AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-41%
Le deal à ne pas rater :
-181€ sur le volant de course LOGITECH G29 Driving Force – ...
259 € 441 €
Voir le deal

 i knew you were trouble (cosigan #5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Megan Williams
Megan Williams
l'envol d'Icare
l'envol d'Icare
Voir le profil de l'utilisateur
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 IAeu3cF ÂGE : 23 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Elle utilise son second prénom, Misty, comme alias dans le monde professionnel.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Photographe de presse, c'est plus joli que "paparazzi". La vie volée des célébrités, c'est sa spécialité.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace , à Spring Hill. Le plan était parfait, Damon et elle étaient supposés avoir une chambre chacun avant que Murphy ne débarque dans leurs vies.
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 87cf7157959773268f509a3d2871df886dd0fb03
POSTS : 2706 POINTS : 1355

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
(07)
le mariage de l'année (damon #8)damon #10charlie #4murphy #4shiloh #4 › jo #3 › jasper #1 | (UA) saül #3 (la sélection)

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Cfc5dcd72a69d0372af1de3ead85df569617cf8f
cosigan #10 & #8 I am the hardest to love, the house I bought is not a home, together we are so alone. Don't regret the day we met, don't forget that time we spent. Forget that we're in different beds, I know, 'cause I am the hardest to love. No I can't, can't believe you trust me, after all the rough days, you still call me up. ☽ 12345678910

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Tumblr_ngsurkTUOF1ttuk3wo2_250
misfits #4 I've spent too much time staring into the sun. I don't know where I've been, I don't know what I've done. Everything around has turned into dust. Cause it made me realize we were nothing in the past. Please, stop the Earth from spinning around, don't let the sun burn us all down.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Tumblr_inline_pef4qvEdpW1rrbwq5_1280
cameron (scénario libre) I don't wanna talk aout things we've gone through. Though it's hurting me, now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too, nothing more to say, no more ace to play. The winner takes it all, the loser's standing small. But tell me, does she kiss like I used to kiss you ? Does it feel the same when she calls your name ?

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Kl4a
meloh #4 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 3yAUw4UG_o
jo #2 Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 1sby
jasper ⊹ It takes a lot to change a man, hell, it takes a lot to try. Maybe it's time to let the old ways die. I'm glad I can't go back to where I came from. I'm glad those days are gone, gone for good. But if I could take spirits from my past and bring them here you know I would.


RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en goldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : vellichor (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-raelyn-megan-if-you-re-a-strong-female-you-don-t-need-permission https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: i knew you were trouble (cosigan #5) i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 EmptyMar 09 Nov 2021, 00:09




I knew you were trouble
Megan Monroe & @Damon Williams i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 873483867

« Oui ça l’est. » A présent que nous avons cette discussion, serait-il pour autant capable de comprendre que j’ai accepté le marché de Saül presque sans réfléchir ? Comprendrait-il qu'au-delà de vouloir préserver mon anonymat, j’ai eu vraiment envie d’appartenir à un vrai clan ? Bien sûr, j’ai déchanté. De l’extérieur, les Williams présentent un front uni, ils sont riches, puissants et semble être eux contre le reste du monde. Derrière les portes closes se cache un véritable petit enfer sur lequel règne Saül Williams et c’est là la face cachée que l’on ne voit pas, lorsqu’on observe tout ça de l’extérieur avec avidité. « J’espère pour toi qu’elle est qui elle prétend être, en tous cas. » Je relève les yeux dans ceux de Damon et je pince mes lèvres. « Je pense qu’elle l’est, je sais pas comment expliquer que j’en sois si sûre. » Je le sens, je l’ai senti à l’instant même où j'ai ouvert la porte et où elle m’a dit sans détour qui elle était. « Mais je pense aussi qu’elle m’a pas tout dit. J’allais pas la laisser dehors, mais je la laisserai pas s’en tirer avec aussi peu d'explications sur comment elle s’est retrouvée à la rue. » Petit à petit, je me laisse aller à faire des confessions au blond, puisque nous sommes après tout tous les deux embarqués dans cette galère à part égale : c’est lui qui a laissé sa chambre, pour le bien des apparences. « Elle dit que son père l’a jetée dehors parce qu’elle a parlé de ma mère. Qu’il sera furieux quand elle saura qu’elle m’a cherchée et trouvée. » Et par extension, le père de Murphy est aussi le mien : alors je ne l’avoue pas à voix haute, mais il est évident que je suis blessée. Qui est-il cet inconnu qui semble si opposé à l’idée que sa fille rencontre celle qui l’est tout autant, d’un point de vue biologique en tout cas ? Que lui ai-je fait pour qu’il me rejette de la sorte ? Qu’il ne tente même pas de me retrouver alors qu’il a élevé Murphy pendant toutes ces années ? En cet instant, je redeviens cette gamine qui se posait inlassablement les mêmes questions : qui est mon père ? Pourquoi n’a-t-il pas voulu de moi ? Pourquoi ma mère ne m’aime-t-elle pas assez pour s’en sortir ? J’ai tenté de me convaincre que j’étais équilibrée, mais les bases sur lesquelles je me suis construite sont franchement approximatives et ma quête d’identité n’est jamais bien loin : sur l’heure, Murphy l’a réveillée.

Je ne lui fais pas de promesse dans le vent : j’ai besoin de compter sur et pour quelqu’un. J’ai besoin d’avoir quelqu’un qui ait à cœur mes intérêts avant les siens et je suis capable d’en faire de même - ou presque, c’est promis. J’ai besoin de croire que du bon peut ressortir de tout ça et que Damon sera cette personne avec laquelle je ne me sentirai jamais en trop. « Je promets aussi. » Son doigt se joint au mien et j’esquisse un léger sourire. Je le sers quelques secondes avant de le libérer et de laisser ma main retomber sur mes cuisses. Que sous-entend exactement cette promesse ? Je crois que nous l’ignorons tous les deux mais, de mon côté, j’ai à cœur de la tenir.

Pour l’instant, lorsque je tente de fermer les yeux et de m’imaginer emmener Damon jusqu’au taudis dans lequel j’ai grandi, je suis tétanisée. Pourtant, si nous ambitionnons de former une équipe il faudra bien que j’accepte de lui ouvrir un peu les portes de mon passé et, d’une étrange façon, je sais qu’un jour je serai à l’aise à l’idée qu’il rencontre ma mère. Il faudra que cela se fasse ailleurs que dans son appartement, chaque chose en son temps, et je ne la laisserai certainement pas entrer ici puisqu’elle est capable du pire lorsqu’elle est en manque et qu’elle n’a pas de quoi s’acheter son poison, mais je trouverai une solution. Un restaurant, un café assez loin du quartier pour qu’elle ne soit pas tentée de me suivre pour découvrir où j’habite : je ne suis pas prête à revenir sur les conditions que j’ai posées. Une fois par mois, et toujours à mon initiative, c’est tout. « Billie. C’est noté. » Je pince mes lèvres en hochant la tête. Billie qu’il ne peut certainement pas imaginer, Billie que j’ai peur de lui présenter tant elle est à l’opposé de l’image que j’essaye de renvoyer, Billie qui serait prête à me planter un couteau dans le dos si je me tenais entre moi et sa came mais qui jure qu’elle m’aime et tombe à mes pieds en pleurant, parfois. Du dos de ma main, je viens essuyer une larme au coin de mon œil avant qu’elle n’ait le temps de rouler sur ma joue et je serre ma gorge pour qu’elle n’ait pas le temps de venir accompagnée.

« D’accord. »
« J’en ai pas douté. »

Et ça, ça me soulage. A cause de sa réaction lorsqu’il a pensé que je n’avais pas parlé de moi et de mon histoire à cause de lui, j’avais peur qu’il prenne mal ma réponse. Qu’il s’imagine que je souhaite protéger ma génitrice de sa famille et de son entourage quand c’est l’équilibre fragile que nous sommes en train de trouver que je veux préserver de la folie de ma mère. « Alors on ne l’invite pas, c’est aussi simple que ça. » Soulagée, je hoche à nouveau la tête. On ne l’invite pas. C’était déjà acté pour moi, mais j’avais peur qu’il tente de me convaincre du contraire. Pour Murphy, il est encore trop tôt pour le dire… « Si tu n’es pas à l’aise à l’idée qu’elle soit là, tu lui en parleras quand tu sentiras que ce sera le bon moment. » « Merci. » Ma voix se brise sur ce petit mot. Je reste silencieuse quelques secondes, mon regard arrêté sur ses mains qui ont attrapé la mienne pour la serrer légèrement, pour me réconforter. J’entrelace de mon côté ses doigts aux siens maladroitement et je bénis la nuit qui l’empêchera certainement de remarquer que mes yeux brillent. « Tu sais, ton père, il est ce qu’il est… » Un être horrible et égocentrique, qui ne pense qu’à lui avant de penser aux autres. « Mais il est là. » Un peu trop, certainement. Je ne tente en rien de défendre les décisions questionnables de l’homme d’affaire, je tourne simplement autour du pot pour lui expliquer un peu mieux pourquoi l’arrivée de Murphy m’a remuée. « Je crois que y’a une part de moi qui voulait pas que Murphy s’en aille et disparaisse pour des raisons égoïstes. » Pas uniquement parce qu’elle avait besoin d’un toit et de quelqu’un. « Je peux pas m’empêcher de me demander comme il s’appelle. » Mon père. « Quel genre d’homme il est. Quel genre de père il a été avec elle. » Je me suis posé des questions sur lui toute ma vie et, si j’ai tenté de les oublier en grandissant, elle les réveille.






i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 A44L8rk
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 VsgJxpQ
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 AybYaOa
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 DNAJJmO
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Fqo0cUp
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 LKqJkYj
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans, le début d'une nouvelle ère (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour.
MÉTIER : sera diplômé en sciences politiques à la fin du mois, mais n'a aucune idée de ce qu'il souhaite faire par la suite. met un pied trop de fois par semaine à la michaell hills en attendant de construire son avenir de ses propres mains.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 3129 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant à la colombia university de new-york, il est officiellement venu en australie au début de l'été 2020 pour se rapprocher des siens. officieusement, ce sont ses problèmes de comportement qui ont poussé l'administration à lui demander de s'éloigner pour quelques temps › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(onze) - present: angus #3auden #5eliana › elise #5léo #2megan #7saül #7call me by your name | past: saül #3what the folks | alternative: murphy

RPs EN ATTENTE :
angus #4 (fb) › ivy #2 (début mars, retrouvailles) › ivy #3 (fin mars, italie) › marcus #2

RPs TERMINÉS :
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 210129021645793185


chronologie des sujets à jour (OUI) dans ma fiche de liens.

evermore:
 


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:
 


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : stairsjumper (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) et otto lazzari, la vengeance dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 02/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: i knew you were trouble (cosigan #5) i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 EmptyMar 09 Nov 2021, 07:10




i knew you were trouble.
@"megan monroe"
(c) harley

***


« Je pense qu’elle l’est, je sais pas comment expliquer que j’en sois si sûre. » Si Murphy était bien sa soeur comme elle prétendait l’être, cela pouvait aussi très simplement bien expliquer pourquoi Megan sentait qu’elle était la personne qu’elle prétendait être. Il y avait des choses comme ça qui ne pouvaient ps vraiment être expliquées, et peut-être que le lien de soeurs - jumelles, qui plus était - qu’elles partageaient pouvait venir donner des informations qui restaient invisibles pour le reste des personnes présentes. « Mais je pense aussi qu’elle m’a pas tout dit. J’allais pas la laisser dehors, mais je la laisserai pas s’en tirer avec aussi peu d'explications sur comment elle s’est retrouvée à la rue. » Là, les yeux de Damon vinrent accrocher ceux de Megan, un instant un seul mais assez pour qu’il puisse venir y voir qu’elle était on ne pouvait plus honnête en cet instant. Et, même s’il ne vint pas le formuler à haute voix, cela venait rassurer le jeune italien. Elle avait foncé tête baissée pour venir l’accueillir chez eux, mais ne restait pas aveuglée par cette soeur fraichement (re)trouvée au point d’en venir à boire chaque parole qu’elle pouvait lui apporter. Au moins, elle gardait un oeil critique sur cette situation et là étaient des paroles que Damon aimait bien entendre. Il n’était pas pour la laisser dehors si effectivement, elle était bien la soeur de Megan; en revanche il fallait qu’ils en viennent à prouver ça pour qu’il puisse considérer l’idée de l’aider sur un terme un brin plus long que quelques nuits pour dépanner. « Elle dit que son père l’a jetée dehors parce qu’elle a parlé de ma mère. Qu’il sera furieux quand elle saura qu’elle m’a cherchée et trouvée. » Le petit soupire qu’il vint laisser s’échapper, presque inaudible mais pourtant bien présent, venait marquer là son signal de capitulation: il ne mettrait pas Murphy dehors, il ne voyait pas comment cela pouvait venir se faire en entendant de telles paroles de la part de Megan. « Elle a qu’à rester là le temps que vous trouviez le fin mot de cette histoire. » Ce n’était en rien ce qui l’enchantait, mais c’étaient les choses qu’ils avaient devant eux. Damon aurait préféré ne pas envisager de passer les prochaines nuits dans un lit qui n’était pas le sien, alors que ce dernier se trouvait être la porte d’à côté, mais le choix ne lui revenait pas en cet instant. Il s’agissait des affaires de famille de la jeune femme, et côté affaires de famille il en connaissait un sacré rayon; il savait également que seule elle pourrait venir mettre le doigt sur ce qu’elle désirait trouver comme réponses, et hormis lui laisser du temps et de l’espace, il ne pouvait faire grand chose d’autre. Ca, et lui laisser le bénéfice du doute en à-côté également.

Et si elle ne pouvait pas empêcher la famille du côté de son père de venir les envahir de la sorte - littéralement, pour le coup -, Megan semblait bien déterminer à mettre une barrière réelle entre sa mère et elle, malgré les événements qui s’en venaient à grands pas. Et si Damon ne pouvait pas comprendre qu’elle ne veuille pas avoir sa mère à ses côtés pour ce moment plus qu’important dans une vie, il ne viendrait en aucun cas d’opposer à la jeune femme et viendrait l’aider à aménager les choses s’il le fallait pour que Billie, car tel était son prénom, ne puisse pas avoir vent du mariage imminent. « Merci. » Le sourire de Damon était sincère, ses gestes l’étaient d’autant plus. Il ne viendrait pas lui forcer la main sur un sujet où son avis n’était en rien ni attendu, ni demandé. Lui aurait voulu que toutes ses mamans puissent être présentes en cette journée spéciales - les vraies mamans, pas les belles-mères-sorcières bien évidement -, mais Megan était sûre d’elle en annonçant que sa mère ne serait pas invitée au mariage. « Tu sais, ton père, il est ce qu’il est… » Megan ne viendrait surement pas le remarquer, car ses yeux semblaient éviter ceux du jeune homme à tout prix en cet instant, mais les pupilles de l’italien vinrent se parer d’un voile de tristesse et de regrets lorsque la jeune femme vint reprendre la parole. Tout autant parce-qu’il n’avait jamais été un grand fan des sujets venant traiter de Saül, surtout ces derniers temps, mais également parce-qu’il n’était en réalité pas son père et qu’elle ne pouvait être au courant de cette partie là de l’histoire - pas aujourd’hui, pas maintenant, pas encore. « Mais il est là. » Les lèvres de Damon se pincèrent, il évita cependant de venir lever les yeux au ciel. ll pourrait parfaitement lui rétorquer que parfois, mieux fallait avoir quelqu’un d’absent que quelqu’un qui vient vous décevoir les jours s’écoulant et avançant, mais il se retint. Il ne dit mot car il ne pouvait pas se permettre de réagir de la sorte après les pans de son histoire personnelle qu’elle venait de lui dévoiler. Saül avait beau être l’homme horrible qu’il était devenu au fil du temps, mais Megan n’avait pas tort sur ce point: il était là, il avait toujours été là. « Je crois que y’a une part de moi qui voulait pas que Murphy s’en aille et disparaisse pour des raisons égoïstes. Je peux pas m’empêcher de me demander comme il s’appelle. » Fronçant légèrement les sourcils, les yeux de l’italien tentèrent de venir accrocher ceux de la jeune femme, mais sans succès; elle gardait les fenêtres de son âme pour elle, dans un coin sombre de la nuit ayant envahi la pièce. « Quel genre d’homme il est. Quel genre de père il a été avec elle. » - « Tu n’as pas peur d’être déçue en apprenant qui il est, s’il ne correspond pas à quoi tu t’attendais ? » La question de Damon n’était en rien ici pour venir remuer le couteau dans la plaie, mais bien parce-qu’il s’était lui-même posé la question, quelques mois plus tôt, et que c’était tout ce pan là d’une vérité qu’il ne connaissait pas encore qui l’avait arrêté dans son élan. Si aujourd’hui, il n'était pas en contact avec sa mère biologique, c’était parce-que la peur d’être déçu parce-qu’il allait apprendre en avançant un pas de plus l’avait cloué sur place. Il avait préféré finalement repousser cet instant pour rester dans cet état d’entre-deux plutôt que de connaitre la vérité.

Et, en venant avouer qu’elle souhaitait en apprendre davantage sur ce père qu’elle ne connaissait pas, Megan venait une fois de plus prouver qu’elle était bien plus forte que les apparences qu’elle donnait, bien plus forte que Damon également. « Ta mère t’a déjà parlé de lui, ou c’était un sujet tabou comme ça semble l’être pour Murphy ? » Pour une fois, il vint s’appliquer à ne pas l’appeler l’intruse, parce-que ce n’était pas le moment de montrer qu’il n’était que peu en accord avec les choses qui se déroulaient sous son toit, et qu’il était plutôt là pour soutenir Megan dans ces imprévus que la vie lui avait envoyé à toute vitesse dans sa trajectoire. « Ou est-ce qu’elle a commencé à te donner quelques détails lors de votre discussion aujourd’hui ? » Car il était indéniable qu’elles avaient eu le temps de discuter, ne serait-ce qu’un minimum: la blonde avait quitté l’appartement pendant un temps assez long pour en apprendre davantage sur cette partie de son arbre généalogique qui lui avait été caché pendant tout ce temps. Et puis, venir décortiquer le discours qu’avait pu avoir Murphy jusque là, pourrait lui permettre - leur permettre - de déterminer si elle ne venait qu’avec de bonnes intentions, comme elle prétendait, ou si une part d’ombre les menaçait de loin et ne tarderait pas à venir les enliser dans une situation dont ils n’avaient en aucun cas besoin en ce moment.



:rainbow::
 


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
l'envol d'Icare
l'envol d'Icare
Voir le profil de l'utilisateur
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 IAeu3cF ÂGE : 23 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Elle utilise son second prénom, Misty, comme alias dans le monde professionnel.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Photographe de presse, c'est plus joli que "paparazzi". La vie volée des célébrités, c'est sa spécialité.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace , à Spring Hill. Le plan était parfait, Damon et elle étaient supposés avoir une chambre chacun avant que Murphy ne débarque dans leurs vies.
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 87cf7157959773268f509a3d2871df886dd0fb03
POSTS : 2706 POINTS : 1355

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
(07)
le mariage de l'année (damon #8)damon #10charlie #4murphy #4shiloh #4 › jo #3 › jasper #1 | (UA) saül #3 (la sélection)

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Cfc5dcd72a69d0372af1de3ead85df569617cf8f
cosigan #10 & #8 I am the hardest to love, the house I bought is not a home, together we are so alone. Don't regret the day we met, don't forget that time we spent. Forget that we're in different beds, I know, 'cause I am the hardest to love. No I can't, can't believe you trust me, after all the rough days, you still call me up. ☽ 12345678910

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Tumblr_ngsurkTUOF1ttuk3wo2_250
misfits #4 I've spent too much time staring into the sun. I don't know where I've been, I don't know what I've done. Everything around has turned into dust. Cause it made me realize we were nothing in the past. Please, stop the Earth from spinning around, don't let the sun burn us all down.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Tumblr_inline_pef4qvEdpW1rrbwq5_1280
cameron (scénario libre) I don't wanna talk aout things we've gone through. Though it's hurting me, now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too, nothing more to say, no more ace to play. The winner takes it all, the loser's standing small. But tell me, does she kiss like I used to kiss you ? Does it feel the same when she calls your name ?

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Kl4a
meloh #4 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 3yAUw4UG_o
jo #2 Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 1sby
jasper ⊹ It takes a lot to change a man, hell, it takes a lot to try. Maybe it's time to let the old ways die. I'm glad I can't go back to where I came from. I'm glad those days are gone, gone for good. But if I could take spirits from my past and bring them here you know I would.


RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en goldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : vellichor (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-raelyn-megan-if-you-re-a-strong-female-you-don-t-need-permission https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: i knew you were trouble (cosigan #5) i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 EmptyMar 09 Nov 2021, 08:33




I knew you were trouble
Megan Monroe & @Damon Williams i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 873483867

Damon est fils unique, mais sa famille a toujours énormément compté pour lui alors je me demande : peut-il comprendre ce que je ressens ? Se doute-t-il du bouleversement que je suis en train de vivre et comprend-il mon sentiment d’être certaine de ne pas avoir à faire à une menteuse, à une arnaqueuse ? Je l’ignore, ce que je sais en revanche c’est que mon fiancé a l’incroyable faculté de se mettre facilement à la place des autres pour les comprendre, qu’il ressent facilement de l’empathie et, une fois de plus, il me le confirme en s’adoucissant à propos de la brune qui a volé sa chambre pour une nuit ou deux (ou plus ?). Y-a-t-il des choses qui peuvent l’énerver plus de quelques minutes, l’italien ? Est-il capable de réellement en vouloir à quelqu’un et sur le long terme, ou est-il de ceux qui pardonnent à la fois trop vite et trop souvent ? « Elle a qu’à rester là le temps que vous trouviez le fin mot de cette histoire. » Je hoche la tête, le regard rempli de reconnaissance. « Si elle est trop pénible à vivre, on avisera ? » C’est triste comme constat, mais je ne la connaîs pas, je n’ai pas la moindre idée du genre de personne qu’est ma sœur jumelle. « Peut-être que d’ici un jour ou deux, elle sera calmée et retournera chez lui » Tout est envisageable à ce stade : Murphy peut autant me ressembler qu’être radicalement différente, si bien que je suis incapable de prévoir la moindre de ses réactions. Est-elle du genre détachée ? Prends-t-elle au contraire tout à coeur ? Est-elle émotive ou insensible ? Je me rends compte que toutes les questions que je ne me suis pas posées lorsque j’ai découvert son existence affluent à présent, comme si quelqu’un avait ouvert les vannes.

Lui confier mes peines et mes questionnements, c’est une preuve de confiance. Si peu de gens connaissent mon histoire, ils sont encore moins à savoir que je nourris encore des blessures, que j’ai toujours eu l’impression que ma quête d’identité ne serait pas derrière moi tant que je n’aurais pas découvert qui est mon géniteur. Aujourd’hui, la réponse paraît si proche ; je n’ai qu’à tendre la main pour m’en emparer, et pourtant je suis terrorisée. Et si savoir ne changeait rien ? Et si la réponse me blessait au lieu de m’aider, parce qu’elle est pire que ce à quoi la gamine seule et désemparée que j’étais rêvait et imaginait ? Damon semble lire dans mes pensées, puisqu’après m’avoir religieusement écoutée, il pose la question qui me taraude le plus sans que je ne trouve de réponse. « Tu n’as pas peur d’être déçue en apprenant qui il est, s’il ne correspond pas à quoi tu t’attendais ? » Je me force à affronter ma propre vulnérabilité, ma honte aussi : je relève les yeux vers lui et je déglutis difficilement. « Ta mère t’a déjà parlé de lui, ou c’était un sujet tabou comme ça semble l’être pour Murphy ? » Je laisse un soupir désabusé m’échapper : non seulement elle ne m’en a jamais parlé, mais elle a en plus menti à chaque fois que j’ai posé des questions et pour ça aussi je lui en veux : j’ignore comment se passera notre prochaine rencontre. « Ou est-ce qu’elle a commencé à te donner quelques détails lors de votre discussion aujourd’hui ? » Je pince les lèvres mais, cette fois-ci, je ne fuis plus le regard de Damon. « Non, j’ai pas eu le courage de lui demander. » C’est ironique finalement, je ne veux pas qu’elle parte parce qu’elle est mon accès à la vérité mais, dans un même temps, je n’ose pas poser mes questions. Doucement, je lâche ses doigts et je passe ma main dans mes cheveux. « Tu sais quoi ? Je peux pas avoir cette discussion avec juste une demie assiette de frites dans l’estomac. » J’esquisse un sourire mi figue mi raisin, et je décroise mes jambes. « Je vais faire des pancakes. J’ai racheté de la pâte à tartiner hier en plus. » Mes pieds quittent le lit pour se poser sur le plancher froid de ma chambre. « J’en fais pour nous deux, si ça te dit. » J’ai bien compris qu’il valait mieux éviter de laisser une poêle, une casserole, un saladier, un fouet ou tout ustensile de cuisine dans les mains de mon fiancé.

Sur ma nuisette en soie, je passe un cardigan pour me sentir un peu plus couverte et je laisse le blond m’emboiter le pas. Dans la cuisine, j’allume uniquement les spots du bar pour ne pas déranger la brune qui doit s’être assoupie depuis le temps ou, en tout cas, qui ne fait plus le moindre bruit. Attraper les ingrédients et les ustensiles, commencer à la préparation de la pâte, tout ça m’aide à occuper mes mains pour pouvoir me livrer plus facilement, en étant moins consciente de ce que je m’appelle à raconter. « Non seulement elle m’en a jamais parlé, mais en plus elle m’a toujours menti. » Après quelques minutes d’un long silence, je le brise pour m’aventurer doucement sur la pente des confessions. « Gamine, je posais beaucoup de questions. Elle y a pallié en me disant qu’elle savait pas qui était mon père. » Ce qui était faux, de toute évidence, puisqu’elle lui a confié Murphy. « Visiblement, elle savait. Mais comme je disais, elle m’a jamais parlé de Murphy, alors elle était plus à un mensonge près. » Je ne sais rien de lui, de comment ils se sont rencontrés et dans quel contexte j’ai - nous avons - été conçues. Etaient-il ensemble ? S’agissait-il d’un coup d’un soir ? J’ai tant de questions que je voudrais poser. « Je me suis imaginé tellement de choses que je sais pas si c’est possible que je sois déçue… Mais… » Gênée, je retourne à mon pancake qui chauffe et que je retourne la poêle. « Arrête de manger la pâte crue. » Amusée, je lui tape sur la main avec un sourire sur les lèvres. « Mais je peux pas m’empêcher de me demander pourquoi il a jamais pris contact avec moi. Je devine pourquoi ma mère a jamais cherché à retrouver Murphy… » Elle était déjà assez dépassée avec un seul gosse sur les bras, elle se noyait dans la drogue et l’alcool. « Mais s’il s’est occupé d’elle pendant tout ce temps, alors pourquoi pas moi ? » N'a-t-il jamais pris de mes nouvelles ? Savait-il ce qu’il se passé ? Que j’ai été retirée à Billie plus d’une fois ? Que j’ai grandi entre foyers et familles d’accueil ? Pourquoi n’est-il jamais intervenu ?






i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 A44L8rk
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 VsgJxpQ
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 AybYaOa
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 DNAJJmO
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Fqo0cUp
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 LKqJkYj
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans, le début d'une nouvelle ère (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour.
MÉTIER : sera diplômé en sciences politiques à la fin du mois, mais n'a aucune idée de ce qu'il souhaite faire par la suite. met un pied trop de fois par semaine à la michaell hills en attendant de construire son avenir de ses propres mains.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 3129 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant à la colombia university de new-york, il est officiellement venu en australie au début de l'été 2020 pour se rapprocher des siens. officieusement, ce sont ses problèmes de comportement qui ont poussé l'administration à lui demander de s'éloigner pour quelques temps › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(onze) - present: angus #3auden #5eliana › elise #5léo #2megan #7saül #7call me by your name | past: saül #3what the folks | alternative: murphy

RPs EN ATTENTE :
angus #4 (fb) › ivy #2 (début mars, retrouvailles) › ivy #3 (fin mars, italie) › marcus #2

RPs TERMINÉS :
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 210129021645793185


chronologie des sujets à jour (OUI) dans ma fiche de liens.

evermore:
 


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:
 


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : stairsjumper (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) et otto lazzari, la vengeance dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 02/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: i knew you were trouble (cosigan #5) i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 EmptyMar 09 Nov 2021, 09:06




i knew you were trouble.
@"megan monroe"
(c) harley

***

Alors, il vint concéder à l’idée de venir laisser Murphy vivre chez eux - quelques jours, cela lui semblait être quelque-chose de surmontable. Il avait surement vécu pire colocation au fil des années, et cette fois-ci ce serait pour la bonne cause: Megan avait besoin d’apprendre à connaître cette soeur qui ne faisait pas partie de son paysage jusque maintenant. « Si elle est trop pénible à vivre, on avisera ? » Il vint hocher la tête, plutôt content d’entendre ces quelques mots de la part de la jeune femme. « Peut-être que d’ici un jour ou deux, elle sera calmée et retournera chez lui. » De nouveau, il vint approuver les paroles de la blonde d’un hochement de tête. C’était présentement tout le malheur qu’il pouvait, tous autant qu'ils pouvaient être, leur souhaiter. Quelques jours, cela permettrait de laisser du temps aux deux soeurs de venir se découvrir - à défaut d’avoir le temps d’apprendre à se connaitre en une période si courte -, et que chacune puisse répondre aux questions existentielles de l’autre.

Cependant, ces quelques jours pouvaient être également synonyme de découvertes quelque peu surprenantes, et surtout de découvertes dont Megan principalement n’aurait jamais soupçonner faire. Apprendre sur le tard qui était l’un de ses parents n’était pas chose aisée - il ne pouvait lui dire qu’il comprenait parfaitement sa situation, et pourtant c’était là le cas pour Damon; que ce soit dans le cas de son père ou de sa mère, aucun des deux n’avait échappé à la règle. « Non, j’ai pas eu le courage de lui demander. » Le regard de Megan vint se plonger, cette fois ci, dans celui du jeune homme et il lui semblait que la conversation prenait ici un tournant encore différent de tout ce qu’elle avait pu initier jusque là. « Tu sais quoi ? Je peux pas avoir cette discussion avec juste une demie assiette de frites dans l’estomac. » En l’occurence, ce tournant , il n’avait su l’imaginer. « Je vais faire des pancakes. J’ai racheté de la pâte à tartiner hier en plus. » Elle était déjà debout avant même que Damon n’ait réellement compris qu’ils s’en allaient ailleurs que dans cette chambre qui ne leur apportait qu’un confort rudimentaire à tous les deux. « J’en fais pour nous deux, si ça te dit. » Et là, il vint étirer un petit sourire. « Je dis pas non, je t’avoue. » Pas qu’il n’avait pas assez diné, mais Megan savait elle cuisiner et ce n’était pas un domaine dans lequel il excellait particulièrement - malgré les efforts de Saül lors de son enfance pour faire en sorte que ce soit quelque-chose qui en vienne à arriver. Laissant un instant ou deux d’avance à la jeune femme, alors qu’elle quittait la chambre, Damon vint se frotter le visage de ses mains. Il n’aurait imaginé les premières soirées aux côtés de la Monroe dans leur nouvel appartement se déroulant de la sorte, bien qu’il savait d’avance que certaines discussions allaient forcément avoir lieu. Mais jusque là, celle en cours dépassait toutes ses attentes.

Aussi discrètement que possible - il n’avait aucune envie de voir Murphy débarquer pour venir partager une assiette avec eux en cet instant -, Damon vint rejoindre Megan dans la cuisine, déjà affairée à sortir de quoi préparer un snack de milieu de nuit des plus originales inattendus. Un silence presque religieux, en dehors du bruit produits par les ustensiles de cuisine, vint perdurer encore quelques instants. Et plutôt que de venir le rompre pour dire des choses sans utilités, Damon préféra venir s’asseoir sur l’un des tabourets de bar afin de laisser tout le temps et l’espace nécessaire à la jeune femme pour reprendre son flot de pensées, de paroles. « Non seulement elle m’en a jamais parlé, mais en plus elle m’a toujours menti. » Un mauvais point pour Billie; les mensonges, même les plus minimes, ne menaient jamais à rien de bon lorsqu’il était question de l'éducation et de l’épanouissement d’un enfant. « Gamine, je posais beaucoup de questions. Elle y a pallié en me disant qu’elle savait pas qui était mon père. Visiblement, elle savait. Mais comme je disais, elle m’a jamais parlé de Murphy, alors elle était plus à un mensonge près. » L’italien vint faire une petite moue, ne lâchant pas des yeux les gestes de Megan qui s’occupaient eux à former de jolis pancakes, dégageant par avance une délicieuse odeur. « A sa façon, elle a essayé de te protéger je pense. » De la vérité, ou d’elle-même - Damon ne pourrait venir juger les raisons pour lesquelles la mère de Megan en était venue à agir de la sorte. Une fois de plus, il se contenait de commenter par expérience acquise: ses propres parents lui avaient menti pendant des années en pesant préserver leur enfant de la vérité de la situation. « Je me suis imaginé tellement de choses que je sais pas si c’est possible que je sois déçue… Mais… » A ce moment, pensant que la blonde ne le verrait pas agir, Damon vint se pencher quelque peu par dessus le bar pour venir plonger son doigt dans la pâte encore crue dans le saladier. Ses réflexes d’enfant ne l’avaient jamais vraiment quitté, et c’était là chose qu’il s’était toujours habitué à faire lorsque quelqu’un de sa famille était en cuisine à préparer de délicieux repas ou desserts. D’ordinaire, sa mère - pour les quelques fois où elle avait été présente à la place de Megan en cuisine - ou sa grand-mère était venue le regarder avec amour dans les yeux et malice dans le sourire. Le fait que Megan en vienne à lui taper gentiment sur la main pour le faire cesser de telles idioties vint le surprendre - son regard dut le trahir plus rapidement que ses paroles. « Hey ! » - « Arrête de manger la pâte crue. » - « Oui mais ça me donne faim maintenant. » Comme si cette raison était réellement l’explication, comme si la jeune femme allait surtout le croire. N’en perdant cependant pas une miette, il vint tout de même manger le peu de pâte qu’il avait réussi à subtiliser.

« Mais je peux pas m’empêcher de me demander pourquoi il a jamais pris contact avec moi. Je devine pourquoi ma mère a jamais cherché à retrouver Murphy… » Il vint nettoyer sa main devenue sucrée avec un morceau de papier, reportant toute son attention désormais sur Megan. « Mais s’il s’est occupé d’elle pendant tout ce temps, alors pourquoi pas moi ? » Les questionnements qui l’animaient été on ne pouvait plus légitimes, et à l’écoutait, il ressentait une certaine peine pour elle. Malheureusement, il n’avait pas de baguette magique lui permettait de trouver remède au soucis de la jeune femme, alors il vint se contenter d’étirer une petite moue désolée. « Si tu lui poses les questions… » Parce-qu’il y avait toujours l’éventualité qu’elle n’arrive pas à le faire, et il comprenait parfaitement. « Peut-être que Murphy pourra y répondre. Elle n’aura peut-être pas la réponse magique, mais elle aura peut-être des réponses au moins à te fournir. » Avec douceur, il vint hausser les épaules. Parfois, ne pas avoir de réponses était mieux que d’avoir des réponses qui venaient vous détruire les espoirs que vous aviez construit au fil du temps. Mais ne pas avoir de réponses tout court pouvait venir vous ronger de l’intérieur bien plus que de raison. Se levant finalement de son perchoir, Damon sortit deux assiettes du placard afin de commencer à placer équitablement les pancakes dans ces dernières, Megan avançant à une vitesse hallucinante dans cet exercice. « Peut-être aussi qu’il ne savait pas que tu existais aussi. » S’appuyant contre le comptoir de la cuisine, il vint croiser ses bras sur son torse - qu’il n’avait même pas pris soin de venir couvrir d’un tee-shirt ou autre. « Peut-être que ta mère lui a menti à lui aussi, et que Murphy n’a pas connu ton existence grâce à lui. » Des suppositions qui ne pourraient pas faire avancer grand chose, mais qui pourraient peut-être venir alléger le coeur de la jeune femme - au moins le temps d’un instant.



:rainbow::
 


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
l'envol d'Icare
l'envol d'Icare
Voir le profil de l'utilisateur
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 IAeu3cF ÂGE : 23 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Elle utilise son second prénom, Misty, comme alias dans le monde professionnel.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Photographe de presse, c'est plus joli que "paparazzi". La vie volée des célébrités, c'est sa spécialité.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace , à Spring Hill. Le plan était parfait, Damon et elle étaient supposés avoir une chambre chacun avant que Murphy ne débarque dans leurs vies.
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 87cf7157959773268f509a3d2871df886dd0fb03
POSTS : 2706 POINTS : 1355

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
(07)
le mariage de l'année (damon #8)damon #10charlie #4murphy #4shiloh #4 › jo #3 › jasper #1 | (UA) saül #3 (la sélection)

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Cfc5dcd72a69d0372af1de3ead85df569617cf8f
cosigan #10 & #8 I am the hardest to love, the house I bought is not a home, together we are so alone. Don't regret the day we met, don't forget that time we spent. Forget that we're in different beds, I know, 'cause I am the hardest to love. No I can't, can't believe you trust me, after all the rough days, you still call me up. ☽ 12345678910

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Tumblr_ngsurkTUOF1ttuk3wo2_250
misfits #4 I've spent too much time staring into the sun. I don't know where I've been, I don't know what I've done. Everything around has turned into dust. Cause it made me realize we were nothing in the past. Please, stop the Earth from spinning around, don't let the sun burn us all down.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Tumblr_inline_pef4qvEdpW1rrbwq5_1280
cameron (scénario libre) I don't wanna talk aout things we've gone through. Though it's hurting me, now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too, nothing more to say, no more ace to play. The winner takes it all, the loser's standing small. But tell me, does she kiss like I used to kiss you ? Does it feel the same when she calls your name ?

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Kl4a
meloh #4 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 3yAUw4UG_o
jo #2 Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 1sby
jasper ⊹ It takes a lot to change a man, hell, it takes a lot to try. Maybe it's time to let the old ways die. I'm glad I can't go back to where I came from. I'm glad those days are gone, gone for good. But if I could take spirits from my past and bring them here you know I would.


RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en goldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : vellichor (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-raelyn-megan-if-you-re-a-strong-female-you-don-t-need-permission https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: i knew you were trouble (cosigan #5) i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 EmptyMar 09 Nov 2021, 09:28




I knew you were trouble
Megan Monroe & @Damon Williams i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 873483867

« Je dis pas non, je t’avoue. » Je suis soulagée : j’aurais eu l’air bien maligne si j’étais restée là, les bras ballants, à avoir proposé de déplacer cette discussion dans la cuisine sans que le blond ne décide de m’emboîter le pas. Je regretterai demain cet écart en pleine nuit : je ne fais pas partie de celles qui peuvent manger sans faire attention et sans voir les effets sur leur silhouette non plus, la mienne est le résultat d’une rigueur alimentaire autant que d’un quotidien de sportive ; mais il y a des situations pour lesquelles j’estime qu’il est normal d’avoir besoin de faire une entorse : rencontrer sa soeur jumelles et avouer à son fiancé que l’on a grandit partiellement en famille d’accueil doit bien en faire partie.

Ma stratégie a une double vocation : la première, c’est d’apporter un peu de chaleur et de normalité - si tant est qu’il puisse être considéré comme normal de se relever pour cuisiner et manger des pancakes après minuit - à cette conversation compliquée. La seconde, c’est d’occuper mes mains à autre chose que triturer les peau mortes de mes ongles, et mon esprit à autre chose que de s’inquiéter de ce que Damon pense de moi à travers tout ça. Peut-être qu’à présent, il comprendra au moins que cuisiner fait partie des compétences que j’ai dû apprendre à maîtriser dès mon plus jeune âge, que plus qu’une passion que j’ai développée très jeune, c’était une nécessité pour apprendre à me débrouiller seule autant qu’à réussir à conserver les apparences pour ne pas être retirée à Billie. Rester avec elle avait beau être compliqué, je préférais ça aux allers-retours. « A sa façon, elle a essayé de te protéger je pense. » Je m’interromps pour relever les yeux dans sa direction. Il n’est pas en train de tenter de justifier les actes de ma mère pour que je me sente mieux, dans le vent. Il est sincère, il essaye vraiment de m’aider et depuis Shiloh je ne pense pas avoir laissé qui que ce soit approcher assez pour le faire. Je pince les lèvres. « Je ne sais pas… J’ai envie d’y croire tu sais mais… » Mais toxicomane et menteuse invétérée vont malheureusement souvent de pair. « Tu comprendras quand tu la rencontreras. » Il n’est plus question de conditionnel et je le réalise en prononçant ces mots. « Les gens comme elle… » Les drogués. « Ils mentent tellement tout le temps que c’est compliqué de savoir quand on peut se fier à eux. » Elle m’a menti pour avoir sa dose, menti pour que je lui dise où étaient les bouteilles, m’a fait mentir pour aller lui en acheter et, toutes les semaines, elle me mentait en me disait qu’un jour les choses iraient mieux, qu’elle ferait tout peur. Elle mentait aussi en disant qu’elle allait arrêter, que c’était la dernière fois, promis. « Elle a brisé trop de promesses pour que je sache sur quel pied danser avec elle. Je sais que c’est la maladie, que c’est pas elle mais… » Mais je ne l’ai jamais connue que comme ça. Je ne sais pas qui est Billie Monroe sans ses addictions. Je ne sais pas quel genre de femme elle pourrait être, loin de la drogue.

L’ambiance est bien trop lourde, si bien que, lorsque Damon tend une main une seconde fois vers le saladier de pâte, je frappe doucement le dos de sa main avec la spatule, avec un sourire et un air plus espiègle que agacé qui flotte sur le visage. « Hey ! Oui mais ça me donne faim maintenant. » - « Si tu dis que tu la préfères crue, je vais me sentir insultée ! » Je secoue la tête en riant. Cet instant de légèreté ne dure malheureusement pas bien longtemps : la discussion n’est pas terminée.

« Si tu lui poses les questions…  » Mon pancake n’a décidément pas besoin d’être autant surveillé : il n’ira nul part et je n’ai plus d’excuse pour éviter le regard de Damon à cause de la honte, celle qui survient parce que je me livre, que je me sens vulnérable et que je n’aime pas ça : je l’associe à pas à une faiblesse quand cela vient des autres, mais si lorsqu’il s’agit de moi. « Peut-être que Murphy pourra y répondre. Elle n’aura peut-être pas la réponse magique, mais elle aura peut-être des réponses au moins à te fournir. » Elle pourra au moins me parler de lui mais, cette discussion aussi, j’ai peur de l’avoir. Et s’il était formidable ? Si, en l’écoutant parler, je ne faisais que me torturer en regrettant de ne pas avoir eu la chance de grandir avec lui, et avec ma soeur par la même occasion. « Peut-être aussi qu’il ne savait pas que tu existais aussi. Peut-être que ta mère lui a menti à lui aussi, et que Murphy n’a pas connu ton existence grâce à lui. » - « Je crois que si. » Je pince les lèvres, avant de faire glisser la dernière portion de pâte dans la poêle. « C’est ce que j’ai cru comprendre en lisant entre les lignes, tout à l’heure au bar avec elle. » Il voudra me tuer quand il apprendra que je t’ai vue. Le souvenir des paroles exactes de la brune me serre la gorge et je sens les larmes me monter aux yeux. Pas maintenant Megan. « Je sais pas comment ça s’est passé. Je sais pas s’ils ont tiré au sort laquelle de nous deux aurait le droit à la vie la plus pourrie... » De mon point de vue, cela ne peut être que moi. « Ou s’ils se sont simplement dit que ce serait plus facile de gérer chacun sa merde. » La comparaison est peu flatteuse, mais c’est tout ce que cette situation franchement dégueulasse m’inspire. « Tu dois te dire que t’es tombé sur encore plus tordu que ta famille. » Un sourire étire mes lèvres et je laisse échapper un rire nerveux en s'essuyant le coin des yeux du dos de la main avant de laisser glisser le dernier pancake dans son assiette. J’emporte la mienne au salon en lui faisant un signe de la tête pour qu’il me suive : nous serons mieux sur le canapé pour finir cette discussion particulière. « Je te dirais bien que c’est pas trop tard pour faire marche arrière et fuir tant qu’il est encore temps… » Mais nous savons tous les deux qu’il est bien trop tard depuis des mois, depuis le début en fait. Si en avril j’aurais pu faire un choix différent, je ne peux plus l’envisager, pas maintenant que je me suis jetée corps et âme dans cette mascarade, pas avec les sacrifices que j’ai fait et l’univers, l’idée d’appartenir à un clan que j’ai entrevue. Cela me ferait de la peine également de ne plus côtoyer Damon, surprenamment. « Tu veux regarder un film ? Ou une émission débile ? » Quitte à veiller tard, autant le faire dans les règles de l’art.






i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 A44L8rk
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 VsgJxpQ
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 AybYaOa
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 DNAJJmO
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Fqo0cUp
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 LKqJkYj
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-et-un ans, le début d'une nouvelle ère (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour.
MÉTIER : sera diplômé en sciences politiques à la fin du mois, mais n'a aucune idée de ce qu'il souhaite faire par la suite. met un pied trop de fois par semaine à la michaell hills en attendant de construire son avenir de ses propres mains.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 3129 POINTS : 320

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant à la colombia university de new-york, il est officiellement venu en australie au début de l'été 2020 pour se rapprocher des siens. officieusement, ce sont ses problèmes de comportement qui ont poussé l'administration à lui demander de s'éloigner pour quelques temps › parle couramment l'anglais et l'italien.
RPs EN COURS :
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021

(onze) - present: angus #3auden #5eliana › elise #5léo #2megan #7saül #7call me by your name | past: saül #3what the folks | alternative: murphy

RPs EN ATTENTE :
angus #4 (fb) › ivy #2 (début mars, retrouvailles) › ivy #3 (fin mars, italie) › marcus #2

RPs TERMINÉS :
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 210129021645793185


chronologie des sujets à jour (OUI) dans ma fiche de liens.

evermore:
 


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:
 


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : stairsjumper (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) et otto lazzari, la vengeance dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 02/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: i knew you were trouble (cosigan #5) i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 EmptyLun 15 Nov 2021, 20:07




i knew you were trouble.
@"megan monroe"
(c) harley

***

Le regard de Megan vint se planter dans le sien, à la suite de ses mots, avant de venir répondre avec autant de justesse et de vérité dans ses paroles, à l’instar de ce que faisait Damon. Il ne tentait pas de venir excuser les faits et gestes de la mère de la jeune femme, mais simplement il pouvait d’une certaine façon comprendre pourquoi elle avait agi de la sorte; il ne cautionnait pas, mais il avait de parfaits exemples autour de lui qui faisaient qu’il pouvait comprendre. « Je ne sais pas… J’ai envie d’y croire tu sais mais… Tu comprendras quand tu la rencontreras. » Il vint étirer légèrement ses lèvres, dans une petite moue. « Les gens comme elle… Ils mentent tellement tout le temps que c’est compliqué de savoir quand on peut se fier à eux. » Cette fois-ci, ce fut au tour de Damon de venir baisser le regard. Il s’en était aperçu que récemment, mais la façon dont Megan venait décrire Billie correspondait malheureusement un peu trop au Saül qu’il avait sous les yeux désormais. Ce n’était pas dans cette direction qu’il aurait souhaité se diriger, mais il ne pouvait s’en empêcher. Peut-être que son père avait toujours agi de la sorte, bien même avant de venir trainer son nez dans quelconque substance. Mais il fallait avouer que la comparaison était troublante; désormais, le patriarche Williams était capable du pire pour réussir à s’en sortir, mentir n’étant qu’un pan des actes machiavéliques qu’il opérait dans l’ombre. « Elle a brisé trop de promesses pour que je sache sur quel pied danser avec elle. Je sais que c’est la maladie, que c’est pas elle mais… » - « Mais c’est compliqué pour toi de lui faire confiance désormais. » Aucun jugement, simplement une constatation des faits. Billie avait donné tellement de contre-exemples à sa fille que cette dernière était désormais incapable de détacher le vrai du faux.

« Si tu dis que tu la préfères crue, je vais me sentir insultée ! » - « Non, mais ça m’évite de venir manger avec que tu aies terminé. » Le sourire qu’il portait en cet instant était amusé. Au moins, cet échange impromptu leur permettaient de venir respirer un instant, de remettre les émotions un peu en ordre. La discussion qu’ils avaient en cet instant n’était pas de celles que Megan aurait aimé avoir, qu’importe la personne se trouvant en face d’elle. Et là dessus, Damon ne pouvait que la comprendre - toute discussion rapportant à sa famille en devenait parfois une corvée. Ils avaient cependant dépassé le stade où ils pouvaient balayer ce type de sujets d’un revers de la main, la soeur de la jeune femme se trouvant actuellement dans la chambre d’amis. Cette dernière, par ailleurs, en dehors du fait que Damon se trouvait à être que moyennement content à être exilé de sa propre chambre de la sorte, pouvait peut-être devenir un élément clef dans la vie de famille de Megan. Murphy avait peut-être des réponses aux questions que se posait la jeune femme, ou au moins des brides de pistes pour trouver ces dernières. « Je crois que si. C’est ce que j’ai cru comprendre en lisant entre les lignes, tout à l’heure au bar avec elle. » C’était là donc un acte délibéré de la part de leur père, que de ne pas entrer en contact avec sa deuxième fille. Damon aurait préféré pour Megan que ce ne soit pas le cas, mais ils n’évoluaient malheureusement pas dans un conte de fées. « Je sais pas comment ça s’est passé. Je sais pas s’ils ont tiré au sort laquelle de nous deux aurait le droit à la vie la plus pourrie… » Il vint pencher la tête sur le côté, toute la désolation du monde dans son regard. « Ou s’ils se sont simplement dit que ce serait plus facile de gérer chacun sa merde. » A travers ses mots, même si elle s’appliquait à ne pas paraitre de la sorte, il pouvait sentir toute la détresse que Megan ressentait. Il lui avait promis de ne pas la prendre en pitié et il faisait tous les efforts du monde pour agir en accord avec cette promesse. Mais il était compliqué de ne rien ressentir en cet instant, surtout pour lui, alors qu’il comprenait tout le désarroi dans laquelle se trouvait sa fiancée.

« Tu dois te dire que t’es tombé sur encore plus tordu que ta famille. » Le sourire qu’il vint étirer en cet instant se voulait des plus rassurants possible. « T’inquiètes pas là dessus, on avait déjà de l’avance, tu peux y aller. » Pas qu’il voulait que d’autres malheurs et situations difficiles arrivent à la jeune femme, mais seulement que la famille Williams était un puits sans fond de magouilles et de malversations; et que toute situation pouvant encore s’empirer en arrivait à l’être, aggravée, si l’un deux venait mettre sa main dessus. C’était presque comme une prophétie, un mauvais sort, duquel aucun d’eux ne saurait s’échapper. Alors, à défaut de réussir à s’en défaire, ils en venaient à tenter de se serrer les coudes pour le mieux dans l’adversité, quitte à faire tomber quelques têtes sur leur passage. So much pour la belle famille qu’ils étaient supposés représenter.

Finalement, attrapant son assiette de pancakes, Damon vint suivre le mouvement de la blonde afin de rejoindre le canapé. « Je te dirais bien que c’est pas trop tard pour faire marche arrière et fuir tant qu’il est encore temps… » Là où il aurait pu venir étirer un petit sourire attristé, où il aurait pu venir soupirer lassement, l’italien choisit plutôt de venir ajouter un petit rire. « Je te retournerais bien la pareille. » Quitte à ce que leur situation soit pourrie jusqu’à la moelle, autant qu’ils tentent de venir en rire lorsque cela était possible. Son assiette fut déposée sur la table du salon, et l’instant d’après Damon était affalé dans le canapé. Etant donné qu’il n’avait pas eu le temps de venir se poser avec autant de détente depuis l’arrivée de Murphy chez eux - soit quelques heures plus tôt, finalement -, cela lui faisait un bien fou que de venir se prélasser dans le canapé. Il n’était pas de ceux habitués à ce type de comportement, petite chose dédiée à son père qu’il était, mais dernièrement il commençait à prendre un malin plaisir aux petites choses simples de la vie, finalement. « Tu sais, on vient tous avec nos bagages, Megan. » Il vint relever ses azurs pour rencontrer celles de la jeune femme. « Mais rien de ce que tu pourras me révéler pourra être pire que ce que Saül nous fait traverser. » Il vint hausser les épaules, lassement cette fois-ci, avant d’attraper son assiette pour venir déguster les pancakes de la jeune femme. « J’étais sérieux quand je te disais que je te regarderai pas de travers si tu me racontais ton histoire. » Bien sur qu’il ne s’attendait pas à tout ça, et qu’il aurait surement préféré, quitte à se voir marié de force, l’être à une jeune femme sans histoire. Au moins, ces dernières n’auraient pas pu venir faire gonfler le quota de celles de la famille Williams - qui commençaient à grandir de façon exponentielle. Mais ce ne serait pas pour ces raisons là qu’il en viendrait à regarder Megan différemment. D’autres sujets arriveraient bien à tomber sur le tapis pour le venir faire agir de la sorte, les histoires imposées par les parents n’en serait pas un.

« Tu veux regarder un film ? Ou une émission débile ? » Son regard vint passer de la jeune femme à la télévision, qu’il avait installé l’après-midi même dans le salon. Il vint hésiter un instant. « D’habitude je t’aurais dit un film, mais… » Il vint étirer un petit sourire en coin. « Quitte à vivre une nuit qui ne fait absolument aucun sens, autant regarder une émission débile. Je te laisse choisir par contre, je crois que j’ai jamais regardé ça à la télé. » Quitte à venir manger des pancakes à deux heures du matin avec une femme qui était sa promise sans amour, autant continuer dans la lancée des choses qui seraient venues faire froncer les sourcils de n’importe quelle personne normalement constituée. Engloutissant sa dernière part de pancakes, Damon vint par la suite faire un petit signe de la tête à Megan. « Viens là. » Passant son bras par dessus les épaules de la jeune femme, calant sa tête contre la sienne, il déposa un baiser sur son front. « On va pas s’ennuyer toi et moi, Megan Monroe, je le sens. » Il avait un petit sourire sur les lèvres en venant prononcer ces mots-là.



:rainbow::
 


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
l'envol d'Icare
l'envol d'Icare
Voir le profil de l'utilisateur
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 IAeu3cF ÂGE : 23 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Elle utilise son second prénom, Misty, comme alias dans le monde professionnel.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21 : elle a promis à Damon qu'elle ferait tout pour devenir quelqu'un dont il aurait réellement pu tomber amoureux.
MÉTIER : Photographe de presse, c'est plus joli que "paparazzi". La vie volée des célébrités, c'est sa spécialité.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace , à Spring Hill. Le plan était parfait, Damon et elle étaient supposés avoir une chambre chacun avant que Murphy ne débarque dans leurs vies.
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 87cf7157959773268f509a3d2871df886dd0fb03
POSTS : 2706 POINTS : 1355

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
(07)
le mariage de l'année (damon #8)damon #10charlie #4murphy #4shiloh #4 › jo #3 › jasper #1 | (UA) saül #3 (la sélection)

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Cfc5dcd72a69d0372af1de3ead85df569617cf8f
cosigan #10 & #8 I am the hardest to love, the house I bought is not a home, together we are so alone. Don't regret the day we met, don't forget that time we spent. Forget that we're in different beds, I know, 'cause I am the hardest to love. No I can't, can't believe you trust me, after all the rough days, you still call me up. ☽ 12345678910

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Tumblr_ngsurkTUOF1ttuk3wo2_250
misfits #4 I've spent too much time staring into the sun. I don't know where I've been, I don't know what I've done. Everything around has turned into dust. Cause it made me realize we were nothing in the past. Please, stop the Earth from spinning around, don't let the sun burn us all down.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Tumblr_inline_pef4qvEdpW1rrbwq5_1280
cameron (scénario libre) I don't wanna talk aout things we've gone through. Though it's hurting me, now it's history. I've played all my cards and that's what you've done too, nothing more to say, no more ace to play. The winner takes it all, the loser's standing small. But tell me, does she kiss like I used to kiss you ? Does it feel the same when she calls your name ?

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Kl4a
meloh #4 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 3yAUw4UG_o
jo #2 Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 1sby
jasper ⊹ It takes a lot to change a man, hell, it takes a lot to try. Maybe it's time to let the old ways die. I'm glad I can't go back to where I came from. I'm glad those days are gone, gone for good. But if I could take spirits from my past and bring them here you know I would.


RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en goldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : vellichor (avatar), harley (gifs signature) & loonywaltz (UB)
DC : Raelyn Blackwell, le mont des vanités (ft. Lady Gaga)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 02/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t23281-raelyn-megan-if-you-re-a-strong-female-you-don-t-need-permission https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: i knew you were trouble (cosigan #5) i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 EmptyMer 17 Nov 2021, 04:51




I knew you were trouble
Megan Monroe & @Damon Williams i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 873483867

« Mais c’est compliqué pour toi de lui faire confiance désormais. » Si je relève les yeux vers Damon, c’est parce qu’il a compris et j’esquisse un mince sourire, le regard triste. « Ouais. C’est pas sa volonté que je remets en doute. » Ma mère voudrait être capable de les tenir, ces belles promesses qu’elle me fait. « C’est sa capacité à le faire. A tenir les promesses qu’elle fait. » J’ai trop souvent attendu après elle pour espérer encore que quelque chose changera un jour : je sais qu’elle n’est pas capable de guérir seule et qu’elle n’a personne pour l’aider : c’est peut-être égoïste, mais j’ai donné trop d’énergie pour elle pour prendre ce rôle : à l’âge adulte, j’ai eu besoin de penser à moi. Lui donner un peu d’argent et lui rendre visite une fois de temps en temps, c’est ce que je peux faire de mieux : je ne suis pas prête à donner de ma personne pour à nouveau être brisée. Non, ça n’arrivera plus.

« Non, mais ça m’évite de venir manger avant que tu aies terminé. » - « Y’en aura largement assez pour tout le monde. » Tout le monde étant moi, lui, et son estomac, dans le cas présent. Si je prétends le répréhender, c’est avant tout pour plaisanter et la mèche prend : cela allège l’atmosphère trop lourde à mon sens après mes confessions. Après la tape sur la main, j’arrive à étirer un sourire un peu plus sincère et à avoir le cœur plus léger.

Pour Damon, je préférerais être une fille simple et sans histoire. Pour lui, je voudrais être la belle fille parfaite qui est capable de se contenter de ce qu’on lui donne, de sourire sur les photos et de ne pas en attendre trop. Seulement, mon histoire fait que je suis capricieuse, que l’abandon me terrorise et que j’ai la fâcheuse tendance de garder des choses importantes secrète, pas parce que je ne fais pas confiance à l’autre, mais parce que m’ouvrir me terrorise. Je suis dure en apparence, mais je le suis de trop avoir été blessée, pas de ne m’intéresser ou de ne m’inquiéter pour personne. En plus de ça, j’amène avec moi une sacré famille, tel un boulet à ma cheville. « T’inquiète pas là dessus, on avait déjà de l’avance, tu peux y aller. » Je pousse un soupir dans lequel se mêlent soulagement et lassitude : je ne sais pas encore tout des Williams, mais connaissant Saül je me doute que leur histoire a encore beaucoup de surprises à m’offrir. « Je te retournerais bien la pareille. » - « Je propose qu’on se promette une chose : ne jamais se faire de promesses qu’on pourra pas tenir. » Parce que les promesses créent des attentes, et les attentes non rencontrées de la déception. Et j’en ai marre d'être déçue.

Mon assiette en main mais l’estomac retourné par toutes ces confessions intimes, je me laisse tomber sur le canapé, un peu plus près de Damon qu’à l’époque où nous n’étions encore que des inconnus. En silence, je picore du bout des doigts mon premier pancake en me demandant ce qu’il peut bien penser de tout ça. Regrette-t-il que je ne sois pas une jeune fille sans histoire ? Le genre de fille équilibrée, qui vient d’une famille modeste mais unie, qui a fait de la danse toute se jeunesse et qui n’aspirait qu’à être la reine du bal ? Il a dû en rencontrer un paquet de filles comme ça, dans ses écoles aux quatres coins du monde. « Tu sais, on vient tous avec nos bagages, Megan. » - « Les miens sont lourds à porter, quand même. » Je grimace, au fond soulagée qu’il brise le silence de cette façon. « Mais rien de ce que tu pourras me révéler pourra être pire que ce que Saül nous fait traverser. » Je relève les yeux sur lui. Que dirait-il si je lui avouais que si Saül a fait pression sur moi, une partie de moi a trouvé sa proposition alléchante ? Que j’y ai vu l’opportunité d’appartenir à quelque chose de plus grand ? D’être en sécurité ? Que dirait-il si je lui avouais que j’aurais pu nous éviter ça, au prix de ma vie telle que je la connais certes et du mariage de mon amant, mais que j’avais en quelque sorte le choix ? « J’étais sérieux quand je te disais que je te regarderai pas de travers si tu me racontais ton histoire. » - « Merci. » Dans un souffle, je le remercie sans rien oser rajouter d’autre : j’ai peur que sa bonté se transforme en pitié si je verse dans le mélodrame, et je la tolère encore moins que le mépris. Il ne sait pas tout : mais il a à présent en main les cartes pour me décrypter et je me demande s’il apprécie ce qu’il voit de nouveau en moi ou si, au contraire, il déplore d’être tombé sur quelqu’un dans mon genre.

« D’habitude je t’aurais dit un film mais… Quitte à vivre une nuit qui ne fait absolument aucun sens, autant regarder une émission débile. Je te laisse choisir par contre, je crois que j’ai jamais regardé ça à la télé. » Je me laisse aller à un rire plus sincère, avant d’attraper la télécommande pour passer d’une chaîne à une autre. « C’est Shiloh dont on aurait besoin, là tout de suite. » C’est elle la spécialiste de ce genre de chose, pas moi. « Viens là. » Son signe de tête, son bras qui passe derrière mon épaule, c’est une invitation à me rapprocher, à le laisser m’enlacer et, surprenamment, cela ne me dérange pas, au contraire. Il pose ses lèvres sur mon front et je laisse ma tête reposer sur son épaule, avant de me blottir un peu plus confortablement. Je me sens bien dans ses bras, je pourrais presque m’endormir. « On va pas s’ennuyer toi et moi, Megan Monroe, je le sens. » Un sourire sur les lèvres, je relève mon visage dans sa direction. « Oui. Ça c’est quelque chose que je peux te promettre. » Mais finira-t-il par le regretter ?


RP terminé i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 1949770018




i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 A44L8rk
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 VsgJxpQ
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 AybYaOa
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 DNAJJmO
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Fqo0cUp
i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 LKqJkYj
:l::
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: i knew you were trouble (cosigan #5) i knew you were trouble (cosigan #5) - Page 2 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

i knew you were trouble (cosigan #5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: nouer des contacts :: mémoire du passé
-