AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

 have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grace Craine
Grace Craine
le meilleur des mondes
Voir le profil de l'utilisateur
have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Hu5cwsy ÂGE : 29 ans (10.06). La trentaine arrive, lentement mais sûrement.
SURNOM : Gracie par Ruben. Personne ne se risque à lui donner de surnom.
STATUT : Fiancée à un infidèle. Grace n'a aucune idée qu'elle est cocue.
MÉTIER : Chirurgien pédiatrique au St. Vincent Hospital. Ne vous mettez pas entre elle et sa carrière.
LOGEMENT : Un somptueux loft au #404 Water Street, avec Ruben. Elle rêve d'un chat, ou d'un enfant.
have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Giphy
POSTS : 3477 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : cocue jusqu'à l'os • n'a jamais aimé personne d'autre que son fiancé • taiseuse, autoritaire, droite dans ses bottes • d'apparence froide, un vrai petit rayon de soleil dans le cœur • observatrice, attention à vos secrets • méprise une bonne partie de sa famille
RPs EN COURS : rosaliearianeruben #2

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 11de3092b20dce3e1b3de60195d21335d389f6db
RUBEN ☾ You live in my dream state, relocate my fantasy. I stay in reality. You live in my dream state. Any time I count sheep, that's the only time we make up, make up. You exist behind my eyelids, my eyelids - now, I don't wanna wake up.

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 PTG0MPpE_o
CRAINES ☾ And I wonder why I tear myself down to be built back up again. Oh, I hope somehow, I'll wake up young again. All that's left of myself, holes in my false confidence. And now I lay myself down and hope I wake up young again.
RPs EN ATTENTE : have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 E75b850aa37376647800e3277ac8857e

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Yagaw4lr
RPs TERMINÉS : ruben #1
AVATAR : Suki Water(melon sugar)house
CRÉDITS : @saaya (av.) + jamie (ub)
DC : Saül le crocodile & Murphy la fouine.
PSEUDO : Ocy aka ravioli zinzin
INSCRIT LE : 22/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t43187- https://www.30yearsstillyoung.com/t43208- https://www.30yearsstillyoung.com/t43517-grace-craine

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Empty
Message(#) Sujet: have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 EmptySam 12 Mar 2022 - 1:13



Grace a les yeux soulignés d'ombre. Elle a, ces derniers jours, enchaîné les gardes sans se préoccuper des conséquences sur sa propre santé mentale. Elle est ainsi, Grace. Elle se sacrifie.

Il y avait ce petit garçon avec lequel elle a tant discuté et cette petite fille qui a su gagner son cœur à peine était-elle entrée dans la pièce. Ils avaient autour d'eux des parents formidables, des gens que le mot "merveilleux" ne flatte pas assez. Il y avait aussi, dans la pièce, cette horrible odeur d'hôpital que les enfants n'oublient jamais. Grace ne s'y est jamais habituée, même si les murs de son lieu de travail sont aussi - un peu - comme ceux de sa maison.

Il n'y a bien qu'une chose qui lui plaise en ce moment et c'est de la retrouver, sa maison, avec ses murs réconfortants et son odeur de bébé qui plane dans les airs. Il y a Ariane, bien sûr, qui se bat éternellement avec les couches et les biberons. Et puis il y a Ruben dans tout ce bazar, qui ne fait pas vraiment la tête - mais peut-être un peu quand même. Elle a toujours un sourire, Grace, non pas pour les adultes qui vivent en ce moment sous son toit, mais pour les deux petites merveilles qui habitent aussi les pièces du loft et le rendent plus chaleureux encore. Elle ne se lasse pas de leur tendre les bras, de les attraper elles et leurs joues, de leur donner des bains comme si les enfants étaient les siens. Dès qu'elle le peut, Grace subtilise à Ariane ses filles. Elles sont si parfaites, les deux mignonnes, avec leurs grands yeux bleus et leur air borné. Grace ne connaît pas le père, mais elle est certaine que les gamines ne tiennent rien de lui. Elles ont dans les pupilles cet air qui leur vient de leur mère. Elles ont dans le nez un truc qu'on ne peut pas oublier. Elles marquent l'esprit, pourtant si jeunes. Et elles marquent les nuits, aussi.

Officiellement, c'est surtout pour soulager Ariane que Grace se glisse parfois dans la chambre improvisée des petites. De toute façon, leur mère est souvent par monts et par vaux - non pas qu'elle soit une mère absente, mais une mère plutôt occupée. Ariane n'a jamais été femme à se limiter, pour qui que ce soit, pour le plus grand bonheur de Grace.

C'est ainsi qu'elle se retrouve, en fin de journée, assise en tailleur au milieu du salon. Les cheveux attachés, elle fait des risettes aux petites qu'elle couvre de baisers et de mots doux. Il y a une demi heure qu'elle est ainsi installée, attentive comme une mère à chacun des mouvements des bambins. Le temps passe trop vite, en la présence de ces petits êtres qu'elle chérit tant. Comme si...

Et la porte d'entrée claque.

Elle relève la tête, Grace, comme si on entrait par effraction sur son territoire. Ses joues se crispent, son dos se tend et elle sait déjà, au pas régulier qui vient dans sa direction, que ce n'est pas la mère des enfants. « Ariane ne rentrera pas tout de suite, elle prend un peu de temps pour elle. » Et pour préparer sa défense contre cet affreux mari qui la prive de son premier né. Elle aurait tout arraché, Grace. Les cheveux, les ongles, les yeux de ce type. Comme une louve affamée, blessée. En attendant de trouver revanche, les doigts de la blonde caressent doucement la peau veloutée de Dawn, la seule à être encore éveillée malgré les berceuses chantées par sa gardienne. « Tu devrais venir. Je n'ai pas assez de mains pour leur donner le biberon à toutes les deux. » Oh elle s'en chargerait volontiers, mais voir Ruben un bébé dans les bras est un luxe dont elle ne se prive pas non plus. Ce qu'elle a eu de la chance, Ariane. Deux bébés pour le prix d'un.

Grace ne s'est pas levée pour accueillir son fiancé. Elle est restée là, installée au milieu du salon, les mains toutes occupées par les filles tranquillement installées dans leur berceau respectif. Ses yeux de médecin les évaluent à chaque instant, bien sûr, mais il y a ce soir autre chose dans son regard. Un éclat un peu maternel dont elle n'est que malheureusement trop consciente. « Elle a de la chance Ariane. » Les mots sont sortis d'eux-mêmes et Grace les regrette presque, en repensant à l'affreuse soirée qu'elle et Ruben ont passé il y a quelques temps de cela. Sous son pouce, la petite cicatrice rose lui rappelle toujours la mousse au chocolat qu'elle a passée à l'évier dès le lendemain, Ruben parti. « Parce qu'elles sont sages, je veux dire. » Et puis, il y a la bague, aussi, à laquelle Grace s'accroche comme à un rocher en pleine tempête. Finalement, elle ne l'a pas quittée. Peut-être qu'elle s'y est même un peu habituée.

@ruben hartfield :l:


You, the last speaker of your language. One day, I might understand it. This old heart won't turn into another. This old life won't take me to another. You, the last musing of the morning when the world no longer is calling. Send me into the long night with all your little joys, little joys, see you in the sunlight, I don't wanna cry this time. I wanna fight.




have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 3972209998:
Revenir en haut Aller en bas
Ruben Hartfield
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans.
SURNOM : (rhube) ben.
STATUT : fiancé, comme si lui passer la bague au doigt était la solution parfaite à ses problèmes.
MÉTIER : neurochirurgien fraîchement diplômé, exerçant au st vincent’s hospital.
LOGEMENT : loft au #404 water(melon sugar) street, sur spring hill.
have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 ZAUoyMcb_o
POSTS : 894 POINTS : 6675

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : quatrième enfant de la fratrie Hartfield, a toujours tout fait pour exister par lui-même, loin de l’ombre de ses aînés › neurochirurgien récemment diplômé, il ferait tout pour protéger sa carrière, au dépend de ses proches › a été anéanti par la disparition de son grand frère Jackson début 2020, mais ne l’a pas montré à personne, préférant assumer une fausse culpabilité seul dans son coin › a fauté une nuit avec une étudiante de la faculté, et plutôt que d’assumer auprès de sa petite-copine, il l’a demandé en mariage.
RPs EN COURS : (onze) - present: caitrionaevelyn #2grace #2grace #3murphyrhett #3 › rhett #4roryswannchez anggun
RPs EN ATTENTE : ethel
RPs TERMINÉS : evelyngracerhettrhett #2
AVATAR : harry styles.
CRÉDITS : vesnaproduction (avatar), khadijha (profil gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le cœur navré (ft. sam claflin) › damon williams, les illusions perdues (ft. rudy pankow) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 04/02/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42899-and-so-the-battleships-will-sink-beneath-the-waves-ruben https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t43548-ruben-hartfield

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 EmptyJeu 17 Mar 2022 - 8:36



Il aurait du être rentré depuis une heure, peut-être deux même, Ruben. A la place, il en venait à errer presque comme une âme en peine dans les couloirs de l’hôpital, dans le service de neurologie, dans celui de réanimation aussi beaucoup. Il ne lui manquait plus que les soins intensifs et il aurait fait le tour de ses lieux d’intervention - de ceux où il était attendu, ou son avis comptait. Des lieux où, dernièrement, il se sentait à son aise.

Bien sûr, la rumeur comme quoi docteur Hartfield avait fini par mettre un genoux à terre avait fini par se répandre dans les couloirs de l’hôpital, mais Ben n’y avait prêté qu’une oreille semi-attentive. Cela l’importait peu, du moment que c’était cette rumeur qui se trouvait être vérité, qui se transmettait de bouche à oreille. Et puis comme tout, de toutes façons, à un moment donne les bruits de couloirs avaient été confirmés et s’étaient tus en l’espace de quelques jours. La vie entre les murs aseptisés avait repris son cours et avait surtout repris cette sérénité dont raffolait le jeune homme: ici, il se sentait à l’aise, il n’avait pas besoin d’être autre chose que lui-même et n’avait pas besoin de faire attention à ses faits et gestes car il était en confiance, savait ce qu’il faisait. Dernièrement, cette description correspondait au parfait contraire de ce qu’il pouvait ressentir dans sa propre maison. Certes, Grace ne s’était absentée qu’une soirée suite à leur discussion quelque peu compliquée, et elle avait fini par revenir à ses côtés toutes les nuits dans leur lit. Un vent différent soufflait sur leur foyer, depuis ce soir là pourtant. Et les choses n’étaient pas venues s’améliorer depuis que Ariane avait débarqué avec ses deux petites filles, peut-être une semaine, ou deux - ou plus, Ruben avait perdu le fil du comptage - plus tôt. Oh, pas qu’il était dérangé par la présence d’une tiers personne chez eux venant y prendre ses aises - il avait été le premier à venir dire que c’était idiot qu’elle ne vienne pas s’installer chez eux le temps de trouver quelque-chose de plus stable, avait préparé la chambre d’amis dès que Grace était venue lui parler de cette idée là, avait même récupéré des berceaux auprès de ses collègues et de ses amis afin que les petites soient bien installées aux côtés de leur mère.

C’était justement la présence de ces deux écrits êtres qui venait le déranger. Pas qu’il n’aimait pas les enfants, et que les filles n’étirent pas adorables. Simplement que c’était le pire moment pour avoir des enfants en bas âge chez eux. Car si cela le dérangeait, il savait sans même lui avoir demandé que Grace était bien heureux de pouvoir jouer à la maman avec les deux bambins.

Il vint faire claquer, doucement mais sûrement, la porte d’entrée du loft lorsqu’il fut à l’intérieur de ce dernier. Il ne voulait pas arriver par surprise, il préférait s’annoncer auprès de Grace - dire qu’ils marchaient sur des œufs dernièrement était euphémisme. C’était idiot, un simple malentendu qui pourtant semblait creuser le plus grand des fossés entre eux. C’était idiot, un simple opinion divergent, alors qu’il ne désirait pas d’enfant dans l’immédiat et que l’avis de la blonde n’était pas de ce dernier. C’était idiot, et pourtant il lui semblait qu’ils ne s’adressaient plus la parole que pour se tenir au courant des banalités. Au travail, tout était différent: ils étaient tous deux de parfaits professionnels. Personne là-bas pourrait envisager ce qu’il se cachait derrière cet écran de fumée, en revanche, une fois qu’ils étaient tous deux de retour chez eux. « Ariane ne rentrera pas tout de suite, elle prend un peu de temps pour elle. » Les pas de Ruben l’avaient mené jusqu’au salon, là d’où venait la voix de Grace. « Tu devrais venir. Je n'ai pas assez de mains pour leur donner le biberon à toutes les deux. » Posant d’abord un instant son regard que le visage de sa fiancée - il y avait bien que ça qui n’avait pas été remis en question, pas réellement du moins, depuis cette soirée là -, le regard de Ruben dévia ensuite vers les petits anges dans leur berceaux. Instinctivement, un fin sourire attendri se glissa sur les lèvres du brun - oh, il ne voulait pas d’enfants pour le moment, mais ce n’était pour autant qu’il n’était pas gaga de ces humains miniatures dès que l’occasion lui était donnée. C’était d’autant plus pour ça que le bas blessait. « Laisse moi juste le temps de me laver les mains et de me changer, et je te donne un coup de main. » Et bien sûr qu’il ne viendrait jamais refuser l’opportunité de s’occuper des fillettes, malgré son discours sur la paternité.

Lorsqu’il revint aux côtés de la future madame Hartfield, il avait enfilé un jogging et retiré l’odeur aseptisée de ses mains. « Elle a de la chance Ariane. » Ruben, qui était en train de se pencher sur le premier berceau afin de venir prendre l’une des petites dans ses bras, s’arrêta un instant dans son élan. « Parce qu'elles sont sages, je veux dire. » Ne retenant pas son léger soupire, le jeune homme finit son geste et vint prendre Juliette dans ses bras. « C’était pas vraiment le cas la nuit dernière. » Oh, il les avait entendu pleurer sans avoir besoin de faire le moindre effort. Parfois, il se trouvait à se lever presque naturellement pour aller voir si les petites ou Ariane avaient besoin de quelque-chose - il se levait tôt pour aller à l’hôpital, de toutes façons, alors autant faire une pierre deux coups. Déposant un baiser sur la tête du bambin, ses yeux finirent finalement par se poser sur la blonde, à quelques pas de lui. Elle était là, à ses côtés, et pourtant c’était le manque qui se faisait sentir dans son cœur. « Tu peux dire qu’elle a de la chance d’avoir des enfants aussi, tu sais. » Il n’était pas dupe: il savait que la phrase de la demoiselle avait un double sens. Et il assumait que ce soit le cas, car il était la raison du fait qu’elle lui en veuille. Il assumait entièrement ses envies et ses idées, mais il n’aimait pas la situation dans laquelle ils s’étaient tous deux progressivement glissés et dans laquelle ils s’installaient progressivement.  « Ou tu préfères toujours pas en discuter ? » Peut-être qu’il devrait se contenter de pouponner la petite dans ses bras, de lui donner à manger et de s’endormir sur le canapé alors que Juliette en aurait fait de même bien plus rapidement dans ses bras. Peut-être qu’il devrait se contenter de jouer au père de substitution le temps d’une soirée, et de laisser Grace l’observer de loin - il savait parfaitement pourquoi elle lui demandait un coup de main là où à l’hôpital elle aurait su gérer deux fois plus d’enfants seule. Alors, pour éviter que cela ne vienne tourner en dispute une fois de plus, Ben vint s’asseoir aux côtés de Gracie, non sans déposer un baisse sur son front à elle aussi avant d’en faire de même avec Juliette qui semblait ouvrir lentement les yeux.




have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 1ysriBC
Revenir en haut Aller en bas
Grace Craine
Grace Craine
le meilleur des mondes
Voir le profil de l'utilisateur
have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Hu5cwsy ÂGE : 29 ans (10.06). La trentaine arrive, lentement mais sûrement.
SURNOM : Gracie par Ruben. Personne ne se risque à lui donner de surnom.
STATUT : Fiancée à un infidèle. Grace n'a aucune idée qu'elle est cocue.
MÉTIER : Chirurgien pédiatrique au St. Vincent Hospital. Ne vous mettez pas entre elle et sa carrière.
LOGEMENT : Un somptueux loft au #404 Water Street, avec Ruben. Elle rêve d'un chat, ou d'un enfant.
have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Giphy
POSTS : 3477 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : cocue jusqu'à l'os • n'a jamais aimé personne d'autre que son fiancé • taiseuse, autoritaire, droite dans ses bottes • d'apparence froide, un vrai petit rayon de soleil dans le cœur • observatrice, attention à vos secrets • méprise une bonne partie de sa famille
RPs EN COURS : rosaliearianeruben #2

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 11de3092b20dce3e1b3de60195d21335d389f6db
RUBEN ☾ You live in my dream state, relocate my fantasy. I stay in reality. You live in my dream state. Any time I count sheep, that's the only time we make up, make up. You exist behind my eyelids, my eyelids - now, I don't wanna wake up.

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 PTG0MPpE_o
CRAINES ☾ And I wonder why I tear myself down to be built back up again. Oh, I hope somehow, I'll wake up young again. All that's left of myself, holes in my false confidence. And now I lay myself down and hope I wake up young again.
RPs EN ATTENTE : have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 E75b850aa37376647800e3277ac8857e

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Yagaw4lr
RPs TERMINÉS : ruben #1
AVATAR : Suki Water(melon sugar)house
CRÉDITS : @saaya (av.) + jamie (ub)
DC : Saül le crocodile & Murphy la fouine.
PSEUDO : Ocy aka ravioli zinzin
INSCRIT LE : 22/04/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t43187- https://www.30yearsstillyoung.com/t43208- https://www.30yearsstillyoung.com/t43517-grace-craine

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 EmptyDim 8 Mai 2022 - 4:04



Elle n'a pas lâché Dawn des yeux, Grace. Ses doigts parcourent la peau douce du nouveau né, qui répond par des mouvements erratiques. Elle gigote, jette des regards interrogateurs autour d'elle, petite poupée perdue dans l'immensité de son landau. Jambes croisées, Grace les observe, savoure chaque instant de bonheur - bonheur dont les filles irradient. Elle sait que d'ici quelques temps, Ariane aura trouvé un logement et éloignera les petits miracles de sa vue. Elle leur rendra des visites, bien sûr. Régulièrement, mais pas trop non plus, pas dans un soucis de ne pas envahir Ariane mais surtout pour éviter de se faire passer pour la folle des bébés. La tante gâteuse. La weirdo dont on finit par éloigner les enfants. Non, elle ne veut pas de ça, Grace. Juste d'un peu des rayons qui baignent la peau claire des bambins. Juste respirer encore un peu leur air, les avoir en vue pour se souvenir qu'un jour, ça sera elle. Peut-être.

Oui, par tous les moyens. Un jour.

« Laisse moi juste le temps de me laver les mains et de me changer, et je te donne un coup de main. » Alors elle acquiesce, parce que pour l'instant c'est tout ce dont elle peut se contenter. La gorge serrée, Grace a un peu plus de mal à respirer qu'il y a quelques instants. Cela se passera-t-il bien, avec Ruben, cette fois-ci ? Ils n'ont tout simplement pas le droit de guerroyer, pas en présence des enfants. Le terrain se fait neutre, dans la pièce doucement chauffée. Ruben s'occupe de Juliette - et elle l'a vue, Grace, ce mouvement presque imperceptible. Elle l'a senti. C'était dans sa vision périphérique, juste un arrêt qui n'a duré qu'une fraction de seconde. La blonde ne s'en veut plus pour autant, pour la pique lancée à travers la pièce. Ses mots font comme de l'émaille brisée sur laquelle elle s'est coupée le doigt il y a quelques jours. Jetant un regard à son fiancé, Grace étouffe un soupir. « C’était pas vraiment le cas la nuit dernière. » Un sourire compatissant se glisse sur les lèvres de la chirurgienne. Elles sont si mignonnes, les petites, qu'on ne peut pas vraiment leur en vouloir. « Tu peux dire qu’elle a de la chance d’avoir des enfants aussi, tu sais. » Elle toussote, Grace, et décroise les jambes pour poser Dawn sur ses cuisses. « Ou tu préfères toujours pas en discuter ? » La blonde affronte enfin son fiancé du regard. Elle lui offre son regard le plus trouble, celui qui est pensif et qui ne dévoile rien. Ses index se sont glissés dans les mains de Dawn, qui agite ses petits pieds et ouvre nerveusement la bouche. « Je vais chercher les biberons. »

Quand elle revient, ce n'est que pour réinstaller dans la même position. Elle s'est pourtant rapprochée de Ruben et leurs genoux se touchent désormais, de la plus discrète des façons. Sur son poignet, Grace contrôle la température du lait avant d'effectuer un geste qu'elle a tant vu faire par des parents, à l'hôpital. Des parents heureux avec leurs bambins heureux, loin d'elle et de ses mauvaises nouvelles de médecin. « C'est de ma faute, en fait. On aurait dû en parler avant. J'aurais dû te dire que je voulais des enfants. » La joue de Grace s'écrase contre l'épaule de Ruben, alors qu'elle ne lâche pas Dawn des yeux. Un sourire se glisse sur le visage de la blonde qui, faute de prononcer des paroles agréables, a au moins le luxe de ne pas trop penser à leur sens. Elle est facilement distraite, Grace, surtout par les yeux gris bleus de la petite fille qu'elle tient entre ses bras. Elle semble si fragile, là, posée contre sa peau. Si fragile et si parfaite. Elle y projette les traits de Ruben, ses traits à elle. Le nez de son père. Le sourire de sa mère. Le front borné et pensif de Ruben. Les joues boudeuses de Grace. « On n'est pas pressés. Tu as du travail et moi aussi. Et puis, on n'a qu'à... kidnapper les filles d'Ariane quand l'envie nous prendra de nous entraîner. » Dawn cligne des yeux, imperturbable. « Tu as d'autres ajouts à faire sur notre manière de jouer à papa-maman ? » Pour l'instant, ils jouent. Mais pour combien de temps encore ?


You, the last speaker of your language. One day, I might understand it. This old heart won't turn into another. This old life won't take me to another. You, the last musing of the morning when the world no longer is calling. Send me into the long night with all your little joys, little joys, see you in the sunlight, I don't wanna cry this time. I wanna fight.




have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 3972209998:
Revenir en haut Aller en bas
Ruben Hartfield
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans.
SURNOM : (rhube) ben.
STATUT : fiancé, comme si lui passer la bague au doigt était la solution parfaite à ses problèmes.
MÉTIER : neurochirurgien fraîchement diplômé, exerçant au st vincent’s hospital.
LOGEMENT : loft au #404 water(melon sugar) street, sur spring hill.
have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 ZAUoyMcb_o
POSTS : 894 POINTS : 6675

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : quatrième enfant de la fratrie Hartfield, a toujours tout fait pour exister par lui-même, loin de l’ombre de ses aînés › neurochirurgien récemment diplômé, il ferait tout pour protéger sa carrière, au dépend de ses proches › a été anéanti par la disparition de son grand frère Jackson début 2020, mais ne l’a pas montré à personne, préférant assumer une fausse culpabilité seul dans son coin › a fauté une nuit avec une étudiante de la faculté, et plutôt que d’assumer auprès de sa petite-copine, il l’a demandé en mariage.
RPs EN COURS : (onze) - present: caitrionaevelyn #2grace #2grace #3murphyrhett #3 › rhett #4roryswannchez anggun
RPs EN ATTENTE : ethel
RPs TERMINÉS : evelyngracerhettrhett #2
AVATAR : harry styles.
CRÉDITS : vesnaproduction (avatar), khadijha (profil gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le cœur navré (ft. sam claflin) › damon williams, les illusions perdues (ft. rudy pankow) › otto lazzari, la mort dans la peau (ft. robert pattinson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 04/02/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42899-and-so-the-battleships-will-sink-beneath-the-waves-ruben https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t43548-ruben-hartfield

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 EmptyDim 8 Mai 2022 - 11:18



La discussion qu’il faut qu’ils aient, il n’y avait pas d’autre solution s’ils voulaient trouver une issue aux tensions qui ne cessaient de s’accumuler ces dernières semaines, ne faisait pas plaisir. Ce n’était de ces discussions dont on avait hâte, qu’on venait d’abord jouer douze fois dans sa tête tellement l’empressement vous traversait de part en part. Là, ils se devaient d’être, de parler à coeur ouverts et surtout - et c’était peut-être là que la partie la plus compliquée pour Ruben se posait -, il fallait qu’ils gardent l’esprit ouvert. Parce-qu’il était plutôt de type catégorique sur la question, le Hartfield, et pour lui il n’y avait pas vraiment d’entre-deux possible dans les mois voire années à venir. Il était déjà venu mettre un genoux à terre plus tôt dans l’année, n’était-ce pas suffisant en guise d’engagement et de compromis pour les prochaines années ? « Je vais chercher les biberons. » Et elle se levait déjà, Grace, pour s’éclipser l’espace d’un instant, les deux enfants sous la surveillance de son fiancé qui à contrario de vouloir des enfants de suite pour eux mêmes, était ravi de jouer au baby-sitter le temps d’une soirée. Le sourire qu’il accorda aux petites était ravi, même hypnotisé par le visage rond que les enfants pouvaient avoir lorsqu’il était encore petits.

Gracie ne mit que peu de temps à revenir vers eux, à s’installer de nouveau aux côtés des enfants comme de Ruben, qui n’avait pas bougé d’un pouce. Et il voyait, il remarquait tout - mais surtout la façon dont elle se replaça bien plus proche de lui, de sorte que leurs genoux en viennent à se toucher sans pour autant prendre trop d’espace et empiéter sur celui de son fiancé. Et si elle se concentrait sur le biberon qu’elle tenait entre les mains, et si le jeune homme imitait ses gestes afin de pouvoir nourrir Juliette de son côté, leur attention il le savait était portée uniquement sur la personne dont ils partageaient le quotidien mais plus la discussion ces derniers temps. Il ne dit rien, Ruben, car sa dernière volonté était de presser Grace là où ce n’était pas nécessaire; ils se devaient de parler, mais il ne viendrait jamais la forcer à agir de la sorte.

« C'est de ma faute, en fait. On aurait dû en parler avant. J'aurais dû te dire que je voulais des enfants. » Et alors que la joue de Gracie s’écrasait contre l’épaule du jeune homme, de son côté il fut possible d’entendre un petit soupire de soulagement s’échapper. Au moins, elle ne reniait pas la conversation d’un bloc et c’était mieux que tout ce qu’il avait put obtenir ces derniers jours. « Je savais que t’en voulais, Gracie, c’est juste que… » Que quoi, au juste ? Qu’il avait préféré ne pas prendre cette information en compte puisque de toutes façons, ce n’était pas une question de son côté et ce pour bien des années à venir ? Peut-être qu’elle était en partie responsable, effectivement, même s’il ne voulait pas rejeter la faute sur elle: prévenir que c’était un souhait qu’elle voulait combler rapidement leur aurait permis de discuter des choses qui fâchaient bien plus tôt, plus rapidement. Cependant, la discussion dans l’esprit de Ben n’était même pas une option, jusqu’à temps qu’il la voit quitter leur appartement, bague pourtant glissé à l’annuaire. Alors, ce n’était pas que de sa faute à elle. « J’aurais pas imaginé que tu en voulais si rapidement. » Qu’elle souhaitait, dans des termes beaucoup plus crus et qu’il n’était pas spécialement bons de venir prononcer de la sorte pour le moment, qu’elle voulait ruiner leur avenir avec tant de hâte.

Au creux de son bras, Juliette buvait tranquillement son biberon, ses doigts potelés jouant avec la main de Ruben autour de la gourde et les yeux détaillant la moindre mèche rebelle de cheveux. « On n'est pas pressés. Tu as du travail et moi aussi. Et puis, on n'a qu'à... kidnapper les filles d'Ariane quand l'envie nous prendra de nous entraîner. » Le coeur de Ruben, bien malgré lui, se serra. Ce n’était pas parce-qu’ils en partageaient pas la même vision des choses que cela ne lui faisait pas mal de voir la jeune femme dans cet état là - même si elle pouvait le nier, il voyait tout, Ruben. « Tu as d'autres ajouts à faire sur notre manière de jouer à papa-maman ? » - « Gracie… » Il prit un instant, quelques secondes, avant de se lancer dans la suite de cette conversation en plusieurs actes. « On est pas pressés sonne beaucoup comme un cri du coeur de ton côté, je me trompe ? » Il pesait ses mots, les cherchaient pour sortir ceux qui étaient peut-être moins pires, tournait sept fois sa langue dans sa bouche ensuite pour être sûr de lui. « Tu veux ruiner tous les efforts que t’as fait ces dix dernières années pour obtenir tes diplômes et ton poste maintenant ? Je veux dire, ça compte beaucoup pour toi non ? » Pour lui, c’était tout sa vie - et il avait toujours cru que c’était le cas pour Gracie aussi. Mais elle avait parlé mariage, il était déjà retissant à ce sujet et ils n’étaient pas allés plus loin. Maintenant que la bague ornait - toujours - son annuaire, peut-être que les priorités de la blonde avaient été réorganisées ? Avait-il était si aveugle, tant idiot ? « Parce-que oui, moi je ne suis pas pressé et je veux attendre avant d’agrandir notre famille. Et s’il faut attendre cinq à dix ans, ça me dérange pas… mais je pense pas que tu sois de cet avis là. » Les derniers mots avaient comme été murmurés, du bout des lèvres, assumés mais à peine prononcés pour ne pas blesser. Le regard de Ruben, lui désormais, se posait sur la main de Grace qui brillait, celle qui portait la promesse de leur amour pour le restant de leurs jours.




have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 1ysriBC
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Empty
Message(#) Sujet: Re: have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

have I known you twenty seconds or twenty years ? | ruben #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-