AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-40%
Le deal à ne pas rater :
Pompe à air électrique et portable Xiaomi Mi Pump
29.99 € 49.99 €
Voir le deal

 (priadji) don't make it harder on me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yasmine Khadji
Yasmine Khadji
le coeur sur la main
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (19.02.88)
SURNOM : yas par tout le monde ; khadji par lui ; benthi par ses parents ; mrs price par erreur (ou pas)
STATUT : every night i'm with you i fall more in love
MÉTIER : ancienne infirmière-urgentiste au service des urgences du st-vincent's hospital (2010-2020), elle a décidé de prendre ses distances avec la profession suite aux retombées d’un voyage humanitaire de huit mois au niger (octobre 2017-mai 2018). plus de deux ans très difficiles à gérer, aussi bien professionnellement qu’émotionnellement parlant, et un échec inattendu à l’examen d’entrée à l’école de médecine plus tard, elle s’est donnée les moyens de profiter de sa démission (mi-juillet 2020) pour faire le point sur son avenir et surtout, trouver une meilleure façon de donner de sa personne sans que ça ne l’atteigne davantage. après beaucoup de recherches, elle a enfin trouvé une alternative, et a rejoint le staff médical de l’hibiscus sports (mi-janvier 2021). retrouvant ses repères au milieu des sportifs zélés dont elle s’occupe en cas de petites ou grosses blessures, elle se sent à nouveau utile. malgré ce nouveau poste, elle reste tout de même bénévole au service pédiatrique de son ancien lieu de travail
LOGEMENT : #221 orchid street, redcliffe, dans un appartement chaleureux qu'elle partage avec une boule de poils qui s'appelle sasha et une colocataire envahissante, mais attendrissante, qui n’est autre que sa collègue et amie, molly. mais de plus en plus, elle se perd du côté de toowong et de cette jolie maison située au #45
(priadji) don't make it harder on me 8re1b38d_o
POSTS : 2331 POINTS : 210

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : australo-marocaine ☽ musulmane pratiquante ☽ crises de panique et insomnies récurrentes ☽ un voyage humanitaire traumatisant au niger au compteur ☽ douée avec les enfants, rêvait de chirurgie pédiatrique ☽ loyale, proche de sa famille ☽ karaoké queen ☽ conduit une vieille jeep, ne l’échangerait pour rien au monde ☽ sait gérer l'urgence, pas le conflit ☽ parle l’arabe ☽ bonne chanteuse et conteuse ☽ alcool et porc proscrits ☽ beyoncé stan ☽ croit en la pinky promise ☽ tatouée (اثني عش) ☽ amatrice de bijoux, tient au e et à la fiole qu'elle porte autour du cou ☽ fausse-couche récente
RPs EN COURS :
(priadji) don't make it harder on me QZd6Bpr0_o
PRIADJI ☽ sunrise with you on my chest no blinds in the place where i live daybreak open your eyes cause this was only ever meant to be for one night still we're changing our minds here be yours be my dear so close with you on my lips touch noses feeling your breath push your heart and pull away yeah be my summer in a winter day love i can't see one thing wrong between the both of us be mine be mine yeah anytime anytime
(priadji) don't make it harder on me Tumblr_inline_o2gg76iIqT1qlt39u_250
KHADJI² ☽ we can sit on the edge of your bed tell me all of the fears in your head and i'll sing you your favourite song till the pain and all the tears are all gone i'll be there with you no matter what you're going through i'll be there with you anytime that you need me to
(priadji) don't make it harder on me RfXeUqBc_o
YASSAN ☽ and i knew how you took your coffee and your favourite songs by heart i read all of your self-help books so you'd think that i was smart stupid emotional obsessive little me you found someone more exciting and you left me there cryin' wonderin' what i did wrong 'cause all i ever wanted was to be enough for you

[2021] georgia#1 ☽ edgerton#20edgerton#19 (fb 2016) ☽ sohan#8 ☽ clara#4danika#1norah#7hassan#7
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : shanina shaik
CRÉDITS : ©ssoveia (av&gifs) ☽ ©mayoosh (gif profil) ☽ ©siren charms (code sign) ☽ ©loonywaltz (userbars)
DC : evelyn pearson & jo carter
PSEUDO : ssoveia
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19795-land-called-far-away-yasmine https://www.30yearsstillyoung.com/t19812-treacherous-yasmine#777009 https://www.30yearsstillyoung.com/t28923-yasmine-khadji https://www.30yearsstillyoung.com/t30594-yasmine-khadji https://www.30yearsstillyoung.com/t38981-libre-rahul-kohli

(priadji) don't make it harder on me Empty
Message(#) Sujet: (priadji) don't make it harder on me (priadji) don't make it harder on me EmptyVen 5 Nov - 12:59




≈ ≈ ≈
{don't make it harder on me}
crédits gif & code fiche/(crackshipforya & malibu) ✰ w/ @Edge Price
Juillet 2016.

"Khadji." Les semelles de Yasmine crissèrent sur le sol moucheté du couloir, quand l’infirmière en chef l’arrêta dans sa course — ou dans sa fuite puisque c’était bien ce qu’elle faisait, fuir, en sortant de la chambre qu’elle venait de débarrasser pour le prochain patient. Elle ne boudait pas le travail, l’infirmière Khadji, mais elle n’avait pas encore pris de pause de toute sa soirée et elle commençait à avoir soif. Ce ne serait pas pour tout de suite, comprit-elle en rencontrant le regard sévère de sa supérieure qui lui montra du doigt le moniteur sur lequel était enregistrées les admissions récentes. Molly avait fait la dernière, et comme elle ne faisait jamais rien comme tout le monde, il avait fallu qu’elle note à côté de l’onglet qui révélait l’identité du patient, ainsi que les réponses à l’interrogatoire sommaire qu’il avait passé dans son bureau, un commentaire facultatif qui indiquait à qui se chargerait de lui qu’il faisait partie du top dix de son classement personnel des patients les plus sexy jamais admis dans le service — les mots de Molly, pas les siens. Yasmine réprima un sourire, prétendant se gratter l’arc de cupidon pour le dissimuler derrière ses doigts habiles. Puis elle empoigna la vieille souris, lançant une impression du dossier en question en secouant la tête de droite à gauche, amusée par l’attitude de sa collègue. Elle tapota sur le clavier pour entrer à son tour le protocole indiquant qu’elle était sur le coup, brassa un porte-bloc sur lequel elle fixa la feuille qu’elle venait de sortir de l’imprimante, et prit la tangente sous le regard de l’infirmière en chef, pas peu fière d’avoir dans ses rangs, une recrue aussi servile qu’elle. Servile et douée. Plus personne ne remettait en doute ses capacités à mener à bien ce pourquoi elle avait été engagé, il y avait déjà six longues années, encore que les internes qui débarquaient, ceux qui avaient encore du mal à distinguer leur œsophage d’un autre orifice, avaient tendance à croire qu’elle ne payait pas de mine tant elle paraissait douce, aimable… et disons le franchement, tout droit sortie d’une campagne de publicité. Une erreur de leur part, mais elle restait modeste, Yasmine. Elle menait son bout de chemin dans les couloirs des urgences, se portant volontaire et ne comptant pas ses heures, toujours prête à prouver de quel bois elle se chauffait ; parce qu’elle était faite pour ça, indéniablement, mais aussi parce qu’elle avait des choses à oublier et qu’elle préférait travailler plutôt que de méditer sur ce qui lui trottait dans la tête quand l’adrénaline du service redescendait et qu’elle se sentait envahie par ses propres émotions.

Un coup d’œil au dossier qu’elle tenait dans la main gauche, et elle entra dans le box assigné à "Edge…rton Price." lança-t-elle en se flanquant à l’ouverture de la porte avant d’enfin entrer d’un pas dynamique. Elle leva les yeux pour croiser ceux de son patient à qui elle sourit naturellement, des fossettes se creusant instantanément dans ses joues, en s’approchant du lit au bord duquel il était assit. Elle n’était pas là pour juger l’apparence de ses patients, mais elle entendit nettement la voix de Molly lui chuchoter des choses à l’oreille, des choses auxquelles elle aurait répondu par un regard aussi éloquent que faussement strict ; si bien que pour la faire taire et mieux se concentrer sur autre chose de plus important, elle ajouta avec une certaine malice dans le ton, la tête penchée sur le côté "Edgerton. C’est cool comme prénom, ça ressemble à un de ces super-noms dans les films de superhéros." Elle fit valdinguer sa longue tresse, qui souffrant de ses heures de travail, était un peu défaite, par-dessus son épaule, et se détourna pour poser son porte-bloc sur la tablette à roulettes qu’elle activa pour la rapprocher du lit en continuant sur sa lancée "Vous êtes le premier que je rencontre." Ses sourcils se froncèrent, puis ses paupières se plissèrent quand son regard tomba sur le visage mal en point du jeune homme dont elle s’occuperait quelques temps "D’Edgerton. Pas de superhéros." Désolée, sembla dire le froncement de nez qu’elle lui offrit avant de lui adresser un nouveau sourire — elle évita le clin d’œil, parce que ce n’était pas à propos, parce qu’elle ne savait pas les faire de toute façon. Et un peu plus posément, les mains posées à plat sur la tablette qu’elle venait d’installer, elle lui dit avec ce ton qui faisait sa réputation — aussi doux, que rassurant "Je vais nettoyer tout ça pour que le médecin vous ausculte plus facilement. Je reviens dans une seconde, installez-vous comme chez vous, Edgerton." Ça sonnait bien entre ses lèvres qui s’étirèrent en un dernier sourire quand elle sortit du box. Ça avait beau ne pas être commun, ça lui plaisait assez de le prononcer avec la certitude que ça serait sans doute les seules fois de sa vie puisque, comme elle le lui avait dit, il était le premier Edgerton qu’elle rencontrait de sa vie.
Elle le laissa seul un instant, déambulant jusqu’à l’armoire qu’elle déverrouilla pour y dénicher tout ce dont elle avait besoin pour débarbouiller le sang du visage du jeune homme et revint les mains pleines dans le box. Elle posa tout ce qu’elle avait ramené sur la tablette, tira le rideau qui séparait les deux lit du box au cas-où un nouveau patient ferait sa grande entrée et enfila aussi vite des gants avant de déballer des compresses d’un geste habitué, non moins scrupuleux. Suite à quoi, elle leva la tête pour se retrouver face à son patient qu’elle observa un temps, de ses yeux sombres à l’ombre des traits de son visage bien proportionné, prenant sens du chantier qu’elle avait à abattre pour nettoyer tout ça. Calmement, elle lui demanda "Qu’est-ce qui vous est arrivé ?"


    - - if the storm comes, if we burn up, if the wells run dry, you're my reason to believe in another life ; if it all ends and it's over, if the sky falls fire, best believe me you will see me on the other side.
    (priadji) don't make it harder on me 3ve2lU9
    (priadji) don't make it harder on me LwqmGzA
    (priadji) don't make it harder on me QZss7l7
    (priadji) don't make it harder on me VHNfP8d
Revenir en haut Aller en bas
Edge Price
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (12.04.85)
SURNOM : edge est déjà ton surnom, on t'appelle aussi par ton nom de famille et seuls quelques privilégiés ont le droit au prénom complet, Edgerton, sans que tu ne grinces des dents
STATUT : you’re really different, baby, you might be the main thing...
MÉTIER : ancien photographe judiciaire (2012-2020), tu fais désormais partie de l'équipe du Brisbane Times, tes clichés viennent compléter certains articles depuis fin janvier 2021
LOGEMENT : propriétaire d’une maison dans toowong (#45), la deuxième chambre est à louer et les colocataires vont et viennent, sans oublier une certaine brune qui elle aussi à commencer à bien s’établir chez toi
(priadji) don't make it harder on me EdP7kccH_o
POSTS : 738 POINTS : 370

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : originaire de Melbourne • a été élevé par une mère comptable, ton père a toujours été absent de ta vie, tu reste proche de ta famille néanmoins, en particulier de tes trois cousins • photographe de métier, c'est ta passion depuis toujours, tu as presque toujours un appareil sur toi • grand fan des voyages, incapable de rester au même endroit plus de quelques mois • ancien boxeur, c'est ton autre passion, que tu as abandonné des suites d'un mauvais combat de rue (Nov 2019) • sobre depuis Déc 2019 • plusieurs colliers toujours autour de ton cou : un y et une hamsa •
RPs EN COURS :
(priadji) don't make it harder on me AaEJ7Im0_o
priadji • I might just recline the seat when I want it, give you a set of keys 'cause you own it, pull up, pull up on me, no second-guessing, checking the rearview, ain't looking back unless it's right at you, make me wanna stay through the night, I will never leave from by your side, don't you know you got a ride or die...

(2021) sohan#4 jo#4margot#1lawrence#1aileen#1priadji#20
(2019) jackson#1
(2016) priadji#19

RPs TERMINÉS : (fiche de liens)
AVATAR : ricky whittle
CRÉDITS : (av) malibu; (gifs profil & sign) ssoveia & malibu
DC : lara pearson & nicholas hurley, les artistes
PSEUDO : malibu
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 26/06/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24693-i-am-a-sinner-who-s-probably-going-to-sin-again https://www.30yearsstillyoung.com/t24719-edge-motherland-drip-on-me https://www.30yearsstillyoung.com/t29722-edge-price https://www.30yearsstillyoung.com/t39100-edge-price

(priadji) don't make it harder on me Empty
Message(#) Sujet: Re: (priadji) don't make it harder on me (priadji) don't make it harder on me EmptySam 13 Nov - 14:58




≈ ≈ ≈
{don't make it harder on me}
crédit/(ssoveia) ✰ w/ @Yasmine Khadji
Ridicule.
Voilà comme tu qualifierais le fait que tu sois dans un hôpital dans la présente et si cela n'avait tenu qu'à toi, tu te serais contenté d'une simple douche, de te changer et de retrouver Harriet ainsi que le reste des membres et des coachs du centre sportif, tous ceux qui étaient prêts à célébrer ta victoire écrasante, dans le bar le plus proche. Avec quelques verres, ou plutôt beaucoup de verres, et en analysant et rejouant chaque minute de ton dernier combat, le tout avec beaucoup de compliments à ton égard. A tes yeux, il s'agit bien de la soirée parfaite, encore plus si tu ne quittes pas le bar tout seul et tes blessures ne sont là que pour rappeler à tous que tu as gagné, et plus que bien pour le coup. Mais non, il y a encore des gens qui ont un raisonnement censé et logique dans ton entourage et on t'a trainé, un peu de force, jusqu'au St Vincent, tu n'as même pas pu te débarbouiller ou te changer, tu es exactement comme tu étais sur le ring et cela ne te dérange pas vraiment en soit, le lieu où tu te trouves si. Le ring c'est ta deuxième maison, l'endroit où tu te sens le mieux et ce peu importe l'occasion et la circonstance, où tu peux enfin t'exprimer sans aucune retenue, sans aucun jugement, où la colère déborde rapidement, c'est elle qui alimente chacun de tes coups, principalement elle, et après ce combat, tu te sens vidé. Epuisé par bien des aspects, mais bien en paix, c'est un sentiment que tu as bien du mal à le décrire, Harriet le comprend bien, la brune ne t'a pas suivi, te jugeant en trop bon état pour venir ici et elle s'est contentée d'une tape sur ton épaule dénudée avant de t'assurer qu'elle garderait ta place bien au chaud et la petite fête à son apogée en attendant que tu arrives. Comme une très bonne amie, pas comme celui qui t'a forcé à venir ici.
Tu soupires, certains sont encore plus mal en point que toi ici, mais enfin, on te guide vers une chambre et la rouquine en charge de toi dans un premier temps te lance un sourire certain avant de t'assurer qu'on va bien s'occuper de toi. Après tout, il ne faudrait pas que ta petite-amie s'inquiète, ses dires à elle, pas les tiens, tu la corriges juste en t'installant sur le lit, lâchant un : hmm non, personne ne va s'inquiéter pour moi, c'est dommage, la regardant s'éloigner avec un autre sourire. Flirter avec le personnel hospitalier ne devrait pas être permis, ça ne l'est sûrement pas, mais c'est tout le fun qu'il te reste, dans cette chambre triste à souhait et tu laisses échapper un autre soupir, comptant les minutes et te répétant encore que c'est ridicule.
Jusqu'à ce qu'elle arrive.
L'infirmière fait son entrée facilement dans ta chambre et elle a immédiatement ton attention et non, ce n'est pas parce qu'elle fait des efforts pour ne pas écorcher ton prénom ridicule à souhait (on dira merci à Tamara Price), mais bien parce que tu ne t'attendais pas à voir une aussi jolie femme dans les couloirs de cet hôpital. Parce qu'il n'y a pas vraiment d'autres mots pour la décrire et tu ne peux pas empêcher le sourire qui apparait sur ton visage quand ton regard rencontre enfin celui de la brune, et que ses yeux verts sont posés sur toi. Wow, que tu penses automatiquement, peut-être que tu as besoin d'un check-up complet et total, genre, tout de suite. La jeune femme repousse sa longue tresse brune de son visage, probablement pour mieux se concentrer et tu trouves le geste adorable, et plus que charmant et tu finis enfin par retrouver ta voix quand elle prononce de nouveau toutes les syllabes de ton prénom, clamant que c'est la première fois qu'elle rencontre quelqu'un avec un prénom pareil. "Hmm... je ne sais pas si cool est l'adjectif que j'utiliserais, vous êtes allée dans une cour de récré récemment ? Adorable certes, mais de vrais petits monstres niveau insulte." Que tu dis enfin, ne la quittant toujours pas des yeux, tentant de faire la conversation avec elle. "Appelez-moi Edge." Une instruction pour toutes les personnes que tu rencontres, tu pourrais lui donner l'autorisation de t'appeler Edgerton, plus tard, pas maintenant, maintenant elle est en train de faire son travail, c'est à dire s'assurer que tu vas bien et tu es certain que oui, tu vas très bien.
Quand elle te laisse seul un instant, tu clignes des yeux, parce qu'elle n'est pas un mirage, elle est bien réelle, elle revient vers toi avec le matériel adéquat et maintenant qu'elle est plus proche, tu peux observer les tâches de rousseurs sur ses joues et son visage anguleux... Tu résistes à la tentation de lui demander si elle n'a pas été mannequin dans une autre vie, la ligne est clichée à souhait et ne marche pas avec une femme digne de ce nom, et à la place, tu as un sourire joueur à sa question. "Oh pas grand-chose... pour tout vous dire, je m'en sors plutôt bien." Ce n'est pas ta première victoire sanglante et cela ne sera pas la dernière, la boxe est un sport de brutes par bien des aspects, certes, il y a des règles, certes, il y a de la technique, cependant, la base en elle-même manque clairement de finesse. "Je boxe sur mon temps libre, un très bon moyen de se défouler et une très bonne discipline malgré sa réputation mais..." Tu as un signe vers ton visage. "Il y a quelques inconvénients." Tu as un léger rire, avant de croiser les bras sur ta poitrine nue et d'avoir une expression plus que sérieuse, tandis que tu lui poses une question de la plus haute importance.  "Mais vous en pensez quoi ? On me qualifie de mignon d'habitude, ça passe toujours ou... ?" Et non, subtil n'est pas le mot que tu utiliserais pour qualifier ton approche, mais tant pis, tu t'en voudrais beaucoup si tu ne tentais pas quelque chose.



Hit me with your eyes, I never seen that kind of view, You walkin' over here, The way that it went down, that's when I knew, We be talkin' all night, But I can tell you need to work on you, you, you...
Revenir en haut Aller en bas
Yasmine Khadji
Yasmine Khadji
le coeur sur la main
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans (19.02.88)
SURNOM : yas par tout le monde ; khadji par lui ; benthi par ses parents ; mrs price par erreur (ou pas)
STATUT : every night i'm with you i fall more in love
MÉTIER : ancienne infirmière-urgentiste au service des urgences du st-vincent's hospital (2010-2020), elle a décidé de prendre ses distances avec la profession suite aux retombées d’un voyage humanitaire de huit mois au niger (octobre 2017-mai 2018). plus de deux ans très difficiles à gérer, aussi bien professionnellement qu’émotionnellement parlant, et un échec inattendu à l’examen d’entrée à l’école de médecine plus tard, elle s’est donnée les moyens de profiter de sa démission (mi-juillet 2020) pour faire le point sur son avenir et surtout, trouver une meilleure façon de donner de sa personne sans que ça ne l’atteigne davantage. après beaucoup de recherches, elle a enfin trouvé une alternative, et a rejoint le staff médical de l’hibiscus sports (mi-janvier 2021). retrouvant ses repères au milieu des sportifs zélés dont elle s’occupe en cas de petites ou grosses blessures, elle se sent à nouveau utile. malgré ce nouveau poste, elle reste tout de même bénévole au service pédiatrique de son ancien lieu de travail
LOGEMENT : #221 orchid street, redcliffe, dans un appartement chaleureux qu'elle partage avec une boule de poils qui s'appelle sasha et une colocataire envahissante, mais attendrissante, qui n’est autre que sa collègue et amie, molly. mais de plus en plus, elle se perd du côté de toowong et de cette jolie maison située au #45
(priadji) don't make it harder on me 8re1b38d_o
POSTS : 2331 POINTS : 210

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : australo-marocaine ☽ musulmane pratiquante ☽ crises de panique et insomnies récurrentes ☽ un voyage humanitaire traumatisant au niger au compteur ☽ douée avec les enfants, rêvait de chirurgie pédiatrique ☽ loyale, proche de sa famille ☽ karaoké queen ☽ conduit une vieille jeep, ne l’échangerait pour rien au monde ☽ sait gérer l'urgence, pas le conflit ☽ parle l’arabe ☽ bonne chanteuse et conteuse ☽ alcool et porc proscrits ☽ beyoncé stan ☽ croit en la pinky promise ☽ tatouée (اثني عش) ☽ amatrice de bijoux, tient au e et à la fiole qu'elle porte autour du cou ☽ fausse-couche récente
RPs EN COURS :
(priadji) don't make it harder on me QZd6Bpr0_o
PRIADJI ☽ sunrise with you on my chest no blinds in the place where i live daybreak open your eyes cause this was only ever meant to be for one night still we're changing our minds here be yours be my dear so close with you on my lips touch noses feeling your breath push your heart and pull away yeah be my summer in a winter day love i can't see one thing wrong between the both of us be mine be mine yeah anytime anytime
(priadji) don't make it harder on me Tumblr_inline_o2gg76iIqT1qlt39u_250
KHADJI² ☽ we can sit on the edge of your bed tell me all of the fears in your head and i'll sing you your favourite song till the pain and all the tears are all gone i'll be there with you no matter what you're going through i'll be there with you anytime that you need me to
(priadji) don't make it harder on me RfXeUqBc_o
YASSAN ☽ and i knew how you took your coffee and your favourite songs by heart i read all of your self-help books so you'd think that i was smart stupid emotional obsessive little me you found someone more exciting and you left me there cryin' wonderin' what i did wrong 'cause all i ever wanted was to be enough for you

[2021] georgia#1 ☽ edgerton#20edgerton#19 (fb 2016) ☽ sohan#8 ☽ clara#4danika#1norah#7hassan#7
RPs TERMINÉS : cf. fiche de liens
AVATAR : shanina shaik
CRÉDITS : ©ssoveia (av&gifs) ☽ ©mayoosh (gif profil) ☽ ©siren charms (code sign) ☽ ©loonywaltz (userbars)
DC : evelyn pearson & jo carter
PSEUDO : ssoveia
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19795-land-called-far-away-yasmine https://www.30yearsstillyoung.com/t19812-treacherous-yasmine#777009 https://www.30yearsstillyoung.com/t28923-yasmine-khadji https://www.30yearsstillyoung.com/t30594-yasmine-khadji https://www.30yearsstillyoung.com/t38981-libre-rahul-kohli

(priadji) don't make it harder on me Empty
Message(#) Sujet: Re: (priadji) don't make it harder on me (priadji) don't make it harder on me EmptyJeu 18 Nov - 11:19




≈ ≈ ≈
{don't make it harder on me}
crédits gif & code fiche/(crackshipforya & malibu) ✰ w/ @Edge Price
Une grosse portion du travail d’infirmière, c’était de meubler la conversation. Certains des collègues de Yasmine se vantaient de ne pas faire dans le social, de rester dans leur champs de compétence en refusant de se plier à l’exercice de la conversation banale, un peu ennuyeuse parfois. Elle, elle restait convaincue que pour bien soigner, il fallait s’intéresser sincèrement aux autres. C’était son cas, c’était d’ailleurs ce qui lui valait d’être raillée, considérée comme un cliché sur pattes, de ceux qu’on croisait dans les concours de beauté et qui assénaient à qui voulait bien l’entendre qu’ils voulaient la paix dans le monde. Elle voulait plus que ça, elle tenait au partage et à l’idée que la gentillesse n’était pas un aveux de faiblesse ou de naïveté comme l’entendait une partie de son entourage professionnel. Bien sûr, elle devait ça à ses parents, à l’éducation qu’elle avait reçue et qui avait forgé la bonté qu’on lisait sur son visage à la seconde même où on la rencontrait, irradiant d’une bienveillance qui mettait en exergue ses qualités qu’elle avait bien du mal à se trouver, trop peu sûre d’elle et de ses capacités. Pourtant, elle avait réussi en restant elle-même, en ne tenant pas à écraser la concurrence, plutôt en travaillant avec elle pour maximiser les chances de chacun de s’en sortir, aussi si ça faisait d’elle quelqu’un de naïf de croire que c’était de cette façon qu’on y arrivait le mieux, elle acceptait l’étiquette volontiers et tant pis pour les moqueries.
Elle en avait connue d’autres, tout comme le patient qu’elle avait en face d’elle et à qui elle adressa un regard compatissant sans trop en dire. Elle savait cloisonner malgré tout, rester dans les limites du raisonnable pour ne pas faire naître des dialogues trop intimes. Elle partait avec un avantage toutefois, un avantage plutôt déloyal quand elle y pensait car chaque fois, elle en savait plus sur la personne qu’elle avait en face d’elle que cette dernière. Elle avait des informations de civilité à son sujet, des informations sur sa santé… c’était clairement elle qui menait le jeu, mais encore une fois, Yasmine ne serait pas elle-même si elle considérait ces informations comme un bénéfice duquel tirer des choses plus ou moins honnêtes. Elle restait à sa place, celle d’une soignante, et quand bien même elle aurait des choses à dire à propos de la cruauté des enfants dont elle aussi avait souffert à cause de son patronyme, elle se contenta de s’apitoyer en silence avec sur le visage une mine parée à faire son travail.

C’est ce qu’elle fit, consciencieusement. Ses doigts connaissaient la marche à suivre, et ses gestes suivaient le rythme usuel des habitudes qu’elle avait prises au cours de ses années d’exercice. D’aucun dirait qu’elle n’était qu’une infirmière, mais il y avait quelque chose en plus dans cette façon qu’elle avait de soulager les plaies de ceux qui tombaient entre ses mains. Ça passait par ses yeux, dans cette lueur qui brillait quelque part au centre du vert soutenu de ses iris qu’elle avait posé sur le visage de son patient "Oh, pas de campagne de superhéros pour faire manger la poussière aux méchants de la ville ? Je suis presque déçue, je vous imaginais déjà en Captain Brisbane." murmura-t-elle presque en accueillant la réponse à la question qu’elle lui avait posé, intéressée par la manière dont il avait écopé des blessures sanglantes qui l’avaient mené jusqu’ici. Tout en continuant de nettoyer ce qu’elle avait sous les yeux, guidant Edgerton pour qu’il penche ou recule la tête, ses doigts posés sur l’angle de sa mâchoire bien dessinée, opérant une très légère pression pour ne pas avoir à lui demander à voix haute, elle préféra ajouter avec un léger sourire "Est-ce que je dois comprendre que vous avez remporté la partie ? Si vous, vous êtes en bon état, je crains pour la vie de celui à qui vous avez mis une trempe." Et elle fronça de nouveau le haut de son nez, l’imagination assez vive pour que son esprit illustre mentalement cette image et la contraigne à supporter une vision tout aussi sanglante de l’adversaire de son patient que celle qu’elle avait devant les yeux. Elle lui adressa un nouveau sourire, la tête vrillant très légèrement sur le côté pour gagner en visibilité, sa compresse s’imbibant de sang au fur et à mesure, effleurant très délicatement, mais résolument, les blessures qui ne semblaient pas le faire tant souffrir que ça finalement "Dites-moi si je vous fais mal." lui dit-elle avant qu’il ne reprenne la parole, et qu’avec pointe de prudence, elle affermit le regard qu’elle lui accordait pour soutenir le sien durant une fraction de seconde.
Ça aussi, ça faisait partie du travail d’infirmière. Objectivement, ça la mettait mal à l’aise, d’être ainsi soumise à la manière qu’avait certains de ses patients de penser que, parce qu’elle était infirmière justement, elle représentait une proie facile à déstabiliser — une proie facile tout court, d’autant qu’elle avait le physique qu’elle avait, et que dans l’imaginaire collectif, avec le statut de soignante, venait tout l’attirail de stéréotypes apportés par l’auto-éducation devant des films pour adultes ; ceux qui les réalisaient, ces films-là, n’avaient définitivement jamais mis les pieds dans un hôpital. C’était ça, le vrai désavantage du contact avec les patients, devoir traiter avec des travers qui pouvaient la gêner et tester sa pudeur et sa timidité. Il y avait des patients qui savaient déceler ces deux faits à son sujet — elle n’était pas si difficile à lire —, et qui prenaient un malin plaisir à l’embarrasser pour garder le contrôle d’une situation dans laquelle ils étaient clairement tributaires des soins qu’elle leur apportait, mais aussi du mal qui les rongeaient. Elle réussissait à comprendre que ça devenait vital pour quelques-uns de se rassurer sur l’effet qu’ils avaient sur les autres. Mais parfois, c’était plus compliqué, parce qu’elle était qui elle était et qu’elle avait vécu des choses désagréables qui, là aussi, l’avaient mise dans une position de proie facile.
A ce moment-là, elle n’en était pas une. Ce n’était pas moins déstabilisant sur l’instant, et tandis qu’elle se gardait de sourire de nouveau, repoussant de nouveau sa tresse, cette-fois d’un léger coup d’épaule rejeté en arrière, elle prit conscience de la proximité qu’elle avait avec le jeune homme et de sa tenue. Ou de l’absence de tenue. Qui lui fit lui demander avant toute chose, éludant la question qu’il venait de lui poser sur le ton de l’humour, et rompant le contact de leurs yeux par la même occasion "Vous n’avez pas froid ? Je termine tout ça, et je vous apporte une blouse." Une information qui lui permit de battre en retraite d’un léger pas en arrière et de changer de compresse. La neuve, elle ne tarda pas à la tamponner de nouveau sur le visage de son patient "Pour répondre à votre question, Edgerton." finit-elle par reprendre après un instant à peser le pour et le contre de rentrer dans ce genre de débat tandis qu’elle cherchait un moyen habile d’échapper à l’attention qu’il lui accordait à ce moment-là et, qu’elle le savait, n’était induite que par les soins qu’elle lui prodiguait "C’est difficile de juger avec tout ce sang. Mais promis, quand vous aurez décidé de me laisser faire mon travail, je vous donnerez un avis objectif." Plus objectif que celui de Molly. Elle ajouta d’ailleurs, trouvant opportun d’échapper à tout ça de cette façon-ci "En tout cas, vous avez fait grande impression sur ma collègue des admissions. Je ne devrais sans doute pas vous le dire, ça sera notre petit secret." chuchota-t-elle en continuant son travail, et accordant une nouvelle œillade rapide, aux iris  sombres d’Edgerton.


    - - if the storm comes, if we burn up, if the wells run dry, you're my reason to believe in another life ; if it all ends and it's over, if the sky falls fire, best believe me you will see me on the other side.
    (priadji) don't make it harder on me 3ve2lU9
    (priadji) don't make it harder on me LwqmGzA
    (priadji) don't make it harder on me QZss7l7
    (priadji) don't make it harder on me VHNfP8d
Revenir en haut Aller en bas
Edge Price
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (12.04.85)
SURNOM : edge est déjà ton surnom, on t'appelle aussi par ton nom de famille et seuls quelques privilégiés ont le droit au prénom complet, Edgerton, sans que tu ne grinces des dents
STATUT : you’re really different, baby, you might be the main thing...
MÉTIER : ancien photographe judiciaire (2012-2020), tu fais désormais partie de l'équipe du Brisbane Times, tes clichés viennent compléter certains articles depuis fin janvier 2021
LOGEMENT : propriétaire d’une maison dans toowong (#45), la deuxième chambre est à louer et les colocataires vont et viennent, sans oublier une certaine brune qui elle aussi à commencer à bien s’établir chez toi
(priadji) don't make it harder on me EdP7kccH_o
POSTS : 738 POINTS : 370

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : originaire de Melbourne • a été élevé par une mère comptable, ton père a toujours été absent de ta vie, tu reste proche de ta famille néanmoins, en particulier de tes trois cousins • photographe de métier, c'est ta passion depuis toujours, tu as presque toujours un appareil sur toi • grand fan des voyages, incapable de rester au même endroit plus de quelques mois • ancien boxeur, c'est ton autre passion, que tu as abandonné des suites d'un mauvais combat de rue (Nov 2019) • sobre depuis Déc 2019 • plusieurs colliers toujours autour de ton cou : un y et une hamsa •
RPs EN COURS :
(priadji) don't make it harder on me AaEJ7Im0_o
priadji • I might just recline the seat when I want it, give you a set of keys 'cause you own it, pull up, pull up on me, no second-guessing, checking the rearview, ain't looking back unless it's right at you, make me wanna stay through the night, I will never leave from by your side, don't you know you got a ride or die...

(2021) sohan#4 jo#4margot#1lawrence#1aileen#1priadji#20
(2019) jackson#1
(2016) priadji#19

RPs TERMINÉS : (fiche de liens)
AVATAR : ricky whittle
CRÉDITS : (av) malibu; (gifs profil & sign) ssoveia & malibu
DC : lara pearson & nicholas hurley, les artistes
PSEUDO : malibu
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 26/06/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t24693-i-am-a-sinner-who-s-probably-going-to-sin-again https://www.30yearsstillyoung.com/t24719-edge-motherland-drip-on-me https://www.30yearsstillyoung.com/t29722-edge-price https://www.30yearsstillyoung.com/t39100-edge-price

(priadji) don't make it harder on me Empty
Message(#) Sujet: Re: (priadji) don't make it harder on me (priadji) don't make it harder on me EmptyHier à 14:51




≈ ≈ ≈
{don't make it harder on me}
crédit/(ssoveia) ✰ w/ @Yasmine Khadji
Peut-être que draguer l'infirmière qui s'occupe de toi n'est pas la meilleure chose à faire, pas du tout d'ailleurs, mais il semble que c'est le chemin que tu as choisi d'emprunter ce soir. Tant pis, tant mieux, tu vas mettre cela sur le compte de la raclée que tu as failli prendre et le fait qu'elle est vraiment jolie. Assez pour se démarquer et assez pour que cela soit déstabilisant, dans un sens. Cependant, tu es assez adulte pour savoir que vous êtes tout de même sur son lieu de travail à elle et que la brune restera professionnelle à souhait, la vie ne se passe pas comme sur certains sites internet et encore heureux, sinon cela serait beaucoup triste. Ou ennuyeux. Définitivement triste que tu penses la seconde suivante et quand la brune te demande comment tu peux être le vainqueur vu l'état de ton visage, tu hausses les épaules, marmonnant un :  "Il est sur ses deux pieds." en parlant de ton adversaire, parce que c'est la vérité. Et franchement ? Il fallait être là pour le voir, et tu n'es vraiment pas doué pour relater les combats ou tout ce qui se passe sur un ring. D'autres personnes dans ton entourage font cela beaucoup mieux que toi... Toi ? Tu le vis, purement et simplement, ne fonctionnant qu'à l'instinct dans ces moments-là et ayant une confiance complètement aveugle dans tes poings. Tu n'es pas de ceux qui proclament qu'il faut la bonne stratégie, la technique parfaite, non... sur le ring, sous les coups d'un autre, tout ça n'entre pas vraiment en ligne de jeu, tu le sais mieux que quiconque. Il faut savoir encaisser les coups et savoir les infliger en retour, avoir envie de les infliger en retour, trouver la force nécessaire pour le faire et continuer, encore, et encore...
Mais, tu ne vas pas te lancer dans une analyse hypra sérieuse de ton sport et de ton passe-temps préféré, cela sera sûrement pour un autre moment. En partant du principe qu'il y aura un autre moment. Avec elle. Elle te tire de tes pensées quand elle te demande si tu as à froid, tu hausses les épaules, pas vraiment, l'adrénaline, la tension, elle doit mieux savoir que toi pourquoi tes terminaisons nerveuses sont un peu engourdies, et puis, elle ne te connait pas assez pour savoir qu'il y a une fierté certaine qui t'habite toujours et quitte à choisir entre mettre quelque chose et rien, ton choix est rapide et définitif. Tu retiens une grimace en sentant la nouvelle compresse sur ta peau et vos regards se croisent quand elle prononce de nouveau ton prénom complet, histoire de... Oh, she's good, que tu penses à l'instant suivant, alors que la brune réussit à ne pas répondre à ta question, parce que ce n'est ni le lieu ni le moment et que tu as sûrement dépassé une limite. "Si c'est un avis objectif alors..." Que tu ajoutes sur le même ton, tu imagines que tu n'es pas le premier dont le regard se perd sur l'infirmière, et tu pourrais t'excuser pour ton ton genre... si tu arrivais à penser correctement. Difficile de le faire avec ces yeux-là posés sur toi, tu as envie de lui poser un milliard de questions, d'en savoir plus sur elle, mais le genre de questions clichés qui passeraient très bien dans un film : comment est-ce qu'elle a fini infirmière ? Quel est son restaurant préféré en ville et est-ce qu'elle est libre ce vendredi ? Tu manques un rire à ton propre train de pensées, réalisant que tu grilles bien des étapes, peut-être qu'un médecin ferait bien de t'ausculter en fin de compte.

Au moins, cette inconnue marque des points sans vraiment le savoir, tu n'avais pas pensé à proposer à quelqu'un quelque chose d'aussi concret qu'un premier rendez-vous depuis longtemps, et oui, cela en dit beaucoup sur toi et sur l'état de ta vie sentimentale en ce moment. Tu finis par laisser échapper un léger rire quand elle te rappelle sa collègue pas du tout subtile qui, franchement, tu avais totalement éclipsé de ton esprit depuis son arrivée. "Oh elle l'a plus ou moins mentionné, mais je vais faire comme si je ne le savais pas et cela restera notre secret." Que tu confirmes avec un léger sourire, tandis qu'elle retourne à son travail. Et c'est plus fort que toi, tu ne restes pas silencieux bien longtemps, tu n'as jamais été doué pour l'exercice dans le fond et que si c'est la seule et unique fois que tu dois la voir... autant tenter le tout pour le tout. "Vous avez un prénom au fait ? Je pose juste la question parce que vous connaissez le mien et vous l'utilisez dans son entièreté, un fait plutôt rare d'ailleurs, que je dois vous faire remarquer, les gens se contentent juste de m'appeler Edge..." Tu l'interroges alors qu'elle te met une autre compresse sur le visage, sûrement pour cacher une vilaine coupure ou soigner le début d'un bleu, décidant de jouer carte sur table et d'être un minimum sincère. Il n'y a que ta mère qui t'appelle par ton prénom complet, quand tu y réfléchis bien, même Harriet ne s'y risque plus depuis longtemps... "Ou vous n'êtes pas obligée de répondre, on doit vous demander votre prénom tout le temps, avec tous les patients que vous voyez dans une journée..." A sa place, tu ne prendrais même plus le temps de répondre, cela doit devenir fatiguant et lassant en réalité, surtout si tu n'es pas son premier patient ou même son dernier de la journée.
"Et pour répondre à votre remarque précédente, je ne suis pas un super-héros, je voulais quand j'étais plus jeune... Je bosse pour la police maintenant." L'information arrive rapidement et naturellement, tu ne sais pas pourquoi, tu ne sais pas comment, le besoin d'impressionner est toujours là, plus que jamais. Aussi, tu ajoutes rapidement et toujours avec le sourire aux lèvres :  "Mais les capes me vont bien et oui, j'ai déjà testé."



Hit me with your eyes, I never seen that kind of view, You walkin' over here, The way that it went down, that's when I knew, We be talkin' all night, But I can tell you need to work on you, you, you...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(priadji) don't make it harder on me Empty
Message(#) Sujet: Re: (priadji) don't make it harder on me (priadji) don't make it harder on me Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(priadji) don't make it harder on me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-