compte pas la petite quantité de dentifrice qu’il a ingérée par erreur à cause d’un hoquet, ce matin, juste avant de sortir de chez lui en ayant oublié de rentrer sa chemise jaune pastel dans ses shorts). Il regrette d’avoir bu autant hier soir et il n’a envie ni de salade, ni de petit déjeuner équilibré, comme il a l’habitude de prendre pour maintenir sa ligne de danseur. Les paupières à moitié closes et la vision floue, il passe devant un petit restaurant plutôt piteux et il s’arrête sans vraiment réfléchir. Il lui suffit de jeter un coup d’œil à travers la vitre pour réaliser que la place compte quatre ou cinq clients, juste assez de têtes pour le convaincre de tenter l’un de leurs burgers. Il a le droit, aujourd’hui, d’accumuler les calories : ce sera une autre méthode pour lui d’oublier qu’il est amoureux d’une personne qu’il ne peut approcher et qui s’assure de le garder loin de lui en mentant sur sa situation amoureuse, à lui. Oui, Kieran, Raphael sait que tu inventes des histoires et qu’Autumn n’est plus dans ta vie depuis des mois. Il sait aussi que tu le fais probablement parce que tu refuses de tourner la page, ce serait logique pour un type comme toi qui a toujours eu du mal à agrandir ton cercle social.    

L’endroit sent l’huile et la friture. Pourtant, l’odeur ne lève pas le cœur de Raphael qui s’installe de façon lunatique à une table libérée. Un sourire niais étire ses lèvres quand il découvre un jeu de mots croisés sur son napperon en papier. Il n’aura malheureusement pas le courage de demander des crayons de cire pour compléter le tableau de lettres. Alors il abandonne rapidement l’idée après avoir trouvé le mot « amour » sur une ligne verticale et il soupire en plongeant son nez dans le menu posé près de lui. Une légère moue de dégoût traverse son regard lorsqu’il constate que les pages plastifiées sont légèrement gluantes, comme si le dernier client à cette table l’avait utilisé pour combattre un vilain rhume. « Si j’étais toi, j’prendrais les frites. » Vivement, Raphael soulève la tête pour attacher son regard endormi à celui d’un jeune garçon à l’allure plutôt déconfite – c’est pour ne pas employer le terme « ridicule ». Il le dévisage plusieurs secondes sans vraiment s’en rendre compte : il est simplement trop déconnecté de la réalité pour réaliser qu’il fixe un peu trop longtemps, lui qui évite habituellement la pupille des inconnus. « Um ? » C’est le seul son qui s’échappe de ses lèvres tandis que le garçon précise que les frites sont le seul item comestible dans le menu. Le danseur glousse mollement alors que ses yeux examinent l’accoutrement du soi-disant serveur qui ne ressemble pas à l’un d’eux. Les taches d’huiles s’accumulent sur son tablier blanc (ou plutôt beige, maintenant) et ses cheveux sont trempés par la sueur/l’air gras/on ne sait quoi. « Tu ne vends pas très bien ton restaurant. » Raphael conclue finalement dans un soupir, reposant son attention sur le menu sale. « Mais je ne pense pas me tromper si je dis que tu n’es pas un serveur. Tu ne portes pas le petit… chapeau… Des autres… serveurs. » Il désigne du menton une jeune femme habillée de rouge qui arbore une sorte de petite casquette de la même couleur. Sentant son cœur battre dans ses tempes, il gémit légèrement et détourne son attention de la douleur vers la liste des plats de frites dans le bas de la page. « Les frites, alors… » Il marmonne, la voix molle. « J’espère qu’elles seront plus propres que le menu. » Ce n’est pas son genre de se plaindre de la piètre qualité d’un restaurant mais le jeune homme debout devant lui n’est pas le moins du monde intimidant. Il a presque l’impression de faire face à une mini version de lui. Il n’y a pas de quoi stresser. Et puis, de toute façon, il est bien trop hangover pour se rappeler qu’il est de nature timide.    



— The dilemma —

every time he took one step forward, he took two backward.

are you lost in the world like me? • raph 7lRVLOM
are you lost in the world like me? • raph EIhyBXy
are you lost in the world like me? • raph 7ZWT0EU
are you lost in the world like me? • raph 908854lgbt
are you lost in the world like me? • raph LLynPRd
Revenir en haut Aller en bas
Billy Stewart
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans, né le 3 juillet 1995.
SURNOM : billy, ça ressemble déjà à un surnom même si ça n'en est pas un.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : plongeur, étudiant, hackeur à temps partiel.
LOGEMENT : un appartement un peu trop petit pour deux personnes situé au 180 oxlade drive, fortitude valley
are you lost in the world like me? • raph 257bac9a95c3b020a0331cfb9d9e6da2
POSTS : 181 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il prend de petits contrats dénichés sur le Web, le genre de petites enquêtes pas totalement légales mais pas trop graves non plus et parfaitement inoffensives pour qui sait se cacher sous de multiples couches de sécurité. • Il a le permis, mais il déteste conduire. Il se déplace donc partout en skateboard et il est un fidèle abonné du réseau d’autobus de la ville. • Il aime bien faire la fête, boire et fumer un peu d’herbe, surtout quand ce sont les autres qui offrent. D’ailleurs, lui faire consommer une bonne quantité d’alcool est le seul moyen sûr de le convaincre de danser.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [2/3] jeanraph
RPs EN ATTENTE : jess
AVATAR : alex lawther.
CRÉDITS : savage (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t35344-i-fear-i-m-on-an-island-in-an-ocean-full-of-change-o-billy

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptyVen 15 Jan - 4:57




( are you
lost in the world
like me? )

w/@Raphael Elly


Raphael m’observe d’un œil vitreux. Clairement il a trop fait la fête la veille. Je connais très bien état nébuleux et brumeux qui apparaît au petit matin quand on a trop bu ou trop fumé. Je compatis avec le mal de crâne qui bat sûrement à ses tempes. Avec l’envie de gras et de sel qui l’a poussé à risquer son estomac en mangeant un morceau ici. Ça m’étonne un peu qu’il se permette ce genre de débauche. Comme maman adorait me le répéter quand j’étais gamin, il faut faire attention à sa ligne pour être danseur. Je prenais évidemment un malin plaisir à bouffer toutes les cochonneries qui me tombaient sous la main dès qu’elle avait le dos tourné. De découvrir qu’on semble partager ce goût des petits vices en plus de la moitié de nos gènes ne m’empêche pas de rougir sous la critique silencieuse que je lis dans son regard morne. J’aurais mieux fait de me terrer à mon évier. Je comprends pas ce qui m’a pris de débouler comme ça dans la salle à manger. Ça fait des semaines que j’essaie de l’aborder. Sûrement que j’aurais pu trouver mieux que de me pointer à sa table alors qu’il cuve une gueule de bois et que j’ai l’air d’avoir pris un bain dans la friteuse. « Tu ne vends pas très bien ton restaurant. » Ma grimace se transforme en un ricanement nerveux que je tente de mon mieux de ravaler. C’est pas mon restaurant. C’est ce que je voudrais lui dire. Pour qu’il comprenne à quel point j’en ai rien à faire de mousser ou non la réputation de ce resto miteux où me traite moins bien que les miettes de nourriture qui roulent sous le comptoir pour nourrir les souris. Mais les mots restent coincés dans ma gorge. Bloqués par la timidité qui finit toujours tôt ou tard par me couper les cordes vocales. « Mais je ne pense pas me tromper si je dis que tu n’es pas un serveur. Tu ne portes pas le petit… chapeau. Des autres… serveurs. » Je tourne la tête dans la direction que Raphael vient d’indiquer d’un coup de menton. Mon regard accroche celui d’Amber. Je détourne aussitôt les yeux. Elle me regardait bizarrement. Est-ce qu’elle me regardait bizarrement ? Je sais plus.

Mieux vaut faire comme mon demi-frère. Il recommence à ignorer la serveuse, pique plutôt du nez vers son menu, observe avec un intérêt vaguement perplexe la tache collante et foncée incrustée sur le coin de la feuille plastifiée. « Les frites alors… » Est-ce qu’il me passe sa commande ? J’espère que non. Je suis pas serveur. Il le sait. Moi aussi, d’ailleurs. Surtout, j’ai pas le courage de retourner à la cuisine pour gueuler à Mike la prochaine commande comme les employés qui travaillent dans la salle à manger doivent le faire. De toute façon, j’ai ni assez de muscles ni assez de seins pour qu’il me prenne au sérieux. « J’espère qu’elles seront plus propres que le menu. » Je devrais lui dire que oui. Ou que même si elles ne sont pas totalement propres, elles ont au moins le mérite d’être plongées dans l’huile bouillante, elles. C’est un tout autre commentaire qui jaillit de mes lèvres. Ça m’étonne même plus. J’ai l’habitude de penser un truc et de dire le contraire. « Ouais, c’est moi qui les lave. » T’es con. Très très con. J’ai raison, mais ça ne m’évite pas l’embarras immédiat d’ajouter : « Les menus, pas les frites. » Mon trait d’humour n’est pas passé. J’essaie de me dire que c’est les relents d’alcool qui circulent encore dans le système de Raphael qui lui ralentissent l’esprit comme ça. Que ça n’a rien à voir avec mon sens de l’humour pourri par la nervosité et qui ne fait rire personne même dans ses meilleurs jours.

Vaguement désespéré, je lance un coup d’œil à la grosse horloge rétro accrochée sur le mur dans l’espoir vain que ma pause soit finie. Malheureusement, il y a à peine deux minutes que je suis sorti de la cuisine. Même si on dirait que ça fait dix fois plus longtemps. Je devrais quand même retourner me cacher dans la cuisine. Disparaître pour revenir en force un autre jour où les circonstances seront plus favorables. Je me glisse sur la banquette en face de mon demi-frère. Un instant, je songe à poser mes mains sur mes cuisses, mais mon tablier humide me répugne. Alors je les pose plutôt sur la table. La surface de plastique est un peu collante. Comme si on n’avait pas totalement réussi à essuyer un déversement de boisson gazeuse. C’est probablement ce qui s’est passé en fait. Vu le décor carrément déprimant, personne ici n’a envie de faire le moindre effort. Ni les clients ni les employés. Je repousse l’envie de grignoter une cuticule en me rappelant qu’elle baigne depuis une heure dans l’eau de vaisselle et cherche plutôt un moyen d’entamer la conversation. « Je m’appelle Billy. » C’est un bon début, non ? D’habitude, les gens polis se présentent et c’est ce que j’ai fait. Maintenant, j’ai plus qu’à enchaîner avec une question. Vaguement paniqué, j’observe Raphael – son teint blafard, ses cernes, ses cheveux blonds échevelés, sa chemise colorée. Ce n’est pas que je sais rien à son sujet. Au contraire, j’en sais trop. Le genre de trucs qu’un parfait inconnu ne devrait vraiment pas connaître. Le silence s’étire, ma patience aussi. Il faut que je dise quelque chose. Maintenant. « T’as l’air de quelqu’un qui a un peu trop fait la fête hier. » C’est le seul sujet acceptable qui m’est venu à l’esprit. Je me force à lui offrir un petit sourire en coin. Puis je repousse les mèches frisotées qui me tombent sur le front. Je repousse l’envie de me cacher sous la table. Je dois avoir l’air normal. Enfin, aussi normal que possible. Si je passe pour un idiot, j’aurai jamais le courage de lui avouer qu’on vient de la même famille tous les deux.


† Nothing's good, the news is bad, The heat goes on and it drives you mad. Scornful thoughts that fly your way, you should turn away 'Cause there's nothing more to say.

Revenir en haut Aller en bas
Raphael Elly
Raphael Elly
le dilemme
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-neuf ans mais coincé dans le corps d'un adolescent qui en a pas profité assez. 11 décembre 1992.
SURNOM : Raph, Rafi pour ceux qui aiment les surnoms qui se terminent avec une voyelle.
STATUT : Il n'a pas beaucoup de qualités, Raphael, mais il est patient.
MÉTIER : Send Help. S.O.S.
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv) - Contraint à emménager avec Kieran et Molly à cause de la perte de son emploi, il passe maintenant vingt heures par jour à les fuir tous les deux. C'est pas si mal de dîner dans sa chambre.
are you lost in the world like me? • raph 332a4a79fd1f10f44344e47a4efc69f0430e3cee
POSTS : 3482 POINTS : 180

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Ça ne m'intéresse pas.
PETIT PLUS : Artiste dans l’âme mais perdu à l’extérieur • ne danse que très rarement devant un public et prétend avoir envie d’une carrière internationale • élevé par deux pères trop peu sévères qui lui ont permis de faire tout ce qu’il désirait • impulsif et compétitif, c’est assez facile de réveiller le brasier en lui • gay refoulé en admiration devant les femmes • style vestimentaire très aléatoire, prône les couleurs par-dessus tout • socialement handicapé, un malaise sur deux jambes.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : are you lost in the world like me? • raph Rdm0
HALLY [5] • Feeling dizzy.

are you lost in the world like me? • raph T61e
Billy [1] • It's like I was missing something.

Ivy - Ana&Kiki - James
RPs TERMINÉS : Mirael - Dianael - Swann [lettres FB] - Swann [2] - Ginny [2][FB] - Rady - Rady [2] - Laoise - Adèle - Jess - Mirael [2] - Hally - Hally [2][FB] - Adelina - Sage - Max - Ellie - Rady [3][FB] - Danika - Dianael [2] - Swann [2] - Gafi - Penny - Hally [3] - Rady [4] - Channing - Hally [4] - Jean - Rory

AVATAR : George Mackay.
CRÉDITS : Harley pour le gif de profil, Orion pour la signa.
DC : Jo le raton et Archie le varan.
PSEUDO : Mapartche.
INSCRIT LE : 06/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29466-dancing-my-way-in-raph https://www.30yearsstillyoung.com/t29501-five-little-steps-raphael#1291750 https://www.30yearsstillyoung.com/t29500-raphael-elly https://www.30yearsstillyoung.com/t32279-raphael-elly

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptyMar 26 Jan - 23:27





( are you
lost in the world
like me? )

w/@Billy Stewart


L’odeur de friture lui lève le cœur mais il sait que sa nausée disparaîtra lorsqu’il aura mangé un peu. C’est son estomac vide qui lui envoie des signaux en ce moment et, même si chaque nom de plat sur la carte le fait grimacer, il fait un effort avant de vomir les restes d’alcool d’hier (si c’est possible ?). Les regards ne sont pas tournés vers lui, heureusement, alors il peut vivre sans craindre qu’on vienne le déranger. De toute façon, il n’est certainement pas assez réveillé pour entretenir une vraie discussion – et il ne sait pas encore que c’est dans cet état là qu’il ne se replie pas sur lui-même comme le bon intraverti qu’il est.

C’est un semblant de serveur qui vient l’accoster sans qu’il n’ait eu le temps de faire son choix entre le hamburger dégoulinant et le hot-dog écœurant. Aux premiers abords, il ne ressemble pas à l’un de ses confrères qui passent de table en table pour prendre les commandes et il ne se gêne pas pour lui faire remarquer son accoutrement différent de celui des autres. Le garçon ne répond pas vraiment mais ses joues se teintent de rouge lorsqu’il croise le regard de sa collègue. Raphael glousse discrètement, ayant l’impression de faire face à son reflet. Il réagit de la même façon lorsqu’il se retrouve dans une situation à base de coups d’œil embarrassants. Malgré tout, le « serveur » ignore le commentaire et se permet de lui proposer les frites qui, selon lui, constitueraient le seul bon deal sur la carte. « Ouais, c’est moi qui les lave. » Ce doit être sa gueule de bois qui l’empêche de comprendre le sens de sa phrase. À moins que « laver les frites » soient un terme utilisé par les cuisiniers, peut-être en métaphore mais, encore là, Raphael ne peut pas vraiment s’avancer sur la question. Rapidement, le garçon se reprend et éclaire la lanterne du danseur qui ricane en reposant ses yeux sur le menu ouvert devant lui, dégoûté à l’idée de le toucher à nouveau. « Tu réalises que tu viens d’admettre que tu fais mal ton travail ? » Et puis zut, il n’ira pas se plaindre au gérant, il n’est pas comme ça. Il ne supporterait pas d’avoir toute l’attention rivée vers lui. Après une courte réflexion durant laquelle il s’interroge davantage au sujet de la netteté du garçon, il finit par conclure : « Alors je vais prendre les fri… » Et l’étranger se glisse sur la banquette devant Raphael, lui clouant le bec. Il fronce les sourcils en se redressant dans banc pour se coller contre le dossier, instaurant la plus grande distance possible entre eux. « tes. » Il termine sa phrase en dévisageant son nouveau compagnon forcé avant de jeter un coup d’œil autour d’eux en se demandant si quelqu’un viendra le sauver. Visiblement, le monde entier ne semble pas capter qu’il y a quelque chose qui cloche à sa table. Mal à l’aise, il observe le numéro du cuisinier qui fait danser ses mains entre ses cuisses, le vide, et la table et il ne tire pas un seul mot en attendant de comprendre ce qui lui prend. C’est typique à ce restaurant de se faire accompagner par ceux qui cuisinent la bouffe ? « Je m’appelle Billy. » Oh. C’est l’heure des présentations. À vrai dire, Raphael n’est pas là pour se faire de nouveaux potes, encore moins dans l’état lamentable qu’il se trouve. « Eum… Raphael. » Il finit par répondre, plus par politesse que par intérêt. Il peine à détacher son regard des cheveux huileux de ce prénommé Billy, lui qui chipote à la moindre imperfection dans son propre visage. « T’as l’air de quelqu’un qui a un peu trop fait la fête hier. » Voilà sa destinée : engager une discussion avec le plongeur du restaurant le plus crade qu’il connaisse. Lui qui rêvait de Broadway et de succès, la claque et violente. Mais il n’est pas méchant, Raphael, alors il joue le jeu en espérant simplement que le patron de ce garçon hurle son nom à travers la cuisine pour le ramener sur Terre. « Si seulement. Je… J’ai regardé quelques épisodes de Stranger Things et je n’ai pas remarqué que ma bouteille de vin était vide quand j’ai essayé de me verser un cinquième verre. » Il hausse mollement les épaules, ses mains jointes ensemble sur ses genoux. Est-ce que c’est à ce moment qu’il doit, comme dans toute situation sociale, renvoyer la question ? « Et toi tu… T’as l’air... Fatigué ? Aussi ? » Il se mord le bout de la langue pour empêcher une grimace désorientée de déformer son visage tandis que la totalité de ses muscles se serrent pour se défendre contre la montée de nervosité qui traverse son équine. Puis, comme s’il venait d’obtenir la réponse à toutes les questions de l’univers, ses yeux s’ouvrent grand comme des melons alors qu’il réalise ce qu’il se passe. Est-il en train de le draguer ? Il a certainement un but précis en tête, et ce n’est sûrement pas de faire copain-copain avez le premier client qu’il a aperçu dans la salle à manger. « Écoute, je suis pas vraiment… Intéressé. Tu vois ? » Il murmure, le teint blême, ne s’étant jamais retrouvé dans une situation comme celle-là avant aujourd’hui. « Je suis… Pas disponible. » C’est une façon camouflée de mentir, de dire qu’il est déjà en couple. Sinon, il n’aurait pas de meilleures raisons pour lui demander d’arrêter de lui tourner autour sans avoir de hamburger à lui vendre.          
 



— The dilemma —

every time he took one step forward, he took two backward.

are you lost in the world like me? • raph 7lRVLOM
are you lost in the world like me? • raph EIhyBXy
are you lost in the world like me? • raph 7ZWT0EU
are you lost in the world like me? • raph 908854lgbt
are you lost in the world like me? • raph LLynPRd
Revenir en haut Aller en bas
Billy Stewart
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans, né le 3 juillet 1995.
SURNOM : billy, ça ressemble déjà à un surnom même si ça n'en est pas un.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : plongeur, étudiant, hackeur à temps partiel.
LOGEMENT : un appartement un peu trop petit pour deux personnes situé au 180 oxlade drive, fortitude valley
are you lost in the world like me? • raph 257bac9a95c3b020a0331cfb9d9e6da2
POSTS : 181 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il prend de petits contrats dénichés sur le Web, le genre de petites enquêtes pas totalement légales mais pas trop graves non plus et parfaitement inoffensives pour qui sait se cacher sous de multiples couches de sécurité. • Il a le permis, mais il déteste conduire. Il se déplace donc partout en skateboard et il est un fidèle abonné du réseau d’autobus de la ville. • Il aime bien faire la fête, boire et fumer un peu d’herbe, surtout quand ce sont les autres qui offrent. D’ailleurs, lui faire consommer une bonne quantité d’alcool est le seul moyen sûr de le convaincre de danser.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [2/3] jeanraph
RPs EN ATTENTE : jess
AVATAR : alex lawther.
CRÉDITS : savage (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t35344-i-fear-i-m-on-an-island-in-an-ocean-full-of-change-o-billy

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptyMer 10 Fév - 4:34





( are you
lost in the world
like me? )

w/@Raphael Elly


Raphael n’a pas l’air particulièrement heureux de me parler, mais je sais pas trop si c’est parce que je l’emmerde moi, ou si c’est qu’il a la gueule de bois antisociale et qu’il préfèrerait un peu de solitude. Si ça se trouve, c’est un mélange des deux. J’voudrais me lever et retourner d’où je viens, reprendre place devant mon évier et retrouver ma pile de vaisselle. Mais j’reste assis. Parce que même si c’est malaisant de rester alors que ma compagnie n’est visiblement pas désirée, je pense que ça serait encore pire de foutre le camp aussi vite. Après tout, ça serait juste bizarre que je sois sorti de nulle part comme ça pour si peu. Avec comme un soupir contenu au coin des lèvres, il répond à ma question. D’une voix lasse, pas particulièrement enthousiaste, mais pas totalement dénuée d’intérêt pour autant. « Si seulement. Je… J’ai regardé quelques épisodes de Stranger Things et je n’ai pas remarqué que ma bouteille de vin était vide quand j’ai essayé de me verser un cinquième verre. » Ce… n’est pas la réponse que j’attendais. Même si, d’après mes recherches, il semble plutôt introverti (c’est de famille apparemment), je penchais plutôt pour la fête trop arrosée que la soirée en solitaire à saveur d’alcoolisme et de crise de la quarantaine pour expliquer son air pitoyable. Je dissimule ma confusion sous un froncement de sourcil compatissant, mais je ne peux pas m’empêcher de l’observer d’un œil curieux. J’ai du mal à croire que c’est sur ce fils perdu que ma mère a passé des années à soupirer. À première vue, il semble aussi dysfonctionnel que celui dont elle n’a jamais vraiment réussi à se débarrasser. « Et toi tu… T’as l’air… Fatigué ? Aussi ? » Fatigué, ça me semble encore généreux comme description. J’ai sûrement l’air bien pire que ça. « J’me suis… euh… levé tôt. Le resto ouvre à huit heures. » Bon, j’étais pas ici à l’ouverture, mais ça, Raph n’a pas besoin de le savoir. J’aime autant qu’il s’imagine que j’ai cette tête parce que je bosse depuis des heures dans la cuisine. Sinon, ça voudrait dire que je ressemble à ça tout le temps. Et même si c’est pas totalement faux, ça ne laisse pas non plus une très bonne première impression. Ma réponse a tout de même secoué mon demi-frère beaucoup plus que prévu. Il ne doit pas être du matin si ça lui fait cet effet d’apprendre que je me suis levé à l’heure des poules. Ses yeux se sont arrondis comme des soucoupes et pourtant, il me dévisage d’un regard totalement vide, comme si je lui avais débranché le cerveau. Franchement, il aurait eu l’air moins surpris si j’avais avoué être un fantôme. Complètement perdu devant cette réaction franchement excessive, je me retourne vivement pour jeter un coup d’œil par-dessus mon épaule dans l’espoir d’apercevoir la véritable raison de son étonnement. Mais il n’y a rien de particulier et je suis encore plus confus quand je reprends ma position initiale. « Écoute, je suis pas vraiment… Intéressé. Tu vois ? » Pas vraiment intéressé par quoi ? C’est pas comme si j’ai essayé de faire la promotion de quoi que ce soit. Même que j’ai essayé de le dissuader de commander le trois quart du menu pour lui éviter de s’empoisonner.

Sûrement grâce à mon air résolument perdu, il réussit à cracher quelques mots de plus pour éclaircir son délire. « Je suis… Pas disponible. » Oh non. Oh nononononon. Il pense sérieusement que je suis en train de le draguer. Comment est-ce qu’il a pu comprendre un truc pareil ?! C’est bien ma veine : les rares fois où je me suis essayé au flirt n’ont mené à rien, mais maintenant que j’essaie de m’approcher en douce de mon demi-frère, j’envoie totalement les mauvais signaux. N’empêche, je suis vaguement vexé qu’il n’ait pas trouver mieux qu’un mensonge nul pour se désister. Parce qu’à ce que je sache, il n’est pas en couple. À moins, évidemment qu’il ait réussi à dissimuler tous les indices de sa relation avec sa tendre moitié aux yeux tout puissants de l’internet. Et franchement, vu comment il camoufle très peu sa présence en ligne, j’ai come un doute qu’il ait réussi un tel tour de force. « Oh non, je… tu croyais que… enfin, c’est pas… je… » C’est au milieu de ce cafouillage incompréhensible entrecoupé de rires nerveux que je conclus que, s’il a tiré cette conclusion, c’est que c’est probablement la seule qui explique pourquoi j’ai décidé de m’installer à sa table sans raison évidente. Enfin, la seule à part la vraie, mais je ne vais tout de même pas lui balancer tout ça maintenant. Mais comme je ne peux pas non plus le laisser penser que j’essayais de le séduire (beurk), je m’éclaircis la gorge dans l’espoir de décoincer les mots qui y restent collés et de chasser le rouge désagréable qui m’est monté aux joues. « J’essayais pas du tout de… Pas qu’il y ait un truc qui cloche avec toi, hein, c’est juste que… enfin t’es pas trop mon genre, tu vois ? » Maudissant ma maladresse, j’essuie du revers de la main mon front moite. J’aurais vraiment dû planifier un peu mieux mon approche. « Je prenais ma pause, je t’ai vu assis là tout seul. T’avais l’air… sympa. J’me suis dit que j’viendrais te parler. J’ai… pas… beaucoup d’amis. » Ma voix se meurt sur la fin de ma phrase. Ce n’est pas idéal. J’ai l’air d’un mec désespéré et plutôt mal adapté socialement, il va sûrement me prendre pour un gentil loser, mais au moins je dissipe ses inquiétudes. Tant pis pour ma fierté. « Désolé d’t’avoir dérangé. Je… j’peux m’en aller si tu veux. Être tranquille. » Je devrais me lever sans attendre qu’il me chasse, mais je reste là où je suis. En partie parce que j’ai l’espoir qu’il ne me renverra pas tout de suite à la cuisine, mais aussi parce que je soupçonne que mon pantalon est en train de fusionner à la cuirette collante de la banquette.


† Nothing's good, the news is bad, The heat goes on and it drives you mad. Scornful thoughts that fly your way, you should turn away 'Cause there's nothing more to say.

Revenir en haut Aller en bas
Raphael Elly
Raphael Elly
le dilemme
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-neuf ans mais coincé dans le corps d'un adolescent qui en a pas profité assez. 11 décembre 1992.
SURNOM : Raph, Rafi pour ceux qui aiment les surnoms qui se terminent avec une voyelle.
STATUT : Il n'a pas beaucoup de qualités, Raphael, mais il est patient.
MÉTIER : Send Help. S.O.S.
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv) - Contraint à emménager avec Kieran et Molly à cause de la perte de son emploi, il passe maintenant vingt heures par jour à les fuir tous les deux. C'est pas si mal de dîner dans sa chambre.
are you lost in the world like me? • raph 332a4a79fd1f10f44344e47a4efc69f0430e3cee
POSTS : 3482 POINTS : 180

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Ça ne m'intéresse pas.
PETIT PLUS : Artiste dans l’âme mais perdu à l’extérieur • ne danse que très rarement devant un public et prétend avoir envie d’une carrière internationale • élevé par deux pères trop peu sévères qui lui ont permis de faire tout ce qu’il désirait • impulsif et compétitif, c’est assez facile de réveiller le brasier en lui • gay refoulé en admiration devant les femmes • style vestimentaire très aléatoire, prône les couleurs par-dessus tout • socialement handicapé, un malaise sur deux jambes.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : are you lost in the world like me? • raph Rdm0
HALLY [5] • Feeling dizzy.

are you lost in the world like me? • raph T61e
Billy [1] • It's like I was missing something.

Ivy - Ana&Kiki - James
RPs TERMINÉS : Mirael - Dianael - Swann [lettres FB] - Swann [2] - Ginny [2][FB] - Rady - Rady [2] - Laoise - Adèle - Jess - Mirael [2] - Hally - Hally [2][FB] - Adelina - Sage - Max - Ellie - Rady [3][FB] - Danika - Dianael [2] - Swann [2] - Gafi - Penny - Hally [3] - Rady [4] - Channing - Hally [4] - Jean - Rory

AVATAR : George Mackay.
CRÉDITS : Harley pour le gif de profil, Orion pour la signa.
DC : Jo le raton et Archie le varan.
PSEUDO : Mapartche.
INSCRIT LE : 06/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29466-dancing-my-way-in-raph https://www.30yearsstillyoung.com/t29501-five-little-steps-raphael#1291750 https://www.30yearsstillyoung.com/t29500-raphael-elly https://www.30yearsstillyoung.com/t32279-raphael-elly

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptyJeu 18 Fév - 22:22





( are you
lost in the world
like me? )

w/@Billy Stewart


Il y a quelque chose chez le plongeur qui capte l’intérêt de Raphael sans qu’il ne puisse vraiment mettre le doigt dessus. C’est peut-être son allure paumée qui lui fait penser à lui-même, ou sa voix aussi cassée que la sienne quand il doit aborder un étranger. Dans tous les cas, il entend très clairement des murmures au fond de lui qui lui indiquent la voie à suivre : celle d’écouter le jeune homme même s’il empiète sur le territoire du danseur. Après tout, il ne va rien lui arriver de mal, il va seulement devoir se coucher quatre fois à la suite de cette rencontre pour se débarrasser de tout le malaise qui aura collé à sa peau (ainsi que de l’odeur de graisse qui flotte dans le restaurant). Alors, fermant les yeux seulement une minute sur son côté renfermé, il décide de renvoyer la question au timide attablé devant lui, par simple politesse. « J’me suis… euh… levé tôt. Le resto ouvre à huit heures. » Il n’y met pas vraiment tu sien, malheureusement. Les lèvres de Raphael se pincent, il serre entre ses doigts le menu comme pour s’accrocher à quelque chose pour ne pas tomber à la renverse. Que répondre à ça ? Il n’en sait rien. Il n’est pas doué pour enrichir une conversation et, de toute façon, il ne pense pas avoir le moindre point commun avec ce jeune homme. Il n’a pas le corps d’un danseur ni… Attends. Ils ont peut-être quelques similarités, après tout. Peut-être qu’il s’agit-là d’une tentative de drague complètement ratée ? Il aime les garçons, lui aussi ? Dans tous les cas, Raphael n’est pas vraiment prédisposé à ce genre de fantaisie. Bien qu’il soit honoré, en un sens, d’attirer le regard de quelqu’un. C’est la première fois qu’on l’approche de cette façon – et il en a côtoyés, des bars, dans le seul espoir de se faire remarquer pour vérifier s’il a une tête faite pour la scène. Résultat : échec lamentable. Il fallait bien qu’il tombe dans un casse-croûte crade pour vivre sa première expérience.

Malgré tout, il se doit de refuser tout de suite ses avances. C’est d’un ton embarrassé qu’il lui fait part de son indisponibilité sentimentale. « Oh non, je… tu croyais que… enfin, c’est pas… je… » Le visage de Raphael se tord en une grimace inconfortable en même temps que celui de Billy – d’ailleurs, il ne peut s’empêcher de noter qu’il a hérité du prénom de son personnage cinématographique préféré. « J’essayais pas du tout de… Pas qu’il y ait un truc qui cloche avec toi, hein, c’est juste que… enfin t’es pas trop mon genre, tu vois ? » Oh, sympa. C’est justement ce qu’il avait envie d’entendre ce matin. En fin de compte, il préférait penser qu’il avait attiré son œil puisque la réalité est beaucoup plus désagréable. « Uh uh... » Les yeux du danseur se baissent rapidement et il fixe la tête, à nouveau pris d’un malaise insoutenable. C’est lui qui a fait erreur en assumant que le plongeur est là pour le draguer et, maintenant, il sent son égo se faire brusquement piétiner par des semelles à crampons. De mieux en mieux, sa migraine. « Je prenais ma pause, je t’ai vu assis là tout seul. T’avais l’air… sympa. J’me suis dit que j’viendrais te parler. J’ai… pas… beaucoup d’amis. » Il redresse la tête, un point d’interrogation tatoué dans le milieu du front. Qui révèle ce genre d’informations ? Si toutes ses techniques d’approches sont comme celles-là, ce n’est pas surprenant qu’il n’ait pas beaucoup d’amis. Raphael n’a pas un cercle social bien prestigieux lui non plus mais il s’agit d’une information qu’il ne lancerait pas à tue-tête dans un restaurant.

Mais la petite voix au fond de sa tête continue de chantonner. Il devrait être gentil. Il n’a pas de raison de le repousser. La solitude le blesse lui aussi, il devrait comprendre comment il se sent. « Désolé d’t’avoir dérangé. Je… j’peux m’en aller si tu veux. Être tranquille. » Et c’est enfin à cet instant que Raphael réagit, motivé par un élan de générosité. « Non, non, t’inquiète. Tu peux rester, si ton boulot ne t’en empêche pas. » Il précise, pour lui rappeler qu’il est en plein milieu de son chiffre. « Cependant, il va falloir que tu m’expliques pourquoi tu m’as choisi, moi. Tu as quel âge ? » Il demande, sans attendre sa réponse. « Vingt ans, peut-être ? » Il tente, se basant sur les traits jeunes qui sculptent son visage. Il observe un moment les alentours avant de pointer une table de trois garçons et une fille qui semblent partager le même âge que lui. « Ce serait moins bizarre si tu allais les voir, eux, les gens n’auraient pas tendance à penser que tu es en compagnie de ton père. » Il plaisante, étirant ses lèvres en un sourire légèrement forcé. Il fait des efforts pour engager la conversation malgré la situation intimidante et il mériterait une médaille pour l’avoir fait, depuis le temps qu’il évite les échanges de ce genre parce qu’il a peur de trop rougir et de se ridiculiser alors que, et vous devriez lui dire, le monde entier ne le regarde pas contrairement à ce qu'il pense.      



— The dilemma —

every time he took one step forward, he took two backward.

are you lost in the world like me? • raph 7lRVLOM
are you lost in the world like me? • raph EIhyBXy
are you lost in the world like me? • raph 7ZWT0EU
are you lost in the world like me? • raph 908854lgbt
are you lost in the world like me? • raph LLynPRd
Revenir en haut Aller en bas
Billy Stewart
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans, né le 3 juillet 1995.
SURNOM : billy, ça ressemble déjà à un surnom même si ça n'en est pas un.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : plongeur, étudiant, hackeur à temps partiel.
LOGEMENT : un appartement un peu trop petit pour deux personnes situé au 180 oxlade drive, fortitude valley
are you lost in the world like me? • raph 257bac9a95c3b020a0331cfb9d9e6da2
POSTS : 181 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il prend de petits contrats dénichés sur le Web, le genre de petites enquêtes pas totalement légales mais pas trop graves non plus et parfaitement inoffensives pour qui sait se cacher sous de multiples couches de sécurité. • Il a le permis, mais il déteste conduire. Il se déplace donc partout en skateboard et il est un fidèle abonné du réseau d’autobus de la ville. • Il aime bien faire la fête, boire et fumer un peu d’herbe, surtout quand ce sont les autres qui offrent. D’ailleurs, lui faire consommer une bonne quantité d’alcool est le seul moyen sûr de le convaincre de danser.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [2/3] jeanraph
RPs EN ATTENTE : jess
AVATAR : alex lawther.
CRÉDITS : savage (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t35344-i-fear-i-m-on-an-island-in-an-ocean-full-of-change-o-billy

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptyDim 28 Fév - 0:52





( are you
lost in the world
like me? )

w/@Raphael Elly


À mon grand soulagement, Raphael ne profite pas de la perche que je lui tends pour me renvoyer dans la cuisine. Même s’il n’a pas l’air totalement certain, il hoche la tête. « Non, non, t’inquiète. Tu peux rester, si ton boulot ne t’en empêche pas. » Par réflexe, je jette un coup d’œil à la grosse horloge ronde sur le mur. Il reste encore une dizaine de minutes à ma pause. Par la fenêtre qui donne sur la cuisine, je ne vois personne qui s’énerve et je conclus que les assiettes sales ne se sont pas encore assez accumulé pour que mon absence embête qui que ce soit. Mike finira bien par gueuler, mais en attendant, je peux me concentrer encore un peu sur mon demi-frère. Heureusement d’ailleurs, parce que sa prochaine question me donne envie de me cacher sous la table jusqu’à ce que le sol accepte de s’ouvrir sous mes pieds pour m’avaler. « Cependant, il va falloir que tu m’expliques pourquoi tu m’as choisi, moi. » Excellente question, bravo. Celle, aussi, à laquelle j’espérais ne pas avoir à répondre. Par chance, Raphael n’attend pas une réponse immédiat et continue sur sa lancée, ce qui donne le temps à mon cerveau stressé de trouver le mensonge parfait. « Tu as quel âge ? » poursuit-il. « Vingt ans, peut-être ? » C’est loin d’être la première fois que ça m’arrive : je sais bien que je fais plus jeune que mon âge, surtout ici.  Après tout, j’ai plus ou moins un boulot d’ado. Ça ne m’empêche pas de ressentir comme une pointe d’agacement à l’idée que mon demi-frère s’imagine que je suis un grand gamin. « Ce serait moins bizarre si tu allais les voir, eux, les gens n’auraient pas tendance à penser que tu es en compagnie de ton père. » Je suis regard la trajectoire indiquée par son index jusqu’à une table où quatre jeunes mangent en rigolant et en se bousculant. Juste de les regarder, une bouffée d’angoisse flambe dans ma poitrine. Aucune chance que je m’approche d’eux à moins de dix mètres. Ils ressemblent trop à tous les petits cons qui se moquaient de moi à l’école. De toute façon, je ne cherche pas vraiment à me faire de nouveaux amis, mais à me rapprocher en douce de mon demi-frère. Je ramène donc mon attention sur lui. Inspiré par sa réflexion, je lui réponds : « Premièrement, j’ai vingt-cinq ans. Sûrement qu’j’ai plus de points en communs avec toi qu’avec eux. » Comme notre mère, déjà. La danse aussi, même si on ne semble clairement pas avoir la même opinion de cette force d’art. Et puis la timidité. Il semble au moins aussi awkward que moi, peut-être même un peu plus par moment. Ça me fait presque chaud au cœur. « Deuxièmement, tu m’as vu ? » Même Raphael, qui est de toute évidence assez gentil pour laisser un inconnu l’embêter, m’a d’abord regardé comme si j’étais un insecte un peu bizarre qui s’était échappé de la cuisine. « J’suis socialement inapte au cas où t’as pas remarqué. J’préfère largement tenter ma chance avec le mec assis tout seul à sa table qu’un groupe de quatre amis. » Je me penche légèrement, appuie mes avant-bras sur la table dans une pose que j’espère nonchalante. « Et pis ça m’étonnerait qu’on te prenne pour mon père, t’as quand même pas l’air si vieux que ça. Même si tu tiens visiblement aussi bien l’alcool qu’un vieux de quarante-cinq ans… » Pour atténuer la portée de ma blague qui ne se voulait pas méchante, je lui offre un petit sourire en coin. « T’en sais déjà pas mal sur moi… Toi, tu fais quoi dans la vie quand tu n’essaies pas de guérir ta gueule de bois dans un resto médiocre ? » Au cours de mes petites recherches, j’ai évidemment découvert pour la danse et les fêtes d’enfants. Sauf que comme je n’ai rien d’un espion discret et efficace, il vaudrait mieux qu’il me le dise lui-même avant que je ne me trahisse bêtement en révélant un détail que je n’aurais pas dû savoir. Je me connais, ce n’est probablement qu’une question de temps avant que ça arrive.


† Nothing's good, the news is bad, The heat goes on and it drives you mad. Scornful thoughts that fly your way, you should turn away 'Cause there's nothing more to say.

Revenir en haut Aller en bas
Raphael Elly
Raphael Elly
le dilemme
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Vingt-neuf ans mais coincé dans le corps d'un adolescent qui en a pas profité assez. 11 décembre 1992.
SURNOM : Raph, Rafi pour ceux qui aiment les surnoms qui se terminent avec une voyelle.
STATUT : Il n'a pas beaucoup de qualités, Raphael, mais il est patient.
MÉTIER : Send Help. S.O.S.
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv) - Contraint à emménager avec Kieran et Molly à cause de la perte de son emploi, il passe maintenant vingt heures par jour à les fuir tous les deux. C'est pas si mal de dîner dans sa chambre.
are you lost in the world like me? • raph 332a4a79fd1f10f44344e47a4efc69f0430e3cee
POSTS : 3482 POINTS : 180

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Ça ne m'intéresse pas.
PETIT PLUS : Artiste dans l’âme mais perdu à l’extérieur • ne danse que très rarement devant un public et prétend avoir envie d’une carrière internationale • élevé par deux pères trop peu sévères qui lui ont permis de faire tout ce qu’il désirait • impulsif et compétitif, c’est assez facile de réveiller le brasier en lui • gay refoulé en admiration devant les femmes • style vestimentaire très aléatoire, prône les couleurs par-dessus tout • socialement handicapé, un malaise sur deux jambes.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : are you lost in the world like me? • raph Rdm0
HALLY [5] • Feeling dizzy.

are you lost in the world like me? • raph T61e
Billy [1] • It's like I was missing something.

Ivy - Ana&Kiki - James
RPs TERMINÉS : Mirael - Dianael - Swann [lettres FB] - Swann [2] - Ginny [2][FB] - Rady - Rady [2] - Laoise - Adèle - Jess - Mirael [2] - Hally - Hally [2][FB] - Adelina - Sage - Max - Ellie - Rady [3][FB] - Danika - Dianael [2] - Swann [2] - Gafi - Penny - Hally [3] - Rady [4] - Channing - Hally [4] - Jean - Rory

AVATAR : George Mackay.
CRÉDITS : Harley pour le gif de profil, Orion pour la signa.
DC : Jo le raton et Archie le varan.
PSEUDO : Mapartche.
INSCRIT LE : 06/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29466-dancing-my-way-in-raph https://www.30yearsstillyoung.com/t29501-five-little-steps-raphael#1291750 https://www.30yearsstillyoung.com/t29500-raphael-elly https://www.30yearsstillyoung.com/t32279-raphael-elly

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptyJeu 4 Mar - 3:33





( are you
lost in the world
like me? )

w/@Billy Stewart


Ce n’est seulement qu’il est surpris que Billy soit venu lui parler, c’est surtout qu’il n’a pas l’impression qu’ils font partie de la même génération. Et il est honnête, Raphael (quand il le veut) alors il fait savoir au plongeur installé devant lui qu’il se ferait probablement plus d’amis s’il rejoignait la table voisine. « Premièrement, j’ai vingt-cinq ans. Sûrement qu’j’ai plus de points en communs avec toi qu’avec eux. » Il ne cache pas sa surprise, trop hangover pour apprivoiser ses émotions. Ses yeux s’ouvrent grand comme des melons alors qu’il observe son visage complètement imberbe (comme lui…) et ses traits terriblement adolescent. Il doit se fait carter quand il veut acheter de l’alcool, lui. « Deuxièmement, tu m’as vu ? » Lèvres pincées, l’interrogé fronce les sourcils en ne sachant pas exactement ce que sa question cache. Certes, ses cheveux sont coulants de gras mais il ne se présente certainement pas comme ça lorsqu’il ne travaille pas dans la cuisine d’un fast food. « J’suis socialement inapte au cas où t’as pas remarqué. J’préfère largement tenter ma chance avec le mec assis tout seul à sa table qu’un groupe de quatre amis. » La réplique lui arrache un minuscule rictus amusé et il secoue la tête de droite à gauche, ne souhaitant pas lui laisser penser qu’il est d’accord avec ses propos. Certes, il ne possède pas l’aisance d’un cygne ni la confiance d’un lion mais il ne serait pas prêt à affirmer qu’il est socialement inapte, comme il le dit. Il a toujours pensé être le roi dans ce domaine mais, après tout, nous sommes toujours notre pire critique. Et, comme si Billy souhaitait lui souffler un secret, il se penche légèrement vers l’avant, appuyant sur la table qui craque, et continue : « Et pis ça m’étonnerait qu’on te prenne pour mon père, t’as quand même pas l’air si vieux que ça. Même si tu tiens visiblement aussi bien l’alcool qu’un vieux de quarante-cinq ans… » Faussement vexé, Raphael se redresse dans son siège, lui, pour se poser contre le dossier. Il est vrai que son foie n’est pas le plus rapide pour exercer sa fonction de filtrage parce qu’il n’a pas vraiment habitué son corps à accueillir une aussi grande quantité d’alcool. Il était le dernier invité aux festivités durant sa scolarité. « Tu la tiens mieux que moi, tu crois ? » Il demande finalement, son ton se voulant presque provocateur. « Si tu dis que tu n’étais pas le plus populaire de ta classe, ça veut dire que tu étais comme moi. Tu passais ton vendredi soir dans ta chambre à faire des devoirs en gardant un coup d’œil sur facebook, là où tous les élèves cool postent des photos de la soirée arrosée. » Pensant avoir prouvé son point, il conclue : « Alors tu ne tiens probablement pas plus l’alcool que moi. » Et il sourit légèrement à son tour pour lui faire comprendre qu’il peut lui aussi fait preuve d’un peu d’humour même s’il n’est vraiment pas le meilleur dans ce domaine. C’est une façon pour lui de faire preuve d’un peu d’ouverture envers ce garçon perdu assis devant lui. Il commence à se demander s’il commandera des frites avant que le restaurant ne ferme, toutefois. « T’en sais déjà pas mal sur moi… Toi, tu fais quoi dans la vie quand tu n’essaies pas de guérir ta gueule de bois dans un resto médiocre ? » Passant sa main dans son cou et prolongeant le massage jusqu’à la hauteur de ses tempes – maudite migraine – il marmonne : « Tout ce que je sais sur toi, c’est que tu laves des assiettes et que tu te fais certainement carter quand tu veux entrer dans un bar. » Mais il joue au jeu et décide d’éclairer un peu sa lanterne. Après tout, ça ne lui fera pas de mal de socialiser un peu, lui qui passe ses journées enfermé chez lui quand il ne doit pas sortir pour travailler. « J’enseigne la danse à des enfants. J’ai toujours voulu devenir un danseur professionnel mais je me suis cassé la cheville avant de tenter ma toute première audition alors… c’est la descente en enfer depuis ce jour-là. » Il couine, son visage s’étirant en une grimace au même moment qu’il réalise qu’il vient de donner trop de détails sur les raisons qui, au fond, ne lui servent que d'excuses à son échec. « Sinon je fais quelques contrats de figuration dans les pubs. » Pas une grande fierté, ça non plus. Les projecteurs ne sont pas rivés vers lui mais plutôt vers les autres qui le couvrent ensuite de leur ombre. « Et toi… alors ? » Il demande ensuite en le désignant de la main. « J’imagine que c’est pas ton rêve de bosser ici. »        



— The dilemma —

every time he took one step forward, he took two backward.

are you lost in the world like me? • raph 7lRVLOM
are you lost in the world like me? • raph EIhyBXy
are you lost in the world like me? • raph 7ZWT0EU
are you lost in the world like me? • raph 908854lgbt
are you lost in the world like me? • raph LLynPRd
Revenir en haut Aller en bas
Billy Stewart
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans, né le 3 juillet 1995.
SURNOM : billy, ça ressemble déjà à un surnom même si ça n'en est pas un.
STATUT : célibataire.
MÉTIER : plongeur, étudiant, hackeur à temps partiel.
LOGEMENT : un appartement un peu trop petit pour deux personnes situé au 180 oxlade drive, fortitude valley
are you lost in the world like me? • raph 257bac9a95c3b020a0331cfb9d9e6da2
POSTS : 181 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Il prend de petits contrats dénichés sur le Web, le genre de petites enquêtes pas totalement légales mais pas trop graves non plus et parfaitement inoffensives pour qui sait se cacher sous de multiples couches de sécurité. • Il a le permis, mais il déteste conduire. Il se déplace donc partout en skateboard et il est un fidèle abonné du réseau d’autobus de la ville. • Il aime bien faire la fête, boire et fumer un peu d’herbe, surtout quand ce sont les autres qui offrent. D’ailleurs, lui faire consommer une bonne quantité d’alcool est le seul moyen sûr de le convaincre de danser.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : [2/3] jeanraph
RPs EN ATTENTE : jess
AVATAR : alex lawther.
CRÉDITS : savage (avatar) • anesidora (signature)
DC : sid, le tatoueur • laoise, l'artiste peintre
INSCRIT LE : 03/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t35344-i-fear-i-m-on-an-island-in-an-ocean-full-of-change-o-billy

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph EmptySam 10 Avr - 16:54




( are you
lost in the world
like me? )

w/@Raphael Elly


Oups, j’crois que je l’ai vexé. « Tu la tiens mieux que moi, tu crois ? » Son ton n’est pas vraiment mordant, mais il n’est pas exactement sympathique non plus. Peut-être qu’il essaie de me faire marcher. C’est difficile à dire. On peut apprendre beaucoup de choses sur les gens sur Internet, mais pas forcément à les comprendre ou à décoder leurs expressions. Ça serait beaucoup trop facile si on pouvait juste tomber sur la réponse comme ça. « Si tu dis que tu n’étais pas le plus populaire de ta classe, ça veut dire que tu étais comme moi. Tu passais ton vendredi soir dans ta chambre à faire des devoirs en gardant un coup d’œil sur facebook, là où tous les élèves cool postent des photos de la soirée arrosée. » Bon, il n’a pas tort. C’est vrai que j’étais pas trop le genre de personne qu’on invitait aux soirées organisées par les élèves populaires de l’école. Mais avec Jess, je fais souvent la fête et on est pas du genre à modérer notre consommation plus qu’il faut. Du coup, je tiens plutôt bien l’alcool. La mari aussi. Je me garde bien de préciser ce petit détail, cependant, au risque de réduire à néant la crédibilité déjà bancale de mon histoire. Ça m’apprendre à jouer les pro de l’improvisation : clairement, c’est pas pour moi. Alors quand Raphael ajoute, du ton sans équivoque de celui qui est très fier de ses arguments, que je ne tiens sûrement pas mieux l’alcool que lui, je me contente de secouer discrètement la tête comme si je soupesais sans réponse et semblais lui donner raison. Et plutôt que de lui répondre ou de protester, je fais dévier la conversation.

Je lui demande ce qu’il fait dans la vie, dans l’espoir d’en apprendre un peu plus sur lui « en vrai » et réduire le risque que je me mette les pieds dans les plats. Au début, il ne semble pas trop partant à l’idée de se raconter et se contente de ronchonner : « Tout ce que je sais sur toi, c’est que tu laves des assiettes et que tu te fais certainement carter quand tu veux entrer dans un bar. » C’est pas faux, mais j’espère quand même qu’il fera un petit effort pour alimenter la conversation et répondre à ma question. Heureusement pour moi, il mord à l’hameçon. « J’enseigne la danse à des enfants. » Ça, je le savais. En fouinant sur le Net, je suis tombé sur quelques photos de lui, l’air misérable malgré le sourire sirupeux qu’il s’était collé sur le visage, entouré de gamins beaucoup trop contents d’être là ou, à l’inverse, visiblement morts d’ennui. J’essaie pourtant de me montrer intéressé tandis qu’il poursuit : « J’ai toujours voulu devenir un danseur professionnel mais je me suis cassé la cheville avant de tenter ma toute première audition alors… c’est la descente aux enfers depuis ce jour-là. » Je ne peux m’empêcher de penser que la vie est vraiment mal faite. Moi, j’ai encore mes deux chevilles en parfait état. Je n’ai même jamais souffert d’une foulure et pourtant, je détester absolument danser. Ça aurait été beaucoup plus logique que ça moi qui me casse la cheville. C’est sûr que ça m’aurait bien embêté pendant quelques semaines, le temps que mon plâtre soit adéquatement recouvert des petits mots moyennement gentils de mes camarades de classe et que j’apprenne à me servir de béquilles sans m’étaler de tout mon long. En prime, ça m’aurait évité les cours de danse et, surtout, ça m’aurait pas gâché la vie, moi. « Sinon je fais quelques contrats de figuration dans les pubs. » Je suis aussi déjà au courant de son illustre carrière de figurant. Je me retiens de justesse de chantonner la mélodie beaucoup trop accrocheuse de cette pub de fromage de chèvre dans laquelle il a tourné.

La seule chose que j’ai vraiment retenue de tout ce qu’il vient de me raconter, c’est que les résultats de mes recherches ne mentaient pas : il est bel et bien aussi paumé que moi et il ne le cache même pas si bien que ça. Je pense à maman, à son humeur en dent de scie et à ses projets qui n’ont jamais abouti à rien, et je me demande si les malédictions familiales sont vraiment une tare médiévale révolue. Parce qu’à nous regarder tous les trois, rien n’est moins certain. « Et toi… alors ? » Je plisse le nez, pas forcément content d’avoir à parler de moi. Même si je suppose que j’aurais dû m’y attendre, c’est un peu passage obligé dans une conversation. « J’imagine que c’est pas ton rêve de bosser ici. » Amusé malgré moi, je pousse un petit ricanement. « Mais évidemment ! J’adore passer mes journées les deux mains dans l’eau sale à faire la vaisselle. Le resto est tellement charmant en plus. » Je laisse mon regard se promener sur le décor un peu déprimant, tout en teintes de rouge et de blanc. Les proprios ont clairement essayé de reproduire le look des vieux diners classiques américains, mais ils ont oublié d’y insuffler la magie de Grease. Reprenant un peu mon sérieux, j’attrape l’un des rouleaux d’ustensiles sur la table et entreprend de déchiqueter machinalement la serviette en papier pour m’occuper les mains. « En même temps, c’est ma faute si j’suis ici. J’ai aucune idée de ce que j’veux faire de ma vie. » Je hausse les épaules, nonchalant. « J’étudie la programmation. C’est pas mal, mais j’aime pas trop l’école. » J’ai toujours préféré apprendre par moi-même et, franchement, j’ai un peu de mal à prendre mes profs au sérieux quand ils ont du mal à faire fonctionner le système informatique de l’université ou m’enseignent des trucs que j’ai déjà appris il y a longtemps. Il y a bien quelques cours qui me plaisent, mais pour l’essentiel, j’ai juste envie de dormir chaque fois que je m’installe en classe. Et donc, je décide plus souvent qu’autrement de ne pas aller à mes cours, au grand dam de ma mère. « Mais bon j’suppose que c’est comme ça quand on est jeunes, pas vrai ? On a aucune idée de ce qu’on fait et on se retrouve à bosser dans un resto miteux à faire une chorégraphie déguisé en chèvre. » Les yeux ronds, Raph me dévisage comme si je venais de dire un truc impossible. Les sourcils froncés, je soutiens son regard en me demandant ce qui l’a vexé dans mon trait de philosophie quand mes dernières paroles me reviennent en tête. Forcément, j’ai pensé à la pub de fromage de chèvre quand il m’a parlé de son travail de figuration : je n’ai pas pu m’empêcher de la regarder en boucle en rigolant une fois que j’ai compris qui se cachait sous le costume de la mascotte. Sauf que ce n’est vraiment pas quelque chose que j’aurais dû savoir. Merde.


† Nothing's good, the news is bad, The heat goes on and it drives you mad. Scornful thoughts that fly your way, you should turn away 'Cause there's nothing more to say.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

are you lost in the world like me? • raph Empty
Message(#) Sujet: Re: are you lost in the world like me? • raph are you lost in the world like me? • raph Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

are you lost in the world like me? • raph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley
-