AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres Radieux EB10
Voir le deal

 being afraid of your own mind || Basile #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas Beauregard
Thomas Beauregard
le changement de bord
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans (non assumés) (29.02.1980)
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : L'aventure avec Allan n'aura pas duré longtemps: il a quitté la maison du jour au lendemain.
MÉTIER : rear admiral de la royale Navy, un nouveau post, plus de responsabilité et un nouveau départ
LOGEMENT : A récemment emménagé dans une belle villa à Bayside
being afraid of your own mind || Basile #2 Tumblr_pavvadUCKj1rdi4r7o1_500
POSTS : 5989 POINTS : 90

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : amiral de la royal navy, soldat épanoui, père heureux + Divorcé de Ida en 2017 + Divorcé de Myrddin en 2019 + père de Alexander (14 ans), Clara et Arthur (7 ans) + aîné d'une grande fratrie + amoureux de la mer
RPs EN COURS : 4/5
Autumn #1Holden #1Cian #16Tessa #1



RPs TERMINÉS : CharlieCian #3Cian #2 (fb)ElwynAuden #1Elora #3Freya #1EzraAlex #1Casey #1 (FB) Casey #1 (FB)Cian #5Cian #6Cassandra #1Allan #1 Levi #1Jasper #1Cian #11JamesonBroregard • • Allan • ○Cian #7Cian #9 Cian #8Cian & Amos(FB)Allan & Cian (FB)Cian #8Allan #4Gregory #1Cian #9 Allan #5Kate #1Shiloh #1Olivia & EzraNathan #1Cian #10Holden #1Milo #1Broregard (DS)Beauregard +1Katherine #2Nathan #2Solveig #1Cian #13Cian #14BroregardBasile #1Cian #15Amos #1Ashley #1

AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, dessin du profil Joseph ♥
DC : Clément & Martin & Louisa
PSEUDO : Sundae
Femme (elle)
INSCRIT LE : 12/03/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard https://www.30yearsstillyoung.com/t30863-thomas-o-clement-o-martin-o-louisa

being afraid of your own mind || Basile #2 Empty
Message(#) Sujet: being afraid of your own mind || Basile #2 being afraid of your own mind || Basile #2 EmptyMer 2 Mar - 23:16



D'un pas lent, je traverse le chemin qui mène à la porte d'entrée de ma maison. En chemin, je défais le nœud de ma cravate et ouvre les boutons du blazer de mon uniforme. Les mains tremblantes, je retire le tissu accroché autour de mon cou et l'entoure autour de ma main gauche alors que je déverrouille difficilement la serrure afin de pouvoir entrer dans ma demeure. Une fois la porte refermé, j'appuie ma tête contre le bois et, alors que le laisse tomber ma cravate au sol, je me frappe doucement le front contre la porte, sentant les larmes qui commencent tout doucement à monter sans que je ne puisse les arrêter. Je déglutis et ferme les yeux, avant que je ne me détourne non sans avoir tapé du poing contre le chambranle. Retirant les trois premiers boutons de ma chemise, je dirige vers le bureau, la pièce qui, en temps normal, a un effet calmant sur moi. C'est ici que je me retire lorsque j'ai besoin de laisser derrière moi les choses de la dure réalité de la vie et c'est ici que je parviens à me ressourcer.

Mais aujourd'hui, alors que je suis assis sur la chaise face à mon bureau, mon regard se pose sur la photo de Myrddin et moi lors de notre mariage et si, en temps normal, je parviens maintenant à observer l'image en ne ressentant qu'une douce nostalgie, c'est une pression intense qui se forme autour de mon cœur alors que les larmes, elles, commencent vraiment à couler sur mes joues. Fermant à nouveau les yeux, je frappe le front avec les paumes de mes mains en me répétant, telle une litanie, de cesser de pleurer. Mais plus je le dis, plus mes émotions deviennent intenses et, me levant, c'est dans un geste de rage que je décroche le cadre, l'envoyant s'écraser contre le mur du couloir. Le verre se brise avant même qu'il n'atteint le sol et alors ma respiration s'accélère brusquement.

Me détournant, je ressors du bureau et marche frénétiquement dans le couloir, passant d'une pièce à l'autre jusqu'à ce que mon regard ne se pose sur mon téléphone. Sans savoir pourquoi je l'attrape pour composer le numéro de Basile que je n'ai plus vu depuis des semaines. Je n'ai absolument aucune raison de l’appeler et il n'a que des raisons de ne pas décrocher et pourtant, c'est sa voix que j'entends au bout du fil. « C'est ma faute» soufflais-je dans le combiner « Tout est de ma faute » ma voix est tremblante et faible « Mon frère, mon meilleur ami, Myrddin, Clara, toi ...Si tout le monde me quitte c'est parce que c'est moi, le problème» continuais-je alors que ma voix s'accélère « C'est ma faute si tout le monde me tourne le dos, je ...» Ma voix se brise alors que je me plaque une main sur la bouche pour cacher un sanglot « ... Je suis désolé. Au revoir » et sur ces paroles, je raccroche autant parce que je ne sais absolument pas pourquoi j'appelle Basile en particulier, mais aussi parce que l'émotion est beaucoup trop forte d'un coup.

Je repose le téléphone sur le plan de travail et sors de la cuisine, me maudissant davantage encore maintenant que j'ai passé cet appel qui ne sert strictement à rien. Ma vue se trouble à cause des larmes et ma respiration devient plus compliquée à gérer alors que je fais les cent pas dans le salon avant de sortir sur la terrasse et de m'immobiliser devant la piscine. Le regard plongé dans l'eau qui danse joyeusement sous la douce brise d'été, une seule idée me traverse l'esprit : et si je me noie là, maintenant, tout de suite, est-ce que je manquerais à quelqu'un ?

@Basile Duchesne being afraid of your own mind || Basile #2 2396639051


A mistake too great to hide
So give me reason to prove me wrong, to wash this memory clean. Let the floods cross the distance in your eyes. Give me reason to fill this hole connect this space between. Let it be enough to reach the truth that lies across this new divide  




being afraid of your own mind || Basile #2 371680844:
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

being afraid of your own mind || Basile #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: being afraid of your own mind || Basile #2 being afraid of your own mind || Basile #2 EmptyMar 8 Mar - 22:24


Basile se dit souvent qu’il devrait apprendre à se détacher des problèmes personnels des autres, qu’il se rendrait largement service en essayant de se sentir moins concerné par des affaires qui ne le regardent pas. Sans doute aurait-il moins de cheveux blancs sur les tempes s’il parvenait effectivement à s’accorder cette faveur de temps en temps. C’est d’ailleurs parce que cette pensée lui traverse l’esprit que, devant la porte de son ancien amant, l’hésitation le gagne soudain quand vient le moment de s’annoncer. L’orage qui menace d’éclater dans le ciel d’une minute à l’autre n’a pas suffi à le dissuader de venir jusqu’ici, au contraire du doute qui s’empare de lui à présent et l’empêche d’aller au bout de son idée. Il s’était en effet promis de ne revoir le militaire sous aucun prétexte, de ne plus le laisser l’approcher pour quelque raison que ce soit. D’oublier purement et simplement le bref chapitre de sa vie dont il avait fait partie, se connaissant assez pour savoir qu’il cèderait trop facilement à la moindre insistance – comme il vient de le faire à l’instant. Il lui est certes arrivé quelques fois de se surprendre à penser à lui depuis leur dernier échange sur la plage, se demander s’il avait pris la bonne décision en coupant le contact… mais du reste, il n’a jamais eu pour autant l’intention de revenir dessus. Faut-il alors écouter la petite voix dans sa tête qui lui murmure de faire demi-tour ? Inexplicablement, son rythme cardiaque s’accélère à cette pensée. Dans son esprit bourdonne encore l’idée d’un scénario catastrophe qu’il s’est imaginé en chemin et ne parvient pas à rationaliser. D’un autre côté, personne ne lui a rien demandé ; peut-être serait-il déplacé de sa part de s’en mêler. Il ne saurait pas vraiment dire comment il en est arrivé à la conclusion qu’il valait mieux en avoir le cœur net, si ce n’est par habitude de faire confiance à son instinct – ce dernier ne l’ayant jamais trompé. Et le voilà maintenant en train de gamberger face à une porte muette qui ne lui donnera certainement pas les réponses à ses questions. Lui-même exaspéré par sa propre indécision, il pousse un petit soupir d’indignation, se mord la lèvre pour se donner du courage avant d’appuyer franchement sur la sonnette. Peut-être est-il en train de commettre une erreur stupide qu’il regrettera plus tard, mais sa conscience ne s’accommoderait probablement pas de rester dans l’ignorance, de ne pas mettre au clair les raisons de cet étrange coup de fil qui lui semble cacher un revers bien plus préoccupant qu’une banale tentative d’attirer son attention. Comme un appel à l’aide implicite.

Ce n’était pourtant pas tout à fait ainsi qu’il envisageait la tournure de sa soirée, avant de voir le nom de Thomas s’afficher sur l’écran de son téléphone. Ses plans se résumaient vaguement à regarder un vieux western à la télévision en terminant un pot de glace à la vanille, son chat blotti contre lui sur le canapé. Rien de bien exaltant, mais cela suffisait amplement à son bonheur après une longue journée de travail dont la productivité avait été à son comble. Sa carbonade flamande faite maison n’avait même pas encore fini de cuire lorsque le téléphone s’était mis à vibrer au fond de sa poche. À cette heure-ci, il supposait que l’appel viendrait de Wolfie, probablement. La réalité avait été d’autant plus perturbante qu’il ne s’attendait pas le moins du monde à ce que ce soit Thomas qui rétablisse finalement le contact, après toutes ces longues semaines où n’avait régné entre eux qu’un froid mi-ambigu, mi-embarrassé. S’il n’avait pas le moindre doute sur le fait qu’il se devait de raccrocher, sa main, elle, n’entendait pas répondre favorablement à l’instruction de son cerveau. « Oui ? » qu’il lâche, d’une voix ostensiblement agacée. Difficile de déterminer toutefois ce qui l’agace le plus entre l’appel inopportun du militaire et son incapacité navrante à l’envoyer chier une bonne fois pour toutes. « C’est ma faute. » Voilà une entrée en matière plutôt inattendue. Il ne s’écoule qu’un bref instant de silence avant que Basile réagisse d’un « Quoi donc ? » attentif, sa voix soudain adoucie. « Tout est de ma faute. » Le rouquin coince le téléphone entre son oreille et son épaule, les mains toutes accaparées par l’examen minutieux de la cuisson de son plat. « Mais enfin, de quoi tu parles ? » Évidemment, il a déjà sa petite idée. Mais seul l’officier peut lui apporter assez de contexte et de précisions, faute de quoi il ne peut rien faire pour lui. « Mon frère, mon meilleur ami, Myrddin, Clara, toi… Si tout le monde me quitte c’est parce que c’est moi, le problème. C’est ma faute si tout le monde me tourne le dos, je… » poursuit le militaire d’une voix vibrante d’émotion. Il faut à l’artiste un long moment de silence pour s’assurer avoir bien entendu ce qu’il a entendu. Des sanglots ? « Ne dis pas ça. » se hasarde-t-il, ayant le sentiment de se retrouver quelque peu démuni devant une facette de cet homme qu’il ne lui connaissait pas jusqu’alors. « … Je suis désolé. Au revoir. » – « Tom ? » Sa tentative de l’apostropher un peu précipitamment pour le retenir de raccrocher ne fait pas mouche ; sans doute ses dernières paroles n’ont-elles pas même eu le temps d’atteindre l’autre bout du fil que déjà il entend trois bips descendants, annonçant la fin de l’appel.

Que peut bien vouloir dire une telle déclaration par téléphone ? Que peut-il bien chercher en faisant ça ? Sans le connaître sur le bout des doigts, Basile n’imagine pas un homme comme Thomas téléphoner à son ex de façon aussi hasardeuse juste pour s’apitoyer sur son sort et raccrocher l’instant d’après. Ça ne lui ressemble définitivement pas. Ses intentions sont peut-être plus vicieuses encore que cela. Si, de fait, son objectif est de lui faire se ronger les sangs pour lui faire payer son silence, le moins que l’on puisse dire est que sa méthode est rudement efficace. Mais le doute qui habite à présent l’artiste l’empêche de se contenter d’une conclusion aussi hâtive ; il lui faut s’en assurer. Ne rien entendre de l’autre côté de la porte close ne fait d’ailleurs qu’accentuer son impatience, transformant exagérément les secondes en minutes. Un rapide coup d’œil en travers de son terrain lui permet d’aviser sa voiture garée par-là, supposer qu’il doit donc forcément être dans le coin. Puis, incapable de tenir en place, le rouquin entreprend de traverser un bout de jardin, songeant qu’une retraite au fond de celui-ci l’empêcherait peut-être d’entendre la sonnette. Et quel n’est pas son soulagement de l’apercevoir faire le pied de grue au bord de sa piscine ; le temps qu’il lui faut pour évacuer la pression qui lui encombre les épaules l’immobilise toutefois un moment, à quelques mètres de lui, tandis qu’il se demande à quoi peuvent bien ressembler les méandres de ses pensées à cet instant. « Hey. » laisse-t-il échapper très brièvement, d’un timbre doux, après avoir avalé à pas feutrés la distance qui le séparait de lui, et posé une main rassurante sur son épaule. « Je m’inquiétais, alors je n’ai pas pu m’empêcher de venir. » qu’il avoue en toute sincérité, se justifiant tacitement par la même occasion de son « intrusion ». Au moment où son regard croise celui de l’autre homme, gorgé de larmes, son cœur se serre alors un peu plus encore qu’auparavant, confus de le trouver dans un tel état. « Qu’est-ce qui t’arrive ? »


@Thomas Beauregard being afraid of your own mind || Basile #2 873483867
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Beauregard
Thomas Beauregard
le changement de bord
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans (non assumés) (29.02.1980)
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : L'aventure avec Allan n'aura pas duré longtemps: il a quitté la maison du jour au lendemain.
MÉTIER : rear admiral de la royale Navy, un nouveau post, plus de responsabilité et un nouveau départ
LOGEMENT : A récemment emménagé dans une belle villa à Bayside
being afraid of your own mind || Basile #2 Tumblr_pavvadUCKj1rdi4r7o1_500
POSTS : 5989 POINTS : 90

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : amiral de la royal navy, soldat épanoui, père heureux + Divorcé de Ida en 2017 + Divorcé de Myrddin en 2019 + père de Alexander (14 ans), Clara et Arthur (7 ans) + aîné d'une grande fratrie + amoureux de la mer
RPs EN COURS : 4/5
Autumn #1Holden #1Cian #16Tessa #1



RPs TERMINÉS : CharlieCian #3Cian #2 (fb)ElwynAuden #1Elora #3Freya #1EzraAlex #1Casey #1 (FB) Casey #1 (FB)Cian #5Cian #6Cassandra #1Allan #1 Levi #1Jasper #1Cian #11JamesonBroregard • • Allan • ○Cian #7Cian #9 Cian #8Cian & Amos(FB)Allan & Cian (FB)Cian #8Allan #4Gregory #1Cian #9 Allan #5Kate #1Shiloh #1Olivia & EzraNathan #1Cian #10Holden #1Milo #1Broregard (DS)Beauregard +1Katherine #2Nathan #2Solveig #1Cian #13Cian #14BroregardBasile #1Cian #15Amos #1Ashley #1

AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, dessin du profil Joseph ♥
DC : Clément & Martin & Louisa
PSEUDO : Sundae
Femme (elle)
INSCRIT LE : 12/03/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard https://www.30yearsstillyoung.com/t30863-thomas-o-clement-o-martin-o-louisa

being afraid of your own mind || Basile #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: being afraid of your own mind || Basile #2 being afraid of your own mind || Basile #2 EmptyVen 11 Mar - 9:02



Debout devant ma piscine, hypnotisé par les doux et régulier mouvements de l'eau, je laisse mon esprit continuer de s'enfoncer dans la spirale infernal du mental breakdown. Si je me sentais déjà mal, je le suis encore plus depuis que j'ai appeler Basile pour une raison qui m'échappe encore maintenant. Pourquoi avoir contacter cet homme en particulier ? Pourquoi ne pas avoir appeler un collègue ? Ou un de mes autres frères ? Ou ma sœur ? Je n'en sais rien. Tout ce que je sais c'est que mon cœur s'accélère et que ma gorge se sert lorsque j'entends le doux 'Hey' avec lequel Basile m'interpelle lorsqu'il arrive derrière moi. Mes épaules se tendent, mes yeux se ferment alors qu'une grimace apparaît sur mon visage lorsque le jeune homme m'informe qu'il est venu parce qu'il s'inquiétait. Déglutissant, je fini par tourner la tête vers lui, croisant furtivement son regard  avant de secouer la tête.

 «Je ne sais pas ... » soufflais-je en secouant la tête lorsqu'il me demande ce qui m'arrive  «Je ne contrôle plus rien, tout m'échappe et je sais plus quoi faire » je pince les lèvres et essuie une nouvelle larme qui menace de couler.  «ma fille est a l'hôpital dans un état critique, mon frère a eu un accident de voiture, mon meilleur ami ne me parle plus parce que je ne lui ai pas dit un truc alors que j'étais auprès de lui et que je l'ai soutenu pendant des mois et mois après son accident, mon nouveau supérieur au boulot me met une pression de fou et c'est la première fois en 20  ans de carrière que je vais à la base avec la boule au ventre parce que je ne sais pas avec quel commentaire je vais être accueillit» je déglutis et secoue la tête

 « je ne sais pas pourquoi je t'ai appelé spécifiquement toi » soufflais-je  «Tu ...tu n'y es pour rien, tu n'as aucun compte à me rendre, mais je ...je savais pas qui appeler d'autre » je ferme un instant les yeux et prend une profonde inspiration pour me donner du courage  «Je suis désolé de t'avoir inquiété et que tu te sois déplacé pour rien ...ça va aller » que je souffle d'une petite voix, alors que je n'en suis même pas persuadé moi-même.

@Basile Duchesne being afraid of your own mind || Basile #2 1949770018[/color]


A mistake too great to hide
So give me reason to prove me wrong, to wash this memory clean. Let the floods cross the distance in your eyes. Give me reason to fill this hole connect this space between. Let it be enough to reach the truth that lies across this new divide  




being afraid of your own mind || Basile #2 371680844:
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

being afraid of your own mind || Basile #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: being afraid of your own mind || Basile #2 being afraid of your own mind || Basile #2 EmptyMer 16 Mar - 16:58


Lorsque sa main s’y pose, la crispation des épaules du militaire lui transmet toutes les mauvaises ondes accumulées pendant Dieu sait combien de temps sans pouvoir être expulsées. Déboussolé, l’artiste craint pendant un instant d’avoir outrepassé une barrière qu’il n’aurait pas dû franchir, avisant la grimace de l’homme qui semble elle aussi vouloir lui communiquer son mécontentement. Rongé malgré tout par l’inquiétude, il s’immobilise à côté de lui pour observer silencieusement l’orage qui gronde dans le fond de ses prunelles humides, sans trouver quoi dire, tandis que sa main glisse de son épaule pour s’accrocher affectueusement à son biceps, signe de sa sollicitude. Thomas est perdu, il n’aurait pas même besoin de le formuler à voix haute pour que le rouquin le ressente au plus profond de ses entrailles d’un simple contact. C’est que le sentiment de perdre le contrôle de sa vie lui est douloureusement familier, à lui qui a déjà traversé des tempêtes auxquelles il n’aurait pas cru survivre. Aussi met-il de côté toutes ses appréhensions personnelles et leurs petits différends irrésolus pour le laisser s’exprimer sans l’interrompre, attentif à chacun de ses mots, un regard bienveillant posé sur lui. La première annonce, à propos de l’état critique dans lequel se trouve sa fille, lui pince le cœur bien plus fort qu’il ne l’avait imaginé. Il n’a peut-être jamais rencontré les enfants de son ancien amant, mais se souvient en avoir aperçu quelques photos dans sa chambre, et n’a pas oublié combien la bouille d’ange de la petite l’avait fait fondre ; difficile donc de rester insensible à la bombe qu’il vient de larguer, surtout pour Basile qui a toujours adoré les enfants. Puis les mauvaises nouvelles s’enchaînent si bien qu’elles le laissent muet comme une carpe, un accident de voiture, une dispute déchirante, du harcèlement au travail… n’importe quel homme, aussi fort soit-il, atteindrait rapidement les limites de ce que son mental peut supporter face à une telle spirale infernale. « Je vois… » qu’il souffle, sans doute vainement, à défaut de trouver les bons mots pour le rassurer, conscient que rien de ce qu’il pourrait tenter de lui dire pour le réconforter ne saurait réellement apaiser sa douleur. L’idée de le prendre dans ses bras lui traverse l’esprit, mais la distance qui s’est creusée entre eux au fil des semaines l’empêche d’aller plus loin, de peur de commettre une maladresse qu’il pourrait regretter. « Je suis désolé que tu aies à endurer ça seul. » dit-il à la place, sûr de son intuition. C’est sans doute en effet parce que Thomas est désespérément seul dans cette épreuve qu’il l’a appelé lui, l’amant évaporé en qui il semble pourtant ne placer aucune confiance. Il n’avait personne d’autre. Il suffit d’entendre l’amertume avec laquelle il évoque son meilleur ami pour comprendre : après tout, un seul être vous manque et tout est dépeuplé…

Pensif, Basile contemple quelques instants les caustiques de l’eau de la piscine onduler sous la caresse du vent, en silence. Il aimerait pouvoir l’aider, mais ne saurait même pas par où commencer. Ni ce que le militaire peut bien vouloir entendre de sa part. Le français est sans doute plus doué pour écouter sans rien dire que pour prodiguer des conseils, qui pourraient tout aussi bien être mal reçus, venant de lui. Après tout, il ne connaît rien de plus de l’autre homme que ce que celui-ci a bien voulu lui montrer durant le peu de temps où ils se sont côtoyés. Il en sait beaucoup sur ses goûts littéraires, et sur ses performances au lit plus particulièrement, mais bien peu sur ce qu’il renferme au fond de son cœur. Quoi qu’il dise, ça n’aurait que très peu de sens. Et puis « ça va aller » dit Thomas, de sa voix dépouillée de toute conviction. À nouveau ses prunelles vertes se posent sur lui, ses doigts froissant légèrement le tissu de sa manche. Il peut dire ce qu’il veut, Basile n’est pas dupe. « Mon petit doigt me dit que t’aurais fait une grosse connerie si je n’étais pas venu, alors non, je ne pense pas m’être déplacé pour rien. » soupire-t-il, compréhensif, malgré les nuances légères de son timbre de voix. Le rouquin se plaît à croire qu’il a du flair pour ces choses-là, quelle que soit la crédibilité qu’autrui peut bien accorder à ses élans de perspicacité. Le désespoir exhale un parfum qu’il connaît trop bien pour ne pas le reconnaître lorsqu’il se manifeste chez quelqu’un d’autre. Peut-être qu’il se trompe, peut-être même que Thomas ne tenait pas particulièrement à ce qu’il lui rende visite, mais il vaut mieux prévenir que guérir, avait-il pensé avant de se décider à faire le déplacement. « Je ne suis sans doute pas la personne que tu aurais aimé avoir auprès de toi aujourd’hui mais si tu as besoin de quelqu’un à qui parler, ou si je peux t’aider à te changer les idées, je suis là. » dit-il en s’efforçant de rester neutre. Il ne devrait pas, songe-t-il, mais l’éponge émotionnelle qu’il est aurait bien du mal à se remettre d’abandonner une personne en détresse psychologique, qui qu’elle soit. Ses valeurs personnelles ne pourraient jamais se conjuguer à l’indifférence, même s’il le voulait.


@Thomas Beauregard being afraid of your own mind || Basile #2 873483867
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Beauregard
Thomas Beauregard
le changement de bord
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans (non assumés) (29.02.1980)
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : L'aventure avec Allan n'aura pas duré longtemps: il a quitté la maison du jour au lendemain.
MÉTIER : rear admiral de la royale Navy, un nouveau post, plus de responsabilité et un nouveau départ
LOGEMENT : A récemment emménagé dans une belle villa à Bayside
being afraid of your own mind || Basile #2 Tumblr_pavvadUCKj1rdi4r7o1_500
POSTS : 5989 POINTS : 90

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : amiral de la royal navy, soldat épanoui, père heureux + Divorcé de Ida en 2017 + Divorcé de Myrddin en 2019 + père de Alexander (14 ans), Clara et Arthur (7 ans) + aîné d'une grande fratrie + amoureux de la mer
RPs EN COURS : 4/5
Autumn #1Holden #1Cian #16Tessa #1



RPs TERMINÉS : CharlieCian #3Cian #2 (fb)ElwynAuden #1Elora #3Freya #1EzraAlex #1Casey #1 (FB) Casey #1 (FB)Cian #5Cian #6Cassandra #1Allan #1 Levi #1Jasper #1Cian #11JamesonBroregard • • Allan • ○Cian #7Cian #9 Cian #8Cian & Amos(FB)Allan & Cian (FB)Cian #8Allan #4Gregory #1Cian #9 Allan #5Kate #1Shiloh #1Olivia & EzraNathan #1Cian #10Holden #1Milo #1Broregard (DS)Beauregard +1Katherine #2Nathan #2Solveig #1Cian #13Cian #14BroregardBasile #1Cian #15Amos #1Ashley #1

AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, dessin du profil Joseph ♥
DC : Clément & Martin & Louisa
PSEUDO : Sundae
Femme (elle)
INSCRIT LE : 12/03/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard https://www.30yearsstillyoung.com/t30863-thomas-o-clement-o-martin-o-louisa

being afraid of your own mind || Basile #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: being afraid of your own mind || Basile #2 being afraid of your own mind || Basile #2 EmptyMer 16 Mar - 20:30



Seul. C'est le mot juste, celui qui résonne au maximum en moi et qui est annonciateur d'une douloureuse vérité. Seul car Cian n'est pas mon rock seul car Ida n'a pas les épaules assez larges pour récupérer ma peine seul car tout le monde fini par me quitter à un moment ou un autre. Mon amitié avec le militaire n'est plus que l'ombre d'elle-même, mes relations amoureuses finissent toujours par disparaître, ma relation avec mon boulot n'est plus ce qu'elle était, toute ma vie est en train de m'échapper. Je perds le contrôle de mon quotidien et ça me panique plus que de raison. Moi qui aime quand tout est beau et organisé, savoir que mes journées sont un réel carnage et ne pouvant absolument pas prédire ce qui arrivera le lendemain, me rend malade.

Et pourtant, Basile est venu. Ça signifie quand même que je ne suis pas totalement seul, non ? Malgré moi, je me crispe à son arrivée, d'avantage encore lorsque sa main se pose sur mon épaule puis descend sur mon bras pour serrer gentiment mon biceps. Je ferme un instant les yeux et déglutis, alors que ce simple geste me ramène plusieurs semaines en arrière lorsque nous partagions les mêmes draps lui et moi.

Lorsqu'il reprend la parole, son ton est doux et compréhensif. Il est persuadé que j'aurais fait une grosse connerie s'il n'était pas venu et rien que l'idée de l'avoir inquiété autant me met mal à l'aise. Je pince les lèvres, ferme les yeux et soupire, alors qu'il reprend en disant qu'il est là pour moi ce soir. Malgré tous nos différents et tous nos non-dits, il reste la personne qui m'est le plus proche sentimentalement parlant. Alors, hochant doucement la tête, je me recule d'un pas, m'éloignant de la piscine, me rendant compte à quel point la simple présence du peintre m'apaise. Si quelques minutes auparavant, j'étais sur le point de faire une connerie et de partir en crise d'angoisse, je suis maintenant étonnement calme.

«Je ne sais même pas quoi dire » soufflais-je en me laissant tomber sur le transat «Je ne sais surtout pas quoi faire pour arranger les choses » je déglutis et me passe les mains sur le visage «Je ne peux rien faire pour ma fille à part espérer que les médecins parviennent à la maintenir en vie jusqu'à ce qu'ils trouvent ce qui lui manque » je secoue la tête «J'ai tout essayé pour recoler les morceaux avec Cian, mais pour lui la trahison est tellement profonde que je ne risque pas de l'atteindre. Et toi... » Je lève mon regard sur Basile «Je ne sais même pas ce que je peux faire pour te faire comprendre à quel point je suis désolé. Pour toi. » d'avoir attendu tant de temps avant de t'avouer mes sentiments et d'avoir gâché absolument toutes les chances de construire un futur avec toi.

@Basile Duchesne being afraid of your own mind || Basile #2 1949770018


A mistake too great to hide
So give me reason to prove me wrong, to wash this memory clean. Let the floods cross the distance in your eyes. Give me reason to fill this hole connect this space between. Let it be enough to reach the truth that lies across this new divide  




being afraid of your own mind || Basile #2 371680844:
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

being afraid of your own mind || Basile #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: being afraid of your own mind || Basile #2 being afraid of your own mind || Basile #2 EmptyLun 21 Mar - 15:26


Le contact se rompt sans prévenir, et quoi que signifie ce petit soupir lâché par le militaire, Basile ne peut s’empêcher de l’interpréter comme un signe d’agacement. Voire de rejet. La distance qu’il rétablit entre eux en s’éloignant nonchalamment ne fait que le conforter dans cette idée, ses dispositions naturelles à se montrer très tactile avec tout le monde lui ayant presque fait oublier pendant un instant que son geste de tendresse pouvait être malvenu, dans l’état actuel des choses. Et tandis qu’il se tient à présent seul au bord de la piscine, l’esprit égaré dans des songes qui lui pincent le cœur, il se mord la lèvre, oscillant faiblement entre deux sentiments contraires qui le ramènent à des doutes qu’il aurait préféré chasser de ses pensées. Étrangement, alors qu’il était le premier à s’efforcer de couper les ponts avec lui pendant tout ce temps, une autre part de lui-même s’ébranle à la simple idée que Thomas ne veuille en réalité ni de son soutien, ni de sa présence ; qu’il ne s’intéresse tout simplement plus à lui. Il ne se laisse toutefois pas désarçonner par les circonvolutions paradoxales de sa réflexion et, après avoir pris une grande inspiration, se retourne pour reporter toute son attention sur l’autre homme, maintenant étendu sur une chaise longue. Calmement, Basile s’approche de lui d’une démarche féline et tire l’autre chaise à proximité pour la rapprocher de celle du militaire, puis s’assied sur son rebord, tourné vers son voisin, les coudes appuyés sur ses genoux. « Tu n’es pas obligé d’en parler si tu n’en as pas envie. » qu’il dit, ne souhaitant pas lui donner l’impression d’avoir une quelconque obligation à son égard, à lui qui s’est faufilé dans son jardin sans même y avoir été invité. Du reste, il ne manquerait plus qu’il prenne des notes pour que la scène ait des airs de cabinet psychiatrique ; et l’artiste aurait sans doute fait un bon psychiatre, s’il n’avait pas eu depuis toujours la passion brûlante du dessin et de la peinture. Loin d’avoir une solution pour tout, il sait cependant être l’oreille attentive et neutre dont les gens ont parfois plus besoin que de conseils intrusifs, sans même en avoir tout à fait conscience. Le menton posé sur sa main, il l’observe alors longuement de ses prunelles rêveuses, attentif à chacune des paroles qu’il lui déroule sans savoir quoi dire, a-t-il souligné. Pourtant, Thomas semble avoir beaucoup de choses à dire, mais nul doute que les mots justes sont difficiles à trouver quand le monde entier s’écroule sur vos épaules. Basile pourrait difficilement ne pas le comprendre. Pour lui qui a l’habitude d’exprimer sa sollicitude par les gestes plutôt que par la parole, l’exercice s’avère d’ailleurs tout aussi difficile à l’instant où il doit renoncer à prendre sa main dans la sienne, malgré l’envie de le réconforter, pour ne pas risquer de s’en mordre les doigts plus tard.

Malgré l’accent qu’avait mis Thomas au téléphone sur le fait que toute la faute lui revient, il admet cependant se sentir complètement dépassé par les événements, ne sachant pas quoi faire pour arranger les choses. N’étant pas beaucoup plus avancé que lui, le rouquin se perd alors quelques instants dans ses pensées pour tenter de se figurer ce qu’il ferait à sa place. Mais s’il peut compatir à sa peine, il n’ose pas imaginer combien ce doit être douloureux de voir son enfant entre la vie et la mort – et serait donc bien mal placé pour prétendre savoir gérer une telle situation. « C’est si grave que ça ? Je savais que ta fille était malade mais je crois que tu ne m’as jamais dit de quoi elle souffrait. » s’enquiert-il, sincèrement inquiet pour la santé de la petite dont le sourire – qu’il avait aperçu sur la photo – reste ancré dans son esprit même après tout ce temps. Il se souvient en effet l’avoir entendu évoquer vaguement sa maladie, sans rentrer dans les détails, mais il avait supposé que ça ne le regardait pas vraiment et n’avait pas cherché à en savoir plus à l’époque où leur relation lui semblait encore n’être qu’une bagatelle. D’ailleurs, le sujet ne tarde pas à refaire surface : après avoir fait rapidement allusion à ses tentatives vaines de se rabibocher avec son meilleur ami, le militaire en revient soudain à lui, lui présente ses excuses en plongeant ses yeux dans les siens au moment où Basile s’y attend le moins. Et son corps se fige, comme subjugué par la beauté de ces deux grandes prunelles bleues qui l’observent d’un air lointain, celles-là même dans lesquelles il pourrait se perdre des heures durant si l’insistance de son regard ne risquait pas de le faire rougir d’un instant à l’autre. C’est donc à son tour de rompre le contact visuel en détournant les yeux, qui s’échouent quelque part sur le sol, cherchent un point d’ancrage auquel se cramponner pour échapper à la perdition imminente. Il savait qu’il n’aurait pas dû venir. « Ne sois pas désolé, par rapport à moi. Il me semble qu’on était d’accord sur le fait que les torts étaient partagés. » répond-il, après un long silence. Lui non plus n’avait pas été très correct envers Thomas – même si le préjudice avait été fait de manière inconsciente –, il le sait bien à présent. Pour cette raison, il ne lui en veut plus vraiment, dans le fond, de s’être fâché contre lui en plus de lui avoir manqué de respect. La situation actuelle, dont il n’avait pas connaissance lors de leur dernière rencontre, constitue aussi en quelque sorte une circonstance atténuante : il peut comprendre que le militaire perde son calme quand tout va mal. Malgré tout, il ne peut nier que ses mots l’avaient blessé, que son attitude l’avait déboussolé, si bien qu’il peine à dissimuler le trouble qui lui remue encore le ventre et se répand jusque dans les nuances de sa voix. « N’en parlons plus. » dit-il en esquissant un petit sourire forcé, pour éluder ce sujet, préférant cacher la poussière sous le tapis plutôt que de lui révéler ce qu’il a sur le cœur. À cet égard, il repose son regard sur lui après avoir retrouvé son assurance, d’un air qui se veut conciliant. « Raconte-moi plutôt ce qui s’est passé avec ton ami pour qu’il t’abandonne dans un moment pareil. » qu’il demande, un brin de curiosité dans le timbre.


@Thomas Beauregard :l::l:
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Beauregard
Thomas Beauregard
le changement de bord
le changement de bord
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 41 ans (non assumés) (29.02.1980)
SURNOM : Tom, Tomus, Tommy
STATUT : L'aventure avec Allan n'aura pas duré longtemps: il a quitté la maison du jour au lendemain.
MÉTIER : rear admiral de la royale Navy, un nouveau post, plus de responsabilité et un nouveau départ
LOGEMENT : A récemment emménagé dans une belle villa à Bayside
being afraid of your own mind || Basile #2 Tumblr_pavvadUCKj1rdi4r7o1_500
POSTS : 5989 POINTS : 90

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : amiral de la royal navy, soldat épanoui, père heureux + Divorcé de Ida en 2017 + Divorcé de Myrddin en 2019 + père de Alexander (14 ans), Clara et Arthur (7 ans) + aîné d'une grande fratrie + amoureux de la mer
RPs EN COURS : 4/5
Autumn #1Holden #1Cian #16Tessa #1



RPs TERMINÉS : CharlieCian #3Cian #2 (fb)ElwynAuden #1Elora #3Freya #1EzraAlex #1Casey #1 (FB) Casey #1 (FB)Cian #5Cian #6Cassandra #1Allan #1 Levi #1Jasper #1Cian #11JamesonBroregard • • Allan • ○Cian #7Cian #9 Cian #8Cian & Amos(FB)Allan & Cian (FB)Cian #8Allan #4Gregory #1Cian #9 Allan #5Kate #1Shiloh #1Olivia & EzraNathan #1Cian #10Holden #1Milo #1Broregard (DS)Beauregard +1Katherine #2Nathan #2Solveig #1Cian #13Cian #14BroregardBasile #1Cian #15Amos #1Ashley #1

AVATAR : Tom- WayTooSexy- Hiddleston
CRÉDITS : Avatar moi, dessin du profil Joseph ♥
DC : Clément & Martin & Louisa
PSEUDO : Sundae
Femme (elle)
INSCRIT LE : 12/03/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t1034-tom-o-etre-a-l-heure-c-est-deja-etre-en-retard https://www.30yearsstillyoung.com/t30863-thomas-o-clement-o-martin-o-louisa

being afraid of your own mind || Basile #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: being afraid of your own mind || Basile #2 being afraid of your own mind || Basile #2 EmptyDim 27 Mar - 22:21



Il me donne la liberté de m'exprimer sur mes problèmes ou non. Et c'est bien ce que j'apprécie tellement chez le jeune artiste : il est présent sans pour autant s'imposer à mes côtés, il a une oreille attentive sans obligation de parole pour moi et il me propose simplement une main tendue. C'est à moi de savoir si je souhaite ou non l'attraper et me relever, ou si je préfère m'enfoncer encore et encore dans les tréfonds de mes pensées et mon tourbillon mental. J'avoue que je n'hésite pas longtemps avant d'attraper cette main et commence à lui expliquer un peu plus en détail ce qui me tracasse.

Basile accuse le coup des aveux et met quelques instants avant de reprendre la parole pour me dire qu'il ne savait que ma fille était si malade que ça. Je soupire doucement et baisse le regard, secouant doucement la tête «C'est une grande prématurée » expliquais-je dans un souffle «Elle est née avec presque 1 mois ½ d'avance et a passé plusieurs semaines dans une couveuse. Et lors de ces semaines elle a fait une crise cardiaque de laquelle elle a été sauvée, mais qui lui a donné une insuffisance cardiaque qu'elle portera à vie » je pince les lèvres et déglutis « Elle gère très bien en général, elle est indépendante pour son traitement et déborde, malgré tout, d'énergie. Mais depuis le début d'année ce n'est pas la grande forme, si bien que nous avons décidé de l'hospitaliser. Et la semaine dernière, son état s'est brusquement dégradé, du coup, elle se trouve dans le coma en réanimation» je ferme un instant les yeux «Elle ne mérite pas de partir comme ça...Elle n'a que 7 ans merde » ma voix se brise alors que je me prends le visage entre les mains, essayant de retrouver un semblant de contrôle sur ma respiration et mes émotions.

C'est pour cela que je décide de continuer sur ma lancée d'explications sur le pourquoi du comment je suis en plein mental breakdown, m'excusant de ne pas avoir été à la hauteur concernant notre relation à Basile et moi. Celui-ci balaie mes paroles d'un revers de la main, me rappelant que nous nous sommes mis d'accord sur le fait que nous étions tous les deux fautifs et que nous ne devrions plus parler de cela. Déglutissant difficilement, je hoche doucement la tête, acceptant ses paroles sans concessions, mais relève tout de même mon regard sur lui lorsqu'il me demande de lui expliquer les raisons pour lesquelles je me suis embrouillé avec Cian.

« Un truc extrêmement con » je secoue la tête « il a eu un grave accident de moto en août dernier qui l'a laissé dans un état sérieux autant physique que moral. Il s'est, retrouvé, du jour au lendemain, avec un corps meurtrie et une amnésie rétrograde. Il ne se rappelle plus de la dernière année » je prends une profonde inspiration « J'ai été là pour lui, j'ai réussi à organiser mes journées pour jamais le laissé seul plus de deux jours de suite, je l'ai soutenu, je me suis pris toute sa frustration dans la gueule sans jamais flanché ...et il m'a traité comme la dernière des ordures parce que je ne lui ai jamais parlé d'Eavan, sa copine qui l'a totalement messed up lui et sa vie» je secoue la tête « Il remet en question tous les mois qui j'ai passé à ses côtés sans jamais me plaindre, juste parce que je ne lui ai pas fourni cette information qui lui semble bien plus capitale que notre amitié» je sers les poings, sentant une colère sourde monter en mois « Je comprends pas ce qui se passe dans sa tête ...» Soufflais-je en baissant à nouveau le regard, secouant la tête dans l'incompréhension la plus totale.

@Basile Duchesne  being afraid of your own mind || Basile #2 1949770018 being afraid of your own mind || Basile #2 1949770018


A mistake too great to hide
So give me reason to prove me wrong, to wash this memory clean. Let the floods cross the distance in your eyes. Give me reason to fill this hole connect this space between. Let it be enough to reach the truth that lies across this new divide  




being afraid of your own mind || Basile #2 371680844:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

being afraid of your own mind || Basile #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: being afraid of your own mind || Basile #2 being afraid of your own mind || Basile #2 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

being afraid of your own mind || Basile #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: logements
-