AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-17%
Le deal à ne pas rater :
Grosse promo sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
999 € 1199 €
Voir le deal

 La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niamh Reed
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : (trente-ans)
SURNOM : (nini, nia, neev)
STATUT : (retour à la case départ)
MÉTIER : (Paléontologue au UQ anthropology museum)
LOGEMENT : fortitude valley | #51 sur kent street
La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. 23ef1335c2f08498c2c32b107d917aaafa8ac178
POSTS : 803 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un chat baloo, son amoûr | papa est gay, la terre n'arrête cependant pas de tourner | militante pour les droigts lgbt* | pratique le kickboxing | achète le journal pour faire les mots croisés | a battu son cancer des ovaires, marcel, après une opération et plusieurs séances de chimiothérapie | collectionne des vinyles | danger public en voiture
RPs EN COURS : TEAM REEDSON “That my best friend, she a real bad bitch. Got her own money, she 'on't need no nig'. On the dance floor, she had two, three drinks. Now she twerkin', she throw it out and come back in”
La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. REEDSON22

TEAM MAX LA MENACE
“But that’s the way life is; felicity and expiation play together in the narrow lanes of life like bosom friends, inseparable. You find one, and the other is always around the corner”

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Tumblr_pop3ssShYk1qf38wvo1_400

TEAM NIEL
“Finding friends with the same mental disorder as you.”

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Tumblr_ot2pbtH2Pr1v2hlopo2_250
RPs EN ATTENTE : Selly
RPs TERMINÉS : La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Tumblr_oxfo9b3cMT1sgixyoo4_400
AVATAR : Hilary Duff
CRÉDITS : lost tale
DC : Kendall Dawson (s. drew)
PSEUDO : ems. m. emilie. heyyyyyy je te cause steuplé.
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 02/01/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t35966-niamh-reed#1647163 https://www.30yearsstillyoung.com/t36067-niamh-around-cave-people

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Empty
Message(#) Sujet: La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. EmptySam 20 Nov - 23:36



Le quiproquo!... Mais est-ce bien cela: «qui proquo!». Je pense que le quiproquo, c'est d'abord la vie même qui en est un, et le plus compliqué de tous.
 @Curtis Young     

Écouteurs plantés dans les oreilles, Niamh bénit cette invention qui permet de diminuer, éliminer les sons qui entourent. Une bénédiction quand on travaille sur une thèse depuis plus d’un an et demi. Ordinateur portable, bande originale de Beetlejuice dans les oreilles, café latte à portée de main, place à proximité des gâteaux qui sont présentés dans la vitrine. Tout est en place. Tout est parfaitement en place pour qu’elle puisse clôturer cette foutue thèse. Ouvrant le programme d’édition sur son ordinateur, ses doigts se mettent alors à pianoter sur le clavier, de manière presque frénétique. Elle avait eu une petite idée pour un début de paragraphe sous la douche, quelques heures plus tôt. Sourire aux lèvres, elle s’envole dans son univers : celui des homo sapiens et de ces recherches sur lesquelles elle travaille au musée depuis qu’elle a décidé de s’en emparer comme spécialité. Sans Baloo - son énorme chat - elle a davantage de facilité pour se concentrer. Se concentrer ? Ok, c’était sans penser à ce petit brouhaha que même ses écouteurs ne parviennent pas à atténuer. Le brouhaha en question est, elle ne le sait pas encore, la présence d’une petite personnalité publique : un comique, le roi de l’humour. Soupirant lourdement, elle saisit son café pour en boire une longue gorgée et augmente un peu le volume de la musique. Peut-être que Baloo et rester à l’appartement auraient été une meilleure idée que de se mêler au monde. Mauvaise idée. You loose, entend-elle dans sa tête avec la voix off de Tekken. Concentration, se souffle-t-elle à elle-même.

Quelques minutes plus tard, son café est terminé … et elle peut être fière d’avoir rempli quatre pages de son document. Quatre pages, rien du tout. Les mains se posent sur ses épaules qu’elle masse doucement tout en balançant la tête de droite à gauche. Elle se détend doucement : aujourd’hui, elle ne parviendra pas à livrer davantage. Abandon. Doctorat 6 - Niamh 0. Le score commence à inquiéter, non ?
Son attention est portée vers la droite quand elle aperçoit le portefeuille de la personne derrière elle s’écraser sur le sol au moment où il se lève. Apparemment, personne ne semble s’en préoccuper. Et, elle a beau souffler quelques « hey - hey !», personne ne semble s’intéresser à la petite blonde du coin du café. La bonne habitude. C’est l’histoire de ma vie, chante-t-elle dans son esprit avec la voix de la chanson du roi lion. Soupir, elle prend son courage à deux mains pour se lever de sa chaise, ramasser le portefeuille et se déplacer au pas de course derrière la personne. Mais avant de l’atteindre, elle se tape le front du plat de la main, ferme son laptop pour le plaquer sous son bras et finit par se frayer un chemin derrière la silhouette.

« Hey. Hey. », dit-elle à bout de souffle, posant finalement sa main sur l’épaule de celui qui pense que la petite Niamh fait partie de la petite troupe précédente qui voulait prendre quelques selfies. Si seulement il savait …



Revenir en haut Aller en bas
Curtis Young
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Quarante et une années à rire de la vie.
SURNOM : Young Curt, mon premier nom de scène. Curt tout court, ça fonctionne également. Un jour quelqu'un a essayé Curty, mais ça n'a pas été validé.
STATUT : Célibataire, mais j'me soigne.
MÉTIER : Humoriste, acteur, comédien.... Un véritable artiste.
LOGEMENT : Un joli appartement de trois pièces plutôt moderne au #14 de la Victoria Avenue dans le quartier de Redcliffe.
La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Bummer-but-okay-andy-samberg
POSTS : 297 POINTS : 0

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : Winston - Shane - Jake - Andhra
RPs EN ATTENTE : Hayden - Joy
AVATAR : Andy Samberg
CRÉDITS : (c) valtrashen
DC : C'est pas prévu. T'façon je sais pas gérer les dc, héhé.
PSEUDO : Dubby
INSCRIT LE : 06/10/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t40790-scarlett-johansson-m-a-refile-une-sacree-infection-la-scarlettine-curtis https://www.30yearsstillyoung.com/t40830-never-grow-up-curtis

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Empty
Message(#) Sujet: Re: La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. EmptyDim 21 Nov - 22:24



Le quiproquo!... Mais est-ce bien cela: «qui proquo!». Je pense que le quiproquo, c'est d'abord la vie même qui en est un, et le plus compliqué de tous.
 @Niamh Reed     

Je n'ai jamais compris le fanatisme. Et c'est un artiste qui le dit. Pourtant, les moeurs ont tendance à dire que les artistes adorent avoir tout un tas de groupies. C'est bon pour l'ego. De l'amour démesuré, bien au delà du raisonnable, et pour quoi finalement ? Parfois une chanson, parfois un tableau, parfois une blague. Peut-être que le concept est bien plus profond que cela. Un artiste peut aller toucher le coeur d'une personne qui va, à un instant précis de sa vie, se servir de ce modèle pour affronter sa réalité qui l'effraie. Ou alors tout est simplement question de démesure, avec des personnes qui ne savent pas mettre des limites sur ce qu'ils ressentent.

Cela fait quelques mois maintenant que je suis installé dans la ville. Petit à petit la salle de spectacle se remplit, la presse loue la qualité de mon travail, et le nombre de mes suiveurs ne cesse de grandir. Sauf qu'il y a une grande différence entre les Etats Unis et l'Australie. Le pays de l'oncle Sam offre une sorte d'anonymat quasi permanent, peu importe le statut que l'on peut avoir. Les longues années de carrière en tant qu'artiste là bas peuvent en témoigner, jamais ou presque je n'ai été pris à parti par un groupe de fans. Sauf qu'à Brisbane, cette ambiance à la fois dynamique et tranquille à la fois autorise des excès auxquels je n'étais pas du tout préparé. Quinze heures, habillé de façon très confortable, pour ne pas dire ridicule, je sors de chez moi histoire de faire quelques courses pour remplir le frigo. Vie lambda d'un homme lambda. Mais, alors que je remonte la rue principale, j'observe sur le trottoir d'en face un petit groupe composé de jeunes, probablement tous dans leur vingtaine, en train de me montrer du doigt. Tous équipés de leurs téléphones, je suppose qu'ils sont en train de vérifier que leurs informations sont correctes et que l'homme qu'ils ont à quelques mètres d'eux est bien le nouvel humoriste de Brisbane qui vient des Etats Unis et qui se débrouille pas trop mal. Je décide d'accélérer le pas, quand j'entends mon nom être prononcée de manière un peu trop forte et spontanée. Je ne me retourne pas, et continue ma quête. Les calmes foulées sont devenues de grandes enjambées, il faut que j'arrive à les semer. Etrange comme réaction non ? J'aurais pu juste les saluer de loin, échanger quelques banalités avec eux et reprendre le cours de ma vie. Mais non, pas cette fois. Mon coeur bat vite, mon coeur bat fort, et je suis en train de me demander comment tout cela va se finir. Par chance, j'entrevois un café ouvert dans lequel je m'engouffre rapidement en scrutant rapidement les alentours. Le petit groupe semble s'être évaporé, mais ne sachant pas vraiment où tout ce petit monde est passé, je préfère être vigilant. Je pars m'asseoir vers le fond de la pièce, là ou personne ne pourra me voir de la rue, quand je sens une main se poser sur mon épaule et une voix plutôt juvénile m'interpeller. Je me retourne en sursautant, et me voilà nez à nez avec l'une de mes ravisseurs. Mademoiselle, je ne sais pas ce qu'on vous apprend ici, mais de là où je viens, c'est très impoli d'importuner un artiste de la sorte. Je la fixe du regard, espérant avoir été assez sec pour la dissuader de faire quoi que ce soit d'autre. Je voulais juste sortir de chez moi faire des courses, pas faire une course jusqu'à ce café. Maintenant si vous me le permettez, je vais vous demander de partir. C'est très sec comme réaction, très froid, et peut-être même que cela va m'attirer des problèmes de réputation ou de notoriété. Mais tant pis. Clairement je ne suis pas d'humeur aujourd'hui.


Never grow up
« You are my fire, the one desire. Believe when I say I want it that way. But we are two worlds apart, can't reach to your heart. When you say that I want it that way. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Niamh Reed
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : (trente-ans)
SURNOM : (nini, nia, neev)
STATUT : (retour à la case départ)
MÉTIER : (Paléontologue au UQ anthropology museum)
LOGEMENT : fortitude valley | #51 sur kent street
La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. 23ef1335c2f08498c2c32b107d917aaafa8ac178
POSTS : 803 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : a un chat baloo, son amoûr | papa est gay, la terre n'arrête cependant pas de tourner | militante pour les droigts lgbt* | pratique le kickboxing | achète le journal pour faire les mots croisés | a battu son cancer des ovaires, marcel, après une opération et plusieurs séances de chimiothérapie | collectionne des vinyles | danger public en voiture
RPs EN COURS : TEAM REEDSON “That my best friend, she a real bad bitch. Got her own money, she 'on't need no nig'. On the dance floor, she had two, three drinks. Now she twerkin', she throw it out and come back in”
La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. REEDSON22

TEAM MAX LA MENACE
“But that’s the way life is; felicity and expiation play together in the narrow lanes of life like bosom friends, inseparable. You find one, and the other is always around the corner”

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Tumblr_pop3ssShYk1qf38wvo1_400

TEAM NIEL
“Finding friends with the same mental disorder as you.”

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Tumblr_ot2pbtH2Pr1v2hlopo2_250
RPs EN ATTENTE : Selly
RPs TERMINÉS : La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Tumblr_oxfo9b3cMT1sgixyoo4_400
AVATAR : Hilary Duff
CRÉDITS : lost tale
DC : Kendall Dawson (s. drew)
PSEUDO : ems. m. emilie. heyyyyyy je te cause steuplé.
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 02/01/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t35966-niamh-reed#1647163 https://www.30yearsstillyoung.com/t36067-niamh-around-cave-people

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Empty
Message(#) Sujet: Re: La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. EmptyMar 23 Nov - 17:20



Le quiproquo!... Mais est-ce bien cela: «qui proquo!». Je pense que le quiproquo, c'est d'abord la vie même qui en est un, et le plus compliqué de tous.
 @Curtis Young     

La silhouette jusque là inconnue et non-identifiée fait volte-face. L’inconnu est donc un homme — toujours inconnu. Il ne lui laisse même pas le temps d’expliquer sa présence qu’il lui coupe l’herbe sous le pied. « Mademoiselle, je ne sais pas ce qu’on vous apprend ici, mais de là où je viens, c’est très impoli d’importuner un artiste de la sorte. » Elle recule d’un pas et fronce les sourcils, pressant le portefeuille entre ses doigts. Qu’est-ce-qu’il lui prend à cet hurluberlu, se dit-elle tout en gardant les sourcils froncés, la bouche entrouverte. Un artiste ? Qui est un artiste ici ? Peut-être qu’il y a une caméra cachée quelque part …. Pourquoi est-ce-que c’est toujours sur elle que tombent ce genre d’anecdotes ? On a beau lui dire que c’est elle qui provoque les situations cocasses mais elle a aujourd’hui une fois de plus la preuve que les situations cocasses lui tombent dessus. Elle n’a rien à voir avec ça. « Je voulais juste sortir de chez moi faire des courses, pas faire une course jusqu’à ce café. Maintenant si vous me le permettez, je vais vous demander de partir. » Le ton sec et froid de l’inconnu la surprennent. Elle est un peu sous le choc, Niamh. A vrai dire, elle ne comprend pas pourquoi il est en train de lui raconter sa vie. Mais, sa réaction - la plus humaine qui soi - est un éclat de rires. Un éclat de rire et elle laisse tomber les bras le long du corps.

« Tu es bien mignon, bonhomme mais petit a) je ne voulais pas importuner mais rendre un service. Petit b) ta vie privée et ton plan pour ta journée ne m’intéresse aucunement. Mais vraiment pas. Et petit c) non je te ne le permets pas, tu es qui pour me demander de partir ? » dit-elle d’une voix rieuse, car elle pense vraiment être face à un extravagant un peu fifou. Elle hausse les épaules avant de lever la main pour lui faire comprendre qu’elle n’a pas envie ni même besoin qu’il réponde quoique ce soit. « Non, en fait, même pas la peine de répondre, je m’en fous. » Elle finit par tendre le portefeuille qu’elle laisse tomber en face de lui. « Mônsieur l’artiste avait juste fait tomber son portefeuille dans sa folle course … et moi, vilaine importune, a simplement voulu rendre service. » ajoute-t-elle en agitant la main, prenant un air faussement dramatique … car ne comprenant pas la raison de son état, elle mise sur l’extravagance. « Pas de quoi. » Trois mots pour mettre un point final à ce court échange tout droit sorti d’une autre dimension. Elle lui adresse un sourire faussement poli et radieux alors que l’envie de briser son ordinateur sur le haut de son crâne est bien plus forte. Mais bon, il y a sa thèse dans son ordinateur : mieux ne vaut pas prendre de risque.



Revenir en haut Aller en bas
Curtis Young
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Quarante et une années à rire de la vie.
SURNOM : Young Curt, mon premier nom de scène. Curt tout court, ça fonctionne également. Un jour quelqu'un a essayé Curty, mais ça n'a pas été validé.
STATUT : Célibataire, mais j'me soigne.
MÉTIER : Humoriste, acteur, comédien.... Un véritable artiste.
LOGEMENT : Un joli appartement de trois pièces plutôt moderne au #14 de la Victoria Avenue dans le quartier de Redcliffe.
La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Bummer-but-okay-andy-samberg
POSTS : 297 POINTS : 0

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : Winston - Shane - Jake - Andhra
RPs EN ATTENTE : Hayden - Joy
AVATAR : Andy Samberg
CRÉDITS : (c) valtrashen
DC : C'est pas prévu. T'façon je sais pas gérer les dc, héhé.
PSEUDO : Dubby
INSCRIT LE : 06/10/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t40790-scarlett-johansson-m-a-refile-une-sacree-infection-la-scarlettine-curtis https://www.30yearsstillyoung.com/t40830-never-grow-up-curtis

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Empty
Message(#) Sujet: Re: La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. EmptyMar 30 Nov - 21:58



Le quiproquo!... Mais est-ce bien cela: «qui proquo!». Je pense que le quiproquo, c'est d'abord la vie même qui en est un, et le plus compliqué de tous.
 @Niamh Reed     


La tuile. La boulette. La couffe. J'en ai encore plein d'autres en stock mais je vais m'arrêter là. Loin de moi l'idée de me chercher des excuses, mais c'est clair que mon bad mood n'a pas du tout aidé cette réaction un tantinet exagérée de ma part. Et c'est probablement pour cela que la réponse de mon interlocutrice est teintée d'une violence clairement assumée. Je reste bouche bée devant son débit de paroles, mêlant reproches, autodérision et ironie. Le chatiment est totalement mérité, et je ressens immédiatement un sentiment de honte et de culpabilité m'envahir. Je récupère mon porte feuille, la tête légèrement baissée. Je viens de me faire gronder devant tout le monde, et de manière assez spectaculaire. Tout le monde nous regarde, et pour cause, notre petite altercation a attiré l'attention de tout le monde. Et comme un idiot, j'ai gueulé que j'étais un artiste. Ouais, super l'image que ces gens vont avoir de moi. Ouais, toute façon les artistes sont tous égocentriques, hautains, irrespectueux envers les autres, blablabla... Alors que non, ce n'est absolument pas mon genre. Pourtant c'est la publicité qui me sera faite quand cette foule devra donner son impression sur Curtis Young, l'américain à la conquête de l'Australie. Tableau peu reluisant...

Je suis absolument navré mademoiselle, je vous ai pris pour quelqu'un d'autre. Puis-je vous payer un café pour me faire pardonner ? Devant son visage quasi figé, je pars en direction du bar afin de commander une boisson pour la jeune femme. Quelques minutes plus tard, j'envahis son espace vital, posant ma carcasse déconfitte sur la chaise en face de la sienne. Tenez, c'est pour vous. Me voilà parti pour lui expliquer toutes les incroyables péripéties sur ma route menant à ce sadique épilogue. Je ne sais pas si elle écoute attentivement ou si elle s'en fout. A vrai dire c'est compliqué à déterminer étant donné que je ne vois que le haut de son visage, le reste étant masqué par son ordinateur. *Je vous présente à nouveau mes excuses, et je vous remercie pour le portefeuille. Dans tout ce bazar, j'ai complètement oublié que cette femme m'a interpellé à la base pour me rendre mon précieux bien. Logiquement, j'aurais du en rester là, la saluer et partir, retourner vaquer à mes occupations, mais non. Je me sens tellement mal de l'avoir méprisé à ce point que je n'ai pas envie de quitter cette chaise tant que cette femme est encore énervée. Pour briser la glace, je lui tends ma main pour me présenter de façon plus conventionnelle. Curtis Young, humoriste pas vraiment drôle pour le coup. Et vous ?


Never grow up
« You are my fire, the one desire. Believe when I say I want it that way. But we are two worlds apart, can't reach to your heart. When you say that I want it that way. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Empty
Message(#) Sujet: Re: La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue. Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

La limite entre le « qui propose » et le quiproquo est parfois ténue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-