AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-43%
Le deal à ne pas rater :
Fire TV Stick 2021 avec télécommande vocale Alexa à 22,99€
22.99 € 39.99 €
Voir le deal

 Get ouf of my sight ※ CAMIL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vladilena Starkova
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans, la quarantaine est arrivé plus vite que prévu
SURNOM : Vlad pour les connaisseurs, Lena pour les suicidaires. Le lynx pour ses collègues.
STATUT : Son flingue et sa moto sont ses plus fidèles amours.
MÉTIER : Inspectrice de police à l'unité criminelle, qui s'intéresse de très près aux disparitions.
LOGEMENT : 124 hughton avenue ~ Redcliffe
Get ouf of my sight ※ CAMIL Tumblr_inline_ouby9esBpa1rifr4k_540
POSTS : 80 POINTS : 60

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
RPs EN COURS : {5/5} Amaya - Camil - Jezabel - Nicky - Jackson
RPs EN ATTENTE : Noah
AVATAR : Jaimie Alexander
CRÉDITS : Lempika (avatar) solosands (signa) Jamie (UB)
DC : Halston la femme de l'ombre & Victoria le glaçon norvégien
Femme (elle)
INSCRIT LE : 03/07/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t39431-if-i-was-you-i-d-run-vladilena https://www.30yearsstillyoung.com/t39613-running-up-that-hill-vladilena#1952745 https://www.30yearsstillyoung.com/t39612-vladilena-starkova#1952716

Get ouf of my sight ※ CAMIL Empty
Message(#) Sujet: Get ouf of my sight ※ CAMIL Get ouf of my sight ※ CAMIL EmptyDim 1 Aoû 2021 - 12:23


get out of my sight

Vladilena Starkova & @CAMIL SMITH

▼▲▼

Depuis combien de temps les yeux verts de Vladilena ne s’étaient pas posés sur cet objet ? Elle ne le savait même plus, il trônait autrefois sur un mur de son salon, il était à présent dans le fin fond d’un de ses tiroirs. Cette médaille d’or n’était plus qu’un vestige d’une gloire passée, d’une entrée fracassante lors de ses premiers jeux olympiques qu’elle n’avait pas su reproduire lors de sa seconde participation. Elle en avait presque oublié à quoi elle ressemblait, elle allait à présent devoir regarder d’autres personnes se faire récompenser, pour d’autres motifs qu’une belle performance sportive. La brune n’avait pas envie de se rendre à cette cérémonie, qui ne ferait que de lui rappeler ses échecs, mais tous ses collègues s’y rendaient et elle ferait tâche si elle jouait à la sauvage dans un tel moment. Les mains posées sur son évier, elle passa une main dans ses cheveux avant de soupirer, en plus de devoir s’y rendre elle allait devoir des efforts pour être présentable. Elle ne pouvait pas y aller en mode décontracté, elle allait devoir dépoussiérer une de ses robes et se maquiller un peu plus qu’à son habitude. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour les autres. L’inspectrice de police ne savait même pas laquelle choisir, la mode n’avait jamais vraiment été son point fort, sa sœur était plus calée dans ce domaine. Elle n’habitait d’ailleurs pas très loin de chez elle, mais elle se voyait mal la faire venir pour lui demander des conseils sur une chose aussi futile qu’une tenue vestimentaire. La russe hésita longuement entre une robe noire et une bleue marine, elle choisit finalement la seconde, malgré une ouverture particulièrement prononcée au niveau du dos. Elle se regarda quelques secondes dans un miroir, il lui manquait des accessoires. Elle saisit quelques bijoux, dont un long collier qu’elle pouvait inverser afin de pouvoir orner sa chute de reins.  « On ne pourra pas dire que je suis négligée. » Dit-elle après s’être observée une dernière fois. Elle jeta un œil à sa montre, la cérémonie approchait à grands pas et elle n’avait même pas encore mise ses chaussures. Elle se mit à réfléchir, porter des talons et conduire une moto n’étaient pas des choses compatibles, sa longue robe non plus. Elle leva les yeux au ciel, elle allait devoir compter sur quelqu’un pour la déposer. Vladilena appela le policier qui habitait le plus près de chez elle, il fut surpris mais accepta de la chercher. Se dire qu’elle allait devoir dépendre de lui aussi bien pour l’aller que pour le retour, lui fit pousser un profond soupir, elle ne comptait pas s’éterniser alors elle espérait que lui non plus. Une fois arrivé, il ne manqua pas de la détailler de la tête aux pieds et lui fit remarquer qu’elle était méconnaissable. Elle aurait pu lui demander s’il la trouvait laide habituellement, sauf qu’elle se fichait totalement de comment il pouvait la trouver alors elle haussa simplement des épaules. Ils arrivèrent à la salle des fêtes, elle décida de prendre quelques distances avec lui, ne voulant pas que l’on s’imagine quoique ce soit à leur sujet juste parce qu’ils arriveraient ensemble. L’inspectrice de police observa les lieux, elle s’attarda sur le chandelier qui trônait en plein milieu, qu’elle trouvait splendide. Elle fut rapidement interrompue par une voix féminine, qui l’empêcha de l’admirer plus longtemps en se manifestant d’une manière bruyante. « Plus intéressée par une vieillerie que par le buffet ? Tu es vraiment étrange, Starkova. » Je t’emmerde, elle l’avait pensé très fort mais elle se contenta d’un sourire poli avant de s’éclipser. La demoiselle avait de la chance d’être sa collègue et qu’elle n’ait pas envie de faire du chahut durant un tel événement. Le ventre de la brune commença à gargouiller, elle n’avait peut-être pas tort, elle aurait certainement dû commencer par la nourriture. Elle remarqua la présence d’un serveur non loin, elle s’approcha de lui et lui piqua une coupe de champagne en un clin d’œil. Vladilena ne portait plus la moindre attention à ce qu’il se passait autour d’elle, elle accéléra légèrement son allure et rentra dans un homme qui était de dos. « Exc…  » Il se retourna avant qu’elle ne termine sa phrase, lui permettant de découvrir un facies qui ne lui était pas vraiment inconnu. Camil. Elle n’avait plus la moindre envie de s’excuser, au contraire elle regrettait même de ne pas avoir renverser quoique ce soit sur lui, le costume qu’il portait devait coûter une fortune.  


Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : officiellement avec debbie brody. officieusement volage.
MÉTIER : candidat à l'élection pour la chambre des représentants.
LOGEMENT : vit avec sa sœur au 525, water street (spring hill).
Get ouf of my sight ※ CAMIL 836d43eb21b530a94abe4611fe9a169286c3c0fb
POSTS : 819 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : ivy #2 ; deborah #5 ; calen (fb) ; deborah #6 ; vladilena ; andhra
RPs EN ATTENTE : sergio
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ; lexie #2 ; calen ; deborah #4 ; lexie #3 ; hassan #2 ; sixtine #4 ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : unknown ; avatar : shiya.
DC : baby bishop, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t28144-camil-smith https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

Get ouf of my sight ※ CAMIL Empty
Message(#) Sujet: Re: Get ouf of my sight ※ CAMIL Get ouf of my sight ※ CAMIL EmptyDim 15 Aoû 2021 - 19:31


S’il avait eu le choix entre rester chez lui et se rendre à cette soirée singulière à la salle des fêtes du quartier, Camil n’aurait pas hésité une fraction de seconde. Mais il était en campagne, et la concurrence était rude. Et puis, surtout, la corporation qu’il comptait soutenir et flatter ce soir était particulièrement réputée pour être difficile, quand il s’agissait de politique. Et pour cause : souvent exposés, rarement bien considérés (que ce soit de la part des élus ou même de la population), ils ne bénéficiaient pas de la reconnaissance qu’ils méritaient, aux yeux de l’Américain. Et il le pensait sincèrement : dans son esprit, des souvenirs qui avaient presque vingt ans restaient encore bien vivaces, et hantaient parfois ses nuits. Les cauchemars n’étaient plus récurrents, et le temps avait partiellement fait son oeuvre ; cependant, Camil restait profondément traumatisé par les événements qui avaient touché New-York, un matin funeste de Septembre 2001. Le politicien soupira, mais se fit violence : l’Australie, ce n’était pas les États-Unis. Les problématiques n’étaient pas les mêmes. La violence n’était pas la même. Désireux de rentrer dans le moule de cette corporation qu’il admirait, il avait soigné son apparence ; après avoir pris une douche et s’être rasé de près, il avait enfilé un pantalon de costard bleu nuit et une chemise blanche. Si la police était pointilleuse sur l’uniforme, Camil avait choisi, pour sa part, d’abandonner la cravate. Dépassée de mode, dépassée tout court, d’ailleurs. Sans compter qu’il détestait ça. Il prit sa veste de costard par précaution, signala à sa cadette qu’il s’absentait pour quelques heures, et prit l’ascenseur pour descendre au garage. Plus vite il se montrait et plus vite il s’impliquait, plus vite il rentrerait. C’était mathématique.


« Tiens donc, un visage familier. » Commenta Camil, en croisant le regard noir de la femme qui lui faisait face. Si elle pensait l’impressionner, elle était mal tombée : il y avait bien longtemps qu’il ne prêtait plus la moindre attention aux yeux qui le mitraillaient sur place. Comme toute personnalité publique dont la notoriété était grandissante, Camil avait ses fans, mais aussi ses détracteurs. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la brune qui lui faisait face ne le portait pas dans son coeur — pas du tout, même. « Je crois que ce que vous cherchiez à dire, c’était excusez-moi. » Déclara-t-il, un brin provocateur. Un brin seulement ? Certainement pas : il mettait les deux pieds dans le plat, jouait avec le feu, et s’en délectait sans même s’en cacher. Cette rencontre fortuite allait probablement déboucher sur une joute verbale en bonne et due forme, mais elle aurait au moins un mérite : pimenter la soirée de Camil, qui s’avérait être particulièrement ennuyeuse. Dans ces moments-là, la présence de Deborah lui manquait cruellement. Elle, au moins, savait lui changer les idées. Et faire passer le temps plus vite. Mais ce soir, il n’avait pas voulu l’embêter ; ce n’était pas un événement mondain, donc pas un événement majeur, même si les organisateurs étaient persuadés du contraire. Chacun voit midi à sa porte, et Camil comprenait tout à fait le point de vue des gens qui s’étaient investis pour que cette soirée se déroule bien, et que chacun en garde un excellent souvenir. « Excuses acceptées, au passage. » Précisa le politicien, avant qu’un sourire narquois ne viennent étirer ses lèvres. Il finit par porter sa coupe de champagne à ses lèvres, pour goûter au breuvage pétillante. La situation l’amusait beaucoup, parce qu’il savait que Vladilena Starkova était, en quelque sorte, piégée. Oh, l’Américain ne se faisait aucune illusion : il devinait sans peine que la Russe crevait d’envie de lui envoyer son verre de champagne au visage. Malheureusement pour elle, ils étaient entourés par de nombreux convives, qui étaient aussi ses collègues, et faire de pareilles esclandres ne manquerait pas d’attirer l’attention du plus grand nombre. Camil n’aurait qu’à dérouler son baratin, et le tour serait joué : la brune passerait pour une hystérique, et il en ressortirait avec les honneurs — et avec une publicité et une exposition médiatique singulières, mais pour lesquelles il n’aurait pas eu à trop donner de sa personne. Les calculs politiques, encore et toujours. « Quel bon vent vous amène ici ? » Demanda Camil, après avoir croisé ses bras sur son torse. Il n'était pas vraiment surpris de la croiser là (c'était sa place, après tout), mais n'avait jamais eu l'impression que la brune était friande de ce genre d'événement. La réponse à sa question l’intéressait peu, à vrai dire ; mais il avait à coeur de renvoyer une bonne image à l'ensemble des convives. C’était un malin, un roublard ; derrière sa blondeur angélique, l’aîné des Smith s’avérait être redoutable. L’avantage d’avoir pris le temps d’étudier dans le détail la sphère dans laquelle il évolue depuis plus de quinze ans, maintenant.


@Vladilena Starkova


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

I only think in the form of crunching numbers, In hotel rooms, collecting page six lovers, Get me out of my mind, Get you out of those clothes, I'm a liner away From getting you into the mood One night and one more time Thanks for the memories.
Revenir en haut Aller en bas
Vladilena Starkova
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 40 ans, la quarantaine est arrivé plus vite que prévu
SURNOM : Vlad pour les connaisseurs, Lena pour les suicidaires. Le lynx pour ses collègues.
STATUT : Son flingue et sa moto sont ses plus fidèles amours.
MÉTIER : Inspectrice de police à l'unité criminelle, qui s'intéresse de très près aux disparitions.
LOGEMENT : 124 hughton avenue ~ Redcliffe
Get ouf of my sight ※ CAMIL Tumblr_inline_ouby9esBpa1rifr4k_540
POSTS : 80 POINTS : 60

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
RPs EN COURS : {5/5} Amaya - Camil - Jezabel - Nicky - Jackson
RPs EN ATTENTE : Noah
AVATAR : Jaimie Alexander
CRÉDITS : Lempika (avatar) solosands (signa) Jamie (UB)
DC : Halston la femme de l'ombre & Victoria le glaçon norvégien
Femme (elle)
INSCRIT LE : 03/07/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t39431-if-i-was-you-i-d-run-vladilena https://www.30yearsstillyoung.com/t39613-running-up-that-hill-vladilena#1952745 https://www.30yearsstillyoung.com/t39612-vladilena-starkova#1952716

Get ouf of my sight ※ CAMIL Empty
Message(#) Sujet: Re: Get ouf of my sight ※ CAMIL Get ouf of my sight ※ CAMIL EmptyDim 26 Sep 2021 - 18:04


get out of my sight

Vladilena Starkova & @CAMIL SMITH

▼▲▼

Il ne l’avait pas oublié, mais il ne se souvenait pas de son nom, mais l’avait-il écouté lorsqu’elle l’avait décliné la première fois ? Elle en doutait fortement. De son côté elle avait bien mémorisé son appellation, Camil Smith, elle ne savait pas d’où provenait ce drôle de prénom, mais son nom de famille lui permettait facilement de deviner ses origines américaines. Cela faisait une raison facile et supplémentaire de ne pas l’aimer, en tant que russe on lui avait appris à ne pas aimer les habitants du pays de l’oncle Sam. Elle n’avait jamais fait preuve de la moindre objectivité avec lui, mais elle lui avait laissé une chance de lui prouver qu’elle avait tort, qu’il n’était pas un énième politicien ne servant que ses propres intérêts.Vladilena s’était heurtée à un mur, il ne lui avait jamais filé le moindre coup de main, il se fichait bien de son sort et de celui de ses collègues, il était confortablement installé dans son bureau de mairie bien chauffé et n’avait pas bougé le petit doigt. Il compléta ses paroles, une provocation à laquelle elle ne répondra pas, prends donc tes désirs pour la réalité, si cela te fait plaisir. Il était rare que l’inspectrice de police ne garde sa bouche close, même s’il la connaissait à peine il devait parfaitement s’en douter et se réjouir de ce silence. Ils auraient pu passer à autre chose tous les deux, mais il réussit à la retenir en lui posant une simple question, dont il avait déjà la réponse. Il cherchait à paraître sympathique, pas auprès d’elle, mais auprès des autres. Rester si près de lui lui donnait de l’urticaire, mais elle savait que l’ignorer devant tout le monde n’améliorerait pas son image, il ne fallait pas qu’elle justifie sa réputation de sauvage. « Les obligations. » Une réponse courte et sèche, mais débordante de vérité. Vladilena aurait pourtant pu jouer la comédie, en lui disant qu’elle était là pour ses chers collègues, dont elle était fière, mais elle n’avait jamais été friande d’hypocrisie. Un terrain  que lui, devait maîtriser à la perfection, sinon il n’aurait jamais pu approcher le maire d’aussi près. Contrairement à elle il devait tirer du plaisir à être ici, après tout cela devait être habituel apparaître dans ce genre de mondanités pour lui, à moins qu’il ne commence à s’en lasser. Elle était quelque peu étonnée qu’il ne soit pas déjà en pleine discussion avec quelqu’un de plus important qu’elle, elle n’était qu’une convive insignifiante pour un homme comme lui. Il s’était peut-être donné la mission d’approcher un maximum de personnes, comme s’il s’agissait d’électeurs potentiels. Est-ce qu’il travaillait toujours à la mairie ? Ou est-ce qu’il avait d’autres plans ? C’était certainement le genre d’homme qui visait toujours plus haut, elle optait donc pour la seconde option. Elle aimerait bien savoir s’il resterait dans le paysage et s’il allait occuper une place plus importante dans celui-ci, alors elle le questionna à son tour. « Et vous, vous menez une campagne ? » Si c’était le cas, elle se demandait quel genre de promesses électorales il serait prêt à faire pour engranger des voix. Elle venait peut-être de lui donner l’occasion de lui dérouler son baratin, elle décida de faire machine arrière en reprenant la parole. « À moins que vous n’ayez décidé d’être utile en faisant du concret pour la population, pour une fois. » Le tacle de l’inspectrice de police était plutôt gentillet, il avait de la chance de ne pas être n’importe qui et surtout de ne pas se situer n’importe où, elle aurait pu se montrer bien plus virulente que cela en son égard. Elle avait déjà fait preuve de plus d’agressivité envers lui lors d’une manifestation, une colère qui ne l’avait mené nulle part mais qui avait au moins eu le mérite de la défouler.  


Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : quarante-trois ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : officiellement avec debbie brody. officieusement volage.
MÉTIER : candidat à l'élection pour la chambre des représentants.
LOGEMENT : vit avec sa sœur au 525, water street (spring hill).
Get ouf of my sight ※ CAMIL 836d43eb21b530a94abe4611fe9a169286c3c0fb
POSTS : 819 POINTS : 150

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : ivy #2 ; deborah #5 ; calen (fb) ; deborah #6 ; vladilena ; andhra
RPs EN ATTENTE : sergio
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ; lexie #2 ; calen ; deborah #4 ; lexie #3 ; hassan #2 ; sixtine #4 ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : unknown ; avatar : shiya.
DC : baby bishop, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t28144-camil-smith https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

Get ouf of my sight ※ CAMIL Empty
Message(#) Sujet: Re: Get ouf of my sight ※ CAMIL Get ouf of my sight ※ CAMIL EmptyDim 7 Nov 2021 - 15:10


Il savait déjà que cette femme le détestait. D’ailleurs, il lui suffisait de croiser son regard pour le savoir, et pour comprendre qu’elle était pleine d’animosité à son égard. Le regard noir, l’air pincé, et les bras croisés sur sa poitrine : tout en Vladilena indiquait qu’elle était complètement hermétique à Camil, et à ce qu’il représentait. S’en formalisait-il ? Pas le moins du monde ; des adversaires, il en avait déjà croisé et il en croiserait encore. Ce n’était qu’un mauvais moment à passer. « Bien sûr. » Répondit-il en inclinant légèrement la tête. Il suffisait qu’il regarde autour de lui pour comprendre les raisons qui l’avait poussée à venir à cette réception, alors qu’elle ne semblait pas particulièrement intéressée par la vie mondaine et les relations sociales, de manière générale. Sa froideur naturelle, probablement héritée de ses origines, donnait d’ailleurs l’impression qu’elle était perpétuellement engagée dans une bataille. « Quoi d’autre ? » La question était purement rhétorique, et n’attendait aucune réponse. Il savait pertinemment que ce petit commentaire n’allait pas plaire à la russe au tempérament de feu, mais il s’en fichait : il n’était pas venu ici pour l’amadouer. Ses ambitions dépassaient légèrement sa personne, et Camil ne la laisserait pas se mettre en travers de sa route. Ses critiques et regards noirs ne seraient ni les premiers, ni les derniers qu’il subirait au cours de sa campagne électorale. Le chemin qui le mènerait à la victoire était encore long, et semé d’embûches. Il ricana lorsque la brune lui demanda s’il était en campagne ; décidément, elle ne perdait pas le nord. Il n’allait pas la contredire à ce sujet, ni même la laisser dans le flou : si elle n’avait pas entendu la nouvelle de sa candidature, elle ne tarderait pas à en être informée, d’une manière ou d’une autre. Alors, puisqu’elle mettait un point d’honneur à le détester, autant qu’il soit celui à qui revienne le singulier plaisir de lui annoncer ses intentions futures. « Absolument. » Confessa l’Américain en hochant la tête. « Je vois que les nouvelles vont vite. » Ou pas, d’ailleurs. La froideur polaire avec laquelle la brune accueillit cette nouvelle fit légèrement sourire le politicien. Pas déstabilisé pour un sou — il ne s’était pas attendu à ce qu’elle lui saute au cou, bien au contraire — son sourire laissa place à un air narquois lorsque l’inspectrice se montra légèrement plus virulente à son égard. « Effectivement, mon but est de faire du concret pour la population. » Confirma l’Américain en plongeant son regard dans celui de la russe. Si elle pensait qu’il allait en rester là, elle se fourrait le doigt dans l’oeil. Elle l’avait cherché ? Elle allait le trouver. Et ça n’allait pas lui plaire. Pas du tout. « Et non pas de faire de l’abstrait pour une seule personne. » Précisa-t-il, faisant référence à la requête qu’elle lui avait jadis formulée, quand elle avait fini, après de multiples tentatives, à arriver jusqu’à lui. Il ne se souvenait plus exactement des tenants et des aboutissants de sa demande, mais se souvenait de ne pas y avoir répondu favorablement. « Oeuvrer pour l’ensemble, c’est ça notre rôle en politique. L’individu ne prime pas sur la collectivité. » Elle le trouverait probablement gonflé, agaçant, pédant, et moralisateur, mais il s’en fichait ; il savait très bien qu’il ne devrait pas compter sur la voix de Vladilena Starkova pour être élu, et pour accéder à la Chambre des Représentants. « Ce qui est aussi une de vos règles dans les situations de crise, si je ne me trompe pas. » Fit-il remarquer en arquant un sourcil. Il était bien placé pour le savoir : quand la tragédie avait frappé New-York le onze septembre deux mille un, il avait été au premier plan pour s’en rendre compte. « À moins que votre mentalité russe ne prime sur nos moeurs anglo-saxonnes ? » Suggéra-t-il, sous-entendant clairement qu’elle n’était pas aussi bien intégrée en Australie qu’elle ne voulait le faire croire. Il allait loin, mais qu’importe : russes et américains, historiquement et par habitude, ne faisaient pas bon ménage. Vladilena et Camil n’échappaient pas à cette règle tacite, qui pourrait pourtant presque être gravée dans le marbre.

@Vladilena Starkova
désolée pour l'attente Get ouf of my sight ※ CAMIL 1949770018 j'ai été ultra occupée au niveau du boulot ces derniers temps Get ouf of my sight ※ CAMIL 1949770018


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

I only think in the form of crunching numbers, In hotel rooms, collecting page six lovers, Get me out of my mind, Get you out of those clothes, I'm a liner away From getting you into the mood One night and one more time Thanks for the memories.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Get ouf of my sight ※ CAMIL Empty
Message(#) Sujet: Re: Get ouf of my sight ※ CAMIL Get ouf of my sight ※ CAMIL Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Get ouf of my sight ※ CAMIL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill
-