AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -67%
Carte Fnac+ à 4,99€ la première ...
Voir le deal
4.99 €

 troubles (deborah&camil)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : officiellement avec debbie brody. officieusement volage.
MÉTIER : officiellement candidat à l'élection pour la chambre des représentants.
LOGEMENT : vit avec sa sœur au 525, water street (spring hill).
troubles (deborah&camil) 836d43eb21b530a94abe4611fe9a169286c3c0fb
POSTS : 805 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : hassan #2 ; ivy #2 ; deborah #5 ; calen (fb) ; deborah #6 ; sixtine #4 ; vladilena
RPs EN ATTENTE : sergio
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ; lexie #2 ; calen ; deborah #4 ; lexie #3 ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : unknown ; avatar : shiya.
DC : baby bishop, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t28144-camil-smith https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

troubles (deborah&camil) Empty
Message(#) Sujet: troubles (deborah&camil) troubles (deborah&camil) EmptyJeu 1 Juil 2021 - 22:40



Le soleil était couché sur Brisbane depuis presque une heure lorsqu’il franchit, non sans un certain soulagement, la porte de son appartement. Après une journée aussi intense, Camil avait décidé de s’accorder une soirée de liberté — qui se résumerait par la commande d’un plat chez le traiteur, qu’il mangerait devant un film qu’il aurait préalablement choisi. Un film d’action, sans doute, où l’intrigue était banale mais efficace : un bon, des méchants, et des problèmes à régler. Avec, en guise de clôture, une victoire des gentils. Voilà ce qu’il ferait, après avoir pris une douche bien méritée. Enfin… Ça, c’était les projets qu’il avait fait lorsqu’il était encore en voiture, et qu’il se garait dans son parking souterrain. Parce qu’en poussant la porte de son appartement, il eut la surprise de constater que Deborah était là. Il n’y voyait aucun inconvénient — il lui avait filé un double des clés pour qu’elle puisse aller et venir à sa guise il y a des mois de cela. « Je te savais pas que tu étais là ce soir. » Fit remarquer le politicien, alors qu’il dénouait sa cravate et ouvrait les deux premiers boutons du col de sa chemise. Il se débarrassa de sa veste de costard, qu’il abandonna dans l’entrée, et se dirigea vers la table de la salle à manger, envahie par des papiers plus ou moins confidentiels concernant la campagne de l’Américain. « Comment s’est passée ta journée ? » Demanda le politicien, après avoir fait quelques pas en direction de l’Irlandaise. Pour sa part, les heures avaient défilé à une vitesse folle. Il avait enchaîné les rendez-vous depuis le matin — d’abord à la banque, avec l’un de ses plus fidèles collaborateurs, pour s’assurer que le financement de sa campagne avait été validé. Il avait ensuite rencontré deux journalistes, auxquels il avait accepté d’accorder une interview pour détailler quelques points de son programme politique. Il n’avait pas tout évoqué, souhaitant garder quelques nouveautés pour des annonces ultérieures. Camil prenait un soin tout particulier à ménager ses effets d’annonce, conscient que chacune de ses paroles serait écoutée, discutée, commentée. Il avait profité de la pause méridienne pour déjeuner avec deux personnes de la mairie de Brisbane, et n’avait pas manqué de les interroger — que ce soit sur l’ambiance qui régnait dans les locaux, les projets envisagés, les éventuelles distensions qu’ils auraient pu repérer. Quant à son après-midi, il l’avait passé en compagnie de son conseiller en communication — un homme que Sixtine lui avait recommandé quand elle n’avait plus été en mesure de s’en occuper elle-même. « Tu as pu faire tout ce que tu voulais ? » De mémoire, elle lui avait indiqué qu’elle comptait se rendre dans un hôpital où était soigné des enfants malades. Depuis qu’ils avaient officialisé leur relation (qui n’en était pas réellement une, d’ailleurs), Deborah prenait son rôle très au sérieux. Camil lui en était sincèrement reconnaissant ; il savait que tout le travail qu’elle faisait resurgissait sur lui, et sur sa cote de popularité. « Tu as l’air tendue. » Constata Camil, dont les mains s’étaient posées sur les épaules de la brune. Il entreprit de faire un mouvement circulaire pour détendre ses muscles, et il la sentit tressaillir sous ses doigts. Bon signe, mauvais signe ? Il n’en avait pas la moindre idée., mais poursuivit en constatant qu’elle ne l’avait pas repoussé. Toujours derrière le canapé, il s’accroupit finalement pour être à sa hauteur. « Tu restes dormir ce soir ? » Demanda-t-il à voix basse, alors que ses lèvres cajolaient désormais son cou. Son odeur vanillée lui fit fermer les paupières pendant un instant, tandis que l’idée de se vautrer devant un film s’éloignait de plus en plus. Se vautrer dans ses draps en bonne compagnie, c’était nettement mieux. Son index glissa sur la joue de l’Irlandaise, pour l’inviter à tourner la tête vers lui. Elle s’exécuta, et se laissa faire lorsque le politicien s’empara de ses lèvres charnues. Ce baiser, qui aurait dû être le point de départ d’une délicieuse soirée, tourna pourtant court. Camil se détacha momentanément de Deborah, plongea son regard dans le sien, et tenta — en vain — de la sonder. Quelque chose n’était pas normal. Quelque chose ne tournait pas rond. Ce n’était pas son style d’être aussi passive. « Je t’ai connue plus enthousiaste. » Fit-il remarquer en arquant un sourcil.
@Deborah Brody


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

I only think in the form of crunching numbers, In hotel rooms, collecting page six lovers, Get me out of my mind, Get you out of those clothes, I'm a liner away From getting you into the mood One night and one more time Thanks for the memories.
Revenir en haut Aller en bas
 

troubles (deborah&camil)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-