AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

 (cosigan #6) you'll never walk alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #6) you'll never walk alone IAeu3cF ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, photographe au studio photo "Mirages", modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #6) you'll never walk alone Rsum
POSTS : 3558 POINTS : 505

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(09) damon #11aiden (2019)saül #6scott #2shiloh #7jasperdamon #15beautiful disasterjo #6

(cosigan #6) you'll never walk alone Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #11 & #15 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516

(cosigan #6) you'll never walk alone Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan #2 ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #6) you'll never walk alone F5d98bd5c340fa12dd59720d30849c332fa38085
joseegan #6 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #6) you'll never walk alone B928346a83ed227654239510d31c2822dcaf2248
misfits #5 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #6) you'll never walk alone Kl4a
meloh #7 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #6) you'll never walk alone 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #1 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : bambieyes (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyVen 10 Sep - 18:28




You'll Never Walk Alone
Megan Monroe & @Damon Williams (cosigan #6) you'll never walk alone 873483867

Est-ce que les gens deviennent plus aimable avec vous lorsque vous avez de l’argent ou, en tout cas, qu’ils pensent que vous en avez ? C’est la question que je me pose alors que la grande brune perchée sur des talons hauts envoyée par l’agence immobilière me vante tous les mérites de l’appartement que nous allons visiter aujourd’hui avec un sourire impérissable sur les lèvres et une bonne humeur qu’elle voudrait certainement communicative. « Vous allez voir ce que je veux dire à l’instant même où vous entrerez dans la pièce principale, certes ce n’est pas un penthouse mais il est situé au quatorzième étage et la vue est imprenable. » J’aimerais lui expliquer que, juste là, je vis dans un deux pièces agréable et chaleureux mais loin d’être luxueux que je partage avec une amie pour pouvoir me permettre les loyers exorbitants du centre ville. J’aimerais pouvoir lui expliquer que, certes, l’adage veut que ce soient les femmes qui décident lorsqu’il s’agit d’une acquisition immobilière - peut-être est-ce pour ça qu’elle me brosse tant dans le sens du poil - mais que dans le cas présent j’ai beau avoir un caractère affirmé, je ne tiens pas les cordons de la bourse. A vrai dire, mon fiancé non plus puisque je ne doute pas une seule seconde qu’une partie de l’appartement sera financée par sa mère : qu’elle ne me porte pas dans son coeur ne change rien, je suppose qu’une femme comme elle ne peut pas accepter que son fils unique chéri vive dans un appartement moyen, après son mariage. « Le quartier a l’air très agréable en tout cas. » Je lui réponds poliment et avec la première chose qui me traverse l’esprit puisque je suis trop occupée à me demander si c’est à ça que ressemblera chaque jour de ma nouvelle vie, des inconnus qui me baisent littéralement les pieds en espérant me faire dépenser un argent qui n’est pas le mien. « Et les écoles sont excellentes. » Elle me fait un clin d'œil auquel je ne réponds que d’un sourire mesuré. Elle n’y est pour rien, si elle n’a pas la moindre idée de là où elle met les pieds. Cela ne m’empêche pas de la trouver désagréable. « En parlant de ça, votre moitié nous rejoint bientôt ? » Elle jette un coup d'œil à sa montre qui orne sa main aux longs doigts parfaitement manucurés. Elle porte un tailleur de créateur à n’en pas douter, quand je m’accroche au petit sac à main que j’ai acheté à un artisan dans une ruelle du centre-ville. « Il ne va plus tarder, il terminait il y a vingt minutes. »

Et tu attendras. Je croise mes bras sous ma poitrine et il n’en faut pas plus pour faire arriver ma moitié tant attendue. Je l’aperçois à l’angle de la rue et, lorsqu'il arrive à notre niveau, je lui adresse un sourire beaucoup plus sincère que tous ceux que j’ai réservés à Kimberley, Serena ou Patricia, je ne sais plus trop. Je l’enlace sans trop y réfléchir et parce que c’est ce que l’on attend de nous, et je lui glisse quelques mots à l’oreille avant de le lâcher. « J’ai cru que t’arriverais jamais. Et qu’elle s’arrêterait jamais de parler. » Je me recule en lui adressant un sourire amusé, pour qu’il puisse saluer l’agent immobilier qui nous attend pour la rencontre. « Jessica Fairman, de chez Luxury Estate. Je suis ravie de vous rencontrer en personne. » Jessica. J’y étais presque. C’est donc visiblement Jessica que Damon a eu la chance d’avoir au téléphone pour planifier la visite de l’appartement situé dans cet immeuble de Spring Hill au pied duquel nous nous trouvons. « Vous êtes tous les deux prêts pour la visite ? C’est au quatorzième, suivez-moi. » Elle pousse la porte et fait claquer ses escarpins claquent sur le sol blanc du hall d’entrée. Moi, j’observe l’endroit, d’un blanc immaculé, sans oser faire trop de bruit, comme s’il y avait quelqu’un à déranger. Elle vante le mérite des l’immeuble, le voisinage et le gardiennage mais je ne lui accorde plus qu’une oreille distraite. « Le gardien ? » Je m’adresse à voix basse à l’italien, un air surpris et espiègle sur le visage. « Un portier aussi non tant qu’on y est ? » Je ne me moque pas, pas vraiment mais je baisse encore d’un ton, que Jessica qui nous devance dans l’ascenseur ne m’entende pas. Avant de pénétrer dans la cabine à mon tour, je tends naturellement pas main au jeune homme pour attraper la sienne. « L’appartement est traversant, vous allez voir comme il est lumineux. Nous arrivons à la bonne heure en plus, le spectacle sera magnifique. » Je ne pensais pas un jour arriver à la bonne heure où que ce soit pour voir le soleil se coucher sur la ville depuis ma terrasse au quatorzième étage dans mon appartement de standing, qu’on se le dise. Il ne faut à la cabine que quelques secondes pour s'immobiliser et, alors que je suis l’agent immobilier, je me retourne à nouveau vers Damon. « Nerveux ? » Je lui souffle, à voix basse, avant de me retourner vers l’agent qui s’immobilise devant l’appartement 121. « C’est ici. » Guillerette - bien plus que nous - elle tourne la clé dans la porte en bois avant de s’effacer pour nous laisser entrer. Je cherche un peu de courage dans le regard de Damon avant de pénétrer à l’intérieur de ce qui sera peut-être d’ici moins d’un mois notre nouveau chez nous.






(cosigan #6) you'll never walk alone A44L8rk
(cosigan #6) you'll never walk alone VsgJxpQ
(cosigan #6) you'll never walk alone AybYaOa
(cosigan #6) you'll never walk alone Fqo0cUp
(cosigan #6) you'll never walk alone LKqJkYj
(cosigan #6) you'll never walk alone FWfVJqn
(cosigan #6) you'll never walk alone YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5121 POINTS : 1040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
(cosigan #6) you'll never walk alone DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(sept) - present: angus #5charlie #4jomegan #10saül #7 | past: megan #8saül #3

RPs EN ATTENTE : jasper › papa auden le best
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : alcaline (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyVen 17 Sep - 12:01




you'll never
walk alone.
(c) harley

***

C’était pourtant lui qui était venu fixer l’heure du rendez-vous, afin que cela vienne s’accorder à son emploi du temps - pas qu’il ressemble à celui d’un ministre, mais disons que dernièrement, Saül devait se douter que quelque-chose se tramait dans son dos, car il faisait toujours en sorte que les tâches faites par son fils au sein de l’entreprise soient prenantes et un brin emmerdantes. Ce fut d’ailleurs à cause de ce dernier qu’il ne put sortir du battement de la Michael Hills à l’heure, et il ne put se servir de l’excuse qu’il était attendu quelque-part, qui n’était bien entendu pas le bureau du patron de la boite: en effet, Megan et lui allaient visiter des appartements dans son dos, et sans attendre ni son avis, ni son consentement. Les deux jeunes gens avaient rapidement compris que s’ils voulaient un semblant de paix dans ce chaos organisé, ils leur allaient s’éloigner littéralement des endroits où habitaient les parents de Damon. choisir un appartement seuls et sans ces derniers devenait donc indispensable.

« Excusez-moi, j’ai été retenu plus longtemps que prévu au bureau. » Sa cravate était encore parfaitement nouée autour de son cou lorsqu’il vint enfin se présenter en face de sa fiancée et de la jeune femme envoyée par l’agence immobilière. Megan ne mit qu’un instant avant de venir le prendre dans ses bras, et comme cela semblait être devenu une habitude désormais entre eux, les bras de l’italien virent se resserrer un instant doucement autour du corps de la demoiselle. « J’ai cru que t’arriverais jamais. Et qu’elle s’arrêterait jamais de parler. » Les quelques mots qu’elle vint lui glisser à l’oreille lui tirèrent un petit sourire amusé. « Ton preux chevalier est arrivé. » Bien sur, il avait murmuré également ces mots à l’oreille de Megan, avant de venir lâcher la jeune femme pour faire face à la professionnelle de l’immobilier. « Jessica Fairman, de chez Luxury Estate. Je suis ravie de vous rencontrer en personne. » - « Damon Williams, enchanté de vous rencontrer. » Oh, qu’il avait la voix qu’il empruntait pour les affaires pour répondre à Jessica, donc. Oh, qu’il avait l’air bien plus adulte qu’il ne l’était en réalité, également. Saül avait beau dire ce qu’il voulait, concernant ce fils qui était un échec sur bien des points d’après lui, mais Damon avait été forgé contre son gré, au fil du temps, aux affaires. Il avait la posture et l’intonation en accord, en tous cas. « Vous êtes tous les deux prêts pour la visite ? C’est au quatorzième, suivez-moi. » Le jeune homme vint se contenter de venir hocher la tête, avant de suivre les pas de la jeune femme.

« Le gardien ? Un portier aussi non tant qu’on y est ? » Ils n’avaient même pas traversé le hall du bâtiment lorsque la voix de Megan vint se faire plus discrète afin de n’être audible que pour l’italien. Il dut retenir un petit rire, s’assurant que Jessica continuait bien son discours préparé depuis des jours. « Je t’ai dit, tu vas t’y habituer. Et puis, ça permet d’avoir des bâtiments plus sécurisés comme ça. » Il vint laisser un de ses sourcils se hausser légèrement sur son visage. Ce n’était pas comme si, de la sécurité, ils en avaient besoin; mais Saül avait prouvé par deux fois être capable d’aller jusqu’à s’imposer à l’intérieur de l’ancien appartement de Megan, et il était hors de question que cela vienne à se reproduire dans leur futur chez eux. « L’appartement est traversant, vous allez voir comme il est lumineux. Nous arrivons à la bonne heure en plus, le spectacle sera magnifique. » Damon vint hocher la tête, alors que l’ascenseur se mettait à prendre de la hauteur. « C’est bien pour ça que je tenais à venir ici en fin de journée. » Les recherches qu’il avait fait, il les avait fait avec attention; il s’agissait quand même de son prochain foyer, et s’il n’aurait pas spécialement voulu le partager avec la blonde dont la main était lovée dans la sienne, il voulait tout de même s’y sentir chez lui. Les portes de la cage d’acier finirent par s’ouvrir, et Jessica prenait déjà les devants à sortir de la machine. « Nerveux ? » Les yeux du jeune homme vinrent se plonger dans ceux de Megan, ne lâchant pour aucune excuse la main de la demoiselle, alors qu’il venait secouer lentement son visage. « Et toi ? » - « C’est ici. » Quelques pas à faire dans le lobby, et ils pourraient passer le seuil de la porte de leur futur appartement. Alors, d’un geste du regard et de la tête, Damon vint faire signe à Megan de ne pas hésiter. « Après toi. » Parce-que de toutes façons, ils l’avaient parié et il ne reviendrait pas sur les jeux qui avaient été faits. Megan serait celle qui aurait le dernier mot sur le choix de l’appartement, alors autant la laisser être celle qui aurait la première vue.

Les talons de Jessica se mirent rapidement à se faire entendre, à leur suite, dans les pièces vides de tous meubles et décoration faisant d’un appartement un foyer. Mais l’essentiel était là, permettant facilement de venir imaginer ce que pourrait être l’idée de vivre ici. « Les anciens propriétaires ont déjà déménagé, si bien qu’il n’y a plus de meubles pour vous projeter, mais si vous avez besoin, je peux… » Oh, elle pouvait parler, Jessica. Elle devait même être experte dans son domaine, rien qu’à lire le nom de l’agence pour laquelle elle travaillait. Cependant, l’attention de l’italien ne s’était pas portée un seul instant sur elle depuis qu’ils étaient entrés dans l’appartement; il était complètement concentré sur les réactions que pouvaient avoir Megan. L’appartement, il l’avait vu sur papier et il savait qu’il était parfait. Cependant, il devait lui plaire à elle avant qu’une quelconque offre puisse se faire voir sur la table. « Hésite pas à me dire ce que t’en penses. » Peut-être était-il nerveux, finalement.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #6) you'll never walk alone IAeu3cF ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, photographe au studio photo "Mirages", modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #6) you'll never walk alone Rsum
POSTS : 3558 POINTS : 505

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(09) damon #11aiden (2019)saül #6scott #2shiloh #7jasperdamon #15beautiful disasterjo #6

(cosigan #6) you'll never walk alone Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #11 & #15 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516

(cosigan #6) you'll never walk alone Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan #2 ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #6) you'll never walk alone F5d98bd5c340fa12dd59720d30849c332fa38085
joseegan #6 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #6) you'll never walk alone B928346a83ed227654239510d31c2822dcaf2248
misfits #5 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #6) you'll never walk alone Kl4a
meloh #7 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #6) you'll never walk alone 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #1 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : bambieyes (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyVen 17 Sep - 18:08




You'll Never Walk Alone
Megan Monroe & @Damon Williams (cosigan #6) you'll never walk alone 873483867

« Excusez-moi, j’ai été retenu plus longtemps que prévu au bureau. » Il n’y a rien de surprenant à ça et je ne suis pas du genre à faire une scène : je n’ai pas la moindre légitimité à venir lui dire qu’il fait passer son boulot avant nous et je comprends son ambition, là dessus, il n’y a aucun doute que nous faisons la paire. Bien entendu, je suis intimement persuadée qu’il mérite mieux que de bosser avec un homme qui n’est intéressé que par l’idée d’avoir un héritier à son image mais je me garde bien de le dire si on ne me demande pas mon avis : ce n’est pas mon rôle et Damon est un adulte, même si nous avons tous les deux des airs d’enfants.

Je ne nierai pas que c’est agréable, d’être prise dans les bras pour être saluée. Je me suis habituée à son souffle chaud dans mes cheveux et j’aime plutôt l’idée de faire partie de quelque chose de plus grand que moi. Je sais que j’ai dû manoeuvre pour y arriver et qu’il n’y a pas grand chose de naturel dans ce réflexe mais, tant pis, il m’apaise et me fait me sentir différente. « Ton preux chevalier est arrivé. » - « Elle a rien à envier au plus féroce des dragons. » Je m’exprime à voix basse afin que la jeune femme ne puisse pas m’entendre, bien que je me fiche pas mal de la choquer. Mais si l’appartement nous plaît, autant partir avec l’agent immobilier dans notre botte pour l’obtenir. Certes, Damon m’a déjà prouvé que tout le monde s’achète. Mais tous ceux intéressés par ce type d’appartement n’ont-ils pas plus d’argent qu’ils n’en ont besoin ? De son épaule, ma main glisse dans la sienne et vient retrouver cette place à laquelle elle s’habitue depuis plusieurs semaines. Au début, j’étais nerveuse et elle était moite. Aujourd’hui, la chaleur de sa peau m’est familière. Beaucoup plus que cet étalage de luxe et d’avantages réservé aux classes les plus riches. « Je t’ai dit, tu vas t’y habituer. Et puis, ça permet d’avoir des bâtiments plus sécurisés comme ça. » Est-ce le genre de considérations que l’on doit avoir lorsque l’on a de quoi faire pâlir de jalousie le reste du monde ? Et les appartements qui se cachent derrière ce hall magnifique et ces paliers impeccables, à quoi ressemblent-ils ? J’ai toujours vécu dans des endroits vivants, je ne veux pas d’une décoration froide et impersonnelle. Je n’ai fait qu’apercevoir l’intérieur de l’appartement de Damon, je ne sais pas ce qui lui plaît ni ce qu’il imagine pour notre chez nous.

Mais alors que je pense à Saül Williams, le terme de sécurité prend un tout autre sens et je suis ravie de savoir que tout le monde ne peut pas entrer dans l’immeuble comme il le veut. J’hésite à lui demander si son père exigera d’avoir un double, ou sa mère, puisqu’ils vont tous les deux mettre la main à la poche, si j’ai bien compris. « C’est bien pour ça que je tenais à venir ici en fin de journée. » Surprise, je tourne la tête dans sa direction avec un sourire sur les lèvres. « Pour m’impressionner ou pour te faire une idée toi ? » Il y a certainement un peu des deux et je ne peux pas lui en vouloir, nous ne savons ni l’un ni l’autre comment nous situer en présent de l’autre et, comme lui, j’ai à coeur de créer quelque chose, même si je ne sais pas encore bien quoi.

Oui, je suis nerveuse. Ma future vie ne m’a jamais semblée aussi concrète et j’ai l’impression de fermer un livre et d’en ouvrir un autre aujourd’hui. L’ancien était confortable. Je le maîtrisais. Le nouveau n’est qu’inconnu et je veux prendre un bon départ, ou en tout cas le moins mauvais possible compte tenu des circonstances. Lui secoue la tête et je me demande s’il fait bonne figure ou s’il est simplement serein face à tout ça. « Et toi ? » L’agent immobilier nous interrompt mais, avant de tourner la tête dans sa direction, je garde mon regard fiché dans celui du jeune homme. « Oui. » Je plisse les lèvres en une grimace. « Pas de faux semblants, hein ? » C’est promis, je fais du mieux que je peux pour rester intègre avec lui. (Après tout, de petites cachotteries ne font de mal à personne si elles sont innocentes.) « C’est vrai que t’as l’air dans ton élément. » Surtout avec son costume. Surtout lorsqu’il prend sa voix d’adulte comme il le fait dès qu’il s’adresse à Jessica. Il y a tout un tas de facettes de lui que je dois encore apprendre à maîtriser.

« Les anciens propriétaires ont déjà déménagé, si bien qu’il n’y a plus de meubles pour vous projeter, mais si vous avez besoin, je peux… » Elle continue de parler mais, moi, je ne l’écoute plus. Je pensais que ce genre d’appartement n’existait que des les catalogues d’architecte et ce genre de vue dans les séries que regarde Shiloh. Pas étonnant qu’avec peu d’argent on se sente comme le maître du monde, avec ce genre de vue imprenable sur le reste de la ville. J’en ai le souffle coupé, et j’ose à peine marcher trop de peur de salir le sol. « Hésite pas à me dire ce que t’en penses. » Je me retourne vers lui. « J’ai jamais vu ça. » Pour l’instant, laisse-moi le temps d'atterrir, veux tu. L’agent immobilier prend certainement mon silence comme une invitation à continuer la visite puisqu’elle nous entraîne dans les pièces les unes à la suite des autres et avant que mon cerveau n’ait le temps d’assimiler toutes les informations, la visite est terminée. « C’est... » J’ai du mal à trouver les mots et je ne vais pas mentir, j’ai du mal à imaginer quelqu’un comme moi vivre dans ce genre d’endroit. Lui en revanche, avec son costume, il a l’air taillé pour l’endroit et je suppose que c’est le genre d’impression et d’aisance qu’il faudra que je renvoie moi aussi. « Je vais vous laisser discuter. Je vais préremplir les différents documents pendant ce temps. » Je lui adresse un signe de la tête et, mes doigts dans ceux de Damon, je l’entraîne sur la terrasse, exposée plein Sud, évidemment. La baie vitrée est bien vite refermée derrière nous et je m’accoude à la rambarde. « Je comprends un peu mieux. Ce sentiment de pouvoir faire tout ce qu’on veut. » Ce genre d’endroit le favorise certainement. « Il est vraiment magnifique. Et rien que pour la vue ça vaut le coup. » Enfin difficile à dire quand je n’ai pas la moindre idée du prix de ce genre de bien. « T’as grandi dans des endroits comme ça ? » J’oublie de parler de la chambre pour laquelle Jessica a cru bon de préciser qu’elle ferait une parfaite chambre d’enfant. Nul besoin de rappeler le malaise que nous avons certainement tous les deux ressenti. Il n’y a que deux chambres, mais c’est tout ce dont nous avons besoin, de toute façon. « Mes affaires rentrent toutes dans la salle de bain je pense. » Je laisse échapper un rire pour laisser ma nervosité s’échapper. « J’espère qu’on laissera pas ta mère faire la décoration. » Je marque une pause, avant de l’interroger du regard. « Il est parfait. Mais je veux vivre dans un endroit vivant. » Je ne peux pas prétendre en permanence. J’ai envie de vivre dans un endroit où je me sens bien.







(cosigan #6) you'll never walk alone A44L8rk
(cosigan #6) you'll never walk alone VsgJxpQ
(cosigan #6) you'll never walk alone AybYaOa
(cosigan #6) you'll never walk alone Fqo0cUp
(cosigan #6) you'll never walk alone LKqJkYj
(cosigan #6) you'll never walk alone FWfVJqn
(cosigan #6) you'll never walk alone YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5121 POINTS : 1040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
(cosigan #6) you'll never walk alone DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(sept) - present: angus #5charlie #4jomegan #10saül #7 | past: megan #8saül #3

RPs EN ATTENTE : jasper › papa auden le best
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : alcaline (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyLun 27 Sep - 14:24




you'll never
walk alone.
(c) harley

***

« Pour m’impressionner ou pour te faire une idée toi ? » Oh, le petit sourire en coin qu’il vint afficher, malicieux, amusé, et le léger haussement de l’un de ses sourcils venaient former la paire parfaite venait répondre à la place de ses mots.

Cependant, s’il jouait de la situation et venait appuyer de l’humour ici et là, Damon était sincère lorsqu’il vint dire à Megan qu’il n’était pas stressé pour cette visite d’appartement. Non seulement car les photos qu’ils avaient pu en voir étaient assez annonciatrices de ce qu’ils allaient voir, mais également parce-qu’il ne misait pas toute sa vie sur cette visite-ci. Si l’appartement n’était pas à leurs gouts - lire ici aux gouts de Megan, et cela étonnerait fortement le jeune homme -, ils n’auraient qu’à en visiter un autre, et ainsi de suite jusqu’à temps qu’ils trouvent un lieu où former leur futur petit nid. Car, même si le mariage était monté de toutes pièces, leur vie continuait de s’écouler en à côté et il fallait bien continuer de la vivre. « Oui. » Elle était donc bien nerveuse de son côté. « Pas de faux semblants, hein ? » - « Aucun, promis. » - « C’est vrai que t’as l’air dans ton élément. » Le sourire qui s’étira sur les lèvres de Damon fut bien moins amusé que ceux qu’il avait pu exprimer jusqu’alors. Elle venait simplement de faire la triste constatation de la vie quotidienne qu’il menait. « J’y suis, oui. » Et que venir acheter un appartement relevait presque à venir s’acheter une nouvelle paire de chaussures ou un nouveau costume, quand l’argent n’avait jamais été un problème dans votre vie et que vous n’avez jamais été habitué à venir le compter de près. Cependant, sans que la demoiselle n’ait besoin de venir le préciser, il savait pertinemment que ce n’était pas dans ses habitudes à elle de venir agir de la sorte. Alors, plutôt que de continuer à écouter ce que l’agent immobilier avait à leur dire, il préféra venir concentrer toute son attention sur la blonde. « J’ai jamais vu ça. » Oh, en cet instant, pas besoin de venir lui demander si elle bluffait ou non - cela se voyait dans son regard qu’elle se trouvait prise de cour à être impressionnée de la sorte. Il vint étirer un petit sourire réassurant, alors que la professionnelle en venait à continuer sa visite - et Dieu, qu’est-ce qu’elle en avait des choses à dire sur cet appartement.

« Je vais vous laisser discuter. Je vais préremplir les différents documents pendant ce temps. » Damon vint hocher rapidement la tête, la visite désormais terminée. « Merci. » L’instant d’après, il se laissait guider par Megan qui appartement avait besoin de prendre l’air. « Je comprends un peu mieux. Ce sentiment de pouvoir faire tout ce qu’on veut. » C’étaient là presque les premiers mots qu’elle réussissait à poser sur la situation depuis qu’is avaient pénétré dans l’appartement. « Il est vraiment magnifique. Et rien que pour la vue ça vaut le coup. » Les yeux du gamin italien passèrent du visage de Megan à la vue qui s’étendait sous leurs pieds. Le coucher de soleil, sur leur droite, donnait comme un air d’irréel à l’image qui était en train de se graver dans leurs esprits. Bien sur que rien que pour la vue ça vaudrait le coup de l’acheter, mais une belle vue ne faisait pas toujours tout malheureusement - double preuve en était pour Damon présentement, étant donné qu’il avait une belle vue sur la ville et que la jeune femme à son bras lui en offrait également une; et pourtant, autant la vue que Megan représentait des choses qui en cachaient d’autres. « T’as grandi dans des endroits comme ça ? » Lentement, la tête de Damon vint faire quelques mouvements de gauche à droite, laissant son regard continuer de s’échapper au delà du balcon de la terrasse. « Pas vraiment. On vivait dans des maisons, quand je vivais encore chez mes parents. Celle d’Italie était plus modeste que celle du Canada, d’ailleurs. » Mais bien plus que ce que les autres avaient l’habitude de voir. « Mais mon appartement de New-York a quelques airs d’ici, oui. » En revanche, là où aurait eu tout le loisir du monde, les paroles du jeune homme ne comprenaient aucune vantardise.

« Mes affaires rentrent toutes dans la salle de bain je pense. » Lorsque la jeune femme vint reprendre la parole, venant surement ajouter la note de légèreté qui manquait à cette conversation, une petite minute de silence s’était écoulée. Sa réaction vint arracher, doucement, un petit sourire un peu plus détendu à Damon qui vint tourner son visage vers la jeune femme. « J’espère qu’on laissera pas ta mère faire la décoration. » Et à cette suite là, ce fut carrément un rire qu’il ne sut retenir. Rien que d’imaginer la scène, Elise et eux dans cet appartement à réfléchir à comment mettre en scène leur mariage au sein même de leur foyer, et il trouvait ça risible. « Oh non, elle ne touchera pas à ça. » De toutes façons, ça n’était pas Elise leur principale occupation - et ça ne l’avait jamais été, dans toute cette affaire -; cependant il avait cru comprendre que l’entendre se voyait compliquée entre les deux femmes et d’avance, cela le faisait autant rire que soupirer. « Il est parfait. Mais je veux vivre dans un endroit vivant. » Hésitant un instant, Damon décida finalement de laisser parler son instinct et de venir attraper doucement la jeune femme par la taille, la rapprochant de lui, l’obligeant en quelques sortes à lui faire face. S’il rirait l’instant d’avant que cet air mutin se voyait toujours sur son visage, ses yeux avaient abordé une nuance de sérieux désormais. « Tu es sûre qu’il te plait ? On peut en visiter d’autres si tu n’es pas sûre pour celui là, je suis sur que… » Il vint hésiter un instant. « … Jessica, sera ravie de continuer les recherches. » Il vint se pincer les lèvres, continuant de sonder le regard de la blonde un instant. « Je sais que la pression et là qu’il faudrait qu’on tarde pas trop à emménager, mais si tu veux quelque-chose de vivant, ça pourra se faire que si je suis sûr que l’appartement te plait vraiment. » Le Damon qui avait décidé, au début de cette relation de ne s’impliquer en aucun cas envers Megan avait disparu - et il ne savait pas encore si c’était un mal ou un bien. Désormais, depuis surtout qu’il avait compris qu’elle en devenait autant que lui une victime de Saül Williams, il avait remis ses idées un peu en place et tâchait de venir donner les efforts maintenant qu’il n’avait pas donné par les dernières situations. « Pour ce qui est de le mettre à nos gouts, de le rendre vivant, chaleureux, tout ce que tu veux, de toutes façons on aura tout le temps du monde devant nous. » Après tout, ils y allaient pour le meilleur, pour le pire - mais surtout, jusqu’à ce que la mort les sépare.

Finalement, le bruit des talons aiguilles de Jessica vinrent se mettre à résonner sur le bois de la terrasse, derrière Damon. « Alors, monsieur Williams, qu’est-ce que vous en dites ? J’ai préparé tous les papiers, il ne manque plus que votre signature. » Malgré tout, l’impatience se faisait entendre dans le ton employé par l’agent immobilier - mais Damon vint chasser mentalement cette remarque. « C’est madame qui donne l’avis final. » Madame était autant étrange à prononcer qu’à entendre, mais dans cette situation il était presque vrai; dans quelques semaines, madame serait la façon dont les autres viendraient s’adresser à Megan, autant qu’ils s’y habituent tous les deux le plus tôt possible. Les yeux de l’italien n’avaient, à aucun moment, lâchés ceux de sa fiancée. « De toutes façons, un pari est un pari, je suis ta décision quoi qu’il arrive. »



:rainbow::




Dernière édition par Damon Williams le Dim 3 Oct - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #6) you'll never walk alone IAeu3cF ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, photographe au studio photo "Mirages", modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #6) you'll never walk alone Rsum
POSTS : 3558 POINTS : 505

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(09) damon #11aiden (2019)saül #6scott #2shiloh #7jasperdamon #15beautiful disasterjo #6

(cosigan #6) you'll never walk alone Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #11 & #15 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516

(cosigan #6) you'll never walk alone Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan #2 ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #6) you'll never walk alone F5d98bd5c340fa12dd59720d30849c332fa38085
joseegan #6 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #6) you'll never walk alone B928346a83ed227654239510d31c2822dcaf2248
misfits #5 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #6) you'll never walk alone Kl4a
meloh #7 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #6) you'll never walk alone 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #1 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : bambieyes (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyLun 27 Sep - 22:27




You'll Never Walk Alone
Megan Monroe & @Damon Williams (cosigan #6) you'll never walk alone 873483867

« J’y suis, oui. » Bien sûr qu’il est dans son élément Damon, c’est compliqué de penser l’opposé lorsqu’on pose les yeux sur le jeune homme en tenue de travail - à savoir un costume certainement hors de prix. Et si c’est facile à croire, aussi facile que de penser qu’il cherche un peu à m’impressionner, ça l’est bien moins que de croire qu’il est aussi serein qu’il semble en avoir l’air. La dernière fois que j’ai vérifié, la situation ne l’enchantait guère et, avec cette visite, n’est-elle pas en train de devenir encore plus tangible et immédiate ? Elle semble loin en tout cas, l’époque où il a décrété que toute cette situation était de ma faute, que j’en étais l’unique coupable et lui, une victime collatérale. J’ignore quand j’ai réalisé que les choses étaient devenues différentes pour lui, qu’il n’avait plus l’air de me considérer en tant qu’ennemie publique numéro un mais bel et bien en tant que potentielle alliée contre l’influence de son père. Quand il a été si en colère contre l’homme d’affaires dans la boutique du tailleur, certainement. Et lui, quand l’a-t-il réalisé ? Quand, au casino, il a échappé à ses obligations pour renouer avec l’indifférence propre à notre âge le jour de son anniversaire ? Quand il est venu dîner à l’appartement, qu’il a rencontré Shiloh et, avec, une Megan un peu différente, moins sur ses gardes et plus spontanée et joyeuse ? Je ne sais rien, mais j’espère que tout ça n’est pas qu’un instant de lucidité passager : qu’il n’oubliera pas qu’entre son père et moi, je ne suis pas la personne à abattre.

Moi je suis nerveuse. A côté d’un Damon en costume et d’une Jessica tirée à quatre épingle dans son tailleur noir, j’ai l’impression que mon jean et mes manières sont bien trop quelconques pour s’autoriser à rêver de vivre dans ce genre d’endroit. Je ne rase pas les murs, mais je n’ose pas occuper le centre de la pièce non plus. Je me contente de d’observer chaque pièce en tentant de m’y projeter, baissant les yeux en rougissant lorsque mon regard croise celui de mon fiancé. Je ne devrais pas trouver l’appartement superbe, pas dans notre situation : c’est mauvais genre. Sauf que rien, pas même les manigances de Saül Williams, ne peut éclipser le standing de l’endroit.

Je ne lâche les doigts de Damon qu’une fois à l’extérieur pour m’appuyer contre le rembarde et observer la vue. Les passants tout en bas ont l’air minuscule, et j’arrive presque à m’imaginer boire un café ici en me réveillant le matin. « Pas vraiment. On vivait dans des maisons, quand je vivais encore chez mes parents. Celle d’Italie était plus modeste que celle du Canada, d’ailleurs. » Plus modeste. J’ignore si l’expression a la même signification dans sa bouche que dans celle du commun des mortels. « Mais mon appartement de New-York a quelques airs d’ici, oui. » - « Tu l’as toujours ? L’appartement. » Je ne l’avais pas envisagé mais je suppose que dans son univers, on ne loue pas, on achète, on investit. Il parle de ses parents et je me demande comment étaient les choses, autrefois. Il a sous-entendu que l’attitude de Saül à mon égard n’avait rien d’une première ou d’une sortie de route exceptionnelle, j’ai parlé de désillusion et aucun de nous deux n’a approfondi le sujet, par pudeur ou respect. Toutefois, j’ai repensé à cette discussion à plus d’une occasion. « Oh non, elle ne touchera pas à ça. » Un sourire amusé se dessine sur mes lèvres : Damon possède le don de détendre l’atmosphère et je l’ai vite compris. Loin d’être un ridicule plaisantin, il possède la rare capacité d’avoir à coeur de faire sourire ses interlocuteurs dans toutes les circonstances et j’ignore s’il sait à quel point il s’agit de quelque chose de précieux, et s’il sait qu’il ne doit pas laisser son père le lui prendre. « Ça a toujours été comme ça, tes parents ? » Il comprendra ce qu’il voudra. Moi, je me demande beaucoup de choses mais que l’on peut résumer en une seule question : ont-ils formé une famille heureuse, à une époque ?

Le dos contre la rambarde, tournée dans sa direction, je suis surprise de le voir faire un pas dans la mienne pour glisser ses doigts autour de ma taille. Il n’y a ni tailleur, ni famille ou agent immobilier à convaincre. Il n’y a que nous et même les passants en bas doivent être bien incapables de distinguer quoi que ce soit tant ils semblent minuscules vu d’ici et je suis désarçonnée. Je le suis parce que le geste, sans n’avoir rien de trop osé ou exagéré, me semble d’un naturel surprenant étant donnée notre situation à tous les deux. Pour autant, il ne me vient pas à l’idée d’esquisser le moindre mouvement de recul et, au contraire, mes yeux ronds comme des billes ancrés au sien, je me laisse faire, je le laisse m’approcher de lui pour me parler avec tout le sérieux du monde. « Tu es sûre qu’il te plait ? On peut en visiter d’autres si tu n’es pas sûre pour celui là, je suis sur que… Jessica, sera ravie de continuer les recherches. » Je prends une inspiration. Mon coeur bat plus fort qu’à l’habitude, la faute au stress, la surprise ou la proximité, ou plus vraisemblablement, un mélange des trois et je reste muette quelques secondes. « Je sais que la pression est là, qu'il faudrait qu’on tarde pas trop à emménager, mais si tu veux quelque-chose de vivant, ça pourra se faire que si je suis sûr que l’appartement te plait vraiment. » Je secoue la tête, un demi sourire sur les lèvres. « Je serais idiote de prétendre qu’il est autre chose que parfait. » Ce serait faire la fine bouche alors que je n’ai pas la légitimité pour et que l’endroit ne le mérite pas. « Je crois que ça dépend pas de l’endroit qu’on choisira. Je suis nerveuse parce que tout sera bien plus concret quand t’auras signé sa paperasse. » Certainement bien moins qu’une fois que nous devrons dire je le veux face à un homme d’église et une assemblée d’inconnus (les invités le seront en grande majorité pour moi) mais mon cerveau n’est pas capable de paralléliser la résolution de problèmes. « Et je suis surprise que ça te rende pas plus nerveux. » Est-ce de la résignation ? A-t-il simplement accepté son sort ou bien est-il aidé par le sentiment de trouver ma compagnie un peu moins désagréable ? Lorsqu’il était en colère et qu’elle était dirigée contre moi, au moins, je comprenais facilement le sentiment. A présent, il me perd en partie. « Pour ce qui est de le mettre à nos goûts, de le rendre vivant, chaleureux, tout ce que tu veux, de toute façon on aura tout le temps du monde devant nous. » Au moins, je suis soulagée de deviner qu’il n’a pas l’intention de vivre dans un appartement qui ressemblerait plus à un appartement témoin qu’à un vrai foyer. Nous n’en serons pas vraiment un, mais je n’ai pas envie de me sentir mal à chaque fois que je mettrai un pied chez moi. « Je vivais dans mon appartement depuis si longtemps. » Trois ans, c’est peu pour des adultes. A l’échelle de nos vies à tous les deux, cela me semble une éternité et je joue nerveusement avec mes doigts. Ici, j’accrocherai certainement mes photos dans ma chambre, à l’abri de potentiels regards critiques et par peur qu’elles ne jurent avec la beauté du mobilier. Au moins, ma collection de livres connaîtra certainement mieux qu’une bibliothèque premier prix.

Les doigts de Damon se détachent doucement de ma taille lorsque les talons de la brune claquent dans notre direction et qu’elle tire sur la baie vitrée pour s’assurer qu’elle fera bien une vente aujourd’hui. « Alors, monsieur Williams, qu’est-ce que vous en dites ? J’ai préparé tous les papiers, il ne manque plus que votre signature. » Mon avis à moi lui semble certainement bien accessoire et, après tout, je ne peux pas vraiment lui en vouloir, il semble évident que c’est à lui qu’elle devra sa prime, pas à mes revenus confortables pour moi mais bien faibles en comparaison des siens et de ceux de quiconque pouvant s’offrir cet endroit. « C’est madame qui donne l’avis final. » L’appellation sonne d’une drôle de façon mais j’aime la prévenance dont il fait preuve à mon égard et je fais quelques pas pour me glisser à ses côtés, à son niveau. « De toute façon, un pari est un pari, je suis ta décision quoi qu’il arrive. » - « Même si j’ai gagné, j’en voudrais pas si tu t’y sentais pas bien non plus. » Ce qui peut avoir l’air une nouvelle fois d’un jeu d’actrice pour l’agent immobilier est pourtant sincère : nous avons toute la vie devant nous et je n’ai pas envie qu’il vive la sienne comme un calvaire. « Tu avais raison de le sélectionner. » Il a un goût sûr et je ne suis pas surprise. Je n’ai peut-être pas encore vu ses toiles mais nous avons parlé littérature et puis, il m’a trouvée magnifique dans ma robe. Un homme de goût. Je détache mes yeux de ceux du blond pour m’adresser à Jessica. « On le prend. » Quelques petits mots qu’elle entend à longueur de journée mais qui pour nous, vont tout bouleverser. Il est disponible dans moins de deux semaines cet appartement, autant dire une poignée de seconde tant le temps semble filer à une vitesse abrutissante. Je suppose que personne n’attend de moi que je signe nulle part mais je suis Damon et la brune à l’intérieur, spectatrice de la mise en marche de mon propre futur. Alors que le blond parcourt du regard les différents volets du contrat, stylo en main, je m’approche de lui, enroule mes doigts autour de son bras et m’adresse à lui à voix basse. « C’est pas conventionnel… » La façon dont nous nous sommes retrouvés à acquérir cet endroit. « Mais on devrait au moins aller acheter une bouteille de champagne pour la boire dans l’appartement vide. C’est un peu un genre de tradition. » Ce n’est pas parce que beaucoup de choses sont là pour les apparences que nous ne pouvons pas ramener un peu de gaité dans toute cette situation. « Tu crois pas ? »






(cosigan #6) you'll never walk alone A44L8rk
(cosigan #6) you'll never walk alone VsgJxpQ
(cosigan #6) you'll never walk alone AybYaOa
(cosigan #6) you'll never walk alone Fqo0cUp
(cosigan #6) you'll never walk alone LKqJkYj
(cosigan #6) you'll never walk alone FWfVJqn
(cosigan #6) you'll never walk alone YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5121 POINTS : 1040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
(cosigan #6) you'll never walk alone DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(sept) - present: angus #5charlie #4jomegan #10saül #7 | past: megan #8saül #3

RPs EN ATTENTE : jasper › papa auden le best
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : alcaline (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyDim 3 Oct - 22:06




you'll never
walk alone.
(c) harley

***

« Tu l’as toujours ? L’appartement. » Il vint doucement hocher son visage, le regard quelque part entre le vague et les yeux de Megan. « Et il doit d’ailleurs sacrément prendre la poussière. Je n’y ai pas remis les pieds depuis… le nouvel an. » La fin de sa phrase fut prononcée comme un murmure, du bout des lèvres, comme si la réalité était finalement plus dure à encaisser que prévu. Il était vrai qu'il avait la chance d’être déjà propriétaire, quelque-part dans ce monde, d’avoir un endroit où il pouvait se sentir chez lui. Il n’y avait cependant pas mis les pieds depuis si longtemps que même ses souvenirs commençaient à s’effacer, de manière partielle, au fur et à mesure du temps qui passait. Il lui semblait ne plus se rappeler aussi bien de la couleur exacte des rayons du soleil couchant à travers le salon, du son de la clef qui vint résonner à travers le bois de la porte et du métal de la serrure, de la sensation de pouvoir se sentir en sécurité quelque-part après une longue journée éreintante. Et le pire, dans toute cette situation, ce n’était pas uniquement le fait que ses souvenirs de New-York étaient en train de s’étioler à ce sujet - c’était de s’apercevoir qu’il n’avait su, depuis là-bas, ressentir les mêmes choses ne serait-ce qu’à un seul autre endroit dans le monde. Il en connaissait, des endroits, il en avait visité des villes et des vallées. Il n’avait jamais retrouvé un endroit où il pourrait être celui qu’il avait été pendant plusieurs années, aussi loin qu’éloigné de la terre qui l’accueillait désormais. Secouant son visage un instant ou deux, il vint tenter cependant de ne pas s’attarder davantage sur ces pensées là, étant donné que le moment n’était pas des mieux choisis pour venir se laisser envahir par la nostalgie - pas par cette nostalgie là, en tous cas. « Ça a toujours été comme ça, tes parents ? » Damon vint ouvrir la bouche, comme pour répondre instinctivement, avant de refermer cette dernière afin de finalement murir sa réponse. Ses sourcils étaient quelque peu froncés, presque rien mais de façon assez perceptible pour que Megan puisse s’apercevoir, si elle portait attention, qu’il était en train de réfléchir. « Je crois qu’il y a eu une période, quand j’étais encore vraiment petit, où tout semblait… normal. Mais j’ai que de vagues souvenirs de tout ça, et c’est pas ces souvenirs là qui sont les plus présents, alors… » Il vint hausser, lassement, les épaules. Il y avait bien eu une période où tout semblait normal autour d’eux: Saül apprenant à Cosimo à faire du vélo, alors qu’Elise les regardait depuis la terrasse de la maison. Il y avait eu cette période là, et ensuite les choses s’étaient accélérées et le Canada avait été leur nouvelle réalité.

Désormais, le regard de Damon n’était plus perdu dan ses souvenirs, mais dans celui de la jeune femme à la recherche du moindre indice pouvant lui indiquer que l’appartement qu’il était en train de visiter ne lui plaisait pas. Bien sur que toute cette histoire était une mascarade, en revanche ils allaient vraiment habités ici pour un temps qu’ils ne pouvaient quantifier, alors autant mettre toutes les bonnes choses de leur côté pour une fois et choisir un endroit qu’ils pourraient appeler leur chez eux; un endroit où ils s’y sentiraient bien, en sécurité, libre d’être eux mêmes sans le regard extérieur des autres. « Je serais idiote de prétendre qu’il est autre chose que parfait. Je crois que ça dépend pas de l’endroit qu’on choisira. Je suis nerveuse parce que tout sera bien plus concret quand t’auras signé sa paperasse. » La paperasse, qui devait être prête dans un coin de la cuisine avec une Jessica jetant des coups d’oeil furtifs à sa montre. « Et je suis surprise que ça te rende pas plus nerveux. » Il vint laisser échapper un petit soupire. « Parce-que, pour la première fois depuis le début de… tout ça. » Les deux derniers mots furent prononcés un brin plus bas, juste par précaution. « C’est la première fois que je peux avoir le contrôle sur quelque-chose. Saül n’est pas par dessus mon épaule pour venir donner son avis, et ça me retire la pression qu’il me met d’habitude. » Et elle n’était pas minime, cette pression, que l’italien sénior savait appuyer sur les épaules de son fils. « Je suis terrifié à l’idée de me dire qu’on va bientôt signer un pacte avec le diable pour l’éternité, mais me dire que je vais changer de colocataire me fait pas plus peur que ça. » C’était même la partie la plus facile de toute cette histoire, aux yeux de Damon. Au moins, il n’avait pas la case repasser par chez papa et maman de prévue au programme, et ça lui allait on ne pouvait plus bien. « Je vivais dans mon appartement depuis si longtemps. » - « Je sais. Je suis désolé. » Il aurait du tenir les scores du nombre de fois où, désormais, il en venait à s’excuser auprès de la jeune femme.

Leurs petites confidences, leur petite discussion en aparté, fut cependant coupée courte lorsque les talons de l’agent immobilier se mirent à résonner sur la terrasse. Damon aurait presque oublié sa présence, si elle n’était pas venue la rappeler et s’ils ne se trouvaient pas en terrain inconnu. Bien sur, elle s’impatientait - sauf qu’elle n’avait pas compris comment avait été distribué les cartes en début de jeu, à venir exclusivement s’adresser au Williams, là où lui se reposait uniquement sur l’avis de Megan. Jessica aurait beau lui faire les yeux doux, il n’en avait que pour la blonde. « Même si j’ai gagné, j’en voudrais pas si tu t’y sentais pas bien non plus. » - « Je te rappelle que c’est moi qui l’ai sélectionné, au début, quand même. » - « Tu avais raison de le sélectionner. » Un petit sourire autant satisfait qu’amusé vint s’étirer sur les lèvres du jeune homme. Il connaissait la suite de la situation, et était plutôt satisfait d’être arrivé jusque là. Il ne s’était pas imaginé, loin de là même, se mettre en ménage à peine sa vingt-et-unième bougie soufflée mais l’idée ne lui semblait plus autant amer qu’elle avait pu lui apparaitre lorsque l’idée avait été soumise. L’entente avec Megan était plus que cordiale désormais, ils se mettaient à tisser quelque-chose; tout semblait se dérouler pour le mieux - si on mettait le mariage et ses origines de côté. « On le prend. » Lorsque les yeux de Megan vinrent se loger dans ceux de Jessica, Damon vint l’imiter sans pour autant confirmer les dires de la jeune femme; certes, c’était sa signature qui allait être apposée sur les documents, mais le dernier mot lui revenait et il ne viendrait pas défaire ça, même pour les doux yeux de Jessica. « Bien, si vous le prenez alors, allons signer les papiers. » Rapidement finalement, Damon vint reprendre son sérieux car la partie importante était en train de se dérouler. Il s’y connaissait assez dans ce type de procédure pour savoir qu’il se devait d’être attentif aux petites lignes. Ses yeux ne cessaient de faire des allers et retours sur les pages du contrat, s’assurant qu’une entourloupe ne se glissait entre deux lignes lues trop rapidement.

« C’est pas conventionnel… » Apposant son stylo sur la ligne qu’il était en train de lire, pour ne pas perdre son cheminement, il vint lever lentement son regard vers Megan. « Hm ? » Elle avait interrompu ses pensées, sa concentration, il se devait de se remettre dans le monde réel autour de lui. « Mais on devrait au moins aller acheter une bouteille de champagne pour la boire dans l’appartement vide. C’est un peu un genre de tradition. Tu crois pas ? » Il vint hausser un sourcil sur son visage. « Genre, maintenant ? Là de suite après avoir signé les papiers ? » Bien sur qu’une lueur de malice s’était déjà glissée dans son regard; on lui donnait le moyen de venir dévier un peu du droit chemin, avec aucune figure parentale présente pour le remettre dans le droit chemin, et l’idée ne tombait pas dans l’oreille d’un sourd. « Je sais pas si on a le droit, comme l’appartement est pas encore vraiment à nous, mais je suis sur que je peux arranger ça si tu veux qu’on fasse ça maintenant. » Lui qui était à moitié avachi sur le plan de travail depuis qu’il avait commencé à lire les papiers, il était drôlement plus redressé désormais; les choses étaient plus intéressantes, il fallait dire - lire des papiers ne l’était pas. « T’as compris comment ça fonctionne, maintenant: il me suffit de glisser un ou deux billets discrètement à Jessica et je suis sur qu’on peut avoir l’appartement pour nous deux pour quelques heures. » Ce n’était pas conventionnel, mais de toutes façons rien ne l’était dans leur relation, alors autant continuer sur cette voie là et profiter de ce qu’ils avaient à y gagner le long de la route. « On pourrait commencer à se répartir les chambres et les autres pièces communes, comme ça, en même temps. » Le sourcil qu’il vint hausser, désormais, sur son visage était emprunt d’un certain esprit de compétition - là où, pourtant, rien ne le demandait.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #6) you'll never walk alone IAeu3cF ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, photographe au studio photo "Mirages", modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #6) you'll never walk alone Rsum
POSTS : 3558 POINTS : 505

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(09) damon #11aiden (2019)saül #6scott #2shiloh #7jasperdamon #15beautiful disasterjo #6

(cosigan #6) you'll never walk alone Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #11 & #15 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516

(cosigan #6) you'll never walk alone Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan #2 ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #6) you'll never walk alone F5d98bd5c340fa12dd59720d30849c332fa38085
joseegan #6 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #6) you'll never walk alone B928346a83ed227654239510d31c2822dcaf2248
misfits #5 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #6) you'll never walk alone Kl4a
meloh #7 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #6) you'll never walk alone 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #1 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : bambieyes (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyLun 4 Oct - 12:34




You'll Never Walk Alone
Megan Monroe & @Damon Williams (cosigan #6) you'll never walk alone 873483867

« Et il doit d’ailleurs sacrément prendre la poussière. Je n’y ai pas remis les pieds depuis… le nouvel an. » Comprendrais-je un jour ce que c’est d’être si riche que l’on peut laisser ses richesses immobilières prendre la poussière à l’autre bout du monde ? Certainement pas, il faut sûrement être né là dedans pour réellement être à l’aise avec ce mode de vie, ce que je peux promettre à Damon en revanche, c’est que jamais je ne le jugerais pour ça : je sais que les gens sont parfois bien différents de l’étiquette qu’on leur colle sur le front à la naissance. Je n’ai pas besoin de preuve, mon expérience me l’a appris mais si toutefois il m’en avait fallu une, il aurait été parfait. Qui de mieux placé que lui pour témoigner que parfois la pomme tombe bien loin de l’arbre ? « Tu as laissé les choses comment là-bas ? » A-t-il rejoint l’Australie en catastrophe, en abandonnant ses cours au milieu d’un semestre et un petite amie éplorée ? A-t-il eu le temps de mettre ses affaires en ordre ? « Y’a rien de pire comme sentiment que d’être déraciné. » Et je sais de quoi je parle, je n’ai vécu que ça avant l’âge adulte. Avec le temps, on apprend à ne plus s’attacher aux lieux et aux possessions matérielles. L’étape suivante, c’est d’apprendre à ne s’attacher à personne. « Je crois qu’il y a eu une période, quand j’étais encore vraiment petit, où tout semblait… normal. Mais j’ai que de vagues souvenirs de tout ça, et c’est pas ces souvenirs-là qui sont les plus présents, alors… » Je n’ose pas lui demander si, comme nous, ses parents se sont unis parce qu’on leur a dit de le faire. Se sont-ils pliés aux règles ? Ont-ils joué le jeu dès le début ou bien ont-ils tenté de se rebeller contre une décision parentale ? J’ai bien du mal à imaginer un temps ou les Williams formaient une famille aimante et, si même Damon peine à s’en souvenir, je me dit que tout ne devait reposer que sur du vent. « Quand tu étais petit. » J’ai hoché la tête et répété, pour prendre conscience de l’information. J’ai envie d’attraper sa main, pas par pitié, mais par compassion pour ce qu’il a vécu parce que je comprends. Je le fais, je serre ses doigts quelques secondes avant de les relâcher et d’esquisser un mince sourire pour tenter de détendre l’atmosphère. « C’est peut-être pas si mal que je sois là finalement. » Peut-être que son père le laissera tranquille. Peut-être que c’est dans cette nouvelle cage qu’il sera le plus libre d’être lui même.

« Parce-que, pour la première fois depuis le début de… tout ça. C’est la première fois que je peux avoir le contrôle sur quelque-chose. Saül n’est pas par dessus mon épaule pour venir donner son avis, et ça me retire la pression qu’il me met d’habitude. » Je pèse ses mots et je crois que je comprends. Il n’a peut-être pas choisi d’habiter avec moi mais, pour la première fois depuis que nos fiançailles lui ont été annoncées, il a l’impression de reprendre son destin en main et c’est quelque chose que je conçois sans difficulté. « Je suis terrifié à l’idée de me dire qu’on va bientôt signer un pacte avec le diable pour l’éternité, mais me dire que je vais changer de colocataire me fait pas plus peur que ça. » Je laisse échapper un rire mi amusé mi surpris. « Avec le diable ? Merci. » Est-ce ainsi qu’il me voit ? Je fais la moue et je me garde bien de préciser qu’aux yeux de la loi et du reste du monde nous serons bien plus que de simples colocataires. Le diable n’est plus d’humeur. Bien sûr, c’est de Saül qu’il parle, mais cela ne change rien au fait que je suis vexée, légèrement en tout cas.

Je suis vexée alors que je n’en ai pas le droit. Que lui peut me voir exactement comme il en a envie, qu’il n’a même pas besoin de se montrer si gentil avec moi quand ce sont mes idées de merde qui nous ont mis dans cette situation. Lors de notre première rencontré j’ai eu beau prétendre que Saül était l’unique coupable, je suis bien consciente de ne pas être toute blanche dans cette histoire. Si je n’avais pas menacé son père de l’envoyer en prison, si je ne l’avais pas fait chanter par cupidité, il serait toujours libre comme l’air, libéré de ma présence à ses côtés. Je me bats pour son approbation, je me bats pour me faire une place qui ne devrait pas être la mienne, je me bats pour un tantinet d’affection quand je ne mérite même pas un regard de sa part, au fond.

Le retour de l’agent immobilier sonne la fin de cette discussion qui en avait bien besoin et, alors que je m’efforce d’enfouir mon malaise quelque part sous mon déni de ma situation, je tranche en faveur de l’appartement. Comme Damon me le rappelle, il faisait partie de sa sélection, et je n’ai aucune raison de m’opposer à son acquisition et de lui demander de continuer les recherches. Le quartier est parfait, la vue à elle seule vaut plus cher que mon appartement actuel, chaque pièce est plus lumineuse que la précédente et il coche toutes les cases de nos prérequis. Le reste, à savoir en faire un foyer chaleureux et dans lequel nous arriverons à être heureux malgré les circonstances, ça ne tient qu’à nous. « Bien, si vous le prenez alors, allons signer les papiers. » Mon rôle se termine ici puisque ce n’est pas ma signature qui sera apposée en bas des contrats et accords de vente. Damon m’a donné une place et un rôle dans tout ça et je lui en suis sincèrement reconnaissante, mais j’ai conscience que ce que l’on attend de moi à présent c’est que je m’efface et laisse les grandes personnes discuter ensemble. Il y a de grandes chances que je sois perçue comme une femme trophée dans le meilleur des cas et une potiche dans le pire pendant une grande partie de ma vie et, tant que mon fiancé ne me voit pas comme ça, ça me va. Je n’ai pas l’intention de me battre pour des victoires qui n’en valent pas la peine. Au contraire, je préfère ignore la femme d’affaires pour me rapprocher de Damon et m’adresser à lui à voix basse. « Genre, maintenant ? Là de suite après avoir signé les papiers ? » - « Pourquoi pas ? Quelque chose nous en empêche ? » Je pensais qu’être un Williams voulait dire pouvoir faire ce que l’on veut quand on veut. « Je sais pas si on a le droit, comme l’appartement est pas encore vraiment à nous, mais je suis sur que je peux arranger ça si tu veux qu’on fasse ça maintenant. » Jessica a l’air prête à nous manger dans la main, de toute façon. « Je suis sûre qu’elle peut appeler les propriétaires. » Et qu’il a les arguments nécessaires pour qu’ils acceptent de nous laisser rester ici quelques heures. Après tout, quel mal pouvons-nous faire ? La paperasse est signée et Damon appartient à une famille assez respectée pour que l’on puisse nous faire confiance. « T’as compris comment ça fonctionne, maintenant: il me suffit de glisser un ou deux billets discrètement à Jessica et je suis sûr qu’on peut avoir l’appartement pour nous deux pour quelques heures. » Mon sourire s'agrandit un peu plus. Oui, j’ai compris comment les choses fonctionnent et, ce soir, j’ai bien l’intention de l’utiliser à mon avantage. « Ce serait trop étrange de rentrer chacun de son côté dans nos appartements respectifs. » Et puisque nous ne sommes pas un couple, c’est ce que nous ferions, en temps normal. Sauf qu’aujourd’hui marque une étape décisive, que nous le voulions ou non. « On pourrait commencer à se répartir les chambres et les autres pièces communes, comme ça, en même temps. » - « Là on parle la même langue. » Mon sourire s’agrandit un peu plus et, mutine, je laisse échapper un nouveau rire avant de murmurer à son oreille. « Je vais chercher des munitions pendant que tu termines avec elle. » Elle est oppressante, la présence de l’agent immobilier. Elle nous oblige à faire semblant et c’est lorsque nous pouvons être nous même que l’ambiance est la plus agréable. J’attrape mon sac à main et ma veste avant de lui adresser un clin d'œil et de disparaître.

Il n’a qu’un seul choix : mener sa mission à bien pendant que je m’occupe de la mienne. Dans les rayons d’une supérette au coin de la rue, j’attrape une bouteille de vin pétillant - il n’y a que ça - et de quoi grignoter avant de reprendre le chemin de l’immeuble. C’est lui qui me répond à l’interphone : la brune doit être partie et il a dû avoir gain de cause. Lorsque j’ouvre la porte de l’appartement, l’absence de l’agent immobilier me le confirme. « C’est ce que j’ai pu trouver de mieux en ce laps de temps. » Je lui tend la bouteille de vin mousseux, ainsi que des verres en carton : nous devrons nous passer de flûtes, cela va sans dire. « J’ai pris des chips et d’autres trucs à manger aussi. » Je dépose mon sac en plastique de victuailles sur le bar avant de jeter un coup d'œil circulaire à l’appartement. Nous sommes seuls et, déjà, je me sens mieux que sous l'œil oppressant de l’agent immobilier. « Et crois pas que je me souviens pas que j’ai aussi gagné le privilège de choisir ma chambre en premier. Et puisqu’il y a qu’un seul dressing, je propose qu’on le partage. » Je le soupçonne d’avoir une garde robe qui occupe bien plus de place que celle de la plupart des hommes. La bonne nouvelle, c’est que chaque chambre possède sa salle de bain et c’est un soulagement, puisqu’il s’agit de la pièce dans un appartement dans laquelle je considère qu’il y a besoin d’intimité. « T’as des meubles à ramener où on devra tout acheter ? L’appartement que je loue était meublé. » Donc, à part mon matériel de photo et mes effets personnels, j’arrive les mains vides. Je me hisse sur un tabouret avant d’attraper un paquet de chips que j’ouvre, avant de me servir et de le tendre à Damon. « Je te laisse ouvrir la bouteille de champagne. » Ou presque. Mon regard malicieux est posé sur lui alors que j’avale quelques chips de plus. Je doute que cet apéritif frugal ressemble à ce à quoi l’italien est habitué, mais n’est-il pas déjà conscient qu’à mes côtés il va vivre son lot d’aventures du genre ?





(cosigan #6) you'll never walk alone A44L8rk
(cosigan #6) you'll never walk alone VsgJxpQ
(cosigan #6) you'll never walk alone AybYaOa
(cosigan #6) you'll never walk alone Fqo0cUp
(cosigan #6) you'll never walk alone LKqJkYj
(cosigan #6) you'll never walk alone FWfVJqn
(cosigan #6) you'll never walk alone YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5121 POINTS : 1040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
(cosigan #6) you'll never walk alone DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(sept) - present: angus #5charlie #4jomegan #10saül #7 | past: megan #8saül #3

RPs EN ATTENTE : jasper › papa auden le best
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : alcaline (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyJeu 7 Oct - 11:06




you'll never
walk alone.
(c) harley

***

« Tu as laissé les choses comment là-bas ? » - « En plan. J’ai tout laissé en plan. J’ai passé que quelques jours pour fêter la nouvelle année, et une fois rentré en Australie, les choses se sont enchainées… J’y ai pas encore remis les pieds. » Ce n’était pas dans le courant de cette année qu’il avait eu le temps de vraiment se reposer, ayant plutôt passé son temps à faire des allers et retours dans les autres coins du monde et surtout dans le monde de Saül, il n’avait pu se permettre de retourner voir comment se porter ses affaires. Dommage, d’ailleurs, il y avait quelques bouquins qui seraient parfaitement à leur place dans leur futur nouvel appartement, avec vue plongeante sur la ville presque endormie. « Y’a rien de pire comme sentiment que d’être déraciné. » Il vint simplement hocher la tête, lentement. Il sentait que les paroles de la jeune femme faisait écho à une expérience vécue, mais si elle voulait la lui partager, elle savait où il se trouvait; il ne viendrait pas insister, pas encore, pour venir écouter son histoire à elle. « Quand tu étais petit. » Ce fut au tour de la jeune femme de venir hocher sa tête. « C’est peut-être pas si mal que je sois là finalement. » Son sourire et son toucher étaient les bienvenus, à venir mettre un légère couche de baume au coeur de Damon. Il vint répondre à son sourire par un des siens. « C’est peut-être pas si mal. » C’était Saül qui l’avait choisi mais il finirait par s’en mordre les doigts, Damon en était persuadé. Et c’était pour ça que, petit à petit, il se laissait amadouer et venait mettre un peu plus de bonne volonté dans cette affaire; il savait qu’au final, c’était lui qui avait quelque-chose à y gagner, alors que son père vivrait toujours dans la crainte que la vérité n’éclate au grand jour.

« Avec le diable ? Merci. » Oh, elle ne passera pas inaperçue, la moue qui vint teinter d’une ombre le visage de Megan. Délicatement, Damon vint attraper le visage de la jeune femme dans le creux de sa paume de main, afin que leurs regards puissent se croiser sans une hésitation. « C’est Saül, le diable, Megan. » Au pire, elle était un diablotin. Mais il avait fait une croix sur l’idée de venir l’appeler le diable en personne, lorsque Lucifer régnait en maitre sur la ville.

Cette conversation là vint prendre fin cependant, lorsqu’il fut temps de venir signer les papiers. Officiellement, c’était au jeune homme de venir appliquer le dernier choix puisque c’était là sa signature qui allait être apposée sur les document officiels. Cependant, ce n’était pas réellement comme ça que lui voyait les choses puisqu’il avait promis à Megan qu’elle serait celle prenant la décision finale. Il devait avouer être content qu’elle ait eu un faible pour cet appartement, car de tous ceux qu’il avait pu pré-sélectionner, il était son préféré. Alors, prenant son air le plus sérieux et surtout sa meilleure concentration, il en vint à tenter de se défaire de toutes les petites lignes du contrat. Ce ne fut que pour écouter les plans machiavéliques de Megan que ses yeux vinrent se défaire des pages pré-remplies. « Pourquoi pas ? Quelque chose nous en empêche ? Je suis sûre qu’elle peut appeler les propriétaires. » Au fur et à mesure des paroles de la blonde, le sourire de Damon venait s’agrandir encore et encore. Il n’avait pas envisagé de venir fêter cette victoire si tôt, mais l’idée de Megan lui plaisait, il ne mentirait pas sur ce point là. Et puis, bien sur qu’elle pouvait appeler les propriétaire, la Jessica; une fois qu’elle aurait une partie de sa commission en main propre et en cash, elle allait étrangement être encline à dire oui à leurs demandes. « Ce serait trop étrange de rentrer chacun de son côté dans nos appartements respectifs. » Il vint opiner du chef. « Tu as raison. Et puis comme ça, on fêtera cet achat deux fois. Quel dommage. » Il vint lui adresser un clin d’oeil, alors que la malice se répandait en quantités impressionnantes dans son sourire. Et puis, cela leur permettrait de commencer à faire la réparation des espaces, pendant qu’ils étaient vraiment que tous les deux; ils n’auraient aucun des parents Williams par dessus leurs épaules pour vérifier qu’ils discutaient d’installer toutes leurs affaires dans la même chambre, ce qui n’était pas négligeable. « Là on parle la même langue. Je vais chercher des munitions pendant que tu termines avec elle. » - « Compte sur moi. » L’instant d’après, Megan disparaissait de l’appartement et après avoir apposé sa dernière signature, Damon vint se tourner vers Jessica, son sourire d’arnaqueur pendu à ses lèvres. « Jessica, je peux vous appeler Jessica ? Parlons un instant, tous les deux. »

Ils avaient deux heures devant eux. N’étant pas un très bon négociateur, Damon avait fait de son mieux - au moins, il avait réussi à garder les clefs de l’endroit et à mettre Jessica à la porte; ce soir, elle irait diner dans un de ces restaurants assez chics de la jetée, mais où obtenir une place était une épreuve digne des Jeux Olympiques. La note serait sur le compte de Saül, étrangement. Alors, lorsque l’interphone de l’appartement vint retentir, ce fut Damon qui ouvrit à Megan. « C’est ce que j’ai pu trouver de mieux en ce laps de temps. » Elle prit place de nouveau à l’intérieur de l’appartement alors qu’elle lui montrait ses trouvailles pour les prochaines heures. Les verres en carton qu’elle lui tendit d’une main vint tirer un petit sourire à Damon: ce n’était pas dans ses habitudes de venir utiliser autre chose que des verres faits de verre, mais il ne fit aucun commentaire. « J’ai pris des chips et d’autres trucs à manger aussi. » - « C’est parfait. » - « Et crois pas que je me souviens pas que j’ai aussi gagné le privilège de choisir ma chambre en premier. Et puisqu’il y a qu’un seul dressing, je propose qu’on le partage. » Un rire, cette fois ci, vint s’échapper d’entre les lèvres de l’italien. « Tu t’en rappelles alors. J’aurais essayé. » Il était trop honnête, il aurait fini par lui dire qu’elle avait gagné de façon fair le fait de choisir sa chambre en premier; mais il aimait bien le petit jeu de taquineries qui s’installait au fur et à mesure entre eux. « T’as des meubles à ramener où on devra tout acheter ? L’appartement que je loue était meublé. » Secouant la tête, alors que son regard venait à son tour parcourir la pièce de vie vide autour d’eux, il finit par venir reporter son attention sur Megan. « J’aurais pu en garder mais j’ai décidé de tout laisser dans mon ancien appartement. On va avoir de longues journées de recherche de meubles en vue. » Et puis, cela leur permettrait d’acheter de nouvelles choses, pour un nouveau départ - et à leur goût à tous les deux. « Et oui, je connais Ikea. » A son sourire mutin vint s’ajouter un petit clin d’oeil moqueur.

« Je te laisse ouvrir la bouteille de champagne. » Il ne perdit pas plus de temps pour venir ouvrir la bouteille de vin mousseux, qu’il servit dans deux des verres en carton. La mousse vint faire un bruit amusant, sur ce dernier, ce qui lui arracha de nouveau un petit sourire amusé. « Promis, pour le jour de l’emménagement, on prévoira quelque-chose un peu plus en avance. Tu m’as pris de cours avec ton idée, mais j’aime beaucoup. » L’instant d’après, il vint tendre le verre de Megan dans sa direction, avant de venir trinquer avec le sien en imitant le bruit du verre - le carton ne permettant pas de venir entendre le tintement. « A notre nouvelle vie à deux, Megan Monroe. » La gorgée de mousseux faillit le faire tousser, la bouteille n’étant pas restée fraiche assez longtemps pour éviter qu’une couche épaisse de mousse ne s’incruste en première partie de boisson. Et puis, sans hésiter plus longtemps, Damon prit le chemin du reste de l’appartement; la visite, ils l’avaient déjà faite avec Jessica mais cette dernière était tellement pressée de venir conclure la vente qu’ils avaient fait tout ça au pas de course. Là, ils avaient le temps. « Viens, allons voir les chambres. Je crois que c’est ton jour de chance et que la plus grande des deux à un balcon. » Et c’était effectivement le cas: lorsqu’il vint pousser la porte de la première chambre, la lumière baignant cette dernière vint les inonder sans attendre un instant, donnant un côté très chaleureux à l’endroit. « Tu vas pouvoir faire de sacrées photos, ici. » Oh non, malgré tout, il n’avait pas oublié.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #6) you'll never walk alone IAeu3cF ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, photographe au studio photo "Mirages", modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #6) you'll never walk alone Rsum
POSTS : 3558 POINTS : 505

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(09) damon #11aiden (2019)saül #6scott #2shiloh #7jasperdamon #15beautiful disasterjo #6

(cosigan #6) you'll never walk alone Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #11 & #15 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516

(cosigan #6) you'll never walk alone Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan #2 ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #6) you'll never walk alone F5d98bd5c340fa12dd59720d30849c332fa38085
joseegan #6 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #6) you'll never walk alone B928346a83ed227654239510d31c2822dcaf2248
misfits #5 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #6) you'll never walk alone Kl4a
meloh #7 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #6) you'll never walk alone 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #1 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : bambieyes (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyVen 8 Oct - 15:24




You'll Never Walk Alone
Megan Monroe & @Damon Williams (cosigan #6) you'll never walk alone 873483867

« C’est peut-être pas si mal. » J’ignore s’il le pense vraiment ou si, au mieux, il se dit que ça pourrait être pire. Bien sûr, il aurait pu tomber sur une garce à la botte de son père ou une femme intéressée uniquement par le fait de lui soutirer le plus d’argent possible. Mais est-ce malsain, alors que je nous ai mis dans cette situation là, de souhaiter qu’il m’apprécie un peu plus que ça pourrait être pire ? Est-ce culotté de me vexer alors qu’il compare toute cette mascarade à un pacte passé avec le diable ? N’est-il pas dans son droit puisque, après tout, il est bien celui auquel on a laissé le moins de choix possible dans toute cette histoire ? Moi, j’aurais pu partir et recommencer ma vie ailleurs. J’aurais même pu tenter de négocier face à un Saül certainement prêt à tout pour protéger ses combines, bien plus incriminantes que mon passé honteux. Son père aurait pu prendre ses responsabilités en acceptant que je dévoile tout à la presse et en acceptant son sort, ou il aurait simplement pu acheter mon silence à l’aide de son argent sale. Pour Damon, c’était la peste ou le choléra : accepter d’être rendu coupable de l’emprisonnement de son père ou épouser une illustre inconnue. Puis-je lui reprocher d’estimer que, dans tous les cas, il partait gagnant ? Je ne suis même pas à ma place ou dans mon bon droit alors que je me vexe - c’est bien ce que je fais, c’est écrit sur mon visage - pourtant, il prend le temps de me rassurer. Il attrape délicatement mon visage pour que je ne puisse pas fuir son si doux regard, et il vient me contredire. « C’est Saül, le diable, Megan. » Capricieuse et trop soupe au lait, je grimace et, déjà, je me déride et je concède à lui adresser à nouveau un sourire, avant que nous soyons interrompus par l’agent immobilier qui s’impatiente, prête à nous rappeler qu’elle a d’autres couples intéressés par l’appartement.

Ce que je ne suis pas, c’est particulièrement rancunière. Je me vexe facilement mais j’ai conscience de mon excessivité. Alors, tandis qu’il paraphe les différentes pages de la promesse de vente, je me penche vers lui et mes airs boudeurs ne sont plus qu’un vieux souvenir. « Tu as raison. Et puis comme ça, on fêtera cet achat deux fois. Quel dommage. » Mon premier achat et j’en suis uniquement spectatrice. La chose a quelque chose de risible avec une touche d’amertume, mais je me concentre sur le positif : il pourrait s'éclipser pour passer le moins de temps possible en ma présence, mais il accepte sans mal ma proposition. Depuis plusieurs mois, notre relation s’apaise petit à petit et je me surprend à m’interroger sur le genre d’alliés que nous pourrions devenir. « Compte sur moi. » - « La balle est dans votre camp soldat. » Je lui adresse un vague statut militaire - je crois que je me trompe de main - avant d’attraper mes affaires pour partir à la recherche d’une supérette et d’un liquor store. En côtoyant Damon, j’ai vite compris qu’il était inutile de tenter de me hisser à la hauteur de ses standards : je n’en ai pas les moyens, de toute façon. La seule chose que je parviendrais peut-être à être si j’essayais c’est une pâle copie de ces filles qui grandissent en ayant tout ce qu'elles veulent et, un peu à la façon des nouveaux riches, je me ridiculiserais. Alors, je m’efforce de rester moi, en espérant que celle que je suis le touchera plus qu’un rôle de composition.

Il est seul : je suis ravie de constater qu’il a mené sa mission à bien : nous ne sommes plus sous la surveillance étroite de l’agent immobilier et nous avons tout le loisir de trinquer dans un appartement qui, vide, a l’air encore plus immense qu’il ne l’est déjà. « C’est parfait. » - « Attends d’avoir goûté le champagne avant de me mettre un dix sur dix. » J’ai choisi le vin pétillant comme on choisirait une paire de chaussure : parce que la bouteille et l'étiquette étaient jolies. Il faut de l’argent pour certains hobbies, et je n’ai jamais eu les moyens d’être une connaisseuse. « Tu t’en rappelles alors. J’aurais essayé. » - « Tu pensais quand même pas que j’allais oublier. J’espère que tu t’es pas trop attaché à l’une des deux chambres. » Dans une autre situation, nous serions en train de choisir la nôtre et celle que nous réserverions aux invités et, plus tard, à notre futur enfant. Là, on ressemble plus à deux colocataires en train de se disputer la chambre la plus lumineuse ou la plus grande salle de bain. « J’aurais pu en garder mais j’ai décidé de tout laisser dans mon ancien appartement. On va avoir de longues journées de recherche de meubles en vue. Et oui, je connais Ikea.» J’éclate de rire et, puisqu’il fait tant d’effort, je n’ose pas lui dire que la plupart des meubles de mon ancien appartement viennent de gumtree puisque le neuf, Ikea ou pas, c’était encore trop cher. « Tu connais de nom ou t’y a déjà mis les pieds ? » Amusée, je me moque quand, de toute façon, je saurais me contenter de tout à ce niveau-là. J’ai beau être un brin matérialiste, un sommier reste un sommier et si j’en crois les goûts de Damon de manière générale, il y a peu de chance pour que, tout d’un coup, il décide de chiner ses meubles. « Ca me dérange pas. Meubler un appartement comme celui-là… » Avec des moyens comme les siens, je ne le précise pas mais c’est le fond de ma pensée. « C’est un peu comme construire sa maison dans les sims. » Avec les codes de triches, évidemment, mais qui ne les utilise pas ? « Tant qu’on a pas trop de livres en double, je pense que le déménagement sera un long fleuve tranquille. » Parce que s’il faut se battre pour savoir quelle édition de nos romans préférés il convient de garder, la guerre sera terrible.

Il fait sauter le bouchon de la bouteille de mousseux sous mes applaudissement amusés et, lorsqu’il me tend mon verre, je l’attrape entre mes doigts pour trinquer avec lui. « Promis, pour le jour de l’emménagement, on prévoira quelque-chose un peu plus en avance. Tu m’as pris de cours avec ton idée, mais j’aime beaucoup. » - « Tu veux prévoir une crémaillère ? » J’esquisse un sourire, avant d’avaler mes premières bulles bon marché. « Une crémaillère, une fête pour les fiançailles, un mariage, ça en fait des choses à prévoir. » La curiosité me pique et je rajoute. « C’est prévu qu’on parte en… » Je ne trouve pas de terme plus approprié que l’officiel, même s’il ne veut pas dire grand chose ? « En lune de miel ? » Après tout, pourquoi ne pas profiter d’un voyage dans une destination paradisiaque aux frais de son père ou de sa mère ? Pour lui, c’est peut-être un détail, une fois de plus parmi tant d’autres, mais pas pour moi. « A notre nouvelle vie à deux, Megan Monroe. » A notre nouvelle vie à deux. Il n’a même plus l’air si dépité qu’il l’était au premier jour, et même si je n’ai pas l’intention de l’avouer, cela me fait terriblement plaisir. « À notre vie à deux. » Assise par terre, j’éclate de rire lorsqu’il fait la grimace en manquant de s’étouffer avec ses bulles, à deux doigts de tousser ou de recracher. « Viens, allons voir les chambres. Je crois que c’est ton jour de chance et que la plus grande des deux à un balcon. » Je me redresse et, mon verre à la main, je le suis dans l’appartement pour redécouvrir les deux chambres. La plus grande des deux est magnifique et, si je pourrais le faire pour paraître généreuse, je n’ai pas l’intention de céder ce que j’ai gagné de droit, même s’il fume et que ce n’est pas mon cas. « C’est définitivement la mienne. Désolée monsieur Williams. » L’appellation me rappelle que, d’ici très peu de temps, je serai madame Williams : je ne pense pas que la question de me laisser garder mon nom de jeune fille ou pas se pose, pour Saül. De toute façon, beaucoup trop de mauvais souvenirs sont attachés à Monroe, je l’abandonnerai avec plaisir comme un bagage trop encombrant. « Tu vas pouvoir faire de sacrées photos, ici. » Appuyée contre l’encadrement de la porte, je me suis perdue dans ma contemplation avec un immense sourire sur les lèvres. Surprise et touchée qu’il se rappelle qu’avant d’en avoir fait un gagne pain, je suis surtout une vraie passionnée de photographie, je rougis légèrement. « Pour faire des photos, il faut un modèle tu sais… » Je ne fais pas dans l’autoportrait :  j’aime trop le lien singulier qui se crée entre le modèle et son photographe pour ça. J’aime cette sensation de mise à nue avec le recul offert à celui qui est derrière l’objectif, qui peut apprendre à connaître l’autre sans trop se dévoiler et être à son tour vulnérable. C’est ce qui m’a fait accrocher avec cet art, je crois. Découvrir le monde sans trop se dévoiler : un passe-temps qui était fait pour moi. « Qu’est ce que t’en dis, tu relève le défi ? » Charlie plaisantais quand elle m’a parlé d’utiliser Damon comme modèle et vice versa, puisqu’il peint. Moi, je l’envisage pour de vrai puisque je suis sûre que sa douceur rendrait à merveille sur papier glacé. « Ton compte instagram est trop vide en plus. Utiliser les réseaux sociaux uniquement pour observer les autres, c’est dépassé. »







(cosigan #6) you'll never walk alone A44L8rk
(cosigan #6) you'll never walk alone VsgJxpQ
(cosigan #6) you'll never walk alone AybYaOa
(cosigan #6) you'll never walk alone Fqo0cUp
(cosigan #6) you'll never walk alone LKqJkYj
(cosigan #6) you'll never walk alone FWfVJqn
(cosigan #6) you'll never walk alone YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5121 POINTS : 1040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
(cosigan #6) you'll never walk alone DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(sept) - present: angus #5charlie #4jomegan #10saül #7 | past: megan #8saül #3

RPs EN ATTENTE : jasper › papa auden le best
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : alcaline (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyLun 11 Oct - 14:49




you'll never
walk alone.
(c) harley

***

« Attends d’avoir goûté le champagne avant de me mettre un dix sur dix. » Oh, rien que pour l’effet de surprise et les plans organisés sur le tas, il lui mettait un dix sur dix. Les plans qu’il organisait en dernière minute, d’ordinaire, n’avaient en rien ce visage là, cette innocence innée. « Tu pensais quand même pas que j’allais oublier. J’espère que tu t’es pas trop attaché à l’une des deux chambres. » - « Disons que tu vas avoir une belle terrasse et que je suis vraiment pas du tout jaloux. » Le sourire qui vint étirer le coin de ses lèvres prouvait qu’en réalité, il ne l’était absolument pas présentement, jaloux. Dans d’autres contextes, il ne mettrait pas sa main au feu qui guise de pari; mais dans cet appartement et en cet instant, il ne faisait que fausser ce type de réaction. Elle allait, certes, avoir la plus belle des deux chambres mais ce n’était pas le plus important pour lui dans toute cette histoire. « Tu connais de nom ou t’y a déjà mis les pieds ? » Un petit rire de la part de Damon vint joindre celui de la demoiselle. « Promis, j’y ai déjà mis les pieds. » Pas longtemps et parce-qu’il n’avait pas trouvé d’autres alternatives sur le moment, mais il était déjà allé se perdre dans les dédales que représentaient ces magasins. « Ca me dérange pas. Meubler un appartement comme celui-là… C’est un peu comme construire sa maison dans les sims. Tant qu’on a pas trop de livres en double, je pense que le déménagement sera un long fleuve tranquille. » Le sourire qui s’était installé sur son visage ne semblait pas vouloir en déloger. « On aura qu’à installer une bibliothèque supplémentaire, si on en arrive là. » Ce qui risquait d’arriver, d’ailleurs, d’après les discussions qu’ils avaient eu sur le sujet; mais ce n’était pas un point qui dérangeait Damon, féru des livres en tous genres qu’il était. Megan ne devrait pas se trouver trop dérangée non plus.

« Tu veux prévoir une crémaillère ? » Il vint hausser un sourcil lentement. « Pourquoi pas ? » Après tout, le but était que le monde entier voit à quel point ils étaient heureux et amoureux; cela permettrait de venir montrer à qui était curieux que les choses entre eux se passaient pour le mieux. « Une crémaillère, une fête pour les fiançailles, un mariage, ça en fait des choses à prévoir. » Oh, il sentait qu’elle voulait en venir quelque-part. « C’est prévu qu’on parte en… » Il vint pincer ses lèvres légèrement d’avance, ayant compris ce qu’elle allait mentionner avant même qu’elle en prononce les mots en question. « En lune de miel ? » Aucun suspense n’était nécessaire en cet instant, il vint directement hocher la tête. « Et il faudra que ta valise soit prête le jour du mariage, d’ailleurs. Notre avion décolle le lendemain matin. » C’était très formel, dit de la sorte, mais tous les préparatifs de leur mariage avaient été érigés ainsi. « Saül a prévu de nous faire partir le lendemain du mariage, en revanche il n’a pas imposé de destination particulière. Donc j’ai carte blanche. » Il vint finalement glisser ses yeux dans le regard de Megan. « Enfin, on a carte blanche. » Cela venait donc s’ajouter à la liste de toutes les choses qu’ils se devaient de préparer en un temps finalement très limité, ce qui correspondait presque à un job à temps plein. « On a le temps d’en reparler, de toutes façons. Une fois qu’on sera installés ici et qu’on aura toutes nos soirées à passer ensemble. » Et il ne venait pas dire ça de façon péjorative, car il avait toujours apprécié venir planifier des voyages et autres aventures à travers le globe. Avec Elise, ils en avaient eu du temps pour agir de la sorte, lorsque Saül était trop occupé à jouer au chef d’entreprise de part et d’autre du monde - mais surtout là où n’était pas sa famille.

Alors, comme pour concrétiser tout cela, Damon vint proposer à Megan de porter un toast. « À notre vie à deux. » A leurs soirées à programmer tout un tas de soirées pour préparer leur mariage à venir, ou à celles qui leur permettront de passer la meilleure lune de miel. A toutes les autres, également, où ils ne se croiseront certainement pas dans cet appartement, trop occupés à venir vivre leur vraie vie avec les personnes qui leur étaient vraiment chères. A toutes celles qui resteraient dans l’entre-deux, lorsqu’ils ne sauront exactement quand et comment agir en tant que couple et les moments où cela ne sera pas nécessaire. Par cela commençait le choix de la chambre de Megan, puisque l’appartement en comportait deux et qu’elle était celle à choisir en premier. « C’est définitivement la mienne. Désolée monsieur Williams. » Il pouvait le voir, Damon, l’émerveillement dans les yeux de la blonde. Il vint hausser les épaules, cependant, reflet exact de l’idée qu’il se faisait d’avoir perdu sur le fil du rasoir - non - la meilleure des deux chambres. « Tant pis pour moi, j’avais qu’à mieux choisir ma robe lors des essayages. » Accompagné d’un petit clin d’oeil - ce qui vint lui faire rappeler que Charlie avait parlé de Léo dans une robe pour leur mariage, et qu’il fallait qu’il investigue de ce côté là pour voir si cette fausse bonne idée était toujours dans les tuyaux. « Pour faire des photos, il faut un modèle tu sais… » Puisque la discussion en cours n’était en rien d’imaginer Léo dans une robe, les yeux de Damon vinrent s’accrocher à ceux de la jeune femme alors qu’elle venait rebondir aux paroles du jeune Williams. Ce dernier n’avait en rien oublié qu’elle était amoureuse de la photographie, et même s’il semblait ne pas prêter attention aux informations qu’elle apportait à leur duo la plupart du temps, il n’en était en réalité rien. « Qu’est ce que t’en dis, tu relève le défi ? » Un sourire se glissait déjà sur ses lèvres. « Ton compte instagram est trop vide en plus. Utiliser les réseaux sociaux uniquement pour observer les autres, c’est dépassé. » Sourire auquel il vint ajouter un petit rire. « Mon compte instagram manque de toi, en réalité. » Et ce n’était là même pas une blague; il aurait du être un brin plus attentif à tout ça et se comporter comme n’importe quelle personne de son âge venant de passer la bague au doigt à une créature dans le genre de Megan.

« Mais tu sais quoi ? Je relève le défi… » Après tout, cela permettrait plusieurs choses que de venir poser pour Megan; cette dernière aurait un modèle pour s’exercer à la photo, ils apprendraient à se connaitre davantage et Damon viendrait exercer des activités extra-scolaires que Saül ne pouvait voir en peinture. En parlant de peinture… « … seulement si tu acceptes en retour de poser pour moi aussi. » Son regard venait accrocher celui de Megan, avec un sérieux détonnant en regard de la situation. « Charlie me rit au nez tout le temps quand je lui demande et Léo n’est pas du genre patient, surtout qu’il préfère peindre que d’être peint. » Et en général, étant donné qu’ils ne savaient pas se comporter comme des adultes lorsqu’ils se trouvaient dans la même pièce, ils n’avançaient à rien dans leurs projets. « Et puis, je pense qu’on peut tous être d’accord sur le fait que tu as un visage qu’on a envie de peindre. » Et un corps sur lequel on aurait envie d’étaler la peinture, mais il n’était pas sûr que ce genre de commentaire soit encore le bienvenu entre eux; il se permettrait ce type de remarque plus tard, lorsqu’ils auraient réellement l’habitude de se côtoyer. « Auden - un instant de réflexion de moins et il venait dire mon père à une Megan qui n’avait pas encore eu le droit à cette partie là de l’histoire familiale organise une exposition de portraits, dans quelques semaines, à sa galerie. Il me réserve toujours une place, pour si j’ai envie d’y exposer une toile. » Ils avaient déjà eu une discussion de ce type avec le principal concerné lors de l’anniversaire de Damon, elle comprendrait à quoi il référait. « Tu relèves le défi ? » Le sourcil plein d’enthousiasme déjà relevé sur son visage.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #6) you'll never walk alone IAeu3cF ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, photographe au studio photo "Mirages", modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #6) you'll never walk alone Rsum
POSTS : 3558 POINTS : 505

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(09) damon #11aiden (2019)saül #6scott #2shiloh #7jasperdamon #15beautiful disasterjo #6

(cosigan #6) you'll never walk alone Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #11 & #15 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516

(cosigan #6) you'll never walk alone Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan #2 ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #6) you'll never walk alone F5d98bd5c340fa12dd59720d30849c332fa38085
joseegan #6 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #6) you'll never walk alone B928346a83ed227654239510d31c2822dcaf2248
misfits #5 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #6) you'll never walk alone Kl4a
meloh #7 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #6) you'll never walk alone 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #1 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : bambieyes (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyLun 18 Oct - 20:09




You'll Never Walk Alone
Megan Monroe & @Damon Williams (cosigan #6) you'll never walk alone 873483867

« Disons que tu vas avoir une belle terrasse et que je suis vraiment pas du tout jaloux. » Je penche la tête sur le côté en essayant de décider s’il dit vrai ou s’il prétend simplement pour garder la face et le constat a quelque chose d’effrayant : il est honnête, il n’est jamais rien d’autre qu’honnête de toute façon. Et si c’est effrayant, c’est parce qu’une fois de plus je constate que Damon n’aura jamais rien à se reprocher, même s’il essayait très fort et que moi, imparfaite comme je suis, il me faudrait une vie pour être à sa hauteur, et encore. Je ne suis pas sûre d’avoir la bonté qu’il faut pour être Damon Williams. « Promis, j’y ai déjà mis les pieds. » - « C’est dommage, je pourrais pas te faire la blague de t’y emmener et de t’y perdre. » L’endroit est un vrai labyrinthe. « Mais on achètera les meubles où tu veux, tant que je peux payer les miens en douze fois sans frais. » Je me laisse aller à un léger rire. Je sais qu’en bon gentleman, Damon voudra s’occuper lui-même de la facture des meubles pour l’appartement, mais je n’ai pas envie de me conduire comme une fille pourrie gâtée qui part du principe que tout lui est dû. « On aura qu’à installer une bibliothèque supplémentaire, si on en arrive là. » - « Deal. Sage décision. » Ce ne sera peut-être pas si désagréable au final, de vivre ensemble. Peut-être que dans notre malheur, nous nous sommes bien trouvé.

Je me demande qui j’inviterai, si nous sommes amenés à faire une soirée pour fêter notre emménagement. Shiloh. Jo peut-être, mais j’aurais trop peur qu’elle explose ou bien qu’il soit clair rien qu’en posant les yeux sur elle qu’elle est sur le point de le faire et qu’elle désapprouve tout ça. Jo est une bombe à retardement et, venant de moi, c’est ironique. « Pourquoi pas ? » Il a raison : il n’y a rien qui s’y oppose et nous devons faire comme si nous étions un petit couple normal. Mais au-delà des apparences, en a-t-il envie ? « Vendu. » Je ne suis pas bien difficile à convaincre : une partie de moi a envie de découvrir un peu plus le monde et l’entourage du jeune Italien. Et puisque je vais partager sa vie, cela ne fait aucun doute que ses amis meurent d’envie de me découvrir, moi aussi. « Et il faudra que ta valise soit prête le jour du mariage, d’ailleurs. Notre avion décolle le lendemain matin. Saül a prévu de nous faire partir le lendemain du mariage, en revanche il n’a pas imposé de destination particulière. Donc j’ai carte blanche. » Mes yeux, ronds comme des billes, s’écarquillent sans quitter les siens. Ce genre de départ en fanfare, au petit matin après la fête, je pensais que cela n’existait que dans les comédies romantiques. Cela ne devrait pas me surprendre :  c’est ce que Saül veut nous donnions comme image. « Enfin, on a carte blanche. » Les informations mettent un moment à arriver à mon cerveau et finalement, je souris lorsque le blond prend soin de m’inclure dans ses plans. « Et bien… On est supposés être allés à Bali pour nos fiançailles… » C’est ce que j’ai dit à Shiloh, Charlie et tous ceux qui m’ont posé la question mais je n’ai jamais mis les pieds là-bas. « On pourrait y aller pour de vrai ? Ou Hawaï ? Ou l’Europe ? Bali c’est peut-être pas assez exotique pour toi. » Les gens comme lui ont les moyens de s’y rendre tous les week-ends, ce n’est pas si loin. « On a le temps d’en reparler, de toutes façons. Une fois qu’on sera installés ici et qu’on aura toutes nos soirées à passer ensemble. » Je hoche la tête doucement en prenant la mesure de ses mots : bientôt, nous passerons toutes nos soirées ensemble. Jusque-là, nous ne nous voyions toujours que de façon occasionnelle, est-ce que cela changera quelque chose ? Est-ce que vivre avec moi changera la façon dont il me voit ? Est-ce grave, si je commence à comprendre que je n’ai pas envie qu’il me perçoive différemment ? Qu’est-ce que cela dit sur moi ? Qu’est-ce que cela dit sur nous ?

« Tant pis pour moi, j’avais qu’à mieux choisir ma robe lors des essayages. » - « J’ai vu la mienne la première mais je suis sûre qu’elle aurait été parfaite sur toi. » Amusée je lui donne doucement un coup d’épaule : je le charrie, mais je suis certaine que, si je poussais un peu, il l’enfilerait, cette robe. « Mon compte instagram manque de toi, en réalité. » - « Oh. » Je considère son aveu avant de hocher la tête. « C’est vrai que ça colle pas à l’image du futur marié passionnément amoureux. » Lorsqu’il est question de notre mascarade, je prends toujours les choses avec des pincettes. « La bonne nouvelle c’est que ça, on peut vite y remédier. » Je tends une main dans sa direction. « Allez, donne-moi ton téléphone. » Je l’observe avec, au fond du regard, une lueur de défi. Ce n’est pas bien compliqué pour moi, de prendre un selfie et de le poster directement sur son compte. Mais ça demande, de sa part, du lâcher prise et de la confiance. En est-il capable ? Me fait-il seulement confiance ?

« Mais tu sais quoi ? Je relève le défi… Seulement si tu acceptes en retour de poser pour moi aussi. » Mon doux visage s’illumine d’un sourire et j’ai du mal à dissimuler que, cette fois, je suis sincèrement touchée. C’est quelque chose d’intime à mon sens, que de partager son art. Encore plus de poser sur lui et ça répond certainement à toutes ces questions sur le lâcher prise et la confiance. « Charlie me rit au nez tout le temps quand je lui demande et Léo n’est pas du genre patient, surtout qu’il préfère peindre que d’être peint. » Les deux auraient fait de magnifiques modèle et je suis certaine que le répertoire de Damon recèle de beauté dans leur trempe : les gens riches sont beaux, c’est bien connu. Ils ont l’argent pour, après tout. « Et puis, je pense qu’on peut tous être d’accord sur le fait que tu as un visage qu’on a envie de peindre. » Pourtant peu impressionnable et difficilement manipulable à l’aide de doux compliments, je rougis et je baisse les yeux un instant. Bien sûr, je me sais belle. Beaucoup d’hommes me l’ont déjà dit mais la plupart attendaient quelque chose de moi en retour. La déclaration de Damon elle est brûlante de sincérité et par conséquent bien plus touchante que venant de n’importe qui d’autre. Il me trouve jolie. Il veut me peindre. Il n’est pas en train d’essayer de me manipuler ou de me mettre dans sa poche. « Auden… Organise une exposition de portraits, dans quelques semaines, à sa galerie. Il me réserve toujours une place, pour si j’ai envie d’y exposer une toile. » Je mets quelques secondes à comprendre avant d’écarquiller un peu plus les yeux. « Tu veux me peindre et exposer la toile ? » Je suis surprise, je suis déstabilisée et pour me reprendre, je répète, je résume et je gagne le temps qu’il me faut pour ne pas avoir l’air d’une adolescente lorsque je lui réponds. « Tu relèves le défi ? » - « Tu n’as même pas besoin de me lancer un défi. » Parce que cela sous entendrait qu’accepter ses conditions, c’est lui céder du terrain, c’est perdre, en quelque sorte. Et ce n’est pas le cas. « Je serais honorée de poser pour toi, avec ou sans marché. » Je n’ai pas encore vu son travail mais je le soupçonne d’être doué : c’est souvent le cas de ceux qui ne s’en vantent pourtant pas. « Et j’adorerais voir ton travail. Tu peins à son atelier ou chez toi ? » Et donc, par conséquent, bientôt chez nous. « Je te monterai mes photos aussi, si tu veux. Que tu saches dans quoi tu t’embarques. » Certainement des heures de penche un peu plus ta tête. Non, pas comme ça, plutôt comme ça." Mais je vais poser pour lui, et ça, c’est une aventure bien trop excitante pour la jeune femme en manque de sensations que je suis.


«  »




(cosigan #6) you'll never walk alone A44L8rk
(cosigan #6) you'll never walk alone VsgJxpQ
(cosigan #6) you'll never walk alone AybYaOa
(cosigan #6) you'll never walk alone Fqo0cUp
(cosigan #6) you'll never walk alone LKqJkYj
(cosigan #6) you'll never walk alone FWfVJqn
(cosigan #6) you'll never walk alone YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5121 POINTS : 1040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
(cosigan #6) you'll never walk alone DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(sept) - present: angus #5charlie #4jomegan #10saül #7 | past: megan #8saül #3

RPs EN ATTENTE : jasper › papa auden le best
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : alcaline (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyMer 20 Oct - 15:32




you'll never
walk alone.
(c) harley

***

« C’est dommage, je pourrais pas te faire la blague de t’y emmener et de t’y perdre. Mais on achètera les meubles où tu veux, tant que je peux payer les miens en douze fois sans frais. » Il vint hocher la tête avec un petit sourire en coin. « Hmhm. » Comme s’il allait la laisser payer quoi que ce soit; le seul réel avantage à être intervenant à part entière de cette situation était que Damon pouvait venir abuser de l’argent de ses parents en guise de revanche sans que ces derniers puissent dire quoi que ce soit, étant donné qu’ils étaient responsables des beaux draps dans lesquels leur fils se jetait tête baissée; en tous cas, au minimum Saül. Cela valait autant pour l’ameublement de l’appartement qu'ils étaient en train de s’offrir, que pour la lune de miel qui découlerait du mariage, à la différence cette fois-ci que Saül était au courant de cette dernière et qu’il avait lui-même donné carte blanche pour la destination choisie. Ils n’auraient donc pas tout perdu dans cette affaire. Cependant, à voir la façon dont Megan écarquillait les yeux au fur et à mesure qu’il énonçait comment cette dernière allait se passer, il ne pouvait supposer sans trop se tromper que la demoiselle ne s’était en rien attendue à un départ si rapide après leur union. Il lui fallut un instant ou deux pour procéder l’information - et en rien Damon vint lui forcer la main pour avancer plus rapidement ici, il savait que ce n’était pas rien. « Et bien… On est supposés être allés à Bali pour nos fiançailles… On pourrait y aller pour de vrai ? Ou Hawaï ? Ou l’Europe ? Bali c’est peut-être pas assez exotique pour toi. » Un petit sourire doux se glissa sur les lèvres du blond. Ils étaient tous les deux dans de beaux draps mais Megan tentait de venir tirer autant son épingle du jeu que la sienne au passage. Et, même s’il ne le dirait pas à haute voix, Damon trouvait ça attendrissant. « On est pas obligés de s’arrêter à une seule destination. » Ils avaient tous l’argent qu’ils désiraient à disposition et à peu près aucune limite de temps; lorsqu’ils partiraient en lune de miel, le jeune homme aurait terminé ses études et il était à peu près sûr que Megan pouvait se passer de travailler quelques temps pour le bien de l’image de leur union. Et puis, comme il vint lui dire ensuite: ils avaient toutes les soirées après leur emménagement pour discuter des détails de toute cette histoire. Et Damon aurait tout le temps du monde pour lui exposer l’idée qu’il avait également derrière la tête.

« J’ai vu la mienne la première mais je suis sûre qu’elle aurait été parfaite sur toi. » Il laissa échapper un petit rire, amusé. « Bien sur qu’elle aurait été parfaite sur moi, voyons. » Il vint mimer l’idée de balayer d’un revers de sa main ses cheveux longs - et inexistants - par dessus son épaule, avant de venir rire de nouveau. La robe aurait été affreuse sur lui, mais il aimait l’idée de la légèreté de cette conversation et de l’amusement qui émanait autant de Megan que de lui. Cependant, c’était bien de paraitre élégant et beau quand ils étaient que tous les deux, mais il fallait aussi que cette image là soit diffusée au delà des murs d’une boutique ou de leur futur appartement. Le monde entier devait avoir le droit de voir également à quel point ils étaient fous l’un de l’autre, et pour le moment Megan faisait un bien meilleur job que Damon. « Oh. C’est vrai que ça colle pas à l’image du futur marié passionnément amoureux. » Peut-être parce-qu’il ne l’était en rien, passionnément amoureux. « La bonne nouvelle c’est que ça, on peut vite y remédier. » Elle était pleine de ressources, la blonde, et surtout elle était du genre action-réaction. L’italien de son côté, avait toujours eu pour habitude de revoir les propositions et les idées dix fois en revue pour être sûr de ne froisser personne autour de lui, lorsqu’il était conscient que les enjeux pouvaient rapidement devenir important. Ses yeux vinrent naviguer un instant de ceux de Megan à sa main désormais tendue dans sa direction, et il vint rire avant même qu’elle ne vienne ajouter ces quelques mots. « Allez, donne-moi ton téléphone. » Un instant, peut-être deux en réalité si les comptes étaient bien tenus, Damon vint hésiter. Il n’était pas du genre à prêter son téléphone à qui voulait bien y accéder juste pour le plaisir, notamment parce-qu’il avait à l’intérieur pas mal de choses à cacher; que ce soit sa liaison avec Angus aux yeux de sa famille et de ses proches, ou bien son mariage arrangé avec Megan aux yeux du reste du monde sauf de son cercle intime, dans tous les cas il était perdant. Cependant, les yeux bleus qui sondaient son regard en cet instant redistribuaient les cartes et remettaient certaines choses en jeu: il n’avait rien à cacher à Megan, rien de tout ça en réalité. Et pour les secrets de famille, cela faisait longtemps qu’il avait effacé les preuves de son téléphone - aussi bien parce-qu’il tentait de les oublier lui-même. Alors, faussant un soupire exaspéré, il vint sortir son téléphone de la poche de sa veste, le déverrouilla et le glissa dans le creux de la main de Megan. « Je donne à peu près dix minutes à Charlie avant qu’elle réagisse à ce que tu vas poster. » Il savait pertinemment qu’elle scrutait avec attention le profil du blond en guise de quelque-chose de croustillant à se mettre sous la dent.

Et si Megan était douée de ses dix doits pour venir faire des photos de qualité, que ce soient celles qu’elle désirait poster sur le profil même de Damon ou celles qu’elle avait désormais apparemment l’intention de faire de son fiancé de futur mari, ce n’était pas dans ce domaine là que l’italien excellait lui. Et s’il acceptait de venir prêter son corps et son image afin qu’elle puisse exercer son art, il voyait là une opportunité de faire donnant-donnant; après tout, qui ne rêverait pas de peindre les courbes présentés par la beauté de la Monroe ? « Tu veux me peindre et exposer la toile ? » Une pointe d’amusement se faisait voir dans le regard de Damon, là où il était presque déjà prêt à sortir ses pinceaux de nulle part - autant dire que cela n’allait en réalité pas arriver aujourd’hui puisque tout était soit dans ses cartons, soit à l’atelier en question. Exposer ses toiles ne faisait en rien peur au jeune homme, étant donné qu’il considérait tout ça uniquement comme un passion, une façon de transmettre certaines de ses idées et de ses ressentis. Il n’avait également en rien peur du jugement d’autrui, puisque les seuls capables d’une telle affaire ne mettaient jamais un pied dans la galerie d’Auden. En revanche, voir en grand format son portrait peint dans une galerie qui avait une réputation, cela pouvait être impressionnant pour Megan - mais il espérait qu’elle allait relever le défi dès la seconde suivante. « Tu n’as même pas besoin de me lancer un défi. » Ce fut tout le visage de Damon qui vint s’illuminer. « Je serais honorée de poser pour toi, avec ou sans marché. » On voyait toutes ses dents dans son sourire désormais, venant fendre son visage d’une part et d’autre. « Tu vas vraiment faire de moi un homme heureux dans cette union, Megan Monroe. » Nul besoin de venir minimiser l’excitation qui prenait part du jeune homme désormais: elle comprendrait parfaitement ce que l’art représentait pour lui, comme c’était le cas pour elle. « Et j’adorerais voir ton travail. Tu peins à son atelier ou chez toi ? » - « Ca dépend des moments, de mes envies aussi. Quand je prévois le truc, je vais à l’atelier parce-que je peux prendre la place que je veux, personne ne me dit rien. Quand c’est plus sur le moment, j’ai toujours de quoi faire chez moi pour pas lasers l’inspiration disparaitre bêtement comme ça. » Et puis, avant tout ça, il n’avait jamais eu d’atelier comme l’espace qu’Auden lui prêtait depuis qu’il était arrivé en Australie, alors il avait toujours appris à faire avec ce qu’il avait à disposition. « Je te monterai mes photos aussi, si tu veux. Que tu saches dans quoi tu t’embarques. » Lentement, il vint plisser les yeux, toujours cet air mutin accroché à son visage enfantin. « Vas-tu m’avouer finalement que tu fais des photos de nu, miss Monroe ? » Le petit rire qu’il avait su retenir seulement quelques secondes vint se faire entendre, alors qu’il changeait déjà de pièce dans l’appartement, allant voir à quoi aller pour le coup ressembler sa chambre la lui - se trouvant être la porte juste à côté de celle de Megan. « Pas que ça me dérangerait, en réalité. » Peut-être allait-il trop loin dans l’humour ? Peut-être n’était-ce pas encore le moment de venir rire de ce genre de choses - comme il était commun d’être dit, on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui ? « Du moment que tu t’en sers pas pour les vendre à des magazines. » Un sourcil haussé sur son visage, l’épaule appuyée contre l’encadrement de porte.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #6) you'll never walk alone IAeu3cF ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, photographe au studio photo "Mirages", modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #6) you'll never walk alone Rsum
POSTS : 3558 POINTS : 505

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(09) damon #11aiden (2019)saül #6scott #2shiloh #7jasperdamon #15beautiful disasterjo #6

(cosigan #6) you'll never walk alone Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #11 & #15 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516

(cosigan #6) you'll never walk alone Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan #2 ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #6) you'll never walk alone F5d98bd5c340fa12dd59720d30849c332fa38085
joseegan #6 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #6) you'll never walk alone B928346a83ed227654239510d31c2822dcaf2248
misfits #5 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #6) you'll never walk alone Kl4a
meloh #7 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #6) you'll never walk alone 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #1 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : bambieyes (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyMer 20 Oct - 16:51




You'll Never Walk Alone
Megan Monroe & @Damon Williams (cosigan #6) you'll never walk alone 873483867

« On est pas obligés de s’arrêter à une seule destination. » Et c’est aussi simple que ça quand on a de l’argent. Tu as de l’argent à présent Megan, j’y pense l’espace d’une seconde avant de laisser la pensée s’échapper. Je suppose qu’il faudra que me fasse à l’idée d’appartenir à ce monde là, moi aussi, mais sans m’y habituer trop au cas où Saül déciderait d’un jour à l’autre de tout me reprendre. J’ai signé un contrat pré-nuptial avec des clauses qui ne me laissent pas le droit à l’erreur : en cas de faute de ma part, je n’aurais rien. Je suppose que c’est sa façon de m’assurer que je ne fais pas ça uniquement pour l’argent. D’ici quelques mois je ferai peut-être le tour du monde ou, en tout cas, des destination idylliques avec mon nouvel époux et je crois que je ne le réalise pas encore, pas du tout. A quoi ressemblera ma vie quand Saül aura exigé que j’arrête d’exercer mon métier ? Attendra-t-on de moi que je reprenne mes études ? Que je me trouve un job d’appoint plus convenable ou, plus vraisemblablement, que je me cantonne à m’occuper de mon foyer en prenant part, si je m’ennuie, à des activités caritatives ? Une parfaite vie de petite duchesse, si on omet le titre.

« Bien sûr qu’elle aurait été parfaite sur moi, voyons. » - « Me tente pas, j’ai toujours l’adresse de la boutique. Je suis à ça d’y retourner pour la demander dans ta taille. » L’idée de le voir porter une robe blanche est risible, elle aurait au moins le mérite de tuer Saül d’une crise cardiaque. Je me chargerai d’Elise avec un décolleté à réveiller les morts et, ainsi, on pourra partir en lune de miel l’esprit tranquille et sans nous soucier de mes beaux-parents. C’est beau de rêver. Paraît que bientôt il me restera plus que ça. Suis-je vexée de ne pas apparaître tant que ça sur les réseaux sociaux du blond ? Pas vraiment, bientôt il passera le plus clair de son temps libre avec moi alors je suppose que, tant qu’il est encore un tantinet libre, il préfère s’éviter de croiser ma bouille même en déverrouillant son téléphone. Dommage pour lui, puisque c’est exactement ce que j’ai l’intention de lui faire subir - entre autre - pour vendre un peu plus notre histoire comme une jeune femme marquant son territoire. « J’ai pas l’intention de fouiller tes correspondances. » Je souris, l’air amusé, et lui observe ma main tendue quelque seconde - comme un chiot hésitant entre mordre ma main ou déposer son museau entre mes doigts - avant d’y déposer finalement son téléphone déverrouillé. « Je donne à peu près dix minutes à Charlie avant qu’elle réagisse à ce que tu vas poster. » Un sourire triomphale éclaire mon joli minois et je fais deux choses : la première, prendre un selfie, regard de biche et sourire éclatant, que je paramètre en écran de verrouillage de l’italien. Pour la seconde, je l’attrape par l’épaule et dépose un baiser sur sa joue avant de capturer l’instant. Il rougit et l’effet en est d’autant plus réussi, je lui adresse un sourire radieux avant de pianoter sur son téléphone et d’uploader cette seconde photo sur son profil instagram, pour célébrer notre emménagement comme il se doit. J’en ferai de même sur le mien, dès que je serai rentrée. « Et voilà. L’affaire est dans le sac. » Une vague de tristesse inexplicable me serre le coeur : une affaire, c’est ce que à quoi nous sommes réduits alors qu’il est réellement et profondément attirant et attachant, comme jeune homme.

Pas uniquement parce qu’il est terriblement mignon ou parce que c’est quelqu’un de bien, mais également parce que nous partageons plus de points communs que je ne l’aurais cru : en plus de notre attrait pour la littérature fantastique, nous sommes tous les deux artistes dans un domaine différents certes, mais capable de comprendre la passion de l’autre. « Tu vas vraiment faire de moi un homme heureux dans cette union, Megan Monroe. » - « Tu diras plus ça quand tu te réveilleras avec un objectif à dix centimètres du visage. » Avec la photographie, je suis capable de devenir obsessionnelle. C’est ce côté passionné qui fait mon charme, mais c’est aussi ce qui peut parfois me faire passer pour une folle furieuse, just saying. Moi, j’ai vraiment hâte de le découvrir avec un pinceau entre les doigts, en tout bien tout honneur : je suis réellement persuadée qu’on ne connaît réellement quelqu’un que lorsqu’un l’a observé faire ce qu’il aime. Et si pour Damon il s’agit de la peinture, j’ai hâte de voir quelles couleurs prendra son joli minois lorsqu’il sera concentré sur mes traits. Il a d’ailleurs le visage qui s’illumine déjà, alors qu’il parle de ses endroits de prédilection pour laisser libre cours à son art, j’ignore s’il en a conscience. « Ça dépend des moments, de mes envies aussi. Quand je prévois le truc, je vais à l’atelier parce-que je peux prendre la place que je veux, personne ne me dit rien. Quand c’est plus sur le moment, j’ai toujours de quoi faire chez moi pour pas laisser l’inspiration disparaître bêtement comme ça. » - « Je vois ce que tu veux dire. Je sors jamais de chez moi sans mon appareil photo, non plus. C’est moins une question d’inspiration que de jamais laisser passer un moment merveilleux à capturer, mais je comprends. » Si j’organise parfois des séances photos avec des proches, des connaissances ou des inconnus, si j’aime travailler des portraits dans des contextes et paysages différents, il n’y a rien que j’aime plus que les photos volées de ces rares moments indescriptibles d’émotions pure et vraie. Dans un sens, mon boulot me permet d’exploiter ça. En plissant les yeux très fort : les starlettes ne sont pas les meilleurs sujets pour capturer l’authenticité. « Vas-tu m’avouer finalement que tu fais des photos de nu, miss Monroe ? » J’esquisse un sourire malicieux. S’il savait. Heureusement, mes jours de modèle de nu sont loin derrière moi et si même Saül n’a pas déterré ces clichés en effectuant ses recherches me concernant, c’est qu’ils sont profondément enfouis. « Pourquoi, ça t’intéresserait ? » Je lui réponds sur le ton du jeu : avec un air malicieux et un sourire charmeur. « Pas que ça me dérangerait, en réalité. » - « J’étais sûre que tu cachais bien ton jeu, derrière cette façade de gendre parfait. » Dans les faits, il m’arrive de faire de la semie nudité, mais ce n’est pas ce que j’avais en tête pour Damon. Mais ne dit-on pas qu’il faut toujours savoir rester l’esprit ouvert ? « Du moment que tu t’en sers pas pour les vendre à des magazines. » - « Promis juré. » Je lève ma main en l’air pour lui tendre mon doigt pour sceller ma prétendue promesse d’une pinky swear avant d’éclater de rire. « Au moins je sais qu’il faut que je m’abstienne de me pointer avec juste un peignoir en soie sur le dos le jour où tu me peindras. » Comme dans ces films ou séries clichés ou les étudiants en école d’art ne peignent absolument que des modèles nus. « Tant pis pour toi. » Je hausse les épaules avec d’éclater de rire et de porter mon verre de champagne à mes lèvres, en observant à présent sa chambre. « Bon ça va, t’es pas à plaindre non plus. »







(cosigan #6) you'll never walk alone A44L8rk
(cosigan #6) you'll never walk alone VsgJxpQ
(cosigan #6) you'll never walk alone AybYaOa
(cosigan #6) you'll never walk alone Fqo0cUp
(cosigan #6) you'll never walk alone LKqJkYj
(cosigan #6) you'll never walk alone FWfVJqn
(cosigan #6) you'll never walk alone YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5121 POINTS : 1040

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
(cosigan #6) you'll never walk alone DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(sept) - present: angus #5charlie #4jomegan #10saül #7 | past: megan #8saül #3

RPs EN ATTENTE : jasper › papa auden le best
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : alcaline (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyMer 20 Oct - 19:13




you'll never
walk alone.
(c) harley

***

« J’ai pas l’intention de fouiller tes correspondances. » Ca la faisait rire, et même cela l’amusait beaucoup, Megan. Cependant, Damon avait connu trop de situations qui pouvaient virer cauchemars à cause de correspondances lues par des personnes étrangères aux histoires racontées. Il était hors de question qu’un quelque-chose, en plus du reste, lui arrive de la sorte et l’italien ferait en sorte de protéger sa vie privée de qui de droit jusqu’à temps qu’il ne puisse plus le faire. Avec Megan, cependant, les risques qu’ils en arrivent à une telle situation étaient minimes, presque inexistants, si bien qu’il vint finalement lui déposer son téléphone portable déverrouillé dans sa main. La demoiselle n’hésita, par la suite, pas un seul instant avant de venir utiliser l’appareil photo de l’engin, venant remplir la galerie du jour de l’italien. L’instant d’après, peut-être éventuellement la minute suivante, et son écran de verrouillage était déjà changé. Désormais, il aurait le sourire radieux de la demoiselle chaque fois qu'il viendrait regarder son écran qui serait là pour lui rappeler dans quoi il s’était embarqué - elle était radieuse sur cette image, Megan, mais Dieu qu’il aurait préféré n’avoir aucune piqure de rappel tant que cela n’était pas nécessaire. A la suite, les gestes de la jeune femme viennent cependant le prendre de court; déposant un baiser sur sa joue pour immortaliser l’instant d’un cliché, ce fut les joues rougies et le regard fuyant que Damon se retrouva. Il s’était attendu à tout sauf à ça, et si les effusions d’affections lorsque du public était présent lui paraissait normales désormais, il ne s’était pas préparé à une telle chose alors qu’ils jouaient à huit-clos. « Et voilà. L’affaire est dans le sac. » Venant placer une main dans ses cheveux pour replacer correctement ses derniers - comme s’ils venaient se défaire aussi facilement -, et profitant de cet instant de silence entre eux pour défaire légèrement sa cravate qu’il portait toujours serrée autour du cou, il vint hausser un sourcil et porter un regard curieux à l’image qu’elle venait de poster. En réalité, la photo était magnifique; ils pourraient dire bien des choses mais Dieu qu’ils allaient bien ensemble, et c’était ce qui transparaissait en premier lieu au regard du cliché pris par Megan. « J’en connais certains qui vont être jaloux. » Il le disait avec toute la douceur du monde, mais malheureusement la vérité n’était pas vraiment loin de ses mots. Les gens - de façon générale - allaient être jaloux du couple qu’ils présentaient désormais, et cela tordait le coeur d’avance de douleur à Damon. Il aurait voulu tout, sauf ça. Il aurait voulu tout, mais son avis n’était pas pris en compte, de toutes façons.

Alors, autant passer à autre chose, parler d’un autre sujet, porter son attention sur des éléments qui apporteraient autant à l’un qu’à l’autre un nouveau bonheur, un bon point supplémentaire. La jeune femme était une passionnée de photographie, là où la peinture était une évidence pour le blond. Ils sauraient trouver leur terrain d’entente à mi-chemin, lorsqu’ils auraient tous les deux fait les efforts nécessaires pour venir servir l’art de l’autre. « Tu diras plus ça quand tu te réveilleras avec un objectif à dix centimètres du visage. » Et ça, là, ça ne lui faisait peur en rien. Partager des choses avec Megan ne l’effrayait pas, paradoxalement. Des moments de vie, il en créait avec toutes les personnes dont il était proche, ce ne serait là qu'un éternel recommencement. Ils seraient juste plus accessibles et plus faciles à créer car les deux jeunes gens habiteraient sous le même toit. « Je vois ce que tu veux dire. Je sors jamais de chez moi sans mon appareil photo, non plus. C’est moins une question d’inspiration que de jamais laisser passer un moment merveilleux à capturer, mais je comprends. » Il vint tirer un petit sourire, un brin malicieux. « Et je parie que tu fais pas partie de ceux qui se contentent de venir capturer l’instant avec un téléphone, je me trompe ? » Si elle avouait avoir toujours un appareil sur elle, la réponse à cette question pencherait certainement vers la négative; et il trouvait ça touchant, Damon, de la savoir assez investie dans ce qu’elle faisait pour avoir ce type de principes, ce type de limites également… ou tout du moins il espérait qu’elle avait des limites dans son art. « Pourquoi, ça t’intéresserait ? » Oh, qu’il vint laisser ici échapper un rire, un de ceux qu’il ne saurait produire lorsqu’il était en compagnie de ses proches. Ca ne le dérangerait en rien, Damon, mais là était une face malicieuse de lui-même qu’il réservait à seulement quelques personnes triées sur le volet. « J’étais sûre que tu cachais bien ton jeu, derrière cette façade de gendre parfait. » - « Je suis le gendre parfait. Je connais aussi mon audience, rappelle toi. » Il vint ponctuer ses paroles ici d’un petit clin d’oeil, alors que ses pieds se mettaient à arpenter le reste de l’appartement. Sa chambre n’aurait pas de balcon, c’était là bien dommage, mais la lumière n’avait rien à envier à celle de Megan de l’autre côté du couloir; elle serait surement différente selon les heures de la journée.

« Promis juré. » Il vint exagérer son expression de soulagement, Damon., alors qu’il vint accrocher son petit doigt à celui de la jeune femme. C’était le genre de deal qui lui convenait bien, qui était facile à établir. « Au moins je sais qu’il faut que je m’abstienne de me pointer avec juste un peignoir en soie sur le dos le jour où tu me peindras. » Il vint hausser un sourcil, une expression quelque peu choqué déçu venant se coller sur son visage. « Tant pis pour toi. » Il vint se mordre l’intérieur de la joue, alors qu’elle passait à ses côtés pour rentrer dans la chambre du jeune homme à son tour. « Tant pis pour moi, oui, effectivement. » Oh, il n’avait besoin pousser aucun bouchon pour que le flirt soit ici naturel. Damon ne savait pas exactement à quel moment de leur relation il s’était naturellement installé, mais il savait qu’il n’avait besoin de faire aucun effort pour qu’il soit présent; et dans un sens, cela le rassurait: cela voulait dire qu’il y mettait vraiment du sien et que la confiance se tissait petit à petit, comme un oiseau aurait fait son nid. Si la confiance du jeune homme n’était pas mise en jeu à minima, il n’y aurait pas de flirt, il ne savait pas jouer sur deux tableaux de la sorte. « Bon ça va, t’es pas à plaindre non plus. » Il vint secouer la tête, se concentrant de nouveau sur les paroles de la jeune femme. « Plait-il ? » Son regard vint tenter de se centrer de nouveau sur le sujet qu’elle abordait, alors que ses pensées s’envolaient à mille lieux de celui où ils se tenaient actuellement. « La chambre, tu veux dire ? J’aurais pas pris un appartement où seule l’une des deux chambres valait le coup. Je suis fou, mais pas idiot. » Il vint étirer de nouveau ce petit sourire malicieux sur ses lèvres, alors qu’il vint s’arrêter un instant pour admirer la vue qui s’étendait sous ses pieds. Tout ça était irréel - comme l’était leur histoire d’amour. « Tu sais quoi ? » Venant terminer son verre d’une traite, il vint se tourner vers Megan, plissant quelque peu les yeux. « Tu as piqué ma curiosité. Et si on allait chez toi pour que tu me montres de quoi tu es capable ? » Il vint attraper le verre de la jeune femme afin de le terminer également d’une seule gorgée, grimaçant au passage de la qualité médiocre du breuvage. « Je veux savoir exactement à quoi je peux m’attendre de la part d’une photographe comme toi, même si la camera ne me fait pas peur. Je sens que tu es bien plus douée que ce pour quoi tu utilises ton don, Megan Monroe. »



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #6) you'll never walk alone IAeu3cF ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, photographe au studio photo "Mirages", modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #6) you'll never walk alone Rsum
POSTS : 3558 POINTS : 505

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(09) damon #11aiden (2019)saül #6scott #2shiloh #7jasperdamon #15beautiful disasterjo #6

(cosigan #6) you'll never walk alone Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #11 & #15 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516

(cosigan #6) you'll never walk alone Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan #2 ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #6) you'll never walk alone F5d98bd5c340fa12dd59720d30849c332fa38085
joseegan #6 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #6) you'll never walk alone B928346a83ed227654239510d31c2822dcaf2248
misfits #5 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #6) you'll never walk alone Kl4a
meloh #7 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #6) you'll never walk alone 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #1 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : bambieyes (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone EmptyJeu 21 Oct - 17:04




You'll Never Walk Alone
Megan Monroe & @Damon Williams (cosigan #6) you'll never walk alone 873483867

Lorsque je dépose un baiser sur la joue de Damon, je ne réfléchis même pas : ce qui est devenu naturel lorsque nous sommes observé par le reste du monde est en passe de devenir naturel tout court au point que, lorsque mes lèvres effleurent la peau de sa joue, le frisson qui me parcourt la colonne vertébrale me semble familier et agréable. A l’aide du pouce et de mon majeur, j’agrandis la photo présente à l’écran et, satisfaite par l’image que nous renvoyons, je poste la photo sur la page instagram de mon fiancé avant de me l’envoyer pour pouvoir la poster à mon tour. C’est vrai que nous allons bien ensemble : difficile de trouver un coupe plus assorti que nous et je lèverais presque mon chapeau à l’attention de Saül pour ce match parfait, sur papier en tout cas. Damon lui, rougit et replace ses cheveux qui n’avaient pas besoin de ça. Moi, je suis à deux doigts de passer la main dans sa tignasse pour le décoiffer mais je me retiens : je lui laisse encore quelques semaines avant de montrer mon vrai visage : il se lassera trop vite, si je deviens déjà trop chiante. « J’en connais certains qui vont être jaloux. » J’observe la photo avec un sourire tendre au coin des lèvres. « C’est une jolie photo. » Je ne l’interroge pas sur l’amertume que je crois percevoir dans sa voix : il s’agit là d’un terrain sur lequel je ne suis pas certaine d’avoir envie de m’aventurer. De mon côté, je n’ai pas grand chose à perdre : Cameron fait comme s’il avait oublié mon existence depuis que je lui ai annoncé mes fiançailles et, au fond de moi, je sais que c’est une bonne chose, que nous n’étions pas bons l’un pour l’autre ou, en tout cas, qu’il n’était pas bon pour moi. Des photos à deux, nous en aurons bientôt des tonnes : à commencer par celle que nous prendrons moi dans ma robe blanche et lui dans son costume sur mesure en prévision du mariage. Sur celles-ci aussi, nous serons beaux et à l’image du couple parfait que Saül Williams rêve pour son fils.

« Et je parie que tu fais pas partie de ceux qui se contentent de venir capturer l’instant avec un téléphone, je me trompe ?Je suis le gendre parfait. Je connais aussi mon audience, rappelle toi. » Je fais la grimace avant de secouer la tête. « Tu devrais voir toutes ces godiches qui se prennent pour des photographes parce que leur iphone 12 a un mode grand angle. » Les plus belles photos sont celles qui sont prises à l’argentique à mes yeux, même si je vis avec mon époque et que j’ai également adopté le numérique : mais avec un appareil photo hors de prix, pas un téléphone portable. « Mon appareil photo et mes objectifs, ce sont les seules choses de valeur que je possède. » Et le tout coûte à lui tout seul plus cher que mon ordinateur portable ou n’importe quelle autre de mes possessions matérielles.

« Tant pis pour moi, oui, effectivement. » Je crois qu’avant aujourd’hui, je n’avais pas fait attention à ce jeu de flirt qui s’installe parfois entre nous. Jusque là, ces moments ont toujours été si fugaces qu’il était plus facile de prétendre qu’ils étaient le fruit de mon imagination que de me questionner sur leur source. Est-ce parce que c’est ce que l’on attend de nous, que cela semble si facile de lui faire du charme et de tomber sous le sien ? Est-ce parce que nous allons vivre ensemble et nous marier, qu’il agit avec moi de la sorte et que je réponds de la même manière sans me faire prier ? Est-ce tout simplement parce que la compagnie de l’autre ne nous est pas si désagréable que ce à quoi nous nous attendions ? Est-ce que je me fais des idées ? Parler de sa chambre, celle dont il a hérité parce qu’il a perdu à notre petit jeu, c’est plus facile, quand bien même ça me renvoie à une autre après-midi qui a été tout aussi agréable que cette soirée.« Plaît-il ? » Je désigne du coin du menton la bien que j’embrasse du regard. « La chambre, tu veux dire ? J’aurais pas pris un appartement où seule l’une des deux chambres valait le coup. Je suis fou, mais pas idiot. » - « T’es pas si généreux et magnanime en fait, tu caches seulement bien ton jeu. » J’esquisse un sourire amusé sans cesser de le dévorer du regard. « Tu sais quoi ? » - « Hm ? » Je fronce un sourcil, tentant de deviner ce qui s’apprête à me tomber sur le bout du nez. « Tu as piqué ma curiosité. Et si on allait chez toi pour que tu me montres de quoi tu es capable ? » Je rougis, pas simplement parce que je suis une jeune fille en fleur et qu’un jeune homme charmant s’intéresse à moi. Si mes joues rosissent, c’est parce qu’il s’intéresse à mon travail et que ça, ça a beaucoup plus de valeur que n’importe quoi d’autre à mes yeux. C’est également le seul domaine où je reste modeste, pire, je doute de moi et j’appréhende ce regard extérieur sur mon travail. Mais une promesse est une promesse et, au-delà de ça, j’ai envie de lui faire découvrir mon univers au travers de la photographie. « Je veux savoir exactement à quoi je peux m’attendre de la part d’une photographe comme toi, même si la caméra ne me fait pas peur. Je sens que tu es bien plus douée que ce pour quoi tu utilises ton don, Megan Monroe. » Je pourrais répondre que prendre des clichés volés à leur propriétaire demande d’avoir un bon œil et un certain talent : lorsque le moment est passé, il est passé, on ne peut pas demander au sujet de reprendre la pose comme lors d’un photoshoot. Je pourrais, mais ça n’a pas la moindre importance : c’est la première fois que Damon s’intéresse à moi de la sorte - jusque-là, je suis celle qui pose plus de questions que l’inverse - et il me fait même des compliments à peine voilés. Il n’a même pas vu le moindre de mes clichés mais me parle déjà de don et ça a bien plus de valeurs à mes yeux que ces hommes qui me disent que je suis belle ou séduisante. « J’espère que t’as toute la nuit devant toi dans ce cas. » Est-ce que je fais exprès, d’emplir mon ton de malice et de sous-entendu ? Peut-être, et pourtant, c’est bien parce qu’il est impossible de me lancer lorsque je montre mes albums et parle de photographie que je dis ça. « Et ce week-end, on fera un saut à la galerie, pour que je puisse savoir ce qui m’attend aussi. » Même si je n’ai pas de doute quant à son talent : Damon est un garçon assez sensible pour savoir capturer la beauté dans ses portraits et ses tableaux. « Parce que si ton style c’est plutôt Picasso, faut que je me prépare mentalement. » Finalement, nous nous arrachons à la contemplation de notre appartement et, contre toute attente, nous rejoignons le mien. La soirée prend une tournure à laquelle je ne m’attendais pas mais, pour une fois, c’est plutôt positif : je ne me plains pas de passer du temps en compagnie de Damon, je l’appréhende même de moins en moins à chaque fois.


RP terminé (cosigan #6) you'll never walk alone 1949770018




(cosigan #6) you'll never walk alone A44L8rk
(cosigan #6) you'll never walk alone VsgJxpQ
(cosigan #6) you'll never walk alone AybYaOa
(cosigan #6) you'll never walk alone Fqo0cUp
(cosigan #6) you'll never walk alone LKqJkYj
(cosigan #6) you'll never walk alone FWfVJqn
(cosigan #6) you'll never walk alone YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(cosigan #6) you'll never walk alone Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #6) you'll never walk alone (cosigan #6) you'll never walk alone Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(cosigan #6) you'll never walk alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: nouer des contacts :: mémoire du passé
-