AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-50%
Le deal à ne pas rater :
Assassin’s Creed Valhalla PS4/PS5 et Xbox One /Series X
34.99 € 69.99 €
Voir le deal

 you change your life in a thousand ways ♥ andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laoise McLoughlin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-six ans.
SURNOM : lili, parfois, par ceux qui arrivent aussi à prononcer son prénom.
STATUT : divorcée et résolument célibataire.
MÉTIER : artiste peintre reconnue, prof d'art.
LOGEMENT : une petite maison à moitié rénovée qui abrite aussi son studio, au #77, third avenue, dans logan city.
you change your life in a thousand ways ♥ andrew 7256b92a82bd89ff26c896bd0a2ae7e48384a89d
POSTS : 90 POINTS : 60

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Fan invétérée de Ghost depuis que l’un de ses élèves lui a fait découvrir le groupe, elle ne perd jamais une occasion d’assister à l’un de leurs concerts. Elle s’amuse énormément de leur pseudo-satanisme, qui lui semble être un excellent moyen de faire un doigt d’honneur métaphorique à l’éducation religieuse qu’elle a reçue.
RPs EN COURS : [4/3] aislingandrewjaimiejaimie #2 (f.b.)
RPs EN ATTENTE : raph #2
RPs TERMINÉS : arthurcaelanginny #1raphael
AVATAR : jennifer connelly.
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature)
DC : sid, le tatoueur au coeur tendre • billy, le plongeur-hackeur paumé
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27647-i-m-learning-to-be-brave-in-my-beautiful-mistakes-laoise#1186043 https://www.30yearsstillyoung.com/t27751-everything-you-touched-i-loved-o-laoise https://www.30yearsstillyoung.com/t33555-laoise-mcloughlin

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Empty
Message(#) Sujet: you change your life in a thousand ways ♥ andrew you change your life in a thousand ways ♥ andrew EmptyLun 7 Juin - 2:55


you change your life in a thousand ways
C’est par hasard qu’elle était tombée sur la brochure. Elle fouinait parmi les prospectus éparpillés sur la petite table sous le babillard communautaire du café qu’elle aime fréquenter le matin, lorsqu’elle est en quête d’inspiration. La brochure n’avait rien de spécial. Pas de couleurs plus vives que celles des autres feuilles luisantes qui lui tenaient compagnie, ni d’images particulièrement accrocheuses. Pourtant, elle avait retenu son attention et, sur un coup de tête, elle en avait apporté une jusqu’à son fauteuil préféré. Son cappuccino en main, elle s’était laissé absorber par la description de ce centre destiné aux personnes en difficulté de la région. Lorsqu’elle avait finalement décidé de rentrer à la maison, elle avait soigneusement glissé la brochure dans son sac à main. Une fois réfugiée dans son studio, où elle tentait de se concentrer sur le portrait qu’elle avait entamé la veille, elle s’était surprise à penser avec une certaine nostalgie aux cours de peinture qu’elle donnait à Vancouver. En décidant de renouer avec la vocation de professeure d’art qu’elle exerçait en Irlande, elle s’était rapidement tournée vers une organisation qui offrait des cours à des enfants malmenés par la vie pour les aider à s’exprimer par l’art. Elle adorait voir l’émerveillement et une certaine lueur d’espoir apparaître au fond de leurs regards à mesure que s’écoulait l’heure qu’elle leur consacrait. Chaque fois qu’ils lui offraient des câlins débordants d’affection avant de partir, elles se trouvait profondément émue de les sentir un peu plus joyeux qu’ils ne l’étaient en entrant dans sa classe.

Depuis son arrivée à Brisbane, elle n’avait guère eu le temps ou l’énergie de se plonger dans ses souvenirs ou de regretter ce genre d’activité bénévole. Déroutée par la quantité de paperasse à soumettre et d’étapes complexes à réaliser pour avoir le droit de rester et de travailler en territoire australien, elle ne s’était concentrée que là-dessus, heureusement accompagnée de sa cousine, qui avait gracieusement offert d’allier ses connaissances de la loi à sa propre expérience d’immigration pour l’aider à survivre au processus. Cependant, maintenant qu’elle avait retrouvé une certaine tranquillité et que sa vie suivait à nouveau une routine rassurante, elle sentait parfois que quelque chose lui manquait sans trop savoir quoi. Or, voilà que les émotions remuées par cette brochure trouvée par hasard lui soufflaient une piste intéressante qu’elle avait bien envie de suivre. Frustrée de n’arriver à rien, elle avait fini par délaisser sa peinture avant que son insatisfaction ne la pousse à donner le coup de pinceau de trop, celui qui viendrait ruiner tous les efforts et le temps qu’elle avait consacré à ce portrait, et était allée s’installer devant son ordinateur, la brochure placée à ses côtés sur le bureau. Après avoir longuement parcouru le site Web du Happy Trails Center, elle s’était décidée à envoyer un courriel pour proposer ses services comme bénévole en prenant soin de résumer brièvement ses qualifications et ses expériences passées. Quelques heures plus tard, elle recevait une réponse d’un dénommé Andrew McKullan, directeur de l’organisation, qui l’invitait à passer le lendemain au centre pour une rencontre informelle.

C’est avec une certaine fébrilité qu’elle pousse la porte du centre. Pour être certaine de ne pas être en retard, elle s’est donné une quinzaine de minutes d’avance. Déterminée à faire bonne impression, elle a enfilé une robe fleurie avec un long cardigan noir par-dessus pour se protéger de la fraîcheur matinale, et nouée sa chevelure sombre en un chignon négligé. À l’intérieur, un hall relativement imposant et meublé de quelques fauteuils à l’air confortable l’accueille. Il n’y a personne à l’entrée, mais elle perçoit au loin la rumeur de conversations et le bruit de casseroles qui s’entrechoquent et qui semblent révéler l’existence d’une cuisine qui tourne à plein régime. Curieuse, elle décide de profiter de sa solitude relative pour explorer les environs. Elle jette d’abord un coup d’œil aux salles qui longent le mur sur la droite. À en juger par les toiles inachevées exposées un peu partout et les restes de paillette sur l’une des tables, la première sert d’atelier pour les cours d’art. Au centre de celle juste à côté, des chaises disposées en cercle semblent attendre des participants à un groupe de discussion. Préférant éviter de trop s’avancer dans le couloir, Laoise revient sur ses pas en détaillant les couleurs apaisantes qui décorent les murs et créent une ambiance feutrée qui lui plaît déjà beaucoup. Comme il n’y a toujours personne et qu’il lui reste encore quelques minutes avant qu’il ne soit l’heure de sa rencontre, elle traverse le hall pour voir ce qui s’étend par-delà les double-portes vitrées au pied de l’escalier. Elles sont légèrement entrouvertes et elle se permet de pousser légèrement l’une des deux du bout des doigts pour mieux voir à l’intérieur. Il s’agit d’une bibliothèque. Là aussi, des fauteuils moelleux sont disposés au centre de la pièce. L’un d’entre eux est occupé par une adolescente blonde qui, trop absorbée par sa lecture, ne remarque pas la présence de Laoise. D’énormes étagères remplies de livre recouvrent les murs. Elle aurait envie de s’approcher pour lire les titres, mais elle ne veut pas se faire surprendre en train de fouiner là où elle n’aurait pas dû. Les doigts enroulés autour de la lanière de cuir de son sac à main posée sur son épaule, elle se retourne et sursaute en voyant un homme debout à quelques pas d’elle. Une main appuyée sur sa poitrine pour calmer les battements affolés de son cœur, elle se détend en remarquant ses yeux chaleureux et le sourire accueillant à moitié dissimulé par sa barbe grisonnante. En repoussant une mèche sombre derrière son oreille, elle s’avance vers lui avec un petit sourire. « Vous êtes Andrew, j’imagine ? » lui demande-t-elle, une fois à sa hauteur. « Je suis Laoise. Nous avons rendez-vous, je crois. »




God, where the hell are you hiding? My hands are in the air and I'm excited. I've been on the run, so I'm not coming Sunday. It's alright, I'll probably talk to you at midnight. God, I could never be like you. I can't change, I can't change and I don't want to. I've been on the run, so I'm not coming Sunday. It's alright, I'll probably talk to you at midnight. • midnight, tyler glenn.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew McKullan
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 51 bougies, il soufflera la 52e un 15 décembre
STATUT : Joker ?
MÉTIER : Directeur d'un centre social
LOGEMENT : Logan City, Third Avenue
you change your life in a thousand ways ♥ andrew Tumblr_o98kehbdBq1r8mefxo1_500
POSTS : 300 POINTS : 60

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS :
• ALL THREE •
You're my nemesis, you're my best friend

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Tumblr_nko1ihqeQc1s43zjho8_250

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Tumblr_ndtihhZjW71qbr4j2o8_250

• LOVELY •
Isn't it lovely, all alone?

AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
DC : Mila chou
PSEUDO : TheaSonata / Léna
Femme (elle)
INSCRIT LE : 21/08/2020

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Empty
Message(#) Sujet: Re: you change your life in a thousand ways ♥ andrew you change your life in a thousand ways ♥ andrew EmptySam 12 Juin - 19:16



you change your life in a thousand ways
Andrew avait toujours préféré les matins au centre. Bien qu’il adorait l’agitation qui y régnait l’après-midi, celle qui prenait place dans les locaux tôt le matin avait une saveur assez particulière. C’était comme observer une fourmilière. Chaque bénévole, chaque salarié commençait à prendre ses marques, rangeant les restes d’atelier qui traînaient dans un coin, préparant quelques repas pour ceux qui restaient là la nuit. Les odeurs et les bruits qui animaient le centre le mettaient toujours de bonne humeur. Debout dans hall d’entrée, Andrew s’imprégnait des lieux avant de commencer sa journée. En fond, l’odeur de la nourriture qui commençait à être préparée. Sûrement une omelette et une salade de fruits, comme régulièrement. La bibliothèque était toujours aussi silencieuse. Après avoir passé quelques minutes là, Andrew salua la réceptionniste, avant de monter directement à son bureau. Une tasse de café plus tard, il était déjà le nez plongé dans sa paperasse, jonglant entre différents dossiers, jaugeant de la pertinence de certains. Son métier n’était pas tous les jours facile. Il lui arrivait de devoir décider de dégager un des gamins du centre s’il causait trop de problèmes, et ça devait bien souvent passer par un passage devant le juge. Ça n'était jamais une partie de plaisir. La plupart du temps, ça se passait plutôt bien, et Andrew remplissait les dossiers de chacun pour montrer qu’ils avaient fait des progrès et que leur passage au centre n’avait été que bénéfique. Suzie a gagné en autonomie, elle parle de plus en plus aux enfants de son âge et ses excès de colère se sont calmés, écrivait-il ce matin là.

Perdu dans ses pensées et concentré dans son travail, il en oublia presque qu’il avait rendez-vous. Baissant les yeux sur sa montre, il jura en voyant l’heure. Il détestait être en retard. Il déposa son stylo sur le bureau, fermant et réarrangeant les dossiers pour que le tout semble à peu près rangé. Avant de sortir du bureau, il vérifia que sa chemise était bien en place, et ses cheveux aussi. Il réajusta ses lunettes sur son nez, avant de sortir et de descendre les marches. Il chercha du regard, essayant de trouver celle qu’il attendait. Hormis un coup de téléphone, il n’avait aucune idée de ce à quoi elle ressemblait. Il scruta autour de lui. La réceptionniste lui fit un petit signe de la main, lui indiquant par un mouvement de la tête où se situait la jeune femme. Adossée à l’encadrement de la porte de la bibliothèque, elle observait ce qui se passait à l’intérieur. Curieuse, nota Andrew intérieurement. Ce qui n’était pas nécessairement un problème, bien au contraire. Cela prouvait qu’elle s’intéressait à ce qui se passait au centre. Andrew s’approcha d’elle, les mains dans les poches. Elle sursauta légèrement en le voyant, sûrement ne l’avait-elle pas entendu derrière elle. « Vous êtes Andrew, j’imagine ? Je suis Laoise. Nous avons rendez-vous, je crois. ». Souriant, Andrew hocha la tête, tendant sa main pour qu’elle la serre. “C’est moi-même. Bienvenue au centre”. Il marqua une légère pause, observant lui aussi quelques instants la bibliothèque, vérifiant que tout était bien en place. “Je vois que vous avez déjà fait connaissance avec la bibliothèque...Vous y trouvez sûrement quelques bouquins intéressants, mais notez que la plupart de ceux qui traînent par terre à la fin de la journée s’intitulent ‘Peppa Pig va en vacances’ ou ‘Le Club des 5’”. Andrew avait été ravi de constater que depusi l’ouverture de la bibliothèque, les jeunes du centre y passaient plus de temps que les plus âgés. Les adultes préféraient en général lire le journal. Ou faire la lecture aux plus petits. McKullan reporta son attention sur Laoise. “Je vous laisse me suivre jusqu’à mon bureau, nous y serons plus au calme”.

“Je vous sers un café ?”. Interrogeant Laoise du regard, Andrew la laissa s’installer sur le fauteuil face à son bureau. “Rassurez-vous, je ne suis pas très fan des entretiens d’embauche. Même si ce n’est pas forcément un entretien d’embauche”. Il s’installa à son bureau, ramenant les tasses de café au passage. “Je dois avouer que votre profil m’intéresse beaucoup. On est toujours à la recherche de petites mains, surtout celles qui peuvent inspirer nos pensionnaires”. Il pensa quelques instants à Bonnie, qui apprécierait avoir une artiste parmi eux. Il la voyait déjà les mains dans la peinture...et ses robes qui prendraient rapidement la même couleur. “Je n’ai qu’une question : quelles sont vos ambitions, si vous veniez à travailler en collaboration avec nous ?”. Autant entrer directement dans le vif du sujet.

(c) AMIANTE



it was always you

Revenir en haut Aller en bas
Laoise McLoughlin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-six ans.
SURNOM : lili, parfois, par ceux qui arrivent aussi à prononcer son prénom.
STATUT : divorcée et résolument célibataire.
MÉTIER : artiste peintre reconnue, prof d'art.
LOGEMENT : une petite maison à moitié rénovée qui abrite aussi son studio, au #77, third avenue, dans logan city.
you change your life in a thousand ways ♥ andrew 7256b92a82bd89ff26c896bd0a2ae7e48384a89d
POSTS : 90 POINTS : 60

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Fan invétérée de Ghost depuis que l’un de ses élèves lui a fait découvrir le groupe, elle ne perd jamais une occasion d’assister à l’un de leurs concerts. Elle s’amuse énormément de leur pseudo-satanisme, qui lui semble être un excellent moyen de faire un doigt d’honneur métaphorique à l’éducation religieuse qu’elle a reçue.
RPs EN COURS : [4/3] aislingandrewjaimiejaimie #2 (f.b.)
RPs EN ATTENTE : raph #2
RPs TERMINÉS : arthurcaelanginny #1raphael
AVATAR : jennifer connelly.
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature)
DC : sid, le tatoueur au coeur tendre • billy, le plongeur-hackeur paumé
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27647-i-m-learning-to-be-brave-in-my-beautiful-mistakes-laoise#1186043 https://www.30yearsstillyoung.com/t27751-everything-you-touched-i-loved-o-laoise https://www.30yearsstillyoung.com/t33555-laoise-mcloughlin

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Empty
Message(#) Sujet: Re: you change your life in a thousand ways ♥ andrew you change your life in a thousand ways ♥ andrew EmptyDim 18 Juil - 5:20


you change your life in a thousand ways
Il lui tend la main et elle s’empresse de la serrer avec aplomb tandis qu’il lui confirme son identité. « Je vois que vous avez déjà fait connaissance avec la bibliothèque… » Un peu gênée d’avoir été surprise en plein délit de curiosité, elle hoche la tête. L’éclat d’amusement qui brille dans ses yeux sombres la rassure toutefois et lui fait comprendre qu’elle n’a probablement pas commis d’impair. « Vous y trouvez sûrement quelques bouquins intéressants, mais notez que la plupart de ceux qui traînent par terre à la fin de la journée s’intitulent ‘Peppa Pig va en vacances’ ou ‘Le Club des 5’”. » Elle laisse échapper un petit rire. « De grands classiques de la littérature à ce que je vois. Vos pensionnaires ont des goûts irréprochables. » Semblables, aussi, à ceux des enfants avec qui elle travaillait à Vancouver et qui semblaient s’être tout autant amourachés du petit cochon à robe rouge et de sa famille.

Elle accepte d’un hochement de tête poli de le suivre jusqu’à son bureau. Il se dirige vers l’escalier et elle l’accompagne le long d’un couloir un peu étroit jusqu’à une pièce de taille moyenne. Elle observe d’un œil intéressé le décor accueillant, fascinée d’y repérer des touches qui lui rappellent l’énergie agréable qui se dégage de son hôte. Tandis qu’elle s’installe dans le fauteuil moelleux, il lui offre un café et elle accepte de bonne grâce, toujours prête à profiter d’une boisson chaude et réconfortante. « Oui, merci. Noir. » Andrew acquiesce et, tout en préparant leurs tasses, s’efforce de la mettre à l’aise : « Rassurez-vous, je ne suis pas très fan des entretiens d’embauche. Même si ce n’est pas forcément un entretien d’embauche. » Elle apprécie ces petites attentions destinées à la rendre confortable. D’ailleurs, force est de constater que ça fonctionne. La nervosité qui lui grignotait l’estomac s’est tarie, remplacée par l’intérêt qui lui a donné envie d’entrer en contact avec l’organisation.

Elle n’a donc aucun mal à concentrer tout son attention sur son interlocuteur tandis qu’il traverse la pièce, deux tasses colorées en main – les lignes tracées d’une main incertaine et les motifs changeants lui font croire qu’elles ont probablement été décorées par des gamins du centre – qu’il pose sur le bureau. « Je dois avouer que votre profil m’intéresse beaucoup. On est toujours à la recherche de petites mains, surtout celles qui peuvent inspirer nos pensionnaires. » Machinalement, elle enroule ses paumes autour de sa tasse, savoure la chaleur de la porcelaine contre sa peau. « Tant mieux ! J’adorerais avoir l’occasion de contribuer à la mission du centre. » Adossé contre son fauteuil, il l’observe d’un regard perçant. Elle le soutient en attendant la question qu’elle sent se former dans son esprit. « Je n’ai qu’une question : quelles sont vos ambitions, si vous veniez à travailler en collaboration avec nous ? » Elle aime sa franchise, n’a jamais été une grande adepte de ces échanges de banalités supposément polies mais qui ne mènent à rien. Prudemment, elle trempe ses lèvres dans son café pour en boire une gorgée sans risquer de se brûler.

Les sourcils légèrement froncés, elle réfléchit à sa réponse. « Je n’ai pas d’ambitions particulières, si ce n’est de pouvoir donner de mon temps là où il pourra faire une différence. » Parce que malgré les coups durs et les épreuves qu’elle a connus, Laoise se considère chanceuse. Elle a toujours su se relever et continuer à avancer malgré les blessures. Et, en travaillant activement à améliorer la vie d’autres personnes qui connaissent des difficultés, elle a souvent l’impression de mettre un baume sur ces blessures. « Ça me manque de le faire, d’ailleurs. » Même avant de venir s’établir à Brisbane, elle avait dû réduire considérablement le nombre d’heures qu’elle consacrait à son bénévolat et même à sa peinture pour se consacrer toute entière aux traitements contre le cancer qui rongeait sa poitrine de l’intérieur. « Comme vous vous en doutez sûrement, l’art visuel est mon sujet de prédilection, mais je ne suis pas difficile pour autant. Je serais prête à mettre la main à la pâte partout où vous pourriez en avoir besoin. » Elle penche légèrement la tête sur le côté, observe à son tour Andrew d’un œil intéressé. « D’ailleurs, parlez-moi un peu du centre. De son fonctionnement, des pensionnaires, du rôle des bénévoles… » Car si elle a pu lire le site Web et glaner quelques renseignements, ce n’est pas comme avoir l’occasion d’en entendre parler de la bouche même du directeur.





God, where the hell are you hiding? My hands are in the air and I'm excited. I've been on the run, so I'm not coming Sunday. It's alright, I'll probably talk to you at midnight. God, I could never be like you. I can't change, I can't change and I don't want to. I've been on the run, so I'm not coming Sunday. It's alright, I'll probably talk to you at midnight. • midnight, tyler glenn.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew McKullan
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 51 bougies, il soufflera la 52e un 15 décembre
STATUT : Joker ?
MÉTIER : Directeur d'un centre social
LOGEMENT : Logan City, Third Avenue
you change your life in a thousand ways ♥ andrew Tumblr_o98kehbdBq1r8mefxo1_500
POSTS : 300 POINTS : 60

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS :
• ALL THREE •
You're my nemesis, you're my best friend

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Tumblr_nko1ihqeQc1s43zjho8_250

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Tumblr_ndtihhZjW71qbr4j2o8_250

• LOVELY •
Isn't it lovely, all alone?

AVATAR : Jeffrey Dean Morgan
DC : Mila chou
PSEUDO : TheaSonata / Léna
Femme (elle)
INSCRIT LE : 21/08/2020

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Empty
Message(#) Sujet: Re: you change your life in a thousand ways ♥ andrew you change your life in a thousand ways ♥ andrew EmptyMar 31 Aoû - 18:46


you change your life in a thousand ways
Si il y avait bien quelque sur lequel Andrew mettait un point d’honneur, c’était à ce que les pensionnaires du centre ne s’ennuient pas. Et accessoirement, qu’ils s’éduquent. Même s’il blaguait sur le type d’ouvrages niché dans les nombreux étages de la bibliothèque, il avait pris soin d’y glisser quelques grands classiques de la littérature au milieu de tout ça. Peut-être qu’un jour, ils tomberaient dessus par inadvertance et qu’ils se découvriront une passion pour la poésie ou les romans psychologiques. Il sourit à la nouvelle arrivante qui lui fit remarquer les goûts irréprochables des habitants du centre. “Disons qu’on essaie de leur montrer l’exemple à suivre”. L’idée était quand même qu’ils ressortent de là avec un minimum de connaissances complémentaires. L’amélioration continue, c’était un peu l’idée du centre. Même si les petits ne comprenaient pas tout le temps tout.

Andrew ne tarde pas à emmener la candidate vers son bureau. Il n’a jamais vraiment aimé les entretiens d’embauche. Il a toujours trouvé ça très superficiel. Il se souvient des premiers entretiens d’embauche qu’il avait dû passer étant jeune. Personne n’allait mentir, quand on cherchait un petit job d’été à quinze ans, c’était surtout pour arrêter de vivre aux crochets de papa et maman. Mais vous ne pouviez pas dire aux recruteurs que vous étiez là simplement pour les dollars qu’ils vous versaient chaque semaine. Alors il fallait s’habiller de ses plus beaux vêtements et son plus beau sourire, et faire comme si vous étiez vraiment très intéressé par le fait de vendre des glaces sur la plage et que ça allait être l’expérience de toute une vie. En grandissant, Andrew s’était promis que s’il arrivait à un stade de sa vie où il devait faire passer des entretiens d’embauche, il essaierait de ne pas rendre trop ça barbant. En offrant le café à Laoise, et en lui posant les premières questions, il espérait qu’elle verrait qu’il essayait de rendre l’instant plus ressemblant à une conversation qu’à un interrogatoire. Il l’écoute, tout en sirotant son café, lui préciser qu’elle n’a pas d’ambitions particulières et qu’elle veut pouvoir donner de son temps. Andrew ne peut qu’approuver ce discours, qu’il essaye de prôner au maximum ici. “C’est ce qu’on essaie de faire au maximum, ici, donner de notre temps. Et nous préférons quelqu’un qui est prêt à s’investir et à se donner corps et âme pour nos pensionnaires, plutôt qu’un beau C.V mais qui ne donnera rien sur le terrain”. Andrew avait trop vu de personnes dans sa vie qui venaient avec un beau dégradé, un beau décolleté et un certes très beau C.V et qui espéraient faire la différence simplement comme ça, en claquant des doigts. La plupart du temps, il s’avérait qu’ils n’étaient pas aussi bons qu’ils ne le laissaient paraître.

La jeune femme indiqua par ailleurs que les arts visuels étaient son sujet de prédilection, avant d’interroger Andrew sur le quotidien du centre. Andrew s’abreuva d’une nouvelle gorgée de café, avant de commencer ses explications. “L’objectif du centre, c’est d’une part, d’accueillir ceux dans le besoin. Des personnes âgées, des personnes plus jeunes. Le deuxième objectif, et pas des moindres, c’est de leur permettre de se réinsérer au mieux à leur sortie du centre”. Petit sourire en direction de la jeune femme, en la pointant du doigt. “Et c’est là que nos bénévoles, nos intervenants interviennent. Pour les aider à se réinsérer de la meilleure manière, il faut qu’on leur ouvre les yeux sur le monde. Que ce soit par des ateliers, des sorties à l’extérieur...Ils apprennent à sortir de leur zone de confort, ça leur donne idée de ce qu’ils pourraient bien faire à l’extérieur”. Il sourit de nouveau. “Alors votre rôle, ça serait d’inspirer nos petites têtes brûlées. Leur donner le goût de peindre, le goût de l’art. Le goût de vivre, pour certains. Vous vous en sentez capable ?”. Question anodine, mais qui au centre prenait tout son sens. Les petits gamins n’étaient pas des tendres. Andrew devait s’assurer qu’elle avait les épaules pour ça.


(c) AMIANTE



it was always you

Revenir en haut Aller en bas
Laoise McLoughlin
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-six ans.
SURNOM : lili, parfois, par ceux qui arrivent aussi à prononcer son prénom.
STATUT : divorcée et résolument célibataire.
MÉTIER : artiste peintre reconnue, prof d'art.
LOGEMENT : une petite maison à moitié rénovée qui abrite aussi son studio, au #77, third avenue, dans logan city.
you change your life in a thousand ways ♥ andrew 7256b92a82bd89ff26c896bd0a2ae7e48384a89d
POSTS : 90 POINTS : 60

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Fan invétérée de Ghost depuis que l’un de ses élèves lui a fait découvrir le groupe, elle ne perd jamais une occasion d’assister à l’un de leurs concerts. Elle s’amuse énormément de leur pseudo-satanisme, qui lui semble être un excellent moyen de faire un doigt d’honneur métaphorique à l’éducation religieuse qu’elle a reçue.
RPs EN COURS : [4/3] aislingandrewjaimiejaimie #2 (f.b.)
RPs EN ATTENTE : raph #2
RPs TERMINÉS : arthurcaelanginny #1raphael
AVATAR : jennifer connelly.
CRÉDITS : alegria (avatar) + astra (signature)
DC : sid, le tatoueur au coeur tendre • billy, le plongeur-hackeur paumé
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/11/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t27647-i-m-learning-to-be-brave-in-my-beautiful-mistakes-laoise#1186043 https://www.30yearsstillyoung.com/t27751-everything-you-touched-i-loved-o-laoise https://www.30yearsstillyoung.com/t33555-laoise-mcloughlin

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Empty
Message(#) Sujet: Re: you change your life in a thousand ways ♥ andrew you change your life in a thousand ways ♥ andrew EmptyDim 26 Sep - 2:59


you change your life in a thousand ways
La philosophie de Laoise semble cadrer avec celle d’Andrew. D’un petit hochement de tête sérieux, il accepte sa réponse, l’ombre d’un sourire d’approbation dissimulée dans sa barbe grisonnante. « C’est ce qu’on essaie de faire au maximum, ici, donner de notre temps. Et nous préférons quelqu’un qui est prêt à s’investir et à se donner corps et âme pour nos pensionnaires, plutôt qu’un beau C.V mais qui ne donnera rien sur le terrain. » C’est au tour de Laoise d’acquiescer. C’est qu’elle est rassurée de voir le sérieux avec lequel le directeur dirige son organisation, le sort des personnes vulnérables qui s’en remettent au centre étant trop important pour être confié à n’importe qui. Elle espère seulement faire assez bonne impression pour être recrutée comme bénévole.

Heureusement, la franchise de ses réponses semble plaire à Andrew, tout comme la curiosité qu’elle exprime à l’égard de la mission du centre. Il ne se fait pas prier pour lui répondre. Tout en plongeant les lèvres dans sa tasse, elle l’écouter lui détailler l’objectif en deux parties de maison : accueillir les personnes dans le besoin, puis les aider à se remettre sur pied et à retrouver une place dans la société. Une fois de plus, elle est impressionnée par le professionnalisme du quinquagénaire et par la prévoyance dont il fait preuve en se concentrant à la fois sur les besoins immédiats et futurs des pensionnaires pour leur donner la meilleure chance possible de trouver un peu de stabilité dans leur vie. Il s’empresse de lui exposer du même souffle le rôle des bénévoles : « Et c’est là que nos bénévoles, nos intervenants interviennent. Pour les aider à se réinsérer de la meilleure manière, il faut qu’on leur ouvre les yeux sur le monde. Que ce soit par des ateliers, des sorties à l’extérieur... » Elle comprend mieux qu’il ne l’imagine sans doute ce qu’il lui explique. Car elle se souvient trop bien d’une époque de sa vie où, comme les personnes qu’il tente d’aider, elle s’était repliée sur elle-même, trop enfoncée dans sa douleur pour voir qu’il existait un monde de possibilités qui s’offrait à elle et que la guérison n’était peut-être pas hors de sa portée après tout. « Ils apprennent à sortir de leur zone de confort, ça leur donne idée de ce qu’ils pourraient bien faire à l’extérieur. » Un sourire franc éclaire son visage, froisse joyeusement les pattes d’oie qui donnent un charme fou à son regard.

Un instant, Laoise se laisse déconcentrer par l’envie fulgurante de peindre son portrait qui la traverse avant de se ramener à l’ordre et de se concentrer sur la question qu’Andrew vient de lui poser. « Alors votre rôle, ça serait d’inspirer nos petites têtes brûlées. Leur donner le goût de peindre, le goût de l’art. Le goût de vivre, pour certains. Vous vous en sentez capable? » Le regard rivé sur le bois sombre du bureau qui la sépare d’Andrew, les mains enroulées autour de sa tasse, elle effleure du pouce une ligne légèrement surélevée sur la porcelaine tiède. Elle songe au pensionnat dans lequel ses parents l’avaient enfermée après son accouchement dans l’espoir de la remettre sur le droit chemin. À ses couloirs poussiéreux, aux filles qui chuchotaient sur son passage. Au gouffre de douleur dans sa poitrine qui refusait de se refermer et menaçait de l’engloutir. Aux petit atelier sombre mais chaleureux qui sentait toujours la peinture et le vernis, son seul refuge dans cet univers froid. Aux mains fripées de Sister Michael qui se posaient sur ses épaules quand la vieille sœur se penchait sur ses œuvres pour les critiquer. À leur chaleur réconfortante qui, l’espace d’un instant, lui donnait l’impression de ne pas être seule. À son regard bleu délavé mais perçant et à sa voix un peu chevrotante qui se départait parfois de sa sévérité habituelle le temps de lui souffler un conseil.

Elle fronce légèrement les sourcils, relève les yeux vers le directeur. « Je pense que je saurais les aider, oui. » Les dents enfoncées dans sa lèvre inférieure, elle soupèse un instant ses mots, à la recherche de l’équilibre fragile qui lui permettra de convaincre Andrew qu’elle sait dans quoi elle s’embarque sans pour autant révéler les blessures qu’elle garde farouchement à l’abri des regards. « Vous savez, l’art a toujours eu de l’importance dans ma vie. Mes peintures m’ont sauvée plus d’une fois… » Elle esquisse un petit sourire, comme pour tempérer la portée de ses mots, mal à l’aise à l’idée de se montrer trop vulnérable. « J’ai eu la chance de rencontrer une professeure extraordinaire qui a su me redonner goût à la vie dans un moment où je pensais sincèrement que c’était impossible. » Elle hausse légèrement les épaules, se replace dans son fauteuil pour essayer de chasser les émotions difficiles qui lui collent à la peau. « Je n’ai pas la prétention de savoir enseigner aussi bien qu’elle, mais j’espère pouvoir offrir à d’autres personnes le même genre de soutien qu’elle m’a offert. » Prise d’une nouvelle vague de curiosité et, peut-être, d’une envie de convaincre Andrew de parler à son tour de lui-même, elle n’hésite qu’une seconde avant de lui poser elle aussi une autre question.  « Je me demandais, si ce n’est pas trop indiscret… Qu’est-ce qui vous a donné envie de créer un centre comme celui-ci? »





God, where the hell are you hiding? My hands are in the air and I'm excited. I've been on the run, so I'm not coming Sunday. It's alright, I'll probably talk to you at midnight. God, I could never be like you. I can't change, I can't change and I don't want to. I've been on the run, so I'm not coming Sunday. It's alright, I'll probably talk to you at midnight. • midnight, tyler glenn.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

you change your life in a thousand ways ♥ andrew Empty
Message(#) Sujet: Re: you change your life in a thousand ways ♥ andrew you change your life in a thousand ways ♥ andrew Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

you change your life in a thousand ways ♥ andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley
-