AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
Trottinette électrique pliable Xiaomi Mi Scooter Pro 2 à 399€
399.99 €
Voir le deal

 if looks could kill (Lara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sergio Gutiérrez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 50 ans
SURNOM : Serg, quoique peu de personnes s'y risquent
STATUT : Divorcé et peu enclin à se relancer dans quoique ce soit
MÉTIER : Agent artistique en perpétuelle quête de diamants bruts
LOGEMENT : #230 Edward Street, Spring Hill
if looks could kill (Lara) Tumblr_inline_p814u14add1rqq37j_400
POSTS : 805 POINTS : 880

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : if looks could kill (Lara) 4hy7

Lena + Gugu family + Hayden + Channing + Maddy & Cesar + Winston + Maddy #3 + Lara + Diego + May

UA : Deb & Gab

Dimension Slasher : Lena + Jake + Dani
RPs TERMINÉS : (terminés) Erin + Maddy + Lexie + Maddy #2 + Diego + Raymond +

(abandonnés) Erika + Rudy + Maritza + Eleonor +
AVATAR : Mark Consuelos
CRÉDITS : tiph (avatar) + maurawrites (gif profil & signa) + hipdict (profil)
DC : albane (aka bébé banane)
PSEUDO : tiph
Femme (elle)
INSCRIT LE : 02/06/2021

if looks could kill (Lara) Empty
Message(#) Sujet: if looks could kill (Lara) if looks could kill (Lara) EmptyVen 29 Oct - 0:41



if looks could kill

Oh I don’t think you know how good you look right now caught me off guard, as you walk towards me I can feel my heart it beats so hard. You start to get so close now I can smell your perfume. And now we’re alone

La lune n’était pas encore si haute dans le ciel quand Sergio pénétra dans ce club pour gentlemen, ce soir-là. Une entrée discrète au détour d’une allée, un couloir élégant et étroit avant d’arriver dans la pièce principale. S’il devait juger, l’Equinox serait ce qui se rapprochait le plus du club idéal. Il y avait un certain standing ici, de la discrétion, des femmes qui prônaient davantage la sensualité et l’élégance que la vulgarité. Au fur et à mesure des années, le mexicain s’était créé quelques habitudes par ici. Il savait quelle table demander, quel whisky commander, et surtout à quelle fille payer une danse. Pour ce dernier point, le temps l’avait fait devenir exigeant. Il avait sa préférée, toujours la même. Celle qui pouvait le faire changer de club par simple plaisir de la voir prendre possession de la scène, pour s’enivrer de ce sentiment d’inaccessibilité qu’elle prodiguait dès qu’elle se mettait à faire onduler ses courbes. Cela faisait bien longtemps que Sergio avait cessé de s’embarrasser de venir dans ce genre d’endroits. Il n’était qu’un homme, après tout. Et sur ce genre de choses, ils étaient tous pareils. Ce qui aurait pu être une source de gêne était devenu un atout considérable pour mener à bien certaines affaires professionnelles.

Comme cela avait été le cas, quelques jours plus tôt. Le passage express à Brisbane d’un directeur d’une maison de disque à Sydney, l’occasion de partager un dîner, de nouer des liens. Tout ce que Sergio avait l’habitude de faire au quotidien, étendre son réseau comme une toile d’araignée. Il savait quand une relation pourrait lui apporter quelque chose, quand cela valait le coup qu’il fasse des efforts. Il n’y avait jamais aucune décision prise au hasard, en affaires. Ce n’était rien d’autre qu’une tentative de séduction quand il avait glissé le contact de cette strip-teaseuse, après qu’ils avaient eu mentionné cette fête selecte qu’ils prévoyaient dans leur villa hors de prix. Cela aurait dû se faire sans accrocs. Le plaisir des yeux pour ces gentlemen, une paye plus que généreuse pour Lara. Mais tout ce qu’il avait eu en retour avait été un message vocal furieux du producteur, une pluie de noms d’oiseaux et un record certain pour le nombre d’insultes misogynes dans une phrase. Quelque chose avait sévèrement déconné, et l’homme ne savait pas quoi. Or, s’il y avait bien une chose que Sergio détestait, c’était que l’on touche à sa réputation.

Il n’était donc pas présent à l’Equinox par hasard. L’unique message qu’il avait envoyé était resté sans réponse, ce qui ne représentait pas un problème en soi. Le mexicain ne réglait pas les problèmes à distances, ne patientait pas que l’on revienne vers lui quand il voulait des réponses. Trouver la trace de la Pearson parmi les clubs de la ville avait été l’étape la plus compliquée. Son emploi du temps était à son image ; imprévisible. Et le genre d’endroits dans lesquels elle décidait de travailler n’étaient pas connus pour être avares d’informations. S’il appréciait la discrétion de ces lieux en temps normal, cette qualité s’était définitivement retournée contre lui. Son statut d’habitué lui avait été salvateur, exceptionnellement.  
Mais cette fois-ci, il n’avait pas demandé sa table préférée. Il n’avait pas pris ses aises avant de commander. A la place, il avait accosté directement l’une des filles occupées au service. Une petite nouvelle, à en juger par sa nervosité et le fait qu’il ne reconnaissait pas son visage. Sa requête était simple ; il patienterait dans l’un des salons privés, paierait pour ce temps. Tout ce qu’elle avait à faire, c’était se débrouiller pour lui envoyer Lara. L’incertitude sur son faciès n’eut besoin que de quelques billets pour disparaître. Ce n’était pas son affaire à lui, la manière dont elle s’y prendrait, l’approche qu’elle choisirait. Il avait fini de courir après la danseuse pour ce soir, elle pouvait venir à lui.
Après tout, quoi de plus privé que l’un de ces salons pour discuter ?



 
© GASMASK



not a saint
Lord knows I've got habits to break. I'm really good at being good at goodbyes. I'm gonna give you fair warning that I'm not a saint, but I could be if I tried • sheepirl.

if looks could kill (Lara) ZPuukcL
if looks could kill (Lara) RhAmSZr
if looks could kill (Lara) IfjSGV7
if looks could kill (Lara) NJB97Z9
Revenir en haut Aller en bas
Lara Pearson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (02.03.1993)
SURNOM : baby pearson, the girl with the loud mouth, sugar... tu laisses les gens choisir, tu ne réagis plus depuis longtemps
STATUT : and this bird you can not change...
MÉTIER : strip-teaseuse, tu es co-propriétaire de Paradise City, un (futur) club pour gentlemen dans Redcliffe, les portes s'ouvriront dès que ta meilleure amie et toi vous aurez réglé tous les détails. tu donnes également des cours de danse, 4 fois par semaine, dans un studio de Spring Hill
LOGEMENT : tu partages un appartement à Spring Hill, au 70 st pauls terrace, avec ta cousine Evie
if looks could kill (Lara) Tumblr_ps8i8mMyhR1w6tlvpo5_r2_400
POSTS : 403 POINTS : 370

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : black girl magic, y'all can't stand it • membre du clan des Pearson, tu as la chance de ne pas être sous les feux des projecteurs contrairement à certains • homosexuelle et fière de l'être • accro aux mini-jupes et à la malbouffe, que personne n'essaye de changer tes habitudes alimentaires • la danse est ta première passion et tu as réussi à en faire ton métier • vocale et toujours bruyante, tu ne passes pas inaperçue, surtout pas quand on sait que le rose est ta couleur préférée et qu'on le retrouve partout dans ta garde robe mais pas que • capable de mettre toute ta vie dans un sac à dos
RPs EN COURS :
if looks could kill (Lara) TnXo8r1C_o
pearsons • Even if you can't see, I'll never leave, cause you're the key to the kingdom. You're the key to the kingdom. Here some things you have to know, it go hard from have to grow. When you feel you've had enough, you gotta breathe. Just remember who you are, you forget, look to the stars. Even the strong, yeah, the weak...

if looks could kill (Lara) Tumblr_inline_ovvhy2tAgy1qlt39u_250
itziar • If you're gonna brag, make sure it's your money you flaunt, depend on no one else to give you what you want. The shoes on my feet, I bought it. The clothes I'm wearing, I bought it. The rock I'm rocking, I bought it. Cause I depend on me if I want it.

(2021) rose#1finnley#1sergio#1itziar#7pearsons#9albane#1

RPs EN ATTENTE : naomi#4 • rose#2
RPs TERMINÉS : (fiche de liens)
AVATAR : vanessa morgan
CRÉDITS : (av) malibu; (gif profil & sign) ssoveia, perriedward/tumblr, colessprouse/tumblr
DC : edge price & nicholas hurley, les autres
PSEUDO : malibu
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26149-take-a-bottle-shake-it-up-and-pour-some-sugar-on-me https://www.30yearsstillyoung.com/t26233-lara-skip-to-the-part-that-you-really-mean https://www.30yearsstillyoung.com/t30516-lara-pearson https://www.30yearsstillyoung.com/t30548-lara-pearson

if looks could kill (Lara) Empty
Message(#) Sujet: Re: if looks could kill (Lara) if looks could kill (Lara) EmptyVen 5 Nov - 14:01



≈ ≈ ≈
{if looks could kill}
crédit/(stefansalvatored/tumblr) ✰ w/ @Sergio Gutiérrez
Pour n'importe quelle soirée, tu connais les risques, tous les risques qui sont liés à ta profession et tu te déplaces en connaissance de cause. Alors oui, peut-être que cette fois-là, tu as manqué de jugement mais quand le nom et le prénom de Sergio sont apparus sur ton écran de téléphone professionnel, tu n'as pas vraiment réfléchi. Il faut dire que tu ne peux vraiment rien refuser à tes clients les plus fidèles, ceux qui suivent les règles, ceux qui payent et surpayent sans vraiment s'en rendre compte, ou alors qui aiment payer pour un travail bien fait et si cela veut dire déverser une petite fortune pour une danse privée, alors ils le font, sans aucune hésitation. C'est le genre de clients qui te permettent de boucler les fins de mois et avec les derniers détails qui se règlent pour ton futur club, tu as plus que besoin d'argent. Tu étais plus que sérieuse quand tu as dit à Izzie que tu voulais un petit pécule de côté pour voir venir la prochaine galère et c'est bien pour cela que tu as accepté de voir l'ami de Sergio. Après tout, tu ne donnes pas ton vrai prénom à tous tes clients, cela est beaucoup trop dangereux et tu n'es pas une idiote finie.
Mais l'affaire s'est mal terminée, l'incident est rangé dans un coin de ta mémoire, et tu fais de ton mieux pour l'oublier depuis quelques jours, n'en ayant parlé à personne. Pas même à Itziar, pas même Evie, une partie de toi te maudissant d'avoir été aussi crédule et de penser qu'il s'agirait d'une soirée facile. Quoi qu'il en soit, tu te concentres, tu viens de finir une danse privée à l'Equinox, un club que tu fréquentes de temps en temps pour quelques pourboires et tu es en train de compter tes derniers gains, quand tu te fais accoster par une autre danseuse. On te cherche visiblement, quelqu'un a demandé après toi, elle te fait une description d'un brun, autoritaire, mystérieux et un brin flippant et tu roules des yeux, sachant déjà de qui elle parle. "Okay, merci." Tu savais que Sergio viendrait te demander une explication, après tout, il s'agissait de quoi ? Son ami ? Son partenaire d'affaires ? Peu importe, Sergio voulait sûrement adoucir l'humeur de quelqu'un et cela n'a pas pris, n'a pas pris du tout.
Tu prends une profonde inspiration, retires la perruque couleur rose bonbon de tes mèches brunes et après t'être appliquée une autre couche généreuse de gloss, en fixant ton reflet dans le miroir, et tu fouilles rapidement dans ton sac à la recherche de quelque chose de précis et, enfin, tu te diriges vers le salon privé. De loin, tu passes juste pour une autre danseuse, qui va à son prochain client et c'est tout. En réalité, tu es un peu nerveuse, mais tu réalises bien qu'il n'est pas dans les intérêts de Sergio de faire quoi que ce soit et ensuite, tu as appris à très bien le cacher. Si bien que c'est un véritable sourire qu'il y a sur ton visage quand tu pousses la porte et que tu fais face à l'homme déjà bien installé, tu refermes la porte rapidement et tu prends une autre inspiration avant de te diriger vers lui.
"Je suppose que vous n'avez pas payé pour une danse donc entrons dans le vif du sujet." Une table basse vous sépare et c'est là que tu viens déposer un chèque, signé, te reculant et ajoutant un simple : "C'est l'argent que votre cher ami a payé, vous pouvez le récupérer, je n'en veux pas et oui..." Parce qu'on aura beau te reprocher beaucoup de chose mais tu es professionnelle à souhait, le service n'a pas été effectué, alors il a le droit à un remboursement. Lui et son partenaire.".... Oui, vous devriez vous estimer heureux que je vous rembourse." Que tu ajoutes en croisant les bras sur ta poitrine, tes yeux toujours posés sur Sergio, bien consciente que la discussion ne va pas s'arrêter là.



Hey, hey, mama said the way you move, gonna make you sweat, gonna make you groove, ah child, way you shake that thing, gonna make you burn, gonna make you sting...
Revenir en haut Aller en bas
Sergio Gutiérrez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 50 ans
SURNOM : Serg, quoique peu de personnes s'y risquent
STATUT : Divorcé et peu enclin à se relancer dans quoique ce soit
MÉTIER : Agent artistique en perpétuelle quête de diamants bruts
LOGEMENT : #230 Edward Street, Spring Hill
if looks could kill (Lara) Tumblr_inline_p814u14add1rqq37j_400
POSTS : 805 POINTS : 880

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : if looks could kill (Lara) 4hy7

Lena + Gugu family + Hayden + Channing + Maddy & Cesar + Winston + Maddy #3 + Lara + Diego + May

UA : Deb & Gab

Dimension Slasher : Lena + Jake + Dani
RPs TERMINÉS : (terminés) Erin + Maddy + Lexie + Maddy #2 + Diego + Raymond +

(abandonnés) Erika + Rudy + Maritza + Eleonor +
AVATAR : Mark Consuelos
CRÉDITS : tiph (avatar) + maurawrites (gif profil & signa) + hipdict (profil)
DC : albane (aka bébé banane)
PSEUDO : tiph
Femme (elle)
INSCRIT LE : 02/06/2021

if looks could kill (Lara) Empty
Message(#) Sujet: Re: if looks could kill (Lara) if looks could kill (Lara) EmptyJeu 11 Nov - 21:36



if looks could kill

Oh I don’t think you know how good you look right now caught me off guard, as you walk towards me I can feel my heart it beats so hard. You start to get so close now I can smell your perfume. And now we’re alone

Quand cela touchait aux affaires, Sergio ne laissait jamais rien au hasard. Il évoluait dans un monde de requins et l’expérience lui avait appris à en être un à son tour. Chaque personne qu’il fréquentait dans sa sphère professionnelle avait un intérêt, un atout à lui apporter. Il ne nouait que rarement de prétendues amitiés par affect, ayant cette sale manie d’y voir plutôt des alliés, des gens à qui il pouvait se permettre de demander quelques services. Des faveurs qui, bien évidemment, étaient toujours retournées. Mais justement, ce principe de réciprocité se baisait sur un facteur à la valeur inestimable : sa réputation. Les informations allaient vite, les relations cordiales étaient prêtes à se défaire au moindre signe de faiblesse. Et le mexicain avait travaillé bien trop dur pour que son nom, sa crédibilité ou sa fierté ne soient remis en doute même le temps d’un instant. Les dégâts ici étaient partiellement limités au vu des circonstances ; aussi débauché puisse-t-il être, admettre avoir eu une mauvaise expérience avec une danseuse par la faute du Gutiérrez mettrait sa réputation à mal, presque autant que pour l’agent. Être client de ce genre de plaisirs pouvait se comparer à la consommation de drogue. Tout le monde le faisait, mais cela faisait trop mauvais genre de l’admettre. A ce qu’il savait, Sergio avait juste perdu une opportunité professionnelle qui aurait pu mener très loin. C’était bien suffisant pour l’agiter, le faire se déplacer jusqu’au club ce soir. Imposer un moment avec Lara plutôt que de patienter qu’elle daigne revenir vers lui. Mais il ne comptait pas crier ou s’énerver ce soir, bien loin de là. Il venait juste tâter le terrain, essayer de déterminer s’ils pouvaient encore mutuellement se faire confiance. Elle était un atout dans ses connaissances, une vipère capable d’envoûter les sens. Elle récupérait les billets, il récupérait la satisfaction. Cependant, il savait apprendre de ses erreurs ; il ne s’approcherait pas d’une vipère venimeuse et agressive.

A vrai dire, il n’avait même aucune idée de si elle viendrait jusqu’au salon. Sergio avait réclamé sa présence, cédé à un verre de bon whisky en patientant qu’elle vienne vers lui. Il lui connaissait un tempérament, un côté quelque peu sélectif. De ce qu’il savait, elle pourrait décider d’en faire usage ce soir, d’offrir ses danses aux clients de son choix. C’était l’avantage qu’elle avait à être un petit oiseau indépendant ; il ne donnerait certainement pas cher de la peau du patron s’il décidait de lui imposer quoique ce soit quant à la façon dont elle devait se comporter et avec qui. Cela laissait tout le loisir au mexicain d’observer les lieux. Il était assis sur ce large canapé en cuir, face à une barre de pole dance qui ne laissait qu’une distance minimale avec la banquette. Les lumières du plafond semblaient s’étendre à l’infini grâce aux miroirs collés aux murs. Mais par-dessus tout, c’était l’ambiance tamisée rouge qui trônait, plongeait le salon dans une ambiance qui aurait appelé à la luxure. Dans d’autres circonstances, peut-être aurait-il payé une autre danseuse pour patienter. Cependant, seul, les minutes ne faisaient que s’étirer dans une lenteur abominable.

Jusqu’à ce qu’il entende le claquement de la porte, voit la silhouette de la jeune femme débarquer. Etrangement souriante, procurant presque l’impression qu’elle était heureuse de le voir. Elle est pressée de repartir. Il le sent rapidement à son attitude brusque, une sensation confirmée par l’apparition du chéquier. « Bonsoir à toi aussi. » lance-t-il, légèrement goguenard. Mais elle ne lui prête guère plus d’attention, le chèque déjà rempli et signé comme si cela réglait l’affaire. Elle pense que ce n’est qu’une question d’argent. Dans un soupir il se penche sur la table basse, observe le bout de papier et le montant qui y est écrit. Soit la belle y avait vu une superbe occasion d’arrondir ses fins de mois, soit le réalisateur s’était montré plus que généreux. Ce qui en soi était déjà suspicieux. Cependant, Sergio ne prend pas le chèque. Il le repousse même vers Lara, son regard sombre planté dans le sien. « Et moi qui pensais qu’on avait dépassé la simple relation commerciale. C’en est presque insultant. » Il n’a que faire de cet argent, de le restituer au client lésé. La somme est dérisoire à ses yeux, qu’elle soit dépensée ne changerait absolument rien à son quotidien de quelque manière que ce soit. Comme pour le prouver, il plonge la main dans la poche intérieure de sa veste, en sort une pince à billets. Il en tire 300$ qu’il dépose sur la table. « Maintenant, j’ai payé pour une danse. Mais si tu préfères t’assoir et boire un verre à la place, fais toi plaisir. Je sais que ton temps a un prix. » Des prix qu’il connaissait. Il ne la retiendrait guère plus qu’une demi-heure avec ça, mais cette soudaine radinerie était réfléchie. « Pour être honnête, je n’en ai rien à faire de récupérer ce chèque. Tu en as certainement plus l’utilité que lui. » Et si l’expérience lui avait tant déplu qu’elle avait préféré créer un scandale que faire ce pour quoi elle était venue, il ne lui reprocherait pas le moins du monde de prendre cet argent pour se faire plaisir avec. Ce qui semblait être dans ses cordes, vu l’insolence qui collait à son personnage. « Et me concernant, ça ne dédommagera certainement pas l’argent que j’aurais pu me faire en travaillant avec lui. Je dois admettre que cette partie de l’affaire me contrarie. » Le sourire s’est désormais effacé et le verre, terminé cul sec, termine sur la table. Penché vers la brune, les mains désormais croisés sur ses genoux, il décide à son tour d’en arriver aux choses sérieuses. « J’ai envie de croire que les insultes que j’ai entendues à ton égard sont quelque peu exagérées. Mais après un coup d’éclat pareil, je préfère avoir ta version des faits. » Ou peut-être pas. Il n’était pas celui en droit de décider si cela valait le coup qu’ils continuent à se donner mutuellement un coup de main. Quoiqu’elle déciderait, il respecterait sa décision. Néanmoins, il aimerait être sûr de ne pas être directement responsable de cette relation sabordée.

@Lara Pearson


 
© GASMASK



not a saint
Lord knows I've got habits to break. I'm really good at being good at goodbyes. I'm gonna give you fair warning that I'm not a saint, but I could be if I tried • sheepirl.

if looks could kill (Lara) ZPuukcL
if looks could kill (Lara) RhAmSZr
if looks could kill (Lara) IfjSGV7
if looks could kill (Lara) NJB97Z9
Revenir en haut Aller en bas
Lara Pearson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (02.03.1993)
SURNOM : baby pearson, the girl with the loud mouth, sugar... tu laisses les gens choisir, tu ne réagis plus depuis longtemps
STATUT : and this bird you can not change...
MÉTIER : strip-teaseuse, tu es co-propriétaire de Paradise City, un (futur) club pour gentlemen dans Redcliffe, les portes s'ouvriront dès que ta meilleure amie et toi vous aurez réglé tous les détails. tu donnes également des cours de danse, 4 fois par semaine, dans un studio de Spring Hill
LOGEMENT : tu partages un appartement à Spring Hill, au 70 st pauls terrace, avec ta cousine Evie
if looks could kill (Lara) Tumblr_ps8i8mMyhR1w6tlvpo5_r2_400
POSTS : 403 POINTS : 370

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : black girl magic, y'all can't stand it • membre du clan des Pearson, tu as la chance de ne pas être sous les feux des projecteurs contrairement à certains • homosexuelle et fière de l'être • accro aux mini-jupes et à la malbouffe, que personne n'essaye de changer tes habitudes alimentaires • la danse est ta première passion et tu as réussi à en faire ton métier • vocale et toujours bruyante, tu ne passes pas inaperçue, surtout pas quand on sait que le rose est ta couleur préférée et qu'on le retrouve partout dans ta garde robe mais pas que • capable de mettre toute ta vie dans un sac à dos
RPs EN COURS :
if looks could kill (Lara) TnXo8r1C_o
pearsons • Even if you can't see, I'll never leave, cause you're the key to the kingdom. You're the key to the kingdom. Here some things you have to know, it go hard from have to grow. When you feel you've had enough, you gotta breathe. Just remember who you are, you forget, look to the stars. Even the strong, yeah, the weak...

if looks could kill (Lara) Tumblr_inline_ovvhy2tAgy1qlt39u_250
itziar • If you're gonna brag, make sure it's your money you flaunt, depend on no one else to give you what you want. The shoes on my feet, I bought it. The clothes I'm wearing, I bought it. The rock I'm rocking, I bought it. Cause I depend on me if I want it.

(2021) rose#1finnley#1sergio#1itziar#7pearsons#9albane#1

RPs EN ATTENTE : naomi#4 • rose#2
RPs TERMINÉS : (fiche de liens)
AVATAR : vanessa morgan
CRÉDITS : (av) malibu; (gif profil & sign) ssoveia, perriedward/tumblr, colessprouse/tumblr
DC : edge price & nicholas hurley, les autres
PSEUDO : malibu
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26149-take-a-bottle-shake-it-up-and-pour-some-sugar-on-me https://www.30yearsstillyoung.com/t26233-lara-skip-to-the-part-that-you-really-mean https://www.30yearsstillyoung.com/t30516-lara-pearson https://www.30yearsstillyoung.com/t30548-lara-pearson

if looks could kill (Lara) Empty
Message(#) Sujet: Re: if looks could kill (Lara) if looks could kill (Lara) EmptyMar 16 Nov - 14:35



≈ ≈ ≈
{if looks could kill}
crédit/(stefansalvatored/tumblr) ✰ w/ @Sergio Gutiérrez
Tu es un peu nerveuse, oui, mais tu n'es nullement intimidée par Sergio et tu ne t'attends pas à ce qu'il te présente des excuses. Oh que non, tu te demandes même s'il sait présenter des excuses, sans être sarcastique ou hypocrite, mais bien en étant sincère à souhait... sûrement pas, les hommes comme lui, ils n'ont pas à s'excuser, pas vrai ? Ils peuvent tout casser sur leur passage, ne jamais regarder par-dessus leurs épaules et continuer leur petit bout de chemin, comme si de rien était. Sans se soucier des dégâts qu'il cause sur leur passage, et franchement ? Tu ne peux pas le vraiment le blâmer, toi aussi, tout ceci finirait par te monter à la tête si tu avais tout, en permanence et ce, sur un plateau d'argent. Tu serais très probablement aussi assurée et aussi cassante que lui, tu l'es déjà d'une certaine manière, tu l'as toujours été et tu roules des yeux quand il te dit que ton attitude est presque insultante. Qu'il ne s'y méprenne pas, il n'est qu'un client, certes, un très bon client, mais le peu de respect que tu as pu avoir pour lui est mort quand tu as dû repousser les avances du client qu'il t'a envoyé... Tu ne veux pas y repenser et pourtant, tu te dis que si tu n'avais pas été aussi préparée, tu aurais fini dans un mauvais état, te toucher est une autre chose, user de la force et tenter de prendre l'ascendant, cela en est une autre. Et une partie de toi te trouve un peu idiote, il ne s'est rien passé, tu es repartie indemne et tu as effacé l'incident avec une douche brûlante et beaucoup d'exfoliant en souhaitant vraiment que cette soirée ne soit jamais passée, mais, tu ne devrais pas te blâmer.
Cela n'aurait jamais dû frôler le territoire du menaçant et du dangereux, alors non, tu ne comptes pas danser pour Sergio ce soir et tu détestes le ton qu'il est en train d'employer. "Je n'ai pas besoin de votre charité, si c'est que vous croyez, vous pouvez vous enlever ça de la tête, tout de suite." Tu clarifies cela tout de suite, n'ayant pas l'intention de reprendre ton chèque, la vérité, c'est que tu ne veux pas de cet argent, tu n'as jamais été de ceux qui regardent leur compte en banque en permanence ou qui mesure leur estime d'eux-mêmes avec le nombre de zéro sur leur compte en banque... non, pour toi, repartir avec autant d'argent, cela a toujours signifié que tu faisais bien ton boulot, rien de plus, rien de moins. Mais cette somme en particulière ? C'est de l'argent sale, aucun doute là-dessus, tu ne te vois pas le dépenser et tu te sentirais plus que mal à l'aise en le faisant, voilà pourquoi tu le lui as redonné, et il le refuse tout simplement, t'irritant un peu plus avec son ton. Il te parle comme si tu étais une gamine, sa gamine, qui venait d'être prise la main dans le sac, littéralement, après avoir fait une bêtise colossale. Et maintenant, il doit corriger tes erreurs.
Tu ne sais pas ce qui est pire, le fait que Sergio est en âge d'avoir des enfants, il doit sûrement en avoir en plus, ou que la situation est plus que familière parce que ton propre père, Trevante, a déjà employé ce même ton avec toi... Tu prends une profonde inspiration, parce que la culpabilité commence à refaire son apparition au creux de ta poitrine, un sentiment pas du tout justifié, parce que tu n'es pas la fautive dans l'histoire. "Ma version des faits ? Vous jouez au flic maintenant ? Vous devriez arrêter tout de suite, cela ne vous va pas au teint, du tout." Que tu répliques enfin, le tout avec un sourire hypocrite à souhait sur le visage pour le coup. "Vous me connaissez et vous connaissez les règles que j'impose, dans un club comme celui-ci ou dans une soirée privée." Tu n'as pas besoin de lui faire un dessin, tu ne veux pas expliciter ce qui s'est passé, tu ne veux pas vraiment en parler où revenir dessus, cela donnerait une dimension encore plus réelle à tout cela, et donnerait raison à certains, et tu devras faire une pause et analyser tout cela, ce que tu ne souhaites pas particulièrement faire. "Vous auriez dû prévenir votre ami, il a été insistant et j'ai dû le remettre à sa place." Tu ponctues ta phrase d'un haussement de tes sourcils, est-ce qu'il a dit à Sergio qu'il avait une vilaine cicatrice sur le visage ? Parce que tu lui as envoyé son propre verre à la figure avant de partir ? Probablement, il a sûrement dû dire que tu l'avais attaquée sans raison, comme une folle... Comme si. C'est le souci d'avoir un tempérament comme le tient, les gens pensent, à tort, qu'un rien suffit à te provoquer, ce n'est pas le cas. Et quand il s'agit de cette soirée-là, tu ne faisais que te défendre.
"Est-ce que je suis désolée ? Absolument pas. Est-ce que vous devriez mieux vous entourer ? Oui, oh que oui." Tu offres un jugement, alors que Sergio ne t'a pas demandé de le faire, mais tant pis, c'est lui qui est venu te trouver, alors il va entendre tout ce que tu as à lui dire. "Je ne prends pas cet incident à la légère non plus, je vous ai fait confiance, pour rien visiblement, les actions de vos chers amis vont aussi avoir des conséquences pour vous, et ce partenariat..." Tu pointes l'espace entre vous deux, faisant référence à vos précédents arrangements, Sergio a perdu sa place sur ta liste très courte de tes clients préférés, et ça, tu n'en as jamais douté.



Hey, hey, mama said the way you move, gonna make you sweat, gonna make you groove, ah child, way you shake that thing, gonna make you burn, gonna make you sting...
Revenir en haut Aller en bas
Sergio Gutiérrez
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 50 ans
SURNOM : Serg, quoique peu de personnes s'y risquent
STATUT : Divorcé et peu enclin à se relancer dans quoique ce soit
MÉTIER : Agent artistique en perpétuelle quête de diamants bruts
LOGEMENT : #230 Edward Street, Spring Hill
if looks could kill (Lara) Tumblr_inline_p814u14add1rqq37j_400
POSTS : 805 POINTS : 880

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : if looks could kill (Lara) 4hy7

Lena + Gugu family + Hayden + Channing + Maddy & Cesar + Winston + Maddy #3 + Lara + Diego + May

UA : Deb & Gab

Dimension Slasher : Lena + Jake + Dani
RPs TERMINÉS : (terminés) Erin + Maddy + Lexie + Maddy #2 + Diego + Raymond +

(abandonnés) Erika + Rudy + Maritza + Eleonor +
AVATAR : Mark Consuelos
CRÉDITS : tiph (avatar) + maurawrites (gif profil & signa) + hipdict (profil)
DC : albane (aka bébé banane)
PSEUDO : tiph
Femme (elle)
INSCRIT LE : 02/06/2021

if looks could kill (Lara) Empty
Message(#) Sujet: Re: if looks could kill (Lara) if looks could kill (Lara) EmptyMar 23 Nov - 23:41



if looks could kill

Oh I don’t think you know how good you look right now caught me off guard, as you walk towards me I can feel my heart it beats so hard. You start to get so close now I can smell your perfume. And now we’re alone

Le fait est que Sergio n’expliquait pas tout à fait sa présence ici, à vraiment y réfléchir. Quoiqu’il se soit passé, les dommages étaient faits des deux côtés. La potentielle collaboration avec le directeur de maison de disque était tombée à l’eau, et Lara ne semblait plus disposée à décrocher son téléphone quand c’était lui qui appelait. Le mexicain n’était pas du genre à perdre son temps à se confondre en excuses, à sauver ce qui ne pouvait pas l’être. Fichu pour fichu, il aurait pu laisser tomber, dans le deuil d’un contrat juteux et se contenter d’une autre danseuse pour les autres occasions. Il aurait pu s’en moquer éperdument. Après tout, il avait bien autre chose à faire que de procéder à une enquête de satisfaction, améliorer l’expérience pour la prochaine fois. La jeune femme n’avait pas envie de le voir, pas envie d’entendre parler de ce chèque, pas envie de discuter de quelque manière que ce soit. L’indice n’avait rien de subtil ; le plus tôt il partirait, le mieux ce serait. Malgré tout, l’agent n’était pas disposé à quitter le club. Pas encore. Rester dans l’incertitude concernant le moment où l’affaire avait dérapée n’était pas une option. Néanmoins, il ne s’attendait pas à ce que la brune se décide à lui faire plaisir en lui offrant une danse. Il n’aurait pas eu cette naïveté, se contentant plutôt de hausser un sourcil en sa direction. S’il y avait bien une chose qu’il ne faisait pas, c’était la charité. A part durant les événements où il avait effectivement quelque chose à y gagner, Sergio n’était absolument pas connu pour sa bonté sans précédents. « Ce serait mal me connaître. Je fonctionne selon un principe extrêmement simple ; le temps, c’est de l’argent. Tu peux voir cela comme un dédommagement… » dit-il en pointant le chèque. « … Et une compensation pour le temps que tu perds à rester dans cette salle. Maintenant, si tu préfères être extrêmement regardante sur la nature de l’argent qui te tombe entre les mains, je dirais que c’est ton problème. » Et il hausse les épaules, montrant bien qu’il n’insisterait pas. Il était un homme avec un attrait franc pour l’argent en général, se fichait bien de la source de ses revenus tant que cela ne risquait pas de le mettre dans de sales draps, et que cela n’entachait pas ses valeurs. Qu’il récupère ou non ces billets ne changerait définitivement rien à sa vie. Ce n’était pas comme s’il pourrait le faire fructifier quelque part d’autres.

Il ne se prive pas de lever les yeux au ciel en percevant à quel point elle se trompe quant à ses intentions ici. Il n’a rien d’un flic, rien d’un moralisateur. Si elle avait déconné avec ce type durant la soirée, que les insultes crachées au téléphone avaient un tant soit peu de légitimité, il n’y aurait rien qu’il ne puisse faire. C’était tout l’ennui de ce genre de relations qui se basaient sur la confiance. Un rien, et tout se cassait la figure comme un château de cartes. « Je ne cherche pas à savoir qui accuser ici, Lara. On a ce point commun ; on sert uniquement nos propres intérêts. » Mais il devait lui reconnaître qu’il n’était pas un homme qui aimait rester sans réponses. Il avait organisé la soirée, fait les recommandations. Il avait pris la responsabilité auprès de l’un et de l’autre, chose qui s’était retournée contre lui. Il replonge les lèvres dans son whisky, retient un soupir las en la sentant tourner autour du pot. Oui, il connaissait les règles. Jusqu’à preuve du contraire, il les avait toujours respectées. Mais il n’était pas présent durant la soirée, n’avait aucune idée de ce qui avait bien pu se passer. Lui reprocher des agissements dont il n’avait pas connaissance, d’autant plus si c’était des choses qu’il pourrait potentiellement condamner, était pour le moins culotté. Et enfin, la danseuse daigne aborder ce qu’il essayait de déterminer. Il ne creuserait pas dans davantage de détails, ayant une idée approximative du portrait. L’homme n’avait vraisemblablement pas compris le principe de toucher uniquement avec les yeux, avait dû tenter d’y mettre les mains. Prenant par la même occasion la jeune femme pour une pute de bas étage.  C’était décevant. Non pas que le mexicain ait eu une haute estime de lui initialement, ne connaissant que trop bien l’attitude dans le milieu à se croire tout permis. Mais il l’aurait cru capable de respect, fichu d’apprécier ce qu’il avait sous les yeux. C’était comme offrir un alcool de choix à un ignare ; il ne serait pas capable d’en profiter et le gaspillerait sans états d’âme.

« Je comprends mieux les insultes sans fondements. » se contente-t-il de répondre, son regard toujours planté sur Lara qui semblerait pouvoir s’embraser sur place, juste à repenser aux événements. Il était loin de pouvoir la blâmer. Ce coup-ci, il ne pouvait que reconnaître sa responsabilité dans les événements. C’était loin de lui plaire, son ego n’appréciant généralement que peu de devoir s’écraser. Mais ici, il ne s’agissait pas d’une simple discorde pour un sujet puéril. C’était une potentielle mise en danger. « J’ai fait une erreur de jugement considérable concernant cet homme. Et j’en suis vraiment navré Lara. Je ne t’aurais jamais donné ce contact si j’avait su qu’il y avait un potentiel risque. Ce ne sont pas des actions que je cautionne. » Le potentiel business était étouffé dans l’œuf. Mais cet incident entachait aussi sa réputation auprès de la danseuse, chose qu’il ne sous-estimait pas. Pas par caprice ; mais par principe. « Tu aurais toutes les raisons de ne plus vouloir entendre parler de ce partenariat. » Il l’admet, aussi contrariant que cela puisse être. Lara était devenue son atout charme s’il pouvait dire, la carte qu’il gardait constamment dans sa manche. Peut-être était-il devenu trop confiant, à utiliser le talent de Lara comme un joker permanent. On ne pouvait pas gagner à tous les coups. « Est-ce que tu vas bien ? » finit-il par demander, un ton de sincérité dans sa voix. Il était un requin quand cela touchait aux affaires. Mais s’il n’avait eu aucune considération pour la belle, il ne serait certainement pas venu jusqu’ici.

@Lara Pearson


 
© GASMASK



not a saint
Lord knows I've got habits to break. I'm really good at being good at goodbyes. I'm gonna give you fair warning that I'm not a saint, but I could be if I tried • sheepirl.

if looks could kill (Lara) ZPuukcL
if looks could kill (Lara) RhAmSZr
if looks could kill (Lara) IfjSGV7
if looks could kill (Lara) NJB97Z9
Revenir en haut Aller en bas
Lara Pearson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28 ans (02.03.1993)
SURNOM : baby pearson, the girl with the loud mouth, sugar... tu laisses les gens choisir, tu ne réagis plus depuis longtemps
STATUT : and this bird you can not change...
MÉTIER : strip-teaseuse, tu es co-propriétaire de Paradise City, un (futur) club pour gentlemen dans Redcliffe, les portes s'ouvriront dès que ta meilleure amie et toi vous aurez réglé tous les détails. tu donnes également des cours de danse, 4 fois par semaine, dans un studio de Spring Hill
LOGEMENT : tu partages un appartement à Spring Hill, au 70 st pauls terrace, avec ta cousine Evie
if looks could kill (Lara) Tumblr_ps8i8mMyhR1w6tlvpo5_r2_400
POSTS : 403 POINTS : 370

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : black girl magic, y'all can't stand it • membre du clan des Pearson, tu as la chance de ne pas être sous les feux des projecteurs contrairement à certains • homosexuelle et fière de l'être • accro aux mini-jupes et à la malbouffe, que personne n'essaye de changer tes habitudes alimentaires • la danse est ta première passion et tu as réussi à en faire ton métier • vocale et toujours bruyante, tu ne passes pas inaperçue, surtout pas quand on sait que le rose est ta couleur préférée et qu'on le retrouve partout dans ta garde robe mais pas que • capable de mettre toute ta vie dans un sac à dos
RPs EN COURS :
if looks could kill (Lara) TnXo8r1C_o
pearsons • Even if you can't see, I'll never leave, cause you're the key to the kingdom. You're the key to the kingdom. Here some things you have to know, it go hard from have to grow. When you feel you've had enough, you gotta breathe. Just remember who you are, you forget, look to the stars. Even the strong, yeah, the weak...

if looks could kill (Lara) Tumblr_inline_ovvhy2tAgy1qlt39u_250
itziar • If you're gonna brag, make sure it's your money you flaunt, depend on no one else to give you what you want. The shoes on my feet, I bought it. The clothes I'm wearing, I bought it. The rock I'm rocking, I bought it. Cause I depend on me if I want it.

(2021) rose#1finnley#1sergio#1itziar#7pearsons#9albane#1

RPs EN ATTENTE : naomi#4 • rose#2
RPs TERMINÉS : (fiche de liens)
AVATAR : vanessa morgan
CRÉDITS : (av) malibu; (gif profil & sign) ssoveia, perriedward/tumblr, colessprouse/tumblr
DC : edge price & nicholas hurley, les autres
PSEUDO : malibu
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t26149-take-a-bottle-shake-it-up-and-pour-some-sugar-on-me https://www.30yearsstillyoung.com/t26233-lara-skip-to-the-part-that-you-really-mean https://www.30yearsstillyoung.com/t30516-lara-pearson https://www.30yearsstillyoung.com/t30548-lara-pearson

if looks could kill (Lara) Empty
Message(#) Sujet: Re: if looks could kill (Lara) if looks could kill (Lara) EmptyHier à 14:30



≈ ≈ ≈
{if looks could kill}
crédit/(stefansalvatored/tumblr) ✰ w/ @Sergio Gutiérrez
Non, tu n’estimes pas perdre ton temps en discutant avec Sergio là tout de suite. Certes, avec un autre client, tu aurais coupé court à toute conversation depuis longtemps et tu te serais déjà lancée dans une chorégraphie sensuelle et plus que travaillée et tu aurais déjà pu récolter quelques billets... mais non, tu ne considères pas cela comme une perte de temps, même si tu as rangé l’incident dans un coin de ta tête et que tu refuses d’y revenir, tu savais très bien que tu ne pourrais pas éviter Sergio bien longtemps, difficile d’éviter un homme comme lui maintenant que tu y songes et plus il parle et plus tu comprends que pour lui, il ne s’agit que de business. Ce que tu peux comprendre et même respecter dans certaines mesures, et c’est toujours l’argument que tu avances quand on te demande comment tu peux faire un métier pareil, tous les métiers sont un peu dégradants par certains aspects, dans le tien, tu fais face à cet élément quotidiennement et plus que tout, tu es celle qui est vulnérable. Celle qui se met à nu, littéralement, celle sur laquelle on projette toutes ses envies et tous ses fantasmes, c’est une part du métier que tu as accepté depuis longtemps, persuadée d’être plus que rodée et d’avoir une carapace assez forte pour ne pas te laisser atteindre. Cet incident n’a fait que te rappeler qu’un simple incident suffit pour faire pencher la balance du mauvais côté et faire arriver les aspects négatifs de ton job. Tu vends une idée, tu frôles et joues avec les désirs et les envies mais, contrairement à Naomi, tu ne vends pas ton corps, c’est ta seule et unique limite.
Et quand on sait que tu fais plus que certaines danseuses, il faut vraiment y mettre du sien pour dépasser cette limite. Aussi, une fois que Sergio comprend tout, seul, tu finis par hocher négativement la tête, revenant sur une partie de son discours : “Vous ne me connaissez pas aussi bien que cela, monsieur Gutiérrez.” Servir ses propres intérêts ? Cela sonne faux à tes oreilles et cela sous-entend aussi que tu ne t’intéresses qu’à l’argent, hors, ce n’est pas du tout le cas, ce n’est pas pour cela que tu t’es lancée dans tout cela et pourquoi tu exerces encore ce métier des années plus tard. Non, la danse, c’est ta passion principale, ta raison de te lever le matin, tu adores donner des cours comme venir dans un endroit tel que celui-ci. Tu n’as jamais été en mesure de l’expliquer mais danser est salvateur, tu te retrouves dans les rythmes de la musique plus que familière, tu te retrouves dans chaque mouvement et cela te permet de t’exprimer, de mettre de côté beaucoup... Un échappatoire, une bonne façon de vivre, peu importe, c’est ton moment, peu importe l’heure, peu importe l’endroit. Etre rappellée durement et froidement à la réalité par un type qui est incapable de suivre les règles et qui te voit uniquement comme un morceau de viande... c’est affreux et ça ne fait pas parti de l’accord tacite que tu passes avec tous tes clients.
“Je...” Sergio se montre compréhensif, là où tu attendais à ce qu’il te rabroue et te dise que tu n’es qu’une danseuse payée pour distraire et amuser la galerie. C’est tout le contraire, il parle sur un ton un peu plus mesuré et il présente même des excuses, c’est assez pour te désarçonner et te faire hésiter quelques moments et même faire disparaitre un peu ton sourire et façade de femme en contrôle de la situation. Tu ne t'attendais pas à cela de sa part et c’est assez pour te faire décroiser les bras, révélant un peu plus de ta tenue de scène, plus que légère pour le coup, comme toutes les autres danseuses ici présentes, et assez pour te faire prendre une autre inspiration, cherchant les bons mots. Quand il te demande si tu vas bien, tu sais déjà qu’il n’aura pas de réponses, cela ne le regard pas dans le fond et tu doutes que Sergio ait le pouvoir de retourner en arrière et de véritablement effacer cette nuit-là, personne ne peut le faire malheureusement, tu dois vivre avec et faire en sorte que cela ne se répète plus jamais.  
“J’accepte vos excuses, mais cela n’ira pas plus loin que cela et j’espère que vous le comprenez.” Que tu reprends et comme pour le lui prouver, tu récupères enfin ton chèque et tu le déchires en plusieurs morceaux qui eux vont retrouver le sol, histoire de mieux appuyer ton propos. “Je bosse à mon propre compte, je suis mon propre patron, je ne dépend pas d’un club comme celui-ci pour vivre comme certaines donc...” Et plus que jamais, tu es contente de construire quelque chose d’un peu plus permanent avec Itziar, un vrai club avec une prérogative plus qu’importante : le bien-être des danseuses et uniquement cela; jamais un tel incident ne pourra se produire à Paradise City, tu vas y veiller au grain. Tu ne pourrais pas supporter de savoir qu’une autre danseuse s’est retrouvée dans une telle impasse. “Donc si je ne peux pas faire confiance à mes clients, quel qu’il soit d’ailleurs, ils disparaissent rapidement de ma liste de clients. Tout simplement. Et oui, ce n’était pas vous directement, mais c’était pour servir vos intérêts.” Car tu entends déjà les arguments de Sergio arriver et tu préfères les arrêter tout de suite, la confiance que tu lui accordais s’est envolée, et si tu dois le traiter comme tous tes autres clients, alors il n’y aura plus de faveurs. “Et il est hors de question que cela arrive une deuxième fois et cela, j’imagine que vous pouvez le comprendre.”



Hey, hey, mama said the way you move, gonna make you sweat, gonna make you groove, ah child, way you shake that thing, gonna make you burn, gonna make you sting...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

if looks could kill (Lara) Empty
Message(#) Sujet: Re: if looks could kill (Lara) if looks could kill (Lara) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

if looks could kill (Lara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill
-