AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -20%
Bon plan rentrée : PC portable Asus à ...
Voir le deal
319 €

 louney #8 + good times never seemed so good

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (29/10/88)
SURNOM : Aberline, avec un soupir d'exaspération.
STATUT : laisse la poudre et les frissons éphémères lui faire oublier que son cœur n'a pas toujours été aussi vide et froid.
MÉTIER : Boss @the Hive since 2019. Toujours entre le BB-8 et l'arrière de la voiture de Sol.
LOGEMENT : #302 orchid street, redcliffe : un duplex avec vue juste pour elle et Tiny, le chien aux gros problèmes d'agressivité qu'elle vient d'adopter (elle est juste incomprise, elle vous dira)
louney #8 + good times never seemed so good 5999e26723cfe21ce47b6a65284716eb
POSTS : 3160 POINTS : 35

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes, comme le cabinet d'avocats. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres après une overdose. Ex-escort, ex-dealeuse pour le Club. Sous protection policière de 2015 à 2018. Désintox en 2017. Crée la Ruche en 2019. Tue une de ses mules en 2021. Depuis, c'est l'escalade (vers le bas).
RPs EN COURS : Mitchell #4 (fb) - Mitchell #7 - Joseph #4 - Solas #2 - Lawrence - James #2 - Finn #8 (fb) - Garrett #2 - Gabrielle - 9/5 eh zut.

louney #8 + good times never seemed so good ImKlFTg
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

louney #8 + good times never seemed so good Ez9s2GX
LOUNEY ► And it's not your fault I can't be what you need baby, angels like you can't fly down here with me

louney #8 + good times never seemed so good VTfCQef
SOLOU ► 'Cause whoever said nothing good ever happens after 2:00 a.m well they never met you

louney #8 + good times never seemed so good 2S314cq
LOURENCE ► Guess I'm contagious it'd be safest if you ran, fuck that's what they all just end up doing in the end
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2 - Finn #4 - Raelyn - Joseph - Mitchell #2 - Doherty's - Finn #5 - Alice - Mitchell #3 - Amos - Joseph #2 - Jet - Ichabod - Raelyn & Amos - Victoire & Jet - Finn #6 - Amos #3 - Lene #3 - Victoire #2 - Solas - Danika - Mitchell #5 - Ichabod #2 - James - Finn #7 - Victoire #3 - Raelyn #3 - Mitchell #6 - Joseph #3 - Jet #2 - Alec - Garrett
AVATAR : zoe kravitz
CRÉDITS : loonywaltz
DC : jamie keynes, kelly ward & marcus leckie
PSEUDO : loonywaltz (léa)
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 16/05/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 https://www.30yearsstillyoung.com/t38723-lou-aberline

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good EmptyVen 9 Avr - 22:07


► Good times never
seemed so good

@Finnley Coverdale & LOU ABERLINE

I've been inclined To believe they never would But now I Look at the night and it don't seem so lonely


A la seconde où le coude de Lou appuya sur la clenche de la porte d’entrée de l’appartement d’Orchid Street, on entendit les aboiements de bienvenue de Wernicke résonner d’un bout à l’autre du couloir. Il n’était jamais trop vieux ou trop fatigué pour faire la fête aux arrivants. Cela était comme écrit dans le code génétique des chiens, à moins qu’il s’agisse d’une clause dans le contrat des canidés stipulant que les humains devaient absolument, à chaque fois et sans la moindre exception, se sentir acclamés comme des héros chez eux. Quoi qu’il en soit, le massif golden retriever manquait systématiquement de renverser la jeune femme et ses cinquante kilos tout rond par la force de larges pattes et de son enthousiasme contagieux. Malgré les emplettes qui débordaient de ses bras et menaçaient de s’écrouler par terre, elle lâcha un rire en essayant de se frayer un chemin en marche arrière jusqu’au salon. “Fiiiiiiinn ?” L’autre animal de l’appartement relevait plutôt du chat de salon. Le rouquin n’avait toujours pas retrouvé de travail -ne semblait pas en chercher non plus- et traînait forcément dans le duplex. Lou n’osait jamais lui demander ce qu’il faisait de ses journées, ne souhaitant pas lui faire répéter “rien” trente fois par mois. Elle préférait le laisser partager les événements notables, même les plus petits, s’il y en avait eu pour attirer son attention. Alors que sa silhouette apparaissait, l’australienne s’arma de son infaillible sourire innocent ; “Hey, j’ai peut-être bien... encore acheté une plante.” Finnley avait certainement déjà remarqué la Monstera qui camouflait la totalité du haut du corps de sa petite amie. Mais il n’y avait jamais trop de plantes, n’est-ce pas ? Cela semblait relever du miracle qu’une personne comme Lou ait suffisamment la main verte pour être capable de faire en sorte que la forêt qui leur servait d’appartement ne soit pas devenu un désert de feuilles mortes à l’abandon. Elle qui n’était pas connue pour savoir prendre soin de sa propre santé se révélait beaucoup plus douée lorsqu’il s’agissait de flore d’intérieur. Le fait que les plantes se réclamaient pas de cocaïne ou d’héroïne y était sûrement pour beaucoup. “Et un vinyle.” elle ajouta en lui tendant la pochette cartonnée du bout des doigts. Elle n’avait aucune idée de qui était l’artiste ou du style de musique dont il s’agissait. La couverture lui avait plu, l’étiquette indiquant “cinq dollars” aussi, et souvent il ne lui en fallait pas plus. Une majorité des disques qu’elle possédait n’avait été écoutée qu’une seule fois et prenait la poussière depuis. Et il y avait ceux qu’elle passait en boucle, comme ceux de Deep Purple, Elvis, Pink Floyd et Alice Cooper. L’appartement était rarement silencieux. Si la télévision n’était pas allumée, la musique sonnait, et si aucun vinyle ne tournait, alors Lou chantonnait. Elle avait un banjo tout neuf, maintenant qu’elle avait fait le deuil de celui que son père lui avait offert et qui avait été brisé pendant sa cure par sa colocataire de chambre. “Et des cheddar cheese balls. Beaucoup.” La jarre en plastique contenait facilement un kilo de ces petites balles orange fluo toutes droit sorties d’une cuve de concentré d’OGM en banlieue de Tchernobyl et que la jeune femme gobait par poignées jusqu’à ce que ses lèvres en prennent la couleur. Si la réincarnation existait, nul doute que Lou deviendrait une cheddar cheese ball dans sa vie suivante. Elle posa finalement la plante sur n’importe quelle surface qu’elle trouva tant bien que mal avec son champ de vision obstrué par les larges feuilles, et le snack sur le comptoir de la cuisine. Il n’y avait plus rien pour l’empêcher de déposer un baiser sur les lèvres de Finn. “Tu as choisi un film ?” Les bras autour de son cou, elle y demeurait suspendue un instant, lui adressant un regard tendre. Elle aimait leur vie à deux au point d’en oublier tous les secrets qu’elle cachait au jeune homme. Il y avait cet interrupteur dans sa tête qui lui permettait d’entièrement mettre de côté ce qu’étaient devenues ses journées depuis la création de la Ruche avec une facilité affolante. C’était un autre monde, une autre vie, et elle disparaissait en un claquement de doigts dès qu’elle passait la porte de l’appartement. De l’autre côté du seuil, c’était leur cocon, et une movie night comme les autres.





Bury all my skeletons and let 'em stay dead Exorcise the demons makin' homes in my head








louney #8 + good times never seemed so good Spg7okK louney #8 + good times never seemed so good R3zxRMA
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
louney #8 + good times never seemed so good MTtf4TM ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : en recherche d’emploi. il cherche dans le fond des bouteilles de gin ; il s’étonne de ne rien trouver.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
louney #8 + good times never seemed so good F4a9ea75e16d58286e4e15726164f9bab59decb5
POSTS : 7914 POINTS : 165

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : louney #8 + good times never seemed so good N3wg
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

louney #8 + good times never seemed so good Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

louney #8 + good times never seemed so good Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sienna ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

louney #8 + good times never seemed so good Tumblr_inline_od6t98x4h01qlt39u_250
jinn #2 & jinn #4 ⊹ friendship is unnecessary, like philosophy, like art.... it has no survival value; rather it is one of those things which give value to survival.

(07/06) luana #1scarlettevelyn (2003)lara

RPs EN ATTENTE : adèle › raelyn #2 › jet #2 › jameson #2 › molly 2
RPs TERMINÉS : mattdanika #1 (2019)cora #1lydialoucynthialou #2cora #2vittoriobryn #2bryn #3lou #3cora #3jack(jill #1)jamesonlonnielou #4kanecharliecora #4romyjill #1cora #5jeremiahlou #5jill #3raelynlou #6lou #7molly
RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)
ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevor

louney #8 + good times never seemed so good IXHXbzBc_o
AVATAR : domhnall gleeson
CRÉDITS : jojo (ava), miserunt (icon), falllingthroughspace & x-huxx (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin)
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: Re: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good EmptyMar 27 Avr - 2:01




@LOU ABERLINE & FINNLEY COVERDALE ⊹⊹⊹ I've been inclined To believe they never would But now I Look at the night and it don't seem so lonely.
“Fiiiiiiinn ?” La voix de Lou, mettant fin aux aboiements d’anticipation d’un Wernicke pas si à l’article de la mort lorsqu’il s’agit de se faire flatter le poil, sort le rouquin d’une léthargie dans laquelle il est plongé depuis deux heures. Cinq, en réalité, s’il se fie à l’horloge de son ordinateur devant lequel il s’est perdu comme tout bon trentenaire au moment d’écumer le catalogue Netflix. Les jours se suivent et se ressemblent alors qu’il préfère être le parfait sujet d’une thèse sur le binge-watching plutôt que d’envisager la perspective de regagner une indépendance financière. La perte de son emploi ne l’a pas laissé indifférent, bien au contraire, mais pour avoir passé les dix-sept dernières années à travailler, parfois jusqu’à trois emplois à la fois, il se considère comme légitime pour exiger une pause le temps de ''faire le point''. Le point consistant à trouver des réponses dans des verres qu’il ne devrait pas enchaîner et là, cette perspective de s’enfoncer toujours plus dans une évidente addiction le laisse particulièrement indifférent. Si la société valorise autant la consommation d’alcool, c’est pour une bonne raison et comme depuis quelques mois, Finn trouve toujours des excuses à des comportements qu’il aurait été le premier à considérer comme problématiques quelques années plus tôt. Son manque d’engagement pour retrouver du travail se serait apparenté à une déplorable paresse et les besoins de céder à l’appel d’un verre un manque de volonté évident. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’une envie de « faire le point » et de « profiter » après tant d’années à passer le plus clair de son temps à se sacrifier pour d’autres, sa jeune sœur en premier plan. Et s’il n’a plus la moindre responsabilité auprès de Bryn depuis longtemps déjà, qu’il pourrait se satisfaire de ce semblant de vérité pour ne justement plus avoir à se trouver la moindre excuse que la simple envie de mener sa vie comme il l’entend, les responsabilités à l’égard de sa cadette se sont transformées en responsabilités pour préserver sa vie de couple. Il sait que Lou est supposément la dernière à être en mesure de le juger, mais ça n’enlève rien à sa culpabilité – c’est peut-être parce qu’il y a quelque chose à creuser de ce côté-là, mais c’est bien quelque chose que Finnley refuse toujours de voir. Alors la compagnie de Netflix est devenue une justification parmi d’autres, un semblant de normalité qui lui permet de garder ses yeux fermés un peu plus longtemps encore. “Hey, j’ai peut-être bien... encore acheté une plante.” Sa silhouette ayant rejoint celle de sa petite amie, c’est avec un sourire amusé qui l’accueille, sourire qui disparaît bien vite pour laisser place à une moue (faussement) exaspérée. « Qu’est-ce qu’on va faire de toi, Lou ? » Il soupire en balançant sa tête de gauche à droite avant de laisser échapper un rire, l’aidant à se débarrasser des trop nombreuses affaires que ses petits bras tentent maladroitement de contenir, à commencer par le vinyle qu’elle lui tend. “Et un vinyle.” N’ayant aucune idée de l’artiste en question, il se contente d’observer le salon avant de reposer son regard sur la jeune femme. « Et pas de nouveau meuble pour aller avec ? » Car la place commence à manquer, c’est un fait, surtout si elle craque pour chaque vinyle orphelin qu’elle croise. Et s’il s’en offusque doucement, dans les faits il apprécie que cette collection s’agrandisse et l’excitation qu’est celle de Lou à chaque fois qu’elle rapporte une trouvaille. “Et des cheddar cheese balls. Beaucoup.” Difficile de passer à côté du pot, il est vrai, oublié un bref instant lorsqu’elle lui vole ses lèvres. “Tu as choisi un film ?” Fronçant les sourcils pour ignorer la question un instant, son regard se reporte sur la jarre orange avant que ses lèvres ne viennent goûter une nouvelle fois à celles de Lou. « Attends, laisse-moi en profiter encore une minute avant que tu te transformes en cheese ball géante. » Un nouveau baiser furtif et finalement un léger rire qui s’échappe d’entre ses lèvres plus tard, il finit par répondre sérieusement à sa question. « Non, j’ai besoin de ton aide pour ça. » Il admet en se pinçant les lèvres avant de reprendre : « Trois options. » Il énumère, son pouce qui vient marquer la première d’entre elles. « Du romantisme carrément gnangnan où on va d’abord se demander dans quoi on s’est lancés avant de se prendre au jeu et se moquer du jeu d’acteur autant que de l’histoire bien trop prévisible. » Petit numéro deux. « Un film d’auteur indépendant qu’on pourra se vanter d’avoir vu histoire de passer pour de grands connaisseurs et qu’on manquera pas de placer à la première occasion alors qu’en fait, on va rien piger. » Dernière option. « Un film d’horreur bien sanglant où je vais jouer au gros dur alors que dans le fond, ce sera bien toi qui va me rassurer. » Chaque film correspondant évidemment à un titre précis qu’il passe sous silence, sans quoi l’enjeu serait moins surprenant. « Verdict ? » Il l’interroge, lui laissant les pleins pouvoirs face à choix qui semble similaire à celui entre la peste et le choléra (c’est bien pour ça qu’il se dédouane).


louney #8 + good times never seemed so good 8XKLS6S

louney #8 + good times never seemed so good MinG18P
louney #8 + good times never seemed so good Leo10
louney #8 + good times never seemed so good HM7e7CT
louney #8 + good times never seemed so good ZZBr7e1
louney #8 + good times never seemed so good EaMJa4t
louney #8 + good times never seemed so good IDlrfYk
louney #8 + good times never seemed so good GhillXf

louney #8 + good times never seemed so good 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (29/10/88)
SURNOM : Aberline, avec un soupir d'exaspération.
STATUT : laisse la poudre et les frissons éphémères lui faire oublier que son cœur n'a pas toujours été aussi vide et froid.
MÉTIER : Boss @the Hive since 2019. Toujours entre le BB-8 et l'arrière de la voiture de Sol.
LOGEMENT : #302 orchid street, redcliffe : un duplex avec vue juste pour elle et Tiny, le chien aux gros problèmes d'agressivité qu'elle vient d'adopter (elle est juste incomprise, elle vous dira)
louney #8 + good times never seemed so good 5999e26723cfe21ce47b6a65284716eb
POSTS : 3160 POINTS : 35

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes, comme le cabinet d'avocats. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres après une overdose. Ex-escort, ex-dealeuse pour le Club. Sous protection policière de 2015 à 2018. Désintox en 2017. Crée la Ruche en 2019. Tue une de ses mules en 2021. Depuis, c'est l'escalade (vers le bas).
RPs EN COURS : Mitchell #4 (fb) - Mitchell #7 - Joseph #4 - Solas #2 - Lawrence - James #2 - Finn #8 (fb) - Garrett #2 - Gabrielle - 9/5 eh zut.

louney #8 + good times never seemed so good ImKlFTg
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

louney #8 + good times never seemed so good Ez9s2GX
LOUNEY ► And it's not your fault I can't be what you need baby, angels like you can't fly down here with me

louney #8 + good times never seemed so good VTfCQef
SOLOU ► 'Cause whoever said nothing good ever happens after 2:00 a.m well they never met you

louney #8 + good times never seemed so good 2S314cq
LOURENCE ► Guess I'm contagious it'd be safest if you ran, fuck that's what they all just end up doing in the end
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2 - Finn #4 - Raelyn - Joseph - Mitchell #2 - Doherty's - Finn #5 - Alice - Mitchell #3 - Amos - Joseph #2 - Jet - Ichabod - Raelyn & Amos - Victoire & Jet - Finn #6 - Amos #3 - Lene #3 - Victoire #2 - Solas - Danika - Mitchell #5 - Ichabod #2 - James - Finn #7 - Victoire #3 - Raelyn #3 - Mitchell #6 - Joseph #3 - Jet #2 - Alec - Garrett
AVATAR : zoe kravitz
CRÉDITS : loonywaltz
DC : jamie keynes, kelly ward & marcus leckie
PSEUDO : loonywaltz (léa)
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 16/05/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 https://www.30yearsstillyoung.com/t38723-lou-aberline

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: Re: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good EmptyMar 18 Mai - 21:51


► Good times never
seemed so good

@Finnley Coverdale & LOU ABERLINE

I've been inclined To believe they never would But now I Look at the night and it don't seem so lonely


Ce n’était certainement pas le théâtre qui payait les factures, ni la frénésie florale de Lou ou encore les vinyles orphelins, et surtout, ce n’était pas ce qui la gardait hors de l’appartement la plupart des jours alors que les représentations n’avaient lieu que trois soirs par semaine ; mais nulle question n’était posée, et rentrer chez elle demeurait le meilleur moment de la journée depuis que Finn avait posé ses valises. Pour quelqu’un dont la moindre sensation de solitude provoquait de vives angoisses, la jeune femme avait vécu seule et quasiment recluse bien trop longtemps. Le plaisir de passer la porte d’entrée pour trouver du monde de l’autre côté, une personne qu’elle aimait -même si le mot n’était jamais prononcé- et le son des pattes de Wernicke sur le sol pour l’accueillir, était tout nouveau pour elle. Et l’effet était toujours le même ; une chaleur douce et réconfortante se diffusait dans son corps, comme un pétillement agréable de son ventre vers ses membres. Elle affichait un sourire d’oreille à oreille, sans songer une seule seconde que tout ceci puisse prendre fin un jour, et de fait, se sentant loin de toute menace envers sa petite bulle, sans réellement en profiter autant qu’elle le pourrait, sans en être aussi reconnaissante qu’elle le devrait si elle avait conscience de l’éphémérité de son bonheur. Elle avait toujours pris les choses pour acquis, Lou, de l’abondance de son enfance à son influence sur ses camarades de classe, du soutien de ses parents à l’affection du patron du Club -et même les cas où ses certitudes furent déçues ne suffirent pas à lui faire retenir la leçon. Si vous lui demandiez, la jeune femme avait uniquement ce qu’elle méritait, et cela impliquait d’obtenir tout ce qu’elle voulait. Peut-être y avait-il un peu de cela, à chaque fois qu’elle rentrait les bras chargés d’une autre plante, d’un disque, de take-away ; elle voulait, elle prenait, sans se poser de questions. « Qu’est-ce qu’on va faire de toi, Lou ? » demandait Finn en revanche, certes sur le ton de la plaisanterie, mais une véritable introspection ne ferait certainement pas de mal à l’australienne. Pour seule réponse, elle grimaça comme une enfant en mâchant les mots du jeune homme pour les tourner en ridicule -et elle avec. Gna, gna, gna. Le 33 tours changea de mains. « Et pas de nouveau meuble pour aller avec ? » Point pour Finn ; s’il déposait le vinyle au sommet de la pile qui émergeait du rangement actuel puisque que les cases étaient pleines à craquer, celle-ci s'effondrerait certainement en répandant des disques partout sur le sol. Lou grimaça de nouveau, se nota intérieurement de régler le problème, et oublia dans la seconde ce dont il s’agissait tandis qu’elle exhibait l’achat de son détour express à la supérette. Ce qui lui servirait de dîner était tout indiqué, et elle parvenait à faire encore moins sain que ses éternelles nouilles instantanées. Non, elle n’avait toujours pas appris à cuisiner et n’en avait pas l’intention.

« Attends, laisse-moi en profiter encore une minute avant que tu te transformes en cheese ball géante. » Avec un sourire, Lou réceptionna une nouvelle fois les lèvres de Finn. Bien qu’elle se laissait volontiers suspendre à son cou pendant ses heures, elle prenait rapidement pitié des cervicales du rouquin qui se tordait le dos en se penchant jusqu’à elle ; elle rompit l’imbrication de ses doigts et les laissa traîner sur son torse. “Pourtant je suis au pic de ma sexitude quand j’ai un goût de cheddar.” elle répliqua, se mordillant la lèvre inférieure en exagérant un air coquin. “Je pourrais même garder les miettes au fond du seau pour m’en enduire le corps et te les faire lécher. Je sais que tu a-do-rerais ça. On en ferait une vidéo.” Parce que jeux érotiques impliquant de la junk food et une sextape, cela était définitivement du Finnley tout craché. Ce grand nigaud pâle et mou allait les rendre riches sur pornhub à tous les coups, tel était le business plan. Lorsque la brune cessa de le taquiner ouvertement, elle revint au véritable programme de la soirée ; le film. Le choix, elle l’avait laissé à son petit-ami, mais plutôt que de sélectionner une option il lui en offrit trois. Lou, pas adepte de comédies romantiques pour un sou, ne prit pas la peine de cacher son dégoût à l’idée de passer deux heures à observer des étalages de niaiseries sur fond de violons probablement pendant la période de Noël. Les films indépendants n’étaient pas sa tasse de thé mais tout ce qui n’était pas du cinéma polonais sous-titré en bulgare était susceptible de faire l’affaire s’il était question de l’endormir en moins d’une demi-heure. Quant au film d’horreur, vers lequel penchait la balance, il valait sûrement mieux qu’elle n’inflige pas pareil aveu de faiblesse à la légendaire virilité de Finnley dont l’estime de lui-même n’était pas plus haute que la plupart des chaussures à talons de Lou. « Verdict ? » La jeune femme prit son meilleur air songeur, bras croisés, l’index grattant son menton, le regard à la recherche de la réponse sur le plafond et les murs. “Avec des synopsis si précis, ça mérite réflexion. Une intense… intense… réflexion.” A dire vrai, entre la peste et le choléra, Lou fut tentée de faire intervenir Wernicke : elle songea à le faire aboyer une fois pour oui et deux fois pour non à chaque proposition. D’autre part, elle ne pouvait s’empêcher de se demander quels titres se cachaient derrière ces résumés vagues et si Finnley n’avait pas entièrement détourné les thèmes des films de manière à l’induire en erreur. Après tout, une comédie romantique pour certains était un film d’horreur pour d’autres. "Tu sais quoi, je pense qu’on devrait s’instruire, conclut-elle au bout de sa réflexion. Tu manques clairement de challenge intellectuel -or whatever- en restant ici, et je perds mes neurones à force d’être en corset sur scène à dire des conneries obscènes. On va devenir un couple de gros débiles si on continue comme ça, il faut agir avant qu’il ne soit trop tard.” D’un geste vif, Lou prit son kilo de cheese balls sous son bras. “On va donc regarder la comédie romantique, bien sûr.”





Bury all my skeletons and let 'em stay dead Exorcise the demons makin' homes in my head








louney #8 + good times never seemed so good Spg7okK louney #8 + good times never seemed so good R3zxRMA
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
louney #8 + good times never seemed so good MTtf4TM ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : en recherche d’emploi. il cherche dans le fond des bouteilles de gin ; il s’étonne de ne rien trouver.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
louney #8 + good times never seemed so good F4a9ea75e16d58286e4e15726164f9bab59decb5
POSTS : 7914 POINTS : 165

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : louney #8 + good times never seemed so good N3wg
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

louney #8 + good times never seemed so good Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

louney #8 + good times never seemed so good Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sienna ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

louney #8 + good times never seemed so good Tumblr_inline_od6t98x4h01qlt39u_250
jinn #2 & jinn #4 ⊹ friendship is unnecessary, like philosophy, like art.... it has no survival value; rather it is one of those things which give value to survival.

(07/06) luana #1scarlettevelyn (2003)lara

RPs EN ATTENTE : adèle › raelyn #2 › jet #2 › jameson #2 › molly 2
RPs TERMINÉS : mattdanika #1 (2019)cora #1lydialoucynthialou #2cora #2vittoriobryn #2bryn #3lou #3cora #3jack(jill #1)jamesonlonnielou #4kanecharliecora #4romyjill #1cora #5jeremiahlou #5jill #3raelynlou #6lou #7molly
RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)
ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevor

louney #8 + good times never seemed so good IXHXbzBc_o
AVATAR : domhnall gleeson
CRÉDITS : jojo (ava), miserunt (icon), falllingthroughspace & x-huxx (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin)
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: Re: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good EmptyMer 16 Juin - 17:18


Ce n’est qu’une plante, ce n’est qu’un vinyl et pourtant cela traduit en partie de ce qu’il aime chez Lou ; cette spontanéité qui lui manque cruellement, qu’il a souvent jugée sur les autres et qu’il apprend doucement à apprécier aux côtés de celle qui partage sa vie. Il ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre avec elle et si l’inconnu lui fait toujours peur le concernant, il n’aurait pu rêver meilleure professeur pour tenter, petit à petit, de l’apprécier lui-aussi. C’est un processus long, mais pas inaccessible et dans un sens c’est aussi leurs oppositions qui leur ont permis de se trouver de cette façon. Il est certain que s’il était aussi collectionneur que la jeune femme, tous les deux ne s’en sortiraient pas et dans un sens, ce n’est pas un mal qu’il soit incapable d’effectuer le moindre achat sur un coup de tête, d’autant plus qu’un simple regard autour d’eux suffit à réaliser que si Lou veut continuer à recueillir des vinyls, il faudra leur prévoir un nouvel abri. Et si la réflexion est prononcée sur le ton de l’humour, le léger pincement au cœur ressenti par Finn est lui, bien réel. Cette sensation de honte qui l’envahit lorsqu’il est question de cet appartement d’un standing auquel il n’aurait jamais pu prétendre seul et, à vrai dire, il n’est pas vraiment sûr que Lou le puisse également. Mais par expérience, il a bien compris que les questions trop personnelles sont à éviter en compagnie de la jeune femme et s’il ne peut s’empêcher de se questionner, il y a aussi cette volonté de ne pas risquer de la perdre (encore une fois) qui dicte son ignorance. Et un sentiment plus subtile, plus honteux, qui ne consiste pas à se contenter de profiter de ce qu’elle lui offre (non, justement, c’est tout le problème), mais simplement à accepter les choses comme elles sont sans se poser des questions ; pour la première fois depuis longtemps il s’octroie une part de bonheur et il n’a, égoïstement, aucune envie d’y renoncer. Là-aussi, cela contribue nettement à rester dans une ignorance sûrement problématique, mais qui le satisfait amplement. Toujours est-il que s’il apprécie la vie à deux avec la jeune femme, il ne se sent pas toujours légitime, n’ayant jamais eu l’habitude d’être celui qui profite et ce statut étant difficile à assumer – et pourtant, ce n’est pas pour autant ce qu’il le motive à plonger le nez dans les offres d’emploi pour tenter d’apporter sa pierre à l’édifice, conscient que son manque de diplôme joue en sa défaveur et qu’au mieux, il peut se rêver concierge ou vendeur dans une supérette, très loin de ses ambitions passées qui ne sont, malheureusement pour lui, pas tout à fait enterrées contrairement à ce qu’il prétend. Un regard sur la grimace de Lou qui lui dessine un sourire sur les lèvres suffit à mettre un terme à tous les questionnements, comme souvent et une fois encore, il ne fait que songer au fait qu’elle est belle et douce, la vie, quand on arrête de se poser des questions.

Lui volant ses lèvres une seconde fois (bien que conscient que l’excuse le range dans la catégorie de l’hôpital qui se fout de la charité), le jeune homme ne manque pas de se moquer légèrement des choix alimentaires de sa petite amie. Pour lui qui est un véritable cordon bleu quand il s’y met (mais encore faut-il avoir la volonté de le faire), les goûts de Lou ne sont seulement particuliers, mais carrément désolants entre les nouilles instantanées, les snacks aux ingrédients imprononçables et autres spécialités culinaires tout droit sorties d’un congélateur et prêtes à être réchauffées en un rien de temps. Mais il paraît que par amour il faut faire des sacrifices et c’est sûrement le plus important de tous, oui, oui. Se redressant, son regard plongé sur elle, un rire s’échappe d’entre ses lèvres aux justifications de la jeune femme. “Pourtant je suis au pic de ma sexitude quand j’ai un goût de cheddar. Je pourrais même garder les miettes au fond du seau pour m’en enduire le corps et te les faire lécher. Je sais que tu a-do-rerais ça. On en ferait une vidéo.” Si le rire se poursuit, il est cette fois gêné, alors que ses yeux se lèvent au ciel et qu’il passe une main sur son visage. Oui, sa spontanéité l’avait séduit, mais il avait encore de la peine à s’y faire sur certains aspects et les réflexions farfelues de Lou en font parfois partie. « D’accord, d’accord, va vraiment falloir te tenir éloignée de ces machins, ça te monte à la tête. » Il désigne les coupables d’un signe de la main alors que son regard faussement (ou presque) choqué se pose sur elle. « Et puis, tu sais que mon truc, c’est plutôt la vegemite. » Il ajoute d’un air faussement las, le visage sérieux. Car en tout bon australien qui se respecte, son délire consiste évidemment d’induire Lou de cette chose et qu’elle n’obtiendra rien de lui sans ça, n’est-ce pas. Pour l’heure, il s’agit d’être plus sage en choisissant le chef d’œuvre (non) qui accompagnera leur soirée ; trois titres choisis un peu au hasard par Finn, basé uniquement sur les synopsis qu’il a pu lire sur Netflix : ce qui implique de ne pas avoir été influencé par les critiques ou les bandes-annonces et de prendre le risque de souffrir pendant deux heures. “Avec des synopsis si précis, ça mérite réflexion. Une intense… intense… réflexion.” Si ses talents pour la comédie ne sont plus à prouver, il en a encore la démonstration à cet instant alors qu’elle aurait sincèrement pu rivaliser avec n’importe quel scientifique en intense réflexion quelques secondes avant de trouver le vaccin contre le cancer (rien que ça, oui), tout en ayant un sens du suspens particulièrement rôdé. "Tu sais quoi, je pense qu’on devrait s’instruire, tu manques clairement de challenge intellectuel -or whatever- en restant ici, et je perds mes neurones à force d’être en corset sur scène à dire des conneries obscènes. On va devenir un couple de gros débiles si on continue comme ça, il faut agir avant qu’il ne soit trop tard.” Ses sourcils se froncent alors qu’il ne s’attendait certainement pas à un tel choix – ni à de telles justifications qui sont presque vexantes, outch. “On va donc regarder la comédie romantique, bien sûr.” Bon, finalement, il n’est pas certain que le réel choix soit plus engageant, mais dans tous les cas il n’aurait pas été gagnant (tant mieux, ça n’était pas le but). Suivant Lou jusqu’au canapé, accrochée à ses Cheese Balls comme si sa vie en dépendait, de son côté c’est de la télécommande dont il s’empare pour sélectionner le film en question. « Ce sera donc..., un moment d’hésitation le temps de se souvenir du film en question, aidé par la liste Netflix, The Vow ! Une affiche niaise, une indication « inspiré de faits réels » qui présage le pire, Channing Tatum au casting, ça va être génial. » Non, il est persuadé de ne pas s’être trompé dans la catégorie « romantisme niais et susceptible d’être moqué ». « Et s’il te plaît, ne remets pas en question mon choix, ça m’a pris des heures pour me décider. » Non, pas du tout. « Prête ? » Oui, la question peut se poser, le film dure quand même presque 2h, l’encouragement est légitime. Pour la peine, il pioche même dans les cheese balls pour se donner du courage.

@Lou Aberline :l:  


louney #8 + good times never seemed so good 8XKLS6S

louney #8 + good times never seemed so good MinG18P
louney #8 + good times never seemed so good Leo10
louney #8 + good times never seemed so good HM7e7CT
louney #8 + good times never seemed so good ZZBr7e1
louney #8 + good times never seemed so good EaMJa4t
louney #8 + good times never seemed so good IDlrfYk
louney #8 + good times never seemed so good GhillXf

louney #8 + good times never seemed so good 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (29/10/88)
SURNOM : Aberline, avec un soupir d'exaspération.
STATUT : laisse la poudre et les frissons éphémères lui faire oublier que son cœur n'a pas toujours été aussi vide et froid.
MÉTIER : Boss @the Hive since 2019. Toujours entre le BB-8 et l'arrière de la voiture de Sol.
LOGEMENT : #302 orchid street, redcliffe : un duplex avec vue juste pour elle et Tiny, le chien aux gros problèmes d'agressivité qu'elle vient d'adopter (elle est juste incomprise, elle vous dira)
louney #8 + good times never seemed so good 5999e26723cfe21ce47b6a65284716eb
POSTS : 3160 POINTS : 35

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes, comme le cabinet d'avocats. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres après une overdose. Ex-escort, ex-dealeuse pour le Club. Sous protection policière de 2015 à 2018. Désintox en 2017. Crée la Ruche en 2019. Tue une de ses mules en 2021. Depuis, c'est l'escalade (vers le bas).
RPs EN COURS : Mitchell #4 (fb) - Mitchell #7 - Joseph #4 - Solas #2 - Lawrence - James #2 - Finn #8 (fb) - Garrett #2 - Gabrielle - 9/5 eh zut.

louney #8 + good times never seemed so good ImKlFTg
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

louney #8 + good times never seemed so good Ez9s2GX
LOUNEY ► And it's not your fault I can't be what you need baby, angels like you can't fly down here with me

louney #8 + good times never seemed so good VTfCQef
SOLOU ► 'Cause whoever said nothing good ever happens after 2:00 a.m well they never met you

louney #8 + good times never seemed so good 2S314cq
LOURENCE ► Guess I'm contagious it'd be safest if you ran, fuck that's what they all just end up doing in the end
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2 - Finn #4 - Raelyn - Joseph - Mitchell #2 - Doherty's - Finn #5 - Alice - Mitchell #3 - Amos - Joseph #2 - Jet - Ichabod - Raelyn & Amos - Victoire & Jet - Finn #6 - Amos #3 - Lene #3 - Victoire #2 - Solas - Danika - Mitchell #5 - Ichabod #2 - James - Finn #7 - Victoire #3 - Raelyn #3 - Mitchell #6 - Joseph #3 - Jet #2 - Alec - Garrett
AVATAR : zoe kravitz
CRÉDITS : loonywaltz
DC : jamie keynes, kelly ward & marcus leckie
PSEUDO : loonywaltz (léa)
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 16/05/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 https://www.30yearsstillyoung.com/t38723-lou-aberline

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: Re: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good EmptyJeu 15 Juil - 20:56


► Good times never
seemed so good

@Finnley Coverdale & LOU ABERLINE

I've been inclined To believe they never would But now I Look at the night and it don't seem so lonely


Non pas que Lou remettait en question la sélection hautement cinéphile de son cher et tendre, mais tout lui indiquait que dans le choix proposé quelque part entre la peste et le choléra, la qualité n’avait pas été un critère afin de constituer le trio final. Malgré son appréhension quant à la découverte de quelle mauvaise surprise l’attendait derrière le rideau dissimulant l’option numéro un, elle ne doutait pas, malgré tout, de passer un bon moment en la compagnie de Finnley ce soir-là. Ils sauraient tirer du pire jeu d’acteur, du scénario le plus bancal, des cadrages les moins lisibles pour se divertir. Et puis, le film n’était pas tant ce qui importait durant ce genre de moments. Malgré la facilité avec laquelle la jeune femme pouvait se laisser happer dans les histoires, on pouvait souvent la surprendre à poser son regard ailleurs que sur l’écran, à manquer des pans entiers d’intrigue en se perdant dans ses pensées, les yeux rivés sur Finnley ou les lumières de la ville de l’autre côté des fenêtres, à écouter ses voix intérieures. Les saboteurs. Celles qui lui disaient qu’elle ne méritait rien de ce qu’elle avait, que tout n’était qu’un emprunt qu’on finirait par lui arracher. Celles qui lui murmuraient que sa relation avec Finn n’était pas réelle, qu’il continuait de la prendre en pitié pour celle qu’elle fut lors de leur rencontre, qu’il ne l’aimait pas, qu’elle ne méritait pas son affection de toute manière. Qu’elle ne l’aimait probablement pas non plus, d’ailleurs, faute d’en être capable, faute de ne savoir penser à quoi que ce soit d’autre qu’elle-même. Ce mode de survie qui ne s’éteignait jamais, alimentant méfiance, paranoïa, doutes et réflexe maladif de tout détruire avant qu’autre chose ne s’en charge. Elle se perdait là-dedans, Lou, cinq minutes, dix minutes. Un moment pendant lequel le recul sur ce qu’elle avait paraissait fugace et fragile. Mais elle avait toujours eu l’esprit trop encombré. C’était probablement pour cette raison que le silence l’insupportait. « Ce sera donc… The Vow ! révélait Finnley, l’air bien trop fier de lui. Une affiche niaise, une indication « inspiré de faits réels » qui présage le pire, Channing Tatum au casting, ça va être génial. » Pitié faites que ça se termine mal, songeait Lou. Il n’y aurait que cette perspective pour l’empêcher de mourir de l’intérieur durant deux heures. « Et s’il te plaît, ne remets pas en question mon choix, ça m’a pris des heures pour me décider. - J’en doute pas, le fait que Netflix l'ai ajouté au catalogue ce matin n’y est pour rien du tout. » Quelle idée.

L’australienne prit une large poignée de cheese balls et parvint par on ne savait quel miracle à tout faire tenir dans sa bouche -et toujours être en mesure de mâcher. Le seau sur les cuisses, elle s’adossa à un accoudoir, soutenue par quelques coussins, et allongea ses jambes sur l’ensemble du canapé, les pieds sur Finn. “Et puis s’il y a Channing Tatum c’est forcément un incontournable du cinéma de qualité.” Après tout, comment ne pas aveuglément se fier à un homme dont la filmographie se composait de deux Magic Mike, deux Jump Street et deux G.I Joe ? Un acteur de constance et de rôles de composition dont la seule partie qui soit appréciée à juste titre n’était pas son jeu mais ses abdos. Définitivement une valeur sûre. « Prête ? - Qu’on en finisse. » Et ce fut sur ce top départ enjoué que Finnley lança le film dont Lou devinait déjà que sa partie préférée serait le générique de fin.

Il était incontournable que la jeune femme finisse par s’adresser à la télévision comme si les personnages étaient en mesure de l’entendre. Il était également certain qu’une fois qu’elle avait commencé à commenter tout haut les actions en cours, elle piaillerait pendant toute la durée du visionnage, ne cessant pas même lorsqu’elle se levait pour chercher de quoi boire ou depuis les toilettes où elle haussait le volume de sa voix afin de s’assurer que tout l’appartement profitait toujours de ses remarques -qu’ils le veuillent ou non. Ce fut ainsi qu’au bout des premières minutes du film, lorsque la pauvre fiancée du Canada, Rachel McAdams, traversa le pare-brise de la voiture dramatiquement, la voix d’Aberline résonna pour la première fois avec sarcasme, soulignant sa froide indifférence face au sort du personnage ; “Ca s’appelle le karma, ça, Paige. T’as jamais vu de spots publicitaires de sécurité routière, abrutie ?” Elle lui avait jeté une cheese ball sur le visage si elle avait été d’humeur à en gâcher une sur les poils du tapis du salon. Et il fut rapidement clair que Lou ne ressentait pour la pauvre Paige qu’une absolue antipathie; en témoignaient son nez retroussé et ses sourcils froncés à chaque de ses apparitions à l’écran, et elle n’était pas au bout de ses peines. Coma, hôpital et amnésie étaient visiblement insuffisants pour attirer sa sympathie. “Oh god, comment elle peut même avoir la moindre hésitation ? Channing versus l’autre face de flétan, sérieusement ? Y’a pas que la mémoire que ce putain d’accident lui a atrophié.” pestait l’australienne, les joues toujours gonflées de surplus de cheese balls. Mais la féroce hostilité de Lou contre poor Paige n’atteignit véritablement un sommet qu’au moment où celle-ci embrassa la faire-valoir de l’histoire, lui arrachant un “OH LA FALOPFE” venu du coeur, et une nuée de postillons oranges.





Bury all my skeletons and let 'em stay dead Exorcise the demons makin' homes in my head








louney #8 + good times never seemed so good Spg7okK louney #8 + good times never seemed so good R3zxRMA
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
louney #8 + good times never seemed so good MTtf4TM ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : en recherche d’emploi. il cherche dans le fond des bouteilles de gin ; il s’étonne de ne rien trouver.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
louney #8 + good times never seemed so good F4a9ea75e16d58286e4e15726164f9bab59decb5
POSTS : 7914 POINTS : 165

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : louney #8 + good times never seemed so good N3wg
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

louney #8 + good times never seemed so good Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

louney #8 + good times never seemed so good Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sienna ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

louney #8 + good times never seemed so good Tumblr_inline_od6t98x4h01qlt39u_250
jinn #2 & jinn #4 ⊹ friendship is unnecessary, like philosophy, like art.... it has no survival value; rather it is one of those things which give value to survival.

(07/06) luana #1scarlettevelyn (2003)lara

RPs EN ATTENTE : adèle › raelyn #2 › jet #2 › jameson #2 › molly 2
RPs TERMINÉS : mattdanika #1 (2019)cora #1lydialoucynthialou #2cora #2vittoriobryn #2bryn #3lou #3cora #3jack(jill #1)jamesonlonnielou #4kanecharliecora #4romyjill #1cora #5jeremiahlou #5jill #3raelynlou #6lou #7molly
RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)
ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevor

louney #8 + good times never seemed so good IXHXbzBc_o
AVATAR : domhnall gleeson
CRÉDITS : jojo (ava), miserunt (icon), falllingthroughspace & x-huxx (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin)
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: Re: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good EmptyJeu 29 Juil - 22:10


Au contact de Lou, il se surprend à une forme de spontanéité des plus banales pour d’autres, particulièrement poussée pour lui, même s’il s’agit simplement de choisir un film niais à souhait et de l’affirmer haut et fort, là où il aurait eu honte de son choix dans d’autres circonstances. Pire, il aurait plutôt essayé de s’assurer que l’œuvre du soir serait susceptible de plaire à sa petite amie pour ne pas risquer une quelconque moquerie ou commentaire susceptible de piétiner son égo (bien qu’il s’en remette toujours, à vrai dire et qu’il n’y accorde pas beaucoup d’importance). Il n’est pas doté d’un grand sens de l’humour, Finnley et il s’agit plus de sarcasme qu’autre chose ; mais avec Lou il tente de vivre sa vie sous un jour plus détendu et en ce sens il n’est pas mécontent que son choix final soit celui de la comédie romantique ridiculement niaise, qui leur permettra de poser leurs neurones le temps d’une soirée et de se moquer du film jusqu’à en rire aux larmes (même s’il est plus probable que ce soit les commentaires de la jeune femme qui parviennent à le mettre dans cet état que les siens). “J’en doute pas, le fait que Netflix l'ai ajouté au catalogue ce matin n’y est pour rien du tout.“ Qu’elle commence déjà alors qu’il affiche une mine outrée pendant une fraction de secondes, réalisant qu’au même niveau d’un humour inexistant, ses réactions sont plus ridicules que drôles. « Rien du tout. » Qu’il insiste pour se dédouaner, avec qu’un sourire ne le trahisse et qu’il s’installe confortablement sur le canapé, assurément pas prêt pour ce qui va suivre. Se battant presque pour ôter la main de Lou du seau qu’elle garde en otage et en retirer une poignée à son tour, sa main libre posée sur la cheville de la jeune femme, allongée en partie sur lui – pas que ça le dérange, s’entend. “Et puis s’il y a Channing Tatum c’est forcément un incontournable du cinéma de qualité.” Deux Cheese balls dans la bouche (parce qu’il n’arrive pas au niveau de Lou concernant sa capacité d’écureuil à faire des réserves de son péché mignon) mâchées plus tard, il s’offusque (faussement). « Je t’interdis ! Channing est mon acteur préféré, montre un peu de respect. » Pour un Finnley compétemment largué en médias et célébrités malgré un abonnement netflix peu rentabilisé sans l’aide de Lou, l’affirmation est sûrement la meilleure de ses plaisanteries ; autant que le simple fait qu’il se souvienne du prénom de l’acteur (le fait d’avoir eu le résumé sous les yeux toute la journée n’y est pour rien, évidemment). À vrai dire, il serait bien incapable de citer un film dans lequel il a joué et Lou le sait probablement puisqu’elle est celle qui, d’ordinaire, fait son éducation culturelle (il se souvient encore du RHPS) et il faudrait sûrement que cela reste ainsi, car il n’est pas sûr que ce qu’il peut lui apporter lui soit de véritable cadeau et les paroles de la jeune femme ne font que confirmer cela. “Qu’on en finisse.“ « À peine dramatique. » Il se moque, avant d’enfin appuyer sur le bouton play.

La première scène est déjà d’une niaiserie incroyable : évidemment que tout bon film romantique se doit d’avoir son quota de neige pour être considéré comme une réussite. « Ils sont sérieux, là ? » Qu’il commente lorsqu’ils se mettent en tête de concevoir un enfant... à un panneau stop. « Qui fait ça ? » Il interroge Lou en tournant le regard vers elle, principalement parce qu’elle est plus à même de lui répondre – c’est bien elle, l’experte de la vie et des diverses aventures (même s’il espère que concevoir un enfant dans une voiture n’a jamais fait partie de ses expériences). “Ca s’appelle le karma, ça, Paige. T’as jamais vu de spots publicitaires de sécurité routière, abrutie ?” « C’est quand même dommage, elle est trop mignonne pour subir ça. » Channing, par contre, c’est une autre histoire. Il a oublié le nom de l’actrice et ça n’a pas grande importance alors que son sourire au coin démontre d’une certaine volonté de provoquer la jeune femme – mais à choisir entre Paige et elle, évidemment que cette dernière est mille fois plus charmante et intéressante (il n’a pas besoin d’en voir plus du film pour décréter que la protagoniste n’est d’aucun intérêt, son prénom se suffit à lui-même, d’ailleurs). « Pas terrible comme premier rencard, il arrive pas à la hauteur du nôtre. » Il souligne avec une certaine nostalgie et un large sourire quand il observe les deux personnages se nourrir tels des oiseaux et encore une fois, qui fait ça ? Le ridicule atteint des sommets a la scène suivante, avec un Channing sous la pluie et une Paige malade. « La nana a zéro mémoire et il organise une fête comme ça, quel champion. » Il souligne lorsque Paige revient à la maison et découvre ses amis qui la saluent les uns après les autres, alors qu’elle est bien incapable de savoir qui ils sont. « Nope. » Qu’il s’oppose quand Channing apparaît fesses à l’air à l’écran, sa main venant rapidement masquer les yeux de Lou qu’il ne libère qu’une fois le protagoniste habillé. “Oh god, comment elle peut même avoir la moindre hésitation ? Channing versus l’autre face de flétan, sérieusement ? Y’a pas que la mémoire que ce putain d’accident lui a atrophié.” « C’est Channing qui a une face de flétan. » Avis totalement objectif basé sur aucun argument tangible. « Elle finit avec son ex et lui avec sa pote et hop, générique de fin. » Pourquoi chercher des problèmes là où il y a des solutions ? “OH LA FALOPFE” S’exclame finalement Lou, manquant de repeindre le salon avec ses postillons oranges. « Il n’est pas beaucoup mieux. » C’est avec le cœur qu’elle a insulté la protagoniste, mais lui n’est pas beaucoup mieux, n’ayant aucune excuse et aucune amnésie pour justifier sa faiblesse. « Tu ferais quoi dans sa situation, si tu oubliais une partie de ta vie ? Tu chercherais à t’en souvenir ? » Il interroge finalement entre deux scènes pleines de mièvrerie, conscient d’être sûrement agaçant à parler durant un film, conscient que celui-ci est interminable, aussi et finalement rejoignant Paige dans son envie de découvrir son identité, sauf qu’il s’agit d’en apprendre plus sur une Lou qui demeure toujours un mystère.

@Lou Aberline :l:


louney #8 + good times never seemed so good 8XKLS6S

louney #8 + good times never seemed so good MinG18P
louney #8 + good times never seemed so good Leo10
louney #8 + good times never seemed so good HM7e7CT
louney #8 + good times never seemed so good ZZBr7e1
louney #8 + good times never seemed so good EaMJa4t
louney #8 + good times never seemed so good IDlrfYk
louney #8 + good times never seemed so good GhillXf

louney #8 + good times never seemed so good 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lou Aberline
Lou Aberline
l'indomptable
l'indomptable
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (29/10/88)
SURNOM : Aberline, avec un soupir d'exaspération.
STATUT : laisse la poudre et les frissons éphémères lui faire oublier que son cœur n'a pas toujours été aussi vide et froid.
MÉTIER : Boss @the Hive since 2019. Toujours entre le BB-8 et l'arrière de la voiture de Sol.
LOGEMENT : #302 orchid street, redcliffe : un duplex avec vue juste pour elle et Tiny, le chien aux gros problèmes d'agressivité qu'elle vient d'adopter (elle est juste incomprise, elle vous dira)
louney #8 + good times never seemed so good 5999e26723cfe21ce47b6a65284716eb
POSTS : 3160 POINTS : 35

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Son vrai nom est Grimes, comme le cabinet d'avocats. Tombée dans la drogue à 16 ans. Ses parents lui ont coupé les vivres après une overdose. Ex-escort, ex-dealeuse pour le Club. Sous protection policière de 2015 à 2018. Désintox en 2017. Crée la Ruche en 2019. Tue une de ses mules en 2021. Depuis, c'est l'escalade (vers le bas).
RPs EN COURS : Mitchell #4 (fb) - Mitchell #7 - Joseph #4 - Solas #2 - Lawrence - James #2 - Finn #8 (fb) - Garrett #2 - Gabrielle - 9/5 eh zut.

louney #8 + good times never seemed so good ImKlFTg
STRANGERLINE ► When you're halfway to hell you could just keep on running or turn around and face yourself.

louney #8 + good times never seemed so good Ez9s2GX
LOUNEY ► And it's not your fault I can't be what you need baby, angels like you can't fly down here with me

louney #8 + good times never seemed so good VTfCQef
SOLOU ► 'Cause whoever said nothing good ever happens after 2:00 a.m well they never met you

louney #8 + good times never seemed so good 2S314cq
LOURENCE ► Guess I'm contagious it'd be safest if you ran, fuck that's what they all just end up doing in the end
RPs TERMINÉS : Jimmy - Aisling - Archer - Archer #2 - Finn - Cole&Nathan - Mitchell - Lene - Finn #2 - Street Cats - Liam - Anwar - Finn #3 - Cole - Lene #2 - Jack - Aisling #2 - Finn #4 - Raelyn - Joseph - Mitchell #2 - Doherty's - Finn #5 - Alice - Mitchell #3 - Amos - Joseph #2 - Jet - Ichabod - Raelyn & Amos - Victoire & Jet - Finn #6 - Amos #3 - Lene #3 - Victoire #2 - Solas - Danika - Mitchell #5 - Ichabod #2 - James - Finn #7 - Victoire #3 - Raelyn #3 - Mitchell #6 - Joseph #3 - Jet #2 - Alec - Garrett
AVATAR : zoe kravitz
CRÉDITS : loonywaltz
DC : jamie keynes, kelly ward & marcus leckie
PSEUDO : loonywaltz (léa)
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 16/05/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t6890-lou-cause-there-s-no-other-way-out-on-this-lonely-town https://www.30yearsstillyoung.com/t11382-love-who-loves-you-back https://www.30yearsstillyoung.com/t7613-lou-aberline#272600 https://www.30yearsstillyoung.com/t38723-lou-aberline

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: Re: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good EmptyLun 16 Aoû - 20:06


► Good times never
seemed so good

@Finnley Coverdale & LOU ABERLINE

I've been inclined To believe they never would But now I Look at the night and it don't seem so lonely


« Qui fait ça ? »
Faire des enfants ? Trop de monde, bien trop de monde. Pas toujours des méritants, pas toujours pour les bonnes raisons. Mais d’après une Lou parfaitement objective, aucune raison de mettre un bambin au monde n’était bonne. Elle utiliserait l’excuse de la surpopulation pour ne pas simplement admettre le profond dégoût que lui inspiraient les humains miniatures dont s’écoulaient trop de fluides par tous les trous. Elle ne blâmait pas la spontanéité des protagonistes débordants de clichés de leur film tout aussi niaiseux en revanche. “T’es trop précieux pour ce monde, Finn.” répondit la brune d’un air attendri -un brin moqueur aussi. Peut-être que ce genre de romance était pile le genre taillé pour lui. Elle, cynique au possible dans ses commentaires entre deux grandes poignées de cochonneries lui remplissant les joues. Lui semblant prendre au pied de la lettre la notion de “inspiré de faits réels”. « C’est quand même dommage, elle est trop mignonne pour subir ça. - Mon talon est près de tes roubignoles. » La provocation prenait un peu trop bien, elle lui accordait cela. Jouer avec la jalousie des autres était du domaine de compétences de Lou habituellement, et finalement, il était probable que ce genre de mécanismes se soient instaurés uniquement pour palier à son propre territorialisme. Blesser avant d’être blessée, ce genre de bêtises, sous couvert d’un insatiable besoin de marcher sur les nerfs de tout le monde. Elle fut interrompue dans un refill de cheese balls par la main de Finnley venue obstruer sa vue. “Tu réalises que j’ai vu tous les Magic Mike ?” Le postérieur de Channing Tatum n’avait donc plus aucun secret pour elle, de même que celui de Matthew McConaughey, Joe Manganiello et Matt Bomer. Et le joli croupion roux de Finn ne pouvait malheureusement pas se hisser à la hauteur de la compétition. « C’est Channing qui a une face de flétan. » Pas faux. Une fois, Lou avait entendu un type en boîte détailler une jeune femme en la surnomant “crevette” auprès de ses amis. Tout est bon sauf la tête, qu’il disait. Cela s’appliquait définitivement à tous les genres. “C’est pas supposé être ton acteur préféré ?” relevait-elle en référence à ce qu’il avait prétendu plus tôt. Quoi qu’il en soit, à les entendre, ce film durait une heure et demi de trop. Plot twist, ou juste assez pour faire hurler une Lou prise malgré elle dans le scénario, elle déplora la chute libre de quelques-uns de ses amuse-bouches chimiques hors de son seau et qui firent le bonheur de Wernicke. Un instant, elle se demanda si elle devait le stopper, si les cheese balls n’étaient pas susceptibles de leur faire terminer la soirée chez le vétérinaire. Puis elle se ravisa ; si ce chien n’était toujours pas mort à l’heure actuelle, c’était que rien ne pouvait en venir à bout, et sûrement pas de la poudre de cheddar. « Il n’est pas beaucoup mieux. » s’était enquis de défendre Finnley à propos du baiser de la haute trahison que venaient d’échanger Paige et face-de-flétan premier du nom. “Non mais lui il a raison de profiter de la situation ! Mais elle ! Elle, là ! Elle, elle sait qu’elle est encore mariée avec Channing ! Elle se souvient plus mais elle sait ! C’est juste une connasse !” Aberline et le féminisme, une cause toujours loin d’être gagnée.

« Tu ferais quoi dans sa situation, si tu oubliais une partie de ta vie ? » La question comme sortie du néant stoppa la jeune femme jusque dans sa respiration. Lèvres orangées entrouvertes, elle fronça les sourcils, déjà en pleine introspection. Spontanément, l’hypothèse d’oublier certaines années de son existence avait tout pour la réjouir. Si bien qu’elle ne savait quelle période en particulier elle préférerait effacer à jamais ; l’adolescence ? le Club ? l’après ? Idéalement, elle effacerait tout. Ardoise vierge, table rase, nouveau départ. Elle ne ressentait pas d’attachement envers son propre nom non plus. On pouvait le lui prendre aussi. Cela n’avait aucune importance. « Tu chercherais à t’en souvenir ? » Non. “Je sais pas.” La réponse est trop mitigée pour une personne aussi extrême qu’elle, quelqu’un pour qui tout est noir ou blanc, mais elle voyait venir le piège, l’interrogation suivante, logique ; pourquoi ? Pourquoi ne voudrait-elle pas renouer avec des souvenirs de jeunesse ? Pourquoi préférer effacer ses parents ? Et Finn ? Elle ne voudrait pas se souvenir de lui non plus ? Lou n’avait pas de réponse pour tout cela. Comme toujours, elle éludait. "Ça dépend de quelle partie est oubliée, aussi. Admettons que je ne me souviens plus être mariée à Channing Tatum. Pas besoin du tout de chercher à me souvenir de quoi que ce soit, je prends l’info au pied de la lettre, pas de souci.” Il lui avait bien demandé ce qu’elle ferait dans la situation de Paige après tout. “T’as des questions bizarres.” conclut-elle. Pourtant Lou n’était pas avare en divagations, en grands questionnements sur le monde et la manière dont il fonctionnait. En silence, dans l’intimité de son imagination, elle se demandait pourquoi à propos de tout comme une enfant de trois ans. Pourquoi les choses étaient ce qu’elles étaient et pas autrement. Pourquoi les néons grésillaient, pourquoi les bières suintaient, pourquoi il existait autant de saveurs de chips. “Regarde ça. Tout est bien qui finit bien.” fit la jeune femme en indiquant le film touchant à sa fin du bout du nez. “Je me demande s’ils sont toujours ensemble, les vrais gens.” Et si l’amour triomphe bien de tout, même de l’amnésie.






Bury all my skeletons and let 'em stay dead Exorcise the demons makin' homes in my head








louney #8 + good times never seemed so good Spg7okK louney #8 + good times never seemed so good R3zxRMA
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
louney #8 + good times never seemed so good MTtf4TM ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : en recherche d’emploi. il cherche dans le fond des bouteilles de gin ; il s’étonne de ne rien trouver.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
louney #8 + good times never seemed so good F4a9ea75e16d58286e4e15726164f9bab59decb5
POSTS : 7914 POINTS : 165

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : louney #8 + good times never seemed so good N3wg
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

louney #8 + good times never seemed so good Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

louney #8 + good times never seemed so good Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sienna ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

louney #8 + good times never seemed so good Tumblr_inline_od6t98x4h01qlt39u_250
jinn #2 & jinn #4 ⊹ friendship is unnecessary, like philosophy, like art.... it has no survival value; rather it is one of those things which give value to survival.

(07/06) luana #1scarlettevelyn (2003)lara

RPs EN ATTENTE : adèle › raelyn #2 › jet #2 › jameson #2 › molly 2
RPs TERMINÉS : mattdanika #1 (2019)cora #1lydialoucynthialou #2cora #2vittoriobryn #2bryn #3lou #3cora #3jack(jill #1)jamesonlonnielou #4kanecharliecora #4romyjill #1cora #5jeremiahlou #5jill #3raelynlou #6lou #7molly
RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)
ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevor

louney #8 + good times never seemed so good IXHXbzBc_o
AVATAR : domhnall gleeson
CRÉDITS : jojo (ava), miserunt (icon), falllingthroughspace & x-huxx (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin)
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: Re: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good EmptyJeu 9 Sep - 22:45



Il est bien conscient de ne pas avoir beaucoup d’anecdotes croustillantes à raconter, Finnley, de haut de sa banalité affligeante lui privant d’une telle expérience ; après tout, qui ne choisit pas un panneau stop au milieu de la route pour se lancer dans la conception d’un enfant ? C’est une évidence, vraiment et même lorsque Lou lui glisse “T’es trop précieux pour ce monde, Finn” il n’en démord pas le rouquin, sceptique quant à la scène qui se déroule sous leurs yeux. À la douce moquerie de Lou, il se contente de lever les yeux au ciel un bref instant, accentuant son habituel air de grincheux. « Et toi trop cynique, c’est pas censé s’équilibrer ? » Le karma, l’astrologie, son esprit rationnel ne sait pas vraiment qui est réellement le responsable dudit équilibre, mais peu importe ; au final cette seule pensée lui décroche un sourire qui n’a pas lieu d’être expliqué si ce n’est qu’il traduit d’un bonheur évident. Et le sourire se transforme bien vite en un léger rire suite aux provocations du jeune homme qui ne manquent pas de faire réagir sa petite amie.  « Mon talon est près de tes roubignoles. » « Attends... » Il marque un instant de pause pour parfaire le tout avant de rapidement reprendre : « est-ce que je viens de titiller la jalousie de Lou Aberline ? C’est presque un honneur. » Il en fait trop ? Peut-être, mais il le fait avec plaisir. Il pourrait presque ajouter que c’est le genre d’exploit à annoter dans un C.V., mais le sujet étant sensible, il s’abstiendra de jeter de l’huile sur le feu alors qu’il laisse échapper un léger rire et qu’une de ses mains vient doucement se resserrer autour de la cheville de Lou en un geste démontrant de sa bonne foi. Néanmoins... Oui, il doit admettre que l’idée d’avoir pu titiller cette jalousie qu’il aurait presque pu croire inexistante tant Lou a l’air de ne jamais se laisser atteindre par quoi que ce soit n’est pas déplaisante. Pas qu’il veuille volontairement la provoquer, mais c’est égoïstement un indice du sérieux d’une relation qu’il ne savait pas vraiment qualifier il n’y a encore pas si longtemps, un indice ô combien agréable de constater qu’ils sont sur la même longueur sur ce point, même s’ils sont passés maître dans l’art de ne jamais dire les choses explicitement (il suffit de prendre en compte ces trois petits mots jamais prononcés et qui se traduisent pourtant par des soirées à supporter des films niais et des snacks immondes pour les beaux yeux de l’autre). Et si elle fait preuve de jalousie, la réciprocité s’applique (très sérieusement, évidemment qu’elle a ses chances avec Channing et lui avec Rachel, voyons) quand il tente de lui obstruer la vue. “Tu réalises que j’ai vu tous les Magic Mike ?” Un soupir bruyant en guise de réponse, il concède à enlever sa main ; c’est surtout que le postérieur de Channing n’a plus aucun secret pour elle vu sous cet angle et, bon prince, autant qu’elle puisse profiter des dernières secondes durant lesquelles il apparaît à l’écran puisqu’il n’a plus de secret pour elle, hein. “C’est pas supposé être ton acteur préféré ?” Un point pour la petite brune. « C’est justement parce que c’est mon acteur préféré que je peux me permettre de dire ça. » Argument imparable (non). Un instant, il espère que Lou n’aura pas l’idée de le soumettre à une torture visant à regarder l’intégralité de la filmographie de Channing puisque ce seul film lui semble interminable. Il est pourtant romantique, Finn (enfin, il essaie), mais il y a une différence entre petits gestes d’affections et grand renfort de niaiseries comme ce film leur sert. “Non mais lui il a raison de profiter de la situation ! Mais elle ! Elle, là ! Elle, elle sait qu’elle est encore mariée avec Channing ! Elle se souvient plus mais elle sait ! C’est juste une connasse !” Un moment de silence ponctue la tirade de Lou qui ne manque pas de le faire rire par la suite, ses mains se resserrant autour des chevilles de la jeune femme dans l’idée de les masser. « Inspire, expire, Lou, ça va bien se passer. » Il se moque doucement, avant de reprendre. « Toutes les comédies les plus niaises deviennent des chefs d’œuvre avec toi, on enchaîne avec À tous les garçons ? » Il regrette la proposition aussi lancée, il va sans dire, mais le simple visage un peu rougi par l’agacement de Lou le convainc que ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée pour passer une bonne soirée.

Pourtant celle-ci s’alourdit à la suite d’une simple question, ayant pour seul but d’en apprendre toujours plus sur celle qui partage sa vie et qui demeure toujours un mystère. Son regard bifurque jusqu’à croiser celui de Lou et d’en délaisse un film qui n’a jamais vraiment été intéressant de toute évidence. Non, ce qui est intéressant, à cet instant, c’est la manière dont la jeune femme au répondant toujours tranchant, toujours vif, est plongée dans un mutisme dont elle ne sort que lorsqu’il réitère sa demande. “Je sais pas.” Lou Aberline a toujours réponse à tout, a des questions sur l’univers entier pourtant et une part de lui-même aurait dû s’alarmer à cet instant, écouter cette petite voix dans sa tête qui ne se satisfait pas d’une réponse évasive. Mais Finn songe surtout au fait qu’il aurait lui-même de la difficulté à formuler une réponse cohérente et le but n’est pas de transformer cette soirée en cauchemar ; il s’abstient. Il s’abstient toujours, de toute évidence, quand il s’agit de ses interrogations et c’est bien pour ça qu’ils forment un duo. "Ça dépend de quelle partie est oubliée, aussi. Admettons que je ne me souviens plus être mariée à Channing Tatum. Pas besoin du tout de chercher à me souvenir de quoi que ce soit, je prends l’info au pied de la lettre, pas de souci.” Les yeux plissés et une légère moue sur le visage pour lui faire comprendre qu’il n’apprécie guère d’avoir à rivaliser avec Channing (encore et toujours), il esquisse un sourire par la suite. “T’as des questions bizarres.” « Et t’as une réponse qui brise mon cœur. » Main appuyée sur celui-ci, il commence à se faire une raison quant à son impossibilité à rivaliser avec la face de flétan. “Regarde ça. Tout est bien qui finit bien.” « Quelle surprise. » Vraiment, c’est choquant. “Je me demande s’ils sont toujours ensemble, les vrais gens.” Son côté rabat-joie est tenté de dire non simplement parce que le film n’était pas une partie de plaisir et que ce serait une vengeance à la hauteur. L’autre, plus rationnel, se dit que ce serait dommage qu’une si belle histoire se termine en rupture. « Partant du principe qu’il y a un film sur leur vie, ils ont plutôt intérêt à rester ensemble, maintenant. » Il souligne avec un haussement d’épaules, avant de reporter son attention sur la jeune femme. « Tu te verrais mariée à quelqu’un d’autre que Channing ? » Les mots s’échappent d’entre ses lèvres avec une rapidité qui le surprend et l’empêche de les retenir, suffisamment pour qu’il soit gêné et se reprenne aussitôt. « Attends, je t’arrête tout de suite, c’est pas une demande. » Ça pourrait l’être, dans d’autres circonstances. Il n’a jamais caché sa banalité, Finn et ça s’accompagne des rêves qui n’ont rien de bien surprenants : le mariage, les enfants, la maison. Mais s’il se plaît autant avec Lou, c’est aussi parce qu’elle l’empêche de se complaire dans cette même banalité ; et que bien que toujours dans un coin de sa tête, ce sont des rêves qui n’ont plus valeur d’objectifs. Il n’oublie pas non plus les difficultés qui ont entachées leur relation avant que celle-ci ne devienne sérieuse et il n’a aucune envie de prendre à nouveau le risque de précipiter celle-ci dans le fossé en se donnant des intentions qui n’en sont pas (vraiment ?). « Juste... ça m’intrigue de t’imaginer dans le rôle de la mariée. T’aurais sûrement une plante à la place du bouquet et le buffet proposerait une dizaine de nouilles instantanées différentes. » C’est ça ?, qu’il demande du regard avec un sourire amusé pour masquer la gêne d’un tel sujet qu’il n’aurait certainement jamais dû aborder. Il l’a dit, ce n’est pas une demande, ça n’en sera pas non plus une en fonction de ses réponses. Mais justement, elles ne sont pas toujours faciles à obtenir, celles-ci et même toutes les raisons du monde d’être heureux ne peuvent pas toujours masquer les nuages qui se forment et prennent la forme de questionnements toujours plus présents.

@Lou Aberline :l:


louney #8 + good times never seemed so good 8XKLS6S

louney #8 + good times never seemed so good MinG18P
louney #8 + good times never seemed so good Leo10
louney #8 + good times never seemed so good HM7e7CT
louney #8 + good times never seemed so good ZZBr7e1
louney #8 + good times never seemed so good EaMJa4t
louney #8 + good times never seemed so good IDlrfYk
louney #8 + good times never seemed so good GhillXf

louney #8 + good times never seemed so good 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

louney #8 + good times never seemed so good Empty
Message(#) Sujet: Re: louney #8 + good times never seemed so good louney #8 + good times never seemed so good Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

louney #8 + good times never seemed so good

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-