AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -33%
Abonnement de 12 mois au PlayStation Plus
Voir le deal
39.99 €

 you fill my lungs with sweetness (halstay)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kieran Halstead
Kieran Halstead
les cicatrices de la mémoire
les cicatrices de la mémoire
Voir le profil de l'utilisateur
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 7vHkInU ÂGE : trente-deux (14.07). on évite le sujet, merci.
SURNOM : « kiki », couché (grrrrhhhh).
STATUT : piégé entre des sentiments du passé qu’il ne veut pas éteindre et de nouveaux qu’il ne s’autorise pas à ressentir.
MÉTIER : illustrateur (fauché) en freelance et prof (dépité) d’arts visuels. adieu la caricature, licencié car pas assez piquant (quelle surprise).
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv), avec raphael, dans une colocation 100% malaise.
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Tumblr_o9do7vQnFK1ry7lwro1_500
POSTS : 1536 POINTS : 465

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : placé en foyer, proche des familles qui l’ont élevé, considère qu’il a une infinité de parents et frères/sœurs ≈ souffre de cette absence d’identité propre ≈ réservé, maladroit, optimiste, vit dans un monde imaginaire ≈ vient de quitter sa fiancée, prend le mauvais rôle de cette rupture, soulagé malgré sa phobie de la solitude ≈ essaie de reprendre confiance en lui, de renouer avec ses proches, de retrouver sa place ≈ préfère la compagnie des pop et des jeux vidéo aux humains ≈ du talent au bout des doigts, aucune motivation d’en faire quelque chose ≈ trop mou, trop paresseux, trop paumé.
RPs EN COURS : you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 I8m6
halstay #1 (2015), halstay #2 & halstay ua ⊹ cause i killed someone for you. you have to understand that the one i killed is me. changing what i was for what you wanted me to be, i followed your direction, did everything you asked. i hope that makes you happy, cause there's just no turning back. would you love me more if i killed someone for you?

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Nhc1JWP
halloway ⊹ i sat alone, in bed till the morning, i'm crying, "they're coming for me" and i tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 C9ln
kieyer #3 ⊹ close your eyes and think of me and soon i will be there to brighten up even your darkest night. you just call out my name and you know wherever i am i'll come running, to see you again.

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Tumblr_nwa28cKVWY1qdjmcko6_250
hally #7 & hally #8 ⊹ mess me up, yeah, but no one does it better, there's nothin' better, that's just the way you make me feel.

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 629bc353b5f562bc657a76bc213bffd286bc1244
kivy #5 & kivy #7 ⊹ stroke my head and i'm fine, it's really simple, i'm feeling good, i feel myself and i'm feeling understood.

(20/06 - ça diminue déjà plus, oops)archie #3 (2019)calista (2020)anastasia #2 & raphael #6dylane #2lena #2eliotolivermayezraspencercaitrionaotto

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Giphy
miran ⊹ if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe.

RPs EN ATTENTE : scarlett › garret › mia

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Aqgz
kieve ⊹ she's so magnetic, you know she's so magnetic. she pulled you 'round, you try to push away, you know she'll pull you back again.
RPs TERMINÉS : (2001) ichabod (2015) raphael #2 (2016) archie #1 (2017)archie #2 (2019) reese #1hannahkeith (2020) sawyer #1dylane #1eve #1raphael #1jessalyn (+ sawyer)eve #3ivy #4lucia #1birdieprojet xelias #6eve #4ilariamolly #1hannah #2anastasiaava #2halsey #2eve #5raphael #3raphael #4clyde #1lenamolly #2sawyer #2 (2021) ivy #6peterjordan raphael #5eve #6ichabod #2ally #1eleonor

abandonnés
hannah (ua)miranmavihalseylexsashaelias #7 & ava #1fionarheareeseava #3ellisonrhea 2.0ally #2averyclyde #2

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Kx4f
RACE OF AUSTRALIA
lancementelias #1birdie & eliasjacob & eliasivy #1grace, isaac & eliassienna, gregory & eliassujet communivy #2eve #2élimination s1lancement s2elias #2ivy #3sienna #1elias #3suite s2elias #4elias #5team grisy
AVATAR : dan cutie pie smith.
CRÉDITS : homemade (ava), kylsimmons (gifs), cham, bleeding_light & mandown (crackships), loonywaltz (ub).
DC : finnley coverdale, alfie maslow & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29377- https://www.30yearsstillyoung.com/t29503- https://www.30yearsstillyoung.com/t29523- https://www.30yearsstillyoung.com/t30784-kieran-halstead

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: you fill my lungs with sweetness (halstay) you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 EmptyMar 9 Nov - 23:44



« Je peux me faire convaincante de toutes les façons qui te plaisent. » Oh qu’il se déteste, à cet instant, d’avoir un esprit créatif, alors que les frissons parcourent son échine lorsqu’elle rapproche à nouveau leurs deux silhouettes, lorsqu’elle lui adresse un regard suffisamment entendu pour qu’il laisse vagabonder son esprit. Oh qu’il s’en veut quand il s’ose à penser à Autumn dans d’autres circonstances que celles de cette randonnée, à s’autoriser d’autres images que celle de son sourire à cet instant ; oh qu’il s’en veut encore plus d’y prendre un certain plaisir. « Je vois. » Il rétorque, sa voix trahie par son manque d’assurance, autant que son sourire difficilement ravalé pour ne pas donner une mauvaise impression ; celle d’un garçon qui, enfin, s’autorise à sortir de son habituelle réserve, dans laquelle il se replonge pourtant aussitôt à la suite de commentaire de sa petite amie (il s’en lassera jamais, excusez-le). « T’es vraiment cute quand tu rougis. » Et il baisse la tête, Kieran, pour ne pas qu’elle puisse se satisfaire et pointer encore plus du doigt ce rouge qui ne cesse d’habiller ses joues. « Va falloir que je te prête mes lunettes. » Il rétorque en guise de réponse, convaincu qu’elle en a besoin ; il n’y a pas d’autres explications. S’il ne peut pas lui enlever le fait qu’il rougit facilement – trop facilement face à elle – il ne peut pas lui donner raison quant à la possibilité d’être cute, charmant, ou peu importe ; elle est bien la seule à penser, ce qui implique qu’elle est évidemment dans le tort.

Il est bien plus à l’aise quand il s’agit de la complimenter, elle, parce qu’elle n’est jamais à court de mots, il a l’assurance qui va avec, il se sent bien quand il met en avant toutes les raisons pour lesquelles elle continue de s’assurer son affection, jour après jour. Il sera gentil avec elle, évidemment, en voilà un sacrifice qu’il se sent capable d’assumer et ses muscles se détendent à mesure qu’il semble toucher juste, à mesure que le sujet de conversation se centre sur elle, sur la merveille Autumn, sur laquelle il y a tant de choses à dire ; il n’a même pas besoin de se forcer, c’est nouveau, mais c’en devient agréablement naturel. « Ah, ah. » Il pouffe doucement, Kieran, l’humeur plus léger, l’aisance qui s’accentue jour après jour en la compagnie de la jeune femme. Il découvre une nouvelle facette de lui, il n’a pas encore tout gratté, mais il admet qu’elle existe et mieux encore, qu’il est véritablement curieux de la laisser s’exprimer. « T’es vraiment cute quand tu grimaces. » Et si lui ne voulait pas entendre un tel fait, il n’a aucune gêne à l’affirmer à l’intention de la jeune femme ; c’est tout de suite plus vrai, plus légitime, quand ça s’adresse à elle. Et c’est sincère. Elle est belle, Autumn. Évidemment qu’il ne l’aime pas pour ça, évidemment qu’il y a beaucoup d’autres qualités qui méritent d’être soulignées avant ce détail, mais elle est belle, elle est belle quand elle sourit, elle est belle quand elle se mord la lèvre d’hésitation, elle est belle quand elle grimace, elle est belle en toutes circonstances et lui, lui il ne cesse d’avoir des yeux amoureux (chut, il ne faut pas le dire une nouvelle fois) qui se posent sur elle. Et elle est talentueuse, Autumn. Il en a la conviction sans avoir besoin de lire ses récits, de connaître ses œuvres ; elle l’est, parce qu’elle est parfaite sur tous les points et qu’elle ne peut décemment pas passer à côté de celui-ci. « Je ne voudrais pas te décevoir. » Il affiche un large sourire, sincère, heureux, alors qu’il précise : « même si tu le voulais, tu n’y arriverais pas. » Peut-être est-ce trop tôt pour avoir cette conviction et une part de lui ne peut s’empêcher de penser qu’il va finir par tout gâcher, car il gâche toujours tout ; et c’est peut-être pour ça qu’il n’a pas le temps. Qu’il n’a pas le temps pour peser ses mots – ou bien trop tard – ni pour se questionner sur ce qu’il ressent ; même si au fond, ça lui fait peur. Mais ça lui fait aussi tellement de bien, que la balance penche évidemment pour un côté en particulier, le plus agréable, celui qu’il découvre pour la première fois et qu’il apprécie (presque) sans aucune honte.

Il n’a presque plus honte de son visage rougit par l’effort, de ses cheveux qui s’humidifient pour la même raison, de son souffle saccadé qu’il parvient enfin à reprendre. Il n’a plus peur de grand-chose et encore moins de sortir de sa zone de confort quand il scelle la promesse d’autres randonnées ; car si elle prenne exemple sur celle d’aujourd’hui, alors il veut assurément en vivre encore de nombreuses – bien qu’il ne soit pas improbable qu’il meurt avant de réitérer l’exploit, parce qu’il est ce qu’il est, et sportif ne fait assurément pas partie de ses attributs, contrairement à ceux d’Autumn, dont la liste s’allonge de jour en jour. « Je vais commencer à être vraiment curieuse de voir ce qui se trouve sur cette liste. » Il plisse les yeux, esquisse une petite grimace : « T’as posé ton week-end ? Elle est longue. » Très longue. Probablement trop longue pour n’importe quel être humain normalement constitué, parce qu’il ne se donnerait pas la peine de relever les choses les plus anodines. De la manière dont elle retrousse ses lèvres quand elle est concentrée, à la couleur de son rouge à lèvres, en passant par ses expressions favorites. Des dizaines de détails insignifiants qui, à ses yeux, ont suffisamment d’importance pour qu’il les enregistre les uns après les autres. Et il y a cette manière dont elle ne dissimule pas ses attentes, qui font peut-être peur de prime abord (c’est le cas), mais qui a le mérite de s’opposer à sa réserve. Elle est son opposée, justement et c’est très exactement ce qu’il adore, bien qu’à cet instant il ne s’en vante pas, soudainement gêné par ce qui semble être une proposition à poursuivre la journée jusqu’à son appartement, et peut-être dans sa chambre. Il joue souvent au plus naïf, Kieran, la vérité c’est qu’il est loin de l’être et que cette naïveté ne sert qu’à dissimuler sa gêne ; ce qu’il aimerait faire à cet instant alors qu’il se sent rougir à nouveau face au manque de subtilité de la jeune femme. Dormir avec lui, c’est faisable. Il en a envie, aussi, ce serait mentir que de dire le contraire ; mais c’est angoissant, aussi, en considérant qu’il s’agira de la première fois, y compris dans l’innocence la plus pure que consiste à simplement passer la nuit à l’emprisonner dans ses bras. Et déjà, il s’inquiète, sans envisager plus. Et s’il la serre trop fort ? Et s’il met à mal son sommeil ? Et s’il n’arrive pas à se raisonner quant à lui rendre sa liberté à un moment donné parce qu’il apprécie trop la sensation de l’avoir tout contre lui ? Des interrogations futiles, mais néanmoins présentes et qui ne font qu’accentuer son malaise. « Est-ce que toi, tu en as envie? » « Oui. » Il répond, peut-être trop rapidement ; sûrement trop rapidement. Ces mêmes interrogations lui reviennent en tête et pour une fois dans sa vie, il a laissé son envie s’exprimer avant sa raison. « Oui... » Il reprend, plus timidement, pour contrer la précipitation de sa réponse précédente. Il ne voudrait pas qu’elle se fasse d’idées, il ne voudrait pas qu’elle le pense moins respectueux ou plus impatient qu’il ne l’est réellement. Alors il use d’une stratégie efficace ; celle qui consiste à se trouver des excuses. « La dernière fois que j’ai regardé, il y avait bien deux chambres chez toi. » Elle marque un point et il penche la tête un instant, pris à son propre jeu, la bouche entrouverte. « C’est vrai, oui. » Il répond lentement, un peu perdu au milieu de ses arguments qui n’en sont plus. « Elle peut regarder le film avec nous si tu veux, ça me dérange pas. » Il esquisse un rire nerveux ; ce serait bien gênant, non ? Embêtant, surtout, même s’il n’ose pas le dire. « Oh non, non. Non. C’est la pire des spectatrices, elle commentera tout. Absolument tout. » Il insiste en faisant légèrement les gros yeux, elle comprend, désormais à quel point c’est une mauvaise idée ? « On est pas obligés, si t’as pas envie. » Mais il en a envie. C’est bien ça le problème, dans un sens. Il en a envie et il n’ose l’assumer, tout comme il n’ose l’affirmer et encore moins s’autoriser à y penser. « Juste... » Pas ce soir. Ce n’est pas difficile à verbaliser, ce ne sont que quelques mots qui ne réduisent pas son affection ; juste pas ce soir, juste pas aujourd’hui, juste pas tant qu’il n’est pas prêt, ce n’est pas grand-chose, en fait, mais encore faut-il réussir à le dire. Mais il a peur de la décevoir, il a peur de la vexer, de la blesser, il ne sait pas vraiment car là-aussi la liste est longue. Et aussitôt oubliée lorsqu’un frisson lui parcourt l’échine quand les doigts d’Autumn viennent caresser son t-shirt, puis le bas de son dos. Le contact de ses doigts contre sa peau provoque une légère accélération de son rythme cardiaque, autant qu’un sourire béat qu’il essaie de contenir ; il n’est pas supposé être un adolescent qui découvre ses premiers émois et pourtant c’est très exactement ce qu’il est. Il se pince la lèvre et baisse la tête pour ne pas avoir l’air plus ridicule avec son air ravi collé sur le visage. « Je disais seulement que j’avais le goût de prolonger les moments avec toi. » Elle n’arrête pas Autumn et lui oublie toute l’opposition dont il voulait faire preuve. « Et que j’ai envie. De toi. » Et son rythme cardiaque accéléré n’est plus dû aux sensations que ses doigts provoquent sur sa peau, mais à l’angoisse qu’elle dessine à cette perspective. C’est le moment de refuser, de s’opposer, de voler ses lèvres pour lui assurer que rien n’a changé ; qu’il ne s’agit que d’une histoire de timing. « Moi aussi. » Qu’il s’ose pourtant timidement, la voix à peine audible et le regard qui ose se relever vers elle, pour ne pas qu’elle se concentre sur ses joues pourpres.

~~~

« Tu voudrais pas qu’on se refasse les premiers Hunger Games avant ? » Qu’il demande en rejoignant la jeune femme sur le canapé après avoir libéré la douche, et quémandé à Sawyer un peu d’intimité tout en l’enjoignant à ne pas rester loin de son téléphone ou de l’appartement – une crise d’angoisse est si vite arrivée. Et c’est très exactement le problème, cette angoisse qui commence à devenir insoutenable alors que son estomac est noué. « Juste par sécurité, je veux dire. » Juste parce que je dois gagner du temps et qu’un seul film, ce ne sera pas suffisant pour prétendre savoir ce que je fais, même si ça consiste à seulement te tenir dans mes bras jusqu’à ce que tu t’endormes. « Je me souviens plus de grand-chose. » Il ne prêtera attention à aucun détail, il cherche déjà un moyen de se dédouaner ; il ne regrette pas qu’elle soit là, il regrette seulement d’être lui, un angoissé qui n’arrivera probablement jamais à prendre le dessus. « On commande toujours indien ? » C’était pas ça, il le sait très bien. « Italien ? » Il peut encore gagner quelques secondes en se trompant une fois. « Non... français ? » Cette fois-ci, il ne doit pas se tromper au risque d’user de sa patience. « Chinois ! » Presque victorieux, il affiche un sourire maladroit. « J’ai bon ? » Il lui demanderait bien ce qu’il a gagné, mais il n’est pas sûr de vouloir gagner, justement. Ou si, il en a très envie. Mais pas trop quand même. Il ne sait plus et sa nervosité est incapable de se stabiliser, parce que bordel, il est seul avec une fille et il comprend mieux ces teenage movies ; c’est intimidant une fille. C’est encore plus intimidant quand c’est une Autumn Galloway, complètement out of his league.

@Autumn Galloway :l:



:l: :
 

Revenir en haut Aller en bas
Autumn Galloway
Autumn Galloway
l'esprit fragmenté
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf ans (01.03.1992)
SURNOM : elle n'en a pas et n'en veut pas non plus.
STATUT : célibataire, amoureuse de son ex-fiancé une journée sur deux. définitivement pas en couple avec l'amnésique, peu importe ce qu'il semble croire. et encore moins mariée au joueur de basket, malgré une soirée alcoolisée à la chapelle. (ça commence à faire beaucoup quand même.)
MÉTIER : préposée à l'entretien de jour, de retour sur les bancs d'école de soir dans le but de finalement obtenir son BAC en enseignement.
LOGEMENT : au #163 oxlade drive, à fortitude valley dans un appartement soudainement bien trop grand pour elle seule.
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 0fe9cb70a8699d4b728aad357a4ebd26f76080fe
POSTS : 970 POINTS : 530

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : infp ☽ borderline, elle ne connaît pas les zones grises. tout est toujours blanc ou noir, trop ou pas assez ☽ sans identité fixe, elle se module au gré de ceux qui l'entoure ☽ hypersensible et empathique, elle gère très mal ses émotions et encore moins bien celles des autres ☽ elle a été hospitalisé en psychiatrie pendant six mois de septembre 2019 jusqu'à mars 2020 suite à une violente crise et de long mois de dépression profonde ☽ elle a passé les dix derniers mois au canada, a enseigné l'anglais ☽ elle a propagé des rumeurs sur son ex, de qui elle est toujours amoureuse.
RPs EN COURS :
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 C93Hrgb
halstay #1 (fb) & #2 + slasher #1 ☽ i don't want to say it, but you went away. you left it all and you never said nothing. wanted to die, every pill i'd try. but i held it up with a little wine and some superglue. to fix my heart, but i still feel nothing. i need a shock 'cause the beating stopped. it's too late for that cause i got a heart like a cemetery, i do. ain't nothing here but a memory of you. a little wine and some superglue to plug this hole in my heart. cause i never thought i could hurt this bad for you.

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Tumblr_inline_oiylgcQe7n1uuqmna_250
galloways ☽ help, i have done it again. i have been here many times before. hurt myself again today. and, the worst part is there's no-one else to blame. be my friend, hold me. wrap me up, unfold me. i am small and needy. warm me up and breathe me. ouch i have lost myself again. lost myself and i am nowhere to be found. yeah i think that i might break. lost myself again and i feel unsafe.

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Tumblr_inline_pqn948mawj1vjg4rh_250
archie #2 ☽ show me how to lie, you're getting better all the time. and turning all against the one is an art that's hard to teach. another clever word sets off an unsuspecting herd. and as you step back into line, a mob jumps to their feet. now dance, fucker, dance, man, he never had a chance. and no one even knew it was really only you. and now you steal away. take him out today. nice work you did. you're gonna go far, kid.

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 2fdd0bc7e55f31eac10ebc8f731c9faa68a3ac16
zotumn #1 ☽ living in the past, it's a new generation. a girl can do what she wants to do and that's what i'm gonna do. and i don't give a damn about my bad reputation. oh no, not me. and i don't give a damn about my reputation. never said i wanted to improve my station. and i'm only doin' good when i'm havin' fun. and i don't have to please no one. i've never been afraid of any deviation. and i don't really care if you think i'm strange. i ain't gonna change.

(15)normanwyattmason & birdiecíansawyer #1asher #3sawyer #2 (ua)hunter #3 (slasher)hunter #4birthday party
RPs EN ATTENTE :
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 R7hh
hardway (ua) ☽ i know that you're no good for me. that's why i feel i must confess. what's wrong is why it feels so right. i want to feel your sweet caress. in your eyes, forbidden love. in your smile, forbidden love. in your kiss, forbidden love. if i had one wish love would feel like this.

kieran #3 ☽ mason #2 ☽ garret #2 ☽ toi?
RPs TERMINÉS : (2021)asher #1mason #1jordanasher #2garret #1hunter #2.

flashbackshunter #1archie #1.
AVATAR : jane levy.
CRÉDITS : (av. ciloute) ☽ (sign. anaëlle.) ☽ (crackship hardway. sawyer MA FEMME) ☽ (gifs. tumblr) ☽ (userbars. loonywaltz)
DC : penny stringer ☽ rosalie craine ☽ trent higgins.
PSEUDO : vlastuin ☽ marie.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/04/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t38369-this-fire-is-keeping-me-alive-autumn https://www.30yearsstillyoung.com/t40291-autumn-just-hold-me-don-t-touch-me https://www.30yearsstillyoung.com/t38408-autumn-galloway https://www.30yearsstillyoung.com/t39314-autumn-galloway

you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: you fill my lungs with sweetness (halstay) you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 EmptySam 13 Nov - 12:27


« Va falloir que je te prête mes lunettes. »
« Je pense plutôt qu’on va devoir travailler comment accepter un compliment, toi et moi. »

Il est espiègle et plein de malice, le sourire qui s’installe sur tes lèvres alors que tu ne détournes jamais le regard de ton petit-ami. Tu n’étais certainement pas très bien placer pour lui faire la morale sur l’acception des compliments, quand toi-même tu peinais à croire réellement le moindre bon mot souffler à ton égard, le niant d’une manière semblable à ce que Kieran était en train de faire, ou alors te nourrissant d’un boost à l’égo qui ne te laisserait qu’une sensation de vide quelques temps plus tard ainsi qu’une dizaine de questionnements à savoir de pensait-il vraiment ce qu’il a dit? Est-ce que je suis trop? Est-ce que je ne suis pas assez? Il a sûrement dit ça pour être gentil ou pour obtenir quelque chose de ma part et la spirale est tellement intense que tu finis toujours par t’y perdre et oublier de quoi il en relevait à la base. Mais ce n’est pas de toi qu’il s’agit quand tout ce que tu veux, c’est pouvoir dire à Kieran que tu le trouves cute (et plus encore) sans qu’il ne cherche à te démentir. Tu n’insistes pas – pas cette fois – alors que Kieran s’empresse de retourner la situation. « T’es vraiment cute quand tu grimaces. » Dans l’optique de ne pas faire ce que tu viens tout juste de lui reprocher indirectement, tu te contentes de grimacer un peu plus avant de venir poser tes lèvres sur sa joue dans un baiser qui veut dire merci sans que tu ne sois obligée de le verbaliser. Tu lui verbalises toutefois cette crainte constante de ne pas être à la hauteur, de le décevoir lui ou n’importe qui vraiment, appliquée ici dans le contexte de tes supposées passions, bien que la crainte s’élargisse a à peu près tout dans ta vie. « Même si tu le voulais, tu n’y arriverais pas. » Oh Kieran, si tu savais. Tu as envie de le croire toutefois. Envie de penser que tu n’as rien à perdre si tu décides de t’ouvrir à lui de manière que tu ne t’oses pas vraiment de manière générale. Ça ne fait pas longtemps que vous vous fréquentez, tu sais que tu n’as pas besoin de te mettre la pression si vite avec toutes ces choses, tous ces détails, mais quelque chose te dit que le Halstead, il est entré dans ta vie pour y rester.

« T’as posé ton week-end? Elle est longue. » Ce sont tes joues qui se mettent à rougir alors que tu ne peux que t’imaginer des bribes ici et là des choses chez toi qui ont bien pu charmer le brun. Oh tu en connais sans doute, parce qu’il ne lésine pas sur les compliments et les mots doux, ces petites paroles qui font toujours en sorte que tu te sens bien, près de lui. Bien au point de vouloir multiplier les moments avec lui, les prolonger, les intensifier aussi, de cette façon à laquelle vous ne vous êtes pas laissé aller, encore. Tu ne dirais pas que tu es une professionnelle des relations amoureuses, ton seul point de comparaison étant Archie, qui a toujours été bien plus un ami qu’un amoureux tout compte fait, mais tu es presque certaine que vous avez attendu assez longtemps avant de vous découvrir plus intimement. Tu ne sais pas vraiment comment interpréter la réaction de Kieran lorsque tu lui proposes de laisser la journée se poursuivre en soirée ensemble, et possiblement en nuit et tu te questionnes à savoir si l’envie est réciproque. « Oui. » Oui, mais? Tu continues de sourire, ne te laisse en rien abattre par la réaction pour le moins atypique du Halstead alors qu’il reprend d’un « Oui... » qui se veut peut-être moins pressé et impatient, même si elle te plaisait bien, l’excitation de la première affirmation. Tu répliques rapidement à chacune des remises en question du jeune homme, allant même jusqu’à proposer que sa sœur vous joigne pour le visionnement du film si ça peut le rendre moins nerveux (à moins que ça n’ait l’effet inverse?) « Oh non, non. Non. C’est la pire des spectatrices, elle commentera tout. Absolument tout. » « C’est comme tu préfères. » que tu le rassures, avant de te rappeler ce qu’il te disait en début de journée, sur son incapacité à prendre la moindre décision. Alors toujours dans le but ultime d’alléger sa tâche, tu ajoutes d’une voix mielleuse : « C’est vrai que je préférerais passer la soirée seule avec toi. » Déjà, elles se font de plus en plus claires tes intentions alors que les joues de Kieran elles, continuent de prendre des teintes de plus en plus rougeâtres. Tu ne veux rien presser, rien forcer, alors quand il ajoute un « Juste… » tu attends. Tu attends la suite sans toutefois la demander alors que tu te rapproches de lui, laisses tes doigts créer des sillons dans son dos alors que tu cherches toujours un peu plus de contact avec lui, de ce genre que vous n’avez pas eu souvent, de ce genre que tu aimerais trouver plus facilement à ses côtés. « Moi aussi. » Et même si sa voix n’est qu’un murmure, qu’il n'est pas bien convaincant, c’est tout de même d’un baiser que tu viens sceller cette entente qui n’en est pas vraiment une, mais qui saura teintée le reste de votre randonnée.

* * *

La douche est plus que nécessaire lorsque vous arrivez chez Kieran. Tu files la première sous le jet d’eau et si tu es tentée de lui proposer de te rejoindre, ne serait-ce que pour voir sa réaction et peut-être te moquer un peu, tu n’en fais rien, bien plus consciente que tu ne veux l’admettre de la gêne qui semble entouré le jeune homme lorsqu’il est question du moindre rapprochement physique entre vous. Il suffit de repenser à ses joues quand tu lui as dit que tu avais envie de lui, quelques heures plus tôt, ou son regard fuyant quand tu es sortie de la salle de bain seulement vêtue d’une serviette alors qu’il s’est empressé de s’enfermer dans cette dernière après ton passage. Puisque tu n’avais pas (volontairement) prévu de prolonger le moment, tu n’avais rien d’autre à te mettre et dans une optique de privilégier le confort, tu te permets de fouiner dans les tiroirs de ton amoureux desquels tu sors un t-shirt (noir, sans grande surprise) qui pourrait amplement te servir de robe de nuit tellement il est long, mais auquel tu ajoutes un jogging qui ne tient pas vraiment sur tes hanches et dont le tissu traîne sous tes pieds, énième rappel de la différence de grandeur entre Kieran et toi. Tu décides de rouler le bas du jogging de face à ce qu’il tombe sur tes chevilles et tu t’installes sur le canapé, nez dans ton téléphone, prête à poster des photos de votre journée sur Instagram lorsque Kieran te rejoint enfin. « Je t’ai emprunté ça, j’espère que ça te gêne pas. » que tu annonces tout en lui montrant les vêtements que tu portes. « Tu voudrais pas qu’on se refasse les premiers Hunger Games avant? » Tu hausses les épaules. Tu n’as pas vraiment d’avis sur la question, tu n’es juste pas certaine d’être en mesure de rester réveillée jusqu’au troisième film, surtout pas après la journée que vous venez de passer. « Juste par sécurité, je veux dire. Je me souviens plus de grand-chose. » Tu échappes un léger rire alors que tu la détectes, la nervosité qui l’habite. « On peut, mais je suis pas certaine qu’on va passer au travers des trois films ce soir. » Parce que tu es fatiguée oui, mais aussi parce que tu le pensais vraiment, quand tu lui as dit que tu avais envie de lui. Avait-il changé d’idée? « On commande toujours indien? » Tu plisses des yeux. Il te semble que ce n’était pas ça que tu avais dit, mais te connaissant, ce ne serait pas surprenant que ce soit le cas et que tu aies tout simplement oublié. « Italien? Non… français? » Il se moque sans doute de toi et voilà que tu lui offres une nouvelle grimace alors qu’il s’exclame « Chinois! » et tu hoches la tête en riant parce que c’est sûrement ça, la bonne réponse, et quelque chose te dit qu’il le savait dès le départ. « J’ai bon? » « Chinois, ça me tente oui. » que tu confirmes alors que tu te rapproches un peu plus de lui. « J’te demanderais bien ce que tu préfères, mais j’ai peur que tu sortes tes dés pour choisir à ta place. » que tu lances d’une voix légèrement moqueuse, tout en venant déposer tes lèvres sur sa joue. « Tu veux commander tout de suite ou plus tard? » que tu lui demandes, te rapprochant toujours un peu plus, tes mains caressant doucement son torse au-dessus de l’étoffe de son chandail, alors que ton regard se fait tout ce qu’il y a de plus explicite. « Je t’avoue que j’ai pas très faim, là tout de suite… » que tu souffles alors que tu viens prendre place sur ses cuisses, passant tes bras autour de son cou et venant déposer de légers baisers sur sa joue et dans son cou, en attente d’une quelconque réaction de sa part.
@Kieran Halstead :l:



you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 U5iGBpI
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 IUJCx06
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 FximBIO
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 YtxTUla
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 Pf8cX3Q
you fill my lungs with sweetness (halstay) - Page 2 LrTQDCk
Revenir en haut Aller en bas
 

you fill my lungs with sweetness (halstay)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-