AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -62%
XIAOMI Mi TV Stick – Google Assistant et ...
Voir le deal
23.07 €
-25%
Le deal à ne pas rater :
Nike Waffle Trainer 2
74.97 € 99.99 €
Voir le deal

 balancin' on breaking branches (cameron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Freya Vranken
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-six pétales de roses. (deux décembre)
STATUT : célibataire, freya est incapable de se perdre dans les effluves de l'amour et s’applique à entretenir le mystère. la vérité est toute autre, son cœur n’appartient qu’à un seul homme : rafael, le grand-frère qu’elle admire au-delà du raisonnable, défend envers et contre tous et qu’elle adule de façon démesurée. il est celui qu’elle place sur un piédestal et dont personne n’arrive -et n’arrivera jamais- à la cheville.
MÉTIER : détentrice d’un diplôme en histoire de l’art, elle exerce dans le centre culturel du QAGOMA depuis tout juste deux ans. chargée d'événementiel, freya a rapidement su se forger une réputation et un réseau solide dans lequel gravitent collectionneurs, journalistes, commissaires d’expositions et galeristes partenaires.
LOGEMENT : #71 st pauls terrace, dans le quartier de spring hill. un loft qu'elle occupe seule avec son chat du bengal ; zeus.
balancin' on breaking branches (cameron) 3c80b70d669b110e59b66096763e3337830b3505
POSTS : 154 POINTS : 135

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
RPs EN COURS : balancin' on breaking branches (cameron) Giphy.gif?cid=790b7611eaaa607bcd1472c5932cc647d6bbb025ebaa115c&rid=giphy
rafael (scénario) ⊹ 'cause we were just kids when we were separated. i know we'll be alright this time. honey, just hold my hand. i see my future in your eyes. i have faith in what i see. i'm dancing in the dark, with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song. ☽
balancin' on breaking branches (cameron) Giphy.gif?cid=790b7611725f98b6e86dd3b137d87be0e54a5dcd49963639&rid=giphy
zoya #1 ⊹ when i was young i would look in the mirror. didn't know it then but now it couldn't be clearer. that i remember being filled with such wonder. ☽
balancin' on breaking branches (cameron) Giphy
cameron #1 ⊹ 'cause we were just kids when we were separated. i know we'll be alright this time. honey, just hold my hand. i see my future in your eyes. i have faith in what i see. i'm dancing in the dark, with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song. ☽
balancin' on breaking branches (cameron) Giphy.gif?cid=790b76113ceefde8307f54e8039245d25e14fcc3b08e7e28&rid=giphy
freddy #1 ⊹ lovers in the night. Poets trying to write. we don't know how to rythme. that arizona sky burning in your eyes. you look at me and i wanna catch on fire. it's burried in my soul like california gold. you find a light in me that i couldn't find. ☽

(04/05)
nanowrimomaxine

RPs EN ATTENTE : Ashley, you ?
AVATAR : taylor marie hill.
CRÉDITS : @doom days.
DC : /
PSEUDO : itsafreenzy ; céline.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/10/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41216-my-black-fire-s-burning-bright-maybe-i-ll-go-out-tonight-freya-vranken https://www.30yearsstillyoung.com/t41252-and-there-s-no-remedy-for-memory-freya#2050726

balancin' on breaking branches (cameron) Empty
Message(#) Sujet: balancin' on breaking branches (cameron) balancin' on breaking branches (cameron) EmptySam 13 Nov 2021 - 18:46



BALANCIN' ON BREAKING BRANCHES
I think I've seen this film before. And I didn't like the ending. – ft. @Cameron Lewis

Dans la vie, Freya Vranken était connue non seulement pour son ambition, mais aussi pour sa ténacité, il était donc juste de supposer qu’à l’instar de Charles, elle occuperait un siège élevé dans l’échelle sociale. Avocat spécialisé dans le droit des affaires, il avait minutieusement bâti, en compagnie de sa femme, une réputation qui ne devait jamais s’effriter hors du domicile ; règle première qui condamnait sa descendance à un avenir des plus tristes. Bien que la jeune femme soit honorée de faire partie de l’une des meilleures familles de Brisbane - selon lui -, elle ne consentait pas à suivre l’ensemble de ses règles et devenir une vulgaire marionnette. Elle traversa la rue, ses talons aiguilles martelant l’asphalte, et franchit le portail en fer forgé du building qui abritait son loft. Freya venait d’assister à une vente aux enchères en compagnie de Karen Elias-Bell, chroniqueuse à propos de laquelle elle avait eu des échos, mais qu’elle n’avait jamais rencontrée. Elle avait souri de façon charmante à ce qu’elle lui avait raconté en prenant garde de ne pas avaler trop de millésimé. Des minutes avaient passé, très peu ou une éternité, elle n’aurait pu le dire, jusqu’à ce qu’elle ne claque enfin la porte d’entrée. « Bonsoir mon cœur. » déclarait-elle en serrant Zeus, son félin du bengal,  contre sa poitrine. Ses prunelles scintillaient encore de la légère ivresse que lui avait procurée le champagne, et elle se sentait grisée d’avoir vu autant de monde. Dehors, la lumière déclinait et le ciel adoptait une couleur violâtre, accompagnée de sous tons orangés. C’était la fin d’une journée où elle avait su - une énième fois - ce que c’était que de se sentir oppressée. « Bonsoir Dallas. » Elle était vêtue d’une robe en satin jaune pâle dont les fines bretelles mettaient en valeur ses épaules et accentuait la finesse de sa taille, sans pour autant mettre trop en avant ses charmes. Sa coiffure était plus nette qu’elle ne l’avait été de toute la journée. Ses cheveux bruns s’élevaient en torsade, sculptés en un chignon distingué, et sa longue nuque se profilait dans la lumière du crépuscule. « J’espère que vous avez été sages. » lançait-elle, presque dans le but de s’en convaincre. Cela faisait quelques semaines qu’elle avait la garde du doberman. Une nouvelle source de tendresse. Un cauchemar pour Zeus. Il s’agissait en réalité d’un service qu’elle avait accepté de rendre à Zoya, sa meilleure amie. Liées depuis l’enfance, elle la considérait comme une membre à part entière de sa famille et ne pouvait rien lui refuser. Pas même cette aide-là. Dallas appartenait à l’un des trois fils Lewis, un jeune homme qu’elle avait fréquenté lorsqu’elle était au lycée ; adolescent farouche et grossier. Il avait dans le regard cette lueur sombre et mélancolique que personne ne prenait jamais à la légère. Une distinction suffisante pour qu’elle fasse le choix de rester à distance, au détriment d’autres élèves. Quand la sonnerie du loft retentit, Freya ouvrit la porte. « Cameron. » le salua-t-elle. Il avait l’air élégant, malgré la barbe naissante qui hérissait son menton. Elle ne l’avait plus vu avec un visage lisse depuis l’accident, - elle n’était plus sûre de l’avoir déjà vu d’ailleurs -.  Elle était bien plus proche des autres descendants Lewis que de l’énergumène qui venait de se présenter chez elle. « Entre, je t’en prie. » Dallas, survolté de retrouver son maître, se pressait déjà à ses genoux, la langue pendante et les oreilles dressées comme des antennes. Ses jappements aigus et frénétiques avaient attisé la curiosité de Zeus qui répandait déjà son odeur contre la jambe fantôme de Cameron, - petit traître à la couronne -. « Intéressant, ton nouvel accessoire. » déclarait-elle en désignant sa canne. Son ton, différent d’à l’accoutumée, exprimait le sarcasme à plein nez. Après l’acquisition de sa prothèse et une longue période de rééducation, Cameron Lewis se tenait - pour la première fois de sa vie peut-être - en position de faiblesse devant elle. « Puisque tu as su arriver jusqu’ici, tu sauras trouver le chemin du canapé. » Refermant la porte, Freya glissa enfin ses pieds hors de ses escarpins. Un pli amer déforma ses lèvres tandis qu’elle remuait ses orteils meurtris, délivrée de plus avoir à faire bonne figure. La vente aux enchères avait été organisée un peu rapidement, à vrai dire, mais tout le monde lui avait semblé trop comblé pour s’en soucier. Tant mieux. Elle était payée pour ça. Planifier des événements sur demande, courber l’échine devant des délais impossibles, cocher toutes les cases du nom de supplications. « Qu’est-ce que je te sers ? » demandait-elle en se dirigeant vers le bar, la voûte plantaire encore sensible. Avant qu’il ne réponde, Freya se servit un verre de whisky - on the rocks -, qu’elle absorba aussitôt. Elle détestait ça ; mais elle en conservait toujours une bouteille, sur les illustres conseils du patriarche.

Loft de Freya:
 


As long as i can feel the beat.
il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.  ✻ (j. vranken)
Revenir en haut Aller en bas
Cameron Lewis
Cameron Lewis
le camembert
le camembert
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans (16 avril 1995)
SURNOM : Cam, Camo, Kamikaze, etc. Le choix ne manque pas.
STATUT : Célibataire, incapable de supporter le regard des autres sur son corps abimé.
MÉTIER : Guitariste et choriste dans un groupe de musique post-hardcore appelé The Sand Witches
LOGEMENT : 40 pine street, bayside
balancin' on breaking branches (cameron) 6686abc6c680b6e0ac491c1b444abdb2e377652d
POSTS : 180 POINTS : 10

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Originaire de Brisbane, a deux frères et une sœur (Zoya) ∆ A une petite fille nommée Hannah, née le 13 janvier 2020 ∆ A un doberman de 4 ans nommé Dallas ∆ Possède un voilier surnommé Octopussy sur lequel il organisait des fêtes ∆ Amateur de jeux de société, de tir à l’arc et de paintball ∆ Jambe gauche amputée sous le genou depuis juillet 2021
RPs EN COURS : balancin' on breaking branches (cameron) Giphy
Camya ∆ Admit it, eating stolen chocolate from your sibling's share tasted much better than yours!

(7/7)
ZoyaRaphaelFelixJinaWinstonFreya
RPs EN ATTENTE : balancin' on breaking branches (cameron) Lsmu
RPs TERMINÉS : Pré-lien du groupe The Sand Witches
AVATAR : Christian Antidormi
CRÉDITS : Harley (avatar)
DC : Caelan Leckie, Lawrence Cabbott & Lincoln Mulligan
PSEUDO : Miss O'N3d
Femme (elle)
INSCRIT LE : 02/10/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t40714-cameron-this-world-will-never-be-what-i-expected#2025778 https://www.30yearsstillyoung.com/t40811-cameron-i-can-t-escape-myself#2030892 https://www.30yearsstillyoung.com/t40814-cameron-lewis#2030953

balancin' on breaking branches (cameron) Empty
Message(#) Sujet: Re: balancin' on breaking branches (cameron) balancin' on breaking branches (cameron) EmptySam 27 Nov 2021 - 19:35



Balancin' on breaking branches
Pourquoi est-ce que Zoya avait demandé à Freya de s’occuper de Dallas alors que Cameron et elle n’entretenaient pas des rapports cordiaux et que, forcément, il allait devoir la voir pour récupérer son chien parce que ça n’allait certainement pas être sa sœur qui allait le faire pour lui? Des fois, le brun se demandait si ce n’était pas justement pour l’énerver, un jeu qui plaisait un peu trop à son aînée depuis leur tendre enfance. Pourquoi pas Willow dans la maison que les anciens amoureux possédaient toujours? Elle connaissait bien Dallas et le doberman aurait été à l’aise dans son ancien environnement. De plus, elle aurait pu lui ramener en même temps qu’elle déposait Hannah chez ses parents, mais bon, cette solution trop simple n’était sans doute pas assez intéressante pour la photographe. Cameron imaginait ses proches en train de manigancer pour le faire sortir de chez lui. « Cameron. » Sans même l’ombre d’un sourire, il la salua d’un hochement de tête en pinçant les lèvres. « Freya. » Il ne se rappelait même pas la dernière fois qu’il avait eu une discussion avec elle, ça devait bien remonter à 2012-2013 quand il habitait avec Zoya et Birdie. « Entre, je t’en prie. » Il fit quelques pas jusqu’à ce qu’il franchisse la porte du loft de Freya et qu’il entende les griffes de Dallas résonner sur le plancher. Dès que leurs regards se croisèrent, le chien accourut vers son maître en courant. « Hey Dallas. » Il sourit un peu malgré sa main qui se crispa sur la poignée de sa canne plus son chien s’approchait de lui. Avec les tournées qu’il faisait à travers le monde avec son travail, ce n’était pas la première fois qu’ils étaient séparés pendant plusieurs semaines, Cameron connaissait donc suffisamment son chien pour savoir qu’il avait intérêt à se tenir s’il ne voulait pas tomber. Excité, Dallas appuya son corps contre les jambes de Cameron, se retournant vers lui en sautant pour le lécher l’instant d’après, incapable de rester sur place plus de deux secondes. « Attention, tu vas écraser le chat! » dit-il en appuyant sa main libre contre le mur à proximité. Bien sûr, ce n’était surtout pas pour lui-même qu’il désirait que l’animal se calme alors qu’il se sentait coincé entre Dallas et Zeus qui étaient à ses pieds. « Intéressant, ton nouvel accessoire. » Dallas semblait d’accord avec la brune, tentant de mordiller l’objet comme il avait l’habitude de le faire lorsque Cameron et lui partaient en randonnée dans le bois et qu’il trouvait une branche au sol. « Dallas, lâche! » Il repoussa l’animal de sa main libre tout en fusillant du regard Freya. « Vraiment, si tu savais tout ce que ça me permet de faire. Comme… » Il ancra solidement ses deux pieds au sol, puis il leva sa canne pour faire semblant de vouloir faire tomber un bibelot posé sur une petite table à proximité. « Un objet est si vite brisé. » Il haussa les sourcils d’un air innocent en lui adressant un sourire faux. « Puisque tu as su arriver jusqu’ici, tu sauras trouver le chemin du canapé. » Il soupira discrètement en la suivant des yeux jusqu’à ce qu’elle quitte son champ visuel et que Dallas la suive. Là seulement il se sentit suffisamment à l’aise pour se rendre jusqu’au salon où il prit plis dans le canapé. « Toujours aussi sympathique à ce que je vois, je ne vois pas trop ce que ma sœur te trouve. » Il n’avait aucune envie de rester, mais il n’avait pas envie de se faire humilier en chutant dès l’instant où il tiendrait son chien en laisse et que celui-ci tirerait un peu trop par excitation. « Qu’est-ce que je te sers ? » Il hésita pendant un instant, tenté par l’alcool qu’elle venait de se servir, mais il finit par se dire qu’il valait probablement mieux qu’il soit sage ce soir s’il voulait rentrer chez lui en un morceau alors qu’il ne s’était pas encore habitué à sa nouvelle condition. Qui plus est, marcher avec une prothèse requérait une dépense énergétique plus grande qu’avec deux jambes, la tâche allait être encore plus difficile si sa jambe intacte devenait molle à cause de l’alcool. Même si Freya avait gardé Dallas pendant quelques semaines, Cameron et elle n’étaient pas particulièrement proches et il n’avait pas envie de devoir rester ici pour la nuit, encore moins qu’elle le voit plus vulnérable qu’il ne l’était déjà actuellement. « Une boisson gazeuse. » répondit-il sans aucune formule de politesse. Après tout, on ne pouvait pas dire qu’elle était très polie avec lui depuis son arrivé chez elle. Pendant qu’elle leur servait à boire, Dallas vint se coucher aux pieds de son maître tandis que ce dernier tentait tant bien que mal de trouver un sujet de conversation alors qu’il n’avait rien à dire à la brune. « Tu deviens quoi, Frayeur? » Pas que ça l’intéressait vraiment, mais chaque occasion de ne pas parler de lui-même était bonne à prendre.
© Laueee



 
 

     

         

     

     I stay in time and watch you pass by
And I draw this line and hope you'll take my side
You shouldn't have to fight alone
It's nobody's battle but your own
©️️️️ Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Freya Vranken
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : vingt-six pétales de roses. (deux décembre)
STATUT : célibataire, freya est incapable de se perdre dans les effluves de l'amour et s’applique à entretenir le mystère. la vérité est toute autre, son cœur n’appartient qu’à un seul homme : rafael, le grand-frère qu’elle admire au-delà du raisonnable, défend envers et contre tous et qu’elle adule de façon démesurée. il est celui qu’elle place sur un piédestal et dont personne n’arrive -et n’arrivera jamais- à la cheville.
MÉTIER : détentrice d’un diplôme en histoire de l’art, elle exerce dans le centre culturel du QAGOMA depuis tout juste deux ans. chargée d'événementiel, freya a rapidement su se forger une réputation et un réseau solide dans lequel gravitent collectionneurs, journalistes, commissaires d’expositions et galeristes partenaires.
LOGEMENT : #71 st pauls terrace, dans le quartier de spring hill. un loft qu'elle occupe seule avec son chat du bengal ; zeus.
balancin' on breaking branches (cameron) 3c80b70d669b110e59b66096763e3337830b3505
POSTS : 154 POINTS : 135

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
RPs EN COURS : balancin' on breaking branches (cameron) Giphy.gif?cid=790b7611eaaa607bcd1472c5932cc647d6bbb025ebaa115c&rid=giphy
rafael (scénario) ⊹ 'cause we were just kids when we were separated. i know we'll be alright this time. honey, just hold my hand. i see my future in your eyes. i have faith in what i see. i'm dancing in the dark, with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song. ☽
balancin' on breaking branches (cameron) Giphy.gif?cid=790b7611725f98b6e86dd3b137d87be0e54a5dcd49963639&rid=giphy
zoya #1 ⊹ when i was young i would look in the mirror. didn't know it then but now it couldn't be clearer. that i remember being filled with such wonder. ☽
balancin' on breaking branches (cameron) Giphy
cameron #1 ⊹ 'cause we were just kids when we were separated. i know we'll be alright this time. honey, just hold my hand. i see my future in your eyes. i have faith in what i see. i'm dancing in the dark, with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song. ☽
balancin' on breaking branches (cameron) Giphy.gif?cid=790b76113ceefde8307f54e8039245d25e14fcc3b08e7e28&rid=giphy
freddy #1 ⊹ lovers in the night. Poets trying to write. we don't know how to rythme. that arizona sky burning in your eyes. you look at me and i wanna catch on fire. it's burried in my soul like california gold. you find a light in me that i couldn't find. ☽

(04/05)
nanowrimomaxine

RPs EN ATTENTE : Ashley, you ?
AVATAR : taylor marie hill.
CRÉDITS : @doom days.
DC : /
PSEUDO : itsafreenzy ; céline.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/10/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41216-my-black-fire-s-burning-bright-maybe-i-ll-go-out-tonight-freya-vranken https://www.30yearsstillyoung.com/t41252-and-there-s-no-remedy-for-memory-freya#2050726

balancin' on breaking branches (cameron) Empty
Message(#) Sujet: Re: balancin' on breaking branches (cameron) balancin' on breaking branches (cameron) EmptyVen 3 Déc 2021 - 21:41


BALANCIN' ON BREAKING BRANCHES
I think I've seen this film before. And I didn't like the ending. – ft. @Cameron Lewis

Les murs, les plafonds et les planchers du loft présentaient toute une gamme de tons neutres, habillant la pièce et révélant une architecture de qualité. Là où certains reconnaîtraient la coquette influence d’Eleanor, il n’y avait que le goût et l’expression de Freya. Sa résidence était un merveilleux havre de paix situé dans un quartier privilégié, au bord de l’artère principale de Spring Hill, loin des Vranken et consorts. Elle avait choisi ce garde-fou deux ans plus tôt pour échapper au despotisme de Charles et à l’inventivité démesurée de sa femme. Pourtant, elle conservait les codes du cadre familial en suspendant de précieuses œuvres dans son living room et en exposant, sans gêne, un mobilier d’exception. Comme sa figure maternelle, elle sélectionnait avec soin les enseignes avec lesquelles elle choisissait de faire affaire, sur la base d’une qualité et d’une réputation de renom ; certifiées par un patriarche qui menaçait de les traîner en justice au moindre faux pas. Son intérieur était aussi contrasté qu’elle ; à la fois sobre et sophistiqué, d’une opulence folle à taille humaine. L’exubérance des Vranken se heurtait à la réserve des Rhoads. « Fais-toi plaisir. » déclara-t-elle. Dans un grand vase en verre trônait un épais bouquet de roses. Les pétales, d’un blanc virginal, s’y épanouissaient lentement, comme Freya s’était accommodée à ce milieu social mille fois plus élevé que le sien, vingt-et-un ans plus tôt. Elle regarda Cameron, l’air amusé et décontracté tandis qu’il menaçait de briser l’objet. « Mais je ne suis pas sûre que Zoya te pardonnerait de faire tomber ce vase. » La jeune femme aurait aimé arracher les cheveux bruns de la jolie tête du fils Lewis. Elle aurait aimé mettre en miettes son nouvel accessoire de mode ; mais elle ne visait pas des victoires à court terme. Elle voulait gagner. Et on ne pouvait gagner en attaquant le frère - probablement préféré - de sa plus fidèle alliée. C’est pourquoi elle redressa imperceptiblement le buste avant d’avancer vers le bar, Dallas à sa suite. « C’est elle qui me l’a offert. » Il était possible, même fort probable, que cette information soit vraie. Peut-être que cette jarre aux sous-tons rosés lui avait été donnée. Ou bien, se demanda Freya, peut-être que ce n’était pas le cas. Elle était assez proche de lui pour entendre que cela lui avait suffi pour se raviser, et un léger sourire naquit au coin de ses lèvres. Au-delà d’être le seul lien qui les unissait, l’aînée de l’estropié était le parfait simulacre d’une terre sacrée. La clé du no man’s land entre deux êtres qui n’avaient rien - et ne faisaient rien - pour s’entendre. La jeune femme effleura le pelage du doberman d’une caresse quasi maternelle - en maudissant Zeus - qui, conquérant, se frottait encore contre la jambe ennemie. Le regard de Freya erra au plafond quand elle entendit son invité blasphémer. C’était à peu près tout ce qu’il savait faire, à défaut d’être entier, - au propre comme au figuré -. « Tu sais encore te servir de tes doigts ? » lançait-elle en lui donnant une canette de soda. Elle avait prononcé cette phrase en plaisantant, cependant, dès que les mots sortirent de sa bouche, elle sut qu’elle avait dévié. Elle essaya de ne pas jeter un regard de pitié sur Cameron mais il était pathétique de le voir dans cet état. « Comment se passe la rééducation ? » demanda-t-elle, presque sincère. Freya venait de s’engager dans une nouvelle discussion dont elle n’avait rien à faire mais qui lui semblait pourtant nécessaire. Elle ne pouvait s’empêcher de penser à toutes ces fois où Zoya s’était confiée, parlant d’un ton mécanique, privée de toute joie de vivre. Elle n’avait pas eu besoin d’être présente sur le lieu de l’accident pour imaginer l’horreur de la scène et, plus tard, la détresse de la famille Lewis. Un verre de vin rouge en main, elle prit place sur le divan où Cameron s’était tout récemment assis. C’était une fois encore le parfait reflet de ses origines ; la simplicité des Rhoads face aux fastueux penchants des Vranken. « Bien envoyé, Davy Jones. » Elle eut envie de sourire en pensant au corsaire à la jambe de bois mais elle se ravisa. « Je suis chargée d’événementiel au QAGOMA depuis deux ans. Tu as dû entendre parler des derniers galas de charité organisés en l’honneur de ’For a child’s smile’. » La presse locale s’était faite une joie de relayer les événements, portant à la connaissance du petit million de brisbanais les sommes astronomiques récoltées par la galerie. Cet exploit était en grande partie due à l’implication d’un acteur également grand collectionneur d’œuvres d’art ; Freddy Mulligan. Tournée vers Cameron, les doigts contre sa tempe, Freya jaugeait mentalement - une fois encore - la nuit qu’elle avait partagé avec le comédien. Elle ne parvenait pas à se défaire de ce souvenir et de la gêne qu’elle avait ressenti en le côtoyant à la galerie. Il y avait eu là quelque chose d’inexplicable, d’inattendu qui avait relancé en elle les cartes d’une partie dont l’issue était incertaine. « Comment se portent les sorcières de Salem ? » demandait-t-elle, railleuse. Elle désignait par cette appellation moqueuse le groupe dont Cameron était à la fois choriste et guitariste. Elle savait déjà, ayant observé son comportement depuis l’adolescence, que ce boys band lui tenait particulièrement à cœur mais elle ne pouvait se le représenter sur scène, la canne à bout de bras. Il était en bien piètre état. « Zeus ! » Les iris de Freya s’enflammèrent quand elle vit le félin importuner Dallas, dont le flanc reposait contre son maître. L’air de rien, le fauve tentait une nouvelle d’asseoir son autorité auprès du doberman. Elle vint le soulever pour le déposer un peu plus loin, essayant d’étouffer l’ardeur qui le submergeait. « J’ai quelque chose pour toi. » déclara-t-elle. La jeune Vranken regarda autour d’elle, s’attendant à voir l’objet de ses recherches ; mais ne le voyant pas, elle se dirigea vers une autre pièce. « Je comptais le donner à Zoya mais, puisque tu es là… » Elle tenait dans ses mains une petite étoile en tissu duveteux ; comme ceux qui étaient utilisés pour confectionner ce que l’on nommait plus communément un doudou. « Je pensais l’offrir à Hannah. » Son estomac se noua quand elle la tendit à Cameron. Il ne lui avait rien dit au sujet de sa fille, ni de sa séparation avec sa génitrice, mais Zoya lui contait depuis longtemps les épreuves qu’il traversait. Chose qui lui donnait toujours un vague mais dérangeant sentiment de commisération. Alors, incapable de faire le moindre commentaire sur cela, Freya se permettait d’offrir à l’enfant ce qu’elle considérait être une bonne étoile pour qu’elle ne manque jamais de rien.


As long as i can feel the beat.
il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.  ✻ (j. vranken)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

balancin' on breaking branches (cameron) Empty
Message(#) Sujet: Re: balancin' on breaking branches (cameron) balancin' on breaking branches (cameron) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

balancin' on breaking branches (cameron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-