AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-41%
Le deal à ne pas rater :
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony MDR-1AM2
129 € 220 €
Voir le deal

 And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wendy Craine
Wendy Craine
la disciple de granvill
la disciple de granvill
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22ans
SURNOM : Winnie
STATUT : Where's my freaking phone?
MÉTIER : Étudiante en sexologie; conseillère à la vente dans un sexshop
LOGEMENT : 100 St pauls terrace, spring hills
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Uqfg
POSTS : 195 POINTS : 260

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : The first pride was a riot
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] PTG0MPpE_o
Craine ☆ The time that you would never trade
Is equal to the effort made
You were simple once before
But it's not like that anymore
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Ezgif-6-5455c99ca97f
Wenlie ☆ I shouldn't be feeling this
But it's too hard to resist
Soft skin and soft lips


En cours:
La famille, Garrett, Rosalie #2, Leslie #2, Wyatt, Damon, Micah, Sarah, Madison, Luana, Wilhelmina, Riley, Amaya & Scarlett




RPs EN ATTENTE : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] B249fb7cb78d934ff57bbd9fb19326a4200c3d5b

Leo, Hayley

RPs TERMINÉS : Jean, Swann, Rosalie #1, Leslie #1, Amaya #1, Rory, , Sara

RP Abandonnés: Ilaria
AVATAR : Diana Silvers
DC : Tobias Kepner
PSEUDO : Noah
Femme (elle)
INSCRIT LE : 22/02/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t37137-chloe-aimait-olivia-wendy https://www.30yearsstillyoung.com/t37262-do-you-listen-to-girl-in-red-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37507-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37782-wendy-craine

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyMar 20 Avr - 21:15



And I'm on the rooftop with curious strangers
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Tumblr_ppmie8STHM1ua1nbgo3_400And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Original
ft  @Damon Williams
Été 2003 — transe. Empilement de boites dans le salon, mode de vie à l’arrêt. Maman se plaint de ne plus performer. L’année du grand déménagement et des secousses dans la maisonnée. J’étais trop jeune pour prendre pleinement conscience de l’impact des choix de mes parents sur nos vies. Pour moi, c’était une nouvelle aventure.
Sur une photo de l’automne 2003, elle est assise à la table présidentielle avec d’autres individus importants de Brisbane. La même table trône au centre de la pièce aujourd’hui. À l’opposé sur la photo se tient papa, la main posée sur la nappe. Il y a une bouteille de champagne ouverte, le liquide a coulé tout autour, il y a une tache sur le nappage. Seule coquetterie dans l’habillement sobre de ma mère, des boucles d’oreilles en or blanc assorties aux boutons sur sa robe. On croirait des personnages de la télésérie Scandale, de Shonda Rhimes. Tout le monde est séduisant, bien mis et déborde de privilèges.
Je renifle en regardant les clichés sur le mur de l’hôtel. C’est une tradition étrange que de mettre des photos des gens importants qui ont foulé le sol des lieux sur la paroi. Je longe le couloir et rentre de nouveau dans la salle de réception, un sourire parfaitement calculé sur le visage. Ça fait des années que mes ainés ne sont plus pavanés comme des petits chiens savamment dressés dans les événements mondains par les parents, ils le font bien tout seuls maintenant. Je n’ai aucun allier en vue, seul parmi les requins. Je me demande si un jour je vais être à leur image. Est-ce qu’il y a un déclic qui est censé se faire à une date précise ? Une sorte d’illumination qui encourage l’individu à devenir ambitieux ? Si c’est le cas, je ne l’ai toujours pas eu. Mes talons claquent sur le carrelage immaculé, l’écho de mes pas accentue la douleur dans mes pieds. Je me faufile vers la table de rafraichissement, désireuse de prendre appui dans l’ombre de la nappe pour me reposer. Si au moins Rory était là, il feindrait un malaise et m’entrainerait au loin… Mais j’ai promis de faire une apparition et de maintenir une bonne impression. Or, les parents ne m’accordent aucune attention et je n’ai pas le talent de Rosalie pour discourir. Je ne sais pas comment m’attirer les faveurs de ces gens ou même de quel sujet aborder. Je n’ai plus qu’à espérer que ce souper-bénéfice se termine bientôt.
« Weeeeendy, quelle surprise ! » J’interromps ma fuite et dévisage l’inopportune de haut en bas. Une femme aux cheveux gris et à l’odeur de lavande pestilentielle me sourit d’un air carnassier. « Madame Langevin, quel émerveillement. » Mon timbre de voix est pincé, cette femme est comme une méduse qui attaque le nageur naïf. Même enfant, elle me terrorisait. « Me voilà ravi de te revoir, cela faisait un lustre que je n’avais pas eu la chance de te mettre la main dessus. Comment vas-tu ? Tu passeras toutes mes félicitations à ta sœur pour ses fiançailles. Ce Lachlan, quel bon parti. Quelle divine union ! » Je hoche frénétiquement la tête, un rire nerveux pour approuver ses propos se glisse entre mes lèvres. Elle s’approche de moi, me presse la main pour se montrer chaleureuse et ne la lâche pas. Ses serres s’accrochent à ma peau et je tourne de l’œil pour éviter de respirer son parfum. Du bras libre, j’attrape une coupe de champagne sur le cabaret d’un serveur, m’empressant de prendre une gorgée. La dame me souffle son haleine au visage et n’a aucune conscience de l’espace personnelle qu’elle envahit. « Te voilà à quoi 22 ans ? J’espère que tu ne tarderas pas autant que ton ainée pour te placer. » Première attaque de méduse. « Tu sais, j’ai un petit fils à peine plus âgé que toi, je pourrais vous présenter. Tu es un peu maigre, mais avec quelques repas riches en protéine, tu pourras porter de beaux enfants. » Deuxième attaque de méduse. Je me libère le membre et prends une autre gorgée de mon breuvage. Comment aborder la question avec cette dame ? Est-ce que la définition de faire bonne impression de mes parents inclus le fait de sortir du placard à une fonction de la haute de Brisbane ? Je pourrais annoncer à cette dignitaire que je fréquente une professeure de l’université, ayant un peu moins que le double de mon âge. Bien que fréquenter est un bien grand mot… Je dirais plutôt que je fricote avec une mère de famille. Je recule d’une foulée. « Ah, vous savez… hehe, je pensais me joindre au couvent. Je crois que c’est la seule option pour moi. » Je me replie d’un autre pas et heurte la table d’encas, quelques gouttes de champagne éclaboussent la nappe. Je regarde derrière moins, cherchant une porte de sortie. « Je dois, vérifier le système de son, excusez-moi. »
Je fais un pas de crabe sur le côté et me faufile derrière les piliers de marbres de la salle. J’entends madame Langevin rouspéter, je crains qu’elle ne me suive. Je longe le mur pendant un temps et bifurque vers les tables. Mes mollets m’élancent. Je prends appui l’accoudoir d’une chaise avec une main et remarque le blond assis à ma gauche. Glissant le regard sur la nappe blanche, les cartons d’identification s’imposent à moi : Williams. Une autre famille importante que je connais de réputation. Lui, c’est le plus jeune du clan et ne vient certainement pas d’ici. Je fais quelques enjambées pour arriver à son niveau et utilise son épaule pour me soutenir. Doucement, je pose mon verre et me penche discrètement. « Couvre-moi. » D’une main habile, je soulève ma robe contre mes genoux et détache mes chaussures. D’un coup de pied, je les envoie bouler sous la nappe et grogne de satisfaction en me massant les mollets. Je me laisse tomber sur la chaise à côté de lui avant de récupérer ma boisson. « Pardon, je n’en pouvais plus. » J’époussette son veston pour m’assurer que je ne l’ai pas froissé. Des yeux, je cherche un serveur et lui fais signe de nous apporter deux coupes. « Wendy, la p’tite dernière Craine, si t’aime mieux. » dis-je pour justifier mon implication dans la soirée. Je ne suis pas ici de bon cœur : c’est une obligation. « À moins que t’aimes mieux les présentations officielles ? » Un rire narquois s’échappe de ma gorge, puis je pousse l’un des verres fournis par l’employé vers mon compagnon. J’expédie ma première flute d’un trait. « Je ne croise plus beaucoup de personnes de notre âge dans ce genre d’événement. Quel est ton crime ? Pourquoi t’es là ? »


And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Lcds5AP
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 908854lgbt
Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
l'apocalypse
l'apocalypse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans, le début d'une nouvelle ère (04.07).
SURNOM : 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : après tout, pourquoi lui demander son avis, puisqu'il ne sera pas respecté dans tous les cas.
MÉTIER : étudiant en sciences politiques. bien qu'il soit rattaché sur papier à la columbia university de new-york, a décidé de rester à brisbane pour entamer son master en février - quelques soucis à régler sur place avant de s'autoriser à repartir. toujours en alternance chez michael hills en parallèle des cours.
LOGEMENT : recherche appartement (mais pas maison) avec trois chambres, une belle vue et une cheminée où il pourra y brûler tous ses espoirs.
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 52656492573b75eff4101d75d8b194ed45ff979f
POSTS : 1318 POINTS : 870

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant à la colombia university de new-york, il est officiellement venu en australie au début de l'été 2020 pour se rapprocher des siens. officieusement, ce sont ses problèmes de comportement qui ont poussé l'administration à lui demander de s'éloigner pour quelques temps › parle couramment l'anglais et l'italien.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

(treize) - present: auden #4charlie #2elise #4 › garretmegan #3wendydouble troublehappy birthdead | past: léo › saül #4saül #5 › what the folks

RPs EN ATTENTE :
angus › ivy #2 (début mars, retrouvailles) › ivy #3 (fin mars, italie) › marcus #2 › saül #3 (fb)

RPs TERMINÉS :
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 210129021645793185

anastasiaauden › auden #2 › auden #3charlie › elise › elise #2 › elise #3ilariaivyjackmarcusmeganmegan #2saül › saül #2 › saül #6la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraft

chronologie des sujets à jour dans ma fiche de liens.

sujets abandonnés:
 


(oops we did it again)(#scénariodramatik)

what did the buffalo say to his son when he left for college ?:
 


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : wkd-game (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, l'idiot du village (ft. sam claflin) › diana rhodes, la chasseuse d'étoiles (ft. ana de armas) › otto lazzari, la mémoire dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyVen 23 Avr - 16:37



and i'm on the rooftop with curious strangers

***

Il n’avait aucune, aucune envie d’être présent ici aujourd’hui, Damon. Ce n’était pas réellement surprenant, il n’avait jamais envie de se rendre à ce type d’événements. Depuis qu’il était tout petit, ses parents l’y avaient trainé comme si la clef de leur vie sociale se trouvait dans ces soirées aux allures grotesques de mises en scène. Ce n’était pas tout à fait faux, en réalité - lorsque le but d’une vie était d’être bien vus par les autres, cette technique fonctionnait à merveilles. C’était ce qu’avaient fait ses parents pendant des années, c’était même ce qu’ils continuaient à faire - même si le statut respectif de leurs comptes en banque ne permettait plus qu’à l’un des deux de prétendre à une telle place dans la société.

Ce n’était pourtant pas pour redorer le blason de qui que ce soit qu’il était présent ce soir, Damon. Il était présent pour d’autres objectifs, pas de ceux qui venaient ajouter un sourire supplémentaire sur son visage cependant. Il était là aujourd’hui afin de représenter la société qui lui permettait de remplir, doucement mais surement, son compte en banque personnel. C’était pour une mission professionnel qu'il avait accepté, à contre coeur, de se présenter en ces lieux ce soir. Naviguer parmi les requins n’était pas donné à tous, seuls ceux qui avaient appris depuis bien longtemps pouvaient se sentir comme un poisson dans l’eau. Il possédait toutes les cartes, le Williams: le nom, la belle gueule, le small talk aisé. Il savait même exactement comment tenir une coupe de champagne pour ne pas que les adultes en viennent à lever les yeux au ciel lorsqu’ils le voyaient. Il cochait réellement toutes les cases; sauf celle où il savait prétendre tout le long de la soirée qu’il s’amusait une fois sur place. Pour celle là, il avait loupé quelques cours, plutôt occupé à trouver la porte de secours des villas accueillantes les événements, afin de partir discrètement sans venir entacher l’image de ses parents. Et puis, surtout, depuis que ces derniers s’étaient envolés pour l’Australie, le laissant seul sur le continent des Amériques, il n’avait plus trop eux l’occasion de venir porter ce costume et masque là. Les habitudes n’avaient repris que lorsqu’il était arrivé à son tour au pays des kangourous.

« Couvre-moi. » Il n’eut le temps de réagir en rien, l’Italien, qu’une jeune femme le sortait de ses pensées - oh, ce serait mentir s’il n’était pas en train de compter les heures puis les minutes du moment qui le séparait de la porte de sortie de cet endroit. Déjà, elle se penchait vers lui, semblant utiliser la silhouette de Damon comme bouclier, se laissant tomber quelques secondes plus tard à ses côtés. Secouant quelque peu la tête, il vint hausser ses sourcils bien trop haut sur son visage. « Qu’est-ce que… » Un coup d’oeil circulaire ne lui permit pas de comprendre de quoi - ou plutôt, surement, de qui elle voulait s’échapper -, mais le soulagement pouvait se lire dans les gestes effectués par la demoiselle. « Pardon, je n’en pouvais plus. » De, exactement ? Parce-que si c’était de toute cette mascarade, cela faisait déjà des poignées de minutes que Damon n’en pouvait plus, lui. Les prochaines coupes de champagne furent déposées devant eux, les yeux de l’italien ne savaient sur quelle information venir s’accrocher en premier - simple reflet de ses pensées, qui ne comprenaient que trop peu dans quelle situation il se trouvait présentement. Tout ce qu’il savait, c’était que l’ennui semblait s’enfuir en prenant ses jambes à son cou. « Wendy, la p’tite dernière Craine, si t’aime mieux. À moins que t’aimes mieux les présentations officielles ? » Oh, cela semblait sonner quelques alarmes dans sa tête - il ne savait très honnêtement si elles étaient bonnes ou mauvaises, mais il savait que cette combinaison de prénom et nom ne lui était pas inconnue. Il savait juste que son petit rire à elle vint décrocher un sourire sur ses lèvres à lui, alors qu’il vint la prendre au pied de la lettre et lui faire un baise-main lorsque cette dernière vint s’approcher de lui en poussant la coupe de champagne. « Enchanté, mademoiselle Craine. Damon. Williams. » Comme si les noms de famille dans ce type de situations pouvaient tout justifier sans avoir besoin d’en rajouter.

Il accepta volontiers la coupe qu’elle lui avait donné, d’un autre côté. « Je ne croise plus beaucoup de personnes de notre âge dans ce genre d’événement. Quel est ton crime ? Pourquoi t’es là ?  » Ce fut au tour du jeune homme d’aborder un rire narquois, alors qu’il laissa un gorgée de champagne venir glisser le long de ses papilles gustatives. « Mon crime ? Etre trop bonne poire. » Car très honnêtement, s’il se trouvait ici aujourd’hui, ce n’était que parce-que personne d’autre de son département n’avait eu envie de sacrifier l’une de ses soirées - et qu’il n’avait pas réellement d’autres choses de prévues de son côté. « Je suis là pour le boulot - et oui, ça sonne encore pire dit à voix haute. » Il vint lever les yeux au ciel, comme pour illustrer ses propres. La nouvelle gorgée de champagne ne fut qu’une preuve supplémentaire pour montrer comment il se sentait par rapport à l’idée d’être encore présent ici en cet instant. « Qu’est-ce que tu as fait toi, pour ne plus en pouvoir comme ça ? » Après tout, elle marquait un point: ils n’étaient que trop peu présents à avoir leur tranche d’âge, et ils se devaient de profiter de cette occasion. Et puis, soyons honnêtes: la vue n’était pas dérangeante désormais.



:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Wendy Craine
Wendy Craine
la disciple de granvill
la disciple de granvill
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22ans
SURNOM : Winnie
STATUT : Where's my freaking phone?
MÉTIER : Étudiante en sexologie; conseillère à la vente dans un sexshop
LOGEMENT : 100 St pauls terrace, spring hills
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Uqfg
POSTS : 195 POINTS : 260

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : The first pride was a riot
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] PTG0MPpE_o
Craine ☆ The time that you would never trade
Is equal to the effort made
You were simple once before
But it's not like that anymore
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Ezgif-6-5455c99ca97f
Wenlie ☆ I shouldn't be feeling this
But it's too hard to resist
Soft skin and soft lips


En cours:
La famille, Garrett, Rosalie #2, Leslie #2, Wyatt, Damon, Micah, Sarah, Madison, Luana, Wilhelmina, Riley, Amaya & Scarlett




RPs EN ATTENTE : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] B249fb7cb78d934ff57bbd9fb19326a4200c3d5b

Leo, Hayley

RPs TERMINÉS : Jean, Swann, Rosalie #1, Leslie #1, Amaya #1, Rory, , Sara

RP Abandonnés: Ilaria
AVATAR : Diana Silvers
DC : Tobias Kepner
PSEUDO : Noah
Femme (elle)
INSCRIT LE : 22/02/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t37137-chloe-aimait-olivia-wendy https://www.30yearsstillyoung.com/t37262-do-you-listen-to-girl-in-red-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37507-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37782-wendy-craine

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyJeu 29 Avr - 7:50



And I'm on the rooftop with curious strangers
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Tumblr_ppmie8STHM1ua1nbgo3_400And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Original
ft  @Damon Williams
Adolescente, je me souviens que mes parents étaient pragmatiques. Les règles du jeu c’était de faire bonne figure, être présentable, connaitre l’art de la conversation, bien paraitre. J’avais réussi les premières étapes. Je ne plaçais jamais un mot plus haut que l’autre, connaissais la politique et me rappelais le rôle de chacun. C’était dans cet ordre que j’étalais mes devoirs lorsque mon père me prenait au dépourvu. Si je faisais un faux pas, il me punissait de son silence pendant des jours. C’était horrible, parce que ça signifiait que je n’avais droit qu’à la conversation de ma mère. Ce n’est pas arrivé souvent, car les parents oubliaient fréquemment mon existence. Ils le font encore.
« Enchanté, mademoiselle Craine. Damon. Williams. » Son ton me rappelle les circonstances de notre rencontre, ma colonne vertébrale se redresse aussitôt. Formalisme parfaitement orchestré. Il accepte le verre et ne se fait pas prier pour le consommer. Je garde un œil sur la foule, me tenant prête à toute intervention inopportune. Parce que les gens dans ses événements, ils glissent à pas feutrés sur le carrelage fraichement ciré et s’emparent de votre âme, si vous ne faites pas attention. « Mon crime ? Être trop bonne poire. » Après tout, il pouvait être n’importe qui : poire ou pomme, peu importe. Moi, ce que je veux savoir, c’est le niveau d’intérêt que mon compagnon mérite de ma part ; à savoir s’il est quelqu’un de vivant et qui n’est pas là pour les jeux d’apparence. « Je suis là pour le boulot — et oui, ça sonne encore pire dit à voix haute. » Je roule les yeux au ciel, sa situation est probablement désespérée. Personne n’est ici parce qu’il y est relégué, mais bien parce qu’il fait quelque chose qui rapporte à quelqu’un ou la plupart du temps qui lui rapporte à lui-même. Personne sauf moi, il faut l’admettre. Dans la famille, tout le monde s’est empressé de briller le plus fort possible et monopoliser les feux des projecteurs, me laissant le champ libre pour être parfaitement médiocre aux yeux de la haute. Une jeune fille pleine de potentiel, qui ne peut s’empêcher de perdre son temps, comme dirait Garrett.
« De mieux en mieux, ainsi il est un homme de carrière et lucide au sujet de ses fonctions peu flamboyantes. Quel est le domaine ? » D’un geste bref, je soulève ma flute de champagne pour faire un toast à cette révélation. J’aime bien son style, il est conscient de ne pas avoir le premier rôle. Soi, il est d’un caractère mou, soit il assume qu’ici ce n’est pas sa place. Sa façon de prendre une gorgée me confirme que nous sommes dans la même situation et qu’il ne voit pas l’intérêt de participer à ce genre de soirée. Bel ami, voudrais-tu être ailleurs ? « Qu’est-ce que tu as fait toi, pour ne plus en pouvoir comme ça ? » Et là enfin, j’ose le regarder en face, les yeux pétillants de malice, relâchant le peu de façade que je m’étais obligé de conserver. « J’ai l’audace être la moins éclatante de la famille. » De cela, ma dernière année au bac en est garante, mes notes n’arrivent pas au niveau Craine. Ce n’est pas par dérision que je me présente aussitôt comme le membre le moins à craindre du clan, c’est plutôt parce que je suis consciente de ma place. « Le rôle de banquier était déjà pris, écrivaine de renom aussi, sans parler de la célébrité qui est surutilisée. Ainsi, il fallait bien que quelqu’un remplisse un rôle dans le divertissement… C’est pour ça que les très honorables Mark et Frances m’ont donné le rôle du petit chien qui fait des numéros savants. » Un clin d’œil pour confirmer mon identité. « En bref, j’en ai marre de me donner en spectacle pour la galerie. Je ne sais plus combien de platitudes j’ai échangé aujourd’hui avec des personnes qui ont l’âge de ma grand-mère. Soyons honnêtes, ce n’est qu’un rassemblement de gros noms qui affichent leurs réussites et épient la chute imminente des autres. » De cela, je ne peux que m’en plaindre. Le regard de ces requins glisse sur moi, estimant mon poids en or et le capital social que je peux leur apporter. Une voie facile vers l’oreille de Rory ou une poignée de main de moins pour se rapprocher de Garrett ? Ce n’est pas dans ce cercle que je vais rencontrer le professeur qui saura diriger ma maitrise. Mon capital intellectuel compte pour du beurre dans ce milieu. Une voix libérale de plus à discipliner.
« Mais toi, tu n’es pas d’ici. » Le blond est trop naturel pour être assis là. Son visage est trop expressif, son corps est trop plein de vie. Il m’a parlé de boulot, mais son attitude est trop blasée pour signaler une envie de réseautage. Peut-être devrait-il chercher des connexions, mais il est simplement mauvais dans ce qu’il fait ? Peut-être veut-il se sauver autant que moi ? Une moue songeuse s’imprègne sur ma figure. « J’ai une idée pour améliorer l’ambiance, mais pour ça, il faudra que tu me fasses confiance. Cela implique qu’on brise les conventions. Si ce n’est pas ta tasse de thé, dis-le tout de suite et j’te laisse tranquille. Je nierais même avoir eu cette conversation avec toi. »


And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Lcds5AP
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 908854lgbt
Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
l'apocalypse
l'apocalypse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans, le début d'une nouvelle ère (04.07).
SURNOM : 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : après tout, pourquoi lui demander son avis, puisqu'il ne sera pas respecté dans tous les cas.
MÉTIER : étudiant en sciences politiques. bien qu'il soit rattaché sur papier à la columbia university de new-york, a décidé de rester à brisbane pour entamer son master en février - quelques soucis à régler sur place avant de s'autoriser à repartir. toujours en alternance chez michael hills en parallèle des cours.
LOGEMENT : recherche appartement (mais pas maison) avec trois chambres, une belle vue et une cheminée où il pourra y brûler tous ses espoirs.
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 52656492573b75eff4101d75d8b194ed45ff979f
POSTS : 1318 POINTS : 870

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant à la colombia university de new-york, il est officiellement venu en australie au début de l'été 2020 pour se rapprocher des siens. officieusement, ce sont ses problèmes de comportement qui ont poussé l'administration à lui demander de s'éloigner pour quelques temps › parle couramment l'anglais et l'italien.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

(treize) - present: auden #4charlie #2elise #4 › garretmegan #3wendydouble troublehappy birthdead | past: léo › saül #4saül #5 › what the folks

RPs EN ATTENTE :
angus › ivy #2 (début mars, retrouvailles) › ivy #3 (fin mars, italie) › marcus #2 › saül #3 (fb)

RPs TERMINÉS :
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 210129021645793185

anastasiaauden › auden #2 › auden #3charlie › elise › elise #2 › elise #3ilariaivyjackmarcusmeganmegan #2saül › saül #2 › saül #6la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraft

chronologie des sujets à jour dans ma fiche de liens.

sujets abandonnés:
 


(oops we did it again)(#scénariodramatik)

what did the buffalo say to his son when he left for college ?:
 


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : wkd-game (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, l'idiot du village (ft. sam claflin) › diana rhodes, la chasseuse d'étoiles (ft. ana de armas) › otto lazzari, la mémoire dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyMar 4 Mai - 8:39




and i'm on the rooftop with curious strangers

***

Elle vint lever les yeux au ciel à ses paroles et il vint hausser un sourcil curieux. « De mieux en mieux, ainsi il est un homme de carrière et lucide au sujet de ses fonctions peu flamboyantes. Quel est le domaine ? » Ce fut cette fois-ci un petit tire, railleur, qui s’échappa d’entre ses lèvres. Oh, qu’il était malheureusement complètement lucide au sujet de sa situation, Damon. C’était peut-être là le pire dans toute cette histoire; il n’était berné en rien étant donné qu’il se jetait lui-même dans la gueule du loup, et qu’il était donc le seul à qui il pouvait en vouloir. « La joaillerie. » Dit comme ça, cela en jetait toujours un petit peu; assez pour mettre de la poudre aux yeux des personnes ne connaissant rien au domaine des grandes entreprises et aux nids de serpents que l’on pouvait trouver une fois sur place. « Pour la Michael Hills. L’entreprise de mon père. » Un expiration exaspérée s’échappa d’entre ses lèvres, avant qu’il ne vienne boire une gorgée de champagne. Son père, celui qui continuait et continuerait surement encore trop longtemps à avoir cette emprise sur sa vie, sur son quotidien. En travaillant pour lui, Damon ne s’était en rien facilité la tache. « Saül Williams, tu dois forcément au moins connaître son nom. » Peut-être qu’elle connaissait davantage que son nom, à l’italien. Peut-être qu’elle l’avait déjà rencontré et pouvait se faire un parfait portrait de ce dernier dans son esprit - quoi que, il était bien assez fort pour projeter une image erronée de lui-même en société; c’était de cette façon qu’il en était arrivé ici aujourd’hui.

« J’ai l’audace être la moins éclatante de la famille. » Qu’elle commença en guise d’explications à son infortune présence en ces lieux. Une réponse que Anastasia aurait tout à fait pu donner, sans l’ombre d’un doute. « Le rôle de banquier était déjà pris, écrivaine de renom aussi, sans parler de la célébrité qui est surutilisée. Ainsi, il fallait bien que quelqu’un remplisse un rôle dans le divertissement… C’est pour ça que les très honorables Mark et Frances m’ont donné le rôle du petit chien qui fait des numéros savants. » - « Un beau palmarès. » Il fallait l’avouer. Cela n’impressionnait pas le jeune homme, ayant malheureusement l’habitude de côtoyer ces familles où tout le monde se devait d’être autant exemplaire qu’innovateur, mais il fallait avouer que cela représentait un beau palmarès que d’avoir autant de corps de métier ainsi au sein de la même famille. Au clin d’oeil que Wendy vint ajouter à ses mots, Damon n’eut, par la suite, pas de mal à comprendre où se trouvait sa place dans l’histoire - et de toutes façons, la manière dont elle en parlait ne laissait pas beaucoup de place au doute. « En bref, j’en ai marre de me donner en spectacle pour la galerie. Je ne sais plus combien de platitudes j’ai échangé aujourd’hui avec des personnes qui ont l’âge de ma grand-mère. Soyons honnêtes, ce n’est qu’un rassemblement de gros noms qui affichent leurs réussites et épient la chute imminente des autres. » Ce fut un petit rire franc qui vint se faire entendre du côté de l’italien. Elle venait de résumer parfaitement leur après-midi à tous les deux, et c’était là sans étrangeté aucune le premier rire qu’il avait été capable de sortir sincèrement. « Et en regardant la moyenne d’âge, je suis étonné qu’une chute ne soit pas arrivée plus tôt. » Il savait très bien qu’elle ne mentionnait pas nécessairement ce type de chute , mais il était trop tentant de venir se laisser glisser sur la blague tendue à bout de bras.

« Mais toi, tu n’es pas d’ici. » Oh, le nombre de fois qu’on avait pu lui dire ces mots là, à Damon. Il n’était jamais vraiment d’ici, il n’appartenait pas réellement à ailleurs non plus. Il avait passé toute sa jeune vie en tant qu’expatrié, sans pour autant trouver l’envie ni la motivation de retourner en terre conquise, en terre natale - comme si cette dernière n’était plus faite pour lui non plus. « Pas d’ici, mais un peu trop ici par contre. » Il n'était pas d’ici parce-qu’il n’était pas à l’aise, parce-qu’il rêvait d’ailleurs et de toute autre chose qui ne le relierait pas à ses fonctions du jour. Il savait qu’un certain statut, un certain standing était attendu de lui - mais il semblait que tout le monde avait oublié sa présence depuis bien des heures désormais. Quand avait-il arrêté d’être observé, analysé, comme lorsqu’il était enfant ? L’histoire familiale des Williams se lisait-elle sur son visage comme un livre ouvert n’aurait de mal à révéler ses secrets, poussant ainsi le reste du monde à ne plus s’intéresser à lui parce-qu’il n’était pas véritablement le fils de Saül Williams ? Pourtant, les lèvres avaient été scellées quand à cette information. Il savait pertinemment que les choses ne s’étaient pas échappées et qu’aucune des personnes présentes ce soir ne pouvait être au courant de cette situation. Elles agissaient toutes comme si c’était le cas, il semblait pourtant. « J’ai une idée pour améliorer l’ambiance, mais pour ça, il faudra que tu me fasses confiance. » Haussant un sourcil intrigué, il vint plonger son regard dans celui de la demoiselle, alors qu’il faisait un signe distrait au serveur de venir leur donner deux nouvelles coupes pleines de champagne. « Cela implique qu’on brise les conventions. » - « Tu m’intrigues. » - « Si ce n’est pas ta tasse de thé, dis-le tout de suite et j’te laisse tranquille. Je nierais même avoir eu cette conversation avec toi. » - « Au contraire, ne t’arrête pas, tu as toute mon attention. » Il ne lui avait même pas fallu une fraction de seconde pour décréter que ce qu’elle aurait à lui proposer serait d’autant plus intéressant que ce qui pourrait se passer ici bas. Et il rêvait d’une excuse autre que son propre ennui pour prendre la poudre d’escampette. Elle venait de lui servir cette dernière sur un plateau d’argent.

« Vous savez quoi ? » L’italien vint se tourner vers le serveur, arrivant avec leurs deux coupes pleines. « Je vais vous prendre ces deux là, et la bouteille qui va avec. » Avec un petit sourire poli Damon vint glisser un billet dans la poche du veston du serveur, sachant pertinemment que cela fonctionnerait et que ce dernier reviendrait vers lui avec le reste du breuvage. Son attention fut toute délivrée vers Wendy, par la suite, de qui il était suspendu aux lèvres et à ce qu’elle allait lui proposer par la suite. C’était marrant, comme situation. Lui qui tâchait de tenter de faire profil bas depuis qu’il avait mis un pied en Australie venait de tout envoyer valser à la première proposition un peu plus palpitante que les autres. Il fallait dire que cela faisait bien longtemps que l’on ne lui avait pas proposé de filer à l’anglaise dans ce type de réception, et cela rendait les choses bien plus excitantes. « Je suis tout à toi. » Il vint hausser un sourcil intéressé, affichant en parallèle un petit sourire amusé.



:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Wendy Craine
Wendy Craine
la disciple de granvill
la disciple de granvill
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22ans
SURNOM : Winnie
STATUT : Where's my freaking phone?
MÉTIER : Étudiante en sexologie; conseillère à la vente dans un sexshop
LOGEMENT : 100 St pauls terrace, spring hills
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Uqfg
POSTS : 195 POINTS : 260

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : The first pride was a riot
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] PTG0MPpE_o
Craine ☆ The time that you would never trade
Is equal to the effort made
You were simple once before
But it's not like that anymore
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Ezgif-6-5455c99ca97f
Wenlie ☆ I shouldn't be feeling this
But it's too hard to resist
Soft skin and soft lips


En cours:
La famille, Garrett, Rosalie #2, Leslie #2, Wyatt, Damon, Micah, Sarah, Madison, Luana, Wilhelmina, Riley, Amaya & Scarlett




RPs EN ATTENTE : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] B249fb7cb78d934ff57bbd9fb19326a4200c3d5b

Leo, Hayley

RPs TERMINÉS : Jean, Swann, Rosalie #1, Leslie #1, Amaya #1, Rory, , Sara

RP Abandonnés: Ilaria
AVATAR : Diana Silvers
DC : Tobias Kepner
PSEUDO : Noah
Femme (elle)
INSCRIT LE : 22/02/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t37137-chloe-aimait-olivia-wendy https://www.30yearsstillyoung.com/t37262-do-you-listen-to-girl-in-red-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37507-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37782-wendy-craine

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyJeu 13 Mai - 1:25



And I'm on the rooftop with curious strangers
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Tumblr_ppmie8STHM1ua1nbgo3_400And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Original
ft  @Damon Williams
Ainsi, il travaillait dans la joaillerie pour la Michael Hills. Pas surprenant. Belle gueule et beau parleur. Il semble avoir été fabriqué pour l’emploi. Il y a des gens comme ça, qui paraissent faits pour un milieu, plutôt qu’un autre. Mon cerveau commence à emboiter les pièces d’information qu’il m’offre. « Saül Williams, tu dois forcément au moins connaître son nom. » Effectivement, le nom m’évoque quelque chose, mais pas nécessairement pour les raisons qu’il a en tête. Si je ne m’abuse, il est marié à la sœur de Wyatt. Mais je ne me rappelle pas tout à fait si c’est une bonne chose ou pas. Ainsi, les liens entre nous se resserrent. Son père a épousé la sœur de l’ex de ma sœur. On se croirait dans un telenovelas. « Et en regardant la moyenne d’âge, je suis étonné qu’une chute ne soit pas arrivée plus tôt. » « Ça ne saurait tarder. » Après une telle chute, on apprendrait que Monsieur untel lègue toute sa fortune à une maitresse secrète après sa mort et la soirée enchainerait les drames.
« Pas d’ici, mais un peu trop ici par contre. » Intriguée, je toise longuement mon interlocuteur. Je m’étais perdue en conjectures et en préjugés, alors que lui seul pouvait répondre à toutes mes questions. Évidemment, les secrets et les mensonges n’étaient pas le simple adage des Craines, ils pouvaient se multiplier sur n’importe quel terrain fertile. Pour ce que j’en sais, outre l’éléphant dans la pièce au sujet du mariage de mes parents, Rory et moi remportions le trophée. Rory avait entretenu une relation clandestine avec un homme pendant plusieurs années, en plus d’être mêlé à un scandale de violence qui n’a jamais été percé à jour par les médias. En effet, aux yeux du public, Rory était un mec violent qui avait attaqué un des plus gros producteurs de l’Australie, mais en réalité, il avait surtout frappé un agresseur sexuel. Moi, je suis la petite dernière qui ne fait rien pour redorer les armoiries de la famille et qui préfère en contrepartie courir les jupons. À ma proposition, Damon répond par l’affirmative. « Au contraire, ne t’arrête pas, tu as toute mon attention. » Rusé, un grand sourire m’étire les lippes, alors qu’il marche vers le serveur.
« Vous savez quoi ? » Il s’impose devant lui avec une certaine classe. « Je vais vous prendre ces deux-là, et la bouteille qui va avec. » Adoptant une attitude de Great Gatsby, il concentre son attention sur moi. Séduite, je me perds encore une fois en conjecture à son sujet. Mais qui était donc cet homme ? « Je suis tout à toi. » « Tu crois pas si bien dire. » Jetant un regard vers la gauche, puis vers la droite, j’attrape la main de mon nouveau compagnon et l’entraine à ma suite. De l’autre patte, je tiens la bouteille qu’il a piquée au serveur pour qu’il ne soit pas trop empêtré. Je longe le mur pour éviter de me faire voir par les parents et passe la porte de service. Des souvenirs d’enfance me remontent en tête, alors que nous parcourons le couloir pied-nus. Je ne m’appesantis pas sur les soirées écoulées aux côtés de Rory, cachés entre deux chariots de cuisine et prends la direction de la laverie. J’agis comme le maitre des lieux. Une fois sur place, je pose la bouteille sur une table et fais une inspection rapide de la salle : personne en vue. « Débarrasse-toi de ton costard. » Ce disant, je lui lance une serviette blanche de l’hôtel. « C’est rien de weird, promis. » En me tortillant, je fais glisser la fermeture éclair de ma robe, avant de la laisser choir sur le plancher. Maintenant en sous-vêtements, j’enroule une serviette autour de mon corps et sur ma chevelure. J’espère seulement que la chance est toujours de mon côté. Enfin prête, je récupère la bouteille et fais signe au blond de me suivre. Le plus difficile sera la suite. Discrètement, j’ouvre la porte donnant sur le couloir principal. « Paré ? » Sans plus attendre, je l’entraine à ma suite vers le bureau de la réception, adoptant une moue pincée. Deux jeunes gens à demi nus dans le hall d’entrée ne manqueront pas d’attirer l’attention.
« Pardonnez-moi, mademoiselle. » Une hôtesse d’environs mon âge écarquille les yeux à notre arrivée. Mon rythme cardiaque s’accélère à sa vue. « Loin de moi l’idée de me plaindre des services offerts pas l’hôtel, mais nous voici dans une situation délicate. Voyez-vous, quelques employés ont ramassé nos robes de chambre à l’entrée du sauna. Le problème est que notre carte d’accès y était rangée. Ainsi, nous nous retrouvons dans une position compromettante dans le hall du bâtiment et c’est inacceptable. » Le visage de la demoiselle passe par une multitude d’expressions. Elle pèse les pours et les contres de ses prochaines réactions. De mon côté, je prends une moue humiliée pour jouer le jeu. « Dieu du ciel, l’Emporium Hôtel s’excuse de cette terrible mésaventure. Pourriez-vous me dire quelle chambre vous occupiez ? Ne vous inquiétez pas, je vais régler cette situation et vous offrir un service aux chambres complémentaire. » Je donne un coup de coude à mon acolyte pour qu’il affiche une expression convaincante. « Nous occupions une chambre au troisième, près de l’ascenseur. Pourtant, je dois vous dire que cette humiliation est épouvantable. Je compte bien me plaindre au service à la clientèle, et ce, malgré ma déclaration précédente. » Paniquée, mon interlocutrice pianote sur son clavier à un rythme effréné. « Monsieur et Madame Bower ? Pour la suite de nouveaux mariés ? » Je glisse automatiquement mon bras sous celui du Williams et prends un air contrit. Je fais battre mes cils de la même manière qu’une jeune épouse qui pressent déjà un voyage de noces ruiné. « Mille excuses pour tous ces désagréments. Je vais transférer gratuitement votre compte au niveau supérieur. Nous vous enverrons un repas additionnel, vous aurez accès à une terrasse privée et un jacuzzi pour la peine. » Je m’appuie sur l’épaule de mon mari temporaire en hochant la tête comme une brebis égarée. Je récupère la carte magnétique, sachant que ses mains sont toujours occupées par les flutes de champagnes et l’entraine vers l’ascenseur. Chemin faisant, je murmure à voix basse. « Le tour est joué, M. Bower. »
La chambre est située au dernier étage. Chambre est un mot faible, puisqu’on pourrait la qualifier d’appartement. Le lit est assez grand pour contenir une famille complète et est recouvert par des draps en coton égyptien. Dans la pièce, on peut trouver un bar, une cuisine et un salon avec téléviseur dernier cris. Je laisse tomber la bouteille sur le fauteuil et me dirige vers la salle de bain pour récupérer un peignoir. « Vraiment contente que tu aies joué le jeu. Nous voilà libres pour un moment maintenant. » Je me penche vers lui pour piquer un verre de champagne. « Tu me donnes des bribes de ton histoire maintenant ? »


And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Lcds5AP
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 908854lgbt
Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
l'apocalypse
l'apocalypse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans, le début d'une nouvelle ère (04.07).
SURNOM : 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : après tout, pourquoi lui demander son avis, puisqu'il ne sera pas respecté dans tous les cas.
MÉTIER : étudiant en sciences politiques. bien qu'il soit rattaché sur papier à la columbia university de new-york, a décidé de rester à brisbane pour entamer son master en février - quelques soucis à régler sur place avant de s'autoriser à repartir. toujours en alternance chez michael hills en parallèle des cours.
LOGEMENT : recherche appartement (mais pas maison) avec trois chambres, une belle vue et une cheminée où il pourra y brûler tous ses espoirs.
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 52656492573b75eff4101d75d8b194ed45ff979f
POSTS : 1318 POINTS : 870

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant à la colombia university de new-york, il est officiellement venu en australie au début de l'été 2020 pour se rapprocher des siens. officieusement, ce sont ses problèmes de comportement qui ont poussé l'administration à lui demander de s'éloigner pour quelques temps › parle couramment l'anglais et l'italien.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

(treize) - present: auden #4charlie #2elise #4 › garretmegan #3wendydouble troublehappy birthdead | past: léo › saül #4saül #5 › what the folks

RPs EN ATTENTE :
angus › ivy #2 (début mars, retrouvailles) › ivy #3 (fin mars, italie) › marcus #2 › saül #3 (fb)

RPs TERMINÉS :
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 210129021645793185

anastasiaauden › auden #2 › auden #3charlie › elise › elise #2 › elise #3ilariaivyjackmarcusmeganmegan #2saül › saül #2 › saül #6la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraft

chronologie des sujets à jour dans ma fiche de liens.

sujets abandonnés:
 


(oops we did it again)(#scénariodramatik)

what did the buffalo say to his son when he left for college ?:
 


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : wkd-game (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, l'idiot du village (ft. sam claflin) › diana rhodes, la chasseuse d'étoiles (ft. ana de armas) › otto lazzari, la mémoire dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyVen 21 Mai - 21:16




and i'm on the rooftop with curious strangers

***

« Tu crois pas si bien dire. » A ce moment là, il ne savait pas dans quoi il était en train de s’embarquer, Damon. Il comprit cependant assez rapidement que cela allait être quelque-chose qui sortait de ses habitudes depuis qu’il avait mis un pied au pays des kangourous lorsque Wendy vint attraper d’une main la bouteille de champagne, de l’autre une de ses paumes, et qu’elle l’entraina à travers la foule présente pour il ne savait plus quel évènement. Rapidement, avant qu’il ne puisse analyser le trajet qu’ils effectuaient, ils se retrouvèrent dans la laverie de l’hôtel. Les sourcils de Damon vinrent se froncer un brin sur son visage, mais ce ne fut rien jusqu’à ce qu’il entende la phrase de la jeune femme. « Débarrasse-toi de ton costard. » Cette fois-ci, ce fut une expression de surprise que prirent ses sourcils, tentant désormais de toucher le ciel. Il eut tout de même un petit sourire en coin complémentaire, et garda pour lui l’idée que pour l’attirer dans un endroit où ils seraient seuls et pas dérangés, elle n’avait pas besoin de garder autant de mystère. Cependant, Wendy vint lui lancer une serviette propre et Damon ne comprenait pas réellement où elle voulait en venir, désormais. « C’est rien de weird, promis. » Après tout, il avait dit qu’il était partant avant même de savoir dans quoi il s’engageait; il se devait de respecter sa parole et alors qu’il vit la jeune femme venir retirer sa tenue de festivités, il vint agir en miroir. Rapidement, son costume fut un souvenir lointain, et afin d’imiter la jeune femme, il vint attacher la serviette qu’elle lui avait donné autour de sa taille. « Paré ? » Il osa lui répondre simplement avec un haussement d’épaules: il ne savait absolument pas ce qu’il faisait.

« Pardonnez-moi, mademoiselle. » Les deux jeunes gens paradaient désormais dans le hall d’entrée, en serviettes de bain, alors qu’ils étaient dans un des hôtels les plus luxueux de la ville. « Loin de moi l’idée de me plaindre des services offerts pas l’hôtel, mais nous voici dans une situation délicate. Voyez-vous, quelques employés ont ramassé nos robes de chambre à l’entrée du sauna. Le problème est que notre carte d’accès y était rangée. Ainsi, nous nous retrouvons dans une position compromettante dans le hall du bâtiment et c’est inacceptable. » Alors que le visage de l’employée de l’hôtel vint passer par toutes les couleurs de la honte, Damon de son côté dut se pincer les lèvres et se mordre l’intérieur des joues pour ne pas venir exploser de rire - ce qui aurait compromis toute la couverture que Wendy s’appliquait à mettre en place. « Dieu du ciel, l’Emporium Hôtel s’excuse de cette terrible mésaventure. Pourriez-vous me dire quelle chambre vous occupiez ? Ne vous inquiétez pas, je vais régler cette situation et vous offrir un service aux chambres complémentaire. » Le coup de coude que vint recevoir Damon à ce moment là le remit cependant dans le droit chemin, alors qu’il vint froncer les sourcils, l’air renfrogné. « Ce serait le minimum, oui. » - « Nous occupions une chambre au troisième, près de l’ascenseur. Pourtant, je dois vous dire que cette humiliation est épouvantable. Je compte bien me plaindre au service à la clientèle, et ce, malgré ma déclaration précédente.  » Le bruit des touches de clavier martyrisées se fit rapidement entendre. « Monsieur et Madame Bower ? Pour la suite de nouveaux mariés ? » Tout était réuni en un seul lieu et un seul endroit pour que l’italien perde son masque de façade et se mette à sérieusement rire de la situation. Il vint de nouveau se mordre l’intérieur de la joue, alors que le bras de la demoiselle vint se glisser le long du sien. « Mille excuses pour tous ces désagréments. Je vais transférer gratuitement votre compte au niveau supérieur. Nous vous enverrons un repas additionnel, vous aurez accès à une terrasse privée et un jacuzzi pour la peine. » Afin de rester au maximum dans la peau de son nouveau personnage, Damon vint déposer tendrement un baiser sur le front de Wendy, un petit sourire aux lèvres - qu’il  tentait d’être au maximum satisfait et non amusé. « Tu vois, bébé, tout s’arrange finalement. » Il n’était d’ordinaire pas du genre à se moquer des gens, mais il fallait avouer que l’idée de la demoiselle était on ne peut plus amusant à mettre en place, et rien qu’à voir l’expression effarée tirer sur les traits de la jeune hôtesse suffisait à Damon pour avoir envie de rire de nouveau. « Le tour est joué, M. Bower. » Le sourire de l’italien était authentique désormais, alors que l’ascenseur les faisait monter direction leur nouvelle suite.

Il fallait avouer que l’endroit valait le détour. Les meubles étaient surement parmi les plus beaux de la collection de l’hôtel, et les draps semblaient avoir été passés dix fois en machines avant d’être mis sur le lit pour assurer une propreté exceptionnelle. Le jeune homme vint déposer les deux coupes de champagne sur la table basse, alors qu’il vint se tourner vers les grandes baies vitrées, donnant une vue imprenable sur la ville à leurs pieds. Wendy s’était affairée à aller se chercher une robe de chambre dans la salle de bain, Damon ne prêtait même plus attention au fait qu’il se trouvait en caleçon sous sa serviette de bain nouée lâchement autour de ses hanches. « Vraiment contente que tu aies joué le jeu. Nous voilà libres pour un moment maintenant. » Il vint détourner son regard de la ligne d’horizon, pour porter ses azurs sur la jeune femme. « Il faut dire que l’actrice principale de la scène m’a bien aidé. » Il lui glissa un clin d’oeil, avant de finalement s’occuper du champagne. Les coupes furent rapidement pleines de bulles fraiches, et ce fut la jeune Craine qui vint jusque lui pour récupérer son dû. « Tu me donnes des bribes de ton histoire maintenant ? » Il eut un petit rire, alors qu’il vint se laisser tomber dans un des fauteuils de la chambre. Par quoi commencer, pour se présenter, lorsqu’on était le fils de Saül Williams et que certains éléments de sa propre histoire personnelle se devaient de rester secrets ? Un soupire, presque irrité, se glissa entre ses lippes dans un sens alors qu’une gorgée de champagne vint prendre la suite dans l’autre. « Des parents chiants et qui pensent que ce type - » Il vint faire un geste de la main en désignant la chambre d’hôtel. « - d’environnement est la normalité. Les soirées mondaines allant avec. » L’argent roulant aussi facilement entre leurs doigts que le champagne se retrouvait à couler à flots dans ce type de réceptions. « Expatrié trois fois pour faire de leurs désirs des ordres. » La première fois avait été un bouleversement dans la vie de l’enfant qu’il était à l’époque; la seconde avait été presque une aubaine afin de respirer un air nouveau; la troisième fois, il l’avait cherché presque tout seul - mais ce n'était pour autant qu’il l’avouerait si facilement. « Contrairement à toi par contre, je suis le seul rejeton donc je n’ai pas le droit à l’erreur parce-que personne ne peut faire mieux que moi. Enfin, pour l’instant. Disons que le nouveau fils n’a que quelques semaines de vie et ne peut pas encore me faire de l’ombre. »



:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Wendy Craine
Wendy Craine
la disciple de granvill
la disciple de granvill
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22ans
SURNOM : Winnie
STATUT : Where's my freaking phone?
MÉTIER : Étudiante en sexologie; conseillère à la vente dans un sexshop
LOGEMENT : 100 St pauls terrace, spring hills
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Uqfg
POSTS : 195 POINTS : 260

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : The first pride was a riot
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] PTG0MPpE_o
Craine ☆ The time that you would never trade
Is equal to the effort made
You were simple once before
But it's not like that anymore
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Ezgif-6-5455c99ca97f
Wenlie ☆ I shouldn't be feeling this
But it's too hard to resist
Soft skin and soft lips


En cours:
La famille, Garrett, Rosalie #2, Leslie #2, Wyatt, Damon, Micah, Sarah, Madison, Luana, Wilhelmina, Riley, Amaya & Scarlett




RPs EN ATTENTE : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] B249fb7cb78d934ff57bbd9fb19326a4200c3d5b

Leo, Hayley

RPs TERMINÉS : Jean, Swann, Rosalie #1, Leslie #1, Amaya #1, Rory, , Sara

RP Abandonnés: Ilaria
AVATAR : Diana Silvers
DC : Tobias Kepner
PSEUDO : Noah
Femme (elle)
INSCRIT LE : 22/02/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t37137-chloe-aimait-olivia-wendy https://www.30yearsstillyoung.com/t37262-do-you-listen-to-girl-in-red-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37507-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37782-wendy-craine

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyMar 8 Juin - 7:25



And I'm on the rooftop with curious strangers
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Tumblr_ppmie8STHM1ua1nbgo3_400And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Original
ft  @Damon Williams
Il fut un temps où les jeux de rôles étaient devenus ma fixation. Lorsque mes parents quittaient le manoir pendant plusieurs jours successifs, je me glissais dans la peau d’autres personnages. Plus le laps de temps était long et plus mes scénarios étaient élaborés. Je forgeais des motifs aux protagonistes et leur inventais un passé à couper le souffle. Ça avait duré jusqu’à mes quatorze ans environ. J’ouvrais la porte aux livreurs en jouant les veuves éplorées ou je me prenais pour la maitresse de maison avec les jardiniers. Nounou avait souvent contribué à sauver les apparences lorsque je dépassais les bornes. Notamment lors de l’épisode avec l’aide-cuisinière. J’avais tellement bien joué la comédie que la pauvre avait cru que j’étais une petite fille séquestrée dans le manoir. L’employée avait failli appeler la police. Nounou m’avait passé un savon mémorable. J’ai réduit l’ampleur de mes mensonges avec le temps. Elle désapprouverait probablement le jeu auquel je me livre avec Damon.
Je me demande ce que Freud penserait de mes histoires.
Après une performance digne de ce nom, il m’accorde des informations sur lui-même. Mes yeux brillent à la mention de quelques subtilités qui pourraient devenir fâcheuses dans les mains d’une personne malhonnête, mais le blond semble limiter les détails qu’il me transmet. « Des parents chiants et qui pensent que ce type d’environnement est la normalité. Les soirées mondaines allant avec. » Nous ne sommes pas si loin de nous ressembler. Il parle avec ses mains et prend de l’espace en s’exprimant. Son corps communique une partie de son message, alors que ses mots en partagent un autre. « Expatrié trois fois pour faire de leurs désirs des ordres. » Je siffle d’admiration. « Et la troisième était la bonne ou tu comptes courir chaque fois qu’on te le demande ? » Une touche d’humour pointe dans ma question. Je feins l’intérêt pour le cadre sur le mur en prenant une gorgée de champagne. « Contrairement à toi par contre, je suis le seul rejeton donc je n’ai pas le droit à l’erreur parce que personne ne peut faire mieux que moi. Enfin, pour l’instant. Disons que le nouveau fils n’a que quelques semaines de vie et ne peut pas encore me faire de l’ombre. » Depuis le début de la conversation, il n’a pas bougé. Joueuse, je souris en coin en recevant la pique. Le monologue de la petite dernière a fait mouche comme à l’habitude. « Il y a deux choses qui attirent mon attention dans ce que tu me dis. — Une grande contradiction dans ton personnage. » Les contradictions viennent parfois ruiner la fiction. Combien de bons livres ont-ils été ruinés par une absence de cohérence de la part de l’auteur ? « Car pour ce que j’en vois, si tu es le seul, l’erreur n’existe pas. Tu pourrais faire bien des choses et personne ne pourrait s’en plaindre. La ligne de succession s’arrête avec toi. » On peut déshériter, tant qu’il y à quelqu’un d’autre à prendre pour héritier, c’est connu.
« … Mais tu parles aussi de l’autre. Le rejeton. » Il n’a pas de nom. C’est un bébé, un simple concept pour l’instant. Dans la scène, on ne le considère pas encore comme un être doté de raison. Une simple anomalie dans son histoire. J’ai lu un livre dans lequel une femme faisait son mea-culpa. Elle se plaignait de se fondre dans le concept et de se voir réduite au rôle de la mère du bébé. Elle expliquait que le fait d’enfanter, c’était aussi de devoir se plier à l’horaire du petit. Boire un café quand le bébé t’en donne l’occasion. Pleurer quand le bébé ne pleure pas plus fort… C’était assez pour me dégouter d’avoir des enfants. « À vue de nez, 20 ans vous séparent. Il est tout de même digne de mention : pourquoi ? » Garrett a quinze ans de plus que moi, lorsqu’il parle de chiffre, je doute que je ne lui vienne à l’esprit. Il est le seul à vraiment s’intéresser aux nombres. Ma mère disait souvent qu’il ne faut pas trop chercher à comprendre, se poser trop de questions ou remettre en question. Je fais le contraire pour l’énerver. Elle m’accuse fréquemment d’écouter aux portes. La vérité c’est que c’est elle qui parle trop fort dans son bureau et que j’accumule les informations. C’est mon plaisir à moi : savoir. C’est probablement le seul privilège qui me vient avec le rôle de petite dernière : être celle qu’on oublie signifie aussi être celle qui passe entre les mailles.
Il ne semble pas en contrôle de sa vie : il subit. J’ai tant d’interrogations à soulever parce que j’ai une curiosité mal placée. J’ai toujours eu de la fascination pour le linge sale des autres. « Mais toi, qu’est-ce que tu veux ? » Je lance la question comme ça, en général, pour lui donner l’opportunité de partir dans tous les sens. « Si tu étais vraiment Monsieur Bower, ce serait quoi ta vie ? » Parler de soi comme si c’était quelqu’un d’autre, c’est parfois plus facile. Ça permet de remettre les choses en perspectives et de voir le tableau plus général.


And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Lcds5AP
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 908854lgbt
Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
l'apocalypse
l'apocalypse
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans, le début d'une nouvelle ère (04.07).
SURNOM : 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : après tout, pourquoi lui demander son avis, puisqu'il ne sera pas respecté dans tous les cas.
MÉTIER : étudiant en sciences politiques. bien qu'il soit rattaché sur papier à la columbia university de new-york, a décidé de rester à brisbane pour entamer son master en février - quelques soucis à régler sur place avant de s'autoriser à repartir. toujours en alternance chez michael hills en parallèle des cours.
LOGEMENT : recherche appartement (mais pas maison) avec trois chambres, une belle vue et une cheminée où il pourra y brûler tous ses espoirs.
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 52656492573b75eff4101d75d8b194ed45ff979f
POSTS : 1318 POINTS : 870

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant à la colombia university de new-york, il est officiellement venu en australie au début de l'été 2020 pour se rapprocher des siens. officieusement, ce sont ses problèmes de comportement qui ont poussé l'administration à lui demander de s'éloigner pour quelques temps › parle couramment l'anglais et l'italien.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

(treize) - present: auden #4charlie #2elise #4 › garretmegan #3wendydouble troublehappy birthdead | past: léo › saül #4saül #5 › what the folks

RPs EN ATTENTE :
angus › ivy #2 (début mars, retrouvailles) › ivy #3 (fin mars, italie) › marcus #2 › saül #3 (fb)

RPs TERMINÉS :
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 210129021645793185

anastasiaauden › auden #2 › auden #3charlie › elise › elise #2 › elise #3ilariaivyjackmarcusmeganmegan #2saül › saül #2 › saül #6la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraft

chronologie des sujets à jour dans ma fiche de liens.

sujets abandonnés:
 


(oops we did it again)(#scénariodramatik)

what did the buffalo say to his son when he left for college ?:
 


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : wkd-game (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, l'idiot du village (ft. sam claflin) › diana rhodes, la chasseuse d'étoiles (ft. ana de armas) › otto lazzari, la mémoire dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyMer 16 Juin - 21:09




and i'm on the rooftop with curious strangers

***

Alors qu’il vint commencer par mentionner certains détails de sa vie afin que la jeune femme puisse comprendre plus facilement d’où il venait, elle vint exprimer un petit sifflement lorsqu’il mentionna les expatriations répétées - ce qui fit froncer les sourcils du jeune homme. C’était assez cocasse, il y convenait, mais il ne voyait pas de quel ordre cela devenait amusant. « Et la troisième était la bonne ou tu comptes courir chaque fois qu’on te le demande ? » Effectivement, touché. Il vint lui accorder un petit sourire en coin. « Très drôle. » Avait-elle seulement tort ? « Cette fois-ci semble la bonne. L’Australie est pas si mal, il faut dire. » Même si ce n’était pas encore réellement chez lui qu’il se sentait ici, c’était quelque-chose qui s’en approchait assez pour qu’il n’ait pas pris ses valises pour un trajet retour direction New-York. Un bon début, en somme, pour une histoire qui n’était pas aussi prometteuse sur papier.

« Il y a deux choses qui attirent mon attention dans ce que tu me dis. — Une grande contradiction dans ton personnage. » Avalant une gorgée supplémentaire de champagne, Damon vint poser sa coupe sur la table basse afin de pouvoir désormais croiser ses bras sur son torse. « Je t’écoute. » Oh, il ne jouait aucun personnage présentement, pourtant. S’il avait démontré quelques talents d’acteur pour accéder à cette suite de luxe, ses capacités à agir comme tel s’arrêtaient là. En rien, face à Wendy, il était venu jouer son propre-rôle - ou en tous cas, dans les limites que lui étaient données d’être un Williams. « Car pour ce que j’en vois, si tu es le seul, l’erreur n’existe pas. Tu pourrais faire bien des choses et personne ne pourrait s’en plaindre. La ligne de succession s’arrête avec toi. » Ses lèvres vinrent se pincer en une ligne fine. Si seulement elle savait, elle ne parlerait pas de la sorte. Mais là était bien l’épine dans cette histoire: personne ne pouvait savoir ce qu’il se cachait réellement derrières les sourires que fournissait la famille Williams. « As-tu déjà rencontré mon père ? » La question était réelle; il ne savait pas à quelle point la jeune Craine connaissait sa généalogie, et en même temps si elle était réellement venue à rencontrer son paternel, il y avait fort à parier que Saül ait joué son propre rôle dans cette situation, lui. « Même en étant le seul, j’ai eu mille occasion de faire en sorte que mes parents se plaignent. » Les dires du dit-Saül, pas les siens.

« … Mais tu parles aussi de l’autre. Le rejeton. » Touché, bientôt il serait coulé s’ils continuaient sur cette voie-là. Elle était perspicace, la gamine. « Vrai. » - « À vue de nez, 20 ans vous séparent. Il est tout de même digne de mention : pourquoi ? » Plissant quelque peu les yeux, il vint les plonger dans ceux de la demoiselle. Mille et une raisons venaient traverser son esprit, à Damon, qui pourraient expliquer pourquoi il se trouvait légitime de mentionner Abel - l’enfant des ténèbres. Mille et une raisons, et pourtant il savait pertinemment que plus de la moitié ne pouvait être mentionnée. Il vint inspirer un instant, avant de laisser échapper un petit sourire en coin. « Parce-qu’il pourra tout faire mieux que moi, désormais. Il a carte blanche pour plaire davantage. » Cette raison là n’était en rien fausse, qui plus était. Abel avait la chance d’être l’enfant désiré, l’enfant tant attendu depuis des années par son père. Il ne commençait pas sur la même marche que l’avait fait Damon en venant au monde.

Wendy semblait ne pas avoir fini de poser les questions qui lui taraudaient l’esprit, à voir le regard qu’elle jetait en cet instant à Damon. Il ne vint pas se dégonfler, et ne lâcha pas ses prunelles un seul instant. Il n’était en rien intimidant - il n’avait qu’à regarder sa bouille d’ange plus d’un instant -, mais serait plus convainquant que s’il venait perdre au jeu de la guerre des regards. « Mais toi, qu’est-ce que tu veux ? » Oh, qu’il leva les yeux au ciel. « Si tu étais vraiment Monsieur Bower, ce serait quoi ta vie ? » - « Monsieur Bower semble avoir une belle vie, vu où il a réussi à atterrir aujourd’hui. » Il avait parfaitement compris où elle voulait en venir, Wendy; ce n’était pas pour autant qu’il ne cherchait pas à gagner un peu de temps pour répondre à sa question. Dans tout ça, d’ailleurs, avait-il vraiment une réponse honnête et entière à lui donner ? On ne demandait pas l’avis de Damon, de façon générale; il était celui à qui on demandait de ne pas faire de vagues et d’obtempérer, afin de servir une cause plus générale: celle de sa famille au sens large.

« Je crois qu’il vivrait d’amour et d’eau fraiche, monsieur Bower. » Il avait pris un instant supplémentaire, voire deux, avant de se mettre de nouveau à parler. Il vint ajouter un petit sourire amusé pour imaginer ses paroles. « Ou quelque-chose qui s’y rapproche, en tous cas. Dans un monde où les apparences n’ont aucune importance. » Où il serait libre d’être lui-même en toutes circonstances, où lui demanderait pas de rendre des comptes à tout bout de champ. « Que ferait madame Bower, dans son cas ? » Retourner la question n’était que jouer pleinement au jeu que Wendy avait elle-même lancé.



:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Wendy Craine
Wendy Craine
la disciple de granvill
la disciple de granvill
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 22ans
SURNOM : Winnie
STATUT : Where's my freaking phone?
MÉTIER : Étudiante en sexologie; conseillère à la vente dans un sexshop
LOGEMENT : 100 St pauls terrace, spring hills
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Uqfg
POSTS : 195 POINTS : 260

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : The first pride was a riot
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] PTG0MPpE_o
Craine ☆ The time that you would never trade
Is equal to the effort made
You were simple once before
But it's not like that anymore
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Ezgif-6-5455c99ca97f
Wenlie ☆ I shouldn't be feeling this
But it's too hard to resist
Soft skin and soft lips


En cours:
La famille, Garrett, Rosalie #2, Leslie #2, Wyatt, Damon, Micah, Sarah, Madison, Luana, Wilhelmina, Riley, Amaya & Scarlett




RPs EN ATTENTE : And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] B249fb7cb78d934ff57bbd9fb19326a4200c3d5b

Leo, Hayley

RPs TERMINÉS : Jean, Swann, Rosalie #1, Leslie #1, Amaya #1, Rory, , Sara

RP Abandonnés: Ilaria
AVATAR : Diana Silvers
DC : Tobias Kepner
PSEUDO : Noah
Femme (elle)
INSCRIT LE : 22/02/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t37137-chloe-aimait-olivia-wendy https://www.30yearsstillyoung.com/t37262-do-you-listen-to-girl-in-red-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37507-wendy-craine https://www.30yearsstillyoung.com/t37782-wendy-craine

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] EmptyLun 19 Juil - 5:37



And I'm on the rooftop with curious strangers
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Tumblr_ppmie8STHM1ua1nbgo3_400And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Original
ft  @Damon Williams
L’écho de mes propos flotte encore dans l’air. Le blond, il semble mitigé. Son visage se crispe parfois, à peine, comme une branche d’arbre qui bouge infimement lors d’un coup de vent. J’ai d’avance l’impression de tourner autour des mauvaises informations, ne sachant pas quel est le tableau général. « As-tu déjà rencontré mon père ? » Je roule les yeux avant de prendre une rasade de champagne. « Froid. Charismatique. Barbant. » J’énumère les qualificatifs en comptant mes doigts. Je ne connais pas particulièrement Saül, mais je sais qu’il est un ami de mon paternel. — Au moins un qui n’est pas du côté de ma mère. Je souris. « Je l’ai croisé quelques fois. » Je n’ai rien à lui mettre de plus sous la dent. Je l’imagine calculer les informations qu’il peut m’envoyer sans risque. Il ne sait pas si je suis une personne sécuritaire ou si je suis seulement de son côté. C’est difficile d’estimer avec qui on peut être ami dans un monde à l’image de celui-ci. « Même en étant le seul, j’ai eu mille occasions de faire en sorte que mes parents se plaignent. » Je penche la tête sur le côté. Je toise le garçon comme un chat amusé. Il tente de se replier sans s’expliquer. « En es-tu à ta dernière chance ? » Je me laisse tomber sur le lit et repli mes jambes pour me mettre à genoux. Une gouttelette de boisson s’abat sur la couverture. Ça ira sur le compte Bower.
Je parle du bébé. Je ne mâche pas mes mots. Je lui demande pourquoi il est considéré comme un problème vu son âge si peu avancé. « Parce qu’il pourra tout faire mieux que moi, désormais. Il a carte blanche pour plaire davantage. » Je soupire en gonflant les joues. Gamine, j’avais cassé un vase de grand-mère et j’avais nié l’avoir fait. Ma mère m’avait maudit par tous les dieux et j’avais pleuré. Rory avait voulu me faire un câlin et j’avais refusé. Le soir, à l’heure de dormir, une seule chose me terrifiait. Je pensais, sans le formuler : je vais aller en enfer. Je voulais me lever, rejoindre Rory dans son lit, le réveiller peut-être. Lui dire que je désirais un câlin finalement. Je n’ai rien fait de tout cela. Pendant des semaines, j’ai cru que maman allait me laisser à l’orphelinat comme dans les romans. Je gardais un baluchon avec mes jouets préférés sous le lit, pour ne pas les oublier si on m’amenait rapidement. « Avec un état d’esprit comme celui-là, j’te promets que n’importe qui peut faire mieux que toi. — La véritable question est plutôt : qu’est-ce que tu peux faire de mieux que lui ? »
Nous nous regardons. J’ai l’impression qu’il y a quelque chose de presque mythique qui se produit. Je n’ai pas peur, il n’a pas peur. Nous nous voyons, tout simplement. Je lui demande ce qu’il veut. Il dévie la question. « Monsieur Bower semble avoir une belle vie, vu où il a réussi à atterrir aujourd’hui. » Voici le maitre de l’évitement. Il est l’eau qui coule entre les craques de plancher ; le vent qui s’immisce entre les jointures de fenêtres. C’est cliché de dire qu’il se croit invisible. C’est pourtant ce qu’il pense. Je pose mon verre vide sur le tapis. Je laisse le silence prendre toute la place. Je le force à parler. « Je crois qu’il vivrait d’amour et d’eau fraiche, monsieur Bower. » Hédoniste. Romantique. J’ai l’impression m’adresser à Arthur Rimbaud. Il y a une sorte d’insouciance chez le Williams qui ne demande qu’à voir le jour. On se ressemble plus qu’il ne le croit. Je secoue ma crinière d’une main. Combien étions-nous à nous sentir comme cela dans le milieu ? « Ou quelque-chose qui s’y rapproche, en tout cas. Dans un monde où les apparences n’ont aucune importance. » Le pouce appuyé sur la bouche, je le dévisage. « T’as pas envie d’un truc à toi ? » Je pose un doigt sur son nez en disant ça. Je fais ça comme si j’étais une gamine qui n’a pas idée des codes sociaux et qui envahit l’espace des autres. Je fais ça pour le troubler. Je ne suis pas stupide. Il dit des choses pour se protéger.
« Que ferait madame Bower, dans son cas ? » Je fais attention de ne pas me cabrer, de ne pas triturer d’objets, parce que je connais bien ce bordel : le langage corporel et tout le reste. Je l’affronte. J’ai un sourire narquois, en mode : je ne vais pas te dire ce que tu veux entendre. Il me relance les questions que je lui pose. Je bricole avec des sentiments opposés. « Je pense que je ferais des choses insensées. » Je me redresse doucement et quitte le lit. « Je marcherais sur la rue principale en pyjama, accrochée aux bras de gens épouvantables. » C’est malhonnête de dire ça. Après tout, je fais déjà sensiblement ce genre d’affaire. Je me glisse dans les draps de madame la professeure, je traine avec des bandits comme le Parker, je me dispute avec Sara dans les couloirs de la faculté.  Puis, je réalise que prouver, démontrer, me rendre légitime, montrer ce que je vaux n’est pas le lot des honnêtes gens. Je ne l’assume simplement pas. « Je serais honnête avec moi-même et les autres. » Je déambule doucement dans la pièce. J’ouvre un tiroir de commode, presque certaine que j’y trouverai un trésor. Vide. « J’achèterais une petite maison de ville. Parfois, je ne répondrais pas au téléphone pendant plusieurs jours. J’aurais le droit de faire la morte. » Mes lippes s’étirent avec l’amusement qui m’assaille. « Je me ferais incontestablement oublier. »
Je ferme le tiroir comme je ferme la conversation. Puis, je m’appuie sur le meuble mine de rien. Je le regarde longuement afin d’imprimer ses traits dans mon esprit, comme si je voulais le dessiner plus tard. J’oublie presque j’ai laissé ma robe de soirée en bas. Si quelqu’un la trouve, on croira qu’on m’aura enlevé. Ça me ferait disparaitre pour vrai. « Tu penses que nous nous sommes rencontrés il y a longtemps ou si c’est un mariage sur un coup de tête ? » Je joue la Bower, c’est sécuritaire.


And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Lcds5AP
And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] 908854lgbt
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty
Message(#) Sujet: Re: And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1] Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

And I'm on the rooftop with curious strangers [Damon #1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: emporium hotel
-