AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
One-Punch Man Tome 25 en édition Collector : ...
Voir le deal
9.90 €

 Au secours, un gala. | Harold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Drew Kavanagh
Drew Kavanagh
les dialogues avec l'au-delà
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (22.11.87)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin Légiste
LOGEMENT : Bayside : Appartement au #544 Wellington Street
Au secours, un gala. | Harold Ry7z
POSTS : 3153 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Née a Dublin, elle y a vécu jusqu’à ses 6ans ¤ A grandit a Brisbane ¤ Est partie étudié a Sydney ¤ L’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait est mort tué par balle le 15.10.12 ¤ Retour à Brisbane en janvier 2020. ¤ Elle partage sa vie avec Nala, une British Shorthair depuis 2017 ¤ Elle pratique la courses a pied pour se ressourcer ¤ Elle est passionné par son métier, même si beaucoup le juge macabre ¤ Dynamique, souriante, râleuse, déterminé, douce, franche/sèche, intelligente, réfléchie, impulsive parfois, solitaire, rancunières.
RPs EN COURS : 2022
Février : Kalon ¤ Cade ¤ Albane ¤ Dae
Mars : Juliana ¤ Marvin
FB
Muiredach ¤ Théo
RPs TERMINÉS : Harold#1 ¤ Andrew

Abandonné:

AVATAR : Karen Gillan
CRÉDITS : Avatar : Pretty Girl Gif : Lolitaz & Gifhunts
DC : /
PSEUDO : Lady Bananas
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42739-drew-accueillir-toute-situation-comme-occasion-de-se-transformer-cest-grandir-veritablement https://www.30yearsstillyoung.com/t42818-drew https://www.30yearsstillyoung.com/t42841-drew-kavanagh

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMar 22 Fév 2022 - 16:43



Au secours, un gala
Harold Elis
Je regardais mon reflet dans le miroir, cherchant à savoir si j’étais satisfaite du maquillage que j’avais appliqué sur mon visage. En vérité, je ne voyais pas vraiment mon maquillage, je me demandais encore une fois, comment je mettais retrouvé dans cette situation. Oh, elle n’avait rien de dramatique. Certain l’aurait même prise pour un privilège, mais pour moi, ce n’était pas du tout le genre d’événement qui m’inspirait la joie d’y aller.
Le gala d’ouverture de la nouvelle exposition temporaire du musée d’art moderne. Je poussais un nouveau soupir. Pourquoi déjà avais-je accepté d’y aller ? Je connaissais la réponse par cœur, c’était pour ma mère. Conservatrice du musée, elle avait grandement participé à la mise en place de cette exposition. C’était même le projet qui lui avait demandé le plus d’investissement depuis son retour après son accident vasculaire cérébral. Et c’était pour ça que j’y allais. Parce que c’était sa fierté de ces derniers mois de travail, mais surtout, c’était la satisfaction qu’elle avait eue, de voir qu’elle en était capable. Ma mère avait été secouée par son AVC, comme tout le reste de la famille. Et si elle avait récupéré toutes ces capacités, elle avait quand même dû suivre de la rééducation au long cours qui l’avait beaucoup épuisé. Aujourd’hui, c’était derrière elle et l’organisation de cette exposition en était le symbole.
L’espace d’un instant, je regrettais, tout de même, de ne pas vivre encore à Sydney. Ça faisait plus d’un an et demi que j’étais de retour à Brisbane et j'en étais plus qu'heureuse. Mais Sydney avait un certain avantage pour ce genre d’occasion. Étant à plus de sept-cents kilomètres, je n’étais pas obligé de faire acte de présence pour montrer mon soutien et ma fierté.

Je pestai un instant contre moi-même, ce n’était pas si horrible que ça, c’était juste un gala, pas une séance de torture. J’allais juste rencontrer des gens que je n’avais absolument jamais rencontrés et qui ne faisaient absolument pas partie du même monde que le mien. J’enviais mes soirées aux bars, car même si je ne connaissais personne en y rentrant, je savais au moins que tout-le-monde était plus ou moins là pour s’amuser. Pour la soirée qui se présentait, je n’étais pas bien sûr de savoir pourquoi les gens étaient là. Certains avaient participé au financement, d’autre était juste des gens qui voulait être vu… En tout cas, c’est ce dont mon esprit était certain. Ce qui me persuadait que je ne m’amuserais pas beaucoup. En plus, l’art, ce n’était pas l’une de mes passions. L’art moderne encore moins.

J’entendis la sonnerie de notification sur mon téléphone. Tandis que je pose mes yeux dessus, je constatais l’heure. J’avais trop réfléchi devant mon miroir. Quant au message, c’était Harold qui annonçait son départ. Je devais m’activer. Attrapant ma robe pour l’enfiler, je pensais à Harold. Il m’avait sauvé la vie, bon, plutôt ma soirée, mais après ça, je lui en devrais une, c’était certain. Il n’avait pas hésité à répondre à mon appel à l’aide, lorsque je l’avais supplié de m’accompagner. En fait, je n’avais pas eu besoin de le supplier, il avait dit oui avant, mais j’aurais été prête à le faire. Bref, il avait accepté d’être mon cavalier pour la soirée et je lui en étais reconnaissante plus que tout. Je lui vais demander ce service lors de l’une de nos rencontres hebdomadaires, qui était bien différente que la soirée qui s’annonçait.
À commencer par une tenue bien moins décontracte. Ce soir, j'avais dû lâcher mon habituel jean, basket contre une robe et des escarpins. Ces derniers allaient rajouter quelques centimètres à mon mètre soixante-dix-huit, mais une soirée de gala en sneakers/robe, ce n’était pas très traditionnel, surtout que mon père s'était senti obligé de me rappeler qu’une tenue habillée était exigée. J’avais même fait un effort sur la coiffure.

« Je crois que là, c'est bon. » Je regardais une dernière fois mon reflet dans le miroir de l’entrée pour une dernière inspection. Coiffure, maquillage léger avec un rouge assez foncé, robe noire plus échancrée dans le dos qu'à l’avant, talon aiguille, sac avec les maudites invitations. Je n’étais pas trop mal. Une nouvelle sonnerie m’informait qu’Harold était arrivé, puisqu’il avait insisté pour passer me chercher (alors que le musée était plus près de chez lui que chez moi, ça lui faisait faire un énorme détour.). Attrapant ma veste d’une main, je saluais Nala avant de sortir non sans saisir une paire de converses au passage. On ne savait jamais, ça pourrait bien être utile.

Arrivant au pied de l’escalier, dans lequel j’avais dû faire une halte pour enfiler ma veste, je ne tardais pas à voir Harold qui attendait devant la porte de l’immeuble. Le sourire se fit aussitôt sur mon visage alors que je sortais de la résidence pour le rejoindre. « Merci encore et laisse-moi te complimentais. Tu es particulièrement beau. »
© Laueee



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMar 22 Fév 2022 - 18:43


Au secours, un gala.
harold ft. drew

Le départ doit se faire dans vingt minute et Harold est dans son dressing à chercher cette foutue cravate noire qu’il veut porter avec son costume gris. Ça pour être variés en termes de cravate, il y en avait de toutes les couleurs et de toutes les formes. Tant pis, il opterait la longue et mince qui servait généralement pour un dîner d’affaire et s’en contenterait. C’était rare pour lui de s’habiller aussi chic pour autre chose qu’un rendez-vous important d’affaire, mais il voulait faire bonne impression. Pour lui, Drew était la seule personne pour qui il aurait fait le sacrifice de ce genre de soirée et se porter volontaire d’être son cavalier. Tout a débuté alors que Drew lui avait parlé de cette nouvelle expo au musé qui semblait la mettre dans tous ses états. Au départ elle ne voulait pas y aller, puis elle décida d’y aller, mais à condition d’être avec quelqu’un, puis retour à ne pas y aller et c’est là que Harold sorti des sentiers était venue à sa rescousse pour lui tendre la main et la rassurer. Il pouvait jouer ce rôle. Être entouré de gens hautains, connaissant d’art ou même noble, c’était son métier, donc ça ne l’intimidait pas. Ce qui doublait sa force de caractère, c’est qu’il serait avec Drew, pour qui il voue un énorme respect. Newton grattait à la porte pour de l’attention, mais malheureusement il n’avait pas le temps de s’occuper de cette petite boule de poil ce soir. Il choisit donc son ensemble, dans un complet gris avec une cravate noir, sans oublier des chaussures italiennes brunes et ses lunettes élégantes, qu’il ne portait que très rarement. Il jeta un œil à sa montre et remarqua qu’il était l’heure de se mettre en route. Il aurait pu prendre une limousine pour y aller, mais le but n’était pas de gêner personne, donc il la joua modeste et préféra choisir les clés de la Mercedes. Il s’installa au volant, programma le GPS et se dirigea vers le point de rencontre pour aller rejoindre Drew. Il se demandait s’il serait habillé trop chic pour l’événement, mais c’était toujours plus simple de retirer des vêtements pour un homme que de se changer pour une femme. Une fois sur la rue, il se stationna devant l’endroit auquel il devait récupérer sa compagne pour la soirée et lui envoya un petit message pour ne pas la brusquer. Il sortit de la voiture et se plaça devant la portière du côté passager pour pouvoir lui ouvrir la portière lorsqu’elle serait près de la voiture. Cependant, il eut le souffle couper lorsqu’il vit Drew sortir de chez elle en observant sa beauté rayonnante qui devenait de plus en plus clair à fur et à mesure qu’elle s’approchait de lui. Elle le complimenta d’abord, comme Harold avait littéralement le souffle coupé et il s’empressa de dire quelque chose pour ne pas rester là à la contempler.

-Tu es ravissante c’est… à couper le souffle! Je craignais de voler la vedette en ayant mis des vêtements trop chique pour l’occasion, mais regarde toi… Tu es en élégance et en beauté ce soir… Wow…

Wow ne désignait même pas la beauté à laquelle il avait à faire devant lui. C’était comme voir une autre Drew entièrement différente. Normalement, il l’avait vu dans des contexte plus social et ce à chaque semaine, mais là il avait devant lui la femme dans sa splendeur et c’était difficile de ne pas le dire, mais… Elle aurait les projecteurs sur elle. Il lui ouvrit la portière de la voiture et l’aida à s’installer sur le siège passager, avant de venir s’installer au volant en la regardant avec un sourire. Il entra l’adresse du musé pour se mettre en route et prit la route.

-Alors, stressée pour ce soir?

Oui cette question était à mettre au clair, parce que Harold jouerait un rôle clé ce soir. S’assurer que Drew passe la plus merveilleuse de toutes les soirées. Il la laissa répondre et se permit de poser une question supplémentaire après sa réponse.

-J’espère que tu ne seras pas fâchée, mais je vais devoir te demander de choisir… Sur le siège derrière toi j’ai pris la liberté d’offrir pour ta mère un cadeau pour la féliciter de sa soirée… Cependant je ne sais pas trop ce qu’elle aurait préféré donc… J’ai soit deux billets dans un salon manucure et massage avec qui elle pourra y aller ou alors j’ai une bouteille d’un porto fait maison d’un vignoble local… On peut aussi lui offrir les deux ?

Harold était un peu maladroit face à la mère de Drew, mais c’est normal, comme il adore sa fille qu’il voulait encore plus faire attention à sa mère! Il voulait préserver ce qui était précieux aux yeux de sa fille à tout prix et rendre Drew heureuse. Il ne serait pas offusqué peut importes ce qu’elle choisissait et ce, même si elle lui disait qu’elle ne voulait rien lui offrir.

-Ça va bien aller… Ne t’en fais pas, au pire tu me fais signe et je parlerai d’art moderne pendant des heures.

Il eu un petit rire en lui jetant un air et posa une mains sur son genou pour la rassurer avant de la remettre sur le volant. Elle le savait capable de le faire. Harold est une encyclopédie vivante, c’est sûr que c’était le choix parfait comme cavalier.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kavanagh
Drew Kavanagh
les dialogues avec l'au-delà
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (22.11.87)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin Légiste
LOGEMENT : Bayside : Appartement au #544 Wellington Street
Au secours, un gala. | Harold Ry7z
POSTS : 3153 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Née a Dublin, elle y a vécu jusqu’à ses 6ans ¤ A grandit a Brisbane ¤ Est partie étudié a Sydney ¤ L’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait est mort tué par balle le 15.10.12 ¤ Retour à Brisbane en janvier 2020. ¤ Elle partage sa vie avec Nala, une British Shorthair depuis 2017 ¤ Elle pratique la courses a pied pour se ressourcer ¤ Elle est passionné par son métier, même si beaucoup le juge macabre ¤ Dynamique, souriante, râleuse, déterminé, douce, franche/sèche, intelligente, réfléchie, impulsive parfois, solitaire, rancunières.
RPs EN COURS : 2022
Février : Kalon ¤ Cade ¤ Albane ¤ Dae
Mars : Juliana ¤ Marvin
FB
Muiredach ¤ Théo
RPs TERMINÉS : Harold#1 ¤ Andrew

Abandonné:

AVATAR : Karen Gillan
CRÉDITS : Avatar : Pretty Girl Gif : Lolitaz & Gifhunts
DC : /
PSEUDO : Lady Bananas
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42739-drew-accueillir-toute-situation-comme-occasion-de-se-transformer-cest-grandir-veritablement https://www.30yearsstillyoung.com/t42818-drew https://www.30yearsstillyoung.com/t42841-drew-kavanagh

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMar 22 Fév 2022 - 21:11



Au secours, un gala
Harold Elis
Depuis quand il portait des lunettes ? Je l’avais déjà vue avec des lunettes ? Pourquoi je faisais une fixette sur ce détail ? Je portais moi-même des lunettes, à l’occasion, au travail ou à la maison généralement, puisqu’ils s’agissaient de lunette de repos. Jamais dehors. J’avais déjà porté mes lunettes en sa compagnie ? Non, pas de souvenir. Mais pourquoi portait-il des lunettes pour une soirée ? Il fallait que j’arrête de faire une fixette sur une maudite paire de lunettes.

Harold parlait justement, ça m’aida à me reconcentrer. Il complimentait ma tenue, avec beaucoup de ferveur, le rouge me montait aux joues. Autant, je m’attendais à ce qu’il retourne un compliment par politesse, mais pas à ce qu’il insiste autant. J’avais fait attention à mettre une tenue des plus simple pour ne pas attirer l’attention, mais si je me fiais à la réaction de mon cavalier, ce n’était pas très réussi. En attendant, celui-ci s'était obligé à m’ouvrir la portière de sa voiture. « Merci. » Je lui souriais et m’installais dans le véhicule. Alors qu’il faisait le tour de sa voiture, j'en profitais pour déposer la paire de converses à mes pieds. Je n'en aurai pas besoin dans un premier temps, se serais plus sur le retour qu’elle me serait nécessaire.

Une fois la route prise, Harold reprit la parole pour me demander si j’étais stressé. Non… Absolument pas. J’étais complétement détendu, un vrai poisson rouge dans son bocal ! Étrangement, l’auto-sarcasme ne fonctionnait pas sur mon esprit. « Légèrement. » J’avais bien conscience d’alléger un peu la vérité, même beaucoup. J’avais passé la journée occupée un maximum mon esprit pour le pas pensé a la soirée. Et dès que le gala me revenait à l’esprit, je fixais l’objectif de ma présence : faire plaisir à ma mère. « Peut-être plus que légèrement. Mais tu es là, alors ça ira ! » S’il avait réussi à rendre une soirée dans un Pub inoubliable, il devrait rendre un gala appréciable, je n’en demandais pas plus.

J’avais les yeux sur le défilement de la route lorsque j’entendis le mot fâché. Pourquoi devrais-je être fâchée ? C’est un regard plein d’interrogation que je tournais vers mon chauffeur. Il n’en demandait pas autant, puisqu’il s'était déjà lancé dans des explications. Un cadeau pour ma mère ? Mais pourquoi ferait-il ça ? Il venait de le dire, pour la féliciter de sa soirée. J’étais un peu dissipé. C’était quoi les deux choix déjà ? « Massage » J’avais répondu par automatisme, trop interloquer par la situation. Ma mère adorait prendre soin d’elle. L’alcool, c’était plutôt mon père. Pour le coup, ils étaient plutôt clichés. « Mais tu n’es pas obligé. Déjà en m’accompagnant là-bas, tu la rends très heureuse. » Non, parce que s’il n’était pas venu avec moi, je n’aurais pas eu le courage d’affronter le monde des riches.

La ville continuait de défiler sous nos yeux. J’en avais à peine conscience, pourtant voir défiler les lumières des différentes rues aurait peut-être un spectacle reposant. Surtout que pour une fois, ce n’était pas moi qui conduisais. D’ordinaire, je trouvais toujours dommage d’être pressé et concentré pour le pas profité du mélange des couleurs des différentes lumières, mais aujourd’hui alors que je pouvais en profiter librement, j’étais ailleurs. Cela dut se voir, ou alors, il me connaissait vraiment bien. Dans les deux cas, Harold vient me rassurer une nouvelle fois, accompagnant ses paroles d’un geste rassurant. Je riais avec lui lorsqu’il suggéra un mouvement de ma part pour le lancer dans un discours. Je savais qu’il en était capable, en effet, il avait déjà montré à plusieurs reprises des intérêts divers et plutôt approfondit dans différents domaines. « Je t’ai dit merci de m’accompagner ce soir ? » Si de nous deux, j’avais le plus haut diplôme, je ne doutais pas qu’il avait des connaissances plus larges et diversifié que les miennes. Et j’adorais nos discussions lorsqu’il partait dans des explications sorties de nulle part.

« En vérité, je n’avais pas réellement l’intention de parler à des gens. On n'est pas obligé ? Si ? » En vrais, je n’en avais rien à faire. « On y va, on salue mes parents, félicite ma mère. » Mon père l'accompagnait toujours lors de pareil événement. « Ensuite, on évite les autres et on fuit. » De toute manière, ma mère ne s’attendait pas à ce que fasse trois fois le tour de l’expo. Ça me paraissait très bien comme programme. « Ce qui nous laisse le reste de la soirée, pour faire ce qu’on veut. » Vue comme ça, la soirée me tentait beaucoup plus tout à coup. « Sauf si tu désires voir une des œuvres d’art. Je n’ai encore aucune hostilité contre l’art. » Même si je ne le comprenais pas toujours, surtout l’art moderne. « Au fait. Tu portes des lunettes ? » Preuve que je commençais a me détendre, je posais des questions.
© Laueee



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMer 23 Fév 2022 - 4:18


Au secours, un gala.
harold ft. drew

Harold était à moitié distrait par la conversation, mais ce n’étais pas grave, car ce genre de voiture avait tous les gadgets possibles pour rendre la conduite indépendante et automatisées. Donc quand même bien il lâcherait le volant, ils ne risquaient rien. Lorsque Drew répondit simplement « massage » comme une androïde, Harold eu un sourire en coin, elle était mignonne à être distraite, c’était la première fois que c’était aussi visible. Elle rajouta qu’il n’était pas obligé, pour le cadeau, que seul sa présence aurait pour effet de la rendre heureuse.

-Peut-être, mais pour toi, tu sais que je suis toujours un pas devant la norme… Je veux que ta mère célèbre ce soir et c’est important pour elle. Puis ça me fait plaisir…

Le silence plana dans la voiture et il s’arrêta lentement au feu rouge. Elle lui prit la parole, ce qui brisa le silence dans la voiture et Harold tourna le regard pour la regarder. Elle prit la parole en lui demandant si elle avait pensé à remercier Harold pour l’accompagnée. Il sourit en soupirant, parce que oui, elle l’avait déjà fait. Pas une fois, ni deux, on devait sans exagérations être dans les dix ou onze fois sans nul doute. Pour sa défense, ce n’était pas grave et ça n’ennuyait pas Harold, donc tout le monde y trouvais son compte.

-Tu m’as déjà dit merci… Au moins aller soixante fois, plus cette fois-ci on fait le compte à soixante et une fois. Je pense que c’est ton record.

Il ricana en la regardant avant de replonger ses yeux sur la route et de voir que le feu était passé au vert.

-Et comme je vais continuer de te le dire et redire, ça me fait entièrement plaisir. Tu n’as jamais à hésiter pour me demander quoi que ce soit.

Il était sincère! Pour Harold, Drew représentait ce qu’il avait de plus précieux depuis la découverte de sa sœur. Vous savez le genre de personne que vous ne pourriez jamais refuser quoi que ce soit, même si le monde devait en souffrir et bien Drew en faisait partis. C’est juste inexplicable comme rapprochement entre les deux, mais c’était ça la beauté, comme la belle et la bête. Harold conduisait à la vitesse prescrite par les limites de vitesses pour ne pas brusquer Drew. D’ailleurs il fronça les sourcils et vraiment le commentaire ne sortis de nulle part, mais il réalisa quelque chose.

-Dit Drew… C’est pas la première fois qu’on est dans la même voiture ? Je veux dire… On fait des activités ensemble… On a bu ensemble… On se voit régulièrement, mais sérieusement, aussi loufoque que ce soit… je pense qu’on n’a jamais été dans une voiture en même temps. C’est comme un épisode spécial de notre série H&D!

Oui le cerveau de Harold n’avait pas de frontière et encore moins pour faire sourire la rouquine! Il se contenta de continuer à conduire silencieusement alors que Drew lui fit part de ses intentions pour la soirée et fit une fixette assez rigolote sur les lunettes de Harold. Il commença donc par lui répondre à ce sujet.

-Les lunettes. Je ne sais pas pourquoi, quand je les ai mises, je me suis dit, c’est la première chose qu’elle va dire ! Alors en soit je portes pas de lunette, c’est vraiment juste une monture avec des verres sans prescription, comme un accessoire…

Il retira la monture et les posa sur les jambes de Drew pour qu’elle les regarde. Il était fier de ses lunettes. C’était genre, le nouvel accessoire tendance chez les riches apparemment. Les gens arrivaient et prenaient des accessoires que d’autres faisaient usages pour des besoins médical et en faisait des objets tendance! Pour Harold il avait choisi la monture simplement.

-Sinon pour la soirée, tu as parfaitement raison. Surtout si tu veux le reste de la soirée pour nous, là je suis obligé de dire que je te suis ! Avec toi c’est toujours du bon temps de toute manière!

Il allait lui dire quelque chose de plus à sa phrase, mais se contenta de le penser « je te suivrais jusqu’au bout du monde si tu me le demandais ». C’est vrai, Drew n’avais aucune idée de ce qu’elle pourrait avoir comme influence sur le jeune milliardaire. Il ne pût s’empêcher de se faire une réflexion qui le fit rire et il la partagea avec Drew.

-C’est bien que les massages soient pour ta mère… Ça nous laisse l’alcool ! Qui sait si tu vas encore nous sortir une question sur le sexe… Je te jure comment tu m’avais fait rougir ! J’en rougis encore rien qu’à y penser.

Il avait effectivement les pommettes qui rougissaient légèrement à repenser à cette première soirée entre les deux. La voiture était à mi-chemin entre la résidence de Drew et le musé où ils devaient aller rencontrer sa mère. Harold en profita donc pour poser sa tête contre l’appuie-tête de son siège en gardant un petit sourire.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kavanagh
Drew Kavanagh
les dialogues avec l'au-delà
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (22.11.87)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin Légiste
LOGEMENT : Bayside : Appartement au #544 Wellington Street
Au secours, un gala. | Harold Ry7z
POSTS : 3153 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Née a Dublin, elle y a vécu jusqu’à ses 6ans ¤ A grandit a Brisbane ¤ Est partie étudié a Sydney ¤ L’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait est mort tué par balle le 15.10.12 ¤ Retour à Brisbane en janvier 2020. ¤ Elle partage sa vie avec Nala, une British Shorthair depuis 2017 ¤ Elle pratique la courses a pied pour se ressourcer ¤ Elle est passionné par son métier, même si beaucoup le juge macabre ¤ Dynamique, souriante, râleuse, déterminé, douce, franche/sèche, intelligente, réfléchie, impulsive parfois, solitaire, rancunières.
RPs EN COURS : 2022
Février : Kalon ¤ Cade ¤ Albane ¤ Dae
Mars : Juliana ¤ Marvin
FB
Muiredach ¤ Théo
RPs TERMINÉS : Harold#1 ¤ Andrew

Abandonné:

AVATAR : Karen Gillan
CRÉDITS : Avatar : Pretty Girl Gif : Lolitaz & Gifhunts
DC : /
PSEUDO : Lady Bananas
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42739-drew-accueillir-toute-situation-comme-occasion-de-se-transformer-cest-grandir-veritablement https://www.30yearsstillyoung.com/t42818-drew https://www.30yearsstillyoung.com/t42841-drew-kavanagh

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMer 23 Fév 2022 - 22:58



Au secours, un gala
Harold Elis
Il voulait que ma mère célèbre cette soirée qui était importante pour elle. Il était incroyable. Il ne connaissait pas ma mère, mais il souhaitait la félicité pour sa soirée. Qui faisait ça ? Même moi qui savais combien cette soirée importée à ses yeux, j’avais hésité à m’y rendre. Alors que je savais que m’y voir serait l’un des plus beaux cadeaux que je pourrais lui faire. Finalement, elle allait peut-être adopter Harold. Non parce qu’entre le fait que j’acceptais de mettre les pieds à la soirée, car il m’accompagnait, il rajoutait un cadeau dans le lot. Une chose était sûre, j’allais en entendre parler.

Justement, j’avais saisi un silence dans l’habitacle pour remercier une nouvelle fois Harold pour avoir proposé de m’accompagner. Oui, une nouvelle fois, puisque d’après ses paroles, j’avais déjà répété l’opération, plusieurs fois, même soixante fois apparemment. Toujours dans l’exagération cet homme. Je compris tout-de-même que je pouvais arrêter, il avait compris le message. J’eus quand même le réflexe puéril de lui tirer la langue alors qu’il se reconcentrait sur la route. Il n’avait pas dû me voir, puisque lorsqu’il reprit la parole, c’était pour me dire que ça lui faisait énormément plaisir. Je soupçonnai d’exagérer la chose, il n’avait pas l’air d’être un passionné des galas. Pendant que j’avais cette réflexion, il avait continué ses paroles en déclarant que je n’avais jamais à hésiter à lui demander quoi que ce soit. Je souriais, il était agréable t’entendre de si doux mots, même si je savais que toujours, j’hésiterais. Je n’avais pas l’habitude de compter sur les autres. J’étais quelqu’un de très indépendante, de solitaire. Je faisais constamment en sorte d’y arriver seule, je ne pensais jamais à demander à d’autres.  

Le fils de mes pensées fut une nouvelle fois interrompu par la voix de mon cavalier. Il faisait remarquer que c’était la première fois que nous étions ensemble dans une voiture. Sur le coup, je ne comprenais pas trop où il voulait en venir, car certes, il avait raison, mais bon, je ne voyais pas ce que cette réflexion pouvait nous rapporter. Il énuméra alors les différentes activités que nous avions faites ensemble sur les derniers mois. Énumération rapide et concise, ce qui était plutôt un bon choix, parce que résumer six mois de sortie hebdomadaire, ça aurait pu être long. C’est sa dernière phrase qui déclencha mon rire. « H&D ! C’est comme ça qu’on s’appelle ? Je suis sûr que c’est une super série. » Je rigolais encore un peu. « Oh, attends j’ai une idée. » Je récupérais mon téléphone dans le sac et pris une photo en mode selfie où l’on pouvait voir Harold concentré sur la route alors que j’étais en premier plan. « Voilà, maintenant, on a un souvenir de cet épisode spécial. » Tout en parlant, j’envoyais le cliché pris rapidement à mon chauffeur. « Et maintenant, tu l’as aussi. » Je me rendais, à ce moment-là, compte que c’était aussi la première photo que nous prenions ensemble. Il faut dire qu’il était rare que je prenne des photos lors de mes soirées, je préférais les vivre.

Je dirigeais alors la conversation sur un tout autre sujet : les lunettes qui ornaient son visage. C’était la première fois que je les voyais. Ainsi, j’avais posé la question : Portait-il des lunettes ? Harlod fit d’abord comme commentaire comme quoi il s'était fait le commentaire que je l’interrogerais lorsqu’il les avait posées sur son nez. « En même temps, c’est aux milieux du visage. C’est dur de passer à côté. » On ne voyait que ça. J’avais même pour souvenir d’un ami qui était passé des lunettes aux lentilles sans prévenir personne, ça m’avait pris plusieurs jours pour m’habituer. Moi-même lorsque je voyais ma tête pourvue de mes lunettes ça me faisait étrange (surtout quand je changeai de monture). Pour Harold, les siennes n’étaient qu’un accessoire. Je tiltais dans ma tête. Des lunettes, un accessoire ? Savait-il que pour certains, c’était un poids de portée des lunettes ? Moi, je n’avais jamais eu se soucie, je les portais essentiellement en privé, mais je savais que des camarades de classe avaient eu des moqueries à cause de leur monture. Et aujourd’hui, c’était devenu un accessoire de mode.

Il avait posé ces fameuses lunettes sur mes jambes pour que je les examine. Ce que je fis par curiosité, pendant que lui continuer à parler, mais il avait dévié sur un autre sujet. À présent, il parlait de mon programme pour la soirée. Sois faire acte de présence, puis se barrer une fois ma mère satisfaite et heureuse. L’idée semblait lui plaire, il annonça même que si c’était pour passer la soirée ensemble, ça ne pouvait qu’être une bonne soirée. Je souriais, parce qu’à moi aussi, passé une soirée avec lui signifiait passer une bonne soirée.

J’avais fini mon examen des lunettes, effectivement, il n’y avait aucune correction, juste un verre, banal. J’allais reprendre la parole pour m’exprimer, mais mon cavalier me coupa l’herbe sous le pied. J'eus un rire en l’entendant parler, il est vrai que j’avais réussi à le rendre bien mal-à-l’aise avec ma question. Alors que ça n’était absolument pas mon intention première. C’était juste une question comme les autres. Bien sûr, l’esprit embrumé par l’alcool, je l’avais posé de but en blanc, sans aucun signe annonciateur. Nous étions même sur un tout autre sujet de conversation, si mes souvenirs étaient bons. « Je n’ai pas forcément besoin d’alcool pour poser ce genre de question. Sache-le. » Je souriais encore plus. « Et puis, il faut que nous restions en état de rentrer, je te rappelle que je vis à l’autre bout de la ville. Et les taxis, il n’aime pas trop les gens fortement alcoolisés. » Et le porto, de souvenir, ça tapait bien, même un peu trop.

« Très joli accessoire, que tu porte avec bien plus de classe que moi, lorsque je porte les miennes. » Il faut dire, que je ne mettais jamais vraiment posé de question sur le modèle des montures. Je les avais choisis légère. « Mais ça ne te fait pas étrange ? » Non, parce que personnellement, les premières fois, ça m’avait gêné, mais j’avais fini par m’y habituer.

« Et aurais-tu une idée de ce que l’on pourrait faire après ? » Non, parce que si nous étions d’accord sur notre passage éclair au gala, nous n’avions absolument rien prévu pour la suite, il nous fallait donc des idées. « A par boire de l’alcool, bien sûr. » J’avais bien noté cette partie de sa phrase. « Et si tu le veux, je te prépare une question sur le sexe, mais j’attendrais que tu ne conduises plus. Je ne voudrais pas provoquer un accident parce que je t’aurais choqué. Mais juré, elle sera gentille. » Je surveillais sa réaction. Oui, l’idée de le taquiner sur ce sujet de temps à autre, me plaisait. Ça ne faisait pas de moi quelqu’un de méchant. En tout cas, je l’espérais.
© Laueee



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyJeu 24 Fév 2022 - 1:50


Au secours, un gala.
harold ft. drew

Le bruit de la caméra du téléphone de Drew qui prenait une photo, ça c’était quelque chose qui fit encore plus sourire Harold! Ce genre de souvenir qu’il n’avait jamais véritablement connu, qu’il n’avait pas vraiment vécut en quelque sorte. C’est comme celui de vivre une nouveauté et ironiquement sur ses vieux jours de vie, plutôt qu’à son adolescence! Il ne disait pas non à ça et il savait très bien ce qu’il en ferait de cette photo une fois arrivé. Quand dit que c’était dur de passer à côté de ses lunettes, Harold se demanda « mais c’est si moche que ça? ». Il avait vu un article, il croyait vraiment que ça lui allait à ravir ! Bon les articles, c’est bien beau, mais parfois ça vous pousse à essayer d’autres choses. Comme justement l’article sur le dépoussiérage.

Harold adore dépoussiérer, c’est comme une passion, imaginer la surface sale pour Harold c’était horrible, mais de savoir que le plumeau pouvait tout enlever sans que rien ne reste, c’était presque jouissif. Un tas de poussière? Harold à la rescousse, un coup de plumeau et c’était terminé! Ce petit moment de victoire quand la poussière finit enfin par disparaître et cette extase d’avoir enfin ramasser! Le pire dans le dépoussiérage, ce qui rendait Harold fou, c’était les espace clos du genre les stores en bois. Harold avait tellement de finesse et de jouissance à prendre le plumeau et faire des tactiques en diagonales pour essayer de tout ramasser, mais bon dieu ce que c’était jouissif quand c’était dépoussiérer. En plus ce qu’il adorait de l’article, c’était ce site qui pouvait permettre de commander toutes les sortes de plumeaux et de toutes les couleurs ! Le plumeau préféré de Harold, jaune canari avec des plumes couleur coquille d’œuf!

En revanche avec ses pensées profondes, il s’était légèrement égaré de la réalité et de tout ce qui se passait. Drew commenta sa suggestion au sujet de l’alcool et des blagues sexuelles. Il fut d’ailleurs un peu gêné à parler de sexualité, puisque comme Drew le savait maintenant c’était un sujet qu’il ne maîtrisais pas assez pour en parler aussi librement. Elle suggéra d’ailleurs d’éviter d’être dans un état trop alcoolisé pour la raccompagner et c’était sage comme parole.

-Bah tu sais ça dépend en vrais, si ton chauffeur de taxis tu lui fais la sérénade tout au long du retour, je suis persuadé qu’il finira par t’accepter comme tu es… Du moins c’est sûr que c’est plus charmant que ceux qui remplissent l’arrière du taxi.

Harold n’avait pas besoin d’en dire plus, l’image marquait d’elle-même et il tirait la langue rien que d’y penser. Elle revint sur les lunettes et lui dit qu’il le portait avec bien plus de classe et tout ce que Harold eu en tête à ce moment-là c’est « même un chapeau melon sur ta tête te rendrais encore plus belle, alors des lunettes… ». Effectivement, il ne pouvait pas s’en cacher Drew avait tout d’une beauté naturelle, ce qui la rendait difficilement moins classe que Harold qui devait maintenir sa silhouette et surveiller ce qu’il mangeait pour ne pas finir par ressembler à un gros ourson vivant.

-Au début c’était étrange, mais tu sais… C’est comme ceux qui porte des casquettes, on finit par s’y habituer… Et me fait pas rire Drew, je pourrais te scotcher une fausse barbe, tu serais toujours aussi classe.

Il était vexé, évidemment d’une manière amicale, qu’elle ne veuille pas se voir comme lui il la voyait parfois. Drew savait qu’il n’était sérieusement fâché ou de mauvaise humeur, juste joueur avec elle. Elle enchaîna d’ailleurs sur ce qu’ils auraient en tête et Harold avait en théorie déjà tout préparer, si elle était évidemment d’accord. Elle l’avait tellement emmené partout et fait découvrir des endroits dans les dernières semaines, qu’il se sentait un peu nulle de toujours devoir lui faire faire la guide touristique, même s’il savait très bien qu’elle adorait le faire! Il se racla d’ailleurs la gorge lorsqu’elle dit qu’elle en avait une autre question sur le sexe pour lui. Il ne pût s’empêcher de regarder le ciel en conduisant et de se dire « seigneur, vous testez ma loyauté… et ce test porte une chevelure rouquine, des talons et sait me rendre nerveux! ». Cependant Harold se permit d’y aller une réponse à la fois.

-Alors… pour la suite du programme, je savais que je devais avoir un plan B, puisque je commence à te connaître et ce soir, j’aimerais t’emmener quelque part de spécial. Bon je sais, tu vas probablement connaître l’endroit, mais ça fait un moment que j’ai envie de t’y emmener.

Il avait fait ses recherches, pratiquer l’itinéraire à partir du musé, pour bien s’en souvenir par cœur, afin de ne pas utiliser de GPS pour ne pas gâcher la surprise et avait mis tout ce qu’ils avaient besoin dans le coffre.

-Ensuite, j’avoue qu’on ne va pas que boire, cependant ça faisait partit de la soirée d’au moins trinquer à notre première soirée! Après tout ''darling'' nous sommes bien habillées comme un modeste couple de la haute société!

Harold fit un petit rire forcé de noble, avant de simplement reprendre son rire normal, puisqu’il ne pouvait pas tenir ce genre d’humour bien longtemps. D’ailleurs, il arriva encore à un feu qui venait de tourner rouge et ralentis doucement les roues de la voiture avant de s’arrêter complètement et de faire face à la musique.

-Tu sauras mademoiselle, que je me suis entraîné sur le sujet, alors je me demande franchement ce que tu vas me sortir comme question sur le sexe qui puisse réellement me choquer! On est à un feu rouge et il n’y a pas de voiture derrière, donc je t’écoute… Sort la pire de toutes tes questions que tu puisses imaginer!

Oh quel regret à l’intérieur il ressentit alors qu’il venait de lui ouvrir cette porte. C’était comme laisser entrer chez soit un tueur en série qui viendrait vous découper doucement un membre à la fois pour se faire une grillade par un soir d’été avec vos membres.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kavanagh
Drew Kavanagh
les dialogues avec l'au-delà
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (22.11.87)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin Légiste
LOGEMENT : Bayside : Appartement au #544 Wellington Street
Au secours, un gala. | Harold Ry7z
POSTS : 3153 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Née a Dublin, elle y a vécu jusqu’à ses 6ans ¤ A grandit a Brisbane ¤ Est partie étudié a Sydney ¤ L’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait est mort tué par balle le 15.10.12 ¤ Retour à Brisbane en janvier 2020. ¤ Elle partage sa vie avec Nala, une British Shorthair depuis 2017 ¤ Elle pratique la courses a pied pour se ressourcer ¤ Elle est passionné par son métier, même si beaucoup le juge macabre ¤ Dynamique, souriante, râleuse, déterminé, douce, franche/sèche, intelligente, réfléchie, impulsive parfois, solitaire, rancunières.
RPs EN COURS : 2022
Février : Kalon ¤ Cade ¤ Albane ¤ Dae
Mars : Juliana ¤ Marvin
FB
Muiredach ¤ Théo
RPs TERMINÉS : Harold#1 ¤ Andrew

Abandonné:

AVATAR : Karen Gillan
CRÉDITS : Avatar : Pretty Girl Gif : Lolitaz & Gifhunts
DC : /
PSEUDO : Lady Bananas
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42739-drew-accueillir-toute-situation-comme-occasion-de-se-transformer-cest-grandir-veritablement https://www.30yearsstillyoung.com/t42818-drew https://www.30yearsstillyoung.com/t42841-drew-kavanagh

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyJeu 24 Fév 2022 - 23:13



Au secours, un gala
Harold Elis
Serais-je du genre à chanter la sérénade à un chauffeur de taxi ? Je n’en savais trop rien. L’alcool faisait tomber certaines barrières dans mon esprit. J’oubliais par exemple de ne pas dire ce que je pensais parce que ça pourrait vexer la même personne. Mais chanter dans un taxi, pas sûr. Si on était deux à la limite, je serais facilement entraîné, mais seule, je risquais plus de tomber de sommeil. Quant à vomir, j’espérais m’arrêter de boire avant d’atteindre ce point de non-retour. Et de se coter là, j’avais suffisamment d’expérience pour normalement m’y tenir. Vive les soirées étudiantes. On avait beau les critiquer, elles vous apprenaient des choses essentielles dans la vie : votre limite d'injection d’alcool par exemple. Bon après, il fallait adapter la donner avec les années prises et réajuster la quantité. Ou alors, c’était le manque d’entraînement dû à une vie plus responsable.

Une fois ce premier sujet clos, on parlait lunettes. Plus précisément des lunettes accessoires qu’il portait ce soir. Justement, j’avais toujours ces dernières dans mes mains. En même temps, je ne me voyais pas lui rendre pendant qu'il conduisait. Vu qu’il n’en avait pas besoin, nous n’allions pas risquer un écart sur la route parce qu’il s’enfonce une branche dans l’œil par mégarde. Oui, les chances étaient petites, mais ça rester possible. Surtout, qu’il n’avait pas l’habitude d’en mettre et qu’il n’aurait qu’une main. Pendant que je réfléchissais au pourcentage de risque, Harold m’indiqua que même avec une barbe, j’aurais la classe. Je regardais mon ami de travers. « Une barbe, sérieusement ? » Je levais les yeux au ciel, décidément, il avait de l’imagination.

Le sujet suivant fut ce qu’on allait faire de notre soirée. Oui, nous devions aller au gala, mais je n’avais jamais eu l’intention d’y rester longtemps. Juste le temps de faire plaisir à ma mère. Je n’avais pas du tout envie de me frotter au gratin de Brisbane et Harold semblait me suivre dans l’idée. Justement, ce dernier paraissait avoir une idée pour la suite de la soirée. Il avait l’air d’y avoir réellement réfléchi à un plan B parce qu’il se doutait qu’il en faudrait un. Encore une fois, j’estimais la chance que j’avais eue lors de cette soirée au Pub. Avoir Harold comme ami était une vraie bénédiction.
Ce dernier exposait alors son plan B. Il n’en dit pas grand-chose, sauf que je connaissais vraisemblablement l’endroit où il voulait m’emmener. C’était un faible indice, j’en connaissais beaucoup d'endroit. Bon, Brisbane avait encore beaucoup de mystère pour moi, mais la liste des endroits visitée au moins une fois était tout de même assez nombreuse. « C’est beaucoup de mystère… » Et normalement, je n’aimais pas le mystère, il me fallait toujours découvrir ce qu’il se cachait derrière.
Harold continua dans son explication du plan B. Je tachais de glaner un max d’information, mais j’avoue que ça ne me menait pas à une réelle conclusion. Il parlait de boire, mais de ne pas faire que ça. De première soirée. Là, j’étais perdu, ce n’était pas notre première soirée. Puis, il rajouta un point sur nos tenues. Là, je retrouvais le fils de la conversation. En effet, c’était bien la première fois que nous sortions avec des tenues pareilles. J’avais même mis des talons aiguilles, ce qui pour moi était exceptionnel. Autant mettre des robes, ça m’arrivait, avec une paire de chaussures plus habillée que des sneakers. Même des petits talons, je mettais, mais des talons aiguille jamais. Bon, par contre, je devais avouer qu’en compagnie d’Harold, j’avais toujours porté des jeans. En même temps, c’était plus simple pour parcourir la ville.

J’allais exiger des informations complémentaires, sur la destination du plan B lorsque la voiture s’arrêta à un feu rouge et qu’Harold se tourna vers moi sur un air de défis. Les paroles qui suivirent confirmaient ma première impression. Apparemment Monsieur résisté à toute question gênante. Alors, je n’allais pas lui sortir la pire question que je pouvais imaginer, parce que je n’étais pas si sadique, mais j’en avais une qui germait dans mon esprit. Et pendant qu’elle continuait à fleurir dans mon esprit, je viens replacer les lunettes sur le nez de mon cavalier. Contente de ne pas lui avoir crevé un œil au passage, je souriais, avant de prendre la parole. « Bien monsieur, si dans un tout autre contexte, au lieu de parler félin, je t’aurais ouvertement dragué dans l’intention d’avoir juste une nuit de sexe sans rien d’autre, sans lendemain possible. Comment tu aurais réagi ? » Aurait-il rougi comme une pivoine ? Blanchie ? Aurait-il trouvé ça choquant ? Aurait-il été sûr de lui ? Bégayé ? J’étais curieuse de savoir. Après, j’étais tout aussi consciente que je préférais largement l’avoir rencontré comme je l’avais fait. Autrement, je serais passé à côté d’une véritable personne en or.

Bon, ce n’était pas tout, mais ce n’était pas le seul point sur lequel je voulais revenir. J’avais commencé par celui-ci, parce qu’il l’avait en quelque sorte exigée, mais mon esprit avait pris quelques notes pendant qu’il parlait. « Tu chantes souvent des sérénades aux chauffeurs de taxi ? Non, parce que si c’est le cas, je suis sûr qu’ils se battent pour toi. Ça me fait penser, j’attends toujours que tu me joues un morceau. » Je souriais en repensant à notre conversation lors de notre première soirée. J’avais aussi un engagement, je n’avais pas beaucoup progressé, même pas du tout… Peut-être aurait-il oublié.

« Et pour le plan B. J’ai le droit de savoir, ou je dois me contenter de ce que j’ai et te faire confiance ? » Si c’était l’option deux, je n’étais pas sûr de réussir à ne poser aucune question. Surtout par curiosité, parce qu’en vérité, je lui faisais entièrement confiance. De plus, comme il avait accepté de m’accompagner au gala, il était logique pour moi qu’il décide ce que nous ferions le reste de la soirée.
© Laueee



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyVen 25 Fév 2022 - 16:18


Au secours, un gala.
harold ft. drew

La voiture toujours arrêtée au feu rouge, Harold tourna le regard vers Drew et comme un vieux couple, elle lui installa ses lunettes sur son visage. C’est ironique, une chose que peu de gens savent au sujet de Harold, c’est qu’il souffre d’haptophobie quand on le touche au niveau du visage sans son consentement. Sauf que là, maintenant, à cet instant précis, c’est comme-ci le temps s’était arrêté et que Drew avait tout simplement agit, sans même le lui demander. Il aurait très bien pu retirer ses mains, sachant qu’elle aurait comprise pourquoi, étant médecin, mais il la laissait faire avec une confiance aveugle. Cependant, elle se lança dans une conversation intéressante qu’il avait vu venir, mais aucunement dans la direction que Drew avait décider de prendre. Elle avait entreprise de lui demander la question au sujet de leur première rencontre, si elle avait ouvertement dragué Harold pour avoir une nuit de sexe… C’est vrais que c’était une question à laquelle il ne s’était pas préparé compte tenu que ça ne lui avait jamais traversé l’esprit…

-Euh je…

De toutes les questions salaces qu’elle aurait pu lui poser, celle-là était une coriace quand même. Il sentait ses pommettes rougir encore, il ne sentait pas qu’il pouvait être sincère avec elle sur ce sujet! Pas maintenant en tous les cas, il craindrait trop de fracasser quelque chose ! Il songea donc quelques instants en ayant un petit rire nerveux et ne se cacha pas de dire à Drew.

-Tu es douée sur ce terrain il faut croire… Mais je vais te répondre…

Le feu passait au vert, heureusement personne n’était derrière eux, car Harold fut distrait durant quelques secondes avant de reprendre la route toujours en réflexion. Il se dit que la franchise était la meilleure réponse face à la timidité et qu’il était plus simple pour lui d’y faire face.

-Très sincèrement… J’aurais joué le jeu et j’aurais probablement donner suite à ta drague. Tu le sais, ce n’est pas un secret… Je te l’ai déjà dit bien avant aujourd’hui, tu es sublime et te résister… Alors ça… Ça m’aurait été impossible…

Il tira le col de sa chemise commençant à trouver que la température avait drôlement augmenter, il faisait chaud? Pourquoi Harold sentait qu’il avait de la rougeur qui lui poussait au visage comme-ci il était malade. C’est fou ce degré de timidité. Bref il continua sur sa lignée.

-Par contre… Et désolé de te l’annoncer comme ça, mais même si ne doutes pas que tu serais une nuit des plus merveilleuses… Jamais je ne me serais pardonné d’être passé à côté de ton amitié.

Pendant qu’il conduisait, qu’il disait ses paroles, sa main droite ne pût s’empêcher d’aller chercher ses doigts et les caresser doucement. Elle lui fit d’ailleurs une remarque au sujet des sérénades faîtes à l’arrière d’un taxi, ce qui lui rappela qu’il n’avait toujours pas joué pour elle, cependant sans qu’elle le sache, il avait déjà prévu de régler cette petite injustice et très prochainement d’ailleurs. Il aurait tellement aimé lui dire tout ce qu’il avait prévu, mais elle méritait cette surprise et elle ne la gâcherait pas quoi qu’elle puisse dire… Même si pour Harold c’était difficile de cacher quoi que ce soit à Drew. Quelques kilomètres d’ailleurs et il pourrait la laisser avoir la tête occupée ailleurs.

-Oooh tout dépend du chauffeur! S’il est charmant, que j’ai assez d’alcool dans le sang, je peux même lui tirer un monologue sur mon tri favoris, genre top 10, des méchants dans l’univers Disney et être capable de même citer des phrases cultes de ses personnages, sans le moindre problème! D’ailleurs, je t’ai déjà fait mon top 10 des méchants de l’univers Disney ? Je veux connaître le tiens aussi.

Elle parla d’ailleurs de ses plans pour la soirée, ce qui le fit sourire en coin, parce qu’il reconnaissait bien son amie dans ce moment précis. Il voulait être fort et ne rien lui dire, parce que c’était vraiment une surprise qu’il avait monté sur pieds depuis un bon moment! Elle avait fait pareil alors qu’elle lui avait fait découvrir la ville, mais il n’allait certainement pas ruiner la nuit. Par contre il y avait certains détails qu’il pouvait lui dire.

-Tout ce que tu as à savoir, c’est que tu es habillée parfaitement et que tes baskets te seront utile. Je sais que ça fourmille de curiosité dans ta tête, mais tu seras parfaite…

Il réalisa que sa main était toujours sur la sienne et reprit doucement le volant entre ses deux mains avec une petite gênes. Et dit doucement avec une petite gêne.

-Désolé…

La voiture tourna d’ailleurs quelques intersections et dans le temps de le dire, le musé était visible au loin. Harold en profita pour s’arrêter doucement et se retourna vers Drew en croisant doucement des bras. Il craignait qu’elle craque, qu’elle change d’idées, qu’elle n’ait même pas envie d’y aller… Il glissa une main sur son genou en prenant un ton plus calme et relaxant.

-On va être là dans les prochaines minutes… Je veux que tu saches que ça va bien se passer… Que je suis là surtout et que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour m’assurer que tu passes une belle soirée… Mais fais-moi une seule promesse. Si jamais tu veux vraiment sortir, que tu ne te sens pas bien, tu me le dis et je te promets que je te tire de là. Tu as une dernière chose à me dire avant qu’on y aille ?

Il la laissa terminer ce qu’elle avait à dire, la laissa s’exprimer et reprit la route en direction du musé. Lorsqu’ils arrivèrent devant le musée, un service de valet avait déjà été mis en place pour accueillir les invités. Harold se dépêcha de sortir premier, pour venir ouvrir la portière à sa partenaire de la soirée et l’aider à sortir. D’ailleurs, lorsqu’elle se retrouva encore devant lui, il ne pût s’empêcher de dire.

-Tu sais que tu es encore plus ravissante, comment c’est même possible… Moi je suis en train de prendre des rides et toi tu t’embellis… Ce n’est pas très juste tout ça!

Il fila la clé au valet en glissant un billet pour le pourboire, comme la tradition le suggère.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kavanagh
Drew Kavanagh
les dialogues avec l'au-delà
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (22.11.87)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin Légiste
LOGEMENT : Bayside : Appartement au #544 Wellington Street
Au secours, un gala. | Harold Ry7z
POSTS : 3153 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Née a Dublin, elle y a vécu jusqu’à ses 6ans ¤ A grandit a Brisbane ¤ Est partie étudié a Sydney ¤ L’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait est mort tué par balle le 15.10.12 ¤ Retour à Brisbane en janvier 2020. ¤ Elle partage sa vie avec Nala, une British Shorthair depuis 2017 ¤ Elle pratique la courses a pied pour se ressourcer ¤ Elle est passionné par son métier, même si beaucoup le juge macabre ¤ Dynamique, souriante, râleuse, déterminé, douce, franche/sèche, intelligente, réfléchie, impulsive parfois, solitaire, rancunières.
RPs EN COURS : 2022
Février : Kalon ¤ Cade ¤ Albane ¤ Dae
Mars : Juliana ¤ Marvin
FB
Muiredach ¤ Théo
RPs TERMINÉS : Harold#1 ¤ Andrew

Abandonné:

AVATAR : Karen Gillan
CRÉDITS : Avatar : Pretty Girl Gif : Lolitaz & Gifhunts
DC : /
PSEUDO : Lady Bananas
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42739-drew-accueillir-toute-situation-comme-occasion-de-se-transformer-cest-grandir-veritablement https://www.30yearsstillyoung.com/t42818-drew https://www.30yearsstillyoung.com/t42841-drew-kavanagh

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyVen 25 Fév 2022 - 22:29



Au secours, un gala
Harold Elis
Je crois que mon interlocuteur est en bug. Oui, comme les ordinateurs. Et je crois que c’est la première fois. J’y suis peut-être allé trop fort, là. Il n’a sorti que deux mots. Quoique je ne suis pas sûr de pouvoir considérer "Euh" comme un mot. Ah, c’est bon, le rouge arrivait aux joues ainsi qu’un rire nerveux. Il était en vie, mais j’avais quand même probablement exagéré. Ou alors il ne s'était peut-être pas préparé tant que ça. En tout cas, j’avais une certaine fierté en moi, je lui avais posé une colle. Ça ne devait pas arriver souvent à cette encyclopédie vivante.
Il retrouvait enfin la parole un peu près en même temps que le feu passait au vert. C’était pour dire, qu’apparemment, j’avais un don sur ce genre de question. Ça me fit rire. Le pauvre, il n'était pas gâté avec moi. Il me faudrait être plus gentille avec lui. Il finit tout de même par reprendre conscience de la progression du feu tricolore puisqu’il reprit la route avant de formuler une réponse. J’écoutais attentivement, mais je ne pouvais m’empêcher d’observer la rougeur de ses joues qui augmentait le temps de ses paroles. Sa réponse, ne m’étonnait pas, oui, il avait déjà dit qu’il avait un faible pour les rousses. Je me souviens même avoir rougi la première fois qu’il l’avait évoqué. Maintenant, j’étais préparé, je souriais juste à ses paroles. En tout cas, j’étais forcé de constater que si parler de sexe le mettait dans le grand des malaises, il n’était pas si timide que ça.
J’allais prendre la parole, lorsqu’il enchaîna sur de nouveaux mots. Toujours sur le même thème. Il s’excusa dans un premier temps. Je ne compris pas pourquoi, mais sa dernière phrase m’apporta le complément d’information qui me manquait. Je sentis aussi sa main rejoindre la mienne, pour me rassurer. Mais il n'y avait rien à rassurer, j’avais posé la question par curiosité de caractère, moi non plus je n’aurais pas voulu que ça se passe autrement. Être son ami m’apporter bien plus qu’aurait pu m’apporter n’importe quelle nuit. Il avait su réveiller en moi des interrogations. Grâce à lui, je m’ouvrais un peu plus aux autres, bon, surtout la lui, mais c’était un début. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas fait confiance à quelqu’un de la sorte.

J'eus pour réflexe de venir recouvrir sa main, de mon autre main. De son côté, il était passé aux retours alcoolisés en taxi. Provoquant une nouvelle fois mon hilarité. Il était bien plus drôle que moi apparemment, peut-être que finalement les taximans ne se bâtais pas pour lui, mais au moins, il ne vomissait pas, c’était plutôt positif. L’espace d’un instant, je tachais de me souvenir comment on en était venue là. Et puis, il me demanda mon top dix des méchants de l’univers de Disney. Je n’étais pas dans la mouise. Jamais je n’avais fait de telle liste. Qu’allais-je répondre ?

Alors que j’y réfléchissais, j’entendais que j’aurais besoin de mes baskets. Ça me rendait encore plus confuse. Où pouvait-on se rendre en robe classe et en baskets ? Sois, c'était évident et je ne voyais absolument pas. Sois ce n’était pas si évident que ça. Pour mon estime de moi-même, j’espérais que ce soit le second. Pendant que me faisait cette réflexion, je sentis sa main quittée les miennes, alors qu’il énonçait une excuse. « Pourquoi ? » Je le regardais interrogateur. Pourquoi il s’excusait, pour avoir pris ma main ? Si vraiment, ça m’aurait dérangé, je l’aurais retiré et lui aurais dit. Du coup, il n’avait pas de raison pour s’excuser.

« À mon tour. » Oui, j’avais attendu qu’il finisse toutes ces paroles pour pouvoir émettre les miennes. Bon, c’était surtout parce que je réfléchissais entre deux de ces phrases, mais ça me permettait de rassembler toutes les miennes. « Déjà, je n’ai jamais suggéré que j’aurais voulu que ça se passe autrement. Puisque si ça aurait été le cas, j’aurais perdu beaucoup et le pire dans l’histoire, c’est que je ne m’en serais même pas rendu compte. Alors remercions le destin et je ne suis absolument pas vexé, si c’était ta crainte. » Je lui souriais. « Par contre, j'ai l’impression que tu aurais préféré que je te demande si tu avais un fantasme sexuel, plutôt que la question que j’ai posée. Je suis donc navré de t’avoir posé une colle, mais plutôt fière quand même. Je suis quasi-sûr de faire partie d’un tout petit nombre. » Je rigolais.

« Ensuite, tu as vraiment un top dix des méchants de Disney ? Mieux que ça, tu connais leur réplique ? Je suis impressionné. Pour répondre à ta question, non, tu ne m’as jamais fait la liste de ce top dix et je serais ravie de l’entendre. Par contre, je suis désolé de t’informer que je n’ai absolument pas de liste de ce genre. Et je ne suis même pas sûr de pouvoir te citer dix méchants de Disney. » Je lui adressai un rencard navré.

Quelques minutes, plus tard, le musée rentrait dans nos champs de vision. Harold s’arrêtait alors sur le côté de la route. Je le regardais avec étonnement. On allait quand même pas marcher jusqu'à là-bas ? J’étais en talons. Je compris alors, qu’il voulait juste me rassurer en s’assurant que ça se passe bien. Bon, d’accord, je n’étais pas très contente et à l'aise à l’idée de mis rendre. J’avais aussi refoulé plusieurs fois l’intention d’y aller, mais là, j’avais l’impression qu’Harold pensait que j’allais m’évanouir d’un instant à l’autre. Peut-être trop froncé ce rouge à lèvre.
En vérité, je lui étais reconnaissante d’être aussi prévenant, même si ça me poussait à m'interroger sur la tête que j’avais à l’instant. Surtout qu’il avait été de bonnes distractions pour le moment et que bien que j’avais souvenir de l’endroit où nous nous rendions et surtout de l’événement. Je vivais agréablement ce voyage. « Je vais bien, je ne vais pas m’évanouir, promis. Me casser la figure, je ne garantis pas, même si je vais faire de mon mieux. Mais, promis, je ne m’évanouirais pas. Et puis, tu es là donc je vais peut-être même m’amuser. » Bon, ça, je n'en étais pas si sûr. Ce n'était pas le genre de soirée où l’on pouvait rire librement sans finir, sacrifier par les regards hautains et je n’avais pas envie de mettre ma mère dans la gêne.

Une fois arrivé devant le musée, je retiens mon souffle un instant, rassemblant mon courage. Harold se pressa de sortir du véhicule pour venir m’ouvrir de l’autre côté. Je lui souris, je n’étais pas habitué non plus à ce genre d’attention. Sortant du véhicule, je me retrouvais face à lui, il en profita pour me faire un nouveau compliment. Je gloussais un instant tout en rougissant avant de lui sourire. « C’est une question de point de vue, pour moi ce que tu appelles, ride, représente ton esprit rieur qui ressort. Et tu n’en es que plus beau. »
© Laueee



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMar 1 Mar 2022 - 17:50


Au secours, un gala.
harold ft. drew

Malgré les minutes qui s’étaient écoulées depuis, la seule chose qui faisait un écho dans la tête de Harold étaient les mots « fantasmes… sexuels… » c’est vrai, il n’avait jamais réellement partagé ce genre de choses et encore moins avec Drew, puisqu’elle était comme une petite perle précieuse. Cependant autant c’était excitant qu’elle se lâche dans ce genre de sujet, autant ça pouvait gêner Harold sous toutes ses coutures à ne plus savoir quoi répondre. Il espérait donc qu’elle n’allait pas revenir sur ce sujet au courant de la soirée, sinon il serait bien obligé de devoir parler d’un sujet qu’on ne lui avait jamais réellement demander d’explorer… Sauf quelques fois, voilà quelques années passées ou encore avec Cade autour de quelques bières… Mais les conversations entre hommes, ce n’est pas pareil qu’être en présence d’une femme et de devoir être gentleman ! Bref, lorsqu’elle lui avait dit voilà quelques minutes qu’elle n’avait pas de top 10 des méchants de Disney, il se dit intérieurement qu’il allait très certainement y résoudre le problème. Quitte à ce qu’il la force à le faire, ils allaient regarder un marathon de film Disney et elle devrait noter les méchants !

Le véhicule qui s’approchait de l’endroit dans lequel ils avaient rendez-vous, pour Harold c’était comme aller se frotter gratin de Brisbane, des gens qu’il côtoyait malgré lui dans son milieu, donc il avait une certaine hâte de voir de qui il s’agirait et peut-être même reconnaître quelques personnes. Cependant, il ne connaissait personne ou presque personne qui soit amateur d’art et il craignait donc de ne pas avoir autant d’adepte qu’il aurait pût. Cependant Drew le rassura et ça, c’était tout l’or du monde qui était assise au côté passager. Il ne pourrait pas se permettre de la voir perdre sa confiance ou être mal à l’aise devant des gens et il serait tels un héros là pour la sortir. D’ailleurs, le reste du voyage, durant quelques minutes, fût relativement silencieux. Cependant, un nouveau souvenir gravé dans sa tête s’ajouta, lorsqu’elle sortit de cette voiture tels une fleur qui montre ses pétales devant le soleil. Il la sortit doucement du véhicule, la complimenta du fond du cœur et elle lui retourna à son tour un compliment qui remplit doucement ses pommettes d’une petite teinte rosée.

-Tu sais être flatteuse quand tu le veux… Mais ça reste que je suis persuadé que tu es la plus belle ici. D’ailleurs… Voici une première surprise pour cette soirée. Quand je l’ai vue, j’ai tout de suite pensé à toi… Et je sais que ça t’ira à ravir…

Il glissa sa main à l’intérieur de son veston pour en sortir une longue boîte recouverte d’un velours noir et ouvrit gentiment le fermoir. À l’intérieur se trouva un collier en or blanc avec des diamants de 0.10 carats. Il présenta le contenu à Drew avec un sourire pas peu fier de lui-même et le sortit doucement de la boîte. Il savait que Drew avait une certaine politique stricte en termes de cadeaux, mais il espérait vraiment qu’elle le garde et qu’elle veuille le porter fièrement, vu son allure tellement galante. Il lui donna la boîte dans ses mains durant quelques secondes, le temps de pouvoir ouvrir le fermoir du collier et de se glisser derrière elle pour y attacher le collier. Ses mains caressèrent sa nuque et le contact de leur peau entre le bout de ses doigts le rendit un peu nerveux, il ne pourrait pas mentir à ce sujet. Il lui attacha doucement et le plaça correctement pour qu’elle le porte sous son meilleur jour avant de venir se remettre devant elle.

-Tu es… Simplement sublime. Je sais que tu as horreur des cadeaux et encore plus qu’on t’en offre, mais ça te va tellement bien ! Wow…

Là tout de suite, il aurait envie que tout le monde la voie comme il la voyait, il était tellement fier de lui porter compagnie à cette soirée que c’était presque comme-ci à côté il faisait légèrement tâche. D’ailleurs, il replaça son veston, attacha le premier bouton et lui offrit son avant-bras pour qu’elle s’y accroche. Oui malheureusement ce genre de soirée accompagnée devait forcément avoir le visuel que le gratin aimait tant. Ce genre de mascarade durant lequel la femme était presque identifiée comme un objet accroché au bras de l’homme, mais Harold espérait fortement que Drew le connaissait assez pour savoir que jamais il ne la traiterait de la sorte. Si ce n’était que de lui, il irait même jusqu’à porter lui-même le collier, la robe et ferait la femme… Bon cependant il faudrait négocier pour porter les talons haut.

-Tu sais cette chanson, eye of the tiger, je pense qu’elle accompagnerait bien le Momentum de cette soirée…

Harold prit donc sa petite voix pour chanter, afin de ne pas attirer l’attention sur lui.

- It's the eye of the tiger, It's the thrill of the fight, Rising up to the challenge of our rival, And the last known survivor, Stalks his prey in the night, And he's watching us all, With the eye of the tiger !

C’était parti tels l’œil du tigre, Harold guida le duo vers la porte d’entrée du musée en laissant le portier ouvrir. Il tourna brièvement la tête vers Drew avec un clin d’œil et il la guida à l’intérieur. Aussitôt rentré, aussitôt ils avaient une ambiance à la tapis rouge hollywoodienne, avec les bouchées, les coupes de champagne et les violonistes qui jouaient pour accompagner l’ambiance. Quelques regards d’ailleurs se tournaient vers le duo en se questionnant sur qui il pouvait bien s’agir. Harold approcha sa bouche vers l’oreille de Drew avec un petit ton amusé.

-Je te paris 10$ qu’au moins un de ses riches nous confonds pour un petit couple… My darling, si tu veux bien nous présenter à ta mère ?

Harold sorti de sa veste le cadeau pour sa mère qu’il donna à Drew afin qu’elle l’offre aussitôt qu’elle croisait sa mère. Il scrutait le musé en observant les œuvres d’arts et en se disant intérieurement « ouep c’est confirmé, jamais je ne comprendrai quoi que ce soit à l’art… » c’était ironique d’une part puisqu’il avait tellement lu d’article, de recherche et de thèse sur l’art. Également c’était triste puisqu’il avait eu des nuits blanches à examiner de l’art sur des pages google.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kavanagh
Drew Kavanagh
les dialogues avec l'au-delà
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (22.11.87)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin Légiste
LOGEMENT : Bayside : Appartement au #544 Wellington Street
Au secours, un gala. | Harold Ry7z
POSTS : 3153 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Née a Dublin, elle y a vécu jusqu’à ses 6ans ¤ A grandit a Brisbane ¤ Est partie étudié a Sydney ¤ L’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait est mort tué par balle le 15.10.12 ¤ Retour à Brisbane en janvier 2020. ¤ Elle partage sa vie avec Nala, une British Shorthair depuis 2017 ¤ Elle pratique la courses a pied pour se ressourcer ¤ Elle est passionné par son métier, même si beaucoup le juge macabre ¤ Dynamique, souriante, râleuse, déterminé, douce, franche/sèche, intelligente, réfléchie, impulsive parfois, solitaire, rancunières.
RPs EN COURS : 2022
Février : Kalon ¤ Cade ¤ Albane ¤ Dae
Mars : Juliana ¤ Marvin
FB
Muiredach ¤ Théo
RPs TERMINÉS : Harold#1 ¤ Andrew

Abandonné:

AVATAR : Karen Gillan
CRÉDITS : Avatar : Pretty Girl Gif : Lolitaz & Gifhunts
DC : /
PSEUDO : Lady Bananas
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42739-drew-accueillir-toute-situation-comme-occasion-de-se-transformer-cest-grandir-veritablement https://www.30yearsstillyoung.com/t42818-drew https://www.30yearsstillyoung.com/t42841-drew-kavanagh

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMer 2 Mar 2022 - 0:44


Au secours, un gala
Harold Elis
Les dernières minutes de trajet, c'était passé plutôt silencieusement, mais ça n’avait pas été dérangeant. En tout cas, me concernant. L’ambiance avait été légère pendant tout le trajet et mon esprit en était encore imbibé. Rare étaient les personnes qui avaient de pouvoir sur moi. Celui de me faire oublier l’espace d’un instant ce qui me tracassait. Mais Harold, lui l’avait, pourtant, il ne faisait rien de spécial, il était lui-même. Et c’est justement ce qui était réconfortant chez lui, c’est qu’il ne donnait pas l’impression d’être quelqu’un d’autre, ou de coller à l’image d’un autre, il était lui et c’était reposant, apaisant même. Pas de faux-semblant, pas de masque, depuis le premier soir où nous étions rencontrés, nous avions été sincères. Qui pourrait rêver de meilleures bases pour une relation ?

Arrivé à notre premier point de destination (alors que j’ignorais toujours quel été le deuxième), mon cavalier vient me récupérer à la sortie de véhicule, me glissant un compliment au passage. J’avais alors à mon tour dit des paroles agréables sur son apparence, parce que oui, il était particulièrement élégant ce soir. Et que je ne voyais pas les rides dont il parlait. Je sus au moment où je vis le rouge à ses joues que j’avais réussies mon compliment. Les paroles que prononçait par la suite Harold confirmaient cette impression. La suite me confirmait qu’il ne s’avouerait pas plus élégant que moi. Je réfléchis le temps d’un instant à une réplique lorsque j’entendis le mot "surprise" résonner à mes oreilles.

Si ce premier mot m’avait surpris au point de me clouer le bec, les suivants en rajoutaient une couche. Mon esprit débattait, de manière confuse, l’ordre avait cessé d’y régner. Une partie pesait le pour et le contre d’accepter ce cadeau. Une autre partie se demandait comment je pourrais être redevable d’un tel geste. Une troisième se contentait d’indiquer à mon corps que faire le temps que le reste soit décidé. L’étonnement fut la première réaction qui s’afficha sur mon visage alors qu’il avait prononcé la première phrase tout en me montrant le présent. La rougeur avait dû ensuite prendre la place de son prédécesseur alors qu’Harold attachait le collier autour de mon coup. S’il avait la boite dans mes mains juste avant, une partie de mon cerveau était encore suffisamment active pour l’aider en attrapant mes cheveux d’une main, pour lui faciliter la tâche.

Le mode automatique s’arrêta lorsqu’Harold reprit la parole pour me complimenter une nouvelle fois. Il ajoutait que le collier m’allait très bien. Mon esprit eux un rire, moi, j’étais encore abasourdie. « Je n’ai rien contre les cadeaux. » Je me sentais juste redevable et mal-à-l'aise. « Mais là, c’est trop. Jamais je ne pourrais offrir un cadeau pareil. » Non, jamais je ne pourrais lui faire un cadeau de telle sorte. Même si j’ignorais, le prix de celui-ci, je le savais au-dessus de mes moyens. Harold gagnait bien mieux sa vie que moi, j’en avais toujours eu conscience, mais cette vérité semblait prendre plus de réalité à cet instant. Je portais la main au pendentif, comme pour m’assurer qu’il était bien réel. Je regardais l’homme en face de moi, je savais que le refuser, le blesserait et ça, je m’y refusais. « Tu es fou. » Je lui souriais « Tu n’aurais pas dû, vraiment pas, mais merci. »

Par la suite, il me présenta son bras. Je n’hésitais pas à le prendre. J’avais besoin de lui pour mon équilibre. J’avais beau savoir marcher avec des talons, je ne faisais pas partie des plus douée, alors tenir son bras me rassurait, pour la marche et pour le reste. Ce soir, il serait mon équilibre, quel que soit le sens que l’on peut donner à ce mot. Lorsqu’Harold reprit la parole pour me parler d’Eye of the tiger, je ne compris pas sur le coup. Pas parce qu’il s’exprimait mal, mais parce que je cherchais l’espace de quelques secondes à quelle musique ça correspondait. Mon esprit savait qu’il connaissait, il savait que si quelqu’un l'a joué à cet instant, il dirait "Mais oui ! Bien sûr ! C’est celle-ci." Mais sur le coup, il ne se souvenait pas. Ce ne fut que lorsqu’Harold ce mis à la chanter que je pensais "Mais oui ! Bien sûr !". L’image qu’elle insufflait par la suite me provoquait un rire léger. Nous étions prêts.

Une fois les invitations présentées, Harold prit l’initiative de nous guider dans le feu de l’action. Je me laissais entraîner par lui, il semblait savoir que faire, ça me rassurait. Une fois au centre de l’action, je réalisais combien la soirée était faite pour le gratin de la ville. Plus que jamais, je me sentais étrangère. Les yeux, c'était tournait vers nous, ce à quoi Harold fit un commentaire. « Facile de parier lorsque l’on est certain de gagner. Ne compte pas sur moi pour le tenir. » L’idée qu’on me croit en couple avec Harold ne me dérangeait pas. Elle me rassurait presque, ça m’éviterait peut-être des conversations malséantes.

Alors qu’Harold m’invitait à lui présenter ma mère, je lui rendis le cadeau qu’il m’avait tendu. « C’est ton présent, pas le mien, c’est à toi de lui offrir. » Et c’était non négociable. « Au fait, je dois t’informer d’une possible déception pour toi. Il semblerait que j’aie hérité d’un gène récessif de mes deux parents. » En clair, j’étais rousse, mais pas eux. Alors que je commençais à fouiller la foule des yeux, un homme se dirigeai droit vers nous. Un âge entre cinquante-cinq et soixante ans, il avait des cheveux poivre et sel, il portait un costume et me souriais. Je reconnus mon père sans difficulté, même si je n’avais pas l’habitude de le voir avec une telle tenue. Arrivé à notre hauteur, il prit la parole. « Bonsoir ma chérie, tu es magnifique. » L’une des premières choses que l’on pouvait noter, c’était son accent. Si j’avais hérité de rousseur irlandaise, je n’avais garé aucun accent de mon pays natal, l’ayant quitté bien trop tôt. Ce n’était pas le cas de mon père, dont l’accent était très marqué. C’était aussi le cas de ma mère. Quant à ces paroles, il les accompagna d’un geste très familier puisqu’il vient poser une bise sur mon front, comme il le faisait à chaque fois qu’il me saluait depuis aussi loin que je me souvenais.

Avant que je n’eus le temps de répliquer, il se tournait vers mon cavalier. « Bonsoir, je suis Declan Kavanagh, vous devais être… » Si j’avais hérité ma difficulté de retenir les noms de quelqu’un, c’était bien de lui. « Harold, c’est Harold. » « Oui, c’est ça, excusez-moi, les noms et moi... Ravis de vous rencontrer. » L’espace d’un instant, j’envisageais de préciser qu’il s’agissait de mon père, puis je me souvenu qu’Harold avait suffisamment de raisonnement pour l’avoir compris et que je n’avais pas besoin de le préciser. Limité, ça pourrait l’insulter. J’attendis que mon ami réplique avant de reprendre la parole. « Tu sais où est M’an ? » C’était un peu pour elle qu’on était là et normalement mon père n’était jamais loin d’elle lors de ce genre de soirée. Or, aujourd’hui, je ne la voyais toujours pas. « Elle présente l’exposition à l’un de financeur en personne. Elle devrait être de retour d’ici peu de temps. » Je souriais à mon père, pour le remercier. Ce dernier se tournait alors vers Harold. « Vous appréciez l’art ? » Je fermais un instant mes yeux pour retenir un soupir. Mon père avait la même passion pour l’art que moi. C’était un scientifique, il avait plus facile avec le concret. Et si ces connaissances en art étaient assez bonnes, c’était surtout dû au fait qu’il avait épousé ma mère qu'à un réel intérêt pour ce dernier.

Je ne sais pas exactement combien de temps, il se passait après ça. Mon esprit était un peu contradictoire. D’un côté, il semblait s’être passé une éternité, mais en réalité, seule quelque minutes passèrent. Dans les deux cas, j’aperçus au loin ma mère revenir dans la pièce. Je la vis chercher mon père et lorsque nos regards se croisèrent, je vis le sourire s’élargir sur son visage. À cet instant, je sus que j’avais bien fait de venir. « Maman arrive. » J’informais les garçons alors que cette dernière prenait notre direction. Contrairement à mon père, ses cheveux étaient encore châtains, mais je savais que c’était parce qu’elle les colorait. Elle aussi avait enfilé une robe noire et des talons, mais elle paraissait bien plus à l’aise que moi. « Tu es venu. » Elle attrapa ma main de libre pour la prendre dans la sienne et la serrée. Je lui souriais. « Pour toi et grâce à Harold. » Elle me sourit de plus belle avant de se tourner vers ce dernier. Cette fois, je fus plus réactive. « Harold, laisse-moi te présenter ma mère, Mairenn. »
© Laueee





Dernière édition par Drew Kavanagh le Mer 2 Mar 2022 - 21:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMer 2 Mar 2022 - 15:29


Au secours, un gala.
harold ft. drew

Drew avait remis le cadeau dans sa main et il le replaça doucement dans la poche de son veston discrètement. Il n’allait pas commencer à se battre avec Drew sur l’idée de ne pas vouloir donner le cadeau! Encore ce n’était pas la force de Harold de devoir brisé ce mur pour connaître quelqu’un, mais là offrir un cadeau et en plus à la mère de Drew? Il avait intérêt à sacrément assurer! À la vue de la couleur de la tête des gens qui étaient nombreux à la soirée, ce qui était réconfortant chez lui, c’est qu’il ne donnait pas l’impression d’être dans un endroit finalement qui sortirait de ses habitudes. Effectivement, Harold avait plutôt une habitude inverse, une incapacité à endurer ou se mêler à des gens de son âge. Cependant alors qu’il allait faire une blague sur la moyenne d’âge des gens dans la pièce, un homme approche et Harold replaça doucement ses lunettes sur son nez en écoutant la voix remplie de chaleur de l’homme. Sans même le savoir, Harold pouvait deviner qu’il s’agissait du père de Drew. Un homme qui a ce genre de regard, cette énergie, ce petit côté admiratif de la beauté de son enfant. L’homme s’approcha d’ailleurs de Harold, lui disant être ravi de le rencontrer et Harold d’un franc sourire lui dit tout simplement

-C’est un plaisir partagé Monsieur Kavanagh!

Harold lui offrit sa main pour une poignée de mains, signe d’échange d’un certain respect mutuel et la serra bien évidemment d’une poignée ferme. D’ailleurs il se surprit que l’homme en eût tout une également. Une poignée brève, puissante et arborant tous deux un sourire, cependant ce qui brisa le contact fût la douce voix de Drew qui demanda s’il savait où était sa mère. Tiens, c’est vrai, Harold pensa dans sa tête « j’ai bien failli oublier qu’elle aussi est ici ». C’est quelque chose que Harold ne connaît pas malheureusement. Pendant que Monsieur Kavanah répondait à Drew, Harold scrutait du regard autour de lui ce qui était présenter, ce qui était démontré par l’exposition, avant d’entendre la voix de l’homme lui revenir avec la question toute simple, est-ce qu’il appréciait l’art. Drew savait que la goupille de la grenade venait d’être tirée et que Harold avait été entraîner dans un un tunnel de connaissance. Il observa brièvement Drew et reposa ses yeux sur son père.

-L’art? Évidemment! Je suis plutôt un grand fan de peintre impressionnistes ou encore de peintre romantique! Vous savez qu’aux enchère une fois j’ai bien failli mettre la main sur une peinture de August von Wille!

Il pouvait déduire au regard de son père qu’il ne s’attendait pas à trouver chaussure à son pied sur ce domaine et la discussion dura franchement quelques minutes. Les deux hommes avaient trouvé quelques points communs à ce sujet et rapidement ils déviaient dans toute sortes de sous-sujets! Que ce soit pour parler d’artiste de technique d’art ou même de grande peinture connue. D’ailleurs ils ont même échangé un rire commun au sujet de Picasso, c’est pour dire à quel point ils avaient été envahis dans le sujet. Cependant comme tels, toute bonne chose à malheureusement une fin, puisque Drew leur fait signe que leur mère est à l’approche! Voilà donc le moment fatidique, la génitrice de Drew! Celle qui avait permise d’avoir ce petit miracle sur cette planète. Harold préféra ne rien dire et laisser la discussion entre sa mère et elle briser la glace pour le moment. Une fois de plus, Harold assistait à ce genre de chose qu’il n’avait pas connu puisqu’il n’avait pas eu des parents qui organisait ce genre d’événement, donc il ne savait pas ce que ça pouvait faire, quel sentiment de fierté pourrait être ressenti au travers de se montrer à un événement pareil. Harold fût d’ailleurs emmener à adresser un mot, puisqu’il fut présenté à la mère de Drew. Il s’empara très gentiment de la main de la mère de Drew pour y déposer un bref baiser dessus.

-Un vrai honneur pour moi. Permettez-moi de vous dire que c’est un honneur d’être invité ici et je l’espère, nous pourrons aller voir vos œuvres en votre compagnie!

Harold fit un sourire sincère et balaya son regard entre elle et le père de Drew, avant de regarder Drew dans les yeux. Il s’y perdait, c’était son monde, que pouvait-il dire. Tout ce qu’il espérait c’est qu’elle n’allait pas somnoler durant ses quelques minutes brèves d’interaction. D’ailleurs, le petit moment de silence permit à Harold de se rappeler qu’il avait un présent pour elle, autant le donner tout de suite, puisqu’il voulait profiter du moment où ils étaient à l’écart pour en profiter. Il prit donc les billets qui étaient dans sa poche pour les présenter à sa mère.

-D’ailleurs, vous me rappeler, pour féliciter ses dernières semaines d’organisation qui auront certainement été difficile… Votre fille et moi-même aimerions vous offrir deux billets dans un salon manucure et massage. Ce sont deux billets qui comprennent le forfait complet et vous pourrez y emmener qui vous voulez. Peut-être bien vous monsieur Kavanagh ?

Il lui fit un petit clin d’œil discrets avant que tous échangent un petit rire collectif. Harold laissa le silence reprendre pour sa part en laissant ses parents échanger avec Drew brièvement. Harold souleva d’ailleurs le regard lorsqu’il aperçut un homme dans la mi-cinquantaine dans un costume couleur pourpre s’approcher de la petite famille et de Harold. Il eu un petit rire et prit la parole.

« Harold Elis ? Declan, tu connais cet homme ? C’est une bête en finance ! Comment t’as fait pour avoir ce mec ici! »
-Veuillez m’excuser, je vais juste aller saluer un vieil ami. Je vous laisse entre vous très rapidement.

Harold glissa une main dans le dos de Drew pour la rassurer, en essayant de lui dire « ne t’en fais pas, je suis là » et il salua de la tête les parents de Drew en s’éloignant pour leur parler entre eux. Il s’approcha de son vieil amis, son mentor même et lui serra la main en échangeant un rire franc avec lui.

-T’es pas fan d’art, t’es fan de finance, qu’est-ce que tu fais ici!
« je connais la famille, c’est moi qui finance pour eux, je les aide à organiser l’événement… Toi d’où tu connais ses gens! »
-Tu vois leur fille, c’est une perle… Le genre de personne que j’ai rencontré et que j’ai pas l’intention de jamais laisser tomber…
« Toi? T’es un cavalier solitaire Harold… Cependant je vais te filer un tuyau, tu veux faire plaisir à sa mère? Tu peux acheter une de ses œuvres… »

Les deux hommes discutèrent durant quelques minutes et Harold serra une poignée de main avant qu’il retourne discrètement s’amarrer aux côtés de Drew en les laissant terminer de discuter entre eux. Il avait un petit sourire en coin qui allait probablement lui valoir de se faire étrangler par Drew, mais il aviserait sur le moment. Il venait d’acheter 1 tableau à sa mère, soit celui qui était selon Harold parfait pour son salon. Cependant, il la laisserait le découvrir par elle-même d’ici quelques minutes.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kavanagh
Drew Kavanagh
les dialogues avec l'au-delà
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (22.11.87)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin Légiste
LOGEMENT : Bayside : Appartement au #544 Wellington Street
Au secours, un gala. | Harold Ry7z
POSTS : 3153 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Née a Dublin, elle y a vécu jusqu’à ses 6ans ¤ A grandit a Brisbane ¤ Est partie étudié a Sydney ¤ L’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait est mort tué par balle le 15.10.12 ¤ Retour à Brisbane en janvier 2020. ¤ Elle partage sa vie avec Nala, une British Shorthair depuis 2017 ¤ Elle pratique la courses a pied pour se ressourcer ¤ Elle est passionné par son métier, même si beaucoup le juge macabre ¤ Dynamique, souriante, râleuse, déterminé, douce, franche/sèche, intelligente, réfléchie, impulsive parfois, solitaire, rancunières.
RPs EN COURS : 2022
Février : Kalon ¤ Cade ¤ Albane ¤ Dae
Mars : Juliana ¤ Marvin
FB
Muiredach ¤ Théo
RPs TERMINÉS : Harold#1 ¤ Andrew

Abandonné:

AVATAR : Karen Gillan
CRÉDITS : Avatar : Pretty Girl Gif : Lolitaz & Gifhunts
DC : /
PSEUDO : Lady Bananas
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42739-drew-accueillir-toute-situation-comme-occasion-de-se-transformer-cest-grandir-veritablement https://www.30yearsstillyoung.com/t42818-drew https://www.30yearsstillyoung.com/t42841-drew-kavanagh

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyMer 2 Mar 2022 - 21:46



Au secours, un gala
Harold Elis
C’est en assistant à la conversation entre Harold et mon père que je réalisais que j’avais vraiment délaissé l’art dans mes apprentissages. Je connaissais les noms les plus connus ainsi que les œuvres, mais sans forcément savoir à quoi ça correspondait. Je n’étais assurément pas la digne fille d’une conservatrice, heureusement pour moi, ma mère était la première à dire que l’art était quelques choses de très subjectif. Ou alors, elle s’était résolue à ne pas partager sa passion avec moi. L’idée me fit un pincement au cœur. Il me faudrait peut-être persister un peu plus dans ce domaine, qui sait, je finirais peut-être par apprécier certains artistes.

La venue de ma mère avait cassé la discussion que je ne suivais finalement plus puisque je m’étais perdu une nouvelle fois dans mes pensées. L’arrivé de cette dernière me permit de reprendre la parole un court instant puisque je la présentais à Harold, car finalement, nous étions là pour elle. Je crus percevoir un moment de surprise dans les yeux de ma mère lorsqu’Harold lui pris la main, mais elle ne dit rien et laissa l’homme parlait. Moi, je tiltais sur le fait d’aller voir les œuvres. Je savais bien que c’était un passage quasiment obligatoire, mais j’aurais préféré l’éviter. En plus, j’étais quasi certaine de ne connaître aucun des artistes pour le coup, non parce que l’art moderne, sûr, je ne serais pas adhéré. « C’est gentil à vous, même s’il ne s’agit pas de mes œuvres aux sens propres. Je me suis contenté de les rassembler pour cette exposition. J’espère qu’elle plaira au plus grand nombre. » J’entendis mon père dire un, j’en suis sur ma chérie, alors que moi, je préférais me taire. Je savais que mon talent en paroles rassurantes était limité lorsqu’il s’agissait d’une exposition d’art.

Ce fut après un mince silence qu’Harold reprit la parole pour offrir son présent. Comment ça votre fille et moi-même ? Je n’avais rien fait dans cette histoire. Je n’avais absolument pas participé. Le traître. Je me promis de lui faire payer plus tard. Offrir des cadeaux ne me gênez pas, mais je préférais, mais je n’aimais pas être rattaché à un cadeau dont je n’avais absolument pas participé. Le rire collectif me ramena à la réalité. Puis ce fut ma mère qui prit la parole. « Merci à vous pour l’intention, mais vous n’auriez pas dû. » Je ne sais pas si c’était mon sourire crispé ou si elle avait juste une bonne intuition, mais elle adressa ces remerciements à Harold seul.

Notre petit groupe fut interrompu par un homme en costume pourpre. Si je ne le connaissais pas, ça ne semblait pas être le cas du reste du groupe. Harold finit même par rapidement s’excuser pour aller parler avec cet individu. « C’est qui ? » J’avais questionné mon père, puisque l’inconnue avait prononcé son prénom, mais c’est ma mère. « L’un de nos financeurs, ton ami semble connaître du monde. » Je me contentais de hocher de la tête, je savais juste qu’Harold travaillait dans la finance et qu’il s'était interrogé sur mon appartenance à une quelconque mafia le soir de notre rencontre, mais je n'avais pas cherché à en savoir plus. « L’exposition est telle que tu la voulais ? » « Oui, nous avons réussi à avoir des œuvres d’un peu partout » Ma mère partie alors dans un florilège de parole pour indiquer de quel pays venait les différents artistes. Si je savais plus ou moins localisé les pays cités, j’ignorais complétement qui était les artistes. Elle fut interrompue par un trait d’humour de mon père qui me fit rire, ce qui ranima un peu ma participation à la conversation. « Au fait, joli collier. » Alors que ma mère vient l’attraper avec sa main pour mieux le voir, je sentis le rouge monter à mes joues. Encore gêné par ce présent qui n’avait pas échappé aux yeux de lynx de ma mère. En même temps, j’avais tellement peu de bijoux, qu’elle devait les connaître par cœur. « Merci. » Je sentis alors le regard insistant de ma mère, qui voulait en savoir plus. Je le savais, mais je choisis une échappatoire. « Comment vont les koalas, papa ? » Mon père n’attendait pas plus longtemps pour parler des pensionnaires du parc avec lequel il travaillait régulièrement. J’écoutais d’une oreille distraite, je savais que je n’éviterais pas les questions de ma mère éternellement. J’y passerais, même à coup sûr, courant les prochains jours.

Harold se rapprochait de nouveau de nous alors que mon père finissait de parler de l’évolution des koalas depuis leur arrivée au centre. Je notais le sourire en coin de mon cavalier, mais avant d’avoir pu dire quoique ce soit, ma mère pris la parole. « Je sais que vous auriez voulu que je vous montre personnellement l’exposition, mais malheureusement, je suis attendu ailleurs. J’espère que vous ne m’en voudriez pas. » Elle indiqua l’un de ces collaborateurs qui semblait l’attendre un peu plus loin. « Vous pouvez tout de même faire un tour par vous-même, je serais ravi d’avoir vos avis. » Elle nous sourit, puis se tourna vers moi. « Merci d’être venu. » Elle me serra rapidement dans ses bras. « Au plaisir monsieur Elis et merci d’avoir accompagné Drew, je sais que vous y êtes pour beaucoup dans sa présence. » Elle s’éloigna alors pour rejoindre son collègue. Mon père se tourna alors vers nous. « Je serais resté volontiers avec vous, mais je suis sûr que vous voudriez vous sauver au plus vite. » Il me fit un clin d’œil, je n’étais définitivement pas un mystère pour mes parents. « Bonne soirée à vous. » Après un dernier sourire, il alla rejoindre un homme qui se trouvait un peu plus loin et qu’il paraissait connaître. Moi, je me tournais vers Harold « Pourquoi se sourire en coin ? »
© Laueee



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyJeu 3 Mar 2022 - 17:31


Au secours, un gala.
harold ft. drew

Vraisemblablement, s’il y avait bien une chose que Harold aurait parié, c’est qu’il se ferait reconnaître à ce genre de soirée et c’était chose faîtes. Cependant une légère déception au visage, il ne pût avoir la satisfaction qu’il aurait souhaité pour aller voir les toiles organisées par sa mère, mais il se contenterait de ce bref échange qui démontrait tout l’or du monde. Il la laissa évidemment prendre Drew dans ses bras en gardant un sourire aimable, puisqu’il était touché en quelque sorte par ce lien qu’elle avait avec sa mère et salua la mère d’un signe de tête, reconnaissant d’avoir pût la rencontrer. Quant à son père, il prit une posture un peu plus droite et lui serra la main en appuyant sa deuxième main sur son avant-bras, signe de reconnaissance et de respect en affaire. Harold les laissa s’éloigner en tournant doucement la tête vers Drew qui semblait le regarder avec un petit air intrigué et il se mordit doucement la lèvre inférieure en étirant un petit sourire joueur. Drew connaissait ce sourire, elle savait qu’il n’allait pas annoncer quelque chose qui allait lui systématiquement lui plaire. À vrai dire Harold craignait presque même qu’elle ne se fâche ou ne démontre le moindre signe d’objection contre le geste de Harold qui avait été, sincèrement, commit en bonne volonté.

-Et bien tu sais quand je t’ai parlé que chez moi j’aurais aimé redécorer le salon de la villa… Que je ne savais pas trop quoi y mettre ou que je ne savais pas trop quel objet pourrait remplir les murs?

Toujours accroché à sa partenaire, il l’emmena doucement devant une peinture d’une taille moyenne qui représentait de l’art abstraite. Les couleurs de la toile étaient nuancé entre le bleu et l’orange, démontrant un genre de ciel et de maison… Ou alors de fruit dans un verre d’eau. Malheureusement c’est la joie de l’art abstraite, tout le monde s’y perd à regarder une telle toile et personne ne peut jamais décoder ce qu’il voit sans avoir la même vision qu’une autre personne.

-On appelle cette toile bleutée approfondie, bon personnellement je ne sais pas pourquoi le nom ne me parle pas du tout, mais elle a été peinte et mise en avant par ta mère et son organisation on ne peut plus méticuleuse. Je parlais avec un associé qui m’expliquais un peu ce que ta mère faisait de ses toiles et surtout ce qu’elle faisait des fonds récoltés pour avoir organiser un tels événement et j’ai voulût donner ma contribution…

C’est vrai, à la base pour faire le grand geste, Harold aurait pût très bien acheter toutes les toiles sans le moindre problème, mais il n’aurait jamais su quoi en faire d’environ une centaine de tableau. Sans manquer de respect à qui que ce soit, pour Harold l’art avait déjà son lot de mystère, alors si en plus il devait avoir tous les murs de sa villa recouverte de tableaux à ne plus savoir quoi en faire… Il se serait complètement détesté pour ce choix de vie! Bref il vint doucement enlacer ses doigts dans ceux de Drew, principalement pour qu’elle ne vienne pas lui décocher une tape derrière la tête, surtout vus le prix des toiles, mais qu’elle comprenne le beau geste et il soupira avec un petit sourire.

-J’ai peut-être acheté cette toile ? Je sais, j’ai aucune obligation de quoi que ce soit envers toi, ni ta famille… Mais j’apprécie ce que ta mère fait et pour elle ce ne sera qu’un gentil donateur anonyme qui l’aura racheté…

Il tourna doucement son regard dans le sien en haussant doucement les épaule l’air de dire « tadaaaa » en couinant légèrement, de peur qu’elle ne lui arrache la tête. Certes Drew était passive et loin d’avoir ce genre de réaction colérique, mais ce soir beaucoup d’émotion était dans les airs et Harold n’avait jamais poussé ce genre de chose chez elle. Autant dire que pour Harold, l’émotion pouvait le pousser à dire ou faire certaine chose qu’il pouvait facilement regretter par la suite.

-Voit le bon côté des choses, tu as officiellement une raison de venir chez moi, trouver le mur qui correspond parfaitement à la toile et… l’accrocher avec moi ?

Il eut un petit rire et se tourna vers elle pour lui faire face. Il attrapa d’ailleurs discrètement ses deux mains pour la regarder dans les yeux. Derrière ses lunettes, il sentit un peu de gêne monter, puisqu’il ne s’était pas imaginer que ce serait aussi stressant.

-Tu sais Drew, je sais que je ne suis pas toujours facile à décoder, mais je tiens à t’avouer quelque chose… Tu es de loin, une amie en or que personne ne pourrait rêver d’avoir. Depuis que je te connais et ce grâce à Newton, rappelons-nous, il ne se passe pas une seule journée, sans que je remercie ce chat de m’avoir envoyé ta petite tête de rouquine dans ma vie.

Il se pencha doucement pour venir embrasser sa joue et susurra doucement dans son oreille.

-Comme fantasme, je dirais que je suis incapable de résister à de la dentelle. Mais ça, tu le gardes pour toi.

Il eut un petit rire en se redressant et lui fit un clin d’œil avant de la reprendre tendrement à ses côtés, se râclant la gorge. Il n’avait pas menti, il avait lu sur le sujet et avait essayé de s’améliorer pour être de meilleure adversité face à Drew lorsqu’elle lui présentait ce genre de dilemme ! Il fixa donc le tableau en se disant « c’est un bateau dans l’océan ou une tangerine sur un fond océanique… ». Il entrelaça de nouveau ses doigts avec ceux de Drew.

-Tu me dis si tu veux filer en douce, je ne pense pas que personne ne te remarquera, à moins évidemment que tu souhaites voir un peu plus de tableau, ce choix t’appartient bien évidemment.

Encore une fois, ce moment pouvait se graver dans la tête de Harold, c’était une soirée parfaite.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kavanagh
Drew Kavanagh
les dialogues avec l'au-delà
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 34 ans (22.11.87)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Médecin Légiste
LOGEMENT : Bayside : Appartement au #544 Wellington Street
Au secours, un gala. | Harold Ry7z
POSTS : 3153 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Née a Dublin, elle y a vécu jusqu’à ses 6ans ¤ A grandit a Brisbane ¤ Est partie étudié a Sydney ¤ L’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait est mort tué par balle le 15.10.12 ¤ Retour à Brisbane en janvier 2020. ¤ Elle partage sa vie avec Nala, une British Shorthair depuis 2017 ¤ Elle pratique la courses a pied pour se ressourcer ¤ Elle est passionné par son métier, même si beaucoup le juge macabre ¤ Dynamique, souriante, râleuse, déterminé, douce, franche/sèche, intelligente, réfléchie, impulsive parfois, solitaire, rancunières.
RPs EN COURS : 2022
Février : Kalon ¤ Cade ¤ Albane ¤ Dae
Mars : Juliana ¤ Marvin
FB
Muiredach ¤ Théo
RPs TERMINÉS : Harold#1 ¤ Andrew

Abandonné:

AVATAR : Karen Gillan
CRÉDITS : Avatar : Pretty Girl Gif : Lolitaz & Gifhunts
DC : /
PSEUDO : Lady Bananas
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42739-drew-accueillir-toute-situation-comme-occasion-de-se-transformer-cest-grandir-veritablement https://www.30yearsstillyoung.com/t42818-drew https://www.30yearsstillyoung.com/t42841-drew-kavanagh

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold EmptyJeu 3 Mar 2022 - 22:40



Au secours, un gala
Harold Elis
J’observais suspicieusement mon cavalier après avoir noté le sourire en coin avec lequel il était revenu vers nous. Maintenant, que je l’avais interrogé sur ce fameux sourire, le voilà qu’il se mordait la lèvre inférieure avant de sourire de nouveau. Je n’avais donc pas rêvé, que préparait-il ? Ou qu’avait-il fait ? Je comptais le temps qu’il s'était absenté dans ma tête, il n’avait pas été si long que ça. Qu’aurait-il pu faire en si peu de temps ? C’est au milieu de toutes ces questions que j’entendis, Harold parlait de la décoration de son salon. Je fronçais du regard, pourquoi évoquait-il ce sujet ? Oui, il en avait parlé et j’avais noté dans une partie de mon esprit, mais je ne mettais pas plus interrogé que ça sur ce sujet. Il faut dire que j’ignorais totalement à quoi pouvait ressembler son salon, alors sa redécoration, j’étais bien loin de pouvoir en avoir une idée.

L’étonnement devient encore plus grand alors qu’il m’amenait devant un tableau bleu et orange. Il me donna ensuite des informations sur l’œuvre, a commencé par son nom, puis par le travail qu’avait fait ma mère le concernant. J’étais impressionné par le nombre d’informations qu’il avait réussi à avoir en si peu de temps, mais je ne comprenais toujours pas pourquoi il me les donnait. Je n’étais peut-être pas une amatrice d’art, mais je savais que ma mère était douée dans son domaine. Ce qui lui avait justement permis d’accéder à plusieurs postes plutôt prestigieux dans le domaine de l’art. Quant à la toile en elle-même, elle ne me parlait pas, la seule chose que j’avais remarquée, c’est qu’il y avait de l'orange et que c’était la couleur préférée d’Harold. Le soir de notre rencontre, il avait même évoqué le fait qu’il achetait parfois des objets juste parce qu’il avait cette couleur.

L’information qu’il avait acheté la toile fut quand même un choc. Bon, il avait placé le mot "peut-être", mais c’était plus de la politesse pour faire passer de la pilule. Il évoquait alors l’absence d’obligation envers moi et ma famille. À mon avis, il se doutait que j’allais contester sur ce point. Il m’informait aussi qu’il l’avait fait de manière anonyme. Je ne savais pas que pensait de ça. À part qu’il y avait de l'orange et que j’aurais probablement dû le voir venir. Moi, quand je voulais redécorer une pièce, je changeais un meuble ou je donnais un coup de peinture au mur. Lui, il achetait un tableau qui valait plus cher que mon appartement ainsi que tout ce qu’il y avait dedans. Une fois encore, je me rendais compte qu’on ne vivait pas dans le même monde. « Et changer de canapé, comme tout-le-monde, c’était trop simple ? »

Harold repris alors la parole pour annoncer que j’avais à présent officiellement une raison pour aller chez lui. Je fronçais une nouvelle fois des yeux. Pour quelle raison avait-il besoin de moi pour accrocher un tableau ? Je n’étais pas sûr d’être de très bon conseil sur ce sujet. La preuve en était, je ne voyais qu’un jeu de couleur entre du bleu et de l’orange. Alors l’emplacement idéal du tableau dans le salon, je n’étais pas sûr d’être d’une grande aide. Et puis, pourquoi avait-il besoin d’une raison officielle ? Et qu’entendait-il par officiel ? Une invitation à venir, c’était une raison officielle, non ? Ou il lui fallait absolument une cause valable ? J’avais par moments un peu de mal à suivre son esprit.

J’allais me tourner une nouvelle fois vers le tableau lorsqu’Harold attrapa ma deuxième main. Je me tournais alors vers lui et une nouvelle fois, il me surprit. Je souriais en retour de ses paroles, elle me touchait énormément, mais s’il estimait avoir de la chance de cette rencontre, j’en estimais tout autant, voir peut-être même plus. Mais ça, on ne serait le comparer, car c’était basé sur des points de vue subjectifs et son incomparable en tant que tel. Vient alors le moment où il me parla de son fantasme. Je ne pus que rire a sa déclaration. Il y avait vraiment pensé depuis tout à l’heure ? En plus, je n’avais pas réellement posé la question. Juste suggérais que j’aurais pu la poser. « Même pas en suggestion a quelqu’un ? » Je lui souriais de nouveau.

J’observais un instant Harold voir le tableau, il semblait vraiment y voir quelque chose. Je n’osais pas le déranger sur le moment, c’est donc lui qui brisa de nouveau le silence pour me proposer de filer en douce. « Moi, je ne vois que des couleurs dans ces tableaux. Et ne rien comprendre m’agace particulièrement. » C’était certainement pour ça que je n’aimais pas tellement l’art abstrait. Parce que je n’arrivais pas à en comprendre le sens. Et pour moi, qui avais toujours cherché à tout comprendre, ça devait être au-dessus de mon esprit.

Nous n’avions pas encore bougé. Nous étions encore devant le tableau bleu et orange, mais sur le point de partir. Je profitais des secondes de flottement. « Tu sais que tu n’as pas besoin de raison pour quoi que ce soit ? Tu veux que je vienne chez toi, invite-moi, je serais toujours ravie de passer du temps avec toi. Tu dois me connaître bien plus que toutes les personnes que j’ai pu rencontrer au cours des dernières années. Et ça ne m’effraie pas. Au contraire. J’aime beaucoup le temps que l’on passe ensemble. » Je souriais, puis tournais ma tête vers lui. « Parfois, j’ai l’impression d’être dangereuse pour toi. Peut-être dû à ta passion pour les rousses. » J'eus un rire. « Mais égoïstement, je préfère ignorer cette intuition. » Je reposais mes yeux sur le tableau une dernière fois avant d’entraîner mon cavalier loin de ce dernier en direction de la sortie. Il aurait tout le temps qu’il voudrait pour l’admirer une fois qu’il serait dans son salon.
© Laueee



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Au secours, un gala. | Harold Empty
Message(#) Sujet: Re: Au secours, un gala. | Harold Au secours, un gala. | Harold Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Au secours, un gala. | Harold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-