AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 Now I reach out - Siede#2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel Siede
Samuel Siede
l'ordinateur humain
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans né le 14 février 1983
SURNOM : Sam est le seul qu'il accepte réellement.
STATUT : Fiancé à son ordinateur, marié à son imagination et divorcé de sa vie sociale
MÉTIER : Ingénieur en intelligence artificielle, responsable de la filière Recherche et développement dans la société Siede Technologies
LOGEMENT : Bayside, 223 Beachcrest Road dans une villa qu'il a faite construire et que son père lui a eménagé.
Now I reach out - Siede#2 Tumblr_inline_pswhueJsd31u945yg_250
POSTS : 116 POINTS : 170

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS : Now I reach out - Siede#2 Ezgif-7-f1b8fafa1626
HAYMUEL Ø We've taken different paths and travelled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old

Now I reach out - Siede#2 1b7c8f80de380a89d72238f63e7c7dcb766fbac1
Samjor Ø There's something about you, You're way too good to be true.

Liz#2
RPs TERMINÉS : Jor#2[UA] - Jor#1 - Jor#3
Jamie - Haymuel#1 - Liz#1 - Samjor#4 - Samjor#5- Matthias#1 - Penny#1
PSEUDO : P.
AVATAR : Jamie Bell
CRÉDITS : Avatar : P. UB: Loonywaltz
DC : Keith Weddington & Nate Weaver
INSCRIT LE : 11/08/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t33163-samuel-siede-family-business#1466171

Now I reach out - Siede#2 Empty
Message(#) Sujet: Now I reach out - Siede#2 Now I reach out - Siede#2 EmptyDim 27 Déc - 18:58




Now I reach out
@Hayden Siede & Samuel Siede
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

Il en avait oublié qu’à Brisbane, Noël et les fêtes étaient placées sous le signe de la chaleur et de l’été. Il avait passé la totalité de son mois de Décembre en Europe, sillonnant les congrès et les colloques sur les nouvelles technologies. Allez savoir pourquoi Samuel avait accepté toutes les sollicitations qui étaient arrivées sur son bureau. Londres, Madrid, Berlin, Paris et il en passait. Lui qui était casanier avait mis ce penchant là de côté pour sillonner les airs et les salles de conférences. Peut-être parce qu’il avait quelque chose à fuir. Ou quelqu’un. Non pas que cela ne se passait pas bien avec Jordan, bien au contraire, mais il s’était mis dans son travail plus que de raisons. William lui avait demandé de revenir avant le réveillon. Samuel avait prétexté un empêchement de dernière minute : la neige avait empêché son avion de décoller, le bloquant à l’aéroport de Francfort plus que de raisons. Il s’était presque mué en excuse au téléphone, proposant des solutions « digitales » pour remplacer sa présence autour de la table familiale. Mais sa batterie en avait également décidé autrement. La conclusion était fatidique :  l’année 2020 était une année de changement des traditions, qui avait mis fin à près de trente ans de repas familiaux. N’était-ce pas cela qu’il avait voulu fuir ? La pression parentale, les remarques de Blake, les rires de Mia et le combat silencieux qu’il menait avec Hayden à chaque fois qu’ils se croisaient.

Pourtant, en sortant de l’aéroport, Samuel n’avait pas commandé un taxi pour rentrer chez lui ou aller voir Jordan qu’il devait le croire mort depuis ce temps non. Il s’était rendu à Bayside, et attendait face à l’appartement de sa sœur sans réellement savoir pourquoi il était ici, sa valise à la main. D’habitude, c’était William qui le poussait à venir voir sa sœur, passer ne serait-ce qu’une dizaine minutes avec elle. Il aurait bien mis cela sur la magie de Noël, mais cela faisait bien longtemps qu’il ne croyait plus au Père Noël. Pourtant, son for intérieur lui dictait de sonner, d’attendre que sa cadette ne lui ouvre la porte et de tenter de mettre en marche cette relation dont il rêvait en étant plus jeune. Il était même persuadé qu’en plus d’avoir commandé de nombreuses unités centrales, écran ou disque dur à démonter quand il était plus jeune, il avait demandé d’être aimé par sa petite sœur. Non pas qu’il doutait de ses sentiments tout comme lui pouvait l’aimer au fond, mais il se ressemblait bien plus que Samuel pouvait l’imaginer. Et il s’en rendait compte en revenant à Brisbane aujourd’hui. Il avait manqué à ses devoirs familiaux et la personne vers qui il souhaitait se tourner n’était autre que la seule qui pouvait probablement le comprendre.

Alors il n’hésita plus et se contenta de frapper à la porte, sa valise serrée dans sa main, le regard pointé en direction de ses baskets. Son cerveau bouillonnait d’idées à tout va, se demandant comment expliquer sa présence ici à sa sœur. Son cœur manqua de rater un battement quand il entendit la serrure se déverrouiller et son regard se redressa pendant que la porte s’ouvrait face à sa petite sœur. Samuel se contenta dans un premier temps de lui offrir un léger sourire, levant la main en l’air pour la saluer – maladroitement-. « Salut. » se contenta-t-il par la suite, penchant la tête pour tenter de regarder par-dessus l’épaule de sa sœur, dans l’espoir de ne pas la déranger. « Tu es seule ? » demanda-t-il, persuadé que cette dernière ne pouvait vivre en réalité seule. Il n’avait aucune idée de comment s’étaient passés les derniers jours pour cette dernière, pour leur famille ni même pour la suite des évènements. « Je reviens d’un long voyage, j’aurais juste besoin d’un verre d’eau, si tu as de quoi m’en fournir » expliquait Samuel de façon vague, haussant les épaules en espérant que cette dernière puisse se satisfaire de cette explication. Car après tout, il aurait très bien pu rentrer chez lui pour cela. « Tu ne laisses pas rentrer ton grand frère ou tu comptes lui amener sa boisson sur le palier ? » demanda Samuel de façon totalement sérieuse. Même s’il ne savait pas à quelle sauce il risquait d’être mangé, il était presque soulagé de voir son champ de vision se libérer pour le laisser rentrer. Il attendait que la porte soit refermée, et posa sa valise juste dans l’entrée contre le mur.

« Sympa la décoration, tu as passé Noël seule toi aussi ? » demanda Samuel en observant les alentours tout en se rendant compte que la situation le rendait en réalité bien plus mal à l’aise qu’il ne l’avait imaginé. Il n’était pas fait pour discuter de tout et de rien et encore moins avec Hayden. Mais il était en train de faire un effort, bien plus compliqué que de parler devant des salles remplies de scientifiques émérites. Il n’osait plus bouger, croisant ses bras tandis qu’il s’appuyait sur le mur, son regard se posant enfin sur sa sœur. Il l’enviait elle et sa capacité à s’adapter à toutes situations. Mais ça, elle ne le saurait probablement jamais. « Je suis content de te voir. J’en ai même oublié de te demander comment tu allais. » finissait-il par conclure, sans rien ajouter de plus. Il en avait déjà bien trop dit par rapport à ses habitudes. Il en avait même oublié qu'elle avait peut-être des tas de choses à lui reprocher. Pourtant, il était là et c'est tout ce qui lui importait pour une fois.




code by bat'phanie


Heaven only knows
by EXORDIUM.


Now I reach out - Siede#2 PqtYoNG
Now I reach out - Siede#2 JqRGmX9
Now I reach out - Siede#2 GSsIIit
Now I reach out - Siede#2 Cn4FJZV
Now I reach out - Siede#2 IUJCx06
Revenir en haut Aller en bas
Hayden Siede
Hayden Siede
la star des planches
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans, bien qu'elle préfère compter les années en réussites professionnelles plutôt qu'en temps qui passe.
SURNOM : Les comédiens qu'elle côtoie la surnomme Elphie, en référence au personnage de « Wicked » qu'elle ne désespère pas d'avoir la chance de jouer un jour.
STATUT : Célibataire. Elle vous dira qu'elle n'a pas le temps pour l'amour, et ça ne sera qu'un demi-mensonge.
MÉTIER : Comédienne de musicals. Sa carrière est l'un des piliers centraux de sa vie et rien (ou presque) ne pourrait l'en détourner. Depuis son retour temporaire à Brisbane, elle donne des cours de comédie aux recrues de la Northlight Company.
LOGEMENT : Bayside, plus précisément un appartement au numéro 547 de Wellington Street.
Now I reach out - Siede#2 Tumblr-502cfaa9a8819fb8e668861921dd6454-e16f0d8e-540
POSTS : 1605 POINTS : 2350

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Now I reach out - Siede#2 Mrcd
SIEDES and i’m on my way : i still remember these old country lanes, and i've not seen the roaring fields in so long. i know i've grown, but i can't wait to go home.

Now I reach out - Siede#2 Nifz
HAYMIE i've been sick and tired of running, chasing all of the flashing lights. these late nights don't mean nothing, so i just wanna apologize.

Now I reach out - Siede#2 Ys5g
KEYDEN ☾ it's been a while since the two of us talked, about a week since the day that you walked knowing things would never be the same, with your empty heart and mine full of pain.

Now I reach out - Siede#2 Tmux
HAYDREA you got a lotta nerve, to say you got a helping hand to lend : you just want to be on the side that's winning.


RPs EN ATTENTE :
clément ☾ jackson

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : Daisy
AVATAR : Olivia Wilde
CRÉDITS : shiya (avatar) - mikaeled, P., bard-marley-of-laketown, P., hcrlevquinn (tumblr - gifs profil) - SIAL (code signature), ethereal (tumblr - icon signature), loonywaltz (ubs signature)
DC : /
INSCRIT LE : 23/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29805-hayden-it-s-strange-i-felt-less-lonely-when-i-didn-t-know-you https://www.30yearsstillyoung.com/t29905-hayden-careful-fear-and-dead-devotion https://www.30yearsstillyoung.com/t29909-hayden-siede

Now I reach out - Siede#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Now I reach out - Siede#2 Now I reach out - Siede#2 EmptyJeu 4 Fév - 17:45


Toute son enfance, Hayden avait baigné dans l’importance des fêtes de Noël, participant aux préparations millimétrées qui débutaient toujours des mois à l’avance pour le plus grand bonheur de l’ensemble des Siede. Elle se souvenait d’une maison plus chaleureuse encore qu’à l’accoutumée, des bougies aux senteurs boisées entêtantes, des biscuits dignes des meilleurs téléfilms, de la multitude de lumières et, bien sûr, des chants de Noël qu’elle ne s’était jamais privée d’interpréter à tue-tête. C’était l’époque de l’insouciance, du ciment solide qui liait encore la fratrie, et il semblait toujours à Hayden que ces moments où elle ne se sentait pas encore en décalage avec chacun des membres de sa famille s’étaient déroulés dans un monde parallèle à celui dans lequel elle évoluait actuellement, ou tout du moins à une époque lointaine. Pour autant, la comédienne continuait d’y songer avec une nostalgie presque assumée, et l’approche du mois de décembre continuait de distiller un goût doux-amer. Ce n’était pas un hasard si seule cette période avait su la convaincre de renouer avec Brisbane lors de sa fuite à Londres trois ans plus tôt : Hayden demeurait fidèle aux traditions que les parents Siede avaient inculqué à chacun de leurs enfants, et cette année ne ferait pas exception à la règle. Après la leçon de morale que lui avait enseigné Samuel quelques semaines plus tôt, la comédienne avait de toute façon compris qu’elle ne parviendrait plus à s'enfuir dorénavant, et pour cause ; William veillait au grain, et les preuves de sa détermination à ce que sa sœur renoue des liens avec les Siede tenaient en des messages savamment distillés, comme des rappels de l’existence du repas traditionnel à venir.

Dans ces conditions, la surprise fut totale lorsque sa famille constata que Samuel manquait à l’appel. Une mauvaise surprise pour ses parents, tout d’abord, car l’ingénieur avait rarement manqué une réunion familiale, malgré les fonctions qui l'incombait et qui l’obligeait souvent à voyager aux quatre coins du monde sans pouvoir s’y soustraire. Oh, bien sûr, il avait immédiatement joué la carte de la neige et de l’avion annulé à la dernière minute, et Hayden aurait presque pu le croire, si elle ne se souvenait pas d’avoir elle-même usé de cette excuse quelques années en arrière pour une autre occasion. Si personne ne se serait outré de son absence à elle, les choses étaient différentes lorsqu’il s’agissait de Samuel : fuir sa fratrie n’était pas dans ses habitudes, et la comédienne acheva le repas de Noël avec un sentiment d’inquiétude naissante, accompagnée d’une légère colère. Elle se souvenait mot pour mot de ses beaux discours sur l’importance des valeurs familiales et, s’il existait bien une chose qu’Hayden avait du mal à accepter, c’était que Samuel puisse se permettre de lui prodiguer des conseils qu’il ne suivait pas lui-même en premier lieu.

Fidèle à elle-même, la comédienne s’était cependant réfugiée dans un mutisme ordinaire, et la vie avait doucement repris son cours sans que son grand frère ne fasse de nouveau parler de lui. Jusqu’à ce matin, donc, où il se retrouva sur le pas de sa porte, une valise dans une main et sa nervosité dans l’autre. Il semblait sur le point de lui annoncer une nouvelle dramatique et, l’espace d’un instant, Hayden se demanda si, après tout, il ne lui était pas arrivé quelque chose de grave qui l’avait empêché de rejoindre Brisbane à temps pour les fêtes, mais qu’il n’avait pas trouvé le courage de l’avouer à leurs parents sur le coup. « Sam ? Qu’est-ce que tu fais ici ? » Son interrogation sincère trouva réponse dans le discours suivant du jeune homme, et la comédienne s’effaça pour le laisser entrer, toujours aussi intriguée par son comportement étrange. Elle hocha distraitement la tête pour lui confirmer qu’elle était bien seule, l’abandonnant temporairement pour aller lui chercher le verre d’eau tant souhaité dans la cuisine. La part de bon sens qui demeurait en elle l’empêcha de lui faire remarquer qu’il aurait très bien pu rentrer chez lui directement après son vol s’il souhaitait simplement s’hydrater, et Hayden se contenta de le diriger jusqu’au salon, l’invitant à prendre place sur le canapé tandis qu’il commentait l’absence d’ornements de Noël avec une ironie parfaite. « Mia a récupéré toutes mes décorations quand je suis partie pour Londres. Puisque je ne passe jamais Noël dans mon appartement, je ne voyais pas l’utilité d’investir de nouveau dans des guirlandes. » Et pour cause. Pour une fois, elle pouvait se vanter de n’avoir jamais dérogé à la tradition des fêtes de fin d’année en famille, ce qui n’était pas le cas de toutes les personnes présentes dans la pièce.

L’interrogation de son frère la fit froncer les sourcils, incapable de deviner si Samuel plaisantait ou s’il avait réellement oublié l’information de sa présence parmi sa famille pour Noël, information qu’elle était certaine que Blake n’avait pas manqué de lui transmettre. Elle devinait aisément le texto empli de reproches qui avait du être adressé à l’ingénieur, accolé d’un « même Hayden était là » caustique à souhait. « Figure-toi que j’ai passé les fêtes là où tu n’étais pas. Papa était déçu. Il a essayé de programmer les guirlandes comme tu as l’habitude de le faire chaque année et, comment dire… » Le souvenir des clignotements aléatoires des lumières et de leur manque total de synchronisation avec la musique était encore frais dans sa mémoire, lui arrachant un sourire amusé. « Disons que le résultat était loin d’être une réussite. » C’était une façon comme une autre de souligner que la présence de Samuel leur avait manqué à tous et, étrangement, plus encore à Hayden qui s’était retrouvée déstabilisée par l’absence de celui contre lequel elle avait pris l’habitude de se battre sans dire un mot. « Je vais bien, et toi ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que tu ne veuilles pas te réunir en famille le soir de Noël ? » La comédienne verrouilla son regard sur celui de son grand frère, essayant de saisir la moindre tentative de mensonge qu’il pourrait avoir l’idée d’énoncer. « Et je te parle de la vraie raison. Je te connais suffisamment pour savoir que même si la neige a vraiment cloué ton avion au sol, tu aurais forcément trouvé un moyen d’être virtuellement présent avec nous malgré tout, si cela avait compté pour toi. » Et Hayden avait la plus grande peine du monde à comprendre pourquoi les réunions familiales ne tenaient soudainement plus à cœur à Samuel.



( one day i'll find my pace )
we rise, we fall, we weep, but when love's walking down my street i know that sound, i just forget my war.

Now I reach out - Siede#2 PqtYoNG
Now I reach out - Siede#2 MPTH1pS
Now I reach out - Siede#2 9p9VwN9
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Siede
Samuel Siede
l'ordinateur humain
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans né le 14 février 1983
SURNOM : Sam est le seul qu'il accepte réellement.
STATUT : Fiancé à son ordinateur, marié à son imagination et divorcé de sa vie sociale
MÉTIER : Ingénieur en intelligence artificielle, responsable de la filière Recherche et développement dans la société Siede Technologies
LOGEMENT : Bayside, 223 Beachcrest Road dans une villa qu'il a faite construire et que son père lui a eménagé.
Now I reach out - Siede#2 Tumblr_inline_pswhueJsd31u945yg_250
POSTS : 116 POINTS : 170

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
UN RP ? : Ok mais tu le commences.
RPs EN COURS : Now I reach out - Siede#2 Ezgif-7-f1b8fafa1626
HAYMUEL Ø We've taken different paths and travelled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old

Now I reach out - Siede#2 1b7c8f80de380a89d72238f63e7c7dcb766fbac1
Samjor Ø There's something about you, You're way too good to be true.

Liz#2
RPs TERMINÉS : Jor#2[UA] - Jor#1 - Jor#3
Jamie - Haymuel#1 - Liz#1 - Samjor#4 - Samjor#5- Matthias#1 - Penny#1
PSEUDO : P.
AVATAR : Jamie Bell
CRÉDITS : Avatar : P. UB: Loonywaltz
DC : Keith Weddington & Nate Weaver
INSCRIT LE : 11/08/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t33163-samuel-siede-family-business#1466171

Now I reach out - Siede#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Now I reach out - Siede#2 Now I reach out - Siede#2 EmptyMer 17 Fév - 20:26




Now I reach out
@Hayden Siede & Samuel Siede
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

Si quelqu’un avait demandé à Samuel d’évoquer les raisons de sa présence sur le seuil de l’appartement de sa sœur, il aurait été incapable d’en trouver une seule plausible tant lui-même ne savait pas ce qu’il faisait ici. Il avait eu du mal à accepter la demande de William de venir transmettre un message à sa cadette. Il avait aussi eu du mal à comprendre que sa sœur était bien décidée de rester ici pour une durée qui elle était, indéterminée à la différence d’Hayden. Et pour finir, Samuel savait que le mois qui venait de s’écouler n’était pas à noter dans les annales des meilleures réactions que l’ingénieur avait pu avoir quand il s’agissait de sa vie familiale. Il n’avait jamais manqué un repas, toujours répondu présent aux sollicitations même quand il était séparé de milliers de kilomètres d’eux. Toujours jusqu’à ces fêtes. Où son esprit avait décidé pour il ne savait quelles raisons de boycotter ce repas. Il n’avait probablement pas mesuré la portée de ses actes, jusqu’à ce que ses pas viennent face à cette porte qui venait de s’ouvrir, laissant place à ce qui ressemblait être un mélange de surprise et d’incompréhension sur le visage de sa sœur.

Il aurait désiré être de ceux qui se sentaient apaisés en apercevant un visage familier. Pourtant comme à son habitude, un mélange de maladresse et d’hésitation traversa son esprit ne sachant trop s’il devait la prendre dans ses bras, la saluer comme ils le faisaient lors des repas familiaux, ou simplement passer le seuil de la porte sans dire un mot. Et ce fût durant son questionnement interne qu’il franchit le pas de la porte sans finalement trancher sur le comportement à adopter, son attention se reportant sur l’absence de décoration dans l’appartement de sa sœur. Voilà, la bonne excuse pour justifier ses non-choix. Pourtant son regard s’accrochait à la silhouette d’Hayden qui s’éloignait, voulant silencieusement qu’elle puisse l’aider. Il n’était pas à l’aise, sachant que binairement, cette visite se finirait d’une de ces façons suivantes : en dispute ou dans la totale indifférence. Comme un programme qu’il ne pouvait déboguer, il cherchait depuis des années un moyen de s’échapper de ce cycle, cherchant une troisième issue qui pourrait être favorable à la suite de leur relation fraternelle. En vain. Il attrapait le verre que lui tendait sa sœur, s’installant sur le canapé avant de sourire légèrement. « Merci pour l’eau. » lui dit-il en descendant d’une traite sa boisson, reposant le verre sur la table basse. Il en oubliait presque que l’eau ne lui donnerait pas le même courage que pouvait pendant un temps lui donner l’alcool quand il s’agissait de se livrer. « Mia dans toute sa splendeur… Et toi, sans commentaires. » fit remarquer Samuel en posant son regard dans celui de sa petite-sœur. « Cela aurait donné un côté un peu plus chaleureux à l’endroit tu sais ? Non pas que cela semble froid, mais c’est surtout impersonnel. » fit remarquer Samuel sans prendre la moindre pincette. « Mais après tout, si toi tu y es bien… Le reste n’est que futilité. » dit-il en haussant les épaules, s’enfonçant un peu plus dans le canapé.

Il aurait voulu le temps d'un instant partager bien plus que son sang, là assis sur ce canapé à scruter la profondeur du bleu de ses yeux. Oui, il aurait voulu avoir la clé d'accès de cette sœur qui lui semblait paradoxalement aussi éloignée qu'elle ne pouvait être proche de lui à l'instant T. Et tel un processeur que l'ingénieur souhaiterait faire fonctionner, son silence trahissait l'intégralité de sa réflexion pour acter le sens de sa réponse. Son objectif était unique : s'accorder un instant de complicité avec sa sœur comme à une époque qui lui semblait lointaine voire inexistante. Moment dont il s’était potentiellement privé en ne se rendant pas au repas de Noël. Absence que sa sœur ne manquait pas de lui rappeler en évoquant les traditions familiales qui restaient échangées depuis des dizaines d’années. Samuel roulait des yeux, soupirant, las par la remarque et surtout de l’image mentale de son père qui tentait de programmer les guirlandes. « Je lui avais dis de ne pas toucher le programme… Chaque année je lui répète qu’il a juste à débrancher du secteur l’appareil et de ne pas retirer la batterie du programmateur. Je ne sais pas dans quelle langue lui expliquer, mais ce n’est pas bien compliqué. » rajouta-t-il avant de tourner son regard vers sa sœur qui souriait. Samuel resta figé en apercevant cette scène, tentant de se souvenir de la dernière fois où il avait pu sourire ou rire avec cette dernière. Sa tête se baissa, observant le cuir de ses chaussures tandis que ses mains se liaient l’une à l’autre, trahissant sa nervosité. « Les guirlandes ce n’est pas le plus important du repas, tu le sais. C’est juste pour faire plaisir à maman qui devait râler après papa, William a dû observer la scène de loin, adossé à la porte tandis que Blake lui m’assassiner de message en tout genre et Mia devait boire son énième coupe de champagne tout en te soumettant à un interrogatoire non ? » lui demanda-t-il comme si la scène était ancrée dans le temps et dans un phénomène de reproduction incessant. Certes dans la scène, Samuel avait sa place, mais ce dernier l’avait abandonné volontairement sans avoir conscience que cela aurait pu se faire ressentir. Tout comme il pensait que l’exception de son absence ne créait pas la suspicion de sa fratrie.

C’était sans compter sur l’esprit rationnel et observateur de sa petite sœur. Ses questions posées attirèrent instantanément le regard de l’ingénieur vers Hayden, se mordant l’intérieure de la joue sans répondre pour l’instant à cette dernière. Il ne voulait pas fuir et il avait l’habitude de ne pas répondre aux attentes de sa famille. Pourtant c’était l’occasion rêvée pour ce dernier de s’ouvrir un peu à sa sœur. Occasion qu’il tentait de saisir mais qui était saupoudrée d’un mutisme que Samuel ne trouvait pas pesant de son côté. Il se contenta de se lever, s’excusant d’un signe de main pour passer par-dessus Hayden et s’approcher de sa valise. Il s’agenouilla, l’ouvrant tandis qu’il murmurait de façon à peine audible. « Avant que je n’oublie, j’ai ton cadeau dans mon sac… Alors non, ça c’est celui de Blake, la Mia… A voilà ! » dit-il en se redressant fier, tendant le paquet à Hayden, un léger sourire aux lèvres. « Je n’ai pas oublié les cadeaux tu vois… Mais j’avais beaucoup de colloques… C’est une période calme pour l’entreprise, et William avait décidé de fermer une semaine, donc je n’avais pas l’autorisation de franchir les portes de mon bureau, l’occasion de partir pour ces espèces de rassemblements d’ingénieurs ennuyeux… » admettait Samuel en se réinstallant aux côtés d’Hayden. « Alors oui, d’habitude je trouve un moyen Hayden… Mais là, j’étais épuisé… Je te promets que je n’étais pas en état… Si ce n’est de créer l’inquiétude de papa et maman… alors je préférais ne pas le faire mais a priori, le choix n’était pas bon. » dit Samuel d’un ton détaché. « Mais je suis content que toi, tu y étais. Ils devaient être heureux de te voir. Et William a dû voir que le message avait été correctement transmis » riait Samuel en se grattant la nuque tandis qu’il observait les réactions de sa sœur. Il était conscient que ses paroles n’étaient probablement qu’une demi-vérité. Et que sa sœur mettrait probablement le doigt dessus. Alors peut-être était-il encore temps de rectifier le tir. Samuel inspira longuement avant de soupirer. « Je ne sais pas Hayden. Cette année, je n’avais pas envie de fêter Noël. Parce que c’est toujours la même chose. Et que toi tu n’as pas subi tout ces repas quand tu étais à Londres. Et qu’il est temps aussi que je pense à moi, non ? Tu es bien placée pour le savoir ça. » lui fit-il remarquer sans noter la pointe de reproche qu’il lui avait échappé. Après tout, c’était peut-être pour cela en réalité qu’il était là : parce qu’Hayden pouvait le comprendre bien plus que lui-même ne se comprenait.


code by bat'phanie


Heaven only knows
by EXORDIUM.


Now I reach out - Siede#2 PqtYoNG
Now I reach out - Siede#2 JqRGmX9
Now I reach out - Siede#2 GSsIIit
Now I reach out - Siede#2 Cn4FJZV
Now I reach out - Siede#2 IUJCx06
Revenir en haut Aller en bas
Hayden Siede
Hayden Siede
la star des planches
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans, bien qu'elle préfère compter les années en réussites professionnelles plutôt qu'en temps qui passe.
SURNOM : Les comédiens qu'elle côtoie la surnomme Elphie, en référence au personnage de « Wicked » qu'elle ne désespère pas d'avoir la chance de jouer un jour.
STATUT : Célibataire. Elle vous dira qu'elle n'a pas le temps pour l'amour, et ça ne sera qu'un demi-mensonge.
MÉTIER : Comédienne de musicals. Sa carrière est l'un des piliers centraux de sa vie et rien (ou presque) ne pourrait l'en détourner. Depuis son retour temporaire à Brisbane, elle donne des cours de comédie aux recrues de la Northlight Company.
LOGEMENT : Bayside, plus précisément un appartement au numéro 547 de Wellington Street.
Now I reach out - Siede#2 Tumblr-502cfaa9a8819fb8e668861921dd6454-e16f0d8e-540
POSTS : 1605 POINTS : 2350

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Now I reach out - Siede#2 Mrcd
SIEDES and i’m on my way : i still remember these old country lanes, and i've not seen the roaring fields in so long. i know i've grown, but i can't wait to go home.

Now I reach out - Siede#2 Nifz
HAYMIE i've been sick and tired of running, chasing all of the flashing lights. these late nights don't mean nothing, so i just wanna apologize.

Now I reach out - Siede#2 Ys5g
KEYDEN ☾ it's been a while since the two of us talked, about a week since the day that you walked knowing things would never be the same, with your empty heart and mine full of pain.

Now I reach out - Siede#2 Tmux
HAYDREA you got a lotta nerve, to say you got a helping hand to lend : you just want to be on the side that's winning.


RPs EN ATTENTE :
clément ☾ jackson

RPs TERMINÉS :
PSEUDO : Daisy
AVATAR : Olivia Wilde
CRÉDITS : shiya (avatar) - mikaeled, P., bard-marley-of-laketown, P., hcrlevquinn (tumblr - gifs profil) - SIAL (code signature), ethereal (tumblr - icon signature), loonywaltz (ubs signature)
DC : /
INSCRIT LE : 23/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29805-hayden-it-s-strange-i-felt-less-lonely-when-i-didn-t-know-you https://www.30yearsstillyoung.com/t29905-hayden-careful-fear-and-dead-devotion https://www.30yearsstillyoung.com/t29909-hayden-siede

Now I reach out - Siede#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Now I reach out - Siede#2 Now I reach out - Siede#2 EmptyHier à 1:04



La tension qui émanait de l’ingénieur était palpable, et la comédienne ne pouvait s’empêcher de le fixer comme s’il allait s’effondrer devant ses yeux à tout moment. Hayden ne l’avait jamais vu dans un tel état de stress auparavant, et cette constatation commençait à l’effrayer quelque peu. A ses yeux, Samuel avait toujours été imperturbable, bien moins émotif que Mia ou qu’elle-même, d’ailleurs. Et pourtant, c’était bien lui qui se trouvait devant elle, les mains tremblantes, le verre descendu d’une traite, et la jeune femme était à deux doigts d’exprimer son inquiétude à voix haute quand il la prit de court en dissertant soudainement sur la décoration de l’appartement qui n’était visiblement pas à son goût. C’était du grand Samuel, mais Hayden n’était pas dupe : quelque chose clochait, et elle finirait par mettre le doigt sur le problème initial. « En général, quand on dit sans commentaires, on évite de faire des commentaires juste après. » La comédienne leva les yeux au ciel, mais le sourire amusé qui étirait ses lèvres ne trompait pas sur sa volonté de taquiner son grand-frère en entrant pleinement dans son jeu. « Je t’accorde que la décoration d’intérieure n’a pas fait partie de mes priorités, depuis que je suis revenue. Je te promets de faire des efforts pour la prochaine fois que tu viendras me rendre visite, si ça te perturbe tant que ça. » Elle haussa vaguement les épaules, se saisissant de son propre verre d’eau pour le boire à une allure acceptable, elle. L’agitation qui se dégageait du jeune homme menaçait de l’engloutir tout entière, et Hayden fut rassurée de constater qu’aborder le sujet habituel de leur famille semblait contribuer à dissiper quelque peu l’atmosphère pesante. « Il a essayé de faire de son mieux, Sam. Je crois que c’était un moyen de faire comme si tu étais là pour de bon, comme si tu avais contribué à la fête pour de vrai. » La comédienne détourna le regard, troublée par sa propre constatation. Quand elle prenait la peine d’y réfléchir et de s’y pencher sérieusement, il lui semblait comprendre la tristesse qu’avait pu ressentir ses parents, en prenant conscience que cette année encore, ils n’étaient pas parvenus à réunir l’ensemble de la fratrie. Elle décida de garder ce discernement pour elle seule, ne souhaitant pas perturber Samuel plus qu’il ne l’était déjà. « En tout cas, ta visualisation du moment est parfaite. Tu es sûr que tu n’as pas placé de caméras là-bas ? » Car après tout, s’il y avait bien un acte à la portée de l’ingénieur, c’était celui-ci.

Le malaise que provoqua les interrogations d’Hayden au sujet de l’absence de son frère ne passa par inaperçu, et la comédienne fut assurée d’une chose : l’ingénieur lui cachait quelque chose, et elle ne parvenait pas tout à fait à saisir quoi. Sa bouche s’ouvrit pour l’interroger, mais sa phrase mourut dans sa gorge tandis que Samuel lui tendait son cadeau de Noël délicatement emballé. La jeune femme ouvrit des yeux ronds, surprise une nouvelle fois de constater que malgré les milliers de kilomètres qui les avait séparés, il avait pris la peine de choisir un présent pour chacun d’entre eux. Songeant à son propre cadeau qui attendait l’ingénieur lorsqu’il accepterait de mettre un pied au domicile parental, Hayden posa brièvement sa main sur le bras de son frère, lui offrant un sourire aussi reconnaissant que précieux par sa rareté. « Je suis touchée, mais tu n’étais vraiment pas obligé de m’acheter quoique ce soit. » Elle concentra son attention à déballer consciencieusement le paquet, découvrant avec une surprise qui n’en fut pas tout à fait une le cadre photo numérique qui lui était destiné. A bien des égards, l’idée était parfaite, et Hayden compris le message sous-entendu qui l’accompagnait. Elle devinait parfaitement la multitude de photos de famille qu’elle allait découvrir une fois que l’appareil serait en route, comme un rappel permanent de ses racines. « Merci beaucoup, Sam. Ton cadeau est resté chez maman et papa, je ne m’attendais pas à te revoir de sitôt. » Et au fond, elle était heureuse que l’ingénieur ait fait mentir son instinct. Mais une fois encore, la pudeur de la comédienne l’obligea à garder ce détail pour elle.

Le discours de Samuel la laissa songeuse, tant tenir de tels propos lui ressemblait tout en s’éloignant de l’image qu’il essayait si fort de refléter aux yeux du reste du monde. La hiérarchie de la fratrie Siede était précise depuis toujours, et l’ingénieur ne s’était jamais aventuré à en différer auparavant. Il râlait souvent lorsque le rôle de grand frère l’incombait plus qu’à l’ordinaire, et Hayden savait pertinemment qu’il n’appréciait pas toujours que William le fasse de nouveau toucher terre lorsqu’il s’éloignait un peu trop du chemin qui lui était tracé. Pour autant, et s’il avait toujours été le membre de sa famille dont la comédienne se sentait le plus proche dans sa manière de fonctionner, l’idée qu’il puisse bousculer les codes établis n’avait jamais traversé son esprit. Samuel était définitivement un électron libre, et c’est qu’elle appréciait autant chez lui ; décider d’un peu plus penser à son bien-être sans toutefois renier celui de ses proches était pourtant inédit. Et Hayden se réjouissait de ce changement, bien qu’elle ne l’avouerait sans doute pas à voix haute. « Qui êtes-vous, monsieur ? Et qu’avez-vous fait de mon frère ? » La comédienne étira ses lèvres en un sourire purement sarcastique. « Théoriquement, tu t’es toujours débrouillé pour que je subisse la plupart des repas à distance. Mais je comprends ce que tu ressens, je suis passée par là il y a des années, déjà. » Hayden se garda bien de préciser qu’elle vivait toujours avec ce sentiment aujourd'hui. « Je ferais preuve d’hypocrisie, si je te reprochais de penser à toi, pour une fois. » Son sourire se fit plus doux, tandis qu’elle surveillait distraitement le démarrage de son cadeau flambant neuf. « On a qu’à passer un marché : tu as le droit d’être un peu égoïste, mais seulement quand ça ne signifie pas que je dois supporter seule les anecdotes de Blake. Tu es d’accord ? » Et juste comme ça, la comédienne fit un pas vers Samuel, bien qu’elle ne fût pas certaine qu’il en saisirait la nuance. C’était peu, bien sûr, mais c’était un début, et les débuts étaient un luxe qu’Hayden n’était plus en mesure de pouvoir sacrifier.



( one day i'll find my pace )
we rise, we fall, we weep, but when love's walking down my street i know that sound, i just forget my war.

Now I reach out - Siede#2 PqtYoNG
Now I reach out - Siede#2 MPTH1pS
Now I reach out - Siede#2 9p9VwN9
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Now I reach out - Siede#2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Now I reach out - Siede#2 Now I reach out - Siede#2 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Now I reach out - Siede#2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: logements
-