AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-31%
Le deal à ne pas rater :
Resident Evil VIllage sur PS5 [Précommande]
48.51 € 69.99 €
Voir le deal

 Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit (Pv. Louisa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alan Sullivan
•
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans
SURNOM : Sulli
STATUT : Célibataire et solitaire
MÉTIER : Vivant... Ou presque.
LOGEMENT : Chez toi pour la nuit, peut-être ?
Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) 1ga0
POSTS : 247 POINTS : 135

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : N'oubliez pas de m'arroser
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Les abattus (Ft. Louisa)
Les vieux amis (Ft. Archie)
Les têtes brûlées (Ft. Sara)
Les rescapés (Ft. Stacey)
L'innatendue (Ft. Ally)
Les mélomanes (Ft. helena)
La deuxième famille (Ft. Mila)
Les compères (Ft Link)
Les arosés

RPs TERMINÉS :
Les Paumés (Ft. Peter)

AVATAR : Charlie Rowe
CRÉDITS : (Sial)
DC : *
PSEUDO : Mardy
INSCRIT LE : 20/01/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t36359-alan-sullivan-i-ain-t-nice https://www.30yearsstillyoung.com/t36392-alan-sullivan-gueule-d-ange-tout-le-temps-desolee

Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) Empty
Message(#) Sujet: Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit (Pv. Louisa) Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) EmptySam 23 Jan 2021, 15:58







« Let me never fall into the vulgar mistake of dreaming that I am persecuted whenever I am contradicted. » Ralph Waldo Emerson




Spoiler:
 

Lentement, je relis la phrase. Je pose le recueil, soufflant, abasourdi. Persécuté, Contredis... N'est-ce-pas pas la même chose mon bon Ralphy ? Allongé dans le canapé, je pose mes mains sur mon ventre et regarde sur le plafond, les ombres accidentelles des lampes du salon. J'ai rejeté les mots mais ils me trottent en tête. Of dreaming that I am persecuted. Un goût de culpabilité s'installe au creux de mon ventre et je sens que cette phrase pèse plus lourd en moi que je ne n'oserais jamais l'admettre. Je souffle comme si l'air expiré de mes poumons allait avec lui, emporter les mots et les émotions. Navré de reconnaître que je suis plus sensible à l'auto-accusation qu'avant. Je me relève et secoue la tête pour chasser mon trop plein de pensée.

Dans le miroir, je croise mon reflet, mes cheveux en batailles et mes yeux fatigués. Pieds nus, mon pantalon lâche et noir et mon t-shirt de la même couleur qui repose simplement sur mes épaules et laisse apparaître mes bras nus... Je manque d'exercice. Je prends en main mon collier qui repose sur mon torse, une pierre bleue tachetée d'or attachée à un fil noir. Un lapis Lazuli qu'un être autrefois cher m'a donné et que je ne quitte plus.

Mon hôte absent, je me nourris de silence et de solitude, je cicatrise, comme la mer entres deux marées. Mais mon repos est de courte durée. Quelqu'un sonne. Je m'attends à le congédier, très peu de personnes savent que je suis ici, ce n'est sans doute pas pour moi.

J'ouvre la porte. Je me rappelle avoir donné mon adresse à quelques personnes. Dont Louisa. Elle n'a pas changé, même si on ne s'est pas vus depuis quelques temps déjà. Je la regarde de haut en bas. Ses yeux tout aussi fatigués que les miens, son sourire à demi assumé et la bouteille de gin dans la main me disent immédiatement ce que j'ai besoin de savoir. Je lui souris, relâchant mes muscles, m'appuyant sur la porte avec mon bras. « Entre. » lui dis-je sans plus de manières en m'écartant un peu, un signe de tête vers le salon. Elle entre. Je referme doucement la porte derrière nous. Je suis content de la voir. J'entre dans le salon dans lequel elle s'est déjà installée sans m'attendre, je jette un coup d'oeil à la pièce. Je repars dans la cuisine, chercher des verres et un cendrier. « ça va ma Lou ? » je demande à travers les murs. Je reviens sur mes pas et pose sur la table basse deux verres que je tiens d'une seule main d'un geste décontracté. De l'autre je pose un cendrier qui peut-être ne servira pas ce soir. Mais on ne sait jamais. Je jette mon regard charbon dans le sien. Le courant d'air qui file de la fenêtre à la chambre adoucit un peu la chaleur de la nuit. Et l'ambiance tamisée du salon donne à la pièce un air de cocon rassurant. Je l'avais déjà pensé, la première fois que je suis venu ici. Pour autant, je devine que ce n'est pas moi qui allait me livrer ce soir. Quelque part, ça me rassure. Je préfère de loin écouter. C'est plus facile, les problèmes des autres. Je lui souris sincèrement. Debout devant elle, entres nous la table basse, j'attends qu'elle me raconte. « Quel mauvais vent t’amène ? » Car c'était vrai, nous avions pris l'habitude de nous voir lorsque nous étions au plus mal. C'est peut-être ça les véritables amitiés, après tout. Celles dont on a besoin lorsque la vie nous abandonne et que le taedium vitae nous mord le coeur.


@Louisa Fleming  :l:  




Icarus
Les hobereaux du domaine des idées demeurent perplexes devant les graffiti des vagabonds de la pensée. (Prévert)



Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) YtxTUla
Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) XKfvTO3
Revenir en haut Aller en bas
Louisa Fleming
Louisa Fleming
l'aigle guerrier
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 30 ans (26.07.1990)
SURNOM : Lou, Loupie, Aquilla
STATUT : Célibataire qui n'arrive pas à oublier son ex
MÉTIER : Lieutenant et Pilote de chasse dans la RAAF
LOGEMENT : Spring Hill, un appartement qu'elle partage avec Itziar et Anastasia et qui appartient à Auden Willams, le peintre brillant de ses mains, mais pas d'esprit.
Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) E6e8e69d8f9ae17ecb9e3579251a626c
POSTS : 1118 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Née à Brisbane, Fille d'un médecin canadien et d'une infirmière australienne + a passée toutes ses vacances au Canada depuis qu'elle a 6 ans + pilote de chasse dans la RAAF + homosexuelle assumée + amoureuse de sensations fortes, sportive et débrouillarde
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : Auden #1Grace #2Solas #1
RPs TERMINÉS : Cian #1Yelahiah #1Anastasia #1Louppy #1Ariane #1Caroline #1Cian #2Bailey #1Sage #1Jill #1 (FB)Ginny #1 ○ ○ Liam #1Jillou #2Eagle #1 Arisa #1Danika #1Itziar #1 & Ana #2Bailey #2Ginny #2Shiloh #1Mia #1Peter #1Jax #1Grace #1Maze #1 (Zombie)Anastasia #3Danika #2Lexie #1Shiloh #2Alan #1
AVATAR : Nathalie Emmanuel
CRÉDITS : Avatar: black arrow ♥
DC : Tom, Clément & Martin
PSEUDO : Sundae
INSCRIT LE : 15/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30420-louisa-put-your-hands-into-the-fire https://www.30yearsstillyoung.com/t30863-thomas-o-clement-o-martin-o-louisa https://www.30yearsstillyoung.com/t32943-louisa-fleming https://www.30yearsstillyoung.com/t30604-louisa-fleming

Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) Empty
Message(#) Sujet: Re: Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit (Pv. Louisa) Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) EmptyMer 27 Jan 2021, 20:16




Lorsque ça ne va pas, il y a seulement deux personnes chez qui je peux sonner : Peter ou Alan. Le premier étant occupé, j'ai décidé que ce soir ce sera chez le second que je passerais la nuit. Nous nous sommes rencontré il y a quelques années de cela, dans un bar où il a crut qu'il pourrait avoir une chance avec moi. J'avoue que pendant une bonne heure je me suis laisser faire, essuyant toutes les phrases de dragues possible avant que je ne décide d'abrèger les souffrance du garçon : non, il n'y aura jamais rien entre nous. Et pour le lui prouver, j'ai roulé une pelle à la fille qui l'accompagnais et je suis partie. Ça aurait pu se finir là, mais le destin a décidé que nos chemin étaient voués à se croiser encore et encore. Et c'est, au bout de la troisième rencontre inopinée que nous avons décidé qu'il était grand temps pour nous d'accepter la fatalité que nous offrait cette vie et de devenir amis.

Alan, c'est la définition même d'un chaotique neutre. Il agit comme bon lui semble, il est, avant tout, un individualiste et accorde une immense valeur à sa liberté. Détestant les restriction, il accorde une immense valeur à sa liberté et remet en cause la tradition. Alan, il peut être parfois imprévisible, mais son comportement n'est jamais totalement aléatoire Qu'il exerce une telle liberté, choisir de faire le bien ou le mal n'a pas d'importance. Après tout, la vie elle-même est la loi et l'ordre, la mort est donc une fin souhaitable. Par conséquent, la vie ne peut être justifiée qu'en tant qu'outil par lequel l'ordre est combattu et, à la fin, elle aussi passera à l'entropie. Nous avons beaucoup de similitude dans nos façons d'agir et nos façon d'être. C'est finalement sans doute pour cela que nous nous entendant aussi bien et qu'Alan fait parti de ces être humains que je chéri le plus.

Ainsi donc, je me retrouve sans hésitation devant la porte de l'appartement dans lequel il réside, pour le moment, bouteille de gin en main, angoisse sur les épaules et peine dans le cœur. Lorsqu'il ouvre la porte et qu'il me fait face, je l'observe et il nous suffit d'un seul regard pour se comprendre. Un simple mot suffit pour qu'il m'indique d'entrer et je prends, machinalement, le chemin vers le salon tandis que lui disparaît dans la cuisine avant de me rejoindre avec deux verres. Ouvrant la bouteille, je remplis les verres, en attrape un et en prend une longue gorgé, souriant doucement. Alan, il ne s'embête pas avec des futilités, il n'est pas du genre à me demander si je vais bien alors que clairement il sait que je ne vais pas bien. Sa demande « quel mauvais vent m'emmène » me fait doucement sourire.

 « Celui du chaos» dis-je en hochant doucement la tête  «Celui qui t'embarque au loin et qui te noie dans un torrent d'émotions incrontrolable » je secoue la tête et reprend une gorgé  «Je suis trop bonne et trop conne » je grimace et fini mon verre  « J'ai recouchée avec mon ex.» déclarais-je finalement en ouvrant à nouveau la bouteille dans le but de me resservir  «J'ai envie de me casser. Loin d'ici, loin de cette ville de merde et laisser toute ma vie derrière moi »

@Alan Sullivan


Into the Danger Zone
Listen to her howlin' roar. Metal under tension beggin' you to touch and go.  Spreadin' out her wings tonight she got you jumpin' off the deck and shovin' into overdrive


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alan Sullivan
•
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans
SURNOM : Sulli
STATUT : Célibataire et solitaire
MÉTIER : Vivant... Ou presque.
LOGEMENT : Chez toi pour la nuit, peut-être ?
Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) 1ga0
POSTS : 247 POINTS : 135

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : N'oubliez pas de m'arroser
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Les abattus (Ft. Louisa)
Les vieux amis (Ft. Archie)
Les têtes brûlées (Ft. Sara)
Les rescapés (Ft. Stacey)
L'innatendue (Ft. Ally)
Les mélomanes (Ft. helena)
La deuxième famille (Ft. Mila)
Les compères (Ft Link)
Les arosés

RPs TERMINÉS :
Les Paumés (Ft. Peter)

AVATAR : Charlie Rowe
CRÉDITS : (Sial)
DC : *
PSEUDO : Mardy
INSCRIT LE : 20/01/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t36359-alan-sullivan-i-ain-t-nice https://www.30yearsstillyoung.com/t36392-alan-sullivan-gueule-d-ange-tout-le-temps-desolee

Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) Empty
Message(#) Sujet: Re: Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit (Pv. Louisa) Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) EmptySam 27 Mar 2021, 01:57



Les mots de mon amie ont à peine le temps de heurter mon tympan qu'ils m'éveillent de tous mes sens. « Attends, attends... t'as recouché... Te casser où ? » Je secoue la tête, un sourire déconcerté aux lèvres. C'est vrai qu'elle est impulsive ma Louisa. Plus que moi, peut-être ? Je choisis de prendre le verre sans hôte sur la table et je le porte à mes lèvres. J'hésite. Je réécoute ce que je viens d'entendre, un rire nerveux m'échappe. Je bois une gorgée, une grande, puis une deuxième. J'enjambe la table basse et je viens m'asseoir au pied du canapé sur lequel est assit Louisa, les bras sur les coussins et la tête tournée vers la jeune femme en perdition. « Reprends depuis le début Lou... Qu'est-ce qui t'as pris ? »

Bien que n'étant pas naturellement penché vers les commérages et bien que les discussions sur l'oreiller ont tendance à m'impatienter d'égoïsme, c'était différent avec elle. Avec elle, elle pouvait me raconter sa vie entière, le moindre détail, la moindre pensée qu'elle avait sur tel ou tel et je buvais ses paroles comme une véritable gossip girl dans une série américaine qui s'agitait à la moindre révélation sentimentale. Peut-être parce que je ne cherchais pas à la draguer, Lou, et peut-être parce que c'était plus facile avec elle. Elle était d'un naturel à tout épreuve et jamais personne ne pouvait l'accuser de fausseté. Si Louisa Fleming t'insultait, c'est que tu l'avais mérité. « N'y-a-t-il pas assez de poisson dans l'océan ? » je continuais outré par la nouvelle. « Et c'est quoi cette histoire de te casser, te casser où ? Tu adores l'Australie ! »

Je sens les couleurs de l'amer trahison envahir mes entrailles. Je ne sais pas pourquoi ça me tient autant à cœur. Peut-être que je comptais sur Lou pour ponctuer ma vie aussi longtemps que possible, peut-être que de n'avoir aucune ex avec qui recoucher au point de me faire quitter la ville me rendait atrocement jaloux. Moi aussi j'avais envie de dramaturgie dans ma vie, de pathos ! Encore une fois mes pensées dérivent vers mon ego. Encore une fois, je me dirige vers ma chute. Je retourne mon attention sur le verre que je sirote, puis sur Louisa.
Elle a l'air perdue, blessée. Je me demande ce que ça peut faire d'être blessé de cette manière. Sans en rajouter. Son regard dans le vide m'indique qu'elle pense et moi, je me contente de la regarder, là, comme ça. J'attends des explications. « Qu'est-ce qui a bien pu se passer pour que tu plaques tout comme ça ? » dis-je en jouant nerveusement avec le cristal dans ma main. Le liquide translucide glisse d'un côté à l'autre de son petit monde et les marées que créer l'odeur du gin en moi m'écoeurent presque. « Tu as bien fait de venir me voir. » je marmonne cette fois, sans même desserrer mes dents. C'est vrai. J'aurais eu le cœur brisé de la savoir partie sur un coup de tête sans même me dire au revoir.

@Louisa Fleming  :l:  




Icarus
Les hobereaux du domaine des idées demeurent perplexes devant les graffiti des vagabonds de la pensée. (Prévert)



Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) YtxTUla
Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) XKfvTO3
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) Empty
Message(#) Sujet: Re: Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit (Pv. Louisa) Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit  (Pv. Louisa) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Et on se cassera la voix à gueuler qu'on y croit (Pv. Louisa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: logements
-