AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -56%
Figurines Funko POP TV SQUID GAME à 6,99€
Voir le deal
6.99 €
-12%
Le deal à ne pas rater :
SAMSUNG Galaxy M13 64Go 4G Light Blue à 149€
149 € 169 €
Voir le deal

 Only life suffered can transform a symphony from a collection of notes ♪ Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malachi Etherstone
Malachi Etherstone
les noces funèbres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (26.10.1984)
SURNOM : Mal', Malak'. Maki par Birdie (la seule autorisée à l'utiliser). Du reste, il préfère son nom en intégralité.
STATUT : Célibataire sans attache. Divorcé d'une autre époque.
MÉTIER : Maestro au Queensland Symphony Orchestra. Aide encore son aînée dans l'entreprise familiale de pompes funèbres. Ancien premier violon du SSO et violoniste international en deuil de son instrument.
LOGEMENT : Il a retrouvé ses beaux quartiers à Spring Hill. Ses murs ne connaissent plus de courant d'air mais s'habituent parfois à un tourbillon irisé.
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel E386f35dd6d9c1f46a42e4f0a49f975864e117af
POSTS : 1894 POINTS : 30

TW IN RP : Paralysie ♪ Anévrisme ♪ Dépression ♪ PTSD ♪ Mort (Pompes funèbres)
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Australo-italien ♪ Musicien dans l'âme. Oreille absolue. Musicien atrophié ♪ De retour sur scène après deux longues années et une rupture d'anévrisme qui a laissé le membre gauche paralysé ♪ L'acharnement a rendu la mobilité. Mais la dextérité manque encore. Et les douleurs restent ♪ Il navigue entre les lumières des projecteurs et les ombres des morts. Comme à l'époque ♪ Chef d'orchestre diplômé (nov. 2021) ♪ Assistant funéraire à ses heures ♪ Compositeur insatiable ♪ Propriétaire d'une Grammostola rosea. Cadeau d'Heather baptisé : Heather-Kimberley
CODE COULEUR : #330000
RPs EN COURS : (05/05)

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel MOf1MMD
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel CCuWGI0
MADIE ♪ The only way to deal with an unfree world is to become so absolutely free that your very existence is an act of rebellion.
FB2RP2

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Rf26
HEATHACHI ♪ The absurd is born of this confrontation between the human need and the unreasonable silence of the world. RP2

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Xb71
MALIEL ♪ In the depth of winter, I finally learned that within me there lay an invincible summer. FB1RP1

RPs EN ATTENTE : Owen #2 ♫ Headie

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel ZyDmOR4
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel FximBIO
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel GzA2Yx9
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel XTL1gBj
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 2eDseF9
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel YI1xEdJ
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 2Gt2RfY
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel R5x0JQM

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 698629tortue

A masterpiece by
Queen Heather:

RPs TERMINÉS : Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 88fb73067fe21ba7dfe3a6580951c01f5e07c8f0

♫:

AVATAR : Matteo Martari
CRÉDITS : cristalline (avatar) ♪ me (cracks) ♪ mmd (gifs) ♪ loonywaltz (ub)
DC : .
PSEUDO : Ira'
Femme (elle)
INSCRIT LE : 19/08/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t25865-malachi-my-heart-in-passion-and-my-head-on-rhymes https://www.30yearsstillyoung.com/t25959-malachi-music-is-where-we-find-our-common-humanity https://www.30yearsstillyoung.com/t25997-malachi-etherstone#1085324 https://www.30yearsstillyoung.com/t26074-malachi-etherstone

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Empty
Message(#) Sujet: Only life suffered can transform a symphony from a collection of notes ♪ Gabriel Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel EmptySam 19 Mar 2022 - 15:05




     

Only life suffered can transform
a symphony from a collection of notes
@Gabriel Carnahan
La silhouette s'arrête un instant. L'œil est accroché. Muet. Elle s'agrège, se rapproche comme un aimant. Le silence vit. Assourdissant. L'écho s'abîme. Là, entre les pavés. L'hésitation saisit le geste. Il se laisse emporter. Les pavés sont des planches. Le silence se fait. Étouffé entre le marbre et l'albâtre habillé. La silhouette avance. Nuance par nuance. Les prunelles s'égarent. La retenue s'évapore. Il meut ses pas. Le regard se fige. Les phalanges appellent. Il répond. Il cède. Le son, suspendu. Le piano est accordé. La note. Juste. Il s'en offre une autre. Et puis une encore. La suivante suit la partition noyée dans un coin de mémoire. Il est des choses dont même le temps ne peut atténuer la gravure. L'essence. La symphonie vit des notes, des poussières d'une autre époque. Une existence plus simple. Plus innocente. Exaltée. Il se laisse prendre, immerger dans la nimbe. La composition est subtile, fulgurante, atteinte. Qu'elle revienne est idée étrange. Mais ses pensées ne réfléchissent à rien. Il abandonne ses gestes à la complexité du flot, il l'avait voulu simple, en apparence. Il l'avait irradié. Le chant se poursuit sans mot. Sans anicroche. L'espace est envahi, soutenu à la prochaine seconde. Il s'est assis. Sans s'en apercevoir. Il a clôt les paupières. Par réflexe. Il n'a pas besoin de voir. Il connaît. Par cœur. A la moindre mesure. Au moindre écho relevé. L'instant s'amenuise. Il entend encore. La dernière note résonne. Saisie.
La silhouette en sent une autre derrière elle. Derrière lui. Il hésite. Se relève. Les excuses naissent, meurent sans franchir le pas. Il se retourne. Se tait. Se fige. L'expression s'adoucit. La stature se redresse. Un fin sourire. Un nom qui reste. Un mot franchi.

La satisfaction marque ses traits. Les échos de voix lui répondent. L'enthousiasme transparaît et il se contente d'un sourire. Il noue et dénoue ses phalanges. Par habitude. La douleur est présente mais elle reste minime. Contrôlée. Elle ne viendra rien ruiner. Pas aujourd'hui. L'esprit perdu dans les réminiscences. Celles de quelques heures. Celles de quelques années. Le mélange est étrange. Similaire sans l'être. La posture est différente. L'impression qui en résulte aussi. Il a l'usage d'attraper les yeux en visant les tympans. Dés lors, il ne reste que la silhouette, les gestes. Le flot qui s'écoule n'est plus le sien. Il le crée, l'embrase. Mais il ne le joue pas. Il met la pensée dans un coffre. C'est un autre temps. Nul besoin de ressasser. Même quand il les voit faire, même quand il les dirige. Quand il se retient de voler, de prendre la place, de capter. Il renoue d'ardeur, de drame. Il noue et dénoue ses phalanges. Par habitude. Par instinct. L'effervescence imprègne les lieux. Les couloirs de l'orchestre, vibrants des dernières heures. L'ensemble est presque assourdissant. Presque. S'il n'était pas si vivant. Austin passe dans son dos, serre l'épaule droite sans s'arrêter. Lui se retourne, sans rien dire. Le contentement, il le garde. Il ne veut pas le quitter. Il doute qu'il finisse par le taire. Pas l'un de ces jours. Ils paraissaient si lointains pourtant. Inaccessibles. La roue a tourné. Dans la bonne direction. Il l'espère. L'espoir est une folie mais il n'est pas encore dans la pierre. D'un geste, il hésite. L'appareil entre ses doigts. Il renonce finalement. Elle n'apprécierait pas. La fierté est une fausse bonne nouvelle. Il ne se la laissera pas détourner. L'objet vibre pourtant. Il se laisse surprendre. Un regard lui apprend que la responsable ne l'est pas tant. Surprenante. L'expression en coin, il rejoint sa loge. Il n'est qu'elle pour lui demander. Tête de linotte. Probablement héritée de son père. Les traits s'adoucissent. Il détourne ses pensées. Il abandonne le nœud, la veste de circonstance. Il en revêt une autre. Habillée mais moins formelle. Le manteau reste. Ce n'est l'espace que de quelques minutes. L'heure n'est pas tardive encore. Elle n'appartient plus en la seconde à la partition. Celle qui se jouera plus tard. La môme a envoyé l'adresse. Il visualise sans connaître. Ses pas quittent l'enceinte, la symphonie des exaltés. La main dans les mèches tenues. Un réflexe. Il marque la chaussée. Un taxi hélé. Une course dite. A peine quelques instants. Les doigts pianotent. Sur ses genoux, sur l'écran. Les bâtiments défilent, noyés dans l'écho d'une radio. Il reconnaît la mélodie, en mime le rythme. Vieil automatisme. Accentué. Le quartier approche. Il le connaît bien. Il est surpris de ne pas avoir noté avant. Elle, elle est parvenue à trouver. Elle, c'est la nièce, bien sûr. L'étudiante déterminée. Bianca s'en exaspère parfois. Regarde ce que t'as fait. Une ambitieuse avec des rêves de gloire. Eblouie par des contes de lumière. Tu ramasseras les pots cassés. Les ans passent et elle devient leur mère, Bianca. Plus tolérante mais aussi sévère. Droite. Directe. Implacable assurément. La froideur des pleurs des autres. La rugosité des siens. Il ne dit rien. Il laisse faire. Elle ne l'a pas laissé fléchir mais elle sait. Elle redoute à raison. Il entretient par déraison. Il sait que la lumière quand elle attire rend la résistance futile. Il s'y brûle encore. Ils devront juste faire attention. A ce qu'Icare ne soit pas elle après avoir été lui. La course s'achève. Il règle. Il sort. Il avise. Il retient le titre. Celui du livre. Il s'arrête. Accroché. Il avance. Franchit. Joue. La silhouette perd pied hors de la réalité.

Le damier a quitté ses doigts. L'obscurité, ses iris. Il calque ces dernières sur lui, cet étranger. Qui n'en est pas un. Les vestiges se brouillent. Informes. Lumineux. Même ici entre les allées fourmillantes. Même là entre les mots prisonniers. Les traits trahissent une autre époque. La posture, une existence que l'on reconquiert. Il se redresse. Ses prunelles le discernent. Dans tous les contours. Il n'amorce aucun geste. Le nom reste. Le mot franchit. Un murmure." Ciao".

CODE BY MAY


La musique :l::



Violins are the lively, forward, importunate wits, that distinguish themselves by the flourishes of imagination, sharpness of repartee, glances of satire, and bear away the upper part in every consort. (R. Steele)


Dernière édition par Malachi Etherstone le Sam 30 Avr 2022 - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Carnahan
Gabriel Carnahan
l'entre-deux chapitres
l'entre-deux chapitres
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Tout fraîchement 43 ans (13 oct 79)
SURNOM : Gaby, Gab'. Pretty Little Galway Boy par une petite fée. Tenerezza, il y a longtemps.
STATUT : Cœur guimauve piétiné par la vie, encore fragile. Le palpitant bat toujours pourtant, il l'a senti, et il ne demande qu'un peu de douceur pour retrouver de sa superbe.
MÉTIER : Libraire, gérant de la State Liberty (Toowong). Il a repris sérieusement ses activités artistiques en parallèle, remis le pied à l'étrier, à nouveau des idées plein la tête. Retour à l'écriture et l'illustration, le voilà qui se lance désormais dans la création de son premier roman graphique.
LOGEMENT : #152 Bywong Street, Toowong. Un appartement au-dessus de la librairie, un peu trop grand depuis qu'il y vit de nouveau seul avec son chat.
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Bhwl
POSTS : 17011 POINTS : 0

TW IN RP : Deuil ≈ Cicatrices ≈ Santé mentale ≈ PTSD (accident de voiture)
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
CODE COULEUR : #cc3366
RPs EN COURS :
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel B9246fdca96c051be99ff9276ab2d1a3e7948db0

FLASHBACK
Robin (fb1)Jameson (fb2)Malachi (fb1)Riley (fb1)

PRESENT
Robin#3Heather#1Malachi#1

UNIVERS ALTERNATIFS
Robin (df)Clément & Kyte (df)Jameson (df)Sergio & Deby (ua)


Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Mnr4
Maliel ❀ You be the sun. I'll be the moon. Just let your light come shining through. And when night comes, just like the moon i'll shine the light right back to you.

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Tl3d
Gabin ❀ May your day be touched with a bit of irish luck, brightened by a song in your heart, and warmed by smiles from the people you love.


RPs EN ATTENTE :
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 698629tortue
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 165911membre2

RPs TERMINÉS :
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Wk8d
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel WJBxV7Q

Terminés : Clément#1MaximilienGreta#teamaperoClément#2OwenJameson (fb1)Wren#1Tea Time (ua)MPR-Robin#1ElwynWren#2Jack (fb)Wreniel (ua1)Wreniel (ua2) Wren#3Jack (df)

Archivés : Charlotte L.JunVictoriaLeahRosalynTeliaJoshuaBélialTessEllieSheridynOwen & Marius (df)Cole#teamcitrouilles (df)JosephJadyn (df)LiamCoraMaximilien (fb)CleoChadna (df)Myrddin (df)SavannahViniel 50's (ua)Deviniel (ua)JamesonTerrenceLizzieFreya (ua)Zelda (fb)SachaLudwig (fb1)Ludwig#1Ezechiel (ua)EveJill (fb)RDBCAOdessa#1Timothy#1Wren#4 & Anastasia #1Wren#5Wreniel (ua3)Wren (ua witchwren)Anastasia#2Primrose#1Antone (ua)

AVATAR : Hugh Dancy
CRÉDITS : Ira' & Birdie & Cocaïne (gifs) ≈ loonywaltz (ub) ≈ Cristalline (avatar)
DC :
PSEUDO : Sleepy Raven
INSCRIT LE : 08/04/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19426-gabriel-carnahan-open-a-book-and-forget-the-rest https://www.30yearsstillyoung.com/t19695-gabriel-carnahan-il-est-des-rencontres-dont-la-chaleur-suffit-a-emplir-toute-une-vie-et-dont-le-deuil-vous-laisse-estropie-a-jamais https://www.30yearsstillyoung.com/t19770-gabriel-carnahan https://www.30yearsstillyoung.com/t20550-gabriel-carnahan

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Empty
Message(#) Sujet: Re: Only life suffered can transform a symphony from a collection of notes ♪ Gabriel Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel EmptyMar 26 Avr 2022 - 20:31



Only life suffered can transform a symphony from a collection of notes
Maliel

Journée d’un calme plat à la librairie. Gabriel ne saurait s’en plaindre, elle lui laisse tout le loisir de se pencher sur des occupations plus personnelles. A l’image de ce qui concentre toute son attention à cet instant. Devant ses yeux défilent ses derniers croquis, qu’il observe d’un œil critique. Voilà quelques temps déjà qu’il s’est donné comme objectif de renouer avec ses anciennes activités artistiques, celles qui étaient si indissociables de lui avant son accident. Objectif qu’il remplit doucement mais sûrement avec davantage de facilités qu’il ne l’aurait pensé. Etonnant comme ses repères et anciennes marques semblent lui être revenus relativement aisément. Malgré le fait d’avoir relégué tout ce pan de lui au fond d’un tiroir durant de trop longues années. Le voici de nouveau à naviguer entre photos, crayons et pinceaux. Et le résultat se révèle peu à peu. Les réflexes reviennent, les gestes sont plus assurés. Par-dessus tout il se sent moins éloigné de lui-même. Certes, la sensation est encore fugace, fragile même, toutefois il lui semble doucement renouer avec certaines parts de lui qu’il a trop longtemps négligé, comme s’il se décidait enfin à remettre les pièces dans l’ordre pour recomposer le puzzle de son existence éclatée. Sensation étrange, que de se redécouvrir pas après pas. Le chemin n’en demeure toutefois pas moins long encore. Mais les progrès sont là, et c’est assurément déjà ça. C’est ce qu’il se dit, tandis que ses doigts pianotent inconsciemment des notes remontées des limbes, presque par habitude. La réalisation l’étonne, le tire de ses songes, tant et si bien qu’il finit par lever le nez de ses croquis. L’air lui paraît aussi familier que lointain, tout droit revenu d’une autre époque. D’un passé révolu. Du moins le croit-il. D’éphémères souvenirs l’effleurent. Il se ravise. Son esprit lui joue des tours. Son imagination aura sans doute extrapolé. C’est du moins ce dont il tente de se convaincre. Sans grand succès. Il doit en avoir le cœur net. Déjà ses pas le mènent vers la source de la mélodie qui le saisit davantage à mesure qu’il s’approche. Aucune illusion. Elle est bien réelle. Et elle n’est pas la seule. Il s’arrête, demeure interdit. La silhouette lui est tout sauf inconnue. Il la reconnaîtrait entre mille, même ainsi, de dos, assise face au piano. Surtout ainsi, peut-être, déroutant parallèle avec la toute première fois où ses prunelles claires se sont posées dessus. Les années ont passé, pourtant le souvenir se révèle soudain, intact, étonnement vivace. Et si les souvenirs ne mouraient jamais vraiment ? S’ils ne faisaient que dormir, profondément enfouis quelque part, dans l’attente, patiente, de ce qui viendra les réveiller ? La mélodie. Le piano. La silhouette. Cette dernière qu’il connait sur le bout des doigts. Littéralement. Seulement, tout cela remonte à si longtemps. D’autres lieux. D’autres temps. Une autre vie. Révolue. Celle d’un garçon insouciant et rêveur, plein d’espérance et de projets, qu’il pense avoir perdu en chemin. Définitivement, il le craint. Broyé par les tourments de l’existence. Mais alors, pourquoi son cœur semble t-il avoir manqué quelques battements au passage ? Pour quelle raison a-t-il l’impression fugace de s’être liquéfié l’espace d’une seconde ? Pourquoi donc ce vertige ? Au point que ses doigts lui font soudain défaut laissant son carnet s’échouer au sol, libérant dans sa chute nombre de feuillets s’éparpillant dans un bruit de papier froissé. « Malachi ? » Comme pour en être sûr alors qu’il l’est déjà. Pour conjurer peut-être. De peur que ce ne soit sa tête qui lui fasse une mauvaise plaisanterie. Il sait que ce n’est pas le cas. Pour donner corps à cette étrange apparition pour le moins inattendue, s’assurer qu’elle n’est pas mirage. Elle ne l’est définitivement pas. C’est bien Malachi qui lui fait face. Les traits restent. La stature est la même, tout comme le timbre grave. L’allure demeure. Le contraire l’aurait sans doute étonné. Si à l’époque, la musique a capté son oreille en guise d’accroche, c’est bien ce quelque chose en plus que dégageait le jeune italien qui a attiré son œil pour finalement le saisir tout entier. Il est des choses qui ne changent guère visiblement.

Une seconde encore. Et le souffle lui revient enfin. En même temps que le mouvement. Le bleu de ses yeux échappe à la vision du violoniste face à lui pour se poser sur le petit désastre à ses pieds, qu’il s’emploie fébrilement à réparer. « Désolé, je… » Je ne m’attendais pas à te voir ici ? A le revoir tout court aurait-été plus juste encore. Après toutes ces années. Certes, la vie leur a déjà donné une occasion de se recroiser par le passé. De ce genre de hasards qui ne sont pas spécialement voués à se répéter. Et bien que le musicien possède un ancrage familial aux alentours de Brisbane, Gabriel l’aurait sans doute davantage imaginé sur quelque scène prestigieuse, sous ces lumières qu’il affectionnait déjà tant autrefois, plutôt qu’en ces lieux. Il est vrai que, pendant un temps, le bouclé a suivi de loin les succès de celui voué à devenir probablement l’un des meilleurs violonistes de sa génération. Sans surprise à son sens, tant ce talent coulait déjà dans ses veines lorsqu’ils se sont connus. Puis il y a eu l’accident, lui faisant perdre le fil de bien des choses, de son existence même, tant passée que présente. Un fil qu’il peine encore à retrouver. Comme si une fissure séparait désormais son existence en deux. Deux vies distinctes, profondément irréconciliables, à jamais séparées par un gouffre sans fond dans lequel il s’est trop longuement perdu. Certitude qui n’a assurément pas lieu d’être. Comme semble le prouver la présence de Malachi, tissant soudain un lien invisible entre passé et présent. « Ciao. » C’est sans y penser qu’il répond dans la même langue. Celle qu’il a si peu utilisée ces dernières années et qui semble cependant capable de lui revenir. Son regard va et vient des feuilles au musicien et inversement. « Tu… » Ses pensées s’éparpillent, difficile d’y faire du tri. Alors, dans un vieux réflexe, ses doigts se perdent parmi ses boucles brunes, comme pour tenter de retrouver un peu contenance. Il ne sait que dire. Des questions lui viennent. Ce qu’il devient, ce qui l’amène ici, ce que les années ont amené avec elles. Il hésite, n’en formule pas une seule. Puis se reprend, esquisse timidement  un sourire, ses prunelles claires daignant enfin se fixer définitivement sur l’italien. « Comment… Comment vas-tu ? » C’est finalement la seule question que ses lèvres parviennent à articuler, que sa voix consent à faire vivre. La seule, peut-être, qui compte vraiment en cet instant. Elle n’est pas simple politesse. La réponse lui importe. Encore. Sincèrement. Même après tout ce temps, il continue de s’en préoccuper.
2981 12289 0


:gayheart: Et je divague, j'ai peur du vide. Je tourne des pages, mais des pages vides. Poussière errante, je n'ai pas su me diriger. Chaque heure demande pour qui, pour quoi, se redresser.

Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel OrLErGE
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 6kSzRZQ
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Dr4dErc
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel QqLqwzn
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Q3KDf73
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel GzA2Yx9
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel Bbi5jU8
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 335306globetrotter
Only life suffered can transform  a symphony from a collection of notes  ♪ Gabriel 908854lgbt
Revenir en haut Aller en bas
 

Only life suffered can transform a symphony from a collection of notes ♪ Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-