AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
Nintendo Switch OLED + Joy-Con à 319€ + 50€ sur le compte ...
319 €
Voir le deal

 (evelyn) seventeen going under

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
(evelyn) seventeen going under MTtf4TM ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : en recherche d’emploi. il cherche dans le fond des bouteilles de gin ; il s’étonne de ne rien trouver.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
(evelyn) seventeen going under 04514f9ab8bdf99320141658131345a7
POSTS : 7992 POINTS : 100

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : (evelyn) seventeen going under N3wg
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

(evelyn) seventeen going under Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

(evelyn) seventeen going under Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sienna ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

(evelyn) seventeen going under Tumblr_inline_od6t98x4h01qlt39u_250
jinn #2 & jinn #4 ⊹ friendship is unnecessary, like philosophy, like art.... it has no survival value; rather it is one of those things which give value to survival.

(07/06) luana #1scarlettevelyn (2003)lara

RPs EN ATTENTE : adèle › raelyn #2 › jet #2 › jameson #2 › molly 2
RPs TERMINÉS : mattdanika #1 (2019)cora #1lydialoucynthialou #2cora #2vittoriobryn #2bryn #3lou #3cora #3jack(jill #1)jamesonlonnielou #4kanecharliecora #4romyjill #1cora #5jeremiahlou #5jill #3raelynlou #6lou #7molly
RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)
ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevor

(evelyn) seventeen going under IXHXbzBc_o
AVATAR : domhnall gleeson
CRÉDITS : avengedinchains (ava), bobertlutece & x-huxx (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin)
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

(evelyn) seventeen going under Empty
Message(#) Sujet: (evelyn) seventeen going under (evelyn) seventeen going under EmptyMer 14 Juil - 22:53




@EVELYN PEARSON & FINNLEY COVERDALE (2003) ⊹⊹⊹ see i spent my teens enraged, spiraling in silence and i armed myself with a grin, 'cause I was always the fuckin' joker, Buried in their humor.

Comment elles peuvent aimer ça ? C’est la question que Finnley ne cesse de se poser, prostré dans un coin de cette énorme salle – qui doit en réalité être un hall s’il en croit les escaliers au milieu de la pièce qui mènent à l’étage, ainsi que l’énorme porte coulissante derrière ceux-ci pour accéder à la suite des festivités. Son regard ne quitte pas les silhouettes devenues étrangères de sa sœur et de sa mère, à quelques mètres de lui, qui se gardent bien d’en faire de même et de lui adresser un signe d’attention de temps à autre pour l’aider à se sentir moins perdu au milieu d’une foule où chaque visage est plus inconnu que celui croisé précédemment. Bryn n’a pas arrêté de lui répéter qu’il avait bien de la chance d’accompagner Danielle et Cora à cette soirée et qu’elle, elle aurait trop voulu être là. Mais Bryn a huit ans et ne réfléchit pas comme une adulte – ce que Finnley peut se permettre, malgré ses seize ans, parce que l’adulte supposément responsable de lui, qu’il fusille désormais du regard, a démissionné de ce rôle pour s’engager doublement aux côtés de Cora, le laissant seul maître aux commandes. Lui, c’est certain, il n’a aucune envie d’être là. Ou plutôt, il n’a plus aucune envie d’être là, car s’il a accepté, ce n’était pas totalement par dépit. Non, il y voyait le maigre espoir de passer du temps avec sa mère et sa sœur, même si le contexte ne se prête pas à de grandes discussions familiales, c’est toujours plus que le temps qu’il a pu passer avec elles au cours des derniers mois (des dernières années ?). Et bien qu’il en veuille autant à l’une qu’à l’autre de l’avoir forcé à quitter Canberra, Mona et la vie qu’il se voyait construire là-bas, que sa rancœur ne cesse de s’accentuer au fil du temps qui caractérise son incapacité à s’adapter à cette nouvelle vie et à des nouvelles responsabilités forcées par sa mère, Finn voulait tenter de faire un pas en direction des deux femmes, bien qu’elles n’en fassent pas de leur côté. Ou peu, car il se doute que l’invitation provient bien plus de sa sœur que de sa mère, la première tentant toujours de maintenir un contact avec lui bien qu’il le refuse la plupart du temps, la seconde ayant cessé de fournir de tels efforts depuis longtemps. Il aurait dû s’abstenir lui-aussi, puisqu’il s’est, une fois encore, montré trop naïf en accordant du crédit à leurs paroles. Finalement, il n’a été question que de faire une photo de famille ensemble à leur arrivée, de souligner à quelques journalistes que non, tout va bien entre Cora et son frère, pour qu’il soit relégué au rang de simple décor et qu’elles s’adonnent à ce qu’elles savent faire de mieux : l’oublier. Il a été naïf, parce qu’il pensait vraiment que cette fois-ci serait différente. Que le fait de l’avoir fait déménager était à voir comme un nouveau départ, un vrai cette fois-ci, dans lequel il serait lui-aussi inclus, ainsi que Bryn. À voir la manière dont jamais le regard de sa mère ni celui de sa sœur ne s’arrêtent sur lui même quand il les fixe volontairement au loin ne fait que confirmer que cela n’arrivera jamais.  

Personne ne lui parle et il ne parle à personne, toujours effacé dans un coin de l’immense salle. Il ne sait plus vraiment où donner de la tête, Finnley et tout autour de lui ne fait qu’accentuer sa rancœur à l’égard des deux femmes l’ayant invité ce soir, plus pour le coup de communication que par réelle envie de l’avoir à leurs côtés. C’est un défilé de regards hautains et d’étalage de richesse à sa barbe (qu’il n’a pas encore, l’adolescent) qui ne font que renforcer son impression de ne pas être à sa place. Cette même impression qui accentue le fait qu’il n’évolue plus dans le même monde que la moitié de sa famille et qu’il ne pourra jamais y prétendre. Il est volontairement tenu à l’écart et ce ne serait pas un problème si cela semblait justifié, mais ce soir, plus que jamais, il réalise que ça ne l’est pas. C’est une simple volonté égoïste qui dicte les actions de sa mère et de sa sœur : elles veulent de ce monde, mais puisqu’il n’y a pas de place pour tout le monde, il n’y a pas d’hésitation quant au fait de le sacrifier avec Bryn sur l’autel qui mène à la gloire. Celle-là que Cora acquiert peu à peu, l’éloignant toujours plus de lui et creusant un fossé entre les jumeaux alors que ce statut implique pourtant de ne jamais vivre loin l’un de l’autre. Les invités, bien qu’ils ne le connaissent pas, ne trouvent pas plus grâce à ses yeux alors qu’il vomit sur leur opulence et que son dégoût est tel qu’il songe de plus en plus à quitter les lieux. Le souci, c’est qu’il n’est pas familier avec tout ça, Finnley et que dès qu’il s’éloigne, il se trompe de porte et est très vite invité à faire demi-tour par ce qu’il croit être la sécurité. Il n’a pas été impoli, pourtant, il est juste ignorant et il attire malgré lui l’attention d’un type qui semble le reconnaître et qui y voit l’occasion de dénicher les derniers potins sur la petite fiancée de l’Australie. « Vous êtes Finnley Coverdale ? » Il a déjà la réponse et Finn n’est pas suffisamment naïf pour ne pas comprendre que le fait d’être coincé par ce journaliste ne va certainement pas lui réussir. Il reste silencieux et tenter de poursuivre son chemin, alors que l’autre insiste et se mette en travers celui-ci. « Attendez, on peut discuter quelques minutes ? » L’air bienveillant du type ne fonctionne pas, d’autant plus en prenant en compte qu’il ne s’agit pas de sa première rencontrée intéressée et qu’il arrive à les reconnaître, avec l’expérience (malheureusement). « J’ai pas le temps. » Il sourit timidement alors qu’il essaie de poursuivre son chemin, mais que l’adulte insiste toujours pour le coincer. Le regard qu’il lui lance lui fait bien comprendre qu’il n’est d’aucune crédibilité, lui qui n’a eu qu’un verre de soda pour seule compagnie durant la totalité de la soirée. « Et contre un peu d’argent, vous avez le temps ? » Il fronce les sourcils, surpris et sceptique ; est-ce qu’il vient de parler d’argent ou a-t-il mal entendu ? « Je... je comprends pas. » Il admet, mal à l’aise, la peur de prononcer le moindre mot qui pourrait dorénavant être repris contre lui – c’est au moins un sujet sur lequel sa mère s’est assurée de le briefer, à défaut d’avoir le temps de l’éduquer. Le type insiste, un air victorieux sur le visage alors qu’il enchaîne les arguments : les mauvaises relations connues entre le frère et la sœur, la possibilité de ternir la réputation de Cora pour se venger, pour arranger d’autres jeunes filles qui n’arrivent pas à percer, trop cachées derrière l’ombre de la rouquine, une belle somme d’argent pour dire quelques mots légèrement (bien sûr) orientés, un anonymat garanti quoi qu’il advienne et, surtout, une incapacité à se sortir de cette situation à laquelle il n’adhère pas malgré l’insistance du type qui lui semble de moins en moins être un journaliste. À chaque fois qu’il essaie de s’échapper, la silhouette face à lui se déplace pour lui bloquer le passage et à chaque fois qu’il tente de ne pas entendre ses arguments, il en sort de nouveaux, presque séduisants. Le regard de Finn regarde par-dessus l’épaule du type bien plus âgé et plus grand que lui, à la recherche d’une échappatoire – il ne sait pas gérer de telles situations et, à vrai dire, il est surtout sous le choc qu’elles puissent être réelles et non pas de simples clichés d’un univers, c’est désormais certain, qu’il exècre. Derrière l’homme qui se fait toujours plus insistant, ses prunelles bleues finissent par se perdre dans d’autres plus foncées d’une jeune fille de son âge qui lui est tout autant inconnue que tous les autres visages rencontrés depuis son arrivée entre ces murs, mais qui à cet instant, il essaie de rendre familier pour le sortir de cette impasse.


(evelyn) seventeen going under 8XKLS6S

(evelyn) seventeen going under MinG18P
(evelyn) seventeen going under Leo10
(evelyn) seventeen going under HM7e7CT
(evelyn) seventeen going under ZZBr7e1
(evelyn) seventeen going under EaMJa4t
(evelyn) seventeen going under IDlrfYk
(evelyn) seventeen going under GhillXf

(evelyn) seventeen going under 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Evelyn Pearson
Evelyn Pearson
la "fille de"
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (21.09.85)
SURNOM : evie par la majorité, frankie par sa mère, vivie par ses neveux et nièces
STATUT : the rumors are terrible and cruel but honey most of them are true
MÉTIER : calligraphe de formation, wedding planner par vocation, fondatrice de la evelyn pearson wedding agency située à la périphérie de spring hill. tente aussi de s'alléger l'esprit en renouant avec ses anciennes amours et en participant de temps à autre à des ateliers d'arts graphiques et visuels
LOGEMENT : après une colocation de deux ans avec chad, elle l'a enfin quitté pour occuper un bel appartement avec sa cousine préférée, lara. adresse: #70 st pauls terrace, spring hill
(evelyn) seventeen going under 4000d3e7d0282fecd2d430e3c599113f3d341156
POSTS : 4572 POINTS : 370

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : de retour en ville depuis fin 2017 ◦ fille de kai pearson, membre des queensland reds|wallabies, décédé lors de la CDM de rugby '91 ◦ londonienne d'adoption ◦ diplômée en arts graphiques, passionnée par la calligraphie ◦ listeuse compulsive ◦ rapports tendus avec sa mère, celie pearson, créatrice de la fondation pearson ◦ control-freak, réservée sur ses émotions ◦ travailleuse, réputée dans son domaine ◦ n’a jamais remis les pieds dans un stade, hait le sport ◦ catholique, a effectué sa scolarité dans un ensemble catholique privé pour cause de mauvais comportement ◦ sans permis ◦ féministe
RPs EN COURS :
(evelyn) seventeen going under Tumblr_inline_p8sbjgoDdd1tcosbh_1280
PEARSON² ◦ so what if the rain falls? let's find the gold at the end of the rainbow so what if the rain falls? i'll shower in shimmers of gold so what if the sky falls? we'll build a life right on the cotton clouds so what if the sky falls? we'll play hide and seek with the stars
(evelyn) seventeen going under GGZXg1kk_o
NICHOLAS ◦ these lights can sometimes blind my eyes who will see for me when i need my vision and it's me a docile tide sucking out the life of me someone could just grab my hand balance me while on my toes i stand and making my head who's gonna let my hair down
(evelyn) seventeen going under Tumblr_pr8hpxXaKo1wabbi0o3_400
BAMBI ◦ you're not alone together we stand i'll be by your side you know i'll take your hand when it gets cold and it feels like the end there's no place to go you know i won't give in keep holding on cause you know we'll make it through just stay strong cause you know i'm here for you
[2021] bambi#4 ◦ rhett#1nicholas#3megan#1lara#8
[2020] joanne#3
[2003] finnley#1
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : meghan markle
CRÉDITS : ©ssoveia (av) ◦ © pinterest (imgs sign) ◦ ©serpentiinequeen&dreamlonelywolf&tittypriestess&magnusedom (gifs profil) ◦ ©siren charms (code sign) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : yasmine khadji & jo carter
PSEUDO : ssoveia
Femme (elle)
INSCRIT LE : 12/02/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t18595-evelyn-sorry-i-m-too-busy-pinning-organization-ideas-on-pinterest https://www.30yearsstillyoung.com/t18638-evelyn-speak-now https://www.30yearsstillyoung.com/t28922-evelyn-pearson https://www.30yearsstillyoung.com/t23917-famille-f-les-pearson#9

(evelyn) seventeen going under Empty
Message(#) Sujet: Re: (evelyn) seventeen going under (evelyn) seventeen going under EmptySam 7 Aoû - 13:01



≈ ≈ ≈
{seventeen going under}
crédits gif & code fiche/ (andyoursisorange & malibu) ✰ w/ @Finnley Coverdale

C’était à chaque fois la même chose, un rituel qu’elle s’efforçait de suivre sans en avoir envie toutefois. Les flashs des appareils photos finiraient par l’aveugler, le son qui s’en échappait résonnerait à ses oreilles comme une alarme stridente, désagréable — s’en suivrait une angoisse qu’elle se sommerait d’étouffer sous une apparence soignée et un mimétisme emprunté à ceux qui l’avaient éduquée tandis qu’elle slalomerait entre les silhouettes guindées, oppressée par son désir mal dissimulé de s’enfuir pour respirer autre chose que l’opulence du milieu duquel elle venait. Evelyn pouvait déjà sentir les crampes s’étirer aux coins de ses lèvres et les larmes border ses grands yeux marrons. Un lourd soupir, les mains cramponnées au bord du lavabo en marbre de sa propre salle de bain, et on frappa soudain à la porte. Un sursaut la saisit, tendant un peu plus chacun des muscles de son corps affaissé depuis quelques longues minutes déjà. La voix de Rubén s’échappa de derrière le battant épais, aussi doucereuse que l’était son accent latino. C’était l’heure, Celie avait déjà mis les voiles, et ses soeurs l’attendaient dans la voiture. Elle ne savait même pas pour quelle occasion ce gala avait été organisé, elle avait cessé de s’en soucier depuis bien longtemps, des grandes cérémonies auxquelles participaient les Pearson. Elle savait juste qu’elle devrait faire comme elle l’avait fait à de maintes reprises au cours de sa vie : prendre sur elle le temps de quelques heures, repoussant aussi loin que possible ses élans contestataires pour se fondre dans la masse informe de la haute-société australienne.
Sa réputation était déjà bien établie à cette époque précise, et ses pseudos-frasques faisaient les gorges chaudes de ceux qui affirmaient sans rougir que, de toutes les pouliches Pearson, elle était celle qui n’irait pas bien loin. Personne ne serait surpris de ne pas la voir participer à cette soirée — au lieu de quoi, on lui prêterait d’autres occupations comme de battre le pavé avec ce petit-ami plus âgé qu’on lui connaissait, ou d’autres engagements plus scandaleux puisqu’on racontait qu’elle ne savait faire que ça. Seulement, il pesait sur sa conscience les clauses d’un chantage que sa propre mère avait mis en place pour la faire obéir au moins une fois dans sa vie. Evie partirait bientôt pour l’Angleterre, mais c’était sous conditions. La menace de voir tous ses rêves s’évaporer à cause de son refus de se plier aux habitudes de sa famille était trop palpable ces derniers temps, aussi elle n’avait qu’un effort supplémentaire à fournir pour enfin être débarrassée de cette vie mondaine qu’on lui imposait. Dans quelques mois, elle serait loin d’ici — terminée l’école privée catholique, terminée l’attention scrutatrice d’inconnus et les attentes accablantes d’un clan trop exigeant… alors tirée à quatre épingles, Evelyn leva la tête pour affronter son reflet dans le miroir. Son teint était beaucoup trop pâle, la faute à un maquillage mal exécuté par la main fébrile de la gamine de 18 ans qu’elle était, et chez qui les choix étaient aussi douteux que la teinte trop foncée de son rouge à lèvres ; le noir mat de sa robe à bretelles spaghetti durcissait les traits juvéniles, qui reflétaient un certain vécu cependant, d’un visage déjà fermé par l’asservissement. Elle cligna des yeux plusieurs fois d’affilée, faisant le point sur ce qui l’attendait, et consentit enfin à s’agiter pour enfiler une vieille veste en jean oversize, celle qui appartenait à son père, au-dessus de sa robe de soirée avant d’ouvrir la porte pour faire face à Rubén. Les yeux sombres du jeune homme s’arrêtèrent immédiatement sur le badge pro-avortement qu’elle portait au revers de sa veste. Sa tête opina de droite à gauche avec un sourire goguenard, qu’avant qu’il ne se détourne d’elle, elle traduisit par l’éternelle accroche qui accompagnait chacun de ses faits et gestes  : tu ne peux vraiment pas t’en empêcher, Frankie.
Et c’est ce qu’Ester lui souffla quand elle grimpa dans la voiture. Elle l’ignora pour mieux s’enfermer dans un silence de mise tout au long du trajet. Ça faisait bien longtemps qu’elles ne s’entendaient plus, et qu’Evie préférait s’en tenir à un mutisme confortable pour ne pas avoir à traiter avec les invectives insultantes de son aînée. Heureusement, Enola prenait suffisamment de place pour combler le malaise, et sa voix emplit l’habitacle qui semblait se rétrécir sur Evie à chaque angle de rue que la voiture dépassait. Et cette impression de voir le monde sous une perspective menaçante, elle la ressentit tout au long de la soirée. L’échappée belle était de mise, songea-t-elle après s’être attardée devant le buffet qu’elle goûta à s’en écoeurer, et qu’elle laissa derrière elle après avoir sentit l’attention générale s’ériger face à elle lorsque sa mère tint à la présenter à elle ne savait quel mécène au regard trop insistant pour qu’il ne cache pas d’autres intentions. Elle récupéra sa veste en jean avec, entre les lèvres, la dernière bouchée d’un petit four végétarien qu’elle avala sans le mâcher, et se faufila par le grand escalier pour aller souffler quelques instants à l’extérieur de cette bulle irrespirable où un riche en cachait un autre. Ses cheveux bouclés tressautèrent sous son pas énergique, et restèrent coincés dans le col de sa veste quand elle dévala les marches avec l’intention ferme de mettre le plus de distance entre elle et les autres, quand à peine avait-elle sauté la dernière marche, que ses yeux rencontrèrent ceux d’un jeune homme qu’elle ne connaissait pas. La lueur qu’elle décela dans ses iris lui était drôlement familière cependant.

Sur le moment, elle ne sut pas si elle s’était arrêtée parce que lui et l’homme qui s’adressait à lui étaient sur son chemin, ou si ce qu’elle lisait dans son regard était justement trop familier pour qu’elle ne s’en veuille pas, un peu plus tard, de ne pas être intervenue. Dans tous les cas, elle n’attendit pas d’avoir les tenants et les aboutissants du dialogue qui se jouait entre eux, et elle se glissa entre eux pour plonger son regard dans ceux de l’homme plus vieux qu’elle avait déjà rencontré à de multiples reprises, et qu’elle apostropha avec un sourire  aussi faux que le rembourrage de son propre décolleté "Bobbyyyy, comme on se retrouve." Calme, elle croisa les bras sur sa poitrine, plissant les yeux en prenant soin d’investir tout l’espace histoire qu’il soit forcé de faire plusieurs pas en arrière. Et c’est ce qu’il fit en lâchant un gros soupir. Son haleine chargé d’alcool lui piqua les yeux, pas assez pour qu’elle batte en retraite néanmoins "Je tenais à te remercier de la manchette à laquelle j’ai eu droit à propos de mon échec à mes examens de fin d'études. Je vois qu’on a toujours pas appris à vérifier ses sources, ça va te porter préjudice à un moment donné." Son ton paternaliste était maîtrisé, aussi serein qu’elle avait appris à le rester à force de bonne volonté, et le froncement de sourcils qu’elle lui attribua en conséquence était presque comique quand elle ajouta sur l’air de ne pas y toucher "Au lieu de t’inquiéter pour mon avenir, tu devrais plutôt t’inquiéter du tien. Avec des méthodes comme les tiennes, tu vas finir avec un procès aux fesses." Dans un monde parfait, Celie ce serait évertuée à punir tous ceux qui colportaient des rumeurs sur sa fille… mais elle avait cessé de croire au monde parfait depuis bien des années, Evie. La menace avait beau être caduque sur le fond ; sur la forme, elle fit son effet et Bobby jeta un oeil empreint de déception au jeune homme devant lequel Evelyn s’évertuait à rester flanquée. Même quand il tourna les talons, et que du bout des doigts, elle lui fit un petit signe en claironnant, pas peu fière "La bonne soirée !" Elle attendit qu’il disparaisse pour de bon pour se tourner vers le jeune homme derrière elle et lui murmurer tout doucement "Tu l’as échappé belle. Ne me remercie pas." Et elle était sincère. Il n’avait pas besoin de se perdre en courbettes reconnaissantes, et sur  ces mots, et après un sourire tout en fossettes, elle n’attendit même pas qu’il ouvre la bouche ; elle le contourna pour reprendre son chemin vers la sortie.


    - - cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me, and every day is like a battle, but every night with us is like a dream. baby, we're the new romantics come on, come along with me...
    (evelyn) seventeen going under 3T1X3Vb
    (evelyn) seventeen going under QoPDAKU
    (evelyn) seventeen going under Pf8cX3Q
    (evelyn) seventeen going under QqLqwzn
    (evelyn) seventeen going under Q8kNWrA
Revenir en haut Aller en bas
Finnley Coverdale
Finnley Coverdale
le roux de secours
le roux de secours
Voir le profil de l'utilisateur
(evelyn) seventeen going under MTtf4TM ÂGE : trente-quatre ans, outch (huit août).
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc).
STATUT : il s'est réveillé avec une gueule de bois et une alliance au doigt.
MÉTIER : en recherche d’emploi. il cherche dans le fond des bouteilles de gin ; il s’étonne de ne rien trouver.
LOGEMENT : il a ramené son chien presque mort et sa mauvaise humeur chez jeremiah, dans le quartier de redcliffe.
(evelyn) seventeen going under 04514f9ab8bdf99320141658131345a7
POSTS : 7992 POINTS : 100

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de quatorze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
RPs EN COURS : (evelyn) seventeen going under N3wg
coverdales ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.

(evelyn) seventeen going under Ez9s2GX
louney #8 ⊹ so put your lips on my scars and teach me to love, give my slow heart the rhythm of a blood drum. don't you know that i, don't you know that i'm going mad and in the moment i fall for you.

(evelyn) seventeen going under Tumblr_inline_nsc2gzuM8G1qlt39u_400
sienna ⊹ and there's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head, your soul is haunting me and telling me that everything is fine.

(evelyn) seventeen going under Tumblr_inline_od6t98x4h01qlt39u_250
jinn #2 & jinn #4 ⊹ friendship is unnecessary, like philosophy, like art.... it has no survival value; rather it is one of those things which give value to survival.

(07/06) luana #1scarlettevelyn (2003)lara

RPs EN ATTENTE : adèle › raelyn #2 › jet #2 › jameson #2 › molly 2
RPs TERMINÉS : mattdanika #1 (2019)cora #1lydialoucynthialou #2cora #2vittoriobryn #2bryn #3lou #3cora #3jack(jill #1)jamesonlonnielou #4kanecharliecora #4romyjill #1cora #5jeremiahlou #5jill #3raelynlou #6lou #7molly
RÉALITÉS ALTERNATIVES : event halloweensujet commun (df)clément (df)lucia (ds)
ABANDONNÉS : saulbryn #1jimmyevejill + theomercure (dz)elliejeanbrynrubyfreyaconstanceheïanaaaronbrynarrowsiannatrevor

(evelyn) seventeen going under IXHXbzBc_o
AVATAR : domhnall gleeson
CRÉDITS : avengedinchains (ava), bobertlutece & x-huxx (gifs), bleeding_light (crackships), loonywaltz (userbars), mapartche (dessin)
DC : alfie maslow, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/01/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress https://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one https://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

(evelyn) seventeen going under Empty
Message(#) Sujet: Re: (evelyn) seventeen going under (evelyn) seventeen going under EmptyMer 1 Sep - 18:43



Pendant longtemps, Finnley a voulu croire que ce monde n’était pas aussi mauvais qu’on pouvait le dépeindre. Que ce système ne broyait pas nécessairement tous ceux y entrant et qu’avec le bon entourage, les bonnes valeurs, il était possible de s’en sortir sans y laisser des plumes. Que la célébrité des uns ne faisait pas nécessairement le malheur des autres et qu’être privé de sa famille n’était qu’un petit prix à payer en vue de tous les bénéfices qui pourraient lui aussi le toucher et, surtout, Bryn. Il a accepté depuis longtemps la perspective de n’être qu’un figurant dans sa propre famille et l’une des raisons les plus acceptables à la prise de ce rôle est la perspective de faire de Bryn un élément fort des Coverdale : celle qui va réussir là où les autres n’ont pas réussi. Oh, bien sûr, Cora a réussi, mais au prix d’un équilibre précaire et toute la rancœur envers sa sœur ne peut effacer la pression qu’il perçoit sur ses épaules. Danielle bénéficie de ce succès elle-aussi, au détriment d’un amour maternel qui, finalement, n’a jamais vraiment existé – alors est-ce qu’on peut réellement dire qu’elle a été changée par le soudain succès de sa fille ? Finn a accepté la possibilité de ne plus les voir régulièrement si cela peut lui permettre d’avoir les moyens d’élever Bryn loin d’elles. Mais la carrière de Cora décolle et il doit se résoudre à voir les choses telles qu’elles sont : Bryn et lui ne s’en sortent pas mieux que lorsque sa mère et sa sœur courraient les castings. À mesure que la soirée se poursuit, il comprend ainsi qu’il n’obtiendra aucun bénéfice. Ce soir est différent des autres parce qu’il prend conscience qu’il n’est pas seulement un dommage collatéral, mais aussi un pion lorsque sa propre génitrice a décidé de se souvenir de son existence. Bien sûr, ce journaliste a bien compris que les relations de la parfaite (en apparences) famille Coverdale sont fragiles et que contrairement à ce que sa mère a voulu, sa seule présence ici ne suffit pas à effacer le nuage noir qui plane au-dessus de la réputation de Cora. Elle est encore fragile, bien que les médias et le public se l’arrachent. Elle peut basculer à tout moment à cause d’une frasque de son frère ou d’un mot de trop de la part de ce dernier ; le voir en public permet déjà de faire diversion quant à la réalité des liens entre les jumeaux. Cora n’a pas hérité de son surnom de petite fiancée de l’Australie pour rien ; c’est parce qu’elle est parfaite sur tous les points qu’on se l’arrache et Dieu sait qu’un scandale familial ferait du mal à sa carrière pas encore à son apogée. Finn ne pensait pas que ce serait la leçon du soir et, pourtant, elle s’impose à lui de la pire des façons, alors qu’il est, comme trop souvent, réduit au rôle de figurant qui doit (préférablement) se taire. Ce journaliste insiste, pourtant et par stupidité ou ignorance, sa loyauté continue d’aller à sa famille alors qu’il pourrait achever de briser celle-ci en quelques confessions. Mais, bien que conscient d’une situation trop lourde pour ses épaules, il continue à rêver et à espérer, Finnley, que demain serait différent et que, peut-être, il finira par trouver sa place entre les rêves de gloire de l’une et l’avidité financière de l’autre.

C’est pourtant lui qui pourrait prétendre à se remplir les poches et ce serait mentir que d’affirmer que, même une microseconde, l’idée ne lui a pas parlé. Bien sûr qu’elle lui a parlé, principalement parce que son emménagement à Brisbane ne se déroule pas comme il le présumait et que poursuivre ses études tout en travaillant pour assurer les besoins de Bryn ne sont pas deux options qui peuvent coexister. Il prend conscience qu’un choix va bientôt s’imposer à lui et, à vrai dire, il n’a pas besoin de réfléchir pour savoir vers lequel ira sa préférence (bien qu’il s’agisse plutôt d’une obligation que d’un choix). Il sait qu’il devrait être moins soucieux de sa famille et ça implique de cesser de protéger deux femmes qui ne le méritent pas. Et pourtant, il s’évertue à le faire bien qu’il ne possède pas les codes pour réellement savoir comment s’y prendre. Il est timide, Finn et il tend à rester silencieux quand il ne sait pas quoi dire. Il est vite impressionnable, aussi, de haut de ses seize ans et de ses insécurités qu’un aveugle pourrait percevoir. Il n’est pas difficile de prendre l’avantage sous la forme d'une silhouette qui lui barre le passage ou d’un simple regard ; ce qui implique de demander de l’aide du sien. Il n’identifie pas cette fille, pas tout de suite du moins, et il ne sait pas plus pour quelle raison elle lui apparaît comme la sauveuse idéale. Elle n’a rien demandé et certainement pas à se retrouver dans un duel inégal entre un muet et un égo surdimensionné, mais elle est désormais impliquée, qu’elle le veuille ou non (à défaut d’avoir demandé la permission, il s’assurera de s’excuser comme il se doit). "Bobbyyyy, comme on se retrouve." Le requin a donc un nom et Finnley reste muet, observant les gestes de la jeune femme autant que mémorisant son ton. Il a misé sur la bonne personne pour le sortir de là, il en est convaincu avant même qu’elle ne se lance dans une démonstration. Ce n’est certes pas bien difficile d’être plus à l’aise que lui dans ce milieu d’hypocrisie et de prétention, mais l’aisance dont elle fait preuve indique que c’est loin d’être sa première fois. "Je tenais à te remercier de la manchette à laquelle j’ai eu droit à propos de mon échec à mes examens de fin d'études. Je vois qu’on a toujours pas appris à vérifier ses sources, ça va te porter préjudice à un moment donné." Ses propos finissent par confirmer son impression, tandis que son regard quitte celui du journaliste pour se concentrer sur la jeune femme, essayant de l’identifier. Cette fois-ci, c’est lui qui n’a pas vraiment le choix de reconnaître qu’elle fait partie de ce milieu-là et le soulagement mélangé d’admiration qu’il a pu ressentir se transforme en doute et sentiment amer. Elle est des leurs. "Au lieu de t’inquiéter pour mon avenir, tu devrais plutôt t’inquiéter du tien. Avec des méthodes comme les tiennes, tu vas finir avec un procès aux fesses." Un instant, il a envie de s’immiscer pour questionner lesdites méthodes avant de réaliser qu’il ne veut pas atténuer l’avantage de la jeune femme, devenu le sien par la force des choses. Bien prostré derrière la jeune femme, le rouquin ne masque pas son soupir de soulagement lorsque le journaliste finit par les quitter, non sans laisser échapper un rire suite au "La bonne soirée !" provocateur de la brune qui achève la confrontation de belle manière. "Tu l’as échappé belle. Ne me remercie pas." Qu’elle finit par lui dire en lui adressant un regard avant de poursuivre son chemin devant l’air surpris d’un Finnley toujours muet. « Attends ! » Pourtant peu enclin à agir dans la précipitation et à exiger quelque chose des autres, il se le permet sans pour autant savoir ce qu’il veut exactement lui dire. Elle est des leurs et pourtant elle vient de se ranger de son côté, de quoi vite balayer cette première impression basée sur aucun argument concret outre que ses propres réserves. « Merci..., elle a dit de ne pas le dire, quand même. » Il rajoute comme une tentative de s’excuser d’aller à l’encontre de sa demande. « Je sais pas y faire avec eux. » Il souligne, toujours dans la volonté de se justifier. « Je sais pas vraiment y faire avec ce monde. » Il rectifie avec un rire nerveux, avant de réaliser qu’il ne monopolise pas seulement la parole, mais aussi son temps probablement précieux (elle est des leurs, après tout). « Désolé, c’est juste que t’es la première à m’adresser la parole ce soir. Enfin, je pense pas que Bobby comptait. » Puisqu’il était intéressé, contrairement à elle – ou du moins, il ne voit pas l’intérêt qu’elle pourrait tirer de ce sauvetage. « Alors, j’espère que tu me pardonneras de te remercier quand même, ... » Sa phrase reste en suspens comme une invitation à décliner son identité, comme le signe qu’il décide d’agir égoïstement et de ne pas vraiment la laisser partir. Et ce n’est pas juste parce qu’il peut ouvrir la bouche pour la première fois depuis des heures, mais aussi motivé par toute la curiosité qu’il essaie de contenir et toutes les interrogations dont il voudrait l’assaillir pour comprendre et, peut-être, imiter son aisance dans l’exercice.

@Evelyn Pearson :l:


(evelyn) seventeen going under 8XKLS6S

(evelyn) seventeen going under MinG18P
(evelyn) seventeen going under Leo10
(evelyn) seventeen going under HM7e7CT
(evelyn) seventeen going under ZZBr7e1
(evelyn) seventeen going under EaMJa4t
(evelyn) seventeen going under IDlrfYk
(evelyn) seventeen going under GhillXf

(evelyn) seventeen going under 873483867:
 

Revenir en haut Aller en bas
Evelyn Pearson
Evelyn Pearson
la "fille de"
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (21.09.85)
SURNOM : evie par la majorité, frankie par sa mère, vivie par ses neveux et nièces
STATUT : the rumors are terrible and cruel but honey most of them are true
MÉTIER : calligraphe de formation, wedding planner par vocation, fondatrice de la evelyn pearson wedding agency située à la périphérie de spring hill. tente aussi de s'alléger l'esprit en renouant avec ses anciennes amours et en participant de temps à autre à des ateliers d'arts graphiques et visuels
LOGEMENT : après une colocation de deux ans avec chad, elle l'a enfin quitté pour occuper un bel appartement avec sa cousine préférée, lara. adresse: #70 st pauls terrace, spring hill
(evelyn) seventeen going under 4000d3e7d0282fecd2d430e3c599113f3d341156
POSTS : 4572 POINTS : 370

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : de retour en ville depuis fin 2017 ◦ fille de kai pearson, membre des queensland reds|wallabies, décédé lors de la CDM de rugby '91 ◦ londonienne d'adoption ◦ diplômée en arts graphiques, passionnée par la calligraphie ◦ listeuse compulsive ◦ rapports tendus avec sa mère, celie pearson, créatrice de la fondation pearson ◦ control-freak, réservée sur ses émotions ◦ travailleuse, réputée dans son domaine ◦ n’a jamais remis les pieds dans un stade, hait le sport ◦ catholique, a effectué sa scolarité dans un ensemble catholique privé pour cause de mauvais comportement ◦ sans permis ◦ féministe
RPs EN COURS :
(evelyn) seventeen going under Tumblr_inline_p8sbjgoDdd1tcosbh_1280
PEARSON² ◦ so what if the rain falls? let's find the gold at the end of the rainbow so what if the rain falls? i'll shower in shimmers of gold so what if the sky falls? we'll build a life right on the cotton clouds so what if the sky falls? we'll play hide and seek with the stars
(evelyn) seventeen going under GGZXg1kk_o
NICHOLAS ◦ these lights can sometimes blind my eyes who will see for me when i need my vision and it's me a docile tide sucking out the life of me someone could just grab my hand balance me while on my toes i stand and making my head who's gonna let my hair down
(evelyn) seventeen going under Tumblr_pr8hpxXaKo1wabbi0o3_400
BAMBI ◦ you're not alone together we stand i'll be by your side you know i'll take your hand when it gets cold and it feels like the end there's no place to go you know i won't give in keep holding on cause you know we'll make it through just stay strong cause you know i'm here for you
[2021] bambi#4 ◦ rhett#1nicholas#3megan#1lara#8
[2020] joanne#3
[2003] finnley#1
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : meghan markle
CRÉDITS : ©ssoveia (av) ◦ © pinterest (imgs sign) ◦ ©serpentiinequeen&dreamlonelywolf&tittypriestess&magnusedom (gifs profil) ◦ ©siren charms (code sign) ◦ ©loonywaltz (userbars)
DC : yasmine khadji & jo carter
PSEUDO : ssoveia
Femme (elle)
INSCRIT LE : 12/02/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t18595-evelyn-sorry-i-m-too-busy-pinning-organization-ideas-on-pinterest https://www.30yearsstillyoung.com/t18638-evelyn-speak-now https://www.30yearsstillyoung.com/t28922-evelyn-pearson https://www.30yearsstillyoung.com/t23917-famille-f-les-pearson#9

(evelyn) seventeen going under Empty
Message(#) Sujet: Re: (evelyn) seventeen going under (evelyn) seventeen going under EmptyVen 8 Oct - 14:25



≈ ≈ ≈
{seventeen going under}
crédits gif & code fiche/ (andyoursisorange & malibu) ✰ w/ @Finnley Coverdale

Evie n’était pas naïve, mais elle était rêveuse. Elle était jeune aussi, et en dépit des épreuves et de ses tentatives de se démarquer de ses soeurs, elle était bien consciente de n’être rien de moins qu’une adolescente — avec ses combats et ses névroses qu’elle ne saurait pas apaiser, même plus de quinze ans après. Alors des rêves de sauvetage comme celui qu’elle venait d’initier, elle en avait secrètement alimenté quelques-uns et souvent, ce n’était pas elle qui s’élançait à corps perdu pour tendre la main à quelqu’un qui en avait besoin, mais bel et bien le contraire. Elle avait espéré longtemps, qu’une bonne âme vienne l’extirper du monde dans lequel elle évoluait, elle qui n’aspirait à rien d’autre qu’à s’émanciper, mais elle devait admettre qu’elle s’était longtemps fourvoyée sur l’intérêt réel qu’on lui portait au point qu’il lui paraissait de plus en plus évident qu’elle était la plus à même de se sauver. Elle le ferait, son départ pour Londres serait l’opportunité rêvée pour comprendre qu’elle n’a besoin de personne pour se dessiner une existence à la hauteur de ses ambitions. Ces dernières changeraient, et elle aussi, d’une certaine façon.
Elle avait des amis, elle avait un petit-ami, et pendant quelques temps seulement, elle était tombée dans le cliché de l’amoureuse transie qui voit en son cher et tendre le sauveur de sa destinée. Mais Owen n’avait rien d’un chevalier blanc, et sa propre capacité à s’amender de l’affection des autres la rendait clairvoyante sur l’avenir de leur relation. Encore une fois, elle serait bientôt partie, et il n’était pas prévu qu’il vienne avec elle. Elle ne le regrettait pas, elle en garderait un souvenir qu’elle chérirait longtemps après ça. Mais pour l’heure, pas peu fière d’avoir tenu le rôle de la rédemptrice, à défaut d’être la source des élans bienfaiteurs d’un inconnu, elle se détourna de la scène dans laquelle elle était vaillamment apparue. Elle s’en serait voulue, d’être passée outre la détresse de ce jeune homme qu’elle laissa derrière elle avec le charisme d’une partisane, déjà prête à fouler le hall d’un pas aussi déterminé que son envie de faire entendre à Bobby qu’il n’avait aucun droit de harceler ceux qu’il voyait sans doute comme son gagne-pain. Les journalistes, c’étaient les pires, et toute sa vie elle garderait une rancune tenace à leur encontre, persuadée qu’il y avait d’autres manières d’exercer cette noble discipline qu’en détruisant la vie de ceux qui n’avaient rien demandé.
Poursuivant son chemin sans s’inquiéter que celui à qui elle avait sauvé la mise ne la suive, elle jeta un bref regard par-dessus son épaule pourtant ; et elle le vit opérer un semblant de mouvement. Soudain, sa voix grave résonna dans le hall comme une alarme qui la fit se stopper dans un crissement de semelle quand elle se retourna, toupillant sur elle-même. Elle n’avait pas agi dans l’espoir de s’attirer la sympathie ou de recevoir des éloges, et d’ailleurs ça la gêna un peu d’en recevoir — elle tira sur les pans de la veste en jean de son père, se donnant des allures nonchalantes qui tranchaient avec la sueur froide qui suinta le long de sa colonne vertébrale. C’était entre elle et sa conscience, et parce que justement, elle avait nourri des rêves puériles dans lesquels elle tenait le rôle de la demoiselle en détresse, elle n’était pas sans savoir combien il était difficile d’être mis au pied du mur par quelqu’un qui se comportait comme un vautour. Elle ignorait pourquoi Bobby s’était intéressé à ce jeune homme, elle n’ignorait pas en revanche que ça ne changerait pas sa vie de le savoir. Tous ici jouissaient d’une certaine notoriété, aussi les débats pour savoir qui remporterait la médaille de celle ayant le plus d’impact, ce n’était pas pour elle. En d’autres termes, elle avait fait ce qu’il y avait à faire, point final.

Même à cette distance, elle voyait le malaise sur le visage du jeune homme, et elle comprit qu’elle devrait faire preuve de courtoisie pour ne pas creuser l’indécision qui s’échappait de sa gorge. Elle n’était pas plus hardie à vrai dire, mais elle savait y faire pour masquer ses propres émois, et tandis que ses mains quittèrent les bords de la veste qu’elle portait pour balayer une mèche de cheveux de son visage, elle lui dit avec un aplomb bienveillant "Tu aurais sans doute fait la même chose pour moi. C’est à charge de revanche." Et elle haussa les épaules en faisant la moue, s’attardant de loin sur l’allure qu’il avait et sur l’impression qui la saisit que, d’eux deux, il était probablement le moins coutumier de tout ce cirque dans lequel il avait mis les pieds. Elle ne savait pas pourquoi elle en était persuadée, peut-être parce qu’elle avait baigné dedans dès son plus jeune âge et que malgré ce qu’elle était essayait de démanteler en se comportant comme quelqu’un qui n’était pas de ce monde-là, elle avait des automatismes de petite-fille riche qui lui permettait de se rendre compte quand un novice remportait le ticket d’or. Elle plissa un oeil et pencha la tête sur le côté "J’aimerais pouvoir t’assurer qu’on fini par s’y habituer. Malheureusement, c’est de pire en pire avec les années." lui répondit-elle avec franchise avant de sourire douloureusement à ce qu’il ajouta à propos du fait qu’elle était la première à lui adresser la parole ce soir "Ils aiment se donner des allures de gens bien élevés. Je suis vraiment désolée." Je suis désolée. Pourquoi se sentait-elle obligée de s’excuser ? Elle ne s’attarda pas sur sa propre interrogation, remuant de quelques pas pour se diriger à nouveau vers le jeune homme à qui elle sourit pour de bon cette fois quand il laissa échapper sa dernière phrase — lui laissant silencieusement comprendre qu'il était tout pardonné "C’est quoi ton nom ?" lui demanda-t-elle avant de lui tendre la main droite, l’autre se glissant dans la poche de sa veste "Evie." lui dit-elle sans attendre en lui serrant la main, se donnant l’impression de jouer à la grande personne quand elle reprit en inclinant de nouveau la tête sur le côté "Tu partais avant que Bobby ne vienne se mettre sur ton chemin ?" Du pouce, elle montra timidement le hall qui s’étendait par-delà son épaule "Moi aussi. J’avais envie de marcher un peu, alors si ça te dit… ce sera toujours mieux que de te faire assaillir de questions auxquelles t’as pas vraiment envie de répondre." lui proposa-t-elle sans pousser les choses plus loin parce qu’ils ne se connaissaient pas, et qu’elle n’était pas de ceux qui insistaient lourdement.


    - - cause baby i could build a castle out of all the bricks they threw at me, and every day is like a battle, but every night with us is like a dream. baby, we're the new romantics come on, come along with me...
    (evelyn) seventeen going under 3T1X3Vb
    (evelyn) seventeen going under QoPDAKU
    (evelyn) seventeen going under Pf8cX3Q
    (evelyn) seventeen going under QqLqwzn
    (evelyn) seventeen going under Q8kNWrA
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(evelyn) seventeen going under Empty
Message(#) Sujet: Re: (evelyn) seventeen going under (evelyn) seventeen going under Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(evelyn) seventeen going under

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-