AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-16%
Le deal à ne pas rater :
Promotion sur le kit d’entretien K&N pour filtre à air voiture et ...
15.37 € 18.40 €
Voir le deal

 i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacob Copeland
Jacob Copeland
la machine à pets
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans. (13/11)
SURNOM : Jake pour les intimes, monsieur Copeland pour les autres.
STATUT : séparé depuis janvier. il a développé une certaine forme d'amour pour la bouteille, depuis.
MÉTIER : patron de copeland estate (agences immobilières), mis de côté pour le moment. rester à la maison semble être la meilleure chose à faire.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. il rêve de nouveaux horizons, de s’en aller de cette maison.
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Tumblr_inline_qp8wtjkrpw1qihypk_500
POSTS : 2707 POINTS : 5160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : né à new york, vit à brisbane depuis qu’il est bambin › en couple depuis quinze ans, marié depuis cinq, en perdition depuis – presque – trois › père endeuillé, empli de culpabilité : elle est décédée dans un accident de voiture où il était le conducteur › vivait déjà pour son travail, encore plus depuis ces événements.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Mrc0bcHg_olivake #5 & #7 when the world was ending, we'd hold on to the past 'cause it's all we thought that we would ever see. but then sun came right back and the birds sang as if nothing had happened. and it's alright, it's okay, we will get another day to begin again. i don't know how, i don't know why but i know that i will try to begin again, to begin, to live and love and breathe again

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Ee61282ebb5da8af6ea9548228455dc49fbcef31woodland #1 & #2 & #3 when the water's just too deep, getting chased by the shark. when the pressure's just too much and you feel it in your heart. i'll come for you, you know that i'll save you

byron#4sawyeramos#2adèle#2joachimrosalieJ clublaurelpeteasherjordon#7anaalma#2danikamaysawyer#2adèle#3alfiebyron#5isaac
(FBs) yasmine#2marius#2
(UAs) livakealmamay#2

RPs TERMINÉS : i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Tumblr_ohid67DlIa1r63q61o8_400junerosa  we have had the time of our lives, and i will not forget the faces left behind. it's hard to walk away from the best of days, but if it has to end, i'm glad you have been my friend in the time of our lives
AVATAR : justin hartley.
CRÉDITS : velarya (ava), astra (signa), loonywaltz (ub), olivia (crackship), harley (gifs).
DC : rudy gutiérrez & craig silva.
PSEUDO : beaulafolie.
INSCRIT LE : 10/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30309-garde-le-sourire-plus-rien-n-est-grave-jacob https://www.30yearsstillyoung.com/t37410-jacob-nos-desirs-font-desordre https://www.30yearsstillyoung.com/t33208-jacob-copeland#1468072

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Empty
Message(#) Sujet: i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) EmptyDim 7 Fév 2021 - 15:48



Jacob est arrivé sur le chantier à l’aube. La veille, il a reçu un appel de l’un de ses ouvriers qui lui demandait de venir y jeter un coup d’œil, il avait absolument besoin de son avis sur quelque chose. C’est quelque chose qui a toujours fait marrer l’agent, ça ; quand on lui demande un avis sur un sujet qu’il ne maîtrise pas. Il ne sait pas construire un mur droit, ni relier deux fils ensembles et il a du mal à avoir des coups de pinceau réguliers. Même si ses agences gèrent les travaux de maisons et d’appartements, il n’a pas le centième du talent de n’importe lequel de ses employés. Et pourtant, il arrive parfois que l’un d’entre eux le réclame sur le chantier, parfois pour un gros problème, d’autres fois pour de petits détails. Mais Jacob est de ceux qui disent que le diable se cache dans les détails alors même s’il s’agit d’une nuance de couleur pour un mur, il est partant et ne s’énerve pas d’un déplacement pour « si peu ». Aujourd’hui, il s’agissait d’une poutre qu’il ne savait pas s’il devait laisser apparente ou la camoufler. Jacob n’a pas été très utile, sur ce coup-là : il a dit que l’un ou l’autre lui irait, et l’a ensuite autorisé à prendre sa journée en lui disant que le travail pourra être fait le lendemain. L’ouvrier n’a pas discuté et est rentré chez lui dans la foulée, en prévenant tous ses collègues qu’ils pouvaient en faire de même. Ils ont bien mis une heure à tous déguerpir, Jacob passant de pièce en pièce pour leur dire qu’il était temps de rentrer chez eux, que demain était un autre jour. Ils sont tous partis en se disant que leur patron était très agréable, sauf un, le seul dans la confidence, qui a pris le temps de lui expliquer quel mur il pouvait casser et lesquels il n’avait pas le droit de toucher. Il a bien essayé de lui expliquer ce qu’est un mur porteur et ce qui ne l’est pas, mais il n’a pas réussi à intégrer la technique. Ils ont préféré opter pour une solution plus simple : l’ouvrier a mis une croix sur les murs qu’ils pouvaient détruire. Tous les autres, blancs, il n’a pas le droit d’y toucher – ni avec la massue, ni avec le petit doigt, qu’il a dit. Jacob a promis de ne pas faire de bêtises et l’homme s’en est allé, en disant faire confiance à son patron : c’est faux, mais ça, il ne faut pas le dire.

Le blond termine son tour de la maison et va s’installer sur le canapé, présent dans un coin, à l’abri des salissures des travaux. Il regarde son téléphone et relit rapidement sa discussion avec Yasmine : il se plaignait que ça n’allait pas fort, ces derniers temps, et elle lui donnait elle aussi ses ressentis. Il l’a prise au mot, quand elle lui a dit qu’il pouvait se confier à elle n’importe quand ; ça fait presque trois ans que June n’est plus là, presque trois ans qu’ils se connaissent, presque trois ans que ça ne le gêne pas de lui envoyer des messages de temps en temps et d’aller boire un café – ou thé – avec elle. Il n’a pas oublié – et n’oubliera jamais – le lien particulier qui l’unie à la jeune femme, mais il a vite compris qu’il pouvait faire un pas en avant et la considérer comme une amie, véritablement. Hier, dans un texto, il s’est amusé à lui dire que si elle voulait se défouler, il avait des murs à faire tomber. Il était au courant de ce chantier et ne pensait pas qu’elle le prendrait au mot, mais finalement, s’il se retrouve ici, c’est bien parce qu’elle a adhéré à l’idée. Il ne peut pas dire qu’il ne l’a jamais fait, ce serait mentir ; en plus de vingt ans à la tête de ses agences, évidemment qu’il a déjà donné quelques coups dans des murs, mais ça n’a jamais été pour son plaisir personnel, surtout pour remplacer des ouvriers absents. Il ignore s’ils sauront réellement le faire, s’ils arriveront à canaliser tout ce qu’ils ressentent au fond d’eux pour que ça devienne leur force. C’est la question du jour et il a hâte de découvrir la réponse, qu’on se le dise. Toujours sur son téléphone, il se perd sur sa galerie de photos en l’attendant : il regarde celles qu’il a encore de June, celles d’Olivia où ils semblaient encore heureux. C’est là-dedans, lui, qu’il va puiser pour faire tomber le mur. Dans tout ce qu’il a perdu, dans tout ce qu’il aimerait retrouver, dans toute sa rage de ne plus rien contrôler. Il entend sonner à la porte au bout de quelques minutes, il sait que c’est elle. Le blond se lève et va ouvrir, un sourire s’installant immédiatement sur ses lèvres. Je n’attendais plus que toi. Qu’il dit, alors qu’il ouvre la porte en grand pour la laisser entrer. Toute la maison n’est qu’un chantier géant, il l’a prévenue de s’habiller en conséquence – mieux vaut éviter de porter le dernier vêtement cher acheté, lui a troquer son costume habituel pour un jogging et un t-shirt. C’est rare de voir Jacob dans cette tenue-là, il faut donc le souligner – même si la tenue offerte par l’hôpital en mars 2018 était effectivement pire que ça.

@Yasmine Khadji :l:


like a cat without a care, roaming freely through the streets. you could find him in amongst the pigeons, in the square. he won't see the sun again for years to come, he's broken out of love

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) XgwB6KT
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) GhXhICm
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) My1woie
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) RjxxPGP
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) FjxxPWC
Revenir en haut Aller en bas
Yasmine Khadji
Yasmine Khadji
le coeur sur la main
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (19.02.88)
SURNOM : yas par tout le monde ; khadji par lui ; benthi par ses parents
STATUT : you knock me down with those eyes and do it every time -- can't shake you out of my mind
MÉTIER : ancienne infirmière-urgentiste au service des urgences du st-vincent's hospital (2010-2020), elle a décidé de prendre ses distances avec la profession suite aux retombées d’un voyage humanitaire de huit mois au niger (octobre 2017-mai 2018). plus de deux ans très difficiles à gérer, aussi bien professionnellement qu’émotionnellement parlant, et un échec inattendu à l’examen d’entrée à l’école de médecine plus tard, elle s’est donnée les moyens de profiter de sa démission (mi-juillet 2020) pour faire le point sur son avenir et surtout, trouver une meilleure façon de donner de sa personne sans que ça ne l’atteigne davantage. après beaucoup de recherches, elle a enfin trouvé une alternative, et a rejoint le staff médical de l’hibiscus sports (mi-janvier 2021). retrouvant ses repères au milieu des sportifs zélés dont elle s’occupe en cas de petites ou grosses blessures, elle se sent à nouveau utile. malgré ce nouveau poste, elle reste tout de même bénévole au service pédiatrique de son ancien lieu de travail
LOGEMENT : #221 orchid street, redcliffe, dans un petit appartement qu'elle partage avec une boule de poils qui s'appelle sasha. elle a récemment accueilli une colocataire en la personne de sa collègue et amie, molly, et ça a beau être temporaire, elle se sent un peu moins chez elle depuis, juste de quoi la faire se perdre de plus en plus souvent du côté de toowong et de cette jolie maison située au #45
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) 8dbmzJ9q_o
POSTS : 2240 POINTS : 60

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : australo-marocaine ☽ musulmane pratiquante ☽ souffre de crises d'angoisses depuis 2016, plus généralement de PTSD, fruit de son voyage humanitaire au niger ☽ douée avec les enfants, rêvait de chirurgie pédiatrique ☽ très loyale ☽ proche de sa famille ☽ karaoké queen ☽ conduit une vieille jeep, ne l’échangerait pour rien au monde ☽ sait gérer l'urgence, pas le conflit ☽ parle l'arabe, vaguement le français ☽ bonne chanteuse et conteuse ☽ alcool et porc proscrits ☽ beyoncé stan ☽ croit en la pinky promise ☽ tatouée (اثني عش) ☽ amatrice de bijoux, tient au E qu'elle porte autour du cou
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) QsUj69qw_o
PRIADJI ☽ my eyes are blue but i'm seeing red and i just can't shake you outta my head i'm a little bit love drunk ever get the feeling when you're miles away? everybody's looking at me walking stumbling hardly talking mumbling going red in the face promise i've been drinkin' only lemonade it's all i take my heart's just on one about someone and i'm a little bit love drunk
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) 90D59GuM_o
KHADJI² ☽ we can sit on the edge of your bed tell me all of the fears in your head and i'll sing you your favourite song till the pain and all the tears are all gone i'll be there with you no matter what you're going through i'll be there with you anytime that you need me to
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) TBCVLfq2_o
YASSAN ☽ it's never quite easy to say goodbye and let go but i promise there will be a new tomorrow so as the day falls and the night rise help me sing you to sleep with this lullaby

[2021] jacob#2
[2020] olivia#3ilaria#1sohan&edgerton#1
RPs EN ATTENTE : edgerton#16 ☽ sohan#7 ☽ norah#7 ☽ elijah#1 ☽ hassan#7
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : shanina shaik
CRÉDITS : ©ssoveia (av&gifs profil/sign) ☽ ©siren charms (code sign) ☽ ©loonywaltz (userbars)
DC : evelyn pearson & jo carter
PSEUDO : ssoveia
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19795-land-called-far-away-yasmine https://www.30yearsstillyoung.com/t19812-treacherous-yasmine#777009 https://www.30yearsstillyoung.com/t28923-yasmine-khadji https://www.30yearsstillyoung.com/t30594-yasmine-khadji https://www.30yearsstillyoung.com/t26136-f-libre-bryce-dallas-ho

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Empty
Message(#) Sujet: Re: i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) EmptyDim 14 Fév 2021 - 11:18




≈ ≈ ≈
{i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in}
crédits gif et code fiche/ (rostovarps & malibu) ✰ w/ @Jacob Copeland

L’atermoiement n’était pas la discipline dans laquelle Yasmine se démarquait le mieux. Seulement, Jacob lui avait donné l’occasion d’avouer que pour elle non plus, les choses n’étaient pas simples en ce début d’année. A l’exception d’avoir retrouvé un emploi qui lui offrait une opportunité nouvelle de se remettre le pied à l’étrier, on ne pouvait clairement pas considérer son début d’année comme le plus glorieux de sa vie.
Sans jamais entrer dans les détails, elle avait néanmoins trouvé ça naturel de lui faire part de son état d’esprit puisqu’au fond, ils avaient partagé déjà bien pire dans le passé ; c’était ce lien particulier, aussi intime qu’il était tragique, qui l’avait incité à maintenir le contact avec lui ces semaines passées, son affection pour le couple qu’il formait avec Olivia cimentant son envie profonde de faire quelque chose pour qu’ils se sentent mieux, pour qu’ils apprennent à vivre avec le drame qui leur était tombé dessus sans prévenir, aussi dure était la sentence de la vie qui s’abattait aléatoirement sur n’importe qui. Certes, elle se trouvait toujours un peu illégitime, elle qui avait fait partie de l’escouade sinistre qui avait mené June jusqu’à sa perte, mais elle espérait toujours qu’Olivia au moins, Jacob s’étant montré moins dur avec elle au cours des trois dernières années, lui pardonnerait pour de bon d’avoir failli à la mission qu’elle s’était donnée de la sauver. Tout lui paraissait si loin, et en même temps, elle avait une vision nette de l’intervention menée sur la petite-fille - elle tentait néanmoins de moins s’y arrêter, suivant son propre conseil, celui-là même qu’elle avait donné au couple au cours des discussions qu’ils avaient pu entretenir séparément : personne n’était responsable en définitive, personne. Une rengaine qu’il valait mieux se répéter pour ne pas perdre la tête, encore qu’elle avait moins de risque que les parents de la petite de le devenir ; pas pour les mêmes raisons en tout cas, c’était une certitude qu’elle n’oserait jamais admettre à haute voix, ne pouvant s’empêcher de comparer ses malheurs à ceux des patients qu’elle avait eu l’occasion de côtoyer et qui de son avis, lucide et compatissante, étaient tous, sans exception aucune, plus à plaindre qu’elle ne l’était.
C’est vrai, elle pouvait s’estimer chanceuse de ne pas être dans son assiette qu’à cause d’une querelle d’amoureux ; querelle, quand elle y pensait, c’était probablement plus profond que cette définition poétique de la discussion animée qu’elle avait eu avec Edge il y avait bientôt deux mois. Ça remettait en cause des choses dont elle s’estimait coupable, et qui l’inquiétait lorsqu’elle s’imaginait qu’il y avait une probabilité pour que le silence auquel il la soumettait depuis finisse par durer pour de bon. Pire encore, ça lui faisait peur de les perdre, lui et tout ce qui constituait l’équilibre qu’elle avait réussi à retrouver en s’en remettant à la sécurité que lui procurait sa présence auprès d’elle, les souvenirs qu’ils partageaient, et cette complicité dont elle se savait être incapable de se passer. Imaginer un futur proche sans qu’il ne soit à ses côtés, c’était ce qui lui faisait le plus de mal, encore plus que tout ce qu’il lui avait dit sur le coup de la tension qu’il avait déchargé sur elle après des mois à la contenir, sans doute pour la préserver.
Elle aussi, elle avait probablement besoin de se soulager de ses tensions ; et elles étaient nombreuses, s’étant installées au plus profond de son être au cours des cinq dernières années, malmenées par ses inquiétudes, ses angoisses et ses traumatismes. La proposition de Jacob, elle était arrivée à point nommé, et bien qu’elle lui avait vaguement laissé l’impression d’une farce sur le coup, elle avait compris que sur le fond, le jeune homme ne plaisantait pas lorsqu’il lui offrit la possibilité de faire tomber des murs ; une belle analogie qui la littéraire enfouie en elle, elle l’ancienne petite-fille amatrice de contes et d’histoires, avait prise comme une vraie opportunité - et ce malgré son côté non-violent qui en avait déjà amusé plus d’un, inapte lorsqu’il s’agissait d’envisager l’excès d’agressivité comme un moyen sain de faire le vide. Mais pourquoi pas, après tout ? Elle en connaissait qui avaient trouvé cette tactique pour se départir de leurs démons, plus ou moins avec succès ; et fatalement, elle pensa à Edgerton.

C’est ce qui lui fit accepter de rejoindre Jacob le lendemain. Habillée pour la circonstance, son dressing recelant de vêtements volontairement amples pour qu’on ne distingue pas les contours de sa silhouette parfaite, elle sauta de sa Jeep, anneau de ses clefs glissé autour de son index et sac en bandoulière, avec l’enthousiasme creusé dans ses joues, des fossettes accentuant les traits harmonieux du visage qu’elle présenta à Jacob après une pression du doigt sur la sonnette. Elle semblait sincèrement plus joyeuse que ces deux derniers mois, même si les cernes qui soulignaient ses yeux vert clairs indiquaient que ses nuits ne devaient pas être très bonnes "Je suis toujours à l’heure quand il s’agit de démolir des murs, c’est ma philosophie." lui répondit-elle, s’approchant instinctivement de lui pour lui donner une accolade chaleureuse. Elle se recula, toisant la tenue qu’il portait, et eut un léger froncement de nez pour retenir le sourire légèrement moqueur qui, à la place, perça dans le fond de ses iris "C’est étrange de te voir comme ça. Ça te rendrait presque normal, monsieur costume-cravate." lui fit-elle pour détendre l’atmosphère, se décalant pour de bon histoire de jeter un coup d’oeil au chantier qu’elle avait sous les yeux, et qu’elle écarquilla en s’avançant un peu plus dans l’entrée. Toupillant dans la direction de l’agent immobilier, elle lui dit avec l’air de celle qui est soudainement prise d’un doute "Tu sais que je suis infirmière, et pas charpentier ?" Elle fût à deux doigts de lui demander s’il avait une bonne assurance pour couvrir les dégâts causés par un tiers, mais elle se retint de justesse, se souvenant que la dernière fois qu’elle s’était lancée dans des travaux, c’était en compagnie de Sohan et Edge. Un petit pincement au coeur la força à ronger son frein et à se détourner du regard de Jacob, mais son sourire resta intact.


    - - can't breathe, can't sleep, crazy what you do to me. head is smoking, feeling my heart is open. feeling so hot, i'm taking your clothes off, glasses steamed up, i'm dreaming that no one can see us. lying underneath the stars, jupiter hits on mars, and it hits me so hard.

    :burger::
     
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Copeland
Jacob Copeland
la machine à pets
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans. (13/11)
SURNOM : Jake pour les intimes, monsieur Copeland pour les autres.
STATUT : séparé depuis janvier. il a développé une certaine forme d'amour pour la bouteille, depuis.
MÉTIER : patron de copeland estate (agences immobilières), mis de côté pour le moment. rester à la maison semble être la meilleure chose à faire.
LOGEMENT : #13 parkland boulevard, spring hill. il rêve de nouveaux horizons, de s’en aller de cette maison.
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Tumblr_inline_qp8wtjkrpw1qihypk_500
POSTS : 2707 POINTS : 5160

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : né à new york, vit à brisbane depuis qu’il est bambin › en couple depuis quinze ans, marié depuis cinq, en perdition depuis – presque – trois › père endeuillé, empli de culpabilité : elle est décédée dans un accident de voiture où il était le conducteur › vivait déjà pour son travail, encore plus depuis ces événements.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Mrc0bcHg_olivake #5 & #7 when the world was ending, we'd hold on to the past 'cause it's all we thought that we would ever see. but then sun came right back and the birds sang as if nothing had happened. and it's alright, it's okay, we will get another day to begin again. i don't know how, i don't know why but i know that i will try to begin again, to begin, to live and love and breathe again

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Ee61282ebb5da8af6ea9548228455dc49fbcef31woodland #1 & #2 & #3 when the water's just too deep, getting chased by the shark. when the pressure's just too much and you feel it in your heart. i'll come for you, you know that i'll save you

byron#4sawyeramos#2adèle#2joachimrosalieJ clublaurelpeteasherjordon#7anaalma#2danikamaysawyer#2adèle#3alfiebyron#5isaac
(FBs) yasmine#2marius#2
(UAs) livakealmamay#2

RPs TERMINÉS : i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Tumblr_ohid67DlIa1r63q61o8_400junerosa  we have had the time of our lives, and i will not forget the faces left behind. it's hard to walk away from the best of days, but if it has to end, i'm glad you have been my friend in the time of our lives
AVATAR : justin hartley.
CRÉDITS : velarya (ava), astra (signa), loonywaltz (ub), olivia (crackship), harley (gifs).
DC : rudy gutiérrez & craig silva.
PSEUDO : beaulafolie.
INSCRIT LE : 10/04/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t30309-garde-le-sourire-plus-rien-n-est-grave-jacob https://www.30yearsstillyoung.com/t37410-jacob-nos-desirs-font-desordre https://www.30yearsstillyoung.com/t33208-jacob-copeland#1468072

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Empty
Message(#) Sujet: Re: i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) EmptySam 20 Fév 2021 - 20:04



Quand tout part en cacahuète, il n’existe rien de mieux au monde que de faire tomber quelques murs ; voilà la nouvelle devise de Jacob. À vrai dire, s’il devait écouter ses propres mots, il n’aurait de cesse de remplacer ses employés sur les chantiers. Rien n’allait il y a quelques mois, rien ne va aujourd’hui et ça n’ira pas pour le mieux demain. Il a arrêté d’être optimiste et de voir le bon côté des choses, il a compris qu’il ne pourrait plus jamais être pleinement heureux, qu’il a pour objectif quelque chose d’inatteignable, qui le rend plus malheureux qu’autre chose. Il a accepté de vivre avec ses souffrances, multiples, de vivre avec tous ses doutes et envies d’ailleurs. Ça a été dur, mais il a enfin compris qu’il n’est pas capable de sauver tout le monde en se sauvant soi-même. Il a donc décidé de ne faire ni l’un, ni l’autre : de ne pas agir égoïstement et de ne pas se mener à l’auto-sabotage. Il veut juste survivre, avec les autres – et surtout Olivia, si elle veut bien l’accompagner sur cette route-là. Pour l’heure, il s’agit de Yasmine. C’est avec elle qu’il va appliquer cette fameuse devise, improvisée pour l’occasion, et qui aura peut-être un effet auquel il ne s’attendait pas. Jacob est un homme extrêmement calme qui a horreur de se servir de ses poings, horreur d’élever la voix, horreur des assiettes qui se brisent, des portes qui se claquent. Il préfère discuter calmement, réfléchir posément, régler tous les conflits dans la passivité. On ne peut pas dire qu’il n’y aurait pas de guerres avec un monde rempli de personnes comme Jacob : il sait lutter pour ce qu’il veut, c’est en ayant ce caractère l’a qu’il a su bâtir son empire. Mais il n’aime pas la violence, tout ce qui n’est pas justifié et qui lui semble inapproprié. La seule chose qui détonne avec son tempérament, c’est la boxe. Il en fait régulièrement depuis la mort de June, vide toute sa rage contre des sacs, contre d’autres hommes parfois. C’est seulement entre les cordes d’un ring, gants aux poings et règles prononcées qu’il accepte de s’adonner à ces choses-là. En dehors, sans délimitations, sans autorisations et sans justifications, il ne veut pas. Alors faire tomber des murs dans l’optique de se vider l’esprit, pas sûr que ce soit efficace. Il a pensé à tout : si jamais ça vient à ne pas fonctionner, il pourra dire que le travail a été fait et qu’ils se sont bien amusés – dans l’optique que ce soit le cas, mais il n’en doute pas.

Quand il ouvre la porte, le blond ressent automatiquement quelque chose de positive. Elle est solaire, Yasmine, elle lui apporte toujours un peu de joie au milieu de tout ce qui ne va pas. Elle a été celle dont il a eu besoin, quand June est décédée. Elle a accompagné sa fille vers l’autre monde mais surtout, elle l’a accompagné lui dans son deuil, du mieux qu’elle l’a pu. Aujourd’hui encore, et la preuve est sa venue jusqu’ici, son acceptation face à cette activité plus qu’originale. Je suis toujours à l’heure quand il s’agit de démolir des murs, c’est ma philosophie. Elle lui dit ces quelques mots avant de lui faire un accolade pour le saluer. Lui ne peut s’empêcher de sourire, ils font une belle paire entre sa devise et sa philosophie – ça sonne faux dans les deux cas, mais il ne doute pas qu’ils feront l’effort, jusqu’à la fin de l’après-midi. C’est étrange de te voir comme ça. Ça te rendrait presque normal, monsieur costume-cravate. T’as vu ça ? Il fait un tour sur lui-même, comme le font les mannequins pour vérifier leur tenue, avant de s’arrêter devant elle dans une pose destinée à mettre en avant sa tenue – ça n’a aucun sens, mais ça le fait rire. J’ai plusieurs cordes à mon arc. Qu’il dit, avant de rire. En réalité, il n’aime vraiment pas cette tenue. Oui, c’est confortable et oui, ce n’est pas trop moche à regarder mais non, ça ne représente en rien Jacob Copeland. Ce dernier est toujours bien habillé, toujours reconnaissable, toujours plaisant. Là, il n’apprécie pas trop, mais il peut faire avec. Et… comment ça, presque normal ? Il demande, un sourire toujours au bord des lèvres. Il aime bien l’idée qu’avec ses costumes, il paraît être anormal. Là, tu me vois comme on verrait un super-héros sans son costume ou sans sa cape. Malheureusement, je n’ai pas les lunettes de Clark Kent pour totalement me confondre avec les autres, tu as tout de suite deviné qui j’étais. Il hausse ses épaules et remarque, par ses propres remarques justement, qu’il est finalement plutôt en forme et prêt pour ce moment avec elle. Elle regarde un instant le chantier puis se tourne vers lui. Tu sais que je suis infirmière, et pas charpentier ? Il secoue son visage de gauche à droite. Ah, mince, je me suis trompé de numéro ? Il prend un air faussement confus avant de finalement se rapprocher du mur qu’ils doivent abattre, le premier d’une longue sélection selon son employé, sûrement le seul auquel ils toucheront selon lui. Le blond tape légèrement contre le mur pour entendre s’il est profond ou non, s’il sera conciliant avec eux ou pas du tout. J’avais compris la technique pour dire si un mur était porteur ou non. Je ne m’en souviens plus. Il a arrêté de faire des visites pendant quelques semaines et a oublié les rudiments de base. Mais c’est pas grave. Il m’a dit que lui, c’était ok. Cela dit, je ne sais plus si c’est bon ou mauvais signe quand ça sonne creux. Il hausse ses épaules et désigne du menton les deux massues. Moi, j’ai toujours dit : les femmes d’abord. Il se recule d’un pas et la regarde, son sourire n’est toujours pas parti. Il trouve la situation comique ; s’ils n’arrivent pas à faire fuir ce qu’ils ressentent de négatif, ils peuvent peut-être faire entrer un peu de positif en s’amusant.

@Yasmine Khadji :l:


like a cat without a care, roaming freely through the streets. you could find him in amongst the pigeons, in the square. he won't see the sun again for years to come, he's broken out of love

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) XgwB6KT
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) GhXhICm
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) My1woie
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) RjxxPGP
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) FjxxPWC
Revenir en haut Aller en bas
Yasmine Khadji
Yasmine Khadji
le coeur sur la main
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (19.02.88)
SURNOM : yas par tout le monde ; khadji par lui ; benthi par ses parents
STATUT : you knock me down with those eyes and do it every time -- can't shake you out of my mind
MÉTIER : ancienne infirmière-urgentiste au service des urgences du st-vincent's hospital (2010-2020), elle a décidé de prendre ses distances avec la profession suite aux retombées d’un voyage humanitaire de huit mois au niger (octobre 2017-mai 2018). plus de deux ans très difficiles à gérer, aussi bien professionnellement qu’émotionnellement parlant, et un échec inattendu à l’examen d’entrée à l’école de médecine plus tard, elle s’est donnée les moyens de profiter de sa démission (mi-juillet 2020) pour faire le point sur son avenir et surtout, trouver une meilleure façon de donner de sa personne sans que ça ne l’atteigne davantage. après beaucoup de recherches, elle a enfin trouvé une alternative, et a rejoint le staff médical de l’hibiscus sports (mi-janvier 2021). retrouvant ses repères au milieu des sportifs zélés dont elle s’occupe en cas de petites ou grosses blessures, elle se sent à nouveau utile. malgré ce nouveau poste, elle reste tout de même bénévole au service pédiatrique de son ancien lieu de travail
LOGEMENT : #221 orchid street, redcliffe, dans un petit appartement qu'elle partage avec une boule de poils qui s'appelle sasha. elle a récemment accueilli une colocataire en la personne de sa collègue et amie, molly, et ça a beau être temporaire, elle se sent un peu moins chez elle depuis, juste de quoi la faire se perdre de plus en plus souvent du côté de toowong et de cette jolie maison située au #45
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) 8dbmzJ9q_o
POSTS : 2240 POINTS : 60

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : australo-marocaine ☽ musulmane pratiquante ☽ souffre de crises d'angoisses depuis 2016, plus généralement de PTSD, fruit de son voyage humanitaire au niger ☽ douée avec les enfants, rêvait de chirurgie pédiatrique ☽ très loyale ☽ proche de sa famille ☽ karaoké queen ☽ conduit une vieille jeep, ne l’échangerait pour rien au monde ☽ sait gérer l'urgence, pas le conflit ☽ parle l'arabe, vaguement le français ☽ bonne chanteuse et conteuse ☽ alcool et porc proscrits ☽ beyoncé stan ☽ croit en la pinky promise ☽ tatouée (اثني عش) ☽ amatrice de bijoux, tient au E qu'elle porte autour du cou
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) QsUj69qw_o
PRIADJI ☽ my eyes are blue but i'm seeing red and i just can't shake you outta my head i'm a little bit love drunk ever get the feeling when you're miles away? everybody's looking at me walking stumbling hardly talking mumbling going red in the face promise i've been drinkin' only lemonade it's all i take my heart's just on one about someone and i'm a little bit love drunk
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) 90D59GuM_o
KHADJI² ☽ we can sit on the edge of your bed tell me all of the fears in your head and i'll sing you your favourite song till the pain and all the tears are all gone i'll be there with you no matter what you're going through i'll be there with you anytime that you need me to
i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) TBCVLfq2_o
YASSAN ☽ it's never quite easy to say goodbye and let go but i promise there will be a new tomorrow so as the day falls and the night rise help me sing you to sleep with this lullaby

[2021] jacob#2
[2020] olivia#3ilaria#1sohan&edgerton#1
RPs EN ATTENTE : edgerton#16 ☽ sohan#7 ☽ norah#7 ☽ elijah#1 ☽ hassan#7
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : shanina shaik
CRÉDITS : ©ssoveia (av&gifs profil/sign) ☽ ©siren charms (code sign) ☽ ©loonywaltz (userbars)
DC : evelyn pearson & jo carter
PSEUDO : ssoveia
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19795-land-called-far-away-yasmine https://www.30yearsstillyoung.com/t19812-treacherous-yasmine#777009 https://www.30yearsstillyoung.com/t28923-yasmine-khadji https://www.30yearsstillyoung.com/t30594-yasmine-khadji https://www.30yearsstillyoung.com/t26136-f-libre-bryce-dallas-ho

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Empty
Message(#) Sujet: Re: i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) EmptySam 6 Mar 2021 - 11:48



≈ ≈ ≈
{i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in}
crédits gif et code fiche/ (rostovarps & malibu) ✰ w/ @Jacob Copeland

C’était sans doute un peu injuste de le penser, toutefois elle ne put repousser l’observation qui la frappa à l’instant où elle partagea son premier sourire avec Jacob. C’était plus facile avec lui qu’avec Olivia, d’aller au-delà du drame qui avait détruit leur vie, et fondamentalement modifié leur façon d’interagir avec elle. Dans le passé, c’était de la jeune femme dont elle était la plus proche, et encore sans l’être totalement. Elles s’appréciaient comme deux entités qui évoluaient dans le même univers difficile, et qui s’étaient senties assez à l’aise l’une avec l’autre pour envisager de devenir plus que de simples connaissances ; les mauvais cafés au distributeur branlant du rez-de-chaussée du St-Vincent, les meilleurs au diner d’en face où elles se retrouvaient souvent, les pâtisseries trop sucrées de sa mère qui nourrissaient la relève du lendemain et les discussions posées, la voix enrouée par une nuit sans sommeil après une garde longue de plusieurs heures, de plusieurs jours. Dans un monde où June serait encore en vie, Olivia et Yasmine seraient définitivement devenues amies. L’inspectrice aurait tenue le rôle du modèle fort dont l’infirmière avait besoin pour se convaincre qu’elle avait le droit d’être autre chose qu’une femme soumise au bon-vouloir de sa communauté, et peut-être qu’elle aurait su lui enseigner en retour la meilleure manière de faire preuve de délicatesse quand tout en elle paraissait si rude tant elle respirait la confiance en elle, l’autorité qui émanait de sa voix naturellement brisée la rendant prodigieuse à ses yeux. Un jour, elle aurait compris comme elle se dissimulait derrière une carapace en la voyant avec sa fille et son mari qu’elle ne connaissait pas dans ce monde-là, qu’elle considérerait pourtant comme le reflet bienfaiteur d’une paix que son amie trouvait en rentrant chez elle, et elle n’aurait eu besoin de rien connaître de plus de lui.
Aujourd’hui, le contraire était aussi étonnant qu’il était éprouvant, car c’était de ce reflet bienfaiteur qu’elle était devenue proche, et dont elle connaissait davantage de secrets. Et à des moments, elle se demandait pourquoi ; parce qu’il avait été assez lucide pour savoir qu’elle avait fait tout ce qu’elle avait pu sans jamais lui reprocher de ne pas en avoir fait plus encore, parce qu’il y avait dans ses yeux des regrets qu’elle était la plus à même de comprendre, parce qu’ils partageaient quelque chose de plus que les larmes qu’ils avaient versées chacun de leur côté, tachant de rester fort pour ne pas brusquer davantage Olivia dans son infaisable deuil ? Yasmine ne le savait pas vraiment, mais elle nourrissait une affection sincère pour le jeune homme et sa manière de faire ce qu’il pouvait pour remonter la montagne trop pentue dont il était tombé, et au pied de laquelle elle était plantée pour assurer ses arrières si jamais il faillissait.

"Presque normal comme nous autres, pauvres mortels. C’est ce que je voulais dire." lui répondit-elle tachant de faire dériver son soupçon de compliment en s’intéressant au chantier qui les attendaient. Jacob, s’il n’était pas son type, avait tout de même l’avantage d’être un bel homme que sa tenue du jour rendait un peu moins impressionnant face à sa propre modestie. Yasmine préféra ne rien ajouter.
Au lieu de quoi, elle eut un moment d’absence, et puis elle retira sa veste, se défit de son sac en bandoulière dans lequel elle rangea ses clefs de voiture et qu’elle posa au sol, en constatant que si elle était motivée par l’idée d’aider l’agent immobilier, sûre d’y trouver quelque chose qui la soulagerait elle aussi, il y avait quelques informations qu’il devait connaître sur ses capacités de bricoleuse du dimanche que certaines personnes de son entourage lui avaient déjà reprochées. Bien sûr elle savait se servir de ses mains, c’était important dans son métier… sauf qu’entre réparer et briser, il y avait une nette différence qui la fit se retourner vers Jacob qui s’amusait de sa première phrase, et qu’elle pointa d’un doigt bagué à la première phalange et surplombé d’un ongle soigné, peint en lilas foncé "Est-ce que je t’ai prévenu que je suis une catastrophe ambulante ? Si non, je te le dis maintenant… et ne me dis pas qu’il est trop tard, rien ne l’est jamais." fit-elle en penchant très légèrement la tête sur le côté, sa queue de cheval haute glissant dans son mouvement. Elle ferma un oeil en cherchant dans ses souvenirs les plus frais ; les plus douloureux aussi car ils impliquaient Edge qu’elle n’arrivait décidément pas à s’enlever de la tête "Pour exemple, la dernière fois que j’ai filé un coup de main pour repeindre une pièce, je suis tombée de l’escabeau et je me suis retrouvée avec un bleu sur le front." Et une bosse en plus, mais elle tut cette information.
Elle plissa les yeux, toujours dirigés vers le jeune homme "Je veux pas te faire peur, mais tu tiens beaucoup à cette maison, Jake ?" lui demanda-t-elle, un peu théâtrale tandis qu’elle se détournait enfin de lui et qu’elle se remontait les manches, s’approchant dangereusement d’une massue qui lui était réservée et sur laquelle elle loucha quand elle la leva devant son nez piqué de tache de rousseur ; ils retrouvèrent très rapidement leur axe quand la voix de  Jacob s’éleva à nouveau "Oh non, c’est trop facile." s’offusqua-t-elle dans un léger rire, secouant la tête face à la détermination de Jacob de lui faire porter le premier coup. Elle s’approcha de lui, la massue au bout du bras pesant si lourd qu’elle dut la prendre à deux mains finalement "T’es même pas sûr que ce soit ce mur qu’on doit abattre. Je prends pas la responsabilité de ruiner ta réputation en portant le premier coup… et puis c’était ton idée." Le léger murmure qu’elle laissa filer, l’air mystérieux qu’elle prit en arrivant devant lui laissait clairement entendre qu’elle camperait sur ses positions et qu’elle… ne ferait absolument rien avant d’avoir été conseillé ; elle soupira, toupillant sur ses pieds avec un air de résignation sur le visage, incapable de faire preuve d’entêtement et s’en voulant assez pour taper très discrètement du pied lorsqu’elle se retrouva en face du mur en question "OK, j’y vais. Mais tu dois me montrer comment on fait."


    - - can't breathe, can't sleep, crazy what you do to me. head is smoking, feeling my heart is open. feeling so hot, i'm taking your clothes off, glasses steamed up, i'm dreaming that no one can see us. lying underneath the stars, jupiter hits on mars, and it hits me so hard.

    :burger::
     
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Empty
Message(#) Sujet: Re: i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

i'm gonna tear down the curtains, let the sunshine in (yasmine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-