AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

 Old friends (Dinis #1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Russell Sutton
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 46 ans (12 juin 1975)
SURNOM : Sutton pour ses collègues à la caserne, un surnom sûrement peu flatteur pour Angus.
STATUT : Séparé, il n'a jamais divorcé avec Beth, l'amour de sa vie, mais il l'a rayée de sa vie depuis plus de six ans.
MÉTIER : Sapeur pompier, anciennement sur le terrain, il travaille désormais au centre d'appel en tant que fire communications officer.
Old friends (Dinis #1) Fe11a5ffd75e3cec10952685b6b114c7e0cdf7f7
POSTS : 63 POINTS : 80

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Pompier par vocation après le décès de sa mère dans un accident de voiture • Est atteint d'un PTSD depuis l'incendie qui a coûté la vie à deux de ses collègues • A quitté sa famille il y a 6 ans après avoir découvert qu'Angus n'était pas son fils biologique, il a déménagé avec une autre femme et n'a eu aucun contact avec sa famille depuis • C’est un habitué des vides grenier et le roi du bricolage. • A toujours répété qu'il ne voulait pas d'animal mais maintenant il est complètement sous le charme de son chat.
RPs EN COURS : Dinis #1

Angus #2

Mussel #1
RPs TERMINÉS : Angus 1
AVATAR : Milo Ventimiglia
CRÉDITS : Harley
DC : Melchior le musicien au cœur d'or et Cesar le gamin infernal
PSEUDO : Aligot
Femme (elle)
INSCRIT LE : 05/04/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t44051-semper-paratus-russell

Old friends (Dinis #1) Empty
Message(#) Sujet: Old friends (Dinis #1) Old friends (Dinis #1) EmptyLun 25 Avr 2022 - 22:29



@Dinis Irish :OO:


Cela doit bien faire dix minutes que je tourne dans le salon comme un chien malade. Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit et j’ai passé des heures à me repasser en boucle cette journée de merde. Parce qu’il n’y a pas d’autre mot pour décrire ce qui vient de s’écouler. C’était une de mes premières journées à la caserne et j’appréhendais mon retour en ville, j’avais peur de croiser Angus ou Beth au détour d’une rue ou même la famille de Beth qui doit elle aussi me détester profondément. D’autant plus que revenir à la caserne de Brisbane cela voulait dire recroiser des anciens collègues, ceux qui m’ont connu avant l’incendie et j’ai honte de la différence entre l’homme que j’étais et celui que je suis devenu. Ce n’était donc pas sereinement que j’étais retourné bosser mais je n’aurais jamais imaginé en me levant ce matin-là que tout basculerait si violemment. Je revois Angus en furie dans la caserne, tous mes coéquipiers autour de nous en train d’assister à un moment d’une rare violence. Ce qui m’a fait le plus de mal ce n’est pas le coup qu’il m’a porté -bien que mon nez désormais tordu ait souffert- mais bien ses mots, tous plus tranchants les uns que les autres. Et puis il a cette annonce : “elle est partie”. Une funeste nouvelle que j’ai refusé de croire par pur déni. Mais j’ai bien dû me rendre à l’évidence : Beth n’est plus là. J’ai passé des heures allongé sur mon lit, son alliance dans le creux de ma main je l’ai serrée fort en repensant à elle. Je me suis fait le film en boucle : nos disputes, mon départ, les sept dernières années. Beth était dépressive et ça c’est quelque chose que je n’aurais jamais imaginé. J’ai épousé une femme forte, pétillante alors l’imaginer comme ça c’est très certainement la dernière chose qui me serait venue en tête. Je pensais qu’elle avait refait sa vie, qu’Angus et Sam auraient eu un beau-père pour veiller sur eux ou du moins que Beth se serait occupée d’eux comme elle l’avait toujours fait. Je me suis planté, j’ai eu tout faux et à cause de ça Angus et Sam ont dû se débrouiller seuls. C’est le genre de constat qui m’empêche de dormir et qui continuera de le faire. Cette histoire me bouffe et en plus de la tristesse et de la colère que je ressens je me sens coupable et je suis inquiet. Je sais que mon inquiétude est tardive, cela fait sept ans que la situation est la même mais je ne peux pas rester comme ça les bras croisés. Beth n’est plus là et c’est à moi de prendre le relai, je ne peux pas ignorer la situation et laisser mes gamins comme ça tout seuls. Angus est grand, il est adulte mais je me demande qui peut bien s’occuper de Samuel. Est-ce qu’Angus s’est occupé de lui ? Est-ce qu’ils ont de quoi vivre décemment ? Une tempête de questions se bousculent dans ma tête et j’hésite sur ce que je peux faire. J’ai besoin de les voir mais je sais que je ne suis pas le bienvenu. Je l’ai bien compris hier avec le regard d’Angus et les “casse toi on veut pas de toi”. Mais je m’en fiche. Je n’ai pas d’ordre à recevoir de sa part et je reste son père, donc si je veux aller les voir j’irai les voir même si je dois à nouveau m’attirer ses foudres. Mais je tourne en rond dans mon salon, je n’arrive pas à trouver le courage d’y aller. Parce que je suis en tort et que ça sera très mal perçu de me pointer là-bas comme une fleur après sept ans mais je ne peux pas rester sans rien faire. Tony sent bien que je suis anxieux, il ne m’a pas quitté cette nuit. Il s’est lové contre moi pendant que mon insomnie me gardait désespérément éveillé et ronronnait en guise de soutien. Il me voit hésiter et il se dirige vers moi pour se frotter contre ma jambe. Je m’accroupis pour le caresser et j’interprète ça comme un signe, un encouragement et un “ça va aller”. J’ai un petit sourire en voyant sa petite bouille, je ne sais pas ce que je ferais sans lui. Je me relève et je prends une grande inspiration avant d’attraper les clés de ma moto.

Je quitte l’appartement et je démarre rapidement avant de changer d’avis et de me dégonfler. Après quelques minutes je me retrouve devant la porte de mon ancien appartement et cela suffit à me nouer l’estomac. J’ai tellement de souvenirs entre ces murs que ça en est douloureux. Je repense à nos soirées à deux, aux premiers pas d’Angus, aux rires. Mais il y a également des moments bien plus sombres : les reproches de Beth, nos disputes incessantes et cette porte face à laquelle je me trouve, que j’ai claquée violemment il y a sept ans sans chercher à revenir en arrière. C’est donc un cocktail de nostalgie accompagné de tout un tas d’émotions différentes dans ma tête et cela ne me facilite pas les choses. Je lève une main hésitante pour sonner à la porte. Je la baisse rapidement : je suis en train de me dégonfler. Mon coeur bat vite et je tremble un petit peu. Je sens bien que je manque de courage alors j’essaie de ne plus réfléchir et j’appuie sur la sonnette. Je retiens mon souffle et je m’attends à ce que la porte s’ouvre rapidement. Mais il ne se passe rien, un grand silence plane et je n’attends pas de bruits de pas. C’est comme si personne n’était là, étrange. Je soupire et je m’apprête à repartir, il est inutile d’insister s’ils sont absents. La porte en face de celle où je me trouve s’ouvre et là c’est une surprise : Dinis. Je ne l’ai pas revu depuis bien des années mais il n’a pas changé d’un poil. Je reconnais bien là mon ancien voisin, celui avec qui j’ai fait les 400 coups en étant plus jeune et ça me fait un petit peu plaisir de revoir un visage familier. “Dinis ! Comment tu vas depuis le temps ?”





Old friends (Dinis #1) 4idIpNP
Old friends (Dinis #1) Nb66H4Z
Old friends (Dinis #1) FximBIO
Old friends (Dinis #1) 7IiCeQW
Old friends (Dinis #1) 901199fireman
Old friends (Dinis #1) 2eDseF9


Revenir en haut Aller en bas
Dinis Irish
Dinis Irish
les trois trous
les trois trous
Voir le profil de l'utilisateur
Old friends (Dinis #1) 7vHkInU ÂGE : 44 ans - 04/03
SURNOM : Oz ou connard, ca dépend.
STATUT : CELIBATAIRE
MÉTIER : vieux con de paparazzi dépassé par les nouvelles technologies et les nouveaux médias
LOGEMENT : Logan City
Old friends (Dinis #1) 7039c03c2b16906c7d17b4815012604d6ff0167f
POSTS : 1123 POINTS : 185

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : Angus - Ivy - Vivian - Russell - Leslie - Eliana



Old friends (Dinis #1) D85e987054b04a0d0859b97e0043bccd492ebc41
It's dangerous, to fall in love, but I Wanna burn with you tonight. Hurt me.There's two of us, we're certain with desire. The pleasure's pain and fire, Burn me
RPs EN ATTENTE : NANOWRIMO
RPs TERMINÉS : Elise #2 -Elise - Amalia - Elise #3 - Penny - Lenis#fb - Heather - Elise#4 - Elise#5 -Lenis - Elise#6 -Félix - Eloze#7- Eloze#8 - Eloz#9 - Eloz#10- eloz#11- Eloz#12- Lexie - Jake - Eloz#13 - Heather#2 - Micah - eloz#14 - eloz#15
AVATAR : Pedro Pascal
CRÉDITS : avatar : celtique; ub : loonywaltz
DC : Jina - Nino - May
PSEUDO : Ciloute
Femme (elle)
INSCRIT LE : 14/04/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t38131-dinis-oz-irish https://www.30yearsstillyoung.com/t40691-nino-may-dinis-jina-owen https://www.30yearsstillyoung.com/t39609-dinis-irish#1952630

Old friends (Dinis #1) Empty
Message(#) Sujet: Re: Old friends (Dinis #1) Old friends (Dinis #1) EmptyMar 10 Mai 2022 - 15:27



J’ai mis bien une heure à rentrer chez moi après avoir eu la bonne idée de laisser Elise en plan dans ma propre voiture. Mon téléphone ne s’arrête pas de sonner, du moins, durant les trente premières minutes et ensuite, elle a du comprendre que ça servait plus à rien. J’ai fini par l’éteindre, de toutes façons et la prochaine étape, c’est surement de dégager son numéro après l’avoir confié à Amaya qui se chargera d’absolument toutes les démarches pour le divorces. Quelle connerie de pas être allé au bout de celui-là. Quelle connerie d’avoir eu une once d’espoir que ses caprices finissent par passer. Bien sûre que ça passera pas, ça passera jamais et j’en ai assez de croire à des mirages. La seule certitude, c’est qu’elle avait raison depuis le début, son monde, mon monde, ils sont pas fait pour se côtoyer. J’en ai strictement rien à faire de vivre dans une maison avec bien trop de pièce pour savoir quoi en foutre.
J’ai hésité à rentrer tout de suite, tenté à plusieurs reprises de descendre du bus bien avant d’arriver ici, d’aller boire un verre pour faire passer la pilule, mais la seule chose dont j’ai envie, c’est de me poser sur mon putain de canapé défoncé et de savourer le vieux whisky japonais que Nicolas m’avait offert pour mes 42 ans. Il sera temps d’aller faire un tour plus tard. Peut-être que j’ferai bien d’appeler Wendy ou de rappeler Lexie ? Même ça, j’y ai pas goût.
J’ai vite fait de rentrer chez moi, une fois arrivé. Je ne préfère pas trop traîner dans le couloir depuis que j’ai appris le décès de Beth. Le pauvre gamin en face m’avait annoncé la nouvelle et je m’étais retrouvé bien con à pas savoir quoi dire pour tenter de le réconforter. De toute façon, y a pas de réconfort possible dans ces cas-là. Autant que ça puisse être comparable – ok, ça l’est pas – le manque après le décès de Nicolas était toujours aussi présent, et mon vieil ami ne quittera sans doute jamais mes pensées. Déjà un an, l’enfoiré.
Le verre de whisky fait son effet, la douleur dans la poitrine est toujours perceptible, mais plus supportable. La colère est toujours perceptible mais moins impulsive. Mon téléphone est toujours éteint et je me demande juste si l’autre idiote est toujours en train d’attendre que j’revienne comme un con pour récupérer ma caisse. J’irai pas aujourd’hui, j’irai pas demain, j’irai plus tard. Quand ? Plus tard. Quand je serai sûre qu’elle sera pas comme un vautour à attendre un mort-vivant pour sauter dessus. Charognard.
Vous savez quoi ? J’me suis jamais autant senti bien chez moi qu’aujourd’hui. Là, je sais que personne ne me fera jamais partir d’ici. J’ai tout, j’ai besoin de rien de plus.
Debout, je jette un œil par la fenêtre et quelque chose au sol attire mon attention. « Merde. » en fronçant les sourcils, c’est mon portefeuille que je vois par terre au milieu de la cours. Je tapotte sur mes poches pour m’assurer qu’il n’est plus là. Il est tombé, j’ignore comment mais je sors de chez moi pour aller le récupérer et quand j’ouvre la porte de l’appartement, à deux mètres, Russell est là. Merde.  “Dinis ! Comment tu vas depuis le temps ?” je referme doucement la porte derrière moi, sans pour autant la claquer, laissant un jour passer pour n’avoir qu’à la repousser pour m’introduire à nouveau chez moi. Il me fait l’effet d’un fantome qui revient de l’haut dela. Ca fait combien de temps qu’il s’est barré lui ? Trois, quatre ans ? Plus ? « putain, ca, c’est la meilleure. » Je m’avance vers lui, pour lui serrer la main, un air con et désolé à la fois sur le visage. J’sais pas s’il est au courant que son ex est plus vraiment dans l’coin. « C’est l’heure des remords ou quoi ? » oui, bon, pas très malin. « Attends, j’reviens. » ouais, faut pas perdre l’objectif quand même : mon porte feuille. Avant que quelqu’un mette la main dessus. Je me volatilise dehors quelques minutes pour revenir quand j’ai récupéré mon bien. « Y a personne, t’es au courant ? » au courant que Beth est plus de ce monde ou au courant qu’il y a personne ?






Old friends (Dinis #1) LWu8USB
Old friends (Dinis #1) DNAJJmO
Old friends (Dinis #1) ZyDmOR4
Old friends (Dinis #1) 0f0M9Ir
Revenir en haut Aller en bas
 

Old friends (Dinis #1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: logements
-