AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-21%
Le deal à ne pas rater :
Console Nintendo Switch + Mario Kart 8 Deluxe + Abonnement 3 mois ...
267 € 337 €
Voir le deal

 on the road (zoya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Freya Vranken
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-six pétales de roses. (deux décembre)
STATUT : célibataire, freya est incapable de se perdre dans les effluves de l'amour et s’applique à entretenir le mystère. la vérité est toute autre, son cœur n’appartient qu’à un seul homme : rafael, le grand-frère qu’elle admire au-delà du raisonnable, défend envers et contre tous et qu’elle adule de façon démesurée. il est celui qu’elle place sur un piédestal et dont personne n’arrive -et n’arrivera jamais- à la cheville.
MÉTIER : détentrice d’un diplôme en histoire de l’art, elle exerce dans le centre culturel du QAGOMA depuis tout juste deux ans. chargée d'événementiel, freya a rapidement su se forger une réputation et un réseau solide dans lequel gravitent collectionneurs, journalistes, commissaires d’expositions et galeristes partenaires.
LOGEMENT : #71 st pauls terrace, dans le quartier de spring hill. un loft qu'elle occupe seule avec son chat du bengal ; zeus.
on the road (zoya) 3c80b70d669b110e59b66096763e3337830b3505
POSTS : 113 POINTS : 125

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
RPs EN COURS : (03/05)
on the road (zoya) Giphy.gif?cid=790b7611eaaa607bcd1472c5932cc647d6bbb025ebaa115c&rid=giphy
rafael (scénario) ⊹ 'cause we were just kids when we were separated. i know we'll be alright this time. honey, just hold my hand. i see my future in your eyes. i have faith in what i see. i'm dancing in the dark, with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song. ☽
on the road (zoya) Giphy.gif?cid=790b7611725f98b6e86dd3b137d87be0e54a5dcd49963639&rid=giphy
zoya #1 ⊹ when i was young i would look in the mirror. didn't know it then but now it couldn't be clearer. that i remember being filled with such wonder. ☽
on the road (zoya) Giphy
cameron #1 ⊹ 'cause we were just kids when we were separated. i know we'll be alright this time. honey, just hold my hand. i see my future in your eyes. i have faith in what i see. i'm dancing in the dark, with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song. ☽
on the road (zoya) Giphy.gif?cid=790b76113ceefde8307f54e8039245d25e14fcc3b08e7e28&rid=giphy
freddy #1 ⊹ lovers in the night. Poets trying to write. we don't know how to rythme. that arizona sky burning in your eyes. you look at me and i wanna catch on fire. it's burried in my soul like california gold. you find a light in me that i couldn't find. ☽


RPs EN ATTENTE : you ?
AVATAR : taylor marie hill.
CRÉDITS : @doom days.
DC : /
PSEUDO : itsafreenzy ; céline.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/10/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41216-my-black-fire-s-burning-bright-maybe-i-ll-go-out-tonight-freya-vranken https://www.30yearsstillyoung.com/t41252-and-there-s-no-remedy-for-memory-freya#2050726

on the road (zoya) Empty
Message(#) Sujet: on the road (zoya) on the road (zoya) EmptyMar 9 Nov 2021 - 15:15



ON THE ROAD
Fill up the engine, we can drive real far. Go dancin' underneath the stars. – ft. @Zoya Lewis

Septembre 2018.

La Fashion Week de New York était traditionnellement la première à ouvrir le bal des défilés. Évènement cosmopolite placé devant Londres, Milan et Paris, elle déclenchait à cette période une effervescence cyclique au cœur de la grosse pomme. On y retrouvait quelques grands noms comme Tom Ford, Jeremy Scott ou Jason Wu, inspirés du génie d’autres fondateurs et dont l’imaginaire fertile serait une fois de plus salué par la critique. Le prêt-à-porter américain, très largement représenté, s’articulait autour d’un calendrier élitiste et parfaitement ficelé. Les dates et heures des shows y étaient chronologiquement renseignées, rythmant l’une des plus grandes semaines de la mode au monde. Cette saison, la fièvre montait autour du créateur Ralph Lauren qui s’apprêtait à fêter son demi-siècle dans les allées notoires de Central Park. Habilement orchestrée par l’intermédiaire de photos diffusées au compte-goutte depuis l’été dans la presse et sur les réseaux sociaux, la campagne de lancement de sa nouvelle collection était déjà plébiscitée par le public. En arrivant dans la Cinquième Avenue, Freya fit glisser son index sur l’écran de son téléphone. Les images de la maison Balmain, qui circulaient intensément depuis quelques heures sur la toile, témoignaient de l’ambiance, mais aussi de l’attente fébrile autour de son prochain défilé. « J’ai hâte de découvrir les pièces qui seront mises à l’honneur par la maison Balmain.  Tu étais au courant qu’une enseigne française serait présente ? » La collection - glamour, exclusive et richement ornée -, telle que la décrivait l’enseigne dans un communiqué, était composée de plus d’une centaine de pièces allant des robes aux décorations métalliques en passant par les accessoires voyants avec bijoux extra-larges et gros ceinturons. « Le défilé devrait avoir lieu demain matin, au Lincoln Center. » Elle avait prononcé cette phrase stratégiquement, réprimant un sourire. Il n’était pas utile de suivre cette ligne de conduite avec la cadette des Lewis. Zoya et elle avaient souvent les mêmes envies. « J’imagine que tu le savais déjà. » Les couleurs rougeoyantes du soleil presque éteint se reflétaient dans les buildings de la ville. Les baies vitrées gigantesques offraient une vue imprenable et enchantée sur les reliefs du quartier d’Harlem. En ces derniers jours d’été, l’atmosphère semblait se pourvoir d’une tendre douceur, d’une langueur à la fois poétique et mélancolique. Les vestiges de la pleine saison s’évanouissaient, on oubliait les nuits chaudes et on laissait place à des heures moins clémentes marquées par la fraîcheur, le renouveau. « Harlem… » murmura-t-elle. Face aux ruelles de son enfance, ses pupilles divaguaient ; elle se sentait agressée par le bruit et les lumières. L'univers infini et incandescent semblait se moquer d'elle, lui rappelant par contraste que son monde était petit, impitoyable et inéluctable. « C’est ici que j’ai grandi. » Certains aspects de New-York n’avaient rien à envier à la chaleur clinquante et aux dorures illusoires des rivages australiens. Le défilé incessant des taxis jaunes, les allées verdoyantes de Central Park, l’East River en plein hiver, la stupéfiante Skyline de Manhattan, tout lui revenait. Elle ne s’était jamais complètement acclimatée à l’atmosphère tropicale de Brisbane, aux eaux turquoises du littoral, à ces rues escarpées dignes d’une montagne russe. « Quand tu m’as proposé de t’accompagner à New York, je ne pensais pas que ça me ferait si drôle. » Freya la considéra un instant, serrant légèrement le gobelet en carton qu’elle tenait dans sa main et termina son latte macchiato d’une seule traite. Toute discussion dans laquelle il était question de Rafael s’apparentait à une joute verbale interminable ; ses réponses n’en étant jamais vraiment. « Je nous revois enfants, dans cette même rue, courant main dans la main en direction de Central Park. Il était… inconscient ; mais je me sentais en sécurité avec lui. » Son ton était encore plus doux que d’habitude, presque intime. Ses souvenirs formaient un mur en béton qui coupaient sa vie en deux ; un obstacle qu’elle avait fait le choix d’ignorer pour résister à l’envie de le démolir. De l’autre côté, elle espérait toucher ses rêves de gosse du bout des doigts, saisir l’occasion pour remporter un pari fou : franchir les lignes ennemies à la recherche d’un allié tombé. « Je me demande ce qu’il est devenu et s’il vit encore ici, à New York. » Freya esquissa un rictus forcé, baissant le regard. Elle avait passé vingt-et-un ans à devenir la jeune fille parfaite que Charles voulait qu’elle soit ; à suivre la voie toute tracée des Vranken et faire disparaitre, définitivement, l’enfant candide et déplorable qu’elle était. Zoya connaissait parfaitement cette histoire ; elle y tenait d’ailleurs le second rôle. Celui qui, plus en retrait, avait une importance capitale. - C’était toujours le favori des téléspectateurs. - « Tiens, regarde, on arrive à Central Park » lançait-elle, prête à s’extasier devant le dernier défilé de la journée.


As long as i can feel the beat.
il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.  ✻ (j. vranken)
Revenir en haut Aller en bas
Zoya Lewis
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-neuf étés, née le 20 août 1992.
SURNOM : Zo', Zozo (à son grand désespoir)
STATUT : Mère (incapable) célibataire d'une petite fille dont le doux nom est Chloé, née le 24 février 2021.
MÉTIER : Photographe en freelance, parcourant le monde grâce à ce métier passion qui l’épanouie pleinement
LOGEMENT : Au numéro 90 Hughton avenue à Redcliffe, dans un loft avec sa fille.
on the road (zoya) 6muc
POSTS : 316 POINTS : 2415

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Originaire de Brisbane ➼ A trois frères ➼ Passionnée par la photographie mais aussi la peinture et la cuisine ➼ Les voyages sont sa raison d'être ➼ A 25 ans, on lui annonce qu'elle ne pourra pas avoir d'enfants ➼ A 28 ans, elle tombe enceinte après une histoire d'un soir ➼ Sa fille nait en février 2021, Chloe, qu'elle élève seule (par choix) ➼ Ne gère pas cette nouvelle responsabilité qui lui incombe.
RPs EN COURS : on the road (zoya) Giphy
CAMYA ➼ The family. We are a strange little band of characters trudging through life sharing diseases and toothpaste, coveting one another’s desserts, hiding shampoo, borrowing money, locking each other out of our rooms and trying to figure out the common thread that bound us all together.

on the road (zoya) Ezgif-com-gif-maker-2
TROYA ➼ We all need that someone, who gets you like no one else, right when you need it the most, we all need a soul to rely on, a shoulder to cry on, a friend through the highs and the lows.

on the road (zoya) Giphy
ZODDY ➼ I'm incapable to tell you the truth because I'm thinking you are not good enough for that role. But i'm not worth better than you... Ironic isn't it?

on the road (zoya) Giphy
ELIYA ➼ sometimes there is no next time, no second chance, no time out. Sometimes is now or never.

on the road (zoya) Giphy
BIRDOYA ➼ we laugh at the dumbest jokes, put up with each others worst moods, go along with the craziest ideas , that's what make us the most amazing friends

on the road (zoya) Giphy
LEWAINE ➼ Lots of people want to ride with you in the limo, but what you want is someone who will take the bus with you when the limo breaks down

on the road (zoya) Giphy
ZORIUS ➼ would you rescue me? would you get my back? would you take my call when I start to crack? would you rescue me?

on the road (zoya) Giphy
MAXYA ➼ Now that i've found you, i'm so scared to love you how i want to. Scared that i'm too much for you, scared that you'll walk away.

on the road (zoya) Giphy
ZOYANWAR ➼ u.c.

13/10
(ouep, je suis foutue)
Rory #1Cameron #1Maxwell #1Marius #1Autumn #1Anwar #1Freya #1Eliya #1Zoddy#3 & Mulligan's Swann #1Maya #2Birdoya #2


RPs EN ATTENTE : Trent #2
RPs TERMINÉS : Zoddy #1Martin #1Trent #1Freddy #2Birdie #1 ]
AVATAR : Phoebe Tonkin
DC : Chiara, Stacey & Gabrielle
PSEUDO : ellialola
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/08/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t40073-zoya-lewis-be-what-you-want-to-be-when-you-get-a-head-full-of-dreams https://www.30yearsstillyoung.com/t40141-zoya-i-m-just-a-free-spirit-with-a-wild-heart-and-an-open-road-ahead

on the road (zoya) Empty
Message(#) Sujet: Re: on the road (zoya) on the road (zoya) EmptyDim 14 Nov 2021 - 16:26



on the road - ft    @Freya Vranken   

Septembre 2018. L’occasion était trop bonne pour passer à côté de cette opportunité d’amener avec elle celle qu’elle considérait comme sa petite sœur. Celle qu’elle n’a jamais eu et qu’elle échangerait volontiers contre un de ses frères, et, à choisir, autant échanger avec le plus pénible des trois qu’elle avait : Cameron. A défaut de pouvoir réellement le faire, cela n’empêche pas Zoya de côtoyer le plus qu’elle le peut la jeune Vranken qu’elle connait depuis son enfant. Lui proposer de faire partir du voyage lui a semblé tout à fait naturel et elle a donc embarqué Freya avec elle à New York. La photographe indépendante qu’elle est désormais depuis un an s’est vue offrir la possibilité d’assister, et surtout de prendre part, à la Fashion Week. Evènement légendaire qui a lieu tous les ans à la Grosse Pomme, et aussi l’un des meilleurs endroits pour étendre son cercle de connaissances dans le milieu, Zoya a tout de suite accepté sans l’once d’une hésitation. Et elle n’a aucun regret quand elle a déjà quelques contacts dans son téléphone qui n’attende qu’à ce qu’elle les recontacte pour une future séance photos ou pour un prochain défilé dont le lieu n’a pas été encore dévoilé. Bref, l’effervescence et le bouillonnement qui se fait ressentir autour d’elles contribuent à ne pas aider les deux jeunes femmes à être attentive à ce qui se passe devant elle, manquant presque de rentrer dans des passants, tellement elles sont émerveillés par la beauté des lieux. Zoya a son appareil autour du cou et ne manque pas de s’arrêter tous les deux mètres pour faire une nouvelle photo, ne manquant pas aussi de prendre Freya, par surprise. « J’ai hâte de découvrir les pièces mises à l’honneur par la maison Balmain. Tu étais au courant qu’une marque française serait présente ? ». Zoya laisse son appareil suspendre autour de son cou en le lâchant après sa dernière prise, tournant le regard sur Freya « Le défilé devrait avoir lieu demain matin, au Lincoln Center (…) J’imagine que tu le savais déjà ». Un sourire malicieux, qu’elle lui connait bien, se dessine alors au coin des lèvres de la Lewis « Il se peut, effectivement, que j’étais déjà au courant… ». Elle vient à passer son bras sous celui de Freya avant d’ajouter « Tout comme il se peut que nous ayons des places réservées au premier rang, puisqu’on m’a demandé d’y assister afin de prendre les photos du défilé ». Il y a une certaine fierté qui se dessine sur les traits de la jeune femme « Tu imagines bien que je n’ai pas refusé ». Même si Zoya est quelqu’un de naturel, qui s’apprêtera que pour de grandes occasions sans trop en faire pour autant, elle doit reconnaitre que ce genre d’événements l’a toujours attiré, tout comme le milieu de la mode, notamment pour alimenter sa curiosité des belles choses. A force de fréquenter ce milieu, elle aurait pu changer avec le temps. Après tout, elle passe le plus clair de son temps sur des plateaux de tournages, comme sur des défilés, des séances photos pour de grandes marques ou d’acteurs ou actrices de la télévision et du cinéma. Mais, à ce niveau-là, Zoya s’est toujours montré très terre à terre, elle surtout qui reste toujours fidèle à son premier amour dans la photographie : celle des paysages et de la beauté que le monde a à nous offrir. D’ailleurs, elle part souvent en excursion après de tels événements pour se ressourcer. « Harlem… ». Elle entend le murmure de Freya, son regard se portant à nouveau sur elle, alors qu’elle vient à lui attraper la main « C’est ici que j’ai grandi ». Et elle le sait Zoya. Parce qu’elle connait l’histoire de Freya, elle qui lui a toujours tout raconté sur son histoire et surtout qui lui a toujours partagé ses états d’âme, ses questions et ses doutes également. « Quand tu m’as proposé de t’accompagner à New York, je ne pensais pas que ça me ferait si drôle ». La proposition de Zoya quant au fait que Freya l’accompagne lors de ce voyage n’était pas anodine. Et elle le sait. Elles en ont longuement discuté et être ici est aussi l’occasion pour la jeune Vranken de renouer avec son passé et qui sait, retrouver les traces de son frère, Rafaël. Alors qu’elles continuent leurs marches sans porter attention à la direction qu’elles empruntent, Freya semble se perdre dans les souvenirs de son enfance « Je nous revois enfants, dans cette même rue, courant main dans la main en direction de Central Park. Il était… inconscient ; mais je me sentais en sécurité avec lui ». Zoya sourit, resserre un peu plus sa main dans la sienne quand elle entend parler Freya avec nostalgie de ce frère dont elle n’a plus de nouvelles depuis des années. Elle sait aussi qu’il y a une grande part d’elle qui souhaiterait le retrouver. « Je me demande ce qu’il est devenu et s’il vit encore ici, à New York ». Zoya ne l’interrompt pas, la laissant s’exprimer pour ne pas la couper dans ses souvenirs qui semblent emplis d’émotions « C’est en partie pour cette raison aussi que nous sommes ici. Si tu le souhaites, après le dernier défilé demain, on pourra s’y pencher plus sérieusement ». Les mots sont prononcés avec bienveillance, le sourire aux lèvres venant appuyer ses paroles. « Mais si à un moment donné, tu estimes qu’être ici est bien trop lourd pour toi, je veux que tu me le fasses savoir Freya, d’accord ? ». Elle l’interroge du regard alors qu’elles se sont stoppées quelques secondes dans leur marche, le temps qu’elle lui donne une réponse. Elle a lâché sa main et c’est son petit doigt qu’elle lui tend, comme pour lui promettre de ne rien lui cacher et sceller ce pacte par un pinky swear digne de ce nom. « Tiens, regarde, on arrive à Central Park ». Elles n’ont plus qu’à traverser la grande avenue pour rejoindre le fameux parc et, une fois de l’autre côté, elles pénètrent dans celui-ci, Zoya dégainant à nouveau son appareil photo « On doit être dans quinze minutes au Shakespeare Garden pour le prochain défilé. Et… » elle se retourne alors vers Freya, l’air angélique, ce qui ne présage rien de bon « Il se peut que… tu fasses partie du show ». Oops, elle sent que la réaction de Freya ne va pas tarder à se manifester, et c’est pour cette raison qu’elle ajoute « Tu pourras garder la robe après le défilé ! » Elle espère que cet argument sera suffisant à apaiser Freya « Il leur manquait un modèle et je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai sorti ton nom… Puis faut dire que tu as le petit minois et le physique qui s’y prête aussi. Ils ont vu ta photo, ils étaient ravi de ma proposition. Tu vas leur sauver la mise ». Elle dégaine tout l’argumentaire possible pour justifier cette proposition totalement consciente qu’elle a faite aux organisateurs du défilé. « On y va ? » Est-ce qu’elle lui laisse vraiment le choix ? Pas vraiment puisqu’elle l’embarque avec elle en passant son bras sous le sien.  

(c) ANAPHORE



be what you want to be when you get a head full of dreams



on the road (zoya) NCLDdV8
on the road (zoya) 2eDseF9
on the road (zoya) IUJCx06
on the road (zoya) MGSbLAu
on the road (zoya) 335306globetrotter
Revenir en haut Aller en bas
Freya Vranken
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt-six pétales de roses. (deux décembre)
STATUT : célibataire, freya est incapable de se perdre dans les effluves de l'amour et s’applique à entretenir le mystère. la vérité est toute autre, son cœur n’appartient qu’à un seul homme : rafael, le grand-frère qu’elle admire au-delà du raisonnable, défend envers et contre tous et qu’elle adule de façon démesurée. il est celui qu’elle place sur un piédestal et dont personne n’arrive -et n’arrivera jamais- à la cheville.
MÉTIER : détentrice d’un diplôme en histoire de l’art, elle exerce dans le centre culturel du QAGOMA depuis tout juste deux ans. chargée d'événementiel, freya a rapidement su se forger une réputation et un réseau solide dans lequel gravitent collectionneurs, journalistes, commissaires d’expositions et galeristes partenaires.
LOGEMENT : #71 st pauls terrace, dans le quartier de spring hill. un loft qu'elle occupe seule avec son chat du bengal ; zeus.
on the road (zoya) 3c80b70d669b110e59b66096763e3337830b3505
POSTS : 113 POINTS : 125

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
RPs EN COURS : (03/05)
on the road (zoya) Giphy.gif?cid=790b7611eaaa607bcd1472c5932cc647d6bbb025ebaa115c&rid=giphy
rafael (scénario) ⊹ 'cause we were just kids when we were separated. i know we'll be alright this time. honey, just hold my hand. i see my future in your eyes. i have faith in what i see. i'm dancing in the dark, with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song. ☽
on the road (zoya) Giphy.gif?cid=790b7611725f98b6e86dd3b137d87be0e54a5dcd49963639&rid=giphy
zoya #1 ⊹ when i was young i would look in the mirror. didn't know it then but now it couldn't be clearer. that i remember being filled with such wonder. ☽
on the road (zoya) Giphy
cameron #1 ⊹ 'cause we were just kids when we were separated. i know we'll be alright this time. honey, just hold my hand. i see my future in your eyes. i have faith in what i see. i'm dancing in the dark, with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song. ☽
on the road (zoya) Giphy.gif?cid=790b76113ceefde8307f54e8039245d25e14fcc3b08e7e28&rid=giphy
freddy #1 ⊹ lovers in the night. Poets trying to write. we don't know how to rythme. that arizona sky burning in your eyes. you look at me and i wanna catch on fire. it's burried in my soul like california gold. you find a light in me that i couldn't find. ☽


RPs EN ATTENTE : you ?
AVATAR : taylor marie hill.
CRÉDITS : @doom days.
DC : /
PSEUDO : itsafreenzy ; céline.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/10/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41216-my-black-fire-s-burning-bright-maybe-i-ll-go-out-tonight-freya-vranken https://www.30yearsstillyoung.com/t41252-and-there-s-no-remedy-for-memory-freya#2050726

on the road (zoya) Empty
Message(#) Sujet: Re: on the road (zoya) on the road (zoya) EmptyLun 22 Nov 2021 - 21:06



ON THE ROAD
Fill up the engine, we can drive real far. Go dancin' underneath the stars. – ft. @Zoya Lewis

Septembre 2018.

Depuis toutes ces années, elle s’en était rendue compte, Zoya avait plus d’une corde à son arc et savait très bien, entre autres choses, faire preuve d’acharnement. Cela signifiait qu’elle savait pleinement manœuvrer pour toucher au but, de préférence dans une chronologie restreinte, quelque soit l’obstacle qui se dressait devant elle. Elle laissait volontiers entendre, à quiconque tendait l’oreille, qu’il ne s’agissait que d’un simple concours de circonstances mais le secret de sa réussite se glissait derrière sept petites lettres. Le mot Passion. Il n’y avait qu’à voir la manière dont elle excellait en photographie et la vitesse à laquelle son répertoire se remplissait. L’unique fille des Lewis était un réel prodige, à sa façon. Il n’était donc pas surprenant qu’elle ait été choisie pour immortaliser cette nouvelle saison. « Mais Zoya, c’est fantastique ! Pourquoi ne pas me l’avoir dit ? » La jeune Vranken ressentit une pointe de fierté devant l’annonce de sa ‘sœur’ et fit dessiner à sa bouche un sourire rayonnant. « Tu seras la photographe la plus réclamée du défilé ! » Le flash de l’appareil photo s’enclencha tandis qu’elle plaçait sa main devant son visage. « Arrête ! » protestait-elle en étouffant un imperceptible petit rire. Elle avait accepté, à plusieurs reprises - souvent à contrecœur - de se glisser dans la peau d’une modèle. C’était un exercice difficile dans lequel elle n’était pas à l’aise, mais il était impensable qu’elle refuse ce service à Zoya. Elle avait d’ailleurs abandonné depuis longtemps l’idée de conserver son droit à l’image. Elle essayait alors, tant bien que mal, de faire vivre sa silhouette devant l’objectif et sous l’œil expert de sa meilleure amie. La jeune femme avait décelé, dans l’enveloppe charnelle de Freya, ce qui lui semblait être un diamant brut. Comme elle le lui avait dit un jour, elle avait un visage en forme de cœur, des traits réguliers et un joli teint safrané. De superbes atouts pour faire carrière dans le milieu du mannequinat selon elle. Tandis qu’elle lui donnait la seconde raison de leur présence ici, les prunelles de la jeune Vranken se posèrent, au loin, sur une immense grille en fer forgé. « J’ai une adresse. » déclara-t-elle en sentant sa gorge se nouer. « Une agente de la CIA me l’a donnée. » Un silence révérencieux s’installa, telle une vague déferlante. S’il y avait bien une chose que Freya s’était gardée de lui raconter, c’était cette fameuse visite incongrue d’Ashley Spencer, quelques mois plus tôt. La trentenaire l’avait questionnée au sujet d’activités suspectes de Teddy Marfield, un oncle par alliance, qui était impliqué dans de grandes affaires d’escroqueries. Charles avait insisté sur l’importance capitale de taire cet épisode - pour l’honneur de la fratrie -. C’était la première fois que l’idée que quelqu’un puisse faire cette chose abrutissante lui avait traversé l’esprit, et il en avait été tout retourné. Ou du moins, c’était ce qu’il voulait laisser penser. « Ça ira, je te le promets. » finit-elle par répondre, pressant son auriculaire contre celui de Zoya. Elles longèrent encore quelques gratte-ciels puis pénétrèrent dans l’antre de Central Park, là où l’élégante grille en fer forgé se prolongeait vers l’horizon, autour de toute cette verdure ; cette ombre si saine. Elle s’imaginait déjà aux premières loges, dans sa robe insipide, jurant ouvertement avec l’habillement des spectateurs adjacents. Freya n’était pas le genre de fille qui se mettait de la poudre et du rouge à tout bout de champ. Elle aimait laisser transparaître ses émotions sur son visage et n’aurait pas pu cacher maintenant, même à sa meilleure amie, la surprise et l’indignation qu’elle ressentit en tombant dans son guet-apens. « Il se peut que je… quoi ? » Un rire caustique s’échappa de sa gorge. Elle mourait d’envie d’enterrer Zoya sur place, six pieds sous terre, pour s’enfuir ensuite à l’autre bout du globe, là où personne ne la retrouverait jamais. Elle s’attirerait les foudres de toute la lignée des Lewis et serait probablement traquée par le plus teigneux d’entre eux, - l’unijambiste grognard -. « Tu n’as pas vraiment fait ça ? » l’implorait-elle avec un sourire forcé. Tout son corps se contractait, comme sur la défensive, paralysé par la pensée du catwalk et par le fait qu’elle devrait en arpenter chaque recoin. Elle était mal à l’aise à l’idée d’être déshabillée, caressée du regard et photographiée dans un contexte qui lui était complètement éloigné. « Je te déteste. » murmurait-elle en se laissant traîner jusque dans les coulisses du défilé. Une espèce d’estrade avait été montée pour l’occasion et déjà, la foule se pressait tout autour. S’efforçant de ne pas laisser paraître la panique qui grimpait en elle, Freya se voyait déjà faire la une des tabloïds, pauvre dommage collatéral d’une ambition démesurée. « Quand est-ce que tu as eu le temps de me préparer ce coup-là ? » demandait-elle enfin. Cette fois, ce fut elle qui escorta Zoya dans le pavillon éphémère où s’apprêtaient les top modèles aux jambes interminables. Un sourcil arqué, une moue faussement boudeuse, elle désignait l’étrange costume métallisé posé sur un cintre qui, d’après son regard interrogateur, différait totalement des pièces de collection qu’elle aurait pensé porter. « C’est ça la robe que je vais pouvoir garder après le défilé ? » déplorait-elle en troquant à regret ses vêtements. Freya Vranken, le corps drapé d’une robe de gala bleu-nuit aux reflets argentés, s’étudiait devant un miroir mobile. A l’instar des autres tenues, son habit de scène était outrageusement sexy, exposant sa cuisse dénudée, impudique et libertine, et révélant un décolleté jusqu’au nombril. Une coiffe en aluminium venait trôner au sommet de sa chevelure brune, lui donnant un air princier. « Zoya, j’ai l’air d’une actrice pornographique futuriste. »


As long as i can feel the beat.
il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.  ✻ (j. vranken)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

on the road (zoya) Empty
Message(#) Sujet: Re: on the road (zoya) on the road (zoya) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

on the road (zoya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-