AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
1 JEU SWITCH ACHETÉ = 1 JEU OFFERT
Voir le deal
39.99 €

 Leave me alone Jules#1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Melchior Rhodes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans
SURNOM : Mel
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Serveur au Ras le bol
LOGEMENT : Habite encore chez sa mère mais économise pour prendre son indépendance
Leave me alone Jules#1 3ba9cf49d3288ca6f1e1107883fff5ba90ca50ca
POSTS : 639 POINTS : 440

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Petit dernier de la famille Rhodes, il sera toujours là pour ses proches. Après une adolescence difficile où il a fait de nombreux excès il essaie d'avoir une vie plus calme mais il n'arrive pas à tomber amoureux. S'il essaie de sortir avec des femmes ça ne fonctionne jamais, il n'est attiré que par les hommes mais il refoule complètement ces attirances. Il est serveur mais rêve de vivre de la musique. Il n'y a que la musique qui le rend heureux, il joue du violon et de la guitare.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Lincoln ♯1
Jules ♯1
Diego
Michaela
Edward ♯1
Diana et Edward
Riley
Byron, Maxwell, Nicole
Helena 1
Nicholas
Cleo #1
RPs TERMINÉS : Garret ♯1
AVATAR : *Nicholas Galitzine
DC : Non
PSEUDO : Roro
Femme (elle)
INSCRIT LE : 26/03/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t37831-melchior-rhodes-le-passage-a-l-age-adulte-est-glissant-dans-les-virages https://www.30yearsstillyoung.com/t37998-melchior-rhodes-le-passage-a-l-age-adulte-est-glissant-dans-les-virages

Leave me alone Jules#1 Empty
Message(#) Sujet: Leave me alone Jules#1 Leave me alone Jules#1 EmptyJeu 22 Avr 2021 - 4:20


Leave me alone
20 décembre 2015

Melchior avait encore fois passé une journée merdique. Rien de palpitant, le calme plat. De toute façon ça faisait longtemps que rien de positif ne lui arrivait. Cela faisait maintenant 6 mois qu’il avait terminé le lycée. Il n’avait pas brillé, contrairement au reste de la fratrie, il avait eu son diplôme et puis c’est tout. Depuis c’était le grand vide, alors que ses camarades étaient à l’université, Melchior  était chez lui, en train de végéter dans sa chambre. C’était devenu ça son quotidien, il alternait des phases où il était dans sa chambre, la porte fermée à clé et la musique à fond dans ses écouteurs. Aucun but ou perspective d’avenir, rien ne l’animait. Même le violon le lassait par moments, en fait il n’avait plus envie de rien. Cette sensation de vide constant était devenue impossible à vivre et tous ses espoirs et ses rêves partaient en fumée. Alors qu’il rêvait depuis tout petit de faire de la musique son métier ou de faire de grandes études comme le reste de la fratrie il avait pris soin au fil des années de tout réduire à néant et  de s’autodétruire. L’incompréhension, voilà ce qui avait été le déclencheur de ce cercle vicieux. Depuis toujours, Mel avait l’impression d’être en marge, cette différence et ce sentiment de ne jamais être compris par les autres, y compris par ses proches avait été très difficile à gérer. Cette mise à l’écart et donc cette solitude combinée à l’hypersensibilité avait créé un cocktail explosif, entre crises de colères et crises de larmes, il n’arrivait pas à contrôler ses émotions. Mel avait l’impression de se noyer dans ce trop plein d’émotions et cette absence de contrôle et la sensation de finalement pas être réellement être maître de soi le rendait dingue. Alors il avait fuit au maximum le lycée où il trouvait les élèves profondément méchants et débiles. Même pour la musique il lui arrivait de plus en plus souvent d’arriver aux répétitions encore dans le flou à cause de la soirée de la veille. Ces comportements lui valaient de nombreuses réprimandes de la part des professeurs et du chef d’orchestre mais bon il ne pouvait pas s’en empêcher. Melchior avait honte de lui et trouvait qu’il était devenu un vrai raté. Envisager l’avenir c’était plus qu’angoissant, la seule chose que Mel voulait c’était s’évader. Oublier ses échecs, ses angoisses, sa solitude, son quotidien très peu réjouissant et ce sentiment de vide intérieur profond incompréhensible. Même si le reste de la fratrie ne le jugeait pas et essayait de le tirer vers le haut, de le sortir de ce cercle vicieux ces tentatives étaient vouées à l’échec. Le benjamin de la famille n’en pouvait plus d’être le centre de l’attention et il restait bloqué dans cette crise d’adolescence plutôt difficile à vivre. De toute façon c’était une cause perdue, Jules s’épuisait pour rien et il avait beau lui dire de le lâcher, elle revenait toujours à la charge. C’était oppressant de voir la tristesse et l’impuissance dans le regard de la fratrie et cela poussait Melchior à fuir la maison familiale dès qu’il le pouvait. Etre à la maison c’était synonyme d’avoir sa sœur sur le dos et ça lui faisait plus de mal qu’autre chose. Mel alternait donc entre des périodes à vivre en ermite dans sa chambre et les sorties excessives. Ce soir là n’échappa pas à la règle. Un sms fit vibrer son téléphone « On fait une soirée chez Eden tu viens ? » sans aucune hésitation il répondit « ouais j’arrive », la réponse ne se fit pas attendre " Je compte sur toi pour amener de quoi boire ». Mel était trop jeune pour acheter de l’alcool, contrairement à ses partenaires de soirée pour qui c’était facile d’acheter de l’alcool. Alors il n’avait pas trop le choix, il se servait dans la réserve de la maison. Il prenait soin de prendre une des bouteilles du fond pour que ça se voit moins. Le plus discrètement possible il se saisit d’une bouteille au hasard : du whisky. C’était parfait, de l’alcool fort, ça irait plus vite. Il attrapa une bouteille de coca qu’il fourra  dans son sac à dos avant de partir sans faire un bruit. Il était devenu maître dans l’art de filer en toute discrétion. Après plus d’une demie-heure de marche Melchior arriva à la soirée. La musique était trop forte, des bouteilles qui se vidaient à vue d’oeil et l’odeur de la fumée était omniprésente -substances plus ou moins licites-, il y avait de quoi donner le faire décoler et tout oublier. Tout ce qui plaisait à Mel, qui le faisait planer jusqu’en oublier ses problèmes. Au fond c’était ça qu’il cherchait dans ces soirées sans vraiment se l’avouer, être défoncé c’était devenu le but de la soirée parce qu’il n’y avait que dans ces moments là qu’il oubliait tout. C’est en étant ivre et défoncé qu’il faisait le vide dans sa tête et que ses angoisses disparaissaient réellement. Cependant cette plénitude était éphémère et lorsque les effets grisant des mélanges d’alcool et de l’herbe retombaient c’était pire. Ses angoisses revenaient, toujours  plus puissantes et la violence du choc était terrible. Mel posa la bouteille de whisky à côté des autres. Il l’ouvrit et se servit une bonne dose, il mélangea l’alcool qu’il avait piqué dans la réserve de la maison avec du soda et son verre se retrouva rapidement vide. Au fil de la soirée, des jeux d’alcool et de ce qu’il avait fumé, l’ancien lycéen était dans un état assez pitoyable. A la fin de la soirée, vers 4h du matin, agenouillé devant les toilettes il était malade comme un chien et il n’y avait rien d’étonnant, encore une fois il avait été trop loin. Mais là vraiment il avait été trop loin et il n’était pas en état de rentrer à pied. Il tenait à peine debout et ses tentatives de se mettre en route pour marcher étaient avortées par les nausées qui l’assaillaient. Ses pseudos amis de l’époque, pas vraiment plus responsables que lui avaient cependant eu un éclair d’intelligence et décidèrent qu’il fallait appeler quelqu’un pour venir chercher Mel. Eden, le plus âgé du groupe se  saisait du téléphone de Mel et appela l’un des contacts favoris du répertoire : Jules. Mel qui était dans un état second ne s’opposa pas sur le coup, il ne comprenait même pas ce qui était en train de se passer. Alors que Jules décrocha, Eden qui avait passé l’appel déclara « Allo ? Ouais c’est Eden, un des potes de Melchior, on a fait une soirée et il est complètement arraché là il faudrait le chercher il peut pas rentrer à pied là il est pas en état. On est au numéro 12  sur James Street à Fortitude Valley ». Assis sur le carrelage de la salle de bain le dos appuyé contre le mur, tout tournait autour de lui, Eden était trop loin pour qu’il entende sa conversation téléphonique et ne savait donc pas que c’était Jules au bout du fil. Ce n'était pas la première fois qu'il était dans un sale état après une soirée, mais c'était la première fois que quelqu'un appelait Jules pour venir le chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Jules Rhodes
Jules Rhodes
l'histoire sans fin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (23/05)
SURNOM : Jules, à force de l'utiliser, j'en oublie presque mon vrai prénom
STATUT : En couple depuis quatre ans, en équilibre instable depuis plus d'un an
MÉTIER : Bibliothécaire spécialisée dans les romans jeunesses et écrivaine en devenir si je trouve le courage d'arriver au bout de ce que j'ai commencé
LOGEMENT : Appartement #95 à Toowong que je partage avec Alfie, deux rats, une tortue et Anabel, cette petite fille qui n'est pas la mienne mais que je considère de plus en plus comme mon propre enfant
Leave me alone Jules#1 Original
POSTS : 1146 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Ainée d'une famille de cinq enfants ✿ A perdu son père à l'âge de onze ans ✿ Est passionnée par les livres ✿ Est maniaque et psychorigide mais se soigne ✿ Est amoureuse depuis quatre ans de celui qu'elle considère comme l'homme de sa vie ✿ S'est décidée récemment à reprendre sa passion pour l'écriture et s'est lancée dans la rédaction d'un livre pour enfant ✿ Vit mal de devoir reléguer son désir d'enfant au fin fond de la liste de ses priorités parce que son petit-ami ne se sent pas prêt à être père.
UN RP ? : Où tu veux quand tu veux.
RPs EN COURS :
Leave me alone Jules#1 Tumblr_n7ecjkDxmL1tendedo1_500
Alfiana ✿ In all the world, there is no heart for me like yours. In all the world, there is no love for you like mine.

(4/5) Diana #1Caleb #3Edward #1Alfiana #7Melchior #1

Leave me alone Jules#1 Tolerar-playa
Rhodes' family ✿ Being a family means you are a part of something very wonderful. It means you will love and be loved for the rest of your life.

RPs TERMINÉS : Harvey #1Stephen #1Tad #1Asher #1Leah #1Harvey #2Alfie et Ariane #1Joseph #1Alfie et Joseph #1Asher #2Caleb #1Alfiana #1Alfiana #2Evelyn #1Eva #1Leah #2Alfiana #3Tad #2Ariane #2Norah #1Joseph #2Alfiana #4Caleb #2Alfiana #5Norah #2Hassan #1Alfiana #6
AVATAR : Jenna-Louise Coleman
CRÉDITS : shieldmaiden et loonywaltz
DC : Aucun
PSEUDO : Watermelon
INSCRIT LE : 18/03/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23445-a-room-without-books-is-like-a-body-without-a-soul-juliana-rhodes#950001 https://www.30yearsstillyoung.com/t23470-you-get-in-life-what-you-have-the-courage-to-ask-for-juliana-rhodes#951283 https://www.30yearsstillyoung.com/t23469-juliana-rhodes

Leave me alone Jules#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Leave me alone Jules#1 Leave me alone Jules#1 EmptyMer 19 Mai 2021 - 16:06


Leave me alone
Let me help you.
La tête plongée dans une fiche bristol, recouverte d’inscriptions surlignées dans des couleurs diverses et variées – mais dont le code me parait parfaitement limpide – je relis pour la énième fois un paragraphe que je connais pourtant par cœur. Demain, je présente une série de nouveaux romans de science-fiction à un public de jeunes lecteurs que j’espère convaincre de lire au moins un ou deux de ces romans. Le challenge est important – ou du moins, il me semble important – puisqu’il s’agit à la fois de convaincre les sceptiques des bienfaits de la lecture, tout en s’assurant que les férus de livres et surtout de science-fiction, ne s’ennuient pas en écoutant une présentation banale qu’ils auraient pu tout aussi bien avoir en lisant le dos de couverture de chacun des ouvrages. C’est pour cette raison que, depuis des jours et des jours, chaque détail des deux heures qui me sont accordées demain sont revues au mot près pour que rien ne soit laissé au hasard. J’aime tout contrôler, ça a toujours été ainsi et cette tendance à ne jamais vouloir lâcher prise s’est largement renforcée suite à ma rupture amoureuse datant pourtant d’il y a plusieurs années. Lorsqu’une angoisse m’étreint, je me repasse mentalement le planning des prochains jours, me remémorant jusqu’aux horaires précis de chacun de mes rendez-vous pour me rassurer. Cet événement n’échappe donc pas à la règle et mon discours, ma tenue vestimentaire et même ma routine matinale ont été étudiées pour que cette présentation se déroule dans des conditions optimales. Bien sûr, cela ne m’empêche pas d’être nerveuse et c’est bien pour cela que je me retrouve en pyjama, assise sur mon lit, à relire des notes pourtant parfaitement connues au lieu de m’offrir le sommeil réparateur dont j’ai besoin. Ce n’est que lorsque mes yeux commencent à papillonner et que les mots dansent sur ma fiche que je m’autorise enfin à éteindre la lumière et à me laisser sombrer.

Une musique beaucoup trop forte me tire brusquement du sommeil et je regrette déjà de m’être couchée aussi tard alors que je cherche à tâtons le réveil sur ma table de chevet. Ma tentative pour lui couper le sifflet échoue lamentablement et je mets quelques secondes à réaliser que le son ne provient pas de cet objet de malheur. Mon téléphone. Ce dernier se trouve juste à côté et je décroche vivement une poignée de secondes à peine avant que mon correspondant ne tombe sur haut-parleur. « Oui ? » Je tente, d’une voix rendue légèrement pâteuse par le sommeil dans lequel j’étais plongé il y a encore si peu de temps. C’est une voix inconnue qui me répond mais les présentations sont rapidement faites. Un certain Eden m’annonce que mon petit-frère est arraché et cette simple phrase agit comme une douche froide. Je passe de à moitié endormie à complètement éveillée en une fraction seconde et bondit hors du lit. Le téléphone coincé entre la joue et le menton, j’attrape une feuille de papier et un stylo. « Attends, répète l’adresse. » Je demande au fameux Eden qui s’exécute docilement. L’adresse notée, je lâche la feuille pour attraper quelques vêtements. « J’arrive. » La conversation s’arrête ici puisque je lâche mon téléphone sur le lit pour passer directement à l’habillage. J’enfile ce qui m’est passé sous la main sans me préoccuper des concordances de couleurs, noue rapidement mes cheveux, attrape mes clés de voiture et mon téléphone avant de me précipiter dehors. J’ignore ce qu’arraché signifie réellement dans la bouche d’un jeune vraisemblablement habitué à ce genre de soirées, mais je n’ai qu’une hâte, constater de visu l’état dans lequel se trouve mon plus jeune frère.

Lorsque je parviens enfin à destination – après un trajet qui m’a paru bien trop long –, mes mains sont crispées sur le volant. Je prends une grande inspiration avant de sortir de la voiture, vaine tentative de contrôler à la fois l’angoisse que je ressens et l’envie folle de mettre la tête de mon frère dans un mur pour me causer de telles frayeurs. « Il est où ? » Je demande, en franchissant la porte, sentant qu’il est inutile que je m’annonce puisque je viens de relever très fortement la moyenne d’âge. L’un des garçons – peut-être le fameux Eden – m’indique la salle de bain au fond du couloir et je m’y précipite après un vague remerciement, les rares personnes encore présentes sortent en me voyant arriver et je note tout de même qu’ils ont eu la présence d’esprit de ne pas laisser Melchior seul dans un sale état ce qui les fait presque remonter dans mon estime. En entrant dans la pièce, je constate immédiatement l’étendue des dégâts et reste, quelques secondes, figée sur le pas de la porte, incapable de savoir ce que je dois faire. Mon frère est assis devant les étoiles, probablement à moitié conscient de ce qui est en train de lui arriver. « Mel… » Je finis par prononcer alors que je m’avance pour m’accroupir à ses côtés. « Pourquoi tu te fais ça ? » Je murmure, plus pour moi-même que pour lui, alors que ma main se lève pour rabattre une mèche de cheveux échouée sur son front, geste maternel que j’ai pris l’habitude de faire sans trop y réfléchir au cours des années. J’ai assisté à toute la descente aux enfers de Melchior sans trouver le moyen de lui venir en aide et tous mes espoirs pour qu’il finisse par remonter la pente ont été vains pour le moment. J’avoue que je suis à cours d’idées, pour l’instant, alors je me contente d’être auprès de lui autant que je peux et de prier pour qu’il s’en sorte sans trop de dégâts. « C’est Jules. » J’annonce finalement, d’une voix plus forte pour m’assurer qu’il ait conscience de ma présence et le ramener à la réalité. « T’es en état de te lever ? » Je demande, désireuse de sortir de cette maison au plus vite. « On peut attendre un peu si tu veux. » Un bref coup d’œil à mon téléphone m’indique qu’il n’est même pas encore cinq heures ce qui me laisse largement le temps de m’occuper de mon frère et d’être à l’heure pour ma présentation. Evidemment, je sors carrément du cadre parfaitement millimétré que je m’étais fixé ces derniers jours, mais pour le moment mon frère a besoin de moi et j’essaie de ne pas penser aux bouleversements de mon planning et à la crise d’angoisse que cela pourrait engendrer. Melchior passe avant tout.

code by black arrow





We cannot go back. That's why it's hard to choose. You have to make the right choice. As long as you don't choose, everything remains possible.

(c)Miss Pie

Leave me alone Jules#1 2eDseF9
Leave me alone Jules#1 872289volunteer
Leave me alone Jules#1 Pf8cX3Q

Leave me alone Jules#1 73Ln5tgm_o
Revenir en haut Aller en bas
Melchior Rhodes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 ans
SURNOM : Mel
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Serveur au Ras le bol
LOGEMENT : Habite encore chez sa mère mais économise pour prendre son indépendance
Leave me alone Jules#1 3ba9cf49d3288ca6f1e1107883fff5ba90ca50ca
POSTS : 639 POINTS : 440

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Petit dernier de la famille Rhodes, il sera toujours là pour ses proches. Après une adolescence difficile où il a fait de nombreux excès il essaie d'avoir une vie plus calme mais il n'arrive pas à tomber amoureux. S'il essaie de sortir avec des femmes ça ne fonctionne jamais, il n'est attiré que par les hommes mais il refoule complètement ces attirances. Il est serveur mais rêve de vivre de la musique. Il n'y a que la musique qui le rend heureux, il joue du violon et de la guitare.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : Lincoln ♯1
Jules ♯1
Diego
Michaela
Edward ♯1
Diana et Edward
Riley
Byron, Maxwell, Nicole
Helena 1
Nicholas
Cleo #1
RPs TERMINÉS : Garret ♯1
AVATAR : *Nicholas Galitzine
DC : Non
PSEUDO : Roro
Femme (elle)
INSCRIT LE : 26/03/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t37831-melchior-rhodes-le-passage-a-l-age-adulte-est-glissant-dans-les-virages https://www.30yearsstillyoung.com/t37998-melchior-rhodes-le-passage-a-l-age-adulte-est-glissant-dans-les-virages

Leave me alone Jules#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Leave me alone Jules#1 Leave me alone Jules#1 EmptyDim 23 Mai 2021 - 14:59


Leave me alone
20 décembre 2015

Je suis complètement sonné. Autour de moi tout tourne alors que je suis appuyé contre le mur. J’ai l’impression qu’à chaque instant qui passe je vais m’écrouler ou m’évanouir. J’ai rarement été aussi mal après une soirée mais je continue de penser que ça finira par s’arranger et que c’est juste un mauvais moment à passer. Le mélange drogue et alcool ne fait pas bon ménage, et même si j’ai déjà vomi plusieurs fois je continue d’être secoué par des nausées. J’ai la bouche pâteuse, j’ai bien besoin d’un verre d’eau mais je suis incapable de me lever pour aller le chercher. Mais où sont mes potes ? Je suis seul dans la salle de bain, à moitié conscient, je ne peux demander de l’aide à personne. Et puis soudain dans la pénombre de la salle de bain j’entends la porte s’ouvrir mais je suis trop défoncé pour jeter un coup d’œil et voir qui vient d’entrer. La tête baissée et le regard hagard je ne reconnais pas cette personne et je ne comprends pas ce qu’elle me dit. J’ai l’impression qu’elle prononce mon nom mais je n’arrive pas à en être sûr. Ma tête me fait trop mal pour que je force ma concentration en essayant de l’écouter. Persuadé que c’est Eden qui est venu voir comment j’allais je tente de prononcer son nom « Eden… ? ». Et puis il y a le contact d’une main sur mon front. Ce geste me confirme que ce n’est pas Eden. Je reconnais ce geste et la douceur de cette main, mais je me dis que je dois me tromper. La voix qui s’élève plus fort cette fois affirme ce qui me semblait : Jules. Mais qu’est-ce qu’elle fout là ? Je ne lui avais pas dit où j’étais et je l’ai encore moins appelée. Je ne sais même pas ce que j’ai foutu de mon téléphone. A ce moment là je me demande pourquoi est-ce qu’elle vient toujours me voir, pourquoi est-ce qu’elle ne me laisse pas tomber. Je n’ai pas besoin de son aide, de sa pitié ou de ses conseils à deux balles. Elle ne me comprend pas, personne ne me comprend. J’ai l’impression d’être une tâche dans cette famille, d’échouer à être le petit frère parfait qu’ils rêvent tous d’avoir. Il faut se rendre à l’évidence : je suis une cause perdue et j’en ai marre qu’elle veuille me sauver. Elle ne peut pas me sauver, je n’ai même pas envie d’aller mieux, de me sortir de tout ce merdier. Entre deux nausées et ma tête qui me fait mal comme si j’avais été passé à tabac je n’ai pas la force de lui cracher toute ma colère et de lui demander de partir. Je parviens seulement à lui dire de manière plus ou moins intelligible « Jules ? Mais … qu’est-ce que tu fais là ?»  Je fuis son regard. Je n’ai pas envie qu’elle me voie comme ça. Voir son regard triste c’est bien la dernière chose dont j’ai besoin. J’ai envie d’être seul. Qu’elle me laisse décuver tout seul comme un grand et qu’elle arrête d’être sur mon dos. « T’es en état de te lever ? » Je ne me souviens même pas du reste de la soirée, de comment je me suis retrouvé assis sur le carrelage de la salle de bain. Me lever semble difficile je suis complètement engourdi, j’ai comme l’impression d’être cloué sur ce carrelage. Toujours la tête baissée, je ne réponds pas. Je n’ai ni la force ni l’envie de lui répondre. Je me contente d’un grognement pour essayer de lui faire comprendre que je veux qu’elle me laisse tranquille.  « On peut attendre un peu si tu veux. » « Laisse-moi. » avant de rajouter de manière assez saccadée et sans trop articuler « J’ai pas besoin….d’aide ». Après lui avoir fait comprendre que je ne voulais pas de son aide je décide de partir. Je la connais, je sais qu’elle ne va pas me lâcher. J’essaie de me relever pour quitter la salle de bain et partir le plus loin de Jules. Je vois flou, ma vision est brouillée et je sais que je n’ai plus aucun sens de l’équilibre. J’essaie quand même de me relever. Je trébuche aussi tôt avant de me vautrer par terre. Je lâche un « Meeerde » assez fort à cause de la colère : je n’arrive même pas à fausser compagnie à Jules. Je m’adosse à nouveau contre le mur et je ramène mes jambes contre moi. Je croise mes bras que je pose sur mes genoux et j’y enfouis ma tête. Prostré dans la salle de bain, honteux et en colère je n’ai qu’une envie : que ma sœur parte et qu’elle me laisse me noyer tout seul dans mon mal-être.


Leave me alone Jules#1 IopoGjc
Leave me alone Jules#1 Dknw6aY
Leave me alone Jules#1 XTL1gBj
Leave me alone Jules#1 LLynPRd
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Leave me alone Jules#1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Leave me alone Jules#1 Leave me alone Jules#1 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Leave me alone Jules#1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-