AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -9%
-100€ sur les MacBook Air 13’’ 256Go
Voir le deal
1029 €

 Et ce cours deviendra ton pire cauchemar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sara Gutiérrez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22 ans (3.11.1998)
SURNOM : C'est déjà bien assez court pour donner un surnom.
STATUT : Célibataire, enchaînant des relations de couple éphémères
MÉTIER : Etudiante dans le journalisme, tu pensais avoir trouvé ta voie mais finalement non.
LOGEMENT : #64, Kent Street (Fortitude Valley) avec sa mère et les trois derniers de sa fratrie
Crédit: eternalroleplay
POSTS : 256 POINTS : 210

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : (3/5)
Rudy - Wendy - Event Samba
RPs EN ATTENTE : Alma - Diego
Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  5e0o
Crédit: mandown (Joy/Milo)

AVATAR : Senorita Camila Cabello
CRÉDITS : Avatar (Wild heart.) / code signa by drake. + icon by darley/ UB by loonywaltz
DC : Wimou & la petite Moana
PSEUDO : Speedy
Femme (elle)
INSCRIT LE : 30/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t37183-vivre-le-jour-comme-si-c-etait-le-dernier-sara https://www.30yearsstillyoung.com/t37362-sara-enjoy-your-life-with-me#1771958 https://www.30yearsstillyoung.com/t37801-sara-gutierrez#1808381

Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  Empty
Message(#) Sujet: Et ce cours deviendra ton pire cauchemar Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  EmptyDim 28 Mar - 14:50




Et ce cours deviendra ton pire cauchemar
FT.  @Wendy Craine
♤ ♡ ♤
T’as aucune envie, mais alors absolument aucune envie d’être là. Tu traines des pieds depuis ce matin, tu traines des pieds dans les longs couloirs de l’université espérant que tu iras lentement alors que le temps passe rapidement pour que tu arrives en retard. Tu veux juste te faire virer de cours, c’est tout ce que tu cherches.
Te voilà devant la salle, tu rentres en lâchant le soupir le plus lasse du monde. Tu voulais la place la plus au fond, pour te permettre de te taper ton meilleur sommeil sauf que… c’est une disposition en U. Donc clairement, pas de best place à part peut-être celles qui seront le plus loin des intervenants mais… elles sont déjà prises. « Génial. » maugréas-tu dans ta barbe avant de t’affaler sur une chaise comme si tu avais parcouru tout Brisbane en courant. T’es venue carrément en touriste, t’as juste un petit sac avec un stylo histoire de et quelques papiers qui traînaient dans le fond. Le pire, c’est que tu ne sais même pas de quoi il va parler ce cours !
Tu commences à discuter un peu avec ta camarade à ta droite pour qu’elle te fasse un peu un topo de ce qui va se passer histoire que t’aies un peu le contexte en tête. Au passage tu lui fais comprendre aussi que t’auras besoin d’elle pour avoir un résumé du cours parce que tu comptes faire juste présence de ton corps mais pas de ton esprit. Donc le sujet de ce cours est ‘’la communication et le rapport de genre’’ et y’aura aussi des étudiants d’autre cursus avec vous.
Tu hausses les épaules, ça t’inspire pas du tout ce sujet. Tu souffles encore, de toute façon tu vas t’ennuyer pendant toute la présentation et tu vas faire que ça.
Pour faire passer le temps jusqu’à ce que ça démarre, tu t’occupais de limer un peu tes ongles. A chaque fois que la porte s’ouvrait, tu levais les yeux naturellement pour voir qui allait prendre place parmi vous sauf que cette fois, t’aurais peut-être pas du. Wendy, Wendy venait de rentrer dans la pièce. C’était tout sauf la personne que tu voulais voir depuis quelques temps.
Tu baisses aussitôt les yeux pour faire comme si tu ne l’avais pas vue et tu te remets à limer tes ongles de façon plus énergique qu’avant parce qu’une bouffée de stress venait de s’emparer de toi.
T’es pas trop croyante mais tu pries tous les Dieux possibles pour ne pas qu’elle s’installe dans ton périmètre de vision sinon… tu vas être mal pendant toute la durée de ce cours.

⇜ code by bat'phanie ⇝


Déchirée comme un orage en été
Je ne sais pas,
je ne sais plus
je suis perdue


Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  GtgxNh6
Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  2cUO7Bu
Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  ZcUPfX8
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Wendy Craine
Wendy Craine
la disciple de granvill
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22ans
SURNOM : Winnie
STATUT : Par-ci, par-là
MÉTIER : Étudiante en sexologie; conseillère à la vente dans un sexshop
LOGEMENT : 100 St pauls terrace, spring hills
Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  1a
POSTS : 55 POINTS : 155

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  PTG0MPpE_o
Craine family: La famille, Garrett, Rosalie, Rory
Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  Ezgif-6-5455c99ca97f
Leslie

AVATAR : Diana Silvers
DC : Nope
PSEUDO : Noah
Femme (elle)
INSCRIT LE : 22/02/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t37137-chloe-aimait-olivia-wendy https://www.30yearsstillyoung.com/t37262-do-you-listen-to-girl-in-red-wendy-craine

Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  Empty
Message(#) Sujet: Re: Et ce cours deviendra ton pire cauchemar Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  EmptyMer 31 Mar - 0:01


Et ce cours deviendra ton pire cauchemar
Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  Tumblr_psdy6kd92r1wf43j5o5_400 Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  Tumblr_p97tu0LlYu1w6h3q5o1_540
ft  @Sara Gutiérrez
La première année d’université, je trouve agréable la durée de mes trajets de la résidence à la faculté. De la faculté à la résidence. J’explore une nouvelle façon de laisser s’écouler les secondes. Je profite de chaque minute comme si je gagnais un temps que je n’ai pas l’occasion d’exploiter. Ma trajectoire est accompagnée de podcast, de musique. Parfois, j’arrive à formuler de nouvelles idées, que je m’empresse d’exprimer à un auditoire imaginaire. Quand je suis assise dans ma voiture, je pense aux autres, les voitures, les feux rouges, ces existences qui croisent la mienne.
Pour me rendre au campus, je passe par l’autoroute, ça va plus vite. Parfois, j’oublie que je conduis, mon esprit se ferme et j’ai l’impression de me téléporter à ma destination. D’autres jours, je prends conscience des caprices de la route et de la chaleur qui s’échappe du béton. Je me stationne toujours dans le même parking ou à peu près. À l’occasion, je reconnais des voitures, comme si c’étaient des visages amicaux. Elles ont des propriétaires anonymes, mais leurs couleurs font partie du quotidien.
Je cherche le local dans lequel se donne mon cours Communication et rapports de genres. Je suis fébrile, parce que je n’ai plus l’habitude de ce genre d’enseignement. Le rapport au langage n’est pas analysé aussi explicitement dans le département de sexologie. Il n’y avait que deux places pour les gens de ma cohorte. Chez moi, c’est un cours optionnel, pour d’autres, il est obligatoire. Je suis resté connecté sur la page de choix de cours pendant une heure en espérant mettre la main sur un siège. Rosalie aura bien réussi une chose : elle m’a transmis son amour des livres. Mon sac pèse sur mon épaule, alors que je vérifie mon horaire sur mon téléphone. N-3326. C’est bien ma classe. J’entre sans entrain, persuadée que je ne trouverai pas de camarades parmi les étudiants.
Une tête brune se tourne subitement et mon cœur se serre. Sara. C’est bien elle. Je marche autour de la pièce et prends place sur le pupitre lui faisant face. Nous sommes aux extrémités opposées du local, en espérant que l’espace contienne ma rancune. Je ne la regarde pas. Une amitié qui s’est terminée de façon bancale. Une amitié qui me broie les entrailles. Je tire mon ordinateur de mon sac et l’installe sur la surface de travail bien devant moi. Je me cale plus profondément dans mon siège et appuie mon genou sur le rebord du bureau. Le pouce appuyé sur les dents, comme si je me rongeais les ongles, je pose un regard vide sur l’espace destiné aux intervenants. Je ne me ronge pas les ongles, mais j’ai développé la manie de faire semblant. Dans la périphérie de ma vision, je la vois. La Latina n’a pas changé.
Je la connais depuis l’école primaire. Nous nous sommes toujours côtoyées, c’était un référant de normalité. Nous sommes devenues de véritables amies avec l’université. Notre camaraderie s’est étendue de façon naturelle, notre proximité aussi. Nombre de nuits se sont écoulées avec les secrets échangés aux petites heures du matin sur l’oreiller. Notre fusion semblait être inévitable. Une collision cosmique devait arriver. Elle est toujours aussi belle. Elle est toujours aussi menteuse.
La diapositive change sur l’écran. Je me frotte les yeux pour me concentrer. J’ai irrémédiablement loupé l’introduction. « … Je manquerais de rigueur si je ne faisais pas l’arrêt typique pour saluer l’œuvre de Woolf. Car, lorsqu’il est question de littérature féminine, Virginia Woolf est un pilier. Dans son essai Un Lieu à soi, elle pousse la réflexion à savoir en quoi consiste la littérature de femme. Elle explique que les femmes, pour écrire, ont besoin d’un lieu à elles et de cinq-cents livres de rentes. C’est une base de la littérature féministe et même de l’écriture lesbienne. Quelqu’un peut développer là-dessus ? » Le silence se fait. C’est téméraire d’énoncer une question aussi pointue dans un cours dans lequel l’ambiance n’est pas encore installée. Je pose les doigts sur mon écran d’ordinateur, que j’abaisse un peu. Puis, un léger sourire m’étire les lèvres. D’un geste assuré, je lève la main. La dame me fait signe de prendre la parole. « Dans le chapitre 5 de l’œuvre, Virginia parle de deux femmes qui partagent un laboratoire. Elle écrit cette phrase révolutionnaire : “Chloé liked Olivia.” C’est plutôt subversif, considérant qu’elle écrivait à une époque incertaine, lors de laquelle on faisait des procès aux auteurs et autrices qui parlaient d’homosexualité. En choisissant le terme “liked” au lieu de “loved”, elle assure ses arrières, tout en sachant qu’un lectorat queer saisira la perche. » La professeure hoche la tête et je reprends mon souffle. « L’œuvre entière est une critique du système patriarcal et Woolf ironise beaucoup sur les vieux hommes blancs au pouvoir. Le laboratoire des deux scientifiques se retrouve en dehors du cadre du temps et de la société. C’est la seule place où il n’y a pas d’homme. Le laboratoire est un lieu à l’extérieur du patriarcat. Ainsi, les deux femmes peuvent vivre leur amour dans une pièce secrète, invisible aux regards indésirables. » Je m’appuie sur le dossier de la chaise, un genou relevé à la hauteur du menton. Doucement, je tourne les yeux pour regarder bien en face. Je dévisage ma vieille amie. Cela fait un an qu’elle m’a ghosté. « … mais j’y pense. Il y a sans doute des gens plus qualifiés que moi pour en parler. Sara, ce n’est pas toi qui as fait un papier sur les secrets de la chambre à coucher ? À moins que je ne mélange avec quelqu’un d’autre. » Une étincelle fait briller mon œil. Un observateur avisé pourrait remarquer la flamme qui danse dans mes orbites. L’attention est tournée sur elle. La fille ne peut plus se défiler, du moins, pas dans le cadre du cours. Une année s’est écoulée sans nouvelle depuis cette nuit où nous avons succombé à la tentation, dans cette chambre, à l’abri des regards indiscrets.


Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  Lcds5AP
Et ce cours deviendra ton pire cauchemar  908854lgbt
Revenir en haut Aller en bas
 

Et ce cours deviendra ton pire cauchemar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: queensland university
-