AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -39%
Nike Vista Lite SE – chaussure pour femme
Voir le deal
73 €

 the art of psychology (Kieran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasha Sinclair
Sasha Sinclair
la belle de nuit
la belle de nuit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 27 ans (09/11/1993)
SURNOM : Tous les faux prénoms qu'elle vous a donné pour rester incognito
STATUT : Elle a pas le temps de vivre d'amour et d'eau fraîche. L'univers dans lequel elle évolue l'empêche de s'ancrer dans une relation, et sa boss insiste beaucoup sur ce point (étonnament).
MÉTIER : Envoyée spéciale de Raelyn au sein du Club. Anciennement escort pour celui-ci, désormais à son compte.
LOGEMENT : #21 Victoria Avenue, Redcliffe
the art of psychology (Kieran) Tumblr_ps15tuXoL41qjlvr2o1_540
POSTS : 282 POINTS : 245

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : mange healthy ⟩ sportive ⟩ porte beaucoup de vêtements noirs ⟩ d'origine mexicaine et française mais ne parle pas un mot d'espagnol et de française ⟩ passionnée de journalisme, elle a pourtant arrêté ses études ⟩ son rêve était d'être reporter politique ou journaliste pour National Geographic
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS : the art of psychology (Kieran) Tumblr_p21nn9iIIV1vimolbo1_500
Raelyn #1 ⟩ If all of the kings had their queens on the throne. We would pop champagne and raise a toast. To all of the queens who are fighting alone, baby, you're not dancin' on your own. Le Club #1

Jet #2 - Victor #1 - Saül #1 (fb) - Kieran #1 - Alec #1 - Stacey #1

Spoiler:
 

RPs EN ATTENTE : Alec, Charlie, Yele, Amos, Stacey
RPs TERMINÉS : the art of psychology (Kieran) 1613162823-album-1eubvpmau
L'inspection du travail frappe toujours. Dans n'importe quel domaine.
AVATAR : Lindsey Morgan
CRÉDITS : Faith (avatar), signa (zaja), userbar (loonywaltz), icon
DC : nobody
PSEUDO : peachy keen (Sirine)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 18/01/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t36313-sinclair-be-a-puppet-on-a-string-works-for-you-but-that-isn-t-me#1676210 https://www.30yearsstillyoung.com/t36487-la-fin-justifie-les-moyens-sasha-sinclair#1694311 https://www.30yearsstillyoung.com/t36488-sasha-sinclair#1694366 https://www.30yearsstillyoung.com/t36484-sasha-sinclair#1693725

the art of psychology (Kieran) Empty
Message(#) Sujet: the art of psychology (Kieran) the art of psychology (Kieran) EmptyDim 14 Fév - 2:47


Un simple petit hôtel de Redcliffe. Rien de bien flamboyant ou de luxueux qu'elle avait l'habitude de fréquenter grâce à des clients riches. Mais ce n’était pas plus mal, car la plupart du temps hôtels hors de prix rimaient avec fantasmes loufoques d'hommes riches. Ces derniers étaient, pour la plupart, mariés depuis des années à la même femme, avec des enfants. Ceux-là étaient les plus frustrés de sa clientèle car leurs douces et tendres épouses n'étaient pas capables de satisfaire leurs plus profonds désirs. En y réfléchissant, c'était quand même triste. Et en y réfléchissant un peu plus, ce n'était pas son problème. Ces conflits conjugaux faisaient correctement marcher les affaires. Sa réflexion s'arrêtait là.

Bon ce soir, ce n'était évidemment pas un homme d'affaires californien de passage à Brisbane qui avait fait appel à ses services, vu l'hôtel modeste qu'il avait réservé. En soi, ça ne voulait rien dire. Peut-être qu'il voulait se faire discret. Enfin, elle n’avait aucune idée de qui elle allait devoir s’occuper ce soir. Deux ans qu’elle exerce ce métier, et il lui a fallu presque la même période pour apprendre à gérer les travers de la profession sans ecstasy (ou presque). « Chambre 26. » Elle remercia le réceptionniste d’un signe de la tête tandis que le regard de ce dernier était un peu trop insistant au goût de Sasha. Quoi ? Était-ce écrit sur son front qu’elle était une fille de joie ? Pourtant elle était loin des clichés, et ses tenues vestimentaires loin d’être vulgaires. Elle leva les yeux au ciel avant de prendre la carte que lui tendait le réceptionniste.

Le bruit de ses escarpins était sourd sur la moquette de l’hôtel. Son client l’attendait sans doute car elle avait dix minutes de retard. C’était voulu. Elle n’aimait pas arriver avant ses clients. On pouvait tout de même considérer qu’elle travaillait pour le bien-être des gens. Et pas seulement de l’ordre physique. Dès le travail fini, certains aimaient la garder au lit pour parler à cœur ouvert, pour vider leurs sacs sans nécessité de répondre. Juste avoir besoin de quelqu’un qui écoute sans juger. En bref, elle passait ses soirées à s’occuper des gens, à écouter leurs désirs et à les faire se sentir eux-mêmes. Et elle ? Qui s’en occupait ? Avait-elle des amies avec qui faire des soirées films et papoter pendant des heures ? Pas du tout. Avait-elle un homme qui l’attendait à la maison sagement, après ces heures de travail ? Sûrement pas, inconcevable. Une famille vers qui se réfugier quand ça ne va pas ? Ça, ça fait longtemps qu’elle ne l’a plus. C’était sa vie ou le Club et l’argent Raelyn l’avait prévenu. Sasha avait mesuré les sacrifices. Mais certains jours étaient plus compliqués que d’autres et les vidéos d’ASMR ne suffisaient pas à calmer ses maux. Ses clients ne comblaient pas la solitude. Les shots de vodka ne pouvaient annihiler le manque de vie sociale. C’était son choix, elle l’avait assumé et elle assume toujours. Il y avait des jours sans, et mais il y a toujours beaucoup plus de jours avec. Des jours où tout va bien, où l’argent lui fait oublier ses angoisses.

Clic. Le porte de la chambre se déverrouilla après que Sasha eut passé la carte. Il était temps savoir qui se cachait derrière cette porte. Ses yeux se posèrent aussi tôt sur lui. Il n’avait pas du tout le profil type des hommes qui faisaient appel aux services d’une escort du Club. Mec simple, look décontracté. Sasha le sentait tout de même un brin timide. À force, elle avait l’habitude de cerner les hommes et lui c’était sans doute la première fois qu’il se payer les frais d’une escort. « Bonsoir. » Elle posa ses affaires sur une chaise avant de se diriger vers le mini-bar pour choisir prendre d’un geste une mini bouteille de vin bon marché. Elle était habituée à mieux. Mais, ce soir on faisait avec ce qu’on avait. Elle prit deux verres avant de les remplir pour elle et son client du soir. D’ailleurs, elle tentait de croiser son regard, mais en vain. Il n’y avait pas eu d’indications particulières. On l’avait contacté pour faire ce qu’elle savait très bien faire. Il était donc venu pour se détendre. Il avait peut-être besoin d’être plus à l’aise. Sasha releva qu’il faisait pratiquement son âge. Quel soulagement de tomber pour une fois sur un trentenaire. « On discute un peu autour d’un verre pour se mettre à l’aise et ensuite tu me dis ce qui te ferait plaisir ? » Elle lui tendit son verre tandis qu’elle prononçait ces mots d’une voix mielleuse. C’était toujours le même jeu d’acteur. Se forcer tout en restant naturelle, simuler si bien qu’ils n’y voient que du feu. Elle passa une main avenante sur sa cuisse. « Ou on peut faire l’inverse. C’est toi qui choisis ce soir. Je suis là pour toi. » Le vin était décidément dégueulasse. En même temps, il ne fallait pas s’attendre à trouver un Bordeaux dans un mini-bar d’un hôtel de Redcliffe.

@Kieran Halstead :brows:




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Baby, there's a shark in the water. There's something underneath my bed. Oh, please believe I said. Baby, there's a shark in the water. I caught them barking at the moon. Better be soon

the art of psychology (Kieran) Nl6guHT
the art of psychology (Kieran) H9vsIC0
Revenir en haut Aller en bas
Kieran Halstead
Kieran Halstead
les cicatrices de la mémoire
les cicatrices de la mémoire
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans (14.07). on évite le sujet, merci.
SURNOM : ils ont compris qu’il ne mordait pas ; ils abusent allégrement de « kiki ».
STATUT : plonge à corps (et cœur) perdu dans les relations les plus destructrices possibles. c’est ainsi qu’il a appris à être aimé, alors c’est normal d’avoir aussi mal, pas vrai ?
MÉTIER : illustrateur freelance, prof d’arts visuels et dessinateur de presse pour le courier-mail. pas sa plus grande fierté, mais ça éponge les dettes.
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv), avec molly qui l’a sauvé de son insupportable solitude.
the art of psychology (Kieran) Tumblr_otqdhrtAtU1w9txg9o9_r2_400
POSTS : 1263 POINTS : 340

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : placé en foyer, proche des familles qui l’ont élevé, considère qu’il a une infinité de parents et frères/sœurs ≈ souffre de cette absence d’identité propre ≈ réservé, maladroit, optimiste, vit dans un monde imaginaire ≈ vient de quitter sa fiancée, prend le mauvais rôle de cette rupture, soulagé malgré sa phobie de la solitude ≈ essaie de reprendre confiance en lui, de renouer avec ses proches, de retrouver sa place ≈ préfère la compagnie des pop et des jeux vidéo aux humains ≈ du talent au bout des doigts, aucune motivation d’en faire quelque chose ≈ trop mou, trop paresseux, trop paumé.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : the art of psychology (Kieran) Tumblr_inline_pey54q8Q391u0e8ku_250
autumn ⊹ people said i'd be dead from the sorrow that i felt when you left, but i lived, ain't that nice ?

the art of psychology (Kieran) Nhc1JWP
halloway ⊹ i sat alone, in bed till the morning, i'm crying, "they're coming for me" and i tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.

the art of psychology (Kieran) Aqgz
kieve #6 ⊹ she's so magnetic, you know she's so magnetic. she pulled you 'round, you try to push away, you know she'll pull you back again.

the art of psychology (Kieran) 629bc353b5f562bc657a76bc213bffd286bc1244
kivy #5 & kivy #6 ⊹ stroke my head and i'm fine, it's really simple, i'm feeling good, i feel myself and i'm feeling understood.

the art of psychology (Kieran) C9ln
kieyer #2 ⊹ close your eyes and think of me and soon i will be there to brighten up even your darkest night. you just call out my name and you know wherever i am i'll come running, to see you again.

(23/06 - les calculs sont pas bons, kevin)hannah (ua)archie #2sashabirdiedylanejessalyn (+ sawyer)elias #6mollylenailariamolly #2jordan halsey #2hannah #2ichabod #2raphael #5rheaclyde #2ally

the art of psychology (Kieran) Giphy
miran ⊹ if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe.

RPs EN ATTENTE : victoria › helena › scarlett › lucia #2

RPs TERMINÉS : (2001) ichabod (2015) raphael #2 (2016) archie #1 (2019) reese #1hannahkeith (2020) sawyer #1eve #1raphael #1eve #3ivy #4lucia #1projet xeve #4 › › anastasiaava #2eve #5raphael #3raphael #4clyde #1 (2021) peter

abandonnés
miranmavihalseylexelias #7 & ava #1fionarheareeseava #3ellison

the art of psychology (Kieran) Kx4f
RACE OF AUSTRALIA
lancementelias #1birdie & eliasjacob & eliasivy #1grace, isaac & eliassienna, gregory & eliassujet communivy #2eve #2élimination s1lancement s2elias #2ivy #3sienna #1elias #3suite s2elias #4elias #5team grisy
AVATAR : dan cutie pie smith.
CRÉDITS : kawaiinekoj (ava), b-astilledan-blog (gifs), cham & padawan & bleeding_light (crackships), loonywaltz (ub)
DC : le roux de secours (finnley coverdale) et le jardin du vice (alfie maslow).
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29377- https://www.30yearsstillyoung.com/t29503- https://www.30yearsstillyoung.com/t29523- https://www.30yearsstillyoung.com/t30784-kieran-halstead

the art of psychology (Kieran) Empty
Message(#) Sujet: Re: the art of psychology (Kieran) the art of psychology (Kieran) EmptyJeu 25 Fév - 23:36




@SASHA SINCLAIR & KIERAN HALSTEAD ⊹⊹⊹ i've got a thing for that secret girl, i wanna taste you so much tonight, crystal tell me where've you been, all i feel is you and something in between.

Autant dire les choses tout de suite et s’abstenir les politesses qui visent à ne pas se montrer trop brutal ni trop vulgaire : c’est une bonne grosse idée de merde que tu as eue là, Kieran.

Quoi ? J’ai le droit. J’obéis à mes propre règles et certainement pas à celle de notre protagoniste ni d’une communauté virtuelle, donc vous ne m’empêcherez pas de dire (écrire) ce que je pense. Désolé pour vous (non, j’en ai rien à faire).

Sans vouloir m’en excuser (l’idée est bien que ma voix contraste avec celle de Kieran, autant dire que les excuses sont proscrites de mon vocabulaire), je conçois que ma virulence est surprenante. J’ai pour habitude de secouer le grand brun, c’est un fait, mais d’ordinaire je tente de me modérer pour ne pas passer pour quelqu’un d’hystérique (ahah, comment le pourrais-je, vu que si je l’exprimais, c’est Kieran qui en paierait les frais en ayant l’air ridicule à hurler et se tourner dans tous les sens ?). Mais comprenez que même les amis imaginaires, petites voix dans la tête, consciences, mécanismes de défense, appelez-moi comme vous voulez, que même nous, nous avons nos limites et à cet instant, Kieran les a largement outrepassées.

Revenons donc à la base de ce qui a déclenché ma colère ; cette bonne grosse idée de merde (je vais le répéter autant de fois que nécessaire, Halstead, jusqu’à ce que tu l’intègres dans ta boîte crânienne – oh, surprise, ça tombe bien, j’en fais partie !). Avant toute chose, pour que le récit de ce qui nous amène là aujourd’hui soit complet, remontons un peu en arrière. Deux semaines plus tôt, pour être exact.

Race of Australia, troisième semaine d’aventure. Super principe cette émission, 10/10 would recommend, petit bonus en prime pour la violation de son intégrité physique (puisqu’il est incapable de poser d’autres mots là-dessus) auquel il n’a pas demandé à participer et qui a semblé être parfaitement normale pour l’équipe de production qui a mis bien trop de temps à intervenir, ce soir-là où Elias et lui ont été pris pour des stripteaseurs. C’est drôle, ça aurait été une femme à sa place que le scandale aurait été assuré – et relisez le second paragraphe si vous êtes en désaccord avec mon manque de politiquement correct. C’est drôle aussi, c’est exactement à cause de cette même réflexion qu’il ne se sent pas légitime pour considérer cela comme une agression. Après tout, plusieurs femmes se sont jetées sur lui, il devrait être heureux que le paquet d’un paumé comme lui ait pu attirer autant de convoitises. Le souci, c’est qu’il n’avait pas vraiment envie de l’offrir à des inconnues, ce même attribut, mais on ne lui a pas vraiment demandé son avis.

Vous comprenez dorénavant pourquoi cela est problématique ?

Vous imaginez les réactions possibles à une telle situation ? L’idéal aurait été de consulter Ellison, son psy. Une autre option aurait été d’avertir la production pour qu’il prenne conscience de la portée de leur ignorance en 2020. À la rigueur, simplement en parler à quelqu’un de proche, comme l’une de ses sœurs, aurait pu être une option. L’écrire, si vraiment les mots sont trop difficiles à partager, ou y penser et essayer d’accentuer le fait que ce n’est pas sa faute – ça tombe bien, c’est mon rôle. Soit, la liste est longue et je crois que ni vous, ni moi n’avez le temps de vous y pencher pendant des heures. Vous avez compris l’idée.

Vous comprenez maintenant pourquoi attendre une prostituée dans cette chambre d’hôtel est vraiment, vraiment, (mais alors j’insiste, Kieran), vraiment une bonne grosse idée de merde. Pardon, mes excuses. Le politiquement correct, encore. Une escort, c’est mieux.

C’est un peu comme si vous jouez à colin maillard sur une autoroute avec un accidenté de la route ; c’est une très mauvaise idée. Je l’ai répété au moins des dizaines de fois – si ce n’est des centaines, j’imite très bien le disque rayé – mais est-ce que vous pensez que ça l’aurait arrêté ? Bien sûr que non. Pourtant, le simple fait que je sois la voix prédominante de cette narration et non la sienne ou un point de vue plus extérieur, démontre de la manière dont il a vécu les événements. Il s’est dissocié de ceux-là, Kieran, une fois encore, parce que c’est la solution la plus facile selon lui. L’autre consiste à croire en cette stupide idée que pour surmonter un traumatisme, il faut s’y confronter à nouveau et ce, le plus rapidement possible. D’où la pu... l’escort, on a dit.

« Bonsoir. » Quand on parle du loup. Il s’arrête enfin de tourner en rond dans cette chambre – je pense qu’il a dû marquer la moquette à force de faire des allers-retours nerveux. « Euh, bonsoir. » Même la salutation se veut hésitante, comprenez qu’à cet instant précis, il réalise enfin que c’est peut-être une bonne grosse idée de merde (je t’ai dit que j’allais insister, Kieran ?). Et s’il n’y arrive pas ? Et il entend la voix de Méduse qui résonne dans son esprit ; c’est un homme, il a toujours réagi à ses caresses, il le veut, inévitablement. Il le voudra aussi dès que cette fille aura fait ce pour quoi elle est payée, c’est une évidence. Il le voudra, il aimera ça comme n’importe quel homme et il ira mieux après, se rendra compte d’à quel point il a été stupide de mal vivre cet événement datant d’à peine deux semaines. « On discute un peu autour d’un verre pour se mettre à l’aise et ensuite tu me dis ce qui te ferait plaisir ? » Un soupir de soulagement s’échappe d’entre ses lèvres alors qu’il se saisit du verre qu’elle lui tend ; Dieu merci, ils n’entrent pas dans le vif du suj-ah, c’est donc une main qui vient de se frayer un chemin sur sa cuisse. « Ou on peut faire l’inverse. C’est toi qui choisis ce soir. Je suis là pour toi. » Une part de lui a envie de régler le « souci » (tu te rends compte que dès que tu penses ainsi, c’est qu’il y a un problème, Kieran ?) le plus rapidement possible, l’autre étant incapable de concevoir cette idée. « Ah ah, oui, c’est gentil. » En même temps, tu la paies pour ça, Kieran. « Je veux bien qu’on discute un peu avant, si vous-tu... vous ? n’y voyez pas d’inconvénient. » Il suggère alors que sa main vient se poser furtivement sur la sienne pour l’ôter de sa cuisse et qu’il en profite pour reculer pour s’asseoir sur le bout du lit ; sans quoi il serait réellement capable de perdre l’équilibre sous l’effet de la nervosité.
Attaque numéro une : déjouée.

C’est un peu con comme réflexion, quand on paie quelqu’un dont le boulot... c’est justement d’attaquer.

D’ailleurs, on fait quoi dans ces circonstances ? On parle du beau temps (dommage, il fait nuit) ? Du programme qui passe à la télé (dommage, elle ne fonctionne pas) ? Des grandes questions existentielles (dommage, il n’en a pas l’intelligence) ? Je lui somme de dire quelque chose pour ne pas se perdre dans ce silence qui devient gênant, n’importe quoi, qui ne consiste pas à montrer qu’il est intimidé. Il faut donc agir normalement, en ne prenant pas en compte la situation. De lancer une conversation qu’il pourrait avoir avec n’importe quel collègue, amis, connaissances ; peu importe.

« Un jour, j’ai lu un article qui prônait de faire de sa passion un métier, c’est votre cas ? »

Bien. Tu m’expliqueras à quel moment c’est une conversation que tu peux avoir avec n’importe quel parent d’élève, Kieran.

the art of psychology (Kieran) 1081788520



:l: :
 

Revenir en haut Aller en bas
 

the art of psychology (Kieran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-