AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Penny Stringer
Penny Stringer
l’ère de l'apaisement
Voir le profil de l'utilisateur
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 7vHkInU ÂGE : vingt-neuf ans (03.08.1992)
SURNOM : penny étant déjà le surnom de penelope, difficile de faire bien plus court.
STATUT : tout va incroyablement vite et tu paniques (un peu), mais une chose est certaine: tu aimes isaac et ce bébé surprise qui pousse sous ton nombril.
MÉTIER : actrice et bénévole dans plusieurs organismes.
LOGEMENT : ton loft a une jolie pancarte "à vendre" devant et toi, tu t'es officiellement installée au #17 sherwood road, à toowong, dans la maison d'isaac qui est devenue vôtre.
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Emmaroberts-milaprint
POSTS : 11003 POINTS : 6195

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : elle a un jeune frère autiste qu'elle aime plus que tout et surprotège › victime d'une agression sexuelle commisse en février 2020 par un réalisateur connu, elle a finalement levé le silence et porté plainte contre lui › sa carrière reprend doucement de l'élan, mais elle est incertaine de ce qu'elle veut › elle fait du bénévolat auprès des enfants malades depuis novembre 2020 sous les traits de la princesse ariel › pétillante, curieuse et passionnée, elle retrouve enfin un sentiment de bonheur après une année difficile.
RPs EN COURS :
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Ezgif-com-gif-maker-4
penisy ☽ sun in my eyes, navy blue skies. you are the reason i can survive. we turn off the phones to just be alone. we'll draw the curtains and never leave home. i had a nightmare, but now that i'm not scared. this is how you fall in love. let go and i'll hold you up. so pull me tight and close your eyes. oh, my love, side to side. "what's easy is right", my mother's advice. you are the reason i never think twice. wherever we go, what glitters is gold. you'll be my best friend until we grow old.

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Sowm
stringers ☽ how the hell did we wind up here. you're hitting rock bottom and i'm full of fear. the cold wind has frozen your heart. lets re-write this story and make it a long one. it's broken and falling apart. i won't let you lose who you are. you're lost in this lonely light. trying to kill the pain you're feeling. lost, but i'm here tonight.

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Ezgif-com-gif-maker
sutton ☽ sometimes in our lives. we all have pain. we all have sorrow. but if we are wise. we know that there's always tomorrow. lean on me when you're not strong. and i'll be your friend, i'll help you carry on. for it won't be long. till I'm gonna need somebody to lean on. please swallow your pride if i have things you need to borrow. for no one can fill those of your needs that you won't let show. you just call on me brother when you need a hand. we all need somebody to lean on.

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 PC8GJaYC_o
cringer ☽ today was gonna be the day but they'll never throw it back to you. by now you should've somehow realized what you're not to do. i don't believe that anybody feels the way i do about you now. and all the roads that lead you there were winding. and all the lights that light the way are blinding. there are many things that i would like to say to you but i don't know how.

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Ezgif-com-gif-maker-11
minny ☽ it's been so long, been so much time. the years have passed, but still, you're on my mind. so tell me, is it fate or just an illusion? we'd make love, and then we'd fight. started blowing up like dynamite in this. in the hurt game can't win if we're losing.

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 98c0478313a35e20748bfa432c6438c9
jonny ☽ don't know if i can do this on my own. why do you have to leave me? it seems i'm losing something deep inside of me. hold on onto me. now i see, everybody hurts some days. it's okay to be afraid. everybody hurts. everybody screams. everybody feels this way, and it's okay. it feels like nothing really matters anymore. when you're gone i can't breathe and i know you never meant to make me feel this way.

(20)angus #2birdie #3chiarahunter #3isaac #9isaac #10jensen's christmasjeremiah #3jordan #7joy #8julianamabel #2maddy #2oakleyphoeberory #9shiloh #2swann #6.

flashbacksfreddy #2 (jan. 2021)micah #3 (2014).
RPs EN ATTENTE : erika #2 › juliana #2 › sergio › you?

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Pennyyytinder
compte actif d'avril à juillet 2021.
RPs TERMINÉS :
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Ezgif-com-gif-maker-7
penisycause baby, the best part of me is you.
#1#2#3#4#5#6#7#8#9#10.

cf. fiche de liens (chronologie des sujets tenue à jour.)


tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Wqmp
AVATAR : emma roberts.
CRÉDITS : (av. lumossolem) ☽ (sign. anaëlle) ☽ (crackships penisy. harley & gwennifergifs ♡) ☽ (crackship cringer. nairobi ♡) ☽ (crackship stringers&jonny. mandown ♡) ☽ (tinder profile. AMGK ♡) ☽ (dessin. mapartche ♡) ☽ (gifs signa. gwennifergifs) ☽ (userbars. loonywaltz)
DC : rosalie craine ☽ autumn galloway ☽ trent higgins ☽ eleonora parker.
PSEUDO : vlastuin ☽ marie.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/10/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34526-when-the-party-s-over-penny https://www.30yearsstillyoung.com/t40283-penny-never-let-me-down-just-lead-me-home https://www.30yearsstillyoung.com/t34575-penny-stringer https://www.30yearsstillyoung.com/t34574-penny-stringer https://open.spotify.com/playlist/4UtOHuFE98a5ajwqngBtvw?si=5loW

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 EmptyVen 8 Oct - 17:09



« Ha oui? »
« J’ai longtemps pensé que pour prendre du recul, je devais partir, mais j’ai réalisé qu’il y avait encore trop de choses qui me retenaient à Brisbane. Je ne regrette pas d’être restée. »

Parce que tu sais trop bien que si tu étais partie, vous ne seriez pas ici, tous les deux, aujourd’hui. Que vous n’auriez jamais eu l’occasion de vous croiser furtivement dans les couloirs de l’hôpital parce que tu n’aurais jamais commencé à faire du bénévolat pour le Royaume Enchanté. Tu n’aurais jamais avoué tes sentiments à Rory et par le fait même, tu n’aurais jamais eu de raison d’installer l’application Tinder sur ton téléphone. Sans l’application, tu n’aurais jamais matché avec lui et tu serais passée à côté d’une histoire dont tu aimes chacune des pages parcourues jusqu’à maintenant. Alors non, tu ne regrettes pas. Tu ne regrettes pas d’avoir du passé par la case cœur brisé pour te retrouver ici aujourd’hui, dans sa voiture, le cœur battant plus fort que jamais auparavant, à découvrir des sensations et des sentiments dont tu avais longtemps imaginé la définition sans jamais être en mesure de le comprendre pleinement. De repenser à tes premières années passer à Brisbane, ça ne vient que confirmer cette philosophie que rien n’arrive pour rien. Ça te fait aussi tout drôle de repenser à tes années passées sur le plateau de Neighborhood, cette série qui a vraiment agi comme un point tournant, autant dans ta vie personnelle que dans ta carrière. « Je les comprends très bien de ne pas avoir voulu laisser filer. Ça devait être dingue d’être sur le même plateau pendant six ans et jouer le même personnage si longtemps. » Tu hoches la tête doucement en approbation. Il n’y a aucune autre de tes expériences jusqu’à présent qui puisse comparer avec ces années-là. Elles avaient été formatives à un niveau qui était parfois difficile à mettre en mots, elles avaient façonné l’actrice que tu es devenue et tu étais reconnaissante pour tout ce que tu avais appris. « S’ils te proposaient de revenir jouer ton personnage, tu accepterais? » Sans hésitation, tu secoues la tête. Tu avais fait un trait sur Elsie et tu avais bien clôturer sa sortie quand tu avais eu l’impression d’avoir fait le tour avec elle et tu ne te voyais pas revenir en arrière. « Non, je crois pas. Peut-être pour un spécial réunion ou quelque chose de temporaire, mais je me verrais pas la reprendre de manière permanente. » Tu te souvenais avoir eu cette même discussion avec Micah il y a quelques mois et tu réalisais que ta réponse à cette question n’avait pas changé. Même qu’avec les quelques mois de réflexion de plus, tu restais convaincue que ce n’est pas ce que tu voudrais, si l’option t’était offerte. Tu souhaites aller de l’avant, essayer quelque chose de nouveau. Tu ne sais juste pas si ce nouveau se trouve dans ce domaine que tu as toujours connu, ou ailleurs.

« Ce n’était pas difficile de jouer si longtemps un même rôle? » Tu hausses légèrement les épaules, ne sachant pas vraiment comment répondre à la question. « Enfin, tu n’es pas obligée de répondre et on peut changer de sujet si tu veux, n’hésite pas à me le dire si je deviens trop embêtant, la dernière chose que je veux est bien de te tanner. Parfois j’ai tendance à lancer un interrogatoire sans m’en rendre compte quand je suis très intéressé. » « Tu ne m’embêtes pas, jamais. » Tu voulais répondre à toutes les questions qu’il pouvait se poser à ton sujet, être aussi transparente que possible avec lui. Le plonger dans ton univers, lui faire découvrir ce monde qui lui était complètement inconnu comme tu espérais qu’il en ferait de même pour ce qui le passionnait vraiment. « D’un côté c’était facile parce que je la connaissais par cœur. Ses réactions, ses émotions, tout me venait naturellement parce que les scénaristes sont toujours restés très fidèles à l’essence même du personnage. » Ce n’est pas rare de voir des émissions où les personnages vivent des storylines qui sortent vraiment de l’ordinaire pour eux, et tu as été chanceuse de ne pas vivre ce genre de changements drastiques avec Elsie. « Mais le plus dur, ça restait de faire la différence entre Elsie et Penny, à la fin de la journée. Ça aidait pas non plus que je fréquentais ma co-star à l’époque. » Il était parfois difficile, même encore aujourd’hui, de faire le tri entre les souvenirs de Elsie et Benjamin et ceux de Penny et Micah, les deux histoires similaires à leur façon, bien qu’une seule ait réellement laissé sa trace sur ton cœur à l’époque. « Je pense que c’est ce qui est le plus difficile à gérer quand on joue un même personnage aussi longtemps. Ils deviennent une partie de toi à part entière. Enfin, pour ma part, je sais qu’Elsie a beaucoup teinté ma personnalité au fil des ans. Je sais pas si je dirais la même chose après avoir joué une serial killer ou autre rôle macabre du genre. » que tu rajoutes dans un rire. Tu avais souvent joué le même genre de personnages, de celles qui sont attachantes, mais avec du mordant, sans doute un type qui s’accordait bien avec l’image que tu reflétais.

La conversation se poursuit, passant de ta carrière au cinéma à celle d’Isaac au football. Tu comprends rapidement que la blessure qui a mis fin à cette dernière a profondément marqué qui il est et le chemin qu’il a dû emprunter par la suite. « Oui et non, en fait. Ça me manque parce que ça représente quinze ans de ma vie et le footie sera toujours l’une de mes passions principales. » Tu hoches la tête doucement. Tu pouvais parfaitement comprendre. Tu te sentirais sans doute de la même façon, si tu venais qu’à prendre la décision de quitter complètement le monde de la télévision et du cinéma, bien qu’en différence de lui, tu le ferais par ton propre chef et non pas parce que tu y as été forcé. « Mais en réalité, de base, ce n’était pas tant mon choix. J’y ai adhéré plus tard bien sûr et j’en ai fait quasiment une raison de vivre pendant une longue période, je me suis donné corps et âme à la discipline et j’ai longtemps rêvé d’une carrière dans ce sport, mais je me dis que finalement, ça devait être ainsi et c’est peut-être mieux comme ça? Ça m’a permis d’être qui je suis aujourd’hui et ça m’a donné pleins d’outils et d’expériences qui m’aident encore de nos jours. » Tu écoutes attentivement, te retrouvant partiellement dans ce cheminement qu’il a poursuivi pendant si longtemps. Comme lui, la passion t’avait été transmise par les volontés de tes parents, un choix qu’ils avaient fait pour toi avant que tu ne t’y perdes complètement. « Je me dis que peut-être que pour moi, c’était mieux que ce soit temporaire. Puis ça m’a permis de suivre un choix de carrière qui venait à 100% de moi et aujourd’hui, même si j’ai encore l’impression d’avoir échoué et d’avoir laissé quelque chose en plan avec le football australien, même si j’ai plein de regrets et j’aurais aimé faire les choses différemment, je n’ai finalement pas envie de gagner ma vie autrement que comme je le fais actuellement. » « Tu n’as rien échoué, tu sais? » Ta main vient se poser sur sa cuisse alors que tu tournes légèrement la tête dans sa direction, tes yeux concentrés sur son visage qui lui est tourné vers la route. « Je suis certaine que tu as tout donné ce que tu avais à donner pendant ces années que tu as joué dans la AFL. Une blessure, c’est un accident, c’est la pire des fatalités dans ce domaine, mais ce n’est pas ta faute. » Tu pinces légèrement les lèvres. Tu savais trop bien que les regrets pussent être parfois lourds à porter et ça te désolait d’apprendre qu’Isaac percevait la fin de sa carrière comme un échec. « Même si je suis certaine que t’aurais fait un excellent joueur pro, à t’entendre parler de ton métier d’infirmier, je sais que tu as trouvé ta vocation dans ce domaine. » Et c’était l’essentiel au bout du compte. D’aimer son travail au point d’oublier que c’est une responsabilité, une obligation et Isy, il avait ça à l’hôpital, tu le savais.

Tu ne pensais pas te confier sur ton agression aujourd’hui et pourtant, le sujet était venu sans que tu ne le forces et même si c’était toujours aussi difficile de relater cet épisode difficile de ta vie, tu faisais entièrement confiance à Isaac. Malgré les quelques doutes qui subsistaient malgré toi dans ton esprit, tu savais qu’il ne te jugerait pas, qu’il écouterait et qu’il t’épaulerait, autant que c’était possible de le faire dans une situation où les solutions étaient minces, voire inexistantes. Cette simple promesse qu’il ne laisserait pas Byers gâcher ce moment, cette soirée te suffisait. Pour le moment, tu n’avais besoin de rien de plus que ses bras autour de toi, ses lèvres sur ton front et cette certitude que si jamais tu venais à sombrer à nouveau à cause de cet homme qui t’avait pris, Isaac serait là pour te rattraper. « Moi non plus. » Tu retrouves ses lèvres pour un dernier baiser avant qu’il ne reprenne le peu de route devant vous jusqu’à votre destination finale. La musique reprend sa place dans l’habitacle, mais tu es bien peu concentrée sur cette dernière, bien plus engagée dans ce gage donné un peu plus tôt auquel vous concédez finalement qu’il n’y a ni gagnant, ni perdant. Tu lui partages donc un objectif de vie, te confiant plutôt sur ce que tu avais longtemps cru être ta priorité et témoignant des changements de ta vision depuis ton agression et les remises en question qui avaient suivies. « Je pense que c’est le plus bel objectif. » Il comprenait Isaac, il avait lui-même vu sa voie changée sous ses yeux des années auparavant et savait qu’il n’y avait rien de plus précieux que d’être bien dans ce qui compose notre quotidien. « Je pense que c’est aussi la meilleure ligne de conduite pour trouver les réponses à tes questionnements. J’imagine qu’on ne peut pas douter d’être sur le mauvais chemin si on s’y sent vraiment bien, vraiment à sa place. On a un feeling particulier quand on trouve ce à quoi on est destiné. » Tu souris doucement. Une fois encore, il te donnait la preuve que c’était possible de le trouver, d’être sûr à cent pour cent, comme tu te sentais certaine de cette place que tu te faisais peu à peu à ses côtés. « Tu m’aideras à chercher, si je me perds encore? » La voiture s’arrête soudainement et tu viens chercher son regard alors que tu l’interroges à son tour sur l’un de ses objectifs de vie.

« Ça va sonner très bizarre, et je ne dis pas ça ce soir avec quelconque idée en tête. C’est juste ma réponse depuis que je suis môme. » Tu fronces légèrement les sourcils, curieuse d’entendre quel pouvait bien être cet objectif pour qu’il fasse une telle introduction. « J’ai toujours voulu avoir ma famille nucléaire, un jour. » « Oh. » Tu dois admettre être légèrement surprise que ce soit la première chose qui lui vient en tête, sans vraiment trouver ça bizarre comme il l’avait mentionné. La surprise laisse rapidement place à un sourire alors que tes doigts se joignent à nouveau aux siens.  « Je trouve pas ça bizarre. J’ai toujours voulu avoir des enfants, moi aussi, éventuellement. » que tu lui admets avec une aisance nouvelle. Ce n’est certainement pas quelque chose que tu admets normalement aux hommes ou aux femmes que tu fréquentes, encore moins après si peu de temps, mais comme tant de choses que tu ne saurais t’expliquer avec Isaac, ça te venait naturellement d’être aussi vraie que possible avec lui. « De voir mes parents toujours ensemble aujourd’hui, aussi solides que quand j’étais gamine malgré les aléas de la vie, ça donne envie. » que tu rajoutes avec un rire. Tu ne pourrais dire si c’était auprès d’Isaac que tu allais vivre cette aventure, tout était encore bien trop nouveau et pourtant, ce n’était pas impossible de l’imaginer. « Tu es prête pour les autres surprises? » Tu sors de tes rêveries, ayant presque oublié au milieu de toutes ces confidences que vous fêtiez ton anniversaire et qu’il avait préparé les choses en grand. Tu hoches vivement de la tête alors qu’il sort de la voiture et s’empresse de venir ouvrir ta portière, avant de se diriger vers le coffre duquel il sort un grand sac rempli de différentes choses que tu ne peux toujours pas voir.

La soirée est douce sur la jetée et ta main joint la sienne alors que vous marchez, à la recherche d’un endroit où vous asseoir pour profiter du moment et ainsi découvrir les différents trésors qui se cachent dans le sac du jeune homme. Il te dirige vers une table qui se trouve un peu à part, là où il n’y a pas trop de monde qui passe et tu prends place à côté de lui alors qu’il commence tranquillement à sortir des contenants du sac. Différents plats prennent place devant vous, et c’est avec appétit que tu découvres les différents repas qu’il a préparé, en plus d’une bouteille de vin et d’un gâteau au chocolat (oh, il te connaît si bien déjà) qui vient compléter le tout. « J’ai voulu retenter l’expérience de la lasagne, mais avec des différentes recettes cette fois-ci. » Tu ne peux t’empêcher d’échapper un rire, pensant à cette lasagne qui avait été rapidement oublié dans le four cette soirée où votre relation avait réellement pris son envol, laissant le platonique loin derrière. « Tout à l’air délicieux Isy. » Tu l’aides à installer coupes et assiettes sur la table, alors que lui continue de sortir des surprises de ce sac qui devient rapidement magique à tes yeux. Tu découvres d’abord une carte visiblement faite à la main, cette dernière remplie de dessins en tout genre de ce que tu devines rapidement être toi dans ton costume de la petite sirène. Tu reconnais certains noms qui ont signé les différentes œuvres comme étant ceux des enfants à l’hôpital et tu ne cesses d’échapper des petits Awww et Ohhhh avec chaque nouveau mot lu et chaque nouveau dessin admiré. « C’est adorable. » que tu finis par conclure après avoir tourné les quelques pages de cette carte que tu sais faite avec amour et tu viens déposer tes lèvres sur la joue de l’infirmier. Tu viens ensuite déballer un livre dont le titre t’est inconnu, mais t’arrache un rire vu la journée et le dernier présent se trouve être un étui de passeport à l’effigie de ton équipe de football favorite. « C’est trop. Beaucoup trop. » que tu souffles avec de l’émotion plein la voix, éternellement stupéfaite de la chance que tu avais de te retrouver ici ce soir, avec une vue incroyable, un repas qui paraissait délicieux, des présents choisis avec attention et un homme qui savait te faire sentir comme la personne la plus spéciale au monde. « Bonne fête, Penny. » Tu te glissais légèrement sur le banc pour te retrouver à nouveau juste à côté de lui, tes mains se glissant dans son cou alors que tu venais à nouveau trouver ses lèvres. « T’es complètement fou. Merci beaucoup. Vraiment. » Et encore, tu trouvais les mots bien faibles pour décrire tout ce que tu ressentais dans le moment présent, alors tu retrouvais ses lèvres, pour laisser ces dernières ce que les mots n’étaient pas assez puissants pour témoigner. Tu te détaches doucement de son étreinte et vient ouvrir la bouteille de vin, vous versant chacun un verre que tu tends ensuite au Jensen. « À nous deux. Et ma dernière année de vingtaine qui commence parfaitement. »

Avec lui, ça ne pouvait être autrement.



tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 P0rWgDftu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 J36iNh6tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 FyMeElc
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Vd7qr7j
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 HZjB4DU
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 872289volunteer
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Sdo13d7
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 2XVRHDx
:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Jensen
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Yci9WaS
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (13.05.85)
SURNOM : Isy
STATUT : Penny le comble de bonheur et illumine son quotidien depuis leur rencontre en mai 2021 ; ils attendent leur premier enfant pour juillet 2022
MÉTIER : Infirmier au service des urgences, infirmier bénévole à la croix rouge et aux flying doctors, sapeur-pompier volontaire et surtout : papa de jude (13.09.2018)
LOGEMENT : Sa maison, située au #17 toowong, est devenue leur foyer en octobre 2021, duquel irradient épanouissement, plénitude et bienveillance
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 0e0fa7f9ea5d1a469d47683c7f004e44339d07c1
POSTS : 19452 POINTS : 2525

PETIT PLUS : Emménage à Brisbane en 2003 ∆ il exerce en qualité d'infirmier au st vincent's depuis 2006 puis est affecté aux urgences en 2013 ∆ une suite de blessures anéantit sa carrière de joueur de football australien en 2010 ∆ il attente à ses jours en mars 2018 et reprend le travail en septembre 2018 ∆ finaliste de ROA en 2020 ∆ il se soigne contre son anxio-dépression, après avoir longtemps refusé son diagnostic
RPs EN COURS : deborah (ua)jordan #2julianamabelchristmas dinnergabriellecaitriona

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 5bf19af060efb575dc9533f24c1409891389267f

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 7bf3251b3699ba651ef909f8df2c8dc5
easy²

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 6p00
maddy #3

RPs EN ATTENTE : oakley #4 ∆ hassan ∆ amy ∆ ian ∆ alexis ∆ joy #2 ∆ itziar #5

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Cule
(compte désactivé en juillet 2021)

RPs TERMINÉS : tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 2cel

mcjen #1easy² #1faithgrisaac #1siaicarternoa #1kane #1yasmine #1mazearthurmattmcjen #2terminus (df)grisaac #2mayaeasy² #2noa #2kane #2degrassinicolas #1mcjen #3mcjen #4elora #1wendyyasmine #2mcjen #5mcjen #6cwcvlioakley #1jackmcjen #7noa #3stephenmcjen #8brunchmcjen #9karvigrathjill odoakley #2mcjen #10 (ds)baileyléaudackmcjen #11quinn #1timliemaisyginaudenmcjen #12christmas partyjenseneasy² #3elliejustine h.elora #2mcjen #13mcjen #14love #1love #2matthiaschloenoa #5jilllove #3noa #4love&noamavi #1oakley #3jordan #2 (df)dylane #1 (dz)escape gamejaxnoa #6 noa #7 (df)love #7kane #3love #8 (df)mollyphoebehelena #1love #9josh #1erin (fb) #1noa #8kane #4jordan #1koh lantadylane #2love #10kane #5penny #1jensens #2helena #2katherinepenny #2maddy #1penny #3penny #4phoebe #2penny #5maddy #2penny #6joy #1penny #7thanksgivingpenisy #8itziar #4erin #2

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 C5575f9c44117be9f99ee6047ce3496df3094df9
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 9pqJpuc

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 5ab59767a0bace982af1f33a1906b4ee1658d677tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 2ON2GkI

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 E1716c9933767260e81071e5cba62f09b60c25fd

(roa, juin 2020)
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 33ur
grisy
(s1) lancementlove #4grace #1grace, greg, siennaweek-end #1grace #2grace #3
(s2) grace #4grace #5grace, elias, kieraneliasivylove #5love #6
(s3) elias, kieran, grace, sienna, jack
(s4) épreuve semaine 4grace #6martin
(s5) épreuve 1 semaine 5épreuve 2 semaine 5épreuve 3 semaine 5résultats
(finale)
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Mm5t
grace #7raftinggrace #8grace #9
tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Travel-road-trip-animated-gif-3

(dimension slasher, octobre 2021)
slasher #1slasher #2slasher #3

AVATAR : Julian Morris
CRÉDITS : vocivus (ava), loonywaltz (ub), la confiserie (illustration personnalisée ♥), am (tinder), harley (gifs), cristalline (gif rp terminés), Drink Positive (gif maddy/isy)
DC : Levi Lionhart
INSCRIT LE : 08/04/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19429-isy-strive-for-progress-not-perfection https://www.30yearsstillyoung.com/t19472-isy-notebook https://www.30yearsstillyoung.com/t19473-isaac-jensen https://www.30yearsstillyoung.com/t19596-isaac-jensen https://addie-ction-blog.tumblr.com/

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny) - Page 2 EmptySam 23 Oct - 19:03



Tu t'étonnes des confidences de Penny sur le fait qu'un an plus tôt, elle songeait sérieusement à quitter Brisbane pour rejoindre sa ville natale, Torquay. Tu ne peux t'empêcher de considérer que votre rencontre, votre relation, est issue d'un extrêmement riche concours de circonstances. Vous avez respectivement vécu de nombreux événements, qui vous façonnent ultimement, et absolument rien ne semblait raisonnablement vous prédestiner, quand bien même, au creux de ton cœur, votre duo sonnait indubitablement telle une évidence.

Tu comprends aussi sa réflexion portant sur le fait que pour prendre du recul sur des situations, il pouvait être judicieux de s'en distancer. Tu as toi-même longuement hésité à quitter des lieux qui rythmaient ton quotidien pour te défaire de certaines habitudes, gommer les vivides couleurs et sentiments dont éclataient certains souvenirs douloureux. Tu avais songé à vendre ta maison pour repartir de zéro lorsque Lucy et toi vous êtes séparés, sa présence manquant à ta demeure qui paraissait avoir perdu toute son essence sans sa présence. Évoluer dans ton domicile où chaque pièce te la rappelait irrémédiablement, sous le couperet d'une nostalgie lancinante, respirer sous ce toit pour lequel tu avais investi pour votre futur, t'apparaissait cruellement vide de sens. Pourtant, tu n'avais pu te résoudre à abandonner ton bien immobilier et, en quelques sortes, tu y avais créé de nouveaux repères en le rénovant. Il en avait été de même pour le centre hospitalier où tu étais employé suite à ta tentative de suicide. Fuir le comportement de tes collègues qui avaient connaissance de ton plus sensible secret était séduisant. Cependant, tu étais trop attaché à l'institution pour ne pas y poursuivre l'exercice de ton métier. En somme, toi aussi, tu avais appris à prendre du recul sur certains points sans t'en éloigner ; et tout comme Penny, tu ne le regrettais assurément pas. « J'ai plusieurs fois voulu par le passé prendre du recul sur des situations en prenant de la distance physique. Mais finalement, j'ai l'impression que persévérer où j'étais était ma solution la plus avantageuse. » Tu souris doucement à Penny, sincèrement compatissant de ses propres situations, même si tu ne te permettais pas de les comparer aux tiennes. Quoi qu'il en soit, une chose était certaine : « Je suis très content que tu aies décidé de rester. » Vous ne vous fréquentiez que depuis quelques semaines, mais Dieu que tu ne souhaitais pas t'imaginer ton quotidien sans elle.

Curieux, tu questionnes Penny sur le volet professionnel de son existence, abordant notamment ses productions passées et favorites, ainsi que le rythme des contrats dans le monde du show-business. Cela t'impressionne comme t'intrigue de penser que ton interlocutrice a interprété un même rôle sur plusieurs années, et tu la questionnes sur l'éventualité qu'elle rejoue ce personnage puis la transition qui devait s'opérer lorsqu'elle terminait le tournage. Tu affiches un sourire de soulagement quand Penny te rassure sur le fait que tes questions ne l'embêtent pas et l'écoutes attentivement te relater ses expériences. « Je pense que c’est ce qui est le plus difficile à gérer quand on joue un même personnage aussi longtemps. Ils deviennent une partie de toi à part entière. Enfin, pour ma part, je sais qu’Elsie a beaucoup teinté ma personnalité au fil des ans. Je sais pas si je dirais la même chose après avoir joué une serial killer ou autre rôle macabre du genre, » conclut-elle dans un rire que tu rejoins, amusé. « Ca devait vraiment pas être évident, surtout sur de si longues périodes. » Tu commentes, admiratif, incertain que tu puisses maîtriser cette dissociation comme Penny était parvenue à le faire. Tu étais pour ta part - et bien malgré toi - assez influençable : tu avais la manie de te calquer sur les façons d'être des gens comme si tu voulais te glisser dans leur moule au mieux et répondre à leurs attentes. Tu étais persuadé que si tu avais participé à quelconque production, un rôle te serait très rapidement monté à la tête et tu aurais risqué de te perdre en cours de route. « Tu as déjà vu Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile avec Zac Efron ? » Tu demandes, avant de poursuivre : « J'ai lu un article où l'acteur expliquait avoir eu recours à la méditation transcendantale pour dissocier sa personne de celle de Ted Bundy qu'il incarnait. »

Ta carrière dans le football australien est évoquée et tu expliques du mieux que tu peux à Penny que quand bien même être contraint d'abandonner le footie au niveau professionnel te laisse un âcre goût d'échec et de regrets, tu en es venu à l'acceptation qu'il en était probablement mieux ainsi. Tu t'épanouissais pleinement dans ton métier d'infirmier et étais intimement convaincu qu'il te correspondait mieux que celui de joueur professionnel, même si tu avais tant rêvé de ce dernier poste que tu le convoitais encore aujourd'hui. Tu te considérais ni perdant, ni gagnant, telle une transaction d'échange équitable, bien que tu lorgnais encore vers le conditionnel de ton autre plan professionnel. « Tu n’as rien échoué, tu sais? » te répond Penny, sa main se posant doucement sur ta cuisse. Le doute habite sournoisement tes traits, trahissant des années de conviction que tu avais failli à une longue période de sacrifices et de continu labeur. Entendre quelqu'un te signifier que tu n'avais pas échoué ne te laissait assurément pas indifférent, comme si la jeune femme venait d'adresser une blessure depuis longtemps en souffrance, plaie que tu ne savais vraiment guérir. « C'est la première fois qu'on me dit ça, » tu avoues. « Merci, » tu ajoutes, sourire en coin, valorisant le point de vue de Penny qui te confortait, te consolait. « Je suis certaine que tu as tout donné ce que tu avais à donner pendant ces années que tu as joué dans la AFL. Une blessure, c’est un accident, c’est la pire des fatalités dans ce domaine, mais ce n’est pas ta faute. » « J'y ai quasiment dédié tout ce que je pouvais. » Tu confirmes, avant de hausser une épaule. « Mais je ne sais pas... Il y a cette partie de moi qui me rappelle sans cesse que si j'avais fait les choses autrement, je ne serais pas où je suis aujourd'hui ? Et j'ai toujours l'impression d'avoir déçu les gens qui m'ont épaulé dans cette voie-là. » En particulier ton père. Tu soumets, offrant un regard à la fois interrogatif et désolé à la Stringer. Tu avais tant rejoué cette partie de ton histoire que tu étais parvenu à t'incriminer de mille raisons différentes, convaincu que tu aurais pu prendre une alternative qui t'aurait épargné une telle fin. « Mais tu as raison. C'est toute la fatalité des accidents : on ne peut que les subir et on ne peut pas raisonnablement blâmer qui que ce soit, j'imagine. C'est juste le destin, c'est comme ça. » Tu reconnais. Tu en avais croisé des centaines, des patients qui se mordaient les doigts d'avoir été l'auteur d'un accident, et à chaque fois, tu leur présentais cette réalité qu'ils ne pouvaient pas changer le passé et qu'ils avaient été le sombre outil de la providence. Tu examinais la mesure de culpabilité et de regrets qui devaient tirailler pernicieusement ces personnes, à la fois responsables et uniquement innocentes. Sans doute devrais-tu appliquer tes propres propos à ton histoire. « Même si je suis certaine que t’aurais fait un excellent joueur pro, à t’entendre parler de ton métier d’infirmier, je sais que tu as trouvé ta vocation dans ce domaine. » Ton sourire se veut désormais plus franc, témoin que ce tu considérais tel un plan B était celui qui te correspondait le mieux. Tu tirais une fierté à ce que Penny reconnaisse la passion qui t'animait quand tu discutais de ton poste paramédical, et cette satisfaction pure qui t'étreignait ne mentait pas sur le fait que tu avais bien fait d'écouter totalement tes envies sur ce domaine. Tu venais couver la main de Penny posée sur ta cuisse de la tienne, appréciatif de ses paroles, de son point de vue.

Ton cœur se serre douloureusement lorsque Penny se confie sur l'agression dont elle a été victime. Si tu lui promets que tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour l'épauler et ôter le pouvoir que ce sombre homme a exercé sur ta petite amie, tu sens déjà ton sang bouillir de rage envers ce producteur qui a abusé de son autorité. Tu espères ardemment que justice soit faite, tout en orientant tes priorités sur l'actrice et son bien-être exclusivement. Vous vous promettez d'être toujours présents l'un pour l'autre, des mots lourds de sens pourtant exprimés avec un naturel désarmant, comme si cela coulait de source et ne représentait aucun lourd engagement ni contrainte. Il te fallait reconnaître que l'arrivée de Penny dans ta vie n'avait causé que solutions et lumières. Tu chérissais sa présence tout en avançant au sein de votre relation sans tension. Tu ne ressentais aucune pression avec elle, comme si tu pouvais te contentais d'être qui tu étais et de vivre comment tu le souhaitais et que cela suffisait amplement. Comme si tu pouvais être l'authentique version de toi - pour arborer ensuite la meilleure version de toi, déployée grâce à l'impact que l'australienne détenait sur toi.

Considérant que le gage lancé n'a désigné ni perdant, ni gagnant, vous vous appliquez à relever tous deux le défi. Penny t'expose son souhait de s'épanouir dans ce qu'elle faisait, peu importe la nature de ses occupations. Tu songes quelques instants à ses paroles, les considérant relevant d'une pure sagesse qui devait composer la recette d'un bonheur durable. Tu es convaincu pour ta part que lorsqu'on se trouve sur la voie qui nous correspond, lorsqu'on est vraiment à sa place, on le sent dans ses tripes. Tu priais pour que ton amoureuse déniches cette position qui était faite toute pour elle, au sein de laquelle elle pourrait s'épanouir entièrement, et t'armais déjà de la volonté de l'aider à la trouver. « Tu m’aideras à chercher, si je me perds encore? » Tu acquiesces spontanément. « Je serai là pour toi à chaque étape. »

Lorsqu'il t'est question de décrire ton objectif de vie, tu t'accordes une réflexion de quelques minutes, hésitant. Puis, tu lui avoues ton désir de fonder ta propre famille nucléaire un jour, soulignant le fait que tu ne lui fournissais pas cette réponse avec une quelconque idée en tête, bien loin de toi l'envie de mettre la pression de tes objectifs de vie sur les épaules de l'actrice. « Je trouve pas ça bizarre. J’ai toujours voulu avoir des enfants, moi aussi, éventuellement. » Elle te rassure et un discret soupire de soulagement file entre tes lèvres avant que celles-ci ne s'étirent en un sourire. « De voir mes parents toujours ensemble aujourd’hui, aussi solides que quand j’étais gamine malgré les aléas de la vie, ça donne envie. » Tu hoches la tête à l'affirmative. « Oui, ces couples-là sont vraiment admirables, » tu commentes, espérant un jour pouvoir connaître toi aussi une telle histoire d'amour.

Tu te gares au parking de la jetée que tu as sélectionnée puis demandes à ton interlocutrice si elle est prête pour la soirée d'anniversaire que tu lui as concoctée. Après lui avoir ouvert la portière de la voiture, tu te saisis du contenant dans lequel tu as précautionneusement entreposé tes surprises puis viens entremêler tendrement ses doigts des tiens alors que vous marchiez vers une table en retrait, qui vous offre une magnifique vue sur le soleil flirtant avec l'horizon et les vagues. La jeune femme t'aide à dresser la table de pique-nique puis tu lui remets ses présents, commençant par la carte de bons vœux qu'avaient réalisée les petits patients qui la connaissaient dans le rôle d'Ariel. « C’est adorable, » la vingtenaire commente et tu souris largement. « Ils ont adoré la faire » tu expliques. « Ils t'apprécient tous vraiment beaucoup. Tu leur fais beaucoup de bien. » Tu avoues, porteurs que de bons sentiments que t'ont relatés allégrement ces mineurs quant au passage de la petite sirène dans leur séjour hospitalier. Penny découvre par la suite le livre ainsi que l'étui de passeport à l'effigie de son équipe sportive favorite et tu te mords malicieusement la lèvre inférieure alors qu'elle échappe un rire cristallin. « C’est trop. Beaucoup trop. » Tu n'adhérais toutefois pas à ses propos, et souhaitais sincèrement une bonne fête à ta petite amie. La Stringer se rapproche de toi pour glisser ses mains dans ton cou et poser délicieusement ses lèvres contre les tiennes ; tu ne peux réprimer un sourire, profondément heureux de la voir satisfaite. « T’es complètement fou. Merci beaucoup. Vraiment. » Vous vous échangez un nouveau baiser. « Ca me fait super plaisir. Surtout si ça te plait. » Tu caresses affectueusement son dos et la jeune femme se munit de la bouteille de vin. « À nous deux. Et ma dernière année de vingtaine qui commence parfaitement. » Tu acquiesces, le regard amoureux que tu lui adresses est éloquent, confiant envers votre futur dont tu étais persuadé, tu en savourerais chaque seconde, et pour lequel tu ne souhaitais que du beau pour Penny. « À nous deux, à ton objectif de vie. » A ton bonheur. Tu répètes et souhaites, alors que vos verres tintent l'un contre l'autre.




more:
 

Revenir en haut Aller en bas
 

tu sais le monde ne tournait pas rond, j’avais les mots mais pas la chanson (penny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: nouer des contacts :: mémoire du passé
-