AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Nintendo Switch Bleue disponible en précommande ...
Voir le deal
199.99 €

 Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sofia Caron
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans ( 8 février), l'âge de la raison pour beaucoup et celui de la déraison pour Sofia. Elle se cherche encore après aprés avoir cru qu'elle s'était enfin trouvée
SURNOM : Quel horreur! Sofia a horreur des surnoms. Elle n'hésite pas à reprendre ceux qui osent s'y aventurer
STATUT : Un mariage qui bat de l'aile, destructeur et un époux violent. Son coeur a cessé de battre pour cet homme et pourtant elle est toujours là...
MÉTIER : Productrice de sa propre émission depuis peu. Elle s'est donnée beaucoup de mal pour arriver là et il en faudra beaucoup pour la faire partir
LOGEMENT : Dans une somptueuse villa dans le quartier de Bayside
Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle) 1583acf9d1532295130b6ab676d9b3837fdb3b1f
POSTS : 119 POINTS : 35

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : fume en cachette, c’est son petit moment de liberté. Celui qu’elle ne veut partager avec personne d’autre. Elle camoufle l’odeur par des chewing-gum mentholée qu’elle mastique à longueur de journée ༅ La France, son pays d’origine, elle a parfois le mal du pays et pense parfois tout plaquer pour retourner auprès de son papa chéri ༅ Son mari la bat, mais elle ne le dira jamais. Elle ne supporterait pas que ça se sache, elle n’est pas une victime. Du moins, elle ne veut pas en porter l’étiquette alors elle continue de lui trouver des tas d’excuses à défaut de le quitter ༅ L’alcool est son refuge
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : currently freemitchell ; kelly; may & rhea ; carlisle


RPs EN ATTENTE : en attente ୪ elizabeth
RPs TERMINÉS : donemilo
AVATAR : Zoe Sadana
CRÉDITS : by bigbadwolf
DC : Non
PSEUDO : A.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 06/02/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t36734-sofia-l-ivresse-efface-mille-tristesses https://www.30yearsstillyoung.com/t36807-sofia-plus-l-ami-est-ancien-meilleur-est-il#1729986 https://www.30yearsstillyoung.com/t36808-sofia-caron https://www.30yearsstillyoung.com/t36846-sofia-caron#1733303

Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle) Empty
Message(#) Sujet: Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle) Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle) EmptyMer 17 Mar - 15:29


Revenge is a dish best savoured cold
Cela faisait plusieurs semaines que la paranoïa la rongeait de l’intérieur. Elle avait pensé lui coller un détective au cul, un type qui occuperait ses journées à surveiller chacun de ses faits et gestes. Elle voulait l’avoir, le prendre sur le fait, lui prouver une fois de plus qu’il n’était qu’un moins que rien. Voilà les relations et tout le mépris qu’elle avait pour son époux ces derniers temps. Elle n’avait aucune confiance en lui et dans le fond ça la rendait malade de l’imaginer dans les bras d’une autre bien qu’elle ne se serait plus privé dans le cas contraire. Leur mariage n’était plus qu’une mascarade, où tous les deux jouaient le mauvais rôle sans jamais penser une seconde à mettre fin à cette plaisanterie. Les apparences comptaient bien plus que tout le reste et l’un comme l’autre avait besoin de cette union pour continuer à exister. Elle se vantait à l’extérieur d’avoir le meilleur des mari. Eliott était symbole de réussite, de belles montres et de chemises griffés. Il rendait jaloux bon nombre d’époux lorsqu’on écoutait tout ce que Sofia racontait de lui. Et pourtant, au fond de son âme elle s’était mise à le détester aussi fort qu’il était permis de détester une personne. Combien de fois lui avait-elle souhaité du malheur. Lors de sa dernière opération du genoux, elle avait espéré qu’il ne se relève jamais. Elle le détestait aussi fort qu’elle avait pu l’aimer autrefois. Et les bleus qui venaient s’ajouter à sa peau foncé, ne venait qu’accroitre sa haine pour lui. Depuis qu’il avait osé lever la main sur elle une fois, elle avait perdu le peu d’amour qu’elle pouvait encore ressentir pour lui. Deux ennemis vivant sous le même toit, il n’était question que de temps avant que l’un des deux volcans ne finissent par rentrer en irruption. Elle était persuadée au fond de son âme qu’il l’avait remplacé. Il n’en serait pas à son premier coup d’essai, elles étaient plusieurs à rejoindre leur lit conjugal lorsque Sofia avait le dos tourné. Elle en était même complice, puisque de son côté, elle repoussait ses horaires de travail pour ne pas avoir à le croiser. Elle disait l’aimer, elle se laisser convaincre parfois par ses propres mensonges et sa jalousie maladive quant à ses sentiments pour cet homme. Son air joyeux l’irritait, elle ne supportait plus son bonheur lorsqu’elle avait la sensation de creuser sa propre tombe un peu plus chaque jour. Cerise sur le gâteau, elle avait découvert une lingerie volontairement oubliée dans leur salle de bain. La preuve en soit qu’il était retombé dans ses propres vices. Sofia ne portait que des sous-vêtements de marques et elle ne faisait pas dans le vulgaire. Sa colère l’avait rongé toute la journée et elle avait eu beaucoup de mal à mettre de côté sa vie privé pendant son travail. Pourtant Dieu savait combien, elle aimait son boulot qu’elle faisait passer avant tout le reste. Qui était-elle ? Quel âge avait-elle ? Était-elle plus belle qu’elle ? Et pourquoi avoir accepter de choisir d’accompagner un homme marié jusqu’à chez lui. La présence de Sofia était pourtant omniprésente dans toute leur maison. Parfums, bijoux, photos, trophées et réussites en tout genre étaient exposés dans chaque pièce, comme pour rappeler qu’elle était chez elle et qu’elle était la maitresse des lieux. Encore une qui s’était laissé impressionner par la Lamborghini rouge garée fièrement devant leur humble demeure. Elle n’avait jamais vraiment compris pourquoi il avait acheté cette voiture. À part quelques minettes, il n’impressionnait personne derrière son volant. Sofia n’était pas vraiment fan du tape à l’œil, ils étaient suffisamment riches pour s’offrir toutes les voitures de luxe qu’ils voulaient mais ce n’était pas totalement le genre de la maison de vouloir exposer leurs biens de la sorte. L’infidélité de son mari la rendait furieuse et elle n’avait trouvé que l’alcool pour noyer son chagrin et toute la colère qui l’animait.

Il était un peu plus d’une heure du matin lorsqu’elle foula finalement le pas de leur résidence. Le moins que l’on puisse dire c’était qu’elle n’était pas dans son état normal. Non, à vrai dire elle était totalement alcoolisée et dépassée par tout cela. Elle avait pensé se venger, monter dans la caisse du premier venu, passer la nuit avec et se faire justice de la sorte. Mais Sofia n’était pas ce genre de femme, elle ne voulait pas tomber aussi bas pour ce minable. Alors comme toute femme désespérée et en colère elle décida de s’en prendre directement à lui, à ce qu’il aimait. Elle avait poussé la porte de leur garage, sans réellement se soucier du boucan qu’elle faisait. Il ne lui fallut que quelques minutes pour mettre enfin la main sur une batte de baseball. Animée par la rancune, elle n’hésita pas une seconde à se diriger vers le véhicule. Un premier coup sur le parebrise, un second, puis un troisième. « Tu vas voir ce que je vais te faire, espèce de sale f* de p*… » Elle déferla tout un tas d’insultes à chaque coup qu’elle lui sommait. Son langage peu fleurit ne tarda bientôt pas à réveiller tout le voisinage. Sofia était hors d’elle, elle n’avait qu’une envie lui faire du mal, de la même façon qu’il lui en faisait…
Revenir en haut Aller en bas
Carlisle Bishop
Carlisle Bishop
le manque de veine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante et un ans. (01/12)
STATUT : célibataire, incapable de définir ses sentiments pour la mère de sa fille. papa comblé de maya, née le vingt-trois septembre deux mille dix-neuf.
MÉTIER : ancien pilote de ligne. désormais bras droit de son père, dans l'entreprise familiale.
LOGEMENT : #50 (villa) ≈ pine street, avec maya, sa fille.
Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle) Za8mzJk
POSTS : 492 POINTS : 170

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : père, son plus beau rôle dans la vie ; doublement diplômé en physique nucléaire et en management ; ancien pilote de chasse ; se prépare à reprendre l'entreprise familiale, à son grand désespoir ; a toujours souffert de l'absence de sa mère, partie trop tôt ; gentil et intègre ; rêve d'une vie de famille stable
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : savannah (3) ; leslie ; mina ; victoria (2) ; sofia ; lexie (2)
RPs EN ATTENTE : channing ;
RPs TERMINÉS : ren ; nina ; gretel ; theo ; matteo ; noa ; andrina ; noa ; noa (2) ; amal ; angelina ; andrina (2) ; evelyn ; andrina (3) ; angelina (2) ; phoebe ; amal ; evelyn (2) ; amal ; savannah ; amal (2) ; hassan ; mina ; chadna ; amal (3) ; mina (2) ; mina (3) ; noa (3) ; mina (4) ; mina (5) ; mina (6) ; savannah (2) ; skylar&mina ; nolan ; mina (7) ; elise ; evelyn (3) ; mina (8) ; livia ; evelyn (4) ; noa (4) ; victoria ; lexie ;
AVATAR : matthias schoenarts le magnifique.
CRÉDITS : ava : doom days ; gif : badassbaker.
DC : camil smith + naomi carlson.
INSCRIT LE : 05/06/2016

Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle) Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle) EmptyLun 29 Mar - 23:20


Au grand dam de son père, Carlisle avait décidé, une fois de plus, de partir relativement tôt du bureau pour pouvoir s’occuper de sa fille unique. Il avait essuyé quelques remarques et quelques critiques de la part de son géniteur, qui trouvait parfaitement inadmissible que l’on abandonne l’entreprise aussi vite alors qu’on était supposé en être l’héritier direct, mais ledit héritier n’avait pas pris la peine d’y répondre. À quoi bon, de toute façon ? Les deux Bishop étaient rarement d’accord — pour ne pas dire jamais. Mais le point de non-retour avait été atteint lorsque, deux ans plus tôt, Carlisle avait informé Bartholomew Bishop qu’il allait avoir un petit-fils ou une petite-fille. Le dirigeant avait fait plus que la morale à Carlisle, et n’avait pas hésité à lui reprocher ‘cette idée saugrenue’ qu’il avait eue, d’avoir non seulement ‘baisé une héritière à la réputation franchement limite’ mais d’avoir en plus été ‘suffisamment con pour l’engrosser’. Le sang de l’ancien pilote n’avait fait qu’un tour, et il avait dû faire preuve de son plus grand self-control pour ne pas écraser son poing sur le visage de son père. Conscient que rien ne ferait entendre raison à son géniteur, il avait préféré lui dire qu’il serait là pour s’occuper des affaires courantes à l’entreprise, mais qu’il n’entendait pas le tenir informé du moindre détail relatif à sa vie personnelle. Il n’avait pas laissé à son père l’occasion de répondre à ça, et il avait tourné les talons. Résigné, il avait fini par accepter l’évidence : son père et lui ne s’entendraient jamais vraiment, puisqu’un monde les séparait.


La jeune Maya avait poussé des exclamations de joie, lorsqu’elle avait vu son père franchir le seuil. Elle s’était redressée avec hâte, et avait manqué de tomber sur les fesses dans la précipitation. Elle avait fait quelques pas hésitants jusqu’aux barreaux en bois du parc, et avait piétiné le sol en souriant, impatiente. « Bonjour mon amour. » Avait-il murmuré, tendant les bras pour récupérer Maya. Dès l’instant où il pressa son petit corps contre son torse, et qu’il sentit les petits bras potelés de sa fille autour de son cou, les tracas et autres inquiétudes qui habitaient l’Australien s’envolèrent aussitôt. Il fit tournoyer sa fille dans les airs pendant quelques instants, et croisa finalement le regard de la baby-sitter, qui faisait quelques pas en leur direction. « Tout s’est bien passé ? » Demanda l’ancien pilote, alors qu’il ramenait Maya contre lui. Sa fille posa sa tête sur l’épaule de son père, qui échangea pendant quelques minutes avec la baby-sitter. Il lui posa les questions habituelles — Est-ce que tout s’était bien déroulé ? Maya avait-elle mangé ? S’était-elle bien comportée ? Avaient-elles pris le temps d’aller se balader ? — et, une fois rassuré, il raccompagna la jeune Australienne jusqu’à la porte. Il la regarda monter en voiture, s’éloigner, et encouragea Maya à faire un signe de la main à sa baby-sitter. Quand elle sortit de leur champ de vision, père et fille se retournèrent pour rentrer chez eux. « On va prendre le bain ? » Demanda-t-il, avant d’embrasser le front de sa fille. L’enthousiasme de sa progéniture le fit sourire ; il savait déjà que, d’ici quelques minutes, il serait trempé — la malicieuse Maya prenait toujours un malin plaisir à envoyer des gouttelettes d’eau en direction de son père.


Il l’avait couchée en tout début de soirée, après l’avoir nourrie. Le calme était revenu chez lui et, étrangement, il se sentait seul. Démotivé. Et pour cause : quitter le travail de bonne heure l’obligeait forcément à se replonger dans ses dossiers plus tard, une fois que sa fille n’accaparait plus toute son attention. Bon gré mal gré, il alluma donc son ordinateur portable, et ouvrit les fichiers sur lesquels il était en train de travailler — des demandes d’autorisation pour l’export de marchandise en direction du continent asiatique. En sachant qu’il en avait pour quelques heures de boulot, il s’octroya une dernière distraction — une cigarette, qu’il alla fumer devant l’entrée de chez lui. Son regard se déporta machinalement aux alentours, et il compta les quelques points lumineux qu’il distingua. Apparemment, la plupart de ses voisins étaient chez eux, ce soir. Ce qui n’avait rien de surprenant, puisqu’on était au beau milieu de la semaine. Il écrasa son mégot dans le cendrier, le jeta dans la poubelle, et rentra pour s’occuper de ses maudits dossiers.


La soirée était paisible, et il touchait au but : dans quelques minutes, il aurait terminé. Il relirait le tout à tête reposée, dès le lendemain. Mais là, il savourait et se réjouit de pouvoir bientôt détourner les yeux de ces données administratives imbuvables. Sauf que des cris lui firent relever la tête, et froncer les sourcils. Cette voix, il la connaissait bien : il s’agissait de celle de sa voisine, Sofia. Une femme sans problème, en apparence tout du moins, qui ne faisait pas de vague. En tout cas, jusqu’à ce soir. Il abandonna ce qu’il était en train de faire, et sortit dans la nuit « Sofia ? »  Appela-t-il, alors que des jurons s’échappaient de ses lèvres, telle une litanie sans fin. « Sofia ? » Répéta-t-il en s’approchant, cherchant à identifier l’endroit où elle était. Une fraction de seconde plus tard, il entendit un bruit de verre brisé. Il partit en petites foulées en direction de chez elle et, une fois arrivé en bas, comprit qu’elle était celle qui faisait tout ce brouhaha. « Sofia, tout va bien ? Tu as besoin d’aide ? » Demanda-t-il en s’approchant de son garage, encore inconscient des dégâts qu’elle avait provoqués.
@Sofia Caron



Gave love 'bout a hundred tries, Just running from the demons in your mind, Then I took yours and made 'em mine, I didn't notice 'cause my love was blind, Said I'd catch you if you fall, And if they laugh, then fuck 'em all, And then I got you off your knees, Put you right back on your feet, Just so you can take advantage of me » (Eminem, without me)
Revenir en haut Aller en bas
 

Revenge is a dish best savoured cold (#Carlisle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: logements
-