AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -12%
Apple MacBook Air (2020) 13,3″ au meilleur prix
Voir le deal
999 €

 fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Frances Ramirèz
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : les quarante-deux ans qui s'étiolent, années, qui comme les pages, se déchirent avec le temps. (07/07/1979)
SURNOM : docteur ramirèz, le plus souvent, ou alors fran pour certains de ses proches.
STATUT : célibataire, le cœur a été remis à la bonne place après une discussion nécessaire.
MÉTIER : nouveau chef du service de chirurgie générale au st vincent's hospital.
LOGEMENT : le #88 sur st paul's terace, quartier spring hill, dans un appartement au dernier étage d'un immeuble avec terrasse sur le toît.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_inline_o5yqd4mn1z1s6az9p_400
POSTS : 399 POINTS : 2885

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a une tumeur cérébrale non détectée qui commence à devenir de plus en plus agressive. ≈ a encore du mal avec son orientation sexuelle, il ne s'étend presque jamais sur le sujet. ≈ vient d'une famille très nombreuse. ≈ a une boucle d'oreille et voudrait se faire tatouer. ≈ c'est un workalcoholic, il dévoue sa vie à la chirurgie. ≈ il n'opère jamais sans son calot fétiche, bleu marine avec plein de poissons. ≈ son chat, mirage, est sa raison de vivre.
RPs EN COURS :
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_npkupco1271u67md3o7_r1_250
(scénario). ne craignons plus les regards, ne soyons plus dans le brouillard. déchirons nos cœurs avant qu'ils ne soient plus à l'heure. l'amour n'a pas de coût bien qu'on soit dans un monde de fou.

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Crackship2
jake. les lendemains étaient mornes et gris, mais les hurlements surpassaient les cris. on cachait le blasphème dans toutes les nuits blêmes qu'on pouvait passer à se déchirer sans s'écouter. #1 #2

thomaslyziannawinstonkendalljenson
AVATAR : miguel angèl silvestre.
CRÉDITS : sweet poison (avatar) astra (sign) loonywaltz (ubs)
DC : non.
PSEUDO : d.
INSCRIT LE : 04/11/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41346-frances-des-songes-plein-le-coeur https://www.30yearsstillyoung.com/t41365-frances-a-bout-de-souffle https://www.30yearsstillyoung.com/t41398-frances-ramirez

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyDim 21 Nov 2021 - 17:46


Le monde se déchaîne autour d’eux. Il ne comprend guère ce qui se passe puisque tout se passe à une vitesse vertigineuse. La dernière chose dont il se souvient avant le chaos, c’est du corps de Kendall qui vient se précipiter vers lui pour être sûr qu’il aille bien après le coup qu’il a reçu au visage. Puis il n’y a eu que le noir pendant quelques secondes, ou peut-être quelques minutes.
Le souffle l’a littéralement l’a littéralement fait tomber dans les pommes, et s’il sentait une chaleur extrême ainsi qu’une force puissante qui le clouait au sol, mais il était incapable de voir quoi que ce soit pendant un temps incertain. Une douleur lancinante au visage, peut-être qu’elle appuie sur son arcade en essayant de le protéger. Il ne sait pas ce qui se passe et la seule certitude qu’il possède, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas du tout, il n’aurait pas chaud comme ça sinon.
Il tente d’ouvrir les paupières, mais il a mal à droite, alors il ne fait que les entrouvrir jusqu’à voir une tâche rousse qui se précise de plus en plus jusqu’à devenir une chevelure, puis un visage et un décor en arrière plan. Les lèvres de la femme bougent, prononcent des mots qu’il n’entend pas, seul un bourdonnement résonne entre ses oreilles mises à mal par le bruit de l’explosion. Les gestes de Kendall montrent qu’elle s’inquiète, qu’elle regarde partout sur son corps, et il comprend, elle lui demande si ça va.
Il montre alors ses oreilles, lui fait comprendre qu’il n’entend pas pour le moment. Mais c’est totalement normal, son audition reviendra petit à petit, il n’y a pas à craindre tout ça. Sauf qu’il voit du sang sur le visage de sa collègue, ses vêtements craqués et tâchés de sang et des débris de verre dans ses cheveux. C’est là qu’il se souvient, qu’il commence à se rappeler la raison pour laquelle ils étaient présents.
Il se retourne, avec la tête qui tourne un peu. Et ce qu’il voit lui fend le cœur, les larmes coulent sur ses joues. Plus aucune possibilité de survie puisque la voiture est en flamme et qu’il n’en reste pas grand-chose du tout. Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance. Dante avait raison ; cet endroit est un véritable tombeau.
Puis il voit un homme en costume de policier s’approcher et leur parler. Frances ne comprend pas, quelques sons reviennent, mais pas l’audition en entièreté. Un talkie-walkie est sorti et d’autres personnes arrivent en courant pour s’occuper d’eux.
Ça va, ça va, qu’il baragouine en commençant à réentendre sa voix.
Non, il n’y a pas urgence pour lui, il va bien. Sauf que la vérité, c’est que ça ne va pas du tout. Il est incapable de se relever, et c’est pour cela qu’il est soulevé et installé sur un fauteuil roulant que l’on a fait venir. Ils font de même pour Kendall et ils sont très rapidement raccompagnés à l’ambulance par laquelle ils sont arrivés.
On va vous raccompagner à l’hôpital et on devra vous poser des questions pour savoir ce qui s’est passé.
Il entend, comprend en essayant de lire sur les lèvres et hoche la tête pour signifier qu’il a bien compris et qu’il est d’accord avec tout ça. Mais le pire dans cette histoire, c’est qu’il n’a absolument rien compris de la situation et qu’il aura beau être interrogé… il n’y aura pas d’avancée grâce à son témoignage.
Kendall et Frances sont dans l’ambulance, leurs fauteuils côte à côte et le chirurgien la regarde avec le visage maculé de sang. Il voudrait sourire, mais il n’y parvient pas, tout ce qu’il arrive à faire, c’est attraper sa main pour serrer ses doigts dans un geste compatissant. Il ne sait pas ce qui va advenir, la seule certitude qu’il a, ce sont les soins qu’il va devoir recevoir à l’hôpital et cela va être ses collègues qui vont devoir s’occuper de ses blessures qu’ils vont devoir recoudre.
On est sain et sauf, c’est tout ce qui compte, qu’il murmure plus pour lui même que pour être entendu de quelqu’un.
Le chirurgien ferme les yeux en gardant la main de sa collègue dans la sienne. Ce geste le maintient en vie, lui permet de ne pas perdre pied, et il ne sait même pas pourquoi il le fait, mais cela lui fait beaucoup de bien. Ils ont échappé au pire, et c’est tout ce qui compte, malgré les traumatismes qu’ils auront l’un l’autre.


@Kendall Dawson


who am i ?
≈ do you mean who i love ? do you mean what i’ve lost ?


fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 8j4xyuju
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Jcu6eazn
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 54734zra
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 2ea7n4v9

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Kendall Dawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : (quarante et un an)
SURNOM : (kenny, ken)
STATUT : (mère de famille & célibataire)
MÉTIER : (chef du service traumatologie au sein du Brisbane Hospital) après avoir servi plus de sept ans dans la Navy.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_pi3oxlv49i1vglmrvo5_250
POSTS : 104 POINTS : 485

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : › son fils a le syndrome d'asperger › ne tient pas l'alcool › catastrophe à la cuisine › accro à la caféine › sportive, elle a longtemps pratiqué le softball. aujourd'hui, elle pratique le cross-fit depuis deux, trois ans › inscrite sur un site de rencontre, elle en a presque honte mais elle n'a pas de temps d'utiliser d'autres moyens pour rencontrer des gens - métro boulot dodo.
RPs EN COURS : fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_mcewnrzKgE1r2nfa2
LENNY DAWSON, le fils prodige. "No matter how many Legos I step on, I'm always so grateful to be your mom."

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 E5036174ab4ffb35b988d81b9aa0c3f222f04c43
MILO WILSON, le meilleur-ami. "I would have done it. I would have sold my soul for you. You and me...I told you. Something's always going to keep us near each other...even if we aren't together.”
RPs EN ATTENTE : Jesson
AVATAR : Sarah Drew
CRÉDITS : cinderella
DC : Niamh Reed
PSEUDO : ems. m. emilie. heyyyyyy je te cause steuplé.
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 03/07/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t39425-kendal-kenny-dawson

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyDim 21 Nov 2021 - 18:19



A doctor, like anyone else who has to deal with human beings, each of them unique, cannot be a scientist; he is either, like the surgeon, a craftsman, or, like the physician and the psychologist, an artist. This means that in order to be a good doctor a man must also have a good character, that is to say, whatever weaknesses and foibles he may have, he must love his fellow human beings in the concrete and desire their good before his own.--  @Frances Ramirèz   


Elle s’accroche à son regard pour y puiser son énergie, pour y puiser sa force. Elle est en vie. Il est en vie. Un poids se déleste de ses épaules à cette pensée. Le sifflement devient un bourdonnement auquel elle ne s’habituera sans doute jamais. Pas la première fois que cela lui arrive et pourtant … à chaque fois, cela lui fait perdre ses moyens. Posant un genou à terre pour essayer de rassembler ses esprits, ce sont des mains étrangères qui l’aident à se soulever de terre. Trop vite. La tête lui tourne et elle ne parvient pas à grommeler que tout va trop vite. Son corps est devenu un poids qu’elle doit trimballer derrière elle. Son esprit et ses pensées sont vifs mais son corps, son corps la ralentit. Les doigts tremblent alors qu’elle a perdu de vue son collègue … alors son regard s’étend sur les dégâts. Elle voit alors l’étendu de la catastrophe. Elle est en vie. Il est en vie. C’est ce qu’elle se répète, la pensée à laquelle elle s’accroche. Car, maintenant, il faut qu’elle s’accroche. Être venue en médecin et finir en patiente, qui aurait cru que la situation se retournerait de la sorte ? La lumière éblouissante de l’ambulance est semblable à celle d’un phare en pleine mer. Ses épaules s’affaissent. La sécurité de l’ambulance. La sécurité, oui. Les mains tremblantes, elle relève doucement la tête vers Frances, qui lui fait face. Il est le miroir de son propre traumatisme, de ce qu’ils viennent de traverser en un battement de cils. La peur. L’angoisse. La douleur. Elle ne connaît pas l’étendu de ses dégâts, mais en découvrant le visage de son collègue et ami, elle s’imagine à quoi elle ressemble. La main qu’il lui tend, elle la saisit et presse ses doigts contre les siens. Son regard. Sa main. Il est devenu son pilier, sa sécurité.

Deux ambulanciers viennent les prendre en charge. L’un d’eux s’occupe des plaies de l’espagnol tout en veillant à ce qu’il respire dans un masque pour limiter le blast pulmonaire. Mieux vaut veiller à ne pas s’intoxiquer après une telle explosion et un souffle comme celui-ci. Kendall l’aperçoit quand on lui redresse la tête. Sa tête est lourde, elle a même un peu de mal à la retenir. De sa main libre, elle vient toucher son épaule et du bout des doigts dont les gants ne font partie que du passé, elle sent ce quelque chose qui n’a rien à faire là. « Non, non, docteur Dawson, ne touchez pas à ça. » qu’on lui dit sans qu’elle ne comprenne vraiment les mots qui sont prononcés. Le ton, les traits du visage, elle comprend néanmoins qu’elle est blessée … plus que ce qu’elle aurait cru. Le poids qu’elle ressent n’est pas imaginaire, ni même musculaire, c’est ce morceau de métal qui est venu s’ancrer dans son trapèze. C’est ce qui provoque ces petits tremblements dans son bras. Elle associe le bout de métal, l’explosion et la panique s’empare d’elle. Les doigts pressent davantage la main de l’espagnol alors que les portes de l’ambulance se ferme dans un bruit sourd. Elle doit savoir, elle veut savoir. Ces fichus médecins qui aiment s’auto-diagnostiquer. Le grand classique.

« Lenny.» souffle-t-elle alors qu’on vient de lui placer un masque sur le visage, à l’instar de son collègue. Les gestes de l’ambulancier sont concentrés, précis. Perfusions. Stabilisation du morceau de métal. Il lui parle avec calme, pose une main rassurante sur son avant bras alors qu’il constate qu’elle veut dire quelque chose. Son fils, adolescent, a rendez-vous avec sa psychologue à midi. Il doit venir à l’hôpital et il hors de question qu’elle manque ce rendez-vous. Il est hors de question qu’elle ajoute un élément de stress dans la vie de son fils. Ses mouvements brusques, son inquiétude, la montée de stress provoquent une douleur lancinante dans sa nuque, lui tirant une grimace. « Il va falloir que je le prévienne.» parvient-elle à marmonner, à bredouiller la mâchoire serrée. « Je suis certains que l’on s’en occupera une fois arrivés à l’hôpital. » et elle le reconnaît ce ton, ces gestes sensés apaisés les patients, la contraignant à pousser un lourd soupir, fermant les paupières. Mauvaise idée. La tête tourne bien qu'on l'immobilise.


     


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Frances Ramirèz
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : les quarante-deux ans qui s'étiolent, années, qui comme les pages, se déchirent avec le temps. (07/07/1979)
SURNOM : docteur ramirèz, le plus souvent, ou alors fran pour certains de ses proches.
STATUT : célibataire, le cœur a été remis à la bonne place après une discussion nécessaire.
MÉTIER : nouveau chef du service de chirurgie générale au st vincent's hospital.
LOGEMENT : le #88 sur st paul's terace, quartier spring hill, dans un appartement au dernier étage d'un immeuble avec terrasse sur le toît.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_inline_o5yqd4mn1z1s6az9p_400
POSTS : 399 POINTS : 2885

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a une tumeur cérébrale non détectée qui commence à devenir de plus en plus agressive. ≈ a encore du mal avec son orientation sexuelle, il ne s'étend presque jamais sur le sujet. ≈ vient d'une famille très nombreuse. ≈ a une boucle d'oreille et voudrait se faire tatouer. ≈ c'est un workalcoholic, il dévoue sa vie à la chirurgie. ≈ il n'opère jamais sans son calot fétiche, bleu marine avec plein de poissons. ≈ son chat, mirage, est sa raison de vivre.
RPs EN COURS :
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_npkupco1271u67md3o7_r1_250
(scénario). ne craignons plus les regards, ne soyons plus dans le brouillard. déchirons nos cœurs avant qu'ils ne soient plus à l'heure. l'amour n'a pas de coût bien qu'on soit dans un monde de fou.

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Crackship2
jake. les lendemains étaient mornes et gris, mais les hurlements surpassaient les cris. on cachait le blasphème dans toutes les nuits blêmes qu'on pouvait passer à se déchirer sans s'écouter. #1 #2

thomaslyziannawinstonkendalljenson
AVATAR : miguel angèl silvestre.
CRÉDITS : sweet poison (avatar) astra (sign) loonywaltz (ubs)
DC : non.
PSEUDO : d.
INSCRIT LE : 04/11/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41346-frances-des-songes-plein-le-coeur https://www.30yearsstillyoung.com/t41365-frances-a-bout-de-souffle https://www.30yearsstillyoung.com/t41398-frances-ramirez

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyDim 21 Nov 2021 - 19:59


Ses poumons brûlent, sa gorge pique, ses yeux le font souffrir. Pourtant, il a un petit sourire au visage. La situation n’est absolument pas drôle, il est blessé à plusieurs endroits, il le sent, mais il ne peut s’empêcher de s’estimer chanceux. Il aurait suffit d’une chose pour qu’il soit tué, et à deux reprises différentes. L’univers semblait décidé à le laisser vivre pour une raison qu’il ne comprend pas réellement. Peut-être que son grand dessein personnel n’est pas encore arrivé. Et il sourit également en voyant sa collègue, son amie, qui elle aussi est toujours vivante, bien que très amochée également.
Il se met alors à tousser et toute sa trachée en devient douloureuse, c’est à ce moment que l’un des ambulanciers vient pour lui poser un masque respiratoire pour lui faire respirer de l’oxygène, pour faire que ses poumons puissent se nettoyer quelque peu de toute la fumée ingérée, de cette chaleur qui aurait pu lui brûler les bronches.
C’est à partir du moment où Kendall tente de toucher son épaule qu’il remarque ce qui semble la gêner. Elle a un morceau de métal planté dans le trapèze. Un ambulancier commence à crier, à gesticuler. Il ne comprend pas tout ce qu’il dit, mais apparemment, pas touche Kenny. Elle resserre encore son étreinte fugace du bout de leurs doigts respectifs tandis que les portes du véhicule se referme et qu’ils partent en direction de l’hôpital.
Frances sent que l’on tente de regarder ses plaies, que l’on envisage si quelque chose de sérieux est arrivé. Fort heureusement ce n’est pas le cas. Il pointe l’ambulancier du bout de son index libre et fait un mouvement vers sa collègue ; c’est elle qui a besoin d’aide, pas lui. Il a mal au crâne, mal aux poumons, mais il n’est pas en danger immédiat. Enfin, de ce qu’il voit.
La suite du trajet vers l’hôpital est floue. Il ne se souvient pas de tout, des trous noirs. Sa mémoire lui joue des siennes, peut-être qu’il a perdu connaissance, encore une fois. Il n’en sait rien, ou alors, il s’est endormi. Il ne saurait dire, tout ce qu’il sait c’est qu’il a toujours sa main dans celle de Kendall alors que l’on le sort du véhicule pour l’emmener aux urgences.


Tout l’hôpital semble réuni pour s’occuper des deux médecins, et tandis qu’il voit Jenson prendre en charge Kendall, il se dit qu’elle n’aurait pas pu mieux tomber. Frances quant à lui est dirigé vers la salle de traumatologie une, il la reconnaît parce que c’est là qu’il a commencé à opérer avec Winston il y a quelques jours.
Un ophtalmologue arrive, il la reconnaît, il ne connaît pas son nom, mais elle arrive, lui pose quelques questions qu’il ne parvient pas à comprendre, le bourdonnement est toujours là, moins fort, il récupère son audition, mais ce n’est pas encore ça. Il pointe son oreille du bout de son doigt ensanglanté et fait un geste négatif de la tête. Elle comprend et de ce qu’il voit de la forme de sa bouche, elle appelle le service O.R.L. et le service d’osthéo. C’est pas nécessaire, mais ils font leur travail. Elle nettoie ses yeux avec du sérum physiologique, et il peut enfin voir correctement. C’est un soulagement, mais pourtant, sa plaie au front saigne toujours, il va falloir agir vite, sinon il y aura de nouveau du sang dans sa cavité orbitale.
Le chirurgien plastique de garde arrive. Frances aurait préféré que ce soit Lyzianna qui lui fasse ses sutures, mais elle ne semble pas présente ou alors elle est occupée. L’Espagnol se déshabille alors, se met entièrement nu, c’est le protocole, il le sait, inutile de faire son prude. On doit vérifier chaque partie de son corps pour qu’il n’y ait pas le moindre éclat sur son corps.
Il sait que le plus gros c’est Kendall qui l’a pris, pour le sauver, pour le protéger. La véritable héroïne, c’est elle. Il ne pourra jamais assez la remercier. Le chirurgien présente alors à Frances une seringue, ce dernier la repousse, non pas d’anesthésiant. Il a besoin de cette douleur, il veut ressentir les choses, et il n’est pas gravement blessé, pas trop du moins. Il voit grâce au miroir un saignement léger dans son dos, quelques coupures bénignes qui ne nécessiteront pas de points, le soucis, c’est au niveau de sa cuisse et son arcade sourcilière droite.
Vous êtes sûr Frances ?
Il entend, il a entendu, c’est faible, mais il a entendu. Il sourit, de façon idiote avant de réponse que oui. On commence alors la désinfection, on lui rase autour de la plaie sur la jambe et on le recoud enfin. Il faudra trois points, il l’a vu. Pour le front, il ne sait pas, ça saigne de trop, il a peut-être perdu une demi unité d’hémoglobine depuis tout à l’heure. Il ne saurait dire. Rien d’alarmant, rien de grave.
Un autre médecin arrive pour observer son front, il lui pose des questions sur sa vision, lui fait un scan neuro, pour savoir s’il voit double et si les réflexes occulaires sont bons, vérifier s’il y a une pression quelconque au niveau du globe oculaire. Rien de tout cela, tout roule. Enfin, non, sinon ce serait inquiétant. Il donne une tape amicale sur l’épaule de Frances avant de partir.
Quand le chirurgien esthétique en arrive à sa tête, il lui demande s’il arrivera à supporter la douleur, il lui dit qu’il devrait serrer les dents et attraper quelque chose entre ses poings. Il obéit sans rechigner. Il n’y pas le choix. Les os se remettront, mais il faut fermer cette plaie. Ce que Frances n’avait pas prédit c’est que pour enfoncer l’aiguille, il devrait appuyer un peu sur les os dessous, et il ne peut se retenir de pousser des cris de douleur.


Il tourne en rond, il tourne en rond dans la salle d’attente du St Vincent’s. Il déteste ça. Il va beaucoup mieux, il a mangé, on l’a recousu et on lui a prescrit des cachets à prendre. Oui, tout va bien. Pour lui. Il attend des nouvelles de l’opération de Kendall, son fils est également dans la pièce, entrain de se ronger les sangs. On vient enfin leur annoncer que tout va bien, qu’il n’y aura probablement aucune séquelle, et qu’elle attend sa famille.
Frances regarde ses proches et leur sourit, doucement, pour ne pas tirer sur ses fils au visage, et il peut enfin aller dans une chambre de garde pour aller se reposer, pour tenter d’aller dormir un peu. Il ira la voir plus tard, elle a besoin d’être avec sa famille, pas avec lui. Ses yeux se ferment instantanément.


Après une sieste sans aucun rêve. Il va voir Kendall dans sa chambre, il a été chercher des vêtements propres dans son bureau au préalable pour être propre et présentable face à sa partenaire d’infortune. Il arrive et se présente face à elle, elle a l’air d’aller bien, et les constantes aux machines sont vraiment bonnes. Il soupire de soulagement avant de s’asseoir sur le bord du lit, au niveau de ses jambes et vient prendre la main de sa collègue dans la sienne, à nouveau, comme dans l’ambulance, pour se rassurer, pour prouver qu’ils sont bien sortis de ce cauchemar.
Je suis super content que tu ailles bien…
Le chirurgien sans savoir pourquoi se met alors à pleurer, les nerfs à vif, cette peur au ventre, cette petite boule dans la gorge. Les larmes coulent et les sanglots commencent à percer cette fausse carapace qui pouvait exister. Fendu en deux, il ne sait pas s’il arrivera à se remettre de ce qu’il a vécu aujourd’hui, mais tout ce qu’il sait, c’est qu’il aura encore besoin d’avoir une aide psychologique.


@Kendall Dawson


who am i ?
≈ do you mean who i love ? do you mean what i’ve lost ?


fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 8j4xyuju
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Jcu6eazn
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 54734zra
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 2ea7n4v9

:l::
 


Dernière édition par Frances Ramirèz le Dim 21 Nov 2021 - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kendall Dawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : (quarante et un an)
SURNOM : (kenny, ken)
STATUT : (mère de famille & célibataire)
MÉTIER : (chef du service traumatologie au sein du Brisbane Hospital) après avoir servi plus de sept ans dans la Navy.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_pi3oxlv49i1vglmrvo5_250
POSTS : 104 POINTS : 485

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : › son fils a le syndrome d'asperger › ne tient pas l'alcool › catastrophe à la cuisine › accro à la caféine › sportive, elle a longtemps pratiqué le softball. aujourd'hui, elle pratique le cross-fit depuis deux, trois ans › inscrite sur un site de rencontre, elle en a presque honte mais elle n'a pas de temps d'utiliser d'autres moyens pour rencontrer des gens - métro boulot dodo.
RPs EN COURS : fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_mcewnrzKgE1r2nfa2
LENNY DAWSON, le fils prodige. "No matter how many Legos I step on, I'm always so grateful to be your mom."

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 E5036174ab4ffb35b988d81b9aa0c3f222f04c43
MILO WILSON, le meilleur-ami. "I would have done it. I would have sold my soul for you. You and me...I told you. Something's always going to keep us near each other...even if we aren't together.”
RPs EN ATTENTE : Jesson
AVATAR : Sarah Drew
CRÉDITS : cinderella
DC : Niamh Reed
PSEUDO : ems. m. emilie. heyyyyyy je te cause steuplé.
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 03/07/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t39425-kendal-kenny-dawson

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyDim 21 Nov 2021 - 20:21



A doctor, like anyone else who has to deal with human beings, each of them unique, cannot be a scientist; he is either, like the surgeon, a craftsman, or, like the physician and the psychologist, an artist. This means that in order to be a good doctor a man must also have a good character, that is to say, whatever weaknesses and foibles he may have, he must love his fellow human beings in the concrete and desire their good before his own.--  @Frances Ramirèz   


Main dans la main, c’est un peu ce qui représente cette intervention. Elle les avait vu s’embarquer dans un drame prévu d’avance ; pourtant, la suite des choses, elle ne s’y était pas attendue. Comment ? Les médicaments font leur effet assez rapidement puisqu’elle se sent soudainement légère. La douleur s’évanouit peu à peu et elle se sent se détendre. Que dieu bénisse la morphine ! Les souvenirs suivent le même chemin que la douleur, ils disparaissent peu à peu. Elle est présente et consciente mais les médicaments l’emmènent dans un autre monde.
L’ambulance s’arrête et quand elle tourne la tête vers le médecin qui s’occupera de son cas, elle ne peut s’empêcher de sourire. Un sourire ou une grimace : on ne sait jamais avec la rouquine. Ses doigts se posent sur l’avant-bras de Jenson, et elle lui marmonne quelque chose comme une menace, un merci, un conseil, un fait. Les mots se mêlent au même rythme que ses pensées. Elle sait qu’elle a de la chance de tomber sur lui mais elle sait également qu’elle lui sera redevable et le connaissant, il va bien s’en amuser et profiter. Génial ! Agaçante, elle ne cesse de parler et commente chacun des moindres faits, gestes et décisions du personnel. C’est alors qu’une infirmière avec laquelle elle a l’habitude de travailler s’approche d’elle pour lui couper la parole, affichant un air autoritaire auquel la rouquine n’est pas habituée. Prise par surprise, elle se tait aussitôt. « Kenny, tu es notre patiente. On a déjà appelé Cameron pour qu’elle s’occupe de Lenny et le prévienne. Maintenant, tu vas te tenir tranquille avant qu’on ne soit obligés de te donner une dose d’éléphant pour que tu nous laisses bosser. Compris ? » Accrochée aux prunelles de l’infirmière, sa lèvre inférieure se met à trembler comme avant un sanglot et elle acquiesce d’un signe de tête, prenant soudainement un air enfantin qu’on ne lui connait pas. La peur.

Jenson prend en charge la patiente, donc. L’opération se passe sans grosse embûche : une opération de routine pour un traumatologue. Dans sa malchance, elle a eu de la chance Kenny. Le débris n’a pas endommagé ce que beaucoup craignaient. Elle s’en sortira avec un arrêt de travail, quelques séances de physiothérapie et une cicatrice qu’elle ne verra presque jamais.

Allongée dans les draps blancs, branchée à une machine dont elle examine les données avec soin et soulagement, elle remonte à la surface. Le chirurgien est venu lui annoncer les résultats, et a même souri en lui annonçant qu’elle allait devoir prendre quelques jours pour reposer son articulation. Les migraines allaient faire partie de l’ambiance apparemment. Qui aurait cru qu’elle se retrouverait ici, ce matin ? Levant la main sur son visage, elle constate qu’elle a quelques points de suture. Les lèvres se déforment et elle repose aussitôt sa main sur le lit … mais sa grimace ne dure que quelques secondes quand son adolescent de fils débarque dans la chambre avec un air grognon. « ’Man, tu as louper le rendez-vous. » Elle laisse échapper un éclat de rires, constatant que ce dernier vit plutôt bien la chose. Sa mère est en bonne santé, il n’a pas à s’inquiéter. Peut-être qu’elle bénit son rationalisme à cet instant. Ses mains attrapent la bouille de l’adolescent pour déposer un baiser bruyant sur son crâne. « Je suis désolée, Lenny. » « ’Mmm. Faut pas que ça arrive trop souvent. » marmonne-t-il en hochant la tête, et elle roule des yeux.

Ils reprennent leur routine, leur petite vie alors qu’elle est toujours clouée dans ce maudit lit avec la folle envie de partir, de rentrer chez elle. Mais, elle connaît son homologue. Il ne va pas vouloir prendre le moindre risque. Fixant le plafond, elle soupire de soulagement en voyant la silhouette de Frances apparaitre dans le cadre de la porte. « Je suis super content que tu ailles bien … » Elle le suit du regard alors qu’il vient se poser à ses côtés pour lui prendre la main, qu’elle serre de nouveau. Attendrie et rassurée, son coeur se brise en le voyant fondre en sanglots. « Hé Frances, tout va bien. On va bien. », qu’elle vient souffler de cette voix doucereuse, tout en caressant du pouce le dos de sa main.
« Je nous aurais souhaité une autre sorte de première intervention en duo … » qu’elle ajoute avec un sourire pour rendre la situation moins dramatique. Mais tout est dramatique. Ils se souviendront de cette intervention ... à jamais.


     


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Frances Ramirèz
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : les quarante-deux ans qui s'étiolent, années, qui comme les pages, se déchirent avec le temps. (07/07/1979)
SURNOM : docteur ramirèz, le plus souvent, ou alors fran pour certains de ses proches.
STATUT : célibataire, le cœur a été remis à la bonne place après une discussion nécessaire.
MÉTIER : nouveau chef du service de chirurgie générale au st vincent's hospital.
LOGEMENT : le #88 sur st paul's terace, quartier spring hill, dans un appartement au dernier étage d'un immeuble avec terrasse sur le toît.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_inline_o5yqd4mn1z1s6az9p_400
POSTS : 399 POINTS : 2885

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a une tumeur cérébrale non détectée qui commence à devenir de plus en plus agressive. ≈ a encore du mal avec son orientation sexuelle, il ne s'étend presque jamais sur le sujet. ≈ vient d'une famille très nombreuse. ≈ a une boucle d'oreille et voudrait se faire tatouer. ≈ c'est un workalcoholic, il dévoue sa vie à la chirurgie. ≈ il n'opère jamais sans son calot fétiche, bleu marine avec plein de poissons. ≈ son chat, mirage, est sa raison de vivre.
RPs EN COURS :
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_npkupco1271u67md3o7_r1_250
(scénario). ne craignons plus les regards, ne soyons plus dans le brouillard. déchirons nos cœurs avant qu'ils ne soient plus à l'heure. l'amour n'a pas de coût bien qu'on soit dans un monde de fou.

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Crackship2
jake. les lendemains étaient mornes et gris, mais les hurlements surpassaient les cris. on cachait le blasphème dans toutes les nuits blêmes qu'on pouvait passer à se déchirer sans s'écouter. #1 #2

thomaslyziannawinstonkendalljenson
AVATAR : miguel angèl silvestre.
CRÉDITS : sweet poison (avatar) astra (sign) loonywaltz (ubs)
DC : non.
PSEUDO : d.
INSCRIT LE : 04/11/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41346-frances-des-songes-plein-le-coeur https://www.30yearsstillyoung.com/t41365-frances-a-bout-de-souffle https://www.30yearsstillyoung.com/t41398-frances-ramirez

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyDim 21 Nov 2021 - 22:25


Les larmes résultent ici d’un état d’esprit plus que perturbé. La joie d’être en vie se dispute l’horreur de ce qu’ils ont vécu il y a quelques heures. Les deux chirurgiens ont eu de la chance, c’est certain, les conséquences de ce qui s’est passé auraient pu être bien plus désastreuses. Le tireur aurait pu leur mettre une balle en pleine tête, l’explosion aurait pu les toucher et les brûler vifs, il y a eu tellement de choses qui auraient pu mal tourner. Les larmes qui coulent des yeux de Frances résument tout cela, cette chance mais aussi cette torture qu’il ressent déjà. Il aurait dû refuser, mais il ne pouvait pas. Le pire dans cette histoire, c’est que le jeune homme de la voiture est décédé, ils n’ont rien pu faire pour lui… même si le véhicule n’avait pas explosé, il n’aurait pas pu survivre à ses blessures, il le sait, mais ils auraient pu essayer.
Hé Frances, tout va bien. On va bien.
Non, ils ne vont pas bien. Peut-être que physiquement ils vont bien, ils vont se remettre de leurs blessures qui fort heureusement ne sont pas trop graves. Psychologiquement, cela va être beaucoup plus dur. Même pour Kendall. Elle ne s’est sûrement jamais retrouvée prise en otage avant de voir quelqu’un se faire descendre puis un véhicule qui lui explose dans la figure. C’était surréaliste. Les deux chirurgiens ont énormément de chance. Mais le pire, c’est qu’elle essaie encore de le rassurer, son pouce caressant le dessus de la main de Frances. Cela fonctionne. Un peu. Ses sanglots se font moins forts.
Je nous aurais souhaité une autre sorte de première intervention en duo…
Il se met à rire entre deux respirations, s’étrangle à moitié avec ses larmes. Il renifle alors d’une façon peu classieuse avant de se « moucher » avec un mouchoir en tissu qu’il sort de sa poche. S’il se mouche réellement, il risque des lésions plus grave au niveau des os de son arcade qui sont brisés, il vaut mieux éviter de ce fait. Une grande inspiration buccale est prise et il tente de tarir ses larmes en s’essuyant les yeux délicatement avec le revers de sa manche.
Ils sont beaux à voir tous les deux. Leurs tronches d’estropiés, les points de suture, les yeux rougis et leurs lèvres sèches. Il aurait bien aimé autre chose comme première intervention avec elle, ça c’est sûr, on voit le résultat que cela a donné.
Moi aussi, qu’il répond en soupirant doucement.
Il n’en revient pas de ce qui lui est arrivé, et il se demande quand est-ce que les policiers viendront pour les interroger quant à ce qui s’est passé. Une chose est sûre, quand ils devront répondre, ils n’auront aucune information à donner à part qu’il disait que le patient le méritait selon l’homme. Il n’y a rien d’autre à dire.
Frances sait qu’il va rester traumatisé pendant quelques temps. En même temps, cette expérience traumatique, c’est la première de sa vie. Comme quoi, venir à Brisbane n’était peut-être pas une si bonne idée après tout. Il aurait peut-être mieux fait de rester à Ipswich.
A part ton vilain bobo à l’omoplate, t’as été recousue où ? Qu’on compare nos blessures de guerre ?
Il tente la plaisanterie, mais au fond de lui, tout son corps pleure. Kendall fait forte figure, il doit en faire autant pour ne pas craquer à nouveau. Frances doit être aussi fort qu’elle, il ne faut pas craquer, ce serait accorder du crédit à ce qui s’est passé, et il en est hors de question. Il ne veut pas accorder le moindre crédit aux actes traumatisants de la matinée.
J’ai été recousu au visage et à la cuisse, j’ai six points en tout je me souviens bien.
La blessure à la cuisse est bénigne, son visage en revanche… il devra désinfecter régulièrement les premiers temps et faire retirer tout ça d’ici une semaine et demie. Il en gardera peut-être des cicatrices, enfin, rien n’est moins sûr puisque les sutures ont été très bien réalisées et les points sont précis et serrés. Son collègue a fait du très bon travail.
Ton fils peut être fier de toi Kenny tu sais… j’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi. Jamais.
Il risque de se remettre à pleurer, mais il ne le fait pas. Il maintient une petite pression sur les doigts de son amie, et la regarde droit dans les yeux, lui exprimant toute sa gratitude, toute son amitié, tout son amour. Sans le savoir ni le vouloir, ils se sont liés à jamais, et ça il le ressent désormais.


@Kendall Dawson


who am i ?
≈ do you mean who i love ? do you mean what i’ve lost ?


fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 8j4xyuju
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Jcu6eazn
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 54734zra
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 2ea7n4v9

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Kendall Dawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : (quarante et un an)
SURNOM : (kenny, ken)
STATUT : (mère de famille & célibataire)
MÉTIER : (chef du service traumatologie au sein du Brisbane Hospital) après avoir servi plus de sept ans dans la Navy.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_pi3oxlv49i1vglmrvo5_250
POSTS : 104 POINTS : 485

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : › son fils a le syndrome d'asperger › ne tient pas l'alcool › catastrophe à la cuisine › accro à la caféine › sportive, elle a longtemps pratiqué le softball. aujourd'hui, elle pratique le cross-fit depuis deux, trois ans › inscrite sur un site de rencontre, elle en a presque honte mais elle n'a pas de temps d'utiliser d'autres moyens pour rencontrer des gens - métro boulot dodo.
RPs EN COURS : fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_mcewnrzKgE1r2nfa2
LENNY DAWSON, le fils prodige. "No matter how many Legos I step on, I'm always so grateful to be your mom."

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 E5036174ab4ffb35b988d81b9aa0c3f222f04c43
MILO WILSON, le meilleur-ami. "I would have done it. I would have sold my soul for you. You and me...I told you. Something's always going to keep us near each other...even if we aren't together.”
RPs EN ATTENTE : Jesson
AVATAR : Sarah Drew
CRÉDITS : cinderella
DC : Niamh Reed
PSEUDO : ems. m. emilie. heyyyyyy je te cause steuplé.
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 03/07/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t39425-kendal-kenny-dawson

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyMar 23 Nov 2021 - 19:27



A doctor, like anyone else who has to deal with human beings, each of them unique, cannot be a scientist; he is either, like the surgeon, a craftsman, or, like the physician and the psychologist, an artist. This means that in order to be a good doctor a man must also have a good character, that is to say, whatever weaknesses and foibles he may have, he must love his fellow human beings in the concrete and desire their good before his own.--  @Frances Ramirèz   


Voir Leonard, l’entendre se plaindre de cet « imprévu », constater son pragmatisme, cela lui a redonné du baume au coeur. Une caresse pour son âme, en soi. Elle a pris conscience de sa chance, se focalisant sur cette dernière et veillant à ne pas penser aux centaines de scénarios au cours desquels elle aurait fini inerte sur le bitume. Le scénario qu’elle vit, c’est celui-ci : ils sont en vie. Retrouvant la main de son collègue, elle s’accroche une fois de plus à ce contact qui désormais a une autre valeur, une autre dimension. Un geste banal devenu pour toujours une promesse. Elle sourit avec tendresse quand elle aperçoit ses lèvres s’étirer en un sourire, une grimace plutôt : entre sanglot et sourire. «Moi aussi.» qu’il répond à sa remarque. Et, elle espère être parvenue à le ramener un peu les pieds sur terre, avec elle, dans cette chambre. Ne surtout pas sombrer dans les pensées, dans les souvenirs, dans les mauvais scénarios. Ne surtout pas. Elle sait combien ils sont dangereux … dangereux et tellement intéressants.

Kendall essaie doucement de se redresser tout en prenant appui sur ses mains, elle dissimule la douleur et abandonne tout aussi rapidement. «A part ton vilain bobo à l’omoplate, t’as été recousue où ? Qu’on compare nos blessures de guerre ?» Un éclat de rires qui la contraint à poser une main contre son ventre. «J’ai été recousu au visage et à la cuisse, j’ai six points en tout je me souviens bien.» Elle mime un air impressionné tout en agitant la main, comme si Frances venait de remporter une médaille ou quelque chose comme ça. Peut-être qu’il y a un peu de vrai dans tout cette histoire ; les cicatrices racontent toutes une histoire. Celles-ci leur rappelleront que la faucheuse a voulu leur faire une petite frayeur. «Impressionnant.», qu’elle dit tout en acquiesçant ses propos d’un signe de tête approbateur. «Impressionnant. J’admets. Si tu as absolument envie et besoin de connaître l’étendue des dégâts, selon Jenson, j’ai eu de la chance alors disons que je suis chanceuse. » Elle hausse les épaules. «J’ai réussi à saisir ce petit bout de métal au vol et au bon endroit. Pas trop de dommages de ce point de ce côté là. Je ne sais pas qui a fait les sutures mais je suis convaincue que ce sera pas mal. » Surtout que le chirurgien est suffisamment doué pour avoir fait en sorte que l’opération se passe sans le moindre souci. Les doigts de fée de Jenson. «Crois-moi, je m’en sors vraiment très bien. Le tout est très superficiel. » Elle ment. Évidemment. Les points de suture sur la nuque, son épaule lacérée, et les quelques ecchymoses qui parsèmeront son dos pour les semaines qui suivent. Mais, rien de dramatique. L’essentiel. «C’est toi qui remporte la médaille de la plus belle gueule cassée. » qu’elle ajoute en lui décochant un clin d’oeil malicieux.

«Ton fils peut être fier de toi Kenny tu sais…» Elle déglutit avec difficulté. L’idée que quelque chose puisse lui arriver, puisse engranger le chaos dans la vie de son fils. Sa plus grande peur. «J’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi. Jamais. » Ses doigts entrelacent ceux de l’espagnol alors qu’elle serre les dents pour ne pas pleurer. Leonard. Le sujet tabou. Le sujet sensible. Elle n’est plus soldat. Elle n’est plus dans la Navy. Elle est chirurgienne à Brisbane. Comment peut-elle avoir frôlé la mort ? Elle déglutit avec difficulté et ravale un sanglot. «Tsss », la seule chose qu’elle puisse prononcer, les larmes venant remplir ses prunelles claires qui désormais brillent pour d’autres raisons.

« Miss Dawson.» Elle lâche la main de Frances pour venir essuyer la larme solitaire qui vient de rouler le long de sa joue, et fixe le duo qui vient de pénétrer dans sa chambre après avoir taper. Le regard de l’un d’entre eux se pose sur Frances et ils comprennent que les témoins sont dans la même chambre. Bingo! « Inspecteur Müller. Nous aurions quelques questions à vous poser concernant les faits qui se sont produits sur les lieux de votre intervention. » Un échange de regard avec Frances. Elle ne se souvient absolument de rien. Du type avec l'arme, elle ne se souvient que de ses chaussures : des air Jordan noire avec les lignes rouges. C'est débile mais c'est tout ce dont elle se souvient. Et uniquement parce que Lenny lui avait dit ne pas comprendre pourquoi les gens en portent en dehors des salles de sport.


     


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Frances Ramirèz
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : les quarante-deux ans qui s'étiolent, années, qui comme les pages, se déchirent avec le temps. (07/07/1979)
SURNOM : docteur ramirèz, le plus souvent, ou alors fran pour certains de ses proches.
STATUT : célibataire, le cœur a été remis à la bonne place après une discussion nécessaire.
MÉTIER : nouveau chef du service de chirurgie générale au st vincent's hospital.
LOGEMENT : le #88 sur st paul's terace, quartier spring hill, dans un appartement au dernier étage d'un immeuble avec terrasse sur le toît.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_inline_o5yqd4mn1z1s6az9p_400
POSTS : 399 POINTS : 2885

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a une tumeur cérébrale non détectée qui commence à devenir de plus en plus agressive. ≈ a encore du mal avec son orientation sexuelle, il ne s'étend presque jamais sur le sujet. ≈ vient d'une famille très nombreuse. ≈ a une boucle d'oreille et voudrait se faire tatouer. ≈ c'est un workalcoholic, il dévoue sa vie à la chirurgie. ≈ il n'opère jamais sans son calot fétiche, bleu marine avec plein de poissons. ≈ son chat, mirage, est sa raison de vivre.
RPs EN COURS :
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_npkupco1271u67md3o7_r1_250
(scénario). ne craignons plus les regards, ne soyons plus dans le brouillard. déchirons nos cœurs avant qu'ils ne soient plus à l'heure. l'amour n'a pas de coût bien qu'on soit dans un monde de fou.

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Crackship2
jake. les lendemains étaient mornes et gris, mais les hurlements surpassaient les cris. on cachait le blasphème dans toutes les nuits blêmes qu'on pouvait passer à se déchirer sans s'écouter. #1 #2

thomaslyziannawinstonkendalljenson
AVATAR : miguel angèl silvestre.
CRÉDITS : sweet poison (avatar) astra (sign) loonywaltz (ubs)
DC : non.
PSEUDO : d.
INSCRIT LE : 04/11/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41346-frances-des-songes-plein-le-coeur https://www.30yearsstillyoung.com/t41365-frances-a-bout-de-souffle https://www.30yearsstillyoung.com/t41398-frances-ramirez

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyMar 23 Nov 2021 - 22:03


Kendall plaisante elle également pour tenter d’oublier ce qui s’est passé. Ne pas y penser. Surtout pas. C’est le maître mot, si tu réfutes l’idée qu’une chose s’est déroulée, elle ne se sera pas déroulée. Du moins, c’est hypothétique. La vérité c’est qu’il va l’avoir en tête, dans ses rêves, dans ses pensées, il aura toujours ce qui s’est passé dans un coin de sa mémoire. Rien que cela lui donne des aigreurs d’estomac, des suées froides.
Comment les militaires font-ils ? Il va bien falloir le découvrir tout cela. D’autant plus que tout cela aura des répercussions sur son quotidien, sur son travail. Ils vont donc sur l’humour, sur la dédramatisation, pas sûr que cela fonctionne, mais ils essaient tant bien que mal de maintenir les apparences l’un pour l’autre ; éviter de se confronter à ce qui s’est passé dans cet accident dramatique. Tout ce qu’ils veulent en retenir c’est le fait qu’ils soient encore vivants et que c’est le principal.
Viens enfin le moment où Frances la remercie, lui dit à quel point il lui est redevable. Elle a été son pilier pendant ce moment dramatique qui aurait pu si mal tourner. Plus d’une fois elle a tenu tête à leur agresseur, et au moment de l’explosion elle a été blessé pour que son visage à lui puisse être protégé.
Elle ne répond que par un bruit de bouche, un sifflement qu’elle fait passer entre ses lèvres tandis que ses yeux se remplissent de larmes. Il est sincère, elle a été son héroïne, elle a été là pour lui. Il ne l’oubliera pas. Les drames rapprochent qu’on dit, ils n’ont pas cherché cela (et heureusement) mais ils en sortiront à jamais liés, quoi qu’il puisse se passer.


C’est à ce moment là qu’une présence se fait entendre au niveau de la porte, une voix grave qui vient d’un homme de toute évidence.
Miss Dawson.
Ce n’est pas lui que l’on veut voir, mais à la vision du visage de Kendall, cela doit être important, alors il se retourne pour voir qui se trouve là. Qui est cet homme qui veut la voir ? Aucune idée, mais de toute manière, ça n’est pas un collègue, il ne reconnaît pas cette voix, après, Frances n’est pas à l’hôpital depuis assez longtemps pour connaître tout le monde. Il se retourne donc et découvre qu’il y a deux officiers de police qui entrent et ils semblent plutôt satisfaits de voir que lui aussi est là.
Inspecteur Müller. Nous aurions quelques questions à vous poser concernant les faits qui se sont produits sur les lieux de votre intervention.
Il baisse les yeux mais garde sa main sur le lit bien que sa collègue l’ait lâchée. Il ne veut pas en parler, d’autant plus que les souvenirs bien que précis semblent lointains et surtout ne veulent pas sortir de ses lippes closes. C’était tellement terrifiant que mettre des mots sur tout cela, c’est comme le revivre à nouveau.
Ce qu’il saurait dire, c’est que cette voix ne lui dit absolument rien. Il n’a pas le visage, il n’a entendu que sa voix, il ne se souvient même plus des mots prononcés, à part qu’il le connaissait. Enfin, que le tireur connaissait celui qu’il a tué dans la voiture.
Pourtant, il va falloir parler, il n’en a pas envie, il ne veut pas retourner là-bas, même pas par la pensée. Il les regarde, il ne fait que cela, il ne veut même pas ouvrir la bouche, il ne veut même pas les saluer.
Vous connaissiez l’un des deux hommes ?
Frances secoue la tête de façon négative, aucune connaissance. Il ne savait pas qui ils pouvaient bien être. Et fort heureusement, après tout, il débarque un peu à Brisbane, aucun ennemi, rien. Sa collègue répond à sa manière également.
Est-ce qu’il vous a fait du mal d’une quelconque manière ?
Cette fois, le chirurgien général le regarde et se lève brusquement de sa chaise avant d’aller juste à côté de ce fameux inspecteur Müller. Blessés ? Il les a bien regardé ? Ses poings se serrent tandis qu’il ouvre enfin la bouche pour leur parler.
Vous vous foutez de nous là ? Vous avez vu nos gueules ? Vous osez nous demander s’il nous a blessé ? Non mais regardez-nous un peu mieux, votre réponse vous l’aurez.
Il retourne alors s’asseoir de manière un peu brutale, ses fils au niveau de sa cuisse tirent, ses ecchymoses le font souffrir. Il a été recousu à plusieurs endroits. Kendall est branchée à des machines et a littéralement une tronche de déterrée après sa chirurgie et on ose leur demander s’ils ont été molestés ? Le chirurgien sait très bien que les officiers ne font que leur travail, mais un peu de bon sens bordel.
Ce sont les questions traditionnelles que l’on doit poser. On ne cherche pas à vous manquer de respect.
Fort heureusement. Frances fait un geste de la main pour montrer son mécontentement. Il n’a pas envie de répondre à leurs questions, d’autant plus que ça fait beaucoup trop mal de devoir se replonger encore dans cet enfer profond.


@Kendall Dawson


who am i ?
≈ do you mean who i love ? do you mean what i’ve lost ?


fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 8j4xyuju
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Jcu6eazn
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 54734zra
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 2ea7n4v9

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Kendall Dawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : (quarante et un an)
SURNOM : (kenny, ken)
STATUT : (mère de famille & célibataire)
MÉTIER : (chef du service traumatologie au sein du Brisbane Hospital) après avoir servi plus de sept ans dans la Navy.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_pi3oxlv49i1vglmrvo5_250
POSTS : 104 POINTS : 485

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : › son fils a le syndrome d'asperger › ne tient pas l'alcool › catastrophe à la cuisine › accro à la caféine › sportive, elle a longtemps pratiqué le softball. aujourd'hui, elle pratique le cross-fit depuis deux, trois ans › inscrite sur un site de rencontre, elle en a presque honte mais elle n'a pas de temps d'utiliser d'autres moyens pour rencontrer des gens - métro boulot dodo.
RPs EN COURS : fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_mcewnrzKgE1r2nfa2
LENNY DAWSON, le fils prodige. "No matter how many Legos I step on, I'm always so grateful to be your mom."

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 E5036174ab4ffb35b988d81b9aa0c3f222f04c43
MILO WILSON, le meilleur-ami. "I would have done it. I would have sold my soul for you. You and me...I told you. Something's always going to keep us near each other...even if we aren't together.”
RPs EN ATTENTE : Jesson
AVATAR : Sarah Drew
CRÉDITS : cinderella
DC : Niamh Reed
PSEUDO : ems. m. emilie. heyyyyyy je te cause steuplé.
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 03/07/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t39425-kendal-kenny-dawson

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyMar 23 Nov 2021 - 23:01



A doctor, like anyone else who has to deal with human beings, each of them unique, cannot be a scientist; he is either, like the surgeon, a craftsman, or, like the physician and the psychologist, an artist. This means that in order to be a good doctor a man must also have a good character, that is to say, whatever weaknesses and foibles he may have, he must love his fellow human beings in the concrete and desire their good before his own.--  @Frances Ramirèz   


La présence des officiers de police rend les choses bien trop réalistes, bien trop réelles même. Elle essaie de garder son calme, de maitriser ses gestes et ses réactions tout en sachant pertinemment qu’elle a perdu le contrôle depuis que ce calibre a été pointé en direction de Frances. Et maintenant, son regard se pose sur la plaque de l’agent qui prend la parole. Sa plaque et son arme de service. Non, non, cela rend les choses bien trop réelles. « Vous connaissiez l’un des deux hommes ? » La question la surprend, la secoue. Elle fronce les sourcils en secouant la tête, presque en simultanée avec Frances. Comment pourrait-elle connaître un type qui se promène avec un calibre et le pointe sur un médecin en service ? Ce genre de personnages ne font pas partie de son environnement. « Jamais vus. Non ! », qu’elle répond d’une voix froide et pourtant tremblante. Non, elle ne les a jamais vu. Mais, le tireur avait couvert son visage. Elle aurait été incapable de définir le moindre détail. Pas même la couleur de ses yeux. Alors que dans ses yeux, elle y avait lu la détermination. A glacer le sang. Soudain, elle s’en veut de ne rien à leur mettre sous la dent. Aucun détail. Aucune information. Le regard se vide d’émotion et elle se mordille la lèvre inférieure tout en fixant l’inspecteur qui prend la parole.

« Est-ce qu’il vous a fait du mal d’une quelconque manière ? » Si la première question la surprend, celle-ci par contre la blesse. Leur a fait du mal ? D’une quelconque manière ? Le cou se tend en arrière alors qu’elle sursaute, surprise par la réaction de son collègue. Kendall se redresse et souhaiterait pouvoir être capable de s’élancer vers lui pour le retenir, l’entourer de ses bras et l’apaiser, tenter de l’apaiser bien que dans un autre univers, elle aurait aimé pouvoir étrangler ce Müller de ses propres mains. « Vous vous foutez de nous là ? Vous avez vu nos gueules ? Vous osez nous demander s’il nous a blessé ? Non mais regardez-nous un peu mieux, votre réponse vous l’aurez. » Silencieuse, elle ne trouve pas les mots pour contredire ou confirmer ses dires. Ils doivent bien se rendre compte qu’ils ne sont pas sortis indemnes de cette intervention. « Ce sont les questions traditionnelles que l’on doit poser. On ne cherche pas à vous manquer de respect. »

« Je — » dit-elle dans un murmure, attirant l’attention de l’inspecteur. « Est-ce-que l’on pourrait remettre cela à plus tard ? Demain ? » La voix de la rouquine est soudainement douce, calme et posée. Un murmure au milieu de la tempête. « Je ne me sens pas vraiment dans mon assiette. » qu’elle finit par dire avec un petit sourire poli et désolé. Ce n’est pas un mensonge. Elle n’est pas en forme. Elle a le sentiment que sa tête va imploser. Elle n’a pas envie de se replonger dans cet événement. Elle besoin de temps, profiter des bonnes nouvelles, qu’elle soit en vie, que tout va pour le mieux.
« Docteur Ramirez et moi-même sommes plutôt faciles à trouver. » Là, elle marque un point. Les propos de la rouquine sont comme une prise de conscience pour ces inspecteurs qui reculent automatiquement d’un pas, bien que la déception soit lisible sur leur visage. Évidemment, ils veulent mener l’enquête et en savoir plus. Logique. Mais pas maintenant. Non, pas maintenant. « Oh. Très bien. Évidemment. » Elle prend ça comme des excuses. « Nous repasserons demain. » Une promesse qu’elle prend presque comme une menace et alors qu’ils disparaissent de la chambre, elle laisse retomber sa tête dans l’oreiller de son lit et ferme les paupières pendant une demi-seconde qui ressemble à une heure. « Frances. » dit-elle avant de rouvrir les yeux pour le regarder. « Est-ce-que tu as prévenu quelqu’un ? » demande-t-elle. Un ami. Un petit-ami. Un voisin. Quelqu’un.



     


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Frances Ramirèz
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : les quarante-deux ans qui s'étiolent, années, qui comme les pages, se déchirent avec le temps. (07/07/1979)
SURNOM : docteur ramirèz, le plus souvent, ou alors fran pour certains de ses proches.
STATUT : célibataire, le cœur a été remis à la bonne place après une discussion nécessaire.
MÉTIER : nouveau chef du service de chirurgie générale au st vincent's hospital.
LOGEMENT : le #88 sur st paul's terace, quartier spring hill, dans un appartement au dernier étage d'un immeuble avec terrasse sur le toît.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_inline_o5yqd4mn1z1s6az9p_400
POSTS : 399 POINTS : 2885

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a une tumeur cérébrale non détectée qui commence à devenir de plus en plus agressive. ≈ a encore du mal avec son orientation sexuelle, il ne s'étend presque jamais sur le sujet. ≈ vient d'une famille très nombreuse. ≈ a une boucle d'oreille et voudrait se faire tatouer. ≈ c'est un workalcoholic, il dévoue sa vie à la chirurgie. ≈ il n'opère jamais sans son calot fétiche, bleu marine avec plein de poissons. ≈ son chat, mirage, est sa raison de vivre.
RPs EN COURS :
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_npkupco1271u67md3o7_r1_250
(scénario). ne craignons plus les regards, ne soyons plus dans le brouillard. déchirons nos cœurs avant qu'ils ne soient plus à l'heure. l'amour n'a pas de coût bien qu'on soit dans un monde de fou.

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Crackship2
jake. les lendemains étaient mornes et gris, mais les hurlements surpassaient les cris. on cachait le blasphème dans toutes les nuits blêmes qu'on pouvait passer à se déchirer sans s'écouter. #1 #2

thomaslyziannawinstonkendalljenson
AVATAR : miguel angèl silvestre.
CRÉDITS : sweet poison (avatar) astra (sign) loonywaltz (ubs)
DC : non.
PSEUDO : d.
INSCRIT LE : 04/11/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41346-frances-des-songes-plein-le-coeur https://www.30yearsstillyoung.com/t41365-frances-a-bout-de-souffle https://www.30yearsstillyoung.com/t41398-frances-ramirez

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyMer 24 Nov 2021 - 13:08


Il est en colère, passablement énervé par le manque de respect flagrant et la bêtise dont font preuve les deux officiers de police. Comment peut-on être aussi idiot ? Ils ne font que leur travail, c’est vrai, mais un peu de bon sens n’est pas optionnel. Son sang ne fait qu’un tour et il s’énerve déjà. Pourquoi donc ? Aucune idée, tout ce qu’il sait c’est que ses souvenirs vont le hanter, et que ce n’est absolument pas le bon moment pour venir les interroger sur tout ce qui s’est passé.
Je — Est-ce-que l’on pourrait remettre cela à plus tard ? Demain ?
Kendall ne veut pas leur parler. Il ne veut pas non plus. Tout est encore trop frais pour qu’ils puissent s’en souvenir, le traumatisme est trop fort et bien qu’ils ne s’en rendent pas compte pour le moment, c’est ancré au plus profond de leurs âmes. Ils n’en sortiront pas indemne, jamais. Ils ne s’en sont même pas sortis. Frances, lui, a toujours l’impression d’être piégé, d’avoir ce pistolet pointé vers le visage. Il sent encore les larmes prêtes à couler, son ventre qui se tord sous l’effet de la peur.
Je ne me sens pas vraiment dans mon assiette.
Ce qui n’est pas du tout étonnant puisqu’elle vient de se faire opérer et de subir une anesthésie générale pour que l’on puisse réparer son omoplate. Se remettre de tout cela n’est pas une mince affaire et il faut du temps, du repos. On ne doit pas… ils n’ont pas le droit de venir leur demander ça maintenant.
Docteur Ramirez et moi-même sommes plutôt faciles à trouver.
Elle n’est pas totalement dans le faux, ce qu’elle dit est bien réel. Il suffit de venir à l’hôpital pour pouvoir les trouver tous les deux, ils y sont tous les jours, peut-être d’autant plus dans les temps à venir, du moins pour Frances.
Oh. Très bien. Évidemment.
Ils vont donc partir, et c’est tout ce qui compte. Il ne veut plus voir d’armes, il ne veut pas leur parler. Il a besoin d’oublier, de tenter d’oublier pour ne plus être dans ce traumatisme qu’ils viennent de vivre.
Nous repasserons demain.
Une promesse. Il n’aime pas cette façon dont ils le prononcent. Pourtant, ils n’ont pas le choix, ils ne font que ce qu’ils doivent faire : leur travail ; tenter de comprendre ce qui s’est passé pour classer cette affaire le plus vite possible.


Alors qu’ils s’en vont et les laissent tous seuls, Kendall se repose enfin convenablement surs ses draps pour ne pas trop se fatiguer. Elle a raison. Frances lui retourne s’asseoir sur le fauteuil et s’affale dedans. Ils vont devoir dormir pour aller mieux, s’ils y parviennent d’ailleurs. Les chirurgiens vont en faire des cauchemars, ce n’est pas une grande nouvelle, ça n’ira pas. Il ne s’en doute pas encore, mais cela va arriver.
Frances. Est-ce-que tu as prévenu quelqu’un ?
Il voudrait pouvoir lui dire que oui. Mais il n’a personne. Aucune famille à prévenir, aucun ami en dehors de l’hôpital. Qui doit-il prévenir ? Sa vie est d’une tristesse que c’en est affligeant. Il aimerait que ce soit autrement, il aurait aimé avoir des amis et des proches, sauf que ce n’est pas le cas. Qui l’aurait réellement pleuré ? Voilà toute la question : personne.
Tu veux que je prévienne qui ?
C’est la vérité, la seule personne qu’il pourrait prévenir, c’est Jake, mais il ne veut pas l’embêter avec tout cela. Depuis leur discussion, ils n’ont pas reparlé et c’est pour le mieux. Son ex n’a pas besoin d’avoir plus de problèmes dans sa vie. Alors, non, il ne lui dira rien, il doit probablement déjà être au courant de toute façon, tout circule trop rapidement dans l’hôpital, c’est un véritable moulin.
J’ai personne à prévenir Kenny.
Il ferme alors les yeux, et baisse la tête et il a un grand mal à contenir sa douleur et la migraine qui commence à monter ne l’aide absolument pas à se concentrer et à garder la tête hors de l’eau. Il entend à nouveau le tir et sursaute à cause de cela. Sauf que ce n’étaient qu’une barre de métal qui percute le sol.
Comment on va faire tous les deux ?
Il veut dire pour vivre avec cela. Comment elle a fait pour oublier la guerre ? Comment Jenson a-t-il fait pour oublier tout ce qu’il a pu vivre ? Il n’est pas sûr qu’il parviendra à ne plus y penser, à ne plus avoir tout cela en tête. Le traumatisme est… il faut dire qu’il a également pris une photo de son visage pour ne pas oublier. C’est une mauvaise chose, mais… il ne sait pas ce qu’il doit faire pour que ça se déroule convenablement, pour que le reste de sa vie se déroule comme il le faudrait.


@Kendall Dawson


who am i ?
≈ do you mean who i love ? do you mean what i’ve lost ?


fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 8j4xyuju
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Jcu6eazn
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 54734zra
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 2ea7n4v9

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas
Kendall Dawson
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : (quarante et un an)
SURNOM : (kenny, ken)
STATUT : (mère de famille & célibataire)
MÉTIER : (chef du service traumatologie au sein du Brisbane Hospital) après avoir servi plus de sept ans dans la Navy.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_pi3oxlv49i1vglmrvo5_250
POSTS : 104 POINTS : 485

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : › son fils a le syndrome d'asperger › ne tient pas l'alcool › catastrophe à la cuisine › accro à la caféine › sportive, elle a longtemps pratiqué le softball. aujourd'hui, elle pratique le cross-fit depuis deux, trois ans › inscrite sur un site de rencontre, elle en a presque honte mais elle n'a pas de temps d'utiliser d'autres moyens pour rencontrer des gens - métro boulot dodo.
RPs EN COURS : fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_mcewnrzKgE1r2nfa2
LENNY DAWSON, le fils prodige. "No matter how many Legos I step on, I'm always so grateful to be your mom."

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 E5036174ab4ffb35b988d81b9aa0c3f222f04c43
MILO WILSON, le meilleur-ami. "I would have done it. I would have sold my soul for you. You and me...I told you. Something's always going to keep us near each other...even if we aren't together.”
RPs EN ATTENTE : Jesson
AVATAR : Sarah Drew
CRÉDITS : cinderella
DC : Niamh Reed
PSEUDO : ems. m. emilie. heyyyyyy je te cause steuplé.
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 03/07/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t39425-kendal-kenny-dawson

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyJeu 25 Nov 2021 - 20:10



A doctor, like anyone else who has to deal with human beings, each of them unique, cannot be a scientist; he is either, like the surgeon, a craftsman, or, like the physician and the psychologist, an artist. This means that in order to be a good doctor a man must also have a good character, that is to say, whatever weaknesses and foibles he may have, he must love his fellow human beings in the concrete and desire their good before his own.--  @Frances Ramirèz   


Les officiers de police disparaissent et l’atmosphère s’apaise. Ceux qui sont là pour les protéger représentent néanmoins le danger ; le danger contre lequel ils se doivent de les protéger. Et elle admet être soulagée de ne plus les voir dans sa chambre. La logique illogique post-traumatique. Seul à seul, elle peut alors se focaliser sur ceux qui comptent, ce qui compte : eux. Ni plus, ni moins. La réponse de l’espagnol, elle s’en doute un peu bien qu’elle n’ait jamais vraiment cherché à en savoir plus sur sa vie privée. Disons qu’elle a suffisamment de chaos à organiser en privé pour se préoccuper des « on dit » de la vie privée des collègues. Célibataire. Débarqué sans famille. Peut-être qu’il y a des amis inconnus au bataillon. Qui sait ? Elle se pince alors les lèvres. « Tu veux que je prévienne qui ? » Elle hoche alors la tête en signe d’approbation, lui faire comprendre qu’elle sait ce qu’il veut dire par là. Elle aurait aimé pouvoir prévenir Milo. Mais des mondes les séparent depuis son arrivée à Brisbane. « J’ai personne à prévenir Kenny. » qu’il ajoute en fermant les yeux, baissant la tête. Elle le voit chanceler sur ce fil si dangereux qu’est le monde post-traumatique. Elle le voit chanceler et se sent tellement impuissante. Sans doute car elle-aussi, elle doit se battre contre ses démons et garder bonne figure devant son fils, qui lui posera sans doute une ribambelle de questions quand elle lui expliquera devoir rester à la maison et ne pas aller à travailler. « Comment on va faire tous les deux ? » La question dont elle ne connaît pas la réponse. Un soupir s’échappe de ses lèvres.

« Tu peux rester ici, si tu veux. Tout le temps que tu voudras. » dit-elle, le regard rivé sur ses propres mains. Elle relève finalement la tête. « Je ne suis pas sûre de vouloir, de pouvoir rester seule non plus — » Pas du tout même. Elle sait que dès qu’elle refermera les yeux, elle refera la scène. Elle va se la refaire un milliard de fois pour voir tout ce qu’elle a manqué, tout ce à quoi elle n’a pas pensé, ce qu’elle a dit de trop ou pas assez. Elle répétera la scène à s’en rendre malade, à en devenir folle. « Je ne sais pas trop comment on va faire ; je me dis qu’on va finir par dormir, se réveiller, prendre une douche, manger, bosser, se rendormir, se re-réveiller … on va finir par reprendre le chemin du boulot, on va finir par reprendre le boulot car la vie, elle va pas nous attendre et qu’on va ressauter dans le train. » Elle hausse les épaules. « C’est con mais je crois que la capacité humaine à endurer les événements les plus durs existe vraiment » Elle les a vu, elle les connaît, ces soldats qui appuient sur la détente le premier, ces soldats qui volent des vies au nom de la justice, de la liberté, des valeurs défendues et prônées … elle les connaît ces soldats traumatisés qui finissent par se relever. Plus forts. Elle lui adresse alors un sourire qui se veut rassurant ; sans doute plus rassuré que rassurant : « On va y arriver. On va surmonter tout ça ensemble. » Elle acquiesce ses propres dires.

« On va y arriver… » qu’elle répète dans un écho, comme pour elle-même, comme une promesse. Main dans la main, ils traverseront ces épreuves ensemble. Main dans la main, comme dans cette ambulance. Ils traverseront cela ensemble. Elle en est persuadée.



     


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Frances Ramirèz
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : les quarante-deux ans qui s'étiolent, années, qui comme les pages, se déchirent avec le temps. (07/07/1979)
SURNOM : docteur ramirèz, le plus souvent, ou alors fran pour certains de ses proches.
STATUT : célibataire, le cœur a été remis à la bonne place après une discussion nécessaire.
MÉTIER : nouveau chef du service de chirurgie générale au st vincent's hospital.
LOGEMENT : le #88 sur st paul's terace, quartier spring hill, dans un appartement au dernier étage d'un immeuble avec terrasse sur le toît.
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_inline_o5yqd4mn1z1s6az9p_400
POSTS : 399 POINTS : 2885

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a une tumeur cérébrale non détectée qui commence à devenir de plus en plus agressive. ≈ a encore du mal avec son orientation sexuelle, il ne s'étend presque jamais sur le sujet. ≈ vient d'une famille très nombreuse. ≈ a une boucle d'oreille et voudrait se faire tatouer. ≈ c'est un workalcoholic, il dévoue sa vie à la chirurgie. ≈ il n'opère jamais sans son calot fétiche, bleu marine avec plein de poissons. ≈ son chat, mirage, est sa raison de vivre.
RPs EN COURS :
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Tumblr_npkupco1271u67md3o7_r1_250
(scénario). ne craignons plus les regards, ne soyons plus dans le brouillard. déchirons nos cœurs avant qu'ils ne soient plus à l'heure. l'amour n'a pas de coût bien qu'on soit dans un monde de fou.

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Crackship2
jake. les lendemains étaient mornes et gris, mais les hurlements surpassaient les cris. on cachait le blasphème dans toutes les nuits blêmes qu'on pouvait passer à se déchirer sans s'écouter. #1 #2

thomaslyziannawinstonkendalljenson
AVATAR : miguel angèl silvestre.
CRÉDITS : sweet poison (avatar) astra (sign) loonywaltz (ubs)
DC : non.
PSEUDO : d.
INSCRIT LE : 04/11/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41346-frances-des-songes-plein-le-coeur https://www.30yearsstillyoung.com/t41365-frances-a-bout-de-souffle https://www.30yearsstillyoung.com/t41398-frances-ramirez

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 EmptyVen 26 Nov 2021 - 19:38


Tu peux rester ici, si tu veux. Tout le temps que tu voudras.
La réponse de la chirurgienne le soulage, il ne veut pas rester seul, il n’en a pas envie parce qu’il a peur des pensées qu’il pourrait avoir quand il se retrouvera sans personne pour être son ancre. Alors il ne répond pas, il ne fait que hocher la tête, appréciant grandement la proposition de son amie.
Je ne suis pas sûre de vouloir, de pouvoir rester seule non plus —
Et il ne peut qu’être d’accord avec cela, il le ressent. Frances sait qu’ils auront du mal à s’en remettre. Peut-être qu’un jour ils auront un déclic, peut-être qu’ils trouveront la paix vis-à-vis de ce qu’ils ont pu vivre aujourd’hui. Non, en fait, il en est sûr, cela arrivera.
Je ne sais pas trop comment on va faire ; je me dis qu’on va finir par dormir, se réveiller, prendre une douche, manger, bosser, se rendormir, se re-réveiller … on va finir par reprendre le chemin du boulot, on va finir par reprendre le boulot car la vie, elle va pas nous attendre et qu’on va ressauter dans le train.
Il prend ça comme une promesse, comme le jour qui se lèvera et qui balaiera tous les nuages qui assombrissent sa psyché actuellement. C’est certain qu’il y arrivera, qu’ils y arriveront, tous les deux. Cet événement traumatique est arrivé aux deux chirurgiens, c’est donc à deux qu’ils traverseront l’Enfer comme le disait Churchill.
C’est con mais je crois que la capacité humaine à endurer les événements les plus durs existe vraiment.
Elle sait de quoi elle parle. Enfin normalement. Elle a vécu l’armée, elle a vu des choses atroces, elle en a vécu aussi. Kendall n’en parle pas, mais c’est ce qui est, c’est une évidence. Elle n’aurait pas cette attitude si protectrice avec lui, elle ne l’aurait pas eu tout à l’heure et elle ne l’aurait pas maintenant. Et lui, il reste mutique, incapable de parler, parce qu’il sait que les larmes sont encore à deux doigts de pleurer s’il continue sur cette voie-là.
On va y arriver. On va surmonter tout ça ensemble.
Il la regarde et lui sourit alors que ses yeux sont humides. Il hoche à nouveau la tête, et l’écoute répéter ce qu’elle vient de dire à nouveau.
On va y arriver…
Espero, qu’il répond dans sa langue maternelle.
Frances a appris à parler Espagnol avant d’apprendre l’Anglais, et dans certains moments, il se met à parler dans un autre idiome, sans y réfléchir, surtout quand il est stressé ou quand quelque chose ne va pas comme il le souhaite.
C’est donc maintenant qu’il essuie ses yeux du bout de ses doigts en veillant bien à ne pas se faire mal en appuyant trop sur son arcade recousue et blessée. Le chirurgien se relève pour s’asseoir dans le fauteuil à côté du lit de Kendall. Ainsi, elle est tranquille et peut s’allonger comme le désire.
J’ai peur de rentrer à la maison, mais j’ai pas le choix… je dois aller m’occuper de Mirage, mon bébé chat...
Il ne peut décemment pas abandonner son chaton à la maison, elle est encore petite et il faut bien la nourrir, d’autant plus qu’il sait qu’elle fera des dégâts si elle s’ennuie car il ne reviendrait pas. Sa petite prunelle est tout ce qu’il a, son amour.
C’est instinctivement qu’il a ouvert son téléphone pour regarder son fond d’écran, une photo de la petite minette tandis qu’elle jouait avec lui. Mirage… il devra retourner à la maison pour être avec elle, il ne sera pas seul, elle sera là pour lui, et ça il en est persuadé.
Tiens, regarde, c’est elle.
Il lui montre alors son téléphone pour qu’elle puisse regarder la photo, et s’extasier à son tour devant tant de beauté et d’amour. C’est un petit ange qui fait des câlins, qui vient faire la toilette de son maître en lui léchant les cheveux. Elle vient pour jouer, pour procurer de l’affection.
Un jour, tu viendras à la maison, tu verras, tu vas l’adorer.
Instinctivement, il se met à parler d’autre chose, à ne pas parler de travail et surtout pas de ce qui vient de se passer. C’est pour cela que parler de ce que l’on aime en dehors de la violence, en dehors de la maladie, en dehors des murs de cet hôpital. Cela permet d’oublier, cela permet de se fixer sur autre chose qu’un traumatisme trop récent.


@Kendall Dawson


Photo:
 


who am i ?
≈ do you mean who i love ? do you mean what i’ve lost ?


fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 8j4xyuju
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Jcu6eazn
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 54734zra
fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 2ea7n4v9

:l::
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES) - Page 2 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

fear makes us humans. (KENDALL&FRANCES)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-