AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-27%
Le deal à ne pas rater :
Apple AirPods Pro
205 € 279 €
Voir le deal
-56%
Le deal à ne pas rater :
Carte Fnac+ & Deezer Premium 12 mois
60 € 135 €
Voir le deal

 shot me down, bang, bang (lucia #2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shiloh Atkins
Shiloh Atkins
la reconstruction
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans - (8.11.1995)
SURNOM : sa soeur l'appelle yoshi, mais elle préfère shiloh
STATUT : célibataire, n'est plus que l'ombre d'elle-même après une relation abusive.
MÉTIER : James Weatherton lui laisse une seconde chance au sein de sa maison de couture, elle donnera tout pour réussir
LOGEMENT : viens d'emménager dans un petit studio au #323 doggett street, fortitude valley
shot me down, bang, bang (lucia #2)  A83dfe30649ceb7db400e47df019e405
POSTS : 2166 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un frère jumeau, Nathan › sait coudre depuis ses dix ans et ne rate jamais une occasion de créer ses propres vêtements › viens tout juste de revenir à Brisbane › sort d'une relation abusive qui aura durer un peu plus d'un an › naturelle et souriante, elle c'est renfermé sur elle-même ces derniers temps › ne sait passer une journée sans musique
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : shot me down, bang, bang (lucia #2)  117367fbe5834c99f6084332ab3d8a19da821cad
NATHAN #1 △ when we were young we were the ones, the kings and queens oh yeah, we ruled the world. we smoked cigarettes man no regrets, wish i could relive every single word. we've taken different paths and travelled different roads. i know we'll always end up on the same one when we're old, and when you're in the trenches, and you're under fire I will cover you

shot me down, bang, bang (lucia #2)  E3895f26fa45075731e97331b9942bfb
LOUISA #3 △ wherever I go, you bring me home, sweet creature. when I run out of road, you bring me home. we're running through the garden. oh, where nothing bothered us but we're still young I always think about you and how we don't speak enough

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
LUCIA #2△ and I'm craving, craving, craving something I can feel where do I go, what do I need, is it ecstasy or is it fear? 'am I on my own, am I even close 'Coz I'm craving, still craving something I can feel. never thought the night could get so lonely



RPs TERMINÉS : Louisa #1 (fb)Louisa #2Lucia #1Danika #1Knox #1Oakley #1Chloe #1 (fb)Thomas #1 (fb)
AVATAR : elizabeth lail
CRÉDITS : (avatar) cristalline - (ub) loonywaltz - (icons) pinterest
DC : cian, bailey, loan & wyatt
PSEUDO : paindep.
INSCRIT LE : 04/07/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t34993-a-storm-to-weather-shiloh https://www.30yearsstillyoung.com/t33722-i-m-writing-you-a-symphony-of-sound https://www.30yearsstillyoung.com/t35366-shiloh-atkins https://www.30yearsstillyoung.com/t35364-shiloh-atkins

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptySam 20 Mar - 22:01



À chaque nouveau pas, je jette un coup d’œil par-dessus mon épaule. À chaque bruit dans mon dos, je sens tout mon être frissonner alors que se répète dans un coin de ma tête une litanie suppliant que ce ne soit pas lui qui soit en train de me suivre. Je n’ai que quelques rues à franchir pour rejoindre l’appartement de Lucia. Ce n’est pas le chemin le plus court, mais celui le plus fréquenté quand je ne cesse de longer des devantures de magasins. Même s’il était encore en ville, Lawrence ne pourrait pas m’aborder ici. Pas comme il l’a fait il y a une semaine de cela, lorsqu’il est sorti de nulle part face à moi, lorsqu’il m’a obligé à le suivre. Il était en colère mon ex petit-ami, il voulait que je reparte à Sydney avec lui. Durant toute une après-midi, il a insisté, il a usé de toutes les tactiques qui fonctionnaient encore lorsque nous étions ensemble. Il m’a humilié, à serrer ses doigts si fort autour de mon bras qu’une marque y réside encore, il m’a insulté, m’a menacé sans que jamais je n’accepte de le suivre. Il a su me trouver encore le lendemain, toujours plus en colère. Il a voulu tout détruire pour que je revienne avec lui. Je me demande encore comment j’ai su lui tenir tête, comme j’ai su lui dire que c’était trop, que je n’étais pas prête. Ses obligations professionnelles l’ont forcé à repartir seul, mais jamais il ne cesse de me harceler. Ce sont des centaines et des centaines de messages par jours, des appels téléphoniques à toutes les heures du jour et de la nuit. Un coup menaçant, un coup suppliant. Des je t’aime combiner à des horreurs. Et au milieu de tout cela mon cœur qui flanche. C’est pour cela que j’ai ressenti le besoin de voir Lucia. Les sentiments que j’ai pour Lawrence ne se sont pas envolés comme par magie, il réside encore quelque chose qui me pousserait presque à le rejoindre. Puis mon téléphone vibre et c’est un énième message de menace. Parfois, je réponds, la plupart du temps, je préfère le silence. Il est midi et je viens de recevoir le cinquante et unième message du jour. « Tu seras jamais quelqu’un de bien sans moi, personne ne voudra jamais de toi. » Et comme à chaque fois, il laisse sa marque, creuse dans ce qui me reste de confiance en moi. Il réussi son coup à des milliers de kilomètres de là. « Je vais me venger Shiloh. » Puis plus rien, si ce n’est mon cœur qui bat la chamade et mes pas qui s’accélèrent sur l’asphalte.

C’est d’une main tremble que je sonne chez Lucia. Dans un souffle, je remets ma robe en place, tire un peu sur mes cheveux. Un sourire se dessine sur mes lèvres, pour donner le change, comme toujours. Elle ne doit se douter de rien la jeune femme. Elle que je n’ai pas vue depuis si longtemps, alors que son petit ami se remettait d’un accident. J’ai un cadeau pour elle, des sucreries pour lui. Elle m’avait indiqué être seule et c’est tant mieux. La discussion ne sera pas aisée, mais les paroles qu’elle avait prononcées lors de nos échanges me restent graver dans la tête. Elle comprenait, elle était passée par là. J’ai besoin de savoir à quel point, j’ai besoin que ce soit elle qui m’écoute, parce que les autres ne comprendraient pas. « Bonjour Lucia. » Le sourire est bien là lorsqu’elle ouvre la porte la jeune femme. C’est vraiment avec plaisir que je la revois enfin, elle qui avait su m’ouvrir les portes de chez elle lorsque rien n’allait pour moi. Une fois encore elle m’accueille comme il se doit et de manière un brin timide, je lui tends les deux sachets que j’avais en main. « Pour toi et pour ton copain. » Une robe et un tee-shirt brodé de ma confection pour elle, des chocolats pour lui.

@lucia whitemore shot me down, bang, bang (lucia #2)  2396639051 shot me down, bang, bang (lucia #2)  2396639051


 
I'm going under and this time I fear there's
no one to save me. This all or nothing really
got a way of driving me crazy, I need
somebody to heal, somebody to know,
somebody to have, somebody to hold.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  InF9M6m
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Xc1pTzg
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
Le sacre du printemps
Le sacre du printemps
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans (15.10.94) - Libra
STATUT : Elle a gribouillé "Lucia McGrath" sur tous ses cahiers de notes pour "voir si ça rend bien".
MÉTIER : Wedding-Planner assistante d'Evelyn Pearson, vu son naturel doux et romantique, surprenant que le métier ne se soit pas imposé plus tôt. Elle passe également quatre heures en cuisine par semaine pour l'association FareShare qui récupère les invendus des restaurants, les cuisine et les distribue aux sans abris.
LOGEMENT : Ils repartent à zéro dans une jolie villa 3 pièce à Logan City. Elle a emménagé avec Swann et Pancake (le goldendoodle) au 336 Princess Street début avril 2021.
shot me down, bang, bang (lucia #2)  26a7c9eee09110ce738b5725191af0994000a635
POSTS : 1476 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + est restée 3 ans prisonnière d'une relation abusive, elle retrouve aujourd'hui l'amour dans les bras de swann + douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, elle a toujours un sourire sur le visage + sa famille représente tout pour elle, elle tente de reconstruire sa relation avec ses soeurs aînées + championne olympique de marathon netflix et reflet de sa génération : son téléphone semble greffé dans sa main + solaire mais très effacée, elle a toujours l'impression de déranger
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Gm9ZVqFa_o
luwann #20 & #21 I keep fighting voices in my mind that say I'm not enough. Am I more than just the sum of every high and every low, remind me once again just who I am because I need to know. You say I am strong when I think I am weak. And you say I am held when I am falling short, and when I don't belong, oh you say I am yours and I believe. In you I find my worth, in you I find my identity.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_p1lpy30ycg1tnifljo5_250
whitemore girlslunah #6 & gabrielle (scénario libre) ⊹ I know water that's thicker than love, that's deeper than love with my friends. People come and some people go, and some people ride 'til the end.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_inline_pafs55whGg1u3u0uv_250
lucevie #4 ⊹ Am I good enough ? Do I measure up ? I wanna be fearless, no holding back, no backing down because I believe You're with me now. Bring on the unknown, lead me and I'll go.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
luloh #2 Clipped wings, I was a broken thing. Had a voice, had a voice but I could not sing. And I don't care if I sing off key, I find myself in my melodies. I sing for love, I sing for me, I shout it out like a bird set free.


shot me down, bang, bang (lucia #2)  3097839869_1_3_jFaWc7zX
+ fête des voisinsmaison luwanncharlie

+ crédits complets pour les gifs dans mon moodboard

RPs EN ATTENTE : scarlett
RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens
AVATAR : Phoebe Dynevor
CRÉDITS : merygoldstuff (avatar), loonywaltz (UB), harley (gif profil & base crackship)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-do-not-fear-failure-but-please-be-terrified-of-regret https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyDim 21 Mar - 15:21


shot me down, bang, bang
Lucia Whitemore & @Shiloh Atkins shot me down, bang, bang (lucia #2)  873483867

Cuisiner a toujours été l’une de mes activités de prédilection pour me changer les idées et, en ce moment, dieu seul sait à quel point j’en ai besoin. Les dernières semaines ont été mouvementées et mon retour au travail compliqué. Evelyn n’y est pour rien, j’aime toujours autant ce que je fais mais, ce qui me terrorise c’est de quitter l’appartement. C’est de laisser Swann seul toute la journée, en proie à ses démons. Je sais qu’il a promis que tout était derrière nous. Je sais aussi qu’il a dit que ce qui s’est passé à la mi - février - je n’ose mettre de mot dessus - ne se reproduira pas. Mais rien n’y fait, la peur qu’il recommence me dévore. Je ne l’ai pas vu venir la première fois, comment pourrais-je réussir à anticiper une seconde tentative si je ne suis pas à la maison ? Si je le laisse seul toute la journée ? J’ai beau savoir qu’il ne reste pas désoeuvré, qu’il voit du monde et qu’il sort de l’appartement, j’ai une boule au ventre tous les matins en passant la porte.

Aujourd’hui il passe une journée en famille et, si je sais qu’il m’aurait proposé pour me faire plaisir, j’ai préféré prendre les devants et lui dire de profiter des siens. Moi, persuadée que je trouverais de quoi m’occuper, j’ai fait un pas en arrière pour les laisser ensemble. Dans ce contexte, le message de Shiloh est tombé à pic et je me suis empressée de lui proposer de passer une partie de la journée ensemble. Nous ne nous sommes pas vues depuis plusieurs semaines et je sais que c’est ma faute : j’ai été aux abonnés absents depuis l’accident de Swann, happée par mon couple et la volonté de passer le plus de temps possible avec lui. J’ai tenu mon entourage à l’écart volontairement : je n’ai pas envie de leur raconter ce qu’il s’est exactement passé. C’est une histoire qui appartient à mon petit ami, pas à moi.

Le joli sourire de la blonde est contagieux et, lorsque j’ouvre la porte et m’efface pour la laisser entrer, je me sens coupable de ne pas avoir pris de nouvelles ces dernières semaines. « Bonjour Lucia. » « Shiloh, ça me fait plaisir de te voir. » Je ne sais si elle comptait se contenter d’un signe de la main, mais je l’étreins chaleureusement. « T’étais jamais venue ici non ? » Nerveuse ou timide, je ne saurais le dire avec précision, elle me tend deux paquets et j'entrouvre les lèvres, aussi surprise que touchée. « Pour toi et pour ton copain. » Mon nom est joliment calligraphié sur l’un des paquets et, devinant que l’autre est pour Swann, je le dépose sur la table avant de l’inviter à s’installer sur le canapé. « Celui-là est pour moi c’est ça ? Oh, mais il fallait pas. » Gênée, je ne sais où me mettre puisque je n’ai rien pour elle de mon côté. « Je peux l’ouvrir ? » Timidement, j’attends son accord avant de déchirer délicatement le paquet. J’y trouve un joli t-shirt ainsi qu'une robe légère de saison, le tout parfaitement magnifique et délicat. « C’est… C’est superbe. C’est toi qui as fait ça ? » Émue, je me mords la lèvre avant de déposer les vêtements sur le dossier du canapé. « Je peux la mettre tout de suite ? » Mes doigts s’accrochent à la robe et, pour masquer mon malaise, je me transforme comme toujours en hôte parfaite. « Les pancakes sont prêts et j’ai fait du cheesecake. J’ai plus qu’à cuire les œufs et le bacon. » C’est meilleur chaud et cuit à la dernière minute. « Tu veux quelque chose à boire en attendant ? »







shot me down, bang, bang (lucia #2)  RXuOxmi
shot me down, bang, bang (lucia #2)  MbPrMoF
shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QoPDAKU
shot me down, bang, bang (lucia #2)  872289volunteer

shot me down, bang, bang (lucia #2)  WwSI4vs
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Shiloh Atkins
Shiloh Atkins
la reconstruction
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans - (8.11.1995)
SURNOM : sa soeur l'appelle yoshi, mais elle préfère shiloh
STATUT : célibataire, n'est plus que l'ombre d'elle-même après une relation abusive.
MÉTIER : James Weatherton lui laisse une seconde chance au sein de sa maison de couture, elle donnera tout pour réussir
LOGEMENT : viens d'emménager dans un petit studio au #323 doggett street, fortitude valley
shot me down, bang, bang (lucia #2)  A83dfe30649ceb7db400e47df019e405
POSTS : 2166 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un frère jumeau, Nathan › sait coudre depuis ses dix ans et ne rate jamais une occasion de créer ses propres vêtements › viens tout juste de revenir à Brisbane › sort d'une relation abusive qui aura durer un peu plus d'un an › naturelle et souriante, elle c'est renfermé sur elle-même ces derniers temps › ne sait passer une journée sans musique
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : shot me down, bang, bang (lucia #2)  117367fbe5834c99f6084332ab3d8a19da821cad
NATHAN #1 △ when we were young we were the ones, the kings and queens oh yeah, we ruled the world. we smoked cigarettes man no regrets, wish i could relive every single word. we've taken different paths and travelled different roads. i know we'll always end up on the same one when we're old, and when you're in the trenches, and you're under fire I will cover you

shot me down, bang, bang (lucia #2)  E3895f26fa45075731e97331b9942bfb
LOUISA #3 △ wherever I go, you bring me home, sweet creature. when I run out of road, you bring me home. we're running through the garden. oh, where nothing bothered us but we're still young I always think about you and how we don't speak enough

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
LUCIA #2△ and I'm craving, craving, craving something I can feel where do I go, what do I need, is it ecstasy or is it fear? 'am I on my own, am I even close 'Coz I'm craving, still craving something I can feel. never thought the night could get so lonely



RPs TERMINÉS : Louisa #1 (fb)Louisa #2Lucia #1Danika #1Knox #1Oakley #1Chloe #1 (fb)Thomas #1 (fb)
AVATAR : elizabeth lail
CRÉDITS : (avatar) cristalline - (ub) loonywaltz - (icons) pinterest
DC : cian, bailey, loan & wyatt
PSEUDO : paindep.
INSCRIT LE : 04/07/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t34993-a-storm-to-weather-shiloh https://www.30yearsstillyoung.com/t33722-i-m-writing-you-a-symphony-of-sound https://www.30yearsstillyoung.com/t35366-shiloh-atkins https://www.30yearsstillyoung.com/t35364-shiloh-atkins

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyMar 23 Mar - 22:28



Nerveuse, je ne cesse de me balancer d'un pied sur l'autre. Mon regard ne cesse de balayer le couloir tranquille de l'immeuble. Comme s'il pouvait sortir de la pénombre à tout instant, comme s'il rôdait dans chacun de mes pas. Mon cœur s'accélère alors que j'entends du bruit dans la cage d'escaliers. À chaque seconde qui passe, je ne cesse de me répéter qu'il est loin, qu'il ne viendra jamais me chercher ici, qu'il ne voudrait pas la voir. Alors s'enchaîne une litanie de questions, réponses comme pour justifier ma présence sur le pas de cette porte. Elle n'avait pas donné de nouvelles depuis longtemps, Lucia. Oui, mais son petit ami a eu un accident, c'était important. Cela n'avait rien à voir avec moi. Est-ce qu'elle voudrait vraiment passer l'après-midi en ma compagnie ? C'est elle qui a proposé que l'on se trouve sous son toit. Elle est la seule avec qui je peux réellement parler de tout cela, elle l'avait dit, elle comprenait, elle. Puis elle a cuisiné un brunch, je peux le sentir jusque dans le couloir alors que des pas se font entendre de l'autre côté du battant. Mes doigts s'emmêlent dans l'anse de mon sac alors que s'ouvre la porte pour laisser apparaître la jeune femme. Et c'est le même enchaînement qui reprend, un sourire aux lèvres pour ne jamais rien laisser paraître. « Shiloh, ça me fait plaisir de te voir. » Alors que je n'osais à peine m'inviter dans son appartement, la jeune femme me prend dans ses bras. L'étreinte est brève, mais suffisante pour me rappeler que j'ai fait le bon choix. « T’étais jamais venue ici non ? » Je secoue la tête à la négative, retirant mes chaussures pour mieux la suivre à l'intérieur.

Le salon est simple, mais décoré avec goût et dès l'instant où Lucia referme la porte d'entrée, je me sens bien. L'atmosphère est légère, emplie d'une bonne odeur sucrée donnant l'envie de s'attarder dans le lieu. « Celui-là est pour moi c’est ça ? Oh, mais il fallait pas. » Une nouvelle fois, je souris à la jeune femme alors qu'elle semble bien gênée. « C'était pour te remercier et puis ça me fait plaisir. » Coudre cette robe m'avait permis de m'évader des heures durant, mettre le fil de mes pensées sur pause pour mieux me concentrer sur ce que j'étais en train de créer. « Je peux l’ouvrir ? » « Bien sûr ! » que je l'empresse, tant j'ai hâte de voir sa réaction. Une fois encore, je redécouvre le résultat alors qu'elle déballe avec soin l'ensemble de tissus. Je ne m'étais pas trompé ces couleurs automnales iront parfaitement avec son teint. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas offert une de mes créations. À en juger par sa réaction, le teint rosit de ses joues, il semblerait que ce soit une réussite. Je l'espère tellement que ma jambe ne cesse de tressauter. « C’est… C’est superbe. C’est toi qui as fait ça ? » Je hoche la tête lentement, trop timide pour prendre pleinement le compliment. « J'ai simplement fait la broderie du tee-shirt, mais la robe, c'est moi. » Ce vêtement, c'est moi qui tente de reprendre pied tout en lui disant merci. « Je peux la mettre tout de suite ? » Un léger rire m'échappe tant, je suis surprise de sa question. « Bien sûr! Je veux te voir dedans. » Et déjà, mes doigts s'activent pour retourner l'intérieur de mon sac à main afin de mettre la main sur mon kit de couture. « Si quelque chose ne va pas, je pourrai faire des retouches! » Je m'étais inspirée des vêtements que j'avais pu trouver dans son appartement, mais l'avantage du fait maison, c'est que l'on peut toujours reprendre un point pour que le rendu soit encore plus idéal.

Pourtant, ce n'est pas vers sa chambre qu'elle file, mais plutôt en direction de la cuisine. « Les pancakes sont prêts et j’ai fait du cheesecake. J’ai plus qu’à cuire les œufs et le bacon. » « C'est parfait, ça sent déjà très bon. » Comme pour valider mes dires, mon estomac émet un léger grondement. Avec les derniers événements, je ne mange que très peu, n'ayant jamais bien l'appétit, ne trouvant jamais le plaisir de manger seule. « Tu veux quelque chose à boire en attendant ? » « Je prendrais un thé en mangeant, mais va essayer la robe, tu en meurs d'envie. » Elle qui n'a pas encore lâché le tissu, mais qui voulait également m'accueillir comme il se doit. Une fois encore, je lui offre un sourire rassurant. « Promis, je peux attendre un peu. » Et dès qu'elle aura disparu pour se changer, je m'empresserais de faire chauffer de l'eau dans la théière que j'aperçois déjà au loin. Une façon détournée de l'aider, de la remercier, encore. On a le temps pour les conversations douloureuses même si dans mon dos, la sonnerie signalant un nouveau message sur mon téléphone résonne. Il est réveillé, cela ne fait que commencer. Je pourrais passer l'appareil en silencieux, mais pour en parler à la jeune femme, j'ai besoin qu'elle entende à quel point c'est constant.

Et voilà une sonnerie encore.


 
I'm going under and this time I fear there's
no one to save me. This all or nothing really
got a way of driving me crazy, I need
somebody to heal, somebody to know,
somebody to have, somebody to hold.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  InF9M6m
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Xc1pTzg
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
Le sacre du printemps
Le sacre du printemps
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans (15.10.94) - Libra
STATUT : Elle a gribouillé "Lucia McGrath" sur tous ses cahiers de notes pour "voir si ça rend bien".
MÉTIER : Wedding-Planner assistante d'Evelyn Pearson, vu son naturel doux et romantique, surprenant que le métier ne se soit pas imposé plus tôt. Elle passe également quatre heures en cuisine par semaine pour l'association FareShare qui récupère les invendus des restaurants, les cuisine et les distribue aux sans abris.
LOGEMENT : Ils repartent à zéro dans une jolie villa 3 pièce à Logan City. Elle a emménagé avec Swann et Pancake (le goldendoodle) au 336 Princess Street début avril 2021.
shot me down, bang, bang (lucia #2)  26a7c9eee09110ce738b5725191af0994000a635
POSTS : 1476 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + est restée 3 ans prisonnière d'une relation abusive, elle retrouve aujourd'hui l'amour dans les bras de swann + douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, elle a toujours un sourire sur le visage + sa famille représente tout pour elle, elle tente de reconstruire sa relation avec ses soeurs aînées + championne olympique de marathon netflix et reflet de sa génération : son téléphone semble greffé dans sa main + solaire mais très effacée, elle a toujours l'impression de déranger
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Gm9ZVqFa_o
luwann #20 & #21 I keep fighting voices in my mind that say I'm not enough. Am I more than just the sum of every high and every low, remind me once again just who I am because I need to know. You say I am strong when I think I am weak. And you say I am held when I am falling short, and when I don't belong, oh you say I am yours and I believe. In you I find my worth, in you I find my identity.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_p1lpy30ycg1tnifljo5_250
whitemore girlslunah #6 & gabrielle (scénario libre) ⊹ I know water that's thicker than love, that's deeper than love with my friends. People come and some people go, and some people ride 'til the end.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_inline_pafs55whGg1u3u0uv_250
lucevie #4 ⊹ Am I good enough ? Do I measure up ? I wanna be fearless, no holding back, no backing down because I believe You're with me now. Bring on the unknown, lead me and I'll go.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
luloh #2 Clipped wings, I was a broken thing. Had a voice, had a voice but I could not sing. And I don't care if I sing off key, I find myself in my melodies. I sing for love, I sing for me, I shout it out like a bird set free.


shot me down, bang, bang (lucia #2)  3097839869_1_3_jFaWc7zX
+ fête des voisinsmaison luwanncharlie

+ crédits complets pour les gifs dans mon moodboard

RPs EN ATTENTE : scarlett
RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens
AVATAR : Phoebe Dynevor
CRÉDITS : merygoldstuff (avatar), loonywaltz (UB), harley (gif profil & base crackship)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-do-not-fear-failure-but-please-be-terrified-of-regret https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyVen 26 Mar - 10:53



shot me down, bang, bang
Lucia Whitemore & @Shiloh Atkins shot me down, bang, bang (lucia #2)  873483867

« C'était pour te remercier et puis ça me fait plaisir. » Le paquet de Swann délicatement déposé sur la table à manger, je tiens le mien entre mes doigts comme s’il était précieux. Je ne l’attendais pas là Shiloh, sinon cela va sans dire que j’aurais trouvé un petit quelque chose à lui offrir pour ne pas l'accueillir les mains vides alors qu’elle a visiblement passé beaucoup de temps sur le mien : je devine en l’ouvrant qu’elle ne s’est pas contentée d’acheter une tenue toute faite dans un magasin et je me sens encore plus mal à l’aise de ne rien avoir à lui donner. Je me note dans un coin de ma tête de découvrir la date de son anniversaire, sa fête, ou n’importe quelle occasion qui me permettra de lui renvoyer l’ascenseur. En attendant, j’observe le t-shirt que je déplie précautionneusement et que j’étale sur la table, avant de faire pareil avec la robe. C’est sublime et, je le devine, fait sur mesure pour m’aller. « J'ai simplement fait la broderie du tee-shirt, mais la robe, c'est moi. » Le tissu est si fin et doux qu’il glisse entre mes doigts et, touchée, je reste silencieuse un instant. J’ai envie de l’essayer et c’est la première chose qui me passe par la tête pour dissiper le malaise. « Bien sûr ! Je veux te voir dedans. Si quelque chose ne va pas, je pourrai faire des retouches ! » « Je suis sûre que ce sera parfait. » Dans les faits, je suis si fluette qu’il n’y a pas grand-chose dans ma garde robe qui ne nécessiterait pas d’être retouché. « C’est vraiment… Merci, ça me touche beaucoup et ça m’embête de ne rien avoir à t’offrir. » Partagée entre ma nervosité, l’envie d’être une hôte parfaite et l’excitation à l’idée d’essayer ma nouvelle tenue - les fringues sont ma passion et la meilleure façon de faire de moi une amie - je me dirige vers la cuisine tout en gardant le vêtement dans ma main.

« C'est parfait, ça sent déjà très bon. » J’esquisse un sourire, ravie qu’elle ne me réponde pas que j’en ai trop fait. Si elle le pense, elle a la délicatesse de ne pas le faire remarquer. Elle est tout en délicatesse Shiloh de toute façon, je m’en suis déjà fait la remarque et je me demande ce qu’elle a trouvé à un homme comme Lawrence. Ce que lui lui a trouvé est évident : comme moi et comme toutes ses ex, elle semble taillée dans le même moule. « Je prendrai un thé en mangeant, mais va essayer la robe, tu en meurs d'envie. Promis, je peux attendre un peu. » « Je fais bouillir l’eau dans ce cas ! » Et dès que c’est chose faite, je disparais dans la chambre - en prenant soin d’éviter de jeter un coup d'œil dans la salle de bain - pour ôter les vêtements que j’ai déjà sur le dos et enfiler précautionneusement la robe. Faite dans un tissu bleu pâle, elle met en valeur mon teint de porcelaine autant que mes yeux et ajustable à la taille avec une ceinture cousue dans le même tissu, elle me semble me mettre en valeur à la perfection. La professionnelle qu’est la blonde trouvera forcément certaines retouches à faire mais moi, avec un œil de néophyte, je me dis simplement qu’elle est parfaite et que mon amie a le compas dans l'œil. J’enfile une paire de sandales d’été qui ira bien avec, avec de retourner au salon. « C’est vraiment parfait. La couleur est magnifique et elle me va très bien. » Professionnelle, elle me demande de tourner sur moi même et je m’exécute doucement. Alors qu’elle se lève et plisse le tissu entre ses doigts - certainement pour un quelconque ajustement, je joins mes mains nerveusement avant de me jeter à l’eau. « Ton message disait que tu voulais discuter avec moi... » Je n’aime pas aborder moi même ce genre de sujet mais j’ai peur qu’il s’agisse de Lawrence, de notre histoire ou de la leur. Sans le réaliser, je porte ma main à ma bouche pour me ronger les ongles tandis qu’elle s’affaire toujours sur la robe. « Y’a quelque chose en particulier dont tu voulais qu’on parle ? » J’espère toujours avoir mal compris, j’espère toujours qu’elle voulait simplement rattraper le temps perdu ces dernières semaines.






shot me down, bang, bang (lucia #2)  RXuOxmi
shot me down, bang, bang (lucia #2)  MbPrMoF
shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QoPDAKU
shot me down, bang, bang (lucia #2)  872289volunteer

shot me down, bang, bang (lucia #2)  WwSI4vs
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Shiloh Atkins
Shiloh Atkins
la reconstruction
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans - (8.11.1995)
SURNOM : sa soeur l'appelle yoshi, mais elle préfère shiloh
STATUT : célibataire, n'est plus que l'ombre d'elle-même après une relation abusive.
MÉTIER : James Weatherton lui laisse une seconde chance au sein de sa maison de couture, elle donnera tout pour réussir
LOGEMENT : viens d'emménager dans un petit studio au #323 doggett street, fortitude valley
shot me down, bang, bang (lucia #2)  A83dfe30649ceb7db400e47df019e405
POSTS : 2166 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un frère jumeau, Nathan › sait coudre depuis ses dix ans et ne rate jamais une occasion de créer ses propres vêtements › viens tout juste de revenir à Brisbane › sort d'une relation abusive qui aura durer un peu plus d'un an › naturelle et souriante, elle c'est renfermé sur elle-même ces derniers temps › ne sait passer une journée sans musique
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : shot me down, bang, bang (lucia #2)  117367fbe5834c99f6084332ab3d8a19da821cad
NATHAN #1 △ when we were young we were the ones, the kings and queens oh yeah, we ruled the world. we smoked cigarettes man no regrets, wish i could relive every single word. we've taken different paths and travelled different roads. i know we'll always end up on the same one when we're old, and when you're in the trenches, and you're under fire I will cover you

shot me down, bang, bang (lucia #2)  E3895f26fa45075731e97331b9942bfb
LOUISA #3 △ wherever I go, you bring me home, sweet creature. when I run out of road, you bring me home. we're running through the garden. oh, where nothing bothered us but we're still young I always think about you and how we don't speak enough

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
LUCIA #2△ and I'm craving, craving, craving something I can feel where do I go, what do I need, is it ecstasy or is it fear? 'am I on my own, am I even close 'Coz I'm craving, still craving something I can feel. never thought the night could get so lonely



RPs TERMINÉS : Louisa #1 (fb)Louisa #2Lucia #1Danika #1Knox #1Oakley #1Chloe #1 (fb)Thomas #1 (fb)
AVATAR : elizabeth lail
CRÉDITS : (avatar) cristalline - (ub) loonywaltz - (icons) pinterest
DC : cian, bailey, loan & wyatt
PSEUDO : paindep.
INSCRIT LE : 04/07/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t34993-a-storm-to-weather-shiloh https://www.30yearsstillyoung.com/t33722-i-m-writing-you-a-symphony-of-sound https://www.30yearsstillyoung.com/t35366-shiloh-atkins https://www.30yearsstillyoung.com/t35364-shiloh-atkins

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyDim 28 Mar - 21:51



Elle semble si émue du présent tant elle le manipule avec soin. En rien, sa réaction n’est sur jouée tant je vois son regard s’illuminer dès l’instant où elle découvre le vêtement. « Je suis sûre que ce sera parfait. » J’ose espérer qu’elle lui ira comme un gant, qu’elle se sentira mise en valeur en la portant. « C’est vraiment… Merci, ça me touche beaucoup et ça m’embête de ne rien avoir à t’offrir. » Je secoue la tête vivement face à son embêtement. « Je n’attendais rien en retour. » Jamais je n’offre un cadeau dans l’expectative de recevoir quelque chose en retour. Depuis toujours, j’aime gâter mes proches sans raison particulière. Une pratique que j’avais abandonnée pendant bien trop de temps, alors que j’avais toujours tant aimé vivre la merveilleuse sensation de faire plaisir à quelqu’un. « Cela m’a permis de me remettre en selle. » que je lui avoue timidement. « Et puis vraiment, c’est la moindre des choses. » Elle m’avait accueilli chez elle sans que l’on ne se connaisse, alors que j’avais été sa remplaçante. Elle avait su m’ouvrir la porte de chez elle sans jugement, cela valait bien mille présents. « Puis comme je ne connais pas ton copain, je lui ai pris des chocolats. » On ne se trompe jamais vraiment avec du chocolat.

C’est amusant de voir Lucia sautiller dans l’appartement. C’est rassurant de voir son sourire grandissant. J’ai comme le sentiment que tout ira bien si je reste à ses côtés. Même en silence, elle semble avoir le pouvoir de m’apaiser. Lorsqu’elle apparaît à nouveau vêtue de ma création, elle rayonne autrement. « C’est vraiment parfait. La couleur est magnifique et elle me va très bien. » En douceur, je m’approche d’elle. Le jupon tombe à merveille sur ses jambes, mais je ne peux m’empêcher de venir corriger le nœud à sa taille et vérifier que le tissu ne la serre pas au niveau des épaules. « Elle te va à merveille. » Elle est belle la jeune femme, mais lorsque son regard croise le mien, je devine à quel point elle semble nerveuse. Je tente de gagner un peu de temps en travaillant le tombé du tissu sur sa peau claire, mais elle a besoin d’extérioriser la blonde. « Ton message disait que tu voulais discuter avec moi... » J’aurais aimé avoir encore un peu de temps avant d’aborder le sujet Lawrence. Je viens tout juste d’arrive, et même s’il est vrai que je souhaitais lui parler, j’ai bien peur de gâcher le moment. Pourtant, derrière nous, mon téléphone sonne encore et encore. Il se montre insistant. « Y’a quelque chose en particulier dont tu voulais qu’on parle ? » Je hoche la tête tandis que ma main vient attraper la sienne, éloignant ses ongles de sa bouche en douceur. Mes doigts enserrent les siens tandis que le silence est entrecoupé par trois sonneries consécutives. « C’est Lawrence qui me harcèle. » Encore une sonnerie et finalement le silence qui retombe plus lourd que jamais. Il s’est probablement lassé, il reprendra plus tard. « Il est venu à Brisbane. » que j’annonce lentement. « Il est reparti. » que je m’empresse d’ajouter pour mieux la rassurer. « Mais j’ai peur de ce qu’il pourrait faire… » En réalité, je suis complètement terrorisée. « J’ai refusé de le suivre. » Je ne voulais pas repartir avec lui, je ne voulais plus être enfermée dans cette bulle à Sydney. Qu’importent les sentiments, qu’importe tout ce que l’on avait pu vivre ensemble. Je n’étais pas prête à retourner auprès de lui, je crois que je ne le serais jamais vraiment. « Il a fini par te laisser tranquille toi ? » J’ai cruellement besoin qu’elle me rassure sur ce point.


 
I'm going under and this time I fear there's
no one to save me. This all or nothing really
got a way of driving me crazy, I need
somebody to heal, somebody to know,
somebody to have, somebody to hold.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  InF9M6m
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Xc1pTzg
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
Le sacre du printemps
Le sacre du printemps
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans (15.10.94) - Libra
STATUT : Elle a gribouillé "Lucia McGrath" sur tous ses cahiers de notes pour "voir si ça rend bien".
MÉTIER : Wedding-Planner assistante d'Evelyn Pearson, vu son naturel doux et romantique, surprenant que le métier ne se soit pas imposé plus tôt. Elle passe également quatre heures en cuisine par semaine pour l'association FareShare qui récupère les invendus des restaurants, les cuisine et les distribue aux sans abris.
LOGEMENT : Ils repartent à zéro dans une jolie villa 3 pièce à Logan City. Elle a emménagé avec Swann et Pancake (le goldendoodle) au 336 Princess Street début avril 2021.
shot me down, bang, bang (lucia #2)  26a7c9eee09110ce738b5725191af0994000a635
POSTS : 1476 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + est restée 3 ans prisonnière d'une relation abusive, elle retrouve aujourd'hui l'amour dans les bras de swann + douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, elle a toujours un sourire sur le visage + sa famille représente tout pour elle, elle tente de reconstruire sa relation avec ses soeurs aînées + championne olympique de marathon netflix et reflet de sa génération : son téléphone semble greffé dans sa main + solaire mais très effacée, elle a toujours l'impression de déranger
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Gm9ZVqFa_o
luwann #20 & #21 I keep fighting voices in my mind that say I'm not enough. Am I more than just the sum of every high and every low, remind me once again just who I am because I need to know. You say I am strong when I think I am weak. And you say I am held when I am falling short, and when I don't belong, oh you say I am yours and I believe. In you I find my worth, in you I find my identity.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_p1lpy30ycg1tnifljo5_250
whitemore girlslunah #6 & gabrielle (scénario libre) ⊹ I know water that's thicker than love, that's deeper than love with my friends. People come and some people go, and some people ride 'til the end.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_inline_pafs55whGg1u3u0uv_250
lucevie #4 ⊹ Am I good enough ? Do I measure up ? I wanna be fearless, no holding back, no backing down because I believe You're with me now. Bring on the unknown, lead me and I'll go.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
luloh #2 Clipped wings, I was a broken thing. Had a voice, had a voice but I could not sing. And I don't care if I sing off key, I find myself in my melodies. I sing for love, I sing for me, I shout it out like a bird set free.


shot me down, bang, bang (lucia #2)  3097839869_1_3_jFaWc7zX
+ fête des voisinsmaison luwanncharlie

+ crédits complets pour les gifs dans mon moodboard

RPs EN ATTENTE : scarlett
RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens
AVATAR : Phoebe Dynevor
CRÉDITS : merygoldstuff (avatar), loonywaltz (UB), harley (gif profil & base crackship)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-do-not-fear-failure-but-please-be-terrified-of-regret https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyJeu 1 Avr - 9:32



shot me down, bang, bang
Lucia Whitemore & @Shiloh Atkins shot me down, bang, bang (lucia #2)  873483867

« Je n’attendais rien en retour. Cela m’a permis de me remettre en selle. Et puis vraiment, c’est la moindre des choses. » Si je ne réponds rien, si mon visage s’éclaire d’un joli sourire, je note toutefois l’emploi du se remettre en selle. Pourquoi en avait-elle besoin ? Suis-je folle ou paranoïaque d’imaginer que, comme il l’a fait avec moi, Lawrence l’a éloigné de ses passions et de ses activités professionnelles d’orgine. « Tu as retrouvé un boulot d’ailleurs ? » Moi, j’ai rencontré Evelyn, Evelyn qui m’a donné ma chance et qui continue de me faire confiance pour une raison obscure. La brune, je la considère comme un ange gardien. « Puis comme je ne connais pas ton copain, je lui ai pris des chocolats. » « Et si tu le connaissais tu aurais pas pris autre chose ! » Puisque, comme moi, Swann est un bon vivant. Un bon vivant à tenir éloigné de toute sucrerie si vous ne voulez pas qu’il se jette dessus. « Je peux t’assurer que ça lui fera vraiment plaisir. » Et moi avec puisqu’il est hors de question qu’il profite seul de l’immense boîte que je devine sous le papier cadeau.

En enfilant la robe et en m’observant dans le miroir de la chambre, je ne peux m’empêcher de me faire la remarque que Shiloh a du goût et du talent. Elle a aussi deviné que, pour me faire plaisir, rien ne vaut un vêtement et je n’ose imaginer combien elle a passé de temps sur celui là : après ça, tout présent que je pourrais lui faire en retour semblera bien fade mais je me promets toutefois d’y réfléchir alors que je reviens au salon. « Elle te va à merveille. » Mes joues rosissent et j’écarte mes cheveux pour pouvoir m'observer des pieds à la tête alors qu’elle s’affaire déjà sur une couture et un ourlet en bas du jupon. « La robe fait une partie du boulot. Elle est superbe, je sais pas comment te remercier. » Un brunch, c’est déjà un bon début non ? L’autre chose, tout ce que je peux faire, c’est de l’écouter. Elle semble ailleurs, perturbée, et n'a-t-il pas dit dans son message qu’elle voulait me parler de quelque chose ? Y-a-t’il un rapport avec son téléphone qui ne fait que vibrer depuis qu’elle a passé le seuil de la porte ? L’identité du fauteur de trouble, je la devine avant qu’elle me le dise mais, angoissée, je préfère me dire que c’est impossible, que mon ex n’a certainement rien à voir là dedans.

« C’est Lawrence qui me harcèle. Il est venu à Brisbane. » Si entendre le prénom du brun me crispe, ce n’est rien comparé à l’angoisse que je ressens en sachant qu’il est là où en tout cas qu’il est venu récemment. Mon ventre se noue et je ressens une bouffée de chaleur caractéristique de la panique. « Il est reparti. » Si ma mâchoire se détend, l’atmosphère a toutefois définitivement changé. Difficile de faire comme si j’étais à l’aise à l’idée de parler du musicien, mais pour elle, je tente d’oublier ma peur et de me rappeler que c’est elle qui doit être dans tous ses états. « Il voulait quoi ? » La confronter certainement. On ne quitte pas un type comme Lawrence sans subir son courroux et le poids de son égo. « Mais j’ai peur de ce qu’il pourrait faire… J’ai refusé de le suivre. » Comment pourrais-je la rassurer puisque, moi-même, je sais qu’il est capable de tout ? Quand moi-même, j’ai les mains qui tremblent sans le réaliser ? « Tu as bien fait... » Je n’ose pas imaginer ce qu’il se serait passé si elle était rentrée avec lui. Il l’aurait certainement frappée, mais se serait-il contenté d’une seule gifle ? « Il a fini par te laisser tranquille toi ?  » Je n’aime pas me replonger dans mes souvenirs, mais il n’est pas question de moi et, pour elle, je m’y emploie. « C’était différent. C’est lui qui m’a quittée et... » J’hésite avant de rajouter, consciente qu’elle se sentira coupable. « … Et il m’avait déjà remplacée. » Par elle, évidemment. Si autrefois je l’ai maudite, je considère à présent qu’elle m’a rendu service. Mais à quel prix ? « Il m’a laissée tranquille au début. Mais il est venu en septembre, je sais pas pourquoi, je sais pas ce qu’il s’est passé mais il avait l’air furieux. Il pensait que j’avais fait quelque chose, mais j’ai pas réussi à comprendre quoi. » Et toute la scène au café est bien trop fraîche dans ma mémoire. « Swann s’est interposé pour pas qu’il me fasse de mal. Ils se sont battus. » Ou plutôt mon petit ami a passé mon ex à tabac. « Mais Lawrence a porté plainte, et Swann a perdu son boulot à cause de ça. » Je déglutis difficilement, avant de poser les yeux sur la jeune fille puisque, pendant toute ma tirade, je n’ai pas osé la regardé en face. Sait-elle ce qu’il s’est passé ? De quoi mon ex m’accusait ? En est-elle la cause ? « J’ai été sa chose pendant longtemps, alors je crois qu’il a pas supporté de voir que j’étalais mon bonheur sur les réseaux sociaux. » Elle était encore en couple avec lui à cette époque. Comment a-t-il expliqué son visage contusionné en rentrant à Sydney ?







shot me down, bang, bang (lucia #2)  RXuOxmi
shot me down, bang, bang (lucia #2)  MbPrMoF
shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QoPDAKU
shot me down, bang, bang (lucia #2)  872289volunteer

shot me down, bang, bang (lucia #2)  WwSI4vs
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Shiloh Atkins
Shiloh Atkins
la reconstruction
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans - (8.11.1995)
SURNOM : sa soeur l'appelle yoshi, mais elle préfère shiloh
STATUT : célibataire, n'est plus que l'ombre d'elle-même après une relation abusive.
MÉTIER : James Weatherton lui laisse une seconde chance au sein de sa maison de couture, elle donnera tout pour réussir
LOGEMENT : viens d'emménager dans un petit studio au #323 doggett street, fortitude valley
shot me down, bang, bang (lucia #2)  A83dfe30649ceb7db400e47df019e405
POSTS : 2166 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un frère jumeau, Nathan › sait coudre depuis ses dix ans et ne rate jamais une occasion de créer ses propres vêtements › viens tout juste de revenir à Brisbane › sort d'une relation abusive qui aura durer un peu plus d'un an › naturelle et souriante, elle c'est renfermé sur elle-même ces derniers temps › ne sait passer une journée sans musique
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : shot me down, bang, bang (lucia #2)  117367fbe5834c99f6084332ab3d8a19da821cad
NATHAN #1 △ when we were young we were the ones, the kings and queens oh yeah, we ruled the world. we smoked cigarettes man no regrets, wish i could relive every single word. we've taken different paths and travelled different roads. i know we'll always end up on the same one when we're old, and when you're in the trenches, and you're under fire I will cover you

shot me down, bang, bang (lucia #2)  E3895f26fa45075731e97331b9942bfb
LOUISA #3 △ wherever I go, you bring me home, sweet creature. when I run out of road, you bring me home. we're running through the garden. oh, where nothing bothered us but we're still young I always think about you and how we don't speak enough

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
LUCIA #2△ and I'm craving, craving, craving something I can feel where do I go, what do I need, is it ecstasy or is it fear? 'am I on my own, am I even close 'Coz I'm craving, still craving something I can feel. never thought the night could get so lonely



RPs TERMINÉS : Louisa #1 (fb)Louisa #2Lucia #1Danika #1Knox #1Oakley #1Chloe #1 (fb)Thomas #1 (fb)
AVATAR : elizabeth lail
CRÉDITS : (avatar) cristalline - (ub) loonywaltz - (icons) pinterest
DC : cian, bailey, loan & wyatt
PSEUDO : paindep.
INSCRIT LE : 04/07/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t34993-a-storm-to-weather-shiloh https://www.30yearsstillyoung.com/t33722-i-m-writing-you-a-symphony-of-sound https://www.30yearsstillyoung.com/t35366-shiloh-atkins https://www.30yearsstillyoung.com/t35364-shiloh-atkins

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyJeu 8 Avr - 0:11



« Tu as retrouvé un boulot d’ailleurs ? » Elle s’en inquiète tout en tournant dans sa robe. Je lui offre un sourire qui se veut rassurant même si je n’aurais la réponse que dans un temps. « Je suis à l’essai dans une maison de couture. » J’avais su retrouver James, j’avais eu le courage de prendre les devants pour peut-être reprendre ma place d’antan. Cette maison est importante à mes yeux, je travaille d’arrache-pied pour ne pas m’en faire évincer, même si les angoisses habitent mes journées. Il m’arrive d’être déconcentré, d’arriver avec les yeux bien trop cernés, mais je m’accroche au besoin évident de renouer avec ma passion. C’est important de reprendre une vie normale, d’insuffler vers l’avant.

Elle scintille de mille feux Lucia, lorsqu’elle revient vêtue de ma création. Le tissu tombe à merveille sur ses hanches, la couleur rehausse son teint de peau et illumine son regard. Je suis contente de la voir sourire ainsi, c’est comme une petite victoire. La touche est personnelle, mais je devine qu’elle la gardera avec soin. « La robe fait une partie du boulot. Elle est superbe, je sais pas comment te remercier. » D’un signe de la main, je lui fais comprendre que ce n’est rien. « Vu tout ce que tu as préparé, ce sera bien suffisant. » Elle s’en est donné la peine et je dois avouer que l’odeur devient bien trop alléchante.

Pourtant, Lawrence à décider de s’inviter à notre table, lui qui insiste en faisant buzzer mon téléphone portable. J’aurais avoir le temps de me poser, avoir quelques minutes pour prendre des nouvelles de la jeune femme, pour ne pas arriver avec mes gros sabots et mes problèmes. Mais il ne me laisse jamais souffler Lawrence, il est là, toujours derrière moi à me rappeler qu’il est capable du pire. Et c’est de ses conseils à elle dont j’aurais cruellement besoin quand je lui résume la situation, tentant de choisir mes mots pour ne jamais provoquer une trop profonde angoisse pour la jeune femme. C’est compliqué, rien ne semble aisé tant il aime me harceler. « C’était différent. C’est lui qui m’a quittée et... Et il m’avait déjà remplacée. » Par moi. J’étais celle qu’il avait préférée et je l’avais pratiquement oublié. Elle n’avait rien demander la pauvre, mais il avait tant jurer le contraire que je n’avais pas calculé. « Excuse moi… » Devrais-je réellement m’excuser quand c’est ce qui semble l’avoir sauvé. Elle avait souffert à cause de moi, mais cela lui avait permis de s’éloigner de lui. « Il m’a laissée tranquille au début. Mais il est venu en septembre, je sais pas pourquoi, je sais pas ce qu’il s’est passé, mais il avait l’air furieux. Il pensait que j’avais fait quelque chose, mais j’ai pas réussi à comprendre quoi. » Septembre. Quand les problèmes ont réellement commencer de notre côté. « Quelqu’un a fait saboter son contrat. » Je ne connais rien de la vérité à ce sujet. Tout ce que je sais, c’est que le label les a remerciés sans ménagement et que Lawrence n’était plus le même après ça. « Swann s’est interposé pour pas qu’il me fasse de mal. Ils se sont battus. Mais Lawrence a porté plainte, et Swann a perdu son boulot à cause de ça. » Tous les souvenirs semblent s’ajouter, les questions sans réponses commencent à s’élucider. Il était parti tout un weekend, il avait parlé de s’isoler avec son groupe pour travailler à une stratégie de reconquête. Il était revenu avec des bleus, avait parler d’une soirée trop alcoolisée qui avait mal tourner. Ce n’était pas étranger dans le paysage de ses habitudes, alors je n’avais pas questionné. Je m’étais contenté de hocher la tête en priant pour qu’il ne m’ai pas tromper. Oh j’avais redoublé d’efforts à cette période, j’avais tout arrêté pour me consacrer entièrement à lui. « J’ai été sa chose pendant longtemps, alors je crois qu’il n'a pas supporté de voir que j’étalais mon bonheur sur les réseaux sociaux. » Les mots sont crus et ils heurtent. « Je comprends mieux… » Les colères semblent désormais presque justifier et la haine qu’il avait eue envers elle, c’était démultipliée à mon égard. J’avais reçu ce qu’il n’a pas pu lui administrer. « C’est à ce moment-là que tout a commencé à vriller. » que je soupire doucement, sans jamais vouloir l’accuser elle. « Je… Je lui passais tout parce qu’il venait de perdre son contrat avec le label. Il m’a parlé d’une soirée alcoolisée un peu échauffer et j’ai pas questionné. » Je réalise lentement à quel point, je buvais ses paroles, l’emprise qu’il pouvait avoir sur moi à cette époque. « C’est après que c’est devenu l’enfer. » Parce qu’il était persuadé que si je sortais pour travailler, j’irais alimenter les rumeurs sur son groupe, il veillait à tout ce que je pouvais poster sur les réseaux, il fallait que l’on soit l’image du couple parfait aux yeux de tous. « Je devais être parfaite pour redorer son image, je devais constamment être avec lui. » Il m’avait tout fait abandonner et je n’avais rien vu arriver. « Je me croyais importante, je pensais qu’il m’aimait tellement que l’on devait passer tout notre temps ensemble. » Un rire nerveux m’échappe alors que petit à petit, je réalise l’ampleur des dégâts. « J’ai été si idiote. » Mais je m’étais rebellé, je n’avais pas tout accepté et il a perdu pied.

Une sonnerie retenti encore et je frissonne de la tête aux pieds. « Il me fait peur. » Et ça, je ne l’avais jamais avoué encore. J’ai peur qu’il revienne avec une toute autre idée en tête, j’ai peur qu’il s’obstine à faire de moi sienne. Si pendant des semaines, j’ai longuement hésité à le rejoindre désormais, je suis certaine de ne plus voir me retrouver avec lui. « Je veux pas retourner avec lui Lucia. » Et cette fois, je crois que j’en suis certaine.


 
I'm going under and this time I fear there's
no one to save me. This all or nothing really
got a way of driving me crazy, I need
somebody to heal, somebody to know,
somebody to have, somebody to hold.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  InF9M6m
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Xc1pTzg
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
Le sacre du printemps
Le sacre du printemps
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans (15.10.94) - Libra
STATUT : Elle a gribouillé "Lucia McGrath" sur tous ses cahiers de notes pour "voir si ça rend bien".
MÉTIER : Wedding-Planner assistante d'Evelyn Pearson, vu son naturel doux et romantique, surprenant que le métier ne se soit pas imposé plus tôt. Elle passe également quatre heures en cuisine par semaine pour l'association FareShare qui récupère les invendus des restaurants, les cuisine et les distribue aux sans abris.
LOGEMENT : Ils repartent à zéro dans une jolie villa 3 pièce à Logan City. Elle a emménagé avec Swann et Pancake (le goldendoodle) au 336 Princess Street début avril 2021.
shot me down, bang, bang (lucia #2)  26a7c9eee09110ce738b5725191af0994000a635
POSTS : 1476 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + est restée 3 ans prisonnière d'une relation abusive, elle retrouve aujourd'hui l'amour dans les bras de swann + douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, elle a toujours un sourire sur le visage + sa famille représente tout pour elle, elle tente de reconstruire sa relation avec ses soeurs aînées + championne olympique de marathon netflix et reflet de sa génération : son téléphone semble greffé dans sa main + solaire mais très effacée, elle a toujours l'impression de déranger
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Gm9ZVqFa_o
luwann #20 & #21 I keep fighting voices in my mind that say I'm not enough. Am I more than just the sum of every high and every low, remind me once again just who I am because I need to know. You say I am strong when I think I am weak. And you say I am held when I am falling short, and when I don't belong, oh you say I am yours and I believe. In you I find my worth, in you I find my identity.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_p1lpy30ycg1tnifljo5_250
whitemore girlslunah #6 & gabrielle (scénario libre) ⊹ I know water that's thicker than love, that's deeper than love with my friends. People come and some people go, and some people ride 'til the end.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_inline_pafs55whGg1u3u0uv_250
lucevie #4 ⊹ Am I good enough ? Do I measure up ? I wanna be fearless, no holding back, no backing down because I believe You're with me now. Bring on the unknown, lead me and I'll go.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
luloh #2 Clipped wings, I was a broken thing. Had a voice, had a voice but I could not sing. And I don't care if I sing off key, I find myself in my melodies. I sing for love, I sing for me, I shout it out like a bird set free.


shot me down, bang, bang (lucia #2)  3097839869_1_3_jFaWc7zX
+ fête des voisinsmaison luwanncharlie

+ crédits complets pour les gifs dans mon moodboard

RPs EN ATTENTE : scarlett
RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens
AVATAR : Phoebe Dynevor
CRÉDITS : merygoldstuff (avatar), loonywaltz (UB), harley (gif profil & base crackship)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-do-not-fear-failure-but-please-be-terrified-of-regret https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptySam 10 Avr - 13:52



shot me down, bang, bang
Lucia Whitemore & @Shiloh Atkins shot me down, bang, bang (lucia #2)  873483867

« Je suis à l’essai dans une maison de couture. » Mes lèvres s’étirent en un magnifique sourire en entendant ça. Il y a ceux qui font semblant de s’intéresser et il y a moi : moi qui suis vraiment ravie pour elle. « C’est une super nouvelle. Ou ça ? » J’écarte doucement mes cheveux et palpe entre mes doigts le tissu de la robe qu’elle vient de m’offrir. « Ils ont de la chance de t’avoir, tu sais. » Elle me ressemble Shiloh et, surtout, son histoire avec Lawrence ressemble à la mienne : je suppose que de la confiance en elle et en ce qu’elle fait, elle n’en a plus beaucoup.

Si sa remarque balaye ma gêne de ne pas avoir de cadeau à lui offrir en retour, je n’arrive pas à être tout à fait à l’aise et pour cause : son téléphone qui ne fait que vibrer et le regard inquiet qu’elle y jette parfois, lorsqu’elle pense que je suis occupée à retourner les tranches de bacon et que je ne l’observe pas. L’identité de la personne qui tente de la joindre, je la suppose et la devine sans vouloir y croire avant qu’elle ne confirme : il s’agit bien de Lawrence, et son prénom suffit à me faire frissonner. Ensemble, nous reconstruisons les pièces du puzzle et je découvre les événements des derniers mois sous une nouvelle lumière.

« Quelqu’un a fait saboter son contrat. »
« Et il a pensé que c’était moi. »

Je grimace, sans trop savoir quoi en penser. S’imagine-t-il que je pense toujours à lui, le brun ? Qu’il hante mes nuits et que je cherche par tous les moyens à lui nuire ? Il est à des kilomètres de la vérité, avant l’arrivée en ville de Shiloh je ne voulais que faire l’autruche et oublier. Maintenant, je suis perdue. Je ne veux pas penser à toute notre histoire, mais je me sens coupable pour tout ce qu’a vécu la demoiselle et je me dis que j’aurais pu l’empêcher. J’aurais pu parler de tout ça. « Je comprends mieux… C’est à ce moment-là que tout a commencé à vriller. Je… Je lui passais tout parce qu’il venait de perdre son contrat avec le label. Il m’a parlé d’une soirée alcoolisée un peu échauffée et j’ai pas questionné.  » A quel moment ? Je perds le fil de la conversation et je hoche la tête doucement, compréhensive. « C’est après que c’est devenu l’enfer. » Ma gorge se noue et mon visage se referme. Ce n’est pas du dégoût que j’affiche, ce n’est même pas de la tristesse ou de la pitié : c’est une horrible culpabilité. « Je devais être parfaite pour redorer son image, je devais constamment être avec lui. Je me croyais importante, je pensais qu’il m’aimait tellement que l’on devait passer tout notre temps ensemble. » Je me reconnais dans tout ce qu’elle dit et j’ai mal. J’ai mal d’être replongée dans l’enfer de ma relation passée et j’ai mal de me sentir responsable qu’il ait fait ça à une autre fille. Recommencera-t-il ?

Oui, la réponse c’est oui, petite idiote.

Moi aussi je me croyais importante. Moi aussi, j’avais les yeux qui brillaient qui j’ai timidement découvert son univers et les incroyables soirées auxquelles le groupe était invité. Moi aussi, j’ai cru qu’il était mon prince charmant et que ça annulait tous ses défauts, parce que j’étais chanceuse qu’il s’intéresse à une fille comme moi. Puis j’ai rencontré le vrai, de prince charmant. Celui qui n’évolue pas dans la sphère publique, mais qui me regarde et me traite comme si j’étais la huitième merveille du monde. Celui qui ne me fait pas peur, celui qui ne juge pas non plus mes erreurs passées et celui qui m’est venu en aide, le jour où Lawrence a débarqué. « J’ai été si idiote. » Je secoue la tête vivement. « Mais non ! Bien sûr que non ! » Je voudrais rajouter quelque chose, mais je ne trouve pas les mots et, surtout, elle me coupe le souffle, la jeune femme. « Il me fait peur. Je veux pas retourner avec lui Lucia. » Moi aussi, il me fait peur. Alors, doucement, je récupère ses mains entre les miennes. « Et c’est bien. C’est bien que tu en aies conscience. » Doucement, je la guide vers le canapé. « T’es pas idiote Shiloh. T’es tout sauf idiote. C’est lui qui fait cet effet là aux gens. » Aux premiers abords, il est étincelant. Son charisme pourrait remplir tout un stade et tomber dans ses filets semble tellement évident. « Il me donnait aussi l’impression de pas le mériter. D’avoir de la chance. D’être une ingrate de faire ne serait-ce que penser à me plaindre. » Je ne lui ai jamais parlé de mon histoire et, pour l’instant, je me dévoile avec retenue et pudeur. « Mais il a pas le droit de traiter les femmes comme il le fait. J’ai mis du temps à le comprendre, que c’était pas normal. Il a pas le droit de te dire qui tu peux voir et qui tu ne peux pas voir. Il a pas le droit de refuser que tu parles à ta famille, il a pas le droit de contrôler ton téléphone, et de lire tous tes messages. » C’est de moi qu’il est question, mais je suis sûre que c’est aussi d’elle. « Il a pas le droit de t’insulter et de te faire te sentir comme une moins que rien. On méritait pas ça. » Et ça aussi, j’ai mis du temps à le comprendre, que je méritais mieux. Que je n’étais pas qu’une ratée. « Tu mérites quelqu’un de gentil Shiloh. Tu mérites d’être épanouie, pas enfermée. Et je suis désolée... » Coupable, je baisse la tête. « J’aurais dû te prévenir. » Ma confession, je la délivre dans un murmure, les yeux fixés sur mes chaussures plutôt que d’affronter son regard.






shot me down, bang, bang (lucia #2)  RXuOxmi
shot me down, bang, bang (lucia #2)  MbPrMoF
shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QoPDAKU
shot me down, bang, bang (lucia #2)  872289volunteer

shot me down, bang, bang (lucia #2)  WwSI4vs
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Shiloh Atkins
Shiloh Atkins
la reconstruction
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans - (8.11.1995)
SURNOM : sa soeur l'appelle yoshi, mais elle préfère shiloh
STATUT : célibataire, n'est plus que l'ombre d'elle-même après une relation abusive.
MÉTIER : James Weatherton lui laisse une seconde chance au sein de sa maison de couture, elle donnera tout pour réussir
LOGEMENT : viens d'emménager dans un petit studio au #323 doggett street, fortitude valley
shot me down, bang, bang (lucia #2)  A83dfe30649ceb7db400e47df019e405
POSTS : 2166 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un frère jumeau, Nathan › sait coudre depuis ses dix ans et ne rate jamais une occasion de créer ses propres vêtements › viens tout juste de revenir à Brisbane › sort d'une relation abusive qui aura durer un peu plus d'un an › naturelle et souriante, elle c'est renfermé sur elle-même ces derniers temps › ne sait passer une journée sans musique
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : shot me down, bang, bang (lucia #2)  117367fbe5834c99f6084332ab3d8a19da821cad
NATHAN #1 △ when we were young we were the ones, the kings and queens oh yeah, we ruled the world. we smoked cigarettes man no regrets, wish i could relive every single word. we've taken different paths and travelled different roads. i know we'll always end up on the same one when we're old, and when you're in the trenches, and you're under fire I will cover you

shot me down, bang, bang (lucia #2)  E3895f26fa45075731e97331b9942bfb
LOUISA #3 △ wherever I go, you bring me home, sweet creature. when I run out of road, you bring me home. we're running through the garden. oh, where nothing bothered us but we're still young I always think about you and how we don't speak enough

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
LUCIA #2△ and I'm craving, craving, craving something I can feel where do I go, what do I need, is it ecstasy or is it fear? 'am I on my own, am I even close 'Coz I'm craving, still craving something I can feel. never thought the night could get so lonely



RPs TERMINÉS : Louisa #1 (fb)Louisa #2Lucia #1Danika #1Knox #1Oakley #1Chloe #1 (fb)Thomas #1 (fb)
AVATAR : elizabeth lail
CRÉDITS : (avatar) cristalline - (ub) loonywaltz - (icons) pinterest
DC : cian, bailey, loan & wyatt
PSEUDO : paindep.
INSCRIT LE : 04/07/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t34993-a-storm-to-weather-shiloh https://www.30yearsstillyoung.com/t33722-i-m-writing-you-a-symphony-of-sound https://www.30yearsstillyoung.com/t35366-shiloh-atkins https://www.30yearsstillyoung.com/t35364-shiloh-atkins

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyMar 13 Avr - 22:31



TW : violence psychologique, diffusion de cliché intime sans consentement.
en rien les propos relatés dans ce RP ne reflète mon opinion propre.

« C’est une super nouvelle. Ou ça ? » L’éclat dans son regard ainsi que son sourire bienveillant me pousse à la confidence. « Pour la maison Weatherton. » Le nom roule fièrement sur ma langue alors que je repense à mon entrevue avec James. C’est un pur bonheur que d’être à nouveau là-bas, comme un retour aux sources que je n’attendais pas. « J’avais fait mon stage de fin d’études pour eux. » J’étais resté quelques mois ensuite avant de rêver d’ailleurs. Parfois, je me dis que j’aurais dû me contenter de la chance que m’offrait James sans vouloir toujours plus. J’avais eu la folie des grandeurs et aujourd’hui, j’en paie le prix fort. « Ils ont de la chance de t’avoir, tu sais. » Instinctivement, je hausse des épaules, pas réellement persuadée de ce qu’elle avance. Tout le monde m’a accueilli les bras ouverts, mais je ne saurais encore trouver une légitimité dans la chance que le Weatherton a su m’accorder. « On verra bien. » que je murmure lentement d’un ton mal assuré. Elles ne sont jamais loin les remarques cinglantes de Lawrence. Elles tournent à plein régime dans un coin de mon esprit, menaçantes et bien trop tranchantes. Il l’avait dit, je n’ai pas le talent, ce n’est que de l’amateurisme, un passe-temps. Je trouverais autre chose, peut-être. Ce n’est pas le moment de se plonger vers l’avant.

Bien vite, la conversation devient beaucoup moins légère. Il fallait évoquer l’éléphant dans la pièce, parler de ce qui me pèse depuis des jours désormais. Je voulais aborder le sujet en douceur afin de ne réveiller aucun traumatisme pour Lucia, mais ce n’est jamais nous qui décidons lorsque Lawrence est dans la balance. C’est lui qui impose sa présence, lui qui se rappelle à ma mémoire, lui qui me force à relater les derniers événements dans une urgence que j’aurais tant préféré éviter. « Et il a pensé que c’était moi. » Timidement, je hoche la tête. Il était persuadé qu’elle en était pour quelque chose, qu’elle avait chercher à le saboter. « Il était tellement remonté contre toi, il racontait à qui voulait l’entendre que c’est toi qui l’avais quitté, que tu lui avais fait vivre un enfer. » Je suis si facilement tomber dans le panneau quand il dépeignait d’elle une image si éloignée de la réalité. Dans son histoire à lui, elle était la perverse, celle qui lui avait tout pris. Cela n’avait toujours été que sa version des faits quand depuis le départ, je comprends au travers des mots de la blonde, qu’en réalité, nous avions vécu le même cauchemar. Alors lentement, je lui explique, épargnant les détails sans jamais laisser place aux doutes. La perte de ce contrat avait été le début de la descente aux enfers, le point de non-retour. Tout était aller si vite après cela même si la violence avait toujours plus ou moins fait parti de notre relation. Jusqu’au jour où il m’a frappé sans même sourciller. Ce n’était que le point culminant, il n’avait trouvé que cela pour appuyer sa manipulation, pour s’assurer d’avoir l’ascendant. Dire que j’ai su lui pardonner sans même me questionner. Il ne l’avait pas fait exprès, c’était moi l’idiote. C’est toujours moi, l’idiote. La petite imbécile qui se pense importante.

« Mais non ! Bien sûr que non ! » Les mots de Lucia résonnent dans un coin de mon esprit alors que mes mains enserrent mon téléphone portable comme pour le faire taire. Je veux qu’il arrête, je veux qu’il me laisse tranquille. « Et c’est bien. C’est bien que tu en aies conscience. » Les mains de Lucia recouvrent les miennes, me ramenant brutalement sur terre. Telle une poupée de chiffon, je la suis jusqu’au canapé. Il semblerait qu’il soit grand temps d’avoir cette longue conversation. « T’es pas idiote Shiloh. T’es tout sauf idiote. C’est lui qui fait cet effet là aux gens. » « Parce qu’il est parfait. » Sur tous les points. Lawrence, il est poli, intelligent. Il a toujours la bonne punchline, tout le monde l’apprécie, tout le monde l’admire. J’ai tellement été chanceuse qu’il s’intéresse à moi, qu’il m’accord de son temps. Une fille comme moi n’aurait jamais dû sortir avec un homme comme lui, mais il m’avait choisi. « Il me donnait aussi l’impression de pas le mériter. D’avoir de la chance. D’être une ingrate de faire ne serait-ce que pensé à me plaindre. » C’est comme si elle lisait dans mes pensées Lucia. Bien incapable de lui répondre, je préfère fixer mon regard sur nos mains et le téléphone qui se cache encore en dessous. « Mais il a pas le droit de traiter les femmes comme il le fait. J’ai mis du temps à le comprendre, que c’était pas normal. Il a pas le droit de te dire qui tu peux voir et qui tu ne peux pas voir. Il a pas le droit de refuser que tu parles à ta famille, il a pas le droit de contrôler ton téléphone, et de lire tous tes messages. Il a pas le droit de t’insulter et de te faire te sentir comme une moins que rien. On méritait pas ça. » Les larmes commencent à me monter aux yeux alors que je hoche la tête un peu bêtement. Il avait pas le droit, mais il l’a fait sans jamais hésiter et je ne cesse de me dire qu’il y avait forcément une raison sans jamais remettre en question ma naïveté. Je n’étais pas assez bien, c’est lui qui tentait de me rendre meilleure et je n’ai pas su l’écouter, j’ai voulu me rebeller parce que je pensais – a tort ? – qu’il ne devait pas me parler ainsi. Je ne sais plus qui croit, comment me convaincre qu’elle est bel et bien la seule dans la vérité. Tout se mélange quand le seul sentiment qui persiste est un dégoût prononcé pour ma personne, confronter à une envie de me battre qui sommeille encore trop profondément. « Tu mérites quelqu’un de gentil Shiloh. Tu mérites d’être épanouie, pas enfermée. Et je suis désolée... J’aurais dû te prévenir. » Je secoue la tête vivement face à ses propos, serrant sa main avec force. « Tu ne pouvais pas savoir et puis… Je dois bien le mériter, après tout, je t’ai volé ton copain. » J’ai été la petite garce qui lui a tout pris, celle qui s’est faite une place dans son lit sans jamais se poser de questions. « Ne t’en veux pas, c’était de ma faute. » Tout est de ma faute, il avait bien répété mille et une fois.

Un frisson s’empare de moi à la sonnerie de mon téléphone. Il insiste encore, Lawrence et alors que j’allais éteindre l’appareil, pour un peu de répit, mon regard est attiré par ses mots. « Tout le monde est au courant maintenant, que t’es qu’une fille facile. » J’aurais probablement dû ignorer, prendre cela comme une de ses énièmes menaces, mais le message est accompagné d’une vingtaine d’autres et c’est la curiosité qui l’emporte. Je veux comprendre de quoi il parle, alors mon pouce déverrouille l’écran et ouvre la conversation. Les mots de haine se déversent sans interruption, entrecouper à chaque fois de capture d’écran. Une page Instagram et des photos qui me semble familière. Puis ses mots, toujours plus tranchants. « Je t’avais pourtant dit de ne pas te comporter ainsi, toujours à supplier, toujours à montrer ton cul aux autres. » Et une photo dénudée, puis une autre. Ce tatouage sur les côtes, c’est le mien, c’est celui que l’on a en commun avec Nathan. Ces photos, je les avais prises pour lui, pour lui faire plaisir. « Non, non, non… » Dans une frénésie qui envoie presque valser mon mobile, j’ouvre Instagram tandis que les notifications ne cessent de pleuvoir. Il m’a identifié dans chacun des posts, a mis mon nom sur le compte qu’il a créé et toutes mes informations. Ma vision devient floue alors que je continue à scroller nerveusement. Ce ne sont que des photos de moi et je vois le nombre de likes qui augmentent, les gens qui commentent déjà. À chaque photo, un propos dégradant. C’est vraiment moi ça ?

On dirait une pute ma pauvre fille. Tu as vu la pause que tu prends ? Tu te prenais pour qui ? C’est vrai que tu ressembles à une traînée qui quémande du sexe… Et puis regarde comme tu es grosse. Tu fais tellement négliger ma pauvre…

Tout semble aller trop fort, trop vite, alors que Lawrence m’envoie encore des messages et que mes pensées se bousculent. Tout est là pour heurter, pour faire mal. Tout se brise en mille morceaux dans un bruit assourdissant entrecoupé de sanglot qui me déchire. Il a transmis le compte à toutes nos connaissances, pire encore à ma famille. « N’oublie pas que sans moi, tu n’es rien. Personne ne pourra t’aimer comme je l’ai fait après avoir vu ton vrai visage Shiloh. J’étais bien le seul capable de te supporter, toi et tes caprices. » Les deux dernières photos sont probablement les pires, lorsque mon corps entièrement nu apparaît à l’écran. Et ça en est trop. Le téléphone m’échappe des mains alors que mon corps tout entier se met à trembler, secouer par des sanglots incontrôlables et bien plus sonore encore. J’en oublie Lucia qui est juste à côté de moi alors que la seule pensée qui m’envahit est une envie profonde de disparaître pour oublier tout ça. Je voudrais partir, maintenant alors que c’est mon monde qui s’écroule, ma respiration qui m’échappe. Je voudrais m’enfuir, mais tout me cloue sur place. Il a tout balancer, jusque dans les détails les plus intimes.

Il vient de me ruiner, une dernière fois.
Il a réussi son coup.


 
I'm going under and this time I fear there's
no one to save me. This all or nothing really
got a way of driving me crazy, I need
somebody to heal, somebody to know,
somebody to have, somebody to hold.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  InF9M6m
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Xc1pTzg
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
Le sacre du printemps
Le sacre du printemps
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans (15.10.94) - Libra
STATUT : Elle a gribouillé "Lucia McGrath" sur tous ses cahiers de notes pour "voir si ça rend bien".
MÉTIER : Wedding-Planner assistante d'Evelyn Pearson, vu son naturel doux et romantique, surprenant que le métier ne se soit pas imposé plus tôt. Elle passe également quatre heures en cuisine par semaine pour l'association FareShare qui récupère les invendus des restaurants, les cuisine et les distribue aux sans abris.
LOGEMENT : Ils repartent à zéro dans une jolie villa 3 pièce à Logan City. Elle a emménagé avec Swann et Pancake (le goldendoodle) au 336 Princess Street début avril 2021.
shot me down, bang, bang (lucia #2)  26a7c9eee09110ce738b5725191af0994000a635
POSTS : 1476 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + est restée 3 ans prisonnière d'une relation abusive, elle retrouve aujourd'hui l'amour dans les bras de swann + douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, elle a toujours un sourire sur le visage + sa famille représente tout pour elle, elle tente de reconstruire sa relation avec ses soeurs aînées + championne olympique de marathon netflix et reflet de sa génération : son téléphone semble greffé dans sa main + solaire mais très effacée, elle a toujours l'impression de déranger
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Gm9ZVqFa_o
luwann #20 & #21 I keep fighting voices in my mind that say I'm not enough. Am I more than just the sum of every high and every low, remind me once again just who I am because I need to know. You say I am strong when I think I am weak. And you say I am held when I am falling short, and when I don't belong, oh you say I am yours and I believe. In you I find my worth, in you I find my identity.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_p1lpy30ycg1tnifljo5_250
whitemore girlslunah #6 & gabrielle (scénario libre) ⊹ I know water that's thicker than love, that's deeper than love with my friends. People come and some people go, and some people ride 'til the end.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_inline_pafs55whGg1u3u0uv_250
lucevie #4 ⊹ Am I good enough ? Do I measure up ? I wanna be fearless, no holding back, no backing down because I believe You're with me now. Bring on the unknown, lead me and I'll go.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
luloh #2 Clipped wings, I was a broken thing. Had a voice, had a voice but I could not sing. And I don't care if I sing off key, I find myself in my melodies. I sing for love, I sing for me, I shout it out like a bird set free.


shot me down, bang, bang (lucia #2)  3097839869_1_3_jFaWc7zX
+ fête des voisinsmaison luwanncharlie

+ crédits complets pour les gifs dans mon moodboard

RPs EN ATTENTE : scarlett
RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens
AVATAR : Phoebe Dynevor
CRÉDITS : merygoldstuff (avatar), loonywaltz (UB), harley (gif profil & base crackship)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-do-not-fear-failure-but-please-be-terrified-of-regret https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyVen 16 Avr - 10:30



shot me down, bang, bang
Lucia Whitemore & @Shiloh Atkins shot me down, bang, bang (lucia #2)  873483867

« On verra bien. » Je lui réponds d’un sourire. Comme moi après ma séparation, elle manque de confiance en elle, et cela impacte le professionnel. Combien de fois Evelyn a-t-elle dû me répéter que je n’étais pas un poids pour que j’accepte progressivement que je faisais un bon travail ? Que j’étais faite pour le boulot qu’elle m’a offert et qu’il ne s’agissait pas d’une faveur qu’elle me faisait en me gardant ? Shiloh est restée avec lui pendant plus d’un an, mais je sais d’expérience qu’il n’a pas besoin d’autant de temps pour détruire quelqu’un. Je sais d’expérience qu’il ne lui suffit que d’un claquement de doigts pour que l’on se sente comme la personne la plus inutile sur terre, et je me demande parfois comment j’ai supporté ses claquements de doigts pendant si longtemps. Trois ans, c’est long. Trois ans, c’est trop et, dans son malheur, la blonde a au moins ”la chance” d’avoir pris la fuite bien avant. S’il m’avait frappée, est-ce que je l’aurais fait aussi ou bien lui aurais-je trouvé des excuses, comme à chaque fois ? « Te mets pas de pression. S’il t’ont engagée, c’est sûrement pas pour rien. » Et je ne suis peut-être pas qualifiée dans le domaine, mais la robe qu’elle m’a cousue est si belle que je l’imagine dotée d’un talent singulier.

« Il était tellement remonté contre toi, il racontait à qui voulait l’entendre que c’est toi qui l’avais quitté, que tu lui avais fait vivre un enfer. » Je n’ai jamais su, ce qu’il racontait à qui voulait bien l’entendre après notre rupture. Je ne l’ai jamais su parce que je ne voulais pas le savoir, j’avais déjà assez de mal comme ça à faire le tri entre ce qui était vrai et ce qui était faux. Ce dont il m’avait persuadée mais qui ne méritait pas de me hanter, et les choses sur lesquelles il fallait que je travaille. Je n’avais pas envie de savoir, pas même aujourd’hui et mon visage se pare d’une sincère surprise. Alors c’est ça, la version de Lawrence ? Que j’étais la coupable de notre séparation et le bourreau au sein du couple ? Je ne devrais pas être surprise, pourtant je tombe des nues. « Que je lui faisais vivre un enfer ? » Ma vue se trouble alors que je repense à toutes les insultes, les cris, et ces fois où il s’octroyait brutalement des droits sur mon corps en rentrant trop saoul et défoncé d’une soirée. Je repense à toutes les fois où je me suis sentie minable, à l’abri derrière les murs de notre appartement et je ressens une rage sourde. Une que je n’avais jusqu’ici pas ressentie, puisqu’elle ma détresse prenait toute la place. Il n’avait pas le droit de me faire ça. Et il n’a pas le droit de faire ça à d’autres femmes. Sonnée, je reste silencieuse quelques minutes. En colère, je trouve en moi une force dont j’ignorais l’existence et c’est d’elle dont j’ai besoin pour aider la blonde. « Parce qu’il est parfait. » « En public oui. » Dès qu’il a une audience, dès qu’il sort de l’appartement et qu’il compose ce masque qui n’a rien à voir avec celui qu’il est en privé. « Mais toi, tu le trouves encore parfait ? » Je l’ai pensé aussi : il a quelque chose de magnétique mon ex, quelque chose qui, au début, vous pousse à avoir envie de tout lui pardonner. « Il l’est pas. Il est dangereux. » Ma gorge se noue et je dois prendre sur moi pour ravaler mes larmes. « Il a rien de parfait. Et il mérite pas d’être vu comme ça. » Il ne mérite pas son succès et, si je n’ai rien à voir dans ses soucis avec le label, je réalise que je suis satisfaite de ce qu’il lui arrive. Quelqu’un a vu son vrai visage. Quelqu’un a parlé. « Est-ce que c’est toi qui a parlé à quelqu’un du label ? » Si c’était le cas, je ne la blâmerais pas. Je ne lui en voudrais même pas de ne rien avoir dit lorsqu’il m’accusait. « Tu ne pouvais pas savoir et puis… Je dois bien le mériter, après tout, je t’ai volé ton copain. Ne t’en veux pas, c’était de ma faute. » Je secoue la tête doucement. « Tu m’as rien volé du tout. » Et je le pense : pour moi, elle a commencé à fréquenter Lawrence juste après notre séparation et, naïve, je crois encore à cette version. « Et tu méritais certainement pas ça. » Mes doigts attrapent les siens et, alors que le téléphone vibre et qu’elle baisse les yeux dessus, je sens que je la perds.

Je ne dis rien. J’observe son visage en tentant de comprendre ce qu’il se passe. J’y vois de la peine, de la peur et du dégoût. J’y vois surtout une détresse profonde et, en quelques secondes, elle se décompose et mon cœur rate un battement. Impuissante, j’ai l’impression de regarder un film sans le son. Elle tremble, elle lâche le téléphone et se met à pleurer. Pas doucement, elle est agitée par des sanglots et lâche ma main pour prendre sa tête dans les siennes. Je ne suis pas armée pour faire face à ce genre de situation. Je ne comprends pas si c’est de me parler qui l’a mise dans cet état, ou si il y a autre chose. Alors, doucement, je ramasse le téléphone par terre et, avant de regarder l’écran, je lui laisse le temps de m’arrêter si toutefois elle souhaitait le faire. Mais elle ne dit rien et, sans trop savoir si je suis en droit de faire ce que je fais, je baisse les yeux vers l’écran et je cherche ce qui l’a mise dans cet état. Je n’ai pas besoin d’aller loin. La première photo qui s’affiche est assez explicite et, si j’en regarde une autre pour être certaine de ce que je vois, je verrouille le téléphone avant d’aller plus loin.

Lui, il est allé trop loin, beaucoup trop loin. J’ai mal pour elle et je m’en veux d’être soulagée de ne pas être la fille sur ces photos. Je ne la juge pas : elle les a prises dans un contexte intime, pour un homme en qui elle avait confiance et personne ne peut lui jeter la pierre, pourtant les internautes le feront : je ne suis pas assez naïve pour croire le contraire. Il a une large communauté, notre ex commun. Il a créé un compte à son nom à elle, mais c’est eux qui la lapideront en place publique. « Shiloh... » Doucement, je passe un bras dans son dos et je pose la paume de ma main à plat entre ses omoplates. Je ne sais pas quoi dire. Que ce n’est pas grave ? Ca l’est, et je n’ai pas envie de minimiser la façon dont elle se sent : n’importe qui d'autre aurait été anéanti à sa place. « Il avait pas le droit... » C’est pas elle la coupable, jamais elle et, impuissante face à sa détresse, j’attrape son épaule pour l’attirer contre moi.

On ne peut plus le laisser faire. Je ne peux plus le laisser faire.






shot me down, bang, bang (lucia #2)  RXuOxmi
shot me down, bang, bang (lucia #2)  MbPrMoF
shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QoPDAKU
shot me down, bang, bang (lucia #2)  872289volunteer

shot me down, bang, bang (lucia #2)  WwSI4vs
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Shiloh Atkins
Shiloh Atkins
la reconstruction
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans - (8.11.1995)
SURNOM : sa soeur l'appelle yoshi, mais elle préfère shiloh
STATUT : célibataire, n'est plus que l'ombre d'elle-même après une relation abusive.
MÉTIER : James Weatherton lui laisse une seconde chance au sein de sa maison de couture, elle donnera tout pour réussir
LOGEMENT : viens d'emménager dans un petit studio au #323 doggett street, fortitude valley
shot me down, bang, bang (lucia #2)  A83dfe30649ceb7db400e47df019e405
POSTS : 2166 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un frère jumeau, Nathan › sait coudre depuis ses dix ans et ne rate jamais une occasion de créer ses propres vêtements › viens tout juste de revenir à Brisbane › sort d'une relation abusive qui aura durer un peu plus d'un an › naturelle et souriante, elle c'est renfermé sur elle-même ces derniers temps › ne sait passer une journée sans musique
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : shot me down, bang, bang (lucia #2)  117367fbe5834c99f6084332ab3d8a19da821cad
NATHAN #1 △ when we were young we were the ones, the kings and queens oh yeah, we ruled the world. we smoked cigarettes man no regrets, wish i could relive every single word. we've taken different paths and travelled different roads. i know we'll always end up on the same one when we're old, and when you're in the trenches, and you're under fire I will cover you

shot me down, bang, bang (lucia #2)  E3895f26fa45075731e97331b9942bfb
LOUISA #3 △ wherever I go, you bring me home, sweet creature. when I run out of road, you bring me home. we're running through the garden. oh, where nothing bothered us but we're still young I always think about you and how we don't speak enough

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
LUCIA #2△ and I'm craving, craving, craving something I can feel where do I go, what do I need, is it ecstasy or is it fear? 'am I on my own, am I even close 'Coz I'm craving, still craving something I can feel. never thought the night could get so lonely



RPs TERMINÉS : Louisa #1 (fb)Louisa #2Lucia #1Danika #1Knox #1Oakley #1Chloe #1 (fb)Thomas #1 (fb)
AVATAR : elizabeth lail
CRÉDITS : (avatar) cristalline - (ub) loonywaltz - (icons) pinterest
DC : cian, bailey, loan & wyatt
PSEUDO : paindep.
INSCRIT LE : 04/07/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t34993-a-storm-to-weather-shiloh https://www.30yearsstillyoung.com/t33722-i-m-writing-you-a-symphony-of-sound https://www.30yearsstillyoung.com/t35366-shiloh-atkins https://www.30yearsstillyoung.com/t35364-shiloh-atkins

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyLun 19 Avr - 23:16



« Que je lui faisais vivre un enfer ? » Mes mots sont restés sobres, ce n’est pas vraiment les termes qu’il employait lorsqu’il parlait d’elle. Cependant, je ne trouve pas la force et le courage, d’oser tout lui répéter. Ce ne serait que la brisé inutilement quand l’avis de Lawrence ne devrait, désormais, plus jamais l’affecter. Elle a réussi à s’éloigner Lucia, elle semble heureuse avec son petit ami, il faut que cela dure. Je m’en veux tellement de venir auprès d’elle pour ressasser son passé. Elle qui semble se trouver un nouvel élan de courage quand son regard devient bien plus convaincant, presque conquérant. « En public oui. Mais toi, tu le trouves encore parfait ? » Je me mords les lèvres, ne sachant vraiment si elle semble prête pour entendre la réponse. « Souvent oui. » Ou alors c’est moi qui souffre à m’entendre parler ainsi. Je ne sais plus vraiment. À mes yeux, Lawrence a tant de qualité. Il sait tout faire, il est aimé de tous, entouré par les meilleurs. J’avais eu de la chance de croiser son chemin, l’idée reste ancrée au plus profond de moi. J’ai eu de la chance qu’un homme comme lui puisse m’aimer moi. Je ne suis rien ni personne, mais il avait voulu de moi et il veut encore de moi. « Il a rien de parfait. Et il mérite pas d’être vu comme ça. » Elle est presque dure dans ses mots Lucia et je ne saurais réellement approuver. Je me contente de hocher la tête, de toute manière, elle ne comprendra jamais. Lawrence savait être un homme bon, ce n’était que quelques dérapages, des choses que l’on ne contrôle pas. Bien sûr qu’il n’avait pas fait exprès. Il faisait tout cela pour mon bien, il l’a toujours dit. Pour que je devienne la meilleure version de moi-même sans les choses futiles que je laissais graviter dans ma vie. Avec lui, je me sentais regardé, aimé, apprécier. Personne n’avait su m’amener de tels sentiments auparavant. Cela surpasse les humiliations, les jugements et les cris, non ? « Est-ce que c’est toi qui as parlé à quelqu’un du label ? » Mon cœur s’arrête une demi-seconde à l’idée même qu’elle puisse envisager cela. « Bien sûr que non ! » Mon ton se fait presque sec et froid. « Je ne voulais pas de ça, il avait pas mérité que ça se termine comme ça. » Quelqu’un avait parlé de violence, mais ce n’était pas moi. Je ne voulais pas le croire, il avait son caractère, mais il n’était pas foncièrement violent. Et pourtant… Il avait tant de fois hurlé sur moi. Et les gifles… Je ne les avais pas rêvé. « C’est plus compliqué que tu le crois. » C’est la parade ultime, remettre la faute sur les autres, prétendre que personne ne pouvait comprendre notre dynamique. Il n’existait que nous contre le reste du monde, il me l’avait juré.

C’est mon monde pourtant qu’il détruit à chacune de ses actions.

Je ne saurais expliquer la force qui m’a poussé à déverrouiller mon téléphone. Je ne sais pourquoi mon pouce à glisser vers ce lien. Je n’avais pensé à rien. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’il soit capable d’aller aussi loin. C’est tout mon corps qui se met à trembler, pris de convulsions incontrôlées, lorsque mon regard se balade sur cette page Instagram, empli de cliché plus intime les uns que les autres. Il n’a pas pu me faire ça. Ce n’est pas lui. Et pourtant… C’est bel et bien mon ex petit ami qui m’a envoyé le lien. Fièrement. Il se vante d’avoir les armes nécessaires pour me détruire, il rit de mon malheur, m’insulte et me rabaisse en quelques mots. Il vient de balancer au monde entier ce qui aurait dû rester de l’ordre privé. De manière frénétique, je parcours chacune des dix photos publiées sur la page. Ce n’est pas moi, il a forcément fait un montage, pour me faire un peu peur. Ce n’est pas moi, il a pas pu publier tout ça. Ce n’est pas moi, je refuse de le croire. Et pourtant, à chaque cliché, un souvenir. Je me souviens la première fois, il était parti en mini tournée avec son groupe le temps d’un week-end et je n’avais pas pu l’accompagner. Il me manquait, je sortais de la douche et j’avais eu cette idée. Prendre une photo dénudée, poitrine visible, pose un peu suggestive, peignoir cachant à peine mes hanches et mes formes. Je me souviens encore avoir tellement hésité avant de l’envoyer, nue dans ma salle de bain avec mes pensées. Je voulais juste lui faire plaisir, même si moi, je n’aimais pas tant faire cela, je voulais qu’il rentre vite pour que l’on se retrouve. Cela avait eu l’effet escompté quand il était revenu un jour plus tôt et que l’on avait passer notre nuit à s’emmêler dans les draps de notre lit. C’était un bon souvenir, malgré ma gêne en repensant aux photos. Je m’étais sentie aimée et choyée. Alors il en avait eu d’autres quand il cessait un peu de me regarder, quand il disait avoir besoin d’une nouvelle étincelle entre nous. Quand j’avais créé un jeu de piste pour son anniversaire, au cours de ses absences encore plus longues. Quelques clichés qui n’auraient jamais dû sortir de la sphère intime, beaucoup de lingerie fine et transparente, un peu de topless et ces deux photos entièrement nues... Dans ces moments-là, je me sentais entièrement sienne, je pensais contrôler mes faits et gestes quand c’est lui qui – déjà – me les dictaient. Il avait toujours les mots juste pour déclencher l’avalanche de papillons dans mon bas-ventre, pour réclamer sans jamais tant demander, même si les derniers temps, il savait également glisser quelques remarques sur mon corps. Mais il était fier que sa femme – comme il le disait – pense à lui. Il aimait que je me montre ainsi, il disait que cela pimentait notre relation, que je savais le rendre dingue et je l’ai cru encore et toujours, complètement aveuglément. Il jurait m’aimer. Je l’ai cru parce qu’il n’existait plus que moi lorsque j’osais lui partager un tel cliché et je n’ai pas vu, je n’ai pas compris quand il a commencé à en réclamer plus, quand il se faisait brusque durant l’amour. J’ai pris des clichés qui désormais se retrouve sur la toile, aux yeux de tous. J’ai pris des photos où je ne me reconnais pas, cette fille à la moue lascive, aux yeux envieux ce n’est pas moi. Je pourrais encore l’entendre me dire que cette fille appelle le sexe et tous les mots crus qu’il utilisait parfois au lit en pensant que cela m’excitait, alors que j’avais envie d’en pleurer. Je me dégoûte, je pourrais en vomir, mais les sanglots sont trop imposants, bien trop puissants alors que ma vision embrouillée me prouve une fois encore que les images sont belles et bien publiées. Juste là, a la vue de tous.

C’est le monde qui arrête de tourner. Ce sont les émotions qui se mélangent, m’étouffent et me font tourner la tête. Plus rien ne fait sens quand il a osé dévoiler notre intimité ainsi, sur la place publique. Je me sens sale, souillée de l’intérieur. Il est venu prendre ce qui nous appartenait pour le jeter en pâture. Il aura tout utilisé de moi, jusqu’au dernier morceau. Je lui cède tout s’il faut, mais je veux que cela cesse. Soudainement, tout me paraît insurmontable encore plus lorsque la main de Lucia vient se glisser dans mon dos. « Shiloh… » Encore plus lorsque je réalise qu’elle a vu les photos et qu’elle ne sera pas la seule. « Il avait pas le droit... » Je voudrais hocher la tête, mais encore une fois mon cœur se serre. Il ne me reste plus qu’à me blottir dans ses bras frêles alors que mes larmes coulent désormais sans cesse. « Qu’est-ce que je vais faire… » Les mots sont entrecoupés de sanglots qui secouent mes épaules. L’idée que mes parents puissent voir les clichés me frôle l’esprit et m’envoie dans une torpeur infinie. L’idée que mes parents puissent voir les clichés me frôle l’esprit et m’envoie dans une torpeur infinie. « Je… Je peux plus. » Après m’avoir usé psychologiquement durant des semaines depuis mon départ, il venait d’abattre sa dernière carte. « Je dois retourner à Sydney ? » La question est véritable, je ne serais en trouver la réponse par moi-même. Est-ce que c’est là que tout se termine ? Est-ce que je dois aller le retrouver pour qu’il me laisse tranquille ? Ma peau me gratte, mon cœur se tords bien trop douloureusement et pourtant, jamais je ne bouge de l’étreinte ô combien rassurante de la jeune femme.

Et c’est le lourd poids d’une réalité brutale qui me heurte de plein fouet.

« J’ai honte de moi. » Le mot est encore faible. « Je me dégoûte. » Et ça fait tellement mal, de partout, mais jamais je ne le remet en doute, lui. Pas encore...


 
I'm going under and this time I fear there's
no one to save me. This all or nothing really
got a way of driving me crazy, I need
somebody to heal, somebody to know,
somebody to have, somebody to hold.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  InF9M6m
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Xc1pTzg
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
Le sacre du printemps
Le sacre du printemps
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans (15.10.94) - Libra
STATUT : Elle a gribouillé "Lucia McGrath" sur tous ses cahiers de notes pour "voir si ça rend bien".
MÉTIER : Wedding-Planner assistante d'Evelyn Pearson, vu son naturel doux et romantique, surprenant que le métier ne se soit pas imposé plus tôt. Elle passe également quatre heures en cuisine par semaine pour l'association FareShare qui récupère les invendus des restaurants, les cuisine et les distribue aux sans abris.
LOGEMENT : Ils repartent à zéro dans une jolie villa 3 pièce à Logan City. Elle a emménagé avec Swann et Pancake (le goldendoodle) au 336 Princess Street début avril 2021.
shot me down, bang, bang (lucia #2)  26a7c9eee09110ce738b5725191af0994000a635
POSTS : 1476 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + est restée 3 ans prisonnière d'une relation abusive, elle retrouve aujourd'hui l'amour dans les bras de swann + douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, elle a toujours un sourire sur le visage + sa famille représente tout pour elle, elle tente de reconstruire sa relation avec ses soeurs aînées + championne olympique de marathon netflix et reflet de sa génération : son téléphone semble greffé dans sa main + solaire mais très effacée, elle a toujours l'impression de déranger
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Gm9ZVqFa_o
luwann #20 & #21 I keep fighting voices in my mind that say I'm not enough. Am I more than just the sum of every high and every low, remind me once again just who I am because I need to know. You say I am strong when I think I am weak. And you say I am held when I am falling short, and when I don't belong, oh you say I am yours and I believe. In you I find my worth, in you I find my identity.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_p1lpy30ycg1tnifljo5_250
whitemore girlslunah #6 & gabrielle (scénario libre) ⊹ I know water that's thicker than love, that's deeper than love with my friends. People come and some people go, and some people ride 'til the end.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_inline_pafs55whGg1u3u0uv_250
lucevie #4 ⊹ Am I good enough ? Do I measure up ? I wanna be fearless, no holding back, no backing down because I believe You're with me now. Bring on the unknown, lead me and I'll go.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
luloh #2 Clipped wings, I was a broken thing. Had a voice, had a voice but I could not sing. And I don't care if I sing off key, I find myself in my melodies. I sing for love, I sing for me, I shout it out like a bird set free.


shot me down, bang, bang (lucia #2)  3097839869_1_3_jFaWc7zX
+ fête des voisinsmaison luwanncharlie

+ crédits complets pour les gifs dans mon moodboard

RPs EN ATTENTE : scarlett
RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens
AVATAR : Phoebe Dynevor
CRÉDITS : merygoldstuff (avatar), loonywaltz (UB), harley (gif profil & base crackship)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-do-not-fear-failure-but-please-be-terrified-of-regret https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyVen 23 Avr - 10:55



shot me down, bang, bang
Lucia Whitemore & @Shiloh Atkins shot me down, bang, bang (lucia #2)  873483867

Elle le trouve parfait, elle le pense encore et je secoue doucement la tête. Je sais que cela ne sert à rien de tenter de la convaincre : je le sais d’expérience. Elle comprendra les choses quand elle sera prête à les entendre, et si pour moi ça a pris des mois, il est logique qu’elle ait besoin de temps, elle aussi. Elle aura tout le temps qu’elle veut, elle aura des mois s’il le faut mais je n’ai pas l’intention de l’abandonner : je suis du genre à recueillir tous les chiens errants dans la rue et elle est venue frapper à ma porte.

Lorsque je lui demande si elle est responsable de la perte de contrat de notre ex, si c’est elle qui s’est confiée à quelqu’un du label, je n’anticipe pas que je risque de la blesser. Il n’y avait aucune accusation dissimulée : si elle avait été à l’origine de tout ça, je ne l’aurais certainement pas blâmée. « Bien sûr que non ! » Surprise par sa réaction, je hoche doucement la tête et je me tais pour lui laisser de la place. « Je ne voulais pas de ça, il avait pas mérité que ça se termine comme ça. » Je secoue doucement la tête. Ce qu’il ne mérite pas, c’est d’être le chouchou des adolescentes. Ce qu’il ne mérite pas, c’est son succès. Ce qu’il ne mérite pas c’est cette foutue chanson qui passe encore à la radio, celle qu’il a écrite lorsque nous étions ensemble, celle qui m’a fait briller les yeux puisque j’étais persuadée qu’il parlait de moi. Mais il n’aime que lui Lawrence. « C’est plus compliqué que tu le crois. » « Je sais que c’est compliqué. Je voulais pas te braquer... » Je suis bien la dernière personne du monde qui aurait pu lui reprocher d’avoir eu besoin de se confier. « Je voulais pas insinuer que tu l’avais fait. Mais si ça avait été le cas, ça n'aurait pas été grave tu sais... » Moi aussi, j’ai eu envie de me confier aux gens de label, plusieurs fois même. J’ai surpris leurs regards étonné quand le brun me criait dessus pendant que nous filmions sont maudit clip.

Qu’il est mauvais, je l’ai compris depuis longtemps. Qu’il est nocif et toxique autant. Mais je tombe des nues lorsque j’attrape le téléphone de la blonde et que je réalise ce qu’il lui a fait. Je ne pensais pas qu’il était prêt à s’abaisser à ça. Quelque part au fond de moi, j’espérais encore avoir été l’exception, parce que je ne conçois pas que l’on puisse être aussi mauvais et mal intentionné envers son prochain. « Qu’est-ce que je vais faire… » Je déglutis difficilement et je pose doucement ma main dans son dos, pour la rassurer. Je la laisse là, immobile, j’ai peur de la brusquer et je ne sais pas comment m’y prendre pour qu’elle comprenne que rien de tout ça n’est de sa faute et qu’elle n’a rien à se reprocher. « Je… Je peux plus. Je dois retourner à Sydney ? » « Bien sûr que non ! » Je ne réalise pas que je hausse le ton - toute proportion gardée - et que je réagis un peu vivement. Elle ne doit pas retourner là bas, elle ne doit pas lui donner ce qu’il veut, la satisfaction de l’avoir vue ramper, pas après ce qu’il a fait.

« J’ai honte de moi. »
« T’as rien fait de mal. »
« Je me dégoûte. »
« C’est lui qui devrait avoir honte. »

Les mots restent bloqués dans ma gorge quelques secondes et, finalement, sans prêter attention aux photos, je reprends son téléphone dans mes mains. « Tu retournes pas à Sydney. » On pourrait presque croire que c’est un ordre, si mon ton n’était pas doux et mesuré. « On va signaler les photos et le compte. Il ne leur faudra que quelques minutes pour les retirer. » Je sais que ce n’est pas suffisant. Je sais que certains auront fait des captures d’écran et qu'une fois que des photos ont été postées sur internet, il est presque impossible de les faire disparaître complètement. « Hey… C’est pas à toi de te sentir mal. C’est lui qui est dégueulasse. » Parce qu’elle lui faisait confiance, parce que ces clichés ont été envoyés dans l’intimité. « T’as pas à rougir. » Et elle n’a pas à pleurer non plus. Elle doit se sentir démunie et j’ai mal au cœur pour elle. Je suis révoltée et j’ai envie qu’il paye, mais ce n’est pas le moment de lui parler de tout ça, de ce que je considère que nous devons faire, à savoir l’empêcher de refaire ça à une autre. « Tu as parlé de lui à quelqu’un d’autre ? Quelqu’un de ta famille ou un ami ? » Je parle doucement, si doucement qu’on dirait presque que je ne veux qu’il n’ait qu’elle qui puisse entendre, quand nous sommes pourtant seules dans l’appartement. « Tu as parlé de ce qu’il t’a fait ? » Du coup. De la marque sur sa joue. Des mauvais traitements qu’elle a subis. « Ou il n’y a que moi qui sait ? »






shot me down, bang, bang (lucia #2)  RXuOxmi
shot me down, bang, bang (lucia #2)  MbPrMoF
shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QoPDAKU
shot me down, bang, bang (lucia #2)  872289volunteer

shot me down, bang, bang (lucia #2)  WwSI4vs
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Shiloh Atkins
Shiloh Atkins
la reconstruction
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-cinq ans - (8.11.1995)
SURNOM : sa soeur l'appelle yoshi, mais elle préfère shiloh
STATUT : célibataire, n'est plus que l'ombre d'elle-même après une relation abusive.
MÉTIER : James Weatherton lui laisse une seconde chance au sein de sa maison de couture, elle donnera tout pour réussir
LOGEMENT : viens d'emménager dans un petit studio au #323 doggett street, fortitude valley
shot me down, bang, bang (lucia #2)  A83dfe30649ceb7db400e47df019e405
POSTS : 2166 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un frère jumeau, Nathan › sait coudre depuis ses dix ans et ne rate jamais une occasion de créer ses propres vêtements › viens tout juste de revenir à Brisbane › sort d'une relation abusive qui aura durer un peu plus d'un an › naturelle et souriante, elle c'est renfermé sur elle-même ces derniers temps › ne sait passer une journée sans musique
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : shot me down, bang, bang (lucia #2)  117367fbe5834c99f6084332ab3d8a19da821cad
NATHAN #1 △ when we were young we were the ones, the kings and queens oh yeah, we ruled the world. we smoked cigarettes man no regrets, wish i could relive every single word. we've taken different paths and travelled different roads. i know we'll always end up on the same one when we're old, and when you're in the trenches, and you're under fire I will cover you

shot me down, bang, bang (lucia #2)  E3895f26fa45075731e97331b9942bfb
LOUISA #3 △ wherever I go, you bring me home, sweet creature. when I run out of road, you bring me home. we're running through the garden. oh, where nothing bothered us but we're still young I always think about you and how we don't speak enough

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
LUCIA #2△ and I'm craving, craving, craving something I can feel where do I go, what do I need, is it ecstasy or is it fear? 'am I on my own, am I even close 'Coz I'm craving, still craving something I can feel. never thought the night could get so lonely



RPs TERMINÉS : Louisa #1 (fb)Louisa #2Lucia #1Danika #1Knox #1Oakley #1Chloe #1 (fb)Thomas #1 (fb)
AVATAR : elizabeth lail
CRÉDITS : (avatar) cristalline - (ub) loonywaltz - (icons) pinterest
DC : cian, bailey, loan & wyatt
PSEUDO : paindep.
INSCRIT LE : 04/07/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t34993-a-storm-to-weather-shiloh https://www.30yearsstillyoung.com/t33722-i-m-writing-you-a-symphony-of-sound https://www.30yearsstillyoung.com/t35366-shiloh-atkins https://www.30yearsstillyoung.com/t35364-shiloh-atkins

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyLun 26 Avr - 22:01



C’est lui que je protège contre vent et marée quand elle n’insinue rien de particulier la demoiselle. C’est pour lui que je pourrais me plier en quatre, pour lui plaire, pour ne jamais faire de vague. « Je sais que c’est compliqué. Je voulais pas te braquer... » Déjà, je m’en veux d’avoir été aussi dur avec elle quand elle ne faisait que demander. Ce n’était qu’une simple question, j’en avais tiré une tout autre conclusion. Jamais je n’ai dit quoi que ce soit sur ce qui pouvait bien se passer entre les quatre murs de notre appartement, mais parfois, la carapace si parfaite de Lawrence pouvait céder bien trop facilement. « Je voulais pas insinuer que tu l’avais fait. Mais si ça avait été le cas, ça n'aurait pas été grave, tu sais... » Je secoue la tête soulignant encore une fois que je n’étais en rien responsable de tout cela. « Parfois, il me parlait mal devant tout le monde. » Le, parfois, est bien mensonger quand les derniers temps, il ne savait pas s’adresser à moi autrement qu’avec des mots virulents. « Une fois, j’ai fait tomber une guitare sans faire exprès, il m’a empoigné par le bras. » Ce jour-là, tout le label était présent. Tout le monde a vu ses doigts s’imprimer sur mon épiderme, le regard noir qu’il m’avait lancé et probablement la peur que j’avais ressenti que ma maladresse lui déclenche un accès de colère. Quelqu’un avait vu, j’en suis persuadée, quand c’est quelques jours plus tard que le scandale à éclater.

C’est un tout autre scandale que Lawrence fait éclater quand il décide de tout ruiner. Il avait franchi plusieurs étapes dans sa cruauté, dans son désir de contrôle, mais jamais je n’aurais imaginé qu’il utilise quelque chose d’aussi personnel. Mon intimité toute entière se retrouve étale aux yeux de tous sur une page de réseaux sociaux, probablement déjà bien trop partager. Il sait jouer de la psychologie inverser quand dès le départ ce n’est pas contre lui que je suis en colère, mais bel et bien envers moi-même. J’ai honte de la personne que reflètent ses clichés, honte de ce que j’avais pu entreprendre pour attirer son attention sur moi. Je voulais lui plaire, je voulais qu’il reste, j’aurais fait n’importe quoi pour avoir son regard sur mon corps, pour me sentir désirée par Lawrence. Dans ces moments-là, il n’existait plus que nous, je me sentais la femme la plus chanceuse, la plus aimée. Je me sentais belle à ses yeux, c’était tellement puissant que je ne pouvais qu’en redemander, j’avais besoin de me sentir existé au travers de lui. Prise dans le prisme d’un amour aveuglant, je n’avais jamais réfléchi à ce que cela pouvait engendrer. Je croyais que tout était normal. « T’as rien fait de mal. » Alors pourquoi j’ai autant honte de moi si je n’ai rien fait de mal ? Pourquoi ma peau brûle ? Pourquoi je voudrais hurler à m’en casser la voix tant la peine semble incommensurable ? « C’est lui qui devrait avoir honte. » Je renifle sans jamais oser croiser le regard de la jeune femme. Je voudrais m’enterrer quelque part, disparaître, cesser d’exister un instant encore pour ne plus ressentir cette trahison qui se faufile entre mes veines.

« Tu retournes pas à Sydney. » Les mots sont englobés d’une douceur qui contraste avec la fermeté. Elle m’interdit d’y retourner et je ne voudrais que l’écouter, elle et personne d’autre. Je me noie dans ses bras, je prends tout ce qu’elle m’accorde, tout ce qui fera sens selon elle. Pour moi, plus rien ne semble tourner rond. Abattue, je ne pense qu’à ses photos, à ce qu’elles me font ressentir. Je pense à Lawrence encore et toujours. Je me déteste de ressentir ce manque de sa personne, je lui en veux de vouloir m’atteindre ainsi. Je perds pied dans le tourbillon d’émotions contradictoires qui ne cessent de m’envahir, me laissant la sensation qu’un poids tout entier me traîne au fond de l’eau. « On va signaler les photos et le compte. Il ne leur faudra que quelques minutes pour les retirer. » « Ne regarde pas. » J’ai si honte de moi, je me sens rougir de la tête aux pieds à l’idée que la jeune femme puisse émettre un jugement sur tout cela, sur le fait qu’en plus d’elle désormais des milliers de personnes ont accès à cette partie de moi. « Hey… C’est pas à toi de te sentir mal. C’est lui qui est dégueulasse. T’as pas à rougir. » Chacun de ses mots est accueilli par un nouveau sanglot, de ceux qui vous déchire la gorge. « Je voulais pas. » Ce n’est que le sentiment qui domine depuis plusieurs minutes déjà, celui qui accompagne la honte avec tout ça. « Mais il aimait ça. » Il aimait me voir ainsi, il l’avait tant répété parfois. « J’existais de nouveau pour lui quand je lui envoyais. » J’acceptais ce que je croyais être une réalité, un petit jeu pour pimenter. J’ai accepté, j’ai fait de mon plein gré, mais j’ai toujours regretté après coup. Je me suis souvent dit que ce n’était pas moi, que je n’aimais pas faire ça, que c’était dégradant pour moi et pourtant, j’y retournais à chaque fois, parce que l’après était si bien, parce que tout allait bien. « Je n’aimais pas faire ça. » Et c’est la première fois que j’ose le dire ainsi, que j’ose l’affirmer à haute voix. La déferlante est si puissante que mon souffle s’en coupe alors que je réalise lentement tout ce que j’ai accepté en silence. « Je croyais qu’il m’aimait. » Et la réalité fait tellement de mal quand il ne me reste plus que mes larmes.

Il me faut des minutes encore pour retrouver un souffle calme, pour que les larmes coulent en silence. Engourdie par les émotions, planant entre pleine conscience des événements et léthargie totale, je laisse Lucia contrôler la situation via mon téléphone portable. « Tu as parlé de lui à quelqu’un d’autre ? Quelqu’un de ta famille ou un ami ? » Je hoche la tête si lentement qu’elle doit à peine percevoir le mouvement. « Tu as parlé de ce qu’il t’a fait ? Ou il n’y a que moi qui sait ? » J’ai parlé sans tout dire, j’ai énoncé sans jamais pleinement dénoncer. « J’ai parlé à mon frère. » Nathan… Le fait même d’évoquer ce dernier provoque une énième réalisation du cauchemar que Lawrence à démarrer. « Il va avoir tellement honte de moi… » Lui qui était si en colère lorsque j’ai commencé à lui parler de ma relation, lui qui m’en veut tellement d’avoir choisi Lawrence avant les autres. « Il était si en colère, j’ai… J’ai juste parlé d’une gifle. » J’ai dédramatisé surtout, je n’ai pas parlé de la deuxième, je n’ai jamais évoqué les mots cinglants, les étreintes brutales. « Ils m’en veulent tellement. » Tous, ils ne voient que mon absence, que ce qui a pu manquer et les décisions que j’ai prises pour les protéger. Pour eux, tout est de mon fait et ils ont probablement entièrement raison. « Je suis tellement désolée. » Je ne sais même plus pourquoi je m’excuse, mais cela me semble cruellement approprié.


 
I'm going under and this time I fear there's
no one to save me. This all or nothing really
got a way of driving me crazy, I need
somebody to heal, somebody to know,
somebody to have, somebody to hold.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  InF9M6m
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Xc1pTzg
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Whitemore
Lucia Whitemore
Le sacre du printemps
Le sacre du printemps
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans (15.10.94) - Libra
STATUT : Elle a gribouillé "Lucia McGrath" sur tous ses cahiers de notes pour "voir si ça rend bien".
MÉTIER : Wedding-Planner assistante d'Evelyn Pearson, vu son naturel doux et romantique, surprenant que le métier ne se soit pas imposé plus tôt. Elle passe également quatre heures en cuisine par semaine pour l'association FareShare qui récupère les invendus des restaurants, les cuisine et les distribue aux sans abris.
LOGEMENT : Ils repartent à zéro dans une jolie villa 3 pièce à Logan City. Elle a emménagé avec Swann et Pancake (le goldendoodle) au 336 Princess Street début avril 2021.
shot me down, bang, bang (lucia #2)  26a7c9eee09110ce738b5725191af0994000a635
POSTS : 1476 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : petit bonbon, son manque de confiance en elle se lit sur son visage + est restée 3 ans prisonnière d'une relation abusive, elle retrouve aujourd'hui l'amour dans les bras de swann + douce et gentille, elle ne ferait pas du mal à une mouche + simple et naturelle, elle a toujours un sourire sur le visage + sa famille représente tout pour elle, elle tente de reconstruire sa relation avec ses soeurs aînées + championne olympique de marathon netflix et reflet de sa génération : son téléphone semble greffé dans sa main + solaire mais très effacée, elle a toujours l'impression de déranger
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS :
shot me down, bang, bang (lucia #2)  Gm9ZVqFa_o
luwann #20 & #21 I keep fighting voices in my mind that say I'm not enough. Am I more than just the sum of every high and every low, remind me once again just who I am because I need to know. You say I am strong when I think I am weak. And you say I am held when I am falling short, and when I don't belong, oh you say I am yours and I believe. In you I find my worth, in you I find my identity.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_p1lpy30ycg1tnifljo5_250
whitemore girlslunah #6 & gabrielle (scénario libre) ⊹ I know water that's thicker than love, that's deeper than love with my friends. People come and some people go, and some people ride 'til the end.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Tumblr_inline_pafs55whGg1u3u0uv_250
lucevie #4 ⊹ Am I good enough ? Do I measure up ? I wanna be fearless, no holding back, no backing down because I believe You're with me now. Bring on the unknown, lead me and I'll go.

shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZTCrxFNG_o
luloh #2 Clipped wings, I was a broken thing. Had a voice, had a voice but I could not sing. And I don't care if I sing off key, I find myself in my melodies. I sing for love, I sing for me, I shout it out like a bird set free.


shot me down, bang, bang (lucia #2)  3097839869_1_3_jFaWc7zX
+ fête des voisinsmaison luwanncharlie

+ crédits complets pour les gifs dans mon moodboard

RPs EN ATTENTE : scarlett
RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens
AVATAR : Phoebe Dynevor
CRÉDITS : merygoldstuff (avatar), loonywaltz (UB), harley (gif profil & base crackship)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26119-lucia-fooled-me-again-with-your-dirty-mouth-full-of-honest-lies https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-do-not-fear-failure-but-please-be-terrified-of-regret https://www.30yearsstillyoung.com/t26186-lucia-whitemore https://www.30yearsstillyoung.com/t26185-lucia-whitemore

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  EmptyJeu 29 Avr - 10:47


shot me down, bang, bang
Lucia Whitemore & @Shiloh Atkins shot me down, bang, bang (lucia #2)  873483867

« Parfois, il me parlait mal devant tout le monde. Une fois, j’ai fait tomber une guitare sans faire exprès, il m’a empoigné par le bras. » Je ferme les yeux un instant et c’est ma propre histoire que j’ai l’impression de revivre. Oh, jamais je n’aurais fait tomber de guitare, j’avais peur de ne serait-ce que respirer lorsque j’étais avec lui au studio ou n’importe où en public, mais moi aussi, il m’a déjà malmenée sous les yeux de spectateurs silencieux. « Je vois. Je sais ce que c’est. Il m’a mené la vie dure quand on tournait ce clip stupide. » Mais je n’ai rien dit. Je n’ai rien dit parce que mes yeux brillaient encore et que je pensais que c’était la chance de ma vie, d’être avec lui, de pouvoir faire partie de tout ça. Quelqu’un a fini par parler. L’un des spectateurs n’est pas resté silencieux cette fois-ci parce que c’était trop, parce qu’il est allé trop loin et il m’est facile d’imaginer que le label ait préféré se séparer de lui dans le climat actuel.

S’il était allé trop loin là, ce n’est rien au regard de ce qu’il fait aujourd’hui. Moi, je reste muette face à la détresse de la jeune femme dans un premier temps, muette face à la cruauté dont est capable de faire preuve mon ex. Une par de moi n’y croyais pas, avant. Une part de moi lui a toujours cherché des excuses, une part de moi a toujours pensé que j’avais raté quelque chose, qu’il y a quelque chose que j’avais mal fait. Mais ce qu’il a fait à la blonde est inexcusable et je me rends compte qu’il ne devrait plus avoir le droit de faire ça alors que je la tiens dans mes bras tandis qu’elle pleure. « Ne regarde pas. » « Je vais pas les regarder. » Je ne suis ni curieuse, ni intrusive, et certainement pas assez malsaine pour étudier des clichés qui ont été postés à son insu. « Je signale juste le compte. Je les regarde pas. » J’aurais préféré la laisser faire, j’aurais préféré parce que ça l’aurait mise moins mal à l’aise mais je n’ai pas l’impression qu’elle soit en état. « Je voulais pas. Mais il aimait ça. J’existais de nouveau pour lui quand je lui envoyais. » « T’as pas besoin de te justifier. Ni auprès de moi, ni auprès de personne. » Et ça restera vrai dans n’importe quelle circonstance. « Tu lui faisais confiance. Tu dois jamais te justifier. » C’est n’est pas elle qu’il faut insulter et à qui il faut dire les pires horreurs, c’est à lui. « Je n’aimais pas faire ça. Je croyais qu’il m’aimait. » Ca aussi je le sais et face à la détresse de la jeune femme je ne parviens plus à ravaler mes larmes. Je n’ai jamais été forte, mais j’aurais aimé l’être pour deux. Elle mérite tellement mieux que ça. « J’ai parlé à mon frère. Il va avoir tellement honte de moi… » « Il aura pas honte de toi. T’as rien fait qui mérite ça. » Est-ce un crime d’envoyer ce genre de photo dans l’intimité ? Est-ce un crime de vouloir plaire à son petit ami ? « Il aura pas honte de toi. » Je ne connais pas son frère, mais je suis prête à lui expliquer ma façon de penser s’il la rabaisse ou la fait se sentir encore plus mal. « Il était si en colère, j’ai… J’ai juste parlé d’une gifle. » Les photos et le compte signalés, je repose le téléphone sur la table basse en prenant soin de le mettre en silencieux. « Ils m’en veulent tellement. » Je déglutis difficilement. Les miens aussi m’en ont voulu. Hannah m’en veut même encore, parce qu’elle ne comprend pas, parce que je n’ai rien fait ou rien dit pour l’aider. « Je suis tellement désolée. » Je fronce les sourcils et sèche mes larmes en espérant que cela aidera la blonde à en faire de même. « Désolée de quoi ? T’as pas à être désolée. » Pour rien. Ni parce qu’elle pleure, et certainement pas à la place de Lawrence. « J’ai parlé de rien à mes sœurs, et j’ai rien dit à mes parents non plus. T’as beaucoup plus de courage que moi. » Et c’est elle qui est en train de vivre ça : c’est injuste. « J’ai fait comme si ça n'existait pas. Et ils m’en ont voulu tout autant. Tu as bien fait de lui en parler. » Doucement, je passe une main dans ses cheveux et j’essuie une des ses larmes. La pudeur n’a plus lieu d’être quand ce que nous avons vécu nous rapproche, non ? « Et à moi tu peux parler de tout ce dont tu as besoin de parler. Je comprends tout. » Je n’ai pas vécu les mêmes choses qu’elle, mais y-a-t-il vraiment un degré dans l’horreur ?






shot me down, bang, bang (lucia #2)  RXuOxmi
shot me down, bang, bang (lucia #2)  MbPrMoF
shot me down, bang, bang (lucia #2)  ZbCLlI6
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QqLqwzn
shot me down, bang, bang (lucia #2)  QoPDAKU
shot me down, bang, bang (lucia #2)  872289volunteer

shot me down, bang, bang (lucia #2)  WwSI4vs
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty
Message(#) Sujet: Re: shot me down, bang, bang (lucia #2) shot me down, bang, bang (lucia #2)  Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

shot me down, bang, bang (lucia #2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: logements
-