AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Fauteuil gaming CGM à 99€ ...
Voir le deal
99.99 €

 Dynamite is loyal to the one who lights the fuse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty
Message(#) Sujet: Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EmptyVen 15 Jan 2021, 04:14


Juin 2020 :

Je sais pas quel con a dit “Le chaos est rempli d'espoir parce qu'il annonce une renaissance” mais je l’attends ma renaissance et ceci depuis au moins trois horribles longs mois. Je ne sais pas ce que j’ai pu faire de mal plus jeune ou dans une autre vie mais on est pas loin de la culminance là. Non mais sérieusement, à chaque fois que je crois toucher le fond, il faut qu’il y ait un élément qui me contredise et me fasse plonger plus bas. Je sais pas jusqu’où je vais aller comme ça, mais à ce rythme je vais finir de l’autre côté de la terre d’ici quelques mois ou en enfer si cela existe. Mon esprit cartésien est mis en branle par les évènements. Preuve en est, avant-hier je m’en suis remis à Dieu à travers une séance de prière dans l'église. C’était la première fois que je me confessais à une puissance innommable car je n’avais plus de corde à mettre à mon arc. Certes j’ai été baptisé, j’ai fait ma communion et plusieurs cérémonies apostolique et le tutti cependant, jamais je ne me suis considéré comme véritablement pratiquant. A croire que Charlie est un catalyseur pour se rapprocher de la foi, d’abord mes prières pour le Tout-Puissant pour que nos enfants survivent à sa grossesse et maintenant ça. Dans 3 ans, je finis moine bénédictin dans un monastère à réclamer l'aumône. C’est peut-être la meilleure solution qui s’offre à moi puisqu’avec un peu de chance à la fin de ce procès de merde, je ne pourrais plus voir mes enfants. Je n’aurais plus à vivre dans le siècle et je devrais couper tous mes liens. La clôture du monastère se chargera de couper tous mes liens. Et puis j’ai déjà le prénom non ?
Mais qu’est-ce que je raconte moi, je ne la laisserai pas me voler Siobhan et Aaron. Ils ont trop besoin de moi et je n’ose pas imaginer toutes les calomnies qu’elle leur racontera ainsi que les obscénités qu’ils verront.

Ce procès obnubile mes pensées, le jour, la nuit, au travail, dans mes loisirs. Je passe chaque heure à vérifier si je n’ai pas reçu la prochaine convocation du juge craignant à tout moment l’instant fatidique et trop plausible de la perte du droit de voir mes enfants. J’ai plusieurs atouts dans mes manches mais j’hésite à les utiliser ne sachant pas quels effets ils auront à long terme. J’ai le sentiment qu’en les utilisant je sauterai dans un précipice avec un élastique qui pourrait à tout moment craquer. Néanmoins, si j’arrive à bien jouer mon coup, je suis presque certain de m’attirer les grâces d’un jugement -très- favorable. C’est uniquement cette perspective -et le café- qui me permet de tenir dans un quotidien semblable aux ardentes rives du Styx. Oui j’ai une passion pour la mythologie en ce moment, la faute des reportages du soir sur ABC lorsque des insomnies m’empêchent de dormir.

Toutefois, il manquait bien une cerise sur le gâteau à tout ce bazar et je ne sais pas pourquoi mais je me doutais que cela viendrait de Finn. J’ai été heureux d’entendre sa chouette histoire ce matin, arrivée totalement dans le cirage et bourré sur son lieu de travail. Well done boy. Je n’ai que cela de plus à gérer aujourd’hui et je m'ennuyais. J’ai demandé une faveur à Nath, un collègue, pour me remplacer le temps que j’aille régler un souci. Mais bon sang qu’est-ce qui a bien pu lui passer par la tête. C’est incroyable cette manie de s’autodétruire chez le rouquin. Je pars à sa recherche. J’essaye de me convaincre que c’est par héroïsme et altruisme, que je suis un super-héros du quotidien ou un truc du genre mais c’est purement par égoïsme et le tout relève d’une savante fuite en avant. Je suis de moins en moins concentré dans mon boulot et j'enchaîne les erreurs bénignes. Je n’arrive plus à supporter la pression, les bruits des appareils et tout le reste. Finn n’est finalement qu’une excuse qui permet à ma conscience de se satisfaire d’un affreux mensonge bien loin des pieuses apparences que je cherche à montrer.

Je le cherche et j’échoue plusieurs fois. Pas chez lui, pas à attendre impatiemment devant son bar favori qui n’est pas ouvert, le champs des possible se réduit au parc de Kangaroo point. Il est forcément là-bas, c’est impossible qu’il soit ailleurs. Je me répète cela plusieurs fois en boucle avec une pointe d’inquiétude. Peut-être qu’au fond je ne le connais pas aussi bien que je le crois et je me mets déjà à faire des hypothèses, plus foireuses les unes que les autres, alors même que j’ai pas encore eu de résultat. Presque finalement comme si je ne voulais pas le voir. Je ne sais pas ou plutôt, je ne sais plus. Cela fait combien de mois que notre amitié est en ballotage incertain ? Un, deux ou trois mois ? Peut-être plus. C’est quand la dernière fois que l’on a pris vraiment le temps de se parler ? Qu’on a véritablement fait un truc ensemble ?

J’atteins finalement le parc. Je cherche du regard autour de moi et commence à monter la côte. Mes yeux se baladent de banc en banc et s’attarde finalement sur les recoins où l’on avait l’habitude de se poser. Finalement, je finis par le trouver en train de contempler la vue en s’appuyant sur le sommet d’un muret de pierre donnant une vue imprenable sur l’immense fleuve Brisbane où circule divers bateaux. Le soleil derrière l’épaisse couche de nuage a déjà bien entamé son funeste destin journalier et l’obscurité gagnera bientôt du terrain. Je l’interpelle par un simple mot “Mec...”. Déjà je lance les hostilités. Ce simple mot je ne l’utilise que par mésestime pour alpaguer autrui. “... qu’est-ce que tu observes comme ça ?”. Une fois à sa hauteur je me place à droite en posant mes coudes sur le muret. Je ne daigne pas le regarder. “Tu sais si tu veux de l’attention, le lavage d’estomac me semble être une option intéressante mais un chouïa douloureuse.” Référence directe et plus ou moins explicite à son problème d’alcool et à ce traitement archaïque en cas de trop grandes ingestions de spiritueux. Cela me fait un peu rire, lui peut-être moins. Pas ouf comme entrée en la matière je concède. “Tu veux qu’on en parle ? Ou alors d’autres choses.” C’est pas question. Je veux qu’il me parle, qu’il me raconte pourquoi il en est arrivé là. Je suis abrupte et un tantinet en colère. Potentiellement blessant dans mon approche aussi. Je n’ai pas conscience à ce moment que j’allume la mèche d’une dynamite et que ma patience est à bout.

C’était pas jouasse au boulot aujourd’hui tu sais.

@Finnley Coverdale Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 873483867
Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 9OYzxwd ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : se reprendre en main est un emploi à plein temps, quoi qu’on en dise.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Tumblr_inline_oz56ixvaQo1rifr4k_540
POSTS : 8285 POINTS : 170

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de seize ans ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis plusieurs années, décide enfin de se reprendre en main fin 2021 ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. C3e90771ade808bd3b9d66a2ede8c0e8325ceadb
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sinn ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

(08/06)evelyn (2003)caitrionalara #2scarlett #2josephedge

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. M564Z138_o

RPs TERMINÉS : (2003) (evelyn) (2005) mattjill #3 (2016) cora #1 (2017) lydialoucynthialou #2vittoriocora #2 (2018) bryn #2lou #3bryn #3jackcora #3jamesonjill #1lonnielou #4cora #4kane (2019) charlieromyjill #2cora #5jeremiahdanika (2020) lou #5jill #4raelynlou #6jill #5lou #7 (2021) mollylara #1scarlett #1

RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)

ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevorluana
AVATAR : domhnall gleeson.
CRÉDITS : frenchandfurious (ava), harley (doggoooo), jcssiemeilimakesgifs (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin).
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty
Message(#) Sujet: Re: Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EmptyVen 05 Fév 2021, 02:38



@ENOCH ADELSON & FINNLEY COVERDALE ⊹⊹⊹ the horrors of sobriety leave me wondering what I’d see, If you left with me, It’s what ifs and maybes instead of inside jokes and memories, I really hoped you’d see.

La tristesse devrait être évidente. Tristesse de perdre son travail après plusieurs années de bons et loyaux service ; de perdre ce pourquoi il arrivait encore, il n’y a pas si longtemps, à se lever le matin, ce travail qui lui avait permis d’égayer son quotidien en faisant quelque chose qui, à défaut d’être un rêve de gosse, avait le mérite de ne pas être un cauchemar perpétuel à endurer. Perdre aussi l’aspect matériel et sécurisant de la chose ; et déjà la perspective de ne pas réussir à payer ses factures lui vient en tête, sans pour autant parvenir à lui faire aussi peur qu’elle ne le devrait.

La colère, quant à elle, pourrait être justifiée. La colère d’avoir eu l’impression de ne pas bénéficier d’une chance supplémentaire, alors qu’il en a eu pourtant des dizaines. Colère de voir ce quotidien brisé dans son élan, quand il avait l’impression que tout autour de lui commençait, doucement, à reprendre sens. Pourtant, ce sens ne l’avait pas convaincu de saisir sa chance, qu’il a volontairement laissé échapper – les raisons sont nombreuses, pourtant au moment de devoir se justifier, aucune ne s’échappe d’entre ses lèvres.

Le dégoût, bien sûr, apparaît sans tarder. Le dégoût de s’être ridiculisé de la sorte, sans pour autant que ce constat ne parvienne à remettre en question cette manière de vivre. La honte, surtout, qui l’enlace comme une vieille amie qui savoure sa présence entre ses bras desquels il n’ose s’échapper. Le doute, la peur, la mélancolie et tous ces sentiments qui accompagnent un tel changement, surtout lorsqu’il est aussi brutal (alors qu’il était pourtant prévisible depuis des semaines).

Parmi toutes les pensées, parmi toutes les émotions qui auraient dû traverser son esprit suite à cet avertissement duquel a résulté une mise à la porte pure et simple ; c’est finalement la plus évidente qui s’impose à lui.

Il a besoin d’un verre.

Certains diront qu’il en a toujours besoin, de toute évidence et qu’aujourd’hui n’est pas en mesure de faire exception à la règle. D’autres souligneront que la situation justifie l’envie – l’ivresse va généralement de pair avec un licenciement. Finnley, lui, ne fait plus la distinction entre les deux extrêmes ; ce besoin ne le quitte plus depuis des mois, s’immisçant en lui au point d’en devenir une extension de lui-même ; de laquelle il n’a plus l’impression de pouvoir se séparer. Elle est là, toujours, quand bien même il essaie de la réduire au silence sans lui offrir satisfaction ; et dans ces moment-là où elle crie encore plus fort, il cède encore plus facilement.

Et à mesure que ses pensées défilent, il a vraiment besoin d’un verre.

Les mots entendus plus tôt de la journée ne cessent de résonner ; et loin de le convaincre de résister à cette pulsion, ils ne font qu’accentuer la nécessité d’y céder. Il n’a plus grand-chose à perdre, dans le fond, Finnley ; et le bruit de ses pensées, accentué à la violence de son humiliation, ne font que le faire craquer un peu plus à mesure qu’il défile dans les rues de Brisbane à la recherche du premier lieu qui saura le bercer de l’illusion d’une ivresse passagère pour oublier des tourments bien ancrés. Oh, il sait que la solution n’est toujours qu’éphémère, mais ce sentiment, aussi momentané soit-il, vaut toujours mieux que cette continuité intolérable et qui lui est pourtant devenue si indissociable. Mais l’heure n’est pas suffisamment avancée pour cela et il ne peut que se contenter de bières de supermarché pour étancher sa soif, loin du bruit ambulant du quartier animé dans lequel il vit. Il ne devrait pas venir ici, il ne devrait pas se rendre à cet endroit auquel de bons souvenirs se rattachent pour s’abstenir de les entacher avec ceux qui ne cessent d’accompagner cette addiction qui prend de plus en plus de place dans sa vie, mais cela fait bien longtemps que Finnley n’est plus capable de se raisonner de la sorte. Les hauteurs de la ville ont toujours eu un aspect rassurant et plus que jamais, il en a besoin, Finn, tandis que du muret sur lequel il s’installe, il ne fait que contempler cette ville dans laquelle, finalement, il n’a jamais vraiment su trouver sa place. Il n’en est qu’à sa première bière, les effets ne justifient pas encore une telle mélancolie, pourtant elle est belle et bien présente. Il se surprend à se demander ce qui serait advenu de lui, de Bryn, s’ils étaient restés à Canberra. S’il était parvenu à s’opposer à Danielle quelques années plus tôt. Peut-être que les choses en seraient au même point ; peut-être que le simple fait de ne pas avoir à recommencer à zéro lui aurait évité ce sentiment de rancœur qui n’a jamais cessé de perdurer depuis et qui, sans pouvoir être tenu responsable de l’entier des conséquences, doit au moins accepter sa part de responsabilité.

Il sursaute légèrement lorsqu’une voix familière se fait entendre, mais sa surprise n’a d’égale que son agacement d’être confronté à elle aujourd’hui. « Rien. » Il rétorque à Enoch et comme souvent, il fait l’économie de mots, Finn. Son regard s’est fixé dans le vide, mais il ne voit rien devant lui, le rouquin, alors qu’Enoch l’oblige à sortir de sa torpeur, d’abandonner ces « et si » qui commençaient à se frayer un chemin dans son esprit, sans savoir s’il lui en veut pour son intervention salvatrice ou cette intrusion déplacée. « Hm hm. » Qu’il marmonne en dodelinant de la tête à la tentative d’humour d’Enoch, à moins qu’il s’agisse d’une critique déguisée, dans les deux cas, la réflexion ne lui plaît pas. « Il y a rien à dire. » Et tout à la fois, mais si Enoch vient jusqu’ici, il sait l’essentiel, Finn n’a ainsi pas besoin de répéter les faits avec ses mots et de les rendre ainsi concrets. « Tu veux qu’on en parle ? Ou alors d’autres choses. » Il reprend ses paroles sans pour autant lui adresser un regard, mais d’eux deux, Enoch est le plus légitime à parler, celui qui ne se cache pas derrière la facilité et les excuses pour souligner son mal-être, celui qui a des vraies raisons de le ressentir, surtout.


Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 8XKLS6S

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. MinG18P
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Leo10
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. HM7e7CT
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 0f0M9Ir
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. ZZBr7e1
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EaMJa4t
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. IDlrfYk
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. GhillXf

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty
Message(#) Sujet: Re: Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EmptySam 13 Fév 2021, 06:18


Dans l’histoire de ma vie compliquée, il fallait que Finnley en rajoute une couche. Ce n’est pas tant la crainte des retombées des conséquences de son virement sur ma personne qui m’agace que le fait qu’il soit en train de bousiller sa vie comme un demeuré qui m’agace. Je ne nie pas que mon orgueil est blessé, je l’ai aidé à avoir ce poste, je l’ai couvert à plusieurs reprises et le rouquin ne vient même pas m’annoncer lui-même qu’il a été viré. Non c’est visiblement plus marrant de me faire me lancer dans une chasse au trésor dans la ville pour le retrouver. Dans le registre des types qui n’assument pas leur acte, mon pote tape très fort et haut. Je sais pertinemment que c’est certainement la pire idée de chercher à le confronter là, maintenant mais je le fais quand même, désireux inconsciemment de vouloir dégager un problème de plus dans une vie qui ne cesse de se complexifier chaque jour. Je ne sais pas ce que je m’imagine. Peut-être que le secouer l’obligera à se remotiver. C’est brillant pour un papa en apprentissage mais rien à faire. Je fais taire ma raison dont le mur s’écroule sous le coup de ma rage. Je bouillonne. Par chance mes erreurs sur le lieu où il pourrait se trouver parviennent lentement mais sûrement à étouffer ma colère même si le phénomène n’est que partiel. Finalement je parviens à le retrouver dans son parc préféré. En approchant je vois bien que Finn est pensif puisqu’il n’accorde aucun crédit à ce qui l’entoure et de ce fait ne me voit pas arriver. Je ne suis absolument pas désolé de casser son moment de quiétude et je remarque bien que je le tire de sa torpeur du moment. Je le questionne sur ce qu’il observe et sa réponse me laisse de marbre. “Si tu observes rien, on va pouvoir parler alors.” Même si le rouquin observait quelque chose, on aurait causer. ça suffit les conneries un moment.

Suffisamment conscient que je me jette contre un mur alors que j’arrive à sa hauteur, même si dix centimètres nous séparent et que j’ai la curieuse impression qu’il a grandi depuis la dernière fois, je tente vaguement de l’humour qui ne cache pas moins une pique, à peine dissimulée de mon avis, à son égard. Sa réponse est attendue, prévisible, présumable et j’en passe. Le roux veut contourner le sujet et moi je ne veux pas lâcher l’affaire. Je reviens au pas de charge en indiquant que la journée a été bien pourrie au boulot. Finnley me rétorque une de mes paroles précédentes. “Hilarant”. Je lui jette un regard accusateur alors que j’insiste sur chaque syllabe. “Tu pourras dire que tu sais faire le Ara sur ton prochain CV au moins mais puisque tu poses la question oui on va en parler de cette journée.” Ma journée ayant été pourrie par sa faute la décrire serait parfait pour rentrer dans le vif du sujet et puisqu’il semble désireux de parler le moins possible, je ne vais pas me gêner le moins du monde. “Ma journée était presque normale,même bien, jusqu’à ce que j’apprenne qu’un des coursiers se fasse virer à cause de son ébriété sur son lieu de travail. Et il se trouve que ce type se trouve être mon ami.” Je pense que je ne pouvais pas mieux résumer la situation de mon point de vue. C’est tout aussi accusateur que je poursuis. “Non mais il se passe quoi en ce moment pour que tu décides de faire merde sur merde ? T’étais pas obligé de perdre ton job, que je t’ai aidé à obtenir, pour que je te remarque !” J’hésite même à dire amener sur un plateau d’argent mais je me retiens. Je vois bien qu’il essaye d’éviter mon regard, qu’il est fuyant. Je suppose même qu’il va encore tenter de fuir, comme d’habitude ses derniers temps même si j’ai en effet le tort de ne plus vraiment être présent pour lui depuis la naissance des jumeaux en Novembre. “Je te pose la question encore une fois. Qu’est-ce que tu as ? Tu sais très bien que je lâcherai rien. ” Parole que je regretterai et que bien vite je ne respecterai pas.


@Finnley Coverdale Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 873483867
Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 9OYzxwd ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : se reprendre en main est un emploi à plein temps, quoi qu’on en dise.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Tumblr_inline_oz56ixvaQo1rifr4k_540
POSTS : 8285 POINTS : 170

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de seize ans ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis plusieurs années, décide enfin de se reprendre en main fin 2021 ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. C3e90771ade808bd3b9d66a2ede8c0e8325ceadb
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sinn ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

(08/06)evelyn (2003)caitrionalara #2scarlett #2josephedge

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. M564Z138_o

RPs TERMINÉS : (2003) (evelyn) (2005) mattjill #3 (2016) cora #1 (2017) lydialoucynthialou #2vittoriocora #2 (2018) bryn #2lou #3bryn #3jackcora #3jamesonjill #1lonnielou #4cora #4kane (2019) charlieromyjill #2cora #5jeremiahdanika (2020) lou #5jill #4raelynlou #6jill #5lou #7 (2021) mollylara #1scarlett #1

RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)

ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevorluana
AVATAR : domhnall gleeson.
CRÉDITS : frenchandfurious (ava), harley (doggoooo), jcssiemeilimakesgifs (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin).
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty
Message(#) Sujet: Re: Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EmptyVen 26 Fév 2021, 05:50


On aurait pu croire que les regards de ses sœurs ou de sa petite amie auraient été les plus difficiles à supporter en ce jour peu glorieux ; pourtant c’est bien celui de son meilleur ami que Finnley n’avait aucune envie d’affronter dans de telles conditions. Il faut dire que celles-ci sont particulières dès lors qu’elles intègrent Enoch : c’est bien lui qui lui a trouvé cet emploi et si Finn a toujours (correction : pendant longtemps) mis un point d'honneur à être irréprochable, ce n’est pas uniquement par conscience professionnelle. Il y avait aussi la pression de ne pas décevoir son ami, pression qui, jusqu’à récemment, ne l’a jamais quitté, quoi qu’on puisse penser en vue des événements actuels. Il n’a jamais voulu décevoir Enoch, pas plus qu’il n’a envie de décevoir Bryn ou Lou ; mais il faut croire que l’appel d’un verre vaut plus que tous ses proches et que dans la balance des bonnes versus les mauvaises décisions, il est arrivé à un stade où ces dernières pèsent plus que les premières. Il ne sait pas vraiment à quel moment il a lâché prise, le rouquin, ni même s’il n’assume cette éventualité. Ce qu’il sait, par contre, c’est qu’il n’a aucune envie de sentir le regard de son ami sur lui et que sa présence, d’ordinaire plaisante, est une véritable contrainte en ce jour compliqué. Et même si le Adelson reste de marbre, Finn connaît suffisamment son ami pour savoir que son calme n’est qu’apparent ; il lui semble évident que les jugements le concernant ont déjà été scellés. “Si tu observes rien, on va pouvoir parler alors.” Ses yeux se lèvent naturellement au ciel à la réflexion de son ami ; le manque de délicatesse d’Enoch ne l’a jamais atteint parce qu’il possède le même. Le souci, c’est que leurs deux caractères ne sont pas faits pour s’opposer de la sorte, alors que c’est très exactement ce qui se prépare à cet instant. Malgré l’amitié sans faille d’Enoch, malgré toute l’affection que Finn peut avoir pour lui, il n’acceptera jamais de recevoir les coups sans se défendre – Enoch le sait et peut-être est-ce même la raison qui l’a convaincu d’aller au combat en premier lieu. Mais ce combat n’a aucun sens pour un Finnley qui, bien que redevable auprès d’Enoch pour l’avoir poussé dans cette voie-là estime que ce n’est pas pour autant qu’il doit lui rendre des comptes quant à ses agissements. Bien sûr, son discours est biaisé par le fait qu’il est celui qui revêt le mauvais rôle aujourd’hui et peut-être qu’il serait différent si les rôles étaient inversés. Pour l’heure, sa place est bien la sienne et celle d’Enoch serait – idéalement – très loin de cet endroit où il espérait se retrouver seul avec ses pensées.

Le ton provocateur d’Enoch appelle le sien, les dés sont jetés : cette conversation ne pourra pas bien se finir. “Hilarant”. Le ton est froid, le regard est lourd, le soupir qui s’échappe d’entre ses lèvres en réponse n’est pas feint. “Tu pourras dire que tu sais faire le Ara sur ton prochain CV au moins mais puisque tu poses la question oui on va en parler de cette journée.” Son regard est tout aussi froid que celui que son ami lui a adressé précédemment ; il veut jouer, ils vont jouer. « Hilarant. » Il rétorque, s’en fichant bien d’attiser la colère d’Enoch – est-ce que celui-ci a songé un seul instant à son ressenti avant de lancer les hostilités ? “Ma journée était presque normale, même bien, jusqu’à ce que j’apprenne qu’un des coursiers se fasse virer à cause de son ébriété sur son lieu de travail. Et il se trouve que ce type se trouve être mon ami.” Ses lèvres se pincent alors qu’il concède à accepter la frustration d’Enoch dans un premier temps, conscient que celui-ci a toute la légitimité d’être touché par la situation. « Quelle coïncidence. » Il serre les dents quand le terme ébriété est prononcé ; parce qu’il est encore peu accepté par le roux, même s’il traduit de la situation. Il y a des choses qu’il est préférable de ne pas voir et cette ébriété en fait partie. Ce n’en était pas vraiment une, d’ailleurs, selon lui, pas au sens strict du terme du moins. Il a fait quelques erreurs au cours des dernières semaines, mais jamais il n’a mis en danger qui que ce soit, jamais il ne l’a fait volontairement. C’était un malencontreux concours de circonstances, des restes de soirées animées qui ne visaient pas à impacter son quotidien au-delà des quelques heures qui leur sont réservées. Ces mêmes soirées où son ivresse ne dérange personne à sa propre exception ; autant qu’il ne comprend pas les regards aussi froids que celui qu’Enoch lui adresse à cet instant. N’évolue-t-il pas dans la même société que lui, où ces abus sont largement acceptés, presque valorisés ? Qui décide quand la ligne de non-retour a été atteinte et quelle est leur légitimité pour cela ? “Non mais il se passe quoi en ce moment pour que tu décides de faire merde sur merde ? T’étais pas obligé de perdre ton job, que je t’ai aidé à obtenir, pour que je te remarque !” Il fronce les sourcils, Finnley, tente de se raisonner en songeant à l’amitié qui l’unit à Enoch et qui ne justifie pas de la mettre en danger dans une situation explosive qui, si quelques heures passent, pourrait être désamorcée. “Je te pose la question encore une fois. Qu’est-ce que tu as ? Tu sais très bien que je lâcherai rien. ” Mais c’est la goutte de trop pour le rouquin ; est-ce qu’Enoch songe à tout ça, lui ? Il en doute. « Tu n’es pas le centre du monde, Enoch, navré de te décevoir. » Qu’il grince entre ses dents d’un ton ferme, son regard noir qui se pose sur le médecin. « Je sais que tu m’as aidé pour ce job, j’étais là. » Au cas où il en douterait, puisqu’a priori dans tout cela, il n’y a que lui-même qui puisse compter. « Désolé de t’avoir gâché ta journée, pour ce boulot que tu m’as obtenu, pour que tu me remarques. » Ses excuses pourraient être sincères dans d’autres circonstances, à cet instant elles ne le sont pas tandis qu’il accentue ses paroles. « La journée n’a pas été facile non plus de mon côté et la dernière chose dont j’ai besoin, c’est de lire ton jugement dans tes yeux autant que d’entendre tes reproches. » Il achève, le regard toujours aussi colérique, la voix toujours aussi ferme ; si Enoch veut rester son ami, c’est cette colline qu’il doit quitter.

@Enoch Adelson  Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 1001340119  


Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 8XKLS6S

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. MinG18P
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Leo10
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. HM7e7CT
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 0f0M9Ir
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. ZZBr7e1
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EaMJa4t
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. IDlrfYk
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. GhillXf

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty
Message(#) Sujet: Re: Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EmptyDim 02 Mai 2021, 03:05


Je suis agacé et dans le fond je ne sais même pas vraiment pourquoi. Peut-être plus ma propre responsabilité que par la sienne. Entendons nous bien, cette connerie il l’a fait seul, comme le grand idiot qu’il a toujours été. C’était notre point commun de nous saborder nous-même, jeu auquel on est très doué. Lui plus que moi par présomption d’orgueil je dirais. Cependant, je ne peux nier que cette chute, je l’ai vu venir. Non, plutôt que j’aurais dû la voir venir. Je le connais depuis longtemps et on a une manière identique d’agir, nos similitudes sur bien des sujets a de quoi rendre chèvre n’importe quel interlocuteur non-prévenu. Une infime partie de moi sait que je ne devrais pas être ici, qu’en enfonçant le clou c’est mes propres doigts que je vais écraser avec le marteau. Pourtant je me refuse à écouter la voix de la raison par facilité et frustration. Tu n’as pas le droit de me faire ça, pas maintenant, pas toi. Voilà ce qui résonne en moi. Je fais le choix de me bercer d’illusions en utilisant la manière forte pour le faire réagir, ce qui est similaire à lancer une noisette sur un iceberg pour le briser et autant dire qu’on est pas dans le bon univers pour que cela fonctionne.

Je suis le premier à lancer l'assaut, ma loquacité est emplit de verve et je grogne bien trop rapidement pour que quelque chose de constructif sorte de cet échange mais je m’en contrefous. Je pique le rouquin en le comparant à un Ara, quoique je me dis pauvre animal. « Hilarant. » « Tu sais ce qui est hilarant ?» Je laisse un faux suspens planer quelques secondes avant de faire état de ma journée hilarante, ou plutôt de ma moitié de journée. Mes mots rencontrent un mur et rien ne semble affecter plus que cela Finn. « Quelle coïncidence. » Ces réponses en un et deux mots me gonflent à un point innommable. Mais parleee bon sang, dis un truc intelligent. Je n’arrive pas à m’empêcher de prendre la parole pour continuer un réquisitoire qui déjà n’a plus de sens. Je ne veux pas supporter le silence. Et je ne m’arrête plus, jusqu’à être blessé.  « Tu n’es pas le centre du monde, Enoch, navré de te décevoir. » Si le silence est d’or, alors sa parole est faite d’argent et la lame vient toucher le point douloureux. J’ai bien compris que pour la plupart des gens que je côtoie je ne suis qu’une simple périphérie lointaine. Je bafouille sans arriver à reprendre la parole, alors que lui continue. Chacun son tour. « Je sais que tu m’as aidé pour ce job, j’étais là. »Je parviens à souffler un « Heureusement.»avant de reperdre aussitôt la parole. « Désolé de t’avoir gâché ta journée, pour ce boulot que tu m’as obtenu, pour que tu me remarques. » Et blablabla, je n’écoute plus, je ne veux plus. Tout ce qui m'intéresse désormais c’est de dire ce que j’ai à dire et d’apposer -écraser et tous ses synonymes- ma vision des choses sur la sienne.  « La journée n’a pas été facile non plus de mon côté et la dernière chose dont j’ai besoin, c’est de lire ton jugement dans tes yeux autant que d’entendre tes reproches. » Je ne peux m’empêcher de ricaner« Encore heureux que la journée n’ait pas été facile. Est-ce que tu comprends au moins ce que ça veut dire ? Je vivrais ça, se serait une claque et je me sentirais comme le dernier des abrutis. » Peut-être que c’est ce qu’il ressent mais visiblement je n’en ai rien à faire. A aucun instant je ne fais l’effort de me positionner à sa place alors que c’est peut-être ce qu’il ressent. Au lieu de cela, j’en rajoute une couche supplémentaire. « C’est presque hilarant que je ne te retrouve pas dans un bar à cette heure-ci. » Je tape là où c’est facile de taper, là où je suis sûr de faire mouche alors je continue, il prendra pour tous les autres : Charlie, les clients chiants, les gamins, mes parents…. Probablement car j’hypothèse trop facilement que notre amitié surmontera ça. Cela mais aussi le fait que malgré toutes mes faibles tentatives de prévention sur ses mauvaises habitudes j’ai été incapable de prévenir ce désastre et que déjà de la culpabilité me ronge, et que mon seul moyen de la dégager et qu’elle serve d’essence à ma colère innapropriée. « Au moins maintenant je sais pourquoi tout le monde s’éloigne de toi. » Et le sort en est jeté.


@”Finnley Coverdale” Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 1001340119
Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 9OYzxwd ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : se reprendre en main est un emploi à plein temps, quoi qu’on en dise.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Tumblr_inline_oz56ixvaQo1rifr4k_540
POSTS : 8285 POINTS : 170

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de seize ans ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis plusieurs années, décide enfin de se reprendre en main fin 2021 ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. C3e90771ade808bd3b9d66a2ede8c0e8325ceadb
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sinn ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

(08/06)evelyn (2003)caitrionalara #2scarlett #2josephedge

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. M564Z138_o

RPs TERMINÉS : (2003) (evelyn) (2005) mattjill #3 (2016) cora #1 (2017) lydialoucynthialou #2vittoriocora #2 (2018) bryn #2lou #3bryn #3jackcora #3jamesonjill #1lonnielou #4cora #4kane (2019) charlieromyjill #2cora #5jeremiahdanika (2020) lou #5jill #4raelynlou #6jill #5lou #7 (2021) mollylara #1scarlett #1

RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)

ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevorluana
AVATAR : domhnall gleeson.
CRÉDITS : frenchandfurious (ava), harley (doggoooo), jcssiemeilimakesgifs (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin).
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty
Message(#) Sujet: Re: Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EmptyVen 14 Mai 2021, 04:01


Il est le premier à apprécier le mauvais caractère d’Enoch, mais pas aujourd’hui, pas maintenant. Si Finnley est d’ordinaire doté d’une certaine patience, de quoi laisser présager qu’il en soit d’autant plus capable à l’égard de son ami, c’est pourtant tout l’inverse qui se met en place et chaque soupir et œillade appuyée d’Enoch ne fait qu’envenimer les choses. Une première bombe a explosé ce matin ; c’est tout le quotidien de Finn qui en est secoué même s’il ne prend pas encore la pleine conscience des conséquences de ses mauvaises décisions. Il aura tout le temps de voir venir, il aura tout le temps d’accepter, surtout, alors que c’est bien le problème. Il a conscience que ce qui s’est passé ce matin est impardonnable, mais l’admettre équivaut à admettre qu’il a un problème et pour ça, il est encore trop aveugle. Alors non, il n’a aucune envie qu’un second désastre vienne s’ajouter au premier sous la forme de tensions avec son meilleur ami qui pourrait donner lieu à l’échange de vérités douloureuses. Parce qu’il le sait, Finn, il le présage que c’est très exactement ce qu’il mérite depuis peu et qu’Enoch est le mieux placé pour se faire le porte-parole de la vertu alors qu’il est celui du vice de son côté et qu’aucun point de vue ne saurait s’écraser au profit de l’autre ; c’est le problème quand on connaît trop bien ses proches, on peut anticiper leurs actes. On peut anticiper l’impact aussi, de manière à rendre les dommages moins douloureux et pourtant à cet instant, aucun des deux amis ne semble vouloir faire cet effort. « Tu sais ce qui est hilarant ? » Le faux suspense ne donne lieu qu’à un regard qui se lève au ciel, alors qu’Enoch prépare de plus en plus le terrain du moralisateur qu’il n’a jamais été, alors pourquoi aujourd’hui ? S’il avait vraiment voulu ouvrir les yeux lui aussi, il l’aurait fait bien avant, bien avant que les conséquences ne soient désastreuses et qu’aucun retour en arrière ne soit possible. Il a deux responsables dans l’équation, qu’Enoch ne l’oublie pas. Ou du moins, il s’agit du ressenti d’un Finnley décidément trop mal à l’aise à l’idée d’admettre ses propres fautes et qui s’affaire donc à trouver d’autres responsables. Si Enoch veut le tenir responsable de la mauvaise journée qu’il vient de passer, il accepte donc de lui ouvrir la porte à ce qu’il le considère lui-aussi comme en partie responsable de l’enchaînement qui l’a mené jusqu’ici. Et bien que la mauvaise foi de Finn soit élevée, il est bien aidé par son meilleur ami qui ne manque pas de rapporter la situation, en partie, à lui. Alors comment se fait-il que le rouquin soit aussi agacé alors qu’il obtient très exactement ce qu’il recherchait ? Les contradictions et la mauvaise foi ne sont pas prêtes ne disparaître aujourd’hui. « Heureusement. » Finnley fronce les sourcils, s’interrogeant sur la manière dont il est supposé interpréter les propos de son ami. Est-ce qu’il vient de remettre en question jusqu’à la reconnaissance qu’il lui porte ? Et quand bien même il l’est, est-il supposé lui offrir sa gratitude éternelle jusqu’à ce qu’il ne pousse son dernier soupir ? C’est un peu exagéré même pour un Finnley à cheval sur la loyauté et les principes. Il n’a jamais forcé Enoch à lui trouver cet emploi même s’il a toujours apprécié ce coup de pouce et qu’il n’a jamais manqué de le faire savoir. De là à insister en considérant qu’il lui est redevable jusqu’à son attitude, c’est une autre histoire – bien qu’il soit conscient d’avoir potentiellement mis Enoch dans l’embarras et que cela contribue grandement à son niveau de honte proportionnel à la colère qu’il crache au visage d’Enoch. « Encore heureux que la journée n’ait pas été facile. Est-ce que tu comprends au moins ce que ça veut dire ? Je vivrais ça, ce serait une claque et je me sentirais comme le dernier des abrutis. » Et s’il tentait de se raisonner en songeant à cette dernière vérité quant à la mauvaise posture dans lequel il a plu placer Enoch, c’est désormais oublié alors que ce dernier ne se met pas un seul instant à sa place. Bien sûr que Finn se sent comme le dernier des abrutis d’avoir gâché sa chance et d’avoir perdu le seul travail qui lui ait toujours donné envie de se lever le matin. Là-encore, est-il utile d’insister là-dedans ? Il n’en est pas certain. « Continue comme ça et c’est une claque au sens premier du terme que tu vas recevoir. » Il ne mesure plus ses mots, Finn, alors que le plus jeune enchaîne. « C’est presque hilarant que je ne te retrouve pas dans un bar à cette heure-ci. » Cette fois-ci, c’en est trop alors qu’il quitte le muret sur lequel il était assis, se levant pour faire face à un Enoch qui a appelé la confrontation – qu’il l’assume, désormais. « Tu vois quand tu veux, tu es capable de dire les choses. » À ses attaques, il préfère répondre par de l’ironie ; parce qu’il se sait trop franc, Finn, qu’il sait que c’est très exactement ce qui a mis à mal sa relation avec ses sœurs et avec tant d’autres et qu’il tente pitoyablement de se remettre en question sur un aspect qui est pourtant le dernier dont il devrait se préoccuper.« Au moins maintenant je sais pourquoi tout le monde s’éloigne de toi. » Ses yeux s’écarquillent un bref instant sous la surprise ; jamais il n’aurait cru qu’Enoch serait capable d’aller aussi loin. Qu’il lui en veuille quant à la perte de son travail, quant à ses mauvaises habitudes, il aurait pu comprendre, mais il vient de franchir un seuil duquel il ne reviendra pas ; autant que Finn ne reviendra plus en arrière alors qu’il se décide à faire tomber ses barrières tout comme Enoch vient de le faire. Il veut de la franchise ? Il en aura. « Va te faire foutre, Enoch. » Il ne peut pas faire plus direct et sincère que cela, alors que son regard noir ne quitte pas celui de son ami, qui n’a désormais ce statut que par habitude. « Je me suis jamais permis de te juger quand t’as engrossé la première cinglée qui passait, alors viens pas me juger sur mes mauvais choix. » Il est loin de pouvoir se le permettre et s’il veut attaquer sur les sujets qui fâchent, il s’en prend à la mauvaise personne. C’est le souci avec les meilleurs amis ; ils sont d’un grand soutien quand tout s’effondre. Et s’ils perdent leur statut d’intouchable, ils n’hésitent pas à apporter leur aide pour s’assurer que rien ne puisse être reconstruit sans eux.

@Enoch Adelson :l:


Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 8XKLS6S

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. MinG18P
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Leo10
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. HM7e7CT
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 0f0M9Ir
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. ZZBr7e1
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EaMJa4t
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. IDlrfYk
Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. GhillXf

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty
Message(#) Sujet: Re: Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. EmptyDim 11 Juil 2021, 08:11


J’enfonce des portes ouvertes car c’est plus facile de faire ainsi que de se poser en se demandant comment une telle situation a pu arriver et comment je n’ai pas pu la prévenir. Une partie de ma colère est dirigée contre Finn, et ce qu’il a fait, c’est vrai. Cependant le principal de cette rage inhabituelle qui bouillone en moi ne provient pas directement de l’action de mon ami mais plutôt du sentiment de ne pas parvenir à contrôler ma vie et ce qui l’entoure. Cette incapacité permanente à ne pas réussir à fixer les liens qui me sont importants alors que j’ai de plus en plus le sentiment que le monde s'effondre sur moi, certainement à cause d’un orgueil proéminent qui ne cesse d’être mutilé et sous le coup des diverses infections ne cesse de croître. C’est ce même orgueil présentement qui m’empêche de voir que j’agis comme le dernier des connards, et au lieu d’aider à élever le rouquin je ne fais que le mettre plus bas que terre, en espérant peut-être que cette catharsis de courte durée me fasse me sentir mieux. Le souci du placebo, c’est que quand on a un vrai souci ça ne sert à rien, et parfois pire, ça ne fait qu’empirer les choses. Et quand deux débiles s'écharpent, rien de bon ne peut ressortir, cela revient à rentrer de la manière la plus brutale qui soit dans un mur. Néanmoins je refuse de le voir, c’est plus facile d’ignorer la raison pour se laisser aller à l’émotion. Finalement Finn n’est qu’un prétexte pour laisser place à une fougue qui n’aurait d’ordinaire rien eu à faire ici. Et parce que je pense que c’est Finn, je m’imagine qu’il passera l’éponge sur mon éclat de conduite et qu’après une semaine tout redeviendrait comme avant. Le futur me dira le contraire.  

« Continue comme ça et c’est une claque au sens premier du terme que tu vas recevoir. » « Ohhh, c’est une promesse que tu tiendras cette fois ? » Évidemment que non, il n’est capable de rien tenir, il passe son temps à fuir et faire comme si de rien était. Et ce que tu auras ce putain de courage pour une fois dans ta vie. Laissez-moi rire. Je le cherche et je suis dans une surenchère de provocation pour combler cette nécessité d’attirer absolument toute son attention. Comme le ferait un ado. Je me fiche bien de l’image que je peux lui renvoyer à lui ou au reste du monde. Je me fiche des conséquences que peuvent avoir mes paroles. Je me fiche finalement de tout. Visiblement je touche ma cible, il descend de son perchoir. Renard perché sur son arbre a finalement lâché son fromage au corbeau, belle revanche. « Tu vois quand tu veux, tu es capable de dire les choses. » « Ohh tu veux jouer à ce petit jeu-là ? Je vais te donner le fond de ma pensée. » Un jeu, oui, c’est ainsi que je vois la situation. Esprit stérile. Les mots dépassent la pensée et ne suivent plus qu’une ambition : mordre de froideur mon antagoniste. Chaque mot que je prononce m’éloigne de lui mais je refuse d’en prendre conscience. Je préfère continuer à tordre la vérité et à tout exagérer afin de m’assurer dans ma petite cervelle que j’ai le beau rôle, celui du chevalier blanc pourfendant le démon. Le manichéisme sert après tout à ça, éviter de réfléchir.

Je lui balance de but en blanc que j’ai la réponse au pourquoi tout le monde s’éloigne de lui et encore une fois visiblement je fais mouche alors que rien ne justifierait jamais une attaque d’une telle ampleur. Encore une fois, la seule explication à ce qui se passe est la facilité. « Va te faire foutre, Enoch. » Autant dire que ça m’en touche une sans me faire bouger l’autre. « Je me suis jamais permis de te juger quand t’as engrossé la première cinglée qui passait, alors viens pas me juger sur mes mauvais choix. » C’est douloureux et c’est un juste retour de flamme. « Visiblement t’en pensait pas moins toi non plus. » J’ai besoin de sortir une phrase, aussi bateau soit-elle pour avoir le sentiment de dominer cette conversation, notre conversation. Il me faut pas longtemps pour trouver la contre-réplique parfaitement adéquate pour la situation, comme quoi je suis plus doué pour foutre en l’air que sauver les apparences. « Au moins cette cinglée me laisse voir ma progéniture. T’en es où toi niveau familial ?» Je sais que je vais sur un terrain infiniment miné et que l’irréparable, s’il n’avait pas déjà atteint le serait.  « Ah oui c’est vrai une fratrie totalement inexistante et une mère taularde. Les chiens font pas des chats. » Le souci quand on est suffisamment proche de quelqu’un, que ce soit de l’amour, le lien familial ou de l’amitié, c’est que l’on apprend à connaître ses forces et vulnérabilités, et que quand les choses dérapent et qu’on a le potentiel d’être une ordure -aka moi présentement-, on n’hésite pas à pourfendre là où ça fait mal.  

@Finnley Coverdale :l:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty
Message(#) Sujet: Re: Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Dynamite is loyal to the one who lights the fuse. Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Dynamite is loyal to the one who lights the fuse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: nouer des contacts :: mémoire du passé
-